Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

La synthèse

La carrière des parlementaires

Bernard Ménager

Texte intégral

1Nous disposons sur la carrière des parlementaires de renseignements plus complets car elle constitue la face la plus visible de notre échantillon que nous pouvons soumettre à une grille d’interrogations croisées.

2Nous nous sommes penchés en premier lieu sur l’âge et le cursus des élus. Il s’agit de l’âge des parlementaires à la première élection et non de l’âge moyen des députés par législature plus difficile à appréhender par la voie informatique. Assiste-t-on dans le Nord-Pas-de-Calais à un abaissement de l’âge moyen d’entrée au parlement semblable à celui observé au plan national entre 1871 et 1914 (de 51 à 37 ans) ? Existe-t-il des variantes importantes entre les deux départements et entre les formations politiques ?

3L’analyse de l’âge nous conduit au cursus des parlementaires. Comment accède-t-on au Palais-Bourbon et à celui du Luxembourg ? La conquête de mandats locaux est-elle un préalable, et si oui, lequel d’entre eux ? Vaut-il mieux siéger au conseil général ou exercer un majorat dans une région où le prestige des beffrois demeure important ? Observe-t-on au contraire des élections directes à la Chambre des députés suivies de l’implantation locale des nouveaux élus soucieux de conforter leur enracinement ? La part de la conjoncture politique plus ou moins porteuse et celle du dynamisme personnel dans le déroulement de la carrière ne doivent pas être négligées.

  • 1 Mattei Dogan, “Les filières de la carrière politique”, dans Revue française de sociologie, VIII, 19 (...)

4Quel que soit le cursus retenu, les parlementaires ont-ils pratiqué le cumul des mandats - afin d’avoir accès aux différents niveaux de pouvoir (départemental et national) dans un pays à la forte centralisation administrative-, et si oui, selon quelle chronologie ? La région a-t-elle anticipé ou suivi le mouvement national en la matière ? Nous nous sommes attachés aussi à mesurer la durée des mandats qui ne dépasse guère dix ans pour les députés au plan national selon les calculs de Mattei Dogan1 ; en est-il de même ici ? Dans quelle mesure un certain nombre d’élus ont-ils su prévenir une élimination plus ou moins précoce de la Chambre des députés en se faisant élire au Sénat ? D’autres ont-ils pu récupérer, après une ou plusieurs défaites, un siège au Parlement ? Dans cette perspective, il est possible d’évaluer la proportion des carrières qui se terminent par échec personnel, par décès ou par retraite volontaire.

5Nous nous sommes intéressés également aux parlementaires dont la carrière a été couronnée par l’accession au gouvernement : combien ont-ils connu, à une ou plusieurs reprises, cette destinée (ministres et/ou sous-secrétaires d’État) ? Selon quelle fréquence et à quelles fonctions ont-ils été appelés ? L’opinion septentrionale dénonçant la sous-représentation de la région et l’omnipotence du Midi est-elle justifiée ?

6Le second volet de cette étude de la carrière des parlementaires concerne leurs engagements politiques, d’abord au sein de comités locaux ou départementaux plus ou moins durables, puis parmi les formations structurées, à la tête de fédérations régionales ou dans les cercles dirigeants des partis. Quelle part faut-il accorder dans l’ascension politique au militantisme ou aux réseaux notabiliaires traditionnels ? L’exercice de responsabilités partisanes est-elle un tremplin électoral ou la consécration d’un itinéraire parlementaire réussi par d’autres moyens ? Cette analyse doit prendre en compte non seulement la dimension chronologique mais aussi la diversité des forces politiques conduisant à des comparaisons suggestives.

7Il nous faut enfin voir les élus à l’œuvre. Quelle fut leur contribution à la législation de la Troisième République ? Quels domaines ont-ils plus particulièrement retenu leur attention en séance publique et en commission ? Quels postes stratégiques ont-ils occupés dans les commissions, dans les groupes parlementaires, et, pour les cas les plus brillants, dans le bureau des assemblées’ ? Dans quelle mesure cette influence parlementaire a-t-elle contribué à l’accession aux responsabilités gouvernementales évoquées précédemment ?

1. Âge et cursus

  • 2 Ont poursuivi une carrière politique au plan national après la Seconde Guerre mondiale :
    - 8 élus du (...)

8La carrière de l’immense majorité des 338 parlementaires du Nord-Pas-de-Calais s’inscrit presque exactement à l’intérieur du cadre chronologique de la seule Troisième République : moins d’un élu sur dix est entré au Parlement avant 1871 (15 dans le Nord, 6 dans le Pas-de-Calais) ou y a poursuivi sa carrière au delà de la seconde guerre mondiale (8 dans le premier département cité, 2 dans le second)2.

9Par ailleurs, près d’une trentaine de députés et sénateurs ont exercé des responsabilités ministérielles, et méritent donc qu’une place particulière leur soit consacrée à la fin de notre analyse.

A - À quel âge entre-t-on au Parlement ?

L’évolution par périodes révèle un abaissement progressif de l’âge auquel s’ouvrent les portes des assemblées

10C’est à l’approche de la cinquantaine que la plupart des élus font leur entrée aux Palais-Bourbon ou du Luxembourg : l’âge moyen à la première élection est en effet de 48,9 ans. Mais, comme toujours, une moyenne recouvre des réalités diverses : il importe donc d’entrer quelque peu dans le détail.

Âge des élus à la première élection par périodes

1871-1888

1889-1918

1919-1940

30 ans ou moins

-

6 (5,2 %)

5 (4,7 %)

31-40 ans

13 (11 %)

28 (24,5 %)

28 (26,4 %)

41-50 ans

30 (25,4 %)

39 (34,2 %)

32 (30,1 %)

51-60 ans

51 (43,2 %)

29 (25.4 %)

28 (26,4 %)

Plus de 60 ans

24 (20,3 %)

12 (10,5 %)

13 (12,2 %)

11Rares sont ceux qui deviennent parlementaires avant l’âge de 30 ans : dans le Nord : Paul Rogez (1898), Jean Pliehon (1889), Julien Verniers (1919), Sulpice Dewez (1932) et Jean-Pierre Plichon (1936) ; dans le Pas-de-Calais, Henri Dard et Paul Truy (tous deux en 1902), ainsi que Richard Georges (1919).

12Le plus jeune élu du Nord est un monarchiste, Jean Plichon, né en 1863 à Bailleul, élu en 1889 à 26 ans. C’est au même âge qu’entre au Palais-Bourbon le plus jeune élu du Pas-de-Calais, Richard Georges : le premier doit son élection précoce au fait d’être un “héritier”, aux sens économique et politique du terme ; le second, à la vigueur de son action sur le terrain syndical et politique, à la CGT et à la SFIO.

13Le tableau ci-dessus, consacré à l’évolution de l’âge à l’entrée au Parlement, met en évidence un abaissement de cet âge dans la région, à partir de la dernière décennie du XIXe siècle. C’est en effet dès la deuxième période retenue dans notre enquête que l’inflexion se précise en faveur d’un relatif rajeunissement des nouveaux élus : la tranche des 31-40 ans double, en valeur absolue, pour les périodes 1889-1918 et 1919-1940 par rapport à ce qu’elle représentait durant les deux premières décennies de la Troisième République (1871-1888), tandis qu’en pourcentage elle s’élève d’environ un élu sur dix à un sur quatre. L’évolution est peu sensible pour les quadragénaires (qui restent de l’ordre de la trentaine pour chacune des trois périodes, et dont le poids relatif n’oscille que faiblement) ; en revanche, la part des quinquagénaires passe d’une petite moitié dans la première période (43 % environ) à un quart pour les périodes II et III de notre enquête : elle recule très nettement dès les années 1890. Enfin, la place des 60 ans et plus tombe de moitié entre la première période (20 %) et les deux suivantes (11 à 12 %), passant ainsi d’environ un sur cinq à un sur dix. Le rajeunissement se fait par la montée du pourcentage des jeunes élus et l’abaissement de celui des aînés (50 ans et plus), seule la tranche des quadragénaires restant à peu près stable en valeur absolue comme en valeur relative. Toutes ces données confirment l’importance de la césure qui se produit autour de 1890 dans l’abaissement de l’âge de la première entrée au Parlement.

La comparaison par département ne révèle pas de différenciation significative en matière d’âse moyen d’accès au Parlement

  • 3 La comparaison selon les types de mandat n’a pas été reprise ici car elle ne conduit qu’à un consta (...)

14On s’en tiendra ici à quelques remarques générales sur les tranches les plus jeunes et les plus âgées3. Si l’on prend la catégorie des parlementaires qui sont élus pour la première fois avant d’avoir atteint ou dépassé l’âge de 40 ans, le pourcentage est quasiment identique dans le Nord et le Pas-de-Calais : il est de l’ordre du cinquième (21 à 22 %) ; quant aux députés et sénateurs qui franchissent pour la première fois les grilles des assemblées nationales alors qu’ils ont déjà atteint ou dépassé la soixantaine, ici encore, les proportions sont tout à fait proches pour l’un et l’autre départements, tournant autour de 14 à 15 %, soit environ un élu sur six ou sept.

15Par déduction, l’âge moyen d’accès au Parlement est donc nécessairement peu différent entre les deux départements, pour les tranches d’âge intermédiaires (40-60 ans)

L’appartenance politique : une variable non négligeable

Âge des élus à la première élection

Âge

Gauche1

Centre – Centre droit2

Droite3

30 ans ou moins

4 (2,38 %)

1 (1,8 %)

6 (5,2 %)

31-40 ans

39 (23,2 %)

11 (20 %)

19 (16,5 %)

41-50 ans

55 (32,7 %)

14 (25,4 %)

32 (27,8 %)

51-60 ans

54 (32.1 %)

17 (30,9 %)

37 (32,1 %)

Plus de 60 ans

16 (9,5 %)

12 (21,8 %)

21 (18,2 %)

Total

168

55

115

1. Agrégation des catégories de notre enquête statistique [2 (Gauche républicaine) ; 5 (Gauche non socialiste) ; 6 (Gauche socialiste et 7 (Gauche communiste)]
idem [4 (Centre et Centre Droit)]/3. idem [1 (Droite antirépublicaine) et 3 (Droite républicaine)]

16La place des élus entrés au Parlement avant l’âge de 30 ans est marginale, toutes tendances confondues (ce qui exclut une approche statistique plus fine) : voilà qui confirme ce qui est dit par ailleurs sur les étapes du cursus qu’il faut d’abord parcourir avant de prétendre à un mandat national. Préalable le plus souvent obligé, la conquête et l’exercice d’un ou plusieurs mandats locaux repousse d’autant l’âge auquel l’élu peut aller siéger à Paris.

17Le pourcentage des 31-40 ans est plus élevé à gauche qu’à droite (1/4 contre l/6e) et il en va de même pour la tranche d’âge des 41-50 ans (1/3 contre 1/4). L’ordre de grandeur est en revanche le même pour la tranche d’âges supérieure : 1/3 environ des élus des trois catégories ici retenues (Gauche. Centre. Centre-droit et Droite) font leur entrée à la Chambre ou au Sénat alors qu’ils ont entre 51 et 60 ans ; le pourcentage de ceux qui siègent pour la première fois au Parlement à l’âge de 60 ans ou davantage est deux fois plus important au centre et à droite (environ 1 sur 5) qu’à gauche (1 sur 10).

