Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Les parlementaires

Archétypes de parlementaires

Texte intégral

Camescasse Jean-Louis. un haut fonctionnaire républicain

Camescasse, Jean, Louis, Ernest

Pas-de-Calais

Député Finistère de 1881 à 1885 Brest 1

23/09/1838 à Brest (29)

Député Arras 2 1887 à 1889

08/06/1897 à Paris

Sénateur 1891 à 1897

Union républicaine

1Fils unique de Jean-Jacques Camescasse, procureur du Roi, révoqué en 1848, puis procureur de la République en 1851 et procureur impérial sous le Second Empire, notamment à Douai où il engagea la lutte contre le parti clérical, Jean-Louis Camescasse, après des études au lycée de Brest, entre à la faculté de droit de Paris d’où il sort docteur en 1861. Il fait ensuite l’École d’administration. Il exerce la profession d’avocat à la Cour d’appel de Paris et il est nommé dès 1861 secrétaire de la Conférence des avocats. Catholique de convictions libérales, il s’accommode mal des contraintes imposées par le pouvoir. Il fait partie d’une association appelée “La Famille”, sorte de franc-maçonnerie anticléricale mais non pas antireligieuse d’une douzaine de membres, regroupant des hommes nés entre 1835 et 1840 et qui comptait parmi eux les frères Cambon, tous républicains sous l’Empire. En 1869, il est membre du comité électoral parisien qui soutient Thiers. Il est nommé, après la révolution du 4 septembre 1870, préfet du Finistère, puis en 1871, préfet du Loir-et-Cher et, en 1872 du Cher. Il démissionne après la chute de Thiers en 1873. Candidat malheureux aux élections de 1876 à Brest, il est nommé peu après préfet de Haute-Saône. Le ministre de Broglie met fin à ses fonctions après le 16 mai 1877 mais la victoire républicaine aux élections d’octobre permet sa réintégration et il est nommé préfet du Pas-de-Calais en décembre 1877. Sa tâche s’avère délicate car le département demeure inféodé au bonapartisme dans les campagnes. Le nouveau préfet sut rallier les populations rurales grâce à sa bonhommie et sa simplicité. Il sut aussi conquérir les maires qui appréciait sa puissance de travail. Jean-Louis Camescasse réussit à s’intégrer, se faire accepter et ouvrir le département aux idées républicaines. En 1879, il épousa Valentine Luce de La Gorgue, la fille d’un riche industriel de Douai. Elle tint plus tard un salon à Paris, rue de Phalsbourg dans le XVIIe arrondissement. Ses Mémoires qu’elle publiera ultérieurement demeurent une source de premier ordre sur la société douaisienne au milieu du XIXe siècle

2En 1881, Jean-Louis Camescasse est nommé préfet de police en remplacement d’Andrieux, désavoué par le ministre de l’Intérieur après de fréquents heurts avec le conseil municipal de Paris. Il n’a pas moins de difficultés que son prédécesseur, à l’occasion notamment des obsèques de Blanqui et de diverses manifestations dans le quartier latin, aux Invalides, à l’Opéra. Il ferme plus de 30 cercles et maisons de jeux, La presse radicale multiplie les attaques contre ce préfet de police à poigne et L’Intransigeant le surnomme “Casse-tête d’honneur ” et “Camescassetête”. Il demeure cependant à la préfecture de police de la Seine après son élection à la Chambre en 1881, dans la première circonscription de Brest, justifiant ce cumul qui lui vaut un redoublement de critiques par sa volonté “de servir le pays des deux mains” selon ses déclarations au Figaro. Il démissionne pourtant après la chute de Ferry en 1885 et il échoue la même année aux élections dans le Finistère et dans le Pas-de-Calais. En 1886, il est de nouveau battu dans ce dernier département à l’élection sénatoriale partielle, par le candidat conservateur d’Havrincourt. Il prend sa revanche le 27 novembre 1887, lors d’une élection partielle à la Chambre dans le Pas-de-Calais (qui s’opère au scrutin départemental comme en 1885). Il ne se représente pas en 1889, préférant attendre l’élection sénatoriale de 1891 où il est intégré dans la liste républicaine victorieuse. Jean-Louis Camescasse a voté de façon constante avec la majorité républicaine opportuniste. Membre du conseil supérieur des Haras depuis 1889, il était aussi président de la compagnie des Omnibus de Paris. Il mourut en 1897 des suites d’une apoplexie et ses obsèques à Douai furent empreintes de solennité. Jean-Louis Camescasse est l’un des hauts fonctionnaires républicains les plus expérimentés de la génération de Gambetta.

Debierre Charles. un militant radical de la libre pensée

Debierre Charles

Nord

31/10/1853 à Étalfay (80)

Sénateur du Nord (1911-1932)

8/03/1932 à Lille

Parti républicain radical et radical socialiste

3Charles Debierre est né dans une famille de propriétaires agricoles de Picardie. Élève de l’École militaire de médecine de Lyon, il obtient son doctorat puis l’agrégation de médecine. En 1886, il est nommé à la faculté de médecine de Lille où il enseigne l’anatomie jusqu’en 1927. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques parmi lesquels L’Anatomie de l’Homme publié en 1889. Beaucoup d’entre eux sont traduits et édités à l’étranger où il passe pour un savant très réputé. Il est élu à l’Académie de médecine.

4Initié à la franc-maçonnerie, il appartient au Grand Orient de France et fonde, au début des années 1890, la loge lilloise La Lumière du Nord, avant de devenir un dignitaire de l’obédience qu’il préside à de nombreuses reprises avant et après 1914.

5C’est aussi au début des années 1890 qu’il s’engage dans la vie politique en participant à la création de comités radicaux lillois qu’il essaie de fédérer. À ce titre, il participe à toutes les tentatives de constitution d’un parti radical ; il est un des initiateurs de la fondation du parti républicain, radical et radical socialiste en 1901. Au sein du parti, il joue un rôle éminent. Vice-président du parti, il participe activement à l’élaboration du programme de Nancy (1907) qui infléchit sensiblement le programme vers la “démocratie sociale”. Très réservé à l’égard de Clemenceau, très favorable à la politique menée par Émile Combes – il a participé à la constitution des “fiches” sur les officiers supérieurs – il se rapproche progressivement de Joseph Cailloux dont il apprécie la politique pacifique et le choix des réformes (impôt sur le revenu).

6Conseiller municipal de Lille, élu sur la liste dirigée par le socialiste Gustave Delory (1896), il est choisi comme deuxième adjoint chargé de l’enseignement, des Beaux-Arts et des activités culturelles lilloises. Fondateur de l’université populaire de Lille en 1899, il souhaite développer la politique scolaire de façon à promouvoir les milieux populaires. À cet égard, il contribue au développement de l’enseignement professionnel en collaboration avec le député, puis maire de Tourcoing, Gustave Dron. Par ailleurs, à l’époque de l’affaire Dreyfus, il multiplie les conférences “républicaines et démocratiques”, car il estime nécessaire d’enraciner intellectuellement la république démocratique dans le Nord-Pas-de-Calais.

7Il échoue en 1898, 1902 et 1906 dans ses tentatives pour devenir député de Lille car sa démarche s’inscrit dans la perspective du bloc des gauches ; il doit se désister au profit du socialiste Gustave Delory. C’est en 1911 qu’il conquiert son premier mandat parlementaire en se faisant élire sénateur radical du Nord. L’originalité de sa candidature repose non pas sur l’exercice de mandats électifs – il n’a plus de mandat depuis 1908 – mais sur le rôle important de la fédération radicale du Nord – dont il est président – qui s’efforce de réunir les cercles et comités radicaux dans une structure solide et permanente.

