Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Les parlementaires

Trois familles de parlementaires

Texte intégral

La dynastie des Lefebvre du Prëy

1Le fondateur de la dynastie parlementaire des Lefebvre du Prëy, François, est né en 1745 à Blaringhien. Il devient avocat au parlement d’Artois et au barreau d’Arras en 1771. Il épouse en 1780 Guilaine Cayet, fille d’un avocat. En 1789, il est élu député suppléant aux Etats généraux et, après une éclipse pendant la tourmente révolutionnaire, il connaît une rapide ascension politique sous le Directoire en devenant secrétaire du conseil des Anciens. Bonaparte lui confie en 1801 la présidence du Corps législatif. Son fils Narcisse, né en 1795, s’installe en qualité de notaire à Saint-Omer. Il épouse en 1823 Célestine Hermant, fille d’un riche propriétaire. Adjoint au maire de 1826 à 1830, il est ensuite élu conseiller d’arrondissement en 1832, puis conseiller général en 1842 En 1846, il accède à la députation au sein de la majorité guizotiste. Après la parenthèse de la Seconde République, il retrouve son siège au Palais-Bourbon en 1852 à la faveur de la candidature officielle et il atteint son influence maximale en devenant vice-président du conseil général du Pas-de-Calais, deux ans avant sa mort. C’est à cette date précise qu’EdmondMarie, son sixième enfant, né en 1834, devient conseiller municipal de Saint-Omer, puis l’année suivante adjoint au maire. On peut parler à cette date de la persistance d’une tradition familiale d’engagement politique sous la protection napoléonienne, ce que ne renierait pas l’aïeul Lefebvre-Cayet. Comme son père, Edmond Marie gravit les étapes du cursus honorum en commençant par les responsabilités locales. Il est maire de Saint-Omer de 1868 à 1870 et de 1874 à 1875. Mais il doit attendre 1882 et une élection partielle pour accéder au Palais-Bourbon, ce qui prouve que l’influence de la famille demeure relative. Il est possible qu’elle ait souffert de son engagement bonapartiste à l’heure du discrédit de l’Empire. La carrière d’Edmond-Marie est interrompue précocement par l’irruption de Ribot dans sa circonscription et par l’emprise désormais totale du ministre de la République sur cette dernière.

2Il appartient à son fils aîné Edmond, né en 1866, de reprendre le flambeau familial. Conseiller municipal de Saint-Omer depuis 1896 où il exerce la profession d’avocat, il profite comme son père d’une élection partielle provoquée par l’élection de Ribot au Sénat en 1909 pour devenir député. Mais le quatrième représentant de la dynastie aura une carrière plus longue et plus brillante grâce à une meilleure conjoncture. Son influence locale a été renforcée par son majorat de la ville de Saint-Omer pendant la première guerre mondiale. Par ailleurs, la Droite catholique est désormais réintégrée dans le jeu politique, ce qui lui permet d’être ministre à trois reprises en 1921 et en 1924 (cf. infra). Enfin son assise économique et sociale est plus forte car il devient président-directeur général des mines de Bruay et président de la Fédération agricole des départements du Nord.

3Le vote des pleins pouvoirs à Pétain en 1940 mit fin non seulement à sa carrière politique mais aussi à l’engagement politique familial. Aucun de ses sept fils ne reprit en effet le flambeau.

4La prégnance de la famille Lefebvre du Prëy est moins continue que celle des Plichon ou des des Rotours. Sa longévité atteste malgré tout son influence liée à sa richesse foncière, au prestige de la magistrature et des professions de la robe, aux alliances contractées (Edmond-Marie est allié à l’influente famille des de Coussemaker) au réseau d’élus locaux (un des frères de ce dernier, Jules, est maire de Coquelle). Le tissu des sociétés locales contribue aussi à son enracinement. Lefebvre-Hermant est le fondateur de la société des antiquaires de la Morinie à laquelle appartient son fils Edmond-Marie et celui-ci a fondé la Croix-Rouge locale. On peut remarquer enfin l’excellent tremplin qu’a constitué la municipalité de Saint-Omer pour la conquête de la circonscription.

