Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Le Musée des Beaux-Arts de Dunkerque. Reflets d’une collection plurielle

Claude Steen-Guélen

Résumé

Dans la continuité des voyages scientifiques et de la philosophie des Lumières du xviiie siècle, la France voit émerger sous la Révolution, la création de musées et de muséums. Ces derniers poursuivent la vocation d’instruments pédagogiques incarnant le « Républicanisme des arts » – Georges Monnier, « L’art et ses institutions en France. De la Révolution à nos jours », Gallimard, Paris, 1995, p. 33 – sous-entendu un musée idéal, encyclopédique, accessible à tous. Parallèlement les cabinets de curiosités se développent, les sociétés savantes se multiplient. Parmi ses membres, des collectionneurs, des propriétaires aisés, des fonctionnaires civils et militaires qui souvent, sont à l’origine de la création des musées locaux et régionaux. C’est ainsi que naît celui de Dunkerque. Constitué comme un muséum dès 1829, inauguré en 1841 sous l’appellation musée communal, transformé en 1877 en musée-bibliothèque, l’après-guerre voit se reconstruire la ville et son musée des Beaux-Arts, en 1973.

Texte intégral

Il était une fois, des collections … Deux dates marquent la genèse de l’histoire des collections : 1829 et 1838.

  • 1 Registre d’inventaire non publié 1829-1852 : « Julien-Joseph Bigorne, Registre d’inscription des ob (...)
  • 2 Jean-Jacques Carlier, « M. Benjamin Morel ancien député de Dunkerque. Notice historique et biograph (...)

1L’année 1829 témoigne d’une volonté politique forte avec la mise en place du premier registre d’entrée du musée1. Il consigne indifféremment et de façon plus ou moins détaillée les spécimens naturalisés, les œuvres et objets divers. Le maire Balthazar-Melchior Gaspard lance un appel le 25 juillet 1829 dans des Feuilles d’Annonces à la « générosité des armateurs, naturalistes et autres »2pour l’enrichissement de celui-ci. Le premier don date de mars 1829 et émane de Mr Dutoit, propriétaire d’un cabinet d’histoire naturelle qui offre plusieurs spécimens de sa collection : une jeune mouette à capuchon brun, un grand harle, un canard Garat…. Il est suivi par : « un tableau de maître », « une statuette de Napoléon et celle de Thoré, savant phrénologiste », « douze médailles anciennes et modernes », « une pétrification », « deux peintures sur verre rapportées par un navire baleinier ». Cette énumération est un fabuleux témoignage de la nature des objets qui composent le premier noyau de la collection muséale, refugiée dans la remise de la bibliothèque municipale alors située dans l’hôtel de ville, place d’Armes.

Fig. 1. Vue intérieure d’une salle du musée, fin xixe siècle ?

Fig. 1. Vue intérieure d’une salle du musée, fin xixe siècle ?
  • 3 En 1829 : n°1 à 13 ; 1830 : n°14 à 16 ; 1832 : n°16bis ; 1833 : n°16ter

2Ce premier registre d’entrée débute bien modestement3. Il est enrichi le 30 janvier 1838 sous le n°16 par l’un des dons les plus marquants, tant par la qualité et l’histoire véhiculée des objets remis, que par la personnalité de leur donateur, Benoît Gernaert : « une caisse contenant des instruments de musique chinois, une caisse contenant 16 boîtes de lépidoptères et autres insectes des îles d’Asie, un paquet d’armes des îles fitgies (fidji). »

Fig. 2. Le musée après les travaux de 1877

Fig. 2. Le musée après les travaux de 1877

Fig. 3. Orgue à bouche, sheng, Chine ; bois, bambou, ivoire, corne, encre et néphrite Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1212)

Fig. 3. Orgue à bouche, sheng, Chine ; bois, bambou, ivoire, corne, encre et néphrite Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1212)

© Emmanuel Watteau

  • 4 Courrier du 6 février 1838 adressé depuis Bruxelles au maire Henri Lemaire.

3Personnage complexe aux multiples visages : négociant, consul et aventurier, Gernaert (1796-1843) nous apprend que ses caisses arrivent depuis Paris, par l’intermédiaire de son parent Tresca4. Il n’est pas inutile de préciser que l’armateur Bonaventure Tresca s’est essayé au trafic humain avant de l’abandonner, infructueux depuis Dunkerque. Le musée conserve quelques témoins de ces expéditions et des richesses qu’elles escomptaient.

  • 5 Fondée en 1824 par le roi Willem I, la Société de commerce néerlandaise était à la fois une société (...)
  • 6 Source Christine Stroobandt, « De Dunkerque à Canton et retour », in « Retours de mer » dirigé par (...)

4Fils d’un négociant de soie, Gernaert est rompu au négoce maritime et fait partie des grandes familles d’entrepreneurs dunkerquois qui partagent des liens d’affaires et d’entraide avec d’influents homologues belges, anglais… nullement entravés par les problèmes de politique internationale ou les frontières. Assistant du représentant de la Société de commerce des Pays-Bas5 en Chine, Gernaert vit alternativement à Macao et Canton. Il y est vice-consul de France de 1827 à 1837. Son parcours lui vaut d’être recruté en 1841 par un ami de la famille6, négociant originaire de Gand, établi à Batavia, sur l’île de Java. La colonie de Java approvisionne les Pays-Bas en épices, sucre et café tandis que la Chine fournit du thé et de la soie, des cotonnades. S’octroyer de tels produits luxueux demande d’importants moyens en espèces que les étrangers ne peuvent régler. C’est ainsi que, comme son homologue britannique, la Société de commerce des Pays-Bas avance les fonds en ayant recours au lucratif trafic d’opium. L’équilibre de la balance commerciale cède à la faveur des puissances étrangères, causant la perte du pouvoir commercial chinois. Les autorités asiatiques réagissent en proposant une série de mesures pour limiter la consommation et le trafic ; Canton en est le port de transit. En 1839, les stocks détenus majoritairement par les étrangers sont confisqués, brûlés. Débute alors la première guerre de l’opium en 1840-42, menée par les britanniques au nom de la liberté du commerce. Le traité de Nankin, qui y mettra fin, fera ouvrir les frontières chinoises et cinq ports : Shanghai, Ningbo, Canton, Amoy (Xiamen) et Fuzhou. En 1844, des ressortissants américains et français obtiennent, comme ceux du Royaume-Uni, la possibilité de s’y établir.

