Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Conclusion générale

Texte intégral

1La conclusion d’une enquête portant sur un corpus dont la diversité se mesure à la lecture des 338 notices individuelles n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes que la synthèse réalisée grâce à l’exploitation des données quantitatives ne résout pas entièrement. Nous ne disposons pas d’études similaires, à l’exception de l’Aquitaine, pour faire une analyse comparative et l’inachèvement (provisoire) de la recherche menée au plan national sur les parlementaires de la Troisième République ne permet pas de situer le Nord et le Pas-de-Calais dans l’ensemble du territoire. Nous éprouvons donc des difficultés pour apprécier l’originalité des élus de la région. Nous pouvons malgré tout, au-delà de la meilleure connaissance que nous en avons acquise, émettre quelques hypothèses sur les origines et les comportements spécifiques des élites politiques septentrionales.

Des parlementaires solidement enracinés dans leurs terroirs

2Les conclusions de Francis Przybyla sont éloquentes. L’électeur du Nord et du Pas-de-Calais fait, avant tout, confiance aux “enfants du pays” qui y sont nés (83 %), résident dans le département d’élection (68 %) et souvent même dans l’arrondissement (66 %), y choisissent leur épouse (68 %) - le mariage compensant parfois une naissance exogène -, s’y font inhumer (71 %) malgré des décès fréquents à Paris. L’indice d’enracinement qui agrège et synthétise ces données atteint 69 % si l’on prend en compte le département, 63 % si l’on se limite à l’arrondissement. Le poids de la capitale intervient, mais indirectement, lorsque sont élus des hommes originaires du Nord et du Pas-de-Calais qui se sont fixés à Paris pour faire une carrière administrative. Cette prédominance des parlementaires “locaux” peut s’expliquer par la richesse du “vivier” régional. À la différence d’autres régions comme l’Aquitaine, point n’est besoin de chercher ailleurs des représentants. Très peu d’élus ont commencé leur carrière politique dans d’autres départements (1,7 %).

3L’ancrage dans la circonscription est favorisé par le poids des ruraux ou des semi-citadins : 44 % des parlementaires sont nés dans des communes de moins de 5 000 habitants et ils sont de plus en plus nombreux dans ce cas puisqu’ils passent de 27 %, pour la période 1871-1889 à 48 % pour la période 1919-1940 dans le Nord, et de 42 % à 61 % dans le Pas-de-Calais. On assiste donc à une ruralisation de la sélection des élites politiques qui contraste avec l’urbanisation d’ensemble de la population septentrionale. Elle permet de comprendre la sensibilisation des élus aux problèmes agricoles, tous groupes politiques confondus, ainsi que la solide implantation de la République dans une région conservatrice au départ où, comme ailleurs, les électeurs ruraux sont surreprésentés dans les deux chambres du Parlement.

4L'importance de l’enracinement territorial est à mettre en parallèle avec l’analyse d’Hélène Boulenguez-Picard sur les héritages politiques familiaux. Elle révèle que 43 % des parlementaires ont eu un parent détenteur d’un mandat local ou national quand ce n’était pas les deux. Le report de la confiance placée dans les héritiers d’un nom (la succession de père à gendre est peu fréquente), d’un domaine, d’une firme industrielle ou commerciale, d’une profession libérale, témoigne de l’attachement du corps électoral à la famille et à ses valeurs. On en trouve une confirmation dans le faible taux des célibataires (4 %, localisés dans le département du Nord en grande majorité) ; la fréquente absence de réponses quant à la date du mariage ne permet toutefois pas de connaître le pourcentage de célibataires lors de la première élection (12 % des parlementaires se marient après leur première élection, en excluant les non-réponses). Ce phénomène est corroboré par la rareté des élus divorcés (3 %) même si ce taux est peut-être sous-estimé à cause d’une carence analogue.

5La transmission familiale des mandats s’observe davantage à droite d’où une diminution progressive de cette pratique en raison du recul de cette tendance politique qui n’en a toutefois pas le monopole. Elle s’effectue le plus souvent sur deux générations et les véritables dynasties comme celles des Plichon ou des des Rotours sont rares. Mais la multiplicité des relations avec divers membres de la famille ayant exercé des mandats (15 % des cas) met en évidence l’existence d’efficaces réseaux familiaux.

