Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

Le château d’Étaples au xvie siècle

L’adaptation d’une place forte médiévale aux règles de l’artillerie moderne

The castle of Étaples in the sixteenth century: the adaptation of a medieval fortress to the rules of modern artillery

Thomas Byhet

Résumé

Construit en 1172 par Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, le château d’Étaples (Pas-de-Calais) connaît d’intenses campagnes de modernisation entre 1545 et 1547, afin de parer aux raids anglais des troupes du roi Henri VIII qui ont conquis Boulogne en 1544, ainsi que de nombreux travaux de réparation à la suite des sièges menés dans le cadre des guerres de la Ligue entre 1584 et 1597. Toutes ces modifications transforment profondément la forteresse qui présente un aspect radicalement différent à la fin du xvie siècle : désormais, elle est protégée par un ouvrage à cornes élevé sur son flanc ouest, par un ouvrage tenaillé aménagé sur ses flancs nord et est et par un moineau installé à son angle sud-est ; à l’intérieur de ses vieux murs, probablement en lieu et place du donjon comtal, elle comprend logis du gouverneur, casernes et grenier à grains. Toutefois, la plupart de ces ouvrages seront construits en vain, car le château verra son rôle défensif décroître de manière inexorable dans le courant du xviie siècle.

Texte intégral

1. Introduction

1Située sur la rive droite de la Canche, à environ 2 km de l’embouchure de ce fleuve (fig. 1), la ville d’Étaples constitue l’un des sites archéologiques les plus importants du Pas-de-Calais : de nombreux gisements de la Préhistoire ancienne aux époques plus récentes y ont fait l’objet d’études depuis le début du xixe siècle. Toutefois, ces gisements concernent uniquement la portion périphérique du territoire étaplois, soumis depuis quelques décennies à une forte pression foncière. À l’exception de découvertes fortuites et d’observations déjà anciennes au xixe siècle, de très rares surveillances de travaux réalisées dans les années 1970 et de quelques sondages effectués dans les années 1990, le cœur de ville n’a pas connu de chantiers de grande ampleur qui auraient pu fournir des informations sur le bourg et son port aux époques médiévale et moderne. Or, à l’exemple de ses voisines du littoral (Calais, Boulogne-sur-Mer et Montreuil-sur-Mer), Étaples a possédé un patrimoine fortifié, témoin de son importance stratégique passée : Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, y fit construire en 1172 un château, à la périphérie est de la ville, le long de la Canche, et une enceinte défensive (muraille médiévale au xve siècle, puis rempart moderne au xvie siècle) et un large fossé ont protégé la cité jusqu’au xviie siècle. De ce patrimoine méconnu ne subsistent plus aujourd’hui que quelques vestiges désolés, et dissimulés au regard, de l’ancien château comtal, ceux d’aménagements tardifs : un ouvrage à cornes aujourd’hui situé à l’extrémité nord-ouest du cimetière communal (ou cimetière du vieux château) et un ouvrage tenaillé reposant sous l’herbe d’une prairie isolée, au nord-est du cimetière, celle occupant la parcelle cadastrale AW8.

Fig. 1 – Orthophotographie de la ville d’Étaples et de la baie de la Canche : l’étoile rouge indique l’emplacement du château

Fig. 1 – Orthophotographie de la ville d’Étaples et de la baie de la Canche : l’étoile rouge indique l’emplacement du château

© Bing, 2018

  • 1 L’étude a été publiée en 1992 par les Amis du Musée de la Marine d’Étaples, dans un volume regroupa (...)

2Les Étaplois ne connaissent pas ou connaissent mal l’existence de ce château : il faut dire que celui-ci a été presque entièrement détruit dans la seconde moitié du xixe siècle lors des grands travaux d’aménagement de la commune (voies ferrées et route). De même, les rares études, déjà anciennes, réalisées sur cette place forte restent méconnues : si l’Histoire et description du château d’Étaples, synthèse publiée en 1855 des connaissances acquises par l’érudit étaplois Gustave Souquet (fig. 2), a fait l’objet de rééditions des années 1990 à 20101, celles-ci ne l’ont été qu’à travers un tirage limité et confidentiel. Enfin, quand ils sont connus, principalement des historiens et érudits locaux, les quelques vestiges subsistants du château sont – ou mal interprétés (ruines de l’ouvrage à cornes souvent confondues avec le château lui-même) – ou totalement ignorés (vestiges de l’ouvrage tenaillé). Loin des fantasmes et des imprécisions accumulés par les érudits des siècles passés, il était nécessaire de reprendre l’étude de cette forteresse, à travers l’exploitation des données textuelles et graphiques disponibles et parfois inédites, et de proposer des campagnes de fouilles archéologiques sur la dernière structure accessible du château : l’ouvrage tenaillé. Cette reconnaissance archéologique avait pour but d’appréhender les différentes composantes structurelles de cet ouvrage défensif aménagé à l’époque moderne et d’essayer d’en préciser la chronologie. Surtout, elle permettait d’éclairer l’une des phases les moins connues de la vieille forteresse médiévale : celle de sa modernisation au xvie siècle dans le contexte de la Neuvième guerre d’Italie et de la guerre franco-anglaise (1542-1550). L’aboutissement de ces recherches documentaires et archéologiques permet ainsi de replacer Étaples dans l’histoire des villes fortifiées régionales.

Fig. 2 – Page de titre de l’opuscule de Gustave Souquet : Histoire et description du château d’Étaples, publié en 1855

Fig. 2 – Page de titre de l’opuscule de Gustave Souquet : Histoire et description du château d’Étaples, publié en 1855

© Gallica, 2018

2. Le château d’Étaples : une place forte méconnue

3Le château d’Étaples constituait la pièce maîtresse du système défensif et le repère topographique le plus important de la ville médiévale et moderne. Construit par Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, à la fin du xiie siècle, pour fortifier la marge sud de son comté et surveiller le gué qui traversait la Canche à proximité de son emplacement, il perdra de son importance stratégique quand le comté de Boulogne cessera d’être l’un des enjeux territoriaux des monarchies européennes. La forteresse, presque entièrement détruite au xixe siècle, reste encore aujourd’hui méconnue des castellologues, en l’absence d’études sérieuses, et des habitants d’Étaples qui en ignorent parfois même jusqu’à l’existence.

2.1. Historique des recherches

  • 2 Pour une synthèse récente sur Gustave Souquet, voir Byhet, 2015a.
  • 3 Voir Souquet, 1855 (l’érudit étaplois donnera un bref résumé de ses recherches en 1860 dans son His (...)
  • 4 Souquet, 1855 : p. 19-24.
  • 5 Souquet, 1855 : p. 3-5. Dans son Histoire et description du château d’Étaples, publiée en 1855, Sou (...)
  • 6 Souquet, 1855 : p. 4 et 5.
  • 7 Pour la construction en 284, voir Souquet, 1860a : p. 27. Pour la destruction en 842, voir Souquet, (...)
  • 8 Souquet, 1855 : p. 8 et 9.
  • 9 Souquet, 1855 : p. 4 « [Sous les greniers à blé] se trouvait l’entrée d’un souterrain dont la sorti (...)

4Il n’existe à ce jour qu’une seule étude sur le château d’Étaples, celle de l’érudit étaplois du xixe siècle : Gustave Souquet (1805-1867). Tout à la fois historien, archéologue, photographe et collectionneur d’antiquités, Gustave Souquet s’est investi jusqu’à sa mort dans l’écriture d’ouvrages – et de notices surtout – traduisant son vif intérêt pour l’histoire de sa ville natale2. Ainsi, sous sa plume, l’histoire du château a-t-elle fait l’objet d’un opuscule d’une trentaine de pages publié en 1855 : Histoire et description du château d’Étaples3 (fig. 2). Si l’on doit à Gustave Souquet la transcription, dans cette étude, de documents aujourd’hui disparus, égarés ou difficilement localisables – on citera par exemple le compte des travaux exécutés au château par Claude de Louvigny, sieur d’Estréelles, entre 1591 et 1593 [T13]4, ou bien encore le rapport succinct des fouilles archéologiques tenues en 1847-1848 sur le site du château5 – on doit au même érudit la propagation d’erreurs dues aux méconnaissances de son temps, à certains partis-pris ou au report, sans vérifications, de données issues de la compilation d’ouvrages antérieurs : citons, pêle-mêle, l’attribution à l’époque gallo-romaine de certaines parties médiévales ou modernes du château6, la construction du château en 284 et sa destruction en 842 par les Vikings7 (on confondait alors Quentovic, port carolingien renommé et situé à 10 km en amont de l’embouchure de la Canche, avec Étaples), la mauvaise compréhension de l’utilisation de certaines structures du château8 ou, bien encore, les assertions concernant l’existence de souterrains ou forts annexes au château9, ces légendes étant communes à l’histoire de nombreux autres châteaux de la région.

  • 10 En 1846, âgé de 34 ans, Abraham Fournier était chef de division attaché à la construction du chemin (...)
  • 11 Sur les travaux d’arasement du château en 1847-1848, le plan et les découvertes, voir Souquet, 1847 (...)
  • 12 Souquet, 1847, 1854 et 1855 : p. 4.
  • 13 Les terrassements sont antérieurs au 25 juillet 1864. Sur ces travaux et les découvertes effectuées (...)
  • 14 Plus exactement, Gustave Souquet prend en 1864 une vue stéréoscopique des ruines du château d'Étapl (...)
  • 15 Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 934, Delmaire, 1994 : p. 352-354 et Philippe, 2004 : p. 42-43

5Le château fut entièrement rasé au xixe siècle, lors de l’aménagement des lignes ferroviaires qui traversent, encore aujourd’hui, le territoire d’Étaples (ligne Amiens – Boulogne, ouverte en 1848, et ligne Saint-Pol-sur-Ternoise – Étaples, ouverte en 1875) : en effet, la Compagnie des Chemins de Fer du Nord avait acquis les terrains sur lequel s’élevaient les ruines afin d’y puiser les remblais nécessaires à l’établissement des voies. La destruction de la forteresse ne fera l’objet que de surveillances de travaux et d’entreprises de récupération des objets découverts lors des deux campagnes d’arasement, en 1847-1848 et en 1864. On doit ainsi à l’ingénieur Abraham Fournier10, chargé, en 1846, des travaux d’exécution du tronçon étaplois de la ligne Amiens – Boulogne, la réalisation d’un plan des vestiges mis au jour (fig. 3), ainsi que la transmission d’informations concernant les découvertes à Gustave Souquet qui intégrera les données à son opuscule11. Les objets découverts seront récupérés par les ouvriers et l’ingénieur, tandis qu’une autre partie sera remise à l’historien étaplois12. La sagacité de l’ingénieur Fournier permit de faire le constat, dès cette époque, de l’existence de deux niveaux de vestiges, l’un médiéval, l’autre gallo-romain, ces deux niveaux étant séparés par un épais remblai de nivellement du sol. En 1864, les derniers vestiges du château tombèrent sous les coups de pioche des ouvriers chargés de récupérer les remblais13. Peu avant la destruction, Gustave Souquet prit la seule photographie connue des ruines14 (fig. 4). Parvenant au terrain naturel sur lequel le château avait été construit, les ouvriers firent la découverte de plusieurs inhumations gallo-romaines et d’un mobilier archéologique conséquent (céramiques, verreries, bijoux). Les ouvriers se partagèrent rapidement les découvertes et seule une petite partie tomba dans les mains de Gustave Souquet qui les versera à sa prestigieuse collection (fig. 5a). En 1900, la totalité de la collection Souquet sera mise aux enchères et le mobilier rejoindra les grands musées du nord-ouest de la France (Abbeville, Boulogne, Lille, Rouen)15. À cette date, le château avait complètement disparu et seules quelques structures défensives ajoutées postérieurement à sa construction et acquises par la ville ou des particuliers subsisteront – non sans quelques coups de pioche – dans le paysage architectural étaplois.

Fig. 3 – Plan des vestiges découverts lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848

Fig. 3 – Plan des vestiges découverts lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848

Lithographie de Duval et Herment, d’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, dans Souquet, 1855 : plan 1

Fig. 4 – Vue des ruines du château d’Étaples prise par Gustave Souquet en 1864. À l’arrière-plan, ruines de l’ouvrage à cornes transformées en cimetière

Fig. 4 – Vue des ruines du château d’Étaples prise par Gustave Souquet en 1864. À l’arrière-plan, ruines de l’ouvrage à cornes transformées en cimetière

Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Gustave Souquet, n° inventaire 1410080

2.2. Avant le château comtal : des fortins romain (ive – ve siècles) et carolingien (ixe siècle) ?

  • 16 Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 940-941.
  • 17 Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 209.
  • 18 Voir, par exemple, Souquet, 1860a : p. 40-41, 1860b : p. 141-142 et 1863 : p. 18, Cousin, 1860 : p. (...)

6Les fouilles de 1847-1848 et 1864 ont montré l’existence de vestiges gallo-romains implantés sur le site du château. La majorité d’entre eux appartient de toute évidence à un cimetière comprenant une trentaine d’inhumations (fig. 5a) : le mobilier issu de ces découvertes (céramiques, verreries, fibules, monnaies) traduit l’existence d’une petite communauté sur cette portion de la rive droite de la Canche dans la seconde moitié du ive siècle16. À ces sépultures étaient également associés les restes de constructions non identifiées (murs, tuiles). La découverte de ce site a rapidement intrigué les historiens du Bas-Empire et, plus particulièrement, les spécialistes de la Notitia dignitatum. En effet, dans ce document du début du ve siècle, est mentionnée l’existence d’une base de la flotte romaine chargée de défendre la Manche, la classis Sambrica (ou Samarica), la flotte du fleuve Somme, située aux deux endroits suivants : « in loco Quartensi sive Hornensi » (fig. 5b). À l’exemple des débats incessants qui ont animé la question controversée de la localisation du port carolingien de Quentovic, l’identification de cette base maritime et de ses deux postes a suscité maintes recherches et de multiples questionnements, la plupart des érudits locaux manifestant pour le rattachement de la flotte à la commune dont ils avaient la prédilection. Ayant rapidement entériné la correction du mot Quartensis en Quantensis, c’est tout naturellement sur la Canche – Quantia en latin – que s’est posé le regard des partisans d’une base de la classis Sambrica postée à Étaples, sur la rive droite du fleuve. La découverte, en 1873 et 1876, par l’archéologue boulonnais Victor-Jules Vaillant, à proximité du château et non loin de la baie de la Canche, de fragments de tuiles portant le timbre CL SAM (pour classis Sambrica ou Samarica)17, ainsi que l’existence, à l’embouchure du fleuve, du toponyme Pointe de Lornel (orthographié Lornay ou Lornet aux xviiie et xixe siècles, probable aboutissement dans la langue française du mot latin Hornensis) ont contribué au renforcement de cette hypothèse. Les structures gallo-romaines tardives mises au jour à l’emplacement du château médiéval pourraient appartenir à ce fortin de défense côtière18.

Fig. 5a – Céramiques et verreries découvertes lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1864

Fig. 5a – Céramiques et verreries découvertes lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1864

Gravure d’Alfred Robaut, d’après les photographies de Gustave Souquet, insérée dans Souquet, 1865

Fig. 5b – Miniature du xve siècle représentant le fortin romain du locus Quartensis cité dans la Notitia dignitatum

Fig. 5b – Miniature du xve siècle représentant le fortin romain du locus Quartensis cité dans la Notitia dignitatum

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9661, manuscrit copié à Bâle, vers 1436, peintures de Perronet Lamy

  • 19 Voir la transcription de Guizot, 1824 : p. 48 : « Le printemps était de retour ; le roi quitta Aix- (...)
  • 20 Pour la fortification – supposée – de la baie de la Canche à l’époque carolingienne, voir notamment (...)
  • 21 Rares sont les sites découverts et correctement étudiés (un fond de cabane et de la céramique du VI(...)
  • 22 Lebecq, 1983 : LXX, 2, p. 369 : « Quod si exuberante Dei clementia, et vestra cooperante industria, (...)

7L’existence d’un fortin défensif construit à l’époque carolingienne, sous le règne de Charlemagne, et prenant la suite du fortin romain, est encore moins établie. Si la Vie de Charlemagne d’Éginhard nous apprend que l’empereur, afin de combattre les Normands, multiplia, durant son règne, la construction de vaisseaux de guerre qu’il disposa partout en Gaule, dans chaque port et à chaque embouchure de fleuve, et qu’au printemps de l’an 800, il parcourut les rivages de la Gaule et y fit placer des garnisons, elle n’indique nullement l’existence d’un fortin défensif à l’embouchure de la Canche. Le seul port nommé dans les annales, pour la partie septentrionale du littoral de la Manche, est celui de Boulogne qui, en 811, reçut la visite de Charlemagne : en 810, l’empereur y avait fait stationner une flotte et commanda, l’année de sa visite, de faire restaurer le phare de Caligula (connu également sous le nom de Tour d’O(r)dre)19. En extrapolant de manière partisane ces faits et en se basant sur l’identification erronée du port d’Étaples avec celui de Quentovic, les érudits dunkerquois et étaplois, Louis Cousin et Gustave Souquet, infatigables défenseurs de cette thèse, ont propagé l’idée de l’existence d’un fortin carolingien précédant le château médiéval étaplois20. Si une occupation alto-médiévale de l’embouchure de la Canche est avérée, elle n’a pas encore été, à ce jour, correctement localisée et définie21. La mention – textuelle – la plus ancienne du port d’Étaples date de l’année 852 : dans une lettre adressée à Félix, chancelier du roi anglais Ethelwulf, l’abbé Loup de Ferrières désigne Étaples – villa Stapulas – comme un port doté d’entrepôts dans lesquels doit être entreposée une cargaison de plomb destinée à recouvrir les toits de l’église Saint-Pierre de Ferrières (Loiret)22.

2.3. Le château comtal (xiie – xve siècles)

  • 23 Cette cote alphanumérique renvoie aux textes du corpus situé en fin d’article. Chaque référence du (...)

8Le fortin romain avait été implanté non loin de l’embouchure de la Canche, sur un petit éperon calcaire qui dominait le fleuve (fig. 1). C’est à cet emplacement que sera décidée, dans le dernier tiers du xiie siècle, la construction du château d’Étaples. Celui-ci a été fondé en 1172 par le comte de Boulogne, Mathieu d’Alsace (fig. 6), fils du comte de Flandre, Thierry d’Alsace. Mathieu devint comte de Boulogne en 1159, en enlevant, puis en épousant Marie de Boulogne, seule héritière du comté à cette date. Une copie de la charte de fondation [voir le texte T1 dans le corpus situé en annexe]23, réalisée au xiiie siècle et conservée dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Josse (fig. 7), nous apprend qu’en échange de la terre où s’élève le château d’Étaples, terre qui appartenait à l’abbaye, le comte s’engageait à donner 10 000 harengs péchés dans les ports de Boulogne ou de Calais. Au cours des deux siècles passés, les historiens, et plus particulièrement ceux du Boulonnais, ont fourni plusieurs explications à propos de la fondation de ce château sur la rive droite de la Canche. Mathieu d’Alsace, comte non héréditaire du comté de Boulogne, et dont l’exercice du pouvoir s’est révélée quelque peu chaotique, a vraisemblablement voulu protéger, par l’édification même de ce château, la frontière sud de son comté : le comté de Boulogne voisinait au sud avec le comté de Ponthieu, les deux territoires étant séparés l’un de l’autre par la Canche qui formait frontière. L’existence d’un gué aménagé à proximité du château, et seul point de passage de la Canche à proximité de la baie pour plusieurs siècles, permet peut-être d’expliquer également la fondation de cette forteresse à cet endroit précis du fleuve. Le château d’Étaples avait donc, à son origine, une importance stratégique toute particulière, traduisant non seulement le pouvoir d’un homme, celui du comte Mathieu, et la matérialisation d’une limite géographique, celle du comté de Boulogne à son extrémité méridionale (fig. 8).

Fig. 6 – Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, conservé au Musée de Boulogne-sur-Mer

Fig. 6 – Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, conservé au Musée de Boulogne-sur-Mer

D’après Kapferer, 2014 : p. 75

Fig. 7 – Copie de la charte de fondation du château d’Étaples dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Josse (XIIIe siècle)

Fig. 7 – Copie de la charte de fondation du château d’Étaples dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Josse (XIIIe siècle)

Document conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 8H1

Fig. 8 – Carte du comté de Boulogne au xvie siècle montrant la position d’Étaples (cercle rouge) en marge sud du comté, le long de la Canche

Fig. 8 – Carte du comté de Boulogne au xvie siècle montrant la position d’Étaples (cercle rouge) en marge sud du comté, le long de la Canche

Extrait de la Carte des pays de Calais et de Boulogne et de l'Artois du Théâtre de l'Univers d'Ortelius, xvie siècle, Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, 2018

  • 24 Pour le château de Boulogne, voir la contribution d’Angélique Demon dans ces mêmes actes.
  • 25 Pour le château d’Hardelot, voir la contribution de Jean-Michel Willot dans ces mêmes actes.
  • 26 La charte de Mathieu d’Alsace semble solenniser la cession d’un château déjà construit, à travers c (...)
  • 27 Sur les donjons de plan cubique dans le nord-ouest de la France, voir Héliot, 1969 : p. 144-157.

9Le château d’Étaples s’insère dans une série architecturale bien connue des médiévistes : celle de l’architecture philippienne. Ce modèle de fortifications érigées sous Philippe Auguste et ses successeurs présente un donjon séparé d’une enceinte flanquée de tours et d’un châtelet d’entrée à deux tours. Le château du Louvre est l’un des exemples les plus significatifs de cette architecture philippienne, mais la façade littorale du Pas-de-Calais compte encore quelques monuments emblématiques de cette série, avec quelques variantes cependant, à l’exemple du château de Boulogne24 ou bien encore, à quelques kilomètres au sud de ce dernier, de celui d’Hardelot25. Le château d’Étaples, dont la construction est antérieure de quelques décennies à la construction des châteaux de Boulogne (1227-1231) et de Hardelot (1222), constitue l’un des premiers jalons de cette architecture philippienne dans la région. En dépit des modifications ultérieures et des destructions tardives, l’esprit du château de Mathieu d’Alsace est resté présent jusqu’à la disparition de ce monument au milieu du xixe siècle (fig. 9). Le château a été construit sur un éperon calcaire qui dominait la Canche. Sur cet éperon, isolé par le creusement d’un puissant et large fossé, ont été élevées plusieurs tours circulaires ou demi-circulaires – on devait en compter à l’origine huit avec certitude, peut-être neuf – reliées par des courtines26. L’ensemble formait un polygone (73 m × 71 m, soit environ un demi-hectare) puissamment fortifié au nord et à l’est, du côté de la campagne, et au sud le long du fleuve. À l’intérieur de ce polygone, le long de la courtine occidentale, prenait place un donjon de plan barlong, forme typique des xie et xiie siècles dans le nord-ouest de la France27, et dont les vestiges semblent avoir été retrouvés lors de la destruction d’une partie du château en 1847-1848 (cf. infra). À ses côtés, s’élevait une petite chapelle. On y trouvait également une prison. Enfin, l’accès au château se faisait depuis la ville, à l’ouest : l’entrée, qui formait une sorte de châtelet à deux tours, était protégée par un pont-levis qui donnait sur un pont dormant en bois.

Fig. 9 – Plan synthétique du château d’Étaples

Fig. 9 – Plan synthétique du château d’Étaples

DAO : Thomas Byhet, 2018

  • 28 Ces travaux sont à mettre en relation avec la grande campagne de restauration des châteaux du comté (...)
  • 29 L’étude sur les moyens défensifs propres à la ville d’Étaples aux époques médiévale et moderne rest (...)
  • 30 Monstrelet, 1572 : p. 103 r° - v°. Voir également la chronique de l’historien desvrois Jean Molinet (...)

10Au cours des décennies qui ont suivi sa fondation, la forteresse fit plusieurs fois l’objet de réparations. C’est le cas notamment au xve siècle, sous la domination bourguignonne. Dans leur politique de défense du territoire boulonnais, les ducs de Bourgogne ont prit un soin tout particulier à maintenir les châteaux du littoral de la Manche en bon état : le château d’Étaples bénéficia de nombreux travaux de restauration sous leur règne28. Il faut dire que le château a protégé à maintes reprises une ville dont on ne sait, pour cette période, si elle était elle-même fortifiée ou non29 (fig. 10). Ainsi de 1346, aux prémices de la guerre de Cent Ans, à 1479, deux années après la cession du comté de Boulogne au roi de France Louis XI, sur un peu plus d’un siècle donc, et selon que les alliances se sont faites et défaites, la ville d’Étaples et son port ont été régulièrement brûlés, pillés et assiégés. Le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet témoigne du rôle protecteur de cette forteresse en décrivant le pillage de la ville, alors sous domination bourguignonne, par les troupes françaises en 1435 : « Et pourtant que les Bourgeois & habitans de la ville qui estoient retraits au chastel, ne voulurent payer rançon de leurdicte ville à leur departement, embraserent les maisons d’icelle, & y feirent grand dommage »30.

Fig. 10 – Vue cavalière de la ville et du château d’Étaples avant leur transformation au xvie siècle : la ville est défendue par une muraille avec tour d’angle et porte

Fig. 10 – Vue cavalière de la ville et du château d’Étaples avant leur transformation au xvie siècle : la ville est défendue par une muraille avec tour d’angle et porte

Vue extraite de la Nouvelle description du païs de Boulonnois, comté de Guines, terre d'Oye et ville de Calais dessinée par Nicolas de Nicolay, gravée par Louis Danet et publiée en 1558, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE B-8814 RES

2.4. La modernisation du château comtal (xvie siècle)

11Un calme relatif s’était installé dans le Boulonnais au cours du premier tiers du xvie siècle, quand, en septembre 1544, la ville de Boulogne, qui constituait alors une « ville-frontière » du royaume de France après la prise de Calais en 1347, tomba aux mains des Anglais après un siège de soixante jours et la capitulation du gouverneur de la ville, Jacques de Coucy-Vervins. Cette reddition est l’une des victoires les plus significatives des guerres franco-anglaises du xvie siècle, une victoire du roi Henri VIII sur le roi François Ier. Ce dernier comprit dès lors l’intérêt stratégique que formait un peu plus au sud la ville d’Étaples, puisque celle-ci devenait à son tour l’une des villes-frontières du royaume (fig. 11). Afin de contrer les plans anglais d’invasion du territoire royal français vers le sud [T2 et T3], François Ier ordonna dès 1545 la fortification du château, plus exactement sa modernisation face aux nouvelles techniques de l’artillerie [T2]. Nous développerons ces travaux et ceux qui les ont suivis dans la seconde moitié du xvie siècle dans le chapitre suivant.

Fig. 11 – Carte du Boulonnais et du Pale de Calais entre 1544 et 1550

Fig. 11 – Carte du Boulonnais et du Pale de Calais entre 1544 et 1550

DAO : Thomas Byhet, 2018, d’après Pottier, 2011 : plan 1, p. xix

2.5. Cession, abandon et destruction du château (xviiexixe siècles)

  • 31 Gustave Souquet ne semble exprimer aucun regret à la disparition du château. En 1855, il se borne à (...)

12Avec les guerres menées par Louis XIII et Louis XIV et l’agrandissement du royaume de France vers le nord-est, le château d’Étaples cesse d’être un élément primordial de défense du territoire. Ainsi, projette-t-on, une première fois au début du xviie siècle, puis une seconde fois au début du xviiie siècle, de raser cette forteresse coûteuse [T19 et T21]. Néanmoins le château subsiste et des projets de restauration sont même envisagés [T22 et T23], mais celui-ci est finalement cédé en 1734 à un familier du roi Louis XV, Jean-Jacques Dutertre, seigneur d’Écœuffent, ancien garde du corps de sa majesté [T25]. À la Révolution, le château est vendu comme bien national : il est acheté en 1793 par les frères Antoine et Daniel Duriez dits Laforêt qui puisent dans les ruines afin d’en vendre les matériaux de construction. Vers 1805, une partie du château (l’ouvrage à cornes) est transformée en cimetière, l’autre partie abandonnée (la haute-cour), porte le nom de La Friche : couverte de ronces et d’arbustes, elle est acquise vers 1845 par la Compagnie des Chemins de Fer du Nord qui, par deux fois, y puisera les remblais nécessaires à l’établissement des nouvelles lignes ferroviaires qui traverseront Étaples. La dimension romantique qui, à l’époque, pouvait être attachée aux ruines médiévales31 n’a dans cette ville nullement existé : à l’occasion de ces travaux, le château et son éperon sont intégralement réduits à néant.

3. Les travaux de modernisation et réparation du château de 1545 à 1597

13Durant les deux derniers tiers du xvie siècle, le château d’Étaples subit les vicissitudes d’une histoire régionale mouvementée. Au cours de cette période, il fait rarement l’objet de plans concertés de rénovation par le pouvoir central et/ou local : en effet, celui-ci prend tardivement la pleine mesure du rôle stratégique de cette forteresse, quand le danger est aux portes, et les réparations sont presque toujours partielles et immédiates. Assiégé à de maintes reprises, le château peut être laissé à l’état de ruines plusieurs années de suite : il faut dire que la succession des évènements ne permet pas aux gouverneurs de la place, qui occupent leur charge sur un temps parfois très court (de quelques mois à quelques années), mais qui, toujours, résident dans la forteresse, d’investir les sommes nécessaires, puis d’étaler sur de longs mois les lourds travaux de modernisation du vieux château médiéval.

3.1. Cadre historique

  • 32 Sur ce cadre historique, voir, par exemple, Lefebvre, 1855, Rodière, 1900, Rodière, 1905, Gairdner, (...)

14Les intenses campagnes de fortification de la ville et du château d’Étaples, l’aménagement des ouvrages avancés, puis les nombreux travaux de restauration de la forteresse doivent être replacés dans le contexte des guerres qui ont déchiré le royaume de France dans la seconde moitié du xvie siècle. Ces conflits, qui ont opposé les rois de France aux souverains d’Angleterre, du Saint-Empire romain germanique et d’Espagne, ou qui ont vu se dresser les Français entre eux (Catholiques contre Protestants), se sont en partie joués dans le Boulonnais, territoire frontière au nord du royaume, dont les villes, villages et places fortes ont subi durablement les conséquences des désordres liés aux occupations armées, aux sièges, aux combats et autres rapines32.

3.1.1. La Neuvième guerre d’Italie (1542-1546) et la guerre franco-anglaise (1549-1550)

15La Neuvième guerre d’Italie oppose, de 1542 à 1546, François Ier à Charles Quint et à Henry VIII d’Angleterre. Cette guerre est le prolongement direct de la Huitième guerre d’Italie (1536-1538) qui avait vu s’exprimer la rivalité entre le roi de France et l’empereur des Romains à propos de la succession du duché de Milan. La paix de Nice, signée le 18 juin 1538, n’avait éteint, ni les prétentions des deux souverains, ni leur rivalité. Les hostilités reprennent en 1542 et ont des répercussions sur le royaume de France. En mai 1544, les armées impériales assiègent la ville de Luxembourg, qui tombe rapidement entre leurs mains, puis celle de Saint-Dizier (Haute-Marne), qui capitule en août de cette année, et s’emparent d’Épernay (Marne), Châtillon-sur-Marne (Marne), Château-Thierry (Aisne) et Soissons (Aisne). De leur côté, les troupes anglaises pénètrent dès le mois de mai 1544 sur le territoire français et se dirigent, pour partie d’entre elles, vers Montreuil, dont le siège est difficile, et pour l’autre partie vers Boulogne dont le siège commence en juillet (cf. infra).

16En raison de difficultés financières et devant faire face à des troubles religieux en Allemagne, Charles Quint conclue un traité de paix, la trève de Crépy (Aisne), avec le roi de France, le 18 septembre 1544. La lutte se poursuit entre le royaume de France et celui d’Angleterre : tandis que le siège de Montreuil est levé, Boulogne tombe aux mains des Anglais en septembre 1544. Malgré leurs efforts, les troupes du dauphin de France, le futur Henri II, ne parviennent pas à reconquérir la ville et la guerre entre les deux camps finit par s’enliser. Les deux partis conviennent de mettre fin à une guerre longue et coûteuse et entament en mai 1546 des négociations. Celles-ci débouchent sur la signature du traité d’Ardres (Pas-de-Calais) le 7 juin 1546. Le traité permet à Henri VIII de garder Boulogne jusqu’en 1554, date à laquelle il devra la céder contre le versement d’une forte somme, et stipule qu’aucun des deux camps ne devra fortifier outre mesure le Boulonnais. Les deux rois anglais et français meurent en 1547 et, dans les années qui suivent, un autre conflit s’ouvre avec les deux héritiers des royaumes.

17Le traité d’Ardres n’est pas respecté. La somme exigée en retour de la ville de Boulogne n’est pas versée par les Français et les Anglais, qui gardent la cité en caution, la fortifient rompant ainsi avec l’une des clauses du traité. Les différends subsistent et, en 1549, Henri II déclare la guerre à Édouard VI et au royaume d’Angleterre. Du 26 août au 2 septembre, les postes avancés et forts d’Ambleteuse, du Cap Gris-Nez (Blackness) et du Mont Lambert (Boulemberg), ainsi que les villes et villages d’Hardinghen et de Wimille tombent aux mains des troupes françaises. Toutefois Édouard VI refuse de négocier et de rendre Boulogne. Un blocus strict de la ville et de son port est alors organisé durant tout l’hiver 1549. En janvier 1550, le roi d’Angleterre accepte d’engager des pourparlers qui s’engagent dès le mois de février au fort d’Outreau. Ces pourparlers débouchent sur le traité éponyme qui sera signé le 24 mars 1550. Le 25 avril, Boulogne est rendue aux Français en échange d’un versement de plusieurs milliers d’écus et le 15 mai, après avoir ratifié la paix, le roi de France fait son entrée dans Boulogne. En 1558, les prises de Sangatte, Fréthun, Nielles, Guînes, Harnes, des forts Nieulay et Risban et, enfin, de Calais signeront la fin de la présence anglaise au nord du Boulonnais. La signature du premier traité du Cateau-Cambrésis, le 2 avril 1559, entérinera l’abandon de Calais à la France.

3.1.2. Les sièges de Boulogne (1544 et 1550)

18L’invasion du Boulonnais en 1544 répondait au souhait du roi d’Angleterre, Henri VIII, de compenser la perte de territoires (Guyenne, Normandie, Ponthieu) cédés au royaume de France, à la fin de la guerre de Cent Ans. Dès 1543, les troupes anglaises avaient lancé des raids sur le territoire boulonnais depuis leur base de Calais : Desvres et Marquise sont ravagées, l’une en juillet, l’autre en octobre de cette année ; mais surtout prend place, dans le courant de ce dernier mois, le massacre des habitants d’Audinghen réfugiés dans leur église. L’année suivante, le 14 juillet 1544, une armée de 40 000 hommes prend le chemin du Boulonnais. Cette armée est bientôt divisée en deux, une partie ayant pour ordre d’assiéger Montreuil, l’autre Boulogne dont le siège commence le 18 juillet. Depuis le Moyen Âge, la capitale du Boulonnais est constituée d’une haute et d’une basse ville, toutes deux à l’abri de puissants remparts. Toutefois, elle ne peut faire face à une si puissante armée : la ville ne dispose que d’un faible contingent placé sous les ordres de Jacques de Coucy, seigneur de Vervins, neveu du maréchal et gouverneur Oudard du Biez, parti au secours de Montreuil, et doit compter en partie sur sa population pour la défendre. Le 21 juillet, la basse ville est prise et saccagée, et le jour suivant, l’ancien phare romain, la Tour d’Ordre transformée en forteresse, est conquis. Le 26 juillet, le roi Henri VIII prend lui-même le commandement du siège, établit une partie des troupes sur le Boulemberg (aujourd’hui le Mont Lambert, dans la commune de Saint-Martin-Boulogne), afin que son artillerie puisse pilonner la haute ville de Boulogne, et surtout assiège le château d’Hardelot qui capitule le 29 juillet. Les alentours de Boulogne sont ceinturés de camps retranchés qui forment un verrou difficile à forcer. Les assauts répétés de l’armée anglaise contre les remparts de la ville aux mois d’août et septembre finissent par ébranler la résistance du gouverneur de la place qui, le 13 septembre, négocie la capitulation. Les habitants doivent quitter la ville pour se rendre en Picardie, à Abbeville : leur traversée du gué de la Canche, à Étaples, constituera l’un des épisodes les plus dramatiques de leur exil.

19Malgré une tentative de reprise de la ville par les troupes du Dauphin de France le 30 septembre 1544, Boulogne reste aux mains des Anglais pour plusieurs années. Armées française et anglaise se font face, la première s’installant sur la colline d’Outreau, qui domine la ville et le port de Boulogne, et construisant le fort de Montplaisir et celui de Châtillon, la seconde fortifiant la Tour d’Ordre et édifiant les forts de la ville basse et du Paradis. De nombreuses escarmouches émaillent la période qui sépare la prise de la ville d’une tentative définitive de reprise. Celle-ci intervient dès l’été 1549 : les forts qui ceinturent Boulogne sont assiégés par l’armée française qui, cependant, ne parvient pas à les conquérir. Mais la pression est trop forte pour les troupes anglaises qui entament des négociations et, finalement, rendent la ville aux Français le 25 avril 1550. L’armée anglaise quitte Boulogne pour Calais et les habitants regagnent leur cité après cinq ans et sept mois d’exil. Le 15 mai 1550, après avoir visité les fortifications anglaises érigées autour de Boulogne et dans la campagne boulonnaise, le roi Henri II fait son entrée solennelle dans une ville partiellement ruinée, mais sous souveraineté française.

3.1.3. Étaples, une « ville-frontière » convoitée (1544-1550)

20Pour la période allant de 1537, date du siège de Montreuil par les troupes impériales, à 1544, date de la prise de Boulogne par les Anglais, les témoignages textuels concernant la ville d’Étaples sont quasi inexistants : on ne sait si la ville, distante d’une dizaine de kilomètres de Montreuil, a souffert du saccage de cette dernière en 1537. Elle semble, en tous cas, être restée à l’écart des campagnes de fortification qui ont concerné, par exemple, en 1540, Boulogne et Montreuil : ainsi, lors d’un déplacement en Picardie, en mars 1540, François Ier ordonne des travaux de renforcement des fortifications boulonnaises et montreuilloises, mais ne fait qu’un bref passage à Étaples pour y dormir. La situation change avec la chute du château d’Hardelot fin juillet 1544, puis avec le siège et la prise de Boulogne en septembre de cette année. Étaples, seconde ville du Boulonnais, devient « ville-frontière ». Du 15 au 18 septembre, les Boulonnais chassés de leur ville fuient vers le sud, en direction d’Abbeville, et traversent le gué de la Canche à Étaples dans des conditions exécrables (vent, fortes pluies, inondations). La cité ne peut les accueillir, car il semble qu’elle ait été occupée brièvement de la fin du mois d’août à la fin du mois de septembre par un contingent anglais, sous les ordres de Sir John Fogge, et ce, jusqu’à l’abandon du siège de Montreuil, à la suite du traité de Crépy, et au reflux de l’armée anglaise qui doit traverser la Canche pour rejoindre Boulogne. Lors de cette retraite, le port de la ville est utilisé par les navires anglais afin d’aider au transport des vivres. En octobre, la ville est repassée aux mains des Français et en novembre les Anglais forment des plans afin de détruire les navires qui baignent dans le port.

  • 33 Voir notes 38 et 42.

21En février 1545, François Ier envoie le grand maître de l’artillerie, Jean de Tais33, nommé capitaine et gouverneur d’Étaples, fortifier la ville et approfondir le port afin d’y faire entrer un grand nombre de galères [T2]. La ville subit néanmoins les raids des troupes anglaises qui, depuis Boulogne, parviennent à l’incendier en décembre de cette même année. Au début de 1546, les travaux de fortification ne semblent toujours pas entrepris et il faut attendre mars pour que le chantier soit initié : le port est modifié et un puissant fossé est creusé et isole la ville [T5]. Depuis la Picardie, plusieurs milliers de pionniers sont requis et envoyés vers la ville afin d’accélérer les travaux (ils sont 4 000 en mars et 6 000 le mois suivant). En avril 1546, consciente de l’importance stratégique de la ville, la hiérarchie militaire anglaise souhaite prendre Étaples, mais doute rapidement de la pertinence d’un assaut et finit par renoncer. Henri VIII souhaite néanmoins que le projet soit mené à son terme et un raid est lancé sur la ville au début du mois. Celui-ci échoue et les Anglais réalisent, devant l’importance des fortifications entreprises, qu’ils ne peuvent désormais plus gagner de territoire au sud de Boulogne. Les négociations en vue du traité d’Ardres commencent et le roi d’Angleterre tente de conserver la majeure partie de ses conquêtes jusqu’à Hardelot au moins, ou au-delà vers Étaples. Néanmoins, dans le cas où ces négociations échoueraient, Henri VIII envisage un débarquement sur la côte afin d’envahir la ville. En mai, les rapports des espions ou des prisonniers font état des efforts entrepris par les Français pour fortifier Étaples : les travaux de creusement du fossé sont poursuivis et le château est renforcé avec l’aménagement de deux boulevards, l’un tourné vers la ville, l’autre vers la campagne [T5 et T6]. La signature du traité d’Ardres au mois de juin met un terme provisoire aux tentatives d’emprise des Anglais sur la ville. Les travaux pour la fortifier sont, cependant, poursuivis jusqu’à la mort de François Ier en mars 1547, avec moins d’ardeur toutefois, l’imminence d’un siège s’étant éloignée avec la conclusion du traité. Au cours de l’année 1547, Henri II, fils et successeur de François Ier, visite les places de Montreuil, Étaples et Hardelot et décide d’augmenter les fortifications de ces villes [T7]. Mais les difficultés rencontrées par l’armée anglaise, à la reprise de la guerre en 1549, ne permettent pas d’éprouver ces défenses. Les troupes d’Édouard VI perdent, les uns à la suite des autres, forts construits et villages conquis du Boulonnais. Quand, en 1550, Boulogne est rendue au roi de France, Étaples voit son rôle stratégique diminuer, et en dehors d’une alerte de pillage par les troupes impériales de Charles Quint en 1552, la ville retourne rapidement à une moindre activité.