La dynastie des Plichon

5La Flandre intérieure, plus précisément la région de Bailleul, est restée fidèle pendant près d’un siècle, presque sans discontinuité, à une même famille, celle des Plichon, le flambeau passant du père au fils, puis au neveu de ce dernier (qui n’avait pas d’héritier mâle). Charles Ignace Plichon en fut le député dès la fin de la monarchie de Juillet (1846-1848), puis sous le Second Empire (1857-1870) et enfin aux débuts de la Troisième République (de 1871 à sa mort, en 1888), soit plus de trente ans. Jean Plichon succède à son père, au décès de ce dernier, et représente la même circonscription (Hazebrouck 2), de 1889 à 1936, soit plus de quatre décennies, même si on prend en compte son bref passage au Sénat de 1920 à 1924. Jean-Pierre Plichon, enfin, conserve le siège en 1936, quand Jean Plichon, affaibli par l’âge et la maladie, décide de se retirer de la vie politique. C’est la seconde guerre mondiale et l’Occupation qui mettent un terme à cette lignée de parlementaires, dont le dernier descendant n’aura représenté la Flandre que quatre ans.

6Comment expliquer cette exceptionnelle fidélité d’une même région à une même famille, en dépit des bouleversements de tous ordres qui ont marqué la France entre le milieu du XIXe et celui du XXe siècle ?

7La première raison de cette exceptionnelle longévité est sans doute l’adéquation de l’orientation politique des Plichon à celle de la Flandre intérieure, l’une et l’autre ayant pour constante de représenter la tendance de la droite la plus affirmée, quelles que soient les vicissitudes des régimes et des familles politiques : monarchiste avec Charles Ignace Plichon, ralliée mais conservatrice avec Jean Plichon, républicaine mais résolument tournée vers la droite avec Jean-Pierre Plichon, l’un des rares adversaires du Front populaire à résister à la vague de gauche dans le Nord en 1936. La région, dont les Plichon ont fait leur fief est, hier comme aujourd’hui, l’un des bastions de la droite : les choses s’expliquent, au moins en partie, si l’on veut bien prendre en compte que la circonscription, dont les composantes n’ont pas varié sous la Troisième République, et qui réunit les cantons de Bailleul Nord-est, Bailleul Sud-ouest et Merville, est à dominante rurale. Certes, en 1936, 80 % des habitants d’Hazebrouck 2 vivent dans des communes de plus de 2000 habitants, mais il s’agit moins de “villes”, au sens statistique du terme, que de gros bourgs ruraux, vivant au rythme du monde agricole (ajoutons qu’une bonne partie de leur population est dispersée, et non agglomérée, ce qui les éloigne encore du modèle urbain en dépit du chiffre total de leurs habitants). D’autre part, la région de Bailleul est profondément catholique, et les Plichon, les uns après les autres, expriment avec fermeté leur attachement à la religion romaine ; Jean Plichon, pour ne citer qu’un exemple, se montre l’un des adversaires les plus déterminés et les plus actifs de l’enseignement laïc. Il interpelle avec vigueur le gouvernement au moment des graves incidents de Boeschèpe, quand la querelle des inventaires provoque la mort d’un habitant d’un canton proche de sa circonscription. C’est encore lui qui combat avec ardeur son voisin, l’abbé Lemire, député d’Hazebrouck, auquel il reproche d’accepter la République laïque au lieu de servir les intérêts de la droite catholique en serviteur discipliné de l’Église.

8Il convient enfin de noter que la Flandre intérieure est sans doute l’une des circonscriptions les moins perméables aux idées de changement dans la mesure où son attachement à la langue flamande en fait une sorte d’isolat culturel. Ainsi, ruralité, catholicisme et culture conjuguent-ils leurs effets pour faire de la région de Bailleul l’une des zones les plus conservatrices du Nord.