18À la lecture de ces données, il apparaît que, globalement, les élus de gauche entrent un peu plus tôt au Parlement, leur sur-représentation étant surtout sensible dans la tranche des 30 à 50 ans (et leur sous-représentation dans celle des plus de 60 ans). Ce sont des hommes qui se sont lancés, très jeunes, dans l’action militante sur le terrain à la fois syndical et politique, le plus souvent en réaction aux dures conditions de vie qu’eux-mêmes et leurs camarades connaissent et à la pression patronale envers le mouvement ouvrier, comme l’enquête le souligne par ailleurs. Le Nord-Pas-de-Calais voit l’émergence d’une ou deux générations militantes et conquérantes, dès les années 1890, mais surtout durant l’entre-deux-guerres : en investissant le Parlement pour transformer la société par des avancées de la législation sociale, alors qu’ils sont encore relativement jeunes, et en suivant un cursus très différent de celui de leurs collègues de droite, ces élus contribuent notablement à abaisser l’âge moyen de la représentation parlementaire régionale. En effet, les parlementaires de droite, (auxquels on mêle ici ceux du Centre/Centre-droit compte tenu de leur proximité d’un point de vue idéologique et sociologique) sont, dans l’ensemble, plus âgés lorsqu’ils entrent pour la première fois à la Chambre ou au Sénat : notre enquête montre, dans d’autres développements, qu’ils suivent davantage une carrière de type notabiliaire, dans laquelle les échelons sont gravis plus lentement, et viennent sanctionner une certaine réussite économique et sociale à laquelle les premières décennies de la vie active ont prioritairement été consacrées.

19Si l’âge à la première élection différencie en partie la droite et la gauche, cela tient donc, dans une certaine mesure, à la distinction que l’on a pu établir entre les cursus-types des élus de l’une et de l’autre de ces tendances.

20En conclusion de cette analyse, il convient de revenir sur la césure que marque la dernière décennie du XIXe siècle, pour mieux la souligner et proposer de l’éclairer ; en effet, si l’on reprend les trois grandes périodes, la rupture est telle, entre la période I et les périodes II et III, qu’on peut parler d’un saut quantitatif.

% d’élus pour la première fois

Période 1

(1871-1888)

Période II

(1889-1918)

Période III

(1919-1940)

ayant 40 ans ou moins

11,7 %

30,0 %

31,1 %

Ayant 50 ans ou moins

36,9 %

63,6 %

61,3 %

Évolution du pourcentage des élus de gauche dans la région

Période I

Période II

Période III

37,2 % (44/118)

56,1 % (64/114)

59,4 % (63/106)

21Le pourcentage des nouveaux élus de 40 ans et moins triple pratiquement entre la première période et les deux qui la suivent ; tandis que celui des 50 ans et moins (qui englobe le précédent mais l’élargit) n’est pas loin de doubler.

22Or, si l’on reprend la même périodisation, la part des élus de gauche s’accroît fortement, passant d’un gros tiers dans les années 1870-1880 à une large moitié dès la période II qui marque la charnière entre XIXe et XXe siècles. Cette corrélation entre les deux séries de données, que traduit la confrontation des deux tableaux ci-dessus, trouve son explication et sa confirmation dans d’autres chapitres du présent ouvrage. C’est la montée en puissance de la gauche dans la région, dès la dernière décennie du XIXe siècle, qui rend compte (pour une part qu’il resterait à préciser) de l’abaissement de l’âge des parlementaires lors de leur première élection, les chemins du pouvoir offrant, à gauche, l’opportunité d’une entrée plus précoce au Parlement.

B - Quel cursus pour ces hommes de la Troisième République ?

  • 4 Mattei Dogan, “Les filières de la carrière politique”, dans Revue française de sociologie, VIII, 19 (...)

23Une carrière politique ne s’improvise pas, elle se prépare longtemps à l’avance, sciemment ou au hasard des événements. Pour être ministre, il faut être député, pour être député, il faut être candidat et être élu ! Mattéi Dogan4 a noté que l’accession au Parlement de façon générale se faisait après l’âge de quarante ans et que la désignation comme candidat par un des grands partis était bien souvent plus difficile à obtenir que sa ratification par le corps électoral. Les chemins qui mènent au Parlement sont donc multiples et l’importance de chacun varie selon les milieux sociaux, les partis et les époques ; les étapes quant à elles sont plus ou moins nombreuses. Si toute typologie des carrières politiques comporte nécessairement une part d’arbitraire, toutefois certains facteurs sont indispensables à la promotion socio-politique.

Les responsabilités locales, un impératif ?

24L’accès aux responsabilités politiques se fait généralement selon un cursus bien établi : conseil municipal, conseil d’arrondissement, conseil général, Chambre des députés, Sénat. En effet, l’accès au Parlement demande une notoriété traditionnellement acquise dans des mandats inférieurs exercés antérieurement dans l’un ou l’autre département septentrional ; six parlementaires seulement ont exercé un mandat à l’extérieur de la région avant d’y être élus : quatre pour le Nord – Alexandre Bracke-Desrousseaux (Seine), Charles de Mérode (Doubs), Germain Lefevre-Pontalis (Seine-et-Oise), Claude Tircuy de Corcelles (Orne), deux pour le Pas-de-Calais – Émile Basly (Seine) et Jean-Louis Camescasse (Finistère) -. Ainsi, entre 1871 et 1885, 81 % des députés du Nord (47 sur 58) ont déjà exercé une fonction politique représentative : vingt-sept (47 %) viennent du conseil général, six (10 %) du conseil d’arrondissement, dix-neuf (33 %) ont été ou sont maires. Entre 1871 et 1889, 72,5 % des parlementaires du Pas-de-Calais (29 sur 40) ont gravi un ou plusieurs échelons politiques, huit (20 %) sont passés de la mairie au conseil général puis à la députation, quatre (10 %) sont passés de la mairie à la députation, quatre sont passés en outre par le conseil d’arrondissement. Néanmoins, certains parlementaires parcourent un cursus inversé : Alexandre Ribot, Achille Fanien et Charles Goniaux sont députés avant d’être conseillers généraux, de même que Émile Basly, Arthur Lamendin ou Daniel-Vincent qui deviennent également maires ; l’abbé Jules Lemire est député avant d’être maire d’Hazebrouck, Louis Loucheur est sous-secrétaire d’Etat puis ministre avant de devenir député... Tout au long de la Troisième République, le nombre des parlementaires n’ayant exercé aucun mandat inférieur reste modeste (24,85 %), toutefois il progresse régulièrement en passant de 22 % entre 1871 et 1889 à 23,68 % entre 1889 et 1919 et à 29,25 % entre 1919 et 1940. Les homines novi apparaissent notamment lors des changements de majorité ; ainsi ils sont dix dans ce cas en 1889 et neuf en 1919. Après la première guerre mondiale, il s’agit surtout de socialistes (six sur neuf en 1919) ou de communistes (trois sur trois en 1924). Ces élus qui n’ont que leur seul mandat parlementaire sont cependant souvent promis à un bel avenir puisque se trouvent parmi eux six futurs membres de gouvernement (Léon Abrami, Maurice Deligne, Jules Guesde, Léo Lagrange, Louis Loucheur, Alexandre Ribot) ainsi que le dirigeant communiste Arthur Ramette. Vingt-cinq sénateurs “directs” (c’est-à-dire qui ne sont pas passés préalablement par le Palais-Bourbon) sur trente ont exercé ou exercent un mandat local ; ceux qui ne sont que sénateurs sont des “héritiers” : Paul Bachelet, Henri Elby et Jean-Baptiste Trystram sont fils de sénateurs-conseillers généraux, la famille d’Amaury de La Grange a donné un député – Alexis - au début du régime ; quant à Jules Viseur, c’est un vétérinaire très bien introduit dans les milieux agricoles...

25Si les responsabilités préalables sont fréquemment une nécessité afin de s’assurer une base solide, toutefois la stature du candidat et la vague du courant politique qui le porte comptent également. Ainsi, un notable local, même s’il est connu de longue date, risque de ne pas être réélu s’il ne sait pas évoluer et prendre le vent ; à l’inverse, un “parachuté” appartenant au courant dominant a de bonnes chances de l’emporter, mais il peut craindre l’émergence d’une figure locale. Ainsi, en 1902, dans l’arrondissement de Montreuil, le notable vieillissant et opportuniste Alfred Boucher-Cadart est-il battu par un inconnu nationaliste, Paul Truy, qui a fait une campagne très active ; ce dernier, après invalidation, est vaincu en 1903 par un médecin radical Victor Morel, maire de Campagne-les-Hesdin et conseiller d’arrondissement. Quand le candidat ne dispose que d’un seul mandat local, il s’agit rarement de celui de conseiller d’arrondissement (onze cas) et alors il est fréquemment président, ainsi Ernest Herbecq à Avesnes-sur-Helpe (1883-1902), Alfred Trannin à Douai (1883-1892), Armand Cardon à Douai (1900-1906), Léon Vincent à Boulogne (1925-1935). En revanche celui de conseiller général, plutôt prisé à droite, est le plus fréquent (trente-neuf cas) mais régresse tout au long de la période ; quant à celui de maire (vingt-trois cas) plutôt recherché à gauche, il est en progression constante (quasi doublement). Mais pour beaucoup, le cursus se transforme en cumul...

Le cumul

26Dans le Pas-de-Calais, 70 % des parlementaires entre 1871 et 1889 réunissent sur leurs personnes plusieurs mandats électoraux : sur quarante, neuf (22,5 %) sont députés ou sénateurs-maires-conseillers généraux, seize (40 %) sont députés ou sénateurs-conseillers généraux, trois (7,5 %) sont députés ou sénateurs-maires. C’est aussi le cas pour 62 % des députés du Nord entre 1871 et 1885 : sur cinquante huit, dix-sept (29,3 %) sont députés-maires-conseillers généraux, quatorze (24,1 %) sont députés-conseillers généraux, cinq (8,6 %) sont députés-maires. Ce phénomène perdure ainsi que le montre le tableau qui suit, établi à partir de quatre élections choisies comme exemples où la proportion de “cumulards” oscille entre 51,5 % en 1910 et 70 % en 1880 :

*Quand le député n’est que conseiller municipal, il n’est pas considéré comme un “cumulard”.

27En 1910, les élus titulaires d’un seul mandat sont représentés à plus de 40 % par des élus SFIO dont l’implantation locale, malgré une poussée qui remonte à 1906, demeure faible ou fragile ; en 1924 et en 1936, les députés communistes en représentent respectivement le quart et le tiers.

28Le plus souvent, à droite comme à gauche, sont associés le poste de conseiller général et celui de maire. Cet “empilement”, typiquement français, a plusieurs explications. Il répond au souhait des électeurs qui proposent un mandat local au député parce qu’il a de plus grandes possibilités d’intervention. Il augmente le “standing” de l’homme politique qui se sent incomplet s’il n ‘a pas un titre plus strictement local et l’élu local juge normal de parfaire son cursus par un mandat national. Il correspond aussi à une recherche d’efficacité : cette pratique permet, en effet, une meilleure mobilisation de l’électorat, un meilleur contrôle politique, continu et à différents niveaux, ainsi que la constitution d’une clientèle. À cet égard, il est très utile de siéger au conseil général où les ambitions et vocations politiques naissent puis mûrissent au contact des parlementaires et où se négocie leur avenir. D’ailleurs le fait que la présidence des assemblées locales soit souvent assurée par des parlementaires éminents témoigne de l’importance de cette institution (Achille Testelin, Charles Plichon, Albert Mahieu, Jean-Baptiste Lebas pour le Nord, Victor Hamille, Alphonse-Pierre d’Havrincourt, Louis Devaux, Edmond Ansart-Rault, Alfred Boucher-Cadart, Charles Jonnart pour le Pas-de-Calais...). De même, pour mieux défendre leur commune et être plus puissants face à l’administration et à leur conseil, les maires des grandes villes tendent à se faire élire député ou sénateur. Il y a donc de nombreux députés - maires-conseillers généraux : Paul Bersez à Cambrai, Charles Merlin à Douai, Émile Massiet du Biest à Hazebrouck, Gustave Delory, Roger Salengro et Charles Saint-Venant (fils) à Lille, Constantin Descat, Jules Deregnaucourt, Eugène Motte et Jean-Baptiste Lebas à Roubaix, Gustave Dron à Tourcoing, Ernest Deusy à Arras, Charles Dellisse-Engrand et Eugène Haynaut à Béthune, Émile Basly à Lens, Arthur Lamendin à Liévin, François Ringot (il n’est pas député mais sénateur) à Saint-Omer... ; ou députés-maires : Edouard Parsy à Cambrai, Jules Lemire à Hazebrouck, Alexandre Bracke-Desrousseaux à Lille, Albert Inghels à Tourcoing, Alfred Maës à Lens, Alphonse Tellier à Lillers, Edmond Lefebvre du Prëy à Saint-Omer, Ildefonse Roden à Saint-Pol-sur-Ternoise... ; ou sénateurs-maires : Jules Dutilleul et Géry Legrand à Lille, Auguste Huguet et Roger Farjon à Boulogne-sur-Mer... Ce phénomène peut également concerner de plus petites communes : les industriels Jules Elby et Charles Le Roy sont tous les deux maires de Bruay-en-Artois, conseillers généraux de Houdain et sénateurs ; des militants ouvriers sont députés-maires-conseillers généraux comme Ephrem Coppeaux à Fourmies, Ernest Plet à Caudry... ; le banquier Louis de Clercq est aussi maire d’Oignies et conseiller général de Carvin ; l’avocat Henri Tailliandier est également maire de Fresnoy et conseiller général de Vimy... Au parlement, ils peuvent influer sur le recrutement des agents locaux de l’État (magistrats, préfets, sous-préfets...) et disposent de nombreux leviers.

