Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florilège des Cahiers de doléances du Pas-de-Calais

 | 
Dominique Rosselle
, 
Jean-Pierre Jesenne

Première partie : De la convocation des Etats généraux à la rédaction des Cahiers de doléances

II. Nos provinces sous l’ancien régime

Texte intégral

1« Le département du Pas-de-Calais, ainsi nommé du détroit qui, de Calais à Douvres, sépare la France de l’Angleterre est composé de l’ancienne province d’Artois, du Boulonnois, du Calaisis, de l’Ardrésis et d’une très petite portion de la Picardie... Le Pas-de-Calais est généralement un pays plat qui s’abaisse encore du côté du département du Nord. On trouve cependant une chaîne de petites montagnes qui sépare l’arrondissement de Boulogne en deux parties. Les dunes ou amas de sables qui existaient le long des côtes présentent aussi l’aspect de montagnes... La masse des bois est considérablement diminuée, elle ne forme que la 14e partie du département... Le Pas-de-Calais est généralement bien cultivé ; l’agriculture laisse cependant à désirer dans l’arrondissement de Boulogne... L’ancien Artois offre peu de variété, mais le Boulonnais est d’un aspect pittoresque... bien planté de bois... de vallées et d’une multitude de ruisseaux... ».

  • 1 Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais pour l’année 1814, Arras.

2Cette description que nous devons au Baron de La Chaise, préfet, à l’automne 18141 résume assez bien l’image que l’on se faisait, et que d’aucuns se font encore, de nos régions : à savoir platitude et uniformité. Or, cette vision était inexacte et, au contraire, le relief, l’allure des paysages dessinaient les contours d’une multitude de petits pays aux populations contrastées mais presque toutes vouées aux travaux ancestraux des champs.

3En effet, depuis « des temps immémoriaux », nos campagnes figuraient parmi les régions agricoles les plus densément peuplées. Ainsi au XVe siècle, le plateau artésien comptait autant d’habitants au km2 que le territoire français en aura au milieu du XIXe siècle ! Au XVIIIe siècle, la moyenne artésienne avait plus que doublé atteignant près de 80 habitants au km2 avec des pointes exceptionnelles à 200 et plus dans la vallée de la Lys alors que le littoral présentait des valeurs nettement plus faibles.

4Ces niveaux de population précocément contrastés expliquent une différenciation des conditions de mise en valeur des sols agricoles. Si le plateau intérieur avait été vite défriché et ouvert, les périphéries comme le Boulonnais, le Haut Pays, les franges méridionales ont conservé et entretenu des paysages bocagers, berceaux naturels d’un élevage de bestiaux et surtout de chevaux.

5Ce contraste des paysages ruraux a engendré une spécialisation des productions agricoles mais aussi a conduit à des nuances importantes en matière de rendements. L’Artois des champs ouverts était terre d’élection des blés, seigles, escourgeons*, avoines associés à des oléagineux, des plantes industrielles selon la pratique classique des assolements triennaux dont une phase de jachère qui permettait d’entretenir, sur les éteules, un important troupeau d’ovins. Ailleurs l’évolution fut lente, cantonnée à un rôle d’auto-subsistance d’autant plus qu’un défaut persistant dans le système des communications isolait le littoral de l’intérieur du pays. Là, on cultivait peu de froment, beaucoup de blé mêlé à du sarrasin, de l’orge, des légumineuses pour nourrir un troupeau beaucoup mieux développé qu’en Artois. Ce contraste régional se retrouvait au niveau des rendements, les champs ouverts étaient parmi les plus productifs d’Europe occidentale, tandis que le littoral ne détonnait pas dans le concert de la médiocrité agricole d’Ancien Régime (20/25 hectolitres/hectare en Artois contre 10/15 en Boulonnais, Calaisis et Ardrésis). Enfin, cette agriculture connut au cours des siècles une évolution caractéristique dans ses conditions d’exploitation en opposant de grandes fermes très étendues vouées à une céréaliculture classique avec jachère, charrues et chevaux à des micro-exploitations cultivées à la « flamande » à force de bêches et d’engrais où des assolements complexes avaient fait disparaître le repos du sol.

6L’hégémonie des activités agricoles a enfermé l’économie régionale dans une bi-activité ancestrale : commerce des produits de la terre ou de la mer et activités textiles. L’une comme l’autre ont connu bien des aléas au cours du temps. Si l’activité des « marchands blattiers » sut se maintenir en substituant, après la conquête par Louis XIV, les marchés picard et parisien aux traditionnels espaces flamands et néerlandais, les ateliers et manufactures textiles urbaines connurent un net effacement rejetant cette activité au second plan, en dépit du succès des métiers à tisser et à filer des campagnes au cours du XVIIIe siècle. De plus, le traité commercial franco-britannique de 1786 allait avoir des conséquences désastreuses sur ce secteur traditionnel en jetant sur les routes des centaines de compagnons du textile ruinés et réduits à la mendicité provoquant un ébranlement de la société rurale jusqu’alors exempte de secousses.

