Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Les parlementaires

Notices des parlementaires du Pas-de-Calais

Testo integrale

Abrami, Léon

Député Boulogne 1 (1914-1919)

01/07/1879 Constantinople (Turquie)

Pas-de-Calais (1919-1928), Boulogne 3 (1932-1936)

05/06/1939 Paris

Centre-droit (Républicain de gauche)

1Après de solides études supérieures (droit, sciences po, langues O), ce fils d’ingénieur immigre (Italie) s’inscrit au barreau de Paris en 1903. Son ascension sociale se poursuit par un brillant mariage (1909) puis une participation précoce aux responsabilités politiques : attaché au cabinet du ministre de la Marine (1913), député de Boulogne I où il bat le socialiste Myrens (1914). Combattant de la première guerre mondiale (Lorraine, Argonne, Salonique), décoré de la Légion d’honneur à titre militaire, il revient à la Chambre en 1916 et s’y montre un parlementaire actif : participation à de nombreuses commissions, intérêt pour les questions militaires, interpellation de Briand sur sa politique en Grèce... En novembre 1917, Clemenceau le choisit comme sous-secrétaire d’État à la Guerre chargé des effectifs et des pensions puis de l’administration (après les élections de novembre 1919) ; à ce poste, il fait voter la loi du 31 mars 1919 prévoyant de verser des allocations aux victimes du conflit, blessés, malades, survivants de tués. Le 20 janvier 1920, il abandonne ses fonctions gouvernementales en même temps que “le Tigre” mais demeure député jusqu’en 1928 en étant élu en 1919 et 1924 sur des listes d’Union (nationale) républicaine antisocialistes. Impopulaire, il préfère ne pas se représenter en 1928 mais en 1932 il retrouve le Palais-Bourbon où il s’intéresse encore aux questions militaires et diplomatiques. Se réclamant de Tardieu, il penche de plus en plus à droite comme en témoignent sa demande d’interpellation sur “l’insolence de certains instituteurs syndiqués” et, peut-être, sa démission en janvier 1936.

Adam, Achille

29/12/1859 Boulogne-sur-Mer

Député Boulogne 1 (1889-1906)

08/02/1914 Paris

Boulangiste rallié

2Achille Adam est l’héritier d’une grande famille de banquiers boulonnais qui a donné un maire et un député (son père, cf. supra). Après des études classiques et des séjours en Angleterre et en Amérique, il travaille dans la banque familiale. Consul de Belgique et d’Autriche, administrateur de sociétés, il fréquente le grand monde parisien et épouse en 1913 la comtesse de Suarez d’Aulan. Député de 1889 à 1906 - année de sa retraite politique -, il a évolué du révisionnisme à la République conservatrice en passant par le ralliement.

Adam-Fontaine, Achille

29/01/1829 Boulogne-sur-Mer

Député (1871-75, 1885-87) Boulogne 1 (1876-77)

08/02/1887 Paris

Droite monarchiste

3Achille Adam fait partie d’une grande dynastie boulonnaise de banquiers dont le personnage central est son oncle Alexandre qui a été maire (1830-1848, 1855-1861) et président du conseil général (1842-1847, 1852-1866). Lui-même est le gendre de Louis Fontaine banquier et ancien maire (1849-1855). Banquier, membre de la chambre de commerce, juge au tribunal de commerce, consul de Belgique, administrateur de sociétés, il remplace son oncle dans le canton de Boulogne-sud (1867-1870) puis est élu à l’Assemblée nationale (1871). Orléaniste qui passe du Centre-gauche au Centre-droit en juin 1872, favorable au libre-échange, il s’intéresse spécialement à la législation sur les chèques et s’efforce également d’obtenir la création de paroisses. Réélu en 1876 grâce au vote de cantons ruraux de Desvres et de Samer, absent en 1877pour raison de santé, il revient à la Chambre des députés en 1885. Chevalier de la Légion d’honneur, il laisse à ses cinq enfants, pour le seul Pas-de-Calais - une fortune d’environ 550 000 francs (dont près des deux tiers en valeurs mobilières). Une de ses filles a épousé l’avocat Georges Delhomel, fils du député Émile Delhomel (1885-1889) ; ses deux fils aînés, Achille et Félix, ont été respectivement député (Boulogne I, 1889-1906) et maire de Boulogne (1912-1919).

Ansart-Rault du Fiesnet, Edmond

14/11/1827 Paris

Député Boulogne-sur-Mer 1 (1881-1885)

20/09/1886 Outreau

Opportuniste

4Petit-fils d’un compagnon de Joseph Le Bon, fils d’un éminent fonctionnaire de l’Instruction publique, Edmond Ansart qui a fait ses études au collège Sainte-Barbe (Paris) et épousé une “héritière” est un riche propriétaire (un appartement à Paris, un château à Outreau, un autre à Desvres...). Fondateur d’un journal anticlérical, Le Libéral, sous le Second Empire, il se rallie nettement au parti républicain en 1870 dont il devient un des leaders à Boulogne, comme conseiller d’arrondissement (1869), conseiller municipal et général (1871). En 1881, il remplace à la députation le bonapartiste Eugène Livois. En 1883, il succède au républicain Louis Devaux à la présidence du conseil général et décède prématurément. Il est enterré religieusement mais en présence d’amis franc-maçons et libres-penseurs.

Appourchaux, Jules

22/12/1896 Béthune

Député Béthune 4 (1928-1936)

02/02/1951 Béthune

Droite puis Centre-droit

(URD, puis Républicain de gauche)

5Issu d’une famille catholique de gros commerçants, Jules Appourchaux, après des études à la faculté catholique de Lille, s’inscrit comme avocat au barreau de Béthune. Ancien combattant et membre de l’UNC, il est élu, à l’âge de 32 ans, député de sa ville natale, grâce à la division des gauches. À l’origine sympathisant de l’Action française, il siège à la Chambre au sein de la droite parlementaire, dans le groupe de l’URD, de tendance catholique et nationaliste. Avant tout préoccupé par les questions sociales, membre de la commission des mines et de la force motrice, il quitte l’URD après sa réélection en 1932 et siège au groupe des républicains de gauche. En 1936 toutefois, il est battu au second tour par le candidat unique des gauches, le maire socialiste de Bruay-en-Artois Henri Cadot. Retiré de la vie politique, Jules Appourchaux devient magistrat en 1950, mais décède subitement l’année suivante.

Bachelet, Henri

07/09/1852 Écoust-Saint-Main

Sénateur (1920-1930)

01/10/1930 Vaulx-Vraucourt

Centre-droit (Union républicaine)

6Issu du milieu agricole, propriétaire à Vaulx-Vraucourt, Henri Bachelet, membre de la société d’agriculture du Pas-de-Calais, est élu très tôt (1886) membre du conseil d’arrondissement, puis du conseil général de son département, pour le canton de Croisilles. Mais il n’est élu sénateur qu’à 68 ans, en 1920, sur la liste conduite par Charles Jonnart. Membre du cercle républicain d’Arras au début du siècle, il appartient par la suite à l’Alliance démocratique et siège après son élection au groupe de l’Union républicaine. Il était commandeur du Mérite agricole.

Bachelet, Paul

17/11/1878 Vaulx-Vraucourt

Sénateur (1936-1940)

26/02/1967 Vaulx-Vraucourt

Non inscrit

7Fils d’Henri Bachelet, conseiller général puis sénateur, Paul Bachelet obtient un diplôme d’ingénieur agricole avant de s’occuper de la gestion des terres familiales. Il joue par la suite un rôle important dans le milieu agricole, participant à la mise sur pied des mutuelles agricoles du Pas-de-Calais, présidant le conseil d’administration de L’Agriculture de la région du Nord, l’organe des sociétés d’agriculture du département. Jusqu’en 1966, à la veille de sa mort, il préside la société centrale d’agriculture du Pas-de-Calais. Au Sénat, il ne s’inscrivit à aucun groupe.

Bacquet, Paul

29/12/1881 Desvres

Député Boulogne 1 (1932-1940)

04/01/1949 Boulogne-sur-Mer

Centre-droit (Républicain de Gauche)

8Avocat à Boulogne et bâtonnier du barreau de la ville, Paul Bacquet est élu conseiller municipal en 1925, puis adjoint au maire et devient député en 1932. Réélu au premier tour en 1936, membre de l’Alliance démocratique, il préside la commission de la marine marchande. En 1939, il est élu conseiller général. En 1940, il ne prend pas part au vote de la loi conférant les pleins pouvoirs à Pétain, mais il est nommé membre du Conseil national en 1941. Il se retire de la vie politique à la Libération.

Bar, François

28/04/1853 Béthune

Député Béthune 4 (1906-1910)

21/04/1926 Paris

Centre (Gauche radicale

puis Républicain de gauche)

9Industriel béthunois, propriétaire d’une tannerie héritée de son père, François Bar préside plusieurs sociétés de bienfaisance ainsi que la chambre d’agriculture de l’arrondissement de Béthune. Conseiller général depuis 1898, il est le candidat de la Gauche radicale pour les élections législatives de 1906 où il affronte victorieusement le socialiste Henri Cadot. Réélu en 1910 (Républicain de gauche), il se retire en 1914 après un passage très discret au Palais-Bourbon.

Barthélémy, Georges

01/11/1882 Seranvillers (59)

Député (2e circonscription) (1919-1924)

03/05/1933 Villemonble (93)

Socialiste SFIO

10Fils d’un employé des contributions indirectes, Georges Barthélémy est instituteur puis secrétaire du député socialiste Raoul Briquet. En 1914, il est battu par son concurrent radical. Aviateur pendant la guerre, il fonde Le Pas-de-Calais libéré, journal des sinistrés. Élu en 1919, il prend une part active au vote de la loi sur les pensions militaires, suit les problèmes de la reconstruction mais il n’est pas réinvesti par la SFIO en 1924. Battu aux élections, il abandonne la carrière politique pour se consacrer à son métier de journaliste.

Basly, Émile

Député Seine (1885-1889)

29/03/1854 Valenciennes

Béthune 1, 2 (1891-1928)

11/02/1928 Lens

Socialiste (Autonome puis SFIO)

11La vie d’Émile Basly, apprenti peintre puis ouvrier mineur, est étroitement liée au monde du travail. Fils d’un ouvrier tonnelier puis cordonnier et d’une hercheuse, orphelin à l’âge de dix ans, il est placé dans la famille d’un ouvrier peintre. Son engagement syndical précoce et important [(participation à la grève d’Anzin (1880), délégué des mineurs du Nord au congrès de Saint-Étienne (1880), fondateur et secrétaire général du syndicat des mineurs d’Anzin (1882), meneur de “la grève d’Anzin” (1884), président du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais (1891-1928)] lui vaut d’être plusieurs fois licencié et le conduit à s’établir comme cabaretier. Cet engagement professionnel - qui le fait connaître - se double d’un engagement politique [POF (1885), socialiste indépendant (1900), SFIO (1905)], dans la presse [Progrès républicain (1884), Réveil du Nord (1889)] et dans l’exercice de mandats électifs : conseiller municipal de Denain (1883), député de la Seine (1885, concentration républicaine). Battu en 1889, il s’implante dans le bassin minier du Pas-de-Calais à partir de 1891 en devenant député puis conseiller général et maire de Lens (1900-1928). Vice-président de la commission des mines à la Chambre des députés 1906, 1910, 1919), ce socialiste réformiste participe à l’élaboration des lois en faveur des mineurs (caisses de secours et de retraite, journée de huit heures). Très proche de ses administrés pendant la première guerre mondiale, il a ensuite présidé à la reconstruction de la ville dont il a évoqué le “martyr” (Plon). Marié trois fois, père de trois enfants, chevalier de la Légion d’honneur, ce franc maçon (Loge des Réformateurs) est enterré civilement.

Béharelle, Henri

09/11/1861 Noeux-les-Mines

Député Béthune 4 (1902-1906)

09/01/1916 Ibidem

Progressiste (Centre-droit)

12Cet agriculteur-industriel, fils de cultivateur, est un notable local qui a gravi les différentes étapes du cursus politique : conseiller municipal de Noeux-les-Mines (1889), conseiller d’arrondissement (canton d’Houdain, 1898), maire (1893-1896, 1899-1916), député (1902-1906). Républicain progressiste, il est inscrit au groupe des parlementaires sucriers.

Beltremieux, Gaston

15/03/1876 Frevilliers

Député Béthune 6 (1931-1942)

1947 Fresnicourt-le-Dolmen

Socialiste (SFIO)

13Devenu socialiste lors de son passage à l’université de Lille, ce fils de cultivateur aisé s’établit lui-même agriculteur à Fresnicourt-le-Dolmen où il devient le premier maire socialiste du canton d’Houdain (1904-1912, 1919-1945) et développe un anticléricalisme militant (réduction des sonneries de cloches...). De retour de captivité (prisonnier de guerre), il est élu conseiller général du canton d’Houdain (1919-1940) puis député lors de l’élection partielle du 12 avril 1931 visant à remplacer Henri Cadot devenu sénateur. Réélu en 1932 et 1936, il siège notamment aux commissions des mines et des pensions. Son attitude entre 1940 et 1944 (il vote les pleins pouvoirs à Pétain, est maintenu dans ses fonctions de maire, participe au Conseil national), conforme à sa proximité politique avec Paul Faure, lui vaut d’être déclaré inéligible et exclu de la SFIO.

Bernard, César

12/12/1875 Saint-Pol-sur-Ternoise

Député (2e circonscription) (1919-1928)

08/05/1950 Frévent

Socialiste (SFIO)

14Fils de marin de la marine marchande, César Bernard exerce le métier d’instituteur et milite assez jeune au sein de la SFIO. Il administre des coopératives ouvrières, crée un journal syndical, activités qui contribuent à son investiture par la SFIO lors des élections législatives de 1919. Après la scission de 1920, il est l’un des principaux artisans de la reconstruction de la fédération socialiste du Pas-de-Calais. Réélu en 1924, il est vice-président de la commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts. Battu en 1928, il devient représentant de commerce et conserve son mandat de conseiller municipal de Frévent. Maire à partir de 1945, conseiller général d’Auxi-le-Château à partir de 1947, il conserve ses deux mandats jusqu’à son décès. César Bernard était chevalier de la Légion d’honneur.

Berquet, Alfred Paul Louis

26/08/1860 Crespin

Député (1919-1928)

5/03/1939 Calais

Radical-socialiste

15Alfred Berquet est né dans le Valenciennois de parents aisés. A la suite de brillantes études, à Lille, il obtient le diplôme de pharmacien puis de docteur en médecine. Implanté à Calais, il entre au conseil municipal en 1908 et devient aussitôt premier adjoint au maire de cette ville. Malgré son âge, durant la Grande Guerre, il sert comme sergent-infirmier dans l’armée auxiliaire, fonde et dirige un dispensaire pour les réfugiés. Élu en 1919, à la faveur du scrutin de liste, il siège dans les rangs du groupe radical et radical-socialiste. Réélu dans les mêmes conditions en 1924, il participe peu à la vie parlementaire. Son activité politique est surtout locale et semble se limiter au Calaisis. En 1928, il se retire de la vie politique nationale. Chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de nombreuses décorations, il s’intéresse également aux questions éducatives participation à divers comités éducatifs régionaux).

Boucher-Cadart, Alfred, Charles, Ferdinand

17/05/1836 Douai

Sénateur (1882-1884)

24/04/1910 Huby-St-Leu

Opportuniste

16Fils d’un professeur au collège royal de Douai, il est adopté par son oncle maternel Ferdinand-Joseph Cadart à la mort de son père en 1856, d’où son double nom : Boucher-Cadart. Après ses études, il est avocat successivement à Douai en 1858, à Avesnes en 1863, à Montreuil-sur-Mer en 1865puis de nouveau à Douai en 1869. Conseiller à la Cour d’appel de Douai de 1875 à 1877, fait chevalier de la Légion d’honneur le 20 juillet 1878, il est directeur de la sûreté générale au ministère de l’Intérieur du 16 décembre 1877 au 9 mars 1880. Conseiller général d’Hesdin en 1877, il est nommé conseiller à la Cour de Paris le 9 mars 1880. Républicain conservateur, sénateur de 1882 à 1884, il siège au centre gauche. Il démissionne le 9 février 1884, suite à la loi de cumul des mandats législatif et judiciaire car depuis le 9 janvier 1884 il était président à la Cour d’appel de Paris. Il se retire à Douai puis à Hesdin et préside l’assemblée départementale de 1887 à 1903. En 1902, il est battu aux élections législatives, dans l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer par le nationaliste Paul Truy. Président de l’association des enfants du Nord-Pas-de-Calais et des sociétés de tir de la région Nord, conférencier réputé, ses discours sont publiés sous le titre Hier et Aujourd’hui.

Boudenoot, Louis

Député Montreuil (1889-1901)

02/05/1855 Fruges

Sénateur (1901-1922)

22/10/1922 Paris

Républicain progressiste,

puis Républicain de gauche

Union républicaine

17Issu d’une famille de négociants aisés de Fruges, Louis Boudenoot fréquente le lycée de Saint-Omer à la fin de l’Empire et au début des années 1870. Il s’y lie d’amitié avec Charles Jonnart. Reçu en 1876 à l’École polytechnique et à l’École nationale des mines, il se dote d’une formation encyclopédique et passe une licence en droit. Ingénieur civil des mines, il participe aux activités de l’association polytechnique, qui se donne pour but d’initier la main-d’œuvre qualifiée aux nouveautés de la technique industrielle. De sa famille, il a hérité une tradition républicaine, mais non anticléricale, qui le pousse à animer, dès les années passées à l’École polytechnique, un groupe militant. Il bénéficie de la poussée électorale favorable à la République qui se manifeste dans son département à la fin des années 1880, en enlevant en 1886 un siège de conseiller général, puis celui de député de la circonscription de Montreuil-sur-Mer en 1889. À la Chambre, il se spécialise dans les questions concernant les travaux publics, les chemins de fer, les mines, l’armement, produisant un nombre considérable de rapports techniques. Dans les années 1890, ses compétences le font nommer président de la compagnie générale des voies ferrées d’intérêt local et administrateur des mines de Carvin - à ce titre, il siégera au comité central des houillères de France -. D’abord républicain progressiste dans les années 1890, il opte après 1900, comme son ami Charles Jonnart, pour un soutien modéré au bloc des gauches et devient à la fin des années 1900 membre du conseil supérieur de l’Alliance démocratique. Élu sénateur en 1901, lors d’un renouvellement partiel, en remplacement d’Alfred Leroy, président des mines de Bruay, il siège à l’Union républicaine du Sénat. Auteur, à la veille de la guerre, d’importants rapports sur la réorganisation militaire, il contribue par la suite à l’élaboration de la législation sur l’indemnisation des dommages de guerre. Président de la commission de l’Armée pendant les hostilités et au lendemain du conflit, Louis Boudenoot est vice-président de la Haute Assemblée de 1920 à sa mort.

Bouilliez, Achille

23/01/1839 Izel-les-Hameaux

Sénateur (1891-1908)

16/10/1908 ibidem

Opportuniste

18Issu d’une dynastie de notables locaux autrefois acheteurs de biens nationaux, Achille Bouilliez qui a fait de brillantes études (lycée Charlemagne, Polytechnique) est un des chefs de file du parti républicain dans l’arrondissement de Saint-Pol-sur-Ternoise dont son oncle, Alphonse Bouilliez-Bridoux, a été député de 1881 à 1885. Conseiller d’arrondissement (canton d’Aubigny-en-Artois) en 1867, conseiller général en 1889, sénateur en 1891, il est également maire de son village natal de 1892 à sa mort. Protectionniste, ardent défenseur des intérêts agricoles, proche de Graux et Méline, il s’active surtout en commission.

Bouilliez-Bridoux, Alphonse

01/01/1815 Savy-Berlette

Député Arras 1 (1881-1885)

20/04/1888 Habarcq

Opportuniste

19Ce descendant d’une riche famille d’acquéreurs de biens nationaux lui-même agriculteur-fabricant de sucre est un notable républicain : président de la société centrale d’agriculture du Pas-de-Calais, maire d’Habarcq, conseiller général (canton de Beaumetz-les-Loges, 1848-1851). Il ne fait qu’un obscur mandat au Palais-Bourbon, parmi les opportunistes.

Boulanger, Narcisse

14/01/1854 Audembert

Député Boulogne 3 (1918-1932)

14/06/11937 Guînes

Centre-droit (Républicain de Gauche)

20Issu d’une ancienne famille d’agriculteurs connue pour ses idées libérales et républicaines et neveu d’un ancien député du Pas-de-Calais, Narcisse Boulanger hérita de la ferme paternelle, présida la société d’agriculture de l’arrondissement de Boulogne et fut aussi négociant en épicerie. Prenant la succession de plusieurs membres de sa famille, il devient maire de Guînes en 1885, conseiller général en 1901 et secrétaire du conseil général de 1914 à 1932. Il est élu député en 1914, réélu en 1919 sur la liste du bloc national et en 1924 sur une liste d’Union républicaine à dominante centriste. Il demeure 18 ans à la commission de l’agriculture. Réélu dans la circonscription de Boulogne 3e en 1928, il ne se représente pas en 1932.

Boulanger-bernet,

Auguste

12/01/1831 à Guînes

Député Boulogne 2 (1889-1893)

17/10/1903 à Andres

Républicain (centre opportuniste)

21Membre d’une vieille famille de notables du Pas-de-Calais dont tous les membres étaient républicains (son aïeul maternel avait refusé d’arborer le drapeau blanc lors du retour des Bourbons), après ses études au lycée de Saint-Omer, il est nommé juge de paix à Guînes. Il entame sa vie politique comme conseiller municipal d’Andres puis devient conseiller général de 1883 à 1901. En 1889, il se présente à la députation comme “partisan d’un gouvernement parlementaire et progressiste et ennemi de toute révision constitutionnelle”. Il est élu contre le boulangiste Georgi, mais essuie un échec face au conservateur Dussaussoy en 1893 et se retira à Andres.

Brasme, François

27/02/1820 Grenay

Député Béthune 2 (1876-1877)

12/04/1877 Bully-Grenay

Centre-gauche

22Agriculteur modèle qui a développé l’entreprise paternelle en lui adjoignant une sucrerie, François Brasme a contribué à la modernisation de l’agriculture dans sa région par son exemple et par sa présence au sein de diverses associations comme le cercle agricole du Pas-de-Calais (1867). Sa réussite et sa notabilité l’incitent à s’engager en politique dès le Second Empire auquel il n’est pas hostile : maire de Bully-Grenay (1852/77), conseiller général de Lens (1867/77). Rallié à la République conservatrice, il est élu député (Centre-gauche) - après deux échecs lors d’élections partielles en 1874 face aux bonapartistes - en mars 1876 contre le monarchiste sortant Louis de Clercq. Il meurt subitement un an plus tard, laissant un fils, Floride, important brasseur à Aix-Noulette, bourg dont il est maire de 1899 à 1907.

Briquet, Raoul

04/11/1875 Douai

Député Arras 2 (1910-1917)

25/03/1917 Bapaume

Socialiste (SFIO)

23Fils d’un greffier à la Cour d’appel de Douai, Raoul Briquet, licencié-es-lettres et docteur en droit s’inscrit au barreau d’Arras en 1901. Cet avocat qui, étudiant à Paris, a fréquenté les milieux socialistes, se spécialise dans le droit du travail et conseille le syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Il collabore au mouvement socialiste d’Hubert Lagardelle (1901-1902) et s’intéresse à la Société fabienne. Proche d’Émile Basly, il joue un rôle important dans la Fédération SFIO du Pas-de-Calais dont il devient député en 1910 ; deux mois plus tard, il entre au conseil général (canton de Vimy). Réélu en 1914, il est favorable à l’Union sacrée comme il l’a été à la loi de trois ans. Parlementaire actif (problèmes judiciaires, constitutionnels, douaniers, sociaux), il disparaît tragiquement à Bapaume avec son collègue départemental - modéré - Albert Taillandier. Alors qu’ils viennent visiter cette zone récemment libérée, ils sont victimes de l’explosion d’une bombe à retardement laissée par l’ennemi dans la mairie.

Bryas de, Charles

03/10/1820 Paris

Représentant (1871-1875)

16/02/1879 Cannes (06)

Droite monarchiste

24Le comte Charles, châtelain de Brias, appartient à une grande famille distinguée par Charles-Quint et qui compte plusieurs hommes politiques au XIXe siècle : un maire de Bordeaux et député de la Gironde, un député de l’Indre, un député du Pas-de-Calais (son père, Alexandre, en 1827/8). Lui-même qui a épousé Ursule de Vogue entre en politique sous la Deuxième République en devenant conseiller général (canton du Parcq) et représentant (1849-1851). Il s’en éloigne sous le Second Empire et y revient à l’occasion de la crise de 1870-1871. Membre de la “Droite” et de la réunion des “Parlementaires-Agriculteurs”, il est un représentant effacé qui se retire en 1875.

Cadot, Henri

Député (1910-19, 1928-30, 1936-42)

22/04/1864 Le Quesnoy-en Artois

Béthune 4 (1919-28)

13/12/1947 Bruay-en-Artois

Sénateur (1930-35)

Socialiste (SFIO)

25D’origine paysanne, Henri Cadot suit ses parents venus s’établir à Bruay-en-Artois où dès l’âge de dix ans il descend à la mine et s’occupe de ses huit frères et sœurs devenus orphelins quelques mois plus tard. Licencié en raison de ses activités syndicales en 1893, il ouvre un commerce et prend la direction politique de La Tribune, organe du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais qu’il préside de 1928 à 1939. Membre du Grand-Orient, socialiste réformiste, il est élu - après de multiples échecs à diverses élections entre 1894 et 1910 - député SFIO en 1914. À la commission des mines et de l’énergie, il contribue à l’amélioration de la législation sociale. En 1930, il est le premier et seul sénateur socialiste du département, mais battu en 1935, il revient au Palais-Bourbon en 1936 où il incline vers l’ultra-pacifisme. En juillet 1940, il ne prend pas part au vote sur les pleins pouvoirs au maréchal Pétain qui le maintient dans ses fonctions de maire (élu depuis 1919). Lors des grèves de mai-juin 1941 et d’août 1944, il appelle à reprise du travail ; en septembre 1944, il démissionne, mais est maintenu dans la SFIO (congrès extraordinaire de nov. 1944).

Canda, Émile

16/06/1884 Lillers

Député Béthune 2 (1932-1936)

18/01/1942 Paris

Centre-droit (Républicain de Gauche)

26Ayant repris la profession paternelle de vétérinaire, Émile Canda est élu conseiller d’arrondissement en 1930, puis député au second tour des élections législatives de 1932 en se déclarant candidat d’Union républicaine. Il se montre actif en commissions, mais monte rarement à la tribune. Il ne sollicite pas le renouvellement de son mandat en 1936 et reprend l’exercice de sa profession.

Canu, Eugène

11/09/1865 Trith-Saint-Léger (59)

Député Boulogne 1 (1928-1932)

07/01/1952 Boulogne-sur-Mer

Radical Socialiste

27Docteur en sciences naturelles, Émile Canu fut simultanément directeur de la station aquicole de Boulogne et armateur de pêche ; il présida également le syndicat des armateurs de pêche de France. Franc-maçon, président de la section du parti radical et radical-socialiste du Boulonnais, il fut élu conseiller d’arrondissement en 1908 et entra au conseil général (en 1912) qu’il présida de 1928 à 1934. Député en 1928, vaincu en 1932, il prit sa revanche en s’emparant de la mairie de Boulogne en 1935. Il retrouva à la Libération ce mandat dont il avait été démis par Vichy.

Clercq de, Louis

24/12/1837 Paris

Député (1871-75, 1885-89) Béthune 2 (1877-81)

27/12/1901 Oignies

Droite monarchiste

28Louis de Clercq qui a épousé en deuxièmes noces Jeanne de Rémond de Montmort, est un fils de famille fortunée. Son père, banquier, avait une propriété à Oignies où l’on a découvert du charbon. Sa mère a multiplié les œuvres charitables. Châtelain, détenteur du tiers du territoire communal, exploitant agricole pilote (réputé pour ses élevages porcin et bovin, président du comice agricole de Carvin), président du conseil d’administration des mines de Dourges, il se fait élire en 1870 conseiller municipal et conseiller général (canton de Carvin). Ayant fait allégeance (sans lendemain) à la République, il devient en 1871, représentant (février) et maire (mai). Sa longue carrière parlementaire voit alterner succès (1871, 1877, 1885) et défaites (1876, 1881, 1889, 1891). En février 1875, il forme “le groupe de Clercq” favorable à Mac-Mahon, mais hostile au vote des lois constitutionnelles ; pendant son second mandat, il est “l’homme des chemins de fer”. Après 1891, il partage son temps entre ses mandats locaux qu’il conserve jusqu’à sa mort, et Paris où l’attire la vie intellectuelle et artistique, lui qui possède une remarquable collection d’objets d’art (Antiquités orientales) enrichies lors de plusieurs voyages au Proche-Orient.

Couhe, Louis

24/06/1889 Sailly-sur-la-Lys

Député du Pas-de-Calais (1924-1928)

03/09/1979 Paris

Centre-droit (Républicain de gauche)

29Fils d’un président du tribunal civil de Lille, il entreprend ses études à Dunkerque avant de les poursuivre à Paris et de devenir docteur en droit. Après deux séjours en Angleterre et en Allemagne où il acquiert la pratique des affaires industrielles, il devient industriel à Pont-à-Vendin puis avocat-conseil aux usines de Lens. Il est aussi secrétaire général de la direction des mines de Lens, administrateur de l’école des maîtres mineurs de Douai et vice-président de l’union des sociétés de gymnastique de l’arrondissement de Béthune. Conseiller général (canton de Laventie) en 1919, il entre ensuite au Palais-Bourbon en 1924, mais il est battu en 1928. Il passe alors dans la haute administration (secrétaire général du ministère de l’Air, directeur général de l’Aviation civile ; administrateur et président fondateur de l’Aéroport de Paris) tout en restant membre du conseil général du Pas-de-Calais qu’il préside de 1937 à 1940.

Dard, Henry

20/06/1875 Paris

Député Béthune 1 (1902)

30/04/1910 Lugano (Suisse)

Droite catholique (ALP)

30Arrière-petit-fils d’un général d’Empire, le baron Dard, après avoir renoncé à l’École navale (myopie), fait des études de droit (doctorat) aux instituts catholiques de Paris (1892-1894) et Lille (1894-1901) où il milite dans de nombreuses œuvres (président fondateur de l’Association de la jeunesse catholique du Pas-de-Calais en 1898) et participe à plusieurs conférences de formation (secrétaire de la conférence du stage des avocats du barreau de Lille en 1899). Publiciste et avocat fortuné, cet ami de Bernanos se lance dans la politique sous les couleurs catholiques, libérales et nationalistes. En avril 1902, il est élu député contre le républicain modéré sortant Achille Fanien, mais il est invalidé pour corruption, ingérence du clergé et pression des compagnies minières. Vaincu lors de l’élection partielle de janvier 1903, il échoue encore en 1906. Leader régional de l’ALP, ce père de six enfants réussit cependant à devenir maire d’Aire-sur-La-Lys en 1904 et 1908, malgré deux invalidations ! Malade (poumons), il part se soigner en Suisse (1909) ; il ne se représente pas aux élections municipales d’avril 1910 et décède quelques jours plus tard.

Decrequy, Gustave, Pierre,

Hippolyte

21/12/1899 Fruges

Député Montreuil-sur-Mer (1935-1940)

16/11/1944 Pau (64)

Radical-socialiste

31Engagé volontaire pendant la première guerre mondiale, ce négociant en vins devient conseiller municipal de Fruges en 1925, conseiller d’arrondissement en 1926 puis adjoint au maire de Fruges en 1929 et vice-président du conseil d’arrondissement. En 1935, il est élu député à la faveur d’une élection partielle, Charles Delessalle étant entré au Sénat. Réélu en 1936, il souhaite développer le tourisme dans son département. Le 10 juin 1940, il ne prend pas part au vote confiant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il décède prématurément en 1944.

Delcluze, Alfred

18/01/1857 Les Attaques

Député Boulogne 2 (1909-1914)

23/06/1923 Sangatte

Socialiste indépendant

32Ce fils d’ouvriers travaille dès l’âge de treize ans comme employé de commerce. Licencié pour activité politico-syndicale, il devient cabaretier et collabore à différents journaux du POF. Emprisonné pour diffamation (1888), il est élu la même année conseiller municipal de Calais puis conseiller général (Calais-nord-ouest, 1890-1919). Sa rivalité avec Émile Salembier, l’autre leader socialiste calaisien, entrave sa carrière : il ne siège que deux ans à la mairie (1898-1900) et cinq ans au Palais-Bourbon, à la suite d’une élection partielle, parmi les républicains socialistes.

Delelis-Falien, Philogène

30/03/1843 La Couture

Député Béthune 1 (1903-1919)

21/02/1945 Paris

Centre-droit (Républicain de gauche)

33Docteur en médecine, fils adoptif d’Ovide Fanien (maire et conseiller général de Lillers), gendre d’Achille Fanien (frère d’Ovide, industriel de la chaussure et député), il récupère leurs mandats respectifs en 1895 et 1903 (victoire contre Dard le tombeur de son beau-père en 1902, invalidé) ainsi que la direction de l’usine de Lillers. Ce parlementaire effacé, membre de la gauche démocratique, se retire de la vie politique en 1919.

Delhomel, Émile

11/10/1813 Montreuil-sur-mer

Député (1885-1889)

23/03/1906 Sorrus

Droite monarchiste

34Ce très riche banquier a épousé la fille du député Armand opposé à la monarchie de Juillet et devenu maire de Saint-Omer en 1848, année où lui-même entre au conseil général (canton de Montreuil-sur-mer). Maire bonapartiste de cette ville de 1860 à 1877 - avec une révocation en 1870 - il accède sur le tard et pour un seul mandat – effacé - à la députation.

Dellisse, Gustave

31/03/1840 Béthune

Député (1885-1889)

17/02/1894 Ibidem

Droite conservatrice

35Membre d’une riche dynastie de fabricants de sucre au sein de laquelle son père Charles Dellisse-Engrand s’est plus particulièrement illustré (voir ci-dessous), Gustave Dellisse est membre de la société des agriculteurs de France et du conseil d’administration de la compagnie des mines de Meurchin. En 1880, il devient conseiller général (canton de Béthune) puis député en 1885.

Dellisse-Engrand, Charles

19/11/1811 Lille

Représentant (1874-1875)

09/06/1880 Béthune

Bonapartiste

36Appartenant à une illustre famille de fabricants de sucre, il est le type même du notable : grand propriétaire, agriculteur-industriel, actionnaire de sociétés houillères et financières, membre - et souvent président - de multiples associations économiques (société d’agriculture de l’arrondissement de Béthune, commission d’étude du chemin de fer d’Etaples...), charitables ou éducatives. Ce bonapartiste, conseiller municipal (1856), conseiller d’arrondissement (1861) est nommé maire de Béthune en 1862 et décoré par Napoléon III en 1867 pour sa belle conduite lors de l’épidémie de choléra. Suspendu par le gouvernement de la Défense nationale en septembre 1870, il retrouve sa mairie puis est élu conseiller général en 1871. Il est envoyé à l’Assemblée nationale, lors d’une élection partielle en novembre 1874 qui l’oppose à un républicain et un légitimiste. Parlementaire effacé, il ne se représente pas en 1876.

Demiautte, Louis, Joseph

15/10/1829 à Saint-Léger

Sénateur (1882-1891)

18/10/1904 à Saint-Léger

Opportuniste (Gauche républicaine)

37Agriculteur-ingénieur dans le sucre, adjoint au maire, conseiller d’arrondissement d’Arras pour le canton de Croisilles, membre de la commission vicinale de ce même canton et juge suppléant (révoqué après le 16 mai 1877), Louis Demiautte est le type même du notable républicain local, président de la société d’agriculture du Pas-de-Calais, chevalier de la Légion d’honneur en 1881. Il accède au Palais du Luxembourg en 1882. Appartenant à la Gauche républicaine, il soutient les ministères opportunistes et ne se représente pas. Il meurt des suites d’une longue maladie.

Deusy, Ernest

08/04/1823 Bapaume

Député Arras 1 (1876-1877, 1878-1881)

29/03/1897 Faverolles (36)

Centre-gauche

38Fils de notaire, petit-fils d’un député à la Législative, Ernest Deusy, après des études de droit, devient avocat à Paris puis à Arras. Il est aussi un très riche propriétaire terrien, possessionné autour d’Arras où il se fait construire un hôtel particulier et de Bapaume - dont il est conseiller général (1871-1895) - ainsi que dans l’Indre où il possède un château. Républicain en 1848, promoteur du syndicalisme agricole (fondateur de la société des agriculteurs de France), catholique favorable à la liberté de l’enseignement supérieur, il est nommé maire d’Arras en septembre 1870par le gouvernement de la Défense nationale et confirmé par les électeurs en avril 1871. Après deux échecs à la députation en 1869 et 1871, il est élu en 1876 comme candidat républicain libéral et indépendant. Battu en octobre 1877, il retrouve toutefois son siège en l’emportant sur son rival Édouard Sens (après avoir été suspendu de son mandat de maire) qui a été invalidé (avril 1878). Au Parlement, il est rapporteur de la commission d’enquête sur les comptes de la guerre de 1870 et s’intéresse aux voies navigables ainsi qu’à la législation minière. En 1881, opposé à l’anticléricalisme de certains de ses amis politiques, il abandonne ses mandats de maire et de député.

Devaux, Louis, Édouard

Député Saint-Omer 1 (1876-1882)

23/11/1819 à Saint-Omer

Sénateur (1882-1884)

25/01/1884 à Béthune

Opportuniste (Gauche républicaine)

39Fils d’un négociant parisien, ayant fait toutes ses études au lycée de Saint-Omer, président de l’association des anciens du lycée, il s’inscrit au barreau de Saint-Omer en 1840. En 1848, ses opinions républicaines lui valent d’être nommé procureur de la République au barreau d’Arras. En 1849, il échange cette place contre celle de juge d’instruction à Saint-Omer. Après le coup d’État de 1851, pour ne pas prêter serment, il démissionne et reprend sa place au barreau. En septembre 1870, il est nommé sous-préfet de Saint-Omer. Candidat malheureux aux élections législatives de 1871, il est victorieux cinq ans plus tard, puis à nouveau en 1877 et 1881. Conseiller général à partir de 1877 (canton de Saint-Omer-nord) et président de l’assemblée départementale (1881-1882), il est un des principaux leaders républicains du Pas-de-Calais dont la carrière est couronnée par l’entrée au Sénat en 1882 où il se montre un actif partisan de Ferry.

Diesbach de Belleroche de, Eugène

28/07/1817 Saint-Germain-en-Laye

(78) Représentant (1871-1875)

20 août 1905 Gouy-en-Artois

Monarchiste légitimiste

40Le comte Eugène, châtelain de Gouy-en-Artois, dont le père fut officier de la Garde royale, est issu d’une famille d’origine suisse de très ancienne noblesse. Il a épousé Sophie Lemesre de Pas qui lui a donné cinq fils. Très riche propriétaire terrien et agriculteur à la pointe du progrès (membre fondateur de la société des agriculteurs de France), il est élu représentant le 8 février 1871 puis maire de son village (1871-1878). À l’Assemblée nationale, il siège à la réunion des “parlementaires-agriculteurs” et parmi “les chevaux-légers” fidèles au comte de Chambord et au catholicisme ultramontain. Ancien élève des Jésuites, actionnaire du journal catholique et monarchiste Le Pas-de-Calais, membre des comités catholiques du Pas-de-Calais, il organise un pèlerinage pour ses collègues les plus fervents à Paray-le-Monial (1873). Parlementaire effacé, il ne se représente pas en 1876.

Dlesbach de Belleroche de, Louis

31/08/1893 Hendecourt-les-Ransart

Député Arras 1 (1932-1942)

25/07/1982 Paris

Centre-droit (Républicain de Gauche)

41Petit-fils d’un représentant à l’Assemblée nationale de 1871, le comte Louis, époux de la baronne Hélène de Rochefort-Sirieyx (03), châtelain d’Hendecourt-les-Ransart, est agriculteur-propriétaire terrien. Pendant la première guerre mondiale, il sert dans la cavalerie puis s’engage dans l’aviation (blessé). À partir de 1919, il se consacre à la reconstruction de sa commune natale dont il est devenu maire (1919-1944). Président départemental de l’Union nationale des combattants, officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, conseiller général (1928-1940, canton de Beaumetz-les-Loges), il est élu député en 1932 et 1936. Parlementaire actif (travaux publics, mines, pensions, régions libérées), républicain de droite (proche de Pierre Etienne Flandrin et de Paul Reynaud), catholique, il s’engage à nouveau dans l’aviation en 1940 et vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain qui le nomme au Conseil national. Bien que frappé d’indignité nationale et d’inéligibilité à la Libération, il retrouve ses fonctions de maire en 1946 et les assume jusqu’en 1971.

Douay, Antoine

13/05/1806 Cambrai

Représentant (1871-1875)

23/01/1882 Lestrem

Centre-droit

42Fils du président du tribunal de Cambrai, ce célibataire endurci, propriétaire terrien, ancien capitaine de cavalerie, entre en politique en 1848 en devenant maire de Lestrem (1848-1850) où il possède un château, puis député conservateur hostile à Louis Napoléon Bonaparte (1849-1851). Il y revient en 1871 avec son élection à l’Assemblée nationale où il siège très obscurément au Centre-droit. En 1876, il ne se représente pas.

Dubrulle, Louis

26/11/1821 Douai

Sénateur (1876-1882)

26/08/1890 Rouvroy

Monarchiste légitimiste

43Avocat, fils d’un conseiller à la Cour royale de Douai, Louis Dubrulle est un châtelain légitimiste solidement implanté puisqu’il est maire de Rouvroy de 1852 à sa mort et conseiller général du canton de Vimy de 1852 à 1880. Lié à plusieurs grandes familles de l’aristocratie (Cordier de Ribeauvillé, de Cathelineau), riche propriétaire-agriculteur, il est élu sénateur en 1876 sur une liste de coalition royaliste-républicaine hostile aux bonapartistes. À l’issue d’un mandat discret, il est vaincu lors du renouvellement triennal de 1882.

Dussaussoy, Paul

06/01/1860 Dunkerque

Député Boulogne 2 (1893-1902, 1906-1909)

15/03/1909 Paris

Droite (Républicain libéral)

44Arrière petit-fils, petit-fils et fils de député, Paul Dussaussoy, après des études de droit à Douai, est devenu avocat à la Cour d’appel de Paris. Reprenant la tradition familiale, il se fait élire conseiller général de Marquise (1889) puis député (1893). Catholique rallié à la République, il s’inscrit au groupe de l’Action libérale mais en 1900, le prince Victor Bonaparte lui demande de présider le banquet plébiscitaire du 15 août. Battu en 1902, il est réélu en 1906 et siège parmi les libéraux. Ses propositions de lois sociales ou en faveur du vote des femmes lui ont valu une certaine renommée.