9Quant aux trois élus de la dynastie Plichon, ils présentent des traits communs qui participent sans doute à leur audience prolongée auprès de leurs mandants. Tous trois, outre leur catholicisme affiché, partagent un même capital économique et culturel : la famille dispose d’une fortune bien assise, et notamment d’intérêts importants dans les mines de Béthune (dont Charles Ignace fut président du conseil d’administration) ; d’autre part, ces trois parlementaires ont entrepris avec succès des études supérieures (le premier est docteur en droit, les deux autres sont ingénieurs). Enfin, l’enracinement local se traduit par un mandat de conseiller général de Bailleul Sud-ouest, du moins pour les deux premiers des Plichon, qui le représentèrent chacun plusieurs décennies (de 1871 à 1919 sans discontinuer, pour s’en tenir à la seule Troisième République). En revanche, ni Charles Ignace ni Jean ne détinrent de mandat municipal ; et si Jean-Pierre fit fonction d’adjoint au maire de Bailleul sous Vichy, ce fut l’une des raisons de l’interruption de sa carrière politique à la Libération. La “notabilisation” dont profite chacun des Plichon, y compris le premier, car il est issu d’une vieille famille flamande, explique l’âge auquel ils sont envoyés au Palais-Bourbon (respectivement 32 ans, 26 et 29 ans), mais elle est à son tour un facteur de longévité puisqu’une carrière politique commencée très tôt peut seule permettre l’exercice prolongé d’un mandat parlementaire.

10De la solidité de l’implantation de la famille Plichon dans les Flandres témoigne aussi une liste impressionnante de brillants succès électoraux : mises à part les rares élections au scrutin de liste (pour Charles Ignace en 1871 et 1885, pour Jean en 1919 et 1924), les Plichon sont élus dès le premier tour au scrutin d’arrondissement, de 1876 à 1928.

11La transmission du fief électoral au décès de Charles Ignace Plichon se fait sans difficulté : si l’on laisse de côté la parenthèse de 1885 (scrutin de liste), Jean Plichon obtient à sa première candidature, en 1889, le même score que son père en 1881, soit les trois quarts des votants.

12L’érosion du capital électoral, que la Gauche “républicaine” (fin du XIXe siècle) puis socialiste (à partir de 1898) et communiste (entre les deux guerres) n’entame que très lentement, ne prend réellement consistance qu’à la fin de la Troisième République. Encore faut-il la relativiser : c’est la concurrence d’un candidat URD-agraire (Élie Poissonnier) qui contribue à la mise en ballottage de Jean puis de Jean-Pierre Plichon, candidats sous l’étiquette URD, en 1932 et 1936 (sans cela, Jean Plichon aurait encore été élu dès le 1er tour en 1932). Il faut y ajouter la multiplication des candidatures dans la 2e circonscription d’Hazebrouck en 1936 (avec deux représentants du centre droit) : en dépit de ce handicap, le passage de relais se fait efficacement, puisque la déperdition des voix est relativement faible entre le score de Jean Plichon au second tour en 1932 (50,1 % des voix) et celui de son neveu au scrutin de ballottage de 1936 (44,6 %), dans un contexte pourtant favorable aux candidats du Front populaire.

13Ainsi, la dynastie Plichon illustre-t-elle un long mariage entre une terre flamande et une famille qui a su en exprimer puis en épouser la lente évolution, d’un monarchisme de sensibilité orléaniste à un ralliement sourcilleux à la République, pourvu qu’elle respecte les valeurs du catholicisme et qu’elle se refuse à toute transformation sociale profonde. Les Plichon ont su se faire les porte-drapeaux d’un conservatisme correspondant aux aspirations profondes d’un électorat flamand qui a joué le rôle d’un frein dans la lente évolution du Nord vers les idées républicaines, puis celles de la gauche sociale.

Une fratrie de parlementaires : les frères Sirot

14La famille Sirot offre un exemple original d’une fratrie de parlementaires, maîtres de forges dominant la vie politique dans l’arrondissement de Valenciennes pendant une période assez brève.

15Le grand-père, Pierre Sirot, avait créé une fabrique de clous à Trith-Saint-Léger reprise ensuite par le père, Joseph Sirot, né en 1812 à Valenciennes. Ce dernier épousa Juliette Wagret qui était la fille d’un tapissier de Valenciennes, membre de la Société d’agriculture, sciences et arts de Valenciennes. De cette union naquirent sept enfants, cinq garçons et deux filles.

16Outre sa densité, l’emprise de la famille Sirot est due à un bon quadrillage économique du territoire. C’est le second fils, César, qui reprend l’entreprise familiale de Trith, d’abord associé à son frère Léon, puis seul quand ce dernier s’établit négociant à Charleville. Il y joint la direction d’une huilerie à Beuvrages. L’aîné, Pierre Hector, qui avait sans doute hérité de terres importantes, fut d’abord fabricant de sucre à Denain puis reprit une boulonnerie à Thiant. Le troisième fils, Jules Sirot, fait de même en rachetant à Saint-Amand l’entreprise Meilhan mise en liquidation et qui devient en 1890 la Société anonyme des forges et laminoirs de Saint-Amand. La famille dispose d’intérêts et de sources d’influence dans cinq communes de l’arrondissement de Valenciennes en plus de son cheflieu.

17Les alliances ont élargi l’influence familiale. Hector Sirot a épousé une demoiselle Mallez, fille d’un gros propriétaire de Thiant. Son beaufrère, Charles Mallez gère à Thiant une ferme de cent hectares et il est le vice-président de la Société des agriculteurs du Nord. Le fils de ce dernier, Charles Mallez devint maire de Thiant et conseiller d’arrondissement. L’influence des alliés Mallez s’accrut encore lorsqu’une autre demoiselle Mallez épousa Emile Weill, fabricant de tissus imprimés à Valenciennes, vice-président de la chambre de commerce de Valenciennes, président de la Société d’horticulture de l’arrondissement et maire de Marly. Emile Weill fut élu député en même temps que son beau-frère, Hector Sirot. Les épouses Mallez étaient des femmes énergiques dirigeant de main de maître les affaires de leurs maris pendant les sessions parlementaires. Au chapitre des alliances, on peut ajouter le mariage de Marie Sirot et de Myrtil Gouvion, cultivateur et important fabricant de sucre à Thiant.

18Les Sirot manifestent jeunes leurs opinions libérales et patriotiques. César Sirot a pu les contracter à Paris, ayant été l’élève de l’École supérieure de commerce sous le Second Empire. Le 4 septembre 1870, il quitte l’entreprise paternelle pour s’engager dans le cinquième régiment des zouaves et il participe à plusieurs batailles sous le gouvernement de la Défense nationale. Mais son frère cadet Jules n’est pas en reste et prend une part active à la défense de Paris et s’y illustre par son courage. Nul doute que ces états de service aient été précieux pour les futurs candidats dans un arrondissement patriote et gagné par la fièvre boulangiste.

19C’est d’ailleurs Jules Sirot qui s’engage le premier dans l’arène politique dans le prolongement peut-être de son action en 1870. Il prend le contrôle du journal L’Union amandinoise, et se fait élire conseiller d’arrondissement dés 1874, prélude à un cursus honorum classique qui, par les mandats de conseiller général en 1886, et de maire en 1888 le conduit à la députation en 1889 dans un combat pour la République face à la menace boulangiste. Jules Sirot souhaitait-il devenir député et cumuler les mandats alors que son entreprise requérait de la disponibilité ? Toujours est il qu’il abandonna son mandat lors des élections de 1893.

20L’influence du clan Sirot se révèle alors décisive. Le frère aîné, Hector prend le relais dans une autre circonscription et s’attaque au leader de la Droite catholique, Charles Thellier de Poncheville bien que ne disposant d’aucun mandat local. Grâce aux multiples points d’appui de la famille et de ses alliés et parmi ceux-ci des Mallez qui font élire en même temps Émile Weill, Hector Sirot élimine Thellier de Poncheville et renouvelle son succès en 1898. Mais il décède peu après. Les comités républicains de l’arrondissement pressent alors César Sirot de se porter candidat. À la différence de son frère, il dispose de mandats locaux en étant maire de Trith depuis 1879, conseiller d’arrondissement en 1883 puis conseiller général depuis 1885, parcours parallèle à celui de Jules Sirot. La famille “tient” toujours l’arrondissement et César Sirot est élu député le 22 janvier 1899. Mais la montée du socialisme menace l’hégémonie des Sirot. En 1902, César Sirot est largement distancé par le socialiste Selle et se désiste en sa faveur dans un souci de défense républicaine, rare cas de désistement d’un patron en faveur d’un socialiste. Il n’y a plus personne cette fois pour prendre le relais.

21L’emprise des Sirot a donc été momentanée même si les mandats locaux ont duré plus longtemps que ceux de député. Cette relative brièveté illustre les difficultés auxquelles se heurtaient les patrons progressistes dans un arrondissement qui se révéla ensuite un bastion du socialisme puis du communisme.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540