3.1.4. La seconde guerre de la Ligue (1584-1595) dans le Boulonnais

  • 34 Claude-André Dormy est le premier évêque de Boulogne, charge à laquelle il est nommé en 1567. Il ne (...)

22À partir de 1560, le Boulonnais se laisse progressivement gagner par les thèses de la religion réformée. Si la région est épargnée par le mouvement iconoclaste qui touche la Flandre voisine en 1566, des troubles agitent fortement Boulogne l’année suivante (disparition de la statue de Notre-Dame, saccage de l’abbaye, de Saint-Wulmer, de Saint-Nicolas, de l’église des Cordeliers, massacre de prêtres). Ainsi, la ville devient-elle huguenote. En 1570, l’installation d’un nouvel évêque, Claude-André Dormy34, voit la constitution d’un parti catholique dont l’activisme prend de l’ampleur avec la création de la Sainte Ligue, la première, en 1577, qui souhaite écraser l’hérésie huguenote. Néanmoins, les tensions s’apaisent avec la signature du traité de Bergerac, le 14 septembre 1577, qui accorde la liberté de conscience aux Protestants. La crise renaît en 1584, avec la désignation de Henri de Navarre, le futur Henri IV, chef du parti huguenot, comme successeur au trône, Henri III n’ayant pas d’enfants. Sous l’impulsion du duc de Guise, Henri Ier, une seconde Ligue prend naissance en 1585, soutenue par le roi d’Espagne, Philippe II, qui souhaite imposer un successeur catholique. Rapidement, la ville de Boulogne voit son intérêt stratégique croître dans le cadre de l’invasion de l’Angleterre par la flotte espagnole, l’invincible Armada. La nomination au poste de gouverneur de la ville de Raymond Roger du Bernet, royaliste convaincu, convainc les partisans de la Ligue de s’assurer de Boulogne afin de favoriser leurs projets. Mais les deux tentatives de prise de la ville par les Ligueurs échouent en mars 1587 et mai 1588. L’évêque de Boulogne et ses partisans se retirent à Montreuil, ville dont le gouverneur, François des Essars, était acquis à la cause de la Ligue.

  • 35 Jean-Louis de Nogaret, seigneur de La Valette et de Caumont, duc d’Épernon (1554-1632), noble, cath (...)

23En juillet 1588, la nomination du duc de Guise à la lieutenance générale des armées du royaume et la convocation par Henri III des États généraux qui doivent se tenir à Blois dès le mois de septembre ont une incidence sur la vie des cités boulonnaises : l’élection des députés, organisée par le gouverneur du Bernet, est annulée et une seconde élection est organisée en août à Étaples qui se voit investir par les partisans de la Ligue. L’assassinat du duc de Guise en décembre 1588, puis celui du roi en août 1589 et, enfin, l’accession au trône de Henri IV renforcent la détermination du parti de la Ligue qui tente de prendre les principales places royalistes en Boulonnais : le château de Longvilliers, la forteresse du Mont-Hulin et les villages de Samer, Frencq, Courteville, Hucqueliers, Verchocq et Desvres. Au tournant de l’année 1589-1590, un grand nombre de ces places seront rapidement reprises par les Royalistes et définitivement tenues par eux, ou, au contraire, à nouveau perdues et reconquises par la Ligue. L’année 1591 voit le basculement de la guerre en faveur du parti royaliste qui table sur les excès de la Ligue (terreur, massacres, spoliations) pour en purger la domination dans les villes du royaume. Ainsi, le gouverneur du Bernet tente d’assiéger le château d’Étaples en janvier 1591. Le siège est un échec et voit la mort du gouverneur. Michel Patras de Campaigno, son lieutenant, demande aussitôt l’appui du duc d’Épernon35 qui envahit la province et reconquiert plusieurs villes, villages et places fortes : Étaples, Hardelot, Longvilliers, Fromessent. Les années 1592 et 1593 voient malgré tout la poursuite de la guerre et les siège et prises de certaines villes par des Ligueurs qui ne désarment pas : prise du château de Longvilliers en 1592, prise du château de Hardelot et siège du château d’Étaples en mai 1593. Cependant, cette dernière année voit le roi Henri IV abjurer le protestantisme et les partisans et villes conquises par la Ligue se rendre peu à peu au pouvoir royal. À l’issue de cette seconde guerre de la Ligue, villes et villages du Boulonnais sont ruinés. La guerre franco-espagnole, qui voit la prise de Calais en avril 1596, puis l’installation d’une famine et une épidémie de peste réduisent le Boulonnais à néant. La signature du traité de Vervins le 2 mai 1598 offre une décennie de répit à la province.

3.1.5. Étaples, un enjeu pour Ligueurs et Royalistes (1588-1594)

24Ayant joué le rôle de « ville-frontière » pendant la guerre franco-anglaise, puis ayant perdu ce statut à l’issue de la guerre, Étaples revêt quatre décennies plus tard et pour quatre décennies encore, celui de « ville-tampon », entre les deux grandes place fortes adverses que constituent Boulogne et Montreuil : chacune des deux cités aura à cœur de conquérir ville et château d’Étaples pour se garantir des incursions du camp ennemi. Ainsi, dès 1588, les Ligueurs organisent à Étaples leur assemblée en vue de l’élection des députés aux États généraux de Blois. Ville et château passent sous leur domination. De cette base, les troupes ligueuses peuvent mener des raids contre les places fortes tenues par les Royalistes, raids qui s’intensifient après la mort du duc de Guise en décembre 1588. En octobre 1589, la ville tombe à nouveau aux mains des Royalistes. Plusieurs Ligueurs étaplois s’enfuient à Montreuil. Mais très vite la ville retourne à la Ligue puisqu’en 1590, le gouverneur de la ville, Charles Dixson, seigneur de Coury, et son capitaine Hannibal de La Rue, seigneur de Bernapré, tous deux Ligueurs, font régner la terreur dans les villages alentour en confisquant les biens royalistes. De nombreux Ligueurs étaplois sont faits prisonniers lors des coups de main opérés contre les places fortes de la région, puis sont soumis à rançon. La pression s’accroît sur la ville quand, à la fin du mois de janvier 1591, du Bernet tente de la reprendre aux Ligueurs en assiégeant le château. Le siège est un fiasco et le gouverneur boulonnais y perd la vie : son corps et les troupes qu’il commandait sont ramenés à Boulogne par Patras de Campaigno [T10]. Appelé à la rescousse, le duc d’Épernon assiège Étaples et prend la ville et son château dans le courant du mois de février [T10 à T12]. À la fin de l’année 1591, le château connaît une intense campagne de réparations à l’initiative de Claude de Louvigny, nommé gouverneur de la ville (cf. infra). En mai 1593, Étaples subit à nouveau le siège des partisans de la Ligue, sous le commandement de Jacques des Essars, gouverneur de Montreuil, aidé par les troupes coalisées du gouverneur de Flandre, Charles de Mansfeld [T16]. La place est reprise et Charles des Essars, frère du précédent, est nommé gouverneur. Après l’abjuration du roi Henri IV en 1593, les dangers s’écartent de la ville : dans un souci d’apaisement, le roi décharge en avril et septembre 1594 les habitants ayant pris les armes contre lui. En 1595, Charles des Essars devient gouverneur de Montreuil et de sa citadelle, et la gouvernance de la ville et du château d’Étaples est confiée à Louis de Saveuse. En mars 1597, Henri IV ordonne que le château, alors sous les ordres de Charles de Goustimesnil, seigneur de Bois-Rozé, soit réparé (cf. infra).

3.2. Les travaux des gouverneurs Jean de Tais et Antoine Escalin des Aimars entre 1545 et 1547

  • 36 Potter, 2011 : p. 180.
  • 37 Gairdner, Brodie, 1896 : n° 373, p. 146.
  • 38 Jean Gédouin, seigneur de Tais (actuel hameau de Thais, parfois orthographié T(h)aix ou Taye, commu (...)
  • 39 L’histoire et la chronologie des gouverneurs d’Étaples ne sont pas encore écrites. La liste fournie (...)
  • 40 Toutefois, l’historiographe picard Dom Pierre-Nicolas Grenier mentionne, mais sans plus de détails, (...)
  • 41 Gairdner, Brodie, 1908: n° 262, p. 124 et n° 394, p. 188.
  • 42 À la fin du mois de février 1546, Jean de Tais était encore gouverneur d’Étaples comme en témoigne (...)
  • 43 Gairdner, Bordie, 1908 : n° 262, p. 124, n° 471-2, p. 220, n° 481, p. 227, n° 529, p. 262, n° 577, (...)
  • 44 Gairdner, Bordie, 1908 : n° 471-2, p. 220, n° 529, p. 262, n° 779, p. 387 et n° 1530, p. 755-756.
  • 45 Gairdner, Brodie, 1908 : n° 65, p. 26-27, n° 507, p. 252, n° 509, p. 253, n° 527, p. 261-262, n° 52 (...)
  • 46 Les biographies d’Antoine Escalin des Aimars sont nombreuses, souvent anciennes, et il n’est pas po (...)
  • 47 Turnbull, 1861 : n° 73, p. 317 et n° 124, p. 335-336.

25De juin à septembre 1544, les sièges de Boulogne et Montreuil par les armées du roi d’Angleterre, Henri VIII, placent Étaples dans une position défavorable : à la fin de l’été, la ville est occupée par les Anglais, placés sous le commandement de Sir John Fogge, gentilhomme écossais, et sert de point de passage des troupes et des impédimenta, ainsi que de port de ravitaillement36. À la fin du mois de septembre, l’échec du siège montreuillois voit refluer les troupes anglaises qui traversent la Canche, dorment dans la ville, puis la pillent et la brûlent, avant de rejoindre Boulogne [T2]. La cité est aussitôt reprise par les troupes du roi de France, François Ier. Néanmoins, le roi d’Angleterre ne renonce pas dans son intention de prendre la ville, afin de s’assurer le contrôle de la baie de Canche. Aussi, lance-t-il ses troupes et sa flotte à l’assaut de la cité et de son port pour entraver le ravitaillement des forts français construits à proximité de Boulogne : en 1545, vraisemblablement à la fin de cette année, ville et navires sont brûlés et les vivres pillés [T3]. Jusqu’en 1544, la fortification de la ville d’Étaples n’était pas la priorité du roi de France : en mars 1540, alors qu’il séjourne dans la ville, sa préoccupation est entièrement tournée vers la remise en état des fortifications de Boulogne et Montreuil37. L’enjeu stratégique d’Étaples, devenue « ville-frontière du royaume », au nord, pour les Français, et au sud, pour les Anglais, modifie lourdement cette appréciation. En février 1545, François Ier envoie Jean Gédouin38 (fig. 12), seigneur de Tais, colonel-général de l'infanterie française, diriger l’immense chantier de fortification de la ville et de rectification du port : à cet effet, le colonel est nommé « lieutenant et gouverneur au nom de sa majesté » des ville et château d’Étaples39 [T2]. Nous ne savons quels types de travaux ont été conduits tout au long de cette année 1545, et s’ils ont été réellement menés40 : en effet, en février 1546, les courriers échangés entre officiels anglais ne mentionnent encore que « l’intention du roi [François Ier] de fortifier Étaples » et, à la mi-mars, « l’ennemi qui commence à fortifier Étaples »41. Fin mars, cependant, la nature des travaux, toujours conduits par le gouverneur de Tais42, se fait plus précise : le port est élargi et approfondi afin que les galères royales puissent jeter l’ancre dans la baie de la Canche [T2] ; un rempart et un fossé, aussi hauts et profonds que ceux qui défendent le fort de la Tour d’Ordre, à Boulogne, isolent la ville sur son pourtour septentrional43. Début mai 1546, les travaux de fortification propres au château, et sur lesquels nous reviendrons ci-après, sont presque achevés. Le nombre des pionniers dédiés à cette tâche titanesque est impressionnant [T5] : ils sont 4 000 à œuvrer au mois de mars, entre 5 000 et 6 000 au mois d’avril, et entre 2 000 et 3 000 entre les mois de mai et août44. Les animaux de trait n’en sont pas moins nombreux : en mars 1546, des chevaux rouliers sont réquisitionnés par dizaines à Dreux et à Sens, auprès des marchands Loys Berthrand et Jehan Le Cochoys, pour être amener « jusques à Estappes pour servir à la fortification que le Roy
a ordonné y estre faicte » [T4]. Il semble que ces imposants travaux de fortification aient joué leur rôle dissuasif : alors que les chefs anglais avaient réussi à piller et brûler le port entre décembre 1545 et janvier 1546, ils renoncent à toute tentative de prise de la ville au mois d’avril45. En 1547, un autre gouverneur a succédé au seigneur de Taix : Antoine Escalin des Aimars (fig. 13), baron de La Garde, chambellan ordinaire du roi, général des galères, surnommé le capitaine Paulin, est désormais le nouveau « cappitaine et gouverneur d’Esteppes »46. L’activité défensive se poursuit, avec moins de frénésie cependant : en mars de cette année, le diplomate John Wallop signale « un grand nombre de pionniers transportés par la mer (…) pour la fortification d’Étaples », et en avril, un espion anglais mentionne dans son rapport « le peu de progrès réalisés au cours des derniers mois dans les travaux et le port, bien que 40 maçons et de nombreuses femmes y soient à l’œuvre à présent »47. À la fin du mois d’août, le roi Henri II, fils et successeur de François Ier, décédé le 31 mars, visite Étaples et, suivant les conseils de ses capitaines, fait corriger et augmenter les fortifications [T7]. De 1548 à 1550, année du retour de la ville de Boulogne à la couronne de France, les textes demeurent muets sur les travaux qui ont pu être conduits : tout bien considéré, il faut avouer que la fortification de la ville d’Étaples a revêtu une charge symbolique et un caractère dissuasif bien plus significatifs que la seule fonction défensive qui n’a jamais été éprouvée durant toute l’occupation anglaise dans le Boulonnais.

Fig. 12 – Portrait de Jean Gédouin, seigneur de Tais, vers 1550, dessiné par François Clouet et conservé au Musée Condé de Chantilly

Fig. 12 – Portrait de Jean Gédouin, seigneur de Tais, vers 1550, dessiné par François Clouet et conservé au Musée Condé de Chantilly

D’après Moreau-Nélaton, 1910 : pl. 27 et n° 207 : p. 193

Fig. 13 – Portrait d’Antoine Escalin des Aimars, baron de la Garde

Fig. 13 – Portrait d’Antoine Escalin des Aimars, baron de la Garde

Gravure du xixe siècle, collection particulière

  • 48 Gairdner, Brodie, 1908 : n° 529, p. 262 : « The town could not be held without winning the castle, (...)
  • 49 Originaire du Brabant, Jacques Granado était écuyer des écuries. Il fut pensionné en 1546 et servit (...)
  • 50 Les jurats sont des magistrats municipaux ayant prêtés serment. Rye est un port du Comté du Sussex (...)

26Les travaux de modernisation du château, principalement ceux menés en 1546, ont un impact considérable sur l’aspect architectural de cette forteresse : en avril de cette année, le château est si puissamment fortifié que les Anglais le considèrent comme inexpugnable et, de ce fait, renoncent à prendre la ville48. Ces travaux sont connus grâce à deux lettres conservées aux Archives nationales de Londres et publiées par James Gairdner et Robert Henry Brodie en 1908 dans leurs Letters and papers of the reign of Henry VIII. La première [T5] est une lettre d’Edward Seymour, datée du 9 mai 1546, dans laquelle le comte d’Hertford rapporte les propos d’un certain Jacques Granado49 : fait prisonnier lors d’une escarmouche avec les Français près de Boulogne, à la fin du mois d’avril, ce capitaine anglais a été mené à Étaples où il a pu voir l’ensemble des travaux de fortification conduits dans la ville et au château. La seconde [T6] est une lettre du maire et des jurats de Rye50 adressée à John Dudley et datée du 12 mai 1546 : les magistrats municipaux portent à la connaissance du vicomte de Lisle le témoignage d’un Hollandais qui, en traversant Étaples, a également observé les nouveaux ouvrages défensifs, et plus particulièrement ceux du château. Nous décrivons ces travaux dans les paragraphes suivants, en distinguant ceux, avérés par les lettres, qui concernent les dehors de la forteresse (l’ouvrage à cornes et l’ouvrage tenaillé), et ceux, moins établis dans leur chronologie, effectués à l’intérieur des courtines médiévales (destruction hypothétique du donjon et aménagement du logis du gouverneur, de casernes et d’un grenier à grains).

3.2.1 L’ouvrage à cornes et l’ouvrage tenaillé

27La genèse des deux ouvrages avancés aménagés hors du corps de la forteresse médiévale se trouve dans les deux lettres anglaises citées ci-dessus [T5 et T6]. À la fin du mois d’avril 1546, le capitaine anglais Jacques Granado signale, dans son rapport, l’existence « d’une importante butte (a great mount) contre une colline sur laquelle s’élève un moulin » : l’aménagement de cette butte semble, à cette date, presque achevé, car on y a déjà installé une petite pièce d’artillerie et on la recouvre de gazon afin de maintenir en place la terre dont elle est composée. La localisation et les détails techniques caractérisent, de toute évidence, ce que l’on désigne aujourd’hui sous le terme d’« ouvrage tenaillé », cet imposant ouvrage de terre qui cernait les flancs nord et est du château. Le capitaine cite encore la construction en cours, du côté du fleuve, c’est-à-dire de la Canche, d’un boulevard (bulwark) dont il pense qu’il sera, à terme, imposant à en juger les puissantes fondations déjà en place. Il s’agit ici de l’« ouvrage à cornes » élevé à l’ouest du château, entre les fossés et la ville. Le flanc sud de la forteresse fait également l’objet de travaux : une tour a été abattue et doit être remplacée par un autre support, tandis qu’un puissant mur barre la portion méridionale du fossé. À la mi-mai, les deux ouvrages sont terminés et équipés de plusieurs éléments d’artillerie : ils sont désignés sous le terme de « boulevards » (bulwarks) par le Hollandais qui les a aperçus lors de sa traversée de la ville et sont destinés à protéger les galères qui stationnent sur la Canche.

  • 51 Souquet, 1855 : p. 8 et 31, ainsi que sur le plan n° 2 entre les p. 8 et 9, et 1863 : Plan de la vi (...)
  • 52 C’est le cas sur le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors (non daté) : ouvrage à cornes (lett (...)
  • 53 C’est le cas sur le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors (non daté) : ouvrage tenaillé (lett (...)
  • 54 Voir Byhet, 2016a : p. 88-89 (et fig. 52, lettre E de la légende) et p. 89 et 91 (et fig. 54, lettr (...)
  • 55 Dans son étude sur le château d’Étaples, déjà citée, Gustave Souquet n’en fait jamais mention, ayan (...)

28À la fin du xvie siècle, l’ouvrage à cornes est désigné dans deux actes consignant les travaux réalisés ou à réaliser au château [T8 et T13] comme une « basse-cour », en opposition à la « haute-cour » médiévale. C’est sous ce terme que Gustave Souquet le désigne dans ses diverses études, ne parvenant probablement pas à l’identifier correctement51. Ce n’est qu’à partir du xviiie siècle qu’il reçoit l’appelation définitive d’« ouvrage à corne(s) » attestée dans de nombreux documents décrivant le château [T21, T22, T23-D-M et T25] ou sur plusieurs plans établis dans les deux premières décennies de ce siècle52 (fig. 14). Les attestations de l’ouvrage tenaillé dans les textes et sur les plans sont plus variées. Si, à l’exemple de l’ouvrage à cornes, il est désigné au xviiie siècle comme « ouvrage tenaillé »53, il reçoit d’autres dénominations parallèles. Ainsi, est-il qualifié, en 1702, puis vers 1730, dans deux rentes paroissiales [T20 et T24], de « grant boulevart » par les curés de l’église Saint-Michel d’Étaples, terme qui renvoie au « bulwark » des lettres anglaises. En 1703 et en 1717, il est appelé sur deux plans du château54 sous les termes génériques d’« ouvrage de terre » et de « chemin couvert avec forme de parapet » [voir également T23-N]. Par la suite, il ne recevra plus qu’une dénomination indistincte ou erronée55 : dans le deuxième tiers du xviiie siècle, il semble identifié par le nouveau propriétaire des ruines du château, Jean-Jacques Dutertre, comme des « fortifications bien en plain dans une pâtures et tenante de trois cottés aux dépendances dudit château » [T25] ; au début du xxe siècle, l’architecte Clovis Normand, de passage à Étaples, lui donne le nom de « grand monticule » [T26], mais le confond avec le site des Cronquelets, un tertre détritique protohistorique situé au nord-ouest de la ville ; quelques années plus tard, en pleine Première Guerre mondiale, l’historien Godefroy Cappe de Baillon mentionne, dans son étude sur Étaples, « des ouvrages en terre de forme imprécise (…) dans la prairie qui surplombe le chemin de fer de Boulogne à Arras, nommée La Tombe » [T27] ; enfin, en 1945, l’érudit étaplois Achille Caron désigne les creux et les bosses de l’ouvrage sous le terme de « reliefs du château » [T28].

Fig. 14 – Mention de l’ouvrage à cornes du château d’Étaples sur le plan des frères Nicolas et Jean Magin, ingénieur du Roi, daté de 1716

Fig. 14 – Mention de l’ouvrage à cornes du château d’Étaples sur le plan des frères Nicolas et Jean Magin, ingénieur du Roi, daté de 1716

Extrait du Plan d’Etaple, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2

  • 56 Sur l’origine du mot « boulevard » et ses différentes graphies dans les langues modernes européenne (...)
  • 57 Martens, 2015 : p. 130.
  • 58 Malheureusement, ces études ne citent pas, pour Étaples, les sources utilisées pour attribuer les t (...)

29La plus ancienne désignation de ces deux ouvrages, celle des lettres anglaises, « bulwark » donc, correspond à l’appellation courante des ouvrages avancés durant tout le xvie siècle : « bolwerk » en néerlandais, « bulwark » en anglais, « boulevard » en français, etc. Le terme dérive du néerlandais « bol-werk » utilisé depuis le début du xve siècle pour désigner un ouvrage fortifié en bois, en terre ou en maçonnerie devant une enceinte ou une porte56. Selon Pieter Martens, le terme est, en ce siècle, générique et ne préjuge en rien de la forme de l’ouvrage auquel il est appliqué : seuls quelques écrits théoriques font une distinction fondée sur la forme de l’ouvrage (boulevards ronds, boulevards polygonaux)57. Nous ne savons pas, en l’état actuel de nos recherches, si les termes « ouvrage à cornes » et « ouvrage tenaillé » employés au xviiie siècle pour désigner les ouvrages avancés du château d’Étaples traduisent un état remanié (au cours du xviie siècle) des ouvrages d’origine (ceux construits en 1546) ou une désignation par les auteurs des textes et plans déjà cités la plus proche de ce qu’ils cherchaient à désigner en fonction de leurs connaissances. Nous ne connaissons pas non plus le nom des ingénieurs à qui l’on a confié l’aménagement des ces ouvrages. Des études plus ou moins récentes attribuent à Pierre Guichard, disciple de Philibert Delorme, les travaux de modernisation de la forteresse étaploise. Des modifications ultérieures ont pu être apportées par Jean Errard58.

  • 59 Voir Souquet, 1855 : p. 31, 1860a : p. 34 et 1863 : p. 54. Souquet donne quatre dates pour ce trans (...)
  • 60 Sur les travaux de terrassement opérés en août 1930, voir Caron, 1942 : p. 41-43.
  • 61 Voir Bulletins de la Société des Amis de Quentovic, Livre n° 2 (1938-1945), conservé aux Archives d (...)

30Ces ouvrages avancés sont aujourd’hui les deux seuls éléments subsistants du château d’Étaples (fig. 15a-b). Les ruines de l’ouvrage à cornes subsistent encore en partie dans le cimetière communal (dit « vieux cimetière » ou « cimetière du Château », parcelle AD 26), sous la forme d’une butte conservée sur une hauteur de 8 à 10 m (16 m NGF au point le plus haut) (fig. 15b, n° 2, 16a-b et fig. 20b). En effet, vers 1805, l’ouvrage a été transformé en cimetière, comme le précise Gustave Souquet dans son Histoire et description du château d’Étaples : « À l'époque de la grande armée, [le] cimetière [de l’église Saint-Michel] devint insuffisant. Aussi, d'après l'ordre du maréchal Ney, commandant en chef l'aile gauche de l'armée qui devait s'embarquer dans le premier corps de la flottille amarrée au port d'Etaples, le conseil municipal, sur l'avis du médecin en chef du 7 mai 1805, supprima les sépultures et décida que les inhumations auraient lieu sur l'emplacement du vieux château (Registre aux délibérations 3 mai 1806) »59. Cette transformation a permis la sauvegarde – partielle – de l’ouvrage jusqu’à nos jours, sur à peu près deux tiers de la construction d’origine (2 600 m2 environ) : en effet, la construction de la ligne ferroviaire Amiens – Boulogne de 1846 à 1848 et un réaménagement partielle de cette ligne en août 193060 ont amputé l’ouvrage de sa corne sud (fig. 15a et 17 a-b). Il a également souffert des bombardements opérés sur la ville à l’été 1944. Il n’a, à ce jour, fait l’objet d’aucune étude particulière, si ce n’est quelques repérages effectués par le comité de Défense Passive d’Étaples et les membres de la Société des Amis de Quentovic, à l’été 193961 (détection de cavités et souterrains, sans plus de précisions).

Fig. 15a – Géoréférencement sur cadastre récent d’un extrait du Plan Triplet (1810) montrant les portions détruites et conservées du château d’Étaples et de ses ouvrages avancés

Fig. 15a – Géoréférencement sur cadastre récent d’un extrait du Plan Triplet (1810) montrant les portions détruites et conservées du château d’Étaples et de ses ouvrages avancés

Géoréférencement : Ph. Hannois, 2016, DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan Triplet conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318

Fig. 15b – Orthophotographie du quartier du cimetière montrant l’emplacement du château d’Étaples (n° 1), les vestiges de l’ouvrage à cornes (n° 2) et ceux de l’ouvrage tenaillé (n°3)

Géoportail, mission aérienne du 12 août 2012, cliché n° 6460

Fig. 16a – Vue panoramique vers le nord-est des vestiges de l’ouvrage à cornes dans le cimetière communal d’Étaples

Fig. 16a – Vue panoramique vers le nord-est des vestiges de l’ouvrage à cornes dans le cimetière communal d’Étaples

Cliché : Th. Byhet, 2014

Fig. 16b – Vues combinées des vestiges de l’ouvrage à cornes prises en 1931 (vers le sud-ouest) et en 2014 (vers l’est) et montrant la structure interne de la construction

Fig. 16b – Vues combinées des vestiges de l’ouvrage à cornes prises en 1931 (vers le sud-ouest) et en 2014 (vers l’est) et montrant la structure interne de la construction

Cliché du haut : Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Achille Caron ; cliché du bas : Th. Byhet, 2014

Fig. 17a – Plan du quartier du cimetière et des vestiges de l’ouvrage à cornes en 1864, avant la destruction du château

Fig. 17a – Plan du quartier du cimetière et des vestiges de l’ouvrage à cornes en 1864, avant la destruction du château

DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan de la ville d’Étaples et de ses environs, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, Port9-36328

Fig. 17b – Vue des vestiges de l’ouvrage à cornes découverts en 1930 lors des travaux d’extension de la ligne ferroviaire Amiens-Boulogne

Fig. 17b – Vue des vestiges de l’ouvrage à cornes découverts en 1930 lors des travaux d’extension de la ligne ferroviaire Amiens-Boulogne

Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Achille Caron

  • 62 Ces mesures ont été prises sur le plan Triplet, exécuté en 1810, et pour lequel il faut tenir compt (...)
  • 63 Le mémoire de Jean-Jacques Dutertre, donataire du château au xviiie siècle, montre bien la colonisa (...)
  • 64 À l’époque moderne, ce que l’on désignait par « falaises » à Étaples renvoyait aux nombreux escarpe (...)

31Les ingénieurs n’ont pu s’appuyer sur un quelconque relief pour aménager l’ouvrage : ils ont fait décaisser le terrain, légèrement en pente dans cette partie de la ville, afin d’y aménager de puissantes fondations et d’amener le niveau du terre-plein de l’ouvrage à la même hauteur que le niveau de circulation de la cour du château, ces deux espaces étant reliés par un pont dormant en bois [T23-C]. Les deux flancs nord et sud mesuraient 50 m de long et le flanc ouest, de corne à corne, 110 m de long (longueur de la courtine entre les deux cornes : 65 m ; longueur de la courtine de chaque corne : 23,50 m) (fig. 18) ; les cornes avaient une profondeur maximale de 15 m ; la profondeur du terre-plein atteignait environ 25 m62 ; l’ensemble cumulait une superficie de 3 900 m2. La fonction première de l’ouvrage, qui dominait, à l’est, toute la ville, était de couvrir la porte du château [T23-D] (fig. 9). On y accédait par une porte détournée, aménagée à l’une des extrémités du flanc méridional et placée entre deux monticules [T23-M] (fig. 18, n° 2). Une rampe conduisait au terre-plein gazonné (n° 4). Celui-ci était délimité sur son pourtour par le parapet de terre qui courait le long de la courtine de l’ouvrage et qui était, lui aussi, gazonné (n° 3). Le flanc oriental de l’ouvrage épousait le contour du fossé du château : on y avait aménagé l’une des piles du pont qui donnait accès à la forteresse (n° 5). À l’ouest, l’ouvrage dominait une place d’armes, zone, en principe, non constructible entre la ville et le château63 [T25] (n° 6). Des travaux récents de mise en valeur du cimetière communal ont fait réapparaître le blocage de la corne nord : celui-ci est constitué de moellons de calcaire maçonnés à bain de mortier de chaux, d’une dimension comprise entre 0,10 et 0,80 m environ (fig. 16b : cliché du bas). Il semble que la totalité du dedans œuvre, pour reprendre l’expression moderne, ait été maçonnée ainsi, comme le montre le cliché du flanc nord de l’ouvrage, aujourd’hui envahi d’une végétation abondante, mais encore bien visible dans le premier tiers du xxe siècle (fig. 16b : cliché du haut). Cette technique de construction trouve un écho dans l’une des deux lettres anglaises citées ci-dessus [T5] : au printemps 1546, les Almains, ces mercenaires allemands payés par l’armée française, sont chargés d’extraire des falaises étaploises64 quantité de craie destinée à la maçonnerie des nouveaux ouvrages de défense du château ; amenée par charrette entière, la craie est aussi brûlée dans des fours (dix-sept ont été aménagés à cet effet) pour la fabrication de la chaux qui, avec le sable, entre dans la composition du liant de la maçonnerie. On peut donc fortement supposer que les moellons de calcaire aujourd’hui encore visibles constituent bien le squelette d’origine de l’ouvrage à cornes, même si celui-ci a pu être rectifié et restauré après le xvie siècle. Le parement était constitué de moellons de grès encore présents au début du xviiie siècle [T21 et T23-D]. À cette époque, l’ouvrage était fortement dégradé et nécessitait des réparations que l’ingénieur Charles (de) Robelin a quantifiées dans son mémoire [T23].

Fig. 18 – Plan de l’ouvrage à cornes au début du xviiie siècle

Fig. 18 – Plan de l’ouvrage à cornes au début du xviiie siècle

DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan d’Etaple, des frères Nicolas et Jean Magin, 1716, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2

  • 65 Cette parcelle, jadis propriété privée et à usage de pâture, appartient aujourd’hui à la commune d’ (...)

32Des vestiges de l’ouvrage tenaillé demeurent visibles dans une prairie située au nord du cimetière65 (parcelle AW 8) (fig. 15b, n° 3 et 19a-b). Ils doivent leur conservation jusqu’à nos jours à leur transformation en « terres à labours », probablement à partir du xviiie siècle, comme en témoigne le donataire du château, Jean-Jacques Dutertre. Ce dernier conteste, dans son mémoire, l’accaparement par des habitants d’Étaples de ce qu’il nomme « dépendances du château » : « Plusieurs particuliers qui ont des terres à labour sur les derrières des dépendances de ce château et adjassantes à ycelle (…) ont entrepris et entreprennent encore tous les jours sur les dépendances dudit château, de façon qu’actuellement il[s] labourent jusque dans le focées qui étoit le chemin couvert de cet[te] fortiffication » [T25]. Il désigne notamment Charles Dauphin, maïeur d’Étaples et propriétaire de la ferme du Puits d’Amour, un établissement agricole proche du château [T24], qui a augmenté indûment sa propriété par l’adjonction d’une portion de l’ouvrage tenaillé (fig. 20a). Les deux tiers de cet ouvrage ont disparu aux deux siècles suivants (fig. 15a et 20b) : la construction des voies ferrées Amiens – Boulogne en 1847-1848 et Saint-Pol-sur-Ternoise – Étaples entre 1872 et 1875, le lotissement des parcelles situées à l’est du cimetière à partir du dernier tiers du xixe siècle (gendarmerie, abattoir, propriétés privées) et l’aménagement de la route de Boulogne (portion de l’actuelle D113) en 1917 ont retranché de l’ouvrage la totalité de son flanc est. Enfin, à l’été 1944, les derniers vestiges subsistants de l’ouvrage sont criblés d’impacts de bombes, du fait de leur proximité immédiate avec le viaduc de la Canche, cible des bombardements alliés.

Fig. 19a – Vue aérienne vers le nord de la parcelle AW 8

Fig. 19a – Vue aérienne vers le nord de la parcelle AW 8

Cliché : Joël Ramet, 2013

Fig. 19b – Vue panoramique vers le nord-est de la parcelle AW 8

Fig. 19b – Vue panoramique vers le nord-est de la parcelle AW 8

Cliché : Th. Byhet, 2015

Fig. 20a – Plan du château d’Étaples et de ses environs dans la seconde moitié du xviiie siècle : l’étoile rouge indique l’emplacement de l’ouvrage tenaillé

Fig. 20a – Plan du château d’Étaples et de ses environs dans la seconde moitié du xviiie siècle : l’étoile rouge indique l’emplacement de l’ouvrage tenaillé

Extrait du Plan d'une partie de la ville d'Estaples jusqu'au chateau de Fromessent, conservé à la Bibliothèque nationale de France, GED-4057

Fig. 20b – Vue générale d'Étaples éditée sous forme de carte postale vers 1907 : au premier-plan, l’actuelle parcelle AW 8 (ouvrage tenaillé), à l’arrière plan, la voie ferrée Saint-Pol-sur-Ternoise – Étaples et le cimetière d’Étaples (ouvrage à cornes)

Fig. 20b – Vue générale d'Étaples éditée sous forme de carte postale vers 1907 : au premier-plan, l’actuelle parcelle AW 8 (ouvrage tenaillé), à l’arrière plan, la voie ferrée Saint-Pol-sur-Ternoise – Étaples et le cimetière d’Étaples (ouvrage à cornes)

Collection : Th. Byhet

  • 66 Voir notes 52, 53 et 62.

33Les ingénieurs ont utilisé la topographie du terrain pour implanter l’ouvrage tenaillé : celui-ci a été installé sur le versant de la colline qui domine, au nord et à l’est, le château. À la différence de l’ouvrage à cornes, il ne s’agit pas d’une construction maçonnée, mais d’un aménagement en terre, comme en témoigne la première des deux lettres anglaises déjà citées : « La plupart des pionniers sont occupés à transporter de la terre (earth) et du gazon (turf) [à droite du boulevard] » [T5]. Les éléments naturels (terre, gazon) utilisés en 1546 dans l’édification de l’ouvrage tenaillé, de même que les conditions dans lesquelles celui-ci a été établi – l’imminence d’un siège – indiquent bien le caractère temporaire et peu dispendieux de l’aménagement. Les plans du château établis aux xviiie et xixe siècles témoignent de l’existence d’un ouvrage imposant (il occupait une superficie d’environ 2 ha) qui couvrait, vers la campagne, les flancs nord et est de l’ancien château médiéval (fig. 9). Les profils dessinés au xviiie siècle et les rapports établis dans les premières décennies de ce siècle [T23] mettent en évidence les principaux éléments constitutifs de l’ouvrage, à savoir, depuis le château vers la campagne (fig. 21) : une plateforme gazonnée (n° 1), un parapet de terre (n° 2), un fossé, un glacis (n° 5). Plusieurs des plans mentionnés ci-dessus disposent d’une échelle, permettant de mesurer l’ouvrage et d’en obtenir les dimensions66. Les flancs occidental et oriental mesuraient l’un 60 m de long, l’autre 175 m : le premier s’achevait au fossé du château, tandis que le second aboutissait à la falaise qui longeait la Canche. La plateforme avait une largeur de 70 m et une profondeur de 50 m ; son retour, le long du flanc est du château, avait une profondeur de 25 m. Enfin, le fossé qui défendait l’ouvrage avait une ouverture maximale de 20 m. Il semble que l’on ait adjoint à ce vaste ensemble deux bastions complémentaires, dont l’un en as de pique, à l’extremité sud-est, vers le fleuve (n° 8).

Fig. 21 – Plan de l’ouvrage tenaillé au début du xviiie siècle

Fig. 21 – Plan de l’ouvrage tenaillé au début du xviiie siècle

DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan d’Etaple, des frères Nicolas et Jean Magin, 1716, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2

  • 67 Sur ces deux campagnes de fouille programmée, voir Byhet, 2015b, 2016a , 2016b, 2017a et 2017b. Une (...)

34En 2015 et 2016, les derniers vestiges de l’ouvrage tenaillé ont fait l’objet de deux campagnes de fouille programmée67. Cette opération avait plusieurs objectifs : estimer l’état de conservation de l’ouvrage, évaluer la puissance stratigraphique des couches archéologiques en place, identifier les différents éléments de l’ouvrage, comprendre leur articulation et en déterminer la composition, préciser le plan et la chronologie de l’ouvrage (phases de construction, de remaniements et d’abandon), et, enfin, déterminer autant que possible l’existence d’occupations antérieures ou postérieures à son édification. Il n’est pas possible ici de détailler l’ensemble des résultats acquis lors de cette opération, aussi en livrerons-nous un bref résumé. Les deux campagnes se sont traduites par le creusement de quatre tranchées linéaires (fig. 22a, n° 1 et 3 à 5) qui ont permis le recoupement de toutes les composantes – conservées et attendues – de l’ouvrage tenaillé (plateforme, rempart, fossé et glacis), de découvrir des composantes inédites (banquette d’artillerie et chemin couvert), car non cartographiées aux xviiie et xixe siècles, et de formuler des hypothèses sur les éléments disparus (parapet) (fig. 22b). Vestiges et couches archéologiques apparaissent très vite sous la terre végétale : entre – 0,10 et 0,30 m. Le site présente une stratification simple et parfois ténue, assimilable à la stratification d’un gisement archéologique de type rural : la puissance stratigraphique est faible en de nombreux endroits et seul le fossé, pour des raisons inhérentes à la nature de cet aménagement, présente une épaisseur de comblement conséquente. De manière générale, les deux campagnes ont livré un mobilier peu abondant, voire erratique, qui n’a pas permis de préciser la chronologie du site. Cette rareté s’explique, d’une part, par la faible superficie d’ouverture des tranchées, mais également par l’histoire même de l’ouvrage tenaillé : en effet, cet élément de fortification n’était pas un lieu de vie, mais un espace de défense utilisé occasionnellement lors des sièges. Ce sont surtout les phases de construction (terrassement jusqu’au substrat crayeux afin de constituer l’assiette de l’ouvrage, niveaux de chantier, emploi et mise en œuvre des matériaux locaux : calcaire, argile) et d’abandon de l’ouvrage (comblements tardifs des fossés) qui sont les mieux renseignées. Aucune occupation antérieure n’a été notée et seule la présence d’un petit bâtiment à poudre de l’époque napoléonienne, placé à l’angle nord-est de la parcelle, offre des informations sur l’occupation postérieure du site (fig. 22a, n° 2).