5Ce contexte mouvementé, qui coïncide avec l’âge d’or de la contrebande, situé entre 1820 et 1839, avec l’implantation de comptoirs, favorise la circulation d’objets. Ceux remis par Gernaert à son retour d’Europe courant 1838, attestent de ces échanges et de certaines pratiques personnelles. Il remet le 26 octobre sous le n°182 : « Un cigare de dame, deux manilles, une pipe chinoise, du tabac de Chine raboté, une pelote de thé médicinale et un nécessaire de table chinois contenant un couteau, deux brochettes pour saisir les aliments et un cure-bouche ». L’un des nécessaires s’avère être celui d’un fumeur d’opium, renforçant l’hypothèse de l’implication du donateur « aventurier » dans le trafic d’opiacé.

Fig. 4. Massue de type totokia, Iles Fidji, Océanie ; bois Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.295)

Fig. 4. Massue de type totokia, Iles Fidji, Océanie ; bois Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.295)

© Claude Theriez

Fig. 5. Manilles ou bracelets monnaies, Nigéria, Afrique ; laiton doré Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1202.1-3)

Fig. 5. Manilles ou bracelets monnaies, Nigéria, Afrique ; laiton doré Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1202.1-3)

© Emmanuel Watteau

  • 7 Epreuves réduites en bronze des sculptures de Michel Ange, Pierre Puget et François Joseph Bosio ; (...)
  • 8 1er septembre 1801
  • 9 Le Palais de Justice était lui-même installé dans l’ancienne Bourse depuis 1790.

6Le musée s’accroît parallèlement fin 1836 des premiers dépôts de l’Etat7 conformément à l’application de l’Arrêté Chaptal du 14 fructidor an IX8. Ils sont le fruit d’accords fructueux passés entre la municipalité et le Ministère de l’Intérieur grâce à la personnalité influente du Dunkerquois Benjamin Morel. Soucieux de poursuivre ce qui a été entrepris en 1829, et probablement poussé par le don spectaculaire de Gernaert, le maire François Gourdin sollicite en mars 1838 les capitaines au long cours afin qu’ils rapportent de leurs missions maritimes des « objets exotiques ». Cette requête sera le point de départ de la collection ethnographique extra-européenne. Elle est abritée dans une grande salle au second étage du Palais de Justice9 grâce à la Commission du musée nouvellement créée, toujours sous l’impulsion de B. Morel.

7Les dons se poursuivent et parmi les anonymes, celui du médecin Ange Jean Victor Raoul (1812-1846) qui remet sous le n°133 vingt-deux objets océaniens. On les doit à son père Ange Marie Aimé Raoul (1769-1842), embarqué en 1791 comme second pilote sur la frégate La Recherche, sous le commandement du contre-amiral Bruni d’Entrecasteaux. L’expédition avait été levée afin de retrouver les navires de La Pérouse, échoués en 1788 et retrouvés récemment sur le site de Vanikoro. A son retour en France, l’hydrographe Ange Marie établit un lien régulier avec Dunkerque à l’occasion de missions professionnelles. Il se peut qu’il ait incité son fils à remettre au musée les artefacts issus de son périple.

  • 10 Jacques Julien Houtou de La Billardière, « Atlas pour servir à la relation du voyage à la recherche (...)
  • 11 Hélène Guiot, ethno-archéologue, spécialiste en Océanie, UMR 7041, Archéologie et Sciences de l’Ant (...)
  • 12 Cet ouvrage a été dirigé par des enseignants-chercheurs des universités nationales d’Australie et d (...)

8Grâce aux recoupements historiques, maritimes et ethnologiques -avec les planches illustrées de Jacques Julien Houtou de La Billiardère10-, menées conjointement avec l’ethno-archéologue océaniste Hélène Guiot11, plusieurs items ont été identifiés et attribués à l’expédition. Ces informations sont à paraître en 2018 dans l’ouvrage « Collecting in the South Sea : the Voyage of Joseph Antoine Bruni d’Entrecasteaux, 1791-1794 »12.

Fig. 6. Nécessaire à opium comprenant : un étui en rostre d’animal, une aiguille, une pelle et un couteau, Chine ?, Asie ; rostre d’animal, écaille de tortue, textile, métal. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1255.1-4)

Fig. 6. Nécessaire à opium comprenant : un étui en rostre d’animal, une aiguille, une pelle et un couteau, Chine ?, Asie ; rostre d’animal, écaille de tortue, textile, métal. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1255.1-4)

© Vincent Bijan

  • 13 Cet exemple démontre qu’un registre intermédiaire à ceux de 1929-52 et la recopie de celui de 1873 (...)

9Le second ensemble d’objets provenant du Pacifique apparaît sous le n°231 par « Barlatier Demas, Lieutenant de vaisseau né à Dunkerque : Plusieurs curiosités recueillies dans un voyage de circumnavigation dans la corvette l’astrolabe, Capne. Dumont-d’Urville ». Non détaillés, ils figurent individuellement dans le registre antérieur à 187313

10Balartier-Demas n’est pas dunkerquois, comme l’indique le registre ; sa mère est native de Dunkerque. Il est lieutenant lorsqu’il embarque à bord de l’Astrolabe sous le commandement de Dumont d’Urville lors de son voyage au pôle sud et en Océanie de 1837 à 1840. Il sera ensuite envoyé en 1847 sur les côtes d’Islande afin de porter assistance aux armements pour la pêche à la morue depuis Dunkerque ; il accompagnera cinq campagnes. Le donateur Barlatier semble avoir conservé des attaches avec la ville. Son geste complète la collection avec des objets provenant de Mélanésie, Polynésie et Micronésie.

  • 14 L’inventaire des biens mobiliers et immobiliers dressé le 20 juin 1832 répertorie 76 tableaux qui d (...)
  • 15 « Catalogue des tableaux du musée de Dunkerque », Imprimerie de Drouillard, Dunkerque, 1841. Les œu (...)

