Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Pas-de-Calais

 | 
Dominique Rosselle
, 
Jean-Pierre Jesenne

Deuxième partie : Le Tiers Etat dans les villages et les villes

V. Les doléances des campagnes

Texte intégral

Points forts de la communauté villageoise Photos J.-P. Jessenne. Château, église et place Habarcq

Grande cense à cour fermée. Les fermiers dominent la communauté (Acq).

La société rurale entre Flandre et Picardie à la fin de l’Ancien Régime

1Pour comprendre le déroulement de la consultation de 1789 et les doléances rurales, il est indispensable de pénétrer au sein de la collectivité villageoise ; elle constitue en effet un cadre très prégnant pour la vie quotidienne, le mode de pensée de la majorité des ruraux ; elle influence leur vision de tout ce qui vient d’au-delà du village. La force de la collectivité repose sur quatre types de liens :

  • des pratiques collectives : les communaux, la vaine pâture*...
  • l’interdépendance économique : l’artisan travaille pour le cultivateur, le petit exploitant travaille chez le grand fermier qui lui laboure ses terres...
  • les relations de voisinage souvent prolongées par des liens familiaux du mariage au parrainage...
  • le partage de certaines valeurs, au premier rang desquelles figurent les valeurs religieuses.

2Ces liens font que les villageois se sentent fondamentalement unis surtout vis-à-vis de l’extérieur ; la collectivité donne d’elle-même une image unanime ; les tensions et l’extrême hétérogénéité de la société rurale sont occultées.

  • 1 Voir, supra les remarques sur la population.

3Pourtant cette hétérogénéité est très marquée et elle s’accentue dans le dernier quart du dix-huitième siècle1. Elle repose, pour les paysans proprement dits, sur le couple propriété/exploitation. Les privilégiés possèdent près de la moitié des terres (Noblesse environ 30 %, Clergé, en particulier grandes abbayes, 20 %) ; le plus souvent ces terres sont louées en « bloc » qui constituent le noyau de grandes exploitations. Rares sont donc les villages où deux, trois jusqu’à une dizaine de « grosses censes » ne monopolisent pas la majeure partie de la superficie cultivable. Ce système agraire est à la base de la pyramide sociale. Au sommet de celle-ci, quelques « fermiers », c’est-à-dire des tenanciers des censes ; leurs terres et bâtiments sont majoritairement en fermage ; ils emploient une abondante main d’œuvre. Au-dessous viennent les « laboureurs », des exploitants moyens (dix à vingt hectares) disposant d’une exploitation suffisante pour vivre et d’un train de labour. A l’inverse, les ménagers ne peuvent vivre de leur seule exploitation ; contre travail, ils empruntent les attelages des fermiers. Enfin, les manouvriers ne disposent que d’un jardin et d’un lopin de terre ; ils s’emploient la majeure partie du temps dans les censes et trouvent un complément de survie dans le travail textile à domicile. Mais le village n’est pas qu’agricole : les artisans aux métiers très variés (du maréchal-ferrant au couvreur de paille...) peuvent constituer jusqu’au quart de la population ; il faut encore ajouter quelques commerçants : cabaretiers, coquetiers (marchands d’œufs...) ou professions libérales comme les arpenteurs. Ces catégories font partie des « couches moyennes » de la société villageoise. Aux marges de celle-ci se multiplient les pauvres, les mendiants, plus ou moins pris en charge, par la Pauvreté, institution communautaire d’assistance. Au total une majorité de ruraux se trouvent en situation de dépendance économique.

