Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

La synthèse

Le poids des parlementaires : des hommes d’influence

Jean-Pierre Florin

Texte intégral

1 La deuxième partie de l’enquête se propose, en premier lieu, d’extraire des données statistiques rassemblées une analyse des milieux socioprofessionnels qui fournissent le gros des élus de la région du Nord-Pas-de-Calais.

2 Deux ensembles se dégagent nettement, qui s’appuient, pour l’un sur la capacité à mobiliser des ressources économiques, pour l’autre sur celle de faire jouer un réseau de médiations d’ordre socioculturel : avant de détailler ce que recouvrent ces deux agrégats, il vaut de souligner qu’ils représentent en effet les trois quarts ou davantage de notre corpus (selon que l’on prend en compte la profession à l’entrée dans la vie active ou au moment de la première élection). Les mailles du filet ne laissent guère passer que les maigres cohortes de la petite et moyenne agriculture, de la boutique, de l’atelier et du bureau, ainsi que les militaires.

3 Un premier ensemble, dont on dira plus loin le poids de manière détaillée, agrège les parlementaires qui ont pour principale assise la richesse, ou pour le moins des revenus élevés, et qui ont su transformer un capital économique en capital politique : propriétaires et rentiers, agriculteurs liés au monde des industries agro-alimentaires, hommes d’industrie et de finances, monde du négoce.

4 Un second bloc regroupe les nombreux parlementaires qui, en dépit de leur hétérogénéité, ont en partage une influence fondée sur un pouvoir “culturel” et “médiatique”, ces deux adjectifs étant ici retenus dans leur acception la plus large. En effet, si tout élu a vocation, par nature, à être un intermédiaire, un relais entre la sphère du politique et la société civile, certains parlementaires jouent davantage dans ce registre, parce que leur profession les situe à l’articulation du savoir et du pouvoir, du savoir-faire et du faire-savoir. Le monde de la robe est l’intercesseur obligé dans les relations entre le citoyen et les distances qui produisent le droit, le cicérone indispensable dans le maquis juridique ; le médecin, le pharmacien, mais aussi le vétérinaire si influent dans les campagnes, sont l’image de la science et les détenteurs d’un charisme que leur confère la maîtrise des secrets de la vie : ils ont naturellement vocation à sonder les reins et les cœurs de leurs électeurs ; enseignants et journalistes, enfin, s’emploient les uns à éveiller les consciences et à former les futurs citoyens, les autres à forger l’opinion comme à la traduire dans un jeu subtil d’allers et retours.

5 Il a paru légitime d’adjoindre à la basoche et au caducée, aux “hussards noirs de la République” et aux publicistes de tout poil, ces militants ouvriers qui s’en distinguent (pour la très grande majorité) par l’absence de toute “culture” sanctionnée par un diplôme, mais qui les rejoignent dans leur vocation à être des interfaces entre le centre et la périphérie, le pouvoir et le citoyen. Acteurs à la fois sur les terrains syndical et politique, qui sont à cette époque étroitement imbriqués et donc indissociables, les élus d’origine ouvrière ont moins pour fonction de transmettre un savoir, une culture, que d’éduquer une “classe” ouvrière, de formaliser et de traduire ses revendications. Nécessaires porte-parole d’un groupe social qui souffre encore très largement d’une double exclusion, dans les domaines social et culturel, les militants ouvriers jouent un rôle déterminant dans l’intégration du monde de l’usine et de la mine à la République et à ses valeurs, par leur fonction tribunitienne. Il convenait en outre de leur donner leur juste place dans une enquête sur une des régions les plus industrielles et ouvrières du pays.

6 Il s’agit, d’autre part, de prendre la mesure de la “surface” des élus de la région, en termes de présence et de rayonnement dans l’espace socioculturel, ainsi que de reconnaissance socio-politique d’une appartenance aux élites de la République.

7 L’insertion dans les réseaux associatifs et de sociabilité, et donc dans le profond du tissu régional, accompagne presque toujours une carrière parlementaire dont elle est le corollaire naturel, la première confortant la seconde.

8 L’une des fractures majeures de la Troisième République oppose, au plan des principes mais aussi à travers tout le maillage des associations qui les expriment et les structurent dans la cité, deux conceptions du monde et de la place qu’y tient l’homme : à l’engagement confessionnel (catholique, presque exclusivement), à travers les “œuvres” et relais d’influence de l’Église, répond la volonté d’affirmer une pensée libre de tout “dogmatisme”, dont la maçonnerie se fait volontiers la championne.

9 Mais le débat s’étend aussi à des domaines où la métaphysique cède le pas à la culture profane : les sociétés savantes sont un creuset de réflexion que les parlementaires n’ont garde de sous-estimer.

10 La bataille d’idées trouve toutefois un champ plus vaste où s’exprimer dans la presse, dont la Troisième République est sans doute l’âge d’or. Sans revenir ici sur les publicistes évoqués plus haut, qui ont choisi le journalisme pour profession, il convient de noter que nombre d’élus prêtent leur plume à une feuille, le plus souvent locale ou régionale, parfois nationale, tant ils sont conscients de l’efficacité d’un outil médiatique alors sans rival.

11 La seconde partie de notre enquête se termine par une analyse des décorations décernées aux parlementaires du Nord-Pas-de-Calais (particulièrement la Légion d’honneur), dans la mesure où elles forment la pierre de touche d’une certaine “surface” sociale et politique : la médaille a souvent valeur de légitimation d’un parcours, plus rarement de viatique. Elle conforte l’implantation ainsi que le rayonnement dans la circonscription électorale, et participe, elle aussi, d’un pouvoir “culturel”, au sens le plus large, par sa valeur de code et de symbole dans un monde où le signe, le message, la ritualisation (la remise de la décoration, entourée d’un décorum ostentatoire) rangent l’élu parmi les élites de la République et contribuent à l’ancrage territorial dans son fief.

1. De l’avoir au pouvoir : l’assise économique pour viatique

12On se propose, dans les lignes qui suivent, de présenter les parlementaires qui relèvent des sous-classes 1, 3, 4 et 6 de notre enquête et que la classification de J. Estèbe fédère dans sa catégorie 5 (cf. présentation de l’enquête en tête de l’ouvrage) : ils ont pour point commun d’asseoir leur carrière politique sur un capital économique d’importance, ou pour le moins sur des revenus élevés ; ce sont la fortune ou l’aisance qui rendent compte de leur poids dans notre corpus.

A - Un groupe dont la place est décisive dans la représentation parlementaire de la région, mais qui connaît une forte érosion sur l’ensemble de la période

13Les élus issus du “monde de l’argent” (par la possession d’un patrimoine ou par l’exercice d’une profession lucrative) forment plus du quart de la représentation du Nord-Pas-de-Calais (28,6 %), si l’on retient la profession au moment de l’entrée dans la vie active, et même près de 40 % (39,6 %) si l’on prend en compte celle qui est exercée au moment de la première élection, ce qui nous paraît plus significatif. Le Nord et le Pas-de-Calais ne présentent pas de différence significative, de ce point de vue. Nous sommes donc en présence du groupe le plus nombreux, devant celui qui rassemble les représentants de la “bourgeoisie diplômée” (1/3 du corpus).

14 L’évolution par périodes traduit l’évolution politique des deux départements, dans la mesure où la droite recule entre le début et la fin de la Troisième République, et où la corrélation est relativement forte entre cette tendance politique et les milieux favorisés, en termes de représentation parlementaire. De fait, le recul est rapide entre chacune des trois périodes retenues dans notre enquête, et l’on passe ainsi de plus de la moitié des députés et sénateurs aux débuts de la Troisième République (54,6 % en 1871-1888) à moins d’un quart pour l’entre-deux-guerres (23,5 %).

15L’examen de la distribution par familles politiques révèle qu’aux débuts, l’écart n’est pas considérable : notre catégorie est un peu plus représentée dans la Droite anti-républicaine (62 %) que dans la Gauche républicaine (45 %). soit une grosse moitié d’un côté, contre une petite de l’autre, dans les années 1870-1880. En revanche, le pourcentage décroît nettement pour les deux périodes suivantes (soit de 1889 à 1940), quand on passe de la droite à la gauche : les parlementaires qui fondent leur carrière politique sur leurs ressources économiques représentent plus de la moitié de la Droite républicaine, mais seulement un tiers des élus des Centres-droit et gauche, alors qu’ils sont quasiment absents au sein de la Gauche socialiste et communiste. Les clivages idéologiques recoupent de plus en plus ceux qui opèrent dans le recrutement sociologique, à mesure que croissent la diversification et l’hétérogénéité dans la sélection du personnel politique. D’abord issue, le plus souvent, de milieux sociologiquement proches de ceux de la droite, la gauche des premiers temps de la Troisième République s’enracine ensuite dans les classes moyennes et populaires : droite et milieux favorisés d’un point de vue économique coïncident de plus en plus.

16C’est ainsi que la moitié des élus de notre catégorie proviennent de la Droite anti-républicaine et républicaine (50,7 % sur un total de 134), un quart seulement de la Gauche républicaine, un autre quart des Centres-droit et gauche, tandis que la Gauche socialiste et communiste n’apparaît pratiquement pas dans l’échantillon.

B - “Otium” ou “negotium” ? Moins la rente que les affaires

17Une approche plus précise des ressources économiques qui fondent l’assise du sous-ensemble dont il est ici question révèle que la rente, foncière, et le monde de l’entreprise, l’emportent nettement sur la culture et les industries annexes ainsi, que sur le grand commerce. Comme si la société préindustrielle et celle née de la révolution industrielle prenaient l’avantage sur les activités qui sont leurs corollaires, mais qui n’arrivent pas à se tailler un espace entre la terre et l’entreprise.

18La rente foncière (propriétaires fonciers et rentiers) représente globalement un élu sur dix (10,6 %) au moment de l’entrée dans la vie active, et même davantage au moment de la première élection (13,3 %), le Nord (12,1 %) ne se distinguant guère du Pas-de-Calais (15,5 %) en la matière, en dépit du caractère plus rural de ce dernier. Cette sous-catégorie connaît toutefois un déclin rapide, au fil des trois périodes retenues dans l’enquête : rassemblant plus du quart des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais en 1871-1888 (c’est alors le groupe le plus nombreux), elle n’en représente plus que moins de 4 % en 1919-1940, ce qui équivaut à une quasi-extinction.

19La distribution par familles politiques est elle-même très marquée : c’est ici que la droite puise la première de ses familles socioprofessionnelles ; au moment de la première élection, propriétaires fonciers et rentiers représentent le tiers de la Droite anti-républicaine et le quart de la Droite républicaine, contre 5 à 10 % de la Gauche républicaine ou des Centres-droit et gauche, alors qu’on n’en rencontre aucun dans les rangs de la Gauche socialiste ou communiste. C’est ainsi que 80 % des élus qui vivent de la rente foncière (36 sur 45) sont à droite, républicains ou non.

20Comme l’on s’en doute, la noblesse terrienne figure ici en bonne place, tant dans le Nord que dans le Pas-de-Calais : Eugène de Diesbach de Belleroche, Alphonse d’Havrincourt, Auguste de Partz de Pressy, Louis de Willecot de Rincquesen, sont à la tête de vastes propriétés dans l’Artois, le Ternois ou le Boulonnais (souvent plusieurs centaines d’hectares), de même que Joseph Bosquillon de Frescheville dans les Moëres, Octave d’Hespel près d’Haubourdin (à Wavrin), ou encore les de La Grange et Émile Massiet du Biest près d’Hazebrouck.