11Complété par un ensemble de peintures flamandes issues de la saisie révolutionnaire de l’Abbaye de Saint-Winoc de Bergues14 en 1793, le musée s’installe dans trois salles au second étage du Palais de Justice. Le musée est officiellement inauguré le 27 juin 1841 par le maire Gourdin. Un catalogue inventoriant les peintures et les sculptures est édité à cette occasion15.

12Les dons se poursuivent. Après juin 1841, les n°253 « Des boucliers, des carquois, des flèches et d’autres armes indiennes » et n°552 : quatre figurines sculptées de l’Inde, racines de Mandragore et autres « éventail papier figurines chinoises » ; « grisaille sur porcelaine-Napoléon1er » ; « lampe antique, terre rouge » … identifiés majoritairement asiatiques et africains, sont offerts par Benjamin Morel (1781-1860).

Fig.  7. Peigne à tatouer, hau, Iles Tonga, Océanie ; écaille de tortue, fibres de bourre de coco, os ou nacre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1343)

Fig.  7. Peigne à tatouer, hau, Iles Tonga, Océanie ; écaille de tortue, fibres de bourre de coco, os ou nacre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1343)

© Claude Theriez

  • 16 Le fusil voltigeur de la Garde Nationale a été réalisé en 1825 par l’un des meilleurs arquebusiers (...)
  • 17 Benjamin Morel est chargé en 1839 de la Commission du monument de Jean Bart par le conseil municipa (...)

13Il est l’héritier de la maison commerciale Morel qui succède en 1811 à la maison Faber, pour les consignations du banquier Meyer-Rothschild de Francfort dans l’immense trafic des Guinées par les bateaux smogglers, en échange des billets de la banque d’Angleterre. Morel, qui assume également des fonctions consulaires, est membre du Tribunal de commerce en 1832 et devient juge commercial. Il peut intervenir sur les droits tels que ceux de la pêche à la morue, le monopole du tabac…; il sera nommé Président de la Chambre de Commerce en 1846-47. À ces différentes activités, s’ajoutent des fonctions municipales et civiles, principalement caritatives, dont celles de membre du Conseil municipal de Dunkerque de 1817 à 1848, et de Président de la Commission du Musée en 1838. Capitaine de la Garde Nationale, il confie au musée dès 1831, un fusil d’honneur de type voltigeur16. Intéressés par les arts17, Morel et sa famille remettent de nombreux objets au musée dont certains qu’il fait venir de Chine.

14En 1842 le capitaine au long cours Maës Massé donne sous le n°362 une petite collection africaine qui reste à expertiser. Le bienfaiteur fait-il partie de la lignée des capitaines corsaires Maës impliqués dans les guerres de course ou de celle du luthier dunkerquois Massé ?

15Le donateur Perre, autre capitaine, offre avec le n°444, le premier lot d’objets du sud-est de l’Asie. Cet afflux de biens rend, dès 1846, le musée exigu.

  • 18 La valorisation très prochaine des instruments de musique nous permettra d’en savoir davantage sur (...)

16Le 28 mai 1850, le musée voit arriver quelques-uns des plus beaux, rares et intéressants objets marquisiens qui offrent un panorama incontournable de l’art et des mœurs de cette population18. On doit ce don à l’écrivain boulonnais et sous-commissaire de la marine, Louis-Victor Jolly (1813-1870) qui était stationné à bord du Galathée (1847-48) dans l’archipel des Marquises. N°574 : « Deux cents coquilles (…) ; une aigrette et son étui, deux pièces d’étoffe, une trompe de guerre ornée d’une chevelure, une flûte à nez des kanacs, un baton tabou porteur de divers tatouages des kanacs, deux idoles, des anneaux, des ornements de tête, des colliers, des hameçons, des Gambucs, un éventail, provenant des provinces françaises dans les mers du sud, une tête » [sic].

Fig. 8. Joseph Nicolas ROBERT-FLEURY, Portrait de Benjamin Morel, 1829 ; huile sur toile. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA. P.526)

Fig. 8. Joseph Nicolas ROBERT-FLEURY, Portrait de Benjamin Morel, 1829 ; huile sur toile. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA. P.526)

© Emmanuel Watteau

17En décembre 1858, c’est au tour de la Galerie Navale d’être inaugurée. Des outils et des instruments de navigation, des maquettes de bateau sont exposés.

  • 19 Bâti entre 1825 et 1835 sur l’emplacement de l’ancien couvent des Dames anglaises (1662), le domain (...)
  • 20 Le musée en 1877 : au rez-de-chaussée, les salles d’histoire naturelle, maritime et extra-européenn (...)

18Le décès de Benjamin Morel en 1860 marque une étape décisive pour l’avenir du musée. La municipalité se porte acquéreur de sa propriété19 de 9000 mètres carrés. Le projet de descendre le musée au premier étage du Palais de Justice est encore à l’étude en 1865… Il faut attendre 1873 pour que son ancien domaine soit rénové. Le musée est inauguré le 24 juin 1877 sous la forme d’un « musée-bibliothèque »20.

Fig. 9. Figure réduite de proue de pirogue, tiki vaka, Iles Marquises, Océanie ; bois sculpté Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1211)

Fig. 9. Figure réduite de proue de pirogue, tiki vaka, Iles Marquises, Océanie ; bois sculpté Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1211)

© Emmanuel Watteau

  • 21 Au total, une quarantaine de peintures représentatives de l’école française et de l’Europe septentr (...)

19La collection des « Arts Premiers » s’enrichit conséquemment entre 1850 et 1884 grâce à la famille Bray qui voyage beaucoup : Italie, Palestine, Syrie, Égypte… Elle remet en de multiples envois des peintures21, des échantillons de sciences naturelles et une cinquantaine d’objets ethnographiques d’Afrique occidentale, du Grand Nord, de Chine et d’Amérique du Sud.

Fig. 10. Jarre anthropomorphe, Culture Chancay, Côte occidentale du Pérou, 1000 et 1400 apr. JC. ; terre cuite et engobe peint brun. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1510)

Fig. 10. Jarre anthropomorphe, Culture Chancay, Côte occidentale du Pérou, 1000 et 1400 apr. JC. ; terre cuite et engobe peint brun. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1510)

© Emmanuel Watteau

20L’ensemble guyanais est le plus intéressant de tous.