6L’enracinement local ou familial n’a cependant pas favorisé une grande longévité des mandats dont la durée demeure inférieure à la moyenne nationale (8 ans contre 10, 5 ans en ce qui concerne les députés) ; 46 % des élus du Nord-Pas-de-Calais n’ont pas siégé au-delà d’une législature et 30 % ont vu leur carrière stoppée définitivement par un échec. D’autres facteurs interviennent en effet en sens contraire : fréquence des alternances politiques au début du régime, marquées de surcroît par des invalidations ; décès précoces (27 % des élus sont décédés en cours de mandats) ; poussée démocratique ultérieure venant ébranler les fiefs électoraux. Seuls les députés-sénateurs, dont la durée moyenne des mandats dépasse 20 ans, ont su tirer leur épingle du jeu.

La démocratisation et le renouvellement du personnel parlementaire

7La députation régionale de 1936, dominée par une majorité socialiste et communiste, a peu de points communs avec celle de 1871 entre les mains de la droite antirépublicaine. Le Nord et le Pas-de-Calais ont accentué le glissement à gauche caractéristique de la Troisième République. Mais celui-ci s’est-il accompagné d’une démocratisation du recrutement des élites politiques ?

8Les conclusions de Jean-Pierre Florin permettent d’apporter une réponse à la fois positive et nuancée à cette interrogation. Inexistants jusqu’en 1889, les ouvriers font leur apparition dans la dernière décennie du XIXe siècle et progressent ensuite pour atteindre 20 % de l’effectif parlementaire régional dans l’entre-deux-guerres, ce qui place leur part globale pour l’ensemble de la période à 10 %, pourcentage que l’on peut porter à 11,5 % en prenant en compte les militants ouvriers intégrés aux classes moyennes capitalistes, par exemple les cabaretiers, anciens ouvriers licenciés des usines par la répression patronale ; Jean-Marc Guislin en a souligné le rôle d’“intermédiaires culturels”. Inversement, les grands propriétaires, membres de l’aristocratie et de la bourgeoisie, ont fortement décliné, victimes de la baisse de la rente foncière et du processus de démocratisation qui semble s’opérer également au profit des agriculteurs, absents en 1871, et qui arrivent à 7 % en 1919 pour stagner ensuite à ce niveau. Il en est de même pour la bourgeoisie diplômée dont le recul est à mettre en liaison avec la diminution de la part des parlementaires ayant suivi avec succès des études supérieures (de 72 % à 48 %). La bourgeoisie d’affaires, ouverte initialement au pluralisme politique, a mieux résisté jusqu’en 1919 avant de céder du terrain face à la poussée socialiste et communiste. Les classes moyennes, capitalistes ou salariées, ont, elles aussi, bénéficié de l’élargissement du recrutement des élus.

9L’analyse comparative des professions des parlementaires et de celles de leurs pères nous permet d’affiner ces conclusions et de mesurer la mobilité sociale au sein des élites parlementaires. Jean-Pierre Florin a constaté une importante reproduction, dépassant 50 % pour toutes les catégories sociales à l’exception des classes moyennes plus ouvertes (25 % seulement des élus issus de ses rangs y demeurent) et qui accueillent le tiers de fils d’ouvriers et le dixième des fils d’agriculteurs, les classes moyennes capitalistes étant les plus perméables. La bourgeoisie diplômée constitue un second sas de promotion, malgré la baisse de son poids relatif, en alliant autoreproduction (75 %) et ouverture aux autres milieux sociaux, notamment aux classes moyennes capitalistes et surtout salariées (60 % des parlementaires issus de cette dernière catégorie ont rejoint ses rangs). Il y a donc une certaine circulation sociale au sein du personnel parlementaire en dépit des pesanteurs sociologiques.

10L’ascension sociale se mesure aussi en comparant la profession au début de la vie active et celle lors de la première élection. Les différences les plus notables concernent d’une part les militants ouvriers qui, sous la pression patronale, ont dû rechercher une autre profession et qui se reclassent au sein des classes moyennes capitalistes, et d’autre part la bourgeoisie diplômée dont une partie rejoint la bourgeoisie d’affaires ou la bourgeoisie foncière, grâce souvent à des stratégies matrimoniales permettant la réunion du savoir et de l’avoir.