21L’acquisition d’une propriété dans la région peut être le tremplin d’une implantation politique : Henry Cochin, issu d’une ancienne famille de la bourgeoisie parisienne, s’installe dans les Flandres à l’occasion de son mariage et devient propriétaire à Saint-Pierrebrouck où il est élu maire (1888) avant d’entrer à la Chambre en 1893. Alphonse Bergerot, né à Bordeaux et venu de l’administration des douanes, s’installe au château d’Esquelbecq à la suite d’un riche mariage et devient maire (1852) ; élu conseiller d’arrondissement (1852) puis conseiller général (1869) dans le canton de Wormhoudt, il entre à la Chambre en 1880.

22La grande culture (car la petite est presque absente) et les industries liées à l’agriculture ne sont que faiblement représentées, en dépit de la vocation du Nord-Pas-de-Calais dans ces domaines : globalement, les parlementaires qui relèvent de ces branches d’activité ne sont guère plus que 4 % du corpus, que l’on prenne la profession au moment de l’entrée de la vie active ou à celui de la première élection (3 % pour le Nord, mais le double pour le Pas-de-Calais). Ce faible pourcentage masque en fait une forte érosion sur l’ensemble de la période étudiée, puisque l’on passe de près d’1/10e dans les années 1871-1888 à moins de 2 % pour l’entre-deux-guerres. Urbanisation et industrialisation, montée des “couches nouvelles” et de la classe ouvrière rendent compte de ce recul. Seule la Gauche républicaine puise ici une part non négligeable de ses élus (13,2 %), aux premiers temps de la Troisième République. Victor Desprez-Potié, gendre du sénateur Auguste Potié et beau-frère du sénateur Louis Demesmay, liés au monde agricole, a complété sa formation secondaire par un enseignement en chimie avant de se consacrer à la brasserie ainsi qu’à la sélection des semences près de Cysoing. La brasserie est bien présente dans la région, pays de la bière : Jules Hermary à Barlin, Léon Claeys et Louis Joos à Bergues, Jules Dutilleul ou Georges Vandame dans la région lilloise, Henri Delecroix à Hem, exercent une activité qui s’inscrit souvent dans une tradition familiale. Alexandre Crespel est à la fois brasseur et commerçant en grains, comme son père, à La Bassée. Gabriel Delmotte, d’une famille de négociants de Masnières, où il s’est installé comme industriel, fabrique des aliments pour l’élevage à base de tourteaux mélassés. Les activités sucrières sont également bien représentées dans une région grande productrice de betteraves : François Brasme, Gustave Dellisse et Charles Dellisse-Engrand dans le Béthunois, ainsi qu’André Deprez à Harnes ; Marcel Delaune à Seclin, ou encore Jules Leurent (qui est aussi filateur de lin et coton) à Tourcoing.

23 L’entreprise, au sens large, (c’est-à-dire les industriels mais aussi les administrateurs de sociétés et banquiers) fournit le dixième des élus (11,2 %) au moment de l’entrée dans la vie active ; et même plus d’un sur 6 (17,1 %) au moment de la première élection, avec, dans ce dernier cas, un léger écart en faveur du Nord (18,4 % contre 14,6 % dans le Pas-de-Calais), le pourcentage étant relativement stable sur l’ensemble de la période (autour de 15 à 20 %). La proportion est de l’ordre de 20 à 25 % pour toutes les familles politiques, sauf les Gauches socialiste et communiste, qui, comme cela était attendu, ne comptent aucun représentant du monde de l’entreprise. Il convient donc de souligner l’importance de ce vivier pour l’ensemble du personnel parlementaire, à la seule exception de la Gauche marxiste. On retrouve au sein de ce dernier des représentants des principales activités industrielles de la région :

  • Le textile ; Ernest Loyer, issu d’une famille de filateurs de coton lillois ; Jules Brabant, lié au textile du Cambrésis et du Valenciennois ; Albert Seydoux, dont la famille est anciennement implantée au Cateau ; Louis Nicolle, filateur de lin à Lomme et Wambrechies ; Henri Becquart, fabricant de toiles à Houplines ; Constantin Descat, teinturier-apprêteur à Roubaix, et bien d’autres encore. Remarquable est l’exemple d’Eugène Motte : entré dans les affaires à 27 ans, dès les années 1880 (soit bien avant de se lancer dans la vie politique), il dirige les deux usines de peignage fondées par son père, Alfred, puis il y adjoint un certain nombre de filatures et de tissages, non seulement à Roubaix, mais aussi dans les régions de Cambrai et de Fourmies. En 1914, il passe pour employer, avec son frère Albert, quelque 200 000 ouvriers, de Roubaix à Moscou en passant par la Pologne ; il est donc à la tête d’un véritable empire industriel.
  • La mine : on citera les exemples d’Édouard Parsy, administrateur d’une des plus importantes compagnies de charbonnages du Nord, de Félix Lambrecht, régisseur de la Compagnie des mines d’Anzin, ou encore de Léon Renard, président de la Chambre des houillères du Nord-Pas-de-Calais et vice-président du Comité central des houillères de France.
  • La métallurgie : Jules et César Sirot ainsi qu’Hector Sirot-Mallez, maîtres de forges du Valenciennois, en sont une parfaite illustration.
  • La liste serait trop longue, si l’on s’attachait à citer toutes les activités industrielles représentées dans la région, mais on ajoutera quand même ici la verrerie (Paul Hayez dans le Douaisis), la construction de machines à vapeur (Paul Le Gavrian à Lille), la chaussure (Achille Fanien à Lillers), ou encore la fabrication de plumes par la célèbre entreprise “Baignol et Farjon” du Boulonnais, Pierre Farjon ayant repris l’usine de son beau-père, en association avec son beau-frère.

24Quant à la banque, elle est représentée par quelques grandes figures, comme Achille Adam dans le Boulonnais ou encore Émile Delhomel à Montreuil-sur-Mer.

25Le négoce (négociants mais aussi armateurs, courtiers et grossistes) ne constitue que 2,6 % de notre corpus, au moment de l’entrée dans la vie active (3,5 % dans le Nord et 1,7 % dans le Pas-de-Calais), et 4,4 % au moment de la première élection (les chiffres étant équivalents pour les deux départements). Malgré une légère remontée durant la période intermédiaire (1889-1918 : 7 %), sa place reste toujours médiocre. C’est dans la Gauche non socialiste qu’il est le plus présent (11,1 %, soit un élu sur 10). La façade maritime, et d’abord la région de Dunkerque, sont sur-représentées, avec les exemples de Félix Coquelle ou de la famille Trystram. Jean-Baptiste Trystram, député (1876) puis sénateur (1891) est à la tête d’une affaire qui associe le négoce du bois, son transport et sa transformation (dans des scieries) ; président de la Chambre de commerce de Dunkerque, il fait agrandir le port. Son fils et homonyme, Jean-Baptiste Trystram, qui lui succède au Sénat à son décès (1905), a repris l’entreprise familiale et occupe la vice-présidence du syndicat des importateurs de bois.

26Au terme de cette première partie de l’analyse consacrée aux parlementaires dont l’assise est avant tout d’ordre économique, il apparaît que le poids persistant de la terre, les “ rémanences agraires ”, ne sauraient être sous-estimés. Même dans une région aussi industrialisée et urbanisée, près d’un élu sur cinq (18 %), voire près d’un sur quatre pour le seul Pas-de-Calais (23,2 %), est lié à la terre ou aux activités qui en dépendent directement. En outre, si les milieux privilégiés voient leur part reculer dans la représentation parlementaire régionale, c’est en raison de la montée des élus de gauche, issus des couches populaires, mais aussi de la difficulté qu’il y a à concilier un engagement politique et la bonne marche des affaires. Si le patronat, par exemple, reste relativement en retrait, c’est que parfois, l’exercice d’un mandat met en péril l’entreprise elle-même (Alexandre Crespel en est une illustration, selon le témoignage de l’une de ses filles).

27D’où, parfois, la tentation de recourir à 1’“homme de paille”, et de rester dans la coulisse, en se contentant de soutenir une candidature, notamment financièrement, tout en se tenant en dehors de l’arène politique proprement dite : Charles Surmont, artisan électricien, maire de Mouvaux, est élu député d’union nationale en 1928 avec l’appui du patronat ; Léon Lierman, artisan - peintre, l’emporte à Roubaix la même année, sous la même étiquette : il met en échec le député-maire socialiste Jean-Baptiste Lebas en bénéficiant de la vague poincariste, mais aussi de l’aide de la bourgeoisie locale ; après son échec aux élections de 1932, il devient d’ailleurs le secrétaire de l’industriel et sénateur roubaisien Édouard Roussel.

C - Sources et formes du capital économique

28 Héritiers ou self made men ?

La reproduction sociale

Catégoriessocioprofessionnelles

Profession du père

Profession du beau-père

Profession del’élu à la 1e élection

1. La rente foncière

9,7 %

7,1 %

13,3 %

3. Agriculture et industries annexes

2,6 %

2 %

4,7 %

4. L’entreprise

10,9 %

7,4 %

17,1 %

6. Le négoce

9,4 %

4,7 %

4,4 %

Total (sur 338 parlementaires)

32,8 %

21,3 %

39,5 %

29Un parlementaire de notre catégorie sur trois a un père, un sur cinq un beau-père, qui détient un “capital économique” : la part des héritages ne peut être sous-estimée (et l’on observe que la filiation joue davantage que le mariage).

30Le pourcentage des élus dont le père appartient lui-même au sous-ensemble dont il est ici question décroît cependant : de l’ordre d’un tiers pour les périodes 1871-1888 et 1889-1918, il n’est plus que d’un quart pour l’entre-deux-guerres. Il faut ici encore rappeler la corrélation avec le renouvellement du personnel politique en faveur de la Gauche socialiste et communiste, issue des classes moyennes et des couches populaires.

31Le rôle du père, tel qu’il apparaît dans l’enquête, montre que la reproduction sociale en faveur des milieux économiquement favorisés joue de moins en moins quand on avance dans le temps, mais aussi quand on passe de la droite à la gauche. Or, on l’a déjà souligné, la gauche est de plus en plus présente quand on avance dans l’histoire de la Troisième République : les deux phénomènes concourent au même résultat.

32Alors que les parlementaires dont le père appartient au même agrégat (catégorie 5 de J. Estèbe) se retrouvent au début dans les mêmes proportions dans les rangs de la Droite anti-républicaine et de la Gauche républicaine (soit autour de 40 %), c’est à la droite de l’éventail politique qu’on les retrouve ensuite surtout (plus de la moitié pour la Droite républicaine, un tiers pour les Centre et Centre-droit, mais seulement un sur cinq pour la Gauche non socialiste, 1 sur 12 pour les socialistes, et aucun pour les communistes).