  • 22 Le Suriname est une ancienne colonie de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, société d (...)
  • 23 Information transmise par Jocelyne et Lysiane Denière et publiée dans l’ouvrage : « Alphonse BRAY e (...)
  • 24 A titre d’exemple pour les œuvres les plus connues, on citera les musées du Tropenmuseum à Amsterda (...)

21Le parcours professionnel de Théodore Bray (1818-1887) est atypique.  Installé en 1841 au Suriname comme « officier blanc » puis planteur, il devient un administrateur important dans la colonie néerlandaise de Guyane22. Il fait également partie d’un groupe d’artistes connus et se distingue dans le dessin. Il envoie ainsi régulièrement son travail -textes et dessins- en Europe, à des revues qui le publie, tel le journal « L’illustration »23. D’autres planches aquarellées sont répertoriées dans des collections publiques et privées en France et à l’étranger24 et illustrent avec naturalisme des scènes de marronnage. Le musée dunkerquois conservait par ailleurs un dessin référencé dans le catalogue d’exposition de 1905. Théodore ne devait pas ignorer l’œuvre dessinée et les dioramas du botaniste et artiste autodidacte, hollandais et métis Gerrit Schouten (1779-1834).

  • 25 Plusieurs dioramas réalisés par G. Schouten ont été localisés en France et à l’étranger : le muséum (...)
  • 26 L’objet a été restauré en 2016. Un article pluridisciplinaire est à paraître dans la revue scientif (...)
  • 27 L’identification de la population dans le diorama a été réalisée par Stephen Rostain, archéologue, (...)

22L’intérêt pour l’illustration miniaturisée tire son origine des voyages scientifiques depuis les Lumières. Le diorama est considéré comme un objet de curiosité rare mais aussi ethnologique ; il est présent dans les cours des palais des Pays-Bas et les cabinets privés. C’est sous l’attribution de Schouten25 qu’Alphonse Bray remet en février 1882, un diorama appelé « Indianesche Dorp »26. Celui-ci reproduit avec une infinie précision l’activité d’une famille Kali’na Tilewuyu27, premiers habitants d’Amazonie. Certains objets représentés figurent dans les envois de Théodore, tel un éventail à feu woli-woli. Avec cette collecte parallèle, le donateur exprime ici une démarche scientifique, dans un souci pédagogique de contextualiser ces « arrêts sur image » caribéens. On lui doit également, dès 1850, l’envoi régulier de caisses d’objets surinamiens.

Fig. 11. Diorama, Suriname, Amérique du Sud, milieu xixe siècle ; matériaux mixtes : bois, papier, verre, fibres végétales, carton et modelage en terre polychrome, métal Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.304)

Fig. 11. Diorama, Suriname, Amérique du Sud, milieu xixe siècle ; matériaux mixtes : bois, papier, verre, fibres végétales, carton et modelage en terre polychrome, métal Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.304)

© Emmanuel Watteau

Fig. 12.  Éventail à feu, woli-woli, Population Kali’na, Suriname, Amérique du Sud ; tiges d’arouman. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1354)

Fig. 12.   Éventail à feu, woli-woli, Population Kali’na, Suriname, Amérique du Sud ; tiges d’arouman. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1354)

© Emmanuel Watteau

  • 28 Informations transmises et publiées dans l’ouvrage de Jocelyne et Lysiane Denière, « Alphonse BRAY (...)

23François Bray (1799-1872) plus connu sous le nom de Bray-Debuyser est le frère aîné d’Alphonse Bray. Il est membre de la Société Orientale de France et doit à ce titre voyager en Orient et dans les « états musulmans » et remettre chaque année des comptes-rendus de terrain. Ses voyages sont publiés, tel « Souvenirs de voyage en Égypte. La forêt pétrifiée », en 1853. C’est de lui que nous sont parvenus les objets hors colonie surinamienne28.

  • 29 « Le 18 mars 1865, Alphonse Bray propose, par courrier, à la Ville de Dunkerque de créer une maison (...)

24Quant à Alphonse Bray (1804-1887), cousin des deux premiers, on sait qu’il se trouve aux Antilles en 1848. Héritier d’une fortune considérable, investisseur foncier et philanthrope, il souhaitait acheter le domaine Morel à son décès afin de créer une maison de refuge pour les vieux marins29. C’est la municipalité qui s’en porta acquéreur dès 1870 !

25La présence française sur les côtes du Sénégal remonte bien avant le xviie siècle. Les employés, les militaires et les agents commerciaux sont les principaux collecteurs dans le cadre d’échanges avec les populations alors en place en Afrique occidentale. Consécutivement à l’interdiction de la traite négrière en 1815, l’organisation des ramassages des productions locales et des objets était dès lors organisée par le Ministère de la Marine et des Colonies. Cette missive justifie l’abondance de ce type d’objets dans les institutions françaises.

  • 30 Boundou : Bondu ou Bundu

26Le Général Louis Faidherbe (1818-1889) sert au Sénégal à partir de 1852, devient gouverneur et entreprend la pacification et l’organisation du pays. Il remet en 1858 une petite collection de sept objets ramassés sur un champ de bataille au Sénégal dont un « Porte talisman. Objets trouvés sur le champ de bataille de Boumdou (Sénégal) […] » [sic] . Le Boundou30 est une région du Sénégal oriental convoitée par les Européens lors de la colonisation. Point stratégique vers l’accès aux mines d’or du Falémé et du Bouré, elle est considérée comme un « grenier » en raison de son agriculture florissante.

Fig. 13. Porte talisman contenant une feuille de papier sur laquelle sont écrits des versets coraniques, Sénégal, Afrique ; cuir tressé et peint, papier et encre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1396)

Fig. 13. Porte talisman contenant une feuille de papier sur laquelle sont écrits des versets coraniques, Sénégal, Afrique ; cuir tressé et peint, papier et encre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1396)

© Emmanuel Watteau

  • 31 Paul Marmottan est Inspecteur des Beaux-Arts devient un interlocuteur privilégié entre la municipal (...)
  • 32 Catalogue d’exposition « La collection Alexis Joffroy, de Luca Giordano à Alfred Stevens », Somogy, (...)