Fig. 22a – Vues combinées des tranchées creusées lors des campagnes 2015 et 2016 de la fouille programmée de l’ouvrage tenaillé

Fig. 22a – Vues combinées des tranchées creusées lors des campagnes 2015 et 2016 de la fouille programmée de l’ouvrage tenaillé

DAO : Th. Byhet, 2017, sur orthophographie Bing et Plan Triplet, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318

Fig. 22b – Vues combinées de la tranchée n° 3 creusée sur le flanc ouest de l’ouvrage tenaillé : à gauche, vue prise vers l’ouest depuis le rempart, montrant le fossé au premier plan et le chemin couvert à l’arrière-plan ; à droite, vue prise vers l’est montrant au premier plan le chemin couvert et à l’arrière-plan le fossé et le rempart

Fig. 22b – Vues combinées de la tranchée n° 3 creusée sur le flanc ouest de l’ouvrage tenaillé : à gauche, vue prise vers l’ouest depuis le rempart, montrant le fossé au premier plan et le chemin couvert à l’arrière-plan ; à droite, vue prise vers l’est montrant au premier plan le chemin couvert et à l’arrière-plan le fossé et le rempart

Clichés : Th. Byhet, 2016

3.2.2. Le donjon

  • 68 La cour comtale devait se déplacer au château d’Étaples comme en témoignent les deux documents suiv (...)
  • 69 Souquet, 1855 : p. 3, 5, 8, plan nº 1 : lettre D, entre p. 4 et 5, et plan nº 2, entre p. 8 et 9 : (...)
  • 70 En 1850, Gustave Souquet fait part de ce plan à la Commission des Antiquités départementales du Pas (...)
  • 71 Gustave Souquet indique que la chaux « était devenue aussi dure que le ciment [et qu’] il a fallu f (...)
  • 72 D’après l’échelle de mesure du plan imprimé en 1855 : le plan d’origine n’en comporte pas.
  • 73 Sur le plan publié par Gustave Souquet en 1855 (Souquet, 1855 : plan inséré entre la p. 4 et 5), le (...)
  • 74 On doit à Alphonse Leduque la première interprétation de ces différents espaces (Leduque, 1942 : p. (...)

35Le donjon est l’élément structurel le plus insaisissable du château d’Étaples. Nous n’en avons trouvé aucune mention, ni dans les archives d’époques bourguignonne (Archives départementales du Nord) et anglaise (Archives nationales, à Londres), pour les xve et xvie siècles, sources les plus explicites sur les travaux menés au château, ni dans les archives comptables de la ville d’Étaples (Livre noir aux Archives départementales du Pas-de-Calais), pour le xviie siècle, ni même dans les textes, plus récents, des historiographes boulonnais et picards (Michel Lequien, Philippe Luto, Michel-François Dubuisson, Pierre-Nicolas Grenier) qui ont conduit des recherches sur la ville médiévale et moderne. Pourtant, les comtes de Boulogne devaient utiliser ce donjon lors de leurs déplacements à Étaples68. Gustave Souquet est l’un des premiers à le mentionner dans son Histoire et description du château d’Étaples, en 1855, en se basant sur l’interprétation des plans du château, mais surtout sur les découvertes effectuées lors du chantier de destruction des années 1847-184869. En effet, les ouvriers attachés aux travaux de terrassement dégagèrent, le long du flanc occidental de la haute-cour, à peu près au centre de la courtine, un ensemble de murs orientés est-ouest et dont le chef de chantier, Abraham Fournier, dessina le plan70 (fig. 3 et 23) : ces murs, d’une largueur de 3 m, étaient constitués de silex liés à la chaux71 et formaient un quadrilatère de 20 × 25 m, doté d’une petite excroissance rectangulaire (fig. 23, n° 1) au sud-est d’environ 5 × 10 m72 ; le quadrilatère principal était divisé en deux espaces rectangulaires inégaux, l’un (n° 2), à l’est, plus large que l’autre (n° 3), à l’ouest ; la construction semblait disposer d’un contrefort (n° 4) à son angle sud-ouest ; on ne sait si le plan dessiné par Fournier représente la totalité de la structure73. En l’absence des vestiges, les différents espaces que forment les murs sont difficilement interprétables : à titre d’hypothèse, on pourrait interpréter l’espace n° 1 comme un escalier à volées droites donnant accès au donjon, l’espace n° 2 comme une salle basse, peut-être destinée au stockage des vivres, et l’espace n° 3 comme un couloir74. Au-dessus devait s’élever la salle principale.

Fig. 23 – Plan du donjon du château d’Étaples

Fig. 23 – Plan du donjon du château d’Étaples

DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, dans Souquet, 1855 : plan 1

  • 75 Voir, par exemple, Calonne, 1875 : p. 93 et 96, Rosny, 1909 : p. 468, Cappe de Baillon, 1916-1917 : (...)
  • 76 Voir Langeuin, 2002.
  • 77 Voir Decaëns, Dubois, 2009 : p. 32-35.
  • 78 Ces trois vues présentent des exagérations propres à ce type de représentations : accentuation du r (...)
  • 79 Pour ce plan, conservé au département Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et con (...)
  • 80 Pour cette vue, conservée au Cabinet des Estampes (réserve) de la Bibliothèque nationale de France, (...)
  • 81 Pour cette vue, insérée dans le volume consacré à la province de Picardie des Topographiae Galliae (...)

36Gustave Souquet interpréta ces vestiges comme ceux du donjon : depuis, cette hypothèse, rapidement entérinée, a été reprise dans de nombreuses études consacrées à Étaples ou au château75. Il semble que l’érudit étaplois ne se soit pas trompé. Le plan de la structure, proche de ceux des donjons anglo-normands d’Arques-la Bataille76, près de Dieppe (Seine-Maritime), et de Caen77 (Calvados), par exemple, et la largeur des murs plaident en faveur de l’existence de ce donjon. Les casernes qui, ultérieurement, sont établies à son emplacement adoptent une orientation et des dimensions bien inférieures à celles du donjon (cf. infra) : elles ne peuvent donc être confondues avec la tour maîtresse. De plus, ces vestiges peuvent être rapprochés de trois vues cavalières de la ville d’Étaples, réalisées aux xvie et xviie siècles, qui montrent le château et les différentes constructions qui s’élèvent dans la cour intérieure78. La première de ces vues, et la plus ancienne, est celle dessinée sur le plan, publié en 1558, mais probablement conçu vers le milieu de ce siècle, par le géographe et cartographe Nicolas de Nicolay : Nouvelle description du païs de Boulonnois, comté de Guines, terre d’Oye et ville de Calais79. Le château est représenté dans son état le plus ancien, celui de l’époque médiévale : trois tours élancées et couronnées de toitures pointues se dressent au premier plan ; elles sont dominées par un bâtiment massif et carré, lui aussi couronné d’un toit en pointe, et qui doit être interprété comme le donjon de la place forte (fig. 10). La deuxième vue est celle esquissée sur le dessin de La ville de Estaples de Joachim Duviert, réalisé en 161180. De la vieille enceinte médiévale du château pointent quelques toitures légèrement plus hautes que le sommet de la courtine : à la gauche de cet ensemble, une construction rectangulaire, légèrement esquissée, pourrait matérialiser le donjon, peu élevé certes, mais accolé à la chapelle (fig. 24). Enfin, la troisième vue est celle figurant sur la vue d’Estaples, dessinée vers 1650 par Johannes Peeters I81. De l’enceinte du château, l’artiste a fait émerger plusieurs bâtiments : au centre, une tour massive, quadrangulaire, dotée de contreforts à chacun de ses angles, correspond au donjon féodal ; à ses côtés, une construction, qui montre un toit à pans coupés d’où s’échappe une flèche, est vraisemblablement la chapelle du château (fig. 25).

Fig. 24 – Vue du château d’Étaples en 1611 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle

Fig. 24 – Vue du château d’Étaples en 1611 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle

Vue extraite du dessin de Joachim Duviert, réalisé en 1611 et conservé au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France, Réserve VX 23 Boite Fol2

Fig. 25 – Vue légèrement fantaisiste du château d’Étaples vers 1650 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle à l’intérieur de la courtine médiévale ; le cercle rouge montre l’emplacement de ce qui pourrait être une maison d’hôtes, près de l’ouvrage à cornes

Fig. 25 – Vue légèrement fantaisiste du château d’Étaples vers 1650 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle à l’intérieur de la courtine médiévale ; le cercle rouge montre l’emplacement de ce qui pourrait être une maison d’hôtes, près de l’ouvrage à cornes

Vue extraite du dessin, ici colorisé, de Johannes Peeters I, gravé au burin par Matthäus Merian, le Jeune vers 1650. Collection : Th. Byhet

  • 82 Souquet, 1855 : p. 30 et 1863 : p. 93, repris par Rosny, 1909 : p. 468, Baudelicque, 1993 : p. 96 e (...)
  • 83 Pour cet inventaire, voir Rosny, 1909 : p. 469-475, repris par Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault, 2 (...)

37Les deux dernières vues laissent supposer que le donjon était encore en élévation dans la première moitié du xviie siècle. Gustave Souquet date sa destruction de l’année 1641, date à laquelle il place également le démantèlement du château82. A-t-il pu, cependant, être détruit à une date antérieure ? Un inventaire réalisé au château en 165483 ne le mentionne pas et pourrait corroborer l’hypothèse de Souquet. Toutefois, il est à signaler que l’acte des travaux réalisés au château entre 1591 et 1593 [T13], et sur lequel nous reviendrons ci-après, ne le cite pas non plus et peut laisser entendre, également, une disparition antérieure au xviie siècle. Le donjon, devenu inutile, a-t-il été arasé ou partiellement démantelé lors des grands travaux de modernisation de la forteresse de 1545 à 1547 pour laisser place à d’autres constructions plus conformes à la guerre de siège, casernes ou greniers d’approvisionnement ? Il est légitime de se poser la question. Mais en l’absence des vestiges et sans l’appui des textes, celle-ci ne peut trouver de réponse satisfaisante.

3.2.3. Le logis du gouverneur et les casernes

  • 84 Les mentions de « résidence au château » sont assez rares pour les signaler : voir Rodière, 1891-18 (...)
  • 85 Voir note 83.

38À l’exemple du donjon, il est difficile de dater la construction du logis du gouverneur et des casernes. Plusieurs textes mentionnent – parfois de manière implicite – leur existence dès la fin du xvie siècle. Les mentions de résidence au château attestent de l’existence de logis dans lesquels vivent les gouverneurs et leurs familles : en mars 1590, dans un acte des notaires montreuillois Courtrect et Benault, le gouverneur d’Étaples, Charles Dixson, et son capitaine, Hannibal de La Rue, sont désignés comme « estant dans le chasteau d’Estappes » ; en octobre 1593, dans une minute des notaires de Montreuil, le gouverneur Charles des Essars de Hamelet et son épouse, Jeanne de Joigny, sont déclarés « résidentz aud[ict] chasteau d’Estaples » ; enfin, en mars 1594, un acte des notaires montreuillois Bélart et Poullet mentionne que le gouverneur « faict [du château d’Étaples] son ordinaire résidence »84. Un inventaire effectué au château en 1654, que nous venons d’évoquer85, décrit le logis du gouverneur et le décor de chacune des pièces qui le composent : ce logis disposait d’au moins un étage et d’une cave. Des casernes sont construites entre 1591 et 1593, comme en atteste l’acte décrivant les travaux au château ordonnés par le gouverneur de Louvigny : ce document mentionne l’existence « d’anciens corps-de-logis » et la construction de « quinze chambres (…) pour loger les soldats et quavalliers » [T13].

  • 86 Voir Byhet, 2016a : p. 89 et 91, fig. 54 (lettres E et H), et Byhet, 2017a : p. 114 et 116, fig. 72 (...)
  • 87 Voir Byhet, 2016a : p. 91, fig. 55 (lettres A et D), et Byhet, 2017a : p. 116-117, fig. 73 et 74 (l (...)
  • 88 Les plan et coupe de ce mur ont été réalisés par Abraham Fournier et reportés sur le dessin des tra (...)

39Vues et plans du château offrent également des informations sur ces bâtiments. Les vues du château d’Étaples par Joachim Duviert (1611) et Johannes Peeters (vers 1650) montrent plusieurs constructions occupant la cour intérieure du château qu’il n’est cependant pas possible d’identifier (fig. 24 et 25). Les plans et profils du château d’Étaples établis au début du xviiie siècle offrent des renseignements plus précis sur la localisation de ces édifices (fig. 9 et 26). Le Plan de la ville et château d’Étappe86, réalisé en 1717, dispose d’une légende qui indique la position de « l’ancien logement du commandant, ou l’on voit encore quelques restes de murs », dans la partie est de la cour, et des « anciennes cazernes dont il ne reste que les fondations », dans la partie ouest, près de l’entrée du château, à l’emplacement du donjon. De même, le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors87, non daté, mais probablement réalisé au début du xviiie siècle, désigne aux mêmes emplacements « la maison du commandant » et les « corps de garde et cazernes ». Sur ce dernier plan, les deux bâtiments affectent la forme d’un étroit rectangle mesurant, pour l’un, 17 toises de long (33 m environ) et, pour l’autre, 11 toises (21,5 m environ). Les terrassements opérés au château en 1847-1848 n’ont mis au jour aucun vestige de ces constructions, hormis une portion de mur, dégagée sur une longueur de 15 m et faisant retour d’angle, qui constituait peut-être la façade méridionale des casernes (fig. 27) : ce mur en briques rouges était rythmé de trois piliers en grès, reposant sur des fondations en briques également, et était percé d’une porte en plein cintre, placée entre le premier et le deuxième pilier88. En l’absence de textes les nommant explicitement, il est difficile de porter au crédit des grands travaux de modernisation de 1545-1547 l’aménagement d’un logis du gouverneur et de casernes. L’hypothèse est cependant loin d’être incongrue, tant ces travaux ont remodelé l’aspect de vieille forteresse médiévale. Plusieurs phases d’aménagement et plusieurs états de ces constructions sont à envisager : les textes déjà cités laissent entendre une grande fragilité des aménagements et leur nécessaire et incessante restauration.

Fig. 26 – Croquis montrant l’emplacement du donjon, des casernes, du logis du gouverneur et du grenier à grains à l’intérieur du château d’Étaples

Fig. 26 – Croquis montrant l’emplacement du donjon, des casernes, du logis du gouverneur et du grenier à grains à l’intérieur du château d’Étaples

DAO : Th. Byhet, 2018

Fig. 27 – Vestiges d’un mur de façade découvert lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848

Fig. 27 – Vestiges d’un mur de façade découvert lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848

D’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais, 6FIC/805 et 806

3.2.4. Le grenier à grains

  • 89 Souquet, 1855 : p. 4.
  • 90 La description donnée par Gustave Souquet et le plan qu’il dessine, puis fait imprimer, de la struc (...)

40Lors des premiers travaux de terrassement du château, en 1847-1848, les ouvriers employés au chantier découvrent « une construction souterraine » dans la partie sud-est de la haute-cour. Dans son Histoire et description du château d’Étaples, Gustave Souquet en donne une description laconique : « [cette construction souterraine] renferme des cellules demi-circulaires disposées des deux côtés d’une allée centrale (…) L’allée et les cellules [sont] vides »89. Le chef de chantier, Abraham Fournier, en fournit un plan que l’érudit étaplois publie dans son opuscule, avec quelques différences cependant (fig. 3). Cette construction suscite d’emblée l’interrogation chez Gustave Souquet qui n’en saisit ni la fonction, ni la chronologie. Il l’identifie comme « une cachette souterraine » et l’attribue aux Romains qui, selon lui, ont aménagé le fortin qui a précédé le château : « On voit que cette disposition, si fréquente au moyen-âge, était déjà en usage chez les Romains. Ces espèces de cachettes pouvaient être murées en temps de guerre, après y avoir déposé des objets précieux ». Ne s’étant vraisemblablement pas rendu sur place pour visiter cette construction, il ne s’attarde pas sur les vestiges90.

41Cependant, un ensemble de documents (plans, coupes, rapports, devis estimatifs) conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, et dont nous avons déjà cité quelques exemples, aurait pu orienter l’érudit étaplois vers une meilleure compréhension de cette construction, s’il en avait eu la connaissance. Ainsi, le Plan du château d’Estaples et de ses dehors (non daté) montre la position exacte de la structure, sous le logis du gouverneur, et son plan général (fig. 26) : celle-ci était constituée de deux couloirs voûtés formant angle droit, le premier, d’orientation nord-sud, prenait place directement sous le logis ; le second, d’orientation est-ouest, s’étendait le long de la courtine sud du château, probablement sous la terrée ; un long escalier, auquel on accédait depuis la cour intérieure du château, permettait d’atteindre les deux couloirs souterrains. La construction est nommée dans deux légendes explicatives : le Plan du château d’Estapes (1703) la désigne comme un « corps de bâtiment sous lequel sont les souterrains ou poires » (lettre A) ; le Plan du château d’Estaples et de ses dehors (non daté) lui attribue les noms de « cave » et « magazin » (lettres B et C).

  • 91 Ce détail est fourni par Gustave Souquet (Souquet, 1855 : p. 4).

42Surtout, un relevé architectural – les Plans et profils des souterrains du château d'Etaples, réalisés en 1703 par l’ingénieur Lefebvre – fournit représentations en plan et en coupe et dimensions précises de la construction (fig. 28). L’escalier d’accès était situé dans l’axe de la porte d’entrée du château : il avait une longueur de 14,5 m environ (7 toises, 3 pieds) et une inclinaison de 40° ; il comptait une cinquantaine de marches ; son plafond était constitué d’une voûte en berceau qui prenait appui sur deux murs d’une épaisseur d’1 m (3 pieds) ; cet escalier permettait d’accéder aux niveaux de circulation des couloirs situés à 10 m en dessous du niveau de la cour. Il s’achevait par une sorte de vestibule de plan carré : cette petite pièce, voûtée d’arêtes, mesurait 1,20 m de côté (4 pieds) et 2,25 m de hauteur (1 toise, 1 pied). Le vestibule débouchait sur le couloir nord-sud. Les deux couloirs portent, sur le plan, le nom de « caveaux » : ils constituaient le premier niveau de l’élévation et étaient recouverts d’une voûte en berceau reposant sur deux larges murs d’1,50 m d’épaisseur (5 pieds) ; ils étaient hauts de 2,55 m (1 toise, 3 pieds), larges de 3,20 m (1 toise, 4 pieds) et mesuraient, pour le segment nord-sud, 11,70 m de long (6 toises) et, pour le segment est-ouest, 19,50 m de long (10 toises) ; ils étaient pavés de carreaux d’argile cuite (de 0,17 m de côté et 0,04 m d’épaisseur) recouvert d’un émail de couleur verte91. Le niveau suivant, l’étage médian de l’élévation, était constitué de six cuves cylindriques, désignées par l’ingénieur sous les termes de « magazins ou poires », cette dernière dénomination provenant de la forme même des cuves qui rappelle celle du fruit : d’une hauteur maximale de 7,80 m (4 toises) et d’un diamètre de 4 m environ (2 toises), chaque cuve était espacée l’une de l’autre d’environ 0,60 m (soit 2 pieds) ; elles étaient percées à chacune de leurs extrémités par une ouverture formant col vers le haut, d’une largeur de 0,60 m (2 pieds), et par une sorte de conduit vers le bas, d’une largeur moitié moindre, soit 0,30 m (1 pied) : ce conduit mettait en relation cuve et couloir. Les deux niveaux inférieur et médian cumulaient une hauteur totale de 11,20 m (5 toises, 5 pieds). Ils étaient coiffés d’un troisième et dernier niveau, l’étage supérieur, qui n’était pas souterrain, mais formait un espace plan accessible depuis la cour du château et que l’ingénieur nomme le « bâtiment sous lequel sont les dits magazins » : ce niveau était divisé en 6 cellules ou compartiments rectangulaires de 4,80 m (2 toises, 3 pieds) sur 4 m (2 toises), séparées par des cloisons larges de 0,45 m (1,5 pied) ; certaines cloisons semblaient permettre le passage de l’une à l’autre cellule ; dans chacune des pièces, s’ouvrait au sol le col des cuves de l’étage médian.

Fig. 28 – Coupe verticale du grenier à grains du château d’Étaples au début du xviiie siècle

Fig. 28 – Coupe verticale du grenier à grains du château d’Étaples au début du xviiie siècle

DAO : Th. Byhet, 2018

  • 92 Le rayon d’une cuve est de 2 m environ (1 toise), sa hauteur est de 7,80 m (4 toises). La formule d (...)

43La fonction de cette construction, pour laquelle la nature des matériaux employés n’est jamais citée (briques ?), nous est livrée par Charles (de) Robelin, directeur des fortifications de Picardie et d'Artois du côté de la mer, ayant résidence à Saint-Omer au xviiie siècle. L’ingénieur du Roi, chargé de l’élaboration de mémoires sur l’état des places fortes dont il a la juridiction, réalise, au début de ce siècle, deux rapports sur le château d’Étaples. Dans le premier de ces rapports, écrit en 1705, il cite : « les six poires qu’on y trouve avec leurs souterains pour la conservation des grains, qui sont en bon estat, a la reserve d’une » [T22]. Dans le second, rédigé en 1717, il mentionne les « cinq [sic] poires à usage de conserver les grains de provision, au dessus desquelles etoit l’ancien logement du commandant, où l’on voit encore quelques restes de mur, les poires en état de servir moyennant quelques petites reparations » [T23-E]. Les poires, c’est-à-dire les cuves du niveau médian, étaient destinées au stockage des grains. Ceux-ci étaient déversés dans les cuves à travers les différents cols percés dans le sol des compartiments ou cellules du niveau supérieur, comme l’atteste cette précision de l’ingénieur Robelin, dans son rapport de 1717, précision qui complète la description du paragraphe précédent : le « col par où l’on met le grain dans les poires [est couvert] d’une pierre avec 5 à 6 pieds de terre au dessus », soit une épaisseur d’1,50 à 1,80 m. Ce système de fermeture devait empêcher la corruption des grains depuis les parties hautes. Ce même rapport indique que le conduit inférieur, situé à l’autre extrémité de la cuve, était nommé « écluse » : cette trappe « s’ouvrait et se fermait pour retenir et retirer les grains ». Il était donc possible de les récupérer depuis le niveau bas de la construction, celui des couloirs, en actionnant l’écluse des cuves. Les grains étaient ensuite acheminés à la surface à l’aide de l’escalier. On peut désormais attribuer à cette structure la fonction de « grenier » et tenter de quantifier la capacité de stockage : chaque cuve ayant un volume de 98 m3, les six cuves cumulaient donc une capacité totale de 588 m3 ou 588 000 litres92.

  • 93 Pour le grenier d’Amboise, voir la belle étude de Raymond Mauny parue, en 1980, dans le bulletin de (...)
  • 94 Le grenier à grains d’Ardres n’a pas encore fait l’objet d’une publication particulière et le mérit (...)
  • 95 Les halles supportaient également plusieurs niveaux de logements pour une trentaine de gradés et le (...)

44Le grenier à grains du château d’Étaples constituait, avant sa destruction, un exemple remarquable d’architecture utilitaire. Cet ensemble, encore méconnu, demeure exceptionnel dans l’architecture militaire moderne. Deux autre villes possèdent encore des greniers identiques : il s’agit des villes d’Amboise (Indre-et-Loire) et d’Ardres (Pas-de-Calais). Le grenier à grains d’Amboise est situé immédiatement à l’est du château : il a été creusé dans le tuffeau, à l’extrémité d’un plateau s’achevant par une falaise, le long de la Loire93. On lui a donné le nom de « grenier de César » au xviiie siècle et cette dénomination, bien qu’incongrue, est encore usitée de nos jours. Il a fait l’objet de dessins et de plans par Pierre de Beaumesnil en 1784 (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes). Desservi par un escalier (129 marches, 22 m de dénivellation), il comporte quatre niveaux superposés, à savoir de bas en haut (fig. 29) : un couloir rectiligne appelé « grande cave » (longueur : 90 m ; largueur : de 4 à 6 m ; hauteur : de 3,50 à 4,50 m) ; une grande salle (longueur : 46 m ; largueur : 6 m ; hauteur : 4 m) à l’extrémité de laquelle un étroit couloir donne accès à quatre silos ; une seconde salle aux dimensions identiques, mais qui s’achève quelques mètres avant les silos ; enfin, une troisième salle plus longue que les précédentes (longueur : 70  m ; largeur : 6 m), mais d’une construction de moindre qualité. Les cols circulaires d’entrée des silos sont percés dans le sol du niveau le plus haut, tandis que les trappes de sortie, formant un cône évasé, traversent le plafond du niveau le plus bas ; ces silos, creusés dans la roche et de forme cylindrique (hauteur : entre 6 et 6,20 m ; diamètre : 4 m), sont constitués d’une triple paroi – briques plates maçonnées à la chaux grasse, sable fin et mortier de tuileau – qui isolait le contenant de la cuve de l’humidité du roc. Le grenier à grains d’Ardres est aussi connu sous le nom de « magazin aux poires » ou sous celui de « magazin à bled »94. Il avait été construit à l’est de la ville, en dedans des remparts, entre les bastions de Condette et du Mont Éventé. Il subsiste encore aujourd’hui partiellement, sous l’esplanade du Maréchal Leclerc : redécouvert à plusieurs reprises (en 1820, pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1971 et en 1998) et classé au titre des monuments historiques, le 28 octobre 2003, il se visite lors des Journées du Patrimoine. À l’exemple du grenier du château d’Étaples, ce bâtiment a fait l’objet de plusieurs relevés en plan et en coupe entre le xviie et le xixe siècle (Service historique de la Défense, à Vincennes) (fig. 30). L’ingénieur Bernard Forest de Bélidor s’en est inspiré en 1737 pour élaborer son propre modèle de grenier à grains. De forme rectangulaire, il comprenait, comme à Étaples, trois niveaux : un niveau aérien – les halles95, de 20 m de large environ, où l’on entreposait le grain avant son transvasement vers le niveau inférieur immédiat – et deux niveaux souterrains – les silos et les espaces de service – ces derniers étant accessibles depuis l’extérieur par un escalier. Ces deux derniers niveaux, entièrement construits en briques, étaient divisés, l’un en trois rangées de trois cuves ou poires (hauteur : 7 m ; diamètre : 5,50 m), dans lesquelles étaient stockés les grains, l’autre en trois rangées de couloirs dans lesquels se déversait le contenant des cuves.

Fig. 29 – Coupes verticale et longitudinale du grenier à grains d’Amboise au début des années 80

Fig. 29 – Coupes verticale et longitudinale du grenier à grains d’Amboise au début des années 80

D’après Mauny, 1980 : p. 440

Fig. 30 – Plans et coupes du grenier à grains d’Ardres au début du xviiie siècle

Fig. 30 – Plans et coupes du grenier à grains d’Ardres au début du xviiie siècle

Service historique de la Défense, Vincennes

  • 96 Mauny, 1980 : p. 448-449.
  • 97 Mauny, 1980 : p. 456.
  • 98 Mauny, 1980 : p. 449.
  • 99 Pour ce plan, voir Byhet, 2016a : p. 83, fig. 47-48, et Byhet, 2017a : p. 108-109, fig. 65-66.
  • 100 Mauny, 1980 : p. 449.

45À l’exception du grenier d’Amboise, la date de construction des deux greniers d’Ardres et d’Étaples est difficile à appréhender. Le grenier d’Amboise n’est pas une construction romaine, comme pourrait l’indiquer l’étiquette « César », tardivement accolée : il a été aménagé en 1548 par Jehan Gastignon, apothicaire d’Élisabeth et Claude de France, filles aînées d’Henri II et de Catherine de Médicis96. Le grenier d’Ardres est, de toute évidence, antérieur au xviie siècle : plusieurs rapports d’inspection des fortifications ardrésiennes semblent témoigner d’une longue désaffection de ce bâtiment au cours de ce siècle (vente des blés en 1649, mauvais état des combles en 1692 et effondrement de trois voûtes en 1698), d’une dégradation au xviiie siècle (effondrement de trois autres voûtes en 1712) et, enfin, d’un abandon au début du xixe siècle (en 1820, après l’effondrement des trois dernières voûtes). Sa construction remonte vraisemblablement au xvie siècle, comme le supposait déjà le directeur général des fortifications, Michel Le Peletier de Souzy, lors de sa visite de la place forte d’Ardres, en 1698 : ce dernier faisait remonter la construction « du temps de Charles Quint »97. Elle peut aussi être placée sous les règnes de François Ier et Henri II, quand la ville devint française98. Le moindre indice chronologique fait cruellement défaut pour le grenier du château d’Étaples. Son édification au xvie siècle, peut-être lors des grands travaux de modernisation de la forteresse entre 1545 et 1547, est probable, mais difficile à prouver : le bâtiment semble présent sur le plan du château dessiné en 1634 (fig. 31) par l’ingénieur et géographe, Christophe Tassin99, ce qui fournirait le terminus ante quem le plus ancien de son édification. Il est, en tout état de cause, antérieur au xviiie siècle comme en témoignent les rapports de Charles (de) Robelin écrits en 1705 et 1717 : ces rapports mentionnent le bon état général du grenier que seules quelques petites réparations pourraient facilement remettre en état de fonctionnement [T22 et T23-E]. Les points de comparaison entre les greniers amboisiens, ardrésiens et étaplois sont tels qu’il est légitime de les placer tous au même siècle et de penser qu’un seul et même ingénieur ait été le responsable de ces trois constructions. On a tenté, sans réellement le prouver, d’attribuer à Dominique de Cortone, présent à Amboise en 1518 et à Ardres en 1531, la paternité des greniers amboisiens et ardrésiens100. Mais il est possible également qu’un émule se soit fortement inspiré de l’une ou l’autre construction, vue in situ ou connue de lui par des plans, pour la reproduire ailleurs.

Fig. 31 – Plan légèrement fantaisiste du château d’Étaples en 1634

Fig. 31 – Plan légèrement fantaisiste du château d’Étaples en 1634

Dessin, ici colorisé, de Christophe Tassin, gravé au burin vers 1634. Collection : J. Ramet

3.3. Les travaux du gouverneur Charles Dixson en 1584

  • 101 La date exacte de la prise de gouvernance de Pierre de Sourhouette du Halde n’est pas connue : dans (...)
  • 102 Charles Dixson (parfois orthographié Delson, Decson, Dexson, Dixon ou Dexon), seigneur de Cour(r)y (...)
  • 103 Lefebvre, 1855 : p. 152 et 160.
  • 104 Voir Scotté de Vélinghen, Recueil sur le Boulonnais, Archives départementales du Pas-de-Calais, M (...)
  • 105 À l’exemple de cet extrait des comptes des argentiers de Montreuil pour les années 1583-1584 : « À (...)
  • 106 Vers 1580, Hannibal (parfois orthographié Hanibal, Hanybal, An(n)ibal) de La Rue, seigneur de Berna (...)

46En 1580, le gouvernement des ville et château d’Étaples est octroyé à Pierre de Sourhouette du Halde, chevalier, seigneur et baron d'Avrilly, seigneur châtelain de Beauche, « couchant ordinairement en la chambre du Roi »101. Il a pour second Charles Dixson102, écuyer, seigneur de Courry, « lieutenant au gouvernement des villes et chasteau d’Estaples »103 qui supplée à la charge du gouverneur quand celui-ci est absent et que son service l’appelle à la Cour104. Cette suppléance semble prendre un caractère permanent vers 1583, à tel point que Charles Dixson se voit attribuer le titre de « gouverneur d’Estaples » dans plusieurs documents officiels105. Il a pour capitaine Hannibal de La Rue, sieur de Bernapré106. C’est donc probablement sous la « gouvernance » officieuse de Dixson que sont organisés, pendant l’année 1584, à une époque pacifiée, mais pour peu de temps encore, des travaux de réfection du château qui s’était fortement dégradé depuis la grande période de modernisation des années 1545-1547. Ceux-ci nous sont connus par un acte préliminaire à l’adjudication des travaux, daté du 15 juillet 1584, que Gustave Souquet a transcrit, en partie, dans son Histoire et description du château d’Étaples [T8]. Un acte de cautionnement, daté du 4 août de cette même année, et publié pour la première fois ci-après, complète les informations délivrées par l’érudit étaplois [T9]. Ces deux documents témoignent non seulement des diverses clauses d’adjudication d’un marché, mais aussi de la conduite d’un chantier dans le Boulonnais au xvie siècle.

47Le préliminaire établit la liste des travaux à effectuer. Il décrit uniquement des ouvrages de maçonnerie. Les diverses parties à restaurer ne sont identifiées que par des périphrases locatives : la tour ou le mur « sur la basse-cour », « du costé du moulin », « sur les champs », « du costé des champs ». L’on constate ainsi que les tours du château ne portaient pas de nom. L’une d’entre elles est particulièrement dégradée : « la tour respondant sur la basse-cour et faisant le coin [du château] du côté du moulin », c’est-à-dire située à l’angle nord-ouest de la forteresse. La maçonnerie de cette tour doit être refaite sur une hauteur de soixante-dix pieds (soit environ 23 m) et sur une largeur de quarante pieds (soit environ 13 m). Le maçon doit impérativement utiliser du grès pour les revêtements extérieurs. Pour améliorer la cohésion de la maçonnerie, des pierres boutisses, en grès également, sont utilisées : longues de trois à quatre pieds (de 1 à 1,30 m environ), elles sont placées tous les six pieds (2 m environ). Cette méthode de construction doit être utilisée pour toutes les parties à restaurer. Une seconde tour menace sérieusement de s’écrouler dans le fossé : « la tour respondant sur les champs », sur le flanc septentrional du château. La brèche qu’elle présente est si importante (sept toises, soit environ 13,50 m) que la voûte est près de s’effondrer. De même, la porte d’accès à cette tour est entièrement à refaire, avec les mêmes matériaux et méthode de construction. Deux pans de la muraille se sont déjà affaissés : chacun sur une hauteur de quarante pieds (soit 13 m environ), l’un sur une largeur de seize pieds (5,20 m environ), l’autre de huit pieds (2,60 m environ). Enfin, à l’intérieur du château, sur le flanc septentrional, « du costé des champs », la courtine qui longe le chemin de ronde –  nommé « allée » ici – doit être reconstruite sur une longueur de cinquante pieds (soit 16 m environ) et sur une hauteur de sept pieds (soit 2,30 m environ). Bien que les dimensions ici exposées ne concernent que brèches et lézardes des maçonneries endommagées, elles permettent d’évaluer – a minima – les hauteurs des tours et courtines du château.

  • 107 Antoine (ou Anthoine) Chinot, écuyer, seigneur du Val, conseiller du roi, lieutenant-général civil (...)
  • 108 Ansel (ou Anselme) de Wismes (parfois orthographié Wymes) est également mentionné en 1588 (Lhomel, (...)
  • 109 Il manque probablement un acte intermédiaire : celui du 26 juillet 1584 ? Gustave Souquet donne des (...)
  • 110 Sur Jean (ou Jehan) Dieu, voir Rodière, 1908 : p. 21, 23, 80 et 105-106.
  • 111 Pierre du Hamel est également cité dans l’acte de vente, entre 1588 et 1596, de la maison et du jar (...)

48Le préliminaire indique, en outre, que l’adjudicataire des travaux est tenu d’employer les pierres qu’il trouvera sur place, dans les gravats, et d’apporter avec lui sable, échafaudages, treuils et cordes. Pour que le marché lui soit acquis, il doit également se prévaloir d’une caution certifiée. Enfin, le versement de son salaire s’effectuera par quarts : un quart de sa rétribution lui sera remis le jour de l’adjudication, un deuxième lorsque le chantier aura commencé, un troisième quand il sera parvenu à la moitié des travaux et, enfin, le dernier quand le chantier sera achevé, inspecté et déclaré conforme aux attentes. L’adjudication se tient le 26 juillet 1584 au « lieu judiciel » de la Sénéchaussée de Boulogne, devant Antoine Chinot107, lieutenant-général de la Sénéchaussée, et en présence des avocats et procureur du Roi : c’est un maître maçon montreuillois, Ansel de Wismes108, qui emporte le marché pour un montant de trois cent trente-trois écus et un tiers d’écu, en consentant à un rabais de sept sous109. Le 3 août suivant, il se rend à nouveau à la Sénéchaussée devant le procureur du Roi, accompagné de Jean Dieu110, marchand, échevin et bourgeois de Boulogne, qui se porte caution du maçon montreuillois. L’échevin boulonnais est assisté de Pierre du Hamel111, maître maçon et bourgeois, habitant la basse ville de Boulogne, et de Robert du Hamel, également maître maçon habitant Montreuil, qui certifient, tous deux, que Jean Dieu est solvable.

  • 112 De la fin des guerres franco-anglaises au début des guerres civiles, la ville d’Étaples a connu une (...)
  • 113 Sur ces élections, voir Lefebvre, 1855 : p. 149-165. Le 10 août, Claude de Louvigny et François de (...)
  • 114 Lefebvre, 1855 : p. 152 et 161. Dixson n’est pas présent dans la liste des signataires du cahier de (...)
  • 115 Sur la tenue de nouvelles élections à Étaples et les lettres patentes du roi Henri III les organisa (...)
  • 116 La chronologie des événement entre septembre 1588 et janvier 1590 est confuse et difficile à établi (...)
  • 117 Thou, 1734a : p. 323. Nous ne disposons, à ce jour, d’aucun document qui nous renseigne sur cette g (...)
  • 118 Rappelons qu’en 1588, Pierre de Sourhouette du Halde est en encore qualifié de « capitaine et gouve (...)
  • 119 Le château appartenait à Jacqueline du Tertre, veuve de Charles-François de Wavrans, écuyer, seigne (...)
  • 120 Pour la mention de la cession de la gouvernance des ville et château d’Étaples à Hannibal de La Rue (...)

49Nous ne savons évidemment pas si les travaux ont été conduits jusqu’à leur terme, et s’ils l’ont été correctement. Ils interviennent 4 ans avant que la ville d’Étaples ne bascule dans les troubles des guerres civiles. De la reprise de Boulogne, en mars 1550, par Henri II, à la première tentative de prise de cette ville par les troupes de la Ligue en mars 1587, la ville d’Étaples avait été relativement conservée à l’écart des désordres qui secouaient le nord de la France112. Mais, en 1588, la tenue, à Boulogne, dans la grande salle du couvent des Cordeliers, par deux fois, les 10 et 20 août, de l’élection des députés des Trois États du Boulonnais aux États généraux de Blois, prévus le 15 septembre, plonge de nouveau Étaples au cœur des conflits. Ces élections, organisées par Antoine d’Estrées, gouverneur de Picardie et sénéchal du Boulonnais, et présidées par Roger du Bernet, gouverneur de Boulogne, tous deux fidèles au roi Henri III, isolent un certain nombre de Ligueurs ou d’indécis113. Charles Dixson, « lieutenant au gouvernement des ville et chasteau d’Estaples », se trouve cependant présent aux élections du 10 août et constitue l’un des représentants de l’état de la noblesse ; à l’inverse, maïeur et échevins de la ville d’Étaples ne semblent y avoir participé : la présence du premier traduit probablement son soutien, tandis que l’absence des seconds révèle peut-être leur hostilité. Le 20 août, cette fois, Charles Dixson est absent, mais donne procuration114. Contestant les résultat de ces élections, à laquelle ils n’ont pu se rendre en toute liberté, les Ligueurs obtiennent du roi leur annulation : Étaples – peut-être choisie en raison de sa neutralité – est désignée comme siège d’un nouveau suffrage115. À la fin du mois d’août ou au début du mois suivant, la ville se voit donc investie par les partisans de la Ligue qui y forment assemblée afin d’élire leurs propres députés. À partir de cette date, il est difficile de savoir dans quel camp autorités militaires et civiles ont basculé, tant la ville d’Étaples semble ballotée entre les deux factions, royaliste et ligueuse, et ce, pour de courtes périodes116. Durant cette période d’alternance, on ne sait véritablement à quel gouverneur furent confiés les ville et château d’Étaples. L’historien Jacques-Auguste de Thou cite le royaliste Bertrand de Patras de Campaigno comme gouverneur d’Étaples en mai 1588 : à la tête de 300 hommes envoyés depuis Calais, il réussit à briser le siège de Boulogne conduit par le duc d’Aumale117. En réalité, deux documents semblent prouver, d’une part, la continuité de la charge de Dixson jusqu’en octobre 1590 et, d’autre part, l’adhésion du gouverneur, ainsi que celle de son capitaine Hannibal de La Rue, à la Ligue118. Le premier document est un acte notarié qui mentionne Charles Dixson et Hannibal de La Rue « cappitaine du chasteau d’Estappes, estant dans le chasteau d’Estappes » : cet acte, signé à Montreuil, ville ligueuse, le 8 mars 1590, entérine la confiscation d’un bien royaliste – le château du Fayel, à Lefaux, près d’Étaples – et son bail à métairie à Guillemette d’Avault, veuve de Rault Ladmirand119. Le second document est l’acte de cession, le 8 octobre 1590, par Charles Dixson de la gouvernance des ville et château d’Étaples à son capitaine, Hannibal de La Rue120. Ce dernier occupera la charge pour cinq mois seulement, jusqu’au siège du mois de février 1591. La succession des évènements et – peut-être – des gouverneurs, de septembre 1588 à février 1591, explique probablement l’absence de travaux au château durant ces longs mois d’incertitude.