33C’est non seulement l’appartenance aux tranches supérieures de la société que le père laisse en héritage, mais aussi, assez souvent, l’activité économique dans une branche particulière, le patrimoine foncier, l’exploitation, ou l’affaire familiale se transmettant d’une génération à l’autre. Trop nombreux sont les exemples pour qu’on puisse les reprendre ici (un certain nombre ont au demeurant été évoqués plus haut, à propos de la présentation des quatre sous-classes de la catégorie 5 de J. Estèbe). On se limitera donc à évoquer le poids de l’héritage pour les élus de Droite et du Centre droit, ceux chez lesquels il est le plus accusé, à travers les deux exemples suivants : Louis Nicolle, qui deviendra président du Comité linier de France, reprend au tournant du siècle la filature de lin paternelle à Canteleu (Lomme), à la mort de son père qui l’avait déjà associé à ses affaires à l’occasion de son mariage ; mais c’est son grand-père maternel qui est le fondateur de cette dynastie du textile nordiste. Jules Dansette a, lui aussi, un grand-père filateur, mais de coton, et à Armentières ; son père a créé une grande entreprise en 1858-1859, et il en prend la direction dès la fin de ses études ; ajoutons qu’il est également lié au milieu textile par sa branche maternelle, les Leblon et les Mahieu.

34Faute de pouvoir mesurer la part de l’endogamie en évaluant l’origine socioprofessionnelle de l’épouse (compte tenu du nombre élevé de “non–réponses” dans l’enquête - 166 sur 338, soit la moitié — et de la part élevée des épouses recensées comme “sans profession”, lorsqu’il s’est agi de déterminer leur propre intégration au monde économique), on peut tenter de l’appréhender à travers l’analyse de la condition du beau-père. Mais on se heurte ici encore à un même obstacle, qui fragilise les conclusions : le taux de “non–réponses” est de la moitié pour le Nord, et de plus des deux tiers pour le Pas-de-Calais. Ces réserves faites, on lira avec la prudence qui convient le constat suivant : un cinquième seulement des beaux-pères (21,3 %) relèvent de la même catégorie ici considérée ; cette part, qui est faible, va s’amenuisant dans le temps (plus d’un tiers pour la période 1871-1888 mais seulement un sur dix pour l’entre-deux-guerres) ainsi que de la droite vers la gauche (elle est inexistante pour les élus socialistes et communistes, l’évolution politique de la représentation parlementaire de la région fournissant ici encore la clé de son évolution sociologique).

35 L’ascension sociale se lit donc ans la confrontation des chiffres du tableau 1 : si près de 40 % de nos élus peuvent être rangés dans les classes économiquement favorisées (Sous-classe 5 de J. Estèbe) contre seulement un tiers des pères et un cinquième des beaux-pères, de l’ensemble de notre corpus, c’est bien que la reproduction sociale ne fonctionne pas d’une manière mécanique, et qu’un nombre non négligeable d’entre eux doivent leur position à leurs propres mérites, à leur propre travail. Cela est particulièrement net pour le monde de l’entreprise (sous-classe 4), où le parlementaire doit le moins souvent sa situation à ses parents ou beaux-parents.

36C’est que confirme l’examen du tableau 2 :

L’entrée au Parlement : son inscription dans une ascension sociale

Catégories socioprofessionnelles

% au début de la vieactive

% à la première élection

1. La rente foncière

10,6 %

13,3 %

3. Agriculture et industries annexes

4,1 %

4,7 %

4. L’entreprise

11,2 %

17,1 %

6. Le négoce

2,6 %

4,4 %

Total (sur 338 parlementaires)

28,5 %

39,5 %

37Le pourcentage de la seconde colonne est globalement supérieur de 11 % à celui de la première, mais cela est vrai aussi de chacune des 4 sous-classes. Si l’on prend l’ensemble des 338 députés du Nord-Pas-de-Calais, un tiers bénéficie d’une ascension sociale par rapport à la profession du père : or ce pourcentage est tout à fait comparable à celui calculé pour le seul agrégat 5 de J. Estèbe. En effet, entre le moment de l’entrée dans la vie active et celui de la première élection, le pourcentage des élus qui relèvent de cette catégorie passe de 28,3 % à 38,2 % pour le Nord, et de 29,1 % à 42,2 % pour le Pas-de-Calais (soit une évolution comparable, en valeur relative, pour chacun des deux départements) ; et, au total, on passe de 97 à 134 personnes (+38 %) : ainsi donc, un bon tiers des élus dont l’assise est avant tout économique ont bénéficié d’une ascension sociale avant même leur entrée au Parlement : pour eux, l’élection est moins la condition que la sanction d’une réussite sociale. Louis Loucheur en est sans doute l’une des plus brillante illustration, lui qui, parti d’une situation relativement modeste, mais nanti de diplômes prestigieux, s’est bâti au début du siècle un véritable empire industriel et financier, avant de fréquenter les allées du pouvoir.

D - Comment ce capital est-il conforté ?

38La dernière partie de l’analyse consacrée à ces “privilégiés” qui doivent leur situation et leur influence à leur fortune et à leurs revenus a pour propos de montrer comment ce capital (au sens large du terme) est conforté.

39D’évidence, les réseaux de pouvoir économique figurent au premier rang pour asseoir et élargir ces ressources. L’appartenance à des syndicats patronaux est sans doute très minorée par nos statistiques (7 cas seulement ont été repérés, pour la totalité du corpus, soit 338 élus...).

40La présence dans des conseils d’administration a pu, plus aisément, être prise en compte : si un quart des 338 élus de la région (26 %) siègent dans des CA, le pourcentage est sensiblement plus élevé pour notre seul agrégat ; il semble en effet que l’on puisse estimer à 60 % des administrateurs de sociétés ceux qui sont regroupés dans notre catégorie, et que près de la moitié de cette même catégorie ait siégé dans un conseil d’administration (les tris et recoupements des données informatiques ne permettent d’être ni plus précis ni plus affirmatif). Une distribution par branches révèle le poids des houillères (alors privées, comme l’on sait, avant leur nationalisation à la Libération) : parmi la longue liste des élus concernés, on citera seulement les présidents des conseils d’administration des mines de Béthune (Charles Plichon), Dourges (Louis de Clercq), Bruay-en-Artois (Edmond Lefebvre du Prëy), Vendin (Charles Dellisse-Engrand), Bruay (Charles Lalou), L’Escarpelle (Jules Brabant), Vicoigne (Léon Renard, en outre vice-président du comité central des houillères de France). Cependant, d’autres secteurs sont également bien représentés, et les élus concernés diversifient souvent leurs intérêts : Eugène Motte est membre des CA du Crédit du Nord (qu’il préside durant quatre ans), des Chemins de fer du Nord, de Suez ou encore des Ateliers et chantiers de France ; Jean-Baptiste Trystram est présent dans de nombreux CA prestigieux (chemins de fer, armement naval...) ; Pierre Farjon préside le conseil d’administration des Ciments de France. Jean Plichon siège dans une vingtaine de CA aux activités les plus diverses tant en France qu’à l’étranger ; et que dire d’un Louis Loucheur, que l’on retrouve dans une cinquantaine de conseils d’administration ?

41Le réseau des chambres et tribunaux de commerce vient lui aussi asseoir, conforter, consacrer une assise économique, au niveau de la circonscription ou de l’arrondissement. À titre d’exemples, figurent parmi les présidents des chambres de commerce Henry Sculfort (Avesnes), Émile Weill-Mallez (Valenciennes), Jean-Baptiste Trystram puis Félix Coquelle (Dunkerque), Charles Jonglez (Tourcoing), André Deprez (Béthune), ou encore Roger Farjon (Boulogne). Paul Le Gavrian est vice-président de la chambre de commerce de Lille et Eugène Motte siège un quart de siècle à celle de Roubaix. D’autre part, Félix Coquelle est juge puis président du tribunal de commerce de Dunkerque (comme son père avant lui), Élie Ledieu de celui d’Arras ; on compte aussi parmi les juges, à titre d’exemples, Auguste Bonte à Lille ou encore Édouard Parsy à Cambrai, Achille Adam-Fontaine à Boulogne. Le traitement statistique retenu ne permet pas d’aller plus avant sur ce point.

42Les chambres d’agriculture, enfin, sont bien représentées dans notre agrégat. Pour s’en tenir, ici encore, à quelques exemples, Joseph Bosquillon de Frescheville préside la Société d’agriculture de Dunkerque, Maximilien Maillet (bien que directeur de banque) celle d’Avesnes ; François Bar est à la tête de la chambre d’agriculture de l’arrondissement de Béthune, et Alphonse-Pierre d’Havrincourt est membre de celle d’Arras. Jules Hermary est membre de la Société des agriculteurs de France, de même qu’Ernest Deusy ou qu’Eugène de Diesbach, qui fut l’un de ses fondateurs. Edmond Lefebvre du Prëy préside la Fédération agricole du Nord ; Amaury de La Grange, quant à lui, préside l’Union des syndicats agricoles de l’arrondissement d’Hazebrouck. On citera un dernier exemple, pour clore cette liste bien incomplète celui de Louis de Clercq, fils d’un banquier et gros propriétaire à Oignies (où l’on a découvert du charbon) : ce châtelain, qui est à la tête d’une exploitation pilote, préside le Comice agricole de Carvin.

43Ainsi donc, la forte implication des élus qui retiennent ici notre attention dans le monde économique régional ne peut-elle que conforter leur implantation électorale.

44Mais là ne s’arrêtent pas leurs ressources : la majorité d’entre eux disposent aussi d’un capital culturel, avoir et savoir se conjuguant le plus souvent. Sans revenir ici sur des analyses développées dans d’autres synthèses du présent ouvrage, on rappellera d’abord à grands traits le cursus des élus du groupe 5 de J. Estèbe. Contrairement à une idée reçue, ils n’ont pas le monopole de l’accès à l’enseignement supérieur, puisque celui-ci a été suivi par la moitié au moins de notre corpus (compte non tenu des “non-réponses”), alors que, comme on l’a vu, notre agrégat ne recouvre que moins de 40 % de l’ensemble. Un rapide calcul suffit pourtant à conclure que c’est bien ici que se recrute l’essentiel de ceux qui ont pu poursuivre des études au-delà du baccalauréat. Les études sont parfois suivies à Lille, notamment à la “Catho” (Edmond Lefebvre du Prëy, Jules Dansette, André Parmentier ou Guillaume des Rotours par exemple), mais on retiendra que le tiers au moins (35 sur 104 cas répertoriés) de ceux qui ont fait des études supérieures à Paris appartiennent à notre sous-ensemble, et qu’un quart au moins (hors “non-réponses”) des représentants de ce même sous-ensemble ont poursuivi au delà du baccalauréat dans la capitale et non dans la région (35 sur 134 soit 26,1 %).

45Quelques traits saillants méritent d’être dégagés : une formation d’ingénieur attire, naturellement, ceux qui ont vocation à intervenir dans le monde économique ; c’est ainsi que l’on retrouve dans notre agrégat un certain nombre de centraliens (comme Jean Plichon et son neveu Jean-Pierre Plichon, Paul Le Gavrian ou Léon Renard) ou de polytechniciens (Georges Vandame, Joseph de Bosquillon de Frescheville, Marcel Delaune, Pierre Farjon et son fils Roger Farjon, Maximilien Maillet, Félix Lambrecht ou encore Amaury de La Grange). On citera ici encore le cas intéressant de Louis Loucheur, chez qui le capital culturel précède le capital économique : issu des classes moyennes mais admis à Polytechnique en 1890, il se bâtit ensuite une fortune qui lui vaut d’être considéré comme “le roi des parlementaires d’affaires” selon un contemporain, R. Mennevée (dans Parlementaires et financiers. Paris. Dubois et Baiern, 1925).