8Il devient très vite un parlementaire influent. Sa place au sein du parti républicain radical et radical socialiste, ses responsabilités maçonniques, son adhésion à la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, ses collaborations journalistiques lui assurent un rayonnement politique dans les cercles de la gauche.

9D’esprit pacifique, il se rallie à l’Union sacrée dès le début de la guerre. Il se préoccupe dès lors des villes occupées, des soldats permissionnaires comme des réfugiés du Nord à Paris, tout en demeurant proche de Joseph Caillaux. À ce titre, il participe à la rédaction du Bonnet Rouge, puis, à partir de 1917, à La Vérité, journal fondé par le député pacifiste Paul Meunier. Cependant, il collabore aussi à l’effort de guerre mené par Clemenceau : il devient ainsi contrôleur pour les formations sanitaires, les munitions, les effectifs militaires et participe au Sénat, à tous les comités secrets.

10En 1917, le congrès du parti radical le choisit comme président. Dans la conjoncture de l’époque, ce choix signifie que les radicaux affirment leur différence face au gouvernement Clemenceau.

11Après la guerre, il se préoccupe beaucoup de la région et des sinistrés dont il devient un ardent défenseur au côté des parlementaires du Nord et de l’Est envahis. Demeuré fidèle à Joseph Caillaux – il refuse la condamnation de l’ancien président du Conseil en Haute-Cour, en 1919 – il suit son itinéraire politique qui l’écarte de l’union des gauches, tout en demeurant un très actif militant de la démocratie républicaine. C’est ainsi qu’il promeut dans le Nord la “concentration républicaine” pour battre à la fois la droite catholique et la gauche socialiste. Reconstructeur du parti radical dans le Nord, il rejoint le Cartel des gauches dans la mesure où le parti socialiste confirme son ancrage dans la gauche démocratique.

12Réélu sénateur à chaque consultation, il occupe différentes fonctions au sein de la commission de l’enseignement – il participe au mouvement de l’université nouvelle -, de l’Air, des Affaires étrangères – où il préconise une politique réaliste face à l’Allemagne – avant de collaborer aux travaux de la commission des Finances. Enfin il préside la commission sénatoriale des mines après avoir présidé la commission de l’Armée. Jusqu’à la fin de sa vie, il publie de nombreux articles dans la presse lilloise (Le Progrès du Nord. Le Réveil du Nord) mais aussi dans la presse parisienne (Le Radical, Le Rappel) ou provinciale (La Dépêche de Toulouse).

13Son activité politique intense n’est pas exclusive puisqu’il poursuit ses activités d’enseignant et de chercheur pendant de longues années. “Philosophe et savant”, il est aussi un “d’Artagnan de la politique” dans la mesure où il a mené de longues batailles en faveur de la république et de la démocratie. Constamment attaché au positivisme de sa jeunesse et de son activité de savant, il prétend promouvoir une démocratie laïque enracinée dans une culture non cléricale. Adepte de la démocratie sociale, il rejette le socialisme tout en étant un ami de ceux qui prônent un socialisme démocratique comme le député-maire de Lille, Roger Salengro. À ce titre, au long de ses rapports au Sénat, il multiplie les interventions en faveur du mutualisme, de l’assistance sociale et souhaite engager l’État dans une stratégie de prévention pour lutter contre des fléaux sanitaires et sociaux comme la tuberculose ou le cancer. (Robert Vandenbussche)

Delory Gustave. le militant fondateur du socialisme dans le nord

Delory Gustave

Nord

01/09/1857 Lille

Député (1902-1923),

17/08/1925 Lille

3° circonscription (1902-1919)

Socialiste (POF puis SFIO)

14Gustave Delory est issu d’une famille de cinq enfants du quartier Saint-Sauveur. Ses parents étaient journaliers. Il fréquenta l’école communale des Frères, mais la quitta à l’âge de 12 ans sans savoir ni lire, ni écrire. Il devint ouvrier filtier et découvrit l’engagement syndical. Il fonde en 1879 le syndicat des filtiers, ce qui lui vaut en 1880 d’être renvoyé de son usine après s’être opposé à l’obligation de souscrire à une mutuelle nationale. Gustave Delory occupe désormais des emplois éphémères de cantonnier, de panseur au criquet à Fives-Lille, d’aide-boulanger, d’aide-cordonnier et enfin de débitant de boissons après 1886. Sa rencontre avec Gustave Jonquet le décide à s’engager politiquement et dès 1882 il adhère au Parti ouvrier français, se voit confier la direction du journal Le Forçat de 1882 à 1884 et le secrétariat fédéral du parti dans le Nord, dont on peut dire qu’il fut le fondateur grâce à une action militante inlassable. En 1886, il crée le journal Le Travailleur, devient l’année suivante le gérant de l’Imprimerie ouvrière qui diffuse les tracts et les publications socialistes. En 1892, il fonde “l’Union de Lille”, coopérative de boulangerie et d’épicerie. Gustave Delory fonde parallèlement avec le directeur du Réveil du Nord Siauve-Evausy la section lilloise de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen.

15Le 8 mai 1880, Gustave Delory avait épousé Adèle Wiart, fileuse de lin dont il eut deux enfants, Émile, et Maria qui épousa son cousin germain Gaston Delory, fils de Victor, employé à la mairie d’Armentières dont il devint secrétaire en chef après la conquête socialiste. Le milieu familial apparaît très soudé politiquement, La sœur de Gustave Delory, Maria, épousa l’un des leaders socialistes lillois, Gustave Devernay.

16Le travail militant porte ses fruits dans les années 1890. En 1892, Gustave Delory est élu conseiller d’arrondissement de Lille. En 1896, à la tête des socialistes alliés aux radicaux, il conquiert la mairie. Il tente de mettre en application le programme d’action municipale du POF, crée notamment les cantines scolaires, mais innove aussi en instaurant un service municipal de vidange et d’enlèvement des ordures et un dispensaire antituberculeux avec un service de consultation gratuite. Gustave Delory poursuit son ascension politique en devenant conseiller général en 1898 puis député de Lille en 1902. Mais il doit abandonner la mairie après l’échec des socialistes aux élections municipales de 1904. Ceux-ci sont victimes de leurs dissensions, de la rupture avec les radicaux et d’une conjoncture économique déprimée engendrant une baisse des rentrées fiscales. Gustave Delory conserve en revanche son mandat parlementaire, siégeant de 1902 à 1906 au groupe socialiste révolutionnaire puis au groupe socialiste, militant pour l’instauration de la représentation parlementaire et participant aux commissions d’enquête sur les industries textiles et sur l’assurance et la prévoyance sociale. A la tête de la Fédération du Nord, il incarne la permanence du courant guesdiste majoritaire dans le département. Pendant la guerre, il adhère à la politique de défense nationale. Son patriotisme lui vaut d’être interné à la citadelle de Lille puis déporté en Allemagne à Holzminden. A la tête des socialistes lillois, il retrouve la mairie de Lille en 1919, et œuvre pour la reconstruction de la cité dont il obtient le déclassement et le démantèlement de l’enceinte fortifiée qu’il demandait depuis 1903 afin de promouvoir un urbanisme social. Il accède à la vice-présidence du conseil général du Nord en 1922. Victime d’une congestion pulmonaire, il décède en 1925.