7Les habitants des campagnes, au siècle des Lumières, représentaient près de 80 % de la population et cette société rurale, extrêmement hiérarchisée, était enserrée dans un triple maillage contraignant : seigneurial, paroissial et communautaire. Sous l’influence de la pression démographique, la répartition des terres entre les individus se fit de plus en plus inégalitaire. On assista à un renforcement des grandes fermes, à un émiettement des petits patrimoines et, de Boulogne à Bapaume, on vit des jeunes paysans privés de terres se résigner à gagner la ville...

8Le fait urbain dans nos régions apparaît comme minoritaire, moins du quart de la population, avec seulement deux villes qui dépassaient 20000 habitants dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Arras et Saint-Omer. Sur la côte, Boulogne atteignait difficilement 10000 âmes et Calais moins de 8000. Si elles « pesaient » peu démographiquement, les villes enserrées dans leurs murailles dominaient cependant l’espace politique et administratif de nos provinces. Ainsi, elles étaient les seules à représenter le Tiers Etat aux Etats provinciaux tant en Artois qu’en Boulonnais. De fait, les députés de la Noblesse étaient censés représenter les intérêts de centaines de milliers de paysans... De plus, l’espace clos de murs était un havre de privilèges. Outre le fait de bénéficier de multiples exemptions d’impôts, elles disposaient du droit exorbitant de s’auto-administrer par le biais d’un Magistrat* particulièrement représentatif des oligarchies urbaines de cette époque. Elles concentraient, enfin, la majeure partie des institutions d’assistance, de soins, d’éducation ainsi que la toute puissance fiscale et judiciaire.

9En dépit de cet environnement théoriquement favorable, nos villes se portaient mal au XVIIIe siècle : les finances municipales étaient exsangues, les activités industrielles et artisanales étouffées par le carcan corporatif en pleine déconfiture face à la concurrence étrangère ou des campagnes ; sur le littoral l’activité portuaire ne se maintenait, à Boulogne notamment, que par les bénéfices issus de la contrebande... Notons enfin que contrairement à d’autres régions françaises nos villes ne se sont guère inscrites dans le courant « activiste » des Lumières : peu de sociétés savantes ou de loges maçonniques, une imprimerie et une presse locale quasiment inexistantes.

10Dans une telle ambiance de morosité, le moindre incident social trouvait ses effets décuplés. Il en alla ainsi dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. A la campagne, ce fut le choc de la division des marais et pâturages communaux qui, cumulé avec la pratique anarchique du plantis*, provoqua les premières lézardes dans l’harmonie qui régnait jusqu’alors. En ville, ce fut la montée brutale du chômage artisanal et manufacturier joint à la hausse des denrées de première nécessité qui engendra les premiers troubles urbains qui allaient s’amplifier avec les conséquences du terrible hiver de 1788-1789. Cette fois, la crise du blé fut d’autant plus cruellement ressentie que les stocks traditionnels des halles échevinales et des greniers des abbayes étaient épuisés... L’agitation urbaine se fit plus violente, surtout plus exigeante à l’égard des campagnes inquiètes de la volonté de pillage des « faucheurs de blé mal intentionnés... ». La fin de l’Ancien Régime était en marche et une nouvelle vie allait se dessiner pour les habitants de nos provinces dans un cadre artificiellement créé : le département du Pas-de-Calais.

LA DURETÉ DE L’HIVER 1788-1789 DANS LA FRANCE DU NORD

1788

31 décembre

Dans tout le courant de ce mois, il a fait un froid extrême. Les derniers jours ont été plus froid qu’en 1768, 1740, 1709 et 1776. Il y avait 18 3/4 de degré plus bas que glace et 2 3/4 de degré plus bas qu’en 1776

1789

3 janvier

Petit dégel d’un jour

5 janvier

Le froid reprend avec la même vigueur dont l’histoire n’a point d’exemple

13 janvier

Le froid n’a cessé qu’aujourd’hui depuis le 21 novembre et depuis Noël il y a tombé une singulière quantité de neige. Il y a eu beaucoup de personnes mortes de froid tant à la campagne qu’à la ville

14 janvier

Grand dégel

31 janvier

Depuis le dégel dernier on a vu les tristes dégats de la gelée, qui ont tout emporté les colsats, beaucoup de blés et sucryons

28 février

Le courant de ce mois a été très humide, froid et venteux. Le blé a été à un prix excessif

3 mars

Gelée et neige

4 mars

Gelée

5 mars

Gelée assez forte

6 mars

Gelée et neige

7 mars

Gelée forte

9 mars

Gelée forte

10 mars

De la nuit du 9 au 10 du présent il a fait un froid extrême et il a tombé de la neige de l’épaisseur de 4 pouces et les enfants couraient sur les glaces

11 mars

Même gelée et neige

12 mars

Même froid et neige

13 mars

Ce jour a surpassé tous les autres pour le froid et la quantité de neige qui était de 4 pieds

16 mars

Convocation des gens de la campagne pour l’élection des électeurs. Froidure extrême

18 mars

Neige continuelle, le pain est encore augmenté

Source : Journal de commerce, M. P... B 9-10-1787 au 3-4-1793 - Bibliothèque municipale de Lille - Manuscrit 260

L’histoire administrative

  • 2 Voir le détail des districts et cantons sur carte infra.