3.4. Les travaux du gouverneur Claude de Louvigny entre 1591 et 1593

  • 121 Pour ce manuscrit, voir la notice bibliographique du texte T10 dans le corpus.
  • 122 Sur ce personnage, voir Pierre-Nicolas Grenier, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Picardi (...)
  • 123 On notera également la mention du « très large et profond fossé rempli d'eau ».
  • 124 Rodière, 1900 : p. 9, n. 2 et 1933 : p. 237-238.
  • 125 Rodière, 1900 : p. 153. L’abbé Lefebvre (1855 : p. 196, n. 1) donne une explication aux dates fauti (...)
  • 126 Contrat de mariage « de Anthoine Lespine, sergeant d’une compaignie de gens de pied soubz Messieurs (...)
  • 127 On le retrouve à Montreuil, en 1592, comme « capitaine de cent hommes de pieds tenant garnison aud[ (...)
  • 128 On ne connaît pratiquement rien de ce personnage. Dans son esquisse historique Les huguenots et la (...)
  • 129 Lefebvre, 1855 : p. 198, Souquet, 1863 : p. 80, Rosny, 1871 : p. 495, Haigneré, Vaillant, Rodière, (...)
  • 130 Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 954.
  • 131 Haigneré, 1850 : p. 9-10 et Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 111 et 954.

50En janvier 1591, le gouverneur royaliste de Boulogne, Raymond Roger du Bernet, tente de reprendre l’avantage contre les Ligueurs dans le Boulonnais, en menant une expédition contre le château d’Étaples. On ne connaît rien des dommages occasionnés au château lors du siège mené par ce gouverneur dans les derniers jours de janvier 1591. Le Journal historique du siège de Boulogne par la Ligue, dont une copie tardive est conservée à la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer121, relate brièvement l’évènement et ne mentionne que le coup de force de Jean Caloin122, Étaplois royaliste au service du gouverneur, qui réussit à briser la chaîne du premier pont-levis de la forteresse123 [T10]. La mort impromptue de leur chef met rapidement en déroute les assiégeants qui se replient sur Boulogne : le siège a avorté. Quelques semaines plus tard, le duc d’Épernon (fig. 32) reprend la place sans coup férir : les Ligueurs, persuadés que le duc souhaitait âprement se venger de la mort du gouverneur, abandonnent rapidement le château. Il appartient à l’historien montreuillois Roger Rodière d’avoir démontré que la reprise de la ville et du château par les troupes royalistes du duc d’Épernon doit être placée non en janvier 1591, comme le laisse supposer l’inscription fautive de l’église de Verton [T11], mais au mois de février de cette même année124. En effet, cette inscription donne la date du dimanche 6 janvier pour le siège mené par le duc d’Épernon. Or, le gouverneur du Bernet perd la vie le jeudi 31 janvier125 [T10]. De plus, la ville est encore aux mains des Ligueurs en février, comme l’indique le contrat de mariage du sergent Anthoine Lespine126 : Wallaquin Desclave, témoin du marié, y est désigné comme « homme de guerre soubz la charge du s[ieu]r de Bernapré, capitaine et gouverneur du chasteau d’Estaples ». En réalité, le siège est de peu antérieur à la fin du mois de février, comme en témoigne une lettre de Charles Ier de Lorraine et que Roger Rodière semble avoir ignorée [T12] : en chemin vers Montreuil, le duc d'Aumale apprend, le lundi 25 février, la reddition, toute récente, de la forteresse étaploise ; le lendemain, il en avertit les édiles abbevillois, blâme le capitaine de la place, qu’il juge inexpérimenté, et estime la reprise du château impossible à cet instant et pour de longs jours encore. À cette date, Hannibal de La Rue, sieur de Bernapré, a remplacé Charles Dixson au poste de gouverneur : c’est donc à ce capitaine que vont les remontrances de Charles Ier de Lorraine. La charge du gouverneur et ligueur prend donc fin à la reprise de la ville127. C’est un proche du duc d’Épernon, le capitaine Joseph du Castel128, écuyer, seigneur de La Serre, qui est nommé, au mois de mars, « commandant pour le Roy aux ville et chasteau d'Estapples » en récompense de ses nombreux actes de bravoure : il dispose de trente arquebusiers pour sa garde ordinaire et de cent hommes de pieds pour tenir garnison129 [T10]. Cependant, il ne devait pas profiter longtemps de cette charge. Son testament le décrit, à la date du 15 juin 1591, comme « estant en ceste ville de Boullongne, au lict malade »130. Il décède le 20 septembre 1591 et il est inhumé devant la chapelle de la Vierge, dans l’église Notre-Dame de Boulogne131. Son bref gouvernement ne lui permit probablement pas l’organisation de travaux de restauration du château.

Fig. 32 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d’Épernon

Fig. 32 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d’Épernon

Extrait de la gravure de Thomas de Leu, publiée en 1642. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Reserve QB-201 (35)-Fol

  • 132 Fils de François de Louvigny et de Françoise d’Anvin de Hardenthun, Claude de Louvigny est seigneur (...)
  • 133 La chronologie des travaux ne peut être cernée de manière précise. Les comptes de Claude Louvigny n (...)
  • 134 Cette déperdition montre le caractère volatile des troupes qui, inactives et non rétribuées, passai (...)
  • 135 Il faut noter la raison de l’aménagement de cette « maison d’hostes » : celle-ci a été établie au c (...)
  • 136 Sur la composition du bray gras et son utilisation, particulièrement dans le calfatage, voir Fennis (...)
  • 137 On ne sait où était situé cet entrepôt dans la ville : s’élevait-il à proximité du port ou à proxim (...)

51Aussi, quand Claude de Louvigny132, sieur d’Estréelles, investit Étaples le 7 octobre 1591, à la suite de sa nomination en tant que gouverneur de la ville et du château, il trouve une forteresse en piteux état et une garnison démobilisée : les travaux de réfection que le nouveau commandant initie à ses propres frais pendant toute la durée de sa charge133 sont connus par un compte que Gustave Souquet a transcrit dans son Histoire et description du château d’Étaples [T13]. L’ensemble des décisions prises et des travaux conduits par Claude de Louvigny traduit les préoccupations d’un gouverneur soucieux de mettre en état de siège la forteresse dont il a la charge dans un contexte de tensions permanentes. La place forte est faiblement pourvue en hommes et en chevaux : sur les cent hommes de pieds accordés par le duc d’Épernon au capitaine La Serre, il n’en subsiste plus que vingt-et-un, les uns ayant rejoint la Ligue, les autres s’étant rendus à Boulogne ; de même, il ne reste que trois chevau-légers sur les trente que comptait précédemment le château134 ; aussi, engage-t-il très rapidement le paiement des troupes restantes et fait-il venir auprès de lui une quarantaine de chevau-légers. Les travaux à engager sont d’une autre envergure : le château est sous-équipé et dépourvu de logements et présente une capacité de défense amoindrie. Afin d’abriter les chevaux et de loger les hôtes de passage, une grange et une maison sont démontées dans le bourg, puis remontées et accommodées dans la forteresse : cette « hostellerie » est placée dans la « basse-cour » du château, c’est-à-dire sur le terre-plein de l’ouvrage à cornes135 (fig. 25). Quinze chambres sont construites et meublées pour loger soldats et cavaliers. Tous les anciens corps de logis sont ragréés : les toits sont réparés, de nouvelles serrures sont ajoutées aux portes, des châssis, fenêtres et vitres sont posés et les cheminées sont remises en état. Les portes et les deux ponts-levis du château sont réparés. Autour de la forteresse, les fossés, qui étaient comblés de terre, sont vidés : vingt-quatre ouvriers travaillent pendant quarante-et-un jours au décomblement. Leur nettoyage achevé, ils sont éclairés, la nuit, à l’aide de torches imbibées de « bray gras », ce liquide visqueux et inflammable à base de matière résineuse, de goudron et de suif136. Enfin, dans la ville même d’Étaples, le « magazin » (entrepôt)137, vidé après le siège de Rue en novembre 1591, est regarni de vin, de blé, de sel, de morues séchées, de charbon de terre, de mèches, d’outils, etc.

  • 138 Sur la construction des moineaux dans l’architecture militaire française des xve-xviie siècles, voi (...)
  • 139 Voir Byhet, 2016a : p. 91, fig. 55 (lettre O) et 56, et Byhet, 2017a : p. 116-117, fig. 73, 74 (let (...)
  • 140 Pour les références de ce plan, dont il existe plusieurs exemplaires conservés au Département des c (...)
  • 141 Pour ce plan, conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, voir Byhet, 2016a : p. 86- (...)
  • 142 Les deux murs extérieurs du moineau mesuraient neuf toises (17,55 m) pour le mur nord-est et dix to (...)
  • 143 Et non en bois, comme l’a supposé Alain Salamagne (Salamagne, 1992 : p. 254).
  • 144 Pour ce plan, conservé Aux Archives départementales du Pas-de-Calais, voir Byhet, 2016a : p. 100-10 (...)

52Mais la principale innovation consiste en l’aménagement d’un moineau, ce réduit défensif dont la construction se multiplia partout en France de la fin du xve siècle au début du xviie siècle138. Le gouverneur de Louvigny le fait placer « au bout [du] fossé, du côté de la mer, pour flanquer deux des costés desdits fossés » : la formule « du côté de la mer » désigne non pas la Manche située à 2 km à l’ouest du château, mais le fleuve Canche qui baigne directement, au sud, les murs de la forteresse, lors des grandes marées. En effet, la grande campagne de modernisation du château en 1545-1547 n’avait particulièrement pas soigné le flanc méridional de la place forte : en dépit de la construction d’un mur défensif (cf. supra), il demeurait le plus vulnérable et le plus accessible en cas de coups de main des assaillants, les flancs nord-est et ouest étant protégés, en direction de la campagne, par l’ouvrage tenaillé, et, en direction de la ville, par l’ouvrage à cornes. Les plans du château d’Étaples réalisés au xviiie siècle montre ce réduit situé à la jonction centrale des portions méridionale et orientale du fossé (fig. 9) : son emplacement permettait une surveillance efficace des tentatives d’intrusion de ce côté de la place. Le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors139, levé au début du xviiie siècle, et le Plan d’Etaple140 des frères Nicolas et Jean Magin, établi en 1716, le figurent comme un simple espace triangulaire, sans plus de détails : le premier de ces plans le nomme petit réduit dans sa légende. Le Plan du château d’Estapes141, daté de 1702, est plus précis. Le moineau adoptait un plan polygonal et venait s’accrocher à l’extrémité orientale du mur défensif déjà mentionné (fig. 33). Il était constitué de deux parties : un vestibule d’accès (n° 1) et une chambre de tir (n° 2). Le vestibule ressemblait à un espace biscornu dont l’accès, à l’ouest, était protégé, au nord, par un mur formant un angle obtus, long de 9,75 m (5 toises). On accédait du vestibule à la chambre de tir par une porte large de 2 m (1 toise), percée entre deux murs longs de 5,85 m (3 toises). La chambre de tir présentait la forme d’un triangle dont la base était constituée par les deux murs internes du vestibule. Les deux murs intérieurs de cette chambre mesuraient chacun 13,65 m (7 toises)142. L’espace intérieur avait une superficie de 93 m2 environ. Les deux faces principales de ce triangle étaient percées chacune de quatre canonnières (dont la largeur était comprise entre une ½ et 7/10e de toise, soit entre 1 m et 1,50 m). Les comptes du gouverneur permettent de compléter la description architecturale du moineau. Le réduit était une construction entièrement maçonnée143, dont les moellons étaient liés à la chaux. Les canonnières avaient été taillées dans des blocs de grès par un artisan spécialisé. La chambre de tir disposait d’un plancher de chêne. En dehors d’une charpente, il n’est rien dit de la toiture, mais le moineau semble avoir été recouvert de terre. Deux ouvriers aidés de deux bêtes ont charrié les matériaux (pierres, moellons, chaux, sable) pendant trente-cinq jours, tandis que quatre maçons et huit manouvriers ont œuvré pendant une quarantaine de jours à l’édification du petit ouvrage fortifié. L’ensemble a coûté un peu plus de 300 livres. Ce moineau n’apparaît plus sur les plans du château levés au xixe siècle, à l’exemple du Plan Triplet144, exécuté en 1810 : probablement avait-il déjà disparu lors d’une rectification antérieure de la route de Montreuil (actuelle route d’Hilbert), dont le tracé n’a cessé d’empiéter, jusqu’à la destruction du château, sur celui du fossé en grande partie comblé. À Metz, le moineau, construit dans le premier tiers du xvie siècle, près de la porte des Allemands, et que l’on connaît également sous le nom de « caponnière Desch », peut servir d’illustration au moineau disparu du château d’Étaples (fig. 34).

Fig. 33 – Plan du moineau (1591-1593) du château d’Étaples, au début du xviiie siècle

Fig. 33 – Plan du moineau (1591-1593) du château d’Étaples, au début du xviiie siècle

DAO : Th. Byhet, 2018

Fig. 34 – Vue de la caponnière Desch (1527), à Metz

Fig. 34 – Vue de la caponnière Desch (1527), à Metz

Cliché : J. Trapp – Historia Metensis

3.5. Les travaux du gouverneur Henri-Charles de Goustimesnil en 1597

  • 145 Roger Rodière pense qu’il décède en 1593 (Rodière, 1906 : p. 69 et 1933 : p. 244).
  • 146 Fils de Guillaume de Rocquigny et de Madeleine de Milleville, Robert de Rocquigny, chevalier, seign (...)
  • 147 Haigneré, 1868 : n° 9, p. 366 et Duhomme, 1918 : p. 75-76.
  • 148 Roger Rodière identifie cette place avec Étaples (Rodière, 1891-1892 : p. 265, 1900 : p. 22 et 1902 (...)
  • 149 Un autre document mentionne la mort de Pontus de l’Argilla au siège d’Étaples, celui qui accorde un (...)
  • 150 Comme l’ont noté les chroniqueurs contemporains, à l’exemple de Jacques-Auguste de Thou : « Capizuc (...)
  • 151 Si l’on s’en tient à l’inscription manuscrite qui se trouve à l’arrière du folio et qui mentionne u (...)

53On ne sait quand prend fin exactement la charge du gouverneur de Louvigny145, ni quand commence celle de son successeur : le protestant Robert de Rocquigny146, écuyer, seigneur de Palcheul et autres lieux, à qui le roi Henri IV confie la gouvernance des « place et chasteau d’Estappes » dans des lettres patentes datées du 25 mai 1593 [T15]. Toutefois, il est probable que le gouverneur de Rocquigny commandait déjà la place au mois de mai 1593 : les lettres patentes venaient entériner de manière officielle une nomination décidée antérieurement à cette date. En effet, dans d’autres lettres patentes, datées du 23 novembre 1594, Robert de Rocquigny se plaint au roi Henri IV d’avoir été non seulement « grandement blessé et laissé pour mort sur la place », mais aussi constitué prisonnier, désarmé et soumis à rançon par un chef ligueur : Jean de Sénicourt, écuyer, seigneur de Saisseval147. Le nom de la place n’est pas citée, mais l’on suppose fortement qu’il s’agit d’Étaples148, car nous savons que le 22 mai 1593, ville et château subissent à nouveau le siège des Ligueurs : en témoigne l’inscription funéraire, conservée dans l’église Saint-Jacques de Tournai, du capitaine Pontus de l’Argilla, écuyer, lieutenant-colonel du comte de Varax, baron de Balanchon, qui « fut tué d’un coup d’artillerie au siège d’Estables, en France, pour le service de sa majesté catholique, l’an 1593, le 22 may »149 [T14]. En réalité, le siège dura plusieurs jours150. Il fut mené par le gouverneur de la ville de Montreuil, citadelle ligueuse la plus proche d’Étaples, vers le sud : Jacques des Essars de Maigneux qui n’avait accepté le retour du bourg de la Canche aux mains des Royalistes. Le gouverneur montreuillois reçut l’appui d’une coalition de troupes étrangères que Philippe II, roi d’Espagne, envoya au secours de la Ligue et qui rassemblait soldats espagnols, allemands, wallons et italiens commandés par plusieurs chefs : le général allemand Charles de Mansfeld (fig. 35), le coronel espagnol don Juan Manrique de Lara, le lieutenant-colonel wallon Pontus de l’Argilla et le capitaine d'infanterie italienne Camillo Capizucchi (fig. 36). Les assauts furent plus virulents que ceux des sièges de janvier et février 1591 : Pontus de l’Argilla y perdit la vie et Robert de Rocquigny y fut grièvement blessé, presque laissé pour mort. Un bref compte rendu des évènements, conservé aux Archives nationales de Londres et qu’il faut peut-être attribuer au gouverneur de Boulogne, Michel de Patras, seigneur de Campaigno151, atteste de la violence du combat en insistant sur les six à sept cents coups tirés sur la forteresse par les huit canons des assiégeants [T16]. Ce même document stipule qu’à l’issue du siège, la garnison étaploise a pu sortir du château sans craindre pour sa vie. Néanmoins, certains soldats furent soumis à rançon, à l’exemple de Pierre Pennier qui, en juin 1593, « refugié à cause des guerres civilles en [la] ville de Monstrœul », peinait encore à racheter le prix de sa captivité [T17].

Fig. 35 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Charles de Mansfeld

Fig. 35 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Charles de Mansfeld

Extrait de la gravure d’Abraham Hogenberg, XVIIe siècle. Collection particulière

Fig. 36 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, de Camillo Capizucchi

Fig. 36 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, de Camillo Capizucchi

Gravure n. d., Österreichische Nationalbibliothek

  • 152 Charles des Essars avait épousé Jeanne (ou Jehanne) Blondel de Joigny en 1591 : le couple donne nai (...)
  • 153 Adrien de Bigant (ou Adrien Bigant) est le fils de François Bigant, gouverneur des villes et châtea (...)
  • 154 Voir l’acte de cession de la lieutenance d’Adrien (de) Bigant à François de Saveuse, daté du 11 nov (...)
  • 155 Blanchard, 1715 : col. 1253 : Edit portant reglement pour la reduction des habitants des villes de (...)
  • 156 Sur l’acte de nomination de Charles des Essars au gouvernement de Montreuil, voir Rodière, 1900 : p (...)
  • 157 En 1598, Henri d’Araynes, autrefois lieutenant au gouvernement de la ville et château d’Étaples, ét (...)
  • 158 Sur la nomination de Louis (ou Loys) de Saveuse, voir Rodière, 1900 : p. 166 (également p. 169) et (...)
  • 159 Bénard, 1900 : p. 43 (voir également p. 45). Fils de Mathieu de Goustimesnil et de Jacqueline Marte (...)
  • 160 En novembre 1596, Henri-Charles de Goustimesnil vit encore en son domaine de Bois-Rozé, en Normandi (...)

54La charge du gouverneur de Rocquigny prend fin dès la prise de la ville et du château. Les Ligueurs verrouillent à nouveau le passage de la Canche en tenant Étaples et Montreuil. Le gouverneur de Montreuil, Jacques des Essars, nomme aussitôt son frère Charles des Essars, chevalier, seigneur de Hamelet, « gouverneur de la ville et chasteau d’Estaples » (fig. 37) : dès le mois de juin, celui-ci réside au château avec son épouse Jeanne Blondel de Joigny152. Il choisit Adrien (de) Bigant, écuyer, sieur de Grocourt et de Wambez, comme « lieutenant desdictes ville et chasteau d’Estaples »153, mais celui-ci est remplacé, dès novembre 1593, par François de Saveuse, sieur de Hubersent et Frencq et « lieutenant de cinquante hommes d’armes »154. L’année suivante voit la fin de la guerre dans le Boulonnais et le Montreuillois : après l’abjuration et l’entrée d’Henri IV dans Paris, en mars 1594, les Ligueurs font acte d’allégeance et sont confirmés dans leurs charges, tandis que les habitants des villes d’Étaples et de Montreuil sont déchargés de leur prise d’armes contre le roi155. À la fin de l’année 1594, à la mort de son frère, Charles des Essars devient « gouverneur des ville et citadelle de Monstrœul » sur ordre du roi Henri IV et quitte au mois de décembre le gouvernement d’Étaples156. Le 1er janvier 1595, la charge revient à Louis de Saveuse, chevalier, seigneur de Bougainville et « capitaine d’une compagnie de cincquante chevaulx », qui nomme l’un de ses proches à la lieutenance du gouvernement : Henri d’Araynes157. Louis de Saveuse occupe peut-être cette charge jusqu’en 1597, puis démissionne158. En cette fin de siècle, un dernier gouverneur lui succède : Henri-Charles de Goustimesnil, sieur de Bois-Rozé, désigné « bailly, capitaine et gouverneur des chasteau et bailliage d’Estaples »159 (fig. 38). La date de la gouvernance de Bois-Rozé est difficile à cerner : les lettres royales qui le nomment dans sa charge sont datées du 13 septembre 1597, mais il semble déjà en place en mars de cette année, comme nous allons nous en rendre compte ci-après160.

Fig. 37 – Pierre tombale de Charles des Essars, gouverneur d’Étaples (1593-1594), puis de Montreuil (1594-1617)

Fig. 37 – Pierre tombale de Charles des Essars, gouverneur d’Étaples (1593-1594), puis de Montreuil (1594-1617)

D’après Rodière, 1900 : p. 30

Fig. 38 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, d’Henri-Charles de Goustimesnil, sieur de Bois-Rozé, gouverneur d’Étaples

Fig. 38 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, d’Henri-Charles de Goustimesnil, sieur de Bois-Rozé, gouverneur d’Étaples

Dans : Revue de Rouen et de la Normandie, 1842-1, p. 189

55La pacification du Boulonnais n’entame pas la volonté d’Henri IV de pourvoir au bon entretien des places de la province. Ainsi, à l’entame du mois de mars 1597, ordonne-t-il aux trésoriers de Picardie d’affecter les droits perçus sur les pots et tonneaux de vin et de bière dans le bourg d’Étaples au château qui « a grand besoin d’estre promptement reparé pour empescher que nos ennemis n’y entrepreignent au prejudice de nostre service » [T18]. Les deniers levés devront être « emploiez par les ordonnances du sieur Boisrozay, commandant pour nostre service en ladicte place [d’Étaples], aux réparations et fortifications dudict chasteau d’Estapes ». À l’exemple du gouverneur de Louvigny, lors de son installation au château en 1591, le sieur de Bois-Rozé est rapidement saisi de l’état alarmant dans lequel se trouve la forteresse dont il vient d’obtenir la charge : le siège de février 1593 a été particulièrement rude pour les vieux murs du château et le renouvellement rapide des gouverneurs (quatre sur quatre années) semble avoir été un frein à la conduite de nouveaux et coûteux travaux. En 1593, la différence réside dans le fait que le nouveau gouverneur ne souhaite pas – ou ne peut pas – investir ses propres deniers dans les réparations nécessaires. La nature des travaux, que les ordonnances de Bois-Rozé devaient préciser, ou leur réalisation effective ne sont pas connues : dans le cas où ils ont été réellement conduits, ils constituent la dernière phase de consolidation du château au xvie siècle.

4. Conclusion

56La modernisation du château d’Étaples au cours du xvie siècle s’est opérée selon des modalités diverses : toujours dans la précipitation, rarement dans la concertation. Au début de ce siècle, Étaples, bien que port fréquenté de la Manche, reste à l’écart des grandes campagnes de fortification menées par François Ier : la ville n’a pas l’importance stratégique que revêtent les deux grandes cités voisines, Boulogne et Montreuil. Le vieux château, qui verrouille l’accès de la ville à l’est, et dont l’existence avait efficacement répondu aux préoccupations militaires et stratégiques des comtes de Boulogne et des ducs de Bourgogne, n’est plus adapté aux exigences de la guerre moderne. La prise de Boulogne par les Anglais en 1544 et leurs prétentions territoriales jusqu’aux rives de la Canche changent la donne. Étaples devient ville-frontière et doit être fortifiée afin qu’elle ne bascule dans le giron ennemi. Les grands travaux de l’année 1546 modifie fortement l’aspect architectural et défensif du château : doté dorénavant de deux ouvrages avancés, il devient citadelle inexpugnable. Toutefois, ces travaux affectent davantage une dimension symbolique : les traités de paix établis entre les deux couronnes en 1546 et 1550 éloignent définitivement Étaples du péril anglais et la forteresse ne subit aucun siège durant cette période. Les guerres civiles qui déchirent le Boulonnais dans les dernières décennies du xvie siècle placent à nouveau Étaples au centre d’enjeux antagonistes, ceux des partis huguenot et catholique. Convoité et conquis, le château pâtit des nombreux assauts lancés contre ses vieux murs. Le renouvellement incessant des gouverneurs et capitaines qui en ont la charge ne permet pas d’apporter en temps voulu les réparations nécessaires à son entretien et aux dégâts provoqués par l’artillerie : rares sont les périodes d’accalmie qui favorisent l’émergence de plans de restauration et d’amélioration conçus et réalisés, à l’exemple de celui mené par le gouverneur Claude de Louvigny, entre 1591 et 1593. Au début du siècle suivant, le rôle stratégique de la forteresse décroit et ses ouvrages défensifs ne sont plus guère éprouvés.

5. Corpus des textes

57T1 – Cession à Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, de la terre sur laquelle s’élève le château d’Étaples en 1172 (Charte de Mathieu d’Alsace, copie du cartulaire de Saint-Josse, xiiie siècle)

Ego Matheus, Boloniensis comes, notum facio omnibus tam presentibus quam futuris quod, pro commutatione terre in qua castellum de Staples sedet, et pro remedio anime mee et predecessorum meorum, dedi et concessi Deo et sancto Judoco et abbati et fratribus ibidem servientibus x milia alletiorum singulis annis in perpetuum persolvenda apud Boloniam, si fuerint, vel apud Calais, si Bolonie defuerint. Ipse vero abbas et ecclesia sancti Judoci ipsam terram in qua castellum, ut dictum est, sedet, cum adjacenti eidem castello terra, que juris est sancti Judoci, mihi concesserunt. Et ut hec commutatio in perpetuum firma et rata habeatur, sigilli nostri impressione communiri feci. Actum est hoc anno incarnati Verbi M°.C°.LXX°.II°, apud sanctum Judocum in ecclesia, coram fratribus et coram sociis et multis militibus meis, super altare sancti Judoci in perpetuum [in] elemosina. Concessum et recognitum et confirmatum apud Devene, coram baronibus meis et multis militibus meis, scilicet Pharamo de Tingri, Balduino de Caio, Elia de Dudeavilla, Clarboldo de Tienbrunne, Widone de Belebrunna, Balduino de Cosleberc, Widone d'Ailoz, R[adulfo] de Lens, Philippo Furdin et multis aliis militibus et vavasoribus.

-----------------------------

Trad. : Moi, Mathieu d'Alsace, comte de Boulogne, je fais savoir à tous présents et à venir, qu'en échange de la terre sur laquelle s'élève le château d'Étaples, et pour le salut de mon âme et celle de mes ancêtres, j'ai donné et concédé à Dieu et à saint Josse, et aux Abbé et Frères qui les servent en cette abbaye, dix mille harengs qui devront leur être payés chaque année à perpétuité, à Boulogne, s'il y en a, ou à Calais, s'il en manque à Boulogne. De leur côté, l'Abbé et l'église de Saint-Josse m'ont abandonné ce même terrain sur lequel, comme il est dit, s'élève le château avec la terre joignant ledit château et qui est de la juridiction de Saint-Josse. Et, afin que cet échange demeure à perpétuité ferme et irrévocable, je l'ai fait revêtir de l'autorité de mon sceau. Fait en l'an de l'Incarnation du Verbe, 1172. Cette concession a été faite à Saint-Josse, en perpétuelle aumône, dans l’église et sur l’autel de saint Josse, en présence des frères et d’un grand nombre de mes compagnons et de mes chevaliers, puis reconnue et confirmée à Desvres, en présence de mes barons et de plusieurs chevaliers, savoir Pharamond de Tingry, Beaudouin de Cayeux, Élie de Doudeauville, Clarembauld [Clarembaud] de Thiembronne, Guy de Bellebrune, Beaudouin de Colembert, Guy Dailor [Guy d’Ailoz], Beaudouin de Lens [Rodolphe de Lens], Philippe de Fordinne [Philippe Fordin] et plusieurs autres chevaliers et vassaux.

-----------------------------

Notice bibliographique : Le texte présenté ici est issu de la copie, avec variantes et corrections, du chanoine Daniel Haigneré publiée pour la première fois en 1882 (Haigneré, 1882 : n° 6, p. 421-422). Plusieurs copies sont connues. Au xviie siècle, Étienne Baluze en a produit deux dans un manuscrit consacré à diverses chartes et conservé à la Bibliothèque nationale de France, sous la cote : Baluze 40 (f° 265 et 266r°). Une copie se trouve dans un manuscrit de Scotté de Velinghen, père ou fils, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais (sous la cote MS47), aux folios 190v°–191r°. Une copie manuscrite réalisée au xviiie siècle est consultable aux Archives nationales de France, dans le Trésor des chartes (titre du manuscrit : Copie de chartes ecclésiastiques) et sous forme de microfilm, à la cote : MIC/K//187/2 (n° 66). Dom Pierre Nicolas Grenier en fournit également une copie, ainsi que sa traduction, dans un manuscrit consacré à diverses localités de Picardie, parmi lesquelles se trouve Étaples : ce manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France, à la cote : Picardie 17, folio 122. Le chanoine Haigneré (Haigneré, 1882 : p. 422) mentionne deux autres copies, présentant des variantes, qui se trouvent dans le Cartulaire de l’abbaye de Saint-Josse, manuscrit du xiiie siècle, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 8H/1, aux folios 4v°, n° 18, et 20r°, n° 99 (consultable sous forme de microfilm). Au moins trois autres copies manuscrites du cartulaire de Saint-Josse existent aux Archives départementales du Pas-de-Calais, la première réalisée en 1657 par l’abbé de Saint-Josse, Étienne Moreau (consultable sous forme de microfilm à la cote 8H/2 : charte p. 102), la deuxième au xviiie ou xixe siècle et issue de la collection Henneguier et Delhomel (consultable sous la cote 7J/110) et la troisième par Roger Rodière dans l’une de ses copies intégrales du cartulaire (consultable sous la cote 12J1/169 : charte n° 10, p. 40-41). Des copies sont également conservées à la Bibliothèque nationale de France (manuscrit latin 11926 : charte n° 20, p. 19-20) et aux Archives de l’État en Belgique (Archives ecclésiastiques, manuscrit 17084 : charte f° 1v°). La traduction française du texte est celle d’Edmond Dupont (1827-1886), archiviste-paléographe aux Archives nationales, reproduite dans Souquet, 1855 : p. 6-7, 1860a : p. 28-29 et 1863 : p. 41-42, dans Baudelicque, 1993 : p. 81 et 97, et légèrement amendée ici dans les signatures testimoniales. Dom Pierre Nicolas Grenier a aussi traduit cette charte (Bibliothèque nationale de France : Picardie 17, folio 123).

58T2 – Pillage et incendie d’Étaples en 1544 et travaux de fortification de la ville ordonnés en 1545 par François Ier (Denis Sauvage, Annales et croniques de France, 1549)

  • 161 Jean Gédouin, seigneur de Tais, voir notes 38 et 42.
  • 162 Remettre en état (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Racoustrage »).
  • 163 Approfondir (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Aparfondir »).

Au moys de Fevrier dudict an mil v.c.xlv., le Roy [François Ier] envoya le Seigneur de Thays161 en ladicte ville d’Estaples en Boulo[n]noys (laquelle l’année p[re]cedente avoit esté bruslée, & du tout ruynée p[ar] lesdictz Anglois) pour icelle fortifier, & aussi racoustrer162 & aparfondir163 le havre d’icelle ville, de sorte qu’une partie de ses galleres y peussent estre logées en toute saison, & en feit Capitaine & Gouverneur ledict Seigneur de Thays.

-----------------------------

Notice bibliographique : L’historien Denis Sauvage, continuateur des Annales et chroniques de Nicole Gilles, mentionne en 1549, en quasi contemporain, les faits énoncés ci-dessus (Gilles, Sauvage, 1549 : feuillet 142 v°). François de Belleforest, continuateurs des deux précédents, les publie à nouveau dans ses Grandes annales en 1579, en modernisant le texte (Belleforest, 1579 : p. 1533 v°).

59T3 – Prise de la ville d’Étaples par les troupes anglaises en 1545 (Jean Hendricq, Recueil historique, xviie siècle)

L’an 1545, le roi d’Angleterre [Henri VIII], avec une grande armée, descendit de rechef en France, et prit Etaples, puis vint mettre le siège devant Ardres et Thérouanne qu’il ne put prendre, et fallut se retirer.

-----------------------------

Notice bibliographique : Dans son Histoire de Thérouanne, publiée en 1832, Hector Piers attribue à Jean Hendricq, historien audomarois du XVIIe siècle, cette citation, sans précisions toutefois (Piers, 1832 : p. 421).

60T4 – Transport d’éléments d’artillerie à Étaples en mars 1546 (contrat entre Loys Berthrand, Jean Le Cochoys et François Lallemant, acte notarié de Pierre I Leroy, 1er mars 1546)

Loys Berthrand, marchant demourant à Sens, commis par les esleuz pour le Roy nostre sire oudict lieu à la conduicte de quarante chevaulx roulliers et de traict depuis ledict lieu de Sens jusques à Estappes pour servir à la fortification que le Roy a ordonné y estre faicte, et Jehan Le Cochoys, marchant demourant à Dreux, aussi commis pour faire la conduicte de vingt chevaulx roulliers et de traict dudict lieu de Dreux audict Estappes, confessent avoir eu et receu de noble homme maistre Françoys Lallemant, sieur de Marmaignes, tresorier de l'extraordinaire de l'artillerie du Roy nostre sire, le somme de soixante escuz d'or soleil vallans à quarante cinq solz tournois piece six vingtz quinze livres tournois, pour par iceulx Berthrand et Le Cochoys faire la conduicte des chevaulx desdictz lieux de Sens et Dreux audict de la despens et nourriture desdictz soixante chevaulx pour six jours de ceste ville de Paris quy demourront à aller de ceste ville de Paris jusques audict lieu d'Estappes, quy est à raison de quarante cinq solz tournois pour chacun cheval pour lesdictz six jours, de laquelle somme de VIXX XV lt. lesdictz Berthrand et Le Cochoys se tiennent pour contens et bien payez et en ont quicté et quictent ledict sieur de Marmaigne ou son commis estant audict lieu par le commis du tresorier des reparations du pays de Picardie [en interligne : estant] audict Estappes, et là où ledict commis seroit de ce faire refusant, lesdictz Berthrand et Le Cochoys chacun envers soy en leurs propres et privez noms ont promis, seront tenuz, promectent et gaigent chacun pour le tout son regard en leurs propres et privez noms rendre et payer audict sieur de Marmaigne ou sondict commis ladicte so ou au porteur etc. ladicte somme de six vingtz quinze livres tournois incontinant ledict à la prochainne monstre quy se fera audict Estappes, Abbeville ou aultres lieux, promectans etc. obligeans comme pour les propres deniers et affaires etc. du Roy corps et biens chacun envers soy, renonceans etc. Fait et passé l'an mil cinq cens quarante cinq, le lundy premier jour de mars.

-----------------------------

Notice bibliographique : Ce document, conservé aux Archives nationales, sous la cote MC/ET/CXXII/27, est issu du fonds de minutes du notaire parisien Pierre I Leroy, en exercice de 1516 à 1548. La transcription a été réalisée par le paléographe Jean-François Viel.

61T5 – Fortification de la ville et du château d’Étaples en mai 1546 (Extrait d’une lettre d’Edward Seymour, comte d’Hertford, à Henri VIII, 9 mai 1546)

Jaques Granado, taken when Sir Ralph Ellerker was slain, brought yesternight from Estaples the intelligence enclosed. (…) When he was taken and brought to Estaples Mons. de Byes told him that the Almaynes in our camp had made a fray with the Englishmen. (…) At Estaples are 2,000 pioneers and 100 carts carrying wood to burn chalk which the Almaynes dig; and there are about 17 kilns for that purpose. A mount is made towards the water side as high as the chalk hill and is "a cavalleyer to all the town". On this side the mount they make a bulwark which, judging by the foundations, will be very great. Towards Montrell they "draw forth" a thick wall which shall go into the castle. One tower of the castle is pulled down and will be replaced by a mount. Before the castle, against a hill whereon stood a windmill, a great mount is made and a small piece of artillery already set there. Most of the pionners are occupied there in carrying earth and turf on the right hand of the said mount, which is from the castle about twice the length of your lordship’s tent. On Friday, 5 May, 800 pionners arrived. It is said that 9,000 men are coming. (…) At Estaples and Monteroll they make great provision of oats, saying that Coronell Vecherart brings 16 ensigns of Almayns (…) He says further that all the ditches about the town [i.e. Estaples] are already very deep, and the camp, Mons. de Teyse, the Almaynes, the Gascoygnes and all, lodged therein.

-----------------------------

  • 164 Sir Ralph Ellerker, soldat anglais, chevalier et député, tué en avril 1546, lors d’un combat à Boul (...)
  • 165 Oudard ou Oudart du Biez (1475-1553), Maréchal de France, lieutenant général en Picardie et gouvern (...)
  • 166 George von Reckroed (Ryckrode), chef de guerre allemand au service de la France (voir l’index dans (...)
  • 167 Jean Gédouin, seigneur de Tais : voir notes 38 et 42.

Trad. : Jacques Granado, pris lorsque Sir Ralph Ellerker164 a été tué [avril 1546], a rapporté hier soir d’Étaples la correspondance cachetée. (…) Quand il fut pris et ammené à Étaples, Monsieur du Biez165 lui raconta que les Almains se sont querellés dans notre camp avec les Anglais. (…) À Étaples, sont rassemblés 2 000 pionniers et 100 charrettes transportant du bois pour brûler la craie que les Almains ont extrait ; et il y a environ 17 fours dans ce but. Une butte a été créée du côté du fleuve, aussi haute que la colline de craie [falaise ?] et forme « un cavalier pour toute la ville ». De ce côté de la butte, ils vont bâtir un boulevard qui, à en juger par les fondations, sera imposant. Du côté de Montreuil, ils ont établi un puissant mur qui doit se diriger vers le château. L’une des tours du château a été abattue et sera remplacée par un autre support. Devant le château, contre une colline sur laquelle s’élevait un moulin, une importante butte est aménagée et une petite pièce d’artillerie y a déjà été installée. La plupart des pionniers sont occupés à transporter de la terre et du gazon à la droite de cette butte qui se trouve, depuis le château, à environ deux fois la longueur de la tente de votre seigneurie. Le vendredi 5 mai, 800 pionniers sont arrivés. On dit que 9 000 hommes sont en route. (...) À Étaples et Montreuil, on fait de grandes provisions d'avoine, en prévision des 16 enseignes d’Almains que le Coronell Vecherart166 doit y conduire (…) On dit, en outre, que tous les fossés autour de la ville (c.-à-d. Étaples) sont déjà très profonds, et les troupes, Monsieur de Tais167, les Almains, les Gascons et tous, s’y sont établis.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cet extrait est issu d’une lettre d’Edward Seymour, comte d’Hertford, au roi Henri VIII, écrite à Ambleteuse, le 9 mai 1546. Cette lettre a été publiée en 1908 par James Gairdner et Robert Henry Brodie dans le 21e volume des Letters and papers, foreign and domestic, of the reign of Henry VIII (Gairdner, Brodie, 1908 : n° 779, p. 387). La traduction a été assurée par Thomas Byhet.

  • 168 Voir note 50.

62T6 – Adjonction de boulevards au château d’Étaples en mai 1546 (Extrait d’une lettre du maire et des jurats168 de Rye à John Dudley, vicomte de Lisle, 12 mai 1546)

This day came before us the Dutchman whom your Lordship sent into France, and Mr. Porter, the post of Dover. The said Fleming or Dutchman was first at Stapulles, where two bulwarks are made by the old wall for succour of the galleys, one on the south-east and the other on the north-west, hard by the town. In each are two "curtolles" of brass and eight iron pieces.

-----------------------------

  • 169 Malgré nos recherches, nous n’avons pu trouver la signification de ce mot désignant une arme.

Trad. : Ce jour est venu au devant de nous le Hollandais que votre Excellence a envoyé en France, et Mr. Porter, le courrier de Douvres. Le dit Flamand ou Hollandais est d’abord allé à Étaples, où deux boulevards ont été construits près du vieux mur [du château d’Étaples] pour protéger les galères, l’un au sud-est, et l’autre au nord-ouest, non loin de la ville. À l’intérieur de chacun d’entre eux, se trouvent deux « curtolles »169 en cuivre et huit pièces de fer.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cet extrait est issu d’une lettre du maire et des jurats de Rye à John Dudley, vicomte de Lisle, écrite le 12 mai 1546, à Rye. Cette lettre a été publiée en 1908 par James Gairdner et Robert Henry Brodie dans le 21e volume des Letters and papers, foreign and domestic, of the reign of Henry VIII (Gairdner, Brodie, 1908 : n° 803, p. 400). La traduction a été assurée par Thomas Byhet.

63T7 – Fortification de la ville d’Étaples en 1547 (Jacques-Auguste de Thou, 1604)

Mais comme le Roy [Henri II] vit qu’il n’en pouvoit avoir autre raison, il alla à Monstreüil, & de là à Estaples, & à Hardelot, que le feu Roy son Pere [François Ier] avoit fait fortifier, mais il s’y trouva plusieurs défauts qu’il corrigea par l'advis des Capitaines qu’il avoit auprès de luy, & y fit faire encore de nouvelles fortifications.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cet extrait est issu de l’Histoire de Monsieur de Thou, transcription française de l’Historiae sui temporis de Jacques-Auguste de Thou par l’historiographe Pierre du Ryer, parue après la mort de ce dernier, en 1659 (Du Ryer, 1659 : p. 165).