46Saint-Cyr attire moins, et la carrière militaire est rapidement abandonnée au profit de la gestion des propriétés (Geoffroy de Montalembert) ou des affaires (Albert Seydoux). Plus rares encore apparaissent les formations prestigieuses mais de caractère “littéraire” (Claude Cochin a fait l’École des chartes).

47Si l’on se tourne non plus vers les Grandes Écoles mais vers l’Université, la prédominance des études juridiques est nette, car elle offre le double avantage de préparer à la gestion d’un patrimoine et d’acquérir une compétence dans le domaine politique pour un futur législateur. La licence en droit, plus rarement le doctorat, ont sanctionné la formation supérieure de la dynastie des Des Rotours, d’Émile Massiet du Biest, d’Amaury de La Grange, de Jules Dansette, d’Auguste Bergerot, d’Henri Becquart ou encore d’un Alexandre Crespel.

48En conclusion sur cet aspect de notre analyse, il convient de nuancer l’opposition entre “possédants” et “bourgeoisie diplômée”. Si la seconde tient d’abord ses revenus et son prestige de l’obtention d’un parchemin (on y retrouve pour l’essentiel les enseignants du secondaire et du supérieur, et surtout les professions libérales), les élus qui participent de la sphère “économique” telle qu’elle est ici définie de manière assez extensive, sont loin d’avoir négligé l’atout d’une formation de haut niveau. Rares sont les fils de grands propriétaires, de gros négociants, d’industriels ou de la bourgeoisie rurale (à l’intersection de la grande culture et de l’agroalimentaire) à n’avoir reçu qu’une formation écourtée ; plus rares encore ceux qui n’ont été formés que “sur le tas”. Un solide bagage secondaire apparaît comme un minimum avant d’affronter l’entrée dans la vie professionnelle (Eugène Motte ou Louis Nicolle par exemple).

49Associé au capital économique, le capital culturel trouve aussi, tout naturellement, à s’investir dans la presse : il s’agit ici, l’on s’en doute, moins de forger l’opinion que de la façonner. Comme le révèlent deux exemples parmi les plus marquants : Louis Loucheur, propriétaire du Progrès du Nord, exerce une forte influence sur un lectorat-électorat qui fédère les Centres-gauche et droit, celui précisément qui vote pour la Fédération républicaine du Nord dont Louis Loucheur est l’une des têtes de liste. Plus discret sans doute, mais efficace, est le rôle d’Eugène Motte, dont le beau-père, Gustave Dubar est propriétaire du principal quotidien régional, d’orientation modérée, L’Écho du Nord. Par ailleurs, un certain nombre de représentants de la Droite catholique sont actionnaires de La Dépêche.

50Il est à peine besoin d’ajouter que la presse régionale centriste ou de droite ouvre largement ses colonnes à ceux qui partagent ses idées, tout particulièrement en période électorale, et qui représentent pour l’essentiel le pouvoir économique dans le Nord-Pas-de-Calais.

51Au terme de cette étude, quelques lignes de force se dégagent, que confirment et éclairent les autres contributions de la présente enquête. Certes, manque à notre approche une étude comparative des fortunes, telle qu’elle pourrait être mesurée avec rigueur et précision à travers les déclarations de succession ; mais la réglementation sur la consultation des archives qui concernent ce domaine ne permet que quelques sondages pour les seuls députés des débuts de la Troisième République... et ce ne sont pas les rares archives privées auxquelles nous avons eu accès qui permettent de tirer des conclusions pour les périodes plus récentes. On s’en tiendra donc à ce qui semble pouvoir être établi, compte tenu des sources disponibles, et du traitement informatique qui leur été appliqué.

52Il faut souligner, d’entrée, la relative homogénéité du Nord et du Pas-de-Calais, puisque aucun écart n’est vraiment sensible entre les deux départements, dans aucun des compartiments de notre analyse. À prendre séparément chacune des sous-catégories ici retenues, il apparaît assez clairement que la place de l’aristocratie et de la bourgeoisie rentière fond rapidement.

53La rente foncière, en tant que tremplin d’une carrière politique, s’efface jusqu’à une quasi extinction, sous l’effet conjugué du mouvement économique (l’agriculture le cédant de plus en plus à l’industrie et, dans une moindre mesure, aux services) et de l’évolution politique (la rétraction de cette sous-catégorie accompagnant le recul de la droite sur l’ensemble de la période, alors que l’on a dit la corrélation forte entre la première et la seconde). De même reculent peu à peu les représentants des activités qui se situent à l’interface des milieux agricole et industriel, alors que déclinent les entreprises petites et moyennes où s’entremêlaient les intérêts agricoles et ceux d’une bourgeoisie rurale ou des bourgs et chefs-lieux de cantons qui avait vocation à tirer profit de la transformation des produits de la terre. Les représentants de l’agriculture et des “industries” annexes pèsent de moins en moins, pour tendre à disparaître durant l’entre-deux-guerres. Industrialisation et urbanisation, plus précoces et davantage marquées sans doute dans le Nord que dans d’autres régions, donnent la clé d’un tel déclin. De même, le monde du négoce est-il peu présent (en dehors des rangs de la Gauche non socialiste, qui se confond pour une large part avec la mouvance radicale). Quant à l’entreprise, elle demeure en revanche un important vivier pour toutes les familles politiques autres que celles qui se rattachent à la Gauche socialiste et communiste.

54L’assise économique ici retenue pour définir notre agrégat joue incontestablement un rôle qui va diminuant, à mesure que s’affirment et la montée en puissance de la gauche dans la région et la relative démocratisation de la sélection des élites politiques : elle ne représente que moins du quart du personnel parlementaire de l’entre-deux-guerres contre plus de la moitié aux débuts de la Troisième République. La catégorie 5 de J. Estèbe dont on a dit plus haut les contours se confond de plus en plus avec le personnel politique de droite, qui décline dans le Nord-Pas-de-Calais, alors qu’elle était assez bien représentée dans les rangs de la Gauche “politique” des débuts de la Troisième République (le camp “républicain”) ; en revanche, elle est presque absente au sein d’une Gauche “sociale” qui s’affirme entre 1919 et 1940 (SFIO et PCF).

55Ainsi donc va s’amenuisant la part d’un personnel politique pour lequel l’élection au Parlement s’inscrit moins dans le processus d’acquisition d’une certaine surface sociale qu’il ne signifie la consécration d’un pouvoir obtenu ou conquis hors de la sphère du politique. On prendra garde cependant à ne pas perdre de vue l’évidence suivante : si le monde de la richesse économique recule en termes de poids dans la représentation parlementaire de la région, il conserve de puissants leviers d’action politique par les ressources dont il dispose, par la presse qu’il contrôle, ou encore par le concours, souvent discret mais toujours efficace, qu’il apporte à ceux qui servent ses intérêts en croisant le fer avec les élus qui remettent en cause sa position sociale.

2. Les intermédiaires culturels

  • 1 Marc Vénard, dans Les intermédiaires culturels, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de P (...)
  • 2 Jean Lorcin, ibidem, p. 457-458.

56Nombreux parmi les parlementaires sont les “ intermédiaires culturels par fonction” dont le métier avant leur élection se caractérise par son rôle de relais dans la transmission d’une culture et d’un savoir. Dans la région Nord-Pas-de-Calais, les gens de justice, les médecins, les enseignants, les journalistes sont cent dix-sept, représentant 34,6 % de l’ensemble des députés et sénateurs des deux départements. Tous situés à “la jonction incertaine des couples élite/masse, ville/campagne, écrit/oral, nouveau/traditionnel”1, ils mettent en relation des cultures différentes et contribuent à l’intégration et à la cohésion de la société. Les militants ouvriers, porte-parole d’une culture particulière et, une fois élus, souvent “médiateurs, arbitres dans la lutte des classes”2, peuvent y être rattachés, soit un total de cent cinquante six élus représentant 46,1 % de l’ensemble.

Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940

Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940

A - Les professions juridiques

  • 3 Yves-Henri Gaudemet, Les Juristes et la Vie politique de la IIIe République, Paris, PUF, 1970.

57Dans cette catégorie, les représentants des professions juridiques (au sens large) sont les plus nombreux avec soixante-trois élus soit 18,6 % de l’ensemble des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais (33,6 % en Aquitaine). Toutefois, conformément à l’étude menée à l’échelle nationale par Yves-Henri Gaudemet3 leur importance régresse : ils sont vingt-huit avant 1889 soit 23,5 % ; vingt et un entre 1889 et 1919 soit 18,5 % ; et treize entre 1919 et 1940 soit 12,2 %. Cinquante sept sont députés, vingt sont sénateurs (32 %) dont cinq sans passer par le Palais-Bourbon. Une des raisons de cette prépondérance, confirmée par les douze ministres issus de leurs rangs, soit 19 % de l’ensemble des professions juridiques (seize avec les hauts fonctionnaires, soit 25,4 %) est la proximité de leurs liens tant avec le pouvoir qu’avec les citoyens qui voient en eux des interprètes compétents, d’autant que longtemps le régime privilégie le vocabulaire et une méthode d’approche juridiques dans l’action législative ou gouvernementale.

Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940. Les professions juridiques

Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940. Les professions juridiques
  • 4 Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable, Histoire de la représentation démocratique en France, P (...)

58En leur sein, la part des avocats est majoritaire (69,8 %) ce qui n’a rien d’étonnant puisque “l’avocat et le député ont en commun d’être des porte-parole” et puisque depuis longtemps les plaidoiries des premiers, “agents décisifs d’élargissement de l’espace public”4, ont une forte dimension politique.

Tableau 1 : Avocats : 44. Nord : 25 ; Pas-de-Calais : 19.

Tableau 1 : Avocats : 44. Nord : 25 ; Pas-de-Calais : 19.

Legende : Colonne Il : A - ambassadeur ; V = role important clans le régime de Vichy : Colonne G : i = intérimaire.
Légende des tableaux : Les noms des parlementaires du Nord sont écrits en lettres normales (ex : Cardon) ; ceux des élus du Pas-de-Calais sont en italiques (ex : Abrami).
Les parlementaires dont le nom est suivi de ce signe * ont déjà siégé avant 1871 (ex : Corne *).
Colonne A = périodes des mandats : 1 :1871-1889 ; 2 :1889-1919 ; 3 :1919-1940.
Colonne B = orientations politiques : 1 : droite antirépublicaine ; 2 : gauche républicaine avant 1889 ; 3 : droite républicaine (libéraux, catholiques, ralliés...) ; 4 : centre (favorable à la République) ; 5 : gauche non socialiste (radicaux socialistes...) ; 6 : gauche socialiste ; 7 : gauche communiste.
Colonne C = rôle important au temps de la Défense nationale (septembre 1870-février 1871).
Colonne D = présence au gouvernement.
Colonne E = conseiller d’arrondissement ; P1 ou VP1 signifient président ou vice-prési dent.
Colonne F = conseiller général.
Colonne G = maire ; a signifie adjoint au maire.
Colonne H = député ; inv signifie invalidé.
Colonne I = sénateur ; in signifie inamovible.
Colonne J = arrondissements d’élection (à la première élection) : 1 : Avesnes-sur-Helpe ; 8 : Arras ; 2 : Cambrai : 9 : Béthune ;3 : Douai : 10 : Boulogne-sur-mer ; 4 : Dunkerque ; 11 : Montreuil-sur-mer : 5 : Hazebrouck : 12 : Saint-Omer ; 6 : Tille ; 13 : Saint-Pol-sur-Ternoise ;7 : Valenciennes ; L : Scrutin de liste.
Colonne K = parlementaire actif, siégeant aux bureaux des assemblées.
Colonne L = rôle important dans la presse (P), le syndicalisme ouvrier (S), dans la profession (pro).