11Tardive et limitée, la démocratisation se traduit par plusieurs signes indiscutables : diminution du recrutement familial, augmentation du nombre des parlementaires ne disposant que d’une instruction primaire (de 1 % à 30 %), croissance du militantisme politique et/ou syndical dans les bases de la carrière politique (les élus ayant préalablement exercé des responsabilités politiques passent de 16 % à 44 %), et ce, au détriment des simples réseaux notabiliaires. Ce militantisme, d’abord également partagé entre la gauche et la droite, est ensuite nettement corrélé à gauche (81 % dans l’entre-deux-guerres). Le rajeunissement spectaculaire observé de 1889 à 1919 (les parlementaires de moins de 40 ans à la première élection passent de 11 % à 28 %) corrélatif de la montée en puissance de la gauche, est aussi d’une certaine manière la conséquence de la démocratisation dans la mesure où la gérontocratie coïncidait souvent avec la position dominante des classes supérieures à l’époque des grands notables. Mais la relation n’est pas automatique car l’accélération du processus de démocratisation dans l’entre-deux-guerres ne se traduit pas par un nouveau rajeunissement - la répartition des tranches d’âge se stabilise - et de nouveaux notables, à droite comme à gauche, se sont imposés dans le personnel politique.

Des parlementaires militants, soucieux d’efficacité et ayant le sens des responsabilités

12Tout autant que la prise en compte des données statistiques de synthèse, la lecture des notices individuelles révèle chez les parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais, un sens de l’organisation et des responsabilités ainsi qu’une recherche de l’efficacité allant bien au delà de l’horizon souvent étroit des circonscriptions électorales et du savoir-faire classique pour obtenir leur réélection par le jeu des divers réseaux de clientèle.

13Avant d’entrer dans le système des partis modernes du XXe siècle, ils ont su d’abord mettre à profit les ressources de la vie politique traditionnelle. Monique Ducrocq et Jean-Marc Guislin montrent qu’ils ont pratiqué assez vite le cumul des mandats (70 % dans le Pas-de-Calais et 62 % dans le Nord de 1871 à 1889) alors que l’hypothèse retenue jusqu’à présent était que cet usage ne se serait installé que progressivement sous la Troisième République. Une minorité notable investit beaucoup en argent et en temps dans la presse à divers niveaux (21 %) et ce, avant même la loi de 1881 sur sa libéralisation, aussi bien à droite qu’à gauche. Ils s’engagent, modestement au départ, dans les comités et les associations politiques, puis nettement ensuite (au total 44 % de l’effectif global). Jean Vavasseur-Desperriers a mis en évidence le rôle des élus au sein des fédérations départementales mais aussi dans les instances nationales des partis. Ce militantisme tient beaucoup à la prégnance du socialisme septentrional. Est-il besoin de rappeler l’importance de Jules Guesde et de ses collaborateurs (Paul Lafargue, Alexandre Bracke-Desrousseaux) à la tête du Parti ouvrier français (POF), la première organisation nationale structurée ? Si le poids du Nord et du Pas-de-Calais s’affaiblit ensuite au sein de la SFIO unifiée, les leaders régionaux tels Roger Salengro ou Jean-Baptiste Lebas y occupent une place non négligeable qui se vérifie lors de l’avènement du Front populaire. Les radicaux, après avoir séparé pendant un premier temps l’action militante et le mandat parlementaire, se sont engagés eux aussi, tel Charles Debierre, devenu vice-président du Parti radical socialiste en 1913. Les formations du centre et de la droite ne sont pas en reste. Cinq parlementaires sont membres du comité directeur de l’Action libérale populaire (ALP) dont Henri Groussau, l’un des vice-présidents du parti. Eugène Motte est le premier président de la Fédération républicaine. L’Alliance démocratique a compté Louis Mill comme l’un de ses fondateurs et Charles Jonnart comme l’un de ses vice-présidents. Les élus du Nord et du Pas-de-Calais ont compris très vite l’intérêt d’occuper des positions stratégiques au sein des nouvelles organisations nationales.

14L’engagement politique trouve un précédent ou un prolongement sur le terrain syndical ou religieux. La moitié des parlementaires socialistes ont commencé leur carrière en militant dans les syndicats ouvriers et beaucoup y ont exercé de hautes responsabilités fédérales ou nationales. On rappellera pour mémoire la grande influence du puissant syndicat des mineurs.

  • 1 Cf. Bruno Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984.