4Des modèles régionaux nuancent ce tableau de la société rurale. En Artois oriental (du Cambrésis aux secteurs d’Avesnes-le-Comte, Aubigny-en-Artois) et dans le Pays de Montreuil, à cause de la densité des grands domaines d’abbayes, le contraste entre grands fermiers et multitude de petits exploitants ou manouvriers est très accusé ; l’activité textile complémentaire joue un rôle décisif. Dans le Bas pays, du Béthunois à l’Audomarois, apparaissent peu de très grandes exploitations, beaucoup de moyennes ou petites (environ cinq hectares) mais suffisantes pour faire vivre grâce à une productivité agricole supérieure, une masse considérable de manouvriers-tisserands. Du Ternois, en passant par le Haut Pays jusqu’aux collines guinoises, la répartition socio-économique est très étagée du micro au grand exploitant. Dans le Boulonnais, enfin, domine l’exploitation moyenne.

5Cette province se singularise aussi par la présence encore fréquente d’une petite noblesse exploitante vivant dans des fermes-manoirs. Dans les autres secteurs, la noblesse s’est massivement convertie à la mode du château classique, exclusivement résidentiel et dans de nombreux cas occupé une partie de l’année seulement. Evoquant la noblesse, nous nous situons déjà à la marge de la collectivité villageoise qui a pour dernière caractéristique d’avoir ses propres administrateurs. En effet le seigneur, qu’il soit noble, ecclésiastique ou bourgeois, exerce rarement le pouvoir que lui confère « le ban seigneurial » (justice, fixation des règles communes...) ; ce pouvoir est délégué à des officiers seigneuriaux, appelés gens de loi dont le principal s’appelle bailli, lieutenant, syndic ou mayeur. Ils sont le plus souvent recrutés chez les grands fermiers. La collectivité vécue, la hiérarchie socio-économique se trouvent ainsi confortées par le système de pouvoir local.

6Le cadre collectif trouve évidemment une nouvelle forme d’existence quand vient le moment de se réunir pour rédiger ses doléances, élire ses députés ; l’événement survient en mars, au moment où les effets de la soudure (épuisement de la médiocre récolte 1788, attente de la suivante) commencent à se traduire par une accélération de la hausse du prix des céréales. Des céréales qu’il faut acheter pour se nourrir quand on ne dispose pas de ses propres stocks ; qu’il faut acheter aussi pour resemer en céréales de printemps les champs de blé et d’escourgeon qui ont gelé. On s’assemble enfin à un moment où les gains tirés du travail textile s’amenuisent compte tenu de la crise de ce secteur (Effets du traité de commerce avec l’Angleterre ?) En des temps difficiles, comment vont donc se dérouler les assemblées de communautés villageoises ? Contre qui vont se porter les doléances ? La collectivité locale va-t-elle éclater ?

Le déroulement des assemblées villageoises

7Près de neuf cent communautés rurales (à peu de différences près les paroisses d’Ancien Régime ou les communes actuelles) s’assemblent en mars 1789.

8Une fois transmise l’assignation à comparaître lancée par le lieutenant général, le déroulement est identique aux habituelles assemblées des habitants : convocation par les « gens de loi », lecture de l’objet de la convocation au prône de la messe du dimanche qui précède l’assemblée, rappel le jour même à son de cloches. Comme la plupart des villages n’ont pas de maison commune, l’assemblée se tient le plus souvent dans l’église. Les « gens de loi » président ; les présences sont vérifiées, parfois les noms sont portés sur le procès-verbal, parfois les seules signatures à la fin de celui-ci témoignent de la participation, rarement le nom de ceux qui ne savent pas signer est ajouté.

  • 2 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois 1760-1848, P.U.L., 1987.

9Là réside un des problèmes d’interprétation des cahiers de doléances ; dans quelle proportion les villageois ont-ils effectivement assisté aux assemblées ? Faute de pouvoir établir des rapports stricts entre les hommes de plus de 25 ans figurant au rôle des impositions et les présents, une indication éclairante est fournie par la mise en relation du nombre des participants (quand le procès-verbal existe et comporte une liste) avec le nombre de « feux » (ménages) de la localité. Pour 45 villages d’Artois, le rapport oscille entre 6,7 % à Bourlon (15 participants pour 224 feux) et un maximum de 84,8 % à Servins (67 participants pour 79 feux). Les cas les plus fréquents se situent entre 20 et 40 % et la moyenne à 33 %2.