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Avocats

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Avocats

59En outre, leurs compétences supposées (esprit de synthèse et d’interprétation, éloquence...) et la durable assimilation de la représentation à une fonction juridique - le mandat - semblent les prédestiner à la carrière parlementaire. Ainsi la région compte-t-elle quarante-quatre avocats (13 % contre 30,1 % en Aquitaine) : vingt six pour le Nord où leur nombre passe de quatorze (avant 1889) à cinq (après 1919), dix-neuf pour le Pas-de-Calais où leur nombre est relativement stable (cinq avant 1889, sept entre 1889 et 1919, sept après 1919).

60Quarante-deux sont députés, dix sont sénateurs (23,8 %) dont deux seulement le deviennent directement. Leur implantation locale est loin d’être négligeable avec huit maires (18,6 %), douze conseillers généraux (27,9 %), neuf maires-conseillers généraux (21 %) ; ils sont souvent premiers magistrats de cités importantes : Charles Mention, Charles Merlin et Léon Escoffier à Douai, Léon Millot à Valenciennes, Charles Valentin et Alfred Dumont à Dunkerque, Edmond Lefebvre du Prëy à Saint-Omer ; de plus, trois ont été sous-préfets au temps de la Défense nationale : Ernest Guillemin à Avesnes-sur-Helpe, Louis Legrand à Valenciennes, Charles Mention à Douai. Onze ont joué ou jouent un rôle important dans la presse locale, comme Auguste Paris fondateur du Pas-de-Calais, ou nationale comme Louis Mill, président du conseil de surveillance du Temps ; c’est aussi le cas des trois députés avocats SFIO du Nord élus après 1919 avec notamment Léo Lagrange qui collabore à Agir, pour la paix, pour le socialisme. Deux ont aidé des syndicats, Émile Werquin (radical), celui des ouvriers typographes de Roubaix et Raoul Briquet (SFIO), celui des mineurs du Pas-de-Calais. Les arrondissements d’Hazebrouck et de Montreuil-sur-Mer ne désignent aucun avocat, peut-être en raison de l’absence de barreau dans ces deux sous-préfectures. 25 % d’entre eux dans le Nord sont élus au scrutin départemental de liste, 1/3 d’entre eux dans le Pas-de-Calais le sont dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer. La modération d’ensemble qui caractérise leur engagement politique est notamment due à la période 1889-1919 pendant laquelle onze élus sur treize siègent au centre ou avec la droite républicaine, et au Pas-de-Calais après 1919 qui envoie sept modérés sur sept. En revanche, avant 1889, il y a neuf antirépublicains sur dix-huit parmi lesquels le “chevau-légers” Antoine Théry qui est devenu sénateur inamovible grâce au “complot” ourdi par les républicains et certains représentants d’extrême droite en décembre 1875 ; après 1919, le Nord accentue l’évolution constatée par Yves-Henri Gaudemet en désignant trois socialistes (Léon Escoffier, Léo Lagrange, Charles Valentin). Un certain nombre de ces avocats se fait remarquer au parlement par leur dynamisme : Raoul Briquet s’intéresse aux problèmes judiciaires, constitutionnels, douaniers et sociaux ; Henri Dard, même s’il ne siège que six mois ne passe pas inaperçu, notamment en interpellant Combes ; Paul Dussaussoy propose des lois sociales et le droit de vote pour les femmes, Charles Merlin préside la commission parlementaire chargée de l’instruction du procès en Haute Cour du général Boulanger (1889) et occupe la vice-présidence du Sénat (1890-1893). Neuf avocats entrent au gouvernement : quatre pour le Nord, Ambroise Vente (Justice), Pierre Legrand (éphémère préfet du Nord en 1870, plusieurs fois ministre du Commerce), Léon Millot (Guerre) et Léo Lagrange - le plus emblématique - ; cinq pour le Pas-de-Calais, Louis Martel (Justice et Cultes) qui fut aussi vice-président de l’Assemblée nationale (1871-1875) et président du Sénat (1879-1880), Auguste Paris (Travaux publics), Léon Abrami (Guerre), Edmond Lefebvre du Prëy (Agriculture, Justice) et Paul Thellier (Agriculture). Louis Legrand (député du Nord), quant à lui, après avoir été secrétaire de la Chambre, devient ambassadeur puis conseiller d’État.

61Souvent juristes et anciens avocats, les magistrats et les haut-fonctionnaires, par leur prestige, leur fortune et leurs relations parisiennes peuvent également être d’utiles intermédiaires. La région compte huit magistrats dont sept ont été élus avant 1889 ; un seul (Amédée Petit) l’est après 1919 mais il démissionne presque aussitôt. Parmi eux, six sont députés, cinq sont sénateurs (62,5 %) dont deux le sont directement (Alfred Boucher-Cadart et Amédée Petit). Il n’est pas étonnant que ces personnalités habituées aux responsabilités arbitrales siègent volontiers à la Haute Assemblée, réputée pour sa sagesse et sa pondération... mais aussi son conservatisme que confirme leur engagement politique à droite ou au centre.

Tableau 2 : Magistrats. Magistrats : 8 ; Nord : 5 ; Pas-de-Calais : 3.

Tableau 2 : Magistrats. Magistrats : 8 ; Nord : 5 ; Pas-de-Calais : 3.

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Magistrats

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Magistrats
  • 5 Pierre Guiral, Guy Thuillier, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hach (...)

62Comme le signalent Pierre Guiral et Philippe Thuillier, “paradoxalement, des fonctions exercées sous le Second Empire honni peuvent être une recommandation auprès des électeurs dans les premiers temps de la République”5 ; et de fait avant 1889, la moitié des magistrats devenus députés sont antirépublicains. Ils ne détiennent aucun mandat local (sauf Jules Maurice) et ont sans doute bénéficié du scrutin départemental de liste en 1871 et 1885. De leur côté, les républicains sont modérés, à l’image, d’Émile Massiet du Biest (Centre-gauche), d’Alfred Boucher-Cadart (Opportuniste) qui sont tous deux conseillers généraux, d’Émile de Marcère (un des “pères de la République”, ministre de l’Intérieur à la fin de la décennie 1870, sénateur inamovible qui évolue du Centre-gauche vers la Droite républicaine) ou encore d’Alexandre Ribot à la longue (1890-1917) et brillante carrière ministérielle (Affaires étrangères, Intérieur, Finances, présidence du Conseil [cinq fois]).

63 Onze parlementaires (3,2 %) sont issus de la haute fonction publique, sept pour le Nord, quatre pour le Pas-de-Calais ; neuf ont été députés, six sénateurs dont deux directement ; six sont présents avant 1889.

Tableau 3 : Hauts fotictionnaires. Hauts fonctionnaires : 11 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 4.

Tableau 3 : Hauts fotictionnaires. Hauts fonctionnaires : 11 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 4.

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Les hauts fonctionnaires

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Les hauts fonctionnaires
  • 6 Henri Lozé s’engage ensuite dans la diplomatie. Roger du Nord et Tircuy de Corcelle ont été eux au (...)

64Neuf ont reçu une formation juridique et sont entrés au Conseil d’Etat (Georges Brame, Antonin Lefebvre-Pontalis, Casimir Fournier), dans l’administration centrale (Fournier ; Victor Hamille, Charles Jonnart - service de l’Algérie-, Maurice Deligne), dans l’administration préfectorale (Charles Levert, Jean-Louis Camescasse, Henri Lozé6 ; deux sont polytechniciens et ont fait carrière dans l’administration des Travaux publics (Antoine Guillain et Albert Mahieu). Cinq siègent au conseil général et trois le président : Victor Hamille et Charles Jonnart pour le Pas-de-Calais, Albert Mahieu pour le Nord, ce dernier étant également maire (Rosendaël). Au début, une majorité rejette la République, notamment les bonapartistes Georges Brame, Victor Hamille et Charles Levert qui joue un rôle important au sein du groupe de L’Appel au peuple ; par la suite le régime fait l’unanimité, mais ses partisans évoluent de la gauche (Jean-Louis Camescasse, Casimir Fournier) vers le centre voire au delà ainsi qu’en témoigne la présence de quatre d’entre eux (36 %, proportion remarquable) dans des gouvernements pour le moins “modérés” : Casimir-Périer et Briand (III et IV) pour Charles Jonnart (dont la carrière fut exceptionnelle), Dupuy (IV et V) pour Antoine Guillain (vice-président de la Chambre des députés entre 1902 et 1906), Tardieu (I) et Laval (I, II, III) pour Maurice Deligne, Tardieu (III) pour Albert Mahieu (vice-président du Sénat entre 1936 et 1939).

  • 7 Jean-Paul Barrière, “Le notaire au XIXe siècle, médiateur et notable ?”, dans Entre pouvoirs locau (...)

65Autres médiateurs culturels très influents au niveau local, les notaires. “techniciens polyvalents du droit, maîtres de l’écrit, interfaces entre le public et le privé, entre le code et le quotidien, entre français et patois”7 sont également présents avec huit parlementaires (sept dans le Nord).

Tableau 4 : Notaires. Notaires : 8 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 1

Tableau 4 : Notaires. Notaires : 8 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 1

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Notaires

Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Notaires

66Grâce à leur métier (contrats de mariage, successions, mutations de propriété...), ces officiers de justice sont proches de beaucoup de gens auxquels ils donnent en outre toutes sortes de conseils ou rendent divers services si bien qu’ils remplissent souvent d’abord des mandats locaux : trois sont conseillers d’arrondissement, quatre sont conseillers généraux, cinq sont maires. Davantage élus au scrutin de liste ou dans des circonscriptions rurales peu dynamiques (cinq sur sept dans le Nord) où ils souffrent moins de la concurrence d’autres notables, ils dirigent toutefois autant de véritables villes (Frédéric d’Arras, maire de Dunkerque, Ernest Herbecq, adjoint au maire de Maubeuge) que de petites bourgades (Evrard Etiez à Berlaimont, Auguste Outters à Steenvoorde). La moitié d’entre eux est élue avant 1889 et ils sont alors majoritairement antirépublicains (Jules Pajot profitant des mêmes circonstances qu’Antoine Théry pour être désigné sénateur inamovible), avant de devenir majoritairement opportunistes puis de disparaître après 1919. Sans doute sont-ils victimes de l’urbanisation, de la démocratisation et des progrès de l’instruction qui dispensent bien des électeurs de la médiation notariale. Aucun ne se distingue au parlement ni n’entre au gouvernement, alors qu’un des trois avoués (profession voisine) de la région, Ildefonse Roden, député de Saint-Pol-sur-Ternoise (républicain de gauche) est sous-secrétaire d’Etat au Travail et à la Prévoyance sociale en 1916-1917.

Tableau 5 : Avoués. Avoués : 3 ; Nord : 1 ; Pas-de-Calais : 2

Tableau 5 : Avoués. Avoués : 3 ; Nord : 1 ; Pas-de-Calais : 2

B - Les professions médicales

  • 8 Jacques Léonard, La vie quotidienne des médecins de province au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1977 (...)