15L’action des catholiques militants (25 % des élus catholiques), bien qu’en baisse, mérite une mention. Leurs efforts d’organisation pour lutter contre les effets de la politique laïcisatrice et anticléricale des gouvernements ont suscité l’admiration de leurs collègues et amis politiques d’autres départements. L’assemblée générale annuelle des Comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais en est la grande vitrine et plusieurs parlementaires (Eugène de Diesbach, Henri Dard, Charles Thellier de Poncheville) s’y sont illustrés. À défaut de gros bataillons, le catholicisme social a, en la personne de l’abbé Jules Lemire, une figure de proue qui entraîne des disciples dans le domaine politique (le démocrate-chrétien Gabriel Plancke) ou syndical (Charles Coutel). Des jalons sont ainsi posés pour le futur essor régional du MRP sous la Quatrième République1.

16Le souci d’efficacité et le sens des responsabilités sont visibles dans l’action parlementaire. Une minorité appréciable (28 %, sans doute un peu plus compte tenu des fiches incomplètes) a joué un rôle important à la Chambre des députés ou au Sénat, rôle qui demeure à peu près constant sous la Troisième République. Seule la droite antirépublicaine des débuts reste en retrait malgré l’énergie de certains leaders, tel Auguste Paris, ceci en raison du grand nombre, chez elle, d’élus âgés. À l’opposé, les jeunes communistes des années 1930, peu rompus à l’action parlementaire, sont aussi moins présents dans les initiatives et les débats. Trente-sept députés ou sénateurs du Nord et du Pas-de-Calais - ce qui équivaut à 11 % de notre corpus - ont occupé une place importante dans les commissions, soit comme membres de leurs bureaux (21 dont 7 présidents), soit comme rapporteurs permanents ou rapporteurs de projets de loi majeurs, cette présence atteignant son apogée dans l’entre-deux-guerres (13 %). De même, l’accession au bureau des assemblées est en progression constante (de 6 % à 9,4 %). Certes toute cette activité ne doit pas faire oublier l’existence d’une masse plus silencieuse, mais en la matière, le ton est donné par la minorité entreprenante dans le Nord et le Pas-de-Calais comme ailleurs et, sous réserve de comparaisons ultérieures, ces départements apparaissent bien comme une zone de dynamisme parlementaire.

  • 2 Cf. Annette Becker (coord.), “1914-1918, guerre et occupation”, Revue du Nord, no 325, Tome LXXX, (...)

17Ces positions stratégiques ont souvent servi de tremplin pour l’accession au gouvernement. L’étude de Jean-Marc Guislin montre que vingt-six parlementaires, soit 7,5 % environ, sont devenus ministres ou sous-secrétaires d’État. Leur participation gouvernementale, souvent éphémère en raison de l’instabilité ministérielle, est aussi fréquente et marquée par de nombreux retours, si bien que le nombre de portefeuilles ministériels s’élève à soixante quatorze. Il est intéressant de relever que les maxima se situent en période de crise et de dangers : la décennie 1870, la législature 1914-1919 qui voit le Nord et le Pas-de-Calais en première ligne dans l’affrontement militaire franco-allemand2, la décennie 1930 marquée par la grave crise économique, sociale et politique qui menace d’emporter le régime. Les élus de la région ont su en tout temps prendre leurs responsabilités lorsque la situation l’exigeait. Contrairement à une idée largement répandue à l’époque, le Nord et le Pas-de-Calais n’ont pas été systématiquement sacrifiés au profit du Midi dans la répartition des portefeuilles ministériels à l’exception de la période précédant la première guerre mondiale, apogée de la France radicale. Le taux global de parlementaires-ministres en Aquitaine est nettement supérieur (15 %), mais il se situe peut-être à un niveau record en France. Il convient également de rappeler que nombreux sont les parlementaires régionaux non-ministrables - socialistes ou membres de la droite catholique avant 1914 - ce qui explique le creux notable pour “la Belle Epoque”.

Des parlementaires préoccupés prioritairement par des problèmes concrets

18Les élus du Nord et du Pas-de-Calais ont apporté leur pierre à l’élaboration de la législation de la Troisième République. À la tribune, en commissions, lors des dépôts de propositions de loi, ils se préoccupent principalement des problèmes économiques et sociaux alors que la vie parlementaire est dominée avant 1914 par des questions purement politiques ou religieuses. Toutefois leur importante contribution à l’élaboration des lois constitutionnelles de 1875 (Henri Wallon, Auguste Paris) et à certaines grandes lois d’organisation républicaine des années 1880 (Émile de Marcère) amène à nuancer cette affirmation. On peut même s’étonner que les sujets diplomatiques et militaires - si importants pour une régionfrontière - n’aient retenu l’attention que de quelques rares et brillantes personnalités, tels Alexandre Ribot, l’artisan de l’alliance franco-russe, Ernest Seydoux, Léon Abrami ou Charles Daniel-Vincent.