11Le Département du Pas-de-Calais a été formé au début de l’année 1790 par la réunion des territoires situés sur la côte de la Manche, entre l’embouchure de l’Aa et celle de l’Authie, avec la province d’Artois. La fusion des gouvernements* de Calais, d’Ardres, de Montreuil, du Boulonnais avec les quelques 725 localités artésiennes constituait une nouvelle entité administrative forte de 935 communes réparties en huit districts eux-mêmes découpés en 85 cantons2. Arras était désignée comme chef-lieu du département à titre provisoire, le comité de division de l’Assemblée Nationale Constituante* n’ayant pas fait véritablement son choix entre l’ancienne capitale provinciale et d’autres localités comme Saint-Omer, Béthune ou Aire qui apparaissaient mieux « centrées » topographiquement et répondre à la volonté des nouveaux dirigeants qui souhaitaient que les citoyens puissent se rendre de tous les points du département au chef-lieu en une journée de cheval. Notons enfin que vers Cambrai subsistait une enclave du département du Nord, vestige d’un bien lointain découpage entre France et Empire, lors du traité de Verdun en 843 !

12Ces territoires avaient connu, au long de l’histoire, bien des vicissitudes qui expliquent la grande variété des situations administratives, fiscales, judiciaires et ecclésiastiques au moment où la volonté des élus de la Nation les unit dans un même cadre.

  • 3 Mais seuls siègent la noblesse ancienne, le haut clergé et les représentants de dix villes ; sont (...)

13 L’Artois, coupé de la suzeraineté française de 1529 à 1678, avait su maintenir ses privilèges et ses institutions propres notamment ses Etats provinciaux. Depuis le XIVe siècle, cette assemblée de représentants des trois Ordres : Clergé, Noblesse, Tiers Etat formait un corps intermédiaire entre le monarque et les sujets capable de défendre les intérêts des Artésiens contre les exigences sans cesse plus lourdes de la fiscalité royale3. Ceci expliquait l’existence en Artois d’un consentement et d’une levée particulière d’impôts propres à la province. L’Intendant, figure emblématique de la monarchie absolue et centralisée, ne dirigea réellement le pays que de 1640 à 1661. En effet, à cette date, l’Artois fut rattaché à l’Intendance de Picardie et ce jusqu’en 1754 où la province fut, cette fois, unie au sort de l’Intendance de Flandres. L’originalité artésienne se poursuivait dans le domaine judiciaire avec l’action sur le terrain des juges du Conseil provincial d’Artois, cour souveraine créée par Charles-Quint en 1530, qui maintint son action jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

14 La frange littorale disposait quant à elle d’institutions fort différentes du modèle artésien.

15Ainsi le Boulonnais, rattaché au pays d’élection* qu’était la Picardie, ne pouvait être qualifié ni de pays d’Etats bien qu’il disposât d’une assemblée de trois Ordres qui se réunissait de loin en loin, ni d’ailleurs de pays d’élection puisque la gabelle*, les aides* et les tailles* n’y avaient point cours. D’ailleurs le Calaisis, l’Ardrésis et une partie du Montreuillois bénéficiaient d’exemptions fiscales similaires, ce qui distinguait ces territoires des autres provinces françaises assujetties au modèle fiscal classique d’Ancien Régime. Ces exonérations fiscales renforçaient le particularisme de ces provinces comme en porte témoignage l’affaire des assemblées territoriales à la fin du XVIIIe siècle. De fait, lorsque Necker proposa de former des assemblées permanentes à l’instar des pays d’Etats, le Boulonnais jaloux de son autonomie refusa de se joindre à l’assemblée picarde alors que Calais, Ardres et Montreuil constituaient un département de cette assemblée éphémère. L’organisation judiciaire dans les provinces littorales était tout aussi complexe qu’ailleurs. Elle se répartissait entre plusieurs ressorts, souvent imbriqués et concurrents, ceux de la sénéchaussée de Boulonnais, de la justice générale du Calaisis et pays reconquis, du bailliage de Montreuil...

16Quant au futur évêché du Pas-de-Calais, il avait à unir des centaines de paroisses provenant de sept diocèses différents : Amiens, Arras, Boulogne, Cambrai, Noyon, Saint-Omer et Tournai !

Notes

1 Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais pour l’année 1814, Arras.

2 Voir le détail des districts et cantons sur carte infra.

3 Mais seuls siègent la noblesse ancienne, le haut clergé et les représentants de dix villes ; sont donc exclus les anoblis dits de noblesse non entrante, le clergé paroissial, le Tiers Etat rural.

Table des illustrations

Titre LA CHERTÉ
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540