Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Les parlementaires

Notices des parlementaires du nord

Texto completo

Amigues, Jules Émile Michel Laurent (alias Sybil)

10/08/1829 Perpignan (66)

Député Cambrai 2 (1877-1878)

29/04/1883 Paris

Droite bonapartiste

1Fils d’un marchand droguiste de l’Aude, Jules Amigues débute sa carrière comme correspondant, en Italie, du journal Le Temps. Traducteur de divers ouvrages italiens, il collabore également au Moniteur, journal gouvernemental ainsi qu’à divers autres quotidiens. Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1867, Jules Amigues reste fidèle à la cause bonapartiste après 1870. Il participe aux obsèques de l’empereur en 1873 et fait partie de la délégation chargée de reconnaître le corps du prince impérial à Woolwich. Indépendant de caractère et d’esprit, polémiste et activiste redoutable, il participe à la défense du capitaine communard Rossel. Sous la Troisième République, il poursuit une bouillante carrière journalistique dans de nombreux journaux de propagande bonapartiste. Bien que peu connu dans le Nord, à la suite d’une campagne mouvementée, il devient, en 1877, l’éphémère député de Cambrai. Invalidé en 1878, il ne réussit jamais à se faire réélire par les Cambrésiens.

Arras d’, Frédéric Charles

28/01/1825 Dunkerque

Député Dunkerque 1 (1877-1878)

25/10/1879 Dunkerque

Droite monarchiste

2Issu de la bourgeoisie négociante de Dunkerque, fils d’un juge au tribunal de commerce de Dunkerque, Frédéric d’Arras est le neveu d’Étienne de Clebsattel, conseiller général et député au Corps législatif. Après avoir poursuivi des études de droit à Paris, il dirige une étude notariale à Dunkerque de 1853 à 1863. Élu conseiller municipal de Dunkerque en 1865, il est nommé maire provisoire le 30 avril 1871. Il est confirmé dans ses fonctions majorales en avril 1872, poste qu’il conserve jusqu’aux élections de janvier 1878. Conseiller d’arrondissement depuis 1871, il est l’un des chefs de file du parti conservateur monarchiste. À ce titre, il est l’un des opposants les plus acharnés du député républicain Jean-Baptiste Trystram, qu’il bat en octobre 1877. Mais son élection est invalidée en 1878. Les dunkerquois lui préfèrent alors leur ancien député.

Barra, Gustave

22/06/1870 Sénarpont (80)

Député (1924-1928)

03/03/1932 Saint-Pol-sur-Mer

Communiste

3Ce docker, membre du POF depuis 1898, fit partie des militants qui implantèrent le PC à Dunkerque. Élu au conseil municipal de Saint-Pol-sur-Mer en 1919, il siégea à la chambre en 1924 et fut chargé en 1926 des rapports avec les syndicats. Il fut battu en 1928, victime du scrutin uninominal.

Barrois, Théodore

16/02/1857 Lille

Député Lille I (1898-1906)

09/06/1924 Neuilly-sur-Seine

Progressiste (Centre-droit)

4Issu d’une famille ancienne du patronat cotonnier lillois qui compta des parlementaires sous la Restauration, Théodore Barrois se destina à une carrière universitaire couronnée par une chaire de parasitologie à la faculté de médecine de Lille. Sa carrière politique fut brève et son activité parlementaire réduite en raison de ses activités dans la firme familiale après le décès de son père, puis dans celle de son beau-père, Frédéric Kuhlmann, qui le poussèrent à se retirer de la politique en 1906. Outre son mandat parlementaire, Théodore Barrois fut conseiller municipal de Lille de 1892 à 1896. Il occupa en revanche une place importante dans la vie culturelle et scientifique lilloise. Il présida la Société des sciences de Lille et la ligue du Nord contre la tuberculose. Théodore Barrois est le seul parlementaire de la région à avoir obtenu à titre posthume la Légion d’honneur.

Baucarne-Leroux, Louis Joseph (alias Beaucarne-Leroux)

5/01/1817 Roubaix

Député (1871-1876, 1885-1888)

22/11/1888 Paris

Droite monarchiste

5Louis Baucarne-Leroux est issu d’une famille de grands propriétaires terriens. Après avoir secondé ses parents dans l’importante exploitation qu’ils possèdent à Croix, il contracte une alliance qui lui permet de conforter son implantation terrienne et locale. En 1853, il est nommé maire de Croix. Membre fondateur du Comice agricole de Lille, il en est le président pendant de longues années. Chevalier de la Légion d’honneur en 1868, il est faiblement engagé dans le débat politique sous le Second Empire. Élu à l’Assemblée nationale de 1871, il siège au Centre-droit et intervient dans les questions agricoles. Battu lors des trois scrutins législatifs qui suivent, il retrouve son siège en 1885 dans les rangs de l’Union conservatrice et continue à s’intéresser aux questions agricoles.

Bazille (dit Guesde), Jules

11/11/1845 Paris

Député Lille 8 (1893-1898/1906-1922)

20/07/1922 Passy

Socialiste (POF puis SFIO)

6Jules Bazille est issu d’une famille catholique pratiquante. Son père dirigeait un établissement privé à Paris et c’est pour ne pas le compromettre qu’il prit le nom de sa mère. Il se détacha de la religion lors de son adolescence et dut abandonner ses études à cause de la médiocrité des ressources familiales. Il s’engage alors dans le journalisme révolutionnaire sous l’Empire, soutient la Commune de Paris et doit s’exiler pour échapper à une peine de cinq ans de prison. En Suisse, puis en Italie, il côtoie les divers courants de la première Internationale et se rallie au marxisme. De retour en France, il fonde le journal L’Égalité et le Parti ouvrier français ; fidèle aux thèses révolutionnaires contre la tendance réformiste des possibilistes, il devient dès lors le propagandiste infatigable et le vulgarisateur du marxisme en France assurant le secrétariat national du parti. En 1893, il est élu un peu par surprise député de Roubaix, mais en 1898 le patronat roubaisien prend sa revanche en lui opposant un industriel influent, Eugène Motte. Jules Guesde, rendu aux luttes parisiennes, s’oppose au courant réformiste lors de la formation du bloc des gauches, et à Jean Jaurès lors de la célèbre controverse de l’hippodrome de Lille le 26 novembre 1900. L’Internationale lui donne raison lors de son Congrès de 1904 qui annonce en même temps le processus d’unification du socialisme français. En 1906, Jules Guesde redevient député de Roubaix, mais son rôle au sein de la SFIO décline au profit de Jaurès et il se contente d’être le gardien de l’orthodoxie. En 1914, il se rallie à la politique de défense nationale et entre en qualité de ministre d’État dans le cabinet Viviani. Il y restera fidèle et se montre réservé à l’égard de la révolution russe d’octobre. Il combat l’adhésion à la Troisième Internationale et affirme, au moment du Congrès de Tours, sa fidélité au “vieux parti”.

Beauvillain, Auguste

Député (1924-1928)

27/12/1878 Caudry

Député Cambrai II (1936-1940)

09/02/1957 Caudry

Socialiste (SFIO)

7Issu du milieu ouvrier de Caudry, lui-même bobineur tulliste dans l’industrie textile caudrésienne, Auguste Beauvillain exerça divers petits métiers à Paris avant de revenir à Caudry, d’être représentant en vins et d’ouvrir un commerce en 1930. Engagé très tôt en politique, il fut l’un des leaders socialistes du Cambrésis avant la première guerre mondiale. Délégué de la fédération socialiste du Nord à plusieurs congrès nationaux de la SFIO, il fut secrétaire de la puissante section locale de Caudry. Conseiller municipal de Caudry en 1908, il devint adjoint en 1912 puis maire (1919-1942) tandis qu’en 1922 il fut élu au conseil d’arrondissement (canton de Clary) puis au conseil général (1925-1928 puis 1934-1937). Élu député en 1924, il fut très actif à la Chambre (questions de protection douanière de l’industrie textile et mesures en faveur des petits cultivateurs). Battu en 1928, il réintégra la Chambre en 1936 grâce au report des voix communistes. En 1940, il vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, ce qui provoqua son exclusion de la SFIO en 1944. En 1942, il fut arrêté par les Allemands, puis révoqué de ses fonctions de maire. Réintégré en 1947puis relevé de son inéligibilité, il fut élu conseiller municipal de Caudry en 1952 mais ne brigua plus d’autre mandat.

Becquart, Henri

01/10/1891 Houplines

Député Lille 1 (1936-1940)

9/03/1953 Maroc

Droite (URD-Fédération républicaine)

8Fils d’un industriel d’Houplines, Henri Becquart obtient une licence en droit, puis prend part aux combats de la Grande Guerre, ce qui lui vaut plusieurs décorations. Appelé au lendemain du conflit à reprendre l’affaire familiale, un tissage de toiles, il se lance dans la vie politique dès les années 1920 et participe aux campagnes de la droite, comme orateur et publiciste. Après un échec aux élections municipales de 1925 à Lille, il est élu conseiller général de Lille-centre (1934) puis député (1936). Il joue un rôle de premier plan dans la campagne dirigée contre Roger Salengro, ministre de l’Intérieur du Front populaire qui, accusé de désertion en 1914-1918, se suicide à l’automne 1936. Henri Becquart vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, mais son engagement dans la Résistance lui vaut d’être relevé de l’inéligibilité. Après un double échec aux élections de 1945 (1re Assemblée constituante) puis en 1946 (législatives), il se retire de la vie politique. Il trouve la mort dans un accident d’automobile au Maroc, en 1953.

Bergerot, Alphonse Louis Ferdinand

7/09/1820 Bordeaux (33)

Député Dunkerque 2 (1880-1885)

1/02/1912 Esquelbecq

Député (1885-1889)

Droite monarchiste

9Alphonse Bergerot, fils de directeur des contributions indirectes, commence sa carrière professionnelle dans l’administration des douanes. Il prend fonction en Algérie et participe à l’organisation des services civils de la colonie. À son retour en France, il est nommé à Lille et épouse la petite-fille du riche industriel textile André Colombier-Batteur. Il se consacre alors à l’action politique locale et se fait élire maire, en 1852, à Esquelbecq, lieu où la famille Colombier possède l’antique château seigneurial. Il demeure maire de cette commune pendant 56 ans. Catholique fervent, il est de toutes les œuvres locales de charité et fonde la société locale de secours mutuel. Conseiller d’arrondissement dès 1852, il siège au conseil général (canton de Wormhout) en 1869. Souffrant d’une implantation trop locale, il n’accède à la députation qu’en 1880 à la faveur d’une élection partielle, après avoir échoué précédemment. Il siège à droite, est réélu par trois fois, mais exerce une faible activité législative et se retire de la scène politique nationale en 1893.

Bergerot, Auguste

30/03/1861 Lille

Député Dunkerque 2 (1928-1932)

09/03/1941 Esquelbecq

Droite (URD-Fédération Républicaine)

10Auguste Bergerot obtient une licence en droit et devient avocat stagiaire, mais il se tourne rapidement vers les affaires, pour fonder dès 1890 un tissage à Cysoing. Il reprend l’héritage politique de son père, propriétaire et châtelain d’Esquelbecq, en se faisant élire successivement dans les mêmes communes (il est maire de 1908 à sa mort en 1941), canton (il est conseiller général de Wormhout de 1925 à 1931) et circonscription (après deux échecs au scrutin de liste en 1919 et 1924, il devient député en 1928). Auguste Bergerot se retire de la vie politique en 1932, après un échec aux cantonales de 1931, et s’éteint au château d’Esquelbecq en 1941.

Bernard, Auguste Joseph

30/07/1834 Aubencheul-au-Bac

Député Cambrai 1 (1881-1885)

20/05/1905 Wattrelos

Opportuniste (Union Républicaine)

11La famille Bernard jouit d’une modeste aisance. Les parents et beaux-parents sont propriétaires fermiers, mais cette richesse est relative, la famille n’ayant qu’un lien d’homonymie avec la grande famille nordiste des Bernard. La tradition le dit vétérinaire. Mais c’est dans le domaine de la culture et du raffinage du sucre que ce député fait ses preuves et dirige une importante sucrerie. Conseiller général républicain de Cambrai, il se présente avec succès aux élections législatives de 1881. Membre de diverses commissions, il exerce une activité réduite et se retire de la vie politique après cet unique mandat.

Bersez, Paul

Député Cambrai 1 (1898-1906)

22/01/1857 Viesly

Sénateur (1906-1940)

27/08/1940 Viesly

Radical-socialiste

12Fils d’un brasseur de Viesly. Il obtient, après un baccalauréat ès-sciences et ès-lettres, sa licence en droit à Paris et se marie à la fille d’un notable de Cambrai. Administrateur des hospices de Cambrai, il appartient aux bureaux des deux collèges de Cambrai ainsi qu’à la délégation des écoles publiques. Conseiller d’arrondissement en 1895, il devient conseiller municipal de Cambrai en 1896puis maire (1897-1912). Député radical-socialiste du département du Nord de 1898 à 1906, il entre ensuite au Sénat - ce jusqu’en 1940 - où il occupe la fonction de vice président de la commission des régions libérées. Entre-temps, en 1904, il avait été élu conseiller général du canton de Cambrai-ouest. En 1908, il devient président du conseil général du Nord (il quitte le conseil général en 1910). Très actif au niveau local, il est le créateur d’un dispensaire et d’une maternité. Il a été membre de la société des agriculteurs du Nord et du comice agricole de l’arrondissement, de Cambrai.

Bertrand-mllcent, Pierre Joseph

19/09/1812 Cambrai

Député Cambrai 2 (1876-1877, 1878-1879)

5/11/1879 Cambrai

Opportuniste (Gauche républicaine)

13Pierre Joseph Bertrand naît dans le milieu du négoce. Le père est marchand mulquinier à Cambrai. Le grand-père appartient également au monde des marchands. Le beau-père est négociant en toilettes. D’abord clerc de notaire, il travaille ensuite dans l’entreprise paternelle. On le retrouve ensuite professeur de français à Londres. L’ascension sociale est rapide. Dès 1838, il fonde une usine textile à Paris, puis il étend son emprise jusqu’à Belfast, Courtrai et New-York. Grand voyageur, il contribue par ses déplacements incessants à favoriser les débouchés de l’entreprise vers les pays anglo-saxons et orientaux. Il est un industriel d’envergure qui emploie de nombreux ouvriers dans ses entreprises cambrésiennes de batistes et de toiles fines. Dès 1848, il est conseiller municipal de Cambrai. En 1870, il préside la Commission municipale provisoire. En 1872, il est élu conseiller d’arrondissement. En 1876, il devient député républicain à la faveur d’une élection partielle et contribue à la chute du ministère. Battu en 1877par Jules Amigues, il retrouve son siège peu de temps après, l’élection de 1877 ayant été invalidée. Membre de la Gauche républicaine, il intervient peu dans la vie parlementaire et décède en cours de mandat.

Boduin, Charles Louis Narcisse

21/02/1808 Pecquencourt

Député (1869-1870, 1871-1876)

22/11/1895 Valenciennes

Centre-droit

14Fils de juge de paix, Charles Boduin, après de solides études de droit à Paris, exerce la profession d’avocat à Douai puis celle de notaire à Valenciennes. Administrateur des mines d’Anzin et des hauts-fourneaux de Maubeuge, il est le gendre de Barthélémy Dupont, président du conseil d’administration des mines de la Vicoigne et de Noeux et actionnaire important des mines d’Anzin. C’est tout naturellement qu’on retrouve Charles Boduin ami personnel de Thiers et de Lambrecht, ces deux derniers étant également administrateurs des mines d’Anzin. Conseiller municipal de Valenciennes, il est élu député en 1869 sans être soutenu par l’administration. Membre du Tiers-Parti, il est réélu en 1871 à l’Assemblée nationale. Siégeant au Centre-droit, il appartient à diverses commissions législatives, ne participe que faiblement à la vie parlementaire, contribue à la démission de Thiers et évolue tardivement vers la République. A l’issue de ce mandat, il se retire de la vie publique et jouit de son importante fortune.

Bonte, Auguste

02/06/1853 Lille

Député Lille 2 (1902-1906)

25/07/1916 Lambersart

Progressiste (Centre-droit)

15Après des études au lycée de Lille puis à Louis-le-Grand, Auguste Bonte suit la voie tracée par son père en devenant à son tour négociant, dans le textile. Agent de la Compagnie des mines de Béthune, juge au tribunal de commerce de Lille (1888-1902), il est en outre membre de nombreuses sociétés, et décoré de la Légion d’honneur. Conseiller municipal (1888), adjoint puis maire de Lambersart (de 1897 à sa mort), il devient conseiller d’arrondissement de Lille-ouest en 1892, avant de représenter le même canton au conseil général à partir de 1910. Auguste Bonte entre à la Chambre en juillet 1902, à la faveur d’une élection partielle, mais il est tenu en échec par le socialiste Henri Ghesquière en 1906.

Bosquillon de Frescheville De, Joseph

23/03/1823 Saint-Esprit-de-Bayonne (64)

Député Hazebrouck 1 (1885-1893)

16/02/1911 Paris

Monarchiste rallié

16Joseph de Bosquillon de Frescheville appartient à une ancienne famille de la noblesse d’épée originaire de Flandre. Après être passé par l’École polytechnique, il fit une carrière militaire dans l’artillerie, couronnée par le grade de général de brigade à Saint-Omer. Il épousa en 1860 Marie Caroline de Bosquillon de Genlis, fille de l’ingénieur en chef, directeur du département du Nord. Placé dans la réserve en 1884, il se fixe à Cassel et dirige une exploitation agricole de 200 hectares dans les Moëres. Il préside la société d’agriculture de Dunkerque. Il est élu député sur la liste conservatrice en 1885 et réélu en 1889 dans la première circonscription d’Hazebouck. Il accepte sans réserve le Ralliement et préside à la Chambre le groupe de la Droite constitutionnelle, mais il est battu en 1893par l’abbé Lemire et se retire de la vie politique.

Bottieau, Émile Adolphe

12/09/1822 Maubeuge

Député (1871-1876, 1885-1887)

9/10/1887 Paris

Droite monarchiste

17Émile Bottieau naît dans une famille bourgeoise. Le père, notaire royal, est maire de Maubeuge et conseiller d’arrondissement. Le beau-père est également notaire. Après avoir suivi des études juridiques, Émile Bottieau entame une carrière dans la magistrature. Procureur impérial puis conseiller à la Cour de Douai, il n’est en possession d’aucun mandat local. En 1871, il est élu à l’Assemblée nationale et siège à la droite du Parlement. Il participe activement à la vie parlementaire et se spécialise dans les questions judiciaires et commerciales. Battu en 1876 et 1877, il ne participe pas au combat électoral de 1881. Victime de la loi d’épuration judiciaire, il est mis à la retraite en 1884. Réélu en 1885, il siège dans les rangs de la droite monarchiste, prend part à la vie parlementaire (questions judiciaires) et décède en cours de mandat.

Boulanger, Georges Ernest Jean Marie

29/04/1837 Rennes (35)

Député de Dordogne (1888)

30/09/1891 Ixelles (Belgique)

Député du Nord (1888)

Député de la Seine (1889)

Droite boulangiste

18Ernest Boulanger naquit d’un père avoué près de Rennes et d’une mère issue de l’aristocratie écossaise. Après des études militaires à Saint-Cyr, il suit une brillante carrière dans l’armée. Présent sur la plupart les champs de bataille du Second Empire, il prend part à des opérations de pacification en Algérie, est blessé aux batailles de Turbigo (Italie) et de Traï-Dan (Cochinchine). Blessé, durant la guerre de 1870 à la bataille de Champigny, on le retrouve participant activement à la reprise en main de Paris durant la Commune. Promu général, il est nommé directeur de l’infanterie au ministère de la Guerre et réorganise la formation militaire. Soutenu par les radicaux et poussé par Clemenceau, il devient ministre de la Guerre (janvier 1886-1887), mais finit par inquiéter de nombreux “républicains”. Le général Boulanger lors de ses campagnes plébiscitaires de 1888 a été élu à deux reprises dans le département du Nord, seul cas de double élection dans le même département, le 15 avril, avec le soutien massif des ouvriers et le 19 août. En avril, vainqueur également en Dordogne (8 avril), il opte pour le Nord. En août, vainqueur également dans la Charente-Inférieure et la Somme, il opte à nouveau pour le Nord malgré un recul de 40 000 voix. À chaque fois, il démissionne peu après, mais lors de son premier “mandat”, il s’est fait remarquer en réclamant la révision de la Constitution (4 juin) et la dissolution de la Chambre (12 juillet).

Bouvier, Gustave

01/09/1854 Jolimetz

Député Valenciennes 3 (1910-1914)

25/04/1917 Rombies (hameau de Marchipont)

Radical

19Agriculteur à Rombies où il a repris l’exploitation de ses parents, Gustave Bouvier (officier du Mérite agricole) devient adjoint puis maire de cette commune rurale ; il siège par ailleurs au conseil général où il représente le canton de Valenciennes-est de 1902 (il est élu à une partielle) à 1913. Remplaçant E. de Lauwereyns au second tour des législatives de 1910 comme candidat radical, il l’emporte sur le socialiste Pierre Melin grâce à l’appui de la droite. Inscrit à la Gauche radicale, il incarne un radicalisme très modéré et cet “anti-collectiviste” convaincu rejoint la droite dans les scrutins majeurs de la législature. Invoquant des raisons de santé, mais sans doute marqué par son échec aux cantonales de 1913 face au candidat socialiste, Gustave Bouvier ne se représente pas aux législatives de 1914.

Brabant, Jules Eugène Amédée

14/01/1814 Cambrai

Député (1871-1876)

14/04/1891 Cambrai

Monarchiste (Centre-droit)

20Jules Brabant appartient à une grande famille de notables du textile valenciennois et cambrésien. Fils et petit-fils de blanchisseurs de batiste, il épouse la fille d’un important actionnaire d’une compagnie de charbonnages belges. Président du conseil d’administration des mines de l’Escarpelle, juge suppléant au tribunal de commerce, il jouit d’une imposante fortune. Apparenté à plusieurs autres parlementaires, il est solidement implanté dans la vie politique locale. Son beau-fils (Edmond de Martimprey) et son neveu (Édouard Parsy) lui succédèrent au Parlement. Conseiller municipal de Cambrai dès 1848, il occupe le siège majorai de 1865 à 1870. Il est révoqué par Gambetta après le 4 septembre, mais préside activement le comité de secours aux blessés de la guerre. Élu député en 1871, il siège au Centre-droit, participe de manière insignifiante à l’action législative et échoue lors du scrutin de 1876. Il se retire alors de la vie politique.

Bracke-desrousseaux, Alexandre

29/09/1861 Lille

Député Lille 4 (1928-1936)

25/12/1955 Paris

Socialiste (SFIO)

21Alexandre Bracke-Desrousseaux, qui associa à son patronyme celui de sa mère, est le fils du célèbre chansonnier lillois, auteur du “Petit Quinquin”. Sa brillante carrière universitaire le conduisit, via l’École normale supérieure, aux fonctions de professeur aux facultés de lettres de Lille puis de Paris et de directeur à l’École pratique des hautes études. Sa jeunesse dans les quartiers pauvres de Saint-Sauveur à Lille et ses lectures sont à l’origine d’un engagement rapide dans le mouvement socialiste. Dès 1889, il est secrétaire-adjoint du Parti ouvrier français puis à la SFIO où il exerce les mêmes fonctions pour l’extérieur. Il est un des principaux représentants de la tendance guesdiste. Il siège sans interruption au bureau de l’Internationale socialiste de 1905 à 1939. Élu député de la Seine en 1912, il y conserve son mandat jusqu’en 1924. En 1928, la fédération du Nord fait appel à lui pour le siège de la 4e circonscription de Lille. En 1929, il est quelques jours maire de Lille pour permettre l’élection de Roger Salengro. En 1936 il renonce à son mandat pour se consacrer à la direction du Populaire et à ses travaux littéraires.

Brame, Georges Jules Louis

Député Lille 5 (1876-1885)

16/08/1839 Paris

Député (1885-1888)

4/02/1888 Paris

Droite orléano-bonapartiste

22Fils du ministre et député Jules Brame, Georges Brame, après des études de droit à Paris, est nommé auditeur au conseil d’État. Il participe, durant la guerre de 1870, à la bataille de Bapaume où son bataillon est cité à l’ordre du jour de l’armée. Fait chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire, le bouillant capitaine compte, à son actif, au moins deux duels. C’est tout naturellement qu’il recueille, en 1876, l’héritage familial, lorsque Jules Brame entre au Sénat. Au décès de son père, le siège de conseiller général (canton de Cysoing) lui échoit également. Les électeurs de ce fief familial l’envoient, sans discontinuer, à quatre reprises, à la Chambre des députés. De sensibilité bonapartiste puis conservatrice, Georges Brame siège à droite, intervient peu dans le débat parlementaire et décède au cours de son dernier mandat.

Brame, Jules Louis Joseph

Député (1857-1870, 1871-1876)

9/07/1808 Lille

Sénateur (1876-1878)

1/02/1878 Paris

Droite orléano-bonapartiste

23Jules Brame appartient à une famille de grands notables lillois fortement impliqués dans la vie publique locale. Le père, le frère et le beau-frère ont tous brigué avec succès des mandats électoraux. Après des études de droit à Paris, Jules Brame obtient un poste au Conseil d’État et siège comme maître des requêtes de 1840 à 1848. Jouissant d’une fortune considérable, il est élu conseiller d’arrondissement dès 1837. En 1848, s’ouvrent les portes de l’assemblée départementale. En 1857, lors de l’élection au Corps législatif, il bat le candidat officiel. De tendance orléaniste, il est membre du Tiers-Parti. Il occupe le poste de ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dans le bref ministère Palikao d’août 1870. Réélu à l’Assemblée nationale (1871-1875), il siège au Centre-droit, œuvre activement, défend vigoureusement les thèses du protectionnisme et se rapproche du groupe de l’Appel au Peuple. Figure incontournable de la droite nordiste, il est vice-président du conseil général, où il représente le canton de Cysoing, de 1871 à 1878. En 1876, il entre au Sénat et décède peu après.

Briffaut, Henri

30/07/1857 Wattrelos

Député (1924-1928)

21/05/1938 Wattrelos

Socialiste (SFIO)

24D’abord ouvrier tisserand, comme son père, de la sortie de l’école primaire jusqu’à la trentaine, Henri Briffaut est contraint, comme nombre de militants ouvriers persécutés par le patronat textile, de rechercher une activité indépendante : il ouvre à Wattrelos un cabaret qui devient rapidement un foyer actif de la vie politique et syndicale locale. Neveu par sa mère d’Henri Carrette, premier maire socialiste de Roubaix (1892-1902), il gravit peu à peu tous les échelons : conseiller municipal (1896), puis maire (1912-1938) de Wattrelos, conseiller d’arrondissement (1892) puis conseiller général (1904-1938) de Roubaix-nord, il est élu député sur la liste socialiste en 1924, mais il échoue quand le scrutin d’arrondissement est rétabli, et doit s’effacer en 1928 devant Léon Lierman. La Légion d’honneur obtenue en 1936 pour son action à la tête de la municipalité wattrelosienne pendant la Grande Guerre (il fut arrêté et déporté), puis dans les années qui suivent, et son attitude tolérante envers les catholiques lui valent un respect quasi unanime. Son décès en 1938 intervient au terme d’une longue maladie qui le tenait écartée de la vie politique depuis plusieurs années déjà.

Brigode-kemlandt de, Pierre Oscar Maximilien Frédéric Louis

13/04/1814 Lille

Député (1871-1874)

17/05/1874 Paris

Droite monarchiste

25Issu d’une famille de grands notables lillois, fortunés et catholiques fervents, Pierre de Brigode est fils de conseiller général, neveu d’un maire de Lille et pair de France, neveu également d’un député de la monarchie de Juillet, nommé à son tour pair de France. Alliés aux familles les plus prestigieuses du royaume, les de Brigode fréquentent la haute noblesse française et belge. En 1838, le père de Pierre de Brigode est le propriétaire le plus imposé du département du Nord. Maire de Camphin-en-Pévèle en 1843, Pierre de Brigode est révoqué en 1848. Il est aussitôt réélu, et devient conseiller d’arrondissement en 1864. Élu à l’Assemblée nationale de 1871 comme conservateur monarchiste, il n’est inféodé à aucun groupe et vote à droite. Il ne participe aucunement à la vie parlementaire et décède en cours de mandat.

Brodel, Louis

31/03/1892 Saint-André

Député Cambrai 1 (1934-1936)

26/01/1936 Lille

Communiste

26Très tôt orphelin, Louis Brodel fut obligé de travailler et exerça divers métiers (dans une banque, dans une minoterie, à la mine). Avant 1914, il vécut deux ans en Pologne russe et en Roumanie comme salarié de l’entreprise textile de Roubaix, Motte et Meillassoux. Son engagement syndical aux côtés des mineurs du Nord ou à la bourse du travail d’Halluin (secrétaire) se double d’un militantisme politique Socialiste depuis 1910 et libre-penseur, ce combattant de la Grande Guerre, blessé à Neuville-Saint-Vaast (1915), s’inscrit à l’ARAC et adhère à la SFIC (secrétaire fédéral en 1921) dont il est rapidement exclu pour opportunisme et soutien à “la droite "du parti. En 1923, il passe à l’Union socialiste communiste, formée de démissionnaires ou d’exclus du PCF derrière Ludovic Oscar Frossard, où il s’occupe de la propagande et assure le secrétariat général pour la fédération du Nord (1924), puis il revient à la SFIO. Il est élu conseiller municipal de Marquette en 1925, de Lille en 1929, conseiller d’arrondissement (canton de Lille-sud) en 1931. Vice-président du conseil d’arrondissement, président de l’office d’HLM de Lille, il est désigné par ses amis politiques pour succéder à Maurice Camier en 1934. Il remporte cette élection partielle, mais décède en cours de mandat.

Camier, Maurice

15/06/1884 Cambrai

Député Cambrai 1 (1932-1933)

05/11/1933 Paris

Socialiste (SFIO)

27Élevé par sa mère seule, il fut obligé de travailler très jeune chez un transporteur avant de devenir représentant puis agent de change. Il adhéra au POF dès l’âge de seize ans et ensuite au PSU-SFIO dès sa constitution. Il se présenta, sans succès, à de nombreuses élections avant 1914. Devenu secrétaire de la section locale de la SFIO à Cambrai, rédacteur en chef de L’Avenir du Cambrésis. il fut élu au conseil municipal de Cambrai en 1925 tandis qu’il échoua aux élections cantonales. Élu à la Chambre en 1932, il mourut dès l’année suivante.

Cardon, Armand

27/09/1860 Douai

Député Douai 2 (1900-1906)

23/09/1923 Neuilly-sur-Seine

Progressite (Centre-droit)

28Fils d’un notaire de Douai, Armand Cardon embrasse la même carrière après avoir fréquenté le lycée de Douai puis obtenu une licence en droit ; en outre il est président du conseil d’administration d’une importante verrerie d’Aniche, se trouve à la tête d’une vaste exploitation agricole de 200 hectares et appartient à de nombreuses sociétés, notamment du monde agricole. Neveu du député Louis Legrand de Lecelles, il s’engage, lui aussi, en politique et représente Douai-sud au conseil d’arrondissement de 1898 à 1910 (il le préside de 1900 à 1906). Bien que né dans une famille de sensibilité radicale, Armand Cardon est proche des progressistes : c’est d’ailleurs contre un candidat radical qu’il est élu député à l’occasion d’une partielle en 1900 (à la suite du décès de Raoul des Rotours). Réélu en 1902, il n’appartient à aucun groupe parlementaire, mais siège à la commission du commerce et de l’industrie. Candidat malheureux aux sénatoriales de 1901, il perd son mandat de député en 1906 alors qu’il représente le centre et la droite face au vainqueur, le radical-socialiste Louis Guislain.

Carlier, Jules

Député (1926-1928)

09/12/1878 Villers-Pol

Député Avesnes 3 (1928-1932)

19/05/1964 Villers-Pol

Radical indépendant (Centre-droit)

29Fils d’un grand exploitant agricole de Villers-Pol, il fait ses études à l’École nationale d’agriculture de Rennes avant de reprendre l’exploitation familiale et d’être conseiller municipal de son village de 1908 à 1912. Sous-lieutenant pendant la guerre 1914-1918, il est fait prisonnier et s’évade en 1916 (il obtiendra la Croix de guerre). Revenu à la vie civile il reprend ses activités d’agriculteur et devient maire de sa commune en 1919 (fonction qu’il occupera jusqu’en 1944) tout en présidant la société des anciens combattants de Villers-Pol et l’Union des coopératives de reconstruction de l’arrondissement d’Avesnes. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur et chevalier du Mérite agricole. Élu conseiller général du canton du Quesnoy ouest en 1919, il devient député de la troisième circonscription d’Avesnes à la faveur d’une élection partielle en 1926 avec deux colistiers grâce à une alliance avec les formations de droite et au prix de l’éclatement de la coalition centriste et siège parmi les Radicaux. Il est réélu lors de l’élection générale de 1928 et se présente à l’élection sénatoriale de mai 1932 : battu, il ne conserve que ses mandats locaux et quitte même la présidence de la société des agriculteurs du Nord qu’il occupait depuis 1930.

Carpentier-risbourg, Isidore

12/09/1842 Pommereuil

Député Cambrai 2 (1893-1898)

08/09/1917 Pommereuil

Républicain-progressiste

30Fils de cultivateur, il reprend l’exploitation familiale avant de devenir négociant en vins à Pommereuil puis fabricant de tissus. Membre du syndicat agricole du canton du Cateau-Cambrésis, il devient conseiller municipal de Pommereuil en 1868 puis conseiller d’arrondissement en 1892. Élu député du département en 1893 sous l’étiquette progressiste il est réélu en 1898 mais doit suspendre son mandat pour cause de maladie. Il est battu lors des élections législatives de 1906.

Castiau, Abel

25/04/1842. Vieux-Condé

Député Valenciennes 1 (1905-1906)

25/07/1918 Lille

Radical

31Médecin à Vieux-Condé, comme son père, Abel Castiau se sent attiré par la politique (il est d’ailleurs frère d’un maire et gendre d’un adjoint). Conseiller général de Condé-sur-Escaut, de 1898 à sa mort, soit durant 20 ans, il est vice-président de l’assemblée départementale durant plusieurs années. C’est à l’occasion d’une législative partielle qu’il remplace au Palais-Bourbon, sous la même étiquette de radical, Anatole Debiève, décédé. Vainqueur du conservateur Charles Thellier de Poncheville en 1905, Abel Castiau est distancé en 1906par le socialiste Pierre Melin, en faveur duquel il se désiste pour le second tour, face au candidat de droite Namur ainsi tenu en échec. Abel Castiau, républicain et laïque mais qui s’éloigne de ses alliés socialistes pour se rapprocher du centre, brigue à nouveau, mais en vain, un siège de député en 1914.

Chatteleyn, Félix

13/04/1861 Lille

Sénateur (1904-1906)

20/11/1934 Lille

Progressiste (Centre-droit)

32Fils d’un chef de musique au 5’ régiment de ligne, Félix Chatteleyn fait des études de droit à Douai avant de devenir avocat, dans la même ville puis à Roubaix. Président du tribunal de commerce dans la cité textile, il représente Roubaix-nord au conseil général de 1898 à 1904, date à laquelle il doit s’incliner devant le candidat socialiste. Il est adjoint au maire d’Eugène Motte, de 1902 à 1912, et organise les “forces anticollectivistes”, jusqu’à ce que les socialistes s’installent, pour des décennies, à l’hôtel de ville. Élu au Sénat à l’occasion d’une partielle en 1904, Félix Chatteleyn est tenu en échec lors du renouvellement de 1906. Pris comme otage en 1914-1918, il est déporté en Allemagne puis en Lituanie. On le retrouve ensuite au PDP où il exerce des responsabilités à l’échelon départemental, entre les deux guerres. Félix Chatteleyn, titulaire de plusieurs décorations, était notamment chevalier de la Légion d’honneur.

Cirier, Victor Jules Druon

Député Cambrai 2 (1879-1885)

16/04/1823 Le Cateau

Sénateur (1888-1890)

20/10/1890 Paris

Opportuniste (Gauche républicaine)

33Fils d’un tisseur de coton et filateur de laine, Jules Cirier est élève du lycée Henri IV à Paris, puis poursuit des études de droit dans la capitale. Inscrit au barreau de Cambrai, il en devient le bâtonnier en 1859. Avocat d’affaires, il figure, dès 1857, parmi les membres de la chambre cambrésienne des arts et manufactures. Le conseil d’administration des mines de l’Escarpelle le choisit comme vice-président. Conseiller municipal de Cambrai de 1860 à 1890, il entre au conseil général en 1877. La Chambre des députés lui ouvre ses portes à la faveur d’une élection partielle et Jules Cirier siège dans les rangs de la Gauche républicaine. Membre de nombreuses commissions, il est l’auteur de plusieurs rapports. Réélu en 1881, il est battu lors du scrutin de 1885. Après un intermède de 3 ans, les grands électeurs l’envoient siéger au Sénat. Jules Cirier n’exerce qu’une faible activité dans la haute assemblée.

Claeys, Léon Gustave Alphonse

1/12/1829 Bergues

Sénateur (1888-1906)

2/01/1921 Bergues

Opportuniste (Gauche Républicaine)

34Fils et petit-fils de marchands brasseurs berguois, Léon Claeys embrasse tout naturellement la même profession. L’entreprise est prospère et, dès 1860, ses concitoyens l’élisent au conseil municipal. Républicain de conviction, il démissionne de son poste d’adjoint en 1877. En 1880, le fauteuil majorai lui est offert et il fait son entrée au conseil général. Il en devient le vice-président en 1893. Se spécialisant dans les questions agricoles, il entre au Sénat en 1888, siège dans les rangs de la Gauche républicaine et s’investit dans tous les aspects de l’action parlementaire. Il est réélu en 1897 mais ne brigue pas de troisième mandat. Son courage, durant la guerre de 1914-1918, lui vaut une citation à l’ordre de la nation.

Cochin, Claude

17/11/1883 Évry (Seine-et-Oise)

Député Dunkerque 2 (1914-1918)

31/12/1918 Paris

Droite (Républicain libéral)

35Claude Cochin succède à son père, Henry, quand celui-ci se retire de la vie politique. Mais auparavant, après avoir obtenu une licence en droit et en lettres, puis être passé par l’École des chartes et l’École française de Rome, Claude Cochin est devenu archiviste-paléographe (1907) et donne de nombreux articles à diverses sociétés savantes. Il conforte son implantation locale en participant à de nombreuses associations, notamment dans le domaine agricole. Conseiller général de Bourbourg de 1910 à sa mort, il entre à la Chambre en 1914 et s’inscrit au groupe de l’Action libérale populaire. Malgré ses fonctions électives, il prend part aux combats de 1914-1918 (victime des gaz asphyxiants, il est décoré de la Croix de guerre), alors que son oncle Denys Cochin siège au gouvernement. Il est emporté par la grippe espagnole en 1918.

Cochin, Henry

31/01/1854 Paris

Député Dunkerque 2 (1893-1914)

09/12/1926 Paris

Droite (républicain libéral)

36Henry Cochin est issu d’une ancienne famille de la bourgeoisie parisienne ; son père, Augustin, fut membre de l’Institut, et son frère Denys, académicien, fut député de la Seine et membre du gouvernement (1915-1917). Après des études à Louis-le-Grand, puis l’obtention des licences de lettres et de droit, Henry Cochin est quelque temps haut fonctionnaire, aux débuts de la Troisième République, avant de démissionner (1877), puis de s’installer dans les Flandres à l’occasion de son mariage. Devenu propriétaire à Saint-Pierrebrouck, il anime diverses sociétés dans les domaines de l’agriculture et de la culture régionale. Maire du village où il vit désormais (1888-1910), il entre à la Chambre dès 1893 et sera constamment réélu. Ce sont les questions agricoles qui retiennent surtout son intérêt dans ses interventions à la Chambre. Il représente par ailleurs le canton de Bourbourg au conseil général de 1906 à 1910. Invoquant des problèmes de santé, il se retire progressivement de la vie publique, en léguant ses mandats de conseiller général puis de député à son fils Claude.

Coget, Jean-Baptiste

19/06/1829 Phalempin

Député Lille 5 (1893-1898)

18/08/1913 Phalempin

Opportuniste (Républicain progressiste)

37Fils d’un distillateur et propriétaire de Phalempin républicain de 1848, il devient à son tour distillateur et agriculteur. Neveu d’Alexandre Coget, député actif et personnage reconnu sous la monarchie de Juillet, il ne doit son entrée en politique qu’au souvenir laissé par son oncle parmi la population. Maire de Phalempin de 1870 à 1913, il est, en 1888, le président-fondateur de la ligue républicaine du canton de Pont-à-Marcq. Élu député en 1893, il siège sur les bancs du groupe républicain progressiste, mais est battu en 1898.

Coppeaux, Ephrem

15/02/1870 Esquéheries (02)

Député (1924-1928)

10/06/1931 Fourmies

Socialiste (SFIO)

38Issu du milieu ouvrier, ce libre-penseur d’origine protestante quitte l’école à 13 ans et devient, tout comme son père, tisseur, métier qu’il exercera jusqu’à l’âge de 21 ans, avant d’être épicier puis employé comptable. Actif au niveau associatif, il préside la section de la ligue des droits de l’homme, le conseil de perfectionnement de l’école publique, la section cantonale des pupilles de la nation, et occupe le secrétariat de l’union locale confédérée de Fourmies. Élu maire de Fourmies en 1908, il obtient la médaille d’argent de la reconnaissance française et il est cité à l’ordre de la nation pour sa belle conduite pendant l’occupation allemande (Il avait été condamné à 15 ans de prisons par les Allemands). Représentant du canton de Trélon au conseil général de 1919 à sa mort, il est élu député SFIO du département du Nord en 1924 mais est battu lors des élections législatives de 1928.

Coquelle, Félix

05/07/1864 Dunkerque

Député Dunkerque 1 (1926-1928)

13/08/1928 Rosendaël

Centre droit (Républicain de gauche)

39Né à Dunkerque, Félix Coquelle fait ses études dans sa ville natale avant de reprendre l’affaire paternelle et de devenir négociant transitaire. Juge puis président du tribunal de commerce de Dunkerque (1899-1908) comme son père l’avait été avant lui, il préside ensuite la chambre de commerce et joue un rôle actif dans le développement des activités portuaires, tout en siégeant dans de nombreuses associations locales. Félix Coquelle est conseiller municipal et maire de Rosendaël (commune qui sera ensuite fusionnée avec Dunkerque), de 1904 à sa mort. Il entre au conseil général en 1913 comme élu de Dunkerque-est. Élu député au scrutin de liste fin 1926 à l’occasion d’une partielle (il s’agissait de remplacer trois députés décédés), il est réélu au scrutin d’arrondissement aux législatives du printemps 1928 et siège parmi les républicains de gauche. La maladie l’emporte quelques mois plus tard.

Corcelles de (Tlrcuy), Claude François Philibert

2/06/1802 Marcilly d’Azergues (69)

Député de l’Orne (1839-1851)

3/09/1892 Paris

Député du Nord (1871-1876)

Droite monarchiste

40La famille de Corcelles appartient aux plus prestigieuses familles de la noblesse française. Claude de Corcelles est le fils d’un député du Rhône puis de Paris sous la Restauration, de la Saône-et-Loire sous la monarchie de Juillet, qui a épousé la petite-fille du marquis de La Fayette. Durant sa jeunesse, il fréquente les milieux catholiques libéraux. Sous le pontificat de Pie IX, il participe à la réorganisation des finances du Vatican. En 1839, il est élu député de l’Orne. Réélu en 1842, 1846 et 1848 et 1849 par le même département, il subit un emprisonnement de quelques jours lors du coup d’état de 1851. Il se retire alors de la vie politique jusqu’en 1871, date à laquelle les électeurs du Nord l’envoient à l’Assemblée nationale. Son activité législative est faible et il se retire à l’issue de la législature. De 1873 à 1876, il représente la France comme ambassadeur auprès du Saint-Siège.

Corne, Hyacinthe

Député (1871-1875)

28/08/1802 Arras

Sénateur inamovible (1875-1887)

15/02/1887 Douai

Centre-gauche

41Fils d’un avocat d’Arras, Hyacinthe Corne fit carrière dans la magistrature à Douai où il épousa la fille d’un riche raffineur de sucre, s’alliant ainsi à plusieurs grandes familles républicaines du Nord. Son engagement politique date de la monarchie de Juillet. Il est élu député du Nord en 1837, siégeant sur les bancs de la Gauche dynastique. Après la Révolution de 1848, il est nommé procureur général à Douai, puis à Paris. Après le coup d’État du 2 décembre, il reste fidèle à la République modérée et se retire de la vie politique avant de reprendre le combat à la veille de la chute de l’Empire. Son libéralisme lui vaut le privilège d’être le seul candidat de la liste républicaine acceptée par les conservateurs lors des élections de 1871. Il soutient la politique de Thiers, siège au Centre-gauche dont il devient président en 1871 et prend une part importante à l’élaboration des lois constitutionnelles de 1875, ce qui lui vaut d’être élu sénateur inamovible par l’Assemblée nationale en décembre 1875. Il continue de siéger au Centre-gauche, gardant une attitude indépendante à l’égard des projets de loi des républicains après 1879.

Couteaux, Ernest

Député (1919-1928),

20/11/1881 Fourmies

Valenciennes 2 (1932-1936)

29/11/1947 Saint-Amand-les-Eaux

Socialiste (SFIO)

42Bachelier ès sciences au terme de ses études au collège de Saint-Amand, Ernest Couteaux étudie le droit à Paris puis devient géomètre du cadastre, comme son père. Il adhère très jeune aux thèses socialistes (et représente la fédération du Nord à différents congrès dans les années qui précèdent la Grande Guerre) mais s’engage aussi dans l’action syndicale : il participe à la création de la bourse du travail de Saint-Amand, dont il devient secrétaire-adjoint. Élu conseiller municipal comme son père, en 1908, Ernest Couteaux figure parmi les édiles amandinois en 1912. Il accède à la mairie en 1919 et y reste jusqu’à sa révocation par Vichy. Conseiller général de Saint-Amand-rive-droite de 1913 à la seconde guerre mondiale, il est élu député au scrutin de liste en 1919 et en 1924, mais il échoue lorsque le scrutin d’arrondissement est rétabli en 1928, face au maire radical de Valenciennes, Léon Millot, sur lequel il l’emporte toutefois en 1932. Mis en ballottage défavorable en 1936par le communiste Arthur Musmeaux, il se retire sur un échec. À la Chambre des députés, il prépare notamment, en 1925, la loi sur la gratuité de l’enseignement secondaire public (inscrite dans la loi de finances de 1933) et, en 1928, celle sur la création d’un ordre des médecins. Déporté comme prisonnier politique lors de la seconde guerre mondiale, puis candidat malchanceux aux élections législatives de 1945 et 1946, Ernest Couteaux devient en revanche conseiller de la République en 1947 (à la faveur de la redistribution des voix socialistes non utilisées au plan national). Il était titulaire de la Croix de guerre.

Coutel, Charles

10/12/1871 Lille

Député (1926-1928), Lille 3 (1928-1936)

11/08/1948 Lille

Droite (URD-Fédération Républicaine)

43Issu d’une famille modeste du quartier populaire de Lille-Wazemmes, Charles Coutel est ouvrier-coupeur en confection, avant de devenir employé puis voyageur de commerce. Militant du syndicalisme chrétien, il est très engagé sur le terrain social (chômage, mutualité, famille, logement, enseignement technique) et siège parmi les conseillers prud’hommes de Lille durant trente ans. Charles Coutel est conseiller municipal de Lille de 1908 à 1919 puis à nouveau à partir de 1925. Élu député au scrutin de liste à l’occasion d’une partielle fin 1926, réélu au scrutin d’arrondissement en 1928puis 1932, il est battu par son adversaire socialiste en 1936. Il se retire alors de la vie politique, mais continue à se consacrer aux œuvres sociales.

Crespel, Alexandre

10/05/1867 La Bassée

Député (1919-1928)

12/01/1955 La Bassée

Droite (URD-Fédération Républicaine)

44Né à La Bassée, Alexandre Crespel obtient un doctorat en droit à Paris avant de suivre la trace de son père dans la brasserie et le commerce de grains. Vice-président puis président du comice agricole de Lille, il cumule les mandats politiques dès les années 1890 : conseiller municipal (1896), conseiller d’arrondissement (1895), maire de sa commune natale (de 1898 à 1945, soit près d’un demi-siècle). Au lendemain de la Grande Guerre, Alexandre Crespel s’emploie activement à la reconstruction de La Bassée, dévastée par le conflit, et il entre au conseil général en 1920 pour y siéger jusqu’à la seconde guerre mondiale. Élu député au scrutin de liste en 1919 et 1924, il ne se représente pas en 1928, alors que le scrutin d’arrondissement vient d’être rétabli. Il intervient notamment à la Chambre sur les problèmes de reconstruction du Nord dans les années 1920. C’est en vain qu’il tente de se faire élire au Sénat en 1932.

Dansette, Jules

17/09/1857 Armentières

Député Lille 4 (1895-1917)

30/03/1917 Paris

Droite (républicain libéral)

45Issu d’une lignée de filateurs d’Armentières, Jules Dansette est associé à l’entreprise familiale dès la fin de ses études, après avoir obtenu une licence en droit à la faculté libre de Lille. La fibre politique est un autre de ses héritages (il compte parmi ses ascendants deux maires d’Armentières et un conseiller général). Catholique rallié à la République, il est vice-président de l’Action libérale populaire (dont il fut l’un des fondateurs). Jules Dansette représente le canton d’Armentières à l’assemblée départementale, de 1889 à son décès en 1917. Porté à la députation à la faveur d’une élection partielle en 1895 (après le décès d’Eugène des Rotours), il se fait à la Chambre le défenseur du protectionnisme et de la représentation proportionnelle. Sa mort met un terme à une carrière politique durant laquelle Jules Dansette ne connut jamais l’échec, ni comme élu départemental, ni comme élu national.

Davaine, Émile

27/05/1862 Saint-Amand-les-Eaux

Député Valenciennes 2 (1910-1914)

06/04/1937 Saint-Amand-les-Eaux

Sénateur 1924-1932

Radical (Gauche radicale)

46Né dans une famille protestante, Émile Davaine reprend la ferme familiale après avoir terminé ses études secondaires. Représentant actif du monde agricole, il est président du Stud-book du cheval de trait, président du comice agricole de l’arrondissement de Valenciennes, et président des agriculteurs du Nord. Conseiller d’arrondissement de Saint-Amand-rive-gauche (1889-1892) puis conseiller général (de 1892 à 1937, soit près d’un demi-siècle, jusqu’à son décès) Émile Davaine est d’autre part conseiller municipal puis maire (durant près de 20 ans) de Saint-Amand. Il marche ici sur les traces de son père, qui fut adjoint au maire dans la même commune, et conseiller du même canton de 1887 à sa mort en 1889. Élu député en 1910 contre le député sortant, le socialiste Henri Durre, avec l’appoint des voix conservatrices, il s’inscrit au groupe de la Gauche radicale, et s’attache à défendre les intérêts agricoles et industriels de la région. Tenu en échec en 1914 par son adversaire de 1910, il ne retrouve pas non plus son siège en 1919 malgré l’instauration du scrutin de liste. Mais il tient sa revanche en entrant au Sénat en 1924 alors qu’il évolue vers un radicalisme de plus en plus modéré. Il ne se représente pas en 1932. Émile Davaine était titulaire de la Légion d’honneur, officier du Mérite agricole et de l’Instruction publique.

Debève, François

13/08/1837 Masny

Député Douai 1 (1898-1906)

23/11/1921 Montigny-en-Ostrevent

Républicain progressiste puis radical

47Fils d’un fabricant de bas, François Debève sait tout juste lire et écrire. Agriculteur, il siège comme marchand de farine à la chambre de commerce de Douai. Conseiller municipal de Masny depuis 1861, il représente le canton de Douai-sud au conseil d’arrondissement (1886-1889) puis au conseil général (1889-1913). Il est secrétaire de l’assemblée départementale de 1893 à 1896, puis vice-président de 1901 à 1903 et de 1907 à 1909. Élu député en 1898 sous l’étiquette de “Républicain progressiste et cultivateur protectionniste”, il ne déploie que peu d’activité parlementaire au service des intérêts agricoles. Réélu de manière presque inespérée au second tour face au socialiste Goniaux en 1902, il doit s’effacer devant ce dernier en 1906. Son fils, le docteur Jean-Jacques Debève, lui succède au conseil général en 1913 et sera lui aussi député en 1928-1932.

Debève, Jean-Jacques

04/05/1876 Masny

Député (1928-1932)

10/09/1935 Montigny-en-Ostrevent

Radical indépendant

48Fils d’un cultivateur de Masny lui-même député (1898-1906) et frère cadet d’Hippolyte, conseiller général, il entreprend des études de médecine et s’installe à Montigny-en-Ostrevent dont il devient maire (1912-1935). Élu conseiller général du canton de Douai-sud (1913-1935), il devient député en 1928 sous l’étiquette des Radicaux indépendants. Battu en 1932, il limite dès lors sa carrière politique au niveau local.

Debiève, Anatole

28/01/1844 Wargnies-le-Petit

Député Valenciennes 1 (1902-1905)

10/03/1905 Valenciennes

Radical

49Fils, frère et gendre d’agriculteurs, Anatole Debiève fréquente le collège de Valenciennes. Il prend part à la campagne de 1870 comme sous-officier, sous les ordres du général Faidherbe. La paix revenue, il fonde une usine de tissage mécanique et d’impression sur tissus. Juge (1880) puis président (au tournant du siècle) au tribunal de commerce de Valenciennes, il devient conseiller municipal de cette même ville (1881) puis adjoint au maire (1893-1905). Élu député en 1902 grâce au report des voix socialistes face au candidat de droite E. Dervaux, il s’inscrit à diverses commissions (comme celles de l’industrie ou encore du commerce). Décédé en cours de mandat, ce franc-maçon (selon la presse de droite) a des funérailles civiles.

Debuchy, Désiré Philippe Joseph

7/10/1823 Tourcoing

Député Lille 6 (1877-1884)

28/05/1884 Paris

Droite monarchiste

50Désiré Debuchy appartient à la bourgeoisie textile de Tourcoing. La richesse de la famille est récente, le grand-père n’est qu’un modeste maître-boulanger. Fils de filateur, Désiré Debuchy dirige une prospère entreprise de filature et de fabrique de tissus. Une tradition bien établie souligne la qualité de ses relations avec les employés et le paternalisme qui règne dans les fabriques. Adjoint au maire de Tourcoing en 1865, il se présente avec succès, en 1877, à la députation comme candidat officiel. Il siège dans les rangs de la droite conservatrice, son activité parlementaire est très modeste, et elle l’est encore plus après sa réélection en 1881. Il décède en cours de mandat.

Declercq, Gilbert

15/08/1896 Halluin

Député Lille 10 (1936-1940)

septembre 1944 Région de Nîmes

Communiste

51Né dans une modeste famille ouvrière d’Halluin (son père était ourdisseur), il entre à l’usine dès la sortie de l’école primaire (et se tournera plus tard vers le commerce, pour bénéficier d’une indépendance indispensable à son militantisme). Inscrit à la section socialiste d’Halluin dès l’âge de 15 ans, il ne tarde pas à en prendre la direction, puis adhère au Parti communiste, dès la fondation de ce dernier en 1920. Gilbert Declercq se montre également très actif sur le terrain syndical : secrétaire de la bourse du travail d’Halluin (1921), puis de l’Union régionale du textile CGTU (liée au PCF) à la fin des années 1920, il prend la responsabilité de l’Union régionale des syndicats “unitaires” au début des années 1930. Élu conseiller municipal et adjoint à Halluin en 1925, Gilbert Declercq devient maire de sa commune natale en 1935, avant d’entrer au Palais-Bourbon l’année suivante. Ayant pris ses distances avec le Parti communiste à l’occasion de la signature du pacte germano-soviétique à l’été 1939 (ce qui lui vaudra d’échapper à la déchéance de son mandat de député), Gilbert Declercq s’installe dans le Gard où il trouve la mort dans les rangs de la Résistance en 1944.

Defontaine, Paul

12/08/1858 Vieux-Reng

Député Avesnes 2 (1893-1918)

26/02/1918 Fontenay-aux-Roses (92)

Radical-socialiste

52Issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie de Maubeuge, il obtient son doctorat en médecine en 1881 et exerce dans cette ville. Les comités de l’Alliance républicaine socialiste l’invitent à entrer en politique. Conseiller municipal de Louvroil de 1892 à 1904, il est élu député de la première circonscription d’Avesnes sous l’étiquette radical socialiste en 1893 ; réélu jusqu’en 1914, il représente à partir de 1910 le canton de Maubeuge-sud au conseil général et ce jusqu’à son décès survenu en 1918 (décès causé par les souffrances de la captivité pendant la guerre, suite à son arrestation comme otage).

Defossé, Adolphe

20/01/1855 Bourghelles

Député Dunkerque 1 (1914-1919)

15/03/1922 Paris

Radical-Socialiste

53Fils d’un fonctionnaire des douanes, Adolphe Defossé fut d’abord professeur au collège Jean Bart avant de devenir secrétaire de la chambre des courtiers de Dunkerque puis imprimeur dans cette ville en bénéficiant sans doute du réseau de solidarité républicaine car dès 1880 il présida le comité républicain de l’arrondissement de Dunkerque. En 1895, il est élu conseiller d’arrondissement et en 1910 président du conseil d’arrondissement de Dunkerque. Contre toute attente, il est élu député en 1914, devançant des notables républicains mieux implantés. Il siège sur les bancs du groupe radical socialiste. Le retour du scrutin de liste en 1919 ne lui permet pas d’être réélu.

Dehove, Joseph

Député Avesnes 3 (1906-1910)

03/03/1851 Preux-au-Sart

Sénateur (1914-1924)

03/07/1932 Wargnies-le-Petit

Radical-socialiste

54Fils d’un minotier, minotier lui-même, ce républicain radical, officier de l’instruction publique, devient conseiller municipal de Preux-au-Sart en 1878, conseiller d’arrondissement du Quesnoy-ouest en 1892 puis représente ce même canton au conseil général en 1904. Élu député en 1906, il se désiste lors du deuxième tour de scrutin en 1910 ayant été devancé au premier tour par un autre radical Daniel-Vincent, Devenu sénateur en 1914, réélu en 1920, il se retire de la vie publique en 1924.

Dejardin-Verkinder, Ernest

Député (1885-1889)

10/06/1840 Cambrai

Député Cambrai 2 (1889-1893)

15/03/1920 Paris

Monarchiste rallié

55Ernest Dejardin est le fils d’un notaire de Cambrai, membre du conseil d’administration des mines d’Aniche. Divers membres de la famille, de sensibilité bonapartiste, exercent d’importantes fonctions électives. Après des études à la faculté de droit de Paris, il plaide dans la capitale. Il participe à la guerre de 1870 et prend part à la défense de Cambrai. Revenu dans le Nord pour administrer la compagnie des mines d’Aniche, il entre dans plusieurs prestigieux conseils d’administration (forges et aciéries de Denain et Anzin, banque française et italienne pour l’Amérique du Sud, chemins de fer PLM). Il est aussi vice-président de la Société générale. Maire d’Avesnes-le-Sec, il accède à la Chambre des députés en 1885 à la faveur du scrutin de liste. Il siège à droite, s’implique dans la vie parlementaire et soutient le boulangisme. Les électeurs le renvoient à la Chambre en 1889. En 1893, dans une situation de ballottage défavorable, il se désiste et quitte la scène politique nationale

Delaune, Marcel

13/10/1855 Wazemmes

Député Lille 5 (1898-1910)

26/01/1927 Paris

Progressiste (Centre-droit)

56Issu d’une famille d’industriels lillois, il devient directeur d’une raffinerie-distillerie de sucre à Seclin après des études à Polytechnique. Conseiller d’arrondissement de Seclin en 1896, conseiller général d’Haubourdin en 1896, il accède à la députation en 1898 et siège sous l’étiquette Républicain opportuniste. Il rejoint ensuite le groupe progressiste. Il se spécialise dans la défense des intérêts économiques régionaux et plus particulièrement des producteurs de betterave à sucre. Il abandonne la vie politique en 1910. Son gendre Maurice Colrat fut garde des Sceaux.

Delcourt, Pierre

10/10/1889 Lille

Député Valenciennes 1 (1928-1936)

13/07/1948 Armentières

Socialiste (SFIO)

57Fils d’un militant socialiste qui fut instituteur et publiciste, Pierre Delcourt collabore au Réveil du Nord : employé municipal, il est ensuite nommé directeur de l’hôpital psychiatrique d’Armentières (1937-1948). Mobilisé en 1914, prisonnier en 1915, puis déporté en Allemagne, il reçoit la Croix de guerre (à laquelle la Légion d’honneur viendra s’ajouter en 1947). Conseiller municipal et maire de Condé-sur-Escaut de 1919 à sa mort, soit durant près de 30 ans, il représente le canton du même nom de 1919 à 1928puis de 1930 à 1948 à l’assemblée départementale. Élu député en 1928 et 1932, il est devancé en 1936 de quelques voix seulement par le candidat communiste au premier tour, mais se désiste en sa faveur. À la Chambre, il se montre actif dans divers domaines, en se faisant plus particulièrement le défenseur du monde ouvrier et des petits agriculteurs. Pierre Delcourt est chef de cabinet au ministère de l’Intérieur en 1936 et 1938 auprès de Roger Salengro puis de Marx Dormoy. Prisonnier politique et déporté durant la seconde guerre mondiale, il appartient dès 1942 au mouvement Libé-Nord. Il est élu conseiller de la République en mars 1948 mais décède quelques mois plus tard, alors qu’il détenait toujours les mandats de maire et de conseiller général.

Delecroix, Henri

27/10/1861 Hem

Député Lille 6 (1906-1910)

12/06/1933 Hem

Radical-socialiste

58Issu d’une famille de cultivateurs aisés, bachelier, il s’installe comme brasseur à Hem. Républicain, franc-maçon, anticlérical et attaché à la défense de l’école laïque (il est délégué cantonal), Henri Delecroix est conseiller municipal (1896) puis maire (1900-1925) de sa commune natale. Élu à la Chambre en 1906, il est tenu en échec par son adversaire socialiste dès la fin de son premier mandat parlementaire. C’est en vain qu’il brigue un nouveau siège de député, au scrutin de liste cette fois, en 1924. Retiré de la vie politique en 1925, il décède huit ans plus tard des suites d’une longue maladie.

Delelis, Jules

03/06/1827 Fouquières-les-Béthune

Député (1885-1886)

21/10/1886 Paris

Droite conservatrice

59Issu d’une famille d’agriculteurs du Béthunois, Jules Delelis se fixe à Dunkerque en 1852 après son mariage avec la fille d’un négociant de la ville. Conseiller municipal en 1855, il devient presque aussitôt adjoint au maire avant d’accéder à la direction de la municipalité de 1865 à 1870. De 1869 à 1880, il est en outre conseiller d’arrondissement de Dunkerque. Son influence locale s’accroît avec son accession à la vice-présidence, puis en 1880 à la présidence de la société d’agriculture de Dunkerque. Il préside en outre depuis 1879 la quatrième section des wateringues et contribue à l’assèchement des Moëres. En 1882, il devient vice-président de la société d’agriculture du Nord. En 1885, il est porté à la députation sur la liste conservatrice du Nord, mais son passage à la Chambre des députés est bref en raison de son décès l’année suivante.

Delesalle, Charles

Nord, puis Pas-de-Calais

16/04/1886 Lille

Député (1919-1934),

26/04/1973 Paris

puis sénateur (1934-1940)

Centre droit (républicain de gauche)

60Charles Delesalle représente le groupe des notables issus du patronat textile (son père fut président du tribunal et de la chambre de commerce de Lille, maire de cette ville de 1904 à 1919, et conseiller général de 1907 à 1913). Pourvu d’une licence ès sciences, il reprend d’abord la filature paternelle, mais quitte ensuite le Nord pour le département voisin, s’installe à Groffliers, près de Berck-sur-Mer, et s’intéresse désormais à la terre (il sera président de la fédération des sociétés d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais). Élu dans le Nord au scrutin de liste en 1919, puis dans le Pas-de-Calais au scrutin d’arrondissement en 1928 (circonscription de Montreuil), il siège sur les bancs de la Gauche radicale. Entré au Sénat à la faveur d’une élection partielle en 1934, il s’inscrit alors à la Gauche démocratique et sociale. Charles Delesalle, qui s’est distingué par sa conduite dans l’aviation durant la Grande Guerre, est sous-secrétaire d’État au ministère de l’Air en 1933-1934. Interrompue avec la seconde guerre mondiale, sa carrière politique ne reprend qu’en 1958 : élu député du Pas-de-Calais, il siège parmi les non-inscrits puis à l’Entente démocratique. Invoquant son âge, il se retire de la vie politique en 1962.

Deligne, Maurice

07/10/1861 Clary

Député Cambrai 2 (1928-1936)

11/06/1939 Clary

Radical (Gauche radicale)

61Après des études à la faculté de droit de Paris il devient avocat et entame alors une carrière dans la magistrature qui le conduit à d’importantes responsabilités aux ministères de la Justice et des Finances dans les années d’avant-guerre. Il défend ainsi en qualité de commissaire du gouvernement auprès du Parlement divers projets sur le budget et les tribunaux. Il est chargé de la préparation de la plupart des grandes réformes fiscales élaborées pendant la première guerre mondiale. Après avoir pris sa retraite en 1926, il est élu député poincariste en 1928 sous l’étiquette “Gauche radicale” et il préside le groupe parlementaire de 1930 à 1931. Il est nommé sous-secrétaire d’État à la Marine dans le premier cabinet Tardieu (1929-1930) puis ministre des Travaux publics dans les trois cabinets Laval (1931-1932), il se retire de la vie publique en 1936.

Delmotte, Gabriel

05/02/1876 Masnières

Député Cambrai 1 (1928-1932)

10/03/1950 Masnières

Centre-droit (républicain de gauche)

62Issu d’une famille de négociants de Masnières, il poursuit ses études à l’École centrale de Paris avant de devenir ingénieur des arts et manufactures. Revenu à Masnières, il s’installe comme industriel et fabrique des aliments à base de tourteaux mélassés. Membre de la chambre de commerce de Cambrai et président des clubs et sociétés sportifs de Masnières, chevalier du Mérite agricole, il se lance en politique en devenant maire de Masnières (19121941) avant de se présenter à la députation en 1928 comme républicain de gauche. Élu, il se représente en 1932 mais est battu au second tour de cette élection par son concurrent socialiste, il ne conserve alors que son mandat local.

Delourme, Clotaire

04/01/1877 Cysoing

Député (1924-1928)

07/05/1950 Hellemmes-Lille

Communiste

63Clotaire Delourme, dont les parents étaient cabaretiers, devient instituteur et s’engagea très tôt dans le combat syndical. Grièvement blessé sur le front de la Somme et mutilé de guerre, il fonde la fédération du Nord de l’Association républicaine des anciens combattants et s’engage dans le combat pacifiste. Il crée en 1920 le journal Le Prolétaire qui devient ensuite L’Enchaîné, organe du parti communiste auquel Delourme adhère dès sa création. Après avoir créé le comité pour l’adhésion à la Troisième Internationale, il est le secrétaire administratif de la fédération du Nord du PCF. Delourme est aussi secrétaire du syndicat unitaire des instituteurs. En 1924, il est élu député sous l’étiquette “Bloc ouvrier et paysan”, mais ne se représente pas en 1928 pour raison de santé.

Delsart, Léon

08/12/1883 Le Quesnoy

Député Douai 1 (1932-1936)

1969

Centre-droit (républicain de gauche)

64Après avoir mené ses études jusqu’au brevet, Léon Delsart s’installe comme agriculteur à Nomain, où il exploite une ferme d’une cinquantaine d’hectares de 1909 à 1949. Il siège à la chambre d’agriculture durant une quinzaine d’années, et il est vice-président de la société des agriculteurs de l’arrondissement de Douai. Il préside par ailleurs de nombreuses associations. Lors de la Grande Guerre, Léon Delsart est arrêté par les Allemands, puis déporté, en raison de son attitude patriotique. Conseiller municipal et maire de Nomain de 1922 à 1944, puis du Catelet (Aisne) de 1949 à 1958, Léon Delsart est élu député en 1932 contre la Gauche socialiste et communiste, sous une étiquette du type “concentration républicaine”, avec l’appui de la droite. A la Chambre, il s’attache à défendre les agriculteurs, ainsi que les mineurs de sa circonscription. Il est battu par son adversaire communiste en 1936, mais devient conseiller d’arrondissement d’Orchies en 1937. Il termine sa vie dans l’Aisne, où il s’est retiré dans la région de Saint-Quentin. Léon Delsart était titulaire de nombreuses décorations, dont la Légion d’honneur, et le Mérite agricole.

Demesmay, Louis

10/10/1876 Templeuve

Sénateur (1932-1940)

05/01/1940 Templeuve

Radical

65Né dans une famille d’agriculteurs de Templeuve, diplômé de l’École supérieure de commerce de Lille, il reprend l’exploitation familiale. Élu conseiller municipal de Templeuve en 1912, il représente le canton de Cysoing au conseil d’arrondissement (1904-1919) puis au conseil général (1919-1937). Entré au Sénat en 1932, il s’y inscrit au groupe de la Gauche démocratique, radicale et radicale-socialiste. Il est emporté par la maladie en 1940.

Depreux, Théophile

07/03/1826 Viesly

Sénateur (1895-1906)

28/05/1912 Viesly

Gauche républicaine

66Fils d’un agriculteur, maire de Viesly et conseiller d’arrondissement, Théophile Depreux appartient à une riche famille de notables républicains. Après des études juridiques à Paris, il exerce la profession d’avocat à Cambrai et il est en même temps vice-président des verreries de Fresnes, administrateur de sucreries et de domaines agricoles Il fonde en 1869 le journal Le Libéral à Cambrai, où il préside le comité républicain, à son tour il occupe le fauteuil de maire de Viesly de 1874 à 1884, puis siège au conseil municipal de Cambrai de 1884 à 1888. Il devient sénateur en 1895 au deuxième tour de l’élection partielle destinée à pourvoir au remplacement de Charles Merlin décédé. Réélu en 1904, il intervient peu en séances publiques, mais il est désigné rapporteur de la proposition de loi relative au placement des employés et des ouvriers. Il ne se représente pas à l’expiration de son second mandat. Son petit-neveu, Edouard Depreux, fut ministre sous la Quatrième République et l’un des fondateurs du PSU.

Deregnaucourt, Jules Joseph

Député (1872-1876)

28/05/1821 Roubaix

Député Lille 3 (1876)

24/04/1876 Roubaix

Gauche républicaine

67Jules Deregnaucourt est le fils d’un modeste serrurier devenu constructeur de machines. Après de brillantes études de mécanique à l’école de Châlons, il prend la direction de l’entreprise familiale qui prospère au fil des années. La fortune qu’il amasse lui permet d’investir dans le peignage des laines. Durant le Second Empire, il s’occupe peu de politique, tentant seulement, mais sans succès, une entrée au conseil municipal de Roubaix. En 1870, le gouvernement républicain le nomme membre de la commission municipale. En 1871, le fauteuil majorai lui est offert. Ami d’Achille Testelin, le chef de file républicain est révoqué en 1874. En 1872, il entre au conseil général, ainsi qu’à l’Assemblée nationale à la faveur d’une élection partielle, mais le scrutin est invalidé. Les électeurs le renvoient aussitôt au Parlement. Jules Deregnaucourt siège dans les rangs de la gauche républicaine et ne participe guère à la vie parlementaire, ce qui n’empêche pas sa réélection en 1876. Il décède en cours de mandat.

Dereuse, Eugène

13/05/1872 Lille

Député Lille 5 (1936-1942)

08/02/1953 Lomme

Socialiste (SFIO)

68Fils d’un fileur de coton, il exerça de nombreux métiers avant de reprendre à Lomme le café de ses beaux-parents. Membre du POF, il en fut le délégué au congrès national de Lille en 1896. Élu conseiller d’arrondissement du canton d’Haubourdin (1913-1919), il fut mobilisé en 1914 et combattit à Verdun avant d’emmener sa famille dans le Rhône où il fonda une section syndicale. En 1919, revenu dans le Nord, il devint maire de Lomme puis de nouveau conseiller d’arrondissement du canton d’Haubourdin de 1925 à 1934, date à laquelle il entra au conseil général. Après avoir vainement brigué les suffrages des électeurs en 1928 et 1932, il fut élu député SFIO en 1936. Il vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et à la Libération, il renonça à toute action politique.

Descat, Constantin Achille

2/05/1812 Roubaix

Député (1871-1876)

12/05/1878 Roubaix

Droite monarchiste

69La famille Descat, durant tout le XIXe siècle, s’est fortement impliquée dans la vie politique de l’agglomération lilloise. Constantin Descat et son frère aîné Théodore ont été, tous deux, députés du Nord. Un autre frère est adjoint au maire de Lille. Issu d’une famille de teinturiers et d’apprêteurs de tissus, Constantin Descat développe avec ses frères l’entreprise familiale qui obtient plusieurs récompenses lors des expositions universelles. Cette notoriété lui vaut d’ailleurs la Légion d’honneur en 1855. Cette même année, il entre au conseil municipal. Adjoint au maire de Roubaix en 1860, il est élu au conseil général. Nommé maire de Roubaix en 1867, il est révoqué de ce poste en 1871 mais occupe de nouveau le fauteuil majorai de 1874 à 1876. Les électeurs le portent, en 1871, à l’Assemblée nationale. Il siège au Centre-droit, fait partie de nombreuses commissions mais intervient très peu dans le débat parlementaire. Il échoue lors des élections de 1876 et décède peu après.

Deshayes de Marcère, Émile

Député (1871-1875)

16/06/1828 Domfront (61)

Sénateur inamovible

26/04/1918 Messei (61)

Centre-gauche puis Centre-droit

70Émile Deshayes de Marcère est originaire d’une famille de la noblesse normande de fortune moyenne. Il fait carrière dans la magistrature sous le Second Empire bien que suspecté pour ses idées libérales. Il se rallie en 1870 à une République qu’il souhaite conservatrice et il est élu représentant sur la liste conservatrice grâce à ses appuis parmi les monarchistes. Il est l’un des fondateurs du Centre-gauche et prend une part importante à l’élaboration des lois constitutionnelles de 1875. En 1876 il est élu à la Chambre et devient sous-secrétaire d’État puis ministre de l’Intérieur dans le cabinet Dufaure. Il préside le Centre-gauche en 1877 et participe à la rédaction du manifeste des 363 contre le renvoi de Jules Simon le 16 mai. Après sa réélection, il retrouve le ministère de l’Intérieur et il est peut-être l’auteur du message de capitulation de Mac-Mahon en décembre 1877. Il démissionne en 1879 à la suite d’une interpellation à la Chambre mais en 1884, il est élu sénateur inamovible et prend la présidence du Centre-gauche au Sénat. En 1884, il participe activement à la révision constitutionnelle et à la loi municipale. Déçu par l’instabilité gouvernementale, il prend ses distances avec le personnel politique à la fin du XIXe siècle et s’engage dans le combat anti-dreyfusard. Il multiplie les initiatives : fondation de la Ligue nationale républicaine de décentralisation, de la Fédération des contribuables, adhésion à la ligue de la Patrie française dont il prend la présidence en 1905. Il siège désormais au Centre-droit. De Marcère était le dernier sénateur inamovible au moment de sa mort en 1918.

Desmoutier(s), Charles

Député (1848-1849)

30/01/1810 Coutiches

Député Cambrai 1 (1876-1877)

10/03/1902 Raimbeaucourt

Député Douai 2 (1881-1885)

Centre-gauche

71Grand notable nordiste, Charles Desmoutiers est allié aux plus prestigieuses dynasties politiques de la région. Cousin du député Géry Heddebault, il est le beau-frère du député Hyacinthe Corne. Apparenté à la dynastie conservatrice des des Rotours, il appartient également à la famille des élus républicains Legrand. Le milieu familial se compose donc d’une pépinière d’élus et cette solide assise politique est bâtie sur une tout aussi solide base économique. Charles Desmoutier possède une importante fortune terrienne dont les bénéfices sont investis dans une florissante entreprise de raffinage de sucre. Élu conseiller général en 1848, il entre la même année à l’Assemblée constituante. Républicain modéré, il ne retrouve pas son mandat lors de l’élection suivante. Adversaire de l’Empire, il ne retourne au Parlement qu’en 1876, siège parmi les élus du Centre-gauche et n’exerce qu’une activité législative peu soutenue. Battu en 1877, il retrouve la faveur des électeurs en 1881. Son activité reste aussi faible. Il se représente vainement aux élections de 1885 et aux élections partielles de 1888 puis quitte la scène politique.

Desoblin, Augustin

Député (1924-1928)

26/07/1873 Beaudignies

Député Avesnes 2 (1928-1932)

09/06/1956 Aulnoye

Communiste

72Cheminot, il fut animateur de la grève du dépôt d’Aulnoye en 1910, ce qui lui valut d’être licencié. Il exerça alors divers métiers, notamment représentant en vins, en ciment et agent d’assurances. Militant SFIO depuis 1910, il fit partie de ceux qui créèrent le Réveil ouvrier et fonda également plusieurs coopératives ouvrières. La guerre lui permit d’être réintégré dans ses fonctions par la compagnie du Nord en 1916 ; il dépendait alors du dépôt de Rouen, ce qui lui donna la possibilité de reconstituer le syndicat des cheminots de Rouennord puis de devenir secrétaire général de l’union des syndicats CGT du réseau-nord. Élu conseiller municipal d’Aulnoye en 1919, il rallia le PC lors de la scission de 1920 et continua sa carrière syndicale tandis qu’il échouait aux élections cantonales en 1921 et 1922. En 1924, il fut élu député et abandonna toutes ses fonctions syndicales. Parlementaire actif, il intervint fréquemment à la tribune notamment lors des débats budgétaires et fut à l’origine de trois propositions de lois relatives aux conditions de travail et aux retraites des cheminots et des ouvriers mineurs. A la suite de dissensions avec la direction du PC en 1931, il en fut exclu en 1932 et dut subir, la même année, un échec lors du renouvellement de son mandat. Il tenta alors de développer le Parti d’unité prolétarienne (parti qui fusionna avec la SFIO en 1936). Il quitta la scène politique après l’époque du Front populaire.

Desprez (dit Desprez-Potié), Victor

26/09/1887 Cappelle-en-Pévèle

Député Lille 6 (1932-1936)

15/11/1954 Cappelle-en-Pévèle

Radical indépendant

73Victor Desprez appartient à une famille liée à la terre depuis plusieurs générations ; gendre du sénateur Auguste Potié, il est aussi le beau-frère du sénateur Louis Demesmay. Ayant complété sa formation secondaire par un enseignement en chimie, il se consacre à la brasserie ainsi qu’à la sélection des semences. Maire de sa commune natale de 1925 à la fin de la seconde guerre mondiale (il a succédé dans ces fonctions à son frère), il représente le canton de Cysoing au conseil d’arrondissement de Lille de 1929 à 1940. Élu député en 1932, Victor Desprez s’inscrit à la Gauche radicale, et s’attache surtout à défendre à la Chambre les intérêts agricoles. Il est tenu en échec par le candidat socialiste en 1936.

Détailleur, Henri

22/11/1890 Wasquehal

Député Lille 8 (1932-1936)

7406/08/1958 Wasquehal Centre-droit (républicain de gauche) Fils d’un employé, il exerce lui-même cette profession, mais sera aussi cafetier, puis représentant de commerce. Conseiller municipal (1919) puis maire (de 1921 à la Libération) de sa ville natale, conseiller d’arrondissement de Roubaix-ouest (1928-1931), Henri Détailleur est élu député en 1928 en se réclamant du poincarisme et de l’union nationale. Il ne brigue pas de second mandat en 1932, pour mieux se consacrer à l’administration de sa commune. Il se retire de la vie politique à la fin de la seconde guerre mondiale.

Deudon, Maurice

10/06/1889 Haussy

Député Avesnes 2 (1932-1940)

05/04/1969 Sarlat (24)

Républicain socialiste puis SFIO

75Issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie, il poursuit ses études aux lycées de Valenciennes et de Lille avant d’entreprendre des études de médecine à la faculté de Lille. Fait prisonnier de guerre à Verdun (de février à octobre 1916, date à laquelle il s’évade), il obtient son doctorat en médecine en 1919 et s’installe à Maubeuge dont il devient maire en 1929. Élu député de la seconde circonscription d’Avesnes en 1932, il adopte l’étiquette de républicain socialiste puis de socialiste en 1936 lors de sa réélection. Devenu conseiller général du canton de Maubeuge sud en 1937, il abandonne tous ses mandats en 1940.

Dewez, Sulpice

30/09/1904 Villers-Outréaux

Député Valenciennes 3 (1932-1940)

03/03/1974 Gonesse (95)

Communiste

76Sulpice Dewez, né d’un père mineur, fut tour à tour ouvrier, savetier et menuisier. Gagné aux idées socialistes sous l’influence de son oncle maternel, il adhère dès 1920 au comité pour la Troisième Internationale. Après en avoir été membre, il est secrétaire des jeunesses communistes en 1926. Devenu chômeur lors de la crise de 1929, il se charge de l’organisation des comités de chômeurs de la vallée de l’Escaut à partir de 1931. En 1932, il est élu député et en 1934 conseiller général de Valenciennes-sud. Il rompt avec le parti communiste lors du pacte germano-soviétique en 1939 et rejoint l’Union populaire française formée de députés communistes en rupture avec leur parti (comme Lucien Raux). Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et certains journaux collaborationnistes essayent d’utiliser son nom. Résistant, déporté à Buchenwald, il est toutefois malmené par ses anciens camarades après la guerre et s’installe en région parisienne. Il crée la Confédération des syndicats libres dont il assure le secrétariat et qui se caractérise par son anticommunisme. Il devient administrateur de la Caisse primaire centrale de la Sécurité sociale de la région parisienne. Il est nommé membre du Conseil économique et social où il siège de 1951 à 1959.

Dubled, Gustave

21/04/1864 Fiers (auj. Villeneuve d’Ascq)

Député Lille 6 (1910-1916)

29/08/1916 Charenton (94)

Socialiste (SFIO)

77Fils d’un couple d’ouvriers de filature, Gustave Dubled doit entrer très jeune dans la vie active, avant même d’avoir terminé ses études primaires. Sa ténacité lui permet bientôt d’échapper à l’usine pour s’installer comme teinturier apprêteur. C’est vers 1890 qu’il se tourne, d’un même mouvement, vers l’action syndicale (dans le textile) et vers l’action politique (en adhérant au POF). Conseiller municipal (1904) puis adjoint au maire (1908) à Wasquehal (où il a fondé une coopérative de boucherie), Gustave Dubled est élu conseiller d’arrondissement de Roubaix-ouest en 1907 (et le restera jusqu’à son décès). Elu à la Chambre à deux reprises (1910 et 1914), il y intervient peu.

Dubois, Émile

Député Douai 2 (1889-1897)

21/08/1839 Douai

Sénateur (1897-1905)

23/02/1905 Douai

Opportuniste (Gauche républicaine)

78Fils d’un fabricant de chandelles, Émile Dubois fit ses études secondaires au lycée de Douai et ses études supérieures à Paris où il étudia le droit et revint s’installer dans sa ville natale pour y exercer la profession de notaire. Il a sans doute des attaches foncières car il appartient à la société des agriculteurs du Nord et il est par ailleurs élu conseiller général pour le canton de Marchiennes. En 1884 il est secrétaire du conseil général dont il devient président de 1894 à 1898. À cette date, il est député, ayant facilement conquis la seconde circonscription de Douai. Il abandonne son mandat en 1897pour entrer au Sénat où il siège jusqu’à son décès.

Dumont, Alfred

17/08/1845 Dunkerque

Député (1910-1914)

27/07/1915 Paris

Droite (Républicain libéral)

79Issu d’une famille d’huissiers dunkerquois, Alfred Dumont se destine au barreau et devient bâtonnier de l’ordre. Conseiller municipal de Dunkerque depuis 1884, il est ensuite maire de 1893 à 1908 et conseiller général de 1907 à 1913. Député de 1910 à 1914, son activité parlementaire porte surtout sur les problèmes de la marine, des mines et de la réforme judiciaire. Battu en 1914 par le candidat radical Defossé, il se retire de la vie politique et meurt à Paris l’année suivante.

Dupont, Alfred Mathieu

Charles Joseph

7/08/1813 Douai

Député (1872-1876)

12/09/1887 Aubigny (18)

Monarchiste (Centre-droit)

80Alfred Dupont appartient à une vieille famille douaisienne de notables de robe engagés dans la vie politique locale. L’aïeul est avocat au Parlement de Flandre. Le père est de nombreuses fois bâtonnier de l’ordre des avocats. Alfred Dupont est, par ailleurs, le cousin de Charles Louis Dupont, fondateur de la banque du même nom. La famille possède une importante fortune et Alfred Dupont dirige le conseil d’administration des mines de Courrières. Il occupe également le poste de vice-président du Comité des houillères du Nord et du Pas-de-Calais. Après avoir effectué des études de droit à Paris, Alfred Dupont s’installe à Douai comme avocat et occupe pendant un long moment la charge de bâtonnier des avocats. Catholique militant, il prend part à l’organisation de la société locale de secours mutuels. Élu conseiller général, il se présente avec succès à la députation en 1872. Il participe activement à la vie parlementaire, s’implique sur de nombreux sujets, mais ne sollicite pas le renouvellement de son mandat.

Dupré, Léandre

20/01/1871 Béthune

Député Lille 8 (1932-1940)

12/05/1951 Roubaix

Socialiste (SFIO)

81Fils d’un cultivateur, mais orphelin de père très jeune, Léandre Dupré est élevé par son beau-père, professeur très anticlérical. Après des études supérieures à Lille, il s’installe en 1899 à Roubaix où il va exercer la profession de docteur en médecine pendant un demi-siècle. Adjoint au maire de 1912 à sa mort, auprès de Jean Lebas puis de Victor Provo, il est administrateur des hospices de Roubaix, délégué cantonal, et militant de la Ligue des droits de l’homme. Très actif, Léandre Dupré s’occupe en particulier de nombreuses œuvres dans le domaine scolaire et sanitaire. Pris comme otage en 1914-1918 et déporté à Gustrow, il s’embarque en 1940 à bord du Massilia, mais rentre en métropole quelques semaines plus tard ; il est bientôt démis d’office de ses fonctions d’adjoint en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie (il fut initié en 1892 dans la loge “La Fidélité” de Lille). Réintégré à la Libération, il retrouve son poste d’adjoint et le conserve jusqu’à son décès. Léandre Dupré ne brigue cependant pas d’autre mandat parlementaire. Il est élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur en 1947.

