Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

Appréhender les collections ethnographiques dans un musée au début du XIXe siècle : le cas de Boulogne-sur-Mer

Marie Hoffmann

Résumé

Le Musée de Boulogne-sur-Mer a connu une histoire mouvementée notamment du fait des deux conflits de la première moitié du xxe siècle qui ont largement impacté la région. Fondé en 1825, il a été le dépositaire de collections variées d’histoire naturelle, d’archéologie, des Beaux-Arts ou encore d’ethnographie. Son nom et sa fonction ont également évolué au fil du temps. D’abord Muséum, ses collections ont été divisées en un Muséum et un Musée avant d’intégrer le Château comtal en 1988. Si toutes les collections ne sont plus aujourd’hui conservées par l’établissement, l’ethnographie est toujours l’une de ses composantes principales. Il est d’ailleurs l’un des rares musées des Hauts-de-France à consacrer une large place à ces collections dans son parcours permanent depuis 2013. La présence de la collection de masques d’Alaska ramenée par Alphonse Pinart, ensemble unique au monde, a permis notamment de développer un fort partenariat avec l’île de Kodiak et son musée. Cependant si aujourd’hui les collections ethnographiques sont parfaitement intégrées dans le parcours du musée et constituent l’un de ses atouts, se pose la question de la place qu’ont pu occuper ces objets au sein de l’institution dans les premières décennies de son histoire, alors qu’ils n’étaient encore perçus que comme des « curiosités » – le terme de « curiosités » est utilisé, notamment en références aux « cabinets de curiosités » ou « Kunst-und-Wunderkammern » (cf. Rivallain J., « Cabinets de curiosités, aux origines des musées », N° spécial de : Outre-mers. Revue d'histoire, 332-333, 2e semestre, 2001, p.17 à 35). Ses désignations sont multiples, cependant il est couramment employé, de la fin du xviiie au début du xixe siècle, en référence aux collections ethnographiques (cf. Le Godinec M.-B., « Témoins du voyages ou objets scientifiques ? Les collections ethnographiques dans les musées parisiens entre les xviiie et xxe siècles et leur rapport au voyage », dans Le Godinec M.-B., et Bouillon D., Le rôle des voyages dans la constitution des collections, 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2008, p.87 – Il convient ainsi de s’interroger sur la manière dont ces collections s’intégraient au Muséum du début du xixe siècle et sur la façon dont elles ont pu être gérées et exposées.

Texte intégral

Le cabinet d’Alexandre-Isidore Leroy de Barde

  • 1 Sur Leroy de Barde voir Braquehay, Un peintre d’histoire naturelle, Leroy de Barde et son temps 177 (...)
  • 2 Honorary exposant

1La création du musée de Boulogne-sur-Mer est liée à l’acquisition par la municipalité du cabinet de curiosités du Vicomte Alexandre-Isidore Leroy de Barde. Né à Montreuil-sur-Mer, à une quarantaine de kilomètres de Boulogne, le 27 février 1777, il1 est le fils de François-Isidore Leroy de Barde et de Marie Lebel. En 1792 alors qu’il a 15 ans, sa famille, fuyant la France et les troubles révolutionnaires, se réfugie en Angleterre, à Londres. Cela permet au jeune Alexandre d’avoir accès à l’effervescence culturelle londonienne. Se tournant vers la peinture et le dessin, il devient « exposant honoraire »2 au Salon de Somerset House de la Royal Academy à partir de 1797 ; il a alors 20 ans. Ses œuvres démontrent dès le début son intérêt pour l’Histoire Naturelle et les « antiquités » : intérêt partagé par nombre de ses contemporains, notamment au sein de la capitale du Royaume-Uni. Ainsi en 1803, il réalise une aquarelle représentant 71 coquillages et, en 1804, ses « 23 oiseaux », les deux œuvres étant réalisées d’après les collections du Leverian Museum. Il peint également les collections d’histoire naturelle et d’objets de curiosités et d’antiquités de William Bullock qui s’installe à Liverpool en 1801. Son séjour à Londres permet donc à Alexandre-Isidore Leroy de Barde d’avoir accès à une profusion de collections qui témoignent des goûts de ses contemporains et des découvertes scientifiques et géographiques de l’époque. Celles-ci ont probablement suscité chez lui un intérêt pour la collection, alors très répandu au sein de la société européenne. Il est très possible qu’il se soit rendu aux nombreuses ventes qui avaient lieu dans la capitale britannique pour créer un premier noyau de collection, à l’instar de celle du Leverian Museum, dont les collections sont dispersées lors d’une vente aux enchères de 65 jours en 1806. Alexandre-Isidore retourne en France autour de 1815 et se fait remarquer pour ses œuvres qui lui valent d’être nommé par Louis XVIII Premier peintre d’histoire naturelle en 1817.

  • 3 Mémoire de la Société d’Agriculture de Boulogne-sur-Mer, 2e série, 1er tome, 1837
  • 4 Bulletin des sciences géographiques, tome 16, 1830, p.223
  • 5 Archives Nationales du Monde du Travail, 2009.012.039
  • 6 Commune située à 11 kilomètres de Montreuil-sur-Mer
  • 7 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824
  • 8 Mémoire de la Société d’Agriculture de Boulogne-sur-Mer, 2e série, 1er tome, 1837
  • 9 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824

2La Société d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et des Arts de Boulogne-sur-Mer est à l’origine de la création du Musée. Fondée en 1796 à Boulogne-sur-Mer, cette société est dans les premiers temps essentiellement tournée vers l’agriculture, comme en témoignent ses premières publications. Son but est alors de « concourir aux progrès de l’Agriculture dans le département »3. Toutefois, il ne faut la réduire à ses productions agricoles. Les intérêts de ses membres sont très divers et concordent avec les goûts contemporains. Ainsi l’histoire naturelle est aussi un domaine de prédilection pour la Société à l’instar de la publication par Antoine Demarle de Liste des oiseaux observés dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer du 1er février 1822 jusqu’au 1er avril 18234 en 1823. Le lien entre le Vicomte de Barde et la Société s’établit en deux points. D’abord par le fait que le Vicomte est connu de la Société : une de ses inventions, un moulin à broyer les pommes, est présentée par un membre de la Société 1824. Le second point consiste en la personne d’Antoine Demarle, secrétaire de la Société en 1824. Pharmacien de formation, il servit comme pharmacien sous-aide dans les armées napoléoniennes, entre 1809 et 1811, puis il s’installa à Boulogne-sur-Mer en 1812. S’intéressant particulièrement aux sciences naturelles, il commença à rassembler une collection ornithologique à partir de 1822. La Duchesse du Berry, de passage à Boulogne en 1824, lui fit d’ailleurs l’honneur de visiter sa collection5 : ce qui semble indiquer une certaine renommée, tout du moins au niveau local. C’est lors d’un passage à Paris qu’Antoine Demarle se rendit, en compagnie de Jean-Baptiste de Rosny, maire de Boulogne de 1816 à 1821, au « petit muséum » du Vicomte de Barde. Ce dernier, partageant son temps entre sa propriété de Bernieulles6 et Paris, avait alors installé sa collection place de la Concorde où elle était accessible aux amateurs les jeudis, lorsqu’il était présent dans la capitale. Cette visite est l’occasion pour le Vicomte d’exprimer à Antoine Demarle sa volonté de se séparer de sa collection afin qu’elle puisse constituer le noyau fondateur d’un musée. Demarle va alors servir d’intermédiaire entre de Barde et la Société d’Agriculture7. Il avait par ailleurs mentionné le premier l’idée de la création d’un musée par la Société en 18228. L’offre du Vicomte est présentée à la Société le 7 mai 1824. Celle-ci en réfère alors au maire de la ville en insistant sur les arguments en faveur de cette acquisition, le développement de l’étude de l’Histoire Naturelle à Boulogne mais aussi la possibilité d’offrir un « délassement agréable et bien instructif aux nombreux étrangers »9 de passage, notamment lors de la période des bains. Après de nombreux pourparlers, le Conseil Municipal autorise, le 11 mars 1825, le maire à faire l’acquisition du cabinet de Barde.

  • 10 ibid.
  • 11 L’Annotateur, 27 avril 1826
  • 12 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824
  • 13 Il n’y a aucune indication sur l’état de conservation du spécimen
  • 14 Registre de correspondance du Musée, courrier 19 juillet 1826
  • 15 Registre de correspondance du Musée, courrier 26 février 1826

Cependant comme nombre de transactions d’importance entre un particulier et un musée, celle-ci s’accompagne de conditions pour l’institution. Vient d’abord une clause financière : la somme de 10 000 francs, bien que correspondant à peine à la moitié de la valeur estimée de la collection de Barde, reste un investissement financier important pour une ville telle que Boulogne-sur-Mer. Le deuxième point réside dans la volonté d’Alexandre-Isidore Leroy de Barde d’être considéré comme le « fondateur de l’établissement »10. A l’instar de l’évergète antique, le Vicomte recherche probablement des témoignages physiques de son implication, comme son nom inscrit sur la liste des donateurs affichée dans le musée11. Enfin il insiste particulièrement sur sa volonté de conserver sa collection dans son unité : ainsi de Barde ne souhaite pas qu’elle se retrouve « un jour divisée entre 50 personnes »12 ce qui explique son choix de la vendre à Boulogne. Une fois la transaction établie et les collections transférées entièrement dans les locaux de la ville, de Barde ne cesse pas pour autant toute relation avec Boulogne, bien au contraire il s’investit dans l’institution qu’il a contribué à fonder. Il effectue plusieurs dons d’objets comme un poisson lune13 en juillet 182614. Il se sert également de son réseau pour favoriser l’enrichissement des collections, comme en février 1826, lorsqu’il informe les administrateurs d’une vente prochaine « d’objets de curiosités »15. Ce lien avec le musée perdura jusqu’à sa mort le 5 mai 1829 à Paris.

  • 16 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824 et Braquehay, Un peintre d’histoire natur (...)
  • 17 Boulay R., « Les collections océaniennes du Musée de Boulogne-sur-Mer », Journal de la Société des (...)
  • 18 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824
  • 19 Braquehay, Un peintre d’histoire naturelle, Leroy de Barde et son temps 1777-1829, 1896

3Comme indiqué précédemment de Barde a eu accès à de nombreuses collections qui ont pu développer son goût pour la collection encyclopédique lors de son séjour à Londres. Il aurait mis plus de 20 ans pour constituer son cabinet de curiosités en se procurant les objets, notamment lors des ventes publiques comme celle du Leverian Museum, dans les différents pays européens où il a pu se rendre16. Roger Boulay estime que cette période est comprise entre 1797 et 182017. Ce « petit muséum », comme il le qualifiait18, se composait de 2 640 pièces : « 235 oiseaux exotiques ; 225 oiseaux indigènes ; 72 quadrupèdes, reptiles, etc. ; 150 poissons, crabes, partie d’animaux ; 250 coquillages, madrépores, éponges ; 190 pétrifications, fossiles, etc. ; 300 minéraux ; 220 œufs d’oiseaux ; 550 graines exotiques ; 288 objets de curiosités ; 80 armes et objets d’antiquités ; 80 vases et lampes antiques »19. Lors de la vente de sa collection, de Barde établit un premier classement qui comporte 12 catégories qu’il communique à la ville :

  • Les oiseaux étrangers

  • Les oiseaux indigènes

  • Les quadrupèdes et reptiles

  • Les poissons et crustacés

  • Les coquilles et madrépores

  • Les pétrifications et fossiles

  • Les minéraux Les œufs d’oiseaux

  • Les graines étrangères

  • Les curiosités de sauvage tels qu’instruments de musique, armes, habillement, ustensiles et étoffes

  • Les antiquités et armes anciennes

  • Les lampes antiques et vases étrusques

  • 20 Filippapoliti A., « Spacializing the collection : John Fiott Lee and Hartwell House », dans Potvin (...)

4Cependant, alors que lui-même est peintre et apprécie particulièrement les Beaux-Arts, aucune peinture ni aucun dessin n’est présent dans son cabinet. Il est fort possible que de Barde ait eu en sa possession des œuvres mais il est probable, qu’en homme de son temps, il ait dissocié clairement son cabinet d’histoire naturelle d’une éventuelle collection d’œuvre d’art. Il paraît aussi envisageable qu’une telle collection n’ait jamais existé et que ses intérêts l’aient uniquement porté à collectionner des éléments d’histoire naturelle, d’archéologie et d’ethnographie. Aussi n’est-il pas si étonnant de constater cette absence. Dans sa composition cette collection paraît assez typique de son époque : en effet, le xixe siècle est celui du développement des collections encyclopédiques. Comme l’indique Anastasia Filippapoliti, « la multiplicité des intérêts scientifiques se reflétait dans l’hétérogénéité des collections »20. Les collections particulières sont alors une preuve de l’éclectisme de leur propriétaire : à l’instar de la collection de John Fiott Lee (1783-1866) ou encore du cabinet de Sir Samuel Rush Meyrick (1738-1848) qui fait construire un château d’inspiration médiéval afin de l’y abriter. De plus, les composants d’une collection témoigne également des sujets de prédilection du collectionneur : le cabinet de Barde montre l’intérêt personnel du Vicomte pour l’histoire naturelle.

5En ce qui concerne les collections ethnographiques, il est intéressant de se pencher sur le degré de précision de l’attribution de la provenance géographique. Celui-ci est effectivement très variable : de la « Nouvelle-Calédonie », une provenance précise, à la mention vague de « Mers du Sud ». De même, comme c’est souvent le cas au début du xixe siècle, la dénomination des objets reste purement descriptive. Cette variation importante dans les degrés de précision semble confirmer le mode d’acquisition des objets du cabinet du Vicomte, dépendant des informations transmises et du nombre d’intermédiaires entre le moment de la collecte et celui de son acquisition.

6Le cabinet du Vicomte de Barde constitue donc le premier noyau des collections du Musée de Boulogne-sur-Mer. Il fait entrer les premiers objets ethnographiques au sein de l’institution : leur présence parmi les premiers éléments du musée a probablement impacté la façon dont les administrateurs ont pu appréhender ces collections. En établissant un musée dont les collections incluaient des éléments ethnographiques, les Boulonnais ont ainsi dû les prendre en considération dans le cadre de leur « politique » d’enrichissement des collections.

Enrichir les collections « de curiosités »

  • 21 L’Annotateur, 27 avril 1826
  • 22 L’Annotateur, 2 juin 1836
  • 23 Coulon F., « La figure du pourvoyeur d’objets extra-européens »

7Le souci de l’enrichissement des collections est une priorité dès la création du Musée de Boulogne. Il se traduit de plusieurs manières : une incitation aux dons, la rédaction d’une instruction aux voyageurs ou encore l’envoi de caisses pour la collecte. Ces trois éléments concernent toutes les collections, dont celles relatives à l’ethnographie. Le premier point consiste à inciter les Boulonnais ainsi que les étrangers de passage en ville à contribuer à l’expansion du musée, notamment par une série d’appels aux dons dans la presse et ce dès 1825. Ainsi, les travaux pour l’ouverture de la nouvelle galerie en 1826 donnent lieu à une nouvelle classification. Le journal l’Annotateur relaie l’appel du musée et incite notamment les lecteurs à se manifester avant que la nouvelle classification ne soit terminée21. Le même hebdomadaire publie un autre article en 1836 alors que « l’administration du Muséum s’occupe de faire décorer une de ses galeries dans le goût du Moyen-Âge » et « invite les personnes qui auraient en leur possession des panneaux, statuettes, meubles, etc. à vouloir bien remettre ses objets au gardien du musée »22. Cette politique se traduit également par la mise en place de processus de remerciements de la part du musée envers ses donateurs : ainsi le musée indique le nom du donateur sur chaque objet, affiche dans un premier temps une liste des donateurs dans le musée et, à partir de 1825, publie dans la presse les listes des donateurs plusieurs fois par an. Selon François Coulon, le geste du don d’un objet doit être intégré dans un contexte plus étroit, « celui des bonnes relations à entretenir par le musée dans un certain univers social qui plus est avec un donateur toujours potentiel »23. La Société d’Agriculture, toujours liée au Muséum, joue alors un rôle essentiel : ses membres fournissant la plupart des administrateurs du Muséum et étant parfois des donateurs mais surtout des intermédiaires entre l’institution et les donateurs.

  • 24 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses (...)
  • 25 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses (...)
  • 26 Registre de correspondance du Musée, courrier 3 novembre 1826
  • 27 Registre de correspondance du Musée, courrier 4 janvier 1827
  • 28 Humbolt, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent

8Le deuxième élément d’incitation est l’envoi de caisse contenant du matériel pour la conservation et le transport des objets. Ainsi M. Bertrand, décrivant le Muséum en 182924, remarque que celui-ci « attire l’attention des naturalistes » et insiste sur les nombreux dons qui ont permis d’enrichir le musée. Il indique également que « des voyages maritimes » ont fourni à l’institution des « productions étrangères » comme des « ornements chinois », des « porcelaines du Japon » et des « armes et vêtements de sauvages ». Il précise enfin que « ce qui doit donner la certitude que cet établissement deviendra de plus en plus important, c’est qu’il n’est pas un seul navire expédié par les contrées lointaines qui ne soit muni de la caisse nécessaire à renfermer l’hommage que le navigateur se propose de faire à son retour » 25. Ainsi la première caisse est envoyée par le Musée en 182626 à M. Blandin, capitaine de navire en partance du Havre pour Carthagène. Les administrateurs lui font parvenir une caisse contenant du liège avec des épingles, accompagnée d’instructions pour conserver et emballer les insectes. Mais ce n’est qu’à partir de la caisse numéro 5, envoyée en 1827, à M. Delattre fils, capitaine du navire l’Hercule en partance pour la Guadeloupe, que la collecte de pièces ethnographiques est abordée : « pour y renfermer les objets d’histoire naturelle et de curiosités »27. Cet intérêt qui se développe progressivement pour ces objets se traduit notamment dans une lettre du 15 août 1827 adressée au Capitaine Pollet Dagron, donateur du musée. Les administrateurs lui indiquent que « les antiquités des peuples de l’Amérique méridionale n’ont pas été appréciées jusqu’ici comme elles le méritaient de l’être », ils précisent qu’« elles sont cependant de nature à exciter vivement la curiosité des savants à cause du rapport étonnant qu’elles se trouvaient avoir avec celles de l’Asie et de l’Égypte » et citent comme caution l’ouvrage d’Humbolt28. Ainsi alors que dans un premier temps les administrateurs du Musée se concentrent sur les objets d’histoire naturelle, très rapidement les artefacts ethnographiques sont intégrés dans la liste des objets recherchés.

  • 29 Registre de procès-verbaux, séance du 10 août 1827
  • 30 Registre de procès-verbaux, séance du 14 novembre 1828
  • 31 Kury L., « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », (...)
  • 32 Rivallain, «Collectes et collections ethnologiques : une histoire d'hommes et d'institutions», N° s (...)
  • 33 Hamy E.T., Les origines du Musée d'ethnographie, Paris, 1988
  • 34 Instruction sur la manière de recueillir, de conserver et de transporter les objets destinés au Mus (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

9À partir du mois d’août 1827, le musée nomme une commission chargée de rédiger une instruction à remettre aux navigateurs afin de les « engager à recueillir et conserver (…) les objets d’Histoire Naturelle qu’ils seront à même de se procurer »29. Les membres de cette commission sont M. Dutertre Yvart, pharmacien et membre de la section minéralogie du musée, et M. Leducq, médecin et membre de la section zoologie. La rédaction est achevée et communiquée à tous les membres de l’administration du Musée pour avoir leur avis avant impression. Après une validation collégiale, l’Instruction sur la manière de recueillir, de conserver et de transporter les objets destinés au Muséum est publiée en 1828 et imprimée en 500 exemplaires30, ce qui semble indiquer la volonté d’une large diffusion. En comparaison, le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris publie son Instruction pour les voyageurs en 1818 : ce document sera réédité cinq fois au cours du xixe siècle et la 5e édition en 1845 sera tirée à 1 000 exemplaires31. Le Muséum de Boulogne est donc ambitieux dans sa volonté de diffusion de son Instruction. Ce type d’instruction visant à cibler les recherches des collecteurs est très répandu au sein des musées et des Sociétés Savantes. Ainsi Rivallain32 indique que dès les débuts du xixe siècle, celles-ci commencent à dresser des listes d’échantillons à collecter en priorité. De même des instructions à destination des officiers sont rédigées par les autorités, à l’instar de celles de Charles X recommandant aux capitaines de ramener des objets afin d’alimenter le musée naval du Louvre créé en 182733. Le but affiché de ce document est que les dons soient « aussi profitables au muséum que les donateurs le désirent »34. Il s’adresse « aux voyageurs et capitaines de navire »35. L’Instruction est divisée en deux parties : la première concerne l’Histoire Naturelle et la seconde les objets d’art. Cette dernière est elle-même séparée en deux catégories, les Antiquités, médailles et monnaies et les Vêtements, costumes, étoffes meuble, armes, outils, etc. C’est dans celle-ci qu’est intégrée l’ethnographie : elle est décrite comme une section du musée composée de « costumes, étoffes, vêtements, coiffures, armes, instruments de musique, outils, ustensiles de pêche et de ménage et autres meubles et effets à l’usage des peuples et des peuplades des diverses contrées du globe »36. Toutes les cultures sont ainsi concernées. Le muséum précise qu’il est à la recherche d’objets « dont la connaissance se lie intimement avec l’histoire de la civilisation » et informe sur l’ « état des arts chez les habitants des différentes parties du monde »37. L’importance du contexte est également mise en avant : le collecteur est invité à joindre à l’objet une note indiquant la provenance, l’usage et « tout autre renseignement utile ». Il laisse donc le lecteur juge de la pertinence des informations à fournir. Mais alors que la partie sur l’histoire naturelle comprend de nombreux conseils sur la préparation et le conditionnement en prévision du transport, celle relative à l’ethnographie précise que ces objets « n’exigent que peu de soins pour être conservés et transportés » : ainsi bien que le document soit relativement novateur dans l’intérêt porté aux collections ethnographiques, ces dernières restent secondaires dans les préoccupations des administrateurs du Musée.

  • 38 Registre de correspondance du Musée, courrier 18 décembre 1829
  • 39 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 mars 1837
  • 40 Registre de procès-verbaux, séance du 13 janvier 1837

10De plus, afin d’assurer une bonne diffusion de l’Instruction, l’administration la fait parvenir au Contre-Amiral de Rosamel en 182938. Le document lui est renvoyé une seconde fois en 1837, après qu’il fut devenu Ministre de la Marine, pour qu’il le distribue « aux officiers (…) qui vont explorer les pays lointains, avec l’invitation de recueillir, non seulement des objets qui par eux-mêmes paraissaient avoir une grande valeur, mais tous ceux qui se présentaient à eux, car souvent les pièces les plus obscures en apparence sont d’un prix inestimable »39. L’accès de Claude de Rosamel, donateur depuis 1827, au poste de Ministre de la Marine et des Colonies en 1836 offre au musée une plus grande audience pour son instruction et un ambassadeur de choix auprès des capitaines de marine. D’autres personnalités en vue agissent de la sorte, à l’exemple de M. Payet, député de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, qui recommande le Muséum aux capitaines Dupetit Thouars et Laplace et réclame l’envoi de quelques exemplaires de l’Instruction en 183740.

11L’administration déploie tous ses efforts pour enrichir les collections dès la fondation du Muséum. C’est ainsi un objectif primordial pour les administrateurs et la municipalité. Les collections ethnographiques ne sont pas délaissées au sein de ce processus d’accroissement du Muséum : elles sont rapidement recherchées au même titre que les objets et échantillons d’histoire naturelle. Ceci entraîne la nécessité de prendre en compte ces objets dans la gestion et la présentation des collections.

Administrer et exposer les « objets de curiosité »

  • 41 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 juin 1825
  • 42 Registre de procès-verbaux, séance du 9 avril 1827

12L’implication d’Antoine Demarle dans l’acquisition du cabinet de Barde par la ville ne cesse pas une fois le musée fondé, bien au contraire, il se charge de la gestion provisoire et du premier classement des objets. Toutefois en juin 1825, il refuse le poste de Directeur du Muséum que lui offre le maire mais lui propose de faire « entrer les amateurs qui s’occupent en ville de l’étude et de la classification d’objets d’histoire naturelle » au sein de l’administration du Muséum41. Il effectue alors une première division en 5 sections des collections qui diffère des 12 catégories établies par le Vicomte de Barde : minéralogie ; botanique ; zoologie ; antiquités et objets de curiosités ; sculpture, dessins et peinture. Mais le règlement de l’administration intérieure du Muséum, voté en 182742, amorce très rapidement une seconde catégorisation :

  • Histoire Naturelle

    • Minéralogie

    • Botanique

    • Zoologie

  • Objets d’Art

    • Antiquités, médaillons et curiosités

      • Antiquités et médailles

      • Objets de curiosité

    • Arts du dessin

      • Architecture et sculpture

      • Peintures et autres arts du dessin

  • 43 Registre de procès-verbaux, séance du 15 septembre 1828

13Cette division est accompagnée de la nomination d’un ou deux administrateurs chargés de chaque sous-section. Pour celle des objets de curiosité, ce sont messieurs Horeau, trésorier des invalides de la marine, et Aloy, régisseur des droits d’enregistrement, qui sont nommés. En 1828, ce dernier est chargé par la commission du Musée de rédiger une notice sur le Muséum43 à destination du Ministre de l’Intérieur. Les deux objectifs principaux du muséum y sont rappelés : offrir des sujets d’études aux amateurs des sciences naturelles et des Beaux-Arts et promouvoir la ville aux yeux des étrangers de passage dans la région. Une nouvelle division des collections est alors développée afin d’assurer la répartition « du travail et de la surveillance spéciale » en 13 sections :

Minéralogie

Botanique

Mammalogie

Ornithologie

Entomologie

Erpétologie

Conchyliologie

Ichtyologie

Malacologie

Archéologie et Numismatique

Costumes, armes, instruments, meubles et curiosités diverses

Architecture et sculpture

Peintures et autres arts du dessin

14Cette nouvelle catégorisation témoigne du développement des sciences naturelles en France : ainsi Boulogne-sur-Mer, au fait des nouveautés scientifiques, inclut l’émergence progressive des nouvelles sciences issues de l’Histoire Naturelle dans son classement des collections. À cette notice est également joint un tableau indiquant le nombre de pièces et d’espèces par section selon la provenance géographique. Ainsi la sous-section relevant de l’ethnographie comporte 584 pièces pour 491 espèces (soit, pour les objets de curiosité, des types d’objets) sur un total de 16 943 objets conservés dans le Musée :

  • 120 de l’Europe

  • 197 de l’Asie

  • 58 de l’Afrique

  • 111 de l’Amérique

  • 5 de l’Australasie

15Le classement des collections prend donc en compte la présence d’objets de curiosité et tente de les intégrer au mieux dans une compréhension ordonnée du Muséum.

  • 44 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 août 1825
  • 45 Ibid.

16La question de l’intégration des objets ethnographiques se pose également dans le cadre de la présentation des collections. Antoine Demarle, chargé de la mise en place du Muséum, se retrouve vite confronté à un problème de place dès l’installation de la première galerie. En effet, il n’avait été prévu que cet espace pour exposer le cabinet de Barde ainsi que les nombreux dons reçus depuis l’annonce de la création du musée. Or, comme l’indique Demarle dans un courrier au maire daté du 20 août 182544, la galerie prévue pour abriter les collections est vite occupée avec les collections zoologiques. Demarle précise qu’il n’y a plus de place pour les minéraux, les graines exotiques, les objets d’antiquités et « la belle et nombreuse partie d’objets de curiosité », soit un total de plus de 2 000 objets susceptibles de « s’altérer beaucoup à l’air et à la poussière ». Ainsi on perçoit les priorités de l’administration provisoire qui se préoccupe avant tout de l’installation de la zoologie : ceci peut témoigner d’une volonté de se conformer aux goûts et aux attentes des contemporains mais aussi des affinités personnelles de Demarle, qui était féru d’ornithologie et cite par ailleurs les oiseaux comme les premiers éléments installés. L’ouverture d’une deuxième galerie est donc décidée45 dans un espace contigu de la première, afin d’accueillir la minéralogie, les collections antiques et ethnographiques.

  • 46 Une partie du discours est retranscrit dans La Boulonnaise, 10 novembre 1825
  • 47 La Boulonnaise, 10 novembre 1825
  • 48 L’Annotateur, 10 novembre 1825
  • 49 L’Annotateur, 17 novembre 1825
  • 50 L’Annotateur, 24 novembre 1825

17Le Muséum de Boulogne-sur-Mer ouvre ses portes en grande pompe le 4 novembre 1825 en présence de nombreux notables locaux et étrangers, notamment de la Duchesse du Berry. Il est installé dans l’ancienne Ecole Centrale. Dans le même bâtiment se trouvent également la Société d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et des Arts, une bibliothèque, la Chambre de Commerce, l’école de dessin, une école élémentaire et un établissement de charité. Le Muséum est donc installé à proximité de la société à l’origine de sa fondation et dans un espace dédié à l’instruction et au commerce : cela rappelle les deux objectifs principaux que la municipalité a souhaité donner à cette institution. Lors de son discours d’inauguration, le maire met en avant des collections déjà riches : « les produits de la création recueillis sur tous les points du globe et réunis en cette belle enceinte »46. La presse de l’époque donne une description plus ou moins précise de l’apparence et de la distribution des deux galeries. Ainsi le journal La Boulonnaise précise que la première correspond au règne animal, alors que la seconde contient des minéraux, des fossiles, des pétrifications, des graines, des antiquités et enfin des « objets curieux recueillis dans les deux hémisphères »47. D’après cette description, il semblerait que le classement des objets ethnographiques soit réalisé selon leur usage (armes, ornements, instruments de musique), mais elle exprime surtout l’impression d’une profusion d’artefacts avec par exemple 4 objets de « curiosité » suspendus au plafond : un « parasol chinois », un « hamac indien », un « vêtement lapon » et « une grande peau de buffle des tribus nomades de l’Afrique ». Ce type de présentation est relativement courant, il rappelle notamment les cabinets de curiosités du xviiie siècle. Mais ces objets témoignent probablement du manque d’espace dans les vitrines : en effet ils correspondent à des volumes importants qui ne devaient peut-être pas pouvoir figurer, déployés, dans les vitrines ce qui pourrait expliquer leur mode de présentation. L’Annotateur consacre trois articles à décrire les deux galeries. La première comprend donc les oiseaux, les mammifères et les poissons48. La seconde, quant à elle, comporte les coquilles, les minéraux, les graines, puis des vitrines de curiosités qui « instruisent sur les mœurs (…) les habitudes »49 et enfin viennent les vitrines d’objets antiques50. L’article précise d’ailleurs que les armes ethnographiques sont installées dans la même vitrine que « des pierres taillées gauloises » : la présentation selon l’usage des objets semble donc dominer quelle que soit leur provenance.

  • 51 L’Annotateur, 27 avril 1826
  • 52 La Boulonnaise, juillet 1826

18Mais très vite l’espace de ces deux galeries devient trop exigu et il est décidé de l’installation d’une nouvelle par l’administration. Ce nouvel aménagement, retranscrit dans la presse51, donne également lieu à une nouvelle classification des objets qui se traduit par un réaménagement des deux autres espaces. Le Muséum, ouvert au public depuis le 4 novembre 1825, ferme donc ses portes dès le 22 décembre de la même année afin de procéder aux travaux. Il s’agit donc d’un accroissement rapide des collections qui se répercute presque immédiatement sur la présentation. Il réouvre le 9 juillet 1826. Encore une fois les deux principaux organes de presse locaux se font l’écho de la nouvelle mise en valeur des collections. Ainsi La Boulonnaise décrit une « distribution commode et agréable »52. La première galerie comprend 8 armoires vitrées :

  1. Les antiquités (momies et objets égyptiens, objets archéologiques)

  2. Les curiosités et armes étrangères (instruments de musique et instruments de guerre)

  3. Le règne végétal (graines, écorces, fruits)

  4. Le règne minéral (minéraux, sables, métaux et pétrifications)

  5. Les reptiles

  6. Les poissons

  7. Les crustacés

  8. Les œufs et nids

19La deuxième galerie est consacrée aux oiseaux et la troisième aux quadrupèdes. La Boulonnaise décrit la Muséum comme « un nouveau temple élevé à la Nature ». La place accordée aux collections ethnographiques semble mineure au sein de cette nouvelle présentation comparativement à la précédente. Toutefois, sachant qu’elles ne représentent que 3 % des collections du Muséum, la place qui leur est accordée semble en accord avec cette proportion.

  • 53 Registre de procès-verbaux, séance du 15 septembre 1828
  • 54 Registre de procès-verbaux, séance du 8 février 1833

20Dans la notice rédigée en 1828 pour le Ministre de l’Intérieur, l’administration présente le muséum dans le but d’obtenir son soutien pour accroître les collections53. Les infrastructures des trois espaces d’exposition y sont décrites en détails. La première galerie fait ainsi 50 m de long sur 3 m de large, la deuxième 20 m de long sur la même largeur et enfin la troisième 20 m de long sur 6 m de large. En ce qui concerne les vitrines, il existe environ 100 m de vitrines hautes (de 2,5 m de haut et 60 cm de profondeur) et 50 m de vitrines plates (larges de 45 cm). Ces dernières contiennent les médailles et les insectes. Enfin un troisième type de vitrine, une « espère de large pupitre » est installé dans la troisième galerie pour contenir les coquilles. Les artefacts ethnographiques sont donc vraisemblablement installés dans les vitrines hautes. Ces installations ont eu un coût élevé pour la municipalité : en effet, si le cabinet de Barde a été acheté pour 10 000 francs, l’installation de ces trois galeries s’élève à près du double (18 513 francs). Cependant, du fait des dons toujours plus nombreux, les collections s’accroissent rapidement dans les premières années, aussi dès 1833, un devis d’un montant de 3 000 francs est envoyé au maire afin que soit établie une nouvelle galerie destinée « aux antiquités et aux curiosités »54. Celle-ci ouvre ses portes lors d’une cérémonie présidée par le maire le 5 avril 1833 et abrite les « objets de curiosités, d’antiquités et médailles ». Elle semble traduire la volonté de l’administration de dissocier physiquement ces collections produites par l’homme de celles relevant de l’histoire naturelle.

  • 55 La Boulonnaise, juillet 1826
  • 56 Ibid.
  • 57 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses (...)

21Un autre élément de la présentation des collections, outre les vitrines, consiste en la présence de plusieurs sortes d’étiquettes liées aux objets. Une première étiquette indique, s’il y a lieu, le nom du donateur. Une seconde permet de connaître la provenance des objets au moyen d’un code couleur. Une première tentative est faite avec trois couleurs55 : des étiquettes rose-lilas pour la France, blanches pour l’étranger et aurores pour indiquer les règnes et les classes auxquelles les objets d’histoire naturelle appartiennent. Elle est qualifiée par La Boulonnaise de « méthode claire et distincte »56. En 1828, le muséum adopte une nouvelle classification et le code de couleurs est modifié57 :

  • Blanc : Europe

  • Blanc avec un liseré bleu : Boulonnais

  • Jaune : Asie

  • Bleu : Afrique

  • Vert : Amérique

  • Rose : Australasie

  • Gris : Inconnue

22Cette classification, beaucoup plus précise, s’applique donc également aux objets ethnographiques et permet au visiteur de connaître l’origine des objets au premier coup d’œil.

  • 58 La Boulonnaise, 22 décembre 1825
  • 59 La Boulonnaise, 24 novembre 1825
  • 60 La Boulonnaise, juillet 1826
  • 61 La Boulonnaise, juillet 1826 et L’Annotateur, 17 novembre 1825
  • 62 L’Annotateur, 17 novembre 1825
  • 63 La Boulonnaise,

23La réception du public face à la création du Muséum et aux modifications apportées à la présentation est en partie relayée au travers de la presse. Ainsi l’ouverture d’une telle institution à Boulogne-sur-Mer semble être accueillie avec beaucoup d’enthousiasme. La Boulonnaise décrit par exemple la grande affluence que connaît le musée depuis son ouverture le 4 novembre 1825 jusqu’à sa fermeture pour travaux le 22 décembre de la même année58. Un journaliste du même hebdomadaire relate également que devant la foule des visiteurs, il n’a pu s’approcher des vitrines59. De plus, en 1826, la presse ne tarit pas d’éloges sur ce « nouveau temple élevé à la Nature » dont la réouverture suscite « l’empressement de nombreux amateurs »60. Il existe donc à Boulogne une partie de la population fortement intéressée par la fondation d’un musée. Les deux principaux hebdomadaires cités précédemment61 rapportent aussi l’existence d’une controverse autour de la dénomination de l’établissement : en effet, les Boulonnais s’interrogent sur la signification des termes « muséum » et « musée » et sur la pertinence du choix de l’administration et de la municipalité. L’existence de ce débat témoigne de l’intérêt que peut susciter la nouvelle institution boulonnaise. Toutefois, rien ne permet de dire si cet engouement existait dans toutes les couches sociales de la société. Il convient de s’interroger quant à la réception des collections ethnographiques : encore une fois, la presse donne des indices à ce sujet. Il semblerait que ce soit l’exotisme et l’étrangeté de ces objets qui attirent l’œil du visiteur. Ainsi L’Annotateur témoigne de l’étonnement, la « curiosité » et la « surprise » devant cette « réunion d’objets appartenant à des sauvages séparés de nous par une distance si considérable »62. Cependant le journaliste précise « qu’à l’intérêt qu’avait fait naître (…) la vue de ces objets de curiosité, en succéda un plus puissant encore » car « l’étude de l’histoire du pays que nous habitons a pour nous plus de charme que tout autre ». Ainsi, bien que les objets ethnographiques soient à même de susciter la curiosité des visiteurs, les autres sections du musée paraissent attirer plus facilement les faveurs du public. À l’exemple de La Boulonnaise qui s’attarde sur les sections d’histoire naturelle et celles d’archéologie et d’ethnographie63.

24Le Muséum de Boulogne-sur-Mer prend donc en considération la présence des objets de curiosités dès les premières années de son existence. Il l’intègre dans ses systèmes de classement des collections et dans la présentation. La part accordée à ces artefacts dans les galeries du musée est ainsi représentative de leur proportion dans les collections.

  • 64 Registre de procès-verbaux, séance du 8 avril 1831
  • 65 Registre de procès-verbaux du conseil municipal, séance du 16 février 1875
  • 66 Registre de procès-verbaux du conseil municipal, séance du 10 février 1875

25Au cours du xixe siècle, l’attitude du Muséum vis-à-vis des collections ethnographiques va évoluer en fonction de son importance numérique, des dons et des personnalités liées à l’établissement. Ainsi le 8 avril 1831, un membre de l’administration fait part à la commission du manque de place en vitrines qui a obligé les administrateurs à transférer de nombreux objets des différentes sections en magasin. Il précise qu’il faudrait envisager « la destruction prochaine d’une grande partie d’objets de curiosité et de semences exotiques »64. Les objets ethnographiques semblent alors parmi les premiers à être sacrifiés. La situation ne semble guère avoir évolué au milieu du xixe siècle : une nouvelle notice rédigée par l’administration du Muséum indique que les collections ethnographiques ne représentent toujours que 3,8 % des collections (1 286 objets sur un total de 33 422). Le classement des collections reste également inchangé. Toutefois, en 187565, le projet de réaménagement du Musée laisse apparaître une volonté de changement dans la présentation des collections. Ainsi le rapport souligne que « des curiosités purement historiques sont mélangées avec l’Ethnographie » et que « les salles d’Ethnographie et d’Antiquité débordent ». Au vu de dons importants, comme celui d’Alphonse Pinart, l’ethnographie prend une place de plus en plus importante dans le musée. On peut également y voir l’influence de Ernest-Théodore Hamy qui s’investit particulièrement tout au long de sa vie dans l’institution boulonnaise. Enfin lors des travaux de réaménagement entrepris en 1879, il est noté que « l’ethnographie et l’ornithologie sont les deux collections principales, qui font, à juste titre, la gloire de Boulogne » et qu’il faut  « sacrifier, s’il le faut, un peu les autres collections pour les mettre en évidence »66. Les collections ethnographiques du musée de Boulogne-sur-Mer passent donc au cours du xixe siècle d’un élément mineur au sein des collections de l’établissement à l’un de ses principaux atouts.

Notes

1 Sur Leroy de Barde voir Braquehay, Un peintre d’histoire naturelle, Leroy de Barde et son temps 1777-1829, 1896

2 Honorary exposant

3 Mémoire de la Société d’Agriculture de Boulogne-sur-Mer, 2e série, 1er tome, 1837

4 Bulletin des sciences géographiques, tome 16, 1830, p.223

5 Archives Nationales du Monde du Travail, 2009.012.039

6 Commune située à 11 kilomètres de Montreuil-sur-Mer

7 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824

8 Mémoire de la Société d’Agriculture de Boulogne-sur-Mer, 2e série, 1er tome, 1837

9 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824

10 ibid.

11 L’Annotateur, 27 avril 1826

12 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824

13 Il n’y a aucune indication sur l’état de conservation du spécimen

14 Registre de correspondance du Musée, courrier 19 juillet 1826

15 Registre de correspondance du Musée, courrier 26 février 1826

16 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824 et Braquehay, Un peintre d’histoire naturelle, Leroy de Barde et son temps 1777-1829, 1896

17 Boulay R., « Les collections océaniennes du Musée de Boulogne-sur-Mer », Journal de la Société des océanistes, 1990, vol. 90, n. I, p. 29-34

18 Registre de correspondance du Musée, courrier 7 mars 1824

19 Braquehay, Un peintre d’histoire naturelle, Leroy de Barde et son temps 1777-1829, 1896

20 Filippapoliti A., « Spacializing the collection : John Fiott Lee and Hartwell House », dans Potvin et Myzelev, Material Cultures, p. 54

21 L’Annotateur, 27 avril 1826

22 L’Annotateur, 2 juin 1836

23 Coulon F., « La figure du pourvoyeur d’objets extra-européens »

24 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses environs depuis les Morins jusqu’en 1814, Volume 2, 1829

25 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses environs depuis les Morins jusqu’en 1814, Volume 2, 1829

26 Registre de correspondance du Musée, courrier 3 novembre 1826

27 Registre de correspondance du Musée, courrier 4 janvier 1827

28 Humbolt, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent

29 Registre de procès-verbaux, séance du 10 août 1827

30 Registre de procès-verbaux, séance du 14 novembre 1828

31 Kury L., « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », Revue d’histoire des sciences, vol. 51, n°1, pp. 65-92, 1998

32 Rivallain, «Collectes et collections ethnologiques : une histoire d'hommes et d'institutions», N° spécial de : Outre-mers. Revue d'histoire, ISSN 1631-0438, 332-333, 2e semestre, 2001

33 Hamy E.T., Les origines du Musée d'ethnographie, Paris, 1988

34 Instruction sur la manière de recueillir, de conserver et de transporter les objets destinés au Muséum, Leroy-Berger, 1828

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Registre de correspondance du Musée, courrier 18 décembre 1829

39 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 mars 1837

40 Registre de procès-verbaux, séance du 13 janvier 1837

41 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 juin 1825

42 Registre de procès-verbaux, séance du 9 avril 1827

43 Registre de procès-verbaux, séance du 15 septembre 1828

44 Registre de correspondance du Musée, courrier 20 août 1825

45 Ibid.

46 Une partie du discours est retranscrit dans La Boulonnaise, 10 novembre 1825

47 La Boulonnaise, 10 novembre 1825

48 L’Annotateur, 10 novembre 1825

49 L’Annotateur, 17 novembre 1825

50 L’Annotateur, 24 novembre 1825

51 L’Annotateur, 27 avril 1826

52 La Boulonnaise, juillet 1826

53 Registre de procès-verbaux, séance du 15 septembre 1828

54 Registre de procès-verbaux, séance du 8 février 1833

55 La Boulonnaise, juillet 1826

56 Ibid.

57 Bertrand, Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et ses environs depuis les Morins jusqu’en 1814, Volume 2, 1829

58 La Boulonnaise, 22 décembre 1825

59 La Boulonnaise, 24 novembre 1825

60 La Boulonnaise, juillet 1826

61 La Boulonnaise, juillet 1826 et L’Annotateur, 17 novembre 1825

62 L’Annotateur, 17 novembre 1825

63 La Boulonnaise,

64 Registre de procès-verbaux, séance du 8 avril 1831

65 Registre de procès-verbaux du conseil municipal, séance du 16 février 1875

66 Registre de procès-verbaux du conseil municipal, séance du 10 février 1875

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search