Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Pas-de-Calais

 | 
Dominique Rosselle
, 
Jean-Pierre Jesenne

Troisième partie : les assemblées des trois Ordres

XI. Vers les Etats généraux du Royaume

Texte intégral

1Initialement prévus pour le 27 avril, les Etats généraux sont officiellement ouverts le 5 mai. Le retard, provoqué par des dissensions dans l’entourage du roi, est bienvenu pour les Artésiens qui n’ont été élus que les 28 et 30 avril : ils ont juste le temps de rejoindre Versailles et de retrouver leurs collègues du Boulonnais, du Calaisis Ardrésis et du Montreuillois. Les vingt-huit députés du Pas-de-Calais s’intégrent à 578 représentants du Tiers Etat, 291 du Clergé, 270 de la Noblesse.

2La députation du Pas-de-Calais est à la fois conforme et originale par rapport à l’ensemble de l’Assemblée. Au sein du Tiers, les membres des professions judiciaires occupent une large place : ils sont six sur quatorze dont quatre avocats ; la proportion est semblable à celle constatée au niveau national : environ la moitié des gens de robe dont près de deux cents avocats. Par contre, la région se singularise par le fait que le second groupe socio-professionnel est constitué par d’authentiques cultivateurs : ils sont cinq élus. L’Artois, en particulier, a choisi quatre fermiers sur huit députés ; la relative facilité avec laquelle s’est réalisée la synthèse des doléances locales, rurales et urbaines, s’incarne dans l’équilibre de la députation. La composition de la représentation des privilégiés se ressent des conflits qui ont parcouru les assemblées des Ordres. Dans le Clergé, les curés de paroisse dominent très largement (six sur sept) ; seul le Boulonnais envoie un membre du haut Clergé. Pour la Noblesse, la situation artésienne diffère des trois autres bailliages ; les Nobles du Boulonnais, du Calaisis-Ardrésis et du Montreuillois ont désigné des détenteurs de hauts grades et fonctions officielles : le Boulonnais est même représenté par son gouverneur. En Artois, l’affrontement entre anciens nobles, membres des Etats provinciaux, et nobles plus récents se solde, après le retrait des premiers, par la seule présence des seconds. Ceux-ci se caractérisent aussi par leur jeunesse : trente-deux ans de moyenne d’âge alors que, pour l’ensemble des députés dont la date de naissance est connue, l’âge moyen est un peu supérieur à quarante-neuf ans. Sur les vingt-huit députés, les natifs des provinces septentrionales dominent mais la naissance « indigène » n’est pas condition sine qua non d’élection. Bien que peu de députés aient laissé traces, à un moment ou un autre, de leur engagement personnel, il semble évident, compte tenu de la tonalité des cahiers qu’ils sont chargés de transmettre, que l’opinion dominante parmi eux pourrait être qualifiée de « libéralisme éclairé et réformateur » ; seuls Jean-Baptiste de Méric de Montgazin et le duc de Villequier-Aumont adopteront, dès les débats sur la réunion des Ordres, des positions nettement favorables aux traditions d'Ancien Régime.

3Mais là s’amorce déjà une histoire qui n’est plus celle des Etats généraux, qui commence celle de l’Assemblée Nationale Constituante et de la Révolution. La plupart de nos députés ne se doutaient sans doute pas qu’ils allaient participer à une œuvre de transformation qui, pour une large part, dépasserait les revendications des cahiers dont ils étaient porteurs. Dans la dynamique révolutionnaire, les devenirs individuels seront évidemment très différents ; huit biographies illustrent les cheminements divergents et caractéristiques des grandes ruptures de la période.

Louis Alexandre Céleste d’Aumont

4Implantation récente, députation boulonnaise, opposition précoce et émigration.

5Né à Paris le 14 août 1736. Mort à Genlis (Côte d’Or) le 16 août 1814.

6Il participe à la guerre de Sept Ans et à la guerre d’indépendance américaine. Lieutenant général, gouverneur du Boulonnais, il est élu député de la Noblesse aux Etats généraux pour la sénéchaussée de Boulogne. Energiquement hostile à la fusion des Ordres, il démissionne le 15 décembre 1789. Accusé d’avoir favorisé la fuite du roi en juin 1791, il émigre, devient membre de l’armée des princes. Il rentre en France en 1814 et est nomme Pair de France.

Bon Albert Briois de Beaumetz

7Noblesse de robe autochtone, membre actif de la Constituante. Né à Arras le 23 septembre 1759. Mort ?