27Les apports constants et croissants des donations, legs, affectations et dépôts renforcent le caractère universel et encyclopédique du musée. En 1885 les sections beaux-arts, histoire naturelle, archéologie et numismatique apparaissent. Une correspondance entre Paul Marmottan31 et le maire Terquem en 1888 mettent en avant les mauvaises conditions de conservation des collections. C’est ainsi que celle de Dumont d’Urville échappe ainsi à Dunkerque et est envoyée à Orléans ! Le legs généreux en 1898 de 185 tableaux32 assorti d’un capital confortable du négociant anversois Alexis Joffroy (1820-1898) offre la possibilité à l’institution de s’agrandir. Les nouvelles installations sont inaugurées en 1911.

28La cinquantaine d’armes du Zaïre : boucliers tressés, lances au manche sculpté, couteaux de jet, y trouvera sa place en 1907. Elle sera l’une des rares acquisitions en ethnographie extra-européenne.

  • 33 Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le don se transformera en legs en 1921.
  • 34 La collection d’okimonos (statuette en japonais) en ivoire a fait l’objet d’une exposition et d’une (...)
  • 35 L’expertise des ivoires a été réalisée en 1998-1999 par Mme Lu Sénéchal, expert en Arts d’Asie ; ce (...)

29Hortense Angellier-Beck (1825-1915), dernière des grandes figures des donateurs, remet plus de six cents pièces en 191133. Durant près de cinquante ans, elle sollicite les flottes de son père armateur, afin que lui soient rapportés des objets. Jean Pierre François Beck est propriétaire d’une grande maison armée pour les campagnes de pêche à Islande et le commerce international, dont celui du tabac. Les collectes par capitaines interposés révèlent le goût des « chinoiseries » alors en vogue en Europe. Vases, plats, ensemble de vaisselle en céramique, objets et mobilier en bois laqué ainsi que des statuettes et okimonos34 en ivoire sont encore présents au musée. Aujourd’hui, seuls les ivoires et la céramique japonaise ont été étudiés35.

Fig. 14. Grand cabinet reposant sur un socle, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; bois laqué, poudre de nacre, porcelaine et laiton doré. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.318.1-12)

Fig. 14. Grand cabinet reposant sur un socle, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; bois laqué, poudre de nacre, porcelaine et laiton doré. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.318.1-12)

© Emmanuel Watteau

  • 36 L’ironie du sort veut, que le 2 février de la même année, le Conseil municipal avait validé le proj (...)

30Les premières attaques de la Grande Guerre contraignent les collections à être mises en sécurité. Les caves du musée, l’hôtel de ville et les églises servent d’abri ainsi que le Louvre et les dépôts d’Eu et de Martainville. Les collections réintègrent le site du musée en mai 1920. Un grave incendie le 23 avril 192936 détruit le premier étage. Le second et les combles sont ravagés ainsi que de nombreux objets, les spécimens d’histoire naturelle et deux momies péruviennes.

  • 37 Les œuvres évacuées vers Combourg séjournent au château de Compiègne avant de réintégrer Dunkerque (...)

31Le musée est rebâti en 1930-1933 avant d’être partiellement atteint par les violents bombardements de 1940. Un nouvel exode vers le château de Combourg en 193937 et le Palais des Beaux-Arts de Lille en 1941 ne sauvera pas les collections laissées sur place : les œuvres de grands formats, une partie des sculptures, le patrimoine flamand, les pièces ornithologiques et minéralogiques.

32La petite collection d’armes canaques remise peu avant la mort de l’Amiral Zimber en 1941, clôt le dernier don des « Arts Premiers ». Nous savons qu’Albert Léon Zimber (1864-1941) acquit ces artefacts par échanges lors de son escale à Nouméa durant sa première campagne sur le Fabert (1887-89). Des lances, arcs et flèches répondant aux caractéristiques de la Nouvelle Calédonie sont encore conservés. Brillant officier de marine, Zimber devint administrateur général de la Marine à Dunkerque pendant toute la durée de la guerre 1914-18 puis il fut promu Amiral.

  • 38 Le projet initial de 1962 qui proposait un parallélépipède de plein pied vitré, comportant des espa (...)

33Un lieu d’exposition provisoire est aménagé au sous-sol et rez-de-chaussée de la bibliothèque38 avant la reconstruction du musée des Beaux-Arts, inauguré en octobre 1973. Il présente au rez-de-chaussée les collections ethnologique, archéologique et maritime ; au premier étage, la peinture par écoles ; au sous-sol, des dioramas mettent en situations naturalisées la faune et ses biotopes tandis qu’un dernier vaste espace rend compte de l’Opération Dynamo sous la forme d’animations lumineuses et de maquettes.

  • 39 Le musée portuaire de Dunkerque est un musée maritime et de société. Il est né de l’initiative d’an (...)

34La création du musée portuaire39 en 1992 vide les espaces centraux du rez-de-chaussée de ses maquettes de bateaux. Cet important dépôt induit une nouvelle réflexion sur le cheminement du parcours muséal. En 1994, le musée des Beaux-Arts et le musée d’Art contemporain de Dunkerque sont régis par une même direction. Les salles alors vacantes reçoivent une sélection d’œuvres de sa partenaire. En 1998, le rez-de-chaussée se transforme et accueille les expositions temporaires ; l’étage est dévolu aux collections permanentes. D’autres remaniements en 2003 permettent de présenter des expositions-dossiers qui interrogent le statut et la perception de l’Objet.

Conclusion

35Aujourd’hui 22 à 24 000 objets et œuvres d’art composent ce musée centenaire. Certains d’entre eux s’inscrivent comme des objets de souvenir, témoins d’un lieu, d’une histoire ; d’autres sont issus de collectes personnelles avec parfois, une démarche pré-scientifique ; et enfin les derniers témoignent de l’histoire des circumnavigations et des préoccupations scientifiques de l’époque.

36Dunkerque, ville portuaire et ancien arsenal royal sut profiter de toutes les libéralités de son économie, des affaires commerciales et influences des grandes familles de négociants pour la création de son musée. Les deux appels lancés en 1829 et 1838 par la municipalité ont sans nul doute convaincu les Dunkerquois et expatriés de leur remettre des objets et œuvres d’art pour l’enrichir.