17Auteur d’un intéressant opuscule intitulé Aperçu historique sur la Fédération du Nord, couronnement de l’œuvre d’un autodidacte, Gustave Delory apparaît comme l’archétype le plus pur du militant ouvrier lillois engagé dans l’action politique et acquis à l’idéologie guesdiste.

Deprez André. un républicain défenseur des intérêts agricoles

Déprez André

Pas-de-Calais

23/06/1839, Harnes (62)

Député Béthune II (1881-1885), (1889-1891)

14/03/1900, Paris

Sénateur (1891-1900)

Opportuniste

18Ce riche agriculteur fabricant de sucre (sa résidence est appelée “le château Deprez”), qui a fréquenté dans sa jeunesse l’institution libre de Marcq-en-Barœul, remplace son père au conseil municipal de Harnes puis suit le cursus politique habituel : conseiller d’arrondissement (Lens) en 1870, conseiller général (Lens) en 1877 (où il succède à François Brasme), maire en 1889. En 1881, il est porté comme sept de ses amis politiques par la vague républicaine qui ne laisse que deux sièges à la droite. Battu en 1885, il retrouve le Palais-Bourbon quatre ans plus tard, mais passe au Palais du Luxembourg dès 1891. Avec son collègue Achille Bouilliez, comme lui agriculteur fortuné et républicain modéré, mais aussi avec Georges Graux, il répercute les revendications du monde rural émises par les divers organismes agricoles, en déposant des vœux sur le bureau du conseil général qui le transmet avec appui au préfet, en organisant des pétitions qui suivent le même parcours jusqu’au gouvernement et aux bureaux des assemblées. André Déprez contribue ainsi à la législation protectionniste (notamment pour le régime des sucres), à l’apparition des caisses d’assurances ou de crédit agricoles ; il est en outre un des fondateurs du “groupe agricole” à la Chambre des députés. Il s’intéresse également aux questions sociales : travail des femmes et des enfants, sécurité, syndicats professionnels, protection sociale... Président de la chambre de commerce de Béthune, il encourage la réalisation de grands travaux publics régionaux tels que le tramway de l’arrondissement de Béthune ou le canal du Nord. Ce chevalier de la Légion d’honneur, anticlérical modéré qui soutient Bourgeois et Méline, est l’un des promoteurs, en 1895, des ligues républicaines qui entendent rassembler radicaux et progressistes contre le socialisme et la réaction. Il meurt subitement au ministère de la Justice alors qu’il rend visite au garde des Sceaux Monis.

Dron Gustave. un médecin radical, sénateur-maire

Dron Gustave

Nord

21/10/1856 Marcoing

Député Lille 6 (devient Lille 8 en 1893),

17/08/1930 Tourcoing

(1889-1914)

Sénateur (1914-1930)

Radical

19Issu d’une lignée de cultivateurs du Cambrésis, Gustave Dron est le fils d’un agriculteur-marchand de bois, devenu clerc de notaire, et maire de Marcoing de 1869 à 1888. Sorti du collège de Cambrai, Gustave Dron entreprend des études de médecine à Paris. Il s’installe à Tourcoing en 1880 et épouse trois ans plus tard la fille d’un notable républicain, conseiller municipal, confortant ainsi une implantation locale qui lui permet de siéger dès 1884 dans l’assemblée communale. Il entre d’autre part au conseil général en 1887 et y représente le canton de Tourcoing-sud jusqu’en 1904.

20Maire de 1899 à sa mort (sauf une interruption entre 1919 et 1925), Gustave Dron prend rang parmi les grands maires bâtisseurs de cette époque (on lui doit notamment un établissement de bains, un gymnase, un théâtre, une usine d’hydroélectricité, une bourse de commerce, une école du bâtiment, un collège pour jeunes filles et une Académie des Beaux-Arts). Il porte également une attention particulière aux hospices (dont il est administrateur) et aux écoles (il est délégué cantonal).

21Propriétaire d’une feuille locale, L’Avenir de Tourcoins et président-fondateur de la Solidarité républicaine, laïque et sociale de 1890 à sa mort, Gustave Dron fait de sa ville d’élection un véritable fief. Il est élu à la Chambre en 1889 et y incarne un radicalisme très social : il est d’ailleurs toujours élu contre la droite, le plus souvent avec les voix socialistes. Au Palais-Bourbon, Gustave Dron s’intéresse tout particulièrement à la législation du travail dans l’industrie, notamment au projet de loi de 1898 sur les accidents du travail. Vice-président de la Chambre de 1910 à 1914, il doit s’effacer devant son concurrent socialiste aux élections législatives du printemps 1914, mais une élection partielle lui permet d’entrer au Sénat quelques semaines plus tard, à la suite du décès d’Henry Sculfort. Il siège dans la Haute Assemblée sur les bancs de la Gauche démocratique, radicale et radicale-socialiste.

22Président du conseil supérieur du Travail, et de celui de l’Assistance publique (de 1922 à sa mort), Gustave Dron est d’autre part décoré de la Légion d’honneur en raison de son attitude en 1914-1918 : accusé d’espionnage, il est arrêté et connaît plusieurs mois de captivité. Sa longue carrière politique (près de trois décennies comme maire, plus de quatre comme parlementaire) lui a permis d’incarner un radicalisme urbain, socialisan t, proche du mouvement ouvrier et profondément réformateur.

Lebas Jean-Baptiste. ministre socialiste du front populaire

Lebas (dit Jean-Baptiste)

Nord

24/10/1878 Roubaix

Député (1919-1928), Lille 7 (1932-1940)

10/03/1944 Sonnenburg (Allemagne)

Socialiste (SFIO)

23Né dans une modeste “courée” roubaisienne, fils d’un tisserand, Jean Lebas suit les cours de l’institut Tirgot de Roubaix et, bien qu’ayant obtenu le brevet d’études supérieures (1894), il entre dans la vie active comme apprenti tisserand, suivant ainsi l’exemple paternel. Mais mis sur la liste noire du patronat, comme tant d’autres militants ouvriers, il doit très vite chercher refuge dans la municipalité socialiste conduite par Henry Carrette, et devient expéditionnaire à la recette municipale (1896). Devenu ensuite comptable des coopératives socialistes “L’Union” et “La Paix”, il est quelques temps employé de commerce, avant de devenir, en 1906, permanent d’un parti socialiste alors dominé à Roubaix par la haute figure de Jules Guesde, qui en est le député, et qui avait très tôt remarqué les qualités de militant du jeune Jean Lebas, ce dernier conjuguant l’action aux plans politique (il s’est inscrit au POF dès 1896) et au plan syndical (il a fondé le syndicat des employés CGT de Roubaix en 1901).

24Participant activement aux différents congrès socialistes, Jean Lebas prend des responsabilités croissantes dans la Fédération du Nord (il en est secrétaire - adjoint en 1906 et secrétaire général en 1918) ; la disparition de Jules Guesde (1922) puis de Gustave Delory (1925) y accroît encore son rôle. Jean Lebas prête par ailleurs régulièrement sa plume à diverses publications de la SFIO dont La Bataille, organe de la Fédération ; d’autre part, au plan national, il devient trésorier du parti. Son influence grandissante lui vaut d’être appelé en 1926 au conseil supérieur du Travail.

25Conseiller municipal de Roubaix dès 1904 (il est alors l’un des plus actifs opposants du maire Eugène Motte, lui-même adversaire de Jules Guesde aux législatives), Jean Lebas conquiert la mairie en 1912 et conserve le fauteuil majorai jusqu’en 1940. Conseiller général de Roubaix-ouest de 1910 à 1928, puis, après un échec dans ce canton, de Roubaix-est de 1929 à 1940, il préside l’assemblée départementale de 1937 à 1940. Jean Lebas est d’autre part porté à la députation, au scrutin de liste, en 1919 et 1924, mais il est battu par le candidat poincariste d’“Union nationale” quand il affronte le scrutin d’arrondissement en 1928 ; il retrouve cependant le Palais-Bourbon en 1932 et y siège jusqu’en 1940.

26La victoire du Front populaire en 1936 l’amène à entrer dans le gouvernement Léon Blum, dans lequel, en tant que ministre du Travail, il joue un rôle de tout premier plan dans la mise en œuvre des grandes conquêtes sociales de 1936, comme l’instauration de la semaine des 40 heures et des congés payés. Il est ensuite ministre des PTT dans les cabinets dirigés par Chautemps, puis, à nouveau, par Léon Blum : il s’intéresse particulièrement, à ce titre, à la radiodiffusion, en matière de retransmission des pièces de théâtre par exemple.

27Jean Lebas, qui avait été une première fois pris en otage par les Allemands puis déporté en Allemagne en 1914-1918, connaît le même sort une vingtaine d’années plus tard : arrêté en mai 1941 en raison de son action dans la Résistance au sein du réseau Ali-France, il meurt en 1944 dans la prison-forteresse de Sonnenburg, des suites des souffrances, privations et mauvais traitements qui lui sont alors infligés. Déjà décoré de la Légion d’honneur en 1918 en raison de son attitude patriotique, il en sera fait officier, à titre posthume.

Lecomte Maxime. un avocat parlementaire très actif

Lecomte Maxime Emmanuel Augustin

Nord

1/03/1846 Bavai

Député d’Avesnes II (1884-1886)

10/06/1914 Achères (78)

Député du Nord (1887-1889)

Député d’Avesnes II (1889-1891)

Sénateur du Nord (1891-1914)

Opportuniste (Union républicaine/Gauche démocratique)

28Maxime Lecomte est fils de médecin et se destine à une carrière juridique. Après des études de droit à la faculté de Douai, il obtient son doctorat en 1870 et opte pour la carrière d’avocat. Très jeune, il s’intéresse à la politique et durant ses études universitaires, il s’oppose activement au Second Empire. Peu de temps après son inscription au barreau d’Avesnes, éclate la guerre de 1870. Il prend part aux batailles de l’armée du Nord sous les ordres du général Faidherbe et s’illustre à la bataille de Bapaume qui lui vaut le grade de lieutenant.

29Avocat à Avesnes, il prend part au débat politique local dans les rangs républicains et devient le secrétaire du comité républicain avesnois. On le voit également entrer dans les rangs de la franc-maçonnerie. En 1876, il s’inscrit au barreau d’Amiens et se spécialise dans le droit commercial. Devenu professeur de droit commercial à la Société industrielle d’Amiens, il publie de nombreux ouvrages de droit et acquiert une réelle notoriété (membre de plusieurs associations littéraires et juridiques).

30En 1884, à la faveur d’une élection partielle, il est élu député d’Avesnes, en remplacement d’Émile de Marcère, et siège parmi les membres de l’Union républicaine. Il est aussitôt un parlementaire très entreprenant, tant dans les commissions que du haut de la tribune. Battu en 1885, il réussit à retourner sur les bancs du Palais-Bourbon à la faveur d’une autre partielle en 1887. Son activité est intense et il mène un vigoureux combat contre le boulangisme. Réélu en 1889, il se présente aux élections sénatoriales de 1891 et opte alors pour le Sénat. De 1891 jusqu’à son décès, il y siège, sans discontinuer, dans les rangs de la Gauche démocratique. Il participe activement au débat sur les questions commerciales et siège également dans les grandes commissions parlementaires du moment : tarif général des douanes, travail des enfants et des femmes (1897), loi de séparation de l’Église et de l’État (1905), exercice des cultes (1914),... A plusieurs reprises, il est désigné comme rapporteur de ces grands textes, et, en 1900, il est nommé membre de la Haute-Cour de justice. Il préside aussi le groupe parlementaire du sucre et de l’alcool. Son dynamisme lui vaut d’être élu secrétaire du Sénat, puis vice-président de 1909 à 1912.

31La “République des avocats” trouve en Maxime Lecomte l’une de ses plus pertinentes illustrations.

Legrand Géry. journaliste et héritier en politique

Legrand Géry

Nord

18/05/1837 Lille

Sénateur du Nord (1888-1902)

29 août 1902 Moncheaux

Opportuniste (Union républicaine)

32Géry Legrand fait figure d’héritier, lorsqu’il recueille son mandat sénatorial. En effet, comme fils, neveu et frère de députés nordistes, il appartient à l’une de ces familles de grands notables lillois alliés aux grandes dynasties industrielles et agricoles du département. La famille est républicaine, et le père fut révoqué par Napoléon III pour refus de serment. Ce qui ne l’empêchera pas d’être élu député du Nord en 1852 et de figurer parmi les 8 rares opposants qui furent admis à siéger au Corps législatif.

33Après des études secondaires au collège Sainte-Barbe, Géry Legrand poursuit, dans la lignée de son père et de son frère, des études de droit à Paris. Peu motivé, il délaisse les études juridiques, se passionne pour la littérature, le théâtre et la poésie et entame une carrière dans le journalisme.

34Il débute alors dans le prestigieux journal L’Illustration mais revient dans le Nord à la mort de son père. Il soutient activement Victor Hugo et ses éditeurs dans la publication des Misérables. Il collabore avec Zola et plusieurs autres publicistes à la revue lilloise : La Revue du Mois. Brillant polémiste, usant de divers pseudonymes (Jonathan Muller, Faustin,...), il fonde plusieurs journaux et revues avant de créer Le Progrès du Nord, quotidien Nordiste républicain qui connaît un franc succès.

35Sa carrière politique débute, en 1865, avec un mandat de conseiller d’arrondissement. Il lutte contre l’empire et utilise, à cette fin, ses talents de publiciste. Mais, en 1868, sa candidature aux élections législatives se solde par un échec. Pendant la guerre de 1870, son rôle dans la défense du pays semble avoir été faible. Cette attitude plutôt timorée fut exploitée sans complaisance par ses adversaires politiques. Son caractère bouillant lui vaut de franches inimitiés dans le camp adverse et certaines de ces joutes oratoires lui valent de cocasses articles dans les journaux locaux et parisiens. En 1876, un mariage avantageux lui permet d’épouser la fille du banquier et conseiller d’arrondissement pérot.

36En 1881, il profite de la notoriété de son frère et devient maire de Lille. Sa politique de grands travaux contribue à la modernisation et à l’embellissement de la métropole. C’est sous sa gestion que sont exécutés les importants travaux de voirie nécessités par le déplacement de l’enceinte fortifiée et par l’annexion à la ville de plusieurs communes voisines. L’aménagement des boulevards, la construction du palais des beaux-arts, la restauration de la porte de paris et la création de la promenade du Bois de la Deûle doivent également être mis à son actif.

37Il s’oppose avec vigueur au boulangisme et, en 1888, il est élu sénateur du nord. Il siège dans les rangs de l’union républicaine et ne participe que faiblement à la vie parlementaire. Il est réélu en 1897 et décède en cours de mandat.