8Fils d’un premier président au Conseil supérieur d’Artois, il succède à son père en 1785. Bénéficiant d’un grand prestige local en tant que juriste, il est élu député de la Noblesse d’Artois à la quasi unanimité. Il accepte la réunion des Ordres, participe activement à différents comités de la Constituante, promeut l’abolition de la torture ; son activité est couronnée par l’accès à la présidence de l’Assemblée le 27 mai 1790. Quand la Législative remplace la Constituante, il devient membre du directoire du département de Paris ; rapidement en désaccord sur les mesures contre les prêtres réfractaires, il émigre, voyage en Amérique, en Inde ; on perd alors sa trace.

Jean Diot

9Député du Clergé, anonymat politique, victime de la Terreur.

10Né en 1741, exécuté à Arras le 13 avril 1794.

11Curé de Ligny-sur-Canche (sénéchaussée de Saint-Pol), élu député du Clergé d’Artois aux côtés de trois autres curés. Aucune prise de position particulière ne le signale à l’Assemblée où, cependant, il jure fidélité à la Constitution le 31 décembre 1790. Revenu dans le Pas-de-Calais, il est arrêté commefanatique, condamné par le Tribunal révolutionnaire d’Arras et guillotiné.

Alexandre François Augustin Petit

12Grand fermier, député « paysan », souche de notables régionaux.

13Né à Magnicourt-sur-Canche le 24 février 1754, mort à Maizières le 6 décembre 1839.

14Très représentatif des grands fermiers artésiens locataires des censés appartenant aux privilégiés, il exploite 210 hectares à Magnicourt. Il est l’un des quatre fermiers élus députés du Tiers Etat d’Artois et ne joue aucun rôle connu à l’Assemblée. Il est nommé receveur du district de Saint-Pol pour les revenus des biens ecclésiastiques ; il achète 70 ha de biens nationaux à Maizières. Il inquiète à la fois pour ses opinions et ses liens familiaux avec des agioteurs en matière de biens nationaux, il émigre. De retour à Maizières, il exploite la ferme rachetée et participe aux activités d’une famille qui exerce à la fois un rôle d’animatrice du monde agricole et des fonctions politiques locales ou d’arrondissement.

Jacques François Riquier

15Anonymat national, permanence de la notabilité locale.

16Né à Brimeux (Bailliage de Montreuil) le 6 novembre 1737, y meurt le 13 octobre 1824.

17Propriétaire-cultivateur, il estélu député du Tiers de son bailliage au troisième tour de scrutin. Aucune intervention de sa part n’est relevée à l’Assemblée. Il exerce presque constamment des fonctions municipales dans son village, il est en particulier maire sous l’Empire.

Maximilien de Robespierre

18De la bourgeoisie de robe et des Rosati d’Arras à la députation artésienne... au Comité de salut public.

19Né à Arras le 6 mai 1758, guillotiné à Paris le 28 juillet 1794.

20Le plus célèbre des députés du futur Pas-de-Calais aux Etats généraux, mais aussi le plus controversé en même temps que le seul à avoir tenu un rôle incontestablement national. Une biographie détaillée dépasse le cadre de ces brèves notices1, nous insistons sur les liens de Robespierre avec sa province.

21 Origine, formation : son père est avocat au Conseil d’Artois, sa mère, fille de brasseurs. Après la naissance de quatre enfants (Charlotte, née en 1760 et Augustin, né en 1764, resteront toujours attachés à leur aîné), la famille est précocement dissociée : mort de la mère en 1764, exil mal expliqué du père. Maximilien, d’abord élève du collège d’Arras, obtient ensuite une bourse des abbés de Saint-Vaast pour continuer ses études au collège Louis le Grand de Paris. Après douze années d’études, il obtient brillamment la licence de droit ; ses mérites valent à son frère une bourse analogue. En 1781, il est reçu avocat au Conseil d’Artois, puis au tribunal de l’évêché.

22 Avocat et personnalité arrageoise : Dans une ville où la basoche est nombreuse, il plaide avec une fréquence médiocre et n’est certainement pas très aise ; les affaires ou il intervient sont plus significatives de son temps que singulières : affaire du paratonnerre (un habitant de Saint-Omer accusé de faire courir des dangers à ses voisins pour la pose d’une tige de fer sur sa maison), défense de Deteuf contre l’abbaye d’Anchin... En même temps, Robespierre est membre très actif de l’Académie d’Arras et de la société poétique des Rosati... Ainsi, dans les domaines professionnels et culturels, le jeune avocat partage avec beaucoup de ses confrères (Buissart, Lenglet...) le rejet des corps figés et des inégalités d’Ancien Régime, le refus de l’arbitraire judiciaire, la volonté de promouvoir le triomphe de la raison sur les préjugés ; l’imprégnation rousseauiste est évidente.

23 Les Etats generaux : Par la parole et l’écrit, Robespierre s’affirme rapidement comme un des animateurs provinciaux dans la « campagne » pour la formation de la députation artésienne ; son action est dominée par le souci d’éviter que les corps traditionnels (échevinage d’Arras, Etats d’Artois) ne soient considérés comme représentants de droit de la ville ou de la province. Il participe à la rédaction du cahier des savetiers, publie « Avis à la nation artésienne sur la nécessité de réformer les Etats » et plusieurs autres brochures ; à l’assemblée de ville, il conduit l’opposition aux officiers municipaux ; il est successivement élu des habitants hors corporations, de la ville d’Arras, puis le 26 avril, il est désigné comme cinquième député du Tiers artésien. Dans cette étape d’intense vie « politique » locale, l’engagement sur des convictions profondes en faveur d’une réforme de l’Etat compte autant que la tactique électorale : recherche de l’appui des corporations puis des ruraux pour obtenir l’élection.

24 Des Etats généraux à la Législative : Le rôle de Robespierre, au cours de l’année 1789, n’est pas considérable, mais des collègues le signalent déjà pour sa rigueur. Il prend à plusieurs reprises position pour l’égalité politique des citoyens, contre le cens ; il se réjouit de la restitution des communaux. Ses liens avec l’Artois sont dès lors ténus ; il ne revient qu’une fois à Arras en 1791. Cependant il est membre théorique de la Société locale des amis de la Constitution et les échanges épistolaires avec sa sœur, avec des amis artésiens influencent l’opinion arrageoise. Robespierre intervient avec Vaillant pour que sa ville natale soit chef-lieu du département. Pendant la Législative, il joue surtout un rôle au Club des Jacobins ; il s’oppose à la déclaration de guerre en 1792.

25Signe de prise de distance d’avec le Pas-de-Calais après la chute de la royauté, bien qu’il soit élu par l’assemblée du département député à la Convention, il préfère le siège de député de Paris (fin août, début septembre 1792).

26 Etapes de la vie de l’homme d’Etat : septembre 1792-juillet 1794.

27Fin 1792 : débats sur les subsistances, le commerce des grains : Robespierre est favorable au contrôle au nom du « droit a l'existence ».

28Janvier 1793 : il vote la mort du roi.

292 juin 1793 : élimination des Girondins.

3027 juillet 1793 : il est membre du Comité de Salut Public.

31Septembre-octobre 1793 : mise en place du gouvernement révolutionnaire.

3225 décembre 1793 (5 Nivôse An II) : Robespierre justifie et définit le gouvernement révolutionnaire.

33Mars-avril 1794 (Ventôse-Germinal) : exécutions des hébertistes puis des dantonistes.

3423 mai 1794 (4 Prairial) : tentative d’assassinat perpétrée par C. Renault.

358 juin 1794 (20 Prairial) : fête de l’Etre suprême.

36Fin juin, juillet 1794 : relatif retrait politique de Robespierre.

3726, 27 juillet 1794 (8 et 9 Thermidor) : Robespierre dénonce certains conventionnels devant l’Assemblée. Il est mis a son tour en accusation. Hésitations à la Commune de Paris, Robespierre est arrêté et blessé.

3828 juillet 1794 (10 Thermidor An II) : Robespierre est guillotiné en même temps que 21 Jacobins (dont Augustin).

Jacques Louis Nicolas, Vaillant

39Notabilité, effacement, notabilité.

40Né à Arras le 1er janvier 1742. Mort à Arras le 11 janvier 1813.

41Père greffier de la gouvernance, lui-même garde des sceaux du Conseil d’Artois. Quatrième élu du Tiers Etat d’Artois, il participe au comité de la Constitution et œuvre en liaison avec Dubois de Fosseux, à l’époque maire d’Arras, pour que la ville soit confirmée comme chef-lieu du Pas-de-Calais. Sa nomination comme juge au tribunal de cassation lui permet de traverser la Terreur sans être inquiété. En 1796, il est élu député du Pas-de-Calais au Conseil des Anciens ; il démissionne l’année d’après. Il devient maire nommé d’Arras en 1804.

42Les carrières des élus du Pas-de-Calais aux Etats généraux illustrent les ruptures et permanences à travers la Révolution française.

Photo J.-M. Decelle.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540