Assignations aux gens de lois des communautés de la gouvernance d’Arras pour la réunion des assemblées d’habitants.
A.D. 2 B 881. Photo J.-M. Decelle.

10Une minorité de la population villageoise s’est donc exprimée directement ; la valeur de témoignage des cahiers de doléances s’en trouve relativisée d’autant que ruraux modestes et analphabètes risquent plus d’être tenus à l’écart. En outre, présence à l’assemblée ne signifie pas influence effective ; écrits et films historiques ont largement construit l’image d’une opinion et d’une expression locales façonnées ici par des « notables » non paysans (nobles, curés, notaires...), là par des porte-parole plus ou moins directs de l’influence urbaine (fils de paysans devenus clercs, juristes...), ailleurs par les autorités traditionnelles de la collectivité villageoise (officiers seigneuriaux en particulier...). Compte tenu de la rareté des témoignages directs sur le déroulement effectif des assemblées, il faut bien considérer ces différents cas de figure comme autant d’hypothèses souvent marquées par les préjugés sur la passivité politique paysanne. En fait les situations sont sans doute très variables d’un village à l’autre ; les influences peuvent se mêler ou se concurrencer, le rôle du groupe dominant local et paysan (formé en particulier des grands fermiers évoqués plus haut) semble le plus indiscutable et le plus conforme aux relations réelles au sein de la communauté rurale. En tout cas, si les revendications sont probablement le plus souvent « filtrées », le détournement complet des aspirations villageoises est très improbable.

11La valeur exceptionnelle du document demeure donc, même s’il convient de l’aborder avec esprit critique : celui-ci, plutôt que de consister en une hypothétique reconstitution du déroulement, peut s’exercer à situer les cahiers selon la nature et la force des doléances.

Les types de Cahiers

  • 3 La présentation qui en est faite ne prétend pas constituer un commentaire méthodique mais seulemen (...)

12Quatre types principaux permettent de jalonner l’échelle des revendications ; un exemple intégral de chacun d’eux est livré dans les documents qui suivent3.

Cahier « moyen », Baralle

  • 4 Diverses thèses et maîtrises de l’Université de Lille III.

13L’attachement à la royauté et à la famille régnante est affirmé dès le premier article ; il est suivi par l’énoncé de considérations provinciales : fidélité au particularisme et à l’autonomie de l’Artois assortie de franches demandes de réformes des institutions et de la fiscalité. L’égalité devant l’impôt apparaît comme la première revendication radicale. Mais les doléances les plus vives et renouvelées portent sans conteste sur le système seigneurial : suppression de la plupart des droits réels et prélèvements, restitution des communaux*, réforme de la justice. Le souci de mettre un terme aux abus religieux, en matière financière surtout, constitue un autre axe fondamental : affectation des dîmes* à l’entretien des édifices locaux et à la rétribution des curés de paroisse, limitation aux dîmes sur les céréales, suppression du détournement du revenu des abbayes et mise à la disposition de la collectivité, organisation de secours aux pauvres avec les ressources des fabriques*... Enfin, l’absentéisme des hauts dignitaires est considéré comme préjudiciable. Ainsi, la proclamation de foi catholique s’accompagne d’une forte exigence de service social de la part de l’Eglise. Le cahier s’achève sur l’image classique du paysan surchargé de prélèvements et à qui ne demeure qu’une faible partie du produit de sa récolte. Cette image est certainement forcée par rapport à la situation courante de la plupart des ruraux du futur Pas-de-Calais : rares sont les exploitants qui voient cumuler sur les terres exploitées tous les types de charges (diverses taxes seigneuriales, dîme, fermage, salaires d’ouvriers...) ; par ailleurs, en Artois, les impôts sont plutôt moins lourds qu’en d’autres provinces ; les prélèvements cumulés s’établissent aux alentours du tiers du produit agricole total4. Néanmoins, la vision très sombre donnée par le cahier de Baralle, outre qu’elle peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit de plaintes, est révélatrice d’une situation aggravée par la crise et ressentie très négativement.

14En définitive, conformément à la tonalité dominante de la plupart des cahiers ruraux, les doléances de Baralle ne sont pas globalement révolutionnaires ; mais l’opposition au système seigneurial, aux abus, surtout temporels, du clergé est fermement énoncée en même temps que l’attachement à plusieurs cadres traditionnels de la communauté rurale : communaux, Etats provinciaux*, religion... et royauté. On peut estimer qu’environ les deux tiers des cahiers conservés s’apparentent au « type Baralle » avec des variantes plus ou moins sensibles engendrées par des spécificités locales : une affaire de communaux ici, un droit seigneurial particulier ailleurs...

Cahier « très revendicatif », Annay

15Dans le cas de ce village de 844 habitants proche de Lens, le rejet de certains cadres d’Ancien Régime est formulé beaucoup plus vivement. La cible principale demeure le seigneur particulièrement visé pour ses emprises sur les communaux. Cette revendication très aiguisée s’enracine dans un contexte local de conflits violents avec les abbés de Saint-Pierre de Gand à propos des marais communs ; leur partage a été décidé ; selon une pratique répandue, dite droit de triage, le seigneur-abbé a voulu récupérer un tiers de la superficie à son usage exclusif. La population s’est soulevée, des troupes ont été envoyées. Les traces laissées par ce conflit, prolongé par un procès non encore achevé, se lisent dans la virulence de rédaction de l’article trois : « réprimer le despotisme des seigneurs qui dominent trop sur les gens de la campagne... » ; l’amertume se déverse dans le récit de la manière dont a été appliqué le partage (article 10). Au-delà des revendications anti-seigneuriales, les doléances d’Annay débouchent sur une remise en cause plus générale et radicale allant dans le sens d’une « démocratie politique » locale et provinciale : droit pour les communautés d’élire leurs échevins (article 6), égale représentation des « gens de campagne » aux Etats d’Artois* (article 15). Toutefois, la mobilisation revendicative évidente de cette communauté d’Annay ne porte pas sur une remise en cause globale de la société d’Ancien Régime ; elle épargne également la royauté.

16Sur plus de deux cent soixante cahiers ruraux, à peine une dizaine atteignent à cette virulence de revendication ; parmi ceux-ci, on peut citer : Avesnes-en-Boulonnais, Boursin, Carvin, Ecourt-Saint-Quentin, Gouzeaucourt, Harnes, Laires.

Cahier « spontané », Baincthun

17La communauté de Baincthun, en Boulonnais, offre le type de cahier où le style très parlé, le caractère local des revendications plaident en faveur d’une libre expression des villageois ; celle-ci demeure pourtant dans les limites d’une protestation contre les abus, avec une tonalité spécifique liée aux particularités agricoles et administratives de la province (importance des considérations sur l’élevage, question des haras...).

Cahier « d’après modèle », Hermaville

18Si la nature des revendications du cahier d’Hermaville est très proche de Baralle, on trouve la preuve de la circulation d’un modèle en ce secteur géographique dans le fait que, mis à part les quatre derniers articles, les cahiers de Gouves, Habarcq et Montenescourt sont exactement identiques à celui-ci. Sans considérer la plus ou moins vague inspiration des idées, des situations de copies flagrantes, partielles ou totales, se retrouvent entre Course et Courset, Bouret et Burbure, Inchy, Lagnicourt et Quéant...

19Au total, ce parcours typologique invite à un bilan nuancé : ni révolutionnaires, ni passifs, ni coupés des influences extérieures, ni prêts à taire leurs revendications spécifiques, les ruraux de l’Artois au Boulonnais s’expriment toujours à travers les cahiers mais en des formes et avec une virulence très marquées par les circonstances locales : existence ou non de tensions particulières, personnalités dirigeantes de la collectivité...

20Au-delà de cette typologie des cahiers, il apparaît aussi des tonalités par petites régions.

A travers les exemples régionaux

21Les conditions naturelles, les activités et les structures sociales, le régime fiscal engendrent, au-delà des grandes revendications communes, des tonalités régionales quelque peu différenciées. Dans l’impossibilité de donner un exemplaire pour chaque bailliage d’Ancien Régime, nous reproduisons des cahiers correspondant aux grandes aires géographiques du futur département.

22Il est ainsi possible de dégager les principales caractéristiques régionales :

  • Région d’Arras (cahier de Neuville-Saint-Vaast) : forte présence des revendications à propos des Etats d’Artois, tonalité antiseigneuriale fréquemment dirigée contre les grandes abbayes et en particulier Saint-Vaast d’Arras ; attachement généralisé aux communaux*.
  • Région de Bapaume (cahier de Hannescamps, voir aussi Baralle dans les cahiers types) : question des communaux* plus encore omniprésente qu’en Artois ; dans la zone de contact avec la Picardie, importance des préoccupations concernant les règlements douaniers* ; émergence d’une volonté de défendre les intérêts ruraux par rapport à la ville (représentation aux Etats d’Artois, octrois*...).
  • Région de Béthune, Lens (cahier du pays de Lalloeu, voir aussi Annay dans les cahiers-types) : tonalité proche de celle de la région d’Arras et marquée par les revendications provinciales ; fréquence des réclamations pour l’élection des administrations locales, souvent en référence à d’anciennes coutumes abandonnées.
  • Région de Boulogne (cahier de Condette, voir aussi Baincthun) : tonalité dans l’ensemble plus revendicative que dans les villages de la province d’Artois ; doléances insistantes contre les diverses formes de contrôle exercées par l’Etat en général, par le fisc en particulier : sont presque systématiquement dénoncés, les haras*, les corvées* pour les chemins royaux, les acquits-à-caution* (droit sur les transports de marchandises), les taxes sur le tabac. Les inquiétudes agraires transparaissent souvent : protestations contre le regroupement des terres en grandes exploitations, contre la suppression de droits d’usage dans les bois, contre la confiscation de communaux. Le problème de l’approvisionnement en bois revient très souvent. Enfin les conditions locales impriment leurs marques sur certains cahiers : demande de plantations d’oyats pour lutter contre l’envahissement des dunes, dénonciation de la responsabilité des moulins dans les fréquentes inondations. Au total, à l’image du cahier de Condette, les cahiers du Boulonnais expriment assez directement les préoccupations très concrètes d’une société rurale surtout composée d’exploitants « petits ou moyens » qui s’élèvent contre tout ce qui menace leur autonomie économique.
  • Région de Calais, Ardres, Saint-Omer (cahier de Tournehem). Il faut rappeler que pour ce secteur, nous n’avons pas le choix des cahiers puisque celui de Tournehem est le seul conservé (ou retrouvé à ce jour). Dans ces conditions, il est impossible de préciser si la hauteur de vue du cahier de Tournehem, avec de nombreux articles consacrés à l’organisation générale du royaume, est le fruit d’une réflexion locale, le produit d’une influence extérieure voire du recopiage d’un modèle. La tonalité s’avère constamment d’un réformisme modéré et éclairé.
  • Région de Hesdin, Montreuil (cahier d’Aix-en-Issart, Marant). Les seuls cahiers disponibles pour cette région appartiennent à la province du Boulonnais ; par conséquent, les plaintes portent sur les mêmes aspects institutionnels. Le relief marqué de ce pays de contrastes entre vallées et plateaux suscite des notations originales quant à la médiocrité des récoltes et aux dégâts des eaux.
  • Région de Lillers, Aire-sur-la-Lys (cahier de Ham) : l’appartenance à la province d’Artois engendre les doléances communes ; les relations avec la ville de Lillers semblent difficiles.

23En raison de la sous-représentation du centre du département, nous avons ajouté le cahier de Vincly (bailliage d’Aire, à 5 km de Fruges).

24Ce cahier d’un secteur rural administrativement et économiquement tiraillé entre les influences d’Aire, Saint-Omer, Montreuil... évoque la complexité des découpages territoriaux et l’attachement au cadre provincial. Aucun cahier de la sénéchaussée de Saint-Pol n’ayant été conservé, il est impossible de donner un exemple spécifiquement ternésien ; cependant, Hermaville, quoique « cahier d’après modèle » est très significatif des doléances de la région d’Aubigny-en-Artois, Avesnes-le-Comte ; par ailleurs, pour combler la lacune, le cahier de la sénéchaussée a été pris comme exemple de document issu des bailliages secondaires.

25L’image forte de doléances rurales, pour lesquelles l’existence de revendications communes et dominantes n’exclut pas les variantes régionales, ne peut être totalement rendue par un choix de cahiers forcément restreint ; la sélection d’articles puisés à travers la multitude des doléances élargit l’éventail. Ils sont intéressants soit pour leur originalité évocatrice de pratiques surprenantes (punition des soldats...), soit par ce qu’ils révèlent des pratiques agraires ou des modes de vie au XVIIIe siècle (prés flottis de la vallée de la Course, importance du sentiment d’insécurité lié à la pauvreté et à la mendicité...). Certains articles enfin, quoique très exceptionnels, évoquent des problèmes qui seront au centre des débats révolutionnaires (confiscation des biens d’abbayes, taxation des rentiers...).

26La capacité villageoise à faire le tri entre les diverses influences et à exprimer une véritable opinion rurale se trouve confirmée par la composition de la députation rurale.

Les députés des communautés rurales

27Faute d’une étude systématique du recrutement des élus villageois, nous devons nous satisfaire de l’analyse d’un échantillon artésien. Sur 174 députés identifiés (pris dans 57 villages), 92 sont fermiers (53 %), 15 sont laboureurs ou ménagers (8 %), 16 exercent des professions marchandes ou libérales (10 %), 7 sont rentiers, 7 artisans (chacun 4 %) ; pour 32, la profession est inconnue. Ainsi apparaît une très forte proportion paysanne (au moins les deux tiers des députés de communautés) qui va à l’encontre de l’idée reçue du monopole de la représentation rurale par des « notables » ne vivant pas directement d’agriculture. En fait, pour l’Artois au moins (c’est-à-dire la majeure partie du futur Pas-de-Calais), ce sont des ruraux paysans, appartenant en majorité au groupe dominant de la paysannerie, qui constituent les gros bataillons des assemblées de bailliage ; ils y retrouvent les députés du Tiers Etat urbain.

Notes

1 Voir, supra les remarques sur la population.

2 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois 1760-1848, P.U.L., 1987.

3 La présentation qui en est faite ne prétend pas constituer un commentaire méthodique mais seulement une synthèse des points forts qui se dégagent des cahiers. Pour la mise en situation des villages choisis, le lecteur se reportera aux données placées en tête de chaque document ; pour l’explicitation des termes on utilisera le glossaire.

4 Diverses thèses et maîtrises de l’Université de Lille III.

Table des illustrations

Légende Points forts de la communauté villageoise Photos J.-P. Jessenne. Château, église et place Habarcq
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Grande cense à cour fermée. Les fermiers dominent la communauté (Acq).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Assignations aux gens de lois des communautés de la gouvernance d’Arras pour la réunion des assemblées d’habitants.A.D. 2 B 881. Photo J.-M. Decelle.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540