64T8 – Travaux au château d’Étaples en 1584 (Préliminaire à l’adjudication des travaux, acte du 15 juillet 1584)

(…) L'ouvrage de massonnerie nécessaire à faire au Chasteau d'Estaples consiste à reffaire la maçonnerie de la tour respondant sur la basse-cour et faisant le coing de icelluy du costé du moulin, en hauteur de soixante et dix piedz, et de largeur quarante piedz, le tout revestir de pierres de gredz, et pour la liaison de ladite maçonnerie y mettre des boutz de pierres de gretz, et de six en six piedz, portans de chacun trois à quatre piedz de long ; Reffaire deulx aultres brèches de ladite muraille tombées portans chascune d'eulx quarante piedz de hault, l'une de seize piedz de largeur, et l'autre de huict piedz de pareille matière, revestemens et bouttiz que dessus. Plus une aultre brèche d'une des tours respondant sur les champs, contenant environ sept toises, qu'il est nécessaire refaire, et par faulte de quoy la voulte de pierre de ladite tour est en danger de tomber ; Reffaire aussi l'alée de la muraille dudit chasteau par dedens, icelluy du costé des champs, contenant en longueur cinquante piedz et sept de hault ; et reffaire l'huisserie, qui est le tour, de pareille matière, revestemens et bouttiz que dessus. [Pour la confection de ces ouvrages, l'entrepreneur-adjudicataire est, aux termes du même acte, tenu de s'aider] des matières qu'il trouvera sur le lieu, provenant des ruynes, et fournir touttes aultres matières, sable, hourdages, guindaiges, cordes et touttes aultres choses nécessaires pour ledit ouvrage. [L'adjudication se fera] au lieu judiciel de la sénéchaussée de Boullenois, à Boulogne, issue de la plaidoirie, le jeudy xxvje jour de juillet prochainement venant (…) touttes personnes y seront reçues à la charge de bailler par l'adjudicataire bonne et seure caution et deument certiffiée et auquel sera baillé ung quart de la somme par advance, l'aultre quart quand il aura commencé à besogner, l'aultre quart après la moitié de l'ouvrage faicte et le reste quand il sera bien et deument faict et parfaict et visité.

-----------------------------

Notice bibliographique : Ce texte a été publié pour la première fois et de manière incomplète par Gustave Souquet en 1855, dans son Histoire et description du château d’Étaples (Souquet, 1855 : p. 15-17). Il est issu du Registre du Roi de la Sénéchaussée du Boulonnais, dont plusieurs registres sont conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais. Malgré nos recherches, nous ne sommes pas parvenus à retrouver le document original.

65T9 – Travaux au château d’Étaples en 1584 (Actes de cautionnement, 4 août 1584)

Du IIIIe jour de aoust M VC IIIIXX IIII, par devant A. Chinot etc.

Ce jourdhuy, Ansel de Wymes, maistre maçon demeurant a Monstreul, en personne, suyvant le marché au rabaiz des ouvraiges de maçonnerye au chasteau dEstappes à luy adjugez, diceulx bien et deubment faire et parfaire selon quil est contenu audict marché, a presenté pour caution [la personne] de sire Jehan Dieu, marchant eschevin et bourgeois de Boullongne demeurant en ladicte ville, lequel en personne pour ladicte seureté s’est constitué pleige et caution pour ledict de Wymes, a quoy du consentement du procureur du Roy il a esté receu a la certiffication, de Pierre Du Hamel, maistre maçon et bourgeois de Boullongne demeurant a la basse ville, et Robert Du Hamel, aussy maistre maçon demeurant a Monstreul demeurant a la basse ville, quy ont certiffié ledict Jehan Dieu estre suffisant et solvable pour ladicte seureté, lesquelz Du Hamel aussy du consentement dudict procureur du Roy ont esté a ce receuz apres que ledict de Wymes en personne a promis desdommager lesdictz caution et certifficateurs de tous despens dommages et intherestz mesmes lesdictz Du Hamel de indempniser ledict Dieu.

[Ainsi signé :] marque dudict de Wysmes / marque dudict Robert Du Hamel / marque dudict Pierre Du Hamel / [signature :] Dieu
/ [signature illisible] / [signature :] N. Louet.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cet acte est issu du 4eRegistre du Roi de la Sénéchaussée du Boulonnais (1581-1588), conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 9B/4 : f° 143v°-144r°. La transcription a été réalisée par le paléographe Jean-François Viel.

66T10 – Siège d’Étaples en janvier 1591 (Extrait du Journal historique du siège de Boulogne par la Ligue, derniers tiers du xvie siècle, copies des xviiie et xixe siècles)

  • 170 Ancienne graphie de Desvres, au sud-est de Boulogne (arrondissement de Boulogne-sur-Mer, canton de (...)
  • 171 Joseph du Castel, écuyer, seigneur de La Serre (voir note 128).

Enfin le S[ieur] Du Bernet, qui, au moyen de toutes les confiscations que les deux Rois Henry III et IV lui avoient successivement accordé, avoit fait de longue main toutes les préparations pour aller assiéger la ville d'Estaples dont les ligueurs s'étoient emparé en 1588, partit au commencement du mois du janvier 1591 pour cette expédition qu'il regardoit devoir être d'autant plus glorieuse pour lui que cette ville servoit de retraitte à tous les bandis et aux plus zélés ligueurs de la province qui s'y retiroient à cause de la proximité de Montreüil qui étoit toute à leur dévotion. Il y mena avec lui le brave de Patras, Seigneur de Campaigno, qui avoit commandé autrefois dans cette place avec grand nombre [montre] de noblesse et quelques six cent hommes de troupes choisies. Il fit d'abord ses approches avec assez de patience de la part des assiégés qui furent bientôt contraints d'abbandonner la ville pour se retirer dans le château défendu seulement par un très large et profond fossé rempli d'eau. Le lendemain, il envoi les sommer de se rendre et avec promesses de leur accorder la vie, et tout ce qu'ils pourront emporter, à condition qu'ils passeront la Canche, et ne repasseront jamais. Mais au lieu de pretter l'oreille à une proposition si avantageuse pour des gens qui ne pouvoient faire là-dedans une longue résistance, il voit de ses propres yeux casser la tête à l’un de ses envoyés. Alors poussé d'une juste indignation, il range en battaille une partie de ses gens, détache l'autre vers l'endroit le plus faible et s'avance avec le reste vers la maîtresse porte pour tâcher de la forcer. Déjà il étoit sur le 1er pont-levis, dont Jean Caillouin*, l'un de ses envoyés, avoit rompu la chaîne en se retirant, et occupoit les siens à enfoncer cette porte, lorsqu'il recut dans la poitrine un coup de fusil tiré d'en haut, qui lui ottant la vie ne lui laissa la gloire d'avoir courageusement combattu jusqu'au dernier moment pour les intérêts de son prince. Ainsi mourut le jeudi, dernier jour de janvier 1591, Raimond Roger Du Bernet, S[ieur] de Lacroix en Boulonnais (la petite terre de Lacroix et au-dessus de Wimille), excellant homme de guerre, fidel serviteur du Roy s’il en fut jamais et le fléau de la ligue en Boulonnais. (…) De sorte que tout ce que purent faire les lieutenans du S[ieur] Du Bernet fut de ramener à Boulogne les débris de sa petite armée à la tête de laquelle le S[ieur] de Campaigno conduisoit sur un brancard le corps de ce chef qui fut inhumé dans l’église de Notre Dame où le chapitre voulut lui donner une place entre le chœur et la chapelle de St Nicolas et fit ériger à sa mémoire un espèce de mausolée sur une pierre de stinkal qui le représentoit avec ses armes au-dessus de l’ancienne sacristie. Sur la triste nouvelle de cette mort, le duc Espernon partit du camp du Roy qui assiégeoit Chartres et se rendit à Boulogne avec son beau-frère, Jacques de Goth, marquis de Roüillac, seigneur de Blanchefort et de Rochefort, grand sénéchal de Guÿenne, qui étoit capitaine de cinquante hommes d’armes et neveu de Du Bernet, afin de tâcher de dissiper par sa présence les intelligences que les ligueurs y brassoient ; et comme ils tenoient fermés presque tous les passages du Boulonnois ; il jugea à propos pour sa sureté de mener avec lui une escorte de cinq cent chevaux d’élite. Or il arriva que les révoltés qui avoient tenus bon dans le château d’Estaples, épouvantés de la diligence avec laquelle il s’avançoit, allèrent s’imaginer qu’il ne s’étoit mis en marche qu’afin de venger sur eux dans cette forteresse la perte du S[ieur] Du Bernet, son parent ; c’est pourquoi ne se voyant pas en état de soutenir sa présence en un poste où il lui était facile de les opprimer avec sa suite et toutes les forces du païs, ils abbandonnèrent ce château et la ville dont les troupes du feu gouverneur les avoient laissé les maîtres par la levée du siège, et se rassemblans par pelottons dans les lieux de leur dévotion, ils retirèrent sur leurs passages toutes les garnisons qu’ils y avoient : si bien que les villes de Boulogne, d’Estaples, de Désurene170, les chateaux d’Hardelot, de Longvilliers et les plus considérables places se virent heureusement délivrées de leur voisinage. À son arrivée, le duc d’Espernon (…) établit (…) pour gouverneur sous ses ordres dans les ville et château d’Estaples le cap[itai]ne La Serre171 avec trente arquebusiers pour sa garde ordinaire et cent hommes de pied pour la garnison de cette ville. (…) Il fixa des gages à tous les officiers des garnisons et assigna la paye aux soldats sur les revenus du Roy, les confiscations des biens des rebelles et les levées qu’il ordonna être faites par forme de prêt sur les paroisses de la province sans tirer à conséquence, ni préjudicier à ses privilèges, franchises et immunités attribuant par son règlement du 26 mars (…) trois cent vingt six [écus] un tier [de gages] à la garde du château d’Estaples (…).

* Jean Callouin, surnommé le fort ou le robuste, étoit d’Étaples où sa postérité subsiste encore. Il s’étoit rendu à Boulogne après que les Ligués se furent rendus maîtres de sa patrie et comme il parloit bien et qu’il avoit de l’esprit, le S[ieur] Dubernet qui l’avoit attaché à sa personne s’en servit utilement dans plusieurs négociations avec les Ligueurs du païs dont il porta plusieurs à rentrer dans le devoir. Comme il avoit remarqué depuis longtems un endroit faible dans la chaîne qui servoit à lever le premier pont du château d’Estaples, dès qu’il vit son compagnon tomber à son côté, il secoua avec tant de vigueur qu’il la rompit ; après quoi il prit la fuite au milieu des coups qu’on lui tiroit.

-----------------------------

Notice bibliographique : Trois copies du Journal historique du siège de Boulogne par la Ligue sont conservées à la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer (manuscrits 174A, 174B et 419) : elles sont issues d’une transcription attribuée à l’historien boulonnais Michel-François Dubuisson, après 1760, à partir du texte d’origine écrit au xvie siècle (peut-être par l’avocat boulonnais Sulpice Charlemagne ?). Sur Dubuisson et l’attribution à cet historien de la copie du Journal historique du Siège de Boulogne par la Ligue, voir Morand, 1859 : p. 268 et Rodière, 1900 : p. 4, n. 3. L’extrait présenté ici est issu du manuscrit 174B : f° 65-68 et 86-87. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet et Jean-François Viel.

67T11 – Siège d’Étaples en février 1591 (Inscription de l’église de Verton, 1591)

Dimenche / Estaple siéga / le vj de janvier / mil vc iiiixx et onze / est passé le / duc d’Éppe[r]non / pour mémo[i]re

-----------------------------

Notice bibliographique : Sur le mur extérieur est de la chapelle du croisillon sud de l’église de Verton était tracée, en cursive gothique, cette inscription commémorant le siège et la prise de la ville d’Étaples en 1591. Albéric de Calonne se contente de la mentionner dans son dictionnaire en 1875 (Calonne, 1875 : p. 409). Roger Rodière la publie brièvement une première fois en 1891-1892 (Rodière, 1891-1892 : p. 219, n. 1), une deuxième fois, en 1902, dans le quatrième volume de L’épigraphie du Pas-de-Calais publié par la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais (Rodière, 1902 : p. 237), et, enfin, une troisième fois, en 1933, dans le volume consacré au pays de Montreuil de La Picardie historique et monumentale (Rodière, 1933 : p. 426-427). Jean-Marc Gonsseaume la publie à nouveau en 1968 dans son article consacré aux graffitis de la région de Berck (Gonsseaume, 1968 : n. p.). Au début du xxe siècle, l’inscription était presque illisible. En 1968, elle était à peine visible.

68T12 – Reddition de la ville d’Étaples le 25 février 1591 (Lettre de Charles de Lorraine, duc d’Aumale, aux mayeur et échevins d’Abbeville, 26 février 1591)

Messieurs,

À peine étais-je à my chemin de vostre ville [Abbeville], pour venir en ce lieu hier au soir, que je reçeu les nouvelles de la reddition d’Estappes faicte aussy mal à propos qu’il se pœult dire, et, par le peu d’espérience de celluy qui y commandait, navons seullement perdu ceste place, qui importe au bien et au salut du pays ; mais une très-belle occasion de faire un exploit infaillible et aultant adventageux à nos affaires que le moyen de la recouvrer sera difficile et de longue durée. Je verray avant que mesloigner s’il se pourra faire quelque chose sur la retraite de lennemy ou de lempescher à tout moins dentreprendre nouveau desseing à notre desavantage, et de tout ce qui se présentera je vous feray part, Messieurs, je prie Dieu sur ce, vous donner bien heureux et longs jours.
De Montreuil, le XXVIe jour de fébvrier 1591,
Votre bien affectionné amy,
Charles de Lorraine

-----------------------------

Notice bibliographique : L’historien Albéric de Calonne publie cette lettre, issue des Archives municipales d’Abbeville, au chapitre « Étaples » du Dictionnaire historique et archéologique du département du Pas-de-Calais : Arrondissement de Montreuil, publié en 1875 par la Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais (Calonne, 1875 : p. 95).

69T13 – Travaux au château d’Étaples en 1591-1593 (Inventaire du château d'Étaples par Claude de Louvigny, seigneur d'Estréelles, non daté)

  • 172 Réparer (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Racoustrage »).
  • 173 En Picardie, panier à deux anses dont se servent les maçons (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Mande »)
  • 174 Voir note 133.
  • 175 Godefroy (1880-1902 : s. v. « Brai ») donne pour ce mot le sens de « boue, fange », mais il s’agit (...)
  • 176 Fallot pour falot, c’est-à-dire une torche (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Falot »).
  • 177 Forme de houe à deux fourchons ou avec un fer de pioche (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Houete »).
  • 178 Groupe d’ouvriers ?
  • 179 Paye du soldat.
  • 180 Antoine Le Fèvre ou Lefebvre, seigneur de Moyenneville (Somme) et de Guibermesnil (Somme), présiden (...)
  • 181 Christophe de Lannoy de La Boissière, gouverneur de Corbie (Somme), puis gouverneur d’Amiens de 159 (...)
  • 182 Louis Picot, seigneur de Santeny (Val-de-Marne) et d'Amboile (actuelle Ormesson-sur-Marne, Val-de-M (...)

Le sieur d'Estreelles entra dans le Chasteau d'Estappes pour y commander pour le service du Roy le septiesme jour d'octobre quinze cent quatre-vingt-onze, où il trouva vingt-un soldats restants de dix-huit dont sept étoient allés, les uns à Boullogne, les aultres à la ligue, au lieu de cent hommes de pied, qui étoient païés par réglement de M. D'Espernon et trente chevau-légers dont il ne se trouva que trois pour tout dans ledit Chasteau.
Et trouva le sieur d'Estreelles le Chasteau, tant dehors que dedans, en si mauvais équipage, tant de logement que de fortiffications, comme il se peut aisément prouver par les habitants du bourg et païsants d'allentours, qui y habitoient ordinainairement.
Et a été constraint ledit sieur d'Estreelles d'y faire accommoder les choses plus nécessaires tant en dedans et dehors dudit Chasteau pour le rendre logeable et en deffense, qu'il lui a convenu emprunter beaucoup sur son bien et de tous ses camps et espérances, que le Roy auroit pour agréable sa bonne volonté et diligence à son service et qu'il le feroit rembourser sur quelque seure assignation des deniers qu'il auroit tirés et advensés pour le service de Sa ditte Majesté, n'y aïant mis que choses très nécessaires, ce qui se peut encore voir par la visitation qu'en pourroient faire les officiers de Sa ditte Majesté, de tout lesquels deniers déboursés les parties sont cy-après déclarées :
Premièrement le jour ou le sieur d'Estreelles entra audit Chasteau, bailla vingt-un escus aux vingt-un soldats qu'il y trouva, en attendant la montre, lesquels se plaignoient n'avoir reçu aucune chose de longtemps.
Item pour une grange qu'il fit desmonter au bourg d'Estappes et apporter audit Chasteau pour loger les chevaux des soldats et pour l'accommoder de couverture, placage, fermages, auges, rateliers et aultres manœuvres nécessaires, la somme de cinquante livres.
Et pour quinze chambres que ledit sieur a fait bastir et accommoder audit Chasteau pour loger les soldats et quavalliers, l'un portant l'aultre à dix escus.
Pour une maison qu'il a fait faire en la basse-cour pour servir d'hostellerie plus seure, d'aultant que ledit bourg d'Estappes n'est point fermé, pour loger les passants et pour faire repaistre les soldats en lieu sur, ayant pris le bout de laditte maison audit bourg pour, la desmonter et remonter, couvrir, meubler et accommoder, cent cinquante livres.
Pour avoir fait recouvrir tous les anciens corps-de-logis, fait faire des huis, fenestres, ferrures, mettre des serrures à la plupart desdits logis, raccoustré172 des vitres et les cheminées qui étoient rompues, six-vingts livres.
Pour avoir fait besongner aux portes dudit Chasteau et aux deux ponts-levis, la somme de trente livres.
Pour avoir achetté cinq cents livres de poudre et plomb, trois cent soixante livres.
Pour refournir le magazin dudit Estappes de bled, sel, morue, charbon de terre, hottes, mandes173, civières, lorsque l'Espagnol vint assiéger Rue174 ; scavoir : deux cents septiers de bled à deux escus le septier rendu icy, font quatre cents escus ; vingt barils de sel à cent sols le baril rendu icy, fait cent livres ; mille deux cents morues achettées à Calais au prix de six escus le cent, fait soixante-douze escus ; deux cents barils de charbon de terre rendus icy, trente sols pour chaque baril, fait pour lesdits six-vingts barils, soixante escus.
Pour six barils de bray175 à faire fallots176 pour éclairer dedans les fossés, à sept livres dix sols le baril rendu icy, quarante-cinq livres.
Pour cent livres de fer en barre à douze escus le cent, fait vingt-deux escus.
Et pour picqs, pelles, hoyaux177, hottes, mandes, civières, eschelles, lanternes, pour tout vingt-cinq escus.
Pour six cents livres de mesches à mettre en magazin, à raison de douze livres et demye le cent, rendus, fait soixante-quinze livres.
Pour faire vuider les fossés du Chasteau qui étoient comblés de terre, par vingt-quatre manouvriers à cinq sols par jour pour chacun et y ont esté quarante et un jour, qui font quatre-vingt-deux escus.
Item pour avoir fait faire un moyneau au bout dudit fossé, du côté de la mer, pour flanquer deux des costés desdits fossés, qui étoit chose nécessaire, où quatre massons ont travaillé à dix sols par jour et huit manouvriers pour les servir à cinq sols par jour, où ils ont besongné l'espace de trente-cinq à quarante jours, à quatre livres par jour, pour lesdits massons et manouvriers, fait cent quarante livres.
Pour six fournées de chaux à vingt-cinq septiers pour chacune, fait cent cinquante septiers, à raison de trente sols, font soixante-quinze livres.
Pour faire le plancher dudit moyneau a fallu pour cinq escus de chesne, pour faire les poutres pour deux écus de long bois et de clous, et pour manouvriers qui l'ont couvert de terre un escu, fait vingt-quatre livres.
Pour le tailleur de grez qui a taillé les coings des grez et aultres qu'il a convenu de tailler pour faire les canonnières et aultre chose de son art, lequel a esté aultant que les massons, à quinze sols par jour, qui fait pour ledit gressier huit escus vingt sols.
Pour un harnois178 qui y a vacqué trente-cinq jours à chérier pierrres, moellons, chaux, sable et aultres matières nécessaires, à quarante sols pour deux hommes et deux bestes, fait soixante-dix livres.
Une montre179 païée aux soldats pendant le siège de Rue, que le pauvre peuple étoit pillé, mangé et ruiné, qu'il n'a pu païer, cy, en deux mois durant, cent cinquante escus.
Plus dix tonneaux de vin achettés à Calais pendant ledit siège de Rue, à raison de cinquante-cinq escus pour chacun tonneau, fait cinq cent cinquante escus.
Et, d'aultant que le sieur d'Estreelles a entretenu trente à quarante chevau-légers fort nécessaires à cette garnison et n'aïant reçu aucunes contributions que pour les gens de pied, et, n'aïant ledit sieur argent pour païer lesdits gens de cheval, a été contraint les nourrir pour les maintenir auprès de lui, qui ne s'est pu faire qu'avec grands frais, aïant emprunté la plus part des vivres qu'il lui a fallu, il plaira à Sa Majesté en donner quatre escus par mois pour chacun chevau-léger, qui feront, pour les trente-six, vingt escus par mois, expirés au dernier jour de juillet, la somme de douze cents escus.
De toutes lesquelles sommes cy-dessus que ledit sieur d'Estreelles a déboursées, il a emprunté douze cents escus à M. le général Lefebvre180, trésorier de France, en la généralité de Picardie, dont ledit sieur d'Estreelles lui fait cent escus de rente sur son bien, plus six cents escus à M. Pierre Leclerc, marchand, demeurant à Calais, dont il fait cinquante escus de rente sur son bien.
Plus cinq cents escus que le sieur de la Boissière181, gouverneur de Corbie, envoya audit sieur d'Estreelles au bout de huit jours qu'il fit son entrée au Chasteau d'Estappes, lesquels cinq cents escus il lui doit encore sans qu'il en paie l'intérêt.
Item cinq cents escus que lui a prestés le sieur Centeny182, trésorier de France en la généralité de [Paris] et maistre d'hostel chez le Roy, lesquels cinq cents escus ne courent point aussi de rente.
De toutes lesquelles sommes cy-dessus, Sa Majesté doit audit sieur d'Estreelles et dont son bien est chargé, il plaira à Sa Majesté lui en faire donner assignation, pour s'acquitter de ce qu'il a emprunté, et descharger son bien d'icelles dettes, que aultrement feroit la ruine totalle de lui et de ses enfants.
Sommes trois mille cent cinquante-six escus.

-----------------------------

Notice bibliographique : Ce texte a été publié pour la première fois par Gustave Souquet en 1855, dans son Histoire et description du château d’Étaples (Souquet, 1855 : p. 19-24). Il appartenait aux archives du baron Victor Alexis Augustin Morand (1819-1849), procureur à Montreuil, demeurant à Estréelles. Pierre Baudelicque le publie une second fois en 1993 dans son Histoire d’Étaples (Baudelicque, 1993 : p. 182-183). On ne sait ce qu’est devenu le document original.

70T14 – Siège d’Étaples en mai 1593 (Inscription funéraire de Pontus de l’Argilla en l’église Saint-Jacques de Tournai, 1593)

Cy gist le cœur de noble homme / Pontus de l’Argilla en son vivant / escuyer capitaine et lieutenant / colonel de Monsieur de Manuy et / depuis de Monsieur le Comte de / Varax baron de Balanchon lequel / fut tué d’un coup d’artillerie / au siège d’Estables en France / pour le service de sa majesté / catholique l’an 1593 le 22 may / Priez Dieu pour son âme.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cette épitaphe, placée dans le chœur de l’église Saint-Jacques de Tournai, a été publiée par le Comte François-Joseph de Saint-Genois de Grand-Breucq, en 1782, dans ses Monumens anciens (Saint-Genois, 1782 : p. miii) et par Louis Cloquet, en 1881, dans la monographie qu’il a consacré à l’église Saint-Jacques (Cloquet, 1881 : p. 241). Roger Rodière la publie à nouveau, en 1891-1892 et en 1900, dans ses études sur Les gouverneurs de Montreuil (Rodière, 1891-1892 : p. 264 et 1900 : p. 22, n. 3), puis, en 1902, dans le quatrième volume de L’épigraphie du Pas-de-Calais publié par la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais (Rodière, 1902 : p. 97-98). Pierre Baudelicque la cite brièvement dans son Histoire d’Étaples publiée en 1993 (Baudelicque, 1993 : p. 179).

71T15 – Nomination de Robert de Rocquigny, seigneur de Palcheul, comme gouverneur du château d’Étaples en mai 1593 (Lettre du roi Henri IV à Robert de Rocquigny, 25 mai 1593)

De par le Roy,
A nostre bien amé le sieur Pallecheul, salut.
Aiant advisé estre nécessaire de pouvoir à la conservation de nostre chasteau d'Estappes, en nostre pays de Boullenois, de personne dont la fidélité et valeur nouz soit cogneueue et sur qui nous nous puissions reposer de la garde d'yceluy, sachant l'importance que nous est ladite place et au pays, Nous, à ces causes et pour la confiance que nous avons de vous et vostre prudhomie, expérience au fait des armes et bonne diligence, jointe à l'affection que portez à nostre service, et aultres considérations (…) nous avons commis et député, et par ces présentes commétons et députons pour commander et pourveoir dans ladite place et chasteau d'Estappes soubz notre auctorité, tout ce que verrez utile et nécessaire pour le bien de nostre service et manutention d'yceluy, soubz nostre obéissance, pour opposer à tous desseings de nos ennemis qui voudroient faire sur yceluy ; avoir l'oeil ouvert qu'il n'en advienne surprise, au préjudice de nostre auctorité, avec les gens de guerre qui sont ou pourront estre en garnison ; les maintenir en bonne police à ce que nous ne recevions plaintes de nos subjets, et jouir de ladite charge aux honneurs, estats et appointements qui y appartiennent tant qu'il nous plaira. Si, mandons à tous nos officiers et à tous aultres qui appartiendra, en ce faisant, vous recepvoir, obéïr, respecter et faire entendre de tous eux, et ainsi qu'il appartiendra es choses touchans et concernans ycelle charge, voulant que vous soyez païé desdits estats et appointements dorénavant par chacun an, de quartier en quartier, ainsi qu'il est accoustumé, et rapportant ces présentes et quittances dudit sieur de Pallecheul sur ce suffisantes seulement. Nous voulons tout ce que pourra païé délivré vous aura esté, estre passé et alloué en la despense des comptes de celuy de nos recepveurs ou aultres qui païés les aura, soit rabattu de leur recette par nos amés et féaux conseillers, les gens de nos comptes, auxquels nous mandons ainsi le faire sans difficulté, car tel est nostre plaisir.
Donné à Mante le xxv jour de may mil cinq cens quatre-vingt-treize.
Henri
Par le Roy, Potier

-----------------------------

Notice bibliographique : En 1855, Gustave Souquet publie l’acte de nomination de Robert de Rocquigny dans son Histoire et description du château d’Étaples : ce parchemin était alors conservé dans les archives des descendants de Robert de Rocquigny (Souquet, 1855 : p. 24-25). En 1895, Léon Plancouard le publie à nouveau dans une note parue dans le bulletin de la Commission des antiquités et des arts du département de Seine-et-Oise : l’historien laisse entendre que l’acte n’est plus conservé dans les archives des descendants (Plancouard, 1895 : p. 86-87). En 1918, l’abbé Henri Duhomme en publie un court extrait dans son Chapitre d’histoire paroissiale de Martin-Église (Duhomme, 1918 : p. 74). En 1993, Pierre Baudelicque publie à nouveau l’acte dans son Histoire d’Étaples (Baudelicque, 1993 : p. 184).

72T16 – Prise des châteaux de Wierre-au-Bois et d’Étaples, de l’abbaye de Samer, et siège du château d’Hardelot en 1593 (Extrait d’un compte-rendu de Michel Patras de Campaigno, non daté ?)

  • 183 Wierre-au-Bois, au nord-est de Samer (arrondissement de Boulogne-sur-Mer, canton de Desvres).

Le comte Charles [de Mansfeld] estant arrivée à Wierre183 l'ataqua avecq quatre pieces de grands canons où il tira huict vingtz douze coups et furent prins par assaut quy fut fort bien deffendu pour le peu de gens qui estoient dedans en nombre de quatorze. De là s'achemina à l'abbaye de Samer, laquelle fut rendue et les hommes renvoiez icy [à Boulogne] avecq leurs armes et esquipage. Quelques jours après furent assieger le chasteau d'Estappes quy fut batu de huict pieces. Et y fut tiré de six à sept cens coups de canons, et sortirent par composition, laquelle ne leur a esté tenue. Maintenant l'armée est devant le chasteau de Hardelot, proche d'une lieu de ceste ville de Boullongne, l'on ne sçait à quelle fin cela reusira. Nous avons nouvelles certaines quy s'en viennent assieger ceste place et la veullent batre de vingt canons. Ilz esperent que l'armée sera composée de quinze à seize mil hommes de pied. Le comte Charles est venu luy mesmes pour recongnoistre ladicte place où il fut attaqué une oscarmouche à cheval et à pied cependant qu'il contemploit la ville. Nous attendons tous les jours que l'armée y vienne. (…).

-----------------------------

Notice bibliographique : Cet extrait est issu d’un compte-rendu conservé dans les State Papers Foreign (série SP 78 : France) des National Archives de Londres. Le compte-rendu (SP 78/83/114) décrit de manière sommaire les opérations de guerre et de siège menées en 1593 dans le Boulonnais par le comte Charles de Mansfeld (Wierre-au-Bois, Samer, Étaples et Hardelot). Au verso du folio, une inscription manuscrite désigne un « Mr Campaniola, lieutena[n]t governor of Bulloigne » qui semble être Michel Patras de Campaigno, peut-être l’auteur de ce compte-rendu mal daté. La transcription a été réalisée par Jean-François Viel.

73T17 – Paiement de la rançon d’un soldat capturé lors de la prise du château d’Étaples en 1593 (Minutes des notaires montreuillois Bélart et Poullet, 25 juin 1593)

Pierre Pennier, jeune filz à marier, de présent dem[euran]t et refugié à cause des guerres civilles en ceste ville de Monstrœul [vend une rente] pour soy descharger du paiement de la rançon à laquelle il a esté puis naguères taxé par les gens de guerre de l’armée conduicte par Monsieur le Comte Charles de Mansfeld pour Nosseigneurs les princes Catholicques, au siège et prinse du chasteau d’Estaples.

-----------------------------

Notice bibliographique : Roger Rodière publie cet acte, en 1900 dans son étude sur Les gouverneurs de Montreuil de la maison des Essarts de Maigneulx (Rodière, 1900 : p. 161).

74T18 – Ordre de réparation du château d’Étaples en 1597 (Lettres patentes du roi Henri IV, 6 mars 1597)

Henry, etc.
À nos amez et feaulx conseillers les tresoriers de grande Picardie, salut.
Ayant esté adverty que nostre [chasteau] d'Estapes a grand besoin d'estre promptement reparé pour empescher que nos ennemis n'y entrepreignent au prejudice de nostre service, et pour cet effet ne pouvans emploier autres deniers plus promts que ceux qui proviennent du subside d'un sol pour pot de vin et deux deniers pour pot de bierre, vendu et debité en detail dedans le bourg dudit Estapes, que nous avons ordonné estre levé au comté du Boullenois, ensemble de ceulx qui proviendront des trois escus qui se levent pour tonneau de vin, qui se levent audict bourcq d'Estapes, nous avons advisé de les y affecter plutost que de charger nostre peuple de nouvelles impositions. À ces causes, nous voullons et vous mandons que vous ayez à faire recevoir par tel des habitans dudict Estapes que vous choisirez bon et solvable tous et chascun les deniers qui proviendront dudict impost d'un sol pour pot de vin et de deux deniers pour pot de bierre et trois escus pour tonneau de vin, qui se levent audict Estapes, et les faire mettre par lesdits habitans ès mains du tresorier des reparations de Picardie, auquel il sera tenu d'en compter comme de clerc à maitre, pour estre lesdits deniers emploiez par les ordonnances du sieur Boisrozay, commandant pour nostre service en ladicte place, aux réparations et fortifications dudit chasteau d'Estapes, par ledit tresorier des reparations, appellé le controleur d’icelles, et non ailleurs, ni autrement, et ce nonobstant la decharge desdits trois escus que nous avons accordée aux habitans de nostre ville de Boullogne et comté de Boullenois, desdits trois escus pour tonneau de vin pendant le temps et espace de deux ans, laquelle decharge en ce qui touche et regarde lesdits habitans d’Estapes nous avons revocqué et revocquons par lesdites presentes, car tel est nostre plaisir.
Donné à Paris le siziesme jour de Mars l’an de grace mil cinq cens quatre vingt dix sept et de notre regne le huictiesme.
Ainsy signé par le Roy. Potier, et scellé du grand sceau de cire jaulne, et au dos est escript : enregistré au controlle general des Finances par moy, soubssigné, à Paris, le XXIIIe juin mil cinq cens quatre vingt dix sept, ainsy signé de Saldaigne.
Registré au Bureau des tresoriers de France, à Amiens du cinq (…) 1597.
Registré aux parties du Bureau des Finances d’Amiens de l’année 1597.

-----------------------------

Notice bibliographique : Dom Pierre Nicolas Grenier fournit une copie manuscrite de ces lettres patentes dans un manuscrit consacré à diverses localités de Picardie, parmi lesquelles se trouve Étaples. Ce manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France, à la cote : Picardie 17, folio 125. Gustave Souquet les a publiées par deux fois, dans une version raccourcie, avec une date erronée et quelques variantes orthographiques, dans son Histoire et description du château d’Étaples, en 1855 (Souquet, 1855 : p. 25-26) et dans son Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, en 1863 (Souquet, 1863 : p. 81-82). Pierre Baudelicque a repris le texte de Souquet dans son Histoire d’Étaples publiée en 1993 (Baudelicque, 1993 : p. 97).

75T19 – Projet de démolition du château d’Étaples en 1638 (Extrait d’une lettre du cardinal de Richelieu au roi Louis XIII, 21 octobre 1638)

  • 184 Jean IV de Monchy, seigneur de Montcavrel et de Rubempré, commandant du château d’Étaples, décédé l (...)

Richelieu : On dit que Montcavrel184 est mort ; je croy que le service du roy requiert qu’on joigne le gouvernement d’Estape à celuy de Bouloigne, sauf à Sa Majesté d’ordonner, après la paix, que la place sera razée ou conservée.

Louis XIII : On ne sauroit mieux faire, avec la condition du razement en temps de paix, sans réconpance.

-----------------------------

Notice bibliographique : L’extrait ici reporté est tiré d’une lettre du cardinal de Richelieu écrite au roi Louis XIII, le 21 octobre 1638, à Rueil (les réponses du roi sont écrites en marge). Cette lettre a été publiée, en 1867, par Denis Avenel dans le sixième tome des Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu (Avenel, 1867 : extrait p. 221-22).

76T20 – Mention du grand boulevard du château d’Étaples en 1702 (Extrait du cueilloir des rentes de l’église Saint-Michel, écrit en 1702 et complété postérieurement)

Item Jean Lesne pour pour [sic] un paty joignant au grand boulevart du château de ceste ville doit par chacun an au terme de Noël douze soubs parisis … 12 s[ols] par[isis].

-----------------------------

Notice bibliographique : Cette rente datée de 1702 est extraite du cueilloir des rentes de l’église Saint-Michel d’Étaples, écrit par Philippe Osmont prêtre curé de la paroisse, la même année et complété ultérieurement. Ce cueilloir est conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 74J18/7 : f° 99 v°. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

77T21 – État du château d’Étaples en 1702 (Extrait du rapport de l’intendant Jérôme II Bignon, 8 septembre 1702)

(…) Les fortifications [du château d’Étaples] n’ont jamais esté rasées, mais abandonnées depuis longtems. Le revestement et celuy des dehors subsistent : ils sont de grosses maçonneries, les paremens de grais, le dedans œuvre de moilon blanc. On a enlevé les grais des endroits que l’injure du tems avoit démoly. Ce chasteau n’a que des tours pour flanc. La maçonnerie des parapets et des souterrains n’est pas fort endommagée. L’on y voit encore quelques restes du logement du commandant et des cazernes. Les dehors qui sont plus délabrés consistent en un ouvrage à corne, des fosses brayes et des redoutes. Dans quelque mauvais état que soit ce reduit, il ne seroit pas impossible que l'ennemy ne pût s’y poster sans crainte d'estre insulté par un coup de main, quelque peu de tems qu’il ait pour s’y mettre en deffense (…) S’il m’est permis de donner mon avis sur pareille matière, je ne hezitrois pas à dire qu’on doit razer entièrement ce reste de fortification. On trouvera des entrepreneurs qui s’en chargeront pour le proffit des matériaux : peut-estre rendront-ils quelques chose (…).
[Signature :] Bignon

-----------------------------

Notice bibliographique : Ce rapport sur le château d’Étaples a été écrit à Amiens, le 8 septembre 1702, par Jérôme II Bignon (1658-1725), intendant de Picardie (préfet des provinces du nord de la France, des pays conquis et reconquis, ayant résidence à Amiens). Le document est conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, sous la cote 1VH2225. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

78T22 – État du château d’Étaples en 1705 (Extrait du rapport de l’ingénieur Charles (de) Robelin, 10 décembre 1705)

  • 185 Louis-Marie-Victor, duc d’Aumont, gouverneur de Boulogne et autres places du Boulonnais, de 1689 à (...)
  • 186 Louis-Marie d’Aumont Rochebaron, gouverneur de Boulogne et autres places du Boulonnais, de 1704 à 1 (...)

(…) On a commencé à démolir le parement des murs [du château d’Étaples] du vivant de feu Monsieur le duc d’Aumont185, père de Monsieur le duc d’aprésent186. (…) On peut remarquer [l’]antiquité [de ce château] par ses tours qui donnent lieux de croire que ce poste estoit considérable pour la seuretée de cette coste et de Montreuil, et que les six poires qu’on y trouve avec leurs souterains pour la conservation des grains, qui sont en bon estat, à la réserve d’une, sont (…) les précautions qu’on a pris contre les attaques du passé, et combien elles peuvent devenir utiles dans un temps de guerre comme aujourd’huy, si l’ennemis devenoit supérieur. Ces tours et ces murs renversés par plusieurs fois, et rétablies aussitôt, auxquels on a adjouté un ouvrage à corne pour plus de deffense, et couvrir la porte d’entrée de ce château, garantie les attaques de la hauteur par un chemin couvert fossoié ou retranchement, quand les armes à feux sont devenues d’usage (…). Razant ce château dans l’ordre, et beaucoup moins à ce qu’il paroit pour le mettre en estat de deffense avec quelques logements, attendue que les matereaux [sic] de ce quy est démolie sont encore sur les lieux. (…) je travailleray à l’une et l’autre estimation pour vous mettre en estat d’en juger. Après cela, Monseigneur, comme vous este dans le secret de l’Estat, vous sçavez mieux que qui que ce soit si les ennemis sont en estat de faire quelques descentes aux environs de la Canche ; d’où peut dépendre le rétablissement de ce château ou sa démolition entière, qui coûtera de la dépense à faire, l’un comme l’autre, dont les sommes peuvent estre employés plus utilement au besoin de l’Estat (…). Persuadé de le laisser tel qu’il est jusqu’à ce que l’on soit plus pressé de faire l’un ou l’autre, j’ay l’honneur d’estre, avec un profond respect, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur.
[Signature :] Robelin

-----------------------------

Notice bibliographique : Ce rapport sur le château d’Étaples a été écrit à Saint-Omer, le 10 décembre 1705, par Charles (de) Robelin, directeur des fortifications de Picardie et d'Artois du côté de la mer, ayant résidence à Saint-Omer. Le document est conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, sous la cote 1VH2225. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

79T23 – Description du château d’Étaples en 1717 (Extraits du mémoire de l’ingénieur Charles (de) Robelin, 15 août 1717)

Origine du château :
Selon toutes les aparences, les comtes de Boulogne ont fait bâtir le château d’Etappe sur une élévation pour s’oposer au passage du gué de la rivière de Canche à marée basse vis-à-vis ce château, par où les comtes de Ponthieu étant en guerre venoient souvent les inquiéter, lequel [château ou gué] s’est conservé (…).
(…)

Explication des chiffres du plan de la ville et château d’Etappe :
A : Ville où l’on voit encore quelques vestiges de son ancienne enveloppe.
B : Château sur une hauteur dominante sur la ville, ordonné d’être rasé en 1703, ce qui fut sursy sur la représentation à la Cour de la conséquence de ce poste que l’on avoit commencé à dépouiller la chemise de gresserie qui étoit au profit de l’entrepreneur de la démolition, dont la plus grande partie est restée dans le fossé ; la Cour ayant ordonné le remboursement des avances de cet entrepreneur, a chargé en même tems le Magistrat de la ville de conserver cette gresserie.
C : Pont d’entrée du château, dont les bois sont pourris.
D : Ouvrage à cornes de massonerie revêtue de gresserie qui couvre la porte de ce château, son parapet est effacé.
E : Cinq poires à usage de conserver les grains de provision, au-dessus desq[uel]les étoit l’ancien logement du command[an]t, où l’on voit encore quelques restes de mur, les poires en état de servir moyennant quelques petites reparations.
F : Écluse des poires, qui s’ouvre, et se ferme pour retenir, et retirer les grains.
G : Col par où l’on met le grain dans les poires que l’on couvre d’une pierre avec 5 à 6 pieds de terre au-dessus.
H : Anciennes cazernes, dont il ne reste que les fondations.
I : Voûte d’entrée du château, bonne et solide.
K : Puits comblé de terre.
L : Abbreuvoir.
M : Entrée de l’ouvrage à corne D.
N : Chemin couvert avec forme de parapet.
O : Avant chemin couvert idem.
(…)
Ouvrages proposez et estimation
1. Pour rétablir l’ancien logement du Gouverneur à y pouvoir loger les officiers de deux compag[nie]s y compris les cazernes, corps de garde, pont levis, portes d’entrée, et nétoyem[en]t du puits :
- 500 toises de menues massonneries d’une brique d’épaisseur à 10# la toise font cy … 5000#
- 1000 solives de bois de charp[ente]rie de bois neuf à 4#10 la solive, cy … 4500#
- 360 tois[es] quarrées de couvert[ures] de tuiles à 6# la toise … 2160#
- 3000 £ pesant de gros fer à 22# le cent, cy … 660#
- 600 £ pes[an]t de fer à la lime à 35# le cent, cy … 210#
- 220 p[ie]ds quar[ré]s de vitre à 10’ le pied, cy ... 110#
[sous-total :] 12640#
2. Pour égaliser les terres de la place d’armes du château et donner l’écoulement aux eaux :
- 300 toises cubes de terre à 15# la toise font … 375#
3. Pour rétablir la gresserie depouillée sur le pourtour du mur du château :
- 540 toi[se]s quarrées de massonnerie à 6# la toise, la gresserie et la démolition employée font … 3240#
4. Pour former le parapet de terre sur le pourtour du château :
- 800 toises cubes de terre à 3# la toise font … 2400#
- 300 toises quarrées de gazon à queue à 3# la toise la fascine comprise font … 900#
[sous-total :] 9300#
5. Pour rétablir la porte d’entrée de la corne :
- 60 tois[es]s quarrées de menues massonneries d’une brique d’épaisseur à 10# la toise font cy … 600#
- 50 solives de bois de charpenterie à 4#10’ la solive font … 225#
- 400 £ pesant de fer à la lime à 35# le cent font … 140#
[sous-total :] 900#
6. Pour rétablir le parapet de terre de la corne :
- 430 toises cubes de terre à 3# la toise font … 1290#
- 250 toi[se]s quarrées de gazon à 3# la toise font … 750#
[sous-total :] 2040#
Somme totale : 2256#

-----------------------------

Notice bibliographique : Les trois extraits ici reportés sont issus du mémoire de Charles (de) Robelin, directeur des fortifications de Picardie et d'Artois du côté de la mer, ayant résidence à Saint-Omer : Mémoire général sur l’état present des places de la direction du sieur Robelin (…) pendant la presente année 1717, chapitre : Ville et chateau d’Etappe. Le document est conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, sous la cote Atlas 116 (MS 1001) : f° 277-278, 281-283 et 284-286. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

80T24 – Mention du grand boulevard du château d’Étaples en 1749 (Extrait du cueilloir des rentes de l’église Saint-Michel, écrit en 1730 et complété postérieurement)

  • 187 Charles-François Dauphin, seigneur d’Halinghen, lieutenant-général en 1742 et président de la Sénéc (...)

(…)
Item [Charles Dauphin187] pour un paty joignant au grand boulevart du château et à l’article précédent et aux terres dudit sieur Dauphin, doit par chacun an au terme de Noël douze sols parisis, cy … 12 s. parisis.
(…)

-----------------------------

Notice bibliographique : Cette rente, postérieure à 1749, est extraite du cueilloir des rentes de l’église Saint-Michel d’Étaples, écrit en 1730 par Antoine Bouilly, prêtre curé de la paroisse, et complété ultérieurement par ses successeurs. Ce cueilloir est conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 74J18/8 : f° 41. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

81T25 – Mention de l’ouvrage à cornes et de l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples au xviiie siècle (Extraits du Mémoire de Jean-Jacques Dutertre concernant le château d’Étaples et ses dépendances, après 1736)

  • 188 Gérard-Philippe Jacquin, conseiller du Roi, receveur général des domaines en la généralité d’Amiens

Memoire que le sieur Dutertre, capitaine invalide, penssionnaire du Roy, a l’honneur de présenter à Monsieur Jacquin188, conseilier du Roy, receveur général des Domaines de sa Majesté, à Amiens, concernant la mazure du château d’Estaples et ses dépendances, en 1734.
La ditte gratification luy a été donné pour luy et les siens en reconnoissance des services énoncées en son brevet comme aux lettres et pattentes que le dit Sieur Dutertre a obtenue sur y celui à la chancellerie en 1736.
(…)
Les lettres pattentes dudit Sieur ont été adressée à la Chambre des Comptes, pour y être enregistrés. Cette cour a décerné une soumission au bailly prévost royal dudit Estaples, pour que laditte mazure de château et de ses dépendances, qui ont appartenu a[u] roy, soient vu et visité par des experts, lesquelles en dresseroient un plan et procez-verbal pour l’estimation et en constater toutes les dépendances.
(…)
Les experts ont fait un plan et un procez-verbal dans lesquels ils ont compry quatres jardins comme faisant partie des dépendances de la mazure dudit château. Étant scitué de sous et à l’encontre de l’ouvrage à cornes, du côté de la rivierre de Canches, en dedans de l’enseinte actuelle des dittes dépendances.
(…)
À côté de l’ouvrage à corne, opposé à la rivierre de Canche, l’on voit par l’ancien plan deux petites maisons scituées dessous des dépendances dudit château. Aujourd’huy, c’est une grosse ferme dont l’ancien propriétaire a été maire de la ville dudit Estaples et en même temps receveur du Gouvernement de la province pour la ville et château dudit Estaples. Le dit maire a augmenté considérablement le contenue de la ditte ferme comme des terres à labour en dépendantes, l’un[e] et l’autre tenantes aux dépendances dudit château. L’on voye encore les fortifications bien en plain dans une pâtures et tenante de trois cottés aux dépendances dudit château. Elle n’en ay séparée que par des hayes qui sont plantée sur la crette des focées dudit château.
Plusieurs particuliers qui ont des terres à labour sur les derrières des dépendances de ce château et adjassantes à ycelle, à l’imitation de ce premier, ont entrepris et entreprennent encore tous les jours sur les dépendances dudit château, de façon qu’actuellement il[s] labourent jusque dans le focées qui étoit le chemin couvert de cet[te] fortiffication.
Le Sieur Dutertre a l’honneur d’observer à Monsieur Jacquin qu’ayant été à Estaples le 13 du présent mois d’avril, il a encore fait la découvert[e] d’un terrain vague contenant environs douze mesures nommé vulguairement La Tombe, lequel est scitué au-dessus du château, dans l’alignement de ses dépendances et au-dessous du moulin d’Estaples, à peu de distance dudit château. Ce terrain en a fait partie quoy qu’il en soit séparé. S’étoit un fort avancée de cette fortiffication qui vraissemblablement a été démolie par les habitans d’Estaples. L’on voit encore actuellement que ce terrain a servie de fortiffication par celle faitte en terre qui se desmontre encore actuellement, et les anciens de la ville disoient qu’il y avoit un souterain au château d’Estaples par lequelle l’on communiqué au fort. L’on croie même qu’il est repris dans le proffite de la Ligue.
(…)
Sinon le nommée Antoine Durieux, lequel étoit premier échevin de la ville, après la visite des experts faitte en 1736, ayant apris que lesdits experts avoient compris dans leur plan et procez verbal un jardin dont il jouissée, faisant partie des quatres qui sont scitué dessous et all’encontre de l’ouvrage à corne, comme il est dit cy dessus, ledit sieur Durieu a été trouver le sieur Wyart à Boulogne qui pour lors étoit receveur particulier des domaines du Roy (…).

-----------------------------

Notice bibliographique : L’extrait ici reporté est issu du mémoire de Jean-Jacques Dutertre, seigneur d’Écœuffent, ancien garde du corps du roi Louis XV et donataire du château d’Étaples en 1734. Ce mémoire, écrit après 1736, est conservé aux Archives nationales de France, sous la cote : Q1 922. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

82T26 – Mention de l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples au début du xxe siècle (extrait du dossier documentaire sur Étaples de Clovis Normand, 1900-1906)

Contre l’ancien chemin qui contourne les maisons du côté N[ord], se trouve un monticule allongé composé de coquilles d’hénons qu’on appelle le Cromlech [sic, pour Cronquelets], mot altéré. Il paraît avoir été fait contre le château qu’il termine, en vue d’une attaque par les canons.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cette note est issue du dossier « Étaples » constitué entre 1900 et 1906 par l’architecte hesdinois Clovis Normand (1830-1909) et conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 24J102. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

83T27 – Mention de l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples pendant la Première Guerre mondiale (Godefroy Cappe de Baillon, 1916-1917)

Le château était défendu par un fort avancé élevé sur le terrain nommé « La Tombe ». La garnison du château pouvait communiquer avec celle de ce fort par un souterrain.
(…)

Dans la prairie qui surplombe le chemin de fer de Boulogne à Arras, nommée « La Tombe », où était situé le fort avancé qui défendait le château, il ne reste que des ouvrages en terre de forme imprécise.
On montre aussi près du moulin d’Étaples la sortie d’une poterne : c’est un creux rempli d’eau et entouré de broussailles.

-----------------------------

Notice bibliographique : Cette note est issue du manuscrit de Godefroy Cappe de Baillon, membre de la Commission des Antiquités du Pas-de-Calais. Rédigé entre 1916 et 1917, ce manuscrit est conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote MS 54 : f° 39 v° et 46 r°. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

84T28 – Mention de l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples en 1945 (Extrait de la description de la Ferme du Puits d’Amour par Achille Caron fils, 5 mars 1945)

Reliefs du château aux environs [de la Ferme du Puits d’Amour]. Sur ces reliefs : nombreux cratères de bombes. Un souterrain du château d’Étaples par eux éventré. Une muraille.

-----------------------------

Bibl. : Cette note est issue du manuscrit d’Achille Caron fils – Divers travaux sur Étaples et sa région – rédigé en 1973 et conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J147 : p. 35. La transcription a été réalisée par Thomas Byhet.

Bibliographie

1. Manuscrits

Bignon, 1702 : BIGNON (J.), Rapport sur le chasteau d’Estaples, Amiens, 8 septembre 1702 [Document conservé au Service historique de la Défense, Vincennes, sous la cote : 1VH2225].

Bignon, 1705 : BIGNON (J.), Rapport touchant le chasteau d’Estapes, Saint-Omer, 20 décembre 1705 [Document conservé au Service historique de la Défense, Vincennes, sous la cote : 1VH2225].

Cappe de Baillon, 1916-1917 : CAPPE DE BAILLON (G.), Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples, Tome 1, Étaples, 1916-1917 [Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : MS 54].

Caron, 1928 : CARON (A.), Copie manuscrite avec quelques annotations de l’Histoire et description du château d’Étaples de Gustave Souquet, Étaples, 1928 [Collection privée GP].

Caron, 1942 : CARON (A.), Le château d’Étaples… par la photographie, Étaples, 1942 [Manuscrit conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 88J/90, p. 36-43].

Caron, 1945 : CARON (A.), Copie manuscrite avec quelques annotations de l’Histoire et description du château d’Étaples de Gustave Souquet, Étaples, 1945 [Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 88J147].

Caron, 1973 : CARON (A.), Divers travaux sur Étaples et sa région, Saint-Étienne-au-Mont, 1973 [Manuscrit conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 88J/35].

Dutertre, 1736 : DUTERTRE (J. J.), Mémoire que le Sieur Dutertre, capitaine invalide penssionnaire du Roy, a l’honneur de présenter à Monsieur Jacquin, conseilier du roy, receveur général des domaines de sa majesté à Amiens, concernant la mazure du château d’Étaples, et ses dépendances, en 1734, Étaples, ca. 1736 [Manuscrit conservé aux Archives nationales de France, sous la cote : Q1 922].

Leduque, 1942 : LEDUQUE (Al.), Étude archéologique sur le château d’Étaples, Samer, 1942 [Manuscrit conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 88J/90, p. 1-15].

Robelin, 1717 : ROBELIN (Ch.), Mémoire général sur l’état présent des places de la direction du sieur Robelin, sçavoir St Omer, Aire, St Venant, de la province d’Artois, Adres, Ambleteuse, Boulogne, Château d’Étape, Montreüil, Abbeville, de la province de Picardie, accompagné des cartes et plans nécessaires pour l’intelligence des ouvrages de la fortification pendant la présente année 1717, Saint-Omer, 1717 [Document conservé au Service historique de la Défense, Bibliothèque de Vincennes, sous la cote : ATLAS 116 (MS 1001)].

2. Ouvrages et articles

Alexandre-Bidon, 2012 : ALEXANDRE-BIDON (D.), « Les ruines castrales, des enluminures à la bande dessinée », dans : Cocula, Combet, 2012, p. 227-243.

Anonyme, 1947a : ANONYME, « L’ancien château féodal d’Étaples a une curieuse origine », La Voix du Nord, 30 décembre 1947, n. p.

Anonyme, 1947b : ANONYME, « Quelques souvenirs du vieux château féodal d’Étaples », La Voix du Nord, 31 décembre 1947, n. p.

Avenel, 1867 : AVENEL (D.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du Cardinal de Richelieu, Tome 6 : 1638 – 1642, Imprimerie impériale, Paris, 1867.

Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault, 2016 : BAHEUX-DOUCHIN (J.), CLAUZEL (I.), HONVAULT (A.), Etaples sur la Mer en 1648, Collection Parchemin, Cercle d’études en Pays boulonnais, Étaples, 2016.

Barthélémy, 1863 : BARTHÉLÉMY (A. de), « Le château de Lamballe », Revue de Bretagne et de Vendée, 7e année, 2e série, 4-2 (1863), p. 200-216.

Baudelicque, 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Bélidor, 1734 : BÉLIDOR (B. Forest de), La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture civile, Chez Henri Scheurleer, La Haye, 1734.

Bélidor, 1737 : BÉLIDOR (B. Forest de), Architecture hydraulique ou L’art de conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie, Première Partie, Tome 1, Chez Charles-Antoine Jombert, Paris, 1737.

Belleforest, 1579 : BELLEFOREST (Fr. de), Les grandes annales et histoire générale de France, dès le règne de Philippe de Valois, jusques à Henry III, à présent heureusement régnant, Tome 2, Chez Gabriel Buon, Paris, 1579.

Belot, 1990 : BELOT (É.), Les dieux et les morts. Collection d’Antiquités romaines du Château-Musée de Boulogne-sur-Mer, Mémoires de la Société académique du Boulonnais : 9, Société académique du Boulonnais, Château-Musée, Boulogne-sur-Mer, 1990.

Bénard, 1900 : BÉNARD (L.), Analyse sommaire des principaux documents contenus dans les Registres du Roy de la Sénéchaussée du Boulonnais, Mémoire de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer : 20, Imprimerie de Rose Dewisme, Boulogne-sur-Mer, 1900.

Bertrand, 1829 : BERTRAND (P.-J.-B.), Précis de l’histoire physique, civile et politique de la ville de Boulogne-sur-Mer et de ses environs depuis les Morins jusqu’en 1814, Tome 2, Boulogne, 1829.

Blanchard, 1715 : BLANCHARD (G.), Compilation chronologique contenant un recueil en abrégé des ordonnances, édits, déclarations et lettres patentes des rois de France, Tome 2, Chez la veuve Moreau, Paris, 1715.

Boulay de la Meurthe, 1906 : BOULAY DE LA MEURTHE (Alf.), Histoire des guerres de religion à Loches et en Touraine, Mémoires de la Société archéologique de Touraine : 45, L. Péricat, Tours, 1906.

Bragard, 2014 : BRAGARD (Ph.), « Bastion, genèse d’un mot », dans : Faucherre, Martens, Paucot, 2014, p. 37-48.

Brigeois, 2013 : BRIGEOIS (J.-Cl.), « Le château d'Étaples, son site et constructions, son histoire, sa destruction » [Séance du 24 août 2013], Mémoires de la Société académique du Touquet-Paris-Plage, 2011-2013, p. 149-159.

Brunet, 1846 : BRUNET (J.), Almanach de Boulogne-sur-Mer pour 1846, Librairie Watel, Boulogne-sur-Mer, 1846.

Buchon, 1828 : BUCHON (J.-A.), Chroniques de Jean Molinet, Volume 2, Collection des chroniques nationales françaises : 44, Imprimerie d’Hyppolyte Tilliard, Paris, 1828.

Busserolles, 1857 : BUSSEROLLES (X. de), « Thaix et ses châtelains », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 9 (1857), p. 75-82.

Byhet, 2015a : BYHET (Th.), « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », Nordoc’Archéo, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 27 novembre 2017. URL : http://nordoc.hypotheses.org/732

Byhet, 2015b : BYHET (Th.), « Étaples. Route de Fromessent », Bilan scientifique de la région Nord-Pas-de-Calais 2015, Direction régionale des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2016, p. 127-130.

Byhet, 2016a : BYHET (Th.), Sondages programmés sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples (campagne 2015), Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais Picardie, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2016.

Byhet, 2016b : BYHET (Th.), « Étaples. Route de Fromessent », Archéologie médiévale, 46 (2016), p. 257-258.

Byhet, 2017a : BYHET (Th.), Fouilles programmées sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples (campagne 2016), Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2017.

Byhet, 2017b : BYHET (Th.), « Étaples (Pas-de-Calais). Route de Fromessent, parcelle AW 8 », Archéologie médiévale, 47 (2017), p. 237-238.

Cabal, 2012 : CABAL (M.), Ardres et son Patrimoine, Association culturelle et historique d’Ardres, Ardres, 2012.

Cabal, Faucherre, 1990 : CABAL (M.), FAUCHERRE (N.), Ardres, place forte, Association culturelle et historique d’Ardres, Ardres, 1990.

Calonne, 1875 : CALONNE (A. de), Dictionnaire historique et archéologique du département du Pas-de-Calais, Arrondissement de Montreuil, Sueur-Charruey, Arras, 1875.

Clauzel-Delannoy, 2009 : CLAUZEL-DELANNOY (I.), « Bonté et malische des vens boulongnois », dans : Clauzel-Delannoy (I.) [éd.], Le Vent de Mer au long des époques, Cycle d’Études en Pays Boulonnais : 4, Cercle d’Études en Pays Boulonnais, 2009.

Clauzel-Delannoy, 2011 : CLAUZEL-DELANNOY (I.), « En temps convenable et propice à maçonner… La construction boulonnaise au xve siècle », dans : Clauzel-Delannoy (I.) [éd.], De la carrière au monument : la pierre des bâtisseurs en Nord-Pas-de-Calais au long des siècles, Cycle d’Études en Pays Boulonnais : 6, Cercle d’Études en Pays Boulonnais, 2011.

Cloquet, 1881 : CLOQUET (L.), Monographie de l’église paroissiale de St. Jacques à Tournay, Société de Saint-Augustin, Lille, 1881.

Cocula, Combet, 2012 : COCULA (A.-M.), COMBET (M.) [éd.] Château en ruines, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord (23-25 septembre 2011), Scripta Mediævalia : 22, Ausonius Éditions, Bordeaux, 2012.

Cousin, 1851 : COUSIN (L.), « Emplacement de Quentowic », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 9 (1851), p. 252-339.

Cousin, 1860 : COUSIN (L.), « Résumé des considérations de M. Souquet sur l’emplacement de la station romaine Loco Quartensi et Hornensi » [séance du 20 août 1860], Actes du Congrès archéologiques de France : xviie session (Dunkerque, Le Mans, Cherbourg, 1860), Société française d’Archéologie, Derache, Paris, 1861, p. 142-145.

Cousin, 1864 : COUSIN (L.), « Communication relative à une découverte faite à Étaples » [séance du 25 juillet 1864], Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 8 (1865), p. 427.

Decaëns, Dubois, 2009 : DECAËNS (J.), DUBOIS (A.), Le château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville, Publications du CRAHM, Caen, 2009.

Delmaire, 1994 : DELMAIRE (R.), Carte archéologique de la Gaule. Le Pas-de-Calais, Tome 2, Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1994.

Dramard, 1869 : DRAMARD (E.), Bibliographie géographique et historique de la Picardie, Tome 1, J.-B. Dumoulin libraire, Paris, 1869.

Duhomme, 1918 : DUHOMME (H. abbé), Martin-Église pendant les guerres de Religion : un chapitre d’histoire paroissiale, Imprimerie R. Bocquet, Servaville, 1918.

Du Ryer, 1659 : DU RYER (P.), Histoire de Monsieur de Thou : des choses arrivées de son temps, Volume 1, Chez Augustin Courbe, La Palme, 1659.

Faucherre, 1989 : FAUCHERRE (N.), « Barbacanes, boulevards, ravelins et autres demi-lunes : inventaire incertain », dans : Collectif, Aux portes du château, Actes du 3e colloque de castellologie (Valence-sur-Baïse, Gers 1988), Centre culturel de l’Abbaye de Flaran, 1989, p. 105-115.

Faucherre, Martens, Paucot, 2014 : FAUCHERRE (N.), MARTENS (P.), PAUCOT (H.) [éd.], La genèse du système bastionné en Europe (1500 – 1550). Nouvelles découvertes, nouvelles perspectives, Actes du colloque d’histoire de l’architecture du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours, 4-6 juin 2002), Cercle historique de l’Arribère-LA3M, Navarrenx, 2014.

Félix, Robillard de Beaurepaire, 1887 : FÉLIX (J.), ROBILLARD DE BEAUREPAIRE (Ch. de), Entrée à Rouen du roi Henri IV en 1596, Imprimerie de Espérange Cagniard, Rouen, 1887.

Fennis, 1995 : FENNIS (J.), Trésor du langage des galères, Lexicographica, Series Maior : 61, Tübinge, Niemeyer Verlag, 1995.

Finot, 1895 : FINOT (J.), Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Nord. Archives civiles – Série B. Chambre des comptes de Lille, n° 3390 à n° 3665, Tome 8, Imprimerie de L. Danel, Lille, 1895.

Fourrier, 1963 : FOURRIER (Al.), « Une page d’histoire locale… La curieuse origine et les aventures de l’ancien château féodal d’Étaples », La Voix du Nord, Édition du jeudi 28 mars 1963, n. p.

Fourrier, 1966 : FOURRIER (Al.), « Vieux souvenirs de chez nous. L’histoire du château d’Étaples », La Voix du Nord, Édition du mercredi 16 février 1966, n. p.

Gairdner, Brodie, 1896 : GAIRDNER (J.), BRODIE (R. H.), Letters and Papers, Foreign and Domestic, of the Reign of Henry VIII, Volume 15 : January-August 1540, Londres, 1896.

Gairdner, Brodie, 1908 : GAIRDNER (J.), BRODIE (R. H.), Letters and Papers, Foreign and Domestic, of the Reign of Henry VIII, Volume 21, partie 1 : January-August 1546, His Majesty's Stationery Office, Londres, 1908.

Gilles, Sauvage, 1549 : GILLES (N.), SAUVAGE (D.), Annales et Croniques de France, depuis la destruction de Troyes jusques au temps du Roy Loys xi, jadis composées par feu maistre Nicole Gilles, en son vivant Secretaire, indiciaire du Roy, & Contrerolleur de son Thresor, Depuis additionnées selon les modernes Hystoriens, jusques en l’an Mil cinq cens quarante et neuf, le tout nouvellement reveu et corrigé oultre les precedentes impressions, sur les vieulx Exemplaires et Originaulx, suyvant les bons Autheurs, par Denis Sauvage de Fontenailles en Brie, à l’honneur et reverence de monseigneur le Duc de Vendosmois, Chez Galiot du Pré libraire, Paris, 1549.

Godefroy, 1880-1902 : GODEFROY (Fr.), Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, 10 tomes, Paris, 1880-1902.

Gressier, s. d. : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais. Généalogies et notes biographiques, Tome 3, Boulogne-sur-Mer, s. é., s. d.

Guizot, 1824 : GUIZOT (Fr.), Annales des rois Pépin, Charlemagne et Louis-le-Débonnaire, par Éginhard, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis la fondation de la monarchie française jusqu’au 13e siècle, Imprimerie A. Belin, Paris, 1824.

Haigneré, 1850 : HAIGNERÉ (D.), Notice historique sur les tombeaux de la crypte de l’église Notre-Dame de Boulogne, Imprimerie de Charles Aigre, Boulogne-sur-Mer, 1850.

Haigneré, 1868 : HAIGNERÉ (D.), « Quelques lettres inédites de Henri IV », Bulletin de la Société académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 1 (1864-1872), p. 352-366.

Haigneré, 1882 : HAIGNERÉ (D.), « Quelques chartes inédites concernant les Abbayes, les Prieurés, les Paroisses de l'ancien Boulonnais », Mémoires de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 13 (1882-1886), p. 413-478.

Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : HAIGNERÉ (D.), VAILLANT (V.-J.), RODIÈRE (R.) Épigraphie du département de Pas-de-Calais, Arrondissement de Boulogne, Volume 3, 8 fascicules, Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, Typographie de Sède et Cie, Arras, 1886-1932.

Harbaville, 1842 : HARBAVILLE (L. J.), Mémorial historique et archéologique du département du Pas-de-Calais, Imprimerie Auguste Tierny, Arras, 1842.

Héliot, 1937 : HÉLIOT (P.), « Coup d’œil sur l’architecture militaire du Moyen Âge en Boulonnais », Mémoires de la Commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, 3, 4e livraison, 1935, p. 343-362.

Héliot, 1947 : HÉLIOT (P.), « Le château de Boulogne-sur-Mer et les châteaux gothiques de plan polygonal », Revue Archéologique, 6e série, 27 (janvier-juin 1947), p. 41-59.

Héliot, 1969 : HÉLIOT (P.), « L’évolution du donjon dans le Nord-Ouest de la France et en Angleterre au xiie siècle », Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, nouvelle série, 5 (1969), p. 141-194.

Héliot, Leduque, 1948 : HÉLIOT (P.), LEDUQUE (Al.), « Les fortifications de Montreuil-sur-Mer au Moyen Âge », Revue du Nord, 30 (1948), n° 118-119, p. 157-183.

Hellot, 1897 : HELLOT (A.), Fécamp au temps de la Ligue : la légende de Boisrosé, d'après des documents nouveaux, Imprimerie A. Bretteville, Yvetot, 1897.

Henne, 1859 : HENNE (A.), Histoire du règne de Charles-Quint en Belgique, Tome 9, Émile Flatau, Bruxelles, 1859.

Henneguier, 1846 : HENNEGUIER (Ch.), « Objets trouvés à Conchil-le-Temple et à Étaples » [Assemblée générale du 24 juillet 1846], Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales du Pas-de-Calais, 1 (1849-1860), p. 23.

Henry, 1810 : HENRY (J. F.), Essai historique, topographique et statistique sur l’arrondissement communal de Boulogne-sur-Mer, Chez Leroy-Berger, Boulogne, 1810.

Hervé, 1955 : HERVÉ (R.), « L’œuvre cartographique de Nicolas de Nicolay et d’Antoine de Laval (1544-1619), dans : Actes du 80e congrès national des sociétés savantes (Lille, 1955), Bulletin de la Section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques : 68, Imprimerie nationale, Paris, 1955, p. 223-263.

Hozier, 1872 : HOZIER (L. P. d’), Armorial général ou Registres de la noblesse de France, Registre 7, Deuxième partie, Firmin Didot Frères, fils et Cie, Paris, 1872.

Kapferer, 2014 : KAPFERER (A.-D.), « Boulogne devient une ville (1113-1339) » dans : Lottin (A.) [dir.], Histoire de Boulogne-sur-Mer, ville d’art et d’histoire, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2014, p. 67-98.

Langeuin, 2002 : LANGEUIN (P.), « Les campagnes de construction du château d’Arques-la-Bataille (xie-xve siècles) », Bulletin Monumental, 160-4 (2002), p. 345-378.

Laurent, 1864 : LAURENT (Joseph, abbé), « Un mot sur l’emplacement de Quentowic », La Picardie, 10 (1864), p. 31-38 et 62-71.

Lebecq, 1983 : LEBECQ (St.), Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, Volume 2 : Corpus des sources écrites, Presses universitaires de Lille, Lille, 1983.

Le Bourdellès, 2009 : LE BOURDELLÈS (H.), Boulogne et Thérouanne au temps de César. Approche toponymique de la cité des Morins, Presses universitaires du Septentrion, Lille, 2009.

Lechevalier, 1896 : LECHEVALIER (A.), « Notes sur Henry-Charles de Goustimesnil, sieur de Bois-Rozé et sur le fief de la famille de Goustimesnil », La Normandie, n° 5, mai 1896, p. 141-160.

Lefebvre, 1855 : LEFEBVRE (A., abbé), Les Huguenots et la Ligue au diocèse de Boulogne. Esquisse historique, Berger Frères, Boulogne-sur-Mer, 1855.

Lhomel, 1887 : LHOMEL (G. de), Notes généalogiques sur plus de douze cents familles des comtés de Ponthieu et de Montreuil, Librairie P. Prévost, Abbeville, 1887.

Lottin, 2014 : LOTTIN (A.), « La ville la plus frontière de la France (xvie-xviie siècles) », dans : Lottin (A.) [dir.], Histoire de Boulogne-sur-Mer, ville d’art et d’histoire, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2014, p. 117-148.

Louandre, 1845 : LOUANDRE (F.-C.), Histoire d’Abbeville et du Comté de Ponthieu jusqu’en 1789, Tome 2, T. Jeunet imprimeur-éditeur, Abbeville, 1845.

Loupès, 2012 : LOUPÈS (Ph.), « Présentation », dans : Cocula, Combet, 2012, p. 9-15.

Martens, 2015 : MARTENS (P.), « Ingénieur (1540), citadelle (1543), bastion (1546) : apparition et assimilation progressive de termes italiens dans le langage de l’architecture militaire aux Pays-Bas des Habsbourg », dans : Fontaine (M. M.), Fournel (J.-L.), Les mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, De lingua et linguis : volume 3, Travaux d’Humanisme et Renaissance : n° 554, Librairie Droz, Genève, 2015, p. 105-140.

Mauny, 1980 : MAUNY (R.), « Contribution à l’étude des « greniers et silos Gastignon » à Amboise (soi-disant greniers de César) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 39 (1980), p. 437-459.

Meurisse-Fort, 2018 : MEURISSE-FORT (M.) et coll., Projet Collectif de Recherches Archgéol : Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux de la Mer du Nord et de la Manche, Rapport d’activités 2017, Lille, 2018.

Michel, 1834 : MICHEL (Fr.), Roman d’Eustache le moine, pirate fameux du xiiie siècle publié pour la première fois d’après un manuscrit de la Bibliothèque royale, Chez Silvestre, Paris, 1834.

Monstrelet, 1572 : MONSTRELET (E. de), Volume premier des Chroniques d’Enguerran de Monstrelet, gentil-homme jadis demeurant a Cambray en Cambresis, Contenans les cruelles guerres civilles entre les maisons d'Orleans & de Bourgongne, l'occupation de Paris & Normandie par les Anglois, l'expulsion d'iceux, & autres choses memorable advenues de son temps en ce Royaume, & pays estranges, Chez Guillaume Chaudière, Paris, 1572.

Morand, 1859 : MORAND (Fr.), L’année historique de Boulogne-sur-Mer. Recueil de faits et d’événements intéressant l’histoire de cette ville, et rangés selon leurs jours anniversaires, Librairie de Mme Vve Déligny, Boulogne-sur-Mer, 1859.

Morel, 1906 : MOREL (É., chanoine), « Pierres tombales de Chevrières, Longueil-Sainte-Marie et Rémy », Actes du Congrès archéologique de France : 72e session (Beauvais, 1905), Société française d’archéologie, Paris et Caen, 1906, p. 661-666.

Moréri, 1735 : MORÉRI (L.), Supplément au grand dictionnaire historique, généalogique, géografique, pour servir à la dernière édition de l'an 1732 & aux précédentes, Volume 1, Chez La Veuve Lemercier, Paris, 1735.

Noizet-Saint-Paul, 1811 : NOIZET-SAINT-PAUL (G.), Élémens de fortifications, Chez Barrois l’aîné libraire, Paris, 1811.

Payraud, 2012 : PAYRAUD (N.), « Le démantèlement des châteaux ou les textes face à la réalité archéologique », dans : Cocula, Combet, 2012, p. 19-31.

Pérouse de Montclos, 2000 : PÉROUSE DE MONTCLOS (J.-M.), Philibert De l’Orme, architecte du roi (1514-1570), Mengès, Paris, 2000.

Philippe, 2004 : PHILIPPE (M.), « L’occupation du territoire d’Étaples (Pas-de-Calais) durant l’antiquité gallo-romaine : un état des connaissances après deux siècles de fouilles et trouvailles », Sucellus, 55 (2004), p. 32-50.

Piers, 1832 : PIERS (H.), « Histoire de la ville de Thérouanne (3e et dernier article) », Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, 2 (1832), p. 407-425.

Plancouard, 1895 : PLANCOUARD (L.), « Note sur un acte de Henri IV daté de Mantes le 22 Mai 1593 », Bulletin de la Commission des Antiquités et des Arts du département de Seine-et-Oise, 15 (1895), p. 85-87.

Potez, 1902 : POTEZ (H.), « La jeunesse de Denys Lambin (1519-1548) », Revue d'histoire littéraire de la France, 9 (1902), p. 385-413.

Potter, 2011 : POTTER (D.), Henry VIII and Francis I : the final conflict, 1540-1547, History of warfare : Volume 66, Brill, Leyde, 2011.

Prarond, 1862 : PRAROND (Er.), Histoire de cinq villes et de trois cent villages, hameaux et fermes, Seconde partie : Le canton de Rue, Dumoulin, Paris, 1862.

Prarond, 1868 : PRAROND (Er.), La Ligue à Abbeville (1576-1594), Tome 2, Dumoulin libraire, Paris, 1868.

Reddé, 1986 : REDDÉ (M.), Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’empire romain, Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, Volume 260, École française de Rome, Rome, 1986.

Richardson, 1974 : RICHARDSON (W. C.), The Report of the royal commission of 1552, Volume 3, West Virginia University Library, 1974.

Rodière, 1891-1892 : RODIÈRE (R.), « Notes sur les gouverneurs de Montreuil au xvie siècle », Le Cabinet historique de l’Artois et de la Picardie, p. 182-183, 195-202, 217-224, 263-268, 289-293 et 303-305.

Rodière, 1900 : RODIÈRE (R.), Les gouverneurs de Montreuil de la maison des Essarts de Maigneulx (1581-1620) : d’après les archives de la famille et autres documents inédits, Imprimerie Lafosse et Cie, Abbeville, 1900.

Rodière, 1901 : RODIÈRE (R.), Les corps saints de Montreuil. Étude historique sur les Trésors des Abbayes de Saint-Saulve et de Sainte-Austreberthe et de la Paroisse Saint-Saulve de Montreuil-sur-Mer, Charles Delambre, Montreuil-sur-Mer, 1901.

Rodière, 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Tome 4, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1902.

Rodière, 1904 : RODIÈRE (R.), « Anciennes familles protestantes du Boulonnais et de la ville de Montreuil », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 53 (1904), p. 497-545.

Rodière, 1905 : RODIÈRE (R.), Les gouverneurs de Montreuil de la maison des Essarts de Maigneulx (1581-1620), Deuxième partie, Imprimerie C. Delambre, Montreuil-sur-Mer, 1905.

Rodière, 1906 : RODIÈRE (R.), « Répertoire des noms de famille contenus dans les chartes des Prieurés de Beaurain et de Maintenay », Mémoires de l'Académie des sciences, lettres et arts d'Arras, 37 (1906), p. 7-136.

Rodière, 1908 : RODIÈRE (R.), « Le livre de raison des Hibon de La Fresnoye (1552-1778) » [mémoire communiqué à la séance du 7 octobre 1908], Mémoires de la Société académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 27 (1912), p. 5-142.

Rodière, 1925 : RODIÈRE (R.), Les vieux manoirs du Boulonnais, Statistique monumentale du Pas-de-Calais, Commission départementale des monuments historiques, Imprimerie Paul Gaultier, Pont-de-Briques, 1925.

Rodière, 1933 : RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale (suite). Le pays de Montreuil, Yvert et Tellier, Paris-Amiens, 1933.

Romme, 1813 : ROMME (Ch.), Dictionnaire de marine françoise, avec figures, Seconde édition revue et corrigée, Chez Barrois l’aîné libraire, Paris, 1813.

Rosny, 1871 : ROSNY (J.-H. de), Histoire du Boulonnais, Tome 3, Imprimerie Yvert, Amiens, 1871.

Rosny, 1909 : ROSNY (A. de), « Inventaires faits aux châteaux d’Étaples et de Fromessent en 1654 et 1666 », Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 8 (1908-1909), p. 468-484.

Roussel, 1954 : ROUSSEL (H.), « Henri III a-t-il vendu la ville de Boulogne aux Anglais ? », Revue du Nord, tome 36, n° 142, avril-juin 1954, p. 179-187.

Rymer, 1713 : RYMER (Th.), Fœdera, conventiones, literæ, et cujuscunque generis acta publica, inter reges Angliæ, et alios quosvis imperatoris, reges, pontifices, principes, vel communitates, ab ineunte sæculo duodecimo, viz. ab anno 1101 ad nostra usque tempora, habita aut tractata, Tome 15, A. & J. Churchill, 1713.

Saint-Genois, 1782 : SAINT-GENOIS (J. de), Monumens anciens essentiellement utiles à la France, aux provinces de Hainaut, Flandre, Brabant, Namur, Artois, Liége, Hollande, Zélande, Frise, Cologne et autres Pays limitrophes de l'Empire, 2e partie, Imprimerie Léonard Danel, Lille, 1782.

Salamagne, 1992 : SALAMAGNE (A.), « À propos des moineaux du château de Hédé. Quelques remarques sur l'architecture militaire à la fin du xve siècle et au début du suivant dans le nord-ouest de la France », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 69 (1992), p. 241-281.

Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : SENNEQUIER (G.) TUFFREAU-LIBRE (M.), « Le cimetière gallo-romain à inhumations (Bas-Empire) du château d'Etaples (Pas-de-Calais) », Latomus, 35 (1977), p. 933-941.

Souquet, 1826 : SOUQUET (G.), « Antiquités », Revue départementale, n° 89 (1826), p. 757-758.

Souquet, 1847 : SOUQUET (G.), « Tombeaux romains découverts à Étaples » [Assemblée générale du 12 août 1847], Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales du Pas-de-Calais, 1 (1849-1860), p. 48.

Souquet, 1854 : SOUQUET (G.), « Château d’Étaples – Notice par M. Souquet » [Assemblée générale du 1er août 1854], Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales du Pas-de-Calais, 1 (1849-1860), p. 239.

Souquet, 1855 : SOUQUET (G.), Histoire et description du château d’Étaples, Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet, 1856 : SOUQUET (G.), Histoire militaire et navale d’Étaples depuis 1800 jusqu’à 1806, Duval, Montreuil, 1856.

Souquet, 1857 : SOUQUET (G.), Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, Imprimerie Duval, Montreuil, 1857.

Souquet, 1860a : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet, 1860b : SOUQUET (G.), « Travail sur l’emplacement de la station romaine Loco Quartensi et Hornensi » [Séance du 20 août 1860], Actes du Congrès archéologiques de France : xviie session (Dunkerque, Le Mans, Cherbourg, 1860), Société française d’Archéologie, Derache, Paris, 1861, p. 139-142.

Souquet, 1862 : SOUQUET (G.), Excursion historique et archéologique dans le canton d’Étaples, Tierny, Arras, 1862.

Souquet, 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Souquet, 1865 : SOUQUET (G.), « Rapport de M. Gustave Souquet sur des fouilles faites au château d’Étaples » [Assemblée générale du 1er avril 1865], Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales du Pas-de-Calais, 2 (1862), p. 270-273.

Stephen, 1889 : STEPHEN (L.), Dictionary of National Biography, Tome 17, Macmillan and Co, New York, 1889.

Thou, 1734a : THOU (J.-A. de), Histoire universelle, depuis 1543 jusqu’en 1607, traduite sur l’édition latine de Londres, Tome 10 : 1587-1589, Londres, 1734.

Thou, 1734b : THOU (J.-A. de), Histoire universelle, depuis 1543 jusqu’en 1607, traduite sur l’édition latine de Londres, Tome 11 : 1589-1593, Londres, 1734.

Turnbull, 1861 : TURNBULL (W. B.), Calendar of State Papers, Foreign Series, of the Reign of Edward VI : 1547-1553, Longman, Green, Longman, & Roberts, Londres, 1861.

Turquois, 1981 : TURQUOIS (M.), « À la découverte de deux peintres aubois inconnus : Joachim Duviert et son fils Alexandre (..1609 – 1686) » [communication du 24 avril 1981], Mémoires de la Société académique du département de l'Aube, 110 (1979-1981), p. 187-210.

Vaillant, 1887 : VAILLANT (V.-J.), « Classis Britannica, Classis Samarica, Cohors I Morinorum. Recherches d’épigraphie et de numismatique », Bulletin de la Commission des antiquités départementales du Pas-de-Calais, 6-5 (1885-1888), p. 307-390.

Vaillant, 1890 : VAILLANT (V.-J.), Épigraphie de la Morinie ou Inscriptions Gallo-Romaines sur pierre, métal, verre et terre cuite, Simmonaire et Cie, Boulogne-sur-Mer, 1890.

Van Drival, 1852 : VAN DRIVAL (E.), Histoire des évêques de Boulogne, Berger frères, Boulogne-sur-Mer, 1852.

Vuilhorgne, 1908 : VUILHORGNE (L.), « Monographie de la commune de Senantes (Précis historique et archéologique) », Mémoires de la Société académique d’Archéologie, Sciences & Arts du département de l’Oise, 20-2 (1908), p. 565-638.

Wimet, 1981 : WIMET (P.-A.), « Restauration des châteaux d’Hardelot et de Belle-Fontaine au xve siècle », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 11-1 (1981), p. 71-82.

Wimet, 1988 : WIMET (P.-A.), « Restauration du château de Boulogne au xve siècle », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 12-3 (1988), p. 253-258.

Notes

1 L’étude a été publiée en 1992 par les Amis du Musée de la Marine d’Étaples, dans un volume regroupant les œuvres en fac similé de l’historien, Histoire d’Étaples, et en 2017 par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France. L’érudit étaplois Achille Caron fils reproduira par deux fois au moins, de manière manuscrite et avec quelques notes et photographies, l’opuscule de Gustave Souquet (Caron, 1928 et 1945).

2 Pour une synthèse récente sur Gustave Souquet, voir Byhet, 2015a.

3 Voir Souquet, 1855 (l’érudit étaplois donnera un bref résumé de ses recherches en 1860 dans son Histoire et description des rues d’Étaples, voir Souquet, 1860a : p. 27-33). Les quelques « études » parues au cours du xxe siècle ou plus récemment ne sont que des reprises basées sur l’ouvrage de Gustave Souquet (voir, par exemple, Cappe de Baillon, 1916-1917 : f° 36 r° à 46 r°, f° 82 v° et f° 94 r°, Caron, 1942, Anonyme, 1947a et 1947b, Fourrier, 1963 et 1966, Baudelicque, 1993 : p. 60-61 et 94-100 et Brigeois, 2013). Les recherches d’Alphonse Leduque en 1942 adoptent une démarche historique plus convaincante, bien que fautive par ailleurs (Leduque, 1942).

4 Souquet, 1855 : p. 19-24.

5 Souquet, 1855 : p. 3-5. Dans son Histoire et description du château d’Étaples, publiée en 1855, Souquet mentionne l’année 1848 comme date des fouilles du château par la Compagnie du chemin de fer d’Amiens à Boulogne. Mais lors de la séance du 12 août 1847 de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, il fait part de la découverte « par suite de la démolition des ruines de l’ancien château d’Étaples, [de] plusieurs tombeaux romains et divers objets anciens » : l’assemblée générale décide d’écrire au Préfet, afin qu’il en soit informé, en le priant « d'écrire à M. l'ingénieur du chemin de fer, pour réclamer, au nom de la Société, les objets sus-mentionnés » (Souquet, 1847). Lors de la séance du 24 juillet 1846, Charles Henneguier mentionnait déjà, mais sans autres précisions, « les armures et autres objets antiques trouvés à Conchil-le-Temple et à Étaples, dans les fouilles auxquelles ont donné lieu les travaux du chemin de fer » (Henneguier, 1846).

6 Souquet, 1855 : p. 4 et 5.

7 Pour la construction en 284, voir Souquet, 1860a : p. 27. Pour la destruction en 842, voir Souquet, 1855 : p. 5. Il avait déjà émis cette dernière hypothèse lors d’une séance de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais tenue le 1er août 1854 (Souquet, 1854). Elle est rappelée par l’abbé Joseph Laurent en 1864 dans son étude Un mot sur l’emplacement de Quentowic (Laurent 1864 : p. 67) et Pierre Baudelicque dans Histoire d’Étaples (Baudelicque, 1993 : p. 60-61).

8 Souquet, 1855 : p. 8 et 9.

9 Souquet, 1855 : p. 4 « [Sous les greniers à blé] se trouvait l’entrée d’un souterrain dont la sortie était à 600 mètres (sic) du nord du château ». La distance exprimée semble suspecte, à moins qu’il ne s’agisse d’une coquille (60 mètres ?). En 1826, Souquet mentionnait déjà l’existence de ces souterrains dans un billet publié dans le n° 89 de la Revue départementale (Souquet, 1826 : p. 757).

10 En 1846, âgé de 34 ans, Abraham Fournier était chef de division attaché à la construction du chemin de fer d’Amiens à Boulogne (Brunet, 1846 : p. 150). Il était domicilié à Étaples, rue de Montreuil, où il vivait avec son épouse Félicie et leur fils Elfège, son frère Léon et leur domestique Julie Lesueur (Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de la population d’Étaples pour l’année 1846, Liste nominative, M 3907 : p. 3). En 1848, il fit don au musée de Boulogne des objets qu’il avait récupérés à l’issue du chantier de terrassement du château (Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 934 et Delmaire, 1994 : p. 352). Dans son ouvrage Les dieux et les morts, Éric Belot ne mentionne que le mobilier archéologique acquis par la musée de Boulogne lors de la vente aux enchères Souquet organisée en août 1900, à Étaples (Belot, 1990 : p. 110, 126, 138 et 198).

11 Sur les travaux d’arasement du château en 1847-1848, le plan et les découvertes, voir Souquet, 1847 : p. 3-5, Cousin, 1851 : p. 290 et 291, Souquet, 1854, Souquet, 1855 : p. 3-5 et 31-32, Souquet, 1860a : p. 33, Souquet, 1863 : p. 16 et 171-172, Cappe de Baillon, 1916-1917 : f° 36r°, Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 933, Baudelicque, 1993 : p. 385, Delmaire, 1994 : p. 352-354 et Philippe, 2004 : p. 42.

12 Souquet, 1847, 1854 et 1855 : p. 4.

13 Les terrassements sont antérieurs au 25 juillet 1864. Sur ces travaux et les découvertes effectuées à cette occasion, voir Cousin, 1864, Souquet, 1865, Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 934, Delmaire, 1994 : p. 353 et Philippe, 2004 : p. 42.

14 Plus exactement, Gustave Souquet prend en 1864 une vue stéréoscopique des ruines du château d'Étaples pour illustrer son rapport sur les travaux qui viennent d’être conduits sur l’ancienne forteresse. Ce rapport est envoyé à la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais avec trois autres photographies illustrant les objets découverts : « J'ai pu, grâce à la photographie, [produire] une vue stéréoscopique du château d'Étaples en ruines, au commencement des fouilles de 1864, [ainsi qu’une] partie des différents objets, et les réunir dans les planches que je vais avoir l'honneur de mettre sous les yeux de la Commission » écrit-il dans sa lettre lue lors de la séance du 1er avril 1865 (Souquet, 1865). Cette photographie fait aujourd’hui partie du fonds Souquet conservé au Musée Quentovic d’Étaples.

15 Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 934, Delmaire, 1994 : p. 352-354 et Philippe, 2004 : p. 42-43.

16 Sennequier, Tuffreau-Libre, 1977 : p. 940-941.

17 Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 209.

18 Voir, par exemple, Souquet, 1860a : p. 40-41, 1860b : p. 141-142 et 1863 : p. 18, Cousin, 1860 : p. 144-145, Vaillant, 1887 : p. 69-84 et 1890 : p. 247-250, Reddé, 1986 : p. 278-279, Delmaire, 1994 : p. 341-343 et 352-354, Philippe, 2004 : p. 42 et Le Bourdellès, 2009 : p. 127-137.

19 Voir la transcription de Guizot, 1824 : p. 48 : « Le printemps était de retour ; le roi quitta Aix-la-Chapelle à peu près au milieu du mois de mars, parcourut le rivage de l'océan Gaulois, construisit une flotte sur cette même mer que les Normands désolaient alors par leurs pirateries, plaça des garnisons sur la côte et célébra la fête de Pâques à Saint-Riquier », p. 67-68 : « Sur ces entrefaites, le roi, pour voir la flotte dont, l'année précédente, il avait ordonné la construction, se rendit à Boulogne des Gaules, ville maritime où étaient rassemblés les vaisseaux. Il restaura le phare élevé anciennement pour diriger dans leur course les navigateurs, et fit allumer à sa sommité un feu pendant la nuit », et p. 141 : « Voulant réunir une flotte pour combattre les Normands, il fit fabriquer des vaisseaux sur tous les fleuves de la Gaule et de la Germanie qui se jettent dans l'Océan septentrional ; et comme les Normands dévastaient dans leurs courses continuelles les côtes de ces deux contrées, il plaça, dans tous les ports et les embouchures de fleuves propres à recevoir des navires, quelques bâtimens en station, et coupa ainsi le chemin à l'ennemi ».

20 Pour la fortification – supposée – de la baie de la Canche à l’époque carolingienne, voir notamment Cousin, 1851 : p. 303, 323 et 337, et Souquet, 1863 : p. 23-24 et 33, repris par Baudelicque, 1993 : p. 58 et 61.

21 Rares sont les sites découverts et correctement étudiés (un fond de cabane et de la céramique du VIe siècle découverts en 1988, lors de la construction de l’actuelle gendarmerie : Delmaire, 1994 : p. 360-361 ; plus récemment, les vestiges d’une nasse découverts en 2010, en bordure de la Canche, près de la colline d’Hilbert, ont été datés d’une période comprise entre le viie et le ixe siècle et témoignent d’une petite activité de pêche fluviale : Meurisse-Fort, 2018 : p. 55-57). Les trouvailles sont plutôt anciennes et non localisées (mobilier funéraire issue d’une nécropole signalé par Armand Van Robais à la Société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville et nombreuses monnaies du haut Moyen Âge dans la ville et les garennes, sans autres précisions : Delmaire, 1994 : p. 337).

22 Lebecq, 1983 : LXX, 2, p. 369 : « Quod si exuberante Dei clementia, et vestra cooperante industria, obtinuero, vestrae rursum erit sollicitudinis ut munificentiae illius beneficium ad villam Stapulas provehatur », traduit ainsi « Si, par un débordement de la clémence divine et grâce au concours de votre zèle, j'aboutis, je m'en remettrai encore à votre sollicitude du soin de faire transporter à Étaples le bienfait de sa munificence ».

23 Cette cote alphanumérique renvoie aux textes du corpus situé en fin d’article. Chaque référence du corpus sera désormais citée sous cette cote.

24 Pour le château de Boulogne, voir la contribution d’Angélique Demon dans ces mêmes actes.

25 Pour le château d’Hardelot, voir la contribution de Jean-Michel Willot dans ces mêmes actes.

26 La charte de Mathieu d’Alsace semble solenniser la cession d’un château déjà construit, à travers cette formule : « en échange de la terre sur laquelle s’élève le château d’Étaples ». Les historiens des siècles passés se sont parfois appuyés sur cette formule pour justifier de la reprise par le comte Mathieu d’un château construit antérieurement à son règne, en attribuant son édification à l’un des prédécesseurs de Mathieu d’Alsace ou la plaçant à un siècle antérieur : voir Souquet, 1860a : p. 28 (« ce qui ferait de Mathieu d’Alsace non un fondateur, mais un restaurateur », et 1863 : p. 40-42 (où il rappelle les opinions des historiens boulonnais Lequien et Dubuisson), et Calonne, 1875 : p. 93 (« Mathieu d'Alsace rétablit la forteresse d'Étaples »). Les dates de construction du château sont parfois erronées, quand elles ne sont pas fantaisistes. Les dates 1160 et 1171 sont les plus souvent citées : voir, par exemple, Henry, 1810 : p. 280 (en 1160), Bertrand, 1829 : p. 38 (en 1160), Harbaville, 1842 : p. 108 (en 1171) et Lefebvre, 1855 : p. 195, n. 1 (en 1160).

27 Sur les donjons de plan cubique dans le nord-ouest de la France, voir Héliot, 1969 : p. 144-157.

28 Ces travaux sont à mettre en relation avec la grande campagne de restauration des châteaux du comté entreprise par Philippe le Bon, après la cession du comté aux Bourguignons : voir les travaux entrepris aux châteaux de Boulogne, Hardelot et Bellefontaine (Wimet, 1981 et 1988). Pour Étaples, où les données ne sont pas encore publiées, voir Clauzel-Delannoy, 2009 : p. 72, Clauzel-Delannoy, 2011 : p. 77 et Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault, 2016 : p. 22. Les tempêtes étaient également fatales à ces forteresses du littoral, à l’exemple de la tempête de 1438 qui a affecté le château d’Étaples (Clauzel-Delannoy, 2009 : p. 72).

29 L’étude sur les moyens défensifs propres à la ville d’Étaples aux époques médiévale et moderne reste à conduire. La ville semble avoir été défendue à l’époque médiévale par une muraille dont l’entretien s’est fortement dégradé au xve siècle. Cette enceinte a été remplacée par un rempart de terre doublé d’un imposant fossé au milieu du xvie siècle. Voir, par exemple, cette description d’Étaples en 1669 par Pierre de La Planche : « La ville est toute plate. Elle estoit autrefois close de murailles qui sont ruynées » (Pierre de La Planche, La description des provinces et villes de France, manuscrit composé de deux volumes sur papier relié de cuir, rédigé en 1669 et conservé au Musée Condé de Chantilly : volume 1, chapitre 5 : Du Comté & Seneschaucée de Boulenois, paragraphe : Estaples, Stapulæ, Diocese de Boulogne : f° 167).

30 Monstrelet, 1572 : p. 103 r° - v°. Voir également la chronique de l’historien desvrois Jean Molinet pour l’année 1479 : « En ce temps, le petit Salezar, tenant le parti de Bourgogne, associé à la garnison de Saint-Omer, fit une course devant la ville d’Estaples ; les manans d’icelle se retirèrent au chasteau ; la ville fut pillée ; et ceulx qui estoient audit chasteau le rachetèrent du feu une grosse somme de deniers » (Buchon, 1828 : p. 229).

31 Gustave Souquet ne semble exprimer aucun regret à la disparition du château. En 1855, il se borne à constater que « l’œuvre de destruction [du château] est pour ainsi dire accomplie. Bientôt la pioche fera disparaître les derniers vestiges de ce glorieux souvenir de l’antiquité romaine et du moyen-âge » (Souquet, 1855 : p. 32). Pourtant, en 1862, il manifeste son intérêt pour les faibles ruines du château de Longvilliers, au nord-est d’Étaples : « Il ne reste aujourd’hui de cette forteresse qu’un mur de remparts très-bien conservé, et qui pourra durer encore longtemps si la main de l’homme le respecte » (Souquet, 1862 : p. 13). Sur les différentes causes qui ont mené à la ruine des châteaux au cours des siècles, voir Loupès, 2012. Sur la dimension romanesque des châteaux en ruine, notamment au début du xxe siècle, voir Alexandre-Bidon, 2012 : p. 234-239.

32 Sur ce cadre historique, voir, par exemple, Lefebvre, 1855, Rodière, 1900, Rodière, 1905, Gairdner, Brodie, 1908 : notamment la préface, p. vii-liv, Baudelicque, 1993 : p. 132-138 et 169-184 et Lottin, 2014. Le paragraphe 3.1. de cet article a été rédigé à l’appui de ces différents auteurs.

33 Voir notes 38 et 42.

34 Claude-André Dormy est le premier évêque de Boulogne, charge à laquelle il est nommé en 1567. Il ne prend toutefois possession de son siège que le 3 avril 1570, quand cesse la présence huguenote dans la ville. Il meurt à Boulogne le 15 février 1599. Sur cet évêque, partisan de la Ligue, voir Van Drival, 1852 : p. 95-114.

35 Jean-Louis de Nogaret, seigneur de La Valette et de Caumont, duc d’Épernon (1554-1632), noble, catholique, militaire au service des rois Henri III, Henri IV et Louis XIII.

36 Potter, 2011 : p. 180.

37 Gairdner, Brodie, 1896 : n° 373, p. 146.

38 Jean Gédouin, seigneur de Tais (actuel hameau de Thais, parfois orthographié T(h)aix ou Taye, commune d’Yzeures-sur-Creuse, Indre-et-Loire), est panetier du roi François Ier en 1529, chevalier de l’ordre du roi, capitaine de cinquante hommes d'armes, gouverneur de Loches, premier colonel-général de l'infanterie française en 1544, époque de la création de cette charge, et grand-maître de l'artillerie en mars 1546. En 1547, il perd cette dernière charge, puis est réhabilité dans cet office. Il est tué dans la tranchée, au siège de Hesdin en 1553. Voir Busserolles, 1857 : p. 78.

39 L’histoire et la chronologie des gouverneurs d’Étaples ne sont pas encore écrites. La liste fournie par Gustave Souquet (Souquet, 1855 : p. 9-12 et 1860a : p. 31-33), reprise par Albéric de Calonne (Calonne, 1875 : p. 95), Godefroy Cappe de Baillon (Cappe de Baillon, 1916-1917 : f° 39v° à 40v°) et Pierre Baudelicque (Baudelicque, 1993 : p. 99-100), est incomplète et fautive.

40 Toutefois, l’historiographe picard Dom Pierre-Nicolas Grenier mentionne, mais sans plus de détails, une lettre de François Ier, issue des registres du bailliage d’Amiens et datée du 30 mars 1545, pour « faire travailler au fortifications d’Étaples » (Bibliothèque nationale de France, manuscrit Picardie 17 : f° 133 v° et 134 r° et v°). De même, l’historien François-César Louandre cite, dans son Histoire d’Abbeville, une lettre de François Ier, datée du 9 mars 1545 et autrefois conservée aux Archives municipales d’Abbeville, qui ordonne aux officiers municipaux d’Abbeville « six mille pains et trois muids de vin et de bière par jour » et à ceux de Saint-Valery « quatre mille pains et deux muids des mêmes boissons » pour approvisionner les douze mille ouvriers, maçons, pionniers et charpentiers employés aux travaux des fortifications d’Étaples : le roi prévient les magistrats municipaux qu’il s’en prendra à chacun d’eux « en leur propre et privé nom » si la fourniture n’est pas complète (Louandre, 1845 : p. 33-34). Nous n’avons pu retrouver ce document, probablement détruit lors des deux derniers conflits mondiaux. Mais, en 2013, Raphaële Jaminon-Boinet nous signalait dans l’inventaire des archives municipales d’Abbeville, série EE, n° 52, la mention suivante qui se rapporte peut-être à celle de Louandre : Fournitures de pain et de vin faites par la ville d'Abbeville aux 6000 maçons, charpentiers et pionniers employés aux travaux de fortification d'Étaples (deux pièces en parchemin, une en papier, 1545-1550).

41 Gairdner, Brodie, 1908: n° 262, p. 124 et n° 394, p. 188.

42 À la fin du mois de février 1546, Jean de Tais était encore gouverneur d’Étaples comme en témoigne la lettre de John Irish, trompette de Calais, en mission dans la ville à cette date (Gairdner, Brodie, 1908 : n° 471-2, p. 220). Le 5 mars, il est nommé lieutenant du gouverneur de Picardie. Il est encore cité comme gouverneur au début du mois de mai 1546 dans une lettre d’Edward Hertford (Gairdner, Brodie, 1908 : n° 779-2, p. 387). La date exacte de la fin de sa charge n’est pas connue, mais il est gouverneur de Loches de 1547 à 1553, année de sa mort au siège d’Hesdin (Boulay de la Meurthe, 1906 : p. 300).

43 Gairdner, Bordie, 1908 : n° 262, p. 124, n° 471-2, p. 220, n° 481, p. 227, n° 529, p. 262, n° 577, p. 280 et n° 779, p. 387 et Potter, 2011 : p. 292, n. 99.

44 Gairdner, Bordie, 1908 : n° 471-2, p. 220, n° 529, p. 262, n° 779, p. 387 et n° 1530, p. 755-756.

45 Gairdner, Brodie, 1908 : n° 65, p. 26-27, n° 507, p. 252, n° 509, p. 253, n° 527, p. 261-262, n° 529, p. 262, n° 553, p. 272 et n° 588, p. 288-289. Un nouveau projet naît cependant à la fin du mois d’avril 1546 (Gairdner, Brodie, 1908 : n° 693, p. 342 et n° 707, p. 347).

46 Les biographies d’Antoine Escalin des Aimars sont nombreuses, souvent anciennes, et il n’est pas possible de les citer toutes ici : le gouvernement étaplois du baron de La Garde est rarement cité dans ces études. De même, les date de prise et de fin de la charge du capitaine ne sont pas connues. Il est cité comme gouverneur « de Stappes », « d’Estappes », « d’Esteppes », « de Estappez » dans plusieurs documents officiels des mois de février et mars 1547 publiés par Thomas Rymer au début du xviiie siècle : lettres de François Ier du 15 février 1547 nommant Antoine Escalin et Odet de Selve ambassadeurs à Londres afin de fixer la frontière franco-anglaise en Boulonnais (Rymer, 1713 : p. 126 et p. 332), traité de la fixation de la frontière daté du 11 mars 1547 (Rymer, 1713 : p. 135-139) et traité de ligue défensive avec le roi d’Angleterre, Édouard VI, à la même date (Rymer, 1713 : p. 139-142). Une lettre d’un espion anglais, datée du 20 avril 1547, mentionne un certain « M. Ynnardbedel, governor of Estaple » qu’il est difficile de rattacher au baron de La Garde (Turnbull, 1861 : n° 124-1, p. 336). Le 26 mai 1548, Robert de Brou(i)lly, seigneur de Chevrières, dit le chevalier Robinet, obtient la charge de gouverneur d’Étaples (Morel, 1906 : p. 661-663 pour la pierre tombale de Robert de Brou(i)lly conservée dans l’église de Chevrières, Oise).

47 Turnbull, 1861 : n° 73, p. 317 et n° 124, p. 335-336.

48 Gairdner, Brodie, 1908 : n° 529, p. 262 : « The town could not be held without winning the castle, which is made massive ».

49 Originaire du Brabant, Jacques Granado était écuyer des écuries. Il fut pensionné en 1546 et servit Henri VIII à divers titres, notamment en tant que capitaine de Boulogne. Chevalier à Berwick en 1547 pour ses services distingués dans la campagne écossaise, il reçut une rente de 50 livres trois ans plus tard. Il fut tué à la suite d’une chute de son cheval en 1557 (Richardson, 1974 : p. 30, n. 186).

50 Les jurats sont des magistrats municipaux ayant prêtés serment. Rye est un port du Comté du Sussex de l’Est, (Angleterre), établi au bord de la rivière Rother.

51 Souquet, 1855 : p. 8 et 31, ainsi que sur le plan n° 2 entre les p. 8 et 9, et 1863 : Plan de la ville d’Étaples au xvie siècle (14 dans la légende). L’appellation est encore usitée aujourd’hui, cachant une méconnaissance de la topographie originelle du château : les vestiges de l’ouvrage à cornes sont, en effet, souvent confondus avec les ruines du château médiéval, pourtant disparu (voir, par exemple, Baudelicque, 1993 : p. 96).

52 C’est le cas sur le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors (non daté) : ouvrage à cornes (lettres H, I, L de la légende), sur le Plan du chateau d’Estapes (1703) : ouvrage à corne (lettre B de la légende), sur le Plan de la ville et château d’Étappe (1717) : ouvrage à corne (lettres D et M du plan), et sur l’un des exemplaires du Plan d’Etaple (1716), levé par les frères Magin : ouvrage à corne. Pour ces différents plans, conservés à la Bibliothèque nationale de France, Département des cartes et plans, ou au Service historique de la Défense, à Vincennes, voir Byhet, 2016a : p. 91 (et fig. 55), p. 88-89 (et fig. 52), p. 89 et 91 (et fig. 54), et p. 94 et 96 (fig. 58), et Byhet, 2017a : p. 116-117 (et fig. 73-74), p. 114 (et fig. 70), p. 114 et 116 (et fig. 72) et p. 120-121 (et fig. 77).

53 C’est le cas sur le Plan du chateau d’Estaples et de ses dehors (non daté) : ouvrage tenaillé (lettres H-I-L et P-Q-R-S-T de la légende). Pour les références de ce plan, voir la note 52.

54 Voir Byhet, 2016a : p. 88-89 (et fig. 52, lettre E de la légende) et p. 89 et 91 (et fig. 54, lettre N du plan), et Byhet, 2017a : p. 114 (et fig. 70, lettre E de la légende) et p. 114 et 116 (et fig. 72, lettre N du plan).

55 Dans son étude sur le château d’Étaples, déjà citée, Gustave Souquet n’en fait jamais mention, ayant perdu la nature et la fonction de cet ouvrage.

56 Sur l’origine du mot « boulevard » et ses différentes graphies dans les langues modernes européennes, voir Faucherre, 1989 : p. 107, Bragard, 2014 : plus particulièrement p. 39, 42 et 46 et Martens, 2015 : p. 129 et suiv.

57 Martens, 2015 : p. 130.

58 Malheureusement, ces études ne citent pas, pour Étaples, les sources utilisées pour attribuer les travaux à ces deux ingénieurs. Pour Guichard, voir Barthélémy, 1863 : p. 207, n. 2, et Pérouse de Montclos, 2000 : p. 53 et 280. Pour Errard, voir Noizet-Saint-Paul, 1811 : p. 16, n. 2.

59 Voir Souquet, 1855 : p. 31, 1860a : p. 34 et 1863 : p. 54. Souquet donne quatre dates pour ce transfert : 1804, 7 mai 1805, 3 mars et 3 mai 1806. Nous n’avons pas réussi à retrouver la mention dans les registres aux délibérations de la ville d’Étaples, conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais. Cette délibération intervient après le décret impérial sur les sépulture, daté du 12 juin 1804 : Titre Premier, articles 1 à 3 : « Article premier. Aucune inhumation n'aura lieu dans les églises, temples, synagogues, hôpitaux, chapelles publiques, et généralement dans aucun des édifices clos et fermés où les citoyens se réunissent pour la célébration de leurs cultes, ni dans l'enceinte des villes et bourgs. Article 2. Il y aura, hors de chacune des villes ou bourgs, à la distance de trente-cinq à quarante mètres au moins de leur enceinte, des terrains spécialement consacrés à l'inhumation des morts. Article 3. Les terrains les plus élevés et exposés au nord seront choisis de préférence ; ils seront clos de murs de deux mètres au moins d'élévation. On y fera des plantations, en prenant les précautions convenables pour ne point gêner la circulation de l'air » (Bulletins des lois de l’Empire français, 4e série, Tome 1 : n° 25, p. 75-80 [p. 75-76 pour les trois articles cités ici]). À la lecture de ces articles, on comprend combien l’ouvrage à cornes répondait au décret.

60 Sur les travaux de terrassement opérés en août 1930, voir Caron, 1942 : p. 41-43.

61 Voir Bulletins de la Société des Amis de Quentovic, Livre n° 2 (1938-1945), conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J/142 : p. 350-354 et plans n° 1 à 3.

62 Ces mesures ont été prises sur le plan Triplet, exécuté en 1810, et pour lequel il faut tenir compte des multiples dégradations apportées à l’ouvrage au cours du temps. Sur ce plan, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, voir Byhet, 2016a : p. 100 et fig. 63-64, et Byhet, 2017a : p. 127 et 128 et fig. 88-89.

63 Le mémoire de Jean-Jacques Dutertre, donataire du château au xviiie siècle, montre bien la colonisation de cet espace par la construction privée (voir le texte T25 du corpus).

64 À l’époque moderne, ce que l’on désignait par « falaises » à Étaples renvoyait aux nombreux escarpements calcaires qui longeaient la Canche, à l’est de la ville, depuis le château jusqu’à la colline d’Hilbert. Voir, par exemple, cette rente établie vers 1702, qui mentionne ces falaises : « Jean Ohier, mary et bail de demoiselle Catherine Baudelicque, sa femme comme donnataire de feu Me Pierre Baudelicque, vivant ancien mayeur de ceste ville pour quattre journeux de terre séants en un endroit du terroir nommé Le Pendu, tenants de liste vers le nort, où [ajout en incise] il y a un rideau, aux héritiers de feu Jenne Gressier, veufve de feu François Hochart, d’autre liste aux falaises quy regardent et touchent le chemin quy mène d’Étaples à Hilbert, d’autre bout vers [blanc], doit par chacun an à lad[i]te église au Noël cinq souls de rente » (Archives départementales du Pas-de-Calais, Cueilloir de l’église Saint-Michel, écrit vers 1702 et complété ultérieurement, 74J/187 : f° 96 r°). La chaux boulonnaise était réputée à l’époque moderne comme en témoigne l’ingénieur Bernard Forest de Bélidor en 1734 dans son ouvrage La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d'architecture civile : « Il y a une pierre jaunâtre qui se tire aux environs de Boulogne en France qui fait aussi une chaux excellente, & qui est la plus estimée de toutes celles qu’on peut employer en Picardie & en Artois, qui ne diffère guères de la craye qui est la plus mauvaise qualité qu’une pierre puisse avoir pour faire de la chaux » (Bélidor, 1734 : livre III, p. 7-8).

65 Cette parcelle, jadis propriété privée et à usage de pâture, appartient aujourd’hui à la commune d’Étaples. Elle forme un rectangle irrégulier d’une superficie d’environ 9 600 m². La municipalité précédente (2008-2014) souhaitait faire de cette parcelle un jardin public. À l’heure actuelle, aucun projet ne semble la concerner.

66 Voir notes 52, 53 et 62.

67 Sur ces deux campagnes de fouille programmée, voir Byhet, 2015b, 2016a , 2016b, 2017a et 2017b. Une troisième et dernière campagne a été organisée en 2017.

68 La cour comtale devait se déplacer au château d’Étaples comme en témoignent les deux documents suivants. Le premier est un extrait du Roman d’Eustache le moine (xiiie siècle) qui narre les aventures d’Eustache Busket, ce moine devenu pirate à la fin du xiie siècle et au début du siècle suivant : pour venger la mort de son père, Baldwin Busket, tué par Humphroi d’Ermelinghem, Eustache demande vengeance à Renaud de Dammartin, comte de Boulogne (de 1190 à 1227), qui lui accorde l’organisation d’un duel judiciaire à Étaples (Estagles) ; afin d’assister au duel, toute la cour s’est déplacée dans la ville (Michel, 1834 : p. 14, v. 362 et p. 93-94). Le second est une charte de Robert V d’Auvergne, comte de Boulogne (de 1265 à 1277), conservée aux Archives de la cathédrale de Canterbury (CCA-DCc/ChAnt/F/103) : datée du mois d’août 1267 et signée à Étaples (Staplas), elle confirme les privilèges donnés par ses ancêtres à l’abbaye concernant les principaux péages du Boulonnais.

69 Souquet, 1855 : p. 3, 5, 8, plan nº 1 : lettre D, entre p. 4 et 5, et plan nº 2, entre p. 8 et 9 : ce deuxième plan est celui du château d’Étaples réalisé par Christophe Tassin en 1634 (et non 1638, comme l’indique Souquet). Il est à noter que Louis-Joseph Harbaville le mentionne dès 1842 dans son Mémorial historique et archéologique du département du Pas-de-Calais (Harbaville, 1842 : p. 109).

70 En 1850, Gustave Souquet fait part de ce plan à la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais (Bulletin, Tome 1, assemblée générale du 1er août 1850, p. 93). En 1855, il redessine, puis fait graver et publier le plan des découvertes dans son Histoire et description du château d’Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 6FIC/806 et Souquet, 1855 : Plan n° 1 des ruines du château d’Étaples, par M. Fournier, Ingénieur, en 1848, inséré entre la p. 4 et 5). Le plan original d’Abraham Fournier est probablement celui conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 6FIC/805.

71 Gustave Souquet indique que la chaux « était devenue aussi dure que le ciment [et qu’] il a fallu faire usage de la poudre pour diviser ces blocs de pierre » (Souquet, 1855 : p. 5).

72 D’après l’échelle de mesure du plan imprimé en 1855 : le plan d’origine n’en comporte pas.

73 Sur le plan publié par Gustave Souquet en 1855 (Souquet, 1855 : plan inséré entre la p. 4 et 5), le donjon apparaît comme un ensemble complet ; sur les dessin de Gustave Souquet et plan d’Abraham Fournier conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (cote 6FIC/806 et 6FIC/805), seuls les murs ayant subsisté semblent avoir été reportés.

74 On doit à Alphonse Leduque la première interprétation de ces différents espaces (Leduque, 1942 : p. 9-10).

75 Voir, par exemple, Calonne, 1875 : p. 93 et 96, Rosny, 1909 : p. 468, Cappe de Baillon, 1916-1917 : f° 37v°, 38v°, 44r° et 93v°, Leduque, 1942 : p. 3 et 9-10, Baudelicque, 1993 : p. 95 et 192. Pierre Héliot l’a intégré dans ses études sur l’architecture militaire du Boulonnais et du Montreuillois (Héliot, 1937 : p. 348 et Héliot, Leduque, 1948 : p. 178, n. 1).

76 Voir Langeuin, 2002.

77 Voir Decaëns, Dubois, 2009 : p. 32-35.

78 Ces trois vues présentent des exagérations propres à ce type de représentations : accentuation du relief, disproportions des principaux monuments de la ville d’Étaples afin de les mettre en évidence, présentation de ces monuments sous leur meilleur angle de vue, sans tenir compte de leur orientation. Toutefois, l’on peut prêter crédit aux artistes d’avoir représenté « d’après nature » la ville et son château : c’est particulièrement vrai pour Nicolas de Nicolay et Joachim Duviert qui ont voyagé dans le Calaisis, le Boulonnais et le Montreuillois et sont passés par Étaples en 1549, pour le premier (Hervé, 1955 : p. 227 et n. 3, et p. 256), et en 1611, pour le second (Turquois, 1981 : p. 198).

79 Pour ce plan, conservé au département Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et consultable sur la bibliothèque numérique Gallica, voir Hervé, 1955 : n° 14, p. 254-257, Byhet, 2016a : p. 80, fig. 44, et Byhet, 2017a : p. 105-106, fig. 62. Il a probablement été réalisé à l’aide de dessins préparatoires réalisés une décennie avant sa publication.

80 Pour cette vue, conservée au Cabinet des Estampes (réserve) de la Bibliothèque nationale de France, dans la collection Lallemant de Betz, voir Byhet, 2016a : p. 80, fig. 45 et 46, et Byhet, 2017a : p. 106-107, fig. 63 et 64.

81 Pour cette vue, insérée dans le volume consacré à la province de Picardie des Topographiae Galliae de Martin Zeiler et de Matthäus Merian, voir Byhet, 2016a : p. 85-86, fig. 49, et Byhet, 2017a : p. 110-111, fig. 67.

82 Souquet, 1855 : p. 30 et 1863 : p. 93, repris par Rosny, 1909 : p. 468, Baudelicque, 1993 : p. 96 et Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault, 2016 : p. 33. Les références que donne Souquet ne concernent que des travaux imprécis au château ou au corps de garde de la forteresse (Comptes des argentiers de la ville d’Étaples ou Livre noir conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais : 17 février, 20 août et 6 octobre 1641). Contrairement à ce qu’affirme Gustave Souquet et les auteurs qui l’ont repris à sa suite, le château n’a pas été démantelé en 1641 : si la démolition de cette forteresse, pour cause d’entretien coûteux, a souvent été évoquée (voir notre texte T19 dans le corpus), voire même initiée à la fin du XVIIe siècle, les travaux n’ont jamais été poursuivis jusqu’à leur terme, comme en témoigne l’ingénieur militaire, Charles Robelin, en 1705 et 1717 (voir les textes T22 et T23-B du corpus). La forteresse connut un long abandon jusqu’à son aliénation en 1734 par Jean-Jacques Dutertre, seigneur d’Écœuffent, « donnataire du Roy du chateau de la ville d’Estaples » (voir notre texte T25 du corpus). Sur les notions de démolition et de démantèlement des forteresses, voir Payraud, 2012 : p. 19-20.

83 Pour cet inventaire, voir Rosny, 1909 : p. 469-475, repris par Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault, 2016 : p. 43-48.

84 Les mentions de « résidence au château » sont assez rares pour les signaler : voir Rodière, 1891-1892 : p. 264, n. 1 et 1900 : p. 60-61, 101-102 et 151-152.

85 Voir note 83.

86 Voir Byhet, 2016a : p. 89 et 91, fig. 54 (lettres E et H), et Byhet, 2017a : p. 114 et 116, fig. 72 (lettres E et H).

87 Voir Byhet, 2016a : p. 91, fig. 55 (lettres A et D), et Byhet, 2017a : p. 116-117, fig. 73 et 74 (lettres A et D).

88 Les plan et coupe de ce mur ont été réalisés par Abraham Fournier et reportés sur le dessin des travaux effectués dans les ruines du château en 1847-1848 (Archives départementales du Pas-de-Calais). Seule la coupe a été reprise dans la gravure publiée par Gustave Souquet, en 1855, dans son Histoire et description du château d’Étaples (Souquet, 1855 : p. 4 (« C représente un mur construit en briques rouges, soutenu par des contreforts en grès, et percé d’une porte ») et Plan n° 1 (lettre C et plan C) entre les p. 4 et 5, à la seule différence que le mur et ses piliers y apparaissent entièrement construits de briques). Chaque pilier mesurait entre 1,10 m et 1,20 m de large. Le pilier le mieux conservé avait encore une hauteur de 3,35 m. Deux des trois piliers montraient un ressaut de 0,20 m de haut. La porte mesurait 1,90 m de haut. Il est possible également que ce mur appartienne à la voûte d’entrée du château : les piliers devaient recevoir chaque retombée des arcs de la voûte et la porte permettre la communication entre cette voûte et la cour du château, vers le nord.

89 Souquet, 1855 : p. 4.

90 La description donnée par Gustave Souquet et le plan qu’il dessine, puis fait imprimer, de la structure dans le cadre de sa publication permettent de le supposer fortement : le plan établi par Abraham Fournier ne montre pas des cellules demi-circulaires creusées dans les murs, de part et d’autre d’un couloir, mais six cellules circulaires occupant tout l’espace intermédiaire du couloir, entre deux murs. Gustave Souquet a visiblement oublié de reporter ce détail sur son plan (pour ces différents plans, voir la note 70). En 1855, il ne subsistait plus « qu’une paroi de la cachette souterraine » (Souquet, 1855 : p. 32). Dans son étude manuscrite du château d’Étaples, Alphonse Leduque, reprenant la description de Gustave Souquet, ne parvient pas non plus à identifier correctement la construction qu’il assimile au « logis seigneurial [qui] affectait [un] plan en équerre [pourvu de souterrains] » (Leduque, 1942 : p. 11-13).

91 Ce détail est fourni par Gustave Souquet (Souquet, 1855 : p. 4).

92 Le rayon d’une cuve est de 2 m environ (1 toise), sa hauteur est de 7,80 m (4 toises). La formule du volume d’un cylindre est égale à : π × R2 × h, soit π × 22 × 7,80 = 98.02 m3.

93 Pour le grenier d’Amboise, voir la belle étude de Raymond Mauny parue, en 1980, dans le bulletin de la Société archéologique de Touraine (Mauny, 1980).

94 Le grenier à grains d’Ardres n’a pas encore fait l’objet d’une publication particulière et le mériterait. Les renseignements ont été fournis et consignés par Michel Cabal (Association culturelle et historique d’Ardres) dans un dossier documentaire conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France (Carte archéologique). Voir également Bélidor, 1737 : p. 319-320 et pl. 10, fig. 4 et 5, Mauny, 1980 : p. 454-457, Cabal, Faucherre, 1990 : p. 13 et Cabal, 2012 : p. 19-20. Voir aussi la contribution de Michel Cabal dans ces mêmes actes.

95 Les halles supportaient également plusieurs niveaux de logements pour une trentaine de gradés et leurs servants.

96 Mauny, 1980 : p. 448-449.

97 Mauny, 1980 : p. 456.

98 Mauny, 1980 : p. 449.

99 Pour ce plan, voir Byhet, 2016a : p. 83, fig. 47-48, et Byhet, 2017a : p. 108-109, fig. 65-66.

100 Mauny, 1980 : p. 449.

101 La date exacte de la prise de gouvernance de Pierre de Sourhouette du Halde n’est pas connue : dans son Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Gustave Souquet mentionne un acte notarial daté du 5 octobre 1580 (minutes de Me Hault, notaire à Montreuil) dans lequel Pierre de Sourhouette (et non Courhenette comme l’a transcrit Souquet) du Halde est désigné « bailli, capitaine et gouverneur des ville, château et bailliage d’Étaples, Choquel et Bellefontaine » (Souquet, 1863 : p. 75 ; voir également Souquet, 1860a : p. 32 où le nom est déformé en Tourhenette). L’année 1580 semble traduire la date d’arrivée de Pierre de Sourhouette du Halde dans le Boulonnais : le 11 août 1580, il achète de Charles du Biez, seigneur de Bécourt et acquéreur précédent, la châtellenie de Longvilliers, Dannes, Recques et Marquise. Aux Archives nationales, plusieurs documents mentionnent Pierre de Sourhouette du Halde comme « capitaine et gouverneur pour le Roi en la Ville et Château d'Étaples » en 1583, 1587 et 1588 (Archives nationales, Registres des insinuations du Châtelet de Paris, Y//124 et Y//130.1 et Minutes et répertoires du notaire Pierre de Briquet, étude XCVI : 1577-1625, période 1577-1593). Il est l’époux de Lucrèce de Mauny et l’un des favoris du roi Henri III. En 1583, Pierre de Sourhouette du Halde réside rue Saint-Thomas-du-Louvre, paroisse Saint-Germain l’Auxerrois à Paris (Archives nationales, Minutes et répertoires du notaire Jean Marchant, étude XC : 1568-1580, période janvier-juin 1583, 2 pièces). Il décède vers 1593 (Archives nationales, Registres des insinuations du Châtelet de Paris, Y//133 et Y//134, et Collection d’Hozier, AB/XIX/3273, Dossier 44, 4 pièces).

102 Charles Dixson (parfois orthographié Delson, Decson, Dexson, Dixon ou Dexon), seigneur de Cour(r)y (parfois orthographié Cor(r)y ou Crouy), est l’aîné d’une fratrie d’aventuriers écossais. Par son mariage, peut-être forcé, avec Anne de Besghes, dame de Longvilliers, il devient seigneur de cette châtellenie, sans postérité. Avec son frère cadet, Thomas, époux de Margueritte d’Orbessan, fille d’Anne de Besghes, il écume et terrorise le Haut-Boulonnais. Mais, ruinés en 1575, les frères se voient dessaisis de leurs biens et du château de Longvilliers en 1578, non sans en être délogés par les troupes envoyées par Henri III. Le château est vendu en 1580 à Pierre de Sourhouette du Halde, nouveau gouverneur d’Étaples et seigneur de Longvilliers (Lefebvre, 1855 : p. 152 et 160, Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 286-287, n. 1 et Rodière, 1933 : p. 296-297).

103 Lefebvre, 1855 : p. 152 et 160.

104 Voir Scotté de Vélinghen, Recueil sur le Boulonnais, Archives départementales du Pas-de-Calais, MS 47, f° 195 r°-v° : « messire Charles Decson, chevalier seigneur de Coury, lieutenant pour le Roy des ville et chateau d'Estappes, en l'absence du seigneur du Halde, chatelain de Longvilliers, quy en estoit gouverneur ».

105 À l’exemple de cet extrait des comptes des argentiers de Montreuil pour les années 1583-1584 : « À ladite de Wallois [Jacqueline Wallois, hôtelière de Montreuil], pour 4 pots et demy de vin p[rése]ntés au capitaine Charles [Dixson], gouv[erneu]r d’Estaples, lorsqu’il est venu avec les habitants de ladite ville d’Estaples à la procession de ceste dite ville [Montreuil], selon l’ordonnance du 5 aoust dernier passé … 22 s. 6 d. » (Rodière, 1901 : p. 86).

106 Vers 1580, Hannibal (parfois orthographié Hanibal, Hanybal, An(n)ibal) de La Rue, seigneur de Bernapré, près Senarpont, et du Puy, épouse Suzanne de Chaumont. Sur la famille de La Rue, voir Rodière, 1900 : p. 54-55, n. 3. Pour le devenir d’Hannibal de La Rue, après la perte d’Étaples, voir notes 120 et 127.

107 Antoine (ou Anthoine) Chinot, écuyer, seigneur du Val, conseiller du roi, lieutenant-général civil et criminel en la sénéchaussée du Boulonnais.

108 Ansel (ou Anselme) de Wismes (parfois orthographié Wymes) est également mentionné en 1588 (Lhomel, 1887 : p. 179, d’après des notes particulières).

109 Il manque probablement un acte intermédiaire : celui du 26 juillet 1584 ? Gustave Souquet donne des indications partielles sur ce document dans son Histoire et description du château d’Étaples (Souquet, 1855 : p. 17 ; voir également Souquet, 1863 : p. 75-76 et Baudelicque, 1993 : p. 167).

110 Sur Jean (ou Jehan) Dieu, voir Rodière, 1908 : p. 21, 23, 80 et 105-106.

111 Pierre du Hamel est également cité dans l’acte de vente, entre 1588 et 1596, de la maison et du jardin d’un certain Lambin « scituée en ladite Basse-Ville de Boullogne, hors la barrière » (acte des notaires Le Pottier et Le Porcq, cité par Potez, 1902 : p. 396, n. 1).

112 De la fin des guerres franco-anglaises au début des guerres civiles, la ville d’Étaples a connu une période de calme relatif. On peut toutefois signaler les faits suivants : en juin 1552, Adrien de Croÿ, comte du Rœulx, menace de détruire Étaples (Henne, 1859 : p. 252 et n. 2.) ; en février 1566, Charles Hibon, seigneur de Campsart, sur le témoignage du gouverneur des ville et château d’Étaples, Claude de Hodicq, seigneur de Courteville, est remercié par le roi Charles IX d’avoir « porter remède à l’evenement survenu au chasteau d’Estappes » : cet événement – une sédition contre l’autorité gouvernementale ? – n’est pas connu (Hozier, 1872 : p. 11) ; enfin, en 1582, 1 400 arquebusiers du régiment de Cluseaux ravagent et pillent, deux jours durant, Étaples : les documents officiels de la ville sont brûlés (Scotté de Vélinghen, Recueil sur le Boulonnais, Archives départementales du Pas-de-Calais, MS 47 : f° 195 r°-v°).

113 Sur ces élections, voir Lefebvre, 1855 : p. 149-165. Le 10 août, Claude de Louvigny et François de Saveuse, futurs gouverneur, pour l’un, et capitaine, pour l’autre, du château d’Étaples (en 1591 pour le premier et en 1593 pour le second) sont absents, mais représentés par des procureurs… sans lettres de procuration (Lefebvre, 1855 : p. 153). Le 20 août, François de Saveuse est, cette fois, présent (Lefebvre, 1855 : p. 160, 162 et 164).

114 Lefebvre, 1855 : p. 152 et 161. Dixson n’est pas présent dans la liste des signataires du cahier des membres de la noblesse réunis à Étaples (Rosny, 1871 : p. 453, n. a).

115 Sur la tenue de nouvelles élections à Étaples et les lettres patentes du roi Henri III les organisant, voir Scotté de Vélinghen, Recueil sur le Boulonnais, Archives départementales du Pas-de-Calais, MS 47 : f° 195 v° – 196 r° et Lefebvre, 1855 : p. 165.

116 La chronologie des événement entre septembre 1588 et janvier 1590 est confuse et difficile à établir avec exactitude. Après le mois de septembre 1588, il est possible que la ville soit rapidement passée entre les mains des Royalistes qui la gardent jusqu’à la mi-octobre 1589, car de nombreux Étaplois ligueurs fuient Étaples pour prendre résidence à Montreuil, à l’exemple de l’ancien maïeur, Philippe Hertault, qui s’y trouve présent dès le 12 de ce mois (voir Rodière, 1900 : p. 150, qui cite les noms de quelques habitants d’Étaples réfugiés à Montreuil, et Prarond, 1868 : p. 165 ; Philippe Hertault fuira à nouveau la ville en 1591, après le siège du duc d’Épernon, au mois de février, voir Rodière, 1900 : p. 155). Dans la seconde quinzaine du mois d’octobre 1589, les troupes ligueuses investissent pour la deuxième fois la ville et s’y établissent (Rodière, 1900 : p. 150). L’année suivante, entre mai et juillet 1590, la ville est encore assiégée par les Ligueurs montreuillois, à la tête desquels se trouve François des Essars de Maigneux, gouverneur de la ville, ce qui suppose, à nouveau, une brève occupation royaliste entre la fin de l’année 1589 et le début de l’année 1590 (Pierre-Nicolas Grenier, Bibliothèque national de France, manuscrit Picardie 100 : f° 509 : Demande de paiement, le 29 octobre 1590, d’une somme demandée par les brasseurs de Montreuil pour la bière fournie aux troupes du gouverneur de Montreuil assiégeant Étaples et Rodière, 1900 : p. 152 : Acte de vente pour paiement d’une rançon d’un ligueur étaplois, prisonnier à Boulogne, le 8 mai 1590 ; voir également Pierre-Nicolas Grenier, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Picardie 17 : f° 134 v°).

117 Thou, 1734a : p. 323. Nous ne disposons, à ce jour, d’aucun document qui nous renseigne sur cette gouvernance.

118 Rappelons qu’en 1588, Pierre de Sourhouette du Halde est en encore qualifié de « capitaine et gouverneur pour le Roi en la Ville et Château d'Etaples », même s’il semble loin de la ville (voir note 104). En août 1588, Charles Dixson est présent à l’une des deux sessions de l’assemblée des Trois États du Boulonnais (voir notes 113 et 114).

119 Le château appartenait à Jacqueline du Tertre, veuve de Charles-François de Wavrans, écuyer, seigneur de Séquières, qui tenait « party contraire à l’union catholicque ». Pour l’acte de confiscation de ce château (Minutes des notaires montreuillois Courtrect et Benault, daté du 8 mars 1590), voir Rodière, 1900 : p. 151-152 et 1925 : p. 36. En juin 1590, le gouverneur ligueur de Montreuil, François des Essars de Maigneux, baille à loyer un autre bien royaliste – la maison seigneuriale d’Estréelles, appartenant aux de Louvigny – à « Allexandre Dixson, escuier, résident à Haulte-Recque, conté de Boullenois », probablement un parent de Charles Dixson (Rodière, 1900 : p. 9).

120 Pour la mention de la cession de la gouvernance des ville et château d’Étaples à Hannibal de La Rue, voir l’historiographe picard Pierre-Nicolas Grenier, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Picardie 100 : f° 509 : « Le 8 octobre 1590, on revoit l’estat des provisions estant au chasteau d’Estaples que le sieur Dixon, chevalier, seigneur de Corroy, gouverneur des ville et chasteau d’Estaples a remises ausdit sieur de Bernapré à présent gouverneur desdits lieux ». En 1592, Hannibal de la Rue servira auprès du gouverneur de Montreuil, Jacques des Essars de Maigneux, ligueur convaincu (voir note 127).

121 Pour ce manuscrit, voir la notice bibliographique du texte T10 dans le corpus.

122 Sur ce personnage, voir Pierre-Nicolas Grenier, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Picardie 17 : f° 17 r°-v° et Picardie 103 : f° 10 r°-v°, Lefebvre, 1855 : p. 496, Souquet, 1855 : p. 18 et n. 1, 1857 : p. 13-14 et 1863 : p. 79 et n. 1, et Calonne, 1875 : p. 98. Ces quatre auteurs ne font que reprendre le Journal. Gustave Souquet le compte parmi les « hommes célèbres » de la ville d’Étaples.

123 On notera également la mention du « très large et profond fossé rempli d'eau ».

124 Rodière, 1900 : p. 9, n. 2 et 1933 : p. 237-238.

125 Rodière, 1900 : p. 153. L’abbé Lefebvre (1855 : p. 196, n. 1) donne une explication aux dates fautives mentionnées dans certains écrits du xixe siècle qui placent la mort de du Bernet, tantôt le 21 février, tantôt le 24 de ce mois (Haigneré 1850 : p. 9 et Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 94 et 110-111). Un libelle répandu par les Ligueurs a fait courir le bruit de la mort du gouverneur dès 1589 (Roussel, 1954 : p. 180 et 182). Dans l’un des suppléments de son dictionnaire, publié en 1735, l’érudit Louis Moréri le fait mourir, de manière erronée, à Naples (Moréri, 1735 : p. 173).

126 Contrat de mariage « de Anthoine Lespine, sergeant d’une compaignie de gens de pied soubz Messieurs les princes de la Saincte Union, assisté et accompagné de Wallequin Desclave, homme de guerre soubz la charge du s[ieu]r de Bernapré, capitaine et gouverneur du chasteau d’Estaples » (Minutes des notaires de Montreuil en février 1591 : voir Rodière, 1900 : p. 9, n. 2 et 1933 : p. 237, n. 1).

127 On le retrouve à Montreuil, en 1592, comme « capitaine de cent hommes de pieds tenant garnison aud[it] Monstrœul » (Rodière, 1900 : p. 54, n. 3 et p. 158). En 1612, il est nommé « lieutenant du gouvernement de Montreuil (…) pour y commander en l’absence [de Charles des Essars] s[ieu]r de Maigneulx » (Rodière, 1900 : p. 179). En 1614, l’un de ses proches, Louis de La Rue, sieur de Bernapré, à qui l’on avait confié le commandement de Montreuil, prit les armes contre le gouverneur de la ville et du château d’Étaples, Jean IV de Monchy, seigneur de Montcavrel, et son représentant, Henri Gouffier, seigneur de Bonnivet (Rodière, 1900 : p. 54-56).

128 On ne connaît pratiquement rien de ce personnage. Dans son esquisse historique Les huguenots et la Ligue au diocèse de Boulogne, l’abbé Lefebvre le montre en garnison à Desvres, puis participant à la défense de Boulogne en 1588 et 1589, et, enfin, à l’assaut et à la prise du château de Desvres en décembre 1589 (Lefebvre, 1855 : p. 126, 128, 132, 133, 182, 186, 187, 188 et 190). Son testament, que Roger Rodière a transcrit intégralement dans l’un de ses manuscrits, et son épitaphe le désignent « capitaine au Régiment de Picardie » et « cappitaine d'une compaignie de chevaulx légers et d’une compaignie de gens de pied des bandes françoises au rég[iment] de Picardye » (pour le testament de Joseph du Castel, voir le manuscrit MS 204 de Roger Rodière, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais (12J1/204) : f° 321-324 ; voir également Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 111 et 954).

129 Lefebvre, 1855 : p. 198, Souquet, 1863 : p. 80, Rosny, 1871 : p. 495, Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 954 et Baudelicque, 1993 : p. 179. La dépense pour la garnison était de 326 écus et un tiers.

130 Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 954.

131 Haigneré, 1850 : p. 9-10 et Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 111 et 954.

132 Fils de François de Louvigny et de Françoise d’Anvin de Hardenthun, Claude de Louvigny est seigneur d’Estréelles, de Wierre-au-Bois et de Longfossé. Durant les guerres de Religion, c’est l’un des principaux chefs du parti huguenot dans le Boulonnais. En 1572, il est assiégé dans son château d’Estréelles par la garnison de Montreuil. En 1576, il l’un des députés de la noblesse protestante du Boulonnais à l’assemblée générale des trois ordres de la province. En 1590, ses biens sont confisqués par la Ligue et son logis seigneurial est baillé à loyer par François des Essars de Maigneux, gouverneur de Montreuil, qui en avait reçu la jouissance des princes ligueurs. Il meurt en 1593, peut-être dans la première partie de cette année, laissant, de Jeanne Gaillard de Longjumeau, son épouse, deux enfants survivants sur quatre fils et une fille. Claude de Louvigny est cité dans le testament de Joseph du Castel : le premier était probablement au service du second (voir note 128). Sur Claude et la famille de Louvigny, voir Rodière, 1904 : p. 504-505, n. 4 et 1925 : p. 33-34.

133 La chronologie des travaux ne peut être cernée de manière précise. Les comptes de Claude Louvigny ne mentionne qu’une seule date : celle de son arrivée au château le 7 octobre 1591, qui n’est pas la date à laquelle le compte a été rédigé. Celui-ci présente le détail de tous les travaux engagés et la somme totale des dépenses effectuées, à savoir 3156 écus. Outre le fait que de tels travaux se sont étalés dans le temps (il a fallu quarante-et-un jours pour vider les fossés et une quarantaine de jours pour construire le moineau), le document mentionne, par trois fois, la prise de Rue qui s’est déroulée le 17 novembre 1591, ce qui constitue le terminus post quem des comptes (sur la prise de Rue, voir Prarond, 1862 : p. 67-68).

134 Cette déperdition montre le caractère volatile des troupes qui, inactives et non rétribuées, passaient d’un camp à l’autre, d’une ville à l’autre. Au début du compte, il est dit que les soldats restants « se plaignoient n’avoir reçu aucune chose de longtemps ». Plus loin, Claude de Louvigny informe le roi qu’il a « entretenu trente à quarante chevau-légers fort nécessaires à cette garnison et n'aïant reçu aucunes contributions que pour les gens de pied, et, n'aïant ledit sieur argent pour païer lesdils gens de cheval, a été contraint les nourrir pour les maintenir auprès de lui, qui ne s'est pu faire qu'avec grands frais, aïant emprunté la plus part des vivres qu'il lui a fallu ».

135 Il faut noter la raison de l’aménagement de cette « maison d’hostes » : celle-ci a été établie au château, car « ledit bourg d’Estappes n’est point fermé ». En cette fin du xvie siècle, la ville apparaît donc dépourvue d’enceinte défensive (voir note 29). Il s’agit de la deuxième citation de l’ouvrage à cornes comme « basse-cour » après la mention de 1584. Gustave Souquet ne désigne cet ouvrage que sous ce seul nom (Souquet, 1855 : p. 8 et 31).

136 Sur la composition du bray gras et son utilisation, particulièrement dans le calfatage, voir Fennis, 1995 : p. 417-418.

137 On ne sait où était situé cet entrepôt dans la ville : s’élevait-il à proximité du port ou à proximité de la place ? En 1855, Gustave Souquet mentionne dans son Histoire et description du château d’Étaples l’existence d’une structure maçonnée découverte et détruite en 1847-1848, lors de la première campagne d’arasement des ruines de la forteresse (notre fig. 3, lettre A) : celle-ci prenait place au sud du château, entre le fossé et l’ancienne route de Montreuil (actuel embranchement secondaire de la route d’Hilbert menant au cimetière communal). Elle était composée d’un ensemble de « murailles de pierres blanches maçonnées à la chaux, établies au niveau des terres de molières [c’est-à-dire les rives de la Canche] » (Souquet, 1855 : p. 4). L’espace interne, de forme triangulaire, était subdivisé par des piliers accolés aux murs et « était rempli de blé brûlé et de décombres ». En dehors de sa représentation sur le Plan des ruines du château d’Étaples, par Mr Fournier, ingénieur, en 1848 (Souquet, 1855 : plan n° 1, entre les p. 4 et 5), cette structure n’apparaît sur aucun plan antérieur du château. Souquet en fait, peut-être à juste titre, « une construction souterraine (…) destinée à recevoir les grains nécessaires à l’approvisionnement du château », mais attribue celle-ci à l’époque romaine (voir également Cappe de Baillon, 1916-1917 : f° 36v°). Il n’est plus possible de préciser la datation de cet entrepôt.

138 Sur la construction des moineaux dans l’architecture militaire française des xve-xviie siècles, voir Salamagne, 1992.

139 Voir Byhet, 2016a : p. 91, fig. 55 (lettre O) et 56, et Byhet, 2017a : p. 116-117, fig. 73, 74 (lettre O), et 75.

140 Pour les références de ce plan, dont il existe plusieurs exemplaires conservés au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, voir note 52.

141 Pour ce plan, conservé au Service historique de la Défense, à Vincennes, voir Byhet, 2016a : p. 86-87, fig. 50, et Byhet, 2017a : p. 111-112, fig. 68.

142 Les deux murs extérieurs du moineau mesuraient neuf toises (17,55 m) pour le mur nord-est et dix toises (19,50 m) pour le mur sud-ouest.

143 Et non en bois, comme l’a supposé Alain Salamagne (Salamagne, 1992 : p. 254).

144 Pour ce plan, conservé Aux Archives départementales du Pas-de-Calais, voir Byhet, 2016a : p. 100-101, fig. 63-64, et Byhet, 2017a : p. 127 et 129, fig. 88-89.

145 Roger Rodière pense qu’il décède en 1593 (Rodière, 1906 : p. 69 et 1933 : p. 244).

146 Fils de Guillaume de Rocquigny et de Madeleine de Milleville, Robert de Rocquigny, chevalier, seigneur de Palcheul et d’Imbleval, épouse en 1574 Anne d’Aigneville, dame du Bois de Selles, d’Étaples, du Fayel et Harcelaines, qui lui apporte ces fiefs en dot. En 1586, il est capitaine de la marine pour le roi et capitaine de chevau-légers, puis, en 1589, il est nommé gouverneur de Neufchâtel. Il est présent aux batailles d’Arques cette dernière année, puis à celle d’Ivry en 1590. En 1591, il est nommé gentilhomme ordinaire de la chambre de François de France, duc d’Alençon. Protestant, il compte parmi les plus fidèles du roi Henri IV. La date de sa mort n’est pas connue. Son épouse décède vers 1607. Leur seul fils, Ambroise, a été nommé gouverneur d’Étaples le 30 janvier 1605 en suppléance de Pierre de Beringhen. Sur Robert de Rocquigny, voir Souquet, 1855 : p. 10, Haigneré, 1868, Plancouard, 1895 et Duhomme, 1918 : p. 59-78. Sur Ambroise de Rocquigny, voir Souquet, 1855 : p. 27-28 et 1860a : p. 24-25.

147 Haigneré, 1868 : n° 9, p. 366 et Duhomme, 1918 : p. 75-76.

148 Roger Rodière identifie cette place avec Étaples (Rodière, 1891-1892 : p. 265, 1900 : p. 22 et 1902 : p. 98), Daniel Haigneré et Henri Duhomme ne tranchent pas (Haigneré, 1868 : p. 358-359 et Duhomme, 1918 : p. 74-76). Dans cette lettre, est mentionnée la réduction de la ville de Beauvais qui a eu lieu en août 1594. Bien que présent, Robert de Rocquigny est resté à l’arrière des troupes, ne pouvant se délier du serment fait au seigneur de Saisseval. On lui en fera grief, mais le roi Henri IV finit par le pardonner dans ces lettres.

149 Un autre document mentionne la mort de Pontus de l’Argilla au siège d’Étaples, celui qui accorde une rente, en 1595, à sa veuve : « [Une rente de 600 livres est accordée à demoiselle Lorenza de Mortagne, veuve de Pontus de Largilla, en son vivant, lieutenant-colonel du régiment du comte de Varax, baron de Balançon] en respect des bons et longs services que son dit feu mary avoit rendu à Sa Majesté en faits d'armes et plusieurs expéditions de guerre, si bien en Levante soubz le feu seigneur don Juan d’Austrice à son trespas aussi lieutenant, gouverneur et capitaine général desdits pays, en la journée de Navarin, à la prinse de Thunes que depuis par deça, signamment en ladicte charge de capitaine-coronel du régiment susdict, en laquelle il avoit perdu la vye d'un coup de canon au siège d'Estaples en France » (voir Finot, 1895 : p. 374).

150 Comme l’ont noté les chroniqueurs contemporains, à l’exemple de Jacques-Auguste de Thou : « Capizucci, à qui Charle [de Mansfeld] avoit fait prendre les devants avec l’infanterie Italienne, & les troupes Allemandes commandées par Don Juan Manrique de Lara, s’empara d’Estaples qui soûtint un siége de quelques jours » (Thou, 1734b : p. 649). L’épitaphe de Pontus de l’Argilla n’indique nullement, comme le croyait Roger Rodière, le jour de la chute de la ville et du château d’Étaples, mais uniquement celui de la mort du capitaine (Rodière, 1891-1892 : p. 264-265, 1900 : p. 22 et 1902 : p. 97).

151 Si l’on s’en tient à l’inscription manuscrite qui se trouve à l’arrière du folio et qui mentionne un certain « M. Campaniola, lieutenant governor of Bulloigne ». Le nom Campaigno était souvent orthographié de cette façon : voir la mention « Mr de Campagnol, dem[euran]t à Boulogne » dans Rodière, 1900 : p. 171 ; voir également Thou, 1734a : p. 323.

152 Charles des Essars avait épousé Jeanne (ou Jehanne) Blondel de Joigny en 1591 : le couple donne naissance à dix-neuf enfants. Le gouverneur de Montreuil décède le 3 février 1617. Sur Charles des Essars, voir Rodière, 1891-1892 : p. 267-268 et 289-293, et 1900 : principalement p. 22 et n. 4, 31-84, 101-102 et plusieurs des pièces justificatives citées entre les p. 161 et 181.

153 Adrien de Bigant (ou Adrien Bigant) est le fils de François Bigant, gouverneur des villes et château de Gerberoy, et l’époux de Judith des Courtils, dame de Merlemont. Il décède en 1601. Sur la famille (de) Bigant, voir Vuilhorgne, 1908 : p. 603-606.

154 Voir l’acte de cession de la lieutenance d’Adrien (de) Bigant à François de Saveuse, daté du 11 novembre 1593 (minutes Allain et Courtrect, notaires à Montreuil) dans Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 96, n. 1, Rodière, 1891-1892 : p. 264, n. 1 et 1900 : p. 32, n. 1. La lieutenance de François de Saveuse a probablement été courte, car il est déclaré prisonnier dans la ville de Boulogne en 1594 (Gressier, s. d. : p. 12-14). Sur François de Saveuse, voir notes 113 et 158.

155 Blanchard, 1715 : col. 1253 : Edit portant reglement pour la reduction des habitants des villes de Monstreuil sur la mer & d’Estaples, à l’obéissance du Roy (Saint-Germain-en-Laye, avril 1594) et col. 1264 : Lettres patentes portant jussion au Parlement de Paris, pour l’enregistrement de l’edit du mois d’avril précédent, concernant la reduction des habitants des villes de Monstreuil sur-la-mer & d’Estaples, à l’obéissance du Roy (Paris, 8 septembre 1594).

156 Sur l’acte de nomination de Charles des Essars au gouvernement de Montreuil, voir Rodière, 1900 : p. 33-34.

157 En 1598, Henri d’Araynes, autrefois lieutenant au gouvernement de la ville et château d’Étaples, était le domestique de Louis de Saveuse qui demeurait vieille rue du Temple, paroisse Saint-Paul, à Paris (Archives nationales, Châtelet de Paris, Insinuations : Y//137).

158 Sur la nomination de Louis (ou Loys) de Saveuse, voir Rodière, 1900 : p. 166 (également p. 169) et Dramard, 1869 : n° 1461, p. 430-431 (Loys de Saveuse, sieur de Bougainville, gouverneur d’Estappes, donne quittance à Me Estienne Regnault, trésorier général des Guerres, de la somme de 33 escuz un tiers (…) pour estat et appoinctement de gouverneur du second mois de la présente année, 25 avril 1595). La raison de la démission n’est pas connue (Bénard, 1900 : p. 43). Louis de Saveuse, époux d’Anne de Hélin, était le fils de Josse de Saveuse, seigneur de Coisy, premier capitaine du régiment de Picardie, et de Marguerite des Essars de Maigneux, tante des gouverneurs de Montreuil Jacques et Charles des Essars. Il décède en 1629. Roger Rodière semble confondre à la gouvernance des ville et château d’Étaples François et Louis (Rodière, 1900 : p. 33, 166 et 169). François de Saveuse, époux de Françoise d’Outreleaue, était veneur et louvetier du Boulonnais en 1572, capitaine et bailli de Desvres en 1587 et représentant de la noblesse à l’assemblée des trois ordres du Boulonnais, à Boulogne, le 22 juillet 1588 (Lefebvre, 1855 : p. 153, Souquet, 1862 : p. 10 et 24, Haigneré, Vaillant, Rodière, 1886-1932 : p. 95-97, n. 1 et Gressier, s. d. : p. 12-14).

159 Bénard, 1900 : p. 43 (voir également p. 45). Fils de Mathieu de Goustimesnil et de Jacqueline Martel de Basqueville, Henri-Charles de Goustimesnil participe à la prise du fort de Fécamp en 1593. Le duc de Sully, conseiller d’Henri IV, lui confia la lieutenance générale de l’artillerie en Normandie et Henri IV le crée gentilhomme ordinaire de sa chambre. Il meurt en 1613. Sa charge de gouverneur des villes et château d’Étaples demeure méconnue des historiens normands au xixe siècle. Sur Henri-Charles de Goustimesnil, voir Lechevalier, 1896 et Hellot, 1897 : p. 97-105. Amédée Hellot mentionne une remise, le 15 décembre 1597, du roi Henri IV « a nostre cher et amé le sr de Boisrozay, gentilhomme ordinaire de nostre chambre et cappitaine d'Estapes » de 216 écus restant à payer sur une amende grevant les biens du ligueur Guillaume Le Haguais de Montvilliers, condamné à mort (Hellot, 1897 : p. 100).

160 En novembre 1596, Henri-Charles de Goustimesnil vit encore en son domaine de Bois-Rozé, en Normandie (Félix, Robillard de Beaurepaire, 1887 : p. xxv).

161 Jean Gédouin, seigneur de Tais, voir notes 38 et 42.

162 Remettre en état (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Racoustrage »).

163 Approfondir (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Aparfondir »).

164 Sir Ralph Ellerker, soldat anglais, chevalier et député, tué en avril 1546, lors d’un combat à Boulogne. Il fut inhumé dans l’église Notre-Dame (Stephen, 1889 : p. 243).

165 Oudard ou Oudart du Biez (1475-1553), Maréchal de France, lieutenant général en Picardie et gouverneur de Boulogne.

166 George von Reckroed (Ryckrode), chef de guerre allemand au service de la France (voir l’index dans Gairdner, Brodie, 1908, volume 21, partie 2 : p. 750).

167 Jean Gédouin, seigneur de Tais : voir notes 38 et 42.

168 Voir note 50.

169 Malgré nos recherches, nous n’avons pu trouver la signification de ce mot désignant une arme.

170 Ancienne graphie de Desvres, au sud-est de Boulogne (arrondissement de Boulogne-sur-Mer, canton de Desvres).

171 Joseph du Castel, écuyer, seigneur de La Serre (voir note 128).

172 Réparer (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Racoustrage »).

173 En Picardie, panier à deux anses dont se servent les maçons (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Mande »).

174 Voir note 133.

175 Godefroy (1880-1902 : s. v. « Brai ») donne pour ce mot le sens de « boue, fange », mais il s’agit probablement ici d’un liquide visqueux et inflammable à base de matière résineuse, de goudron et de suif – le brai gras – pour allumer les torches (Romme, 1813 : s. v. « Brai »).

176 Fallot pour falot, c’est-à-dire une torche (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Falot »).

177 Forme de houe à deux fourchons ou avec un fer de pioche (Godefroy, 1880-1902 : s. v. « Houete »).

178 Groupe d’ouvriers ?

179 Paye du soldat.

180 Antoine Le Fèvre ou Lefebvre, seigneur de Moyenneville (Somme) et de Guibermesnil (Somme), président-trésorier de France et général des finances en la généralité de Picardie de 1582 à 1600.

181 Christophe de Lannoy de La Boissière, gouverneur de Corbie (Somme), puis gouverneur d’Amiens de 1598 à 1600, date de sa mort.

182 Louis Picot, seigneur de Santeny (Val-de-Marne) et d'Amboile (actuelle Ormesson-sur-Marne, Val-de-Marne), conseiller du Roi en son conseil d'état, maître d'hôtel ordinaire et intendant des finances.

183 Wierre-au-Bois, au nord-est de Samer (arrondissement de Boulogne-sur-Mer, canton de Desvres).

184 Jean IV de Monchy, seigneur de Montcavrel et de Rubempré, commandant du château d’Étaples, décédé le 30 octobre 1638.

185 Louis-Marie-Victor, duc d’Aumont, gouverneur de Boulogne et autres places du Boulonnais, de 1689 à 1704.

186 Louis-Marie d’Aumont Rochebaron, gouverneur de Boulogne et autres places du Boulonnais, de 1704 à 1723.

187 Charles-François Dauphin, seigneur d’Halinghen, lieutenant-général en 1742 et président de la Sénéchaussée du Boulonnais en 1749, fils aîné de Charles Dauphin, maïeur de la ville d’Étaples (Souquet, 1857 : p. 17-19).

188 Gérard-Philippe Jacquin, conseiller du Roi, receveur général des domaines en la généralité d’Amiens.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Orthophotographie de la ville d’Étaples et de la baie de la Canche : l’étoile rouge indique l’emplacement du château
Crédits © Bing, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 – Page de titre de l’opuscule de Gustave Souquet : Histoire et description du château d’Étaples, publié en 1855
Crédits © Gallica, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 – Plan des vestiges découverts lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848
Crédits Lithographie de Duval et Herment, d’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, dans Souquet, 1855 : plan 1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4 – Vue des ruines du château d’Étaples prise par Gustave Souquet en 1864. À l’arrière-plan, ruines de l’ouvrage à cornes transformées en cimetière
Crédits Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Gustave Souquet, n° inventaire 1410080
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5a – Céramiques et verreries découvertes lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1864
Crédits Gravure d’Alfred Robaut, d’après les photographies de Gustave Souquet, insérée dans Souquet, 1865
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5b – Miniature du xve siècle représentant le fortin romain du locus Quartensis cité dans la Notitia dignitatum
Crédits Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 9661, manuscrit copié à Bâle, vers 1436, peintures de Perronet Lamy
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6 – Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, conservé au Musée de Boulogne-sur-Mer
Crédits D’après Kapferer, 2014 : p. 75
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7 – Copie de la charte de fondation du château d’Étaples dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Josse (XIIIe siècle)
Crédits Document conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote : 8H1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 8 – Carte du comté de Boulogne au xvie siècle montrant la position d’Étaples (cercle rouge) en marge sud du comté, le long de la Canche
Crédits Extrait de la Carte des pays de Calais et de Boulogne et de l'Artois du Théâtre de l'Univers d'Ortelius, xvie siècle, Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 9 – Plan synthétique du château d’Étaples
Crédits DAO : Thomas Byhet, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 10 – Vue cavalière de la ville et du château d’Étaples avant leur transformation au xvie siècle : la ville est défendue par une muraille avec tour d’angle et porte
Crédits Vue extraite de la Nouvelle description du païs de Boulonnois, comté de Guines, terre d'Oye et ville de Calais dessinée par Nicolas de Nicolay, gravée par Louis Danet et publiée en 1558, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE B-8814 RES
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11 – Carte du Boulonnais et du Pale de Calais entre 1544 et 1550
Crédits DAO : Thomas Byhet, 2018, d’après Pottier, 2011 : plan 1, p. xix
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 12 – Portrait de Jean Gédouin, seigneur de Tais, vers 1550, dessiné par François Clouet et conservé au Musée Condé de Chantilly
Crédits D’après Moreau-Nélaton, 1910 : pl. 27 et n° 207 : p. 193
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 13 – Portrait d’Antoine Escalin des Aimars, baron de la Garde
Crédits Gravure du xixe siècle, collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 – Mention de l’ouvrage à cornes du château d’Étaples sur le plan des frères Nicolas et Jean Magin, ingénieur du Roi, daté de 1716
Crédits Extrait du Plan d’Etaple, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 15a – Géoréférencement sur cadastre récent d’un extrait du Plan Triplet (1810) montrant les portions détruites et conservées du château d’Étaples et de ses ouvrages avancés
Crédits Géoréférencement : Ph. Hannois, 2016, DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan Triplet conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Crédits Géoportail, mission aérienne du 12 août 2012, cliché n° 6460
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 16a – Vue panoramique vers le nord-est des vestiges de l’ouvrage à cornes dans le cimetière communal d’Étaples
Crédits Cliché : Th. Byhet, 2014
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 16b – Vues combinées des vestiges de l’ouvrage à cornes prises en 1931 (vers le sud-ouest) et en 2014 (vers l’est) et montrant la structure interne de la construction
Crédits Cliché du haut : Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Achille Caron ; cliché du bas : Th. Byhet, 2014
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 17a – Plan du quartier du cimetière et des vestiges de l’ouvrage à cornes en 1864, avant la destruction du château
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan de la ville d’Étaples et de ses environs, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, Port9-36328
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 17b – Vue des vestiges de l’ouvrage à cornes découverts en 1930 lors des travaux d’extension de la ligne ferroviaire Amiens-Boulogne
Crédits Collection de la Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds Achille Caron
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 18 – Plan de l’ouvrage à cornes au début du xviiie siècle
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan d’Etaple, des frères Nicolas et Jean Magin, 1716, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 19a – Vue aérienne vers le nord de la parcelle AW 8
Crédits Cliché : Joël Ramet, 2013
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 19b – Vue panoramique vers le nord-est de la parcelle AW 8
Crédits Cliché : Th. Byhet, 2015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 20a – Plan du château d’Étaples et de ses environs dans la seconde moitié du xviiie siècle : l’étoile rouge indique l’emplacement de l’ouvrage tenaillé
Crédits Extrait du Plan d'une partie de la ville d'Estaples jusqu'au chateau de Fromessent, conservé à la Bibliothèque nationale de France, GED-4057
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 20b – Vue générale d'Étaples éditée sous forme de carte postale vers 1907 : au premier-plan, l’actuelle parcelle AW 8 (ouvrage tenaillé), à l’arrière plan, la voie ferrée Saint-Pol-sur-Ternoise – Étaples et le cimetière d’Étaples (ouvrage à cornes)
Crédits Collection : Th. Byhet
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 21 – Plan de l’ouvrage tenaillé au début du xviiie siècle
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le Plan d’Etaple, des frères Nicolas et Jean Magin, 1716, conservé au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, GESH18PF35DIV6P2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 22a – Vues combinées des tranchées creusées lors des campagnes 2015 et 2016 de la fouille programmée de l’ouvrage tenaillé
Crédits DAO : Th. Byhet, 2017, sur orthophographie Bing et Plan Triplet, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 22b – Vues combinées de la tranchée n° 3 creusée sur le flanc ouest de l’ouvrage tenaillé : à gauche, vue prise vers l’ouest depuis le rempart, montrant le fossé au premier plan et le chemin couvert à l’arrière-plan ; à droite, vue prise vers l’est montrant au premier plan le chemin couvert et à l’arrière-plan le fossé et le rempart
Crédits Clichés : Th. Byhet, 2016
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 23 – Plan du donjon du château d’Étaples
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018, d’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, dans Souquet, 1855 : plan 1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 24 – Vue du château d’Étaples en 1611 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle
Crédits Vue extraite du dessin de Joachim Duviert, réalisé en 1611 et conservé au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France, Réserve VX 23 Boite Fol2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 25 – Vue légèrement fantaisiste du château d’Étaples vers 1650 : le cercle bleu indique l’emplacement probable du donjon et celui de la chapelle à l’intérieur de la courtine médiévale ; le cercle rouge montre l’emplacement de ce qui pourrait être une maison d’hôtes, près de l’ouvrage à cornes
Crédits Vue extraite du dessin, ici colorisé, de Johannes Peeters I, gravé au burin par Matthäus Merian, le Jeune vers 1650. Collection : Th. Byhet
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 26 – Croquis montrant l’emplacement du donjon, des casernes, du logis du gouverneur et du grenier à grains à l’intérieur du château d’Étaples
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 27 – Vestiges d’un mur de façade découvert lors des travaux de démolition du château d’Étaples en 1847-1848
Crédits D’après le relevé d’Abraham Fournier et le dessin de Gustave Souquet, conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais, 6FIC/805 et 806
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 28 – Coupe verticale du grenier à grains du château d’Étaples au début du xviiie siècle
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 29 – Coupes verticale et longitudinale du grenier à grains d’Amboise au début des années 80
Crédits D’après Mauny, 1980 : p. 440
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 30 – Plans et coupes du grenier à grains d’Ardres au début du xviiie siècle
Crédits Service historique de la Défense, Vincennes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 31 – Plan légèrement fantaisiste du château d’Étaples en 1634
Crédits Dessin, ici colorisé, de Christophe Tassin, gravé au burin vers 1634. Collection : J. Ramet
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 32 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d’Épernon
Crédits Extrait de la gravure de Thomas de Leu, publiée en 1642. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Reserve QB-201 (35)-Fol
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 33 – Plan du moineau (1591-1593) du château d’Étaples, au début du xviiie siècle
Crédits DAO : Th. Byhet, 2018
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 34 – Vue de la caponnière Desch (1527), à Metz
Crédits Cliché : J. Trapp – Historia Metensis
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 35 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à gauche, de Charles de Mansfeld
Crédits Extrait de la gravure d’Abraham Hogenberg, XVIIe siècle. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 36 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, de Camillo Capizucchi
Crédits Gravure n. d., Österreichische Nationalbibliothek
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 37 – Pierre tombale de Charles des Essars, gouverneur d’Étaples (1593-1594), puis de Montreuil (1594-1617)
Crédits D’après Rodière, 1900 : p. 30
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 38 – Portrait en buste, de 3/4 dirigé à droite, d’Henri-Charles de Goustimesnil, sieur de Bois-Rozé, gouverneur d’Étaples
Crédits Dans : Revue de Rouen et de la Normandie, 1842-1, p. 189
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3072/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

Auteur

Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France
Pôle Patrimoines et Architecture
Service régional de l’Archéologie
Membre associé IRHiS (UMR CNRS 8529 Lille SHS)
thomas.byhet@culture.gouv.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search