Durre, Henri

Député Valenciennes 2 (1906-1910)

15/09/1867 Maubeuge

et (1914-1918)

28/10/1918 Anzin

Socialiste (SFIO)

82Fils d’un marchand mais orphelin de père à deux ans, Henri Durre est, à 18 ans, employé de commerce à Maubeuge puis en Belgique, avant de devenir représentant de commerce. Il participe à la création du parti socialiste à Valenciennes (il le représente dans différents congrès) et prête régulièrement sa plume à L’Avenir du Valenciennois. Libre-penseur, il est initié dans la toute jeune loge des “Égaux” de Valenciennes en 1898. Conseiller municipal dans cette même ville en 1901, et conseiller d’arrondissement (1901-1907), il représente le canton de Valenciennes-nord au conseil général de 1910 à son décès. Il est secrétaire de l’assemblée départementale à partir de 1913. Candidat aux législatives de 1902, il est conduit à se désister pour le candidat radical Ferdinand Lepez, ainsi élu, mais qui en fait de même à son égard en 1906, lui ouvrant les portes du Palais-Bourbon. Il doit cependant s’effacer devant Émile Davaine en 1910, avant d’être réélu député en 1914 dès le premier tour. Henri Durre siège notamment à la commission des mines lors de son premier mandat. Pacifiste convaincu et partisan d’un rapprochement franco-allemand (il avait épousé une Allemande), mais hostile à l’antipatriotisme, Henri Durre est atteint par une balle ennemie quelques jours avant la fin du conflit alors qu’il rendait visite aux populations de sa circonscription en compagnie de quelques élus socialistes, à la Croix d’Anzin, aux confins d’Amin et de Valenciennes.

Dutilleul, Jules Florentin

15/03/1837 Lille

Sénateur (1879-1883)

16/08/1883 Lille

Centre gauche

83Jules Dutilleul appartient à une famille d’élus républicains. Le père, propriétaire d’une importante brasserie lilloise joue un rôle important dans le mouvement des idées qui se développe peu avant 1848. Grâce à son mariage, il entre dans la famille des influents députés et sénateurs républicains Testelin et Merlin. Succédant à son père à la tête de l’entreprise familiale, Jules Dutilleul en perfectionne les procédés de fabrication. Il participe à la guerre de 1870, puis se fait élire conseiller général, au lendemain de la guerre. En 1874, il entre au conseil municipal de Lille et, en 1878, on lui offre le fauteuil majorai (1878-1881). Élu sénateur du Nord en janvier 1879, il siège au Centre-gauche, parmi les républicains, et décède à mi-mandat.

Eliez-évrard, Évrard

Député Avesnes 3 (1889-1906)

04/12/1843 Berlaimont

Sénateur (1906-1908)

16/03/1932 Berlaimont

Radical

84Fils d’un notaire de Berlaimont, il reprit l’étude paternelle. Maire de Berlaimont de 1878 à 1908, il représenta le même canton de Berlaimont au conseil général de 1880 à 1906. De 1889 à 1906, il siégea, sous l’étiquette radicale, à la Chambre des députés où il fut membre de la commission des douanes, puis il fut devenir sénateur, de 1906 à 1908.

Escoffier, Léon

31/07/1877 Sin le Noble

Député (1919-1928)

16/12/1934 Douai

Socialiste autonome puis SFIO

85Léon Escoffier, fils d’un avocat du barreau de Douai, reprend la profession paternelle et exerce à la Cour d’appel. Il s’engage dès sa jeunesse dans le mouvement socialiste, appartenant au mouvement de Lagardelle. En 1900, il participe à la fondation de la fédération autonome socialiste du Nord où il assure des responsabilités. Il rejoint la SFIO après 1905. Conseiller municipal de Douai depuis 1904, il conquiert la mairie en 1924. À cette date, Il est député du Nord depuis 1919 mais le retour au scrutin d’arrondissement en 1928 marque son échec et il se retire après le premier tour étant devancé par le candidat communiste.

Faidherbe, Louis Léon César

Député (1871)

3/06/1818 Lille

Sénateur (1879-1888)

28/09/1889 Paris

Gauche Républicaine

86Louis Faidherbe est issu d’un milieu de modeste bourgeoisie commerçante. Le père, fabricant en bonneterie, jouit d’une certaine notoriété en tant que capitaine de la garde nationale. Après de brillantes études à l’École polytechnique, Faidherbe est affecté en Algérie puis au Sénégal. En 1854, on lui confie le poste de gouverneur du Sénégal. Homme de guerre et administrateur avisé, il y laisse un vif souvenir et publie plusieurs ouvrages d’ethnographie locale. Dès 1860, sa santé s’altère tandis que divers postes de commandement lui sont confiés en Algérie et au Sénégal. Lors de la guerre de 1870, Gambetta lui demande de prendre le commandement de l’armée du Nord. Il livre plusieurs combats victorieux ou indécis (Bapaume) à la tête de cette armée. Élu député à plusieurs reprises en 1871, et dans plusieurs départements (Nord, Pas-de-Calais, Somme), il opte finalement pour le Nord, mais démissionne presque aussitôt. Porté presque en même temps au conseil général du Nord, il siège dans les rangs républicains dont il est l’une des figures marquantes. Après un échec en 1876, il entre au Sénat en 1879. Sa santé est chancelante et son activité législative faible. Louis Faidherbe, qui figure parmi les membres de l’Institut, devient, à partir de 1880, grand chancelier de la Légion d’honneur.

Faure, René

22/05/1882 Lille

Député Hazebrouck 1 (1928-1936)

21/03/1954 Oxelaëre

Droite (Indépendant)

87Fils d’un riche industriel, René Faure (de la Vaulx) obtient les licences de lettres et de droit au terme de ses études aux facultés catholiques de Lille. Installé comme propriétaire-exploitant à Oxelaëre, au pied du mont Cassel, il participe à de nombreuses organisations agricoles, mais aussi à plusieurs associations locales, s’intéressant en particulier à la défense des victimes de guerre et des familles nombreuses. Grièvement blessé lors de la Grande Guerre, dont il revient mutilé, René Faure est décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur. Élu en 1919 conseiller municipal et maire d’Oxelaëre, ainsi que conseiller d’arrondissement pour le canton de Cassel, il représente ce même canton au conseil général de 1925 à 1937. Entré au Palais-Bourbon en 1928, il y siège parmi les “indépendants”, et intervient notamment sur les questions économiques, surtout l’agriculture, ainsi que pour la défense des familles nombreuses. Il se retire sur un échec aux élections législatives de 1936.

Fiévet, Édouard

05/03/1817 Masny (59)

Sénateur (1885-1888)

13/04/1893 Sin-le-Noble (59)

Droite conservatrice

88Édouard Fiévet doit sa brève carrière de parlementaire à son appartenance à une riche famille de grands propriétaires bien implantés dans le Douaisis. Son père fut maire de Masny et conseiller d’arrondissement de Douai-sud. Après sa mort, il s’associe à son frère aîné pour exploiter le domaine familial et développer la production de sucre de betteraves. Il a aussi deux autres frères, l’un conseiller à la Cour de Douai et l’autre colonel d’artillerie tué au siège de Strasbourg en 1870. Après une brève expérience de maire de Sin-le-Noble sous le Second Empire, interrompu par un soutien imprudent à un candidat d’opposition, il succède à son frère aîné au conseil général du Nord en 1877, puis à la mairie de Masny en 1881 avant d’être élu sénateur en 1885 comme porte-parole de l’opposition protectionniste irritée par le renouvellement des traités de commerce en 1881. Il ne se représente pas en 1888.

Fiévet, Eugène

17/02/1867 Caudry

Député Cambrai 2 (1906-1910)

30/04/1910 Caudry

Socialiste (SFIO)

89Issu du milieu ouvrier de Caudry - son père, tulliste, meurt quand il a 5 ans - Eugène Fiévet quitte l’école dès l’âge de 10 ans pour l’usine. Il est successivement ouvrier tulliste, débitant de boissons, puis marchand de chaussures (après 1898). Il participe à la fondation du syndicat de tullistes de Caudry et à la création de la Confédération internationale des ouvriers tullistes (1900-1902) ; il est également membre du comité de surveillance de la coopérative “La Caudrésienne”. Libre-penseur, il appartient à la société “Justice et Liberté” de Caudry, cité dont il est maire de 1896 à 1910. En 1906, il devient député et décède en cours de mandat.

Fournier, Casimir

19/02/1826 Le Quesnoy

Sénateur (1879-1887)

20/03/1887 Paris

Opportuniste (Gauche Républicaine)

90Fils d’un receveur des douanes, Casimir Fournier est très vite orphelin. Docteur en droit, il exerce son activité professionnelle dans la capitale. Avocat à la Cour de cassation et au Conseil d’État, il est choisi comme chef de cabinet par les ministres de l’Intérieur Hérold, Picard et Lambrecht (1870-1871). Le gouvernement le nomme directeur du service de l’Algérie et conseiller d’État en service extraordinaire, poste dont il est révoqué à la chute de Thiers en mai 1873). Après un échec aux sénatoriales de 1876, il est envoyé au Sénat en janvier 1879 par le département du Nord. Casimir Fournier siège dans les rangs de la Gauche républicaine, dont il devient le président. Il participe, à plusieurs reprises, à l’importante commission des Finances du Sénat et décède en cours de mandat.

Gavrian Le, Paul

28/02/1832 Meung-sur-Loire

Député Lille 3 (1885-1898)

11/08/1911 Versailles

Monarchiste rallié

91Paul Le Gavrian est le fils d’un industriel lillois fondateur en 1836 d’une entreprise de construction de machines à vapeur. Après des études à l’École centrale des arts et manufactures de Paris, il lui succède à la direction, modernise les installations par l’introduction du procédé “Carliss”. Il accède à la vice-présidence de la chambre de commerce de Lille et préside le cercle “L’Avenir du Nord”. Il acquiert en même temps la réputation de patron social par la fondation d’œuvres diverses. Il cède en 1882 l’entreprise à ses ouvriers. En 1885, il est élu député conservateur du Nord et il est réélu en 1889 et 1893 dans la troisième circonscription de Lille. Il accepte le Ralliement, siège au groupe de la Droite constitutionnelle et se retire de la vie politique pour raisons de santé en 1898.

Gernez, Raymond

27/11/1906 Avesnes-les-Aubert (59)

Député Cambrai 1 1936-1940

14/02/1991 Cambrai (59)

Socialiste (SFIO)

92Issu d’une famille de teinturiers dégraisseurs du Cambrésis, Raymond Gernez devint ébéniste après des études à l’École pratique d’Haubourdin. Il fut par la suite marchand forain. Dès 1922, il adhère aux Jeunesses socialistes, prend ensuite la direction de la section locale SFIO (1928) d’Avesnes-les-Aubert ; en 1935 il accède à la commission administrative fédérale. Le Front populaire le porte à la députation et en 1937, il devient président du conseil d’arrondissement de Cambrai, où il siège depuis 1932. Il vote en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain mais son engagement actif dans la Résistance lui vaut d’être réintégré dans le parti à la Libération. Il devient alors maire de Cambrai (1945-1977), conseiller général du Nord pour le canton de Cambrai-ouest et retrouve son siège de député. Il fut réélu sans interruption à l’Assemblée nationale jusqu’en 1973.

Ghesquière, Henri

28/08/1863 Lille

Député Lille 2 (1906-1918)

01/09/1918 Lille

Socialiste (SFIO)

93Henri Ghesquière eut pour parents des ouvriers du textile lillois. Il fut lui-même ouvrier fileur, puis colporteur de journaux après son licenciement et enfin cabaretier. Autodidacte, il milite très tôt au groupe d’études sociales “l’Égalité” et fonde la section lilloise du Parti ouvrier français où il détient ensuite des responsabilités importantes comme celle de secrétaire général du comité fédéral du Nord. Il collabore à la rédaction de nombreux journaux ou revues socialistes. En 1895, il est élu conseiller général du Nord et l’année suivante conseiller municipal et adjoint au maire de Lille. Sa carrière politique est couronnée par la députation et il joue un rôle actif pour promouvoir la législation sociale. Otage pendant la guerre, il meurt des suites de sa captivité.

Giard, Alfred

8/08/1846 Valenciennes

Député Valenciennes 1 (1882-1885)

8/08/1908 Orsay (91)

Radical

94Alfred Giard est issu du milieu de la bourgeoisie valenciennoise, négociante et catholique. Apparenté au sénateur Henri Wallon, il figure également dans la parentèle directe des libraires Giard. Après des études au lycée de Douai, il est reçu brillamment à l’École normale supérieure. En 1869, il se présente avec succès à trois différentes licences scientifiques. En 1872, il est reçu docteur en sciences naturelles. Tout d’abord préparateur à l’École des hautes études, il revient ensuite dans le Nord puis fonde le laboratoire de Wimereux. Il enseigne l’histoire naturelle et la zoologie aux facultés des sciences et de médecine de Lille jusqu’en 1887, date à laquelle il est nommé maître de conférences à l’École normale supérieure. Libre-penseur et franc-maçon, il développe en France les théories de Darwin sur l’évolutionnisme. Le conseil municipal de Paris crée à son intention un poste de chargé de cours sur l’évolution des êtres organisés. Il poursuit alors une brillante carrière scientifique et atteint une renommée internationale. Sa carrière politique semble être une parenthèse dans sa vie. Conseiller municipal de Lille, il est battu aux élections législatives de 1881 alors qu’il se présente sous l’étiquette radicale. Il a plus de chance en 1882 lors d’une partielle à Valenciennes et se situe alors à l’extrême-gauche de l’échiquier politique. Son activité législative est moyenne. Giard connaît une éphémère gloire politique, en 1884, lors de ses deux interpellations durant les grandes grèves minières d’Anzin. Lors du renouvellement de 1885, il est battu et quitte la scène politique. À la fin du siècle, on le retrouve antidreyfusard en raison de ses convictions nationalistes. En 1892, il a épousé l’une de ses assistantes de confession protestante. Les trois enfants du couple sont tous décédés très jeunes.

Girard, Alfred Louis Joseph

Député Valenciennes 2 (1878-1885)

21/08/1837 Valenciennes

Sénateur (1887-1910)

25/09/1910 Paris

Opportuniste (Union républicaine)

95Alfred Girard appartient à la grande bourgeoisie valenciennoise et compte, dans sa proche famille, plusieurs parlementaires dont le député bonapartiste Léon Renard. Petit-fils de magistrat et fils d’avocat, c’est tout naturellement qu’Alfred Girard prépare, à Paris, une thèse de droit. Reçu docteur en droit, il exerce d’abord ses talents oratoires dans la capitale et fréquente les milieux républicains. De retour à Valenciennes, il s’inscrit au barreau de la ville et jouit d’une importante clientèle. En 1870, ses opinions républicaines lui valent d’être l’éphémère sous-préfet de l’arrondissement, mais il choisit alors de s’engager dans l’armée. Promu capitaine, il se présente, sans succès, sur la liste républicaine du Nord aux élections de 1871 puis reprend sa profession d’avocat. Battu lors des scrutins de 1876 et 1877 par son parent Léon Renard, il lui succède, en 1878, à la faveur de l’élection partielle qui suit l’invalidation de ce dernier. Réélu en 1881, il subit, en 1885, l’échec de la liste républicaine. En 1887, il entre au Sénat et y siège jusqu’à son décès. Alors qu’à la Chambre des députés, son activité législative était assez importante, elle devient faible dès son accession à la haute assemblée. Alfred Girard s’est intéressé plus particulièrement aux questions commerciales, douanières et juridiques. Il décède au cours de son dernier mandat.

Giroud, Casimir

3/01/1811 Auch (32)

Député Douai 1 (1879-1885)

30/08/1896 Douai

Opportuniste (Gauche républicaine)

96Né à Auch, fils d’un ancien sous-officier de la République et de l’Empire, Casimir Giroud est élevé dans le culte républicain. À 18 ans, il s’engage dans l’armée et entre en garnison à Douai. Une solide rumeur prétend qu’il en démissionne en raison de ses opinions républicaines. Instituteur à Douai, il devient rapidement directeur de l’école communale. Nommé directeur de l’École normale d’instituteurs de Douai, il est muté à Caen puis à Cahors. Il démissionne alors de ses fonctions et crée une très modeste entreprise de raffinage de sucre et de distillation d’alcools. Devenu président de la chambre de commerce de Douai, il est choisi comme sous-directeur de la section française aux expositions universelles de 1878, 1882 et 1889. En 1892, il est nommé officier de la Légion d’honneur. En 1871, il échoue dans sa tentative d’être élu député, mais en 1874, il entre au conseil général et en 1875, le conseil municipal de Douai lui ouvre ses portes. En 1879, il est élu député et participe activement à la vie parlementaire. Après son échec en 1885, il se retire de la scène politique nationale et continue de participer à la gestion communale.

Goniaux (dit GOGNAUD), Charles

Député (1906-1932), Douai 1 (1906-1914)

10/06/1870 Douai (hameau de Dorignies)

et (1928-1932)

17/01/1960 Douai

Socialiste (SFIO)

97Fils d’un mineur (chef de carreau aux mines de l’Escarpelle), Charles Goniaux quitte l’école dès l’âge de 9 ans : porte-bouteilles dans une verrerie, il complète son instruction en fréquentant les cours du soir après une longue journée de travail. Il descend à la mine à 12 ans et ne quittera ce métier qu’une fois devenu permanent syndical. Secrétaire du syndicat des mineurs d’Aniche en 1890 (il n’a que 18 ans), puis de Dorignies (Douai) de 1894 à 1906, il préside le syndicat des mineurs du Nord de 1900 à 1926 avant d’en devenir le président honoraire. Libre-penseur, délégué cantonal, Charles Goniaux est aussi secrétaire de la coopérative “La Renaissance”. Membre du Parti ouvrier français (1896), puis socialiste indépendant (vers 1900), il rejoint ensuite la SFIO. Entré au conseil municipal de Douai en 1904, il y reste jusqu’en 1935. L’engagement syndical précède donc chez lui, comme chez tant d’autres militants ouvriers, l’engagement politique. Élu au Palais-Bourbon en 1906, Charles Goniaux y siége de longues années, en traversant avec succès les changements de mode de scrutin. Il est notamment le promoteur de la grande loi de 1910 sur les retraites ouvrières. Son échec en 1932 face à Léon Delsart (Centre-droit) met un terme à sa carrière parlementaire (alors qu’il avait tenté vainement de se faire élire au Sénat à plusieurs reprises dans les années 1920 et 1930).

Grange de La, Alexis

4/04/1825 Douai

Député (1871-1876)

11/02/1917 Sebourg

Député d’Hazebrouck I (1877-1881)

Droite monarchiste

98Fils de député, Alexis de La Grange appartient au milieu aristocratique. Un ancêtre figure parmi les membres de l’équipe qui découvre les mines d’Anzin. Le père est élevé au rang de baron sous la Restauration. Ancien élève de l’École polytechnique, Alexis de La Grange s’engage dans l’artillerie de marine, mais démissionne rapidement. Riche propriétaire terrien, il siège, comme son cousin Félix Lambrecht, au conseil d’administration des mines d’Anzin. Élu à l’Assemblée nationale de 1871, Alexis de La Grange figure dans les rangs de la droite légitimiste et fait partie de la Réunion des réservoirs. Son activité parlementaire est très réduite et lors du renouvellement de 1876, il est battu. En 1877, il connaît un sort meilleur. Après son échec de 1881, il se retire de la vie politique.

Grange de La, Amaury

31/03/1888 Paris

Sénateur (1930-1940)

10/06/1953 Morbecque

Centre droit (Union républicaine)

99Après des études à Versailles et l’obtention de la licence en droit, le jeune baron Amaury de La Grange se distingue par une brillante conduite durant la guerre de 1914-1918, dans l’aviation militaire française, et dans celle des États-Unis, qu’il contribue à créer (il est décoré des Croix de guerre française et américaine et de la Distinguished Service Medal). Il est fait chevalier de la Légion d’honneur au lendemain du conflit, puis officier en 1939. Il continue à suivre de près les questions touchant au développement de l’aviation, dans les domaines militaire et civil. Propriétaire à La Motte-au-Bois (Morbecque), près d’Hazebrouck, il s’intéresse aussi aux problèmes de la terre : président de l’union des syndicats agricoles de l’arrondissement d’Hazebrouck, il est également membre de la chambre d’agriculture du Nord. Renouant avec la tradition familiale, il se tourne vers la politique dès le lendemain de la Grande Guerre, en devenant en 1919 conseiller municipal de Morbecque et conseiller général du canton d’Hazebrouck-sud (il conserve ces deux mandats jusqu’à la seconde guerre mondiale). Élu au Sénat sous la bannière de la “Concentration républicaine” (regroupant les Centres gauche et droit), il y siège au groupe de l’Union républicaine. Vice-président de la commission de l’Air, président de l’Aéroclub de France (1937), il entre dans le gouvernement Paul Reynaud (mars à mai 1940) comme sous-secrétaire d’État au Commerce et à l’Industrie.

Groussau, Constant

17/06/1851 La Jarrie (17)

Député Lille 9 (1902-1936)

12/10/1936 Versailles

Droite (Républicain libéral)

100Originaire de la Charente-Maritime et issu d’un milieu modeste, Constant Groussau a fait des études juridiques à la faculté de Paris consacrées par un doctorat en 1874. On lui confie, dès la naissance des facultés catholiques de Lille, une chaire de droit administratif, il exerce rapidement une grande influence, mettant au service de la défense religieuse ses qualités de jurisconsulte. Il fonde en 1893 la Revue administrative du culte catholique. Poussé par ses anciens élèves, après le vote de la loi de 1901, il est élu député de Tourcoing. Il combat à la Chambre la législation anticléricale du bloc des gauches, plaide la cause des congrégations dans divers procès, et se range dans le camp des intransigeants, au point d’être accusé d’avoir pesé sur la décision pontificale de refuser les associations cultuelles après le vote de la Séparation. Il est nommé au comité directeur de l’Action libérale populaire dont il critique la dissolution en 1919. Après la première guerre mondiale, il joue un rôle important à la commission des régions libérées dont il assure la présidence de 1918 à sa mort, se forgeant parallèlement à son image d’un champion de l’Église, celle d’un défenseur des intérêts régionaux.

Guillain, Antoine Florent

07/02/1844 Paris

Député Dunkerque 1 (1896-1910)

09/09/1915 Paris

Progressiste (Centre-droit)

101Issu d’une famille de moyenne bourgeoisie et gendre d’A. Carlier, président de la chambre de commerce de Dunkerque, il fit une brillante carrière dans les Travaux publics après être passé par Polytechnique et les Ponts-et-Chaussées. Sa carrière politique fut tardive mais fulgurante : conseiller général du Nord en 1894, député de la première circonscription de Dunkerque en 1896 (après le décès d’Henri Jung) sous l’étiquette opportuniste, ministre des Colonies dans le cabinet Dupuy (1898-1899). L’avènement du bloc des gauches l’éloigna ensuite du pouvoir, mais cet élu du Centre-droit fut tout de même vice-président de la Chambre de 1902 à 1906. Il prit une part active à la discussion de la loi sur la marine marchande et de divers projets concernant le trafic portuaire. Président du comité du Maroc, Censeur de la banque de France, il se retira de la vie politique en 1910.

Guillemin, Ernest

19/12/1828 Avesnes-sur-Helpe

Député Avesnes 1 (1876-1885)

12/09/1885 Avesnes-sur-Helpe

Opportuniste (Gauche républicaine)

102Ernest Guillemin est issu d’une famille de notables locaux, fortement impliqués dans la vie politique locale. L’aïeul est maire de Maubeuge et le père jouit de sa notoriété d’avocat. Ernest Guillemin suit la voie paternelle et, après des études de droit à Paris, obtient un doctorat. Il embrasse alors la carrière d’avocat. Son hostilité à l’Empire lui vaut une incarcération d’un mois à la prison de Valenciennes. En 1869, son prestige contribue à sa désignation comme bâtonnier de l’ordre des avocats d’Avesnes. Républicain sous l’Empire, il est choisi comme sous-préfet d’Avesnes à la chute du régime. Battu au scrutin législatif de 1869, il échoue également en 1871, mais entre au conseil général la même année. Les élections législatives de 1876 lui sont favorables et les électeurs lui renouvellent leur confiance en 1877 et 1881. Ernest Guillemin siège dans les rangs de la Gauche républicaine, participe modérément à la vie parlementaire et décède en cours de mandat.

Guillemin, Léon

09/12/1859 Avesnes-sur-Helpe

Député Avesnes 1 (1890-1899)

22/03/1899 Paris

Opportuniste

103Fils d’Ernest Guillemin, député républicain de 1876 à 1885, comme lui avocat et docteur en droit, Léon Guillemin est élu conseiller général du canton d’Avesnes-nord de 1871 à 1880, puis député en 1890 sous l’étiquette opportuniste lors d’une élection partielle à la suite du décès de Jules Hiroux, récupérant ainsi la circonscription jadis représentée par son père. En 1899 lors de son décès, c’est son cousin Léon Pasqual qui le remplace.

Guislain, Louis

18/11/1855 Nomain

Député Douai 2 (1906-1919)

31/03/1929 Nomain

Radical-socialiste

104Autodidacte (car il a dû très jeune subvenir aux besoins des siens), protestant, Louis Guislain est, comme son père, un modeste cultivateur, qui s’intéresse au développement de la betterave à sucre. Il sera d’ailleurs officier du Mérite agricole. Il est maire de sa commune natale durant deux décennies, et y fonde une société mutuelle. A la Chambre des députés, il prend surtout part aux débats concernant les questions agricoles. Il décide ne pas se représenter aux législatives de 1919.

Hau de Staplande DE, Louis Henri

Député (1838-1848, 1849-1852, 1871-1876)

14/01/1798 Münster (Westphalie)

Sénateur (1876-1877)

24/02/1877 Paris

Droite monarchiste

105Louis de Hau de Staplande naît en Allemagne, durant la tourmente révolutionnaire, pendant l’émigration de ses parents. À leur retour en France, sous la Restauration, le père devient maire de Bergues et député du Nord. En 1835, Louis de Staplande entre au conseil général. En 1848 il est nommé maire de Bergues. Dès 1838, il siège à la Chambre des députés, où, bien que son activité soit réduite, les électeurs le renvoient constamment durant toute la monarchie de Juillet et la Seconde République. Emprisonné lors du coup d’État de Napoléon III, il ne participe pas à la vie politique nationale sous le Second Empire. Réélu en 1871, ce légitimiste convaincu participe à la Réunion des Réservoirs mais demeure un parlementaire effacé. Élu sénateur en 1876, il décède peu après.

Hayez, Paul

Député Douai 1 (1893-1898)

22/10/1859 Douai

Sénateur (1905-1935)

03/10/1935 Douai

Radical (Gauche démocratique)

106Membre d’une famille libérale que certains rattachent à Merlin de Douai, Paul Hayez est le fils d’un marchand-tanneur qui s’engagea en politique sous le Second Empire contre les candidats “officiels”, puis fut maire de Bruille-les-Marchiennes. Bien que juriste de formation, et se destinant à la carrière bancaire, Paul Hayez reprend, alors qu’il a seulement 22 ans, une petite verrerie d’Aniche à laquelle il donne une extension considérable et qui exporte bientôt sa production dans le monde entier, au point que Paul Hayez est conduit à présider la chambre syndicale des maîtres de verrerie de France. Membre de la chambre de commerce de Douai depuis la fin des années 1880, Paul Hayez entre au conseil municipal d’Aniche dès l’âge de 25 ans et y siégera jusqu’à son décès, soit durant un demi-siècle, bien que son mandat soit marqué par plusieurs interruptions. Son élection au conseil d’arrondissement suit de peu : il y siège de 1892 à 1910 (il en devient vice-président), sauf durant son passage au Palais-Bourbon. Élu député en 1893, celui qui passe pour le chef reconnu et respecté du parti républicain de Douai ne se représente pourtant pas en 1898 ; une élection partielle lui permet en revanche d’entrer au Palais du Luxembourg en 1905 où il demeure jusqu’à son décès, soit durant trois décennies. Élu sénateur comme républicain radical, Paul Hayez vote la séparation de l’Église et de l’État et siège sur les bancs de la Gauche démocratique. Attentif aux questions agricoles, il s’intéresse aussi aux problèmes de défense et soutient le projet de construction de la ligne Maginot. On le compte par ailleurs parmi les membres les plus actifs et les plus en vue pour défendre au Parlement, durant la Grande Guerre puis au lendemain de la Victoire, les intérêts des régions “envahies” et “dévastées”. La Légion d’honneur est venue sanctionner une longue carrière publique, dont le “jubilé” fut célébré avec quelque éclat en 1933.

Herbecq, Ernest

23/07/1835 Avesnes-sur-Helpe

Député Avesnes 2 (1891-1893)

29/12/1902 Paris

Opportuniste

107Le père d’Ernest Herbecq, médecin à Avesnes-sur-Helpe, fut maire de cette ville de 1870 à 1888. Lui-même se destine au notariat et exerce cette profession à Maubeuge depuis 1871. Il y est élu conseiller municipal en 1874, puis conseiller d’arrondissement en 1875, et il préside à partir de 1889 le conseil d’arrondissement d’Avesnes. Il est élu député en 1891 à la faveur d’une élection partielle, mais il est battu en 1893 lors des élections générales.

Hespel d’, Octave Joseph

Député (1871-1876)

11/08/1827 Haubourdin

Sénateur (1876-1879)

20/04/1885 Wavrin

Droite monarchiste

108La famille d’Hespel appartient à la noblesse lilloise, catholique et fortunée. Le grand-père est maire d’Haubourdin. Le père cumule les fonctions de maire d’Haubourdin, de conseiller général et de député du Nord. Ce dernier est emprisonné quelques jours à la suite du coup d’État de 1851. Important propriétaire foncier, Octave d’Hespel évolue dans la société aristocratique. Membre du Jockey-Club, il fonde la société de courses de Fives-Lille. Nommé maire de Wavrin en 1855, il entre au conseil général en 1858. Antibonapartiste convaincu, il est élu à l’Assemblée nationale de 1871 et siège dans les rangs de la droite légitimiste. Il participe peu à la vie parlementaire (Réunion des Réservoirs), mais se présente avec succès aux élections sénatoriales de 1876 ; toutefois il subit un échec lors du renouvellement de 1879.

Hiroux, Jules

02/04/1827 Sains-du-Nord

Député Avesnes 1 (1889-1890)

27/06/1890 Sains-du-Nord

Opportuniste

109Fils d’un commerçant de Sains-du-Nord, il devint com merçant à son tour puis industriel et agriculteur dans cette cité dont il fut maire de 1852 à 1881. Conseiller général du canton d’Avesnes-nord à partir de 1880, il entra à la Chambre des députés en 1889 sous l’étiquette opportuniste, mais il mourut moins d’un an après son élection.

  • 1 Elu à Lille 8 en 1914, au scrutin de liste en 1919, puis à Lille 9 en 1932.

Inghels, Albert

09/05/1872 Lille

Député (1914-1924) et (1932-1936)1

11/07/1941 Nice (06)

110Socialiste (SFIO) Né à Lille dans une modeste famille ouvrière (son père était fileur de coton), Albert Inghels prend le chemin de l’usine textile dès l’âge de 11 ans ; son action syndicale lui vaut l’hostilité patronale, et le contraint à chercher refuge comme employé municipal quand les socialistes, conduits par Gustave Delory, conquièrent la mairie de Lille (1896-1904). Il devient ensuite cafetier, comme nombre de militants ouvriers qui ne peuvent espérer être embauchés dans les usines de la région. En effet, Albert Inghels anime les syndicats textiles dès les dernières années du XIXe siècle, au plan lillois puis départemental et enfin national (1913). Parallèlement à ses responsabilités à la CGT, il s’engage dans la lutte politique en s’inscrivant au POF dès 1887. Candidat socialiste, il essuie de nombreux échecs, tant aux cantonales qu’aux législatives (il est battu à ces dernières en 1902, 1906, 1910, 1924, 1926 et 1928...). Conseiller municipal et adjoint au maire de Tourcoing depuis 1925, il succède au radical Gustave Dron, décédé en 1930, mais doit renoncer à la mairie en 1935. Conseiller général de Tourcoing-nord-est depuis 1925, il est battu en 1931 puis 1935. Décoré pour sa conduite courageuse durant la Grande Guerre il fut déporté en Allemagne, il dénonce avec vigueur à la Chambre les scandales relatifs aux indemnités de guerre, au lendemain du conflit. Il se retire en 1936 et il meurt à Nice en 1941.

Jonglez, Charles Henri Victor

Député Lille 6 (1884-1885)

28/09/1831 Tourcoing

Député (1885-1889)

18/05/1913 Tourcoing

Droite conservatrice

111Charles Jonglez est le fils d’un manufacturier de Tourcoing et appartient à la grande bourgeoisie textile du Nord. D’abord auditeur au Conseil d’Etat, il se destine ensuite aux affaires. Après avoir passé une année en Angleterre afin de perfectionner ses connaissances industrielles et commerciales, il rentre en France pour épauler son père à la direction de l’entreprise lainière familiale. Nommé membre de la chambre de commerce de Tourcoing, il en assure la présidence à partir de 1877. Conseiller municipal de Tourcoing en 1870, ce légitimiste est ensuite maire de Liévin (1871-1876) mais échoue lors d’une législative partielle dans le Pas-de-Calais en octobre 1874 (face à Dellisse-Engrand). De retour à Tourcoing, il entre au conseil général (1880-1891) puis est élu député en 1884, à la faveur d’une législative partielle ; il est confirmé dans son mandat lors des élections de 1885. Il siège dans les rangs conservateurs, ne s’oppose pas au boulangisme et ne participe qu’assez modérément à l’activité parlementaire. Il se retire de la scène politique nationale à l’issue de ce deuxième mandat.

Joos, Louis Jacques Benoît

13/09/1806 Bergues

Député Dunkerque 2 (1876-1880)

13/11/1880 Bergues

Droite monarchiste

112Louis Joos appartient à une ancienne famille bourgeoise de marchands brasseurs et négociants en vins de Bergues. Devenu à son tour négociant en vins, Louis Joos subit un veuvage précoce. Peu de temps après, on le retrouve siégeant au conseil municipal. Soucieux du fonctionnement de l’hospice local et de l’organisation de la garde nationale locale, il s’intéresse également aux questions agricoles. En 1852, il entre au conseil général et dix ans plus tard, le fauteuil majorai lui est confié. En 1876, les électeurs l’envoient siéger à la Chambre des députés sous l’étiquette de conservateur monarchiste. Bien que ne participant guère à la vie parlementaire, il est réélu en 1877 mais démissionne en 1880 pour des raisons de santé.

Jung, Henri

12/03/1833 Paris

Député Dunkerque 1 (1893-1896)

03/10/1896 Paris

Républicain progressiste

113Issu d’une famille de militaires, Henri Jung, sorti de l’École de Saint-Cyr, fait carrière dans l’artillerie et s’intéresse particulièrement aux progrès techniques de cette arme, ce qui lui vaut d’être nommé chef de cabinet du général Boulanger de 1886 à 1887. Général de brigade, il demande en 1891 une retraite anticipée. Ses anciennes convictions républicaines et les liens établis avec les habitants de Dunkerque lorsqu’il était gouverneur de la ville de 1887 à 1891 contribuent à sa désignation comme candidat républicain contre le député boulangiste sortant Lalou. Au terme d’une campagne mouvementée, marquée par un duel au cours duquel il blessa son adversaire, Jung est élu député. Auteur de plusieurs ouvrages de stratégie et d’histoire militaire et président du cercle littéraire “La Plume et l’Epée”, Henri Jung décède en cours de mandat.

Koechlin, Arthur Alfred

15/09/1829 Mulhouse (68)

Député (1888-1889)

5/02/1895 Grasse (06)

Boulangiste

114Alfred Koechlin descend d’une longue lignée d’industriels alsaciens du textile. La famille, apparentée aux Dollfus-Mieg, Berger-Levrault et Schlumberger est de confession protestante. En 1888, à la faveur d’une élection partielle, il est élu député du Nord avec le général Boulanger, intervient rarement dans la vie parlementaire et échoue lors des élections de 1889.

Kolb-bernard, Charles

Député (1871-1875)

16/01/1798 Dunkerque

Sénateur inamovible (1875-1888)

07/05/1888 Paris

Droite monarchiste

115Charles Kolb-Bernard est issu d’une famille luthérienne allemande. Son père, après avoir embrassé la carrière militaire, devint employé puis régisseur de la manufacture de tabacs de Dunkerque. Lui-même fut sous-inspecteur des tabacs, avant d’épouser en 1829 Sophie Bernard, fille d’un grand fabricant de sucre de Lille et il fut, dès lors, associé à l’entreprise de son beau-père dont il prit la direction, avec ses cousins, s’insérant ainsi dans le patronat local. Converti au catholicisme, il devint sous la monarchie de Juillet, un militant chrétien à la foi très profonde, fondant à Lille la Société de Saint-Vincent-de-Paul et de nombreuses œuvres. Il est élu député du Nord en 1849 et défend à la Chambre les intérêts religieux et commerciaux, avec ses collègues de la droite légitimiste. Il refuse de se rallier à l’Empire après le coup d’État du 2 décembre, mais accepte en 1859 le patronage officiel lors d’une élection partielle. Il n’en combat pas moins la politique religieuse et commerciale de l’Empire dans les années soixante, siégeant parmi les députés indépendants. Il est réélu en 1871 au sein de la liste conservatrice, demeure fidèle au comte de Chambord et il est élu sénateur inamovible en 1875, continuant le combat jusqu’à sa mort contre la politique laïcisatrice des républicains. Charles Kolb-Bernard est l’arrière-grand-oncle du général de Gaulle.

Lacourt, Alfred

24/10/1876 Fillières (54)

Député Avesnes 3 (1932-1936)

18/09/1951 Villereau

Radical-socialiste

116Entrepreneur de travaux publics et agriculteur à la fois, il est élu maire de Villereau en 1906 (et conserve ces fonctions plusieurs décennies), puis représente le canton du Quesnoy-ouest au conseil général de 1928 à 1940. Après une première candidature malheureuse en 1928, Alfred Lacourl, radical cartelliste, est élu député en 1932, mais il est devancé par son concurrent socialiste en 1936. Il se représentera en vain aux législatives de 1946.

Lafargue, Paul

15/01/1843 Santiago de Cuba

Député Lille 1 (1891-1893)

25/11/1911 Draveil (91)

Socialiste (POF puis SFIO)

117Paul Laforgue est né à Cuba d’un père négociant bordelais et d’une mulâtresse de Saint-Domingue. Militant révolutionnaire sous le Second Empire et la Commune, gendre de Karl Marx depuis 1868 et proche collaborateur de Jules Guesde à la tête du Parti ouvrier français, il est étranger à la région du Nord. Sa candidature à une élection partielle à Lille en 1891 fut décidée par le parti pour exploiter l’émotion populaire consécutive à la fusillade de Fourmies. Premier élu socialiste du Nord, il défend à la Chambre de nombreux projets de loi concernant la législation du travail. Battu en 1893, il revient à son activité politique nationale habituelle au POF puis à la SFIO. Il se suicida en 1911.

Lagrange, Léo

28/11/1900 Bourg-sur-Gironde (33)

Député Avesnes 1 (1932-1940)

09/06/1940 Évergnicourt (02)

Socialiste (SFIO)

118Petit-neveu de l’amiral Fourichon, petit-fils d’un forgeron présent sur les barricades de 1848, Léo Lagrange découvre le socialisme au lycée Henri IV. Licencié en droit - comme son épouse Madeleine Weiller, - diplômé de l’École libre des sciences politiques, il devient avocat à Paris. ‘Très tôt, il montre son goût de l’engagement et des responsabilités : éclaireur de France, engagé volontaire en 1918, secrétaire de la conférence du stage des avocats (1925-1926), militant socialiste (1921). Il est rapidement un important responsable SFIO : membre du CAP en 1925, candidat malheureux aux élections législatives de 1928 à Paris, mais victorieux dans le Nord (1932et 1936) où il s’enracine (conseiller municipal d’Avesnelles). Après avoir siégé à la commission de l’armée et à celle de la législation criminelle, il fait partie de trois gouvernements de Front populaire : sous-secrétaire d’État à l’organisation des Loisirs et des Sports (4 juin 1936-22juin 1937), sous-secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs, à l’Éducation physique (22 juin 1937-18 janvier 1938), sous-secrétaire d’État à l’Éducation physique, aux Sports et aux Loisirs (13 mars 1938-10 avril 1938), secteurs dont il continue de s’occuper ensuite en présidant le centre laïc des auberges de jeunesse et l’office du sport scolaire et universitaire. Léo Lagrange qui s’est opposé aux accords de Munich et appartient au comité de rédaction du journal Agir, pour la paix, pour le socialisme s’engage au service de la patrie en 1939 et trouve la mort le 9 juin 1940 dans l’Aisne lors d’une mission de reconnaissance, laissant un orphelin, Serge, né en 1925.

Lalou, Charles

26/06/1841 Lille

Député Dunkerque 1 (1889-1893)

27/11/1918 Paris

Boulangiste

119Fils d’un négociant lillois devenu receveur des finances, Charles Lalou mène tout d’abord la vie d’un notable traditionnel. Il dirige une grande exploitation agricole dans l’Aisne et préside le conseil d’administration des mines de Bruay. Ayant fait la connaissance d’Émile de Girardin, il lui succède, après sa mort, à la direction du journal La France en 1881. Il s’engage dans la campagne boulangiste et bat à Dunkerque, en 1889, le député républicain sortant, Jean-Baptiste Trystram, pourtant bien implanté. Membre du groupe boulangiste à la Chambre, il fait adopter une proposition de loi sur le travail des étrangers. Battu en 1893, après avoir quelque temps poursuivi une activité dans le journalisme, il abandonne ensuite la politique pour se consacrer aux affaires.

Lambrecht, Félix Edmond

Hyacinthe

4/04/1819 Douai

Député (1863-1869, 1871)

8/10/1871 Versailles (78)

Centre-gauche

120Félix Lambrecht appartient à l’une des grandes dynasties du patronat minier du Nord. Un ancêtre figure parmi les membres de l’équipe qui découvre les mines d’Anzin. Les Lambrecht sont apparentés à la dynastie parlementaire des de Lagrange. Entré major à l’École polytechnique, il en sort avec le grade d’ingénieur des Ponts-et-chaussées. En raison de la fortune paternelle, il siège au conseil d’administration de la Compagnie des mines d’Anzin au côté de Thiers et de Charles Boduin. Maire de Lallaing et opposant de l’Empire autoritaire, il échoue aux élections législatives de 1857. En 1863, le sort lui est favorable et il bat le candidat officiel. Il siège dans le Tiers-Parti et s’implique dans la vie parlementaire. En 1869, il est de nouveau battu à la suite d’une campagne virulente. Conseiller général de Marchiennes, il entre en 1871 à l’Assemblée nationale. Ami personnel de Thiers, il se voit confier le poste de ministre de l’Agriculture et du Commerce puis celui de ministre de l’Intérieur. Le 8 octobre 1871, il décède brutalement.

Laurent, Augustin

09/09/1896 Wahagnies

Député Lille 6 (1936-1940)

01/10/1990 Lille

Socialiste (SFIO)

121Augustin Laurent est l’aîné d’une famille de cinq enfants d’origine ouvrière. Son grand-père maternel, Augustin Lamarre, ouvrier maçon, fonda la section du Parti ouvrier français à Wahagnies. Son père Arthur Laurent, salarié de la compagnie des mines d’Ostricourt, fut secrétaire du syndicat des mineurs de Libercourt-Oignies. Il fut lui-même galibot à l’âge de 13 ans et adhéra en 1912 à la section SFIO de Wahagnies dont il devint secrétaire en 1919, accédant en même temps au secrétariat d’une mairie conquise par son père et complétant une formation d’autodidacte. Ses qualités d’organisateur manifestées lors de la reconstruction du parti lui valent d’être désigné secrétaire administratif de la fédération du Nord en 1925. Il s’installe dès lors à Fretin où il développe la section locale et où il est élu conseiller municipal d’opposition en 1935. Mais quatre ans auparavant il avait été élu conseiller général pour le canton de Pont-à-Marcq où il sera ultérieurement réélu jusqu’en 1967. En 1936, il bat le député radical sortant, Victor Desprez, pourtant bien implanté. A la mort de Roger Salengro, il devient secrétaire général adjoint de la fédération. La notoriété nationale d’Augustin Laurent est postérieure à la Troisième République grâce à son action clandestine pendant la seconde guerre mondiale et au rôle capital qu’il assure dans la renaissance du parti socialiste. Elle mérite d’être rappelée brièvement : il est ministre des PTT du premier gouvernement provisoire du général de Gaulle de septembre 1944 à juin 1945, président du comité départemental de Libération du Nord, secrétaire général puis président de la fédération du Nord SFIO (1947-1972). Réélu député du Nord de 1945 à 1951, il sera également président du conseil général du Nord de 1945 à 1967, maire de Lille de 1955 à 1973 et président de la communauté urbaine (1967-1971), conseiller régional après 1974. Ses divers mandats ne l’empêchent pas de jouer un rôle actif au sein du comité directeur de la SFIO où il soutient la politique de Guy Mollet avant de laisser la voie ouverte à François Mitterrand au Congrès d’Épinay.

Lefebvre, François

06/03/1871 Villers-en-Cauchies

Député Valenciennes 3 (1914-1936)

14/03/1956 Denain

Socialiste (SFIO)

122Fils d’un ouvrier tisserand qui ne savait ni lire ni écrire à la naissance de son fils, François Lefebvre descend à la mine à l’âge de douze ans. En 1893, il fonde à Denain la “Brasserie coopérative”puis une coopérative d’épicerie et de boulangerie. En 1901, la Compagnie d’Anzin le congédie. Il devient gérant de société. Son origine ouvrière, l’apprentissage précoce du métier de mineur, ses rencontres avec Émile Basly et Raoul Evrard font de lui un militant actif de la cause ouvrière. En 1906, il préside le syndicat des mineurs d’Anzin qu’il avait fondé, puis en 1935 le syndicat des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais et collabore, entre autres, au journal Le Réveil du Nord. Présent sur la liste conduite par Auguste Selle, il devient conseiller municipal de Denain en 1900. Il est réélu en 1904 et 1908, devient deuxième adjoint, puis premier magistrat de la ville, fonction qu’il conservera jusqu’en 1936. Le 10 mai 1914, les électeurs le portent à la députation avec l’étiquette SFIO. Il siège à la Chambre à la commission des mines et des forces motrices. Il est réélu le 16 novembre 1919 sur la liste socialiste, puis en 1924 au premier tour, et en 1928 et 1932. En 1936, son état de santé ne lui permet pas de se représenter. Il est l’auteur d’un Historique du mouvement ouvrier à Denain.

Lefebvre, René

24/10/1877 Lille

Député (1919-1924)

12/10/1948 Fontenay-sous-Bois (94)

Centre-droit (Gauche républicaine

et démocratique)

123Après avoir obtenu son doctorat en droit à Lille, René Lefebvre exerce un temps la profession d’avocat, mais il quitte le barreau dès 1904 pour reprendre l’affaire de ses beaux-parents. Devenu industriel, il préside la fédération industrielle et commerciale du Nord de la France, et siège comme juge au tribunal de commerce de Valenciennes, à partir de 1913. Il est élu en 1919 sur la liste de concentration républicaine dirigée par Louis Loucheur et s’inscrit à la Gauche républicaine démocratique. Après son échec au renouvellement de 1924, il se consacre exclusivement à ses affaires professionnelles.

Lefevre-pontalis, Germain Antonin

19/08/1830 Paris

Député Seine-et-Oise (1869-1870, 1871-1876)

19/04/1903 Paris

Député du Nord (1885-1889)

Droite monarchiste

124Antonin Lefèvre-Pontalis appartient à une famille d’élus. Il est fils d’un maire de Pantin. Un grand-père fut député. Le frère, Jules Amédée, est député d’Eure-et-Loir à l’Assemblée nationale de 1871. Ce dernier est par ailleurs membre de nombreux et importants conseils d’administration.

125Docteur en droit, Antonin Lefèvre-Pontalis, entre au Conseil d’État en 1852 avec rang d’auditeur. Il collabore à la Revue des Deux Mondes et au Journal des Débats. En 1869, il est élu député de Seine-et-Oise et siège dans les rangs du Tiers-Parti. En 1871, il est réélu dans le même département, fait partie de la réunion Feray et soutient Thiers dans son action gouvernementale. Après la chute de Thiers, il rejoint le Centre-droit. Il tente de s’implanter dans le Nord mais est battu aux élections législatives de 1876 et 1877. Élu député du Nord en 1885 à la faveur du scrutin de liste, il fait partie de la droite monarchiste et participe activement à la vie parlementaire. En 1889, il est de nouveau battu.

Legrand, Louis Désiré

30/05/1842 Valenciennes

Député Valenciennes 1 (1876-1882)

15/09/1910 Thumeries

Opportuniste (Gauche républicaine)

126La famille de Louis Legrand appartient à la petite bourgeoisie valenciennoise. Étudiant à la faculté de droit de Paris, il est reçu docteur en droit en 1868 tout en présentant avec succès, la même année, une thèse de lettres. Il rentre alors à Valenciennes et exerce la profession d’avocat. Ses opinions républicaines lui valent d’être nommé sous-préfet de Valenciennes à la chute de l’Empire. Il opte cependant pour un poste de chef de bataillon dans l’armée de mobilisés du Nord. Aux élections de 1871, il est battu, mais entre au conseil municipal de Valenciennes ainsi qu’au conseil général du Nord dont il devient le vice-président en 1886. En 1876, il bat le candidat bonapartiste et entre au Palais-Bourbon. À peine élu, il contracte mariage avec la fille du député Géry Heddebault, alliance qui lui permet de côtoyer la dynastie parlementaire des Legrand (voir Legrand Pierre). On le retrouve alors siégeant au conseil d’administration de la compagnie minière de Douchy. Il reste à la Chambre des députés jusqu’en 1882 et y mène une très importante activité législative, s’intéressant à de nombreux sujets. Considéré comme un travailleur infatigable, il est nommé, en 1881, secrétaire de la Chambre. Mais en 1882, on lui offre un poste d’ambassadeur aux Pays-Bas, poste qu’il préfère à son mandat de député. Louis Legrand poursuit alors une carrière diplomatique et ne retourne plus sur la scène politique nationale.

Legrand, Louis Hubert Joseph (dit de Lecelles”)

22/10/1826 Lecelles

Député du Nord (1885-1887)

26/10/1887 Lecelles

Droite conservatrice

127Louis Legrand n’appartient pas à la noblesse du Nord mais à une famille d’agriculteurs et notables locaux. La particule a été ajoutée par Louis pour le différencier des nombreux Legrand qui sévissent en politique en cette fin du XIXe siècle. La famille Legrand arbore cependant le “de Lecelles” avec ostentation. Après avoir effectué des études de droit à Paris, Louis Legrand s’installe à Douai, y exerce la fonction d’avocat et épouse l’héritière d’une riche famille du Douaisis. Jouissant d’une importante fortune, il est également le vice-président du conseil d’administration des mines de Douchy. Son ascension politique est régulière : membre du conseil général en 1868, il en devient, par la suite, le vice-président. En 1885, il est élu député sur la liste conservatrice du Nord. Son activité législative se révèle importante et variée, mais il décède prématurément après deux ans de mandat. L’un de ses fils, Albert, exerça d’importantes fonctions diplomatiques avant et pendant la première guerre mondiale.

Legrand, Pierre

Député de Lille 1 (1876-1885)

13/05/1834 Lille

Député (1887-1889)

31/05/1895 Paris

Député de Lille 2 (1889-1895)

Opportuniste (Union républicaine)

128Pierre Legrand appartient à l’une des dynasties politiques les plus influentes du milieu du XIXe siècle. Fils, frère, neveu et cousin de parlementaires, c’est un républicain de conviction. Le père de Pierre Legrand (qui porte le même prénom) fut révoqué pour refus de prestation de serment au lendemain du coup d’État du 2 décembre 1851. Après des études de droit à Paris, Pierre Legrand plaide à Lille, devient bâtonnier de l’ordre des avocats et défend de nombreux dossiers liés aux délits de presse. Conseiller municipal de Lille en 1869 et adjoint au maire, en 1870, il est nommé préfet du Nord en septembre de la même année, participe à l’organisation de l’armée du Nord durant la guerre de 1870. Il entre peu après au conseil général du Nord. Après un échec en 1871, il accède à la Chambre des députés en 1876. Il siège à gauche et s’implique dans la vie parlementaire. Réélu en 1877 et 1881, il contribue à la formation du groupe de l’Union républicaine. Battu en 1885, il retourne à la Chambre dès 1887, à la faveur d’une élection partielle, mandat confirmé lors des législatives de 1889 et 1893. Il figure dans plusieurs combinaisons ministérielles comme ministre du Commerce et défend les thèses protectionnistes (cabinets Duclerc, Fallières, Brisson et Floquet). Il décède en cours de mandat.

Lemire, Jules

23/04/1853 Vieux-Berquin

Député Hazebrouck 1 (1893-1928)

07/03/1928 Hazebrouck

Démocrate chrétien

129Jules Lemire est issu d’une famille de modestes fermiers flamands. Après des études secondaires au collège Saint-François d’Assise d’Hazebrouck, il entre au Grand Séminaire de Cambrai et est ordonné prêtre en 1878. Il enseigne la philosophie et la rhétorique au Petit Séminaire d’Hazebrouck de 1878 à 1893. Tout d’abord légitimiste social, il évolue ensuite vers le catholicisme libéral et la démocratie chrétienne. En 1893, il se présente aux élections législatives sans l’accord de la hiérarchie ecclésiastique mais avec l’appui du clergé flamand et bat le député sortant un conservateur rallié Joseph de Bosquillon de Frescheville. Le nouvel élu devient l’un des leaders de la démocratie chrétienne, animateur des congrès ecclésiastiques de Reims (1896), de Bourges (1900) et des Semaines sociales. Au Parlement, il défend de nombreuses propositions de lois sociales et critique la politique conservatrice des républicains modérés. Il fonde en 1897, la Ligue française du coin de terre et l’œuvre des jardins ouvriers promis à un tel avenir. L’abbé Lemire reste fidèle au Ralliement, accepte désormais la laïcité de l’école publique, et sous certaines réserves, la loi Waldeck-Rousseau sur les associations (1901) ce qui lui vaut d’être respecté par la famille républicaine mais de plus en plus combattu par les conservateurs et la hiérarchie catholique qui dénoncent “l’aumônier du bloc des gauches”. Le fossé s’aggrave après le vote de la loi de séparation que l’abbé Lemire accepte sans l’avoir votée. Après avoir tenté de le faire battre aux élections de 1910 par un autre candidat catholique, l’archevêque de Cambrai, Mgr Delamaire, lui interdit en 1912 toute nouvelle candidature. L’abbé Lemire passe outre et le premier évêque du nouveau diocèse de Lille, Mgr Charost, le suspend de toutes ses activités sacerdotales. L’abbé Lemire n’en est pas moins réélu avec l’appui de la gauche en 1914. De surcroît, il devient maire d’Hazebrouck en 1914 après avoir obtenu l’annulation des élections municipales de 1912. Pendant la guerre, il fait preuve de patriotisme sans nationalisme. Relevé de la suspense par le nouveau Pape Benoît XV, il est réélu en 1919 sur la liste centriste intitulée Fédération Républicaine, soutient la politique du Bloc national et le rapprochement de la République avec le Saint-Siège.

Lepez, Ferdinand

08/07/1850 Hérin

Député Valenciennes 2 (1893-1906)

21/11/1936 Raismes

Radical

130Petit-fils d’un journalier et fils d’un maréchal-ferrant, Ferdinand Lepez est professeur de dessin de l’enseignement public lorsqu’il épouse la fille d’un négociant et soeur d’un pharmacien de Raismes. Il quitte bientôt l’enseignement pour le journalisme. D’abord collaborateur à L’Impartial du Nord, il en est en 1886 le rédacteur en chef et fonde Le Guetteur de Valenciennes. Il ouvre en 1916 les cours de dessin industriel d’Anzin. En ceignant l’écharpe de maire de Raismes en 1883, il obtient son premier mandat électif. Le 1er août 1886, il entre au conseil d’arrondissement qu’il présidera de 1898 à 1905. Il est élu député en 1893 et 1902, mais, en 1906, il se désiste pour permettre la victoire du candidat socialiste Auguste Selle. Il ne réussit pas à prendre la succession d’Alfred Girard au Sénat en 1911 et il se retire de la vie politique. Ferdinand Lepez était décoré de la Légion d’honneur.

Lepoutre, Auguste

28/05/1828 Lomme

Député (1885-1889)

05/12/1903 Roubaix

Droite républicaine

131Né à Lomme d’un père officier de santé et issu, par sa mère, d’une famille de cultivateurs, Auguste Lepoutre se destinait à une carrière notariale. Son entrée dans la famille Wibaux changea sa trajectoire professionnelle et il devint un important fabricant de tissus à Roubaix. Son dynamisme se remarqua par la création, en 1867, d’une coopérative de consommateurs qu’il administra pendant quatre ans, et par son accession au secrétariat de la commission de la société industrielle. En 1885, il fut élu député conservateur du Nord et adhéra ensuite au groupe de la Droite républicaine de Raoul-Duval, anticipant le Ralliement au risque de déplaire à ses électeurs, ce qui explique peut-être son retrait de la vie politique en 1889.

Leurent, Jules Joseph André

Député (1871-1876)

17/10/1813 Roncq

Député Lille 6 (1876-1877)

30/06/1883 Halluin

Droite conservatrice

132Issu d’une ancienne famille bourgeoise de Lille, fils de médecin-chirurgien, Jules Leurent étudie la médecine à Versailles, puis exerce ses talents dans la médecine militaire. Quelques années plus tard, il change de vocation. Devenu filateur de lin et de coton, il détient de solides participations dans plusieurs établissements industriels. Il possède également des intérêts dans le raffinage du sucre et devient membre du comité central de la sucrerie indigène. Peut-être faut-il expliquer cette irrésistible ascension par les deux mariages qu’il contracte dans la bourgeoisie fortunée et influente de l’agglomération lilloise. En 1848, il entre au conseil municipal de Tourcoing et au conseil général du Nord. Partisan farouche des thèses protectionnistes, il entre en 1871 à l’Assemblée nationale. Il siège au Centre-droit, participe avec beaucoup de dynamisme à l’action parlementaire et s’intéresse plus particulièrement aux questions commerciales. Réélu en 1876 avec l’étiquette de conservateur constitutionnel, il ne manifeste plus le même entrain et se retire en 1877.

Lierman, Léon

13/07/1889 Roubaix

Député Lille 7 (1928-1932)

09/02/1956 Menton (06)

Centre droit (républicain de gauche)

133Né à Roubaix, fils d’un tailleur, Léon Lierman reçoit un enseignement technique avant de devenir employé de commerce (en fait associé à son frère dans une petite entreprise de peinture). Mutilé au cours de la guerre 1914-1918, il préside la société locale des décorés et médaillés militaires, puis fonde en 1925 l’URD (Union républicaine et démocratique) de Roubaix, groupement politique de la droite modérée qu’il préside lorsqu’il affronte aux législatives de 1928 le député-maire socialiste de Roubaix, Jean Lebas. Porté par la vague poincariste sous la bannière de l’Union nationale, il est élu et siège parmi les républicains de gauche. Son adversaire malheureux de 1928 lui reprend son mandat en 1932. Léon Lierman, qui n’a exercé aucun autre mandat électif, devient le secrétaire du sénateur roubaisien Édouard Roussel (Centre-droit), mais ne joue plus de rôle direct sur la scène politique locale. Il décède en 1956 à Menton, où il avait souhaité se retirer.

Loyer, Ernest

21/07/1844 Wazemmes

Député Lille 2 (1893-1902)

19/05/1902 Lille

Progressiste (Centre-Droit)

134Né à Wazemmes, Ernest Loyer est issu d’une famille d’industriels lillois. Son grand-père maternel, Louis Drapier, et son père, Henri Loyer, étaient des filateurs de coton et ce dernier présida le comité des filateurs de coton de Lille sous le Second Empire. Il est allié à la famille Houzé de l’Aulnois et son beau-père l’orienta vers le catholicisme social. Ernest Loyer présida plusieurs sociétés de prévoyance et fut secrétaire de l’œuvre des invalides du Travail. Il est élu successivement conseiller municipal de Lomme en 1881, conseiller d’arrondissement de Lille en 1892pour le canton de Lille sud-ouest et député en 1893 après avoir battu le socialiste sortant Paul Laforgue. Siégeant au groupe progressiste, membre des commissions de la protection de l’enfance et des tribunaux de commerce, il soutient la politique de Méline. Conforté par son accession à la mairie de Lomme en 1896, il est réélu en 1898, mais meurt à la veille du renouvellement de 1902.

Loze, Henri

Député (1902-1905)

20/01/1850 Le Cateau

Sénateur (1905-1915)

26/01/1915 Paris

Centre-droit (Radical indépendant)

135Issu de la moyenne bourgeoisie du Cateau-Cambrésis, il obtient sa licence en droit et entame une carrière administrative (il est sous-préfet de 1877 à 1886puis préfet de 1885 à 1893) avant de s’engager dans la voie diplomatique en devenant en 1893 ambassadeur de France à Vienne. En 1895, il est nommé gouverneur d’Algérie, mais refuse ce poste. Commundeur de la Légion d’honneur, il est élu à la Chambre des députés en 1902 sous l’étiquette radicale avant d’entrer au Sénat en 1906 et d’adhérer au groupe de l’Union républicaine. Réélu en 1910, il siége au Palais du Luxembourg jusqu’à son décès, en 1915.

Macarez, Ernest

28/02/1872 Haulchin

Député (1919-1926)

05/10/1926 Haulchin

Radical indépendant

136Issu d’une vieille famille de cultivateurs, Ernest Macarez est agriculteur mais aussi brasseur. En 1914-1918, il sert dans l’artillerie, comme capitaine. Président de la société des agriculteurs du Nord, il prend des responsabilités dans de nombreuses associations liées au monde agricole ; il est aussi délégué cantonal. Maire d’Haulchin de 1907 à sa mort, élu conseiller d’arrondissement de Valenciennes-sud la même année (il succède à son père, décédé), il représente ensuite le même canton de 1914 à 1919 au conseil général. Après deux candidatures malheureuses dans la 3e circonscription de Valenciennes, au scrutin d’arrondissement, en 1910 et 1914, sous l’étiquette radicale, il est porté à la Chambre en 1919 grâce à la modification du mode de scrutin, en figurant sur la liste de la Fédération républicaine du Nord, qui regroupe les Centres gauche et droit. Réélu en 1924, il se fait au Palais-Bourbon, où il siège sur les bancs de la Gauche radicale, le défenseur attitré du monde agricole. Décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur, officier du Mérite agricole, Ernest Macarez est emporté par la maladie en 1926.

Mahieu, Albert

02/02/1864 Cappelle-la-Grande

Sénateur (1924-1940)

Décembre 1943 Paris

Radical indépendant

137Issu d’une vieille famille flamande liée à la fois aux mondes agricole et industriel (son père était fabricant de sucre), Albert Mahieu est élève aux lycées de Dunkerque puis de Lille (Faidherbe) avant d’être admis à Polytechnique. Ingénieur des Ponts-et-Chaussées, il entame une carrière de haut fonctionnaire au ministère des Travaux publics (et participe à ce titre activement à l’aménagement du port de Dunkerque), puis il est mobilisé en 1914-1918 comme colonel du Génie et organise le service des routes militaires aux armées. Ayant quitté l’administration pour se consacrer à la vie politique, il est candidat aux législatives de 1919 sur la liste Louis Loucheur qui regroupe les Centres-droit et gauche. Maire de Rosendaël (près de Dunkerque) de 1929 à 1935, il représente les cantons de Dunkerque-ouest puis est de 1922 à 1937 ; Albert Mahieu préside l’assemblée départementale à deux reprises (1928-1932 et 1934-1936). Au Sénat, où il siège au groupe de la Gauche démocratique, radicale et radicale-socialiste, il intervient notamment dans les questions techniques, économiques et financières, s’intéressant en particulier aux travaux publics et à la marine ; il est vice-président de la commission des finances de 1933 à 1939, et vice-président de la haute assemblée de 1936 à 1939. Albert Mahieu est ministre de l’Intérieur dans le cabinet André Tardieu de février à juin 1932. Président du conseil supérieur des chemins de fer (dès sa création) ainsi que de l’association des maires du Nord et de l’Est de la France (1937), délégué cantonal, Albert Mahieu était grand officier de la Légion d’honneur.

Maillet, Maximilien

30/10/1812 Avesnes-sur-Helpe

Sénateur (1876-1879)

02/02/1897 Laeken (Belgique)

Bonapartiste

138Fils d’un entrepreneur avesnois, Maximilien Maillet embrassa tout d’abord la carrière militaire après être passé par l’École polytechnique, mais démissionna ensuite pour se consacrer aux affaires et devint directeur de banque à Avesnes. Conseiller municipal d’Avesnes depuis 1840, conseiller général pour le canton d’Avesnes-sud après 1852, adjoint au maire de 1860 à 1865, il était un des notables bonapartistes les plus influents de l’Avesnois, assurant la présidence de la société des agriculteurs d’Avesnes. La chute de l’Empire ne brise pas sa carrière politique. Il est facilement réélu conseiller général et devient vice-président du conseil général du Nord en 1874 ; il prend le contrôle du journal bonapartiste Le Nouvelliste dAvesnes et, en 1876, le comité de l’Union conservatrice le place sur la liste des candidats au Sénat où il est élu et siège au groupe de l’Appel au Peuple. Il est battu en 1879, la majorité sénatoriale ayant basculé à gauche. Il est ensuite victime de la faillite de son beau-frère, filateur à Fourmies (1884) et achève sa vie en Belgique bien que réhabilité en 1891.

Marescaux, Léon

27/02/1874 Tourcoing

Député Lille 9 (1936-1940)

25/05/1949 Paris

Radical indépendant (Centre-droit)

139D’origine modeste (son père était confiseur) Léon Marescaux est négociant - commerçant. Vice-président de la chambre de commerce de Tourcoing, président du groupe de défense du textile, conseiller du commerce extérieur, il anime de nombreuses associations scolaires (il est délégué cantonal) et d’entraide. Titulaire de plusieurs décorations (dont la Croix de guerre), il est en particulier officier de la Légion d’honneur. Élu adjoint au maire de Tourcoing en 1935, il exercera les fonctions de maire entre 1941 et 1944, en remplacement d’Édouard Salembien écarté par Vichy. C’est contre un socialiste que Léon Marescaux est élu en 1936 : il est l’un des rares adversaires du Front populaire à avoir résisté à la poussée de la gauche dans le Nord. À la Libération, il se retire de la vie politique pour se consacrer exclusivement à ses activités professionnelles.

Martel, Henri

03/08/1898 Bruay-sur-Escaut

Député Douai 1 (1936-1940)

1982 Sin-le-Noble

Communiste

140Henri Martel appartient à une famille de mineurs depuis plusieurs générations. Lui-même descendit à la fosse à l’âge de 12 ans après avoir travaillé à 10 ans dans le bâtiment, puis à la verrerie de Denain. Il milite très jeune dans le syndicalisme révolutionnaire sous l’influence de son père, adhère aux Jeunesses socialistes, puis au parti communiste dès 1921. Il s’établit à Waziers après son mariage, devient conseiller municipal en 1925, conseiller d’arrondissement de Douai en 1928, puis conseiller général en 1933. Après avoir fait partie du bureau de la CGTU, il est désigné vice-président de la fédération du Nord de la CGTU en 1935. L’année suivante, il est élu député et membre du comité central du PC. Il poursuivit sa carrière sous la Quatrième République, devenant maire de Waziers en 1945 et retrouvant ses mandats de conseiller général, de député (1945-1946, 1951-1958 et 1962-1967). Il avait été conseiller de la République de 1946 à 1948.

Martimprey de, Edmond, Comte

02/09/1849 Paris

Député (1885-1889)

22/11/1892 Paris

Droite conservatrice

141Issu d’une famille de noblesse d’Empire (son père fut général, sénateur d’Empire, sous-gouverneur d’Algérie), il embrasse la carrière militaire : saint-cyrien de 1868 à 1870, il reste militaire jusqu’en 1876, date à laquelle il se marie avec Clothilde Brabant, fille de Jules Brabant, député-maire de Cambrai, s’associe avec son beau-père dans la direction d’un grand établissement de blanchisserie à Cambrai. Promu chevalier de la Légion d’honneur, il entame une brève carrière politique : inscrit sur la liste conservatrice du Nord, il est élu à la Chambre lors des élections de 1885 et siège à droite, mais il échoue dès le renouvellement de son mandat en 1889.

Massiet du Biest, Émile Louis Lucien

2/11/1823 Hazebrouck

Député d’Hazebrouck 1 (1876-1877)

16/07/1888 Hazebrouck

Sénateur (1879-1888)

Centre-gauche

142Louis Massiet du Biest appartient à une ancienne famille de notables flamands et de riches propriétaires terriens. Fils de juge de paix, il étudie le droit à Paris, puis poursuit l’activité paternelle dans la région d’Hazebrouck. Bonapartiste par intérêt sous le Second Empire, proche des monarchistes en 1871, il est élu conseiller général la même année. En 1876, il se présente avec succès aux élections législatives, adhère au Centre-gauche mais s’implique faiblement dans l’activité parlementaire. En 1877, il décide de ne pas participer à la lutte électorale, mais se porte candidat aux élections municipales de 1878. Nommé maire d’Hazebrouck, il entre ensuite en 1879 au Palais du Luxembourg où il siège au Centre-gauche et se montre un sénateur bien effacé.

Masson, Louis

22/01/1876 Lille

Député Lille 3 (1936-1940)

31/03/1942 Lille

Socialiste (SFIO)

143D’origine modeste, Louis Masson est lui-même ouvrier typographe au début de sa carrière ; il devient ensuite professeur au cours de perfectionnement du syndicat des typos imprimeurs de Lille (1898) avant d’en être le directeur. Pendant la première guerre mondiale, il est secrétaire d’état-major avant d’être versé au 4e zouaves à Rosny. Revenu à la vie civile, il devient secrétaire de la “fédération du livre”, éditeur propriétaire du Guide Masson (horaire des chemins de fer), conseiller prud’hommal et adjoint au maire de Lille. Conseiller général du canton de Lille-nord-est en 1925, il accède à la députation en 1932 sous l’étiquette SFIO. Il ne prend pas part au vote de juillet 1946.

Masure, Gustave Louis

21/06/1836 Lille

Député de Lille 2 (1876-1885)

15/10/1886 Le Mans (72)

Opportuniste (Union républicaine)

144Gustave Masure appartient à la petite bourgeoisie négociante de Lille. Au moment de son admission à l’École centrale des arts et métiers, il tombe gravement malade. Il se tourne alors vers le journalisme et devient rédacteur politique du journal lillois L’Écho du Nord. Anti-bonapartiste convaincu, il contribue à la fondation et à la direction du journal d’opposition Le Progrès du Nord et est victime de nombreux procès de presse. En 1865, il est élu conseiller municipal de Lille. Durant la guerre de 1870, Gambetta, qui fut son avocat, lui confie le poste de directeur général adjoint au ministère de l’Intérieur. Le 16 avril 1876, il entre à la Chambre des députés à la faveur de l’élection partielle due à la démission de Gambetta (élu à Lille 2, Marseille 1 et Paris (207 arrondissement) et qui opte pour cette dernière circonscription). Il est réélu en 1877 et 1881. Il siège à gauche dans les rangs de l’Union républicaine, mais participe peu à la vie parlementaire. En 1885, il se retire pour des raisons de santé et décède peu après.

Masurel, Albert

30/06/1855 Tourcoing

Député Lille 8 (1898)

17/03/1920 Mouvaux

Droite (Républicain libéral)

145Albert Masurel appartient à une importante famille de filateurs de laine de Tourcoing. Sa carrière politique fut des plus éphémères. Catholique mais libéral et rallié à la République en 1893, Albert Masurel avait préféré le radical Dron à son compétiteur socialiste ; mais il se retourna contre lui en 1898 et le battit dans la circonscription de Tourcoing au terme d’une campagne controversée. Accusé de corruption, Masurel fut invalidé par la Chambre des députés et renonça dès lors à la politique.

Maurice, Jules Nicolas Joseph

Député (1871-1876)

20/06/1808 Valenciennes

Sénateur (1876)

30/03/1876 Versailles (78)

Centre droit

146Fils d’un président de Chambre à la cour impériale de Douai, Jules Maurice est le descendant d’un député aux États généraux. Après des études de droit à Paris, il s’inscrit comme avocat d’assises à Douai mais n’exerce guère. De 1837 à 1842, il est maire de Brebières. En 1848, on le retrouve conseiller municipal de Douai. L’année 1852 lui ouvre les portes du conseil général dont il est vice-président à plusieurs reprises. Le poste de maire de Douai lui est confié la même année. En 1871, il est élu à l’Assemblée nationale, siège au Centre-droit, participe à la vie parlementaire et s’intéresse aux questions éducatives et scolaires. En 1876, il entre au Sénat, mais décède deux mois plus tard.

Maurice, Jules Louis Léon

2/02/1834 Douai

Député (1885-1889)

23/03/1890 Douai

Droite conservatrice

147Descendant d’une famille de magistrats, fils du député et sénateur du Nord, Jules Maurice, poursuit des études de droit à Douai. Reçu avocat, il entre rapidement dans la magistrature et siège exclusivement à la cour de Douai. Après un brillant mariage avec la fille d’un député nordiste, Léon Maurice participe à la guerre de 1870 avec le grade de capitaine de la garde nationale. D’abord maire d’Attiches, il entre au conseil municipal de Douai après son déménagement. En 1883, il est révoqué à la suite des lois sur la réforme de la magistrature. Après un échec en 1877, il est élu député en 1885. Il siège à droite, s’implique activement dans la vie parlementaire où il défend vigoureusement les intérêts agricoles du Nord.

Melin, Pierre

07/11/1863 (91)

Député Valenciennes 1 (1906-1911) ;

03/11/1929

(1914-1919)

Socialiste (SFIO)

148Ce fils de terrassier est d’abord commis de l’octroi à Paris puis employé à Valenciennes où, divorcé, il contracte une deuxième union. En 1906, il est facteur en instruments de musique, et représentant en spiritueux en 1914 alors qu’il dépose une nouvelle candidature à la députation. Militant du parti ouvrier français, il participe à la création de groupes socialistes dans le département du Nord qu’il représente dans divers congrès avant d’être promu délégué à la propagande de la fédération du Nord. Il est également le fondateur du Franc Parleur, le premier journal socialiste de Valenciennes et collabore à L’Emancipateur, organe fédéral du parti. Conseiller prud’hommal avant d’accéder aux fonctions de vice-président puis de président, il est élu en 1906 député, profitant du désistement du radical Albel Castiau, mais se fait battre en 1910par un autre radical, Gustave Bouvier, qui avait bénéficié du report des voix de droite. Il retrouve son mandat en 1914 avec l’étiquette Concentration républicaine socialiste, bénéficiant du désistement du radical socialiste Léon Millot. En 1919, candidat sur la liste socialiste du Nord, il ne fait pas partie des cinq candidats choisis par les électeurs et se retire de la vie politique.

Melun de, Anatole Louis Joachim Joseph

24/09/1807 Brumetz (02)

Député (1849-1852, 1871-1876)

15/01/1888 Belan-sur-Ource (21)

Droite monarchiste

149Riche propriétaire terrien, Anatole de Melun appartient au milieu aristocratique qui eut à subir les affres de la Terreur. Son frère jumeau, Armand, considéré comme l’un des premiers Catholiques sociaux, fut député d’Ille-et-Vilaine en 1849. Anatole de Melun sort de l’École polytechnique avec le grade d’officier d’artillerie. Il démissionne rapidement et se consacre à la gestion de son patrimoine. Catholique fervent et militant, il est l’un des champions de la cause cléricale dans le Nord. Il administre et dirige de nombreuses sociétés de bienfaisance. Conseiller municipal de Lille en 1848, puis conseiller général la même année, il fait son entrée à l’Assemblée législative en 1849, mais se retire après le coup d’État. Anti-bonapartiste convaincu, il n’exerce aucun mandat national sous l’Empire. En 1871, il est élu à l’Assemblée nationale et siège dans les rangs de la Droite légitimiste et cléricale. Malgré une activité importante, il se retire de la scène politique à l’issue de ce mandat.

Mention, Charles Joseph

28/01/1829 Paris

Député de Douai 2 (1876-1881)

27/12/1902 Douai

Centre-gauche

150Ce parisien d’adoption est le descendant d’un magistrat à la cour impériale de Douai. Après des études de droit à la faculté de Dijon, Charles Mention en sort avec le grade de docteur. Il s’inscrit au barreau de Douai où il exerce son activité jusqu’en 1870. Lors de la guerre de 1870, il est nommé sous-préfet de Douai. Il reste en poste jusqu’à sa révocation en 1873, à la chute de Thiers. En 1876, il figure parmi les conseillers municipaux de Douai et entre la même année à la Chambre des députés. Républicain convaincu, Charles Mention siège au Centre-gauche et s’implique dans la vie parlementaire. Réélu en 1877, il poursuit son activité, mais se retire en 1881 pour des raisons de santé, ce qui ne l’empêche pas d’être maire de Douai de 1888 à 1891.

Merlin, Charles Auguste

Député de Douai 1 (1876-1879)

22/12/1825 Lille

Sénateur (1879-1895)

6/04/1895 Douai

Opportuniste (Gauche républicaine)

151Charles Merlin descend d’une famille de la petite bourgeoisie négociante lilloise, même si la famille prétend descendre de Merlin de Douai. Après des études de droit à Paris, il s’inscrit au barreau de Douai dont il est le bâtonnier à plusieurs reprises. Au moment de la chute de l’Empire, il est nommé maire de Douai. À la chute de Thiers, il est révoqué de cette fonction. Élu conseiller général en 1874, il entre à la Chambre des députés en 1876 dans les rangs de la Gauche républicaine et s’implique dans la vie parlementaire. Il est réélu en 1877 mais opte pour le Sénat, en 1879. Il exerce un rôle prépondérant, siégeant à la Gauche républicaine qu’il préside longuement. Réélu en 1888, il préside la Commission des Neuf en charge de l’instruction du procès en Haute Cour du général Boulanger. De 1890 à 1893, il occupe la vice-présidence du Sénat. En 1894, il ne brigue plus la vice-présidence et décède peu après.

Mérode de, Charles Werner Marie Ghislain

13/01/1816 Villersexel (70)

Député du Doubs (1846-1848)

30/10/1905 Trélon

Député du Nord (1849-1853, 1871-1876)

Sénateur du Doubs (1876-1885)

Droite monarchiste

152Petit-neveu de La Fayette, le comte Charles Werner de Mérode appartient aux plus illustres familles de l’aristocratie européenne. La famille de Mérode, alliée aux Montalembert, de Moustier, Grimaldi, d’Arenberg, de Grammont est proche de la famille royale d’Espagne.

153Nommé secrétaire d’ambassade sous Louis-Philippe, il participe en 1871 à la discussion des préliminaires de paix. Très dévoué aux intérêts catholiques, il ne soutint le Second Empire que du bout des lèvres.

154Conseiller général et maire de Maiche (Doubs), il est élu député en 1846, mais se retire en 1848. En 1849, il se présente avec succès à l’Assemblée législative dans le Nord où la famille possède le marquisat de Trélon. Réélu en 1852, il démissionne l’année suivante et marque ses distances avec l’Empire. Candidat à l’Assemblée nationale de 1871, il opte pour le Nord à la suite de son élection dans ce département et dans le Doubs. En 1876, il veut représenter le Doubs au Sénat, mais échoue. Quelques mois plus tard, il parvient à ses fins à la suite d’une élection partielle. Lors du renouvellement de 1885, il est battu tant aux élections sénatoriales qu’aux législatives.

Michau, Théophile

08/03/1843 Souvigné (37)

Député Cambrai 1 (1889-1898)

12/05/1915 Paris

Opportuniste

155Industriel, il fut directeur d’un établissement de filature et de tissage de laine à Beauvois-en-Cambrésis. Il fut élu la même année conseiller général du canton de Cornières et député opportuniste. À la Chambre, il était spécialiste des questions commerciales.

Mlllot, Léon

07/10/1881 Saint-Mihiel (55)

Député Valenciennes 3 (1928-1932)

17/09/1960 Saint-Pierre-des-Nids (53)

Centre droit (Gauche radicale)

156Docteur en droit, avocat au barreau de Valenciennes, il participe aux combats de la Grande Guerre (il est blessé). Bien qu’attaché à la laïcité de l’État, Léon Millot représente l’aile droite de la famille centriste dans le Nord, c’est pourquoi on le retrouve à la présidence du Parti républicain du Nord fondé en 1926, après la scission au sein de la coalition centriste qui s’était formée pour les législatives de 1919 et de 1924. Maire de Valenciennes, de 1927 à 1940, Léon Millot entre à la Chambre en 1928 en battant un candidat de ce même parti socialiste qui le tient en échec en 1932. Entre temps, il avait été sous-secrétaire d’État à la Guerre durant quelques semaines (décembre 1930-janvier 1931) dans un éphémère gouvernement Théodore Steeg.

Morcrette-Ledieu, Louis

18/11/1853 Busigny

Député Cambrai 2 (1898-1902)

24/08/1919 Caudry

Progressiste (Centre-droit)

157Fils d’un cultivateur de Busigny, il devient à son tour propriétaire agricole et s’engage comme volontaire pendant la guerre de 1870. L’alliance avec la famille Ledieu (il se marie en 1881 avec Aglaë Ledieu, fille d’un fabricant de tulles de Caudry) lui offre de nouveaux horizons : devenu agriculteur et industriel, il se lance dans l’œuvre sociale (il fonde notamment les sociétés de secours mutuels de Caudry) tout en défendant les intérêts agricoles (il est président du comice agricole de l’arrondissement de Cambrai et membre des sociétés des agriculteurs de France et du département du Nord ; il fonde également l’école agricole de Wagnonville). En 1886, il entre en politique en représentant le canton de Clary au conseil général, ce jusqu’en 1898, date à laquelle il est élu à la Chambre des députés sous l’étiquette progressiste. Sa carrière politique sera de courte durée puisqu’il ne se représente pas aux élections de 1902.

Moreau, Émile

02/04/1837 Dannemarie-en-Montois (77)

Député Lille 5 (1889-1893)

13/06/1903 Bois-le-Roi (77)

Radical

158Fils d’un petit fonctionnaire, il entre, au sortir de l’école primaire, en apprentissage chez un géomètre. Employé au début de sa carrière comme conducteur de travaux publics (1860), il devient rapidement ingénieur des Ponts-et-Chaussées (1866), puis directeur des travaux municipaux de Roubaix. Franc-maçon, il est membre du comité anti-plebiscitaire et fonde alors le centre démocratique de Roubaix (ce qui lui vaudra d’être révoqué de son poste de directeur en 1874). En 1880, il intègre la direction des magasins généraux. La même année, il est élu conseiller général du canton de Roubaix-ouest. Élu à la députation en 1889 comme candidat radical, il sera battu aux élections de 1893, 1898, et 1902. Il est l’auteur de textes et mémoires sur les travaux publics et a également publié L’évansile et la démocratie (1869) ainsi que L’idée républicaine (1870).

Morel, Joseph

28/08/1844 Ancis

Député (1885-1888)

28/07/1918 Lallaing

Droite conservatrice

159Issu d’une famille de propriétaires artésiens, Joseph Morel, après des études juridiques, est nommé auditeur au Conseil d’État ; puis, après son mariage et son alliance avec la famille Butruille, il se fixe à Douai et à Lallaing en qualité de propriétaire et devient régisseur du prince d’Aremberg. Il préside le syndicat de dessèchement de la Scarpe. Il est maire de Lallaing à partir de 1874, et conseiller d’arrondissement de Douai pour le canton Douai-nord de 1879 à 1892. Il est élu député sur la liste conservatrice en 1885 et se spécialise à la Chambre dans les problèmes agricoles et juridiques, étant l’auteur notamment d’une proposition de loi sur l’établissement d’un casier civil. Il ne se représente pas en 1889 mais devient conseiller général de Douai-nord (1892-1898).

Motte, Eugène

15/12/1860 Roubaix

Député Lille 7 (1898-1906)

23/10/1932 Roubaix

Progressiste (Centre-droit)

160Fils d’Alfred Motte, l’une des grandes figures du patronat textile, Eugène Motte entre à l’usine dès la fin de ses études secondaires et donne une grande extension à l’empire industriel hérité de son père. Membre de la chambre de commerce de Roubaix durant vingt-cinq ans, président du Crédit du Nord, présent dans de nombreux conseils d’administration, il joue un rôle de premier plan dans l’économie régionale et nationale. Président-fondateur de la Fédération républicaine de France (1903), il entend combattre le socialisme qui a fait de Roubaix l’une de ses citadelles : succédant à H. Carrette à la mairie de Roubaix (1902) avant d’en être écarté par Jean Lebas (1912), il est l’adversaire de Jules Guesde sur lequel il l’emporte aux législatives de 1898 et de 1902 avant de devoir lui céder son mandat en 1906. Eugène Motte est d’autre part conseiller général de Roubaix-est de 1895 à 1913. Pendant la Grande Guerre, il est emmené comme otage en Allemagne en 1915. Honoré de nombreuses décorations, Eugène Motte était notamment commandeur de la Légion d’honneur.

Musmeaux, Arthur

24/06/1888 Anor

Député Valenciennes 2 (1936-1940)

05/07/1981 Petite-Forêt

Communiste

161Fils d’un terrassier militant syndical, Arthur Musmeaux entre en apprentissage à l’usine Cail de Denain et exerce le métier de métallurgiste jusqu’à son élection à la Chambre. Il adhère aux Jeunesses socialistes en 1905 et rejoint le parti communiste lors de la scission de Tours. En 1920, il fonde la section syndicale des métallurgistes de Raismes dont il est ultérieurement secrétaire. En 1934, il devient secrétaire de l’Union locale CGTU des métaux de Valenciennes, puis en 1936 de l’Union CGT réunifiée. De 1934 à 1939 il siège à l’Union départementale des syndicats du Nord. Il a en outre créé le Secours rouge et le journal syndical Le Tuyau. Déjà conseiller municipal de Petite-Forêt en 1925 et conseiller d’arrondissement de Valenciennes-est en 1935, il remporte la victoire aux élections législatives de 1936 grâce au désistement du socialiste Ernest Couteaux. Arrêté le 16 janvier 1940 après l’interdiction du parti communiste, il est emprisonné puis déporté au bagne en Algérie par le régime de Vichy. Il siège à nouveau au Palais-Bourbon de 1945 à 1958 puis de 1962 à 1973. Sa fille Lilly Musmeaux-Lefebvre sera maire de Raismes, conseillère générale et député suppléant.

Nicolle, Louis

16/06/1871 Lille

Député (1924-1928), Lille 1 (1928-1936)

23/07/1942 Paris

Droite

162Jeune bachelier, Louis Nicolle est associé à l’affaire de son père, une filature de lin de Lambersart, avant d’en assumer la direction au décès de ce dernier (1903). Il devient président du comité linier de France, ainsi que de la société industrielle du Nord (1912-1927), et joue un rôle actif dans diverses sociétés savantes. Conseiller municipal, puis adjoint et enfin maire de Lomme (1904-1919), Louis Nicolle est élu au scrutin de liste en 1924 (il siège d’abord à l’URD) puis au scrutin d’arrondissement en 1928 et 1932 (il rejoint le Groupe républicain et social). Catholique, homme de droite, il n’en tisse pas moins des liens avec des hommes politiques du centre gauche, et il entre dans le gouvernement Sarraut, comme ministre de la Santé publique de janvier à juin 1936 (à ce titre, il pose la première pierre de la future Cité hospitalière de Lille). Désavoué par ses amis politiques, il ne se représente pas en 1936. Titulaire de nombreuses décorations, Louis Nicolle était notamment officier de la Légion d’honneur.

Outters, Auguste Henri Alphonse

13/06/1849 Hondschoote

Député Hazebrouck 1 (1881-1885)

Entre 1901 et 1922, en fuite (Italie ?)

Opportuniste (Union républicaine)

163Alphonse Outters appartient à un milieu de notables locaux, très impliqués dans l’administration communale et départementale. Implanté à Steenvoorde comme notaire, il épouse la fille du conseiller d’arrondissement, Heem. Républicain convaincu, il est élu conseiller général en 1879, mandat qu’il cumule, à partir de 1884 avec celui de maire de Steenvoorde. En 1881, il est élu à la Chambre des députés pour un unique mandat. Il ne s’implique que faiblement dans la vie parlementaire et siège à gauche Il connaît trois échecs consécutifs en 1885, 1889 et 1893. En 1901, à la suite d’importantes malversations commises à l’encontre de nombreux clients de l’étude notariale, il disparait sans qu’on puisse retrouver sa trace. Par la suite, son épouse effectue plusieurs séjours en Val d’Aoste (Italie)

Pajot, Jules

Député (1871-1875)

01/02/1809 Paris

Sénateur inamovible (1876-1848)

12/01/1898 Paris

Monarchiste légitimiste

164Jules Pajot est issu d’une famille de moyenne bourgeoisie parisienne. Il exerce la profession de notaire à Paris de 1837 à 1867 et préside la Chambre des notaires de la capitale. Son mariage avec la fille d’un négociant lillois en 1830 est à l’origine de ses liens avec la capitale des Flandres. Lié au comte Armand de Melin, il s’engage dans diverses œuvres religieuses et charitables et amorce une carrière politique en 1852 en devenant conseiller municipal de Lille et conseiller d’arrondissement. La poussée libérale des années soixante le prive de ses mandats, mais il trouve place en 1871 au sein de la liste conservatrice lors des élections à l’Assemblée nationale. Légitimiste conservateur, Pajot fait partie des “chevau-légers” et il est l’un des grands bénéficiaires du pacte conclu entre les républicains et certains légitimistes pour la désignation des sénateurs inamovibles. Il siège dès lors à l’Extrême-droite sénatoriale jusqu’à sa mort en 1898.

Parmentier, André

11/03/1896 Lille

Député Dunkerque 2 (1932-1940)

08/04/1991 Boulogne-Billancourt (92)

Droite (URD-Fédération républicaine)

165André Parmentier, dont le père fut avocat et adjoint au maire de Lille, devient lui-même avocat (il sera bâtonnier du barreau de Dunkerque) après avoir obtenu sa licence en droit à la faculté libre de Lille (ses deux frères appartiennent eux aussi au milieu juridique). Engagé, blessé et décoré de la Légion d’honneur (il sera fait officier) à l’occasion de la Grande Guerre, il devient vice-président départemental de l’UNC et figure parmi les orateurs les plus assidus de la FNC dans les années 1920. Au lendemain de son second mandat (1936), il prend rang parmi les chefs de l’opposition au Front populaire à la Chambre. Engagé à nouveau en 1939, il est fait prisonnier, mais peut reprendre son cabinet d’avocat après plusieurs mois de captivité, et soutient activement la politique du Maréchal Pétain. Préfet des Vosges (octobre 1941) puis préfet régional de Rouen, il devient en janvier 1944 secrétaire général au ministère de l’Intérieur dans le gouvernement Laval. Il occupe les fonctions de directeur général de la Police nationale, ce qui lui vaut d’être condamné en 1949 à 5 ans de dégradation nationale par la Haute Cour de Justice, mais il est immédiatement relevé de cette condamnation. Il se tient désormais à l’écart de la vie politique.

Parsy, Auguste

29/01/1878 Annoeullin

Député Lille 6 (1928-1932)

08/05/1934 Annoeullin

Socialiste (SFIO)

166Fils d’un ouvrier mineur et d’une couturière. Il descendit à la mine au sortir de l’école primaire et exerça longtemps le métier paternel jusqu’au moment où son activité de coopérateur en fît, en 1925, un gérant de la coopérative de consommation “La solidarité annoeullinoise”. Il fut également le fondateur de “La Prévoyance”, société coopérative d’habitation à bon marché. Militant syndicaliste et socialiste, son nom fut intimement lié au mouvement ouvrier dans toute la région d’Annoeullin. Devenu conseiller municipal de sa ville natale, il en fut le maire de 1912 à sa mort. Il représenta le canton de Seclin au conseil d’arrondissement à partir de 1910 puis au conseil général. Il avait appartenu au POF avant l’unité et en 1920, il opta pour la SFIO. En 1928, il fut élu député dans la 6e circonscription de Lille. En 1932, il fut battu au scrutin de ballottage par le radical indépendant Victor Desprez.

Parsy, Édouard Casimir Désiré

Député (1874-1876)

18/10/1829 Cambrai

Député Cambrai 2 (1876)

17/08/1876 Cambrai

Centre-Gauche

167Fils et petit-fils de négociants, Édouard Parsy est le neveu de Jules Brabant. Après avoir été lui-même négociant, il siège au tribunal de commerce durant de longues années. Jouissant d’une solide fortune, il possède d’importants intérêts charbonniers et siège au conseil d’administration des mines de la Vicoigne et de Noeux. Conseiller municipal de Cambrai, il occupe le fauteuil majorai de la ville à la chute de l’Empire. On ne lui trouve que très difficilement un successeur lorsqu’il est révoqué en 1873, à la chute de Thiers. Élu député en 1874, à la faveur d’une élection partielle, il siège dans les rangs républicains, au Centre-gauche. Il s’implique faiblement dans l’action parlementaire, mais est réélu en 1876 et décède peu de temps après.

Pasqual, Léon

Député Avesnes 1 (1899-1924)

04/02/1869 Avesnes

Sénateur (1924-1927)

05/03/1927 Paris

Radical-socialiste

168Issu d’une famille de notables républicains d’Avesnes-sur-Helpe, il est le neveu d’Ernest Guillemin, avocat et député (1876-1885) et le cousin de Léon Guillemin également avocat et député (1890-1899). Après des études au lycée de Douai et à la faculté de droit de Paris, il obtient sa licence en droit et embrasse la carrière d’avocat. Il entre en politique en 1896 en devenant adjoint au maire d’Avesnes (fonction qu’il quitte temporairement de 1919 à 1925) avant d’être élu député en 1899 (suite au décès de son cousin) de la première circonscription d’Avesnes sous l’étiquette radical-socialiste. Réélu sans discontinuité jusqu’en 1924, il adopte l’étiquette républicain (Union républicaine démocratique). À la Chambre, il est viceprésident de la commission des mines, vice-président de la commission des régions libérées et appartient à la commission interministérielle des otages de représailles, prisonniers de guerre et politiques. Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre, officier du mérite agricole, il entre au Sénat en 1924 et y siège jusqu’à son décès en 1927.

Plancke, Gabriel

29/01/1886 Saint-Sylvestre-Cappel (59)

Député Hazebrouck 1 (1936-1940)

11/02/1954

Démocrate chrétien

169Gabriel Plancke est issu d’une famille de cultivateurs flamands. Après avoir été professeur dans divers collèges libres, puis à l’École des hautes études industrielles et commerciales de Lille, il quitte en 1922 l’enseignement pour prendre la direction d’une importante maison de commerce et d’imprimerie. Il assure à cette même date la direction du Cri des Flandres, organe des démocrates-chrétiens de la région. Disciple de l’abbé Lemire, Gabriel Plancke dirige de nombreuses sociétés de bienfaisance d’éducation et de solidarité et milite dans l’œuvre des jardins ouvriers. Conseiller général de Steenvoorde en 1934, il est élu député en 1936, siégeant au groupe de la Gauche indépendante.

Plet, Ernest

07/04/1864 Viesly

Député (1919-1928)

24/05/1929 Grasse (06)

Socialiste (SFIO)

170Fils d’un ouvrier tisseur, il suivit la voie paternelle et devint ouvrier tulliste puis chapelier à Caudry où il se fixa en 1880. En 1890, il fonda le syndicat des ouvriers tullistes puis fut secrétaire de la bourse du travail de Caudry. Élu conseiller municipal de Caudry en 1892, il devint adjoint en 1900 avant d’assurer les fonctions de maire de 1912 à 1919. Élu conseiller général du canton de Clary de 1910 à 1922, il entra à la Chambre des députés en 1919 et siégea dans les rangs de la SFIO jusqu’en 1928, date de son échec au renouvellement de son mandat.

Plichon, Charles Ignace

Député (1846-1848, 1857-1870,

28/06/1814 Bailleul

1871-1876, 1885-1888)

3/06/1888 Paris

Député Hazebrouck 2 (1876-1885)

Droite conservatrice

171La famille d’Ignace Plichon appartient à la bonne bourgeoisie nordiste fortement impliquée dans la vie politique départementale. Ignace Plichon poursuit de brillantes études juridiques à Paris et décroche le diplôme de docteur en droit. Devenu avocat, présenté à Guizot, il est chargé d’une mission gouvernementale en Perse. Un brillant mariage lui permet d’intégrer le conseil d’administration de la compagnie des mines de Béthune dont il devient le président. Dès 1846, il siège à la Chambre des députés, mais se retire lors des élections de 1848. En 1849, Il entre au conseil général du Nord. Élu en 1857 au corps législatif, il s’oppose à plusieurs reprises à la politique impériale, mais participe au cabinet Ollivier (ministre des Travaux publics). À partir de 1857 il est constamment réélu à la Chambre des députés, jusqu’à son décès. Son activité parlementaire est modérée, même si la presse le crédite d’une influence certaine auprès de ses collègues. Il siège, à partir de 1871, dans les rangs de la droite conservatrice dont il devient le leader nordiste incontesté. Sa défense zélée du catholicisme et du protectionnisme ainsi que son profond enracinement local contribuent également à sa notoriété et lui permettent de briguer avec succès la présidence du conseil général de 1876 à 1880.

Plichon, Jean

Député Hazebrouck 2 (1889-1920)

14/06/1863 Bailleul

(1924-1928 ; 1928-1936)

22/09/1936 Oxelaëre

Sénateur 1920-1924

Droite (monarchiste rallié - ALP)

172Issu d’une vieille famille des Flandres, il suit les traces de son père, Charles-Ignace Plichon, qui fut député de la fin de la monarchie de Juillet aux débuts de la Troisième République, ministre (1870) et président du conseil général. Ingénieur des arts et manufactures, Jean Plichon a des intérêts dans la terre et l’industrie. Il termine la guerre de 1914-1918 avec le grade de lieutenant-colonel d’artillerie, décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur (dont il sera fait officier en 1924). Conseiller général de Bailleul-sud-ouest de 1888 à 1919, Jean Plichon entre au Parlement en 1889, sous la bannière monarchiste, avant de se rallier à la République dans les années 1890. Catholique, il devient dans les années 1900 l’un des membres influents de l’Action libérale populaire au plan départemental et national. Après un bref passage au Sénat au lendemain de la première guerre mondiale (il siège dans les rangs de la Gauche républicaine), Jean Plichon retrouve le Palais-Bourbon en 1924, et s’inscrit à l’Union républicaine démocratique. Il est alors l’un des principaux animateurs de l’organisation de la droite catholique dans le Nord, l’Entente républicaine démocratique. Affaibli par l’âge et la maladie, il se fait plus rare à la Chambre au cours de son dernier mandat (1932-1936) avant de passer le flambeau à son neveu, Jean-Pierre Plichon, qui lui succède en 1936.

Plichon, Jean-Pierre

13/03/1907 Paris

Député Hazebrouck 2 (1936-1940)

14/05/1966 Lille

Droite (Républicain indépendant)

173Ingénieur de l’École centrale, ancien élève de l’École libre des sciences politiques, Jean-Pierre Plichon devient industriel. Il est élu en 1936 dans la circonscription que son oncle représentait depuis 1889 et siège parmi les Républicains indépendants et d’action sociale. Sous l’Occupation, il fait fonction d’adjoint au maire de Bailleul. Sa carrière politique est, en fait, interrompue à la Libération (c’est sans succès qu’il se présente en 1961 aux cantonales, à Lille-sud-ouest, alors qu’il est délégué départemental de la “Démocratie chrétienne” fondée en 1958 par Georges Bidault).

Potié, Auguste

28/11/1858 Haubourdin

Sénateur (1903-1939)

17/10/1939 Haubourdin

Centre gauche (Gauche démocratique radicale

et radicale socialiste)

174Issu d’une vieille famille liée à la terre, Auguste Potié prend, très jeune, la tête d’une exploitation agricole ; bien que n’ayant pas fréquenté l’enseignement au-delà de l’école primaire, il se dote d’une solide culture acquise par un effort personnel et suivi. Il s’engage dans de nombreuses associations : il est délégué cantonal, président de la Société des agriculteurs du Nord. La politique l’attire très tôt - son père fut lui-même l’un des pionniers de l’idée républicaine dans le Nord - s’opposant au Second Empire, avant de devenir maire et conseiller général d’Haubourdin. Son frère, Georges, sera d’ailleurs député (1910-1914) ; de même que son gendre, Victor Desprez (1932-1936). La carrière politique d’Auguste Potié est remarquable par sa longévité : conseiller municipal (1887), premier adjoint (1892) puis maire (1900-1935) d’Haubourdin, il représente le canton du même nom de 1892 à 1928 au sein du conseil général, dont il est vice-président (1913-1922) puis président (1922-1928). C’est comme maire, ayant refusé de céder aux exigences de l’ennemi, qu’il a été déporté en Allemagne pendant la Grande Guerre. Entré au Sénat en 1903, Auguste Potié siège au groupe de la Gauche démocratique, radicale et radicale-socialiste. Une mort brutale, en 1939, met un terme à près d’un demi-siècle de vie publique. Auguste Potié avait reçu de nombreuses distinctions : il était notamment chevalier de la Légion d’honneur, officier du Mérite agricole et de l’Instruction publique, ainsi que Commandeur de l’Ordre de Léopold de Belgique.

Potié, Georges

03/09/1863 Haubourdin

Député Lille 5 (1910-1914)

17/10/1937 Haubourdin

Radical

175Fils d’un notable rural (son père, cultivateur, fut conseiller général) et frère du sénateur Auguste Potié, il reprend l’exploitation familiale et occupe de nombreuses fonctions au sein d’organisations syndicales et professionnelles. Maire de Loos en 1893, il est élu à la Chambre des députés en 1910. Il ne siége que le temps d’une législature ; battu en 1914 et en 1919, il ne conserve que son mandat local, et ce, jusqu’en 1925 date à partir de laquelle il se consacre à l’agriculture.

Ragheboom, Auguste

02/08/1859 Lille

Député Lille 5 (1914-1919)

27/10/1939 Lille

Socialiste (SFIO)

176Né d’un père ouvrier teinturier, Auguste Ragheboom entre très tôt dans la vie active comme ouvrier corroyeur et sellier. Il s’engage rapidement dans le syndicat des cuirs et peaux (secrétaire en 1885) et fonde ensuite le syndicat des marchands de journaux dont il assure le secrétariat. Conseiller prud’homme, il devient vice-président de ce conseil en 1898. Il milite également au sein du Parti ouvrier français depuis 1885puis de la SFIO. Conseiller d’arrondissement de Lille, conseiller municipal de 1900 à 1904, il est élu député en 1914 mais ne retrouve pas son siège au scrutin de liste de 1919.

Raux, Lucien

18/01/1897 Fresnes sur Escaut (59)

Député Valenciennes I (1936-1940)

10/11/1959 Lyon (69)

Communiste

177Issu d’une famille ouvrière, Lucien Raux parvint en suivant des cours du soir de comptabilité à obtenir le certificat de teneur de livres alors qu’il travaillait comme galibot. Ouvrier mineur souvent licencié pour son activité syndicale, il fut aussi marchand des quatre-saisons. Il est en 1923 trésorier-adjoint puis en 1924 secrétaire du syndicat CGTU des mineurs du bassin d’Anzin. Il adhère au parti communiste dont il dirige la section locale d’Onnaing et il conquiert la mairie de la ville en 1929. Conseiller d’arrondissement de Valenciennes en 1934, il est élu député en 1936. En 1939, comme vingt de ses camarades, il rompt avec le PCF lors de la signature du parti germano-soviétique et fonde l’Union populaire française ; il vote en juillet 1940 les pleins pouvoirs à Pétain. Menacé de représailles au temps de la Libération pour ses accointances avec Marcel Gitton (ancien communiste qui s’est rapproché des milieux collaborationnistes) il préfère s’exiler dans le Rhône.

Renard, Léon Louis

Député Valenciennes 2 (1876-1878)

16/03/1836 Valenciennes

Député (1885-1889)

5/01/1916 Valenciennes

Député Valenciennes 1 (1889-1893)

178Droite bonapartiste Léon Renard appartient à la grande bourgeoisie d’affaires qui ne dédaigne pas l’action politique. Déjà, le grand-père qui possédait de très importants actifs dans les mines d’Anzin, était maire de Fresnes-sur-Escaut. Le père, régisseur des mines d’Anzin, racheta la verrerie de Fresnes qu’il développa activement mais fut aussi conseiller général et maire. Léon Renard, après des études d’ingénieur chimiste à l’École centrale, poursuivit l’œuvre paternelle. Grâce à la fortune et aux relations familiales, il présida aux destinées des mines de Vicoigne, à celles de la société métallurgique de Senelle-Maubeuge ainsi qu’à celles de la chambre des houillères du Nord-Pas-de-Calais. Vice-président du comité central des houillères de France, membre de la chambre de commerce et juge au tribunal de commerce, il épousa Adeline Canonne, fille du président du syndicat des maîtres-verriers de France. Beau-frère du préfet et député Charles Levert, il était aussi le cousin du député Alfred Girard qu’il combattit sur la scène politique. Conseiller d’arrondissement puis député au groupe de l’Appel au Peuple, il conquit, en 1877, la mairie de Fresnes. A peine réélu à la Chambre, il fut invalidé puis battu par son cousin Girard. Réélu à la Chambre qu’en 1885, il s’y montra fort actif sur les questions économiques et industrielles et y défendit les intérêts patronaux nordistes. Réélu en 1889, il suivit les mêmes orientations avant de subir deux échecs en 1893 et 1898.

Roger du Nord, Édouard

Député (1834-1848/1849-1851/1871-1875)

20/11/1803 Paris

Sénateur inamovible (1876-1811)

11/06/1881 Paris

Centre-droit puis Centre-gauche

179Édouard Roger appartient à la noblesse d’Empire d’origine protestante et reçoit par lettre patente en 1830 le titre de comte et l’appellation “Roger du Nord”. Après une carrière diplomatique sous la Restauration, il s’engage dans la politique en 1834 en devenant député de Dunkerque et rejoint assez vite les amis de Thiers. Il est aussi conservateur du domaine royal. Roger du Nord est l’un des fondateurs du Jockey-Club. Il refuse en 1848 le ralliement à la République et, réélu en 1849 sur la liste du Parti de l’ordre dans le Nord, il siège parmi la fraction orléaniste intransigeante, favorable à la candidature du prince de Joinville aux futures élections présidentielles. Vivement opposé au coup d’État du 2 décembre, il abandonne la vie politique. En 1870, il est lieutenant-colonel de la Garde nationale et pendant la Commune, chef d’état-major du général d’Aurelle de Paladines, assurant le commandement des gardes nationales légalistes. Il retrouve naturellement son mandat de député du Nord en 1871 au sein de la liste conservatrice. Toujours fidèle à Thiers, il le suit dans son ralliement à la République conservatrice. Son opposition à l’Empire et au cléricalisme lui vaut d’être inclus dans le pacte conclu entre légitimistes et républicains pour la désignation des sénateurs inamovibles. Il siège au Centre-gauche et soutient la politique anticléricale des républicains.

Rogez, Paul

20/12/1869 Lille

Député Lille 3 (1898-1902)

20/09/1914 Paris

Progressiste (Centre-droit)

180Le père de Paul Rogez, Louis, appartenait à la bourgeoisie de promotion. Employé de commerce à Lille, il devint en 1881 chef de maison et négociant. C’est lui qui aurait dû devenir député de Lille en 1898 car il avait été désigné comme candidat républicain libéral, tout comme en 1895 lors d’une élection partielle. Conseiller général du Nord, vice-président de l’association des sociétés de secours mutuel, fondateur de la société philanthropique “La Liberté”, c’était un notable bien implanté. Mais il se désista à quelques jours du scrutin et ses amis firent appel in extremis à son fils, moins connu, pour le remplacer. Après des études de droit à Paris, il s’était établi avoué à Lille en 1894. Paul Rogez siégea à la commission des affaires judiciaires et proposa deux lois sur les biens de famille et sur les sociétés de secours mutuel. Mais mal enraciné, il quitta la vie politique en 1902.

Rotours des, Eugène, baron

23/10/1833 Aniche

Député (1871-1895), Lille 4 (1876-1885 ; 1889-28/

03/1895 Paris

1895)

181Monarchiste rallié Issu d’une vieille famille de la noblesse normande, Eugène des Rotours est, par sa mère, le petit-fils du député Charles-Ignace Plichon. Après avoir obtenu le doctorat en droit, il est conseiller à la préfecture du Nord (1861-1868) ; puis il se tourne vers l’agriculture et les industries qui lui sont liées (reprenant ainsi le chemin tracé dès 1832 par son père, Antonin des Rotours, après une brève carrière militaire). De même, Eugène des Rotours hérite de tous les mandats exercés par son père quand celui-ci décède, en 1868 : maire d’Avelin - puis de Mérignies (où il s’est installé), conseiller général d’Orchies, il accède sous le Second Empire au corps législatif (1868-1870 - 3e circonscription du Nord) avant d’être élu à l’Assemblée nationale (1871-1876), puis de représenter la 4e circonscription de Lille de 1876 à sa mort, en 1895. Durant cette longue carrière parlementaire (plus d’un quart de siècle), Eugène des Rotours évolue du bonapartisme (il est favorable à l’inflexion libérale esquissée à la fin du Second Empire) au ralliement (tardif) à la République, en siégeant sur les bancs de la Droite constitutionnelle. A la Chambre, il intervient essentiellement sur les questions économiques et douanières (il s’oppose notamment dans les années 1880 à la politique coloniale, jugée trop coûteuse).

Rotours des, Guillaume, baron

Député (1919-1935), Lille 4 (1928-1935)

01/07/1888 Cambrai

Sénateur (1935-1940)

04/08/1970 Pouilly-sur-Loire (58)

Droite (URD puis Centre droit)

182Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de député, Guillaume des Rotours s’oriente très tôt vers la politique, après avoir obtenu une licence en droit (la grande fortune dont il dispose, pour l’essentiel en terres affermées, lui en laisse le loisir) : il représente le canton d’Orchies au conseil d’arrondissement dès 1913, à 25 ans (il en deviendra le conseiller général en 1937). Mobilisé en 1914, il termine la guerre comme capitaine, décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur. Devenu maire, en 1919, de la commune d’Avelin, où il réside dans le château familial, Guillaume des Rotours entre la même année au Palais-Bourbon, en étant élu sur une liste de droite. Il est réélu dans les mêmes conditions en 1924, avant d’affronter le scrutin d’arrondissement en 1928 et d’y triompher au second tour de son adversaire socialiste (le même scénario se renouvelle en 1932). Siégeant d’abord sur les bancs de la droite (URD), Guillaume des Rotours évolue vers le centre droit et rejoint ainsi les “républicains de gauche” : c’est là la condition préalable à son élection au Sénat, où il entre en décembre 1935 à l’occasion d’une élection partielle, et où il rejoint les élus de l’Union démocratique et radicale, jusqu’à la seconde guerre mondiale. Il se tient à l’écart de la vie politique à la fin de l’Occupation.

Rotours des, Raoul, baron

08/04/1860 Avelin

Député Douai 2 (1897-1900)

28/03/1900 Avelin

Droite (Républicain libéral)

183Fils du député Eugène des Rotours et père du sénateur Guillaume des Rotours, il passe toute sa vie dans le château acheté par la famille en 1845 ; il y est formé par des précepteurs (comme son père), puis s’oriente (comme ce dernier) vers les études juridiques, et il obtient une licence en droit. Il tire ses revenus de ses vastes propriétés (mises en fermage) et de ses intérêts dans l’industrie. Maire d’Avelin depuis 1888 (il y succède à son père, installé à Mérignies), conseiller d’arrondissement de Pont-à-Marcq (1886-1895), puis conseiller général d’Orchies (1895-1900), canton que représentait son père jusqu’à son décès, Raoul des Rotours entre à la Chambre en 1897 (il y remplace E. Dubois, devenu sénateur) ; il est réélu en 1898, mais il décède en 1900, emporté prématurément par la maladie. Catholique, rallié à la République (il se présente comme “Républicain constitutionnel” en 1897 et s’inscrit à l’Action libérale en 1898), Raoul des Rotours intervient pour l’essentiel sur les questions agricoles et industrielles, comme son père avant lui. On le voit : en toutes choses, le fils a marché dans les pas de son père.

Roussel, Édouard

28/02/1890 Roubaix

Sénateur (1932-1940)

15/12/1965 Roubaix

Centre droit (Union démocratique et radicale)

184Après ses études secondaires, Édouard Roussel se tourne vers l’industrie textile, suivant en cela la tradition familiale. Il est à ce titre membre du syndicat patronal textile de Roubaix. Mais il est très tôt attiré par la politique, probablement sous l’influence de son père, qui fut premier adjoint au maire de Roubaix et conseiller général au début du siècle, ainsi que sous celle de son beau-père, Eugène Motte, député-maire de la capitale de la laine à la même époque. Entré au conseil général en 1928 en ayant battu Jean Lebas (sans doute fut-il porté par le poincarisme et le climat d’“union nationale” d’alors favorables aux modérés), Édouard Roussel représente le canton de Roubaix-ouest jusqu’en 1940. Il entre au Sénat quatre ans plus tard, et y siège sur les bancs de l’Union démocratique et radicale. La seconde guerre mondiale met un terme à sa carrière politique.

Roy Le, Alfred

29/04/1875 Crévecoeur-sur-Escaut

Député Cambrai 1 (1906-1919)

04/03/1944 Nice (06)

Radical

185Fils d’un agriculteur de Crévecoeur-sur-Escaut, il reprend l’exploitation familiale et devient secrétaire des agriculteurs du Nord. Défenseur de la laïcité et des ouvriers, il conquiert la mairie de Lesdain en 1904 avant d’être élu à la Chambre en 1906 et de siéger parmi les radicaux. Il rejoint la franc-maçonnerie en 1908 (loge Thémis) et est réélu en 1910puis en 1914. Fait chevalier de la Légion d’honneur et médaillé militaire (il est pendant la première guerre mondiale lieutenant au 15e bataillon territorial), il est battu aux élections de 1919 et de 1924 et se retire de la vie politique en 1928.

Roy Le, Félix

07/03/1826 Douai

Député (1885-1889)

05/08/1905 Lille

Droite conservatrice

186Félix Le Roy appartient à une ancienne famille de robe. Son père, Le Roy dit “de Falvy "fut président de chambre à la Cour de Douai où siégea son cousin germain Fiévet. Il fait lui aussi carrière dans la magistrature et préside, après 1871, le tribunal de Lille. Il s’oppose aux décrets sur les congrégations de 1880, ce qui lui vaut une mise à la retraite d’office en 1883. Il accepte de présider en liaison avec Charles Ignace Plichon, le comité départemental “indépendant” regroupant les conservateurs et se porte à la députation en 1885. En 1889 il renonce à la vie parlementaire, mais continue de présider le comité conservateur ainsi que le conseil d’administration de la société éditrice des journaux Le Nouvelliste et la Dépêche.

Saint-Venant, Charles

08/02/1867 Lille

Député (1919-1926)

16/05/1926 Lille

Socialiste (SFIO)

187Issu du milieu ouvrier, il entre à l’atelier à l’âge de 10 ans et suit des cours d’adulte le soir. Devenu ouvrier confiseur en 1882, il se lance ensuite dans la lutte ouvrière militante ; en 1898, il est secrétaire de la bourse du travail de Lille, en 1913 secrétaire de l’Union départementale des syndicats ouvriers du Nord ; il obtient la médaille d’or des syndicats professionnels. Élu conseiller d’arrondissement en 1904, puis conseiller général de Lille-sud-est (1907-1926), il devient adjoint au maire de Lille en 1919 tandis que la même année il entra au Palais-Bourbon sous l’étiquette SFIO où il siége jusqu’à sa mort, en 1926.

Saint-Venant, Charles

07/11/1898 Lille

Député Lille 4 (1936-1940)

14/04/1953 Lille

Socialiste (SFIO)

188Fils du député Charles Saint-Venant, il fut, tout comme son père, ouvrier confiseur avant de devenir employé. Trésorier de la section SFIO de Lille, il reprit le mandat de son père au conseil général lors de son décès en 1926 (canton de Lille-sud-est). En 1929, il fut élu adjoint au maire de Lille puis maire en 1936. La même année, il triompha à la députation. Révoqué par Vichy en 1940 bien qu’ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain, il fut arrêté par les Allemands pour faits de résistance et incarcéré (1943-1944). Après la Libération, relevé de son inéligibilité, il fut élu conseiller municipal en 1949, fonction qu’il exerça jusqu’à son décès survenu en 1953.

Salengro, Henri

23/04/1904 Dunkerque

Député Lille 2 (1937-1940)

21/12/1958 Lille

Socialiste (SFIO)

189Frère cadet de Roger, Henri Salengro, après des études de droit, devint journaliste et, suivant l’exemple de son aîné entra à la SFIO à 17 ans. Maire de Lomme, il prit sa succession à la Chambre en 1937 et fut élu la même année conseiller général de Lille-Sud. Secrétaire général de la Chambre en 1938, il vota en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain. En 1944, il fut exclu de la SFIO.

Salengro, Roger

30/05/1890 Lille

Député Lille 2 (1928-1936)

18/11/1936 Lille

Socialiste (SFIO)

190La famille de Roger Salengro appartient à la moyenne bourgeoisie, son père était fabricant de bonneterie, sa mère institutrice. Il embrasse la cause du socialisme lors de ses études supérieures ; il fonde, en 1909, à Lille, le groupe des étudiants collectivistes et adhère la même année à la SFIO. Inscrit sur le carnet B des antimilitaristes, il est emprisonné en août 1914 mais se rallie à l’Union sacrée. Rapidement libéré, il part sur le front et il est fait prisonnier en octobre 1915. Il refuse de travailler dans une usine de matériel de guerre allemand et il est condamné de ce fait à deux ans d’internement dans un camp disciplinaire dont il sort très éprouvé en avril 1918, pour être rapatrié en Suisse. En 1919, il devient rédacteur en chef au Cri du Nord, nouvel organe de presse des socialistes et au poste de secrétaire administratif de la fédération, il est le bras droit de Gustave Delory. En 1920, il se pose en adversaire résolu de l’adhésion à la Troisième Internationale. Il dirige de fait la fédération du Nord après 1920 et il est l’artisan de sa reconstruction. A la mort de Gustave Delory, il devient secrétaire général adjoint. Il gravit parallèlement les échelons de la carrière politique en étant élu dès 1919 conseiller municipal et conseiller général de Lille avant d’accéder à la mairie en 1925 puis à la députation en 1928. Après la victoire du Front populaire, Léon Blum lui confie le ministère de l’Intérieur. Il devient dès lors l’homme à abattre, surtout après la dissolution des ligues d’extrême droite. Celles-ci entament une violente campagne contre Salengro, accusé d’avoir déserté pendant la guerre, alors qu’il a été acquitté par le Conseil de guerre en janvier 1916. Malgré un vote de confiance de la Chambre des députés, Roger Salengro, profondément affecté par la campagne de calomnies, se suicide à Lille le 17 novembre 1936. L’événement provoque une émotion considérable et ses obsèques sont un des grands temps forts du mouvement socialiste dans la région.

Screpel, Achille

Député Lille 3 (1876-1885)

22/01/1822 Roubaix

Sénateur (1888-1897)

21/05/1899 Roubaix

Opportuniste (Gauche républicaine)

191C’est le père d’Achille Screpel qui permet à la famille d’accéder à la bourgeoisie en se spécialisant dans la teinturerie. La famille contracte par la suite des alliances avec les prestigieuses dynasties du textile nordiste. En 1872, il devient adjoint au maire de Roubaix. En 1876, il entre à la Chambre des députés. Il est réélu en 1877 et 1881, mais échoue lors du renouvellement de 1885 ; Ce parlementaire effacé est toutefois élu sénateur en 1888 et se retire en 1897.

Sculfort, Henry

01/05/1844 Maubeuge

Sénateur (1908-1914)

25/04/1914 Paris

Républicain radical (Gauche démocratique)

192Issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie de Maubeuge, Henri Sculfort devint avocat à Paris après y avoir fait des études supérieures de droit et avoir été élève à l’École des chartes mais il reprend en 1877 l’entreprise familiale de quincaillerie. Il s’engage, dès ce moment dans la politique en militant au sein du cercle industriel et commercial de Maubeuge, officine républicaine, et devient, dès 1879, adjoint au maire de la ville. Il entre, l’année suivante, au conseil général du Nord dont il prend la présidence en 1885. Il accède parallèlement à celle de la chambre consultative des arts et métiers, puis de la chambre de commerce de Maubeuge. La rapidité de cette ascension locale et régionale contraste avec le retard de son entrée au Parlement car il doit attendre 1908 pour conquérir un siège de sénateur. Son rôle y est peu actif en raison d’une santé défaillante et il décède en cours de mandat en 1914.

Selle, Auguste

10/03/1854 Denain

Député (1902-1914)

14/09/1927 Piney (10)

Socialiste autonome

193Né d’un père comptable puis directeur dans une fabrique de sucre, Auguste Selle achève ses études secondaires au lycée de Denain puis de Lille et choisit le métier de pharmacien. Étudiant, il se fait arrêter pour port d’emblèmes de la Commune et est chargé par le doyen d’organiser une manifestation contre les cléricaux lors de la pose de la première pierre de la faculté catholique des sciences. Engagé volontaire dans l’armée pour trois ans, il est placé en 1877 sous les verrous pour protestation. Il ouvre sa première officine de pharmacien à Lille puis à Wallers, mais ses “idées avancées” le forcent à quitter la ville. Il s’installe alors à Denain en 1896 où il forme un comité républicain, aide à fonder le syndicat des métallurgistes et participe à la création de coopératives et de groupements ouvriers. En mai 1896, il devient le premier magistrat de la ville enlevant la mairie aux notables locaux, puis conseiller général en 1898 et député en 1902 (candidat du Parti ouvrier indépendant), réélu en 1906 et 1910. Député controversé, reconnaissant lui-même son manque d’éloquence et remarqué au Palais-Bourbon pour son absentéisme, il ne se représente pas en 1914. Les manifestations contre la vie chère l’ayant fait chuter de son siège de maire, Auguste Selle quitte Denain pour Avesnes-le-Sec où il aurait ouvert une pharmacie avant de devenir receveur buraliste, poste dont il démissionne pour être à nouveau pharmacien à Piney dans l’Aube où il décède.

Sever, Jacques

17/04/1845 Lille

Député Lille 3 (1895-1898)

21/07/1917 Paris

Radical

194Le cursus politique de Jacques Sever est bref. Fils d’un aubergiste lillois, il fait en effet une carrière militaire après être passé par l’École polytechnique et l’École supérieure de la guerre ; il occupa d’importantes fonctions au ministère de la Guerre et en Indochine. Après avoir atteint le grade de colonel, il est admis à faire valoir ses droits à la retraite en 1895, et se présente à l’élection partielle de Lille, consécutive au décès de Pierre Legrand, avec le soutien de la direction du Progrès du Nord sous l’étiquette “radical”, Mais son alliance avec les socialistes lors des élections municipales de 1896 à Lille lui font perdre ce soutien et il est battu en 1898par Paul Rogez après avoir triomphé de son père en 1895. Il se retire alors de la politique pour se consacrer aux affaires dans l’industrie minière.

Seydoux, Albert

25/10/1866 Le Cateau

Député Cambrai 2 (1910-1918)

27/09/1918 Paris

Progressiste (Centre-droit)

195Albert Seydoux reçoit de sa famille un triple héritage : l’attachement au protestantisme, les liens avec le patronat textile (par son père et son grand-père), enfin l’attirance pour la vie politique : son père, Charles Seydoux, fut en effet conseiller général de 1871 à 1896 et président de l’assemblée départementale de 1891 à 1895 ; en outre, ses deux frères et l’un de ses neveux ont également représenté le canton du Cateau au conseil général.

196Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique et être passé par Saint-Cyr, Albert Seydoux démissionne de l’armée pour se présenter aux élections : élu député en 1910, il siège au Palais-Bourbon jusqu’à son décès, sur les bancs de l’Union républicaine (1910) puis de la Gauche démocratique (1914) ; bien que lié au monde du textile, c’est essentiellement sur les questions militaires qu’il intervient à la Chambre. Albert Seydoux succède par ailleurs à son frère Alfred, décédé, pour représenter son canton natal au conseil général de 1912 à 1918. Il reçoit la Légion d’honneur, quelques mois avant sa disparition.

Sirot, César

27/10/1842 Valenciennes

Député Valenciennes 3 (1899-1902)

09/01/1914 Thrith-Saint-Léger

Républicain progressiste

197Bien que n’étant pas l’aîné des frères Sirot, César Sirot reprit l’entreprise familiale de clouterie de Thrith-Saint-Léger après des études à l’École supérieure de commerce de Paris, d’abord associé à son frère Léon, puis seul. Il cumule cette tâche avec la direction d’une huilerie à Beuvrages. Son parcours politique est des plus classiques. Il devient maire de Thrith-Saint-Léger en 1879, conseiller d’arrondissement de Valenciennes-sud en 1893, conseiller général en 1895 et député en 1899, recueillant la succession de son frère. Il fait partie du bloc des gauches et se spécialise dans la législation sociale. Mais battu aux élections de 1902, il se retire de la vie politique.

Sirot, Jules

17/02/1843 Valenciennes

Député Valenciennes 2 (1889-1893)

13/02/1918 Aire sur la Lys

Opportuniste

198Frère cadet de Pierre Hector Sirot, Jules Sirot reprend à Saint-Amand l’ancienne entreprise Meilhan mise en liquidation judiciaire qui devient en 1890 la SA des “forges et laminoirs de Saint-Amand Directeur de l’hebdomadaire L’Union amandinoise. il est élu conseiller d’arrondissement pour le canton de Saint-Amand en 1874, puis conseiller général en 1886. En 1888, il devient maire de Saint-Amand et ce cursus honorum classique est couronné par l’accès à la députation en 1889 à la faveur de la lutte engagée contre le boulangisme. Il défend à la Chambre les mineurs de Vicoigne, mais renonce à son mandat en 1893 tout comme à la mairie de Saint-Amand en 1896 pour se consacrer à ses affaires.

Sirot, Pierre Hector(dit Sirot-Mallez)

14/05/1836 Valenciennes

Député Valenciennes 3 (1889-1893)

08/11/1898 Haulchin

Opportuniste

199Aîné d’une famille de sept enfants dont les ascendants étaient spécialisés dans la clouterie, Pierre Sirot fit des études supérieures à l’École des arts et manufactures de Châlons et reprit une entreprise de boulonnerie créée à Thiant en 1839. Sans mandats locaux mais grâce à l’appui de son influente famille, il réussit à battre en 1893 le député sortant Charles Thellier de Poncheville. Réélu en 1898, il décéda peu après.

Surmont, Charles

19/02/1893 Mouvaux

Député Lille 9 (1928-1932)

29/05/1965 Mouvaux

Centre-droit (républicain de gauche)

200Fils d’un facteur des postes, Charles Surmont, qui a mené ses études jusqu’au certificat d’études primaires, sert dans l’artillerie en 1914-1918 (il reçoit à ce titre la Croix de guerre), puis devient artisan électricien. Conseiller municipal (1919) puis maire de Mouvaux (1924-1940), il est élu député en 1928 avec le soutien du patronat local, mais il est battu par son adversaire socialiste en 1932. Charles Surmont se retire de la vie politique au début de la seconde guerre mondiale.

Telliez-Béthune, Joachim Joseph

8/03/1818 Carnières

Député Cambrai 1 (1877-1881)

28/01/1886 Carnières

Droite bonapartiste

201Joseph Telliez appartient à une famille de notables qui cumulent les mandats politiques locaux. Le père, cultivateur et brasseur, devient juge de paix et maire de Cornières. Grâce à son mariage avec Mélite Béthune, Joseph Telliez amplifie l’assise politique locale de la famille et entre en relation avec le député bonapartiste Stiévenard-Béthune, son beau-frère, qu’il aide dans ses campagnes électorales. D’abord maire de Boussières, il occupe ensuite le fauteuil majorai de Cornières de 1848 à 1870. En 1852, il entre au conseil général. En 1877, il se présente avec succès aux législatives comme candidat gouvernemental. De sensibilité bonapartiste, il participe faiblement à la vie législative et subit un échec lors du renouvellement de 1881.

Testelin, Achille

Député (1849-1851/1871-1875)

06/01/1814 Lille

Sénateur inamovible (1876-1891)

21/08/1891 Paris

Opportuniste (Union républicaine)

202Achille Testelin est issu d’une famille de la petite bourgeoisie libérale lilloise. Ayant reçu une éducation très moderne, il fit des études médicales et devint ophtalmologiste après une formation à Paris où il se lia avec la jeunesse révolutionnaire. Il vint s’établir ensuite à Lille et fit partie de la cohorte des démocrates lillois, collaborant activement au Messager du Nord. Après la révolution de 1848, il est élu conseiller municipal, conseiller général et l’année suivante député (un des parlementaires de l’extrême-gauche les plus ardents). Après le coup d’État du 2 décembre, il est exilé en Belgique. De retour à Lille après l’amnistie de 1859, il reprend son activité politique à la fin de l’Empire, devenant le leader du parti républicain renaissant. Ami de Gambetta, il est nommé préfet du Nord aux lendemains de la révolution du 4 septembre puis commissaire de la Défense nationale pour les quatre départements de la France septentrionale. Il est à l’origine de la nomination du général Faidherbe à la tête de l’armée du Nord. Victime du discrédit du gambettisme en février 1871, il prend sa revanche lors de l’élection partielle du 2 juillet 1871. Siégeant sur les bancs de la Gauche républicaine, il suit le ralliement de Gambetta aux lois constitutionnelles de 1875. Après son élection au Sénat, il siège au groupe de l’Union républicaine. Il préside le conseil général du Nord après 1881. Franc-maçon, il eut en 1891 des obsèques civiles. Un monument à sa mémoire a été érigé à Lille en 1894.

Théry, Antoine Théodore

Député (1871-1875)

04/03/1807 Lille

Sénateur inamovible (1876-1896)

28/12/1896 Lille

Monarchiste légitimiste

203Antoine Théodore Théry est issu d’une famille de l’ancienne bourgeoisie lilloise qui fit fortune dans le négoce du textile, et son grand-père joua un rôle politique notable sous la Révolution et l’Empire. Il devint avocat au barreau de Lille. La révolution de 1848 est à l’origine de son engagement politique dans le camp des légitimistes intransigeants, mais il a reçu aussi l’empreinte du catholicisme social et il se préoccupa de la misère du prolétariat lillois. En 1871, il est élu député du Nord sur la liste conservatrice et siège sur les bancs de l’extrême-droite légitimiste en se montrant adversaire résolu de la politique de Thiers et de toute concession constitutionnelle. Bénéficiaire du pacte entre légitimistes et républicains, il est élu sénateur inamovible et s’oppose vigoureusement à la législation républicaine, refusant de se rallier aux Orléans après la mort du comte de Chambord au nom des droits de la branche d’Anjou des Bourbons de France.

Thomas, Eugène

23/07/1903 Vieux-Condé

Député Avesnes 3 (1936-1940)

28/01/1969 Le Quesnoy

Socialiste (SFIO)

204Le père d’Eugène Thomas était un ouvrier maçon devenu douanier. Après être passé par l’École normale de Douai, il est instituteur à Louvignies-Quesnoy et milite dans le syndicalisme enseignant. Dès 1931, il est le secrétaire de section du Quesnoy. Sans mandat local, il est élu directement député en 1936, devenant conseiller général en 1937. Sa véritable carrière politique commence après la chute de la Troisième République à la faveur de son action dans la Résistance. Elle lui vaut de nombreuses responsabilités ministérielles sous la Quatrième République et le majorat de la ville du Quesnoy jusqu’à sa mort en 1969.

Trannin, Alfred

04/09/1842 Courchelettes

Député Douai 1 (1889-1893)

29/10/1894 Lambres-les-Douai

Opportuniste

205Issu du milieu agricole, il reprit l’exploitation agricole familiale en lui adjoignant une fabrique de sucre, un moulin et une distillerie. Impliqué dans la vie associative, il fut le fondateur de la société des agriculteurs du Nord. Maire de Lambres-les-Douai, il entra au conseil d’arrondissement en 1874 avant d’en assurer le secrétariat puis la présidence de 1883 à 1892. Élu député en 1889, ce républicain modéré intervint peu à la Chambre, mais fut à l’origine de l’École nationale des industries agricoles. Il ne sollicita pas le renouvellement de son mandat en 1893.

Trystram, Jean-Baptiste

2/09/1845 Dunkerque

Sénateur du Nord (1905-1924)

26/08/1927 Petite-Synthe

Gauche démocratique

206Jean-Baptiste Trystram est le fils d’une imposante figure politique de l’agglomération dunkerquoise. Son père, qui porte les mêmes prénoms que lui, est député puis sénateur républicain du Nord. Jean-Baptiste s’implique avec beaucoup de succès dans l’entreprise paternelle de négoce et transport de bois. Les scieries sont florissantes et l’entreprise familiale prend une dimension nationale. Grâce à la notoriété de l’entreprise, il brigue avec succès un poste de juge au tribunal de commerce de Dunkerque, puis celui de vice-président du syndicat des importateurs de bois. Nommé président de la chambre de commerce de Dunkerque, il entre dans plusieurs instances nationales à vocation commerciale et industrielle. Il siège également dans d’importants conseils d’administration. (chemins de fer, armement naval...). Comme son père, Jean-Baptiste se soucie du développement du port de Dunkerque. En 1905, lorsque le père démissionne de son mandat de sénateur, il est appelé à lui succéder. Il siège dans les rangs de la gauche démocratique. Son activité parlementaire est assez faible et se limite essentiellement à la défense des intérêts portuaires ou dunkerquois.

Valentin, Charles Louis Auguste

9/01/1881 Gravelines

Député Dunkerque 1 (1936-1939)

22/09/1939 Lille

Socialiste (SFIO)

207Le berceau familial des Valentin se trouve dans le Vaucluse et c’est le hasard d’une mutation qui envoie Urbain Valentin en garnison à Gravelines. Devenu directeur du gaz, il s’y voit offrir le fauteuil majorai de 1904 à 1919. Le fils, Charles Valentin, est très tôt impliqué dans l’action politique. Après de solides études de droit, il s’inscrit au barreau de Dunkerque. Le dimanche, il parcourt les plaines de Flandre pour des conférences qui attirent les milieux populaires et qui lui valent le surnom d’avocat des pauvres. Libre-penseur et franc-maçon, il collabore au quotidien Le Phare du Nord et préside la ligue locale des droits de l’homme. En 1913, il entre au conseil général dans les rangs radicaux. Battu en 1919, il ne retrouve son siège qu’en 1934. Entre temps, il conquiert la mairie de Dunkerque qu’il conserve jusqu’à sa mort. Après plusieurs échecs aux législatives, il entre au Palais-Bourbon en 1936. Il siège dans les rangs de la SFIO, défend les intérêts locaux et régionaux et s’intéresse à la législation du travail. Il décède en 1939 des suites d’un accident automobile après avoir épousé in extremis la compagne de sa vie. Il a droit à d’imposantes funérailles civiles.

Vandame, Georges

01/08/1856 Lille

Député (1906-1924), Lille 1 (1906-1919)

01/11/1927 Lille

Centre-droit puis Droite (Féd. Rép.)

208Polytechnicien puis officier d’artillerie, Georges Vandame quitte l’armée en 1882pour reprendre une grande brasserie de Lille, renouant ainsi avec une tradition familiale héritée de son père. Il anime de nombreuses associations, entre autres celles qui sont liées à son monde professionnel. Sa conduite durant la Grande Guerre lui vaut d’être fait chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire dès 1915. Conseiller municipal de Saint-André (1888), puis adjoint au maire de Lille (1904-1908), il représente le canton de Lille-Ouest au conseil d’arrondissement (1889-1892) puis au conseil général (1892-1910). Élu en 1906 à la Chambre, Georges Vandame ne s’inscrit à un groupe qu’en 1910, celui des progressistes ; mais on le retrouve parmi les députés de la Fédération républicaine au lendemain du conflit. Au Palais-Bourbon, il intervient notamment sur les questions financières et militaires. En 1924, sa santé déclinante le contraint à se retirer de la vie politique : son fils, qui le remplace sur la liste de droite, ne parvient cependant pas à être élu député.

Vente, Ambroise

2/04/1823 Paris

Député du Nord (1871-1876)

19/12/1882 Paris

Droite monarchiste

209Fils de commerçant, Ambroise Vente poursuit des études de droit à Paris. Avocat au barreau de Paris, il entre rapidement dans l’administration centrale. Il poursuit ensuite une carrière dans la magistrature. De 1865 à 1870, il siège comme procureur impérial à Lille. Démissionnaire en 1870, ayant réintégré sa profession d’avocat, il est élu, en 1871, député du Nord et s’inscrit au Centre-droit. Ambroise Vente participe activement à l’activité législative et figure en 1873parmi les membres du ministère de Broglie en tant que sous-secrétaire d’état à la Justice. A l’issue de la législature, il se retire de la scène politique et intègre alors la Cour de cassation.

Verniers, Julien

29/05/1890 Roubaix

Député 1919

Centre (Féd. Rép. Du Nord)

210Il est l’image même de l’ancien combattant dont la conduite durant la Grande Guerre constitue un viatique suffisant pour entrer au Parlement, dans la Chambre bleu horizon. Et pourtant... Né d’un couple d’ouvriers roubaisiens, Julien Verniers est d’abord engagé volontaire, de 18 à 21 ans, avant de retourner à la vie civile et d’y trouver un modeste emploi. Rappelé sous les drapeaux en 1914, sa conduite exemplaire lui vaut une rapide ascension (il devient sous-lieutenant d’artillerie) et de nombreuses distinctions (dont la Médaille militaire et la Légion d’honneur, ainsi que de nombreuses citations). Blessé au front, il est officiellement en convalescence lorsqu’il est choisi pour figurer sur la liste de la Fédération républicaine du Nord, qui regroupe les centres droit et gauche, et qui est conduite par un autre roubaisien, Louis Loucheur : Julien Verniers doit représenter à la fois les jeunes combattants et les milieux ouvriers. Son élection se fait aisément, sans même qu’il participe à la campagne. En fait, il est en détention préventive depuis février 1919, et le Conseil de guerre le condamne à la prison début décembre pour vol, détournement de fonds et usage de faux. Son élection est validée car sa condamnation est postérieure. Sa démission “pour raisons de santé” met fin à un imbroglio juridique.

Vincent, Daniel (dit Daniel-Vincent)

Député Avesnes 3 (1910-1927)

31/03/1874 Bettrechies (59)

Sénateur (1927-1940)

04/05/1946 Paris

Radical-socialiste

211Né d’un père instituteur, Daniel-Vincent fit une brillante carrière universitaire marquée par un succès au concours d’entrée de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et par l’obtention d’un doctorat-es-lettres. Inspecteur de l’enseignement primaire, professeur à l’École normale de Douai, puis de Paris, il est directement élu député du Nord en 1910 et renforce ensuite son implantation locale en devenant maire du Quesnoy en 1919 et conseiller général en 1921. Mais sa carrière nationale est déjà assurée à cette date à la faveur de la première guerre mondiale. Officier aviateur de 1914 à 1917, il est nommé sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique en 1917, puis ministre de l’Instruction publique la même année. Il poursuit sa carrière après la guerre en occupant les fonctions de ministre du Travail et de la Prévoyance sociale (1921-1922 et 1924), du Commerce et de l’Industrie (1925-1926), des Travaux publics (1926). Il met en chantier le projet de loi sur les assurances sociales. En 1927, il est élu sénateur, préside la commission de l’Armée mais ne retrouve pas de responsabilités ministérielles dans les ministères orientés à droite de 1926 à 1932, ni ultérieurement. En 1939, il préside la section radicale de l’arrondissement d’Avesnes. En 1940, il vote les pleins pouvoirs à Pétain.

Vincent, Maurice

26/03/1886 Lille

Député Dunkerque 1 (1928-1936)

28/05/1961 Lille

Centre-droit (républicain de gauche)

212Fils d’un employé des Chemins de fer du Nord, Maurice Vincent s’installe à Dunkerque (dont son père était originaire) comme chirurgien-dentiste. Grièvement blessé durant la Grande Guerre, il vient à la politique en s’engageant dans des associations de défense des victimes du conflit : il est notamment vice-président de la Fédération des associations de mutilés et veuves de guerre. Membre de l’UNC, Maurice Vincent est décoré de la Croix de guerre, de la Médaille militaire, et il est officier de la Légion d’honneur. Son échec face au maire socialiste de Dunkerque, Charles Valentin, en 1936, met un terme à sa carrière parlementaire.

Wallon, Henri

Député (1849-1850/1871-1875)

23/12/1812 Valenciennes

Sénateur inamovible (1876-1904)

13/11/1904 Paris

Centre-droit

213Henri Wallon appartient à une famille de la petite bourgeoisie valenciennoise. Une brillante carrière universitaire le conduit à l’obtention d’une chaire de professeur suppléant d’histoire moderne à la Sorbonne à l’âge de 34 ans. Militant pour l’abrogation de l’esclavage, il est élu second suppléant en Guadeloupe lors de l’élection de l’Assemblée constituante (1848). Il est réélu, dans le Nord, à l’Assemblée législative sur la liste du parti de l’Ordre, mais, hostile à l’amputation du suffrage universel, il démissionne en 1850 et se retire de la vie politique pour se consacrer à la rédaction d’ouvrages d’histoire profane ou religieuse. Il fait sa rentrée au lendemain du désastre de 1870, étant élu dans le Nord sur la liste conservatrice. Il siège au Centre-droit, soutient assez longtemps Thiers avant de l’abandonner le 24 mai 1873 ; il apporte son concours au gouvernement de l’Ordre moral, mais amorce un rapprochement avec le Centre-gauche en 1874. Le 30 janvier 1875, il entre dans l’histoire en faisant voter le célèbre amendement qui porte son nom et fonde la République en établissant une présidence septennale impersonnelle. On peut considérer qu’il est le père de la Constitution de 1875 par son rôle décisif dans l’élaboration et le vote de plusieurs articles concernant notamment le mode de désignation des sénateurs et le droit de dissolution conféré sous conditions au président de la République. En mars 1875, il devient ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Buffet et fait voter la loi sur la liberté de l’Enseignement supérieur. Victime des rancoeurs des monarchistes légitimistes et des partisans du monopole universitaire, il n’est élu que de justesse sénateur inamovible. Il siège au groupe constitutionnel du Sénat et garde une attitude modérée et indépendante. Votant tantôt avec les droites contre la politique de laïcisation, tantôt avec les gauches pour la liberté d’association en 1901.

Weill (dit Weill-mallez),

Émile

01/01/1833 Valenciennes

Député Valenciennes 1 (1893-1902)

19/03/1904 Valenciennes

Opportuniste puis progressiste

214Petit-fils d’un tisserand autrichien de confession juive, Émile Weill prend part aux batailles de Bapaume et Saint-Quentin durant la guerre de 1870, puis s’associe à son frère pour reprendre l’entreprise textile que son père avait fondée à Marly. Membre de la chambre de commerce de Valenciennes dès 1870, il en devient vice-président puis président ; il est aussi administrateur de la succursale de Valenciennes de la Banque de France et président-fondateur de la société d’horticulture du Valenciennois. Républicain convaincu, Émile Weill s’engage d’abord sur le terrain politique local : il est conseiller municipal (dès 1860), adjoint (1870) puis maire (de 1874 à son décès, soit durant une trentaine d’années) de la commune de Marly. Il représente d’autre part le canton de Valenciennes-Est au conseil général de 1889 à 1901 (réélu en 1901, il est invalidé et remplacé par Gustave Bouvier l’année suivante). Élu contre le député sortant, Léon Renard (rallié) en 1893, il l’emporte à nouveau sur ce dernier en 1898, mais ne se représente pas aux élections législatives de 1902. Opportuniste, puis progressiste, Émile Weill soutient à la Chambre la politique du gouvernement Waldeck-Rousseau et vote contre la liberté d’association en faveur des congrégations en 1901. Beau-frère du député Hector Sirot-Mallez, Émile Weill était chevalier de la Légion d’honneur et officier d’Académie.

Werquin, Émile

03/06/1834 Roubaix

Député Lille 1 (1889-1891)

19/09/1891 Lille

Radical

215Émile Werquin milita dans le parti républicain sous l’Empire alors qu’il exerçait la profession d’avocat depuis 1859 (son père était juge de paix à Roubaix). Conseiller municipal de Lille en 1865, maire par intérim en 1870, adjoint au maire en 1884, il s’engagea aussi dans les luttes syndicales et présida la Chambre syndicale des ouvriers typographes. Il fut tardivement désigné candidat républicain aux élections de 1889 et n’eut guère le temps de marquer son action à la Chambre en raison de son décès survenu peu après.

Notas

1 Elu à Lille 8 en 1914, au scrutin de liste en 1919, puis à Lille 9 en 1932.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540