37L’accroissement des dons et des dépôts vers d’autres domaines artistiques alors plus en vogue, comme l’archéologie antique, l’extinction progressive de la flotte des chalutiers en partance pour la pêche à Islande, l’industrialisation avec la fermeture des maisons familiales d’armateurs et d’intermédiaires qui étaient souvent à l’origine de ces donations, les mouvements sociaux et les guerres associées à la crise du colonialisme, la fragilité des matériaux constitutifs de ce type de collections, ainsi que le manque de place, d’intérêts et/ou de connaissances, sont autant de facteurs qui n’ont pas pérennisé l’enrichissement des collections d’« Arts premiers ».

  • 40 Catalogues publiés en 1870, 1873, 1880, 1896, 1905.
  • 41 Citons en 1986 : Pleins feux sur… un choix d’armes anciennes ; Monnaies primitives
  • 42 Collectif, « La découverte du paradis. Océanie. Curieux, navigateurs et savants », Somogy, Paris, 1 (...)
  • 43 Sous la direction de Claude Steen-Guélen, « Ivoires de Chine et du Japon. Legs Angellier-Beck », Du (...)
  • 44 Sous le commissariat de Philippe Richard : « Autre Pareil », Dilecta, Paris, 2012 (exposition du 19 (...)
  • 45 Sous le commissariat général de Jean Attali, assisté de Claude Steen-Guélen (exposition du 14/09/20 (...)
  • 46 Commissariat et direction des expositions et éditions par Claude Steen-Guélen, « Dunkerque, une col (...)

38Elles n’ont pu bénéficier également des éditions du musée qui répertorient les peintures, sculptures et arts graphiques exposés jusqu’au début du xxe siècle40. Il faut attendre la fin des années 198041 pour que les objets extra-européens figurent dans des publications. Le catalogue « Océanie »42 de 1997 fait encore référence aujourd’hui ; les recherches menées pour ce projet ont permis de recenser et replacer les objets dans leurs cadres ethno-anthropologique et historique. Plus modestement, le catalogue d’exposition richement illustré de 1999 « Ivoires de Chine et du Japon »43 prend la relève ; il sera malheureusement le premier et le seul de la série : Le musée sort ses réserves. Le cycle annuel des expositions-dossiers amorcé en 2003 sur la thématique de l’Objet sera dépourvu d’éditions malgré l’appui d’un réseau sérieux d’enseignants-chercheurs. Fait regrettable quand on sait ce qu’implique la recherche sur des artefacts dont les dénominations remontent à la création du musée ! Il faut attendre 2011 pour qu’ils apparaissent de nouveau dans des publications et expositions d’envergure44. Art ancien et contemporain, histoire naturelle et items de toutes origines sont présentés indistinctement et invitent le visiteur/regardeur au questionnement à partir de l’histoire du territoire dunkerquois. En 2013, Dunkerque est nommée Capitale régionale de la Culture. Le musée propose l’exposition « Retours de mer » et, grâce à une réflexion multidisciplinaire savante et intellectualisée45, qui permet à l’objet de retrouver un sens dans sa culture matérielle. Parallèlement, débute en 2012 une nouvelle série de livrets qui met à l’honneur le travail scientifique de collaborations des expositions-dossiers46.

39La fermeture du musée le 1er avril 2015 impose depuis un nouveau regard sur les collections. L’opération « Destination musées » permet ainsi de valoriser son fonds, en co-organisant avec et chez des partenaires institutionnels de la région, des manifestations. A l’horizon 2020-2021, la collection d’instruments de musique récemment expertisée par l’ethno-musicologue Alain Desjacques, sera présentée et bénéficiera du soutien et d’un ouvrage collectif avec des partenaires institutionnels français et étranger.

Fig. 15. Geï-sha ou Musicienne assise jouant du samisen, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; ivoire d’hippopotame. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1469.118)

Fig. 15. Geï-sha ou Musicienne assise jouant du samisen, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; ivoire d’hippopotame. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1469.118)

© Claude Theriez

40Ainsi, modeste par la quantité eu égard à certains musées voisins comme le Museum d’histoire naturelle de Lille et le Château-musée de Boulogne-sur-Mer, la collection extra-européenne dunkerquoise n’en demeure pas moins digne d’intérêt. Des objets similaires sont recensés à Amiens, Amsterdam, Bruxelles, Calais, Douai, Leyden et … plus loin, dans d’autres villes portuaires ou de pivot commercial à Cayenne, Le Havre, La Rochelle, Lyon, Marseille, Rochefort.

41La collection peut ainsi être comparée à un puzzle où chaque objet, chaque ensemble, correspond à un moment de l’histoire culturelle, commerciale, politique des populations.

42C’est à nous, professionnels de musées, passionnés et chercheurs, qu’incombe la délicate mission d’en retrouver toutes les pièces et de les faire parler…

Notes

1 Registre d’inventaire non publié 1829-1852 : « Julien-Joseph Bigorne, Registre d’inscription des objets donnés par les habitants de la Ville de Dunkerque pour la formation d’un musée ». Numéroté de 1 à 591, il mentionne les donateurs, leurs fonctions et les dates sont précises jusqu’en 1839.

Les autres registres sont des recopies, tel l’«inventaire périmé recopié de 1873 » (le document intermédiaire entre 1829-52 et 1873 est manquant). Ils distinguent les disciplines par onglets : Antiquités, Curiosités, Ethnographie, Objets divers, Instruments de musique et armes, Galerie navale… Les collections de sciences naturelles sont quant à elles répertoriées de façon très hétérogène sous forme de listes, dans des petits cahiers, ou dans des nomenclatures de classification qui citent indistinctement les spécimens présents et non présents au musée.

2 Jean-Jacques Carlier, « M. Benjamin Morel ancien député de Dunkerque. Notice historique et biographique », Dunkerque, 1862, p. 111

3 En 1829 : n°1 à 13 ; 1830 : n°14 à 16 ; 1832 : n°16bis ; 1833 : n°16ter

4 Courrier du 6 février 1838 adressé depuis Bruxelles au maire Henri Lemaire.

5 Fondée en 1824 par le roi Willem I, la Société de commerce néerlandaise était à la fois une société commerciale et une banque. Elle avait pour vocation de rétablir le marché entre les Pays-Bas et les Indes orientales néerlandaises, afin d’éliminer la concurrence anglaise.

6 Source Christine Stroobandt, « De Dunkerque à Canton et retour », in « Retours de mer » dirigé par Jean Attali, éditions Dilecta, Paris, 2014, p. 202. Nous devons l’intégralité des sources biographiques de Gernaert à C. Stroobandt, responsable du centre de documentation du musée portuaire de Dunkerque.

7 Epreuves réduites en bronze des sculptures de Michel Ange, Pierre Puget et François Joseph Bosio ; les premières accueillent les administrés à l’hôtel de ville ; la dernière est toujours conservée au musée. Le musée recevra des œuvres de l’Etat jusque dans les années 1970.

8 1er septembre 1801

9 Le Palais de Justice était lui-même installé dans l’ancienne Bourse depuis 1790.

10 Jacques Julien Houtou de La Billardière, « Atlas pour servir à la relation du voyage à la recherche de La Pérouse, fait par ordre de l'Assemblée constituante, pendant les années 1791, 1792, et pendant la 1.ere et 2.eme année de la République française », H.J. Jansen, Paris, 1800

11 Hélène Guiot, ethno-archéologue, spécialiste en Océanie, UMR 7041, Archéologie et Sciences de l’Antiquité, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Nanterre 

12 Cet ouvrage a été dirigé par des enseignants-chercheurs des universités nationales d’Australie et d’Auckland (Browen Douglas, Billie Lythberg) et le Volkenkunde museum de Leiden (Fanny Wonu Weys). Il recense les objets de l’expédition, dispersés dans le monde.

13 Cet exemple démontre qu’un registre intermédiaire à ceux de 1929-52 et la recopie de celui de 1873 est manquant.

14 L’inventaire des biens mobiliers et immobiliers dressé le 20 juin 1832 répertorie 76 tableaux qui deviennent propriété de l’administration préfectorale avant d’être cédés au « musée communal » par accord du sous-préfet le 7 mai 1838. Les œuvres avaient suivi le sous-préfet dans son déménagement de l’été 1803. Source Christian Pfister, « La sous-préfecture en 1832, un avant-goût du futur Musée des Beaux-Arts de Dunkerque » in la Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, 1996, n°, pp.69-80.

15 « Catalogue des tableaux du musée de Dunkerque », Imprimerie de Drouillard, Dunkerque, 1841. Les œuvres de Saint-Winoc y figurent.

16 Le fusil voltigeur de la Garde Nationale a été réalisé en 1825 par l’un des meilleurs arquebusiers de son temps, Jean Le Page (1746-1834).

17 Benjamin Morel est chargé en 1839 de la Commission du monument de Jean Bart par le conseil municipal. Ami de David d’Angers, il obtient de lui la statue du célèbre corsaire.

18 La valorisation très prochaine des instruments de musique nous permettra d’en savoir davantage sur la collection et la biographie de Jolly.

19 Bâti entre 1825 et 1835 sur l’emplacement de l’ancien couvent des Dames anglaises (1662), le domaine comprend une orangerie, un petit pont, deux maisonnées pour le gardien et le jardinier. Vendu en 1861 par les héritiers Morel, un mont de piété s’y installe de 1862 à 1872. Le parc à l’anglaise est ouvert au public dès 1863 ; appelé « Le jardin de la ville », il sera accessible au public jusqu’en 1940.

20 Le musée en 1877 : au rez-de-chaussée, les salles d’histoire naturelle, maritime et extra-européenne avec la galerie de tableaux dans l’aile Est ; au premier étage, les salles de lecture et de prêts de la bibliothèque, les archives ; au second étage, la réserve de livres de la bibliothèque, la salle pour les Sociétés savantes ; dans les combles, l’annexe des archives départementales, les collections de périodiques.

21 Au total, une quarantaine de peintures représentatives de l’école française et de l’Europe septentrionale.

22 Le Suriname est une ancienne colonie de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, société de marchands appelée également WIC.

Le Suriname est bordé au nord par l’Océan Atlantique, à l’ouest par le Guyana (ancienne Guyane britannique), à l’est par la Guyane française.

23 Information transmise par Jocelyne et Lysiane Denière et publiée dans l’ouvrage : « Alphonse BRAY et sa famille », éditions J et L Denière, octobre 2017.

24 A titre d’exemple pour les œuvres les plus connues, on citera les musées du Tropenmuseum à Amsterdam, d’Aquitaine à Bordeaux, du Stichting Surinams Museum de Paramaribo (dont l’album, Costumes et types d’habitants de Suriname, 1850).

25 Plusieurs dioramas réalisés par G. Schouten ont été localisés en France et à l’étranger : le muséum de Lille, le musée d’art et d’histoire de la Rochelle, le musée ethnographique de Neufchâtel, puis le musée royal d’Anvers, et des collectionneurs privés. Clazien Medendorp est la spécialiste de l’œuvre de Gerrit Schouten. Cette dernière n’attribue pas à l’artiste l’objet de Dunkerque. Par ailleurs, deux autres dioramas aux dimensions modestes et à la facture plus grossière, seront remis par Théodore.

26 L’objet a été restauré en 2016. Un article pluridisciplinaire est à paraître dans la revue scientifique interdisciplinaire Technè, coordonné par Régis Prévost, avec la participation collective de Laure Cadot, Gérard Collomb, Juliette Langlois, Stephen Rostain, Claude Steen-Guélen, Yannick Vandenberghe, Ségolène Walle.

27 L’identification de la population dans le diorama a été réalisée par Stephen Rostain, archéologue, directeur de recherche au CNR, UMR 8096, Archéologie des Amériques, Paris 1, Panthéon-Sorbonne.

28 Informations transmises et publiées dans l’ouvrage de Jocelyne et Lysiane Denière, « Alphonse BRAY et sa famille », éditions J et L Denière, octobre 2017, pp. 27-28 ; 89-91

29 « Le 18 mars 1865, Alphonse Bray propose, par courrier, à la Ville de Dunkerque de créer une maison de refuge pour les vieux marins du Commerce et demande un emplacement convenable. (…). », op. cit. p.57

30 Boundou : Bondu ou Bundu

31 Paul Marmottan est Inspecteur des Beaux-Arts devient un interlocuteur privilégié entre la municipalité de Dunkerque et le ministère de l’Intérieur pour l’envoi des dépôts de l’Etat

32 Catalogue d’exposition « La collection Alexis Joffroy, de Luca Giordano à Alfred Stevens », Somogy, Paris, 2001, d’après le mémoire de DEA de Claude Guélen, Le legs Alexis Joffroy (1898) au musée des Beaux-Arts de Dunkerque. Le reflet d’un marché de l’Art au milieu du XIXème siècle, sous la direction de M.-A. Stalter, Université de Lille 3, 1997

33 Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le don se transformera en legs en 1921.

34 La collection d’okimonos (statuette en japonais) en ivoire a fait l’objet d’une exposition et d’une publication sous la direction de Claude Steen-Guélen, « Ivoires de Chine et du Japon. Legs Angellier-Beck », Dunkerque, 1999

35 L’expertise des ivoires a été réalisée en 1998-1999 par Mme Lu Sénéchal, expert en Arts d’Asie ; celle pour la céramique a été confiée au collectionneur Mr Bruno Destobeleer en 2003.

36 L’ironie du sort veut, que le 2 février de la même année, le Conseil municipal avait validé le projet de travaux à effectuer pour la restauration des étages de la bibliothèque, des archives et du musée qui avaient subi les dommages de la Première Guerre mondiale.

37 Les œuvres évacuées vers Combourg séjournent au château de Compiègne avant de réintégrer Dunkerque en 1955.

38 Le projet initial de 1962 qui proposait un parallélépipède de plein pied vitré, comportant des espaces réservés aux « Expositions temporaires et de Plein Air », une « Galerie Maritime », une salle de conférence et un hall, est repris en 1968 à la demande de la direction des musées de France. Le musée s’élève d’un niveau et gagne un sous-sol. Un aquarium est même envisagé par le maire Claude Prouvoyeur, qui souhaite intégrer à l’édifice « un muséum d’histoire naturelle », avec un accès distinct par le sous-sol. Cette dernière idée, trop onéreuse, est abandonnée.

39 Le musée portuaire de Dunkerque est un musée maritime et de société. Il est né de l’initiative d’anciens dockers qui souhaitaient conserver des témoignages de leur métier et de leur milieu. Le musée est géré par l’association Acmapor qui fédère un multi partenariat institutionnel.

40 Catalogues publiés en 1870, 1873, 1880, 1896, 1905.

41 Citons en 1986 : Pleins feux sur… un choix d’armes anciennes ; Monnaies primitives

42 Collectif, « La découverte du paradis. Océanie. Curieux, navigateurs et savants », Somogy, Paris, 1997

43 Sous la direction de Claude Steen-Guélen, « Ivoires de Chine et du Japon. Legs Angellier-Beck », Dunkerque, 1999

44 Sous le commissariat de Philippe Richard : « Autre Pareil », Dilecta, Paris, 2012 (exposition du 19/10/2011 au 13/07/2013)

45 Sous le commissariat général de Jean Attali, assisté de Claude Steen-Guélen (exposition du 14/09/2013 au 31/01/2015) ; « Retours de mer », Dilecta, Paris, 2014.

46 Commissariat et direction des expositions et éditions par Claude Steen-Guélen, « Dunkerque, une collection d’archéologie : les « Antiques » », Dunkerque, 2012 (exposition du 15/09/2012 au 06/09/2013) ; « Dunkerque et la collection d’Antinoé, cité de l’Egypte antique », 2013 (exposition du 13/07/2013 au 01/04/2015).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue intérieure d’une salle du musée, fin xixe siècle ?
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 2. Le musée après les travaux de 1877
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 3. Orgue à bouche, sheng, Chine ; bois, bambou, ivoire, corne, encre et néphrite Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1212)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-3.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 4. Massue de type totokia, Iles Fidji, Océanie ; bois Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.295)
Crédits © Claude Theriez
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-4.png
Fichier image/png, 143k
Titre Fig. 5. Manilles ou bracelets monnaies, Nigéria, Afrique ; laiton doré Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1202.1-3)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-5.png
Fichier image/png, 228k
Titre Fig. 6. Nécessaire à opium comprenant : un étui en rostre d’animal, une aiguille, une pelle et un couteau, Chine ?, Asie ; rostre d’animal, écaille de tortue, textile, métal. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1255.1-4)
Crédits © Vincent Bijan
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-6.png
Fichier image/png, 84k
Titre Fig.  7. Peigne à tatouer, hau, Iles Tonga, Océanie ; écaille de tortue, fibres de bourre de coco, os ou nacre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1343)
Crédits © Claude Theriez
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-7.png
Fichier image/png, 393k
Titre Fig. 8. Joseph Nicolas ROBERT-FLEURY, Portrait de Benjamin Morel, 1829 ; huile sur toile. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA. P.526)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-8.png
Fichier image/png, 283k
Titre Fig. 9. Figure réduite de proue de pirogue, tiki vaka, Iles Marquises, Océanie ; bois sculpté Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1211)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-9.png
Fichier image/png, 213k
Titre Fig. 10. Jarre anthropomorphe, Culture Chancay, Côte occidentale du Pérou, 1000 et 1400 apr. JC. ; terre cuite et engobe peint brun. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1510)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 11. Diorama, Suriname, Amérique du Sud, milieu xixe siècle ; matériaux mixtes : bois, papier, verre, fibres végétales, carton et modelage en terre polychrome, métal Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.304)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 12.  Éventail à feu, woli-woli, Population Kali’na, Suriname, Amérique du Sud ; tiges d’arouman. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1354)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 13. Porte talisman contenant une feuille de papier sur laquelle sont écrits des versets coraniques, Sénégal, Afrique ; cuir tressé et peint, papier et encre. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1396)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-13.png
Fichier image/png, 168k
Titre Fig. 14. Grand cabinet reposant sur un socle, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; bois laqué, poudre de nacre, porcelaine et laiton doré. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.318.1-12)
Crédits © Emmanuel Watteau
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 15. Geï-sha ou Musicienne assise jouant du samisen, Japon, Ere Meiji (1868-1912) ; ivoire d’hippopotame. Dunkerque : musée des Beaux-Arts (Inv. BA.1972.00.1469.118)
Crédits © Claude Theriez
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3254/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

Auteur

Responsable de collections et de la conservation-restauration, Musées de Dunkerque (musée des Beaux-Arts et Laac)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search