38Grand notable républicain, Géry Legrand est l’une des figures typiques des dynasties parlementaires lilloises.

Levert Charles. un ancien préfet impérial

Levert charles

Pas-de-calais

18/06/1825, sens (88)

Député (1872-1889),

05/04/1899, paris

Saint-Omer II (1876-1885)

Bonapartiste

39Ce neveu et filleul de Lamartine, petit-fils d’un adjoint au maire de sens et fils d’un entreposeur des tabacs fréquente le collège Sainte-Barbe à paris puis y fait son droit. en 1848, il est secrétaire d’Émile Ollivier, commissaire général du gouvernement provisoire de la république dans les Bouches-Du-Rhône. Grâce à l’appui d’un autre oncle, le préfet de police Carlier, il devient conseiller de préfecture à Agen puis à Arras (1850). Rallié à Louis-Napoléon Bonaparte, il est nommé sous-préfet de Saint-Omer où il réprime sévèrement les opposants au lendemain du coup d’État du 2 décembre 1851. après une mutation à valenciennes (1856), où il épouse élise canonne, fille du président de la chambre et du tribunal de commerce, cet administrateur zélé (réputé pour la qualité de ses rapports adressés au ministère de l’intérieur) est promu préfet de l’Ardèche (1857), avant d’être successivement en poste à Alger (1860), dans la vienne (1861), dans la Loire (1864), dans le Pas-de-Calais (1864-1866) et dans les Bouches-du-Rhône (1866-1870). Le 4 septembre 1870, il est blessé lors de l’invasion de la préfecture par des émeutiers marseillais auxquels il tente de résister ; il doit se cacher et fuir vers l’Italie, la Belgique et l’Allemagne où il retrouve Napoléon III. Son élection comme représentant du Pas-de-Calais, le 7 janvier 1872 lors d’un scrutin partiel (Louis Faidherbe élu en juillet 1871 ayant opté pour le Nord), qui suit de quelques mois son retour en France (mai 1871), annonce le réveil du bonapartisme et prouve la durable influence dans le département de cette tendance politique dont il est un des principaux dirigeants. Son extrémisme en fait un des artisans du rapprochement des bonapartistes avec les légitimistes contre l’orléanisme et la République qui aboutit finalement à la chute de Thiers (24 mai 1873) après laquelle son rôle national semble décliner même s’il demeure le principal responsable du mouvement pour le nord de la France et devient président du groupe de L’Appel au Peuple en mars 1875. Battu aux élections sénatoriales de 1876par une coalition royaliste et républicaine, Charles Levert est élu aussitôt après député dans la deuxième circonscription de Saint-Omer (rurale) et le reste jusqu’à son échec en 1889 face à Charles Célestin Jonnart. Plus actif au sein de son groupe politique (il siège au comité central) qu’à la Chambre des députés où son attitude - comme celle de beaucoup de ses amis politiques - est parfois provocante, il négocie également âprement les candidatures conservatrices avec les leaders orléanistes et légitimistes départementaux. Il est le beau-frère de Léon Renard (1836-1906), député du Nord, ainsi que le beau-père d’Albert Sarlande (1847-1913), député de la Dordogne et de Paul Le Roux (1850-1923), député de la Vendée, tous trois bonapartistes.

Loucheur Louis. un ministre brasseur d’affaires

Loucheur Louis

Nord

12/08/1872 Roubaix

Député (1919-1931), Avesnes 1 (1928-1931)

22/11/1931 Paris

Centre droit (Républicain de gauche

puis républicain radical)

40Petit-fils d’un tisserand, fils d’un modeste architecte-métreur, Louis Loucheur est boursier au Lycée de Lille avant d’entrer à Polytechnique en 1890. Devenu ingénieur, il commence une carrière aux chemins de fer du Nord avant de se tourner vers les affaires industrielles. Il fonde avec l’un de ses anciens condisciples de Polytechnique une première société en 1899, puis, en 1908, la Société générale d’entreprises, qui connaît une expansion très rapide et s’étend bientôt, y compris au plan international, aux domaines les plus divers (bâtiment, travaux publics, électricité, chemins de fer, métallurgie, etc.). En quelques années, Louis Loucheur acquiert une fortune considérable et se retrouve à la tête d’un véritable empire industriel. La guerre n’est qu’une parenthèse, de ce point de vue, pour un homme appelé à siéger dans plusieurs dizaines de conseils d’administration.

41Mobilisé en 1914 comme lieutenant d’artillerie, Louis Loucheur met bientôt ses compétences au service de l’armée, tout en veillant à séparer ses intérêts personnels et le rôle qu’il joue dans la mobilisation industrielle du pays : appelé au gouvernement en 1916 pour ses qualités de technicien, il quitte les affaires pour se lancer dans la vie publique, avec le même succès. D’abord désigné par Millerand, ministre de la Guerre, pour s’occuper de questions d’armement, il se taille une réputation de compétence qui lui vaudra une longue carrière ministérielle : il occupe les fonctions de secrétaire d’État ou de ministre une quinzaine de fois jusqu’en 1931, notamment dans les domaines de l’Armement (auprès de Georges Clemenceau fin 1917), puis de la Reconstitution industrielle et des régions libérées au lendemain du conflit (jouant ainsi un rôle décisif dans le relèvement d’un Nord-Pas-de-Calais durement éprouvé par le conflit), avant de se voir confier à plusieurs reprises les portefeuilles du Commerce, de l’Industrie ou encore du Travail, dans les années 1920. On lui doit à ce titre la loi qui porte son nom et qui lance, en 1928, un vaste programme de constructions d’habitations à bon marché, tandis que, comme ministre du Travail, il est étroitement associé la même année à la mise en œuvre de la première législation sur les assurances sociales.

42Ministre technicien pendant la Grande Guerre, avant d’avoir exercé le moindre mandat électif, Louis Loucheur ne se tourne vers la politique proprement dite qu’en 1919, pour briguer, sur les conseils de Georges Clemenceau, un siège de député. Son cursus est donc de ce point de vue atypique sous la Troisième République. Il est élu sans difficulté, puisqu’il se présente en tête de la liste qu’il a mise sur pied avec l’abbé Lemire et Daniel-Vincent, et qui regroupe les centres droit et gauche sous la bannière de la “Fédération républicaine du Nord Son score modeste dans sa ville natale prouve qu’il n’a pas de véritables attaches locales, d’autant que ses responsabilités au plan national (dans les sphères gouvernementales) et international (dans les grandes conférences comme celle de Locarno, ou encore à la SDN) le tiennent souvent éloigné de la vie politique départementale. Cependant, il compte sur son ami Daniel-Vincent pour maintenir le contact avec le Nord et lui éviter les faux-pas.

43Il peut aussi appuyer son assise politique sur les nombreux journaux qu’il possède ou contrôle, non seulement à Paris (comme Le Petit Journal dans les années 1920) mais aussi en province, notamment à Lille (Le Progrès du Nord).

44Siégeant au groupe charnière de la Gauche radicale (c’est aussi l’une des raisons de sa présence dans de nombreux gouvernements), Louis Loucheur cherche un enracinement local dans des zones rurales qu’il connaît mal mais où, aidé par ses amis politiques, il réussit à s’implanter : conseiller général de Merville (1922-1928) puis d’Avesnes-Nord (1928-1931), c’est encore dans cet Avesnois où règne son ami Daniel-Vincent qu’il affronte le retour au scrutin d’arrondissement en 1928.

45Décédé en 1931, à moins de 60 ans, Louis Loucheur a joué dans la vie politique du Nord mais aussi de la France un rôle de tout premier plan, aux côtés de Georges Clemenceau, de Raymond Poincaré ou encore d’Aristide Briand : en témoigne la foule de personnalités présentes à ses obsèques, parmi lesquelles on compte notamment le président du Conseil Pierre Laval, le ministre de la Guerre André Maginot, ou encore les maréchaux Philippe Pétain et Hubert Lyautey.

Montalembert Geoffroy de un notable traditionnel

Montalembert Geoffroy de

Nord

16/12/1850 Versailles (78)

Député (1889-1906) Lille 6, puis 7

16/10/1926 Annappes

Monarchiste

46Geoffroy Jules Marc Gabriel de Montalembert appartient à une famille de haute noblesse d’Ancien Régime originaire du Poitou. Son aïeul paternel, émigré de l’armée de Condé, fut pair de France sous la Restauration. Son grand-père maternel, Léon Victor de Rochechouart (1788-1805) émigra lui aussi et épousa Élisabeth Ouvrard, fille du célèbre fournisseur aux armées. Son père, Marc Joseph Arthur de Montalembert (1812-1859), fit carrière dans l’armée où il servit en qualité de colonel d’artillerie et de chef d’escadron au premier régiment de lanciers. Après avoir participé à la bataille de Solférino, il mourut peu après en mission au Maroc. Son oncle, Charles de Montalembert, est le célèbre écrivain et homme politique qui fut pair de France sous la monarchie de Juillet. Geoffroy embrassa tout d’abord le métier des armes et s’engagea en 1870 dans la légion des volontaires de l’ouest formée des zouaves pontificaux, sous les ordres du général de Charette. Il fut grièvement blessé à la bataille de Patay le 2 décembre. Il entra à Saint-Cyr après la guerre et en sortit officier au 21° régiment d’infanterie. Son mariage avec Alix Marie Thérèse de Maures de Malartic de Brigode est à l’origine de son installation à Annappes. Il y est élu maire dès 1881 et quitte l’armée en 1886pour s’y établir en qualité de propriétaire agriculteur. Après avoir été élu conseiller général du Nord pour le canton de Lannoy, il est porté à la députation en 1889. Son activité parlementaire demeure discrète, mais sa solide implantation locale lui permet d’être réélu malgré le remaniement de sa circonscription. Il refuse le Ralliement en 1892 et demeure fidèle à ses convictions monarchistes, ce dont ses électeurs ne paraissent pas lui avoir tenu rigueur en dépit d’un langage passéiste lors de ses campagnes électorales. Mais en 1906, il subit le reflux général de la Droite catholique dans le département. Sa conduite patriotique pendant la première guerre mondiale lui vaut la médaille de la Reconnaissance française en 1924. Mais curieusement il doit abandonner la mairie d’Annappes après la guerre, victime selon le journal La Dépêche de l’ingratitude de ses concitoyens, plus vraisemblablement de son refus de se rallier à une République désormais bien installée. Geoffroy de Montalembert apparaît bien comme l’archétype du grand propriétaire foncier traditionnel aux convictions monarchistes inébranlables. Son fils Geoffroy (1898-1993), continua la tradition familiale de l’engagement politique en devenant en 1936 député de Seine-Inférieure, puis sous la Quatrième République, conseiller de la République et sénateur sous la Cinquième.

Paris Auguste. un avocat brillant défenseur de la région et de la religion

Paris Auguste

Pas-de-Calais

12/11/1826, Saint-Omer (62)

Représentant (1871-1875),

18/12/1896, Arras (62)

Sénateur (1876-1882, 1885-1891)

Centre-droit (Orléaniste catholique)

47Fils d’un menuisier, ancien élève et ancien professeur (de rhétorique) du collège Saint-Bertin de Saint-Omer, Auguste Paris, licencié es-lettres et docteur en droit, s’installe comme avocat à Arras en 1856. La même année, il épouse Lucie Béreux, originaire d’Hesdin et fille d’un officier du génie qui a émancipé deux esclaves. Neuf fois bâtonnier, jurisconsulte renommé, il siège aussi à l’académie d’Arras et écrit plusieurs ouvrages d’histoire relatifs à la Révolution dans le Nord-Pas-de-Calais pour lesquels il reçoit les félicitations de Guizot et de Taine. Auguste Paris est encore et surtout un fervent catholique : ancien secrétaire de Louis Veuillot, membre de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul, président du conseil de fabrique de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Arras, membre du comité des jurisconsultes des congrégations... A l’automne 1870, il fonde un journal catholique et conservateur, Le Pas-de-Calais, puis rédige, pour les élections générales du 8 février 1871, la profession de foi de la liste conservatrice sur laquelle il est élu. Son éloquence, sa compétence ainsi que sa grande activité législative et politique en font une personnalité remarquée du Centre-droit et son nom est évoqué en mai 1874 pour le ministère de l’Instruction publique ou celui de l’Intérieur et des Cultes. En février 1875, l’indisposition de son collègue Louis de Ventavon (Hautes-Alpes) lui permet d’être le rapporteur du texte sur l’organisation des pouvoirs publics (une des trois lois constitutionnelles de la Troisième République) et de faire admettre alors la possibilité d’une révision constitutionnelle dans son acception la plus large (article 8). La coalition des gauches et de l’extrême droite légitimiste et bonapartiste l’empêche de devenir sénateur inamovible en décembre 1875 mais deux mois plus tard les grands électeurs du Pas-de-Calais le portent à la haute assemblée. Élu sur une liste de coalition anti-bonapartiste, il s’oppose toutefois aux cabinets républicains et, en mai 1877, il accepte, sur les instances du maréchal de Mac-Mahon, d’être ministre des Travaux publics dans le “gouvernement du 16 mai” (Broglie-Fourtou) dont il attend une action ferme et cohérente ; cependant après la victoire des républicains aux élections d’octobre, il estime que le cabinet doit s’incliner. Il retourne au Sénat et s’intéresse de nouveau aux questions douanières, ferroviaires (il semble entretenir d’étroites relations avec la compagnie du Nord) ainsi qu’à la liberté de l’enseignement (qu’il a obtenue avec Wallon pour le supérieur en 1875). Battu en 1882, il récupère son mandat lors d’un scrutin partiel en 1885. Premier représentant du comte de Paris dans le Pas-de-Calais, il est le leader départemental des conservateurs à l’exception des bonapartistes qu’il n’apprécie guère ; constamment opposé aux gouvernements républicains, il accueille toutefois avec bienveillance le premier cabinet Rouvier (30 mai-4 décembre 1887) qui souhaite un certain apaisement religieux. Malade, il ne se représente pas en 1891 et meurt en 1896 ; lors de ses obsèques, en présence de l’évêque d’Arras, un hommage unanime lui est rendu. Son fils Jean (1867-1940), lui aussi avocat et catholique, s’engage en politique (ALP) : conseiller municipal d’Arras en 1899, conseiller général en 1910 (Arras-sud), il menace sérieusement le socialiste sortant Raoul Briquet aux élections législatives de 1914 (circonscription d’Arras I).

Ramette Arthur. un militant ouvrier communiste

RAMETTE Arthur

Nord

12/10/1897 Caudry

Député Douai II (1932-1940/1945-1951),

15/12/1988 Seclin

Sénateur (1952-1956)

Député (1956-1958/1962-1973) 15“Nord

48Issu du milieu ouvrier, il fait son apprentissage comme mécanicien à l’âge de 12 ans dès sa sortie de l’école primaire. Son apprentissage terminé (il est alors ajusteur), il adhère au syndicat de sa corporation. En 1919, il est secrétaire du syndicat des métallos de Caudry et adhère au parti socialiste ; à la scission du Congrès de Tours en 1920, il rejoint le parti communiste. En 1923, il est secrétaire du comité de l’arrondissement de Cambrai et accède donc à la commission exécutive de Cambrai et épouse Alice Bricout, fille du secrétaire de la bourse du Travail de Caudry qui l’avait influencé pour son adhésion au syndicat des métallos. En 1926, alors qu’il est mécanicien à la coopérative de Caudry, il devient, au sein du PC, secrétaire à l’organisation de la région Nord puis est détaché dans le Pas-de-Calais en 1927 : il y réorganise le comité départemental et prend une part active à l’organisation des grèves des mineurs unitaires. Le 6 octobre 1929, il est arrêté à la suite des heurts entre manifestants et forces de l’ordre lors de la manifestation du 1er mai ; il est emprisonné un mois à la maison d’arrêt de Béthune. À sa sortie de prison, il est chargé de la direction de la région Nord (Nord-Pas-de-Calais-Somme) puis coordonne l’action des militants communistes pendant les grandes grèves du textile dans le Nord contre l’application de la loi sur les assurances sociales. En 1932, il est à nouveau emprisonné, cette fois à la centrale de Loos, pour son action au cours de la grève des textiles de Roubaix de 1931. Alors qu’il est toujours incarcéré, il est désigné comme candidat du parti communiste aux législatives de 1932 dans la 27 circonscription de Douai : il est élu le 8 mai 1932, seul député communiste du Nord, et il est libéré le 7 juin 1932 après un vote de la Chambre. La même année, il échoue à l’élection sénatoriale tandis qu’il entre au comité central du PC. Réélu en 1936, il siège jusqu’en 1939 parmi le “groupe des dix”. Pendant son premier mandat, il a appartenu à plusieurs commissions ordinaires (mines et forces motrices, législation civile et criminelle, Algérie, colonies et pays de protectorat, marine militaire) et à celle d’enquête constituée au lendemain des événements du 6 février 1934. Secrétaire de la Chambre de 1936 à 1939, il fut vice-président de la commission des finances et membre de la commission des mines et de la force motrice. Il représente le canton de Douai-nord au conseil général à partir de 1937 et continue de jouer un rôle de premier plan dans l’organisation du Parti communiste dans le Nord. A la veille de la déclaration de guerre, il est toujours secrétaire de la fédération communiste du Nord et reste fidèle au parti communiste lors de la conclusion du pacte germano-soviétique. Alors que le gouvernement a dissous le parti communiste le 26 septembre 1939, est créé le groupe ouvrier et paysan français qui remplace le parti communiste à la Chambre ; Arthur Rainette en est le président. Dès cette période, Arthur Rainette assure la liaison entre la direction clandestine du parti (Duclos et Frachon) et Thorez qui est mobilisé. Porté insoumis le 9 mars 1940, il est condamné par contumace le 3 avril 1940 à cinq ans de prison et 5 000 francs d’amende pour reconstitution de ligue dissoute. Commence alors l’exil à Bruxelles puis à Moscou et à Oufa (Bachkirie) d’où il prépare des émissions de radio à destination de la France. De retour en France en 1944, il réintègre directement le bureau politique du parti où il est officiellement réélu lors du XIe Congrès (Strasbourg, 1947) et reprend ensuite la direction politique du quotidien lillois Liberté de 1944 à 1950 avant d’en devenir le directeur général de 1950 à 1956. Élu député de la 2e circonscription du Nord en 1945, il est secrétaire du Parlement et secrétaire du groupe communiste à l’Assemblée. Conseiller général de Douai (1945-1955) et conseiller municipal de Lille (1947-1963), il est battu aux législatives de 1951 mais élu sénateur en 1952 ; il quitte sa fonction au profit d’un mandat au Palais-Bourbon en 1956. Battu lors de la dissolution de 1958, il est réélu député en 1962 et le reste jusqu’à son retrait de la vie politique en 1973.

Tailliandier Henri. un catholique agrarien

TAILLIANDIER Henri

Pas-de-Calais

23/06/1847 Fresnoy

Député (1886-1910)

28/04/1914 Arras

Conservateur, puis rallié

Action libérale populaire

49Henri Tailliandier, né à Fresnoy, dans la plaine de la Gohelle, appartient à une famille de propriétaires de l’Artois dont certains membres avaient déjà exercé des fonctions électives. Il s’agissait de propriétaires exploitants, soucieux de veiller à la bonne marche de leur domaine. Henri Tailliandier poursuit ses études à la faculté de droit de Paris, à la fin du Second Empire, de 1865 à 1870, et obtient un doctorat. À 23 ans, pendant la guerre franco-allemande, il combat dans le 5e bataillon des mobiles du Pas-de-Calais. Par la suite, sa carrière politique subit la double influence de ses origines, agrarienne et catholique. Son implantation rurale lui permet d’accéder à la présidence du syndicat agricole du département, organisation de tendance conservatrice. Élu local, Tailliandier est maire de Fresnoy en 1875, puis conseiller général du canton de Vimy en 1877. Ce notable, favorable au protectionnisme, figure tout naturellement sur la liste conservatrice élue en 1885. Mais Tailliandier, réélu en 1889, accepte avec enthousiasme le Ralliement : son implantation lui permet de franchir victorieusement le cap, difficile pour les catholiques ralliés, des législatives de 1893. Il participe quelques années plus tard à la fondation de l’Action libérale populaire, favorisant l’implantation à Arras d’une section de ce parti. À sa mort en 1914, il est encore membre du comité directeur de l’ALP. Réélu jusqu’en 1910, son implantation ne lui permet pas, toutefois, de résister à la poussée des républicains modérés laïques, menés par l’industriel sucrier Émile Loth, qui sort vainqueur des élections de 1910. Tailliandier avait toujours siégé à la Chambre parmi les membres de l’Action libérale. Au plan local, à Arras, son épouse, Joséphine Tailliandier, avait déployé une grande activité dans les œuvres catholiques. Deux des fils d’Henri Tailliandier représentèrent par la suite le Pas-de-Calais. Albert, élu en 1914 sous l’étiquette “libéral”, s’inscrit au groupe de la Fédération républicaine et périt tragiquement en 1917 en visitant la ville de Bapaume reconquise sur les Allemands : ces derniers avaient, avant de battre en retraite, miné l’hôtel de ville et le député périt dans l’explosion, qui provoque également la mort de Raoul Briquet, député SFIO d’Arras. Maurice, le deuxième fils, maire, en 1919, de Cagnicourt - la localité dont sa mère, née Goudemey de Cagnicourt, était originaire -, président au début des années 1920 de l’Union des syndicats agricoles du Pas-de-Calais, membre du conseil général de la Fédération républicaine à partir de 1922, siège au groupe de l’URD à partir de 1928. Réélu en 1932, il quitte l’URD et la Fédération et rejoint le groupe animé par Georges Pernot, formé de conservateurs catholiques hostiles à la politique de Louis Marin. Battu en 1936, il abandonne la vie politique. Famille de grands agriculteurs qui avaient débouché sur la vie politique, les Tailliandier illustrent aussi un certain type de parcours politique, de la Droite conservatrice des années 1880 au Ralliement, de l’Action libérale populaire à la Fédération républicaine. Par leur présence dans les organisations professionnelles, dans les œuvres catholiques, dans la politique, ils illustrent également de façon exemplaire un certain type d’engagement catholique conservateur.

Thellier de Poncheville Charles. un avocat des intérêts catholiques

Thellier de Poncheville Charles Louis Zéphirin

15/10/1842 Valenciennes

Nord

26/10/1915 Lille

Député (1885-1889)

Député Valenciennes III (1889-1893)

Droite monarchiste puis républicain libéral

50La famille Thellier de Poncheville a toujours défendu les intérêts monarchistes qu’elle a fidèlement servis dans les rangs de la magistrature. La famille est de noblesse tardive mais authentique et le grand-père fut nommé procureur du roi à Valenciennes sous la Restauration. L’arrière-grand-mère, deux grands-oncles et une grand-tante furent guillotinés sous la Terreur tandis que l’arrière-grand-père et le grand-père subirent les affres des geôles révolutionnaires. Fils d’avocat, Charles Thellier de Poncheville suivit tout naturellement des études de droit à Paris et en sortit avec le grade de docteur. Marié par deux fois, aux deux sœurs Lefebvre, il entre ainsi dans le cercle familial du banquier Piérard.

51Par ailleurs, dans la famille, les intérêts monarchistes sont toujours allés de pair avec la défense de la religion. Catholiques fervents, les Thellier de Poncheville comptent plusieurs religieux dans leurs rangs dont un grand-oncle qui fut secrétaire particulier du cardinal Mattéi. Plusieurs membres de la famille, dont Charles, furent élevés au rang de comtes romains. Plusieurs décorations religieuses leur furent également décernés et Charles reçoit en 1884 le titre de chevalier de l’ordre de Saint-Grégoire le Grand. Membre de nombreuses associations locales et culturelles, il devient le responsable de la bibliothèque locale de la société de Saint-Vincent-de-Paul. Président du conseil de fabrique de l’église Notre-Dame du Saint-Cordon, il est de tous les congrès des catholiques du Nord-Pas-de-Calais. On le retrouve aussi parmi les plus ardents promoteurs de l’enseignement libre catholique. Défenseur des intérêts de la presse catholique, il soutient activement La Croix du Nord et l’Écho de la Frontière

52En 1870, il participe à la guerre en tant que sous-lieutenant au 4e régiment de marche des mobiles du Nord puis rentre à Valenciennes, il est inscrit au barreau de cette cité et en devient le bâtonnier à partir de 1879..

53Orateur remarqué, il est sollicité pour faire partie de la liste conservatrice du Nord en 1885 ; il est élu député et mène une intense activité parlementaire. Catholique social, auteur de plusieurs propositions de lois et de nombreux amendements, il s’intéresse, dans plusieurs cas, au sort des classes laborieuses mais s’attache tout autant à la défense des intérêts du patronat nordiste dont il fait partie en tant que membre du conseil d’administration des hauts-fourneaux de Maubeuge. Réélu en 1889, en bénéficiant des voix des cantons ruraux, il accède, en 1892, non sans déchirements, à la volonté pontificale et accepte le Ralliement tout en continuant à participer aux commémorations monarchistes. Battu en 1893, il tente, par cinq fois encore, de reconquérir son siège, mais sans succès.

54Parmi ses dix enfants, on peut citer Berthe, religieuse du Sacré-Cœur à Montréal, Charles, officier de la Légion d’honneur, chanoine et pionnier du catholicisme social ainsi que Louis et Joseph, industriels, élevés tous les deux au rang de comtes romains.

Trystram Jean-baptiste aîné. un “self made man”

Trystram Jean-Baptiste Louis Francois

Nord

9/01/1821 Ghyvelde

Député Dunkerque I (1876-77, 1878-85)

25/11/1906 Dunkerque

Député du Nord (1886-1889)

Sénateur du Nord (1892-1905)

Gauche démocratique et Union républicaine

55La carrière politique de Jean-Baptiste Trystram est atypique. Fils d’un modeste douanier et d’une mère illettrée, Jean-Baptiste quitte l’école dès l’âge de 10 ans et entre en apprentissage chez un tailleur. C’est comme autodidacte qu’il réussit à parfaire son instruction et amasse, au fil des années, les nombreux ouvrages qui garnissent sa bibliothèque.

56Il exerce diverses professions avant de devenir, vers 1839, courtier en assurances, chargé des remplacements militaires. Cette dernière profession donne lieu, lors des luttes électorales, à des écrits satiriques et perfides de la part de ses adversaires politiques. En 1843, il épouse une jeune modiste, fille d’un maître maçon. Doué d’un étonnant sens du commerce, il se lance dans le négoce agricole, exporte vers l’Angleterre une partie des produits achetés et amasse ainsi de solides économies qu’il réinvestit, quelques années plus tard, dans le commerce du bois puis dans le raffinage des huiles de pétrole. Il s’intéresse aussi au commerce des fers et des fontes tant que cet investissement demeure source de profits.

574Dès 1848, il participe aux luttes du parti républicain et tisse un efficace réseau de relations qui lui permet d’entamer une carrière politique. Il évolue également dans les milieux influents de la franc-maçonnerie. Le 7 septembre 1870, un décret de Gambetta le nomme sous-préfet de Dunkerque. Il participe activement à l’organisation des efforts de guerre et reste en poste jusqu’au 1er avril 1871. De 1871 à 1905, il siège, sans interruption, au conseil général du Nord dont il occupe la vice-présidence à plusieurs reprises.

58Président de la chambre de commerce de Dunkerque, il s’attache tout particulièrement au développement du port auquel contribue grandement sa notoriété politique. De nombreux travaux d’envergure s’attachent à son action : travaux du bassin et de l’écluse de l’ouest, structuration des activités portuaires et complémentarité des équipements, création des darses et des cales de radoub, écluse nord, …

59En 1876, il entre à la Chambre des députés. En 1877, après une campagne électorale virulente, il échoue. Mais l’élection est invalidée et il retrouve son siège dès 1878. Réputé tenace, entêté et autoritaire, il s’implique dans la vie parlementaire et privilégie les questions commerciales et maritimes. Réélu en 1881, il est battu en 1885 mais retrouve son mandat en 1886 à la faveur d’une partielle.

60Battu aux législatives de 1889 par le candidat boulangiste Charles Laloux, il entre en 1892 au Sénat. Il se spécialise de plus en plus dans les questions commerciales et maritimes et siège dans les rangs de l’Union républicaine et de la Gauche démocratique dont il est, au Sénat, l’un des fondateurs. Il utilise les colonnes du journal Le Phare du Nord pour défendre les idées de son groupe politique. Grand notable républicain, ayant réussi à tisser un vaste réseau de relations et d’amitiés dans les sphères dirigeantes parisiennes, il continue de se battre pour le projet qui est l’œuvre de sa vie, voulant faire de Dunkerque “le Marseille du Nord”. Réélu en 1897, il démissionne en 1905pour raisons de santé. Son fils Jean-Baptiste recueille l’héritage politique paternel et lui succède au Palais du Luxembourg.

61Autodidacte, Jean-Baptiste Trystram est devenu, par son opiniâtreté et un sens inné du commerce, l’une des grandes figures bourgeoises et républicaines du département du Nord.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540