  • 3 Cf. Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

19Pour expliquer cette polarisation, on pense d’abord à l’importance des intérêts économiques dans une région pilote, à l’acuité des problèmes sociaux liés aux suites de la première révolution industrielle, à la percée socialiste et à l’influence du catholicisme social, mais aussi au poids de la conjoncture avec les priorités de la Reconstruction dans les années d’après-guerre. En outre, la formation et l’origine socioprofessionnelle des parlementaires septentrionaux ne sont peut-être pas étrangères à leur comportement. Le monde de l’argent (40 %) l’emporte nettement sur la bourgeoisie diplômée (31 %) et, parmi les premiers, les entrepreneurs sur les propriétaires (17 % et 13 %). Rappelons aussi, après Jean-Marc Guislin, que les professions juridiques sont moins nombreuses qu’en Aquitaine (18 % et 33 %) et notamment les avocats (13 % et 30 %). Ces données devraient être confrontées à celles d’autres enquêtes, encore en chantier, afin de resituer nos conclusions dans un contexte élargi au plan national ; mais en tout cas, on ne saurait parler, à propos du Nord et du Pas-de-Calais, d’une “République des avocats” et encore moins d’une “République des professeurs”. Il n’y a pas vraiment promotion, au XXe siècle, des petits intellectuels de province évoqués par Albert Thibaudet3 car les enseignants du primaire et du secondaire demeurent moins de 2 %. Les médecins sont aussi moins nombreux qu’en Aquitaine. Si l’on ajoute une représentation ouvrière (10 %) incontestablement supérieure à la moyenne nationale et la place non négligeable des agriculteurs (10 % également), force est bien de constater que les producteurs, qu’ils se situent au sommet ou au bas de l’échelle sociale, l’emportent nettement sur les “intermédiaires culturels”, plus sensibles aux débats strictement politiques ou religieux dominants avant 1914. Après cette date, et, sous la pression des circonstances, la députation du Nord et du Pas-de-Calais s’est trouvée davantage en phase avec la représentation nationale.

Naissance d’une région

20On peut s’étonner, à la lecture de ces pages, que la spécificité de chacun des deux départements n’apparaisse guère. Le tableau récapitulatif suivant montre que les différences enregistrées entre eux sont nulles ou peu significatives sauf exception.

21La seule différence importante concerne le lieu de naissance explicable par le caractère plus rural du Pas-de-Calais. Il n’influe pas toutefois sur le poids de la bourgeoisie foncière. La bourgeoisie d’affaires et les classes moyennes sont en revanche plus nombreuses dans le Nord. On peut aussi noter un engagement politique ou religieux plus marqué dans ce département. Globalement, les comportements politiques des électeurs et des élus sont semblables, tout comme leurs origines sociales. Ainsi, au moment où la départementalisation atteint son apogée et où la vie politique s’exerce exclusivement dans le cadre défini par la Révolution de 1789, une région relativement homogène émerge déjà à la faveur d’institutions, de liens, de circonstances particulières : la création de l’université d’État et des facultés catholiques à Lille, la tenue des congrès annuels des comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais, l’existence de grands quotidiens régionaux, la puissance des syndicats ouvriers et de certains lobbies agricoles, l’importance des intérêts croisés chez les possédants (compagnies minières et ferroviaires, banques), la pratique des alliances matrimoniales (10 % des élus ont contracté mariage dans le département voisin), l’épreuve commune de la première guerre mondiale et les problèmes partagés de la reconstruction... Une conscience régionale se dessine à la veille et surtout au lendemain de ce conflit, voire un certain régionalisme qui demeure étranger à la culture de gauche, méfiante à l’égard d’un courant plutôt axé à droite et considéré comme un héritage de l’Ancien Régime. Mais ces éléments vont permettre l’essor de l’idée régionale après la seconde guerre mondiale.

Notes

1 Cf. Bruno Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984.

2 Cf. Annette Becker (coord.), “1914-1918, guerre et occupation”, Revue du Nord, no 325, Tome LXXX, avril/juin 1998.

3 Cf. Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540