29D’une façon générale, l’utilisation de tous les mandats locaux, sauf celui de conseiller d’arrondissement, progresse régulièrement tout au long de la Troisième République. Dix-sept parlementaires gravissent le cursus traditionnel, parmi lesquels les militants ouvriers Henri Briffaut à Wattrelos, Gustave Delory à Lille, Eugène Dereuse à Lomme, Auguste Parsy à Annœullin, le médecin Victor Morel à Campagne-les-Hesdin, le chirurgien dentiste Joseph Tillie à Saint-Omer, l’industriel Félix Crespel à La Bassée, l’agriculteur André Deprez à Harnes... Les sénateurs sont assez fréquemment et largement des “cumulards” en raison de leur vocation à défendre les intérêts des communes et en raison de leur âge souvent plus élevé que celui des députés ; pour nombre d’entre eux, l’accès à la Chambre haute après un passage au Palais-Bourbon marque le couronnement d’une longue carrière parlementaire, à l’image de Charles Merlin, Jean-Baptiste Trystram, Raoul Evrard, Gustave Dron pour le Nord, Aphonse-Pierre d’Havrincourt, André Deprez, Louis Boudenoot ou Alfred Salmon pour le Pas-de-Calais...

30Globalement, les “tremplins locaux” s’avèrent très utiles aux candidats et le département apparaît comme la base et le cadre naturel de sa première assise ; c’est là qu’il se forme, qu’il établit ses racines et parfois reconstitue son potentiel au long d’une carrière parlementaire plus ou moins longue.

La durée du mandat parlementaire

31Dans la région, la carrière parlementaire, tous mandats et toutes périodes confondus, dure en moyenne un peu plus de dix ans, soit quelques mois de moins qu’en Aquitaine, mais cette constatation est à nuancer : assez normalement, comme en Aquitaine, les députés-sénateurs ont la plus grande longévité (près de vingt et un ans ; quarante-trois ans pour Alexandre Ribot !) alors que les députés ont la plus courte (près de huit ans) ; tout aussi logiquement, la période 1889-1919 - la plus étendue - voit les élus occuper le plus longuement les travées du Palais-Bourbon ou du Palais du Luxembourg (près de dix ans pour les députés, près de vingt-cinq ans pour les députés-sénateurs, près de seize ans pour les sénateurs). Près de la moitié (47,9 %) des députés ne font qu’un seul mandat, 27,1 % en font deux.

Durée moyenne des mandats par types de mandats et périodes (en années)

Durée moyenne des mandats par types de mandats et périodes (en années)

32La longévité ne varie guère d’un département à l’autre ; les arrondissements de Lille, Béthune et Boulogne connaissent les plus longs mandats. Parmi les seuls députés, ce sont les élus socialistes et ceux de la droite républicaine qui siègent le plus longtemps à la Chambre des députés (autour de neuf ans) alors que les communistes n’y restent que six ans.

Durée moyenne du mandat des seuls députés par tendances politiques et par périodes (en années)

Durée moyenne du mandat des seuls députés par tendances politiques et par périodes (en années)

(Voir Carte 6 : Durée des mandats, p. 340)

33Les invalidés (des bonapartistes, des cléricaux, des nationalistes...) non réélus se signalent par la brièveté de leur mandat : Frédéric d’Arras et Jules Amigues en 1878, Albert Masurel en 1898, Henri Dard et Paul Truy en 1903.

34Il en va différemment pour Paul-Antoine Dussaussoy-Hubert, Léon Renard et Édouard Sens eux aussi invalidés en 1878 mais qui retrouvent leurs sièges en 1885 : ils n’ont connu qu’une interruption de leur parcours comme vingt-huit de leurs collègues (9,17 % de l’ensemble). Ce phénomène concerne principalement la période 1871-1889 en raison de fortes et fréquentes alternances : 1871 à droite, 1876 à gauche, 1877 à droite, 1881 à gauche, 1885 à droite (avec le retour d’anciens élus de 1871 ou 1877). Plusieurs sénateurs du Pas-de-Calais se distinguent par leur parcours atypique : Auguste Paris (représentant à l’Assemblée nationale en 1871-1875), élu en 1876, battu en 1882, revient en 1885 ; Charles de Rosamel, élu en 1876, battu en 1882, devient député en 1885 ; Alphonse-Pierre d’Havrincourt, député en 1848 et 1849, réalise deux corne back au Palais-Bourbon en 1863 et 1877, avant d’en réaliser un troisième au Palais du Luxembourg en 1886 ! ; Amédée Petit démissionne presqu’aussitôt après son élection en 1923 ; le passage de Henri Cadot au Sénat entre 1930 et 1935 est encadré par deux séjours à la Chambre des députés (1919-1930, 1936-1940).

Interruptions de mandat par types de mandats et par périodes

Interruptions de mandat par types de mandats et par périodes

35La carrière parlementaire se termine le plus souvent par la retraite ou un échec qui est plus fréquent à droite. Les démissions sont très rares (Léon Abrami, Alfred Boucher-Cadart, Evrard Etiez, Amédée Petit...) tandis que les décès en cours de mandat concernent quatre vingt treize élus, soit 27,5 % de l’ensemble ; proportionnellement et logiquement les sénateurs et les députés-sénateurs sont les plus touchés par ce phénomène.

Parlementaires décédés en cours de mandat par types de mandats et par périodes

Parlementaires décédés en cours de mandat par types de mandats et par périodes

36Certains de ces élus ont perdu la vie à l’occasion des deux conflits mondiaux : Raoul Briquet et Albert Tailliandier en 1917, Henri Durre en 1918, ont été les victimes indirectes d’opérations militaires ; Auguste Bonte en 1916. Henri Ghesquière et Uriane Sorriaux en 1918 sont morts des suites des mauvais traitements infligés par l’occupant allemand ; en 1944 les résistants Abel Guidet, Cyprien Quinet moururent en déportation, leur camarade Gilbert Declercq, devenu maquisard, disparut dans la région de Nîmes, quatre ans après Léo Lagrange, fauché lors de la bataille de France alors qu’il parcourait une précoce et brillante carrière politique, avec un passage remarqué au gouvernement.

C - Les ministres

  • 5 Cf. Cédric de Fougerolle, Les ministres sous la IIIe République, p. 320 et sq, dans Dictionnaire de (...)

37La Troisième République est un régime très riche en gouvernements dont aucun ne dure plus de trois ans. Les ministres sont choisis par le Président du Conseil, parmi les parlementaires à l’exception des ministres de la Guerre et de la Marine qui jusqu’à la crise boulangiste sont des officiers généraux. Le chef du gouvernement attend leur soutien ou tout au moins leur neutralité. Ce sont souvent des avocats, des professeurs ou des ingénieurs qui, par leur formation, sont capables de traiter les multiples et très divers dossiers qui leur sont confiés. Entre 1870 et 1940, le pouvoir est le plus souvent aux mains de la “gauche”, mais les élus, souvent virulents à la tribune, font preuve de beaucoup plus de modération une fois qu’ils sont au gouvernement5 comme le confirment les parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais.

26 ministres et/ou sous-secrétaires d’Etat

  • 6 Jusqu’en novembre 1919, Loucheur n’est qu’un futur élu du Nord.

38Ils sont vingt-six, soit 7,69 % de l’ensemble, qui accèdent à des fonctions gouvernementales entre 1871 et 1940. Félix Lambrecht (Nord) est présent dans le premier gouvernement régulier de la Troisième République avec Thiers et Dufaure en février 1871, et Paul Thellier (Pas-de-Calais) dans celui de Paul Reynaud (21 mars-16 juin 1940). Onze sont sous-secrétaires d’Etat (Amaury de La Grange, Daniel-Vincent, Maurice Deligne, Émile de Marcère, Léo Lagrange, Louis Loucheur6, Léon Millot, Ambroise Vente pour le Nord, Léon Abrami, Charles Delesalle, Ildefonse Roden pour le Pas-de-Calais) ; dix-neuf sont ministres (Jules Guesde, Antoine Guillain, Félix Lambrecht, Jean-Baptiste Lebas, Pierre Legrand, Albert Mahieu, Léon Nicolle, Roger Salengro, Henri Wallon pour le Nord, Charles Jonnart, Edmond Lefebvre du Prëy, Louis Martel, Auguste Paris, Alexandre Ribot et Paul Thellier pour le Pas-de-Calais) dont quatre anciens sous-secrétaires d’État (Daniel-Vincent, Deligne, Loucheur, de Marcère, tous élus du Nord). Le Nord et le Pas-de-Calais avec respectivement huit et trois sous-secrétaires d’État, treize et six ministres, ont une représentation gouvernementale globalement assez proche, le premier disposant toutefois d’un léger avantage (9,21 % des élus contre 7,76 %).

39Les élus sont de plus en plus nombreux à siéger au gouvernement :

*Daniel-Vincent et Loucheur sont au gouvernement lors des deux dernières périodes.

  • 7 Cela confirme les propos de Jean-Marie Mayeur, qui note, dans La vie politique sous la Troisième Ré (...)
  • 8 Ibidem, p. 208.

40Ce phénomène est dû à l’instabilité ministérielle croissante ainsi qu’à l’augmentation du nombre des charges gouvernementales. Le Nord est nettement plus représenté dans les première (5 sur 7) et dernière (10 sur 13) périodes. Toutefois certaines décennies ou législatures sont plus riches : la décennie 1870 compte cinq ministres et un sous-secrétaire d’État, la onzième législature (1914-1919) cinq ministres et deux sous-secrétaires d’État, la décennie 1930 six ministres et cinq sous-secrétaires d’État, la seizième législature (1936-1940) trois ministres et deux sous-secrétaires d’État7. En revanche, la région n’a qu’un seul représentant au gouvernement dans la décennie 1880 (Pierre Legrand) et aucun dans la décennie 1900 alors que le Sud-Ouest y tient une place croissante8.

Des passases au gouvernement plus ou moins fréquents et éphémères

41Dans le cinquième cabinet Ribot (mars-sept. 1917) siègent deux élus du Nord, Louis Loucheur et Daniel-Vincent, et deux du Pas-de-Calais, Alexandre Ribot et Ildefonse Roden.

42À cinq reprises, trois élus régionaux sont dans le même gouvernement :

  • Alexandre Ribot, Louis Loucheur et Rdefonse Roden dans le cabinet Briand VI (déc. 1916-mars 1917) ;

  • Alexandre Ribot, Louis Loucheur et Daniel-Vincent dans le cabinet Painlevé I (sept.-nov. 1917) ;

  • Louis Loucheur, Edmond Lefebvre du Prëy et Daniel-Vincent dans le cabinet Briand VII (1921) et dans le cabinet Poincaré III (mars-juin 1924) ;

  • Roger Salengro, Jean-Baptiste Lebas et Léo Lagrange dans le cabinet Blum I (juin 1936-juin 1937).

43À huit reprises, ils sont deux :

  • Alexandre Ribot et Jules Guesde dans les cabinets Viviani II et Briand V (août 1914-déc. 1916) ;

  • Louis Loucheur et Léon Abrami dans le cabinet Clemenceau II (nov. 1917-janv. 1920) ;

  • Louis Loucheur et Léon Millot dans le cabinet Steeg (déc. 1930-janv. 1931) ;

  • Paul Thellier et Louis Nicolle dans le cabinet Sarraut II (janv.-juin 1936) ;

  • Jean-Baptiste Lebas et Léo Lagrange dans les cabinets Chautemps III (juin 1937-janvier 1938) et Blum II (mars-avril 1938) ;

  • Paul Thellier et Amaury de La Grange dans le cabinet Reynaud (première formule 21 mars-10 mai 1940).

  • 9 Trois sont issus de l’Assemblée nationale de 1871-1875, chambre unique : Félix Lambrecht, Ambroise (...)
  • 10 Félix Lambrecht, ministre de Thiers, au temps du Pacte de Bordeaux est difficilement classable...

44Leur passage au gouvernement est plus ou moins éphémère : quelques jours pour Alexandre Ribot, président du Conseil en juin 1914, pour Charles Jonnart, ministre des Régions libérées en novembre 1917, pour Édouard Lefebvre du Prëy, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet François-Marsal en juin 1924, pour Louis Loucheur, ministre du Commerce et de l’Industrie dans le cabinet Herriot II (juillet 1926) ! En revanche, Alexandre Ribot tient “vingt-trois mois au quai d’Orsay sous le cabinet Freycinet IV (mars 1890-février 1892), Léon Abrami et Louis Loucheur entourent vingt-six mois Clemenceau lors de son deuxième ministère (nov. 1917-janv. 1920). Louis Loucheur est quatorze fois membre du gouvernement, Alexandre Ribot onze (dont cinq fois président du Conseil), Daniel-Vincent huit, Charles Jonnart et Maurice Deligne quatre, Émile de Marcère, Léo Lagrange, Jean-Baptiste Lebas, Édouard Lefebvre du Prëy et Pierre Legrand trois... En moyenne, les sous-secrétaires d’Etat et les ministres accèdent aux responsabilités gouvernementales respectivement à 50 et 51 ans, mais Charles Jonnart, Paul Thellier et Léo Lagrange n’ont que 36 ans et Léon Abrami 38 alors que Maurice Deligne en a 68 et Jules Guesde 69. La grande majorité - vingt et un (soit 80,77 %) - est issue de la Chambre des Députés9 ; treize (61,9 %) sont directement ministres. Quatre seulement viennent du Sénat, dont trois ministres, - Louis Martel, sénateur inamovible, Auguste Paris et Albert Mathieu -, et un sous-secrétaire d’État, Amaury de La Grange. Henri Wallon est élu sénateur inamovible pendant qu’il est au gouvernement, Émile de Marcère devient “immortel” quatre ans après son passage à l’Intérieur. Alexandre Ribot et Charles Jonnart sont successivement députés, ministres, sénateurs et à nouveau ministres tandis que l’entrée au Palais du Luxembourg correspond à la fin de la carrière ministérielle de Daniel-Vincent. Louis Loucheur est d’abord sous-secrétaire d’État (décembre10 puis ministre avant d’être élu député du Nord en novembre 1919.

C- Quelques spécialistes dans un ensemble plutôt modéré

45La modération caractérise l’orientation politique d’ensemble du personnel ministériel du Nord et du Pas-de-Calais puisque sur 26 membres du gouvernement, 2 seulement (7,69 %) sont des orléanistes anti-républicains”, présents entre 1871 et 1877 (parmi lesquels Auguste Paris, ministre dans le “cabinet du 16 mai”) ; tous les autres républicains, parmi lesquels se détachent à gauche quatre socialistes (15,38 %) : Jules Guesde pendant la Première Guerre mondiale, Roger Salengro, Jean-Baptiste Lebas et Léo Lagrange au temps du Front populaire. Le reste (73 %) est composé en majorité de républicains : - de nuance centriste : centre gauche (Pierre Legrand, Daniel-Vincent...), centre (Charles Jonnart, Ildefonse Roden...), centre droit (Alexandre Ribot, Léon Millot, Louis Nicolle...) ; - voire modérée (Louis Martel et Henri Wallon sont d’anciens orléanistes ralliés à la République conservatrice de Thiers) ou de droite (Edmond Lefebvre du Prëy).

46Les élus de la région se retrouvent dans presque tous les départements ministériels, toutefois, ils ne fournissent guère de titulaires pour certains secteurs-clés : il n’y a qu’un ministre des Colonies (Antoine Guillain), que deux ministres de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (Henri Wallon et Daniel-Vincent), que deux ministres des Finances : Louis Loucheur, très brièvement en 1925, mais surtout Alexandre Ribot en 1895 et d’août 1914 à mars 1917. Il n’y a aucun ministre de la Guerre mais on compte deux sous-secrétaires d’État à la Guerre (Léon Abrami et Daniel-Vincent) et un, Louis Loucheur, à l’Armement et aux Fabrications de guerre (il est rapidement promu ministre), un sous-secrétaire d’État à l’Air {Charles Delesalle) et un ministre de la Marine (Maurice Deligne). Il y a seulement trois ministres de l’Agriculture (Félix Lambrecht, Edmond Lefebvre du Prëy, Paul Thellier) et trois ministres des Affaires étrangères : pour Charles Jonnart et Edmond Lefèbvre du Prëy, le passage au Quai d’Orsay est éphémère, mais Alexandre Ribot y établit l’alliance franco-russe (1890-1893) puis tente d’y maintenir la Triple Entente qui pâtit de la Révolution russe mais bénéficie de l’entrée en guerre des États-Unis et de la Grèce (mars-novembre 1917). En revanche, l’Industrie, les Travaux publics, le Travail, la Justice avec quatre titulaires chacun, l’Intérieur et le Commerce avec cinq titulaires chacun reviennent plus souvent aux parlementaires des deux départements et certains s’y illustrent. Au printemps 1877, Louis Martel, ministre de la Justice et des Cultes sévit contre les menées ultramontaines, ce qui contribue à la crise du 16 mai ; Jean-Baptiste Lebas au Travail est un des grands acteurs des négociations qui aboutissent aux accords de Matignon (7 juin 1936)... Tous les ministres de l’Intérieur, à l’exception de Albert Mahieu, exercent leurs fonctions dans une période de tension :

  • Félix Lambrecht (qui meurt en fonction) au lendemain de la Commune ;

  • Émile de Marcère après les victoires républicaines de mars 1876 et d’octobre-novembre 1877 ;

  • Alexandre Ribot en janvier-mars 1893 pendant l’agitation anarchiste et le scandale de Panama ;

  • Roger Salengro en 1936 après la victoire du Front populaire dans un contexte de tensions sociales et de passions politiques...

  • Ces deux derniers élus ainsi que trois de leurs collègues se dégagent de ce tableau ministériel :

    • 11 D’après Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seui (...)

    Jules Guesde, la caution du socialisme intransigeant à l’Union sacrée11 ;

  • Roger Salengro, le ministre de l’apaisement social et de la défense de l’ordre républicain, le “martyr” du Front populaire ;

  • Léo Lagrange, incarnation de la volonté de démocratisation culturelle, sportive et touristique du Front populaire ;

    • 12 On le retrouve à l’Armement et aux Fabrications de guerre, à la Reconstruction, aux Régions libérée (...)

    Louis Loucheur, le technicien et l’homme d’affaires avisé qui met ses compétences au service de l’armée (il est membre du comité de guerre de novembre 1917 à janvier 1920), de la reconstruction et du progrès social (14 fois sous-secrétaire d’État ou ministre)12 ;

    • 13 Il fut responsable des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Finances, de la Justice. Outre Alex (...)
    • 14 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean-Jacques Becker, 1917 en Europe, l’année impossible, Br (...)

    Alexandre Ribot, le type même du républicain modéré à la carrière exceptionnelle : 6 fois ministre, le seul Président du Conseil (à 5 reprises)13 de la région ; le principal artisan de l’alliance franco-russe, le gestionnaire prudent des finances entre août 1914 et mars 1917, le chef du gouvernement en 1917, “l’année impossible”14.

  • 15 Robert Vandenbussche, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1876-1936, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1977, (...)
  • 16 Même si Jean Estèbe - dans Les Ministres de la république, Paris, FNSP, 1981 -, a montré toutes les (...)

47Sur l’ensemble de la période, le nombre des portefeuilles est donc en progression et malgré quelques “coupures” (décennie 1900 notamment), les élus du Nord et du Pas-de-Calais se succèdent avec une certaine continuité au gouvernement. Si le second département cité n’offre à la Troisième République que six ministres, en revanche, il lui procure avec Louis Martel, un vice-président de l’Assemblée nationale (1871-1875) et un président du Sénat (1879-1880) avec Edmond Lefebvre du Prëy, un vice-président de la Chambre des Députés (1919) et avec Roger Farjon un vice-président du Sénat (1936), le Nord ne fournissant que deux vices-présidents du Sénat avec Maxime Lecomte (1902-1912) et Albert Mathieu (1936-1939). Enfin la modération politique de la région, où la droite fasciste ne se développe guère et où la tradition socialiste ne connaît pas d’extrêmes15, explique sans doute qu’elle soit une “pépinière” de ministres, ce qui conduit à nuancer l’image traditionnelle d’une France gouvernée, sous la Troisième République, par le Midi...16

Participation aux gouvernements de la Troisième République des 26 élus du Nord et du Pas-de-Calais par périodes et par départements ministériels

Participation aux gouvernements de la Troisième République des 26 élus du Nord et du Pas-de-Calais par périodes et par départements ministériels

48Les noms en caractères gras (Wallon) signalent un ministre, en caractères normaux (Vente), un sous-secrétaire d’État.

49Les noms soulignés (Roden) signalent un membre du gouvernement élu dans le Pas-de-Calais.

50Le chiffre entre parenthèses [ex : Roden (2)] indique combien de fois l’homme politique est titulaire de la fonction gouvernementale.

  • *.... Le même personnage est titulaire de plusieurs départements ministériels : Daniel-Vincent, Lambrecht, Legrand, Loucheur. [Loucheur est ministre du Commerce, de l’Industrie et des PTT du 16 janvier 1921 au 14 janvier 1922 (Cabinet Briand VII), ministre du Commerce et de l’Industrie du 19 au 22 juillet 1926 (Cabinet Herriot II). ministre de l’Économie nationale, du Commerce et de l’Industrie du 13 décembre 1930 au 26 janvier 1931 (Cabinet Steeg)].

  • Ministère de la Guerre : Abrami est chargé au ministère de la Guerre, des effectifs et des pensions, puis de l’administration ; Daniel-Vincent est chargé de l’aéronautique militaire.

  • Ministère de l’Armement. : Loucheur, sous-secrétaire d’État, est chargé des fabrications de guerre ;en novembre 1918, il passe du ministère de l’Armement à celui de la Reconstitution industrielle.

  • Ministère du Travail : Roden est sous-secrétaire d’État au Travail et à la Prévoyance sociale ; Loucheur est ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale.

  • Ministère de la Santé : Nicolle est ministre de la Santé et de l’Éducation physique ; Léo Lagrange sous-secrétaire d’État aux Sports et Loisirs dans le cabinet Blum I dépend du ministère de la Santé ; dans les cabinets Chautemps III et Blum II, il est également chargé de l’Éducation physique et dépend du ministère de l’Éducation nationale.

  • Wallon et Martel sont aussi ministres des Cultes, de Marcère en assure quelque temps l’intérim au début du cabinet Waddington (1879).

2. Les engagements politiques des parlementaires

51Par “engagement politique”, on entend la prise de responsabilité dans une structure de type partisan, en excluant par conséquent les présidences de groupes parlementaires ou la simple appartenance à un groupe, d’ailleurs pratiquement obligatoire à partir de 1910. La présidence d’un simple comité - comme, par exemple, la ligue républicaine de Pont-à-Marcq -, comme celle d’une association nationale - l’Alliance démocratique, la Fédération républicaine ou le Parti ouvrier français -, ont été retenues, dans la mesure, naturellement, où ce type de réalité était perceptible par les enquêteurs. Si la liste établie ne peut guère prétendre à l’exhaustivité, elle permet cependant d’émettre des observations significatives.

52Sur les 338 parlementaires des deux départements qui ont siégé dans les assemblées pendant la période 1871-1940, on a retenu 114 noms, soit un tiers du total, ainsi répartis dans les trois sous-périodes définies pour le cadre de l’enquête :

  • 1871-1888 : 19 sur les 119 élus pendant cette période (15,96 %) ;

  • 1889-1918 : 47 sur les 113 (42,47 %) ;

  • 1919-1940 : 48 sur les 106 (44,33 %).

53S’il n’est pas niable que l’absence de véritable “parti” - le phénomène partisan ne datant que des premières années du siècle, à l’exception, notable pour notre objet d’étude, du Parti ouvrier français, créé et développé durant les années 1880 - nuit à une étude précise de l’engagement politique, de tels chiffres reflètent aussi bien le caractère éphémère et passager des “comités” de la première période. La députation et l’accession au Sénat dépendent alors beaucoup plus des réseaux de notabilité traditionnels que d’une structuration de l’opinion publique dans des organisations de type partisan. Et, comme on sait, l’expression “parti” - républicain ou conservateur - a longtemps signifié “fraction de l’opinion publique”, avant de prendre le sens contemporain, qui se réfère à une réalité organique.

A - La période 1871-1888.

54Les 19 parlementaires se répartissent ainsi :

Catégorie 1

Catégorie 2

Nord

7

6

Pas-de-Calais

4

2

  • On a utilisé ici la classification adoptée pour l’enquête, la catégorie 1 regroupant les parlementaires relevant de la “Droite antirépublicaine” (monarchistes de toute obédience, “conservateurs”, boulangistes), la catégorie 2 concernant la “Gauche républicaine”, de 1871 à 1898 (depuis le “Centre-gauche” de M. Thiers jusqu’aux radicaux socialistes des années 1890, en passant par les opportunistes et les progressistes).

  • Si, rapportée au total de chaque catégorie, le chiffre d’“engagement” reste faible - pour le premier groupe, 11 sur 70, soit 15 % environ ; pour le second, 8 sur 44, soit 18 % -, la proportion des options politiques à l’intérieur du groupe des 19 (11 conservateurs et 8 républicains - soit 57 % et 42 % -), paraît très proche du rapport global, établi sur les 119 députés - 58 et 37 % environ.

55Parmi les conservateurs, siègent les membres des comités conservateurs formés dans les années 1870 et 1880. Très actifs en période électorale (1876, 1877, 1885 notamment), ces comités peuvent aussi revêtir un caractère permanent. L’organisation des conservateurs en comités n’était d’ailleurs pas chose nouvelle. En 1849, à la veille des législatives, des comités du parti de l’Ordre, lointains ancêtres des “unions conservatrices” des années 1880, s’étaient mis en place. Dans le Pas-de-Calais, on retrouve à la députation, de 1877 à 1881, puis au Sénat de 1886 à 1891, un bonapartiste modéré, le marquis Alphonse-Pierre d’Havrincourt, ancien président du comité départemental du parti de l’Ordre en 1849. Relevant d’une autre sensibilité, le comte Eugène de Diesbasch, légitimiste qui siège à l’Assemblée de 1871 dans le groupe des chevaux-légers, un fidèle du comte de Chambord et du catholicisme ultramontain, participe à l’action des comités catholiques du Pas-de-Calais, dans les années 1870. Dans la décennie suivante, dans le Nord, Félix Le Roy, représentant de Douai de 1885 à 1889, magistrat mis à la retraite d’office pour s’être opposé aux décrets sur les congrégations, prend la tête en 1885 du comité départemental conservateur du Nord, qu’il continue de présider après 1889.

56Un dirigeant d’un comité national relevant de la droite antirépublicaine figure dans la députation du Nord. Il s’agit du général Georges Boulanger lui-même, élu dans le Nord en 1888 au cours de sa campagne plébiscitaire, et président du Comité républicain national constitué en avril 1888, successeur du Comité républicain de protestation nationale. Arthur Koechlin, éphémère député de Lille (1888-1889) relève lui aussi de l’organisation boulangiste, de même que Charles Lalou, député de Dunkerque de 1889 à 1893, et lui aussi membre du comité national.

57Une mention toute particulière, enfin, doit être faite d’Émile de Marcère - repéré dans la classification comme “républicain”. Député du Nord en 1871, Émile de Marcère, partisan d’une République conservatrice, l’un des fondateurs du “Centre-gauche” dans l’Assemblée de 1871, devient ensuite ministre dans le cabinet Dufaure en 1876, et figure parmi les rédacteurs du manifeste des 363, avant de devenir sénateur inamovible en 1884 et de présider le Centre-gauche du Sénat. Mais son activité “militante” se situe ailleurs et plus tard. Émile de Marcère, après s’être rangé du côté des antidreyfusards, adhère à la Ligue de la Patrie française, dont il devient président en 1905. Sans doute plus modérée et plus “bourgeoise” que la Ligue des patriotes, cette organisation n’en figure pas moins parmi les groupes révisionnistes, dont l’un des objectifs est, au moins, de modifier l’esprit et le fonctionnement des institutions républicaines.

58Les républicains de cette génération, élue entre 1871 et 1888, ont un long passé d’opposants. Plusieurs d’entre eux ont milité sous les régimes antérieurs à l’instauration définitive de la République. Ainsi Achille Testelin (1814-1891), leader des républicains lillois dans les années 1870, a-t-il participé à des mouvements de jeunesse du Quartier latin dans les années 1830, avant de devenir un animateur du mouvement des banquets réformistes à la fin de 1847, puis député du Nord de 1849 à 1851. Député du Nord en 1871, puis sénateur inamovible jusqu’à sa mort, le docteur Achille Testelin est bien alors le chef de file des républicains du Nord. Son influence ne semble pas provenir d’une position prédominante dans un comité.

59La même remarque vaut pour d’autres chefs du parti républicain du Nord. De sept ans plus jeune que Testelin, lui aussi républicain sous l’Empire, Jean-Baptiste Trystram (1821-1906), député de Dunkerque à partir de 1876, puis sénateur du Nord, se lance dans la politique dans les années 1840. Mais s’il appartient bien au cercle “La Solidarité républicaine de Dunkerque”, dans les années 1880, il n’en a jamais été un des membres les plus représentatifs (selon Robert Vandenbussche, Le radicalisme dans le département du Nord, 1964). La même remarque vaut pour un troisième leader républicain, Maxime Lecomte, député d’Avesnes (1884-1891), puis sénateur (1891-1914). Il est même probable, selon R. Vandenbussche, que ce dernier n’a jamais adhéré à un comité radical local. Les statuts des comités radicaux faisaient alors, fréquemment, obligation aux élus de quitter toute fonction dirigeante - membre du bureau ou du comité exécutif - dans un cercle ou un comité. Alfred Girard, chef dans les années 1870 du “parti républicain” de Valenciennes, préside bien dans la décennie suivante un Comité républicain radical, mais c’est une présidence d’honneur. Les premiers chefs du “parti républicain” semblent donc s’être trouvés en position de notables, s’appuyant toutefois sur des comités qui leur permettaient d’étendre leur influence.

60La situation change à la fin du siècle. André Deprez, député en 1881-1885 et 1889-1891, puis sénateur, préside au milieu des années 1890 des ligues républicaines dont l’objectif est de rassembler modérés et radicaux, pour faire face au péril socialiste. Le comité apparaît alors comme un moyen de rassembler le “parti républicain” affecté dans les années 1890 de fortes tendances centrifuges, sur sa droite ou sur sa gauche. L’essor organisationnel des dernières années du siècle correspond aux reclassements politiques en cours.

B- La période 1889-1918

61Les 47 parlementaires élus pour la première fois durant cette période présentent un éventail plus large. Il est vrai qu’avec l’entrée en scène des socialistes, la lutte ne se déroule plus de façon exclusive entre républicains et conservateurs, et les divisions des républicains comme celles qui affectent le camp conservateur ajoutent encore à la complexité.

Répartition des parlementaires concernés par notre étude durant cette période

Répartition des parlementaires concernés par notre étude durant cette période
  • Rappelons que la catégorie 1 regroupe les élus de droite antirépublicaine, dont le seul représentant pour cette période est le boulangiste Charles Lalou, député de 1889 à 1893. Les nouvelles droites sont regroupées dans la catégorie 3 [ralliés et “progressistes”, au sens que ce terme revêt postérieurement en 1900 : les plus modérés des républicains, qui refusent le bloc des gauches].

  • Les catégories 2 et 4 restent très proches. Les opportunistes et les radicaux des années 1880 [catégorie 2], de la génération conquérante, sont souvent les mêmes qui, à la fin du siècle, penchent vers la Défense républicaine et le bloc des gauches, tels les députés du Pas-de-Calais Louis Boudenoot et Charles Jonnart : le groupe 4 regroupe les hommes du centre, “Républicains de gauche” et radicaux modérés.

  • Les radicaux-socialistes forment la catégorie 5, les socialistes de toutes nuances la catégorie 6

62Les radicaux et radicaux-socialistes élus pendant cette période ont, pour la plupart, milité dans des ligues républicaines avant leur accession à la députation, dans les années 1880. Ainsi, Eugène Haynaut, éphémère député de Béthune - il décède prématurément la deuxième année de son mandat, en 1891 - est-il le type même du député “militant Chirurgien-chef de l’hôpital de Béthune dans les années 1870, il répand l’idée républicaine par l’intermédiaire d’une ligue républicaine cantonale et d’une société républicaine d’instruction. Plusieurs de ses collègues du Nord élus après lui, et devenus radicaux-socialistes, présentent une trajectoire similaire. Ferdinand Lepez, député de Saint-Amand de 1893 à 1906, préside une ligue républicaine avant son élection ; Adolphe Defossé, député de Dunkerque élu en 1914, a dirigé dans les années 1880 un comité républicain d’arrondissement ; Georges Potié, député en 1910, a fondé en 1889 une ligue républicaine à Haubourdin. Des radicaux indépendants, comme Paul Hayez, sénateur du Nord (1893-1932) et Théophile Depreux (1895-1906), président également une ligue républicaine dans les années 1880, le premier à Douai, le second à Cambrai.

  • 17 R. Vandenbussche, Opinion et vie politique dans le département du Nord à la veille de la Première G (...)

63Il existait, on l’a vu, une incompatibilité entre la responsabilité partisane et un mandat électif, mais la situation évolue dans les premières années du vingtième siècle. Dans les années 1890, Émile Moreau, élu en 1889, doit quitter la présidence de son comité, avant d’opter d’ailleurs pour le socialisme en 1893. Charles Debierre préside en 1898 le Cercle républicain démocratique de Lille, puis en 1901 la Fédération républicaine du Nord - organisation de tendance “concentrationniste” et ne devient sénateur qu’en 1911. Mais, à cette date, la règle d’incompatibilité ne s’applique plus. Debierre garde ses fonctions et devient même vice-président national du Parti radical en 1913. Il porte alors une attention toute particulière au phénomène partisan. Il voulait créer, écrit Robert Vandenbussche, “un véritable parti politique aux structures stables et solides : en renforçant la base militante, il voulait assurer le contrôle des citoyens sur les élus”17.

64Le cas des “Républicains de gauche” élus dans le Pas-de-Calais au tournant des années 1890, et qui dominent le département jusqu’en 1914, Charles Jonnart (1889), Louis Boudenoot (1889), Auguste Bouilliez (sénateur, 1891), semble différent. Élus des campagnes, ils n’ont pas, ou peu, bénéficié de l’appui de comités. Charles Jonnart en 1889 utilise d’autres réseaux, sa famille, les notables, les conseillers généraux, les instituteurs publics, par la suite les organisations agricoles. Dans sa circonscription, un seul canton sur les quatre, celui de Lumbres, est pourvu d’un comité républicain. Et cela vaut probablement pour Fruges, la circonscription de Louis Boudenoot dans le haut-Artois. En revanche, le rôle de ces grands notables est considérable dans les associations nationales qui apparaissent à la fin du siècle. Charles Jonnart appartient au grand cercle républicain de Waldeck-Rousseau. Plusieurs d’entre eux jouent ensuite un rôle important à l’Alliance démocratique après sa fondation en 1901. Louis Mill (député du Pas-de-Calais, 1902-1906) est un des fondateurs de ce parti. Louis Boudenoot et Charles Jonnart sont membres de la commission centrale exécutive de l’Alliance dans les années 1910. Au lendemain du premier conflit mondial, Charles Jonnart devient président de cette formation modérée, devenu le Parti républicain démocratique et social, de 1920 à 1923. Paul Hayez préside quant à lui la fédération du Nord du comité républicain du commerce et de l’industrie, alors proche du Parti radical-socialiste, de 1902 à 1908.

65Cet intérêt pour les organisations nationales se retrouve à droite. L’organisation des catholiques conservateurs ralliés, l’Action libérale populaire, a été dirigée par plusieurs élus du Nord : Henri Cochin, Jean Plichon, Jules Dansette, Henri Groussau, ces trois derniers étant en 1914 membres du comité directeur de l’organisation, Jean Plichon occupant une des trois vice-présidence de l’ALP Il faut y ajouter Henri Tailliandier, député du Pas-de-Calais, fondateur d’une section à Arras, lui aussi membre du comité directeur en 1914 et le baron Henri Dard, connu, lui, comme dirigeant régional de l’ALP, dans le cadre de l’Association républicaine libérale. Sa voisine “de gauche” qui regroupe les républicains progressistes hostiles au Bloc des gauches, la Fédération républicaine, fondée en 1903 reçoit comme premier président le député-maire de Roubaix, l’industriel Eugène Motte, par ailleurs président d’un comité local, l’Union sociale et patriotique de Roubaix, qui regroupe localement les catholiques et les progressistes. Plusieurs personnalités du Nord figurent dans le “conseil général” du parti, tels Félix Chatteleyn, adjoint et bras droit de Eugène Motte (sénateur, 1904-1906) et surtout le député de Dunkerque Antoine-Florent Guillain, polytechnicien et homme d’affaires. Les progressistes créent des comités locaux dans un nombre limité de localités (Lille, Roubaix). Au Cateau, le progressiste de gauche Albert Seydoux, également membre de l’Alliance démocratique, président d’une Union républicaine locale dans les années 1910, tente de rallier les radicaux les plus modérés.

66Le schéma classique, familier des temps plus contemporains, du militant gravissant les échelons jusqu’à la députation ne se retrouve guère que dans les groupements socialistes. À droite et au centre, des élus déjà installés au pouvoir suscitent la création de comités destinés à soutenir leur action dans des perspectives électorales. La même situation peut se rencontrer chez les radicaux (cf. Maxime Lecomte). Chez les socialistes, des liens étroits et organiques sont établis entre le parti et les parlementaires ; le cursus électif se présente souvent comme le prolongement de la carrière partisane.

67La carrière de Gustave Delory - voir la notice qui lui est consacrée - montre les éléments les plus caractéristiques du cursus suivi par les élus socialistes. Origine ouvrière et engagement syndical précoce (syndicat des filtiers, 1879) ; adhésion au Parti ouvrier français (1882), prolongée en 1905 par l’adhésion à la SFIO ; militantisme coopératif (L’Union de Lille, 1892) ; mairie de Lille (1896) ; députation (1902-1923). Mais tous ces éléments ne se retrouvent pas d’une manière aussi chimiquement pure. Une bonne moitié seulement des élus socialistes concernés commencent leur carrière par le militantisme syndical, comme Eugène Fiévet, du syndicat des tullistes de Caudry ; Charles Goniaux ou François Lefebvre, du syndicat des mines dans le Nord ; Émile Basly, Arthur Lamendin ou Henri Cadot dans le Pas-de-Calais. Pour les autres, l’engagement politique est plus direct, qu’il s’agisse de Jules Guesde lui-même, ou Paul Lafargue (mais ces deux parlementaires ne sont pas des ouvriers).

68La prédominance du Parti ouvrier français paraît déterminante dans l’engagement politique de ces élus socialistes. 13 d’entre eux au moins sur 17 ont milité dans ses rangs dans les années 1880. Deux de ses principaux dirigeants nationaux, Jules Guesde et Paul Lafargue, sont élus dans le Nord, bien que n’en étant pas originaires. Certains quittent le POF - dans le Pas-de-Calais, la tendance est à la création d’un mouvement autonome à la fin du siècle. Émile Basly, adhérent depuis 1885, crée une fédération autonome, à laquelle participe Arthur Lamendin, tandis qu’Émile Salembier fait de même à Calais. Mais tous rejoignent par la suite la SFIO.

69Enfin, la conquête d’une mairie a souvent, au pays du socialisme municipal, précédé l’accès à la députation. Il faut citer, outre Gustave Delory, maire de Lille ; Alfred Delecluze et Émile Salembier, maire de Calais ; Édouard Fiévet, maire de Caudry ; François Lefebvre, maire de Denain. Le pouvoir municipal représente déjà une base essentielle pour le socialisme septentrional.

C- La période 1919-1940

70La répartition des députés ayant exercé des responsabilités politiques fait apparaître pour cette période un important déséquilibre en faveur des partis de gauche et d’extrême-gauche, socialiste et communiste. Il est vrai que plus de 46 % des parlementaires élus pendant cette période relèvent de ces sensibilités. Il est vrai aussi que les carrières des socialistes et communistes, élus militants par excellence, présente une plus grande lisibilité par le lien plus clair qu’elles établissent entre militantisme et mandat électif.

Répartition des 48 parlementaires pour lesquels une responsabilité partisane a pu être établie

Répartition des 48 parlementaires pour lesquels une responsabilité partisane a pu être établie

71La prépondérance des socialistes traduit l’importance du socialisme dans l’entre-deux-guerres. Organisation stable et permanente à partir de sa création, solidement reconstruite après le choc de la scission de 1920, la SFIO devient une puissance de premier plan dans la représentation régionale.

  • Plusieurs générations coexistent parmi les élus de l’entre-deux-guerres. Sur les 27 parlementaires socialistes étudiés entre 1919 et 1940, un bon tiers ont appartenu au Parti ouvrier français. Parmi eux Alexandre Bracke-Desrousseaux, ancien secrétaire adjoint du parti de Jules Guesde ; Jean-Baptiste Lebas, maire de Roubaix depuis 1912 ; mais aussi Henri Briffaut, Eugène Dereuse, Auguste Parsy dans le Nord ; Jacques Louart, Charles Ferrand dans le Pas-de-Calais. D’autres, plus jeunes, n’ont pu adhérer qu’à la SFIO, comme Augustin Laurent en 1912, Paul Sion, dans le Pas-de-Calais, ou Raymond Gernez à Cambrai, qui adhère en 1923 aux Jeunesses socialistes.

  • Les militants syndicalistes occupent encore une place, mais dans une proportion bien inférieure à la période précédente. Sans doute Jean-Baptiste Lebas a-t-il mené une double carrière, syndicale et politique, en créant en 1901 le syndicat des employés de Roubaix, de même que Louis Masson, militant du syndicat du Livre, Auguste Parsy gérant et fondateur de coopératives de consommation. Le plus caractéristique reste Charles Saint-Venant aîné, secrétaire de la Bourse du travail de Lille en 1898, puis de l’Union des syndicats ouvriers du Nord en 1913. Dans le Pas-de-Calais, l’importance du Syndicat des mineurs est attestée par Richard Georges, membre de la commission administrative du syndicat, par Jacques Louart, vice-président du syndicat CGT des mineurs en 1928 et Alfred Maës, secrétaire général du syndicat.

  • La présence de dirigeants du parti dans les rangs des parlementaires s’accentue dans l’entre-deux-guerres, avec des dirigeants nationaux - Alexandre Bracke-Desrousseaux, Léo Lagrange - et surtout des responsables “fédéraux”. Dans le Pas-de-Calais, Raoul Evrard, fils d’un ancien dirigeant du syndicat des mineurs d’avant 1914, devenu secrétaire fédéral en 1919 est avant tout un permanent, maître de l’appareil du Pas-de-Calais jusqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Richard George, Roger Vantielcke sont également des “fédéraux”. Dans le Nord, Jean-Baptiste Lebas, permanent depuis 1906, est secrétaire fédéral en 1913 ; après la première guerre mondiale, Roger Salengro, parallèlement à sa carrière élective (conseil général, 1919 ; mairie de Lille, 1925 ; députation, 1928), se voit confier des responsabilités de plus en plus grandes dans le parti auquel il a adhéré en 1909 : secrétaire administratif de la fédération du Nord en 1920, secrétaire de la section de Lille en 1921, membre de la commission administrative permanente du Parti socialiste en 1928, il dirige de facto la fédération du Nord. Auprès de lui, Pierre Delcourt travaille à la fédération et devient député en 1928. Augustin Laurent, dont la notoriété date surtout de l’après-guerre, commence sa carrière dans les années 1920 : il est en 1925, secrétaire administratif de la fédération du Nord.

72Le Parti socialiste doit affronter la concurrence du Parti communiste, dont neuf membres sont élus pendant la période, tous occupant des fonctions dans l’appareil de la nouvelle formation, mais également dans les syndicats “unitaires”, qui subissent son influence. Leur parcours militant est cependant assez diversifié. Sur les neuf députés concernés, quatre ont adhéré à la SFIO avant 1914 - Gustave Barra, Gilbert Declercq, Augustin Desoblin et Jean Musmeaux ; deux ont adhéré à la SFIO au lendemain de la guerre en 1919 - Arthur Rainette et Cyprien Quinet, tous deux âgés de 22 ans, compteront parmi les cadres les plus fidèles et les plus sûrs de la nouvelle organisation ; trois ont rejoint le Parti directement, Clotaire Delourme par pacifisme - il était l’un des dirigeants de l’ARAC du Nord-, Sulpice Dewez, né en 1904, parce qu’il était trop jeune, Lucien Baux par la voie syndicale. Tous jouent un rôle de premier-plan dans la mise sur pied des syndicats “unitaires”, Gilbert Declercq dans l’union régionale CGTU, Augustin Desoblin chez les cheminots, Arthur Musmeaux et Arthur Ramette dans la métallurgie, Lucien Raux chez les mineurs. Au plan politique cependant, deux d’entre eux se détachent nettement : Arthur Ramette, secrétaire à l’organisation de la région Nord et Cyprien Quinet, membre du bureau de la région Nord.

73Leur destin militant sera d’ailleurs variable, quatre d’entre eux quitteront le Parti dans les années 1930, Augustin Desoblin, exclu en 1932, devient un dirigeant du parti d’Unité prolétarienne ; Gilbert Declercq, Sulpice Dewez et Lucien Raux se séparent du Parti après la signature du pacte germano-soviétique.

74Dans les rangs de la gauche radicale-socialiste, peu représentée au Parlement dans une région dominée par les socialistes et la droite, les élus du Pas-de-Calais ont accédé aux postes de direction de la fédération départementale avant d’être élus députés. André Isoré, député de Dunkerque, est avant son élection en 1936 président de la fédération départementale. Alfred Berquet, député de 1919 à 1928, a un long passé de participation aux organisations nationales ; il préside la ligue radicale-socialiste de Calais avant la guerre, tout en adhérant à la “ligue démocratique” (affiliée à l’Alliance démocratique, et au Comité républicain du commerce et de l’industrie dès sa fondation) ; dans les années 1920, il est membre du comité exécutif du Parti radical. L’armateur boulonnais Eugène Canu est, au moment de son élection en 1928, président du Parti radical-socialiste boulonnais.

75Parmi les parlementaires de droite, plusieurs exercent des responsabilités dans les formations départementales spécifiques au département du nord, l’Entente républicaine démocratique du Nord, qui regroupe la droite catholique et conservatrice, et la “Fédération républicaine” (organisation départementale centriste qui n’a aucun rapport avec le parti national du même nom, franchement à droite), remplacé en 1927 par le “Parti républicain du Nord”, situé plus à droite. Léon Millot, député de Valenciennes en 1928, préside la Fédération républicaine de l’arrondissement de Valenciennes, puis le Parti républicain du Nord. Alexandre Crespel, député de la Chambre bleu horizon, préside l’Entente républicaine du Nord, créée en 1921. Dans les années 1930, l’Entente est présidée par Louis Nicolle, Charles Coutel figurant parmi les vice-présidents. Le comité de Lille centre de l’Entente a pour secrétaire général Henri Becquart, élu en 1936. L’ERD du Nord reste indépendante de la Fédération républicaine de France, l’organisation nationale qui fait montre de la sensibilité correspondante, mais plusieurs élus de la droite parlementaire du Nord jouent un rôle important dans les instances nationales de cette organisation. Dans les années 1920, Charles Coutel participe à l’élaboration de son programme social. Dans les années 1930, Henri Bec-quart et André Parmentier apportent leur contribution active aux congrès et à la vie militante de la Fédération républicaine de France.

76L’engagement des parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais dans les organisations partisanes reflète évidemment un trait bien connu de la vie politique française : le degré d’organisation s’accroît au fur et à mesure que l’on s’éloigne sur la gauche, la droite et le centre s’appuyant pour une grande part sur d’autres réseaux de sociabilité. Cette région présente toutefois des traits spécifiques. Le nombre élevé, parmi les élus, de responsables nationaux, tout d’abord. La remarque vaut non seulement pour les socialistes (de Jules Guesde et Paul Lafargue à Roger Salengro et Léo Lagrange), mais aussi pour le centre et la droite (Charles Jonnart, président de l’Alliance démocratique ; les chefs de l’ALP, Cochin, Jules Dansette, Constant Groussau). L’implantation précoce des organisations de gauche ensuite, qu’il s’agisse des comités républicains et radicaux des années 1880, ou du Parti ouvrier français, le premier “parti” français historique à la même époque. Il faut remarquer à cet égard la structuration particulièrement vigoureuse des partis ouvriers, du Parti ouvrier à la SFIO et au PCF : le multipositionnement de leurs élus, maires, syndicalistes, responsables associatifs, montre l’emprise sur la vie sociale en général de ces organisations dans les secteurs où elles sont prédominantes. Enfin, la présence, à droite, d’organisations départementales ou locales plus étoffées qu’on ne le pensait traditionnellement, témoignent du fait que, dans cette fraction de l’opinion également, l’effort de structuration a été réel, surtout après la première guerre mondiale.

77Tous ces traits caractérisent une région fortement peuplée et urbanisée, abritant une importante population ouvrière.

3. Les parlementaires à l’œuvre

78L’action des élus au Parlement doit être analysée pour comprendre leur degré d’implantation dans leurs circonscriptions électorales, sans pour autant qu’apparaisse une corrélation totale entre le dynamisme des élus et la solidité de leurs bases. Elle permet en tout cas de discerner leurs centres d’intérêt, reflet des préoccupations de leurs mandants, et de mesurer leur influence dans les enceintes législatives, influence concrétisée éventuellement par l’accession à des postes de responsabilité.

Rôle des élus au Parlement

Rôle des élus au Parlement

* Daniel-Vincent et Loucheur sont au gouvernement pour les deux dernières périodes.

7928 % des parlementaires ont joué un rôle législatif important. Ce pourcentage doit être interprété avec prudence car il n’est fondé que sur une appréciation globale des enquêteurs sans critères mathématiques. Dans le doute, ceux-ci se sont abstenus d’apporter une réponse positive ; ce taux est donc sous-estimé. Par ailleurs, il faut remarquer que, parmi les autres élus, on peut relever une relative activité parlementaire caractérisée par l’intérêt manifesté pour certaines questions et un travail assidu en commissions ou en séance publique. Ce groupe central se différencie des parlementaires dont le rôle peut être tenu pour négligeable. L’échantillon retenu ici concerne donc les députés et les sénateurs les plus actifs. Divers critères ont été retenus pour les sélectionner : participation au processus législatif par le dépôt de propositions de loi ou la promotion de ces dernières, interventions suivies en commissions pouvant se traduire par l’accès à des postes de responsabilité : présidences, vice-présidences, secrétariats, désignation comme rapporteurs des textes en discussion, participation enfin aux bureaux des Assemblées.

80Si nous considérons l’échantillon retenu de 96 parlementaires, ceux du Nord se montrent un peu plus actifs que leurs collègues du Pas-de-Calais (30 % et 24 %), le taux d’activité variant peu malgré une légère érosion (31 % de 1871 à 1888, 26 % et 27 % pour les autres périodes). Les élus de la Droite républicaine donnent l’exemple (40 %), devançant de peu leurs collègues socialistes (36 %). Aux deux extrêmes, la Droite antirépublicaine (21 %) et le groupe communiste (22 %) se situent nettement au-dessous de la moyenne. Les membres de la droite anti-républicaine sont âgés et certains d’entre eux ont siégé peu longtemps dans les assemblées. Les communistes sont des néophytes assez méfiants à l’égard du parlementarisme. La Gauche républicaine (29 %) se montre plus dynamique qu’ultérieurement la Gauche radicale-socialiste (25 %) ou le Centre et Centre-droit (23 %), la période fondatrice de la République étant peut-être plus favorable aux initiatives.

A- Une contribution réelle à la législation de la Troisième République.

81Les parlementaires de la région sont à l’origine d’un certain nombre de lois importantes, soit comme auteurs de propositions de lois, soit comme promoteurs. Gustave Droit est ainsi à l’origine de la loi d’indemnisation des victimes d’accidents du travail de 1898. Charles Goniaux est un des promoteurs les plus actifs de la loi de 1910 sur les retraites ouvrières et Louis Guislain de la loi de 1913 sur le respect du secret du vote. Léon Abrami est à l’origine de la loi de 1919 sur le versement d’allocations aux victimes de guerre. Daniel-Vincent a mis en chantier la loi de 1928 instaurant les assurances sociales ; la même année, Louis Loucheur fait voter la loi qui porte son nom et qui concerne l’accession à la propriété. Alexandre Ribot a créé par la loi de 1905 les Offices d’habitation à bon marché. D’autres propositions ont eu un effet différé : la gratuité de l’enseignement secondaire et la création d’un Ordre des médecins (Ernest Couteaux), l’amputation de la durée de l’emprisonnement préventif sur celle de la peine infligée par les tribunaux (Félix Le Roy). D’autres encore ont abouti à des lois moins connues : suppression des classes des préfectures et des sous-préfectures (Alfred Boucher-Cadart), loi sur la marine marchande (Antoine Guillain), sur le travail des étrangers (Charles Lalou), création du bien de famille inaliénable (abbé Jules Lemire). Rappelons enfin que Henri Wallon a fait voter la loi instaurant la liberté de l’enseignement supérieur (1875).

82Les parlementaires de l’opposition sont par ailleurs les auteurs de nombreuses propositions de loi aboutissant rarement, mais dont ils peuvent faire état devant leurs électeurs. Jules Dansette milite inlassablement pour l’instauration de la représentation proportionnelle. Charles Thellier de Poncheville a déposé une série de propositions de loi en faveur de catégories sociales défavorisées tout comme Paul Dussaussoy dont les initiatives en faveur du vote des femmes ont eu un certain retentissement. Paul Le Gaurian s’efforce de régulariser la passation des marchés de travaux publics.

B- Des élus préoccupés prioritairement par les questions économiques et sociales

83L’activité de ces parlementaires au sein des commissions et en séance publique permet de dégager les centres d’intérêt d’une minorité représentative de la députation septentrionale. Le tableau ci-dessous permet d’en rendre compte avec des chiffres cumulés (ils s’intéressent à plusieurs domaines).

84Deux grands pôles se dégagent : la protection des productions et des intérêts de la région d’une part, la législation sociale d’autre part. Ils représentent à eux seuls 40 % des centres d’intérêts.

85Les élus de toute tendance se sont mobilisés pour obtenir une protection douanière efficace contre la concurrence étrangère aux produits régionaux. C’est l’aboutissement d’un long combat engagé sous le Second Empire contre la libération des échanges voulue par Napoléon III. Droite et gauche se livrent à une surenchère incessante sur la question. L’industrie textile, la métallurgie sont concernées mais c’est la défense de l’agriculture qui rassemble le plus d’énergies car les agriculteurs sont l’enjeu des luttes électorales. Le lobby sucrier est particulièrement influent, bon nombre de parlementaires étant eux-mêmes fabricants, mais aucun produit n’est oublié : blé, oléagineux, chicorée, tabac, lin, alcools, viandes diverses... Il est significatif que Georges Graux ait succédé à Méline à la présidence de la Commission des douanes et que Pierre Legrand ait été désigné rapporteur de la loi Méline de 1892, charte du protectionnisme. La fixation des tarifs douaniers (à laquelle s’intéresse également beaucoup Auguste Paris) accapare davantage l’attention que les problèmes de la petite exploitation paysanne, malgré les efforts de l’abbé Jules Lemire et de quelques autres élus tels Auguste Beauvillain, Léon Maurice, Joseph Morel, Edmond Joseph Lefebvre du Prëy. Le même constat peut être fait pour les problèmes de l’industrie et du commerce. Pour arides qu’ils soient, les problèmes budgétaires sont suivis par quelques députés. Alexandre Ribot a été rapporteur du budget entre 1881 et 1888 et après lui Germain Lefebvre-Pontalis, Charles Debierre, Amaury de la Grange.

86Les transports sont peu au centre des préoccupations excepté pour quelques parlementaires du Pas-de-Calais où le réseau ferroviaire reste à achever. La marine marchande suscite l’intérêt des élus des circonscriptions portuaires ; Paul Bacquet a présidé la commission compétente. L’aviation n’est pas négligée (Raymond Gernez, Jean-Pierre Plichon). Louis Couhé, directeur de l’aviation civile, a fondé l’aéroport de Paris.

87Les problèmes sociaux sont au centre des préoccupations de nombreux parlementaires, et notamment ceux des mineurs. La dureté de la condition ouvrière, l’essor du socialisme et du syndicalisme expliquent cette polarisation. Tous les aspects de la vie ouvrière sont abordés : durée et conditions de travail, prévoyance sociale, relations dans l’entreprise. Les socialistes n’ont pas le monopole des interventions. L’importance du catholicisme social, la sensibilité d’élus radicaux ou républicains à ces questions poussent à leur diversification. La réalisation des conquêtes sociales du Front populaire sous l’égide du ministre Jean-Baptiste Lebas est l’aboutissement d’un long processus.

88La reconstruction et l’indemnisation des victimes de guerre a tout naturellement accaparé les énergies dans les années vingt et trente. Les élus de la région occupent des positions stratégiques au sein de la commission des régions libérées tels Constant Groussau, son président de 1919 à 1936, secondé par Paul Bersez et Léon Pasqual, vice-présidents, tandis que Guillaume des Rotours exerce la même fonction au sein de la commission des pensions. Alexandre Crespel est le rapporteur de la loi de 1927 sur les dommages de guerre. Si l’on concentre sur la seule période de l’entre-deux-guerres le panorama de l’activité parlementaire, les problèmes de reconstruction et d’indemnisation occupent une place beaucoup plus importante, que l’on peut estimer à 20 %.

89Les parlementaires de la région interviennent peu en revanche dans le domaine diplomatique et militaire malgré l’exemple donné par Alexandre Ribot, grand artisan de l’alliance franco-russe. Quelques personnalités font exception : Léon Abrami, Edmond Joseph Lefebvre du Prëy, vice-président de la commission des Affaires étrangères, Charles Debierre, Albert Seydoux, président et vice-président de la commission de l’Armée, Amaury de la Grange, vice-président de la commission de l’Air et spécialiste d’aéronautique, et surtout Daniel-Vincent, officier aviateur pendant la première guerre mondiale, sous-secrétaire d’État à l’aéronautique en 1917, et qui présida ensuite la commission de l’Armée. De même, les élus de la région s’intéressent peu aux problèmes de la France d’Outre-Mer sauf quelques-uns tels Roger Farjon, Raymond Gernez, Arthur Rainette et Adolphe Vincent, rapporteur de la commission spécialisée.

90L’enseignement et les cultes attirent davantage, mais demeurent à un niveau moyen malgré le prestige d’Auguste Paris et de Henri Wallon, l’attention de l’abbé Jules Lemire, l’engagement de Constant Groussau et de Maxime Lecomte dans l’affrontement de l’Église et de l’État. Ce dernier a rapporté la loi de Séparation devant le Sénat. César Bernard a été vice-président de la commission Enseignement et Beaux-Arts après la guerre.

91Le poids des juristes se traduit naturellement par une part active aux débats sur l’organisation de la magistrature et sur l’élaboration de la législation civile et pénale. Ce sont deux nordistes, Pierre Legrand et Hyacinthe Corne, qui rapportent respectivement devant la Chambre des députés et devant le Sénat le projet de loi sur le recrutement de la magistrature au début des années quatre-vingts. Émile de Marcère a été désigné rapporteur de la loi sur le divorce.

92Les représentants du Nord-Pas-de-Calais ont occupé une place déterminante dans l’élaboration des lois constitutionnelles. Auguste Paris a été rapporteur de la commission des Trente en 1875, Henri Wallon passe pour être le père de la constitution de 1875. Émile de Marcère a participé activement aux discussions de 1875 et 1884, et a rapporté par ailleurs la loi municipale de 1884. Certains députés suivent de près les problèmes de l’exercice des libertés publiques (Jules Dansette, Paul Dussaussoy, Louis Guislain). Mais ce pôle d’activité reste globalement secondaire.

93L’attention des élus apparaît donc requise par la défense des intérêts économiques et par les problèmes sociaux plutôt que par la discussion des problèmes politiques ou religieux. Peut-être en cela se différencient-ils de la moyenne des députés français ? Ce constat n’a rien d’étonnant dans une région d’économie pilote. Mais il faudrait, pour apporter des conclusions définitives, prendre en compte dans le détail les multiples paramètres de l’action quotidienne des parlementaires et notamment les interpellations au gouvernement, souvent capitales sous la Troisième République. Quelques élus se spécialisent dans le genre : Alfred Giard soutenant la grève des mineurs d’Anzin de 1884, Albert Inghels dénonçant les scandales dans l’attribution des dommages de guerre, Henri Becquart s’érigeant en procureur de Roger Salengro. D’autres allient l’activité législative et l’interpellation comme Constant Grousseau à propos de la neutralité scolaire ou Léo Lagrange, à propos de l’affaire Stavisky, dont la démarche aboutit à la nomination d’une commission d’enquête.

C- Des postes stratégiques non négligeables

94Le panorama de l’activité des élus a permis d’apporter quelques exemples de responsabilités occupées au sein des commissions. Sept parlementaires ont assumé celle de la présidence, douze celle de la vice-présidence, et une trentaine, parmi la centaine de parlementaires actifs, ont été rapporteurs permanents de commissions ou de projets législatifs importants.

95Nous en retrouvons aussi plusieurs à la présidence de groupes parlementaires, surtout au début de la Troisième République. Hyacinthe Corne préside le Centre-gauche en 1874, Henri Wallon forme avec Lavergne le groupe charnière qui fait basculer la majorité constitutionnelle en 1875. Louis de Clercq préside un groupe d’opposants à toute transaction au sein du Centre-droit. En 1877, Émile de Marcère préside le Centre-gauche à la Chambre. Sous la République des modérés, cette présence septentrionale à la tête des groupes parlementaires se maintient quelque temps. Casimir Fournier préside le groupe de la Gauche républicaine au Sénat et Joseph de Frescheville celui de la Droite constitutionnelle à la Chambre qui anticipe sur le Ralliement. Mais Alexandre Ribot refuse de prendre la succession de Méline à la tête du groupe progressiste et il faut attendre 1930 pour voir de nouveau un nordiste présider un groupe parlementaire en la personne de Maurice Deligne pour la Gauche radicale. Cette abstention contraste avec un engagement partisan au sein des comités et des partis politiques.

96Elle n’empêche pas en tout cas quelques élus d’accéder au bureau des Assemblées. Louis Martel présida le Sénat en 1879-1880 et la région compte douze vice-présidents, un de l’Assemblée nationale (Louis Martel), cinq de la Chambre (Antoine Guillain, Gustave Dron, Edmond Lefebvre du Prëy, Constant Groussau et Alexandre Bracke-Desrousseaux), et six du Sénat (Louis Martel, Charles Merlin, Maxime Lecomte, Louis BoudenootAlbert Mahieu et Roger Farjon). Auguste Huguet fut en outre doyen du Sénat et quatorze autres parlementaires ont exercé les fonctions de secrétaire ou de questeur. La députation régionale semble donc avoir occupé une place honorable dans les bureaux des assemblées.

97Le poids des élus au Parlement a incontestablement favorisé leur accession au gouvernement. Des vingt-six ministres ou sous-secrétaires d’État, seuls deux (Léon Millot et Ambroise Vente) ne figurent pas sur la liste des parlementaires les plus actifs. Encore convient-il de préciser qu’ils n’ont détenu que des secrétariats d’État au sein de ministères éphémères. Certes, l’influence parlementaire est loin de garantir l’entrée au gouvernement, même chez les fidèles ; elle n’en est pas moins une condition nécessaire et la députation régionale par les diverses facettes de son activité a eu des titres tout à fait légitimes pour y prétendre.

Élus ayant exercés des responsabilités politiques

Élus ayant exercés des responsabilités politiques

Notes

1 Mattei Dogan, “Les filières de la carrière politique”, dans Revue française de sociologie, VIII, 1967.

2 Ont poursuivi une carrière politique au plan national après la Seconde Guerre mondiale :
- 8 élus du Nord : Pierre Delcourt, Charles Delesalle, Raymond Cernez, Augustin Laurent, Henri Martel, Arthur Musmeaux, Arthur Rainette et Eugène Thomas (tous sont socialistes ou communistes à l’exception du deuxième de cette liste, qui siège au centre droit - et qui a également été député du Pas-de-Calais entre 1958 et 1962, comme il l’avait déjà été entre 1928 et 1934, après avoir représenté le Nord de 1919 à 1928) ;
- 2 élus du Pas-de-Calais (Paul Sion et Adolphe Vincent : le premier est socialiste, le second républicain de gauche c’est-à-dire du centre droit).

3 La comparaison selon les types de mandat n’a pas été reprise ici car elle ne conduit qu’à un constat conforme à ce que l’on pourrait attendre du sens commun : l’âge moyen d’entrée au Parlement s’élève quand on passe des députés aux députés-sénateurs et aux sénateurs, ces derniers étant presque toujours passés d’abord par le Palais-Bourbon avant de siéger au Luxembourg, ce qui allonge d’autant leur cursus. L’âge moyen auquel on entre au Sénat est relativement élevé, car l’élection à la Haute Assemblée (pour laquelle il faut de toute façon être “âgé de 40 ans au moins” selon la “Constitution” de 1875) est généralement le couronnement d’une carrière politique déjà bien remplie.

4 Mattei Dogan, “Les filières de la carrière politique”, dans Revue française de sociologie, VIII, 1967.

5 Cf. Cédric de Fougerolle, Les ministres sous la IIIe République, p. 320 et sq, dans Dictionnaire des Ministres, 1789-1989, sous la direction de Benoît Yvert, Paris, Perrin, 1990.

6 Jusqu’en novembre 1919, Loucheur n’est qu’un futur élu du Nord.

7 Cela confirme les propos de Jean-Marie Mayeur, qui note, dans La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Seuil, 1984, le gonflement du nombre des ministres et des sous-secrétaires d’Etat lors du premier conflit mondial et dans les années 1930 ; voir p. 240-241, 247 et 379.

8 Ibidem, p. 208.

9 Trois sont issus de l’Assemblée nationale de 1871-1875, chambre unique : Félix Lambrecht, Ambroise Vente et Henri Wallon.

10 Félix Lambrecht, ministre de Thiers, au temps du Pacte de Bordeaux est difficilement classable...

11 D’après Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984, p. 235.

12 On le retrouve à l’Armement et aux Fabrications de guerre, à la Reconstruction, aux Régions libérées, à l’Économie nationale-lndustrie-Commerce-PTT, au Travail-Hygiène-Assistance et Prévoyance sociale.

13 Il fut responsable des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Finances, de la Justice. Outre Alexandre Ribot et Louis Loucheur, Daniel-Vincent, lui aussi, a “collectionné” les portefeuilles : les Travaux publics, le Commerce et l’Industrie, le Travail, l’Instruction publique et les Beaux-Arts.

14 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean-Jacques Becker, 1917 en Europe, l’année impossible, Bruxelles, Complexe, 1997. À cette occasion, Ribot innove en incorporant au gouvernement les hauts commissaires Grenier et Tardieu.

15 Robert Vandenbussche, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1876-1936, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1977, p. 163.

16 Même si Jean Estèbe - dans Les Ministres de la république, Paris, FNSP, 1981 -, a montré toutes les limites de cette impression, au moins pour la période 1871-1914.

17 R. Vandenbussche, Opinion et vie politique dans le département du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale, 1910-1914, Lille 3, Thèse 3e cycle, 1976.

Table des illustrations

Légende *Quand le député n’est que conseiller municipal, il n’est pas considéré comme un “cumulard”.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Durée moyenne des mandats par types de mandats et périodes (en années)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Durée moyenne du mandat des seuls députés par tendances politiques et par périodes (en années)
Légende (Voir Carte 6 : Durée des mandats, p. 340)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Interruptions de mandat par types de mandats et par périodes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Parlementaires décédés en cours de mandat par types de mandats et par périodes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende *Daniel-Vincent et Loucheur sont au gouvernement lors des deux dernières périodes.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Participation aux gouvernements de la Troisième République des 26 élus du Nord et du Pas-de-Calais par périodes et par départements ministériels
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Répartition des parlementaires concernés par notre étude durant cette période
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Répartition des 48 parlementaires pour lesquels une responsabilité partisane a pu être établie
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Rôle des élus au Parlement
Légende * Daniel-Vincent et Loucheur sont au gouvernement pour les deux dernières périodes.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Élus ayant exercés des responsabilités politiques
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3056/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter