Version classiqueVersion mobile

Arts premiers dans les musées de l’Europe du Nord-Ouest (Belgique, France, Pays-Bas)

 | 
Thomas Beaufils
, 
Chang Ming Peng

La collection extra-européenne du MAS, depuis 1862 dans le contexte portuaire d'Anvers

Leen Beyers et Els De Palmenaer

Résumé

Le musée du MAS (Museum aan de Stroom) a ouvert ses portes au public en 2011 dans la ville portuaire d'Anvers (Belgique). Ce bâtiment prestigieux de dix étages - conçu par les architectes Neutelings-Riedijk – regroupe sous le même toit des collections muséales de la ville d'Anvers provenant de quatre musées, désormais fermés, qui sont respectivement le Musée d’Ethnographie d'Anvers (arts et objets extra-européens), le Musée du Folklore (culture locale anversoise), le Musée national de la Marine et le Musée Vleeshuis/Le Musée Maison des Bouchers (arts appliqués européens et anversois et archéologie). L'histoire des collections de ces quatre musées à l’origine du MAS a débuté en 1862 dans le Musée d’Antiquités qui était implanté dans le Steen, un château médiéval sur les rives de l'Escaut. Ce musée collectionnait alors les trésors archéologiques exhumés lors du réaménagement des quais de l'Escaut, ainsi qu’un large éventail de peintures et de sculptures européennes, de monnaies, de jetons, d'armes et de tous types d'objets artisanaux. De plus, la collection se composait également d'instruments nautiques et de modèles de bateaux illustrant la transition entre la navigation à voile et à vapeur. En raison de la croissance des contacts commerciaux maritimes entre le port d'Anvers et l'Amérique et l'Asie, le Steen a progressivement accueilli ses premiers « objets exotiques ». Au cours du XXe siècle, ces collections disparates ont été réparties dans ces quatre musées anversois individuels en fonction de leur nature et de leur provenance. Le MAS regroupe de nouveau ces collections différentes au sein d'un seul et même musée, comme si la boucle de plus d'un siècle était bouclée. Ce réaménagement dans le domaine des musées anversois a eu un impact important pour toutes les institutions patrimoniales concernées. À la suite de la fusion, le Musée d'ethnographie, qui a fonctionné en toute autonomie de 1952 à 2009 et qui gérait quelque 40.000 objets, a fermé ses portes. Son intégration dans le MAS signifiait ainsi à la fois une disparition et un nouveau départ.

Texte intégral

  • 1 Cet article emploie de la terminologie datée, comme par exemple « objets exotiques ». De plus, nous (...)

1Cet article se concentre sur l’histoire des acquisitions et de la présentation de la collection extra-européenne à Anvers depuis le milieu du xixe siècle jusqu'à son intégration actuelle au MAS. La naissance des collections extra-européennes au xixe siècle est clairement liée au port et à la présence du commerce maritime à Anvers. L'interprétation et la présentation de la collection ont toutefois essentiellement suivi les tendances internationales, et ont été influencées par les réseaux internationaux des conservateurs successifs. L'évolutionnisme ambiant en vogue à l’époque et les dispositifs de médiation marqués par l’esprit colonial ont progressivement cédé la place à une nouvelle présentation des collections qui mit l’accent sur l’agencement esthétique des arts extra-européens tout en promouvant un plaidoyer pour l'égalité des cultures, mêlant ainsi perspectives anthropologiques et sciences de l'art. Lors de l'intégration de la collection extra-européenne au MAS, les liens entre cette collection et le commerce maritime d'Anvers furent mis en avant. Cette tendance à mettre en lumière l'origine des collections extra-européennes est toutefois une tendance internationale. Autrement dit, le parcours mouvementé de la collection extra-européenne d'Anvers est un exemple intéressant de la façon dont les collections muséales européennes ont été interprétées au temps du colonialisme et le sont aujourd'hui au regard du postcolonialisme, de la mondialisation et des migrations1.

Le regard romantique sur les « antiquités », 1862-1913

  • 2 Le « Musée d’Antiquités » de Gand a ouvert ses portes en 1817 sous le règne du roi néerlandais Guil (...)

2Les autorités communales rachetèrent en 1842 les ruines du Steen, un des plus anciens bâtiments médiévaux encore conservé dans la métropole anversoise (Fig. 1). Au terme d'une rénovation d'envergure, ce château fort accueillit le premier musée historique de la ville (Fig. 2). En ouvrant officiellement le Musée d’Antiquités en 1864, Anvers fit un pas, plutôt tardif par rapport à d'autres villes belges, dans la direction de la muséification du patrimoine anversois et national2.

Fig. 1. Les ruines du Steen. Dessin de F. Truyman, 1883-1885

Fig. 1. Les ruines du Steen. Dessin de F. Truyman, 1883-1885

Collection du Musée Plantin-Moretus, Anvers (PK.MT.02609)

Fig. 2. Le Steen, le château médiéval d’Anvers

  • 3 Jelena Dobbels « Aanzetten voor een erfgoedbeleid. De afbraak van het Antwerpse burchtgebied als ca (...)

3La première ambition du Musée d’Antiquités fut d’acquérir les arts européens qui rendaient hommage à la grandeur du passé de la mère patrie et de la métropole anversoise, et cela dans le contexte du nouveau développement du port et de la ville au xixe siècle. D’autre part, à la suite de la modernisation et des extensions urbaines et de la disparition du cœur médiéval de la ville qui s’ensuivit, Anvers prit conscience de l’importance de son patrimoine archéologique et historique. Le musée se vit alors attribuer une deuxième mission, celle de préserver et de remémorer. Presque tout devait être sauvé pour la postérité en raison du regard nostalgique et romantique posé sur le passé et de la crainte qu'un patrimoine extrêmement important soit perdu à la suite de l'industrialisation et des transformations urbaines du xixe siècle3.

  • 4 Quatre éditions du « Catalogue du Musée d’antiquités d’Anvers » de Pierre Génard ont été publiées ( (...)

4Dans un premier temps, des mécènes furent sollicités pour aménager le musée et constituer la collection. Des circulaires furent envoyées aux commerçants, à des citoyens fortunés et à des collectionneurs privés afin de les encourager à faire des dons ou des legs. Les collections qui furent exposées et conservées au Musée d’Antiquités se composaient d'objets antiques, archéologiques, d’éléments architecturaux, de fossiles et de pierres. Les objets se rapportant à l'histoire de l'art et aux arts décoratifs ont été classés en trois périodes : l'Antiquité, le Moyen Âge et la période allant de 1500 à nos jours. Les registres des acquisitions et les catalogues du musée du premier conservateur, Pierre Génard (1830-1899), mentionnent les premiers objets « exotiques » arrivés dans la ville portuaire au xixe siècle4.

  • 5 Sur la base des numéros d'inventaire renseignés dans cette contribution, l'enregistrement des objet (...)
  • 6 Cat. N° 77 « Vase, découvert dans les ruines du temple du Soleil à Callao, près de Lima, Pérou, 186 (...)
  • 7 À compter de 1862, la compagnie maritime de Decker-Cassiers avait le quasi-monopole du commerce du (...)
  • 8 Cat. N° 3, « Pierre hiéroglyphique provenant des ruines toltèques de Palenqué, Chiapas, Mexique » d (...)

5La première acquisition provenant de l’Amérique fut une cruche en terre cuite péruvienne ayant la forme d'une légumineuse conçue au temps de la civilisation Chancay (MAS, AE.4757)5. Cet objet funéraire précolombien a été offert en 1864 par la famille Lambert van Rijswijck-Bogaerts, propriétaire d’une entreprise anversoise de forgeage de l'or, de l'argent et du cuivre qui était active dans les mines au Pérou6. Au cours de la même année, un fragment d'une stèle Maya (MAS, AE.3870) fut inscrit à l’inventaire ; on suppose qu'elle est arrivée dans le port d'Anvers dans le lest d’un navire (Fig. 3). Le donateur Eugène de Decker (1837-1906) était le copropriétaire de Decker-Cassiers, une société de navigation à voile anversoise qui transportait du bois sur la ligne maritime Anvers-Mexico depuis 18627. Cette stèle Maya préclassique est aujourd'hui connue comme un des exemples les plus anciens de l'art et de l'écriture Maya8. Tant la cruche que la stèle répondaient à l'attention portée aux « antiquités » archéologiques par le Musée d’Antiquités. De la vaisselle japonaise et de la porcelaine chinoise, essentiellement, composaient l'embryon de collection asiatique du Steen et répondaient à l'intérêt pour les « arts appliqués ».

Fig.3. Fragment d’une stèle sculptée, Maya, littoral du Pacifique ( ?). Période préclassique, vers 250 avant J.C.-200 après J.C.

Fig.3. Fragment d’une stèle sculptée, Maya, littoral du Pacifique ( ?). Période préclassique, vers 250 avant J.C.-200 après J.C.

Don de E. De Decker, 1864. Collection MAS, Anvers (AE.3870)

  • 9 Els De Palmenaer dans Life and Death. Of gods and Men, MAS BAI book, 2014, 14-42

6De plus, l'Égyptomanie, la fascination du xixe siècle pour l’histoire pharaonique, a clairement influencé la composition de la collection. En 1879, quelque 500 antiquités égyptiennes furent achetées pour le département « Antiquités » à l’antiquaire français Eugène Allemant (1837- ?) qui avait travaillé en Égypte. Cet achat onéreux fut en partie financé grâce aux ressources financières communales et au soutien financier de l'État belge. Il fut également soutenu par des cercles libéraux aisés et des francs-maçons fascinés par la culture de l'Ancienne Égypte. L'Académie Royale d'Anvers, qui y voyait un matériel didactique pour ses étudiants, plaida également en faveur de l'acquisition9.

  • 10 Els De Palmenaer dans Antwerp World Port. On Trading and Shipping, MAS BAI book, 2012, 104

7La reconnaissance internationale de l'État indépendant du Congo, fondé en 1885 comme colonie privée du souverain belge Léopold II, s'avéra une affaire en or pour le port d'Anvers. Anvers était alors le port européen de transbordement des marchandises coloniales provenant du Congo. Sur les quais de l’Escaut, à proximité du Steen, des bateaux à vapeur, appelés les « paquebots Congo », accostaient très régulièrement avec des cargaisons d'ivoire et de caoutchouc. Les administrateurs coloniaux, marins et passagers amenèrent dans leurs bagages des objets issus des populations congolaises. Il s’agissait essentiellement d’armes congolaises, mais également des objets ayant pour ces populations un pouvoir surnaturel (appelés « fétiches ») – saisis, achetés et échangés durant les campagnes militaires et les missions religieuses.10 Les objets congolais étaient alors collectionnés avec avidité, essentiellement par des collectionneurs particuliers.

  • 11 Maarten Couttenier, Congo tentoongesteld. Een geschiedenis van de Belgische antropologie en het mus (...)

8En dépit du rôle prééminent du port d'Anvers comme plaque tournante pour des marchandises coloniales, de l'avènement du commerce des œuvres d’art favorisé par les expéditions ethnographiques en Afrique et les appels au mécénat, aucun objet d'art congolais digne de ce nom n'est parvenu au Steen, à l'exception des armes.11 Les expositions universelles organisées à Anvers en 1885 et en 1894, durant lesquelles les objets d'art et utilitaires congolais ont été temporairement exposés dans le cadre de la propagande coloniale, n'ont pas davantage permis l’acquisition par le Musée d’Antiquités d’objets coloniaux par ces canaux.

  • 12 Annemie De Vos, textes de salle non publiés lors de l'exposition « Du Musée Vleeshuis au MAS », Dép (...)

9En 1894, le Steen regroupait plus de 3140 objets12. À l'exception de quelques dessins d'objets européens dans les catalogues de Génard et de quelques cartes postales, peu d'illustrations sont parvenues jusqu’à nous. La manière dont cette collection éclectique était conservée et présentée au public reste toujours, pour une grande part, une énigme (Fig. 4). À la veille du xxe siècle, les espaces dédiés au Musée d’Antiquités au sein du Steen devenant bien trop exigus, un premier déménagement s'imposa.

Fig. 4. Intérieur du Musée d’Antiquités au Steen

Fig. 4. Intérieur du Musée d’Antiquités au Steen

Dessin de Bernier Barthélémy, 1872. Collection Musée Plantin-Moretus, Anvers (PK.MT.11908)

Le musée éclectique des antiquités et des arts appliqués, 1913-1940

10L'imposant Musée Vleeshuis, une maison du xviie siècle de la guilde des bouchers, caractérisée par une succession de strates de briques rouges et de pierres silico-calcaires blanches, a été achetée et rénovée par la ville dans les années 1900 (Fig. 5). En 1913, elle ouvrit ses portes sous le nom de « Musée Vleeshuis » et fut considérée comme une succursale du Steen d’où furent transférées de manière aléatoire la collection européenne et la petite « collection exotique ». De 1913 à 1933, le Musée Vleeshuis fut exploité sous la dénomination ‘Musée d’Antiquités et des Arts appliqués’. Sa gestion fut confiée à une « Commission administrative » privée supervisée par l'Administration communale d'Anvers.

Fig. 5. Le Musée Vleeshuis “Maison des Bouchers”, Anvers

Fig. 5. Le Musée Vleeshuis “Maison des Bouchers”, Anvers
  • 13 Joost Willink. De bewogen verzamelgeschiedenis van de West-Centraal-Afrikaanse collecties in Nederl (...)
  • 14 Maarten Couttenier dans « One Speaks softly, like in a sacred place: collecting, studying and exhib (...)

11Frans Claes (1860-1933), un collectionneur éclectique depuis son plus jeune âge, fut nommé au poste de conservateur. Il se révéla être un commerçant belge réputé qui s'est entouré d'un réseau international de connaisseurs, de collectionneurs privés et d'antiquaires européens. Au milieu des années 1880, Frans et son frère, Vincent Claes, exploitaient une entreprise anversoise qui vendait une palette bigarrée de curiosités provenant de continents lointains. Cette entreprise achetait des animaux empaillés, des coquillages et des plantes, et pour ce qui est des « artificialia », elle recueillait en particulier des objets ethnographiques et archéologiques provenant de l'Extrême-Orient et de l’Afrique.13 Les frères furent également activement impliqués dans l'aménagement des pavillons consacrés au Congo colonial lors des expositions universelles d'Anvers de 1885 et 1894. La véritable passion de Frans résidait toutefois dans les objets européens de guilde et de l'Antiquité.14

12Le Musée Vleeshuis fit de nouveau appel au mécénat des riches commerçants et des citoyens d'Anvers pour constituer ses collections. Sous la direction de Claes, la « Commission administrative » fut également plus active dans les ventes aux enchères et des achats importants furent alors réalisés. La collection fut essentiellement constituée dans la perspective des arts appliqués et de l'histoire d'Anvers, de telle sorte que l'accent fut mis sur les objets d'art dans le cadre de nouvelles acquisitions. De plus, la petite collection extra-européenne fut régulièrement élargie via des cessions, des dons et des achats. Vers 1900, le Musée Vleeshuis abritait une vaste collection ethnographique qui couvrait les quatre continents. Cette collection s’enrichit encore pendant et après les années de guerre.

  • 15 Archives du Musée Vleeshuis, Rapport de la Commission administrative (2/02/1916)
  • 16 Sur le Musée anversois de Commerce: Lisbet Nys, De intrede van het publiek. Museumbezoek in België (...)

13En 1916, le Musée anversois pour le Commerce, l'Industrie, la Navigation et la Géographie mit à la disposition du Musée Vleeshuis une collection « d'objets ethnologiques et d'armes étranges »15. Ce musée, conjointement créé par la ville d'Anvers et l'État belge, avait pour objectif de mieux informer les fabricants et les hommes d'affaires sur les marchandises des territoires d'outre-mer afin d'améliorer leur position concurrentielle. Les objets cédés par le Musée du Commerce provenaient d’autres régions du monde16. Le lot cédé au Musée Vleeshuis se composait de quelque 181 objets usuels, allant des baguettes chinoises, des pipes à eau indiennes aux cuillères des Tlingits canadiens. Il convient d'y ajouter des épingles et peignes à cheveux en ivoire finement ciselés des Mangbetus congolais et des massues de parade et des timons des îles Salomon, mais là aussi, aucune sculpture ni masque rituel ne figurait dans les inventaires.

14Même pendant les années de guerre, la Commission disposait de crédits pour l’achat des antiquités. En 1917, elle acquit ainsi une grande sculpture de Bouddha provenant « d'Inde » auprès du marchand d'art bruxellois Georges Giroux (AE.4822. 1-8) (Fig. 6). Cette statue en bois doré xviie siècle est aujourd'hui connue comme étant une effigie de Kannon Bosatsu en méditation, une interprétation japonaise du boddhisattva de la compassion et une des principales pièces bouddhistes japonaises du MAS. En 1919, plusieurs masques malanggan provenant de Nouvelle Irlande furent acquis auprès du marchand d'art Henri Pareyn (1869-1928) établi à Anvers.

Fig. 6. Statue de Kannon Bosatsu. Japon, bois doré, vers 1670

Fig. 6. Statue de Kannon Bosatsu. Japon, bois doré, vers 1670

Achat de la galerie Georges Giroux, 1917. Collection MAS, Anvers (AE.4822.1-9)

15En 1920, plus de trente-cinq ans après le début de la colonisation belge du Congo, le Musée Vleeshuis acquit une vaste collection africaine. Entre-temps, la colonie avait été officiellement cédée en 1908 à l'État belge. L'acquisition spectaculaire d'objets d'arts et usuels congolais fut réalisée par l’intermédiaire de Henri Pareyn et fut réglée dans un contexte de rivalité avec le Musée colonial du Congo belge à Tervuren.

  • 17 Sur Henri Pareyn : George Van Deuren dans, VEMA Bulletin, année 14, n° 4, 1988, 3 ; Anne Leurquin d (...)

16Henri Pareyn fut un pionnier dans le commerce des « arts primitifs » en Belgique. Il est notoire qu'il n'a jamais voyagé en Afrique, mais il a acheté des objets à des coloniaux rentrant au pays. À la fin du xixe siècle, il parcourait inlassablement les quais de l'Escaut où les paquebots arrivaient du Congo à la recherche d’objets précieux. Il a fourni des artistes d'avant-garde français réputés, tels que André Breton et Tristan Tzara. De plus, il vendit également des objets extra-européens aux marchands d'art parisiens et aux musées ethnologiques de Leiden et de Rotterdam17. Il ressort des rapports de la Commission que le Musée Vleeshuis ne disposait pas du budget nécessaire pour se procurer ces pièces et devait donc convaincre l'administration communale de financer l'acquisition. Étant donné que le Musée Vleeshuis abritait déjà des arts orientaux, les membres de la Commission estimèrent qu'il était important que l'art congolais de la colonie belge soit représenté. Après de longues négociations, l’administration communale versa à Pareyn un montant de 43.000 francs belges. Le paiement fut échelonné sur quatre ans.

17L'acquisition de Pareyn se compose de nombreux objets d'art et rituels très esthétiques ainsi que d'un gigantesque arsenal d'armes, ramenées depuis la fin du xixe siècle dans la métropole anversoise, acquis ou saisis auprès de diverses populations congolaises. Pareyn et les membres de la Commission du Musée Vleeshuis accordèrent peu d'attention à la signification sociale des objets dans leur contexte original ou aux masques congolais. Les listes de ventes de Pareyn, conservées dans les archives du MAS, ne font malheureusement pas mention des personnes auprès desquelles il a alors acquis des milliers d'objets.

18Après cette acquisition importante, la collection congolaise commença à prendre de l'importance. En 1920, Louis Franck, le Ministre des colonies, effectua un voyage au Congo. Peu après, il céda au Musée Vleeshuis une partie des objets en ivoire, des armes, des céramiques et quelques objets de force (minkisi) des populations congolaises, acquises in situ (Fig. 7).

Fig. 7. Statue de force (nkisi). Peuples kongo, région Bas Congo, Afrique Centrale

Fig. 7. Statue de force (nkisi). Peuples kongo, région Bas Congo, Afrique Centrale

Don de Louis Franck, 1920. Collection MAS, Anvers (AE.0608)

  • 18 Willy Durinx, ‘Le Roi des Lions et le Petit Capitaine’, guide du MAS, Anvers, BAI, 2011, 28-30.

19La collection asiatique s’enrichit considérablement dans le même temps. En 1922, une collection importante d'armes, de textiles et d'objets usuels des populations de l'archipel indonésien fut recueillie de manière inattendue. Le Suisse Hans Christoffel (1865-1962), capitaine au service de l’armée néerlandaise dans l’ancienne colonie des Indes néerlandaises (actuellement l’Indonésie), traqua, de 1900 à 1907, Si Singamangaraja XII, qui était le chef des Batak qui s’opposaient à la domination néerlandaise et à la conversion au christianisme. Lors des opérations militaires, il s’empara d’objets du peuple opprimé. Après sa carrière militaire, Christoffel épousa en 1909 la fille du maire d'Anvers, Jan Van Rijswijck. En 1922, il céda en prêt la quasi-totalité de ses butins de guerre au Musée Vleeshuis. En 1958, la ville acquit la collection de Christoffel, à savoir quelque 1200 objets, provenant de différentes cultures de l’archipel indonésien18.

  • 19 Leen Huet & Jan Grieten, Het interessante volk. Schrijvers van het Volkskundemuseum, BAI, 2007, VII (...)
  • 20 Sur les Neuf méditations : Jan Denucé, Le musée du Vleeschhuis (Vieille Bucherie) Anvers, non daté, (...)

20En 1932, la collection asiatique fut complétée par le legs du poète et graphiste belge, Max Elskamp (1862-1931). À partir de 1890, Elskamp réunit une quantité impressionnante d'objets de la culture populaire flamande locale et l'offrit à la ville en 1904, à la condition qu'elle soit exposée. En 1907, sa collection constitua la base du Musée du Folklore. Elskamp rêvait de voyages lointains au Japon, en Inde et en Afrique. Il se mit à l’étude du bouddhisme et collectionnait des œuvres d'arts et ethnographiques non-occidentales19. Son legs se composait d'une superbe collection de gouaches perses, indiennes et japonaises comme celle sur « La Mort », œuvre de l'artiste japonais Morishige, qu'il avait achetée sur les conseils de son ami et architecte, Henri van de Velde (1863-1957) (Fig. 8). Cette série de neuf gouaches du xviie siècle ornées de textes calligraphiques est aujourd'hui connue sous le nom de « Les neuf méditations sur l'impureté du corps » (AE. 4552.1-20/20)20.

Fig. 8. « Récemment décédée ». La première méditation de la série « Neuf méditations sur l’impureté du corps »

Fig. 8. « Récemment décédée ». La première méditation de la série « Neuf méditations sur l’impureté du corps »

Dessin de Morishige, Japon, 1670-1680. Legs de Max Elskamp, 1932
Photo : Michel Wuyts; Collection MAS, Anvers (AE.4552 3-20)

  • 21 Pour une description du parcours des visiteurs, voir Jan Denucé, Le musée du Vleeschhuis (Vieille B (...)

21En ce qui concerne l'aménagement du musée, les cartes postales illustrées de la fin des années 1930 laissent penser que les collections européennes et extra-européennes étaient réparties sur trois étages. Dans la salle gothique du rez-de-chaussée pourvue de vitraux, l'accent était mis sur la collection européenne, parmi laquelle figuraient des objets liturgiques, des armes, des armures, des peintures et des drapeaux21. Au premier étage, le visiteur découvrait les « chambres d'époque » européennes du xviie et du xviiie siècle, les objets des guildes, la vaisselle de Delft et la porcelaine chinoise. Dans la salle « orientale » – aménagée au deuxième étage –, l'art indien et japonais provenant du legs d'Elskamp occupait une place particulière. Le public pouvait également y admirer la chambre à coucher chinoise et la statue japonaise gigantesque de Kannon Bosatsu, exposée en sécurité dans une vitrine. Là-dessus, une panoplie d’armes congolaises était accrochée autour des masques Songye et Yaka. (Fig. 9). La familiarité en Europe avec les arts appliqués asiatiques impliquait une appréciation « supérieure » des objets culturels asiatiques dans la vision du monde évolutionniste.

Fig. 9. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). La statue Kannon Bosatsu et au-dessus de la vitrine des armes et masques africains achetés de Henri Pareyn

Fig. 9. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). La statue Kannon Bosatsu et au-dessus de la vitrine des armes et masques africains achetés de Henri Pareyn

Photo vers 1939 ; Collection MAS, Anvers (AV. 1982.012.003.1-7)

22Les collections ethnographiques d'Amérique, d'Océanie et d'Indonésie ont été présentées dans un cabinet de raretés exotiques (Fig. 10). Des armes de parade, des boucliers et des statues trônaient comme des trophées entre les crânes d'animaux (Fig. 11).

Fig. 10. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). Panoplies d’armes et boucliers indonésiens collectés par le militaire Hans Christoffel

Fig. 10. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). Panoplies d’armes et boucliers indonésiens collectés par le militaire Hans Christoffel

Photo vers 1939 ; Collections MAS, Anvers (AE.2009.0152.0003.2-2.D)

Fig. 11. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec des objets usuels et rituels présentée parmi des crânes d’animaux

Fig. 11. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec des objets usuels et rituels présentée parmi des crânes d’animaux

Photo vers 1939. Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0039.D)

23La majorité des objets africains de la colonie belge, dont les objets achetés par Henri Pareyn et les objets offerts par Louis Franck, étaient exposés dans le grenier dans le département « Congo » (Fig. 12). La connaissance de la signification sociale ou rituelle de ces objets était limitée dans la littérature scientifique et les données relatives à leur origine étaient souvent erronées.

Fig. 12. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec les vanneries, instruments de musique, armes et boucliers, ‘velours du Kasaï’ Kuba. À l’avant-plan la statue nkisi collectée par Louis Franck.

Fig. 12. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec les vanneries, instruments de musique, armes et boucliers, ‘velours du Kasaï’ Kuba. À l’avant-plan la statue nkisi collectée par Louis Franck.

Photo vers 1939. Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0009.2-2 .D)

  • 22 Sur l’influence et les projets de Frans Olbrechts à Anvers: Constantine Petridis, Frans M. Olbrecht (...)

24Grâce à l'avènement de personnalités telles que le professeur Frans M. Olbrechts (1899-1958), la voie fut tracée pour un fonctionnement plus professionnel du musée et l'approche scientifico-artistique et anthropologique des collections non-occidentales fut alors initiée. Jan Denucé (1878-1944), archiviste de la ville à l'époque, fut le premier conservateur du ‘Musée d’Antiquités et des Arts appliqués’, rémunéré et nommé par la ville. En 1936, l'anthropologue Frans Olbrechts fit son entrée dans le monde anversois des musées. Il fut recruté en qualité d'expert pour la gestion des collections ethnographiques22.

25Après ses études de philologie germanique à Louvain (1921-25), Olbrechts suivit une formation en ethnologie à la Columbia University de New York, auprès de Franz Boas, fondateur de l'anthropologie américaine moderne. Boas a rejeté « l'évolutionnisme » du xixe siècle en vertu duquel les cultures étaient classées en ordre ascendant sur la base de leur développement technique, avec l'Occident « civilisé » en tête de liste. Aux États-Unis, Olbrechts effectua un travail de terrain auprès des Indiens de l'Amérique du Nord-Est. Après son retour en Belgique, il s'intéressa à l'art africain et créa une formation consacrée à « l'art primitif » à l’Université de Gand. En sa qualité d'universitaire, Olbrechts ne considéra pas les objets extra-européens provenant des lointains territoires d'outre-mer comme « curieux » ou « exotiques », mais comme des documents culturels, et mieux encore, comme des « œuvres d'art » devant faire l'objet d'une étude analytique similaire à l'art occidental.

  • 23 Archives du Musée Vleeshuis, Journal de rapport de la Commission consultative, année 1939.

26Sous la tutelle d'Olbrechts, les collections ethnographiques, et plus particulièrement le « département congolais » du Musée Vleeshuis furent abordées de manière scientifique, réorganisées et recensées. Les objets dits « artificialia » et « naturalia » furent conservés séparément. Des mesures préventives visant à protéger les collections contre les insectes nuisibles furent prises23.

  • 24 Jan Denucé, ‘Afrika en Antwerpen in vroeger eeuwen’ dans Tentoonstelling van Kongo kunst, Antwerpsc (...)

27L'étude scientifique et la plus grande valeur des collections ethnographiques ont débouché sur une exposition synoptique d'envergure. En 1937-1938, Olbrechts organisa, à la demande de l'administration communale d'Anvers, l'exposition exceptionnelle intitulée « Arts du Congo ». Grâce à cette exposition innovante sur le Congo, la métropole anversoise replaça la colonie belge sur la carte après les Expositions universelles de 1885, 1894 et 1930. Le conservateur, J. Denucé, fut le responsable du volet historique « Afrique et Anvers au cours des siècles passés » mettant en lumière l'histoire de la ville et du port, avec la colonisation belge en toile de fond24. Olbrechts fut le responsable du volet « Arts du Congo ».

  • 25 En 1952, l'écrivain français André Malraux intégra ce chef-d’œuvre africain (ill. 13) dans son Musé (...)
  • 26 Selon Constantine Petridis le « tour de force » qu'Olbrechts réalisa pour l'art congolais n'a plus (...)
  • 27 Archives du Musée Vleeshuis, Rapport de la Commission consultative, 2 février 1938.

28Plusieurs œuvres congolaises du Musée Vleeshuis, une sélection des œuvres du Musée colonial belge de Tervuren et de nombreuses collections privées belges furent représentées à l’exposition « Arts du Congo ». La statue d’ancêtre Hemba, qui appartenait à l’ancienne collection privée de Bela Hein et avait été achetée par le Musée Vleeshuis en 1931, trônait sur l’affiche. (Fig. 13). L'œuvre jouit aujourd'hui encore d'une renommée internationale, étant considérée comme une des œuvres majeures de l'art africain25. Le visiteur de l'exposition pouvait admirer des objets utilitaires et des œuvres d'art de diverses populations congolaises. Une attention particulière fut portée aux aspects esthétiques des œuvres ainsi qu'à leur intégration historico-culturelle dans leur contexte original. L'aspect le plus innovant de la présentation d'Olbrechts résidait dans le regroupement de l'art congolais en différents styles. Au total, quelque 1525 objets furent exposés26. L'exposition consacrée au Congo fut une réussite et eut un impact considérable sur les évolutions ultérieures des collections extra-occidentales du Musée Vleeshuis. Les premières initiatives afférentes à la construction d'un musée ethnographique indépendant réservé aux œuvres extra-occidentales, dont Olbrechts était un fervent partisan, virent le jour. La Commission consultative du Musée Vleeshuis exprimait alors clairement la nécessité d'un nouveau établissement public et de la « découverte » de l'art congolais par un large public27.

Fig. 13. Affiche de l’exposition « Arts du Congo » avec la statue d’ancêtre Hemba

Fig. 13. Affiche de l’exposition « Arts du Congo » avec la statue d’ancêtre Hemba

Dessin de Jean van Noten, 1937. Collection MAS, Anvers (AE.2004.0001.0012)

  • 28 Des entreprises anversoises, le Fonds National pour la Recherche Scientifique et deux institutions (...)
  • 29 Anja Veirman, dans Petridis, F.M. Olbrechts (1899-1958). In Search of Art in Africa, 241; Els De Pa (...)

29En 1938-39, Olbrechts organisa l'expédition en Côte d’Ivoire du Musée Vleeshuis en coopération avec l’Université de Gand. Durant les années de crise précédant la guerre, une telle entreprise onéreuse n'était pas chose facile. Un financement complémentaire fut garanti par le mécénat anversois, dont faisaient partie de nombreux collectionneurs privés qui s'étaient impliqués dans l'exposition consacrée à l'art congolais. Le sponsoring était garanti sous réserve d'un droit à une partie des objets acquis sur place28. Les historiens de l'art, Albert Maesen et Pieter-Jan Vandenhoute, menèrent pendant une année une étude artistico-anthropologique en Côte d'Ivoire. Maesen auprès des Senufo, Vandenhoute auprès des Dan, Wè et Diomande-Mau. Leur étude sur le terrain se focalisa sur le processus artistique de création, les différents styles artistiques et le rôle et la signification de l'artiste dans la société. L'expédition permit de constituer une collection scientifiquement documentée de quelque 1729 objets dont la majorité fut confiée au Musée Vleeshuis d'Anvers et aux collections ethnographiques de l'Université de Gand. Les pellicules enregistrées et les photos prises par les membres de l'expédition font actuellement partie des images ethnographiques les plus anciennes de la région29.

  • 30 Frans Smekens dans Rond fetisj, totem en taboe. Catalogue de l'exposition du même nom au Musée Vlee (...)

30La Seconde Guerre mondiale et l'occupation allemande de la ville d'Anvers le 10 mai 1940 entrainèrent un déplacement des collections. Une exposition consacrée à « L'expédition en Côte d'Ivoire » et organisée dans la salle des fêtes de la ville fut préventivement démantelée avant l’arrivée des troupes allemandes et les objets furent rapidement mis en sécurité. Les propositions relatives à la construction d'un nouveau musée anversois tant pour les collections ethnographiques que les collections maritimes, pour lesquelles un bâtiment était également recherché à l'époque, se firent jour. Le projet a toutefois été abandonné et les collections ethnographiques furent disséminées parmi cinq lieux dans la ville30.

Un Musée d’ethnographie extra-européenne à Anvers à la recherche d’un bâtiment, 1952-1988

  • 31 Les débuts dans la maison Mercator-Ortelius et les déménagements vers divers bâtiments communaux so (...)

31Quand l'historien de l'art Adriaan Claerhout (1926-2000) fut nommé en 1952 au poste de conservateur-adjoint des collections ethnographiques du Musée Vleeshuis, tant les collections que sa carrière lui promettaient un bel avenir. Dans le cadre de la réorganisation des musées anversois, le Musée d'Ethnographie fut en effet créé en 1952 par le conseil communal anversois comme institution autonome. Claerhout fut chargé du déménagement des collections et de l'aménagement d'un musée dans la Maison Mercator-Ortelius à Anvers, qui ouvrit ses portes au public en 1958. La collection comptait alors quelque 7 000 objets provenant d'Afrique, d'Asie, d'Amérique et d'Océanie. L'Association Géographique Royale d'Anvers, qui avait plaidé en faveur de la création d'un musée ethnographique autonome, établit son siège dans la Maison Mercator-Ortelius. Les coûts de rénovation élevés de la Maison Mercator-Ortelius et l'attention prioritaire que l'État belge, qui versait des subventions, accordait à l'organisation de l'Exposition universelle de 1958 à Bruxelles empêchèrent la transformation de ce lieu en un établissement ouvert au public. Le conservateur se lança alors dans la recherche compliquée d'un abri qui dura 30 ans et les collections furent déménagées sept fois vers divers lieux temporaires de la ville31.

32L'absence d’un lieu d’accueil des collections explique probablement le fait que le Musée d'ethnographie était peu connu à Anvers à cette époque. Dans le même temps, malgré le « nomadisme » des collections, le Musée d'Ethnographie « créé administrativement » acquit une grande renommée internationale sous la direction de Claerhout. Possédant une formation « d'historien de l'art ethnologique » avec une spécialisation dans les arts textiles d'Afrique, il œuvra dans l'esprit de ses prédécesseurs, Olbrechts et Vandenhoute. Par la suite, il se focalisa davantage sur l'Extrême-Orient. La bibliothèque du musée s’imposa comme l’une des bibliothèques de Belgique les plus spécialisées sur les arts et les cultures extra-européennes. Personnalité dynamique, Claerhout a noué des contacts étroits avec des collectionneurs privés, des marchands, des artistes, des spécialistes belges et étrangers et des musées américains et européens qui géraient des collections ethnographiques. En matière de politique d'acquisition et d'exposition, il a commencé par une collaboration plus étroite avec des musées et des représentants des pays d'origine, que nous dénommons aujourd'hui les « communautés ou acteurs sources ».

  • 32 L’exposition « nouvelles acquisitions » du Musée d'ethnographie (1976-1977) a été montée en remerci (...)

33Le nombre d'objets composant la collection passa de 7000 en 1958 à plus de 25.000 en 1988. La politique d'acquisition ciblait une large palette d'objets représentatifs des cultures matérielles d'Afrique, d'Amérique, d'Océanie et d'Asie. Un intérêt similaire fut porté aux chasseurs-cueilleurs, aux agriculteurs sédentaires et aux sociétés urbaines. Jusqu'au milieu du siècle dernier, plusieurs achats furent effectués auprès de galeries à Bruxelles, Paris, Amsterdam, New York et en Suisse. À partir des années 1960-70, les acquisitions par l’intermédiaire de ces canaux se compliquèrent, d'une part en raison de la hausse des prix de l'art extra-occidental et des objets ethnographiques et, d'autre part, en raison des restrictions budgétaires drastiques de la ville. La nécessité de trouver des financements complémentaires pour les achats fut l’une des raisons qui motiva la création en 1973 de l'association des Amis du Musée d’Ethnographie (Vrienden van het Etnografisch Museum Antwerpen vzw, VEMA). Grâce au mécénat des Amis et aux achats auprès de collectionneurs privés, le musée parvint à acquérir des ensembles imposants dans différentes régions, à combler des lacunes et à acheter des pièces uniques32. Vu l'absence de moyens, les collaborateurs du musée ne purent même plus organiser de voyages de recherche, tels que l'expédition en Côte d'Ivoire en 1938-39. On a donc fait appel à des chercheurs externes. Quelques chefs-d’œuvre ayant complété la collection à cette époque sont illustrés ci-dessous.

34La collection Amérique a été complétée en 1959 par une collecte sur le terrain de quelque 500 objets provenant de Colombie, qui avaient été rassemblés à partir de 1948 par le médecin allemand Lothar Petersen. Elle est composée d’œuvres d'art précolombiennes ainsi que d’objets de la population Tukano de la région du Rio Negro. Les notes de terrain de Petersen, assassiné en Colombie, n'ont malheureusement jamais pu être associées comme matériel contextuel aux objets. En 1975, quelque 150 parures corporelles et objets rituels abondamment documentés des Kayapo de la forêt brésilienne furent achetés dans le village de Mekranoti par Gustaaf Verswijver qui vécut quelques années au sein de cette population amazonienne. Cette collection constitua la base de l'exposition « Mebêngôkre » qui fut présentée en 1992 au Musée d'Ethnographie. Entre 1980-1990, la collection amazonienne fut complétée par des objets collectés sur place par le chercheur polonais Borys Malkin et par le Belge Daniel De Vos.

  • 33 Une congrégation catholique fondée en 1862 à Scheut, à proximité de Bruxelles. Aussi connue comme C (...)

35La collection asiatique fut enrichie au cours des années 1970 par quelques dons exceptionnels et uniques provenant du Tibet, du Népal et de la Chine. On y dénombre quelque 400 objets et photographies obtenues par le missionnaire belge, Raphael Verbois (1885-1979), qui a travaillé de 1910 à 1939 comme père de Scheut33 dans la province de Jehol de l'époque (Mongolie orientale, Chine). Portant un intérêt majeur à la culture locale et au bouddhisme, Verbois acquit notamment le « Sarvavid Vairocana », un mandala pour la méditation sous la forme d'une série de 54 peintures (AE.1977.0026.1-54). De plus, le « Lhassathangka » (AE.1973.0025), une bande picturale topographique illustrant le sanctuaire bouddhiste de Lhassa et ses environs, a été obtenu.

36La collection d’Océanie a été complétée par l'achat d'une cinquantaine d'objets d'art et rituels Asmat dans la province indonésienne actuelle de Papouasie (la partie occidentale de l'île de Nouvelle-Guinée). Les nouveaux objets ont été acquis via le Néerlandais Jac Hoogerbrugge (1923-2014), qui avait débuté en 1968 un projet de l'UNESCO en Nouvelle-Guinée afin de promouvoir la culture Asmat, et ont été depuis vendus à des musées du monde entier. Un de ces objets est un ancien poteau bisj du sculpteur Yoasan (décédé en 1965) du village de Yepem (AE.1973.0020.0001).

  • 34 De 1947 jusqu'à son décès en 1958, Frans Olbrechts a dirigé le Musée royal du Congo belge.
  • 35 Archives des collections ethnographiques, MAS, dossier Frans Olbrechts : prêts, dons, achats de Mar (...)

37En 1974, le musée a obtenu, pour la collection Afrique, une salière afro-portugaise du début du xvie siècle (AE.1977.0025.0001) qui fut créée à la demande des Portugais par des ciseleurs d'ivoire au service de l'oba (le roi) du Royaume du Bénin dans l'actuel Nigeria. Il constitue aujourd'hui l’un des témoignages les plus rares et les plus onéreux de l'ancien brassage culturel afro-européen. Une grande partie de la collection d'art privée d'Olbrechts, dont des centaines d'objets des quatre continents non européens, a été confiée au Musée d'Ethnographie entre 1963 et 1977 par sa veuve Margriet Maurissens34. On y dénombre des masques Cherokee et Iroquois acquis pendant l'expédition d'Olbrechts parmi les Amérindiens aux États-Unis, plusieurs objets provenant de l'expédition en Côte d’Ivoire ainsi que des centaines d'épingles à cheveux africaines35.

38Adriaan Claerhout organisa entre 1955 et 1988 une quinzaine d'expositions. Elles avaient pour objectif de présenter les « trésors inaccessibles » du musée d'ethnographie. Ces expositions « pop-up » ont été montées dans les musées anversois, tels que le Musée Vleeshuis et le Musée du Folklore ainsi que dans d'autres villes belges. Les expositions reflètent bien les interprétations de la collection de Claerhout et ses collègues. Les projets transculturels d’une part, et le plaidoyer répétitif pour combiner une approche anthropologique et esthétique d’autre part, sont remarquables. Ci-dessous nous donnons plusieurs exemples.

  • 36 Adriaan Claerhout, Rond fetisj, totem en taboe. Exposition de 15 ans d'acquisitions du Musée d'ethn (...)

39La première exposition « Autour de fétiches, totem et tabou », (Musée Vleeshuis, 1955) présentait quelque 160 objets sélectionnés thématiquement et relatifs à trois notions cruciales de la pensée des populations et cultures extra-occidentales d'Afrique, d'Amérique et d'Océanie, et par extension, d'Asie. Cette exposition, prônant une approche transculturelle, eut pour principal objet de présenter les nouveautés acquises entre 1940 et 1955. D’une part, Claerhout mentionna la richesse de toutes les cultures extra-européennes dans l’introduction du catalogue. D’autre part, il souligna, dans l’esprit de l’époque, que le Musée d'Ethnographie possédait des collections des « populations primitives » et des « cultures supérieures extra-européennes, telles que la Chine »36.

  • 37 Adriaan Claerhout dans Het Masker, Le Masque, The Mask, Die Maske, Musée Royal de Beaux-arts, Anver (...)
  • 38 Archives des collections ethnographiques, MAS, brochure de la lecture de Tristan Tzara le 18 octobr (...)

40L'exposition « Le Masque. De tous peuples. De tous temps » a ensuite été organisée en 1956 au Musée royal des Beaux-Arts d'Anvers. Cette exposition comparative des cultures présentait des masques de la culture européenne et les confrontait à des exemplaires provenant d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Océanie. L'accent fut mis sur les qualités esthétiques des masques exposés, en raison de la localisation dans un musée d'art. Dans le catalogue, Claerhout souligne les limites d’une présentation esthétique étant donné que les masques sont extraits de leur contexte dynamique. Le visiteur devait se rendre compte que les masques ne pouvaient exprimer tout leur potentiel que s'ils étaient associés aux costumes, à l’effet alternant de l’éclairage, à la musique et aux danses correspondantes37. Sur les 519 masques exposés, un petit nombre, dont des exemplaires acquis durant l'expédition en Côte d'Ivoire, provenait de la collection muséale anversoise (Fig. 14). La majorité avait été empruntée à des musées belges et étrangers et à des collections privées. Le plurilinguisme du catalogue et les prêts d'autres institutions permirent une percée internationale du Musée d'Ethnographie. Afin de donner un élan supplémentaire à l'exposition, l'artiste d'avant-garde, Tristan Tzara, qui collectionnait de « l'art primitif », fut invité à donner une conférence intitulée « Le masque dans l’art primitif et la sensibilité moderne »38.

Fig 14. Vue de l’exposition “Le Masque” au Musée des Beaux-Arts d’Anvers

Fig 14. Vue de l’exposition “Le Masque” au Musée des Beaux-Arts d’Anvers

Photo 1956. Collection MAS. Anvers (AE.1959.0035.0004.2-2.D)

41D’autres expositions furent organisées dans l'attente d'un bâtiment accessible au public. Quelques-unes d'entre-elles furent montées hors de la ville d’Anvers, telles que l'exposition « Afrique, Océanie, Amérique » qui a été présentée en 1966 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (aujourd'hui appelé BOZAR), puis à Breda, Ostende, Charleroi, Namur et Rotterdam.

  • 39 Jan Van Alphen, Günaydin Anadolu. Tradities uit Turkije. Catalogue de l'exposition du même nom, Anv (...)
  • 40 Bob Thys dans Bulletin VEMA, année 17, n° 2-3-4, 2000, 4.

42Claerhout mit un terme à sa carrière mouvementée avec « Günaydin Anadolu. Traditions de la Turquie » (Hessenhuis, 1988). Cette exposition fut consacrée à l'histoire, la culture et la vie religieuse de diverses populations de Turquie. Le thème fut présenté à l'aide de quelque 470 objets. Une grande partie avait été offerte par le Ministère turc de la Culture. Cette exposition fut organisée dans le contexte de la présence de nombreux ouvriers turcs en Belgique. Le collaborateur scientifique, Jan Van Alphen, élabora le catalogue en néerlandais. Par la suite, une brochure en turc et en néerlandais fut publiée39. En dépit de la collaboration de la communauté belgo-turque, la mention des minorités kurdes et arméniennes fut contestée par un collaborateur du consulat turc. Le musée n’a pas donné suite à sa demande de censure40.

L’essor du Musée d’Ethnographie dans son bâtiment et dans la société, 1988-2009

  • 41 Clement Caremans, Musea en Erfgoed Antwerpen : een kleine geschiedenis, 93.

43Le 1er octobre 1988, le Musée d'Ethnographie ouvrit ses portes au public dans le quartier historique rénové à l’angle de la Suikerrui et de la Kaasstraat (Fig. 15). Seuls trois des cinq étages furent aménagés en raison de retards accumulés dans le processus de rénovation. Ce n'est que le 9 juin 1989 que le Musée fut complètement aménagé, que le dépôt fut disponible et que le musée ouvrit ses portes pour la seconde fois41. Depuis, le Musée d'Ethnographie était réellement une institution patrimoniale publique et disposait d’une infrastructure qui, à l'époque, satisfaisait aux normes les plus élevées de conservation et de présentation des collections. La bibliothèque spécialisée était également ouverte au public. Le nouveau musée a démarré avec une petite équipe de scientifiques composée du directeur Frank Herreman, également conservateur pour les départements Afrique et Océanie, et de deux conservateurs pour les départements Asie et Amérique, Jan Van Alphen et Mireille Holsbeke.

Fig. 15. Façade du Musée d’Ethnographie dans le Suikerrui à Anvers

Fig. 15. Façade du Musée d’Ethnographie dans le Suikerrui à Anvers

Photo : Michel Wuyts, 2001; Collection Musea & Erfgoed, Anvers

  • 42 L'American Museum of Natural History (New York) joua un rôle prépondérant dans l'avènement des dior (...)
  • 43 Adriaan Claerhout, ‘Le Musée d’Ethnographie d’Anvers’, Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen, 27e année (...)

44Dans le nouveau musée, le visiteur découvrait une sélection de plus de 2500 objets ethnographiques composant une collection de plus de 20.000 objets au total, agencés par continent et essentiellement présentés dans des vitrines climatisées. Les objets provenant de l'Afrique et de l'Océanie étaient présentés au rez-de-chaussée. Le premier étage était consacré à l'Amérique du Nord et du Sud et les troisième et quatrième étages étaient réservés à l'Asie. Les présentations avec dioramas, à savoir la mise en situation de l'environnement des populations présentées, n'ont pas été retenues, comme c’était le cas dans certains musées ethnographiques étrangers42. Les mannequins en plâtre portant les tenues exposées furent également refusés. De telles présentations étaient considérées comme assez inauthentiques ou comme une reconstruction suggestive trop éloignée de la réalité43. Les techniques de représentation recherchaient l’équilibre entre une approche esthétique ou artistico-historique et une approche contextuelle ou anthropologique. L'objectif était ainsi de répondre à un public nourrissant un intérêt anthropologique et à un public affichant un intérêt esthétique pour le patrimoine non européen. Nous présentons uniquement des exemples expliquant les différents modes d'approche des expositions.

45La vitrine d'introduction « Vers l’horizon lointain » contenait des objets qui témoignaient des contacts précoces entre l'Europe et les territoires d'outre-mer, tels que la salière afro-portugaise, la porcelaine chinoise et japonaise fabriquée pour être exportée en Europe et les statues d’ancêtres de Nouvelle Irlande créées pour les touristes. Les textes de cette salle expliquaient comment les contacts avec les Européens ont nui à de nombreuses cultures non occidentales et comment la colonisation et les missions avaient gravement perturbé les cultures locales.

  • 44 Frank Herreman dans VEMA Bulletin, année 15, n° 4, 1989, 1-3

46Le département Afrique associait des vitrines « anthropologiques » et artistico-historiques, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’histoire d’art, dans lesquelles des chefs-d’œuvre tels que la statue Hemba étaient exposées de manière esthétique44. Dans la présentation thématique « Art africain, approche artistique », le visiteur découvrait la diversité des styles artistiques africains (Fig. 16). La majorité des objets provenait de la région subsaharienne ou « Afrique noire », car la composition de la collection ne permettait alors pas de présenter largement les cultures nord-africaines. Les objets provenaient essentiellement de la collection relative à l'Afrique centrale que la ville avait achetée en 1920 afin de promouvoir la colonie belge, et étaient complétés par des masques et objets acquis sur place en 1938-1939 durant l'expédition en Côte d'Ivoire. Des objets rituels et des objets quotidiens de l'Afrique occidentale, orientale et du Sud ont été regroupés sur la base de leur rôle social initial et de leur signification dans le cadre des rites de passages.

Fig. 16. Département “Afrique” au rez-de-chaussée du Musée d’Ethnographie

Fig. 16. Département “Afrique” au rez-de-chaussée du Musée d’Ethnographie

Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0013.2-2.D)

  • 45 Adriaan Claerhout dans ‘Le Musée d’Ethnographie d’Anvers’, Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen, 27e a (...)

47Contrairement au département Afrique, le département Océanie adjacent (Mélanésie, Micronésie, Polynésie et Australie) fut agencé sur une base régionale. De grands chefs-d’œuvre, tels que le poteau bisj commémoratif d'une hauteur de cinq mètres (AE.1973.0020.0001) et l'imposant tambour à fente en bois de Vanuatu (les anciennes Nouvelles Hébrides), ont été installés hors vitrine45.

  • 46 Mireille Holsbeke dans VEMA Bulletin, année 16, n° 1, 1989, 1-3

48Le département Amérique regroupait les objets de treize grands ensembles régionaux46. Le visiteur découvrait d'abord les cultures des populations arctiques présentées dans des vitrines « ethnologiques ». Les cultures et les formes d'art de l'Amérique précolombienne étaient présentées dans un ordre chronologique. La visite se terminait par un aperçu des cultures matérielles des Indiens, les premiers habitants de la zone amazonienne en Amérique du Sud. Une grande partie des objets présentés avait été achetée à des anthropologues travaillant in situ, tels que Lothar Petersen, Boris Malkin et Gustaaf Verswijver, et il était donc possible de remettre les objets dans leur contexte (Fig. 17-18), parfois à l'aide de photographies.

Fig. 17. Département “Amérique” au premier étage du Musée d’Ethnographie

Fig. 17. Département “Amérique” au premier étage du Musée d’Ethnographie

Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0017.2-2.D)

Fig. 18. Parure de plumes. Kaiápo, Rio Xingu, Centre de Brésil. Collecté par G. Verswijver, 1975

Fig. 18. Parure de plumes. Kaiápo, Rio Xingu, Centre de Brésil. Collecté par G. Verswijver, 1975

Collection MAS, Anvers (AE.1975.0046.0002)

  • 47 Adriaan Claerhout dans VEMA Bulletin, année 15, n° 3, 1988, 4.

49Le département Asie présentait essentiellement des objets provenant de l'Inde, du Népal, du Tibet, de Chine et du Japon, dans un contexte religieux. Dans ce cadre, l'accent fut mis sur les conceptions orientales du monde, avec, notamment, l'hindouisme, le bouddhisme, le lamaïsme et le taoïsme. Ce département proposait d'abord une présentation didactique dans laquelle les principaux dieux du panthéon hindou, tels que Vishnu et Shiva, étaient représentés à l'aide d'images, de peintures et d'imageries populaires (Fig. 19). En matière de conservation et de gestion, il était tenu compte, lors de la présentation, des directives muséales internationales toujours plus strictes. Les chefs-d’œuvre fragiles tels que les « Neuf méditations sur l'impureté du corps » (AE.4552.1-20) du peintre japonais susmentionné du xviie siècle, Morishige, et la « Sarvavid vairocana » également mentionnée ci-dessus, à savoir la série unique de 54 peintures miniatures, étaient exposées dans des vitrines dont les valeurs lux avaient été adaptées. Un autel tibétain (AE.1988.0011.0024) comportant des représentations de Bouddha, d'offrandes et de textes consacrés, fut aménagé en collaboration avec l'Institut tibétain de Schoten, une commune dans la province d’Anvers, et l'artiste et moine bouddhiste Nor-bu47. Le deuxième étage comportait enfin une petite salle consacrée au théâtre d’ombre indonésien wayang.

Fig. 19. Département “Asie” au deuxième étage du Musée d’Ethnographie, Anvers

Fig. 19. Département “Asie” au deuxième étage du Musée d’Ethnographie, Anvers

Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0018.2-2.D)

  • 48 Frank Herreman & Constantine Petridis, Face of the Spirtis. Mask from the Zaire Basin, Ethnographic (...)

50Outre la nouvelle exposition permanente, le Musée d'Ethnographie organisait également des expositions temporaires. En 1993, l'exposition « Face of the Spirits. Masks from the Zaire Basin » a été incluse dans le programme officiel d'Anvers, Capitale culturelle de l’Europe ’93, alors que des expositions d'autres musées anversois n'avaient pas été retenues. L'exposition, présentant une large palette de masques de sa propre collection, complétée par des prêts du Musée royal de l'Afrique centrale (Tervuren) et de nombreuses collections privées, accueillit 93.400 visiteurs et fut un succès48. La participation fructueuse à Anvers '93 et la reprise de l'exposition par la réputée Smithsonian Institution (Washington) en 1994 contribua à intensifier la réputation internationale du Musée d'Ethnographie. Une année plus tard, Frank Herreman, commissaire de l'exposition, fut nommé au poste de directeur des expositions du Museum for African Art à New York. En 1996, l'indianiste Jan Van Alphen fut nommé au poste de directeur du Musée d'ethnographie.

  • 49 Mireille Holsbeke. The Object as Mediator. On the Transcendental Meaning of Art in Traditional Cult (...)
  • 50 Sur la piste du musée multiculturel et celle du musée historique, ensuite appelé MAS : Werner van H (...)

51À la fin de l'année 1993, l'administration communale prit des initiatives afin de réorganiser les musées anversois et une proposition de fusion fut soumise pour la seconde fois. Cette proposition n'incluait pas les collections maritimes, comme proposé dans les années 1940, mais bien le Musée du Folklore voisin. Différentes pistes furent suivies jusqu'en 1996 afin de regrouper le Musée d'Ethnographie et le Musée du Folklore en un seul musée multiculturel élargi. La recherche d'une fusion intrinsèque se traduisit par une exposition transculturelle intitulée « The Object as Mediator. On the Transcendental Meaning of Art in Traditional cultures ». Le commissaire, Mireille Holsbeke, également conservateur du département Amérique au Musée d'Ethnographie, puisa dans les collections des deux musées49. La fusion resta finalement lettre morte. En 1998, l'administration communale décida d'intégrer les collections du Musée du Folklore dans un nouveau musée historique, appelé, dès 1999, Museum aan de Stroom, ou MAS50.

  • 51 Le décret sur les musées expliquait la vision des autorités flamandes sur les fonctions des musées (...)

52Le Musée d'Ethnographie, à savoir le seul musée en Belgique qui était consacré aux quatre continents non européens, fonctionna quelques années encore sur une base indépendante. En 1998, il est le premier musée à Anvers à obtenir une reconnaissance nationale dans le décret flamand sur les musées51.

53Cette reconnaissance entraîna une dynamique importante pour le musée. Parallèlement au soutien structurel de la ville d'Anvers, des subventions de projets ont été versées par les autorités flamandes qui ont dégagé des moyens pour le financement des quatre fonctions de bases d'un musée.

54Le personnel du musée s'occupant des départements Asie, Amérique et Océanie, et se composant de deux personnes, a été renforcé par quatre conservateurs spécialisés. Deux collaborateurs fixes pour l'éducation furent également recrutés. Parmi les musées anversois et flamands, le Musée d'Ethnographie a joué, grâce à ses collections originaires du monde entier, un rôle pédagogique précurseur en matière de formation internationale, de citoyenneté mondiale et de diversité. Le musée s'est donc davantage focalisé sur la société qu'au cours des décennies précédentes. Cette société affichait également une diversité culturelle croissante.

  • 52 Jan Van Alphen et Anthony Aris (red). Oosterse Geneeskunde. Een geïllustreerde gids van de Aziatisc (...)
  • 53 Mireille Holsbeke et Julia Montoya (red.), Met hun handen en hun ogen. Maya-textiel. Spiegel van ee (...)

55Entre 1990 et 2009, le Musée d'Ethnographie a organisé vingt-six expositions temporaires, dont la plupart étaient des réalisations propres. Un contexte scientifique étayé a toujours été fourni et mettait en exergue la découverte, la compréhension et le respect pour diverses pensées et réalités. Les expositions affichaient une approche artistique et anthropologique forte en se concentrant sur la culture matérielle évolutive des sociétés extra-européennes dans un monde globalisé. En ciblant les expressions culturelles contemporaines, les expositions avaient pour objectif de battre en brèche l'image stéréotypée encore largement répandue dans le public que les « cultures traditionnelles » sont statiques et immuables. Les conservateurs ont eu l'opportunité de réaliser des recherches dans les régions non européennes et d'acquérir des objets. Ainsi, des objets utilisés dans le cadre de la médecine traditionnelle et contemporaine ont été acquis au Vietnam, en Corée, en Inde, au Népal et au Tibet afin d'être présentés lors de l'exposition « Oriental Medicine » (1995)52. L'exposition « With their Hands and Their Eyes. Maya Textiles. Mirrors of a Worldview» (2003) était le résultat d'une étude sur place menée en étroite collaboration avec les tisseuses mayas qui ont conservé leurs traditions vestimentaires et textiles depuis l'époque précolombienne. Le catalogue de l’exposition a été publié en néerlandais, en anglais, en espagnol et en langue maya53.

  • 54 Jan Van Alphen, Steps to Liberation. 2500 Years of Jain Art and Religion. Ethnographic Museum Antwe (...)

56La programmation des expositions temporaires et la politique d'acquisition correspondante portent une attention particulière aux pays d'origine d'importantes communautés de migrants vivant en Belgique. Une collaboration étroite a été nouée avec des représentants de ces communautés. En 2000, le Musée d'Ethnographie a été le premier en Europe à consacrer une exposition au Jaïnisme, la religion de la grande communauté de diamantaires indiens établis à Anvers, qui a également prêté de nombreux objets. Au terme de l'exposition, la communauté Jaïn a offert au musée une grande partie des objets présentés lors de l'exposition « Steps to Liberation. 2500 Years of Jain Art and Religion »54.

  • 55 Ivo Grammet, Min Dewachter, Els De Palmenaer, Maroc. Les artisans de la mémoire, Musée d’Ethnograph (...)

57À l’occasion du cinquantième anniversaire de l'indépendance du Maroc en 2006, le Musée d'Ethnographie a organisé l'exposition « Maroc. Les artisans de la mémoire »55. L'exposition présentait la riche culture marocaine, qui trouve son origine dans le monde berbère (Amazigh), arabe, andalou et africain, et, sur le plan religieux, dans les convictions islamiques et juives. La majorité des prêts provenait de musées marocains présentant divers costumes traditionnels et arts artisanaux marocains. Un nombre restreint d'objets fut acheté et constitua le début de la collection nord-africaine. Une collaboration a été nouée avec des partenaires de l'imposante communauté marocaine d'Anvers pour l’organisation des activités destinées au public.

  • 56 Jan Van Alphen, Mireille Holsbeke, Els De Palmenaer ‘Naar wijdere horizonten met het Etnografisch M (...)

58À partir de l'an 2000, des projets ont été développés aux fins d'une actualisation progressive des expositions muséales permanentes. Le plan directeur d'une rénovation profonde et d'une extension du Musée d'Ethnographie a été introduit en 2006 auprès des autorités communales, mais a été rejeté au cours de la même année56. Au lieu de cette rénovation, l'administration communale a décidé le 11 mai 2007 pour des motifs financiers et intrinsèques, de fermer le Musée d'Ethnographie comme musée indépendant et de l’intégrer dans les collections du MAS. La collection d'art précolombien de Paul et Dora Janssen-Arts, que les autorités flamandes avaient acquise, fut également donnée en prêt au MAS.

De « Anvers capitale culturelle de l’Europe » en 1993 à l’ouverture du MAS en 2011

59En 1993, Anvers fut capitale culturelle de l’Europe. C’était une année décisive pour la politique culturelle à venir de la ville d’Anvers. Le grand succès du programme « Anvers 1993 » était précurseur de plusieurs dynamiques. Au cours des années 1990, la ville fit preuve d’une grande volonté d’investissement dans le patrimoine local et le renouvellement des musées. Les anciens musées tels que le Musée Vleeshuis, le Musée de la Marine, et le Musée du Folklore perdirent leur rôle d’acteurs principaux. Leurs propositions pour le programme officiel d’Anvers ’93 ne furent pas retenues. Plusieurs pistes furent alors explorées. Celle de la fusion de la collection d’ethnologie locale et de la collection extra-européenne du Musée d’Ethnographie fut abandonnée. Par contre, celle qui consista à créer un nouveau musée historique de la ville qui comprendrait les collections maritimes et folkloriques ainsi que la collection du Musée Vleeshuis fut avalisée dès 1997.

60En 1998, la ville décida de construire un nouveau musée dans le quartier Eilandje (Petite île), situé dans le vieux port au nord du centre de la ville. A l’image de nombreuses villes maritimes à la fin du xxe siècle, Anvers posa la question de la réhabilitation des quartiers maritimes abandonnés par l’activité portuaire. Le MAS offrit une des réponses à cette question. Un concours d’architecture fut lancé, et gagné en 2000, par les architectes Neutelings-Riedijk. Leur proposition de construire un bâtiment à escaliers, et donc une tour, fut retenue, parce qu’elle faisait référence aux anciens entrepôts du port et, surtout, parce qu’une tour allait permettre de créer une nouvelle place publique au milieu des vieux bassins (Fig. 20).

Fig. 20. Le nouveau MAS en 2011

Fig. 20. Le nouveau MAS en 2011

Photo Sarah Blee; Collection MAS, Anvers

61À l’origine, le futur MAS fut conçu comme un musée consacré à la ville et au port, dont l’histoire devait être évoquée à travers les collections maritimes, folkloriques et les collections d’arts appliqués et d’histoire du Musée Vleeshuis. Si le MAS avait été développé dans ce sens, sa mission aurait été très proche de celle du nouveau musée urbain de Gand, le STAM (Stadsmuseum), ouvert en 2010. En 2007, la ville d’Anvers décida cependant d’y intégrer la collection de quelque 40 000 objets du Musée d’Ethnographie et la collection d’art précolombien Paul et Dora Janssen-Arts. L’équipe et le budget de la « cellule pour le patrimoine » (Erfgoedcel), qui soutenait le réseau des organisations pour le patrimoine depuis 2000 à Anvers, furent également mis à disposition au nouveau musée. Cette décision radicale impliqua un changement de paradigme : la perspective uniquement historique devenait caduque au sein du MAS. Il fallait désormais que le MAS fasse la synthèse entre diverses disciplines, et aborde les collections de plusieurs manières, à la fois historique, anthropologique et artistique.

62Entre 2007 et 2010, divers projets intrinsèques furent développés pour l'aménagement muséal. Les projets initiaux répondaient alors aux attentes des collaborateurs du Musée d'Ethnographie. Dans ce cadre, il était d’une part prévu que les trois étages supérieurs seraient consacrés à l'art et aux cultures des continents non européens, et donc, aux collections du Musée d'Ethnographie et à la collection d'art précolombien de Paul et Dora Janssen-Arts, sous l'intitulé « Images du monde ». D’autre part, on pensait réserver les étages inférieurs aux collections du Musée de la Marine, du Musée du Folklore et du Musée Vleeshuis, sous l'intitulé « Images de la ville ». L'entresol fut conçu pour accueillir des expositions alternatives qui devaient inclure un volet critique « Images de l’Autre » sur les contacts mondiaux entre Anvers et le monde d'hier et d'aujourd'hui, ainsi que sur les images mutuelles. Enfin, le dépôt désormais accessible au public allait permettre de donner la possibilité aux visiteurs de découvrir les coulisses du musée.

  • 57 Sven Grooten, B-architect dans Le MAS dévoilé (2007-2011). L’histoire de ses collections et sa scén (...)
  • 58 Leen Beyers dans Le MAS dévoilé 2007-2011. L’histoire de ses collections et sa scénographie, Anvers (...)

63Au printemps 2009, ce projet fut radicalement modifié sous l'impulsion des scénographes B-architecten. Un regroupement thématique confrontant les collections des autres anciens musées dans des présentations thématiques semi-permanentes fut alors privilégié. La direction du MAS, qui devait se pencher sur l'aménagement intrinsèque du MAS, a estimé que le projet consistant à créer des expositions distinctes avec les collections du Musée d'Ethnographie, du Musée du Folklore et du Musée de la Marine, n'était pas suffisamment innovant. L'objectif d'attirer au moins 250 000 visiteurs par an a été un argument choc. Afin d’attirer un grand nombre de visiteurs issus de larges couches de la population, une approche muséographique aisément accessible et innovante s'imposait57. De plus, la présentation des collections par continent, telle qu'elle est préconisée dans la majorité des musées ethnologiques, était moins pertinente en ces temps de mondialisation à tout va, que des présentations s'articulant autour des expériences communautaires humaines58. Le défi consistait à rassembler des objets et des histoires du port, de la ville et du monde sur la base d'une scénographie théâtrale. Cette réorientation profonde se heurta à la critique des collaborateurs de l'ancien Musée d'Ethnographie, car la justification artistico-anthropologique et scientifique de la présentation du patrimoine extra-européen semblait totalement absente. Ce changement de perspective a entraîné de grandes divergences d’opinion.

Les collections et expositions au MAS depuis 2011

64Le MAS ouvrit enfin ses portes en mai 2011. Il héberge désormais et exploite les collections des anciens musées consacrés à l’ethnographie extra-européenne (Etnografisch Museum), à la marine (Nationaal Scheepvaartmuseum), à l’ethnologie locale (Volkskundemusuem), et à l’histoire locale et aux arts appliqués (Museum Vleeshuis). Le MAS est devenu une collection de collections et il prend soin d’environ 500 000 objets au total. Il va sans dire qu’après toutes les fusions et après toutes les ambitions formulées pendant 13 ans, sa mission est très large. Elle inclut la conservation ainsi que la présentation, l’accueil du public et le marketing. Elle induit la gestion des collections du MAS mais également les réseaux avec les organisations du patrimoine anversois, comme la cellule pour le patrimoine (Erfgoedcel) le faisait avant. En ce qui concerne l’interprétation des objets, elle concerne aussi bien l’histoire et l’art que l’anthropologie culturelle, dans un cadre géographique qui va de la ville et du port d’Anvers à l’Europe, l’Afrique, l’Asie, l’Amérique et l’Océanie.

65Durant les premières années, la communication du MAS et les commentaires de presse furent surtout axés sur le bâtiment extraordinaire. On peut alors parler d’un véritable « effet-Guggenheim ». Le musée, qui se dit 'sans limites', veut offrir plusieurs expériences à ses visiteurs : voir, apprendre, sentir, se promener, faire des rencontres, goûter (cf. un café au rez-de-chaussée et un restaurant au neuvième étage) … Le grand bâtiment et la mission large du MAS permettent de développer plusieurs types d’expositions et de projets.

  • 59 Sur le musée dans la société (néo)libérale : Tony Bennett, The Birth of the Museum. Theory, History (...)

66L’un d’entre eux est de permettre l’accessibilité des réserves au public, réserves situées au deuxième étage. Les expositions temporaires sont présentées au troisième étage (± 850 m2) et dans le ‘boulevard’ du MAS, c’est-à-dire l’espace à escaliers qui mène aux salles d’expositions (Fig. 21). Enfin, la collection permanente est présentée sur quatre étages (chacun de 850 m2). Les collections sont présentées de façon théâtrale, souvent hors vitrines. Pour concevoir les présentations, les scénographes se sont inspirés du cinéma et du théâtre. Une visite des expositions a été conçue comme une aventure totale en termes de découverte, d'écoute et de ressenti. Dans le MAS, le public a donc le choix. En ce sens, le MAS constitue à n’en pas douter, un musée du XXIe siècle, à la mesure d’une société ouverte où l’homme doit se construire par ses choix individuels59.

Fig. 21. Le boulevard du MAS

Fig. 21. Le boulevard du MAS

Photo : Jef Vrelust, 2011 ; Collection MAS, Anvers

67Cette nouvelle infrastructure à grande échelle nécessite une mission générale innovatrice, comme l’indique la brochure de présentation du musée :

Bienvenue au MAS.

Laissez-vous séduire par son architecture.

Laissez-vous emporter, salle après salle, par des vues nouvelles,

des histoires qui affluent du monde entier.

Des histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Des histoires qui s’écrivent ici jour après jour.

Car la vie ne s’arrête jamais dans une ville portuaire.

Au MAS vous jetez un regard sur le monde, sur Anvers et sur vous-même.

  • 60 Marieke van Bommel (éditeur responsable) Guide du MAS, Anvers, 2018

Bienvenue au MAS, un flux d’histoires.60

68C’est dans le cadre de cette mission générale qu’évoluent dès à présent les collections et présentations du MAS. Grâce au port, la ville d’Anvers a toujours été en contact avec le monde et a collectionné, au cours des siècles, le patrimoine local, national et européen aussi bien que le patrimoine extra-européen. Le MAS exploite cette collection très diverse pour en tirer des histoires nouvelles, qui illustrent les liens unissant Anvers et le monde. Inspirée par le passé de la ville portuaire, la mission du MAS est néanmoins actuelle et orientée sur le futur. Dans une ville extrêmement diversifiée, où un habitant sur trois a des racines dans un autre pays, dans un monde où les hommes et les biens voyagent de plus en plus, bref, à l’ère de la globalisation, le MAS redécouvre les liens entre la ville et plusieurs régions dans le monde. Il offre ainsi à son public des cadres pour comprendre et apprécier tant l’histoire et le patrimoine local que la richesse culturelle globale. Si le MAS veut contribuer à une citoyenneté, c’est aussi bien la citoyenneté de la ville que la citoyenneté du monde. Voilà la mission globale du MAS.

  • 61 Chris De Lauwer (red). Life and death. Of Gods and Men. Anvers, MAS Book BAI, 2014. Sur les défis e (...)

69Cette mission ne se concrétise pas dans une seule manière de présenter les collections, mais bien dans trois approches qui permettent de valoriser les collections de plusieurs façons. Premièrement, le MAS crée des présentations interculturelles qui montrent la diversité et la dynamique culturelle dans le monde. L’exposition interculturelle « La vie et la Mort. Les hommes et les dieux », dans la section permanente du MAS, illustre bien cette approche (Fig. 22). Elle met en relation l’art et le patrimoine provenant des collections extra-européennes ainsi que les collections ethnologiques et artistiques d’Anvers et ses environs. L’approche interculturelle fait part des stratégies postcoloniales de plusieurs musées d’ethnographie extra-européenne depuis les années 1990, surtout pour des expositions temporaires. L’idée derrière cette stratégie est que la représentation des ‘cultures du monde’ comme inchangeables, particulières et isolées du reste du monde, a trop souvent soutenu l’idée d’un Occident avancé. L'approche interculturelle devrait permettre de rendre visible non seulement les différences mais aussi les similarités entre plusieurs cultures. Le musée ethnographique Rautenstrauch-Joest à Cologne a rouvert en 2010 avant l’ouverture du MAS avec une présentation permanente interculturelle61.

Fig. 22. L’exposition “La Vie et la Mort. Les Hommes et les Dieux” au 7e étage du MAS

Fig. 22. L’exposition “La Vie et la Mort. Les Hommes et les Dieux” au 7e étage du MAS

Photo: Filip Dujardin, 2011; Collection MAS, Anvers

  • 62 Johan Lagae, Els De Palmenaer et Jacob Sabakinu Kivilu, « Colonial port» dans Jef Vrelust, Antwerp (...)

70Deuxièmement, les présentations du MAS traitent des contacts et des échanges entre la ville d’Anvers et les autres villes et régions dans le monde, aussi bien lointains que proches. Inspiré par les nouvelles tendances en histoire urbaine, le MAS s’attache à considérer la ville et le port tout d’abord comme des nœuds dans plusieurs réseaux. Si la globalisation est intense aujourd’hui, le MAS veut montrer qu’elle a une longue histoire et qu’elle a eu toujours une grande influence sur plusieurs cultures. L’exposition historique « Port Mondial. Le commerce et la navigation », dans la section permanente du MAS, est un exemple de cette approche (Fig. 23). La collection extra-européenne et la manière dont elle a été documentée dans le passé offre peu de cadres historiques à première vue. Ainsi, les données chronologiques de la collection sont très limitées. L’approche interdisciplinaire dans l’équipe du MAS même et avec un réseau de spécialistes divers permet néanmoins de nouvelles interprétations qui mettent en avant l’échange dynamique, positif aussi bien que néfaste, entre cultures et sociétés. Par exemple, l’exposition « Port Mondial » montre les liens entre Anvers et le port congolais de Matadi depuis le xixe siècle.62

Fig 23. L’exposition “Port Mondial. Le Commerce et la Navigation” au 6e étage du MAS

Fig 23. L’exposition “Port Mondial. Le Commerce et la Navigation” au 6e étage du MAS

Photo: Filip Dujardin, 2011; Collection MAS, Anvers

71Troisièmement, le nouveau MAS valorise toutes ses collections, en racontant l’histoire des collections et en illustrant la passion de la collecte. Dans le « Dépôt accessible », au 2e étage (Fig. 24), le public découvre la variété de cette importante collection et saisit de manière claire à partir de cas précis, les motivations et les passions des collectionneurs pionniers de la collection du MAS. Cette présentation illustre très bien la mission actuelle du MAS. Elle montre comment l’élite culturelle anversoise était en contact avec le monde, et quelles étaient leurs perceptions de la culture locale et des cultures extra-européennes. Cette généalogie des collections permet de comprendre le MAS comme une des phases dans la biographie des collections. Elle montre notamment que le musée et la collecte se font toujours au ‘fil du temps’. Collectionner et présenter, c’est toujours sélectionner.

Fig. 24. Réserves accessibles au 2e étage du MAS

Fig. 24. Réserves accessibles au 2e étage du MAS

Photo : Jelle Vermeersch, 2012 ; Collection MAS, Anvers

Les stratégies spécifiques autour de la collection extra-européenne

  • 63 Plan de gestion des collections du MAS, 2017 (document interne).

72En tenant compte de la mission du MAS et des qualités de la collection extra-européenne, le plan de gestion de la collection du MAS cite trois priorités afférentes au traitement de la collection extra-européenne63. Premièrement, il est important, dans cette période postcoloniale, de collaborer avec les artistes et partenaires des territoires d'origine de la collection extra-européenne, à savoir les « source communities » (communautés sources). La création unilatérale de connaissances d'autres cultures peut ainsi être partiellement modifiée grâce à des collaborations avec des partenaires des territoires d’origine pour la documentation et présentation des collections. Cette tâche est complexe. Le terme « Source communities » est un peu trompeur. Il ne s'agit pas de communautés statiques et homogènes dans les territoires d'origine. Il s'agit plutôt de spécialistes et d'artistes ayant un lien étroit avec les territoires d'origine et qui peuvent offrir une autre perspective sur la collection, sans pour autant représenter une communauté entière.

  • 64 Vicky Van Bockhaven, « Héritage Polynésien » Guide du MAS, Anvers, BAI, 2011, 53-56

73Ainsi, la commissaire Vicky Van Bockhaven a collaboré en 2011 avec George Nuku. Nuku vit en alternance entre Europe et la Nouvelle-Zélande et ses racines sont, notamment, maori64. Il a créé au MAS une installation « Whare tupuna » s'inspirant d’une maison de retrouvailles maori, pour rendre dignité et pouvoir aux objets polynésiens de la collection du MAS et pour critiquer l’approche classique des musées européens s’agissant de ces objets présentés comme des reliques d’une culture primitive presque disparue (Fig. 25). En 2016, la commissaire Chris De Lauwer a collaboré avec des moines tibétains, résidant en alternance en Europe et au Tibet, pour l'exposition « Buddha & Mind ». Ils ont créé un mandala pour l'exposition (Fig. 26). Au terme de cette dernière, ledit mandala a été disséminé conformément au rituel dans l'Escaut en présence d'un nombreux public.

Fig. 25. George Nuku pendant la construction de son installation Whare tupuna

Fig. 25. George Nuku pendant la construction de son installation Whare tupuna

Photo : Michel Wuyts et Bart Huysmans, 2011 ; Collection MAS, Anvers

Fig. 26. Les moines bouddhistes provenant du Tibet créant un mandala au MAS. Exposition temporaire “Buddha & Mind.”

Fig. 26. Les moines bouddhistes provenant du Tibet créant un mandala au MAS. Exposition temporaire “Buddha & Mind.”

Photo 2016. Collection MAS, Anvers

74Outre cette collaboration internationale, une deuxième priorité réside dans la collaboration intrinsèque avec les partenaires culturels et religieux à Anvers et autour. Aujourd'hui, Anvers est une ville portuaire de moyenne importance et compte quelque 522 000 habitants. La population urbaine a fortement augmenté au cours des dernières années. La population d'Anvers est exceptionnellement bigarrée, en termes tant d'âge, de revenu et de niveau de formation que d'acquis culturels. La ville compte plus de 175 nationalités et 48 % des habitants possèdent des parents ou grands-parents originaires d'un pays autre que la Belgique65. La collection extra-européenne n'est pas le reflet exact de la diversité culturelle actuelle de la ville d'Anvers, car elle n'a pas été élargie par la migration, mais a été créée en marge du commerce maritime, via des achats d’œuvres d'art et l'étude de cultures spécifiques. Pourtant, la collection affiche des points communs avec les communautés culturelles actuelles anversoises (par exemple, avec les communautés ghanéennes et congolaises via la collection Afrique). De plus, l'expertise accumulée avec la diversité culturelle des collaborateurs de l'ancien Musée d'Ethnographie est un atout. Au cours des dernières années, la collection a également été complétée dans cette perspective. Tel est le cas du projet récent et des acquisitions du patrimoine matériel et immatériel relatif à l'islam, au regard de la dynamique de migration au cours des dernières décennies.

  • 66 Larissa Förster dans: Paul Vooght (red.) Can we make a difference? Museums, society and development (...)

75Troisièmement, étant donné que la mission du MAS porte sur la cohésion, le « connectedness », il est plus que jamais nécessaire d'étudier et de raconter au public l'histoire de la collection extra-européenne. C'est également aujourd'hui une tendance internationale, postcoloniale, car, comme Larissa Förster l'écrit : « Ethnographic collections …[result from] past encounters with and perceptions of the then contemporary other … [by] not making this explicit, [they contribute to] ideas about static and backward cultures in the so-called Third World»66. Afin de ne plus présenter les cultures extra-européennes comme isolées et statiques, il est important de savoir comment les objets de ces cultures sont parvenus à Anvers. Qui étaient les intermédiaires dans les pays d'origine et les collectionneurs européens et quelle image avaient-ils de leurs cultures mutuelles ? Les réserves accessibles du MAS au 2e étage constituent un espace exceptionnel permettant de présenter les visions des collectionneurs et l'histoire et l'éthique de la collection. Il s'agit également d'un point d'attention dans les expositions et publications, telles que le présent article. Le MAS cultive donc l'ambition de stimuler la réflexion sur la collecte des objets d’autres cultures et la présentation des autres cultures.

Notes

1 Cet article emploie de la terminologie datée, comme par exemple « objets exotiques ». De plus, nous mentionnons régulièrement les notions de « Musée ethnographique » et de « collection ethnographique extra-européenne », car ces termes qualifièrent longtemps la collection. Au MAS, la collection est actuellement dénommée « Collection du Monde », car la distinction ainsi établie avec la collection d'ethnologie locale est plus claire. Nous suivons également la tendance internationale consistant à privilégier les termes « world cultures » plutôt que « art tribal », « arts primitifs » ou « arts premiers ».

2 Le « Musée d’Antiquités » de Gand a ouvert ses portes en 1817 sous le règne du roi néerlandais Guillaume Ier, et donc avant la scission des Pays-Bas méridionaux et la création de la Belgique en 1830.

3 Jelena Dobbels « Aanzetten voor een erfgoedbeleid. De afbraak van het Antwerpse burchtgebied als casestudy voor de veranderende omgang met erfgoed (1863-1900) », Stadsgeschiedenis, 2011, 2, 129-145.

4 Quatre éditions du « Catalogue du Musée d’antiquités d’Anvers » de Pierre Génard ont été publiées (1876, 1881, 1885 et 1894).

5 Sur la base des numéros d'inventaire renseignés dans cette contribution, l'enregistrement des objets peut être consulté via la Collection en Ligne du MAS à l'adresse http://search.mas.be/search/advanced

6 Cat. N° 77 « Vase, découvert dans les ruines du temple du Soleil à Callao, près de Lima, Pérou, 1864 » dans Pierre Génard, Catalogue du Musée d’antiquités d’Anvers, 4e édition, 1894, 41.

7 À compter de 1862, la compagnie maritime de Decker-Cassiers avait le quasi-monopole du commerce du bois (acajou américain, cèdre) et naviguait à la voile jusqu'au Mexique et l'Amérique du Sud. Elle a fermé ses portes en 1874 à la suite de l'avènement de la navigation à vapeur. Eugène de Decker fut également le cofondateur de la Compagnie Chemin de Fer Congo, voir Poussemier, in Stols : De Belgen in Mexico, 1993, 26.

8 Cat. N° 3, « Pierre hiéroglyphique provenant des ruines toltèques de Palenqué, Chiapas, Mexique » dans Pierre Génard, Catalogue du Musée d’antiquités d’Anvers, 4e édition, 1894, 22 ; Adriaan Claerhout, West Zuid Oost, 1960, 9. La stèle a été initialement inscrite comme Zapotèque. Pour l'attribution aux Mayas, voir Erik Boot « Hiërogliefenschrift uit de vroege Maya periode » dans VEMA Bulletin, année 26, n° 1-2, 1999, 1-4.

9 Els De Palmenaer dans Life and Death. Of gods and Men, MAS BAI book, 2014, 14-42

10 Els De Palmenaer dans Antwerp World Port. On Trading and Shipping, MAS BAI book, 2012, 104

11 Maarten Couttenier, Congo tentoongesteld. Een geschiedenis van de Belgische antropologie en het museum van Tervuren (1882-1925), Acco Leuven, 2005, 125

12 Annemie De Vos, textes de salle non publiés lors de l'exposition « Du Musée Vleeshuis au MAS », Dépôt accessible MAS, 2016

13 Joost Willink. De bewogen verzamelgeschiedenis van de West-Centraal-Afrikaanse collecties in Nederland (1856-1889), 2006, 212-213.

14 Maarten Couttenier dans « One Speaks softly, like in a sacred place: collecting, studying and exhibiting Congolese artefacts as African Art in Belgium », Journal of Art Historiography, n° 12, 2015, 19 et 22.

15 Archives du Musée Vleeshuis, Rapport de la Commission administrative (2/02/1916)

16 Sur le Musée anversois de Commerce: Lisbet Nys, De intrede van het publiek. Museumbezoek in België 1830-1914, Leuven, 2012, 141 et 313 ; Roland Baetens, Het Koninklijk Aardrijkskundig Genootschap van Antwerpen (1876-1976), 1976, 46 ; Johan Lagae, Els De Palmenaer & Jacob Sabakinu Kivilu, ‘Colonial Port’, Antwerp World Port. On trading and Shipping, Antwerp, MAS book BAI, 2012, 107.

17 Sur Henri Pareyn : George Van Deuren dans, VEMA Bulletin, année 14, n° 4, 1988, 3 ; Anne Leurquin dans, ‘De verspreiding van het Afrikaanse object of de geschiedenis van een zwerftocht’ Utotombo, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1988, 318-319 ; Els De Palmenaer, ‘Henri Pareyn. Les collections et les collectionneurs', guide du MAS, Anvers, BAI, 2011, 18-20.

18 Willy Durinx, ‘Le Roi des Lions et le Petit Capitaine’, guide du MAS, Anvers, BAI, 2011, 28-30.

19 Leen Huet & Jan Grieten, Het interessante volk. Schrijvers van het Volkskundemuseum, BAI, 2007, VIII-X.

20 Sur les Neuf méditations : Jan Denucé, Le musée du Vleeschhuis (Vieille Bucherie) Anvers, non daté, 9-10 ; Chris De Lauwer, Life and Death. Of Gods and Men. Anvers, MAS Book BAI, 2014, 129.

21 Pour une description du parcours des visiteurs, voir Jan Denucé, Le musée du Vleeschhuis (Vieille Bucherie) Anvers, z.j., 1-12. En ce qui concerne le rez-de-chaussée : Panneau vitré positif du rez-de-chaussée du Musée des Antiquités et des Arts appliqués, environ 1918-19. Collection Vleeshuis (AV.1961.003).

22 Sur l’influence et les projets de Frans Olbrechts à Anvers: Constantine Petridis, Frans M. Olbrechts (1899-1958) In Search of Art in Africa. Antwerp Ethnographic Museum, 2001.

23 Archives du Musée Vleeshuis, Journal de rapport de la Commission consultative, année 1939.

24 Jan Denucé, ‘Afrika en Antwerpen in vroeger eeuwen’ dans Tentoonstelling van Kongo kunst, Antwerpsche Propagandaweken, 24 décembre 1937-16 janvier 1938

25 En 1952, l'écrivain français André Malraux intégra ce chef-d’œuvre africain (ill. 13) dans son Musée imaginaire de la sculpture mondiale, cat. n° 416.

26 Selon Constantine Petridis le « tour de force » qu'Olbrechts réalisa pour l'art congolais n'a plus jamais été réitéré : Petridis, Frans M. Olbrechts (1899-1958) In Search of Art in Africa, Antwerp Ethnographic Museum 2001,178-179.

27 Archives du Musée Vleeshuis, Rapport de la Commission consultative, 2 février 1938.

28 Des entreprises anversoises, le Fonds National pour la Recherche Scientifique et deux institutions américaines, à savoir The George Washington University (Washington, D.C.) et le Buffalo Museum of Science (Buffalo, New York), ont également soutenu cette initiative : Anja Veirman, dans Petridis, F.M. Olbrechts (1899-1958). In Search of Art in Africa, 2001, 245.

29 Anja Veirman, dans Petridis, F.M. Olbrechts (1899-1958). In Search of Art in Africa, 241; Els De Palmenaer, Life and Death. Of Gods and Men. Antwerp. MAS Book BAI, 2012, 25-26.

30 Frans Smekens dans Rond fetisj, totem en taboe. Catalogue de l'exposition du même nom au Musée Vleeshuis, Anvers, 1955 ; Clement Caremans, Musea en Erfgoed Antwerpen: een kleine geschiedenis, Anvers, 2012, 92.

31 Les débuts dans la maison Mercator-Ortelius et les déménagements vers divers bâtiments communaux sont décrits par Bob Thys, collaborateur à partir de 1952, dans VEMA Bulletin, Année 27, n° 2-3-4, 2000. Sur l'Association Géographique Royale : Petridis, Frans M. Olbrechts (1899-1958),15.

32 L’exposition « nouvelles acquisitions » du Musée d'ethnographie (1976-1977) a été montée en remerciement aux donateurs et aux efforts de la VEMA : Adriaan Claerhout, Tentoonstelling Aanwinsten, Anvers, 1977, 2-3.

33 Une congrégation catholique fondée en 1862 à Scheut, à proximité de Bruxelles. Aussi connue comme Congregatio immaculati cordis Mariae, la congrégation du Cœur Immaculé de Marie. Les missionnaires travaillaient principalement en Chine et au Congo.

34 De 1947 jusqu'à son décès en 1958, Frans Olbrechts a dirigé le Musée royal du Congo belge.

35 Archives des collections ethnographiques, MAS, dossier Frans Olbrechts : prêts, dons, achats de Margriet Olbrechts-Maurissens (1963- 1964, 1972, 1973-1977, 1978)

36 Adriaan Claerhout, Rond fetisj, totem en taboe. Exposition de 15 ans d'acquisitions du Musée d'ethnographie. Anvers, 1955.

37 Adriaan Claerhout dans Het Masker, Le Masque, The Mask, Die Maske, Musée Royal de Beaux-arts, Anvers, 1956, 15

38 Archives des collections ethnographiques, MAS, brochure de la lecture de Tristan Tzara le 18 octobre 1956 à Anvers, Dossier de l'exposition : Het Masker. Le Masque (II), Propaganda & Voordrachten

39 Jan Van Alphen, Günaydin Anadolu. Tradities uit Turkije. Catalogue de l'exposition du même nom, Anvers, Crédit Communal, 1988 ; Sergi Günaydin Anadolu - Bonjour l'Anatolie. Anvers Belediyesi-Ville d'Anvers. Musée d'ethnographie en collaboration avec le Centre d'information et d'interprétation pour les Migrants, Anvers, 1988.

40 Bob Thys dans Bulletin VEMA, année 17, n° 2-3-4, 2000, 4.

41 Clement Caremans, Musea en Erfgoed Antwerpen : een kleine geschiedenis, 93.

42 L'American Museum of Natural History (New York) joua un rôle prépondérant dans l'avènement des dioramas dans des musées d'histoire naturelle et des musées ethnologiques. Pour plus d'informations sur la signification du diorama considéré comme outil didactique afin de rendre les présentations plus attractives pour le public, consultez Liesbet Nys, Intrede van het publiek, 2012, 405-409, ainsi que Maarten Couttenier, Congo tentoongesteld, 2005, 152-153

43 Adriaan Claerhout, ‘Le Musée d’Ethnographie d’Anvers’, Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen, 27e année, 1989, n° 1

44 Frank Herreman dans VEMA Bulletin, année 15, n° 4, 1989, 1-3

45 Adriaan Claerhout dans ‘Le Musée d’Ethnographie d’Anvers’, Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen, 27e année, n° 1, 1989, 11-14

46 Mireille Holsbeke dans VEMA Bulletin, année 16, n° 1, 1989, 1-3

47 Adriaan Claerhout dans VEMA Bulletin, année 15, n° 3, 1988, 4.

48 Frank Herreman & Constantine Petridis, Face of the Spirtis. Mask from the Zaire Basin, Ethnographic Museum Antwerp, Snoeck-Ducaju, 1993

49 Mireille Holsbeke. The Object as Mediator. On the Transcendental Meaning of Art in Traditional Cultures. Ethnographic Museum Antwerp, 1996

50 Sur la piste du musée multiculturel et celle du musée historique, ensuite appelé MAS : Werner van Hoof dans De poppen aan het dansen. Honderd jaar volkskundemuseum. Bert Demunck et Werner van Hoof (red.), éditions Vantilt, Nijmegen, 2007, 117,120 -124.

51 Le décret sur les musées expliquait la vision des autorités flamandes sur les fonctions des musées dans la société contemporaine et a apporté une professionnalisation importante en imposant des conditions aux subventions.

52 Jan Van Alphen et Anthony Aris (red). Oosterse Geneeskunde. Een geïllustreerde gids van de Aziatische geneeswijzen, 1995 / Oriental Medicine. An illustrated Guide to the Asian Arts of Healing, Lemniscaat, Rotterdam, 1997.

53 Mireille Holsbeke et Julia Montoya (red.), Met hun handen en hun ogen. Maya-textiel. Spiegel van een wereldbeeld. Etnografisch Museum Antwerpen, 2003 ; Amb les seves mans i els sues ulls. Teixits maies, miralls d’una comovisió, Fundacio Caixa de Girona, 2004

54 Jan Van Alphen, Steps to Liberation. 2500 Years of Jain Art and Religion. Ethnographic Museum Antwerp, India Study Centre Universiteit Antwerpen, Antwerp Indian Association, 2000

55 Ivo Grammet, Min Dewachter, Els De Palmenaer, Maroc. Les artisans de la mémoire, Musée d’Ethnographie d’Anvers, Snoeck, 2006

56 Jan Van Alphen, Mireille Holsbeke, Els De Palmenaer ‘Naar wijdere horizonten met het Etnografisch Museum (2007-2012). Masterplan non publié, 2006

57 Sven Grooten, B-architect dans Le MAS dévoilé (2007-2011). L’histoire de ses collections et sa scénographie. Anvers, MAS BAI books, 2011, 56-57

58 Leen Beyers dans Le MAS dévoilé 2007-2011. L’histoire de ses collections et sa scénographie, Anvers, MAS BAI books, 2011, 15.

59 Sur le musée dans la société (néo)libérale : Tony Bennett, The Birth of the Museum. Theory, History, Politics. London/New York, 1995.

60 Marieke van Bommel (éditeur responsable) Guide du MAS, Anvers, 2018

61 Chris De Lauwer (red). Life and death. Of Gods and Men. Anvers, MAS Book BAI, 2014. Sur les défis et les débats dans le monde des musées d’ethnographie et d’art non-européens, voir p. ex.: Sharon Macdonald et Gordon Fyfe, (red.) Theorizing Museums. Representing Identity and Diversity in a Changing World. London, 1998 ; Paul Voogt, (red.) Can we make a difference? Museums, society and development in North and South. Bulletin 387 Tropenmuseum. Amsterdam, 2009 ; Peggy Levitt « The Bog and the Beast. Museums, the Nation and the Globe » Ethnologica Scandinavica. A Journal for Nordic Ethnology, 42 (2012) pp. 29-49; Mariska ter Horst, (red.) Changing perspectives. Dealing with Globalisation in the Presentation and Collection of Contemporary Art. Amsterdam, 2012.

62 Johan Lagae, Els De Palmenaer et Jacob Sabakinu Kivilu, « Colonial port» dans Jef Vrelust, Antwerp World Port. On Trading and Shipping, Anvers, MAS Book BAI, 2011, pp. 101-126.

63 Plan de gestion des collections du MAS, 2017 (document interne).

64 Vicky Van Bockhaven, « Héritage Polynésien » Guide du MAS, Anvers, BAI, 2011, 53-56

65 https://stadincijfers.antwerpen.be/dashboard/Demografie--c635848223015539581/ (consultation 1-9-2017)

66 Larissa Förster dans: Paul Vooght (red.) Can we make a difference? Museums, society and development in North and South. Amsterdam, K.I.T. Publishers, 2008.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les ruines du Steen. Dessin de F. Truyman, 1883-1885
Crédits Collection du Musée Plantin-Moretus, Anvers (PK.MT.02609)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-1.png
Fichier image/png, 295k
Crédits Photo 2006
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-2.png
Fichier image/png, 303k
Titre Fig.3. Fragment d’une stèle sculptée, Maya, littoral du Pacifique ( ?). Période préclassique, vers 250 avant J.C.-200 après J.C.
Crédits Don de E. De Decker, 1864. Collection MAS, Anvers (AE.3870)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-3.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 4. Intérieur du Musée d’Antiquités au Steen
Crédits Dessin de Bernier Barthélémy, 1872. Collection Musée Plantin-Moretus, Anvers (PK.MT.11908)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-4.png
Fichier image/png, 392k
Titre Fig. 5. Le Musée Vleeshuis “Maison des Bouchers”, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-5.png
Fichier image/png, 402k
Titre Fig. 6. Statue de Kannon Bosatsu. Japon, bois doré, vers 1670
Crédits Achat de la galerie Georges Giroux, 1917. Collection MAS, Anvers (AE.4822.1-9)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-6.png
Fichier image/png, 214k
Titre Fig. 7. Statue de force (nkisi). Peuples kongo, région Bas Congo, Afrique Centrale
Crédits Don de Louis Franck, 1920. Collection MAS, Anvers (AE.0608)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-7.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 8. « Récemment décédée ». La première méditation de la série « Neuf méditations sur l’impureté du corps »
Crédits Dessin de Morishige, Japon, 1670-1680. Legs de Max Elskamp, 1932Photo : Michel Wuyts; Collection MAS, Anvers (AE.4552 3-20)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-8.png
Fichier image/png, 379k
Titre Fig. 9. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). La statue Kannon Bosatsu et au-dessus de la vitrine des armes et masques africains achetés de Henri Pareyn
Crédits Photo vers 1939 ; Collection MAS, Anvers (AV. 1982.012.003.1-7)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-9.png
Fichier image/png, 326k
Titre Fig. 10. Intérieur du Musée Vleeshuis (2e étage). Panoplies d’armes et boucliers indonésiens collectés par le militaire Hans Christoffel
Crédits Photo vers 1939 ; Collections MAS, Anvers (AE.2009.0152.0003.2-2.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-10.png
Fichier image/png, 343k
Titre Fig. 11. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec des objets usuels et rituels présentée parmi des crânes d’animaux
Crédits Photo vers 1939. Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0039.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-11.png
Fichier image/png, 317k
Titre Fig. 12. Intérieur du Musée Vleeshuis (grenier, 3e étage). La section Congo avec les vanneries, instruments de musique, armes et boucliers, ‘velours du Kasaï’ Kuba. À l’avant-plan la statue nkisi collectée par Louis Franck.
Crédits Photo vers 1939. Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0009.2-2 .D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-12.png
Fichier image/png, 367k
Titre Fig. 13. Affiche de l’exposition « Arts du Congo » avec la statue d’ancêtre Hemba
Crédits Dessin de Jean van Noten, 1937. Collection MAS, Anvers (AE.2004.0001.0012)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-13.png
Fichier image/png, 251k
Titre Fig 14. Vue de l’exposition “Le Masque” au Musée des Beaux-Arts d’Anvers
Crédits Photo 1956. Collection MAS. Anvers (AE.1959.0035.0004.2-2.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-14.png
Fichier image/png, 238k
Titre Fig. 15. Façade du Musée d’Ethnographie dans le Suikerrui à Anvers
Crédits Photo : Michel Wuyts, 2001; Collection Musea & Erfgoed, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 16. Département “Afrique” au rez-de-chaussée du Musée d’Ethnographie
Crédits Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0013.2-2.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-16.png
Fichier image/png, 241k
Titre Fig. 17. Département “Amérique” au premier étage du Musée d’Ethnographie
Crédits Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0017.2-2.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-17.png
Fichier image/png, 259k
Titre Fig. 18. Parure de plumes. Kaiápo, Rio Xingu, Centre de Brésil. Collecté par G. Verswijver, 1975
Crédits Collection MAS, Anvers (AE.1975.0046.0002)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-18.png
Fichier image/png, 290k
Titre Fig. 19. Département “Asie” au deuxième étage du Musée d’Ethnographie, Anvers
Crédits Photo 1988, Collection MAS, Anvers (AE.2009.0152.0018.2-2.D)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-19.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 20. Le nouveau MAS en 2011
Crédits Photo Sarah Blee; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-20.png
Fichier image/png, 214k
Titre Fig. 21. Le boulevard du MAS
Crédits Photo : Jef Vrelust, 2011 ; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-21.png
Fichier image/png, 335k
Titre Fig. 22. L’exposition “La Vie et la Mort. Les Hommes et les Dieux” au 7e étage du MAS
Crédits Photo: Filip Dujardin, 2011; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-22.png
Fichier image/png, 261k
Titre Fig 23. L’exposition “Port Mondial. Le Commerce et la Navigation” au 6e étage du MAS
Crédits Photo: Filip Dujardin, 2011; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 24. Réserves accessibles au 2e étage du MAS
Crédits Photo : Jelle Vermeersch, 2012 ; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-24.png
Fichier image/png, 288k
Titre Fig. 25. George Nuku pendant la construction de son installation Whare tupuna
Crédits Photo : Michel Wuyts et Bart Huysmans, 2011 ; Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-25.png
Fichier image/png, 342k
Titre Fig. 26. Les moines bouddhistes provenant du Tibet créant un mandala au MAS. Exposition temporaire “Buddha & Mind.”
Crédits Photo 2016. Collection MAS, Anvers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3236/img-26.png
Fichier image/png, 219k

Auteurs

Responsable de la recherche et des collections au MAS, conservatrice de la collection Anvers, culture et histoire depuis 1800, et commissaire de l’exposition permanente Anvers à la carte. Les villes et la nourriture

Conservatrice de la collection Afrique du MAS et spécialiste de l’histoire de la collection extra-européenne d’Anvers. Elle a mené les recherches historiques pour cet article

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search