Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Pas-de-Calais

 | 
Dominique Rosselle
, 
Jean-Pierre Jesenne

Conclusion

Texte intégral

1« Sa Majesté a désiré que des extrémités de son royaume et des habitations les moins connues, chacun fût assuré de faire parvenir jusqu’à elle ses vœux et ses revendications » 24 Janvier 1789, Règlement pour les Etats généraux.

2« Nous jurons de ne jamais nous séparer de l’Assemblée Nationale et de nous réunir partout où les circonstances l’exigeront jusqu’à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ».

320 Juin 1789, Serment du Jeu de Paume.

4La portée extraordinaire des cahiers de doléances est contenue dans le rapprochement de ces deux textes ; l’opération qui ne se voulait que consultation des sujets se transforme, le temps d’un printemps, en bouleversement du régime politique et bientôt du système social ; encore quelques mois et on parlera d’Ancien Régime. Ainsi, les cahiers de doléances sont à la fois actes fondateurs d’une Révolution et témoignages sur les réalités de l’ordre ancien et sur la manière dont il est ressenti. La complexité des institutions, la diversité des charges, l’importance des préoccupations très locales (du débordement d’une rivière à l’existence d’un conflit sur un bois, un octroi...) n’empêchent pas le kaléidoscope des revendications de se recomposer autour de thèmes majeurs : l’hostilité aux droits seigneuriaux, la volonté de voir les ressources de l’Eglise affectées aux besoins locaux (entretien des édifices, assistance, instruction...), la défense des communaux, l’hostilité au traité de commerce. En même temps que l’attachement à la royauté et aux institutions provinciales, l’esprit de réforme s’avère majoritaire.

5Pourtant, à Versailles, à l’occasion de la procession des députés et de la séance inaugurale des Etats généraux, le décalage est évident par rapport au maintien de préséances qui confirment les anciennes distinctions et les symboles infâmants à l’égard du Tiers. Dès lors, le conflit sur la vérification des pouvoirs dont le Tiers Etat exige qu’elle se déroule en assemblée générale, engendre l’affrontement qui conduit à la proclamation de l’Assemblée Nationale et au Serment du Jeu de Paume. La Révolution commence.

6Elle est indissociable de l’irruption au premier plan des émeutes de subsistance, de la mendicité, du rejet des charges seigneuriales... problèmes concrets que les synthèses réalisées à travers les cahiers de bailliages avaient un peu noyés dans les plans de réformes générales. Si 1789 constitue une année décisive, c’est autant par le 14 Juillet, la Grande Peur, la manifestation parisienne des 5 et 6 octobre que par les premières grandes mesures législatives : abolition des privilèges, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, mise à la disposition de la Nation des biens ecclésiastiques, lois sur les municipalités et les départements.

7Celles-ci consacrent l’élection des administrations locales souvent réclamée dans les cahiers, mais aussi la disparition des anciennes provinces tellement défendues. Le Pas-de-Calais va être créé ; dans ces cadres nouveaux, s’appliquera l’apprentissage de la citoyenneté dont la rédaction des cahiers de doléances et l’élection des députés a constitué le premier banc d’essai officiel. Les prolongements et les contradictions révélées à cette occasion se manifesteront au-delà de 1789, pendant la Révolution... et jusqu’au bicentenaire de l’événement.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540