Dussaussoy-hubert, Paul-Antoine

06/09/1820 Toulouse (31)

Député (1871-75, 1885-87) Boulogne 2 (1876-78)

12/10/1887 Calais

Bonapartiste

45Petit-fils par sa mère d’un avocat et député de la Somme de 1791 à 1819 (Pierre Florent Louvet, 1757-1818) et fils d’un militaire, député du Pas-de-Calais sous la monarchie de Juillet (Orner Dussaussoy, 1778-1846), il a épousé la fille d’un propriétaire-cultivateur de Frethun (62). Garde général des Eaux et Forêts, il devient sous le Second Empire un grand industriel du tulle établi à Calais. Conseiller municipal de Bollezeele (59) puis de Dunkerque, conseiller d’arrondissement de Calais (1870), il est élu représentant en 1871 et après un passage au Centre-droit rejoint le groupe bonapartiste de “L’Appel au peuple”. Ce partisan du libre-échange se fait remarquer par ses apostrophes. Invalidé en 1878 comme de nombreux partisans de Mac-Mahon, il est battu lors de l’élection partielle du 8 avril par Alexandre Ribot qui commence une brillante carrière. Réélu en 1885 avec l’ensemble de la liste conservatrice, il décède en cours de mandat. Son fils, Paul, sera à son tour député.

Elby, Henri

15/07/1894 Bruay-en-Artois

Sénateur (1936-1940)

17/09/1966 Grosffliers

Centre-droit (Union démocratique et radicale)

46Fils de Jules Elby, sénateur et président des mines de Bruay, Henri Elby devient industriel et gérant de société ; à ce titre, il est appelé à présider la chambre de commerce de Béthune. Élu sénateur en novembre 1936, il siège au groupe de l’Union républicaine et radicale. Frappé d’inéligibilité après la guerre pour son vote en faveur du maréchal Pétain, il peut reprendre par la suite une carrière d’élu local, siégeant au conseil général de 1957 à sa mort.

Elby, Jules

25/11/1857 Gonnelieu

Sénateur (1923-1933)

12/07/1933 Lamalou-les-Bains (34)

Centre-droit (Union républicaine)

47D’origine modeste, Jules Elby entre en 1875 au service de la compagnie des mines de Bruay. Devenu chef du service commercial, il épouse en 1895 la fille d’Alfred Leroy, directeur général de la compagnie, maire de Bruay-en-Artois, sénateur du Pas-de-Calais en 1900-1901. Elby accède à la fonction d’administrateur général en 1899, avant d’être nommé en 1924 président du conseil d’administration. Maire de Bruay après le décès de son beau-père, conseiller général du canton d’Houdain, proche de l’Alliance démocratique, il succède au Sénat à Louis Boudenoot après la mort de ce dernier, puis est réélu en 1927 sur la liste des républicains de gauche conduite par Charles Jonnart. Il siége à la haute assemblée au groupe de l’Union républicaine, participant aux commissions des transports et des mines, avant de décéder au cours de ce deuxième mandat.

Evrard, Raoul

03/06/1879 Denain (59)

Député Pas-de-Calais (1918-28),

29/02/1944 Paris

Béthune 5 (1928-36)

Socialiste (SFIO)

48Ouvrier mineur dès l’âge de 12 ans, fils du secrétaire général du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, son engagement politique est précoce avec son adhésion au POF en 1895. Il collabore à divers journaux socialistes, assure le secrétariat de Raoul Briquet, député d’Arras (1910-1917), devient délégué permanent de la fédération SFIO du Pas-de-Calais en 1913. Combattant volontaire et valeureux (Médaille militaire), Raoul Evrard profite de son retour à la vie civile en 1916, après une grave blessure, pour secourir les Artésiens réfugiés à Paris et assurer la survie de sa fédération dont il devient secrétaire général en 1919 en même temps qu’il est élu député. Il est également conseiller municipal de Lens (1925-1928) puis d’Hénin-Liétard. Parlementaire jusqu’en 1936, il s’intéresse notamment aux régions libérées et à la législation du travail ; militant (directeur politique de L’Eclaireur du Pas-de-Calais, plusieurs fois membre de la CAP de la SFIO), il prône un socialisme réformiste et la participation gouvernementale. En mai 1936, il se désiste en faveur de Quinet (PCF) qui l’a devancé au premier tour, mais quelques mois plus tard, Marx Dormoy, ministre de l’Intérieur qui remplace Roger Salengro, le prend comme chef de cabinet. Comme lui, il opte pour la Résistance.

Fanien, Achille

Député Béthune 1 (1881-1885)

18/01/1827 Lillers

Béthune 3 (1889-1902)

25/07/1915 Paris

Républicain opportuniste

49Petit-fils d’un cordonnier de campagne, fils d’un ouvrier cordonnier devenu fabricant de chaussures à Lillers, Achille Fanien qui a parfait sa formation en suivant à Paris des cours de français et de comptabilité puis en voyageant aux Antilles (1848) ainsi qu’aux États-Unis (1852) donne une grande expansion à l’entreprise familiale. Il possède en 1889 plusieurs centres de production qui emploient plusieurs milliers d’ouvriers à l’égard desquels il multiplie les œuvres de bienfaisance (écoles, logements, sociétés de secours mutuel) qui sont confortées, à Lillers, par la municipalité dirigée par son frère Ovide (1881-1895). Les deux frères qui sont des républicains de 1848 se partagent le travail : à Ovide l’action politique locale (quadrillage de la circonscription qui finit par payer après les échecs de 1876, 1877, 1885), à Achille la direction de l’entreprise et l’action politique à Paris (en 1881, il cède à Ovide son siège de conseiller général après deux ans de mandat). Député d’affaires plus que législateur, il se ménage de puissantes relations : après 1875, l’entreprise fournit l’armée ; Achille Fanien est un ami de Félix Faure. Très riche, paternaliste, laïque favorable à “l’esprit nouveau”, ce républicain modéré s’est toujours montré fidèle à la République dans les moments critiques : 1851, 1877, la crise boulangiste, l’Affaire Dreyfus. Son gendre, Philogène Delelis-Fanien, qui est aussi le fils adoptif de son frère venge dès 1903 sa défaite de 1902.

Farjon, Pierre

19/12/1841 Wacquinghem

Député Boulogne 1 (1906-1910)

25/03/1916 Boulogne-sur-Mer

Progressiste (Centre-droit)

50Fils d’un propriétaire du Boulonnais, Pierre Farjon doit surtout son ascension sociale à son mariage avec la fille du fabricant de plumes Francis Lebeau. Il était auparavant officier du Génie après être passé par Polytechnique. En 1875, il prend la direction de l’usine de son beau-père, associé à son beau-frère Camille Baignol, et la firme est désormais connue sous le nom “Baignol et Farjon”. Pierre Farjon s’impose comme un des grands notables économiques du Boulonnais ; il préside la chambre de commerce de Boulogne, le conseil d’administration des ciments de France, devient censeur de la Banque de France. Son ascension politique est plus tardive et éphémère. Gagné à la cause républicaine après avoir servi sous les ordres de Faidherbe, il devient actionnaire du journal La France du Nord et préside la Ligue républicaine de la première circonscription de Boulogne. Mais la forte implantation d’Achille Adam le contraint à se contenter longtemps de mandats politiques locaux. Conseiller municipal de Boulogne depuis 1877 et conseiller général pour le canton de Boulogne-nord en 1898, il doit attendre 1906 pour être élu à la Chambre où il ne joue qu’un rôle effacé et il se retire en 1910 après un premier tour médiocre.

Farjon, Roger

27/03/1876 Boulogne-sur-Mer

Sénateur (1920-1940)

1945

Centre-droit (Union Républicaine)

51Roger Farjon est le fils de Pierre Farjon, industriel et député du Pas-de-Calais, il reprend la firme familiale après avoir été élève de l’Ecole polytechnique. Il conquiert la mairie de Boulogne en 1919 qu’il conserve jusqu’en 1927. L’année suivante, il est élu sénateur du Pas-de-Calais. Il joue un rôle croissant au Palais du Luxembourg et accède en 1936 à la vice-présidence. Il vote en 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et sa carrière politique est dès lors compromise.

Ferrand, Charles, Gaston

15/08/1864 Paris XII

Député Pas-de-Calais (1919-1925)

15/07/1925 Éleu-dit-Leauwette

Socialiste (SFIO)

52Fils d’un négociant en vins, il est employé à la mairie de Lille et s’engage dans l’action militante ; en 1892, il est délégué du POF au congrès de Marseille, collabore aux journaux Le Prolétaire et La Bataille socialiste. En 1902, il devient secrétaire général de la mairie d’.’Avion tandis qu’en 1906 il est le secrétaire général de la fédération socialiste du Pas-de-Calais. Il est élu député en 1919 et conseiller général en 1920. Réélu en 1924, il décède en cours de mandat.

Florent-Lefebvre, Louis

26/03/1821 Basseux-les-Loges

Député Arras 2 (1876-1877, 1881-1885)

06/05/1887 Monchy-le-Preux

Opportuniste

53Cet avocat, fils de notaire, s’est prononcé en faveur de la République en 1848. Grand propriétaire établi à Monchy-le-Preux dont il est maire de 1860 à 1887, Louis Florent-Lefebvre est aussi un amateur d’objets d’art : il possède une collection de tableaux de maîtres hollandais, italiens et français ; dans le parc de sa propriété, il a fait construire une chapelle sur des plans de Viollet-Le Duc. Ses sentiments républicains, ses opinions décentralisatrices, le catholicisme fervent de son épouse expliquent son hostilité à l’Empire qu’il manifeste au conseil général (canton de Vitry-en-Artois, 1866-1883). Après plusieurs échecs (1866, 1869, 1877), il est élu député républicain opportuniste en 1876 et 1881 et soutient la politique de Ferry. Porté sur la liste radicale du département du Nord en 1885, il échoue et meurt deux ans plus tard.

Fouler de Relingue, Louis

11/05/1813 Versailles (78)

Représentant (1871-1874)

30/04/1874 Lillers

Monarchiste légitimiste

54Issu d’une famille d’origine écossaise, fils d’un général fait comte d’Empire, Louis Fouler de Relingue est un riche propriétaire terrien, “agriculteur modèle” qui s’intéresse notamment aux chevaux : études sur la race chevaline, promotion de l’hippodrome de Béthune... Dès 1841, il représente le canton de Lillers au conseil général dont il assure la vice-présidence entre 1871 et 1873. Conservateur et catholique (participation aux assemblées générales catholiques de Paris en 1872 et 1872), il est élu en 1871 à l’Assemblée nationale où il siège parmi les légitimistes modérés de la “Droite”. Il décède en cours de mandat.

France de, Guislain, Charles, Marie

08/12/1876 à Boulogne

Député Boulogne 3 (1910-1914)

1952

Progressiste (Centre-droit)

55Ce propriétaire terrien, issu d’une vieille famille artésienne, est élu conseiller municipal en 1902, il est maire de Saint-Inglevert en 1904. De 1909 à 1913, il représente le canton de Marquise au conseil général. En 1910 il enlève sous l’étiquette “Républicain progressiste”, la 3ème circonscription de Boulogne nouvellement créée. En 1914, ce partisan de la proportionnelle est battu par Narcisse Boulanger. Il avait épousé le 24 avril 1901, à Saint-Inglevert, Marie-Yolande de Dompierre d’Hornoy.

Georges, Richard

09/07/1893 Paris

Député (1919-1924)

08/02/1963 Nice (06)

Socialiste (SFIO)

56Richard Georges n’a exercé qu’un assez bref mandat dans la région, mais sa vie est un véritable roman. Pupille de l’Assistance publique et employé très jeune à de durs travaux agricoles en Sologne, puis en usine, il s’enfuit des verreries de Vierzon pour dénoncer l’exploitation des enfants et se trouve à l’origine d’une campagne de presse qui aboutit à la fermeture du “bagne d’enfants”. Il arrive aux mines de Maries dans les années d’avant-guerre, engage le combat syndical et politique et se voit confier à 19 ans la nouvelle section socialiste d’Allouagne. Il est élu en 1919 maire de la cité et député du Pas-de-Calais pour la circonscription d’Arras, Béthune et Saint-Pol. La même année, il entre à la commission administrative du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Il participe activement à la reconstruction de la fédération départementale de la SFIO après la scission du congrès de Tours. Mais Georges qui était promis à un bel avenir politique dans la région la quitte brusquement en 1924 pour s’établir exploitant agricole en Sologne, sur les lieux de son enfance afin d’y implanter le socialisme. Il est réélu député pour le Loir-et-Cher et devient après la conquête de la mairie de Romorantin en 1925 le plus jeune député-maire de France. Mais, battu aux élections de 1932, il abandonne la vie politique pour entrer dans l’administration coloniale.

Graux, Georges, Édouard

15/02/1843 Saint-Pol-sur-Ternoise

Député Saint-Pol-sur-Ternoise (1881-1885,

04/10/1900 Saint-Pol-sur-Ternoise

puis 1889-1900)

Opportuniste

57Fils de Fortuné Graux, officier de la Légion d’honneur et commandeur de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, avocat et maire de Saint-Pol-sur-Ternoise, il épouse le 13 août 1879 à Paris, Berthe de La Rue, veuve d’Ernest Duvergier de Hauranne, député du Cher. Après ses études au collège de Saint-Pol-sur-Ternoise puis au lycée Henri IV à Paris, il est avocat en 1864. Secrétaire de la conférence des avocats sous le bâtonnat de Jules Grévy de 1867 à 68, il est lauréat du prix Paillet en 1869. Pendant la guerre de 1870, il est officier des mobiles du Pas-de-Calais. Secrétaire d’Ernest Picard (quelques semaines ministre de l’Intérieur de Thiers en 1871), chef de cabinet de Martel quand ce dernier est ministre de la Justice et des Cultes (17 déc. 1876 – 16 mai 1877), Georges Graux se fait élire au conseil général (canton de Saint-Pol) en 1875, puis député en 1881 dans l’arrondissement de Saint-Pol qui était jusque là un fief légitimiste. Après un échec en 1885, il siège constamment au Palais-Bourbon où il est un proche de Méline auquel il succède à la présidence de la commission des douanes.

Guersy, Paul, François

03/08/1880 Saint-Omer

Député Saint-Omer 1 (1928-1932)

28/04/1942 Cotz (46)

Radical-socialiste

58Issu du milieu agricole de Saint-Omer, il devient maraîcher et s’implique alors dans la vie professionnelle (syndicat des maraîchers de Saint-Omer) avant d’être élu au conseil municipal de Saint-Omer en 1919. En 1928, ce chevalier du Mérite agricole est élu député et s’occupe tout particulièrement de la réparation des dommages de guerre. Lors du renouvellement de son mandat en 1932, il est mis en ballottage au premier tour de scrutin et ne se présente pas au second tour.

Guidet, Abel

06/11/1890 Bapaume

Député Arras 2 (1936-1940)

27/11/1944 Gross Rosen (Allemagne)

Radical-socialiste

59Ce négociant de Bapaume, revenu de la Grande Guerre avec la Croix de guerre et la Médaille militaire, préside de nombreuses associations de bienfaisance et d’assistance à Bapaume avant d’en devenir le maire en 1929. Élu conseiller général de Bapaume en 1934, il entre au Palais-Bourbon en 1936. En 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Déporté pour faits de résistance, il meurt en Allemagne en 1944.

Hamille, Victor

Député Montreuil-sur-Mer (1871-1875,

03/09/1812 Montreuil-sur-Mer

1876-1885)

20/11/1885 Douai

Sénateur (1885)

Bonapartiste

60Licencié en droit, cet avocat à la Cour de Douai entre dans l’administration des Cultes en 1845 grâce à l’appui de son oncle Martin du Nord, ministre de Louis-Philippe, puis en devient directeur (1862-1870). À ce poste, il facilite la (re)construction de nombreuses églises du Pas-de-Calais. Conseiller général de Campagne-les-Hesdin depuis 1861, il est élu représentant en février 1871 sur la liste conservatrice (Union sociale). En 1872, il rejoint le groupe bonapartiste de L’Appel au peuple auquel il reste fidèle malgré sa modération qui en fait un “orléano-bonapartiste”, mais qui sied à un président de conseil général (1871-1880), constamment réélu député et dont l’accession au Sénat (janvier 1885) couronne la carrière.

Havrincourt d’, Alphonse-Pierre (marquis de Cardevac)

12/09/1806 Havrincourt

Député Arras 2 (1877-1881)

19/02/1892 Havrincourt

Sénateur (1886-1891)

Bonapartiste

61Descendant d’une famille anoblie par Philippe II (1596), petit-neveu de Joséphine de Beauharnais, petit-fils par sa mère d’un comte d’Empire, sénateur puis pair de France (Pierre de Tascher, 1745-1822), gendre de Casimir de Rochechouart duc de Mortemart (1787-1875, pair de France sous la monarchie de Juillet et sénateur sous le Second Empire), ce polytechnicien qui a participé à la campagne de Belgique (1830) se retire dès 1833 sur ses terres (près de 380 ha) qu’il exploite avec dynamisme (raffinerie de sucre). Châtelain, membre de la société d’agriculture d’Arras, il devient maire (1837-1892), conseiller général (canton de Bertincourt, 1837-1902), participe au banquet réformiste du Pas-de-Calais en 1848puis est élu représentant conservateur en 1849. Incarcéré le 2 décembre 1851, il se rallie à l’Empire et devient chambellan de Napoléon III en 1860. En 1863, il bat à la députation en tant que candidat officiel, Thiers dans le Nord mais est vaincu en 1869 par Boduin. Président du conseil général du Pas-de-Calais (1867-1870, 1880), il retrouve, après un échec en 1876, un siège de député en 1877 puis entre au Sénat en 1886 (à 80 ans !). Ce bonapartiste modéré proche d’Auguste Paris quitte définitivement le Parlement en 1891.

Haynaut, Eugène

13/09/1844 Frévent

Député Béthune 2 (1889-1891)

19/12/1891 Béthune

Républicain radical

62Fils d’un médecin du haut-Artois, lui-même docteur en médecine de la faculté de Paris (1868), Eugène Haynaut s’établit à Béthune au début des années 1870. Chirurgien-chef de l’hôpital, il est médecin des chemins de fer du Nord et de divers organismes de secours mutuel. Ce “médecin des pauvres”, libre-penseur et radical, est également un actif militant républicain. Nommé sous-préfet de Montreuil à la chute de l’Empire - de septembre 1870 à mai 1871 -, Haynaut participe ensuite à l’implantation républicaine dans le Béthunois en fondant une société républicaine d’instruction, puis une ligue républicaine du canton, apportant en 1880 son concours à la fondation du Petit Béthunois. le journal républicain radical de Béthune. Conseiller municipal de Béthune dès 1877, conseiller général en 1886, maire de sa ville en 1888, député en 1889 grâce à l’appui du syndicat des mineurs, Eugène Haynaut, après avoir joué un rôle important dans la signature de la “convention d’Arras” qui met fin à un grave conflit opposant les mineurs et les compagnies, meurt prématurément, à l’âge de 47 ans.

Hermary, Jules

14/12/1834 Barlin

Député Béthune 1 (1876-1881), (1885-89)

04/08/1914 ibidem

Droite conservatrice

63Fils d’un propriétaire-cultivateur, Jules Hermary, ancien élève de l’École centrale devenu brasseur-distillateur donne une grande extension à son entreprise en prenant le contrôle de nombreux estaminets. Membre de la société des agriculteurs de France, il est également le fondateur des mines de la Clarence. Il commence sa carrière politique sous le Second Empire auquel il est favorable : maire de Barlin (1862-1904), conseiller d’arrondissement (1865-1868), puis général (1868-1883) du canton d’Houdain. À la Chambre des députés où il est élu en 1876, il s’intéresse particulièrement aux questions économiques mais ce conservateur, candidat officiel de Mac-Mahon en 1877, pâtit de la progression des républicains (échec au Sénat, perte de trois de ses mandats dans la décennie 1880).

Huguet, Auguste

20/12/1822 Boulogne-sur-Mer

Sénateur (1876-1919)

18/01/1919 Boulogne-sur-Mer

Républicain modéré (Gauche démocratique)

64Ce propriétaire, fils d’un négociant-libraire, allié à l’une des plus anciennes familles de notables boulonnais (les Grandsire, dont un des membres, Louis, fut subdélégué de l’intendant d’Amiens, élu au Conseil des anciens et président du tribunal civil de Boulogne) est nommé adjoint au maire de Boulogne-sur-Mer en septembre 1870 en raison de ses opinions libérales. Organisateur efficace (ambulances, mobilisés), ses concitoyens le portent à la mairie en avril 1871 où il reste jusqu’en 1884 malgré deux suspensions par les gouvernements d’ordre moral (1873, 1877). C’est un républicain actif (épuration administrative, contrôle des sociétés locales, laïcisation) que l’on dit inspiré par la franc-maçonnerie (Cercle Daunou). Il est élu sénateur - républicain conservateur - le 30 janvier 1876 sur une liste de coalition antibonapartiste. Constamment réélu (cinq mandats), il est à partir du 9 janvier 1912 le doyen d’âge de la haute assemblée où il s’intéresse aux questions maritimes et douanières.

Isoré, André

14/06/1891 Dunkerque

Député Saint-Omer 1 (1936-1940)

12/02/1968 Paris

Radical-socialiste

65La famille Isoré habite Dunkerque depuis plusieurs générations. Au grand-père, cocher, succède un fils clerc de notaire. Le petit-fils, André, fait de brillantes études de droit à Lille et obtient son doctorat après la guerre 1914-1918. La tradition veut que cette thèse, soutenue à Paris, et portant sur la guerre et l’émancipation de la femme ait été particulièrement remarquée. Avocat à Paris, il plaide à la cour d’appel. Il s’intéresse également à la politique et milite dans les rangs du parti radical et radical-socialiste. Ses amis le portent à la présidence de la fédération départementale du Pas-de-Calais. Battu à Saint-Omer, aux élections législatives de 1932, il prend sa revanche lors des élections de 1936. Lors de son unique mandat, il s’implique activement dans la vie parlementaire. Après avoir défendu vigoureusement la motion cosignée par vingt-sept radicaux-socialistes hostiles à la révision constitutionnelle, André Isoré est le seul parlementaire de la région, parmi les 80, ayant refusé les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

Jonnart, Célestin (dit Charles)

27/12/1857 Fléchin

Député Saint-Omer 2 (1889-1914)

30/09/1927 Paris

Sénateur (1914-1927)

Républicain progressiste puis Centre-gauche

66Fils d’un notaire de campagne, élève du lycée de Saint-Omer, puis des facultés parisiennes, Charles Jonnart entre à 24 ans au service du gouvernement général de l’Algérie, avant d’être nommé en 1885 chef du bureau du ministère de l’Intérieur chargé des affaires algériennes, puis en 1887 commissaire du gouvernement près le conseil de préfecture de la Seine. Précocement intéressé par la politique, il succède à son père, maire de Fléchin, suspendu après le 16 mai 1877, - conseiller général républicain du canton de Fauquembergues -, lors des élections cantonales de 1886. Protégé par Alexandre Ribot, il est élu en 1889 au siège de député de la deuxième circonscription de Saint-Omer, qu’il conserve jusqu’en 1914. Membre de la commission des douanes en 1890, Charles Jonnart est protectionniste, pour l’agriculture - il préside la fédération des sociétés d’agriculture du Pas-de-Calais -, mais en même temps il est partisan du libre-échange pour les matières premières de la soierie ; il a épousé en 1891 la fille du banquier lyonnais Édouard Aynard qui est aussi député du Rhône, catholique et républicain. Son beau-père le fait nommer administrateur de la compagnie de Suez. Ministre des Travaux publics du gouvernement Casimir-Périer en 1893-1894, membre important du groupe républicain progressiste de la Chambre, il ne parvient pas, toutefois, à obtenir de Méline le gouvernement général de l’Algérie. Lors du renversement de majorité, en juin 1899, Charles Jonnart se déclare partisan du gouvernement de défense républicaine formé par Waldeck-Rousseau. Celui-ci le fait nommer gouverneur général de l’Algérie en 1900-1901. Partisan très modéré des cabinets du bloc des gauches, il est à nouveau envoyé dans la colonie en 1903 et occupe la fonction de gouverneur général jusqu’en 1911. Président de la compagnie de Suez en 1913, ministre des Affaires étrangères durant quelques semaines la même année, Charles Jonnart est élu sénateur en 1914. En 1917, Alexandre Ribot le fait nommer haut-commissaire représentant les puissances alliées en Grèce ; dans le cadre de cette mission, il fait déposer le roi Constantin, pour hâter l’entrée du royaume hellène dans la guerre aux côtés des Alliés. En novembre de la même année, il est, quelques jours, ministre des Régions libérées (2e cabinet Clemenceau). À nouveau gouverneur général de l’Algérie en 1918-1919, réélu sénateur en 1920, nommé ensuite président de l’Alliance démocratique, Charles Jonnart, de juillet 1921 à novembre 1923, en tant qu’ambassadeur auprès du Saint-Siège, se voit confier la tâche difficile de rétablir les relations officielles entre la France et le Vatican, interrompues depuis 1904. Il mène à bien cette délicate opération, mais, à la suite de son élection à l’Académie française contre Charles Maurras, il fait l’objet d’une violente campagne de presse lancée dans L’Action française. Il reste toutefois jusqu’à sa mort une personnalité influente, sénateur, réélu en 1927, et président du conseil général du Pas-de-Calais, fonction qu’il occupait depuis 1903.

Lamendin, Arthur

02/03/1852 Lourches (59)

Député Béthune 2 (1892-1919), puis 3 (1902)

03/11/1920 Neuville-sur-Escaut (59)

Socialiste (SFIO)

67Fils d’un garde des mines, lui-même galibot à l’âge de dix ans, il s’engage très tôt dans la lutte ouvrière : organisateur de la grève d’Anzin en 1884 qui lui vaut un licenciement, responsable à différents niveaux du syndicat des mineurs. Il milite également au sein du mouvement socialiste (POF, Fédération autonome, SFIO) au nom duquel il est élu conseiller municipal de Liévin en 1881, député (1892-1919), maire (1905-1912), conseiller général (canton de Lens-ouest, 1907-1919). Ce franc-maçon, opposé aux guerres coloniales, partisan d’un socialisme réformiste - qu’il met en pratique à Liévin et à la Chambre en commission des mines ou du travail - soutient l’Union sacrée jusqu’à sa retraite politique en 1919.

Ledieu, Élie, Albert

21/07/1834 à Arras

Député Arras 1 (1889-1893)

07/01/1917 à Paris

Opportuniste

68Fils d’un négociant, industriel, il est conseiller municipal d’Arras, adjoint au maire dès 1870. Membre du tribunal de commerce d’Arras de 1857 à 1889, il en est le président à partir de 1879. Républicain, anti-révisionniste, il est élu en 1889 contre Sens, bonapartiste et député sortant. En 1893, il est battu au second tour par Rose, centre gauche. Chevalier de la Légion d’honneur, officier d’Académie, il se retire à Paris après les violents bombardements d’octobre 1914 sur la ville d’Arras.

Lefebvre du Prëy, Edmond

Marie

16/08/1834 Saint-Omer

Député Saint-Omer 1 (1882-1889)

18/02/1910 Saint-Omer

Droite conservatrice

69Issu d’une famille de parlementaires (cf. supra) Edmond Marie Lefebvre du Prëy, propriétaire et magistrat, est élu conseiller municipal de Saint-Omer en 1860. Nommé adjoint au maire en 1861, administrateur adjoint des hospices de la ville, président de la société de Secours mutuel, il devient maire en 1868, mais résilie son mandat en 1871 et le reprend entre 1874 et 1875. Il préside le comité d’arrondissement de la Croix-Rouge après 1871. À la faveur d’une élection partielle, consécutive à l’accession de Devaux au Sénat, il est élu député conservateur en 1882 et siège à la Chambre jusqu’en 1889, date à laquelle il est battu par Alexandre Ribot. Il était entre temps devenu conseiller général de Saint-Omer-nord en 1883. Il eut six enfants dont le futur député et ministre Edmond Lefebvre du Prëy.

Lefebvre du Prëy, Edmond

Député Saint-Omer 1 (1909-1927)

16/10/1866 Saint-Omer

Sénateur (1927-1940)

14/01/1955 Paris

Droite (Républicain libéral)

70Fils d’Edmond Marie Lefebvre du Prëy et quatrième représentant d’une dynastie de parlementaires (cf. supra), il fit ses études au collège Saint-Bertin puis à la faculté catholique de droit à Lille et commença une carrière d’avocat au barreau de Saint-Omer. Il fut par ailleurs président de la compagnie des mines de Bruay-en-Artois et de la fédération agricole du Nord. Comme son père, il présida de nombreuses associations charitables et d’assistance. Conseiller municipal de Saint-Omer depuis 1896, il fut élu député en 1909 lors d’une élection partielle provoquée par l’élection d’Alexandre Ribot au Sénat, sous l’étiquette Républicain libéral. En 1912, il accéda à la mairie de Saint-Omer et son action pendant la guerre renforça son influence. Vice-président de la Chambre des députés de 1919 à 1922, il prit une part active au vote de la loi sur les dommages de guerre. Il fut ministre de l’Agriculture de 1921 à 1922, ministre de la Justice dans le cabinet Poincaré en 1924, ministre des Affaires étrangères dans l’éphémère cabinet François-Marsal, la même année. En 1927, Edmond Lefebvre du Prëy rejoignit le Sénat où il fut vice-président de la commission des Affaires étrangères et président de la commission des Mines. En 1940, il vote les pleins pouvoirs à Pétain. Edmond Lefebvre du Prëy, qui eut treize enfants, fut le parlementaire du Nord-Pas-de-Calais le plus prolifique de la Troisième République.

Lemelle, Gustave

30/03/1872 Lille

Député Arras 1 (1928-1932)

1944

Centre-droit (Républicain de Gauche)

71Gustave Lemelle issu d’une famille de petite bourgeoisie septentrionale, fit des études juridiques à Lille et se lança dans la politique sous le patronage d’Adolphe Lenglet qui le prit comme secrétaire en 1896. Lemelle fonda en 1898 le mouvement de la jeunesse républicaine et en 1904, l’Union républicaine démocratique et sociale d’Arras d’orientation radicale. Inscrit au barreau d’Arras depuis 1902, il fut élu conseiller municipal en 1908, adjoint au maire en 1919, et il succéda au maire Leroy décédé en 1922. Lemelle assure la reconstruction d’Arras et il accéda à la députation en 1928. Mais, victime des divisions municipales et des rancœurs liées aux opérations de la reconstruction, il perdit la mairie en 1929 et abandonna la vie politique en 1932.

Lemoine, Julien

04/08/1849 Hallines

Député de Saint-Omer 2 (1914/19),

30/07/1921 Blendecques

P.-de-C. (1919/21)

Centre (Républicain de Gauche)

72Ingénieur, diplômé de l’École centrale, il est un bon exemple de notables que promeuvent, au début du régime, les républicains en quête de respectabilité et désireux d’affaiblir les conservateurs. Directeur et propriétaire d’une fonderie, membre de la chambre de commerce de Saint-Omer, il conquiert méthodiquement le canton de Lumbres en y devenant conseiller d’arrondissement (1881), conseiller général et maire d’Hallines (1889). Sa modération, son libéralisme économique et social semblent bien correspondre à l’état d’esprit de sa circonscription puisqu’il y est élu sans concurrent en 1914. Député discret, réélu en 1919 sur une liste du Bloc national, il siège dans des commissions (mines, régions libérées, douanes, travail...) dont l’objet concerne souvent ses différents mandats.

Livois, Eugène

26/02/1815 Boulogne-sur-Mer

Député Boulogne-sur-Mer 1 (1877-1881)

14/08/1885 Boulogne-sur-Mer

Bonapartiste

73Fils d’un capitaine au long cours, ce docteur en médecine qui a d’abord exercé à Paris s’établit à Boulogne-sur-mer en 1854 où il est élu conseiller municipal en 1860 puis devient maire en 1864. Il poursuit la politique dynamique de ses prédécesseurs en matière urbanistique et sanitaire. Son attitude dévouée lors de l’épidémie de choléra en 1866 lui vaut d’être décoré de la Légion d’honneur l’année suivante. Ses concitoyens lui demeurent attachés, malgré sa destitution en 1870 par le gouvernement de la Défense nationale, en le réélisant constamment conseiller municipal. En 1877, candidat officiel du gouvernement du 16 mai, il prend la succession d’Achille Adam qui, souffrant, n’a pu se présenter. Constamment opposé à la politique de la majorité républicaine, il est battu en 1881 et meurt subitement en 1885.

Loth, Émile

02/12/1858 Sarreguemines (57)

Député Arras 2 (1910-1914)

05/01/1924 Paris

Radical

74Ce lorrain qui en 1871 a opté pour la France s’est d’abord engagé dans l’armée. En 1880, il s’installe dans le Pas-de-Calais pour travailler dans l’industrie sucrière où il connaît une remarquable ascension professionnelle : employé à Escaudœuvres (59), inspecteur des râperies, directeur-propriétaire de la sucrerie de Quéant (62) en 1888. Il s’engage un peu plus tard en politique en devenant conseiller municipal (1902), maire (1904), conseiller d’arrondissement (1906), conseiller général (1908) (canton de Marquion). Après un échec en 1906, il est élu député quatre ans plus tard grâce à l’appui des syndicats agricoles républicains, mais est vaincu en 1914 ; à chaque fois, il se heurte à un représentant de la dynastie Tailliandier (droite). Au Palais-Bourbon, il s’intéresse notamment aux problèmes économiques, sociaux et militaires. En 1917, il est à nouveau victime des vicissitudes de la guerre puisqu’il préfère partir pour Paris où il disparait en 1924.

Louart, Jacques

14/12/1874 Angres

Député Béthune 2 (1928-1936)

09/03/1952 Roquebrune (06)

Socialiste (SFIO)

75Aîné d’une famille ouvrière de douze enfants, Jacques Louart descendit à la mine à douze ans, adhéra à quinze au syndicat des mineurs et au POE Son activité militante lui valut de multiples licenciements des compagnies minières et il dut s’exiler pendant quelques années aux États-Unis. Il revient à Courrières en 1908, œuvre à la réunification du syndicat des mineurs et entre en 1910 dans son conseil d’administration. Il le reconstitue dés 1916 et organise après la guerre les caisses de retraites des mines, d’où son surnom de “père des pensionnés”. En 1921, il devient secrétaire du syndicat CGT des mineurs et en 1928 vice-président, siégeant parallèlement au comité de la fédération CGT des travailleurs du sous-sol. Conseiller municipal de Sallaumines depuis 1912, premier adjoint en 1921, il accède à la mairie en 1925, cumulant ce mandat avec celui de conseiller d’arrondissement de Lens-est. Jacques Louart succède naturellement à Émile Basly comme député de la circonscription en 1928, se consacrant à la législation minière. Battu en 1935par un communiste aux élections municipales, il est évincé par la fédération socialiste lors des investitures pour les élections législatives de 1936 et il se retire de la vie politique.

Maës, Alfred

15/07/1875 Saint-Omer

Député (1919-1941), Béthune 3 (1928-1941)

17/08/1941 Lens

Socialiste (SFIO)

76À Lens, cet ouvrier mineur qui a travaillé dans les champs dès l’âge de dix ans s’est d’abord engagé aux côtés de ses collègues : délégué à la sécurité en 1904, un des animateurs de la grande grève de 1906, permanent syndical (secrétaire général du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, président de la fédération des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais). Il est également membre de la SFIO où il défend une ligne réformiste comme Émile Basly auquel il succède à la mairie de Lens (1928). À ce poste, il a l’honneur d’accueillir le Président du Conseil, Édouard Herriot, pour inaugurer le nouvel hôpital. Parlementaire pendant plus de vingt ans, il siège notamment aux commissions des régions libérées, des mines, de la force motrice. Bien que notoirement franc-maçon et adversaire du “maréchal Putain” (sic), il est maintenu dans ses fonctions de maire par “l’État français” à l’avènement duquel il n’a pas participé.

Martel, Louis

15/09/1813 Saint-Omer

Député (1871-1875)

04/03/1892 Évreux (27)

Sénateur inamovible

Centre-gauche

77Issu d’une famille alliée à la dynastie parlementaire artésienne des Lefebvre au Prëy, Louis Martel qui est très riche fait carrière dans la magistrature avant d’entrer en politique sous la Seconde République en siégeant à l’Assemblée législative sur les bancs de la Droite orléaniste. Il abandonne la politique après le coup d’État du 2 décembre, mais y revient après le tournant libéral de l’Empire. Il est ainsi élu député d’opposition en 1863 devenant l’une des figures du Tiers-Parti. Il retrouve naturellement son siège en 1871, porté par la liste conservatrice. Dès 1871, il est vice-président de l’Assemblée et siège au Centre-droit. Il suit Thiers dans son ralliement à une République conservatrice et lui reste fidèle après 1873 siégeant désormais au Centre-gauche. Il est élu sénateur inamovible dès le premier jour de la procédure et il est porté à la vice-présidence du Sénat en 1876. Il devient ministre de la Justice et des Cultes dans le cabinet Jules Simon (12 décembre 1876-16 mai 1877). La nouvelle majorité républicaine le porte à la présidence du Sénat en 1879, mais il l’abandonne en 1880, étant en désaccord avec le projet de loi Ferry sur les congrégations. Son état de santé l’éloigne de la politique active dans les années 80.

Mill, Louis

06/04/1864 Paris

Député Boulogne 2 (1902-1906)

31/08/1931 Paris

Centre-gauche (Alliance démocratique)

78Fils de négociant, Louis Mill après des études de droit devient avocat à la Cour d’appel de Paris (1888-1901). Il épouse en 1898 Lucie Griolet, fille d’un maître des requêtes au Conseil d’État, vice-président de la compagnie des chemins de fer du Nord. Conseiller municipal de Paris (1897-1900), il est ensuite parachuté victorieusement dans le Pas-deCalais en 1902 par le Bloc des gauches. À la Chambre, il défend les intérêts du Calaisis (industrie textile, pêche) et propose l’établissement de la représentation proportionnelle. En 1906, il échoue dans la circonscription d’Arras I, mais garde une certaine influence politique en tant que membre fondateur de TARD et président du conseil de surveillance du Temps.

Morel, Victor

30/10/1869 Campagne-les-Hesdin

Député Montreuil/Mer (1903-1919)

23/01/1927 Paris

Pas-de-Calais (1919-1927)

Centre (Gauche radicale

puis Républicain de Gauche)

79Médecin-chirurgien, fils de médecin, Victor Morel exerce également les mandats autrefois détenus par son père à la mairie de Campagne-les-Hesdin (1896-1927) et au conseil d’arrondissement (1901-1919). Médecin des pauvres, il est aussi à l’origine de l’hôpital de Campagne-les-Hesdin. En mai 1903, il bat le député nationaliste invalidé, Paul Truy, et reste au Palais-Bourbon jusqu’à son décès. Ce républicain situé au centre de l’échiquier politique (favorable à la loi de trois ans), catholique partisan d’une laïcité tolérante (abstention sur la loi de séparation), toujours victorieux au premier tour (sauf en 1910) s’intéresse notamment aux questions agricoles ainsi qu’à celles relatives à d’hygiène publique. Après la première guerre mondiale où il a été chirurgien-chef de l’hôpital militaire de Chenonceaux, il est élu sur la liste du Bloc national et devient conseiller général mais ne réussit pas à entrer au Sénat (1923).

Myrens (dit Syrmen), Louis

04/02/1861 Montauban (82)

Député Boulogne 1 (1910-1914)

12/07/1940 ?

Socialiste (SFIO)

80Fils d’un militaire retraité et d’une ménagère, bénéficiaire d’une bourse scolaire, il est devenu professeur de collège après une licence de chimie. Franc-maçon et socialiste, il milite dans les différents départements où il est successivement en poste : Dordogne, Marne, Somme. Présent au congrès d’Amsterdam (1904) et à celui de la salle du Globe (1905), il s’affirme comme un des leaders de la SFIO à Boulogne où il s’occupe activement du Réveil de Boulogne et devient député en 1910, après plusieurs échecs (Épernay, 1906 ; Doullens, 1908). En délicatesse avec ses amis politiques à propos de la laïcité et de l’antisémitisme, il est battu en 1914. Au congrès de Tours (1920), il adhère à la SFIC, puis on le perd de vue.

Partz de Pressy de, Adolphe

02/07/1819 Équirre

Député (1871-75, 1885-89)

01/06/1910 ibid.

Saint-Pol/Ternoise (1876-81)

Monarchiste légitimiste

81Descendant d’une illustre famille (un évêque de Boulogne-sur-Mer au XVIIIe siècle), marquis, châtelain d’Équirre, Adolphe de Partz de Pressy est un très riche propriétaire terrien, catholique et légitimiste comme il s’en trouve un certain nombre dans le Ternois qu’il représente au conseil général (canton d’Heuchin, 1867-1889). Après un échec comme candidat monarchiste indépendant à l’élection législative de 1869, il est élu à celle du 8 février 1871, avec tous ses colistiers conservateurs favorables à la paix. Inscrit au groupe des Chevaulégers (1871), candidat officiel (1877), ce royaliste “ultra”, dont le mandat est interrompu de 1881 à 1885 par le républicain Georges Graux, quitte la Chambre des députés - où il fut effacé - en 1889 mais devient maire de son village et le demeure jusqu’à son décès.

Petit, Amédée

1856

Sénateur (1923)

1926

Centre

82La famille Petit forme une dynastie (Amédée a épousé une cousine) d’acquéreurs de biens nationaux qui a fourni plusieurs élus locaux et même un député (son grand-père Jean-Baptiste en 1848). Après des études de droit, il entre dans la magistrature et termine sa carrière comme premier président de la Cour d’appel d’Amiens. Chef de file du parti républicain dans l’arrondissement de Saint-Pol-sur-Ternoise avec son cousin Achille Bouilliez et Georges Graux, il est conseiller général (canton d’Avesnes-Le-Comte) dès 1883 mais n’entre au Sénat qu’en 1923 à la suite d’une élection partielle. Il est aussitôt invalidé officiellement pour vice de forme ; en réalité il est victime d’une campagne qui dénonce son attitude en 1914 à Amiens d’où il aurait fui sans gloire devant l’avance allemande.

Quinet, Cyprien

22/12/1897 Fouquières-les-Lens

Député Béthune 5 (1936-1939)

02/12/1944 Hersbruck (Allemagne)

Communiste

83Aîné d’une famille ouvrière de deux enfants, Cyprien Quinet descendit à la mine à l’âge de douze ans. De retour à Carvin après la guerre, il prend une part active à la grève des mineurs de 1919, adhère au syndicat des mineurs et à la SFIO mais opte pour le PC et pour la centrale syndicale CGTU après la scission de Tours. Il est successivement et parfois simultanément secrétaire du syndicat d’Ostricourt, délégué mineur suppléant, secrétaire permanent du syndicat CGTU des mineurs du Pas-de-Calais (1929-1931), puis de la fédération nationale des travailleurs du sous-sol (1931-1934), membre de la commission exécutive de la CGTU (1934-1936), et enfin, après avoir travaillé à la réunification syndicale, seul membre communiste du bureau du syndicat réunifié des mineurs du Pas-de-Calais (1936-1939). Il s’élève parallèlement dans la hiérarchie de l’appareil communiste. Secrétaire de cellule de la fosse 4 d’Ostricourt, membre du Bureau de la région Nord, membre suppléant du Comité central (1934-1936), Quinet qui a passé un an en URSS, joue un rôle important dans les manifestations violentes de mineurs dirigées contre les compagnies minières mais aussi contre les militants socialistes. Conseiller général de Carvin en 1935, il devient en 1936 le premier député communiste du Pas-de-Calais. Condamné à trois mois de prison pour apologie du pacte germano-soviétique en 1939, déchu de son mandat puis interné par le gouvernement de Vichy, il s’évada pour s’engager dans la Résistance dans le Pas-de-Calais. Repris par la Gestapo, déporté en camp de concentration, il y mourut en 1944.

Ribot, Alexandre

Député Boulogne 2 (1878-1885/1887-1906)

17/02/1842 Saint-Omer

Sénateur (1909-1923)

13/01/1923 Paris

Centre-gauche puis Centre-droit

84Issu d’une famille de propriétaires aisés de l’Audomarois, Alexandre Ribot fait son droit à Paris et devient avocat, la magistrature lui étant refusée pour ses idées libérales. Après la chute de l’Empire, il devient substitut dans le département de la Seine. En 1875, Jules Dufaure l’appelle au secrétariat du ministre de la Justice. Alexandre Ribot s’engage activement dans la crise du 16 mai au sein du comité de Résistance légale et il est élu lors des élections partielles du 8 avril 1878 député Centre-gauche de la seconde circonscription de Boulogne. Ses qualités de juriste et d’orateur l’imposent rapidement à l’attention de ses collègues. À partir de 1881, il est rapporteur de la commission budgétaire et en 1884 de celle des sucres. Le changement de mode de scrutin l’écarte de la Chambre en 1885 mais il y retrouve rapidement sa place en 1887 à la faveur d’une élection partielle. Il affronte les boulangistes et siège désormais parmi les républicains opportunistes. Le 12 mars 1890, il devient ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Freycinet et négocie l’alliance franco-russe (août 1891). Pendant la crise de Panama, il dirige ses deux premiers gouvernements qui démissionnent rapidement (décembre 1892 – janvier 1893). En 1895, il est de nouveau président du Conseil à la tête d’un gouvernement de concentration républicaine mais sans majorité solide et presque aussi éphémère. Il fait voter une loi fiscale taxant les congrégations. Après avoir soutenu Méline, il refuse, avec la majorité du groupe progressiste, le Bloc des gauches, l’application de la loi de 1901 aux congrégations et la loi de séparation de l’Église et de l’État, mais il soutient la réforme de l’enseignement secondaire et fait voter en 1908 une loi sur les habitations à bon marché. En 1906, il est reçu à l’Académie française. En 1909, Alexandre Ribot juge plus sûre l’élection au Sénat. Le 26 août 1914, il entre dans le ministère Viviani d’Union sacrée où il détient le portefeuille des Finances qu’il conserve ensuite jusqu’au 20 mars 1917. Il est appelé alors pour la cinquième fois à la tête du gouvernement en prenant le ministère des Affaires étrangères. Il doit alors faire face à la crise politique imputable à la lassitude engendrée par la prolongation de la guerre ainsi qu’aux attaques de l’extrême-gauche pacifiste et des milieux nationalistes qui lui reprochent son manque de fermeté. La démission du ministre de l’Intérieur, Louis Malvy, entraîne celle du gouvernement le 7 septembre 1917. Alexandre Ribot quitte définitivement les allées du pouvoir et consacre la fin de sa vie à son mandat de sénateur du Pas-de-Calais.

Ringot, François

07/03/1838 Marck

Sénateur (1892-1914)

25/04/1914 Paris

Centre (Union républicaine)

85Ce fils d’instituteur, avoué près le tribunal civil de Saint-Omer y devient conseiller municipal en 1874, maire en 1885 et conseiller général en 1889. À la suite de l’attribution, par tirage au sort, d’un siège supplémentaire au Pas-de-Calais consécutif au décès d’un sénateur inamovible, il entre au Palais du Luxembourg le 15 mai 1892. Ce républicain modéré à la longévité remarquable (maire 27 ans, sénateur 22 ans) fut un parlementaire effacé.

Rincquesen de Willecot de, Louis

25/08/1814 Wacquinghem

Député (1871-1873)

13/08/1873 Rinxent

Monarchiste Légitimiste

86Ce riche propriétaire, châtelain de Rinxent, époux de Marie-Amélie Blanc de Lanautte d’Hauterive est un catholique fervent. Élu représentant en 1871 avec l’ensemble de la liste conservatrice favorable à la paix, il vote comme l’extrême droite légitimiste sans toutefois appartenir au groupe des Chevau-Légers. Parlementaire très effacé, il meurt en cours de mandat.

Roden, Ildefonse, (Dit Constant)

11/07/1852 Chelers

Député Saint-Pol-sur-ternoise (1910-1918)

20/03/1918 Arcachon (33)

Radical Indépendant (Gauche Radicale)

87Fils d’instituteur rural, Constant Roden, après des études secondaires à Saint-Omer, obtient un doctorat en droit à la faculté de Douai et prend part à la guerre de 1870 comme engagé. Ses services lui valent la Médaille militaire. Avocat au barreau de Béthune au début de sa carrière, il s’établit en 1878 à Saint-Pol-sur-Ternoise comme avoué plaidant. Maire de Saint-Pol dans les premières années du siècle, il est élu en 1910 député de l’arrondissement contre le candidat catholique. Constant Roden, radical indépendant, siège à la Gauche radicale et œuvre à la commission des mines à l’élaboration de la législation sociale. Il occupe de décembre 1916à septembre 1917 les fonctions de sous-secrétaire d’État au Travail et à la Prévoyance sociale. Il quitte le pouvoir à l’automne 1917 pour raison de santé et décède à Arcachon quelques mois plus tard.

Rosamel (du Campe) de, Charles

Sénateur (1876-1882)

24/06/1833 Saint-Martin de Boulogne

Député (1885-1889)

27/10/1897 Boulogne-sur-Mer

Droite conservatrice

88Petit-fils d’un amiral, ministre de la Marine, député et pair de France sous la monarchie de Juillet, fils d’un contre-amiral, lui-même après des études à l’École navale sert dans la Marine (1849-1882) et y termine au grade de capitaine de frégate. En 1873, il succède à son père (bonapartiste) pour représenter le canton d’Étaples au conseil général. En 1876, il est élu sénateur sur une liste de coalition anti-bonapartiste. Vaincu en 1882, il prend sa revanche en 1885 en devenant député conservateur antirépublicain. Après ses échecs de 1886 aux cantonales et de 1889 aux législatives, il se retire de la vie politique.

Rose, Théodore, François

10/02/1852 à Bailleval

Député Arras 1 (1893-1910)

27/10/1917 à Paris

Progressiste (Centre Puis Centre-droit)

89Fils unique d’un cultivateur, ce notaire de Beaumetz-les-Loges, conseiller général depuis 1886, se présente aux élections législatives de 1893 à la demande du préfet. Bénéficiant du soutien des Ralliés et des libéraux, il est élu et reste 17 ans au Palais-Bourbon. En 1898 il est le candidat du comité républicain animé par Alexandre Ribot et Ferdinand Bar. Inscrit à l’Union républicaine, il se défend d’être politicien et se veut réformateur, partisan la liberté de conscience mais dans la laïcité (il ne vote pas la séparation en 1905). Ce fut un orateur très écouté des progressistes.

Roy Le, Charles, Alfred, Désiré

18/08/1837 à Grand-Rullecourt

Sénateur (1900-1901)

07/08/1901 à Evian (74)

Union Républicaine

90À 8 ans, sans être passé par l’école, il entra comme apprenti dans une filature ; à 16 ans, il avait un poste de mécanicien dans les usines Cail de Paris. À 35 ans, il se vit confier le contrôle des travaux mécaniques dans les mines de Bruay-en-Artois. Élu conseiller municipal de Bruay-en-Artois en 1878, il en fut le maire de 1879 à 1900, année de sa démission. Conseiller général du canton de Houdain, il se présenta aux sénatoriales, après le décès d’André Desprez et fut élu sans concurrent. Au sein de l’Union républicaine, il ne se fit guère remarquer en raison de problèmes de santé. Il mourut en cure à Évian ; il était chevalier de la Légion d’honneur depuis le 31 décembre 1897.

Saint-Just de, François

19/03/1896 Joigny (89)

Député Saint-Omer (1933-1940)

Droite (URD, Fédération républicaine)

91Cinquième enfant du général Victor de Saint-Just, François de Saint-Just, après des études à l’École des sciences politiques, s’intéresse à diverses questions scientifiques dans le cadre de l’Institut international d’anthropologie, participant à une mission scientifique saharienne. Le décès de son père, en août 1933, le conduit à se présenter à une législative partielle en novembre de la même année. Victorieux, de Saint-Just succède à son père et siège à droite, dans les rangs du groupe de la Fédération républicaine. Il appartenait lui aussi au conseil général de ce parti. Réélu en 1936, François de Saint-Just vote le 10 juillet 1940 en faveur des pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain. Après la guerre, il se retire de la vie politique.

Saint-Just de, Victor

05/01/1862 Ardres

Député Saint-Omer (1924-1933)

03/08/1933 Ardres

Droite (URD)

92Né à Ardres, dans la propriété familiale, Victor de Saint-Just est issu d’une famille noble de tradition catholique et légitimiste. Admis à Saint-Cyr en 1881, il gravit ensuite les échelons de la carrière militaire dans l’arme de la cavalerie : membre de l’École de guerre en 1898, chef d’escadron en 1905, colonel en 1914. Affecté successivement sur tous les fronts pendant le conflit, Victor de Saint-Just est nommé général de brigade en 1917, général de division l’année suivante, puis général de corps d’armée après l’armistice. Démissionnaire de l’armée en 1919, élu maire d’Ardres la même année, il devient député en 1924 sur une liste d’Union nationale républicaine, regroupant d’anciens conservateurs et des républicains modérés. Membre de l’URD en 1924-1932, le général de Saint-Just appartient aussi au conseil général de la Fédération républicaine de Louis Marin. Il siège dans le groupe de celte formation de sa réélection, en 1932, à sa mort, survenue en cours de mandat, en août 1933.

Saint-Malo (Renard de), Philippe

01/07/1813 Céret (66)

Député (1871-1876)

14/05/1883 Argelès-sur-mer (66)

Monarchiste légitimiste

93Cet ancien avocat à la Cour de cassation et au Conseil d’État, époux de Laure Moullart de Torcy, est un “parachuté” qui ne cherche pas à s’implanter. Parlementaire effacé qui siège parmi les Chevau-légers, il ne fait qu’un seul mandat et se retire au bord de la Méditerranée.

Salembier, Émile

18/07/1857 Saint-Pierre-Les-Calais

Député Boulogne-sur-Mer 2 (1914-1919)

11/06/1919 Calais

Socialiste (SFIO)

94Fils d’ouvrier mécanicien, lui-même ouvrier tulliste à Calais, Émile Salembier est licencié pour activités syndicales et ouvre un cabaret (années 1880). Parallèlement à son engagement syndical local, national et international (secrétaire de la fédération internationale des ouvriers tullistes de 1901 à 1909), il est un militant socialiste, au POF en 1882, à la Fédération autonome en 1897, à la SFIO en 1905. Il s’y occupe notamment de la presse et des coopératives, il participe à plusieurs congrès nationaux et internationaux. Élu conseiller municipal en 1888, il est maire de 1896 à 1898puis de 1908 à 1912, la division des socialistes calaisiens (cf. Louis Delcluze) expliquant cette interruption. Au Palais-Bourbon de 1914 à sa mort (obsèques civiles), il s’intéresse principalement à la législation du travail.

Salmon, Alfred

Député du Pas-de-Calais (1924-1928)

20/05/1876 Pernes-en-Artois

Député Saint-Pol-sur-Ternoise (1928-1933)

08/08/1936 Pernes-en-Artois

Sénateur du Pas-de-Calais (1933-1936)

Centre-droit (Républicain de gauche)

95Ce fils d’agriculteur reprend l’exploitation familiale avant de devenir brasseur et industriel à Pernes-en-Artois. Président des syndicats agricoles du Pas-de-Calais, il est élu maire de Pernes-en-Artois et conseiller général du canton d’Heuchin en 1913, député en 1924. Protectionniste, il appartient à la commission des douanes (il en devient le vice-président en 1928) et rédige de nombreux rapports sur les projets de lois agricoles. Réélu en 1928 et en 1932, il accède au Sénat en 1933 mais décède en cours de mandat.

Sens, Édouard

20/02/1826 Arras (62)

Député (1874-75, 1885-89), Arras 2 (1877-78)

09/08/1905 ibidem

Bonapartiste

96Ce fils d’un marchand de charbon a fait de brillantes études : bachelier es-sciences avec dispense d’âge, 3e au concours de l’École polytechnique en 1843, admis à l’École des mines en 1846. Ingénieur, il est affecté dans différents postes (Mont-de-Marsan, Arras, Châlon-sur-Saône) puis entre à la compagnie des mines de fer de Marquises pour laquelle il travaille en Espagne. Conseiller municipal d’Arras (1861), conseiller général (1861-1886, canton de Beaumetz-les-Loges), ce bonapartiste convaincu et catholique fervententre au Corps législatif en 1866. Réélu en 1869, il ne se présente pas en 1871 mais redevient député à la faveur d’un scrutin partiel (8 février 1874). Battu aux élections sénatoriales et législatives de 1876, il triomphe comme candidat de Mac-Mahon en 1877 (Arras II) mais est invalidé et vaincu en 1878. Après un nouvel échec en 1881, il réussit en 1885 à revenir au Parlement avec l’ensemble de la liste conservatrice et devient vice-président du groupe de L’Appel au peuple. Il perd définitivement son siège de député en 1889. Titulaire de la Légion d’honneur depuis 1867, Sens était membre de l’Académie d’Arras et de diverses sociétés savantes.

Sion, Paul

14/03/1886 Marquillies (59)

Député (1936-1942), Béthune 2 (1945-1956)

13/11/1959 Lille

Socialiste (SFIO)

97Galibot dès l’âge de treize ans puis ouvrier mineur, Paul Sion adhère au syndicat des mineurs en 1906puis fonde en 1912 une boucherie coopérative en même temps qu’il rejoint la SFIO. Après une guerre 1914-1918 valeureuse (blessé deux fois à Verdun, décoré de la Croix de guerre), il est élu conseiller municipal de Montigny-en-Gohelle (1919-1925) avant de s’établir à Lens où il gravit le cursus politique classique : conseiller municipal (1925), conseiller général (Lens-est, 1928), député (1936). A ce titre, il participe aux commissions des mines et de la prévoyance sociale. La deuxième guerre mondiale - au cours de laquelle il n’a pas pris part au vote du 10 juillet 1940 mais a été arrêté par les Allemands - interrompt momentanément son action officielle. En 1944, il siège à l’Assemblée consultative et devient maire de Lens (1944-1945) ; en 1945, il retourne pour onze ans au Palais-Bourbon.

Sorriaux, Uriane

12/07/1859 Bouchain (59)

Député Béthune 5 (1914-1918)

26/07/1918 Vilvorde (Belgique)

Socialiste (SFIO)

98Aîné de huit enfants, mineur fils de mineur, Uriane Sorriaux qui a perdu un œil à douze ans lors d’un accident du travail est attentif au problème de sécurité : il sera secrétaire de la caisse de secours des mineurs de Courrières. Après un passage à Paris comme employé de commerce, il retourne à la mine et s’engage dans le mouvement coopératif (fondateur et secrétaire de “La solidarité ouvrière”) et syndical (administrateur du syndicat des mineurs). En 1906, il participe à la création de la fédération SFIO du Pas-de-Calais puis se fait élire sous cette étiquette conseiller d’arrondissement (Carvin) en 1913 puis député en 1914. Pendant la première guerre mondiale, il est arrêté par les Allemands - qui occupent sa circonscription - pour avoir aidé un prisonnier anglais évadé. Interné en Belgique, il décède le 26 juillet 1918 à Vivorde.

Tellier, Alphonse

29/09/1876 Amiens (80)

Député Béthune 1 (1928-1932, 1936-1940)

29/09/1954 Lillers

Socialiste (SFIO)

99Fils d’ouvriers, lui-même ouvrier cordonnier qui a commencé à travailler dès l’âge de 13 ans, Alphonse Tellier s’engage très tôt dans l’action syndicale et politique à Amiens où il devient secrétaire du syndicat des peaux et cuirs et secrétaire adjoint de la bourse du travail (1899), conseiller municipal (1902), secrétaire général de la fédération SFIO de la Somme et membre de la commission exécutive nationale de ce parti (1906). Fondateur d’une cordonnerie coopérative en 1900, il est envoyé en 1907 à Lillers pour reprendre une autre cordonnerie ouvrière à laquelle il donne une grande expansion. Là, il est élu maire en 1919 puis député en 1928 (membre des commissions du commerce et de l’industrie, de la marine militaire). Après un échec en 1932 face au républicain de gauche Émile Canda, il retrouve son siège en 1936 (rapport sur le régime des retraites des ouvriers mineurs en 1940). Absent de Vichy en juillet 1940, il ne participe pas au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain mais demeure maire jusqu’en 1944.

Tailliandier, Albert

28/04/1875 Fresnoy-en-Gohelle

Député Arras 2 (1914-1917)

25/03/1917 Bapaume

Droite (Républicain indépendant -

Fédération républicaine)

100Albert fit ses études de droit à Paris. Avocat à la Cour de cassation et au Conseil d’État, il succéda à son père comme maire de Fresnoy et comme député de la 2e circonscription d’Arras, sous l’étiquette des Républicains indépendants. Il se préoccupa surtout du sort des populations victimes de la guerre ; le 25 mars 1917, il assurait à Bapaume, avec son collègue Briquet, socialiste de la 1re circonscription d’Arras, la distribution de secours à la population libérée lorsqu’une mine à retardement fit sauter la mairie. Albert fut tué sur le coup. Souslieutenant au 8e régiment d’infanterie, il était âgé de 42 ans. Après la guerre, son nom fut donné à un cargo.

Tailliandier, Maurice

06/06/1873 Fresnoy-en-Gohelle

Député Arras 2 (1928-1936)

1952 Paris

Droite (URD)

101Fils aîné d’Henri Taillandier et frère d’Albert, Maurice fit, lui aussi, ses études de droit à la faculté de Paris, où il acquit les titres de docteur en droit et docteur ès-sciences politiques. Inscrit au barreau de Paris, il exerça sa profession à la Cour d’appel mais participa également à la direction d’exploitations agricoles de Fresnoy et de Cagnicourt. En 1900, il fut élu conseiller municipal de Cagnicourt, son père détenant Fresnoy. Durant la guerre 1914-1918, ses services lui valurent : la Médaille de Verdun, la Croix de guerre en 1917 et la Légion d’honneur en 1918. Démobilisé, il abandonna le barreau pour se consacrer à Cagnicourt dont il fut le maire à partir de 1919. En 1928, il se présenta dans la 2e circonscription d’Arras, occupée par son père puis son frère. Il fut élu dès le 1er tour et réélu en 1932 au second tour. En 1936, il se fit distancer par le candidat du Front populaire, Abel Guidet, un radical-socialiste et Maurice Tailliandier se retira. Ce parlementaire protectionniste fut un des membres fondateurs de l’Alliance démocratique, parti des républicains de gauche et des républicains radicaux.

Thellier, Paul

29/10/1899 Pernes-en-Artois

Député Saint-Pol-sur-Ternoise (1934-1940)

Septembre 1944 (entre Lille et Tournai ?)

Droite (URD)

102Fils d’un négociant en meubles de Pernes-en-Artois, Paul Thellier fait des études juridiques : il obtient le doctorat en droit à la faculté de Paris. Avocat, inscrit au barreau de Lille au début des années 1920, il ne tarde pas à se distinguer par ses qualités d’orateur en allant, de conférences en conférences, porter la contradiction aux tribuns socialistes dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il est un temps lié aux Jeunesses patriotes (il en est le responsable pour l’arrondissement de Lille vers 1930). Il essuie plusieurs échecs dans le Nord (municipales de 1925 et 1929 à Lille, cantonales de 1925 à Lille-sud-ouest, législatives de 1932 à Lille 8), avant de se présenter dans sa région natale à la faveur d’une élection partielle : il est élu en janvier 1934 député de Saint-Pol-sur-Ternoise, et se fait désormais l’ardent défenseur des intérêts de cette circonscription agricole à la Chambre où il siège parmi les républicains indépendants. C’est ainsi qu’on le retrouve ministre de l’Agriculture en janvier-juin 1936 (gouvernement Albert Sarraut) puis à nouveau en mars-juin 1940 (gouvernement Paul Reynaud). Il trouve la mort dans des circonstances non élucidées, en septembre 1944, dans la région lilloise.

Théret, Edmond

07/07/1866 La Thieuloye

Sénateur (1924-1934)

21/10/1934 Tincques

Radical indépendant

103Issu d’une famille de cultivateurs, Edmond Théret, après des études de médecine poursuivies à la faculté de Lille, s’installe à Tincques en 1892. Élu local - maire de Tincques, puis conseiller général pour le canton d’Aubigny -, il ne devient sénateur que très tard, lors d’une élection partielle, en janvier 1924. Il succède alors à Amédée Petit, invalidé ; comme radical indépendant, il appartient à la même tendance que son prédécesseur. Réélu en 1927 sur la liste républicaine de gauche, menée par Charles Jonnart, il décède au cours de son second mandat.

Tillie, Joseph

24/10/1881 Saint-Omer

Député Saint-Omer (1932-1936)

20/03/1946 Saint-Omer

Centre-droit (Républicain de Gauche)

104Dentiste et fils de chirurgien, Joseph Tillie succède à son père au conseil municipal de Saint-Omer en 1908, entre au conseil général en 1919, est élu adjoint au maire en 1929 et conquiert la première circonscription de Saint-Omer en 1932. Bien qu’étant devenu maire de Saint-Omer en 1935, il est battu en 1936par son adversaire radical-socialiste André Isoré. Confirmé dans son mandat de maire par le gouvernement de Vichy, il préside le conseil départemental qui remplace le conseil général, siége à la commission des réformes nationales et devient le secrétaire particulier de Pétain au Conseil national. Il décède en 1946 des suites d’une intervention chirurgicale.

Truy, Paul

11/08/1876 Cambrai (59)

Député Montreuil-sur-Mer (1902)

?

Nationaliste

105Ce publiciste, ancien clerc d’avoué remporte en 1902, sous l’étiquette nationaliste, la circonscription de Montreuil-sur-Mer contre le républicain modéré Alfred Boucher-Cadart. Ayant assuré sa promotion à l’aide du journal Le Républicain indépendant qu’il a créé de ses propres deniers, il est qualifié de “jeune banquier milliardaire” par ses adversaires qui obtiennent son invalidation le 28 mars 1903 pour corruption et pression cléricale. Après sa défaite le 8 mai suivant face à Victor Morel (gauche radicale), on le perd complètement de vue.

Vallée, Georges

23/08/1853 Huby-Saint-Leu

Député Saint-Pol-sur-Ternoise (1900-1910)

08/12/1926 Paris

Progressiste (Centre-droit)

106Descendant d’une famille d’acquéreurs de biens nationaux qui a donné de nombreux maires, fils d’un riche exploitant agricole propriétaire d’une ferme-château à Saint-Georges, Georges Vallée, après des études littéraires et juridiques devient avocat à la Cour d’appel de Douai puis, sous les auspices de Jean-Louis Camescasse, entre dans l’administration préfectorale (Finistère, Meurthe-et-Moselle, Aube...). Neveu d’un des chefs du parti libéral sous la monarchie de Juillet, Albert Vallée, qui a échoué à la députation en 1849 en tant que républicain, succède à Georges Graux (décédé) dans la circonscription de Saint-Pol lors d’une élection partielle (1900) puis devient conseiller général de ce chef-lieu (1904). En 1910, ce “progressiste” se retire de la vie politique en raison d’une santé déficiente qui l’a déjà empêché de faire personnellement campagne pour les scrutins de 1902 et 1906 lors desquels sa position s’est effritée face aux radicaux.

Vantielke, Roger

05/02/1903 Calais

Député Boulogne 1 (1936-1940)

15/08/1945 Toulouse (31)

Socialiste SFIO

107Fils d’un ouvrier tulliste et d’une brodeuse, Roger Vantielke est instituteur et s’engage dans le combat socialiste. Il occupe une place importante dans la presse militante en fondant le journal L’Étincelle et en devenant propriétaire de L’Églantine. Secrétaire de la section SFIO de Calais et membre de la fédération du Pas-de-Calais, il est élu conseiller général en 1934 puis député en 1936. Il participe aux travaux des commissions de la Marine marchande et du Travail. Ayant voté en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain, il est exclu de la SFIO à la Libération.

Vincent, Adolphe

12/07/1896 Desvres

Député Boulogne 3 (1936-1940)

17/10/1978 Paris

Centre-droit (Républicain de Gauche)

108Adolphe Vincent appartient à une famille d’industriels boulonnais enracinée depuis le XVIIIe siècle. Son père était marchand tanneur à Desvres et son grand-père maternel fabricant de ciment à Samer. Après des études secondaires et supérieures à Paris, couronnées par un doctorat en droit, il s’inscrit au barreau de la Cour d’appel de la capitale. Son entrée dans le cabinet du ministre des Pensions en 1924 (Édouard Bovier-Lapierre, député républicain socialiste, membre du gouvernement Herriot I) marque le début d’une carrière politique confortée par la fonction d’attaché parlementaire au cabinet du ministre du Travail en 1925-1926 (Antoine Durafour, député radical socialiste de la Loire, membre des gouvernements Painlevé II et III et Briand VIII, IX et X) et une implantation locale. Conseiller municipal de Desvres, puis adjoint au maire en 1925, élu conseiller général du canton de Desvres la même année, Adolphe Vincent peut désormais briguer la députation qu’il obtient en 1936 après un échec en 1932. Il se spécialise à la Chambre dans les problèmes de la France d’Outre-Mer. Après la deuxième guerre mondiale, Adolphe Vincent – qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain - est désigné, en 1947, membre de l’Assemblée de l’Union française ainsi que du Conseil économique et social. Adolphe Vincent a présidé en outre de nombreuses associations professionnelles, philanthropiques ou culturelles.

Vincent, Léon

20/07/1874 Calais

Député Boulogne 2 (1928-1936)

04/08/1874 Paris

Centre-droit (puis Centre-gauche,

Républicain de Gauche, puis Républicain socialiste

109Né dans le quartier du Courgain à Calais, Léon Vincent reprend et développe l’entreprise familiale de manutention maritime. Il devient à vingt-six ans le plus jeune conseiller municipal de France. Il prend ensuite le contrôle de nombreuses associations philanthropiques, professionnelles ou sportives tant nationales que locales. En 1922, il est élu secrétaire de la chambre de commerce de Calais et en 1925, il devient maire de la cité. Il s’efforce d’y promouvoir les activités de pêche et du front de mer. Il accède au Palais-Bourbon en 1928 à l’issue d’une élection triangulaire et il est réélu en 1932 avec cette fois l’appui socialiste. Son activité y est importante. Léon Vincent est secrétaire de la Chambre en 1931, il occupe par ailleurs les fonctions de vice-président de la commission de la Marine marchande et de secrétaire de la commission des douanes. Mais sa gestion de Calais pâtit de la crise économique des années trente et il ne parvient pas à endiguer la montée du chômage malgré un appel à l’ensemble des notabilités de la ville. Réélu maire en 1934 après une crise municipale, il démissionne peu après. Il est battu aux élections de 1936 par son concurrent socialiste, Roger Vantielcke, après s’être déclaré contre le Front populaire et il abandonne la vie politique.

Viseur, Jules

21/02/1836 Vis-en-Artois

Sénateur (1897-1920)

06/02/1923 Equihem

Progressiste,

puis républicain de gauche (Centre-droit)

110Jules Viseur naît dans le milieu du petit commerce rural, son père est “marchand épicier”, Vétérinaire, chef du service départemental, membre des organisations agricoles (cercle agricole du Pas-de-Calais, fédération des sociétés d’agriculture, dont il est secrétaire en 1897) et de l’académie d’Arras, il est tout particulièrement intéressé par les problèmes provoqués par les épidémies du bétail, mais aussi par les questions d’hygiène sociale. Spécialisé dans la race chevaline - on lui doit une Histoire du cheval boulonnais - il est membre du conseil supérieur des haras. Élu sénateur à 60 ans, il appartient à la majorité “républicaine” du département, qui domine alors la députation et le conseil général, et reste jusqu’à sa mort proche de Charles Jonnart et de l’Alliance démocratique.

Wartelle-Deretz, Charles

13/04/1804 Douai (59)

Représentant (1871-1875)

25/07/1884 Arras

Centre-droit

111Ce propriétaire, ancien officier d’état-major dont le père a été guillotiné sous la Révolution, fut adjoint au maire d’Arras sous la Restauration alors que son oncle, Matthias, avait été maire en 1813. Après avoir été destitué de son poste de conseiller de préfecture (Arras) en 1848, il devient conseiller général (canton d’Arras-sud, 1848-1870) et représentant – monarchiste - du Pas-de-Calais (1849-1851) alors que son cousin Léon Wartelle d’Herlincourt est député bonapartiste de 1852 à 1866. Président du conseil d’administration d’une compagnie minière, membre de l’académie d’Arras, administrateur de sociétés de bienfaisance, il est à nouveau élu représentant en 1871 à l’Assemblée nationale où il siège, assez obscurément, au Centre-droit.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540