67 Dix-sent parlementaires ont exercé d’abord une profession médicale, soit quinze députés et quatre sénateurs dont deux (Edmond Théret et Jules Viseur dans le Pas-de-Calais), soit 5 %, le sont directement. Leur part au regard de l’ensemble des élus est inférieure à celle de la région Aquitaine (11,9 %) ou à celle de la représentation nationale. Ils sont surtout présents après 1889 (huit) et après 1919 (huit). Il y a parmi eux douzemédecins dont la profession correspond parfaitement à la définition d’intermédiaires culturels puisqu’ils sont détenteurs d’un savoir reconnu par l’État, d’une part, agents de pénétration de la culture urbaine, d’autre part, en raison de leur “position médiane” entre toutes les classes et de leur influence d’“interlocuteurs multiples”8.

Tableau 6 : Professions médicales. Professions médicales : 17 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 8.

Tableau 6 : Professions médicales. Professions médicales : 17 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 8.

68 Légende : (1) ch-d : chirurgien-dentiste ; m : médecin ; ph : pharmacien ; v :vétérinaire. 2nd E : fonction exercée sous le Second Empire. M : un des 27 parlementaires qui s’embarquèrent sur le Massilia le 21 juin 1940.

Répartition socio-professionnelles entre 1871 et 1941 Médecins

Répartition socio-professionnelles entre 1871 et 1941 Médecins
  • 9 Fr. Ant. Mesmer, médecin allemand (1734-1815), cité par J-P. Peter, dans Les intermédiaires cultur (...)
  • 10 Jacques Léonard, op cit, p. 252.

69“Dépositaires de la confiance publique sur ce qui touche de près la conservation et le bonheur des hommes”9 réputés sages, prudents et attentifs aux autres, les praticiens bénéficient d’un prestige - lié au progrès de la science et à la promotion de ses serviteurs, à la renommée de Pasteur, à “la laïcisation et à la démocratisation des problèmes de santé”10 - qui ne cesse de se développer tout au long du XIXe siècle. Ils sont souvent confortés par les félicitations officielles des pouvoirs publics qui souhaitent s’attacher et promouvoir cette profession. Cette considération explique que les populations les choisissent fréquemment pour remplir divers mandats électifs, d’autant qu’ils sont souvent des hommes du pays : dix sur douze sont nés dans leur département d’élection et huit sont nés dans leur circonscription législative, dans le canton qu’ils représentent au conseil général et/ou la ville qu’ils administrent. En outre, ils espèrent en étant élus pouvoir mieux satisfaire leurs ambitions sociales. Si aucun n’entre au gouvernement, toutefois deux ont exercé des responsabilités au temps de la Défense nationale, Achille Testelin (préfet du Nord puis commissaire du gouvernement pour les quarante-cinq départements de la France septentrionale) et Eugène Haynaut (sous-préfet de Montreuil-sur-Mer) et quelques-uns ont joué un certain rôle dans la presse (Eugène Haynaut et Le Petit Béthunois, Achille Testelin et Le Messager du Nord, Gustave Dron et L’Avenir de Tourcoing) ou se sont montrés dynamiques au Palais-Bourbon (Gustave Dron et Paul Défontaine). Témoins de la misère de nombreuses populations et donc souvent préoccupés de l’amélioration de la situation des classes laborieuses, il est normal qu’ils soient quasi unanimement favorables à la République dont l’œuvre sociale (scolaire, sanitaire...) les satisfait d’autant que, de surcroît, le régime (re)construit des facultés ou des écoles de médecine. L’orientation à gauche (gambettiste, radicale, socialiste), traditionnelle chez les médecins, est plus marquée dans le Nord (six sur huit) que dans le Pas-de-Calais où domine le centrisme (six sur huit) et où le bonapartiste Eugène Livois, député et ancien maire de Boulogne-sur-Mer, rappelle les aspects sociaux du Second Empire. Les deux principaux types de médecins sont représentés :

  • celui de campagne, tels Victor Morel ou Edmond Théret, “conseiller au grand cœur à qui les bien portants se confient autant que les malades”11 bien ancrés dans leur pays (cantons de Campagne-les-Hesdin et d’Aubigny-en-Artois) qui ont gravi les différents échelons du cursus politique et dont l’esprit d’ouverture se combine avec la modération politique ;
  • celui de la ville, tels Eugène Haynaut (Béthune), Maurice Deudon (Maubeuge), Gustave Dron (Tourcoing), Léandre Dupré (Roubaix), dont l’orientation à gauche est très nette et qui ont accepté des mandats de maires (Léandre Dupré est adjoint) pour œuvrer concrètement et, espèrent-ils, efficacement au progrès social, incarnant un radicalisme urbain ou un socialisme municipal proches du mouvement ouvrier et profondément réformateurs. Ainsi Eugène Haynaut qui contribue à la conversion des ouvriers, longtemps bonapartistes, à la République bénéficie-t-il de l’appui du syndicat des mineurs en faveur desquels il intervient puissamment lors de la négociation de la Convention d’Arras (1891) qui met fin à une longue grève.

Évolution des effectifs des médecins entre 1871 et 1941

Évolution des effectifs des médecins entre 1871 et 1941
  • 12 Cf. Ronald Hubscher, “Pouvoir vétérinaire et paysans : l’exemple de l’Ardèche au XIXe siècle”, dan (...)

70Les professions médicales sont encore représentées par un pharmacien, deux chirurgiens dentistes et deux vétérinaires. Auguste Selle, pharmacien à Denain, ressemble à bien des égards aux médecins de ville précédemment évoqués : maire et conseiller général, ce socialiste anticlérical encourage les ouvriers métallurgistes à s’organiser (syndicats, coopératives). Les chirurgiens dentistes sont en revanche au centre de l’échiquier politique (républicains de gauche), notamment JosephTillie, maire et conseiller général de Saint-Omer qui poursuit sa carrière sous Vichy. Émile Canda et Jules Viseur, vétérinaires, élus dans le Pas-de-Calais, illustrent la promotion de cette profession qui dispose d’atouts assez semblables à ceux des médecins de campagne : prestige de la formation scientifique, immersion dans la communauté rurale (Émile Canda fut d’abord conseiller d’arrondissement). Souvent membres des sociétés agricoles (Jules Viseur appartient au Cercle agricole du Pas-de-Calais et à la Société d’agriculture de France), ces nouveaux notables bien représentatifs des “couches nouvelles” ont dû aussi surmonter la méfiance des paysans car, chargés par l’administration du contrôle sanitaire (loi de 1881), ils peuvent symboliser à leurs yeux la répression étatique un peu comme les instituteurs12...

C - Les enseignants

71Parmi les parlementaires qui sont des enseignants de profession (douze, soit 3,5 %, dont trois sénateurs), chargés eux aussi de transmettre un savoir et une culture plus ou moins savante à un public plus ou moins nombreux, les professeurs du supérieur qui avaient déjà occupé une place politique éminente sous la monarchie de Juillet constituent le groupe le plus important.

Tableau 7 : Enseignants. Enseignants : 12 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 3

Tableau 7 : Enseignants. Enseignants : 12 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 3

72 Légende : (1) 1 : enseignant du primaire ; 2 : enseignant du secondaire ; s : enseignant du supérieur ; s/1 : enseignant d’école normale.
Colonne A : Bracke-Desrousseaux a été député de la Seine entre 1912 et 1924. Thomas est encore parlementaire sous la Quatrième République.
IVe : fonctions exercées sous la Quatrième République.

Évolution des enseignants entre 1871 et 1941

Évolution des enseignants entre 1871 et 1941
  • 13 Bracke-Desrousseaux n’est maire de Lille que quelques jours en 1929, Debierre y fut adjoint de 189 (...)

73Ils sont six (la moitié de l’effectif), tous élus dans le Nord, dont quatre à Lille, seule ville universitaire de la région (après 1887), deux avant 1889, quatre après dont trois siègent encore après 1919. Un seul enseigne dans un établissement privé, Henri Groussau, professeur de droit à la Catho de Lille, également le seul à ne pas être né dans le département. Trois exercent à Paris, notamment Henri Wallon, professeur d’Histoire à la Sorbonne et Alexandre Bracke-Desrousseaux, professeur de grec aux facultés de Lille et Paris puis directeur à l’École pratique des hautes études ; Théodore Barrois et Charles Debierre occupent une chaire à la faculté de médecine de Lille. Politiquement, ils se partagent également entre la droite modérée, et catholique (Henri Wallon, Constant Groussau) et la gauche radicale anticléricale et maçonnique (Charles Debierre, Alfred Giard) ou socialiste (Alexandre Bracke-Desrousseaux). Aucun n’est conseiller général, aucun n’est maire13, peut-être en raison du prestige suffisant de la profession et du moindre intérêt de cette élite pour les mandats locaux ? En revanche, elle est riche de personnalités “nationales” : Henri Wallon (auteur du célèbre amendement qui permet le compromis constitutionnel de 1875, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts (1875-1876), sénateur inamovible), Alfred Giard (élu du Valenciennois, réputé pour son anticolonialisme et ses préoccupations sociales), Charles Debierre (vice-président du parti radical (1917-1919), sénateur, commissaire aux ar-mées...), Alexandre Bracke-Desrousseaux (haut responsable au POF, à la SFIO - notamment au Populaire -, à l’Internationale socialiste, vice-président de la Chambre des députés (1936)).

  • 14 Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927, p. 105.
  • 15 Antoine Prost, L’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, p. 367.
  • 16 Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p (...)

74L’arrivée plus tardive au parlement d’enseignants moins titrés, - Daniel-Vincent (radical), professeur d’école normale et Louis Myrens (SFIO), professeur du secondaire en 1910-, confirme la thèse d’Albert Thibaudet selon laquelle l’Affaire Dreyfus, la séparation de l’église et de l’État ainsi que la République radicale ont permis la promotion “des petits intellectuels de province, des professeurs de collège”14 qui apparaissent comme “les délégués naturels d’une petite démocratie provinciale”15. L’accession de quatreinstituteurs (un tiers de l’effectif enseignant total) après 1919 correspond à une nouvelle démocratisation du personnel politique à laquelle contribue beaucoup le PCF “avec son personnel neuf et largement prolétarien”16 et qu’illustre bien Clotaire Delourme, fils de cabaretiers, précocement engagé dans le combat pacifiste et syndical (CGTU).

Évolution des effectifs des instituteurs entre 1871 et 1941

Évolution des effectifs des instituteurs entre 1871 et 1941
  • 17 d’après Antoine Prost, op. cit., p. 385 et 390.

75L’engagement politique nettement affirmé à gauche, d’abord dans la presse (Louis Myrens, Eugène Thomas) ou le syndicalisme (Clotaire Delourme, Eugène Thomas), surtout chez les instituteurs avec trois socialistes et un communiste, n’est pas étonnant de la part de ces hommes d’origine modeste (Eugène Thomas et Paul Vantielcke sont fils d’ouvriers, Louis Myrens a été boursier...). D’abord favorables à la République par tradition familiale et sociale et en raison de l’éducation reçue à l’école normale, ils sont ensuite séduits par le socialisme et la solidarité, qu’il propose, avec les plus défavorisés17.

  • 18 Eugène Thomas sera plusieurs fois ministre sous la Quatrième République.
  • 19 Par son milieu (son père était instituteur), sa formation (Ecole normale supérieure de Saint-Cloud (...)

76Ces enseignants du primaire et du secondaire, tous nés dans leur département d’élection (sauf Louis Myrens natif de Montauban), ont tendance à soigner leur implantation puisque la moitié dispose d’un ou plu sieurs mandats locaux. Daniel-Vincent, devenu député contre les notables locaux du parti radical, se fait élire conseiller général de Berlaimont et maire du Quesnoy en 1921. Eugène Thomas et Roger Vantielcke sont respectivement conseillers généraux du Quesnoy et de Calais. Toutefois aucun d’entre eux n’accède au gouvernement18 ni aux bureaux des assemblées à l’exception de Daniel-Vincent, - le plus modéré des six, établi à la jonction des trois niveaux d’enseignement19, dont la carrière ministérielle est remarquable entre 1917 et 1926 avant qu’il siège au Palais du Luxembourg.

D - Les journalistes et publicistes

77Instituteurs à leur manière en tant qu’éveilleurs des consciences politiques et culturelles, les journalistes et les publicistes sont confortés dans ce rôle par la loi du 29 juillet 1881 qui institue la liberté de la presse et consacre leur fonction d’indispensables relais placés “au cœur de la communication des pensées et des opinions par la voie de l’écrit”.

Tableau 8 : Journalistes et publicistes. Journalistes et Publicistes : 14 ; Nord : 12 ; Pas-de-Calais : 2

Tableau 8 : Journalistes et publicistes. Journalistes et Publicistes : 14 ; Nord : 12 ; Pas-de-Calais : 2

Légende : Colonne B, Lalou est boulangiste, Truy est nationaliste. Colonne L, quand aucun titre n’y est indiqué, c’est qu’il s’agit d’une participation dans la presse locale qui concerne également Géry Legrand (Le Progrès du Nord).

Évolution des effectifs journalistes et publicistes entre 1871 et 1941

Évolution des effectifs journalistes et publicistes entre 1871 et 1941
  • 20 Christian Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Naissance et construction d’une profess (...)
  • 21 Actionnaire et rédacteur du Libéral sous la monarchie de Juillet, “mentor” du Progrès du Nord (186 (...)
  • 22 Il a également collaboré au Mémorial de Lille et à L’Écho du Nord sous le Second Empire.

78En outre, “la fréquentation... des autorités politiques, administratives, nationales ou locales confère (à ces intermédiaires culturels) un pouvoir... et une notoriété” qui sont autant d’atouts pour réussir une carrière politique20. C’est ainsi le cas de quatorze parlementaires (4 %, comparables aux 4,1 % de l’Aquitaine) : douze pour le Nord, deux pour le Pas-de-Calais ; trois avant 1889, six entre 1889 et 1919, cinq (autant que les avocats) dans l’entre-deux-guerres. Cinq peuvent être qualifiés de journalistes “nationaux” en raison de leur participation à d’importants titres parisiens, Géry Legrand à L’Illustration, Charles Lalou à La France, Jules Amigues au Temps et au Moniteur ; Jules Guesde a fondé L’Égalité et avec Paul Lafargue, il est le principal vulgarisateur du marxisme en France... Ces trois derniers sont d’ailleurs nés en dehors de la région. Les autres sont surtout connus pour leur collaboration à des organes de presse locaux de gauche, républicains (Hyacinthe Corne21, Gustave Masure22 et Géry Legrand au Progrès du Nord, Ferdinand Lepez à L’Impartial du Nord ou au Guetteur de Valenciennes) ou socialistes (Roger Salengro au Cri du Nord). Pour sept d’entre eux la première profession n’a pas été le journalisme : Georges Barthélémy et Ferdinand Lepez furent d’abord instituteurs, Charles Lalou exploitant agricole, Hyacinthe Corne avocat et magistrat, Paul Lafargue médecin...

79Les deux élus du Pas-de-Calais (Georges Barthélémy et Paul Truy) sont nés dans le Nord, n’ont pas de mandats locaux et leur passage au Palais-Bourbon fut bref. En revanche un quart des parlementaires journalistes du département voisin ont une solide implantation locale, avec trois députés-maires-conseillers généraux dont les deux frères Salengro (Henri à Lomme, Roger à Lille) et un sénateur-maire, Géry Legrand, dans cette même ville dont l’arrondissement d’ailleurs accueille cinq élus comme Paul Lafargue à Lille-Moulins ou Jules Guesde à Roubaix.

  • 23 Hyacinthe Corne élu représentant en 1871 devient sénateur inamovible en décembre 1875.

80Ces quatorze parlementaires, à l’exception de Géry Legrand, sont tous députés23 et situés de plus en plus à gauche avec quatre républicains et sept socialistes (cinq sur cinq après 1919). Toutefois trois “extrémistes” ont réussi à se faire élire : le boulangiste Charles Lalou à Dunkerque en 1889 pour une seule législature ; le nationaliste Paul Truy à Montreuil-sur-Mer en 1902, mais ce dernier fut rapidement invalidé, tout comme le bonapartiste Jules Amigues en 1878 dansle Cambrésis. Certains d’entre eux ont occupé le devant de la scène politique ; Gustave Masure, directeur général adjoint au ministère de l’Intérieur au temps de la Défense nationale, Hyacinthe Corne président du Centre-gauche (1871) et un des artisans des lois constitutionnelles de 1875, mais surtout Jules Guesde (1914-1916) et Roger Salengro (1936) ministres de célèbres gouvernements dans lesquels ils représentaient un des bastions du mouvement ouvrier également riche d’autres parlementaires venus de “la base”.

E - Les militants ouvriers

  • 24 Nous entendons par militants ouvriers des travailleurs manuels à l’origine dont certains ont pu ch (...)

81Dans une région industrielle où les luttes sociales ainsi que l’essor du mouvement syndical et coopératif ont fortement contribué à la prise de conscience d’une identité collective et d’une certaine autonomie ouvrière, il n’est pas étonnant que des militants ouvriers24 soient relativement nombreux à devenir parlementaires : trente neuf, soit 11,5 % de l’ensemble des élus régionaux (l’Aquitaine n’en compte que 1,2 %). Ces députés ont l’avantage pour leur électorat populaire de l’authenticité et de la compétence.

Tableau 9 : Militants ouvriers. Militants ouvriers : 39 ; Nord : 26 ; Pas-de-Calais :13

Tableau 9 : Militants ouvriers. Militants ouvriers : 39 ; Nord : 26 ; Pas-de-Calais :13

Légende : (p) = père, (f) = fils.
Colonne A : Basly a été député de la Seine entre 1885 et 1889.
Georges est député du Loir-et-Cher entre 1924 et 1932, maire de Romorantin.
Sion, Martel, Musmeaux et Ramette sont députés sous la IV e République, les trois derniers cités le sont aussi sous la Ve.
Colonne L : si tous les militants ouvriers ont évidemment une grande activité syndicale, en revanche, leur participation aux organes de presse est inégale.

  • 25 Henri Tolain (1863) ; ce développement s’inspire de Pierre Rosanvallon, op cit, chap. 2, Le temps (...)
  • 26 Michel Vovelle, dans Les intermédiaires culturels, op cit, p. 14.

82Ils sont toujours fils d’ouvriers (sauf Henri Durre) et très souvent nés au milieu de leurs camarades dans des centres industriels ; quelques-uns toutefois sont issus du prolétariat rural ou ont d’abord travaillé aux champs (Louis Cadot, Gustave Dubled, Richard Georges, Alfred Maës). Entrés très jeunes dans la vie active (au moins 50 % entre dix et treize ans et notamment douze mineurs sur quinze), parfois orphelins précoces (Louis Brodel, Louis Cadot, Henri Durré, Eugène Fiévet, Arthur Ramette...), ils ont une connaissance intime de la condition ouvrière, des véritables ressources et besoins du prolétariat ; autodidactes pour la plupart, ils ont cependant bénéficié des progrès de l’instruction. Ces éléments les autorisent à contester la prétention au monopole de la compétence des notables républicains dont ils regrettent la fréquente “myopie sociale”25. Ils remplissent donc une double fonction d’incarnation et “de porte-parole d’une autre culture, celle de la révolte populaire”26 et cela avant même d’être parlementaires.

83Ces trente neuf élus se répartissent ainsi : treize dans le Pas-de-Calais, dont dix mineurs et vingt-six dans le Nord, dont onze ouvriers du textile et cinq mineurs. Les autres secteurs n’ont qu’un élu (imprimerie, menuiserie, manutention portuaire, chemins de fer) ou deux (cuirs et peaux, métallurgie, confiserie).

Répartition socio-professionnelle : Les militants ouvriers

Répartition socio-professionnelle : Les militants ouvriers
  • 27 Yves-Marie Hilaire, Joëlle Bourgeois, « Les militants ouvriers des années trente », dans M. Gillet (...)

84Tous entrent au parlement après 1889, mais surtout après 1919, - vingt-six - soit 68 % du groupe qui est dans cette période, et de loin, le plus important parmi les intermédiaires culturels (il n’y a alors que cinq avocats, cinq journalistes...). En 193627 où ils comptent sept nouveaux élus, les militants ouvriers constituent 36 % de la représentation régionale au Palais-Bourbon (quatorze élus sur trente neuf).

Évolution des effectifs des militants ouvriers entre 1871 et 1941

Évolution des effectifs des militants ouvriers entre 1871 et 1941
  • 28 Louis Alfred Delcluze en délicatesse avec la SFIO siège au Palais-Bourbon parmi les Républicains s (...)

85Tous sont à gauche avec trente socialistes (POF, indépendants, SFIO)28 et neuf communistes (dont huit dans le Nord et cinq élus en 1936). Cet engagement qui correspond à un sentiment de révolte se manifeste d’abord sur leurs lieux de travail où ils commencent à acquérir une certaine autorité en prenant la tête de la protestation contre les conditions de travail, la faiblesse des salaires ou le chômage par :

  • L’organisation de grèves : Émile Basly et Arthur Lamendin dans les mines d’Anzin en 1884, Alfred Maës dans celles de Lens en 1906, Cyprien Quinet dans celles de Carvin en 1919, Gustave Barra parmi les dockers de Dunkerque en 1926, Augustin Desoblin parmi les cheminots du dépôt d’Aulnoye en 1910...
  • La fondation de syndicats ou un militantisme actif : tous les élus mineurs du Pas-de-Calais sont étroitement liés à leur syndicat départemental que président Émile Basly puis Alfred Maës ; Gustave Delory fonde le syndicat des filtiers de Lille (1879), Charles Saint-Venant (père) celui des ouvriers confiseurs de Lille (années 1880), Alfred Delcluze et Émile Salembier celui des ouvriers tullistes de Calais (années 1880), Ernest Plet le même à Caudry (1890), Louis Masson celui des typographes de Lille (années 1890), Arthur Musmeaux celui des métallurgistes de Raismes (1920) ; Arthur Rainette est secrétaire de ce même syndicat à Caudry (1919), Ephrem Coppeaux est secrétaire de l’union locale CGT de Fourmies (années 1900) ;
  • L’intérêt tout particulier que portent certains ouvriers mineurs aux problèmes de sécurité (Uriane Sorriaux et Alfred Maës au début du siècle) ou de retraite (Jacques Louart, “le père des pensionnés” après la première guerre mondiale) ;
  • L’organisation de comités ou de manifestations de chômeurs (Sulpice Dewez au début des années trente).
  • 29 J. Nicolas, dans Les intermédiaires culturels, op cit, p. 305
  • 30 Cf. J. Lorcin, ibidem, p. 662. Voir aussi dans Cent ans de socialisme septentrional, Bernard Ménag (...)

86Ces activités syndicales qui les conduisent à prendre des responsabilités dans les bourses du travail (Gilbert Declercq à Halluin, Ernest Plet à Caudry, Charles Saint-Venant à Lille...) sont souvent prolongées par la participation à la franc-maçonnerie (Émile Basly, Henri Cadot, Arthur Lamendin, Alfred Maës) ou à des sociétés de libre pensée (Henri Durré, Eugène Fiévet, Émile Salembier), ainsi que par l’adhésion précoce au POF, à la SFIO ou au PCF, et les amènent à écrire dans la presse de ces diverses associations : Gustave Delory et Le Forçat ou Le Travailleur, Jean-Baptiste Lebas et La Bataille, Augustin Desoblin et Le Réveil ouvrier, Arthur Musmeaux et Le Tuyau... Ce militantisme leur vaut souvent d’être licenciés, voire inquiétés par la police et la justice (Alfred Delcluze, Sulpice Dewez, Arthur Ramette) ; aussi pour survivre doivent-ils trouver un autre métier tout en continuant la lutte : employé municipal dans une ville administrée par leurs amis politiques (Jean-Baptiste Lebas à Roubaix), gérant de coopérative (François Lefebvre, Auguste Parsy, Paul Sion, Alphonse Tellier) ou de journal (Gustave Delory), permanent syndical (tous les élus mineurs du Pas-de-Calais, Arthur Musmeaux...) ou politique (Louis Brodel, Charles Saint-Venant fils). Certains jouent même un rôle important au niveau du pays : Louis Martel siège à la fédération nationale du sous-sol CGTU et CGT, Jean-Baptiste Lebas est trésorier de la SFIO, Arthur Ramette est membre du comité central du PCF, puis président du groupe ouvrier et paysan français qui remplace à l’automne 1939 le groupe communiste dissout. D’autres travaillent dans le commerce (quatre) ou encore ouvrent un débit de boissons qui devient souvent un foyer de propagande ; c’est le cas pour au moins neuf élus dont Émile Basly, Gustave Delory, Alfred Delcluze, Albert Inghels, Émile Salembier... Le cabaret permet d’échapper aux modèles réguliers de la société établie et de les contester ; “espace social de l’échange”29 il est aussi un lieu de médiation culturelle surtout lorsqu’il est fréquenté par des ouvriers belges satisfaits que la langue flamande y soit comprise, ainsi chez Louis Briffaut à Wattrelos ou chez la belle-mère de Gustave Dubled à Wasquehal. Dans le même ordre d’idées, la mobilité géographique de quelques-uns (Émile Basly a séjourné à Paris, Alphonse Tellier a d’abord travaillé à Amiens, Richard Georges en Sologne, Louis Brodel en Pologne russe et en Roumanie, Jacques Louart s’est exilé un temps aux USA...) leur permet de connaître d’autres milieux, d’autres cultures et contribue sans doute à l’éveil de leur vocation de militant30.

  • 31 C’est aussi le cas d’Albert Inghels et de Uriane Sorriaux. Ces députés ouvriers se sont dans l’ens (...)

87Ces ouvriers devenus députés sont très majoritairement désignés par des arrondissements miniers et industriels : d’abord par ceux de Lille et de Béthune (onze élus chacun, dont un seul communiste), puis de Valenciennes (quatre élus dont deux communistes), de Douai (trois élus dont deux communistes) et de Boulogne (deux élus à Calais). Cinq arrondissements n’en désignent aucun : Arras, Montreuil-sur-Mer, Saint-Omer, Saint-Pol-sur-Ternoise et Hazebrouck. L’implantation locale de ces parlementaires est forte : vingt quatre (63,1 %) sont maires dont dix ouvriers du textile et trois mineurs ; ils administrent notamment les quatre plus grandes villes de la région : Lille (Gustave Delory et les deux Saint-Venant), Roubaix (Jean-Baptiste Lebas), Tourcoing (Albert Inghels), Calais (.Alfred Delcluze et Émile Salembier), mais aussi d’importants centres comme Lens (Émile Basly, Alfred Maës), Liévin (Arthur Lamendin), Caudry (Fiévet et Ernest Plet), Fourmies (Ephrem Coppeaux), Denain (François Lefebvre), Bruay-en-Artois (Henri Cadot), Lillers (Alphonse Tellier) ou encore des cités à la périphérie de la métropole lilloise telles que Halluin (Gilbert Declercq), Lomme (Eugène Dereuse), Wasquehal (Gustave Dubled), Wattrelos (Henri Briffant). Là ils peuvent développer un socialisme municipal ; en outre leur conduite pendant la première guerre mondiale est caractérisée par la proximité avec leurs administrés et par le patriotisme : Émile Basly, Henri Briffaut, Ephrem Coppeaux, Arthur Lamendin, Gustave Delory et Jean-Baptiste Lebas, ces deux derniers étant même internés et déportés31. Dix-huit sont conseillers généraux et treize cumulent ce mandat avec celui de maire (Émile Basly, Alfred Delcluze, Albert Inghels, Arthur Lamendin, Jean-Baptiste Lebas, les deux Saint-Venant...). Douze sont conseillers d’arrondissement dont trois sont aussi maires (Jacques Louart à Sallaumines, Lucien Raux à Onnaing et Gustave Dubled à Wasquehal). Cet enracinement est surtout le fait des socialistes puisque les communistes n’ont aucun mandat local dans le Pas-de-Calais et seulement six dans le Nord : deux maires (Gilbert Declercq et Lucien Raux), deux conseillers généraux (Sulpice Dewez et Arthur Rainette) et deux conseillers d’arrondissement (Arthur Musmeaux et Lucien Raux).

88L’activité de ces militants dont un seul - Henri Cadot - siège quelque temps au Sénat est inégale. Nombreux parmi eux sont les “députés du rang” dont le rôle parlementaire est pour le moins effacé et se résume à la présence dans quelques commissions, notamment celles des mines ou des dommages et réparations de guerre, et à un intérêt soutenu pour la législation sociale. Quelques-uns se montrent plus dynamiques et interviennent à la tribune comme Augustin Desoblin, Sulpice Dewez ou Arthur Rainette qui est secrétaire de la Chambre des députés entre 1936 et 1939. Un seul devient ministre, Jean-Baptiste Lebas, mais dans des départements importants (Travail, PTT) et dans des gouvernements emblématiques pour la classe ouvrière (Front populaire de 1936-1937).

89(Voir Carte 4 : Arrondisements d’élection des parlementaires militants ouvriers, p. 339)

90L’évolution de la représentation parlementaire régionale de ces différents groupes professionnels correspond globalement dans un premier temps à celle de l’ensemble national avec la prédominance des professions juridiques et d’abord des avocats. À partir de 1889, le Nord-Pas-de-Calais se distingue par une montée en puissance remarquable des militants ouvriers qui, après 1919, remplacent les avocats à la première place, illustrant bien la spécificité populaire et industrielle de la région ainsi que la démocratisation du personnel politique français.

Évolution des effectifs des professions les plus représentées de 1871 à 1940

Évolution des effectifs des professions les plus représentées de 1871 à 1940

3. Des hommes d’influence et de reconnaissance

91Indépendamment des associations liées à l’exercice de la profession, les parlementaires disposent de moyens d’influence divers grâce à leur insertion dans le tissu associatif local ou national, qu’il soit de type caritatif, philanthropique, ludique ou culturel. Les réseaux de sociabilité confortent leur pouvoir social. L’importance de l’investissement dans les associations, les choix opérés, dépendent en partie des attitudes religieuses pouvant conditionner un engagement militant au service d’une foi ou d’une idéologie à laquelle ils sont attachés, mais qui permet aussi de bâtir ou de consolider une carrière politique.

A - Un catholicisme majoritaire confronté à une libre pensée d’importance moyenne

Les attitudes religieuses

Les attitudes religieuses

Les chiffres mis entre parenthèses correspondent à une absence de renseignements

  • 32 Danièle Delmaire, Les communautés juives septentrionales, 1791-1939. Naissance, croissance, épanou (...)
  • 33 Y.-M. Hilaire, dir., Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1982, p (...)

92La répartition des attitudes religieuses fait apparaître un premier constat : la faiblesse des minorités religieuses. Aucun élu n’est de confession juive32. Émile Weill-Mallez, petit-fils d’un tisserand autrichien, est sans doute d’ascendance juive, mais il se situe dans la famille des librespenseurs. La petite communauté locale qui se développe sous la Troisième République n’a pas l’influence qui lui permettrait d’avoir des élus. Les protestants ne sont que 2 %, localisés uniquement dans le département du Nord. Ils sont, il est vrai, peu nombreux dans la région qui comptait 11 000 fidèles en 190433. Les parlementaires les plus notables sont le comte Roger du Nord, sénateur inamovible, et Albert Seydoux, issu d’une famille de grands industriels du Cateau dont l’un des membres fut député sous le Second Empire. Les catholiques constituent donc 58 % de l’échantillon global, mais 77 % si l’on défalque les non-réponses. Encore convientil de préciser que les baptisés dans la religion catholique s’étant affirmés ensuite libres-penseurs n’ont pas été comptabilisés avec eux. Les catholiques sont un peu plus nombreux dans le Pas-de-Calais en ne retenant que les fiches remplies (83 % contre 73 % dans le Nord). Leur pourcentage est en baisse constante. En ôtant les non-réponses afin d’éliminer les variations chronologiques, il passe de 96 % (1871-1888) à 71 % (1889-1918) puis à 50 % (1919-1940). Cette chute est imputable à la montée de la Gauche républicaine mais surtout radicale et socialiste. La corrélation est quasi totale entre le catholicisme et l’appartenance à la Droite antirépublicaine puis républicaine. On ne compte en revanche que quatre catholiques dans l’échantillon socialiste, mais l’importance des non-réponses parmi eux (39 %) provoque l’embarras des enquêteurs. Un constat semblable peut être fait pour le personnel radical ou centriste. Il révèle les limites d’une libre pensée nettement affirmée dans la région Nord-Pas-de-Calais. Elle se situe à 14 %, et, si on ôte les non-réponses, à 19 %. Quasi inexistante au début de la Troisième République, elle culmine à 25 % de l’échantillon global dans l’entre-deux-guerres (46 % des réponses), pourcentage voisin de celui du catholicisme. Cette tardive montée en puissance est la conséquence de la poussée socialiste et communiste. 66 % des élus communistes et 51 % des socialistes sont des libres-penseurs affirmés. Les radicaux sont en retrait (19 % et si l’on ne tient compte que des réponses reçues 36 %) malgré l’engagement militant de plusieurs leaders.

  • 34 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République, op. cit., p. 147.

93L’appartenance à la franc-maçonnerie et les obsèques civiles sont des critères permettant de mieux mesurer l’engagement anticlérical voire antireligieux, l’adhésion aux sociétés de libre pensée étant plus difficilement comptabilisable. 8 % seulement des parlementaires ont adhéré à la franc-maçonnerie (12 % en défalquant les non-réponses), soit moins qu’en Aquitaine où le taux d’adhésion varie entre 16 % et 19 %34. Le pourcentage est plus important dans le Pas-de-Calais. La faiblesse initiale s’explique non seulement par le poids des élus de droite mais aussi par la renaissance tardive des loges, contemporaine des années quatre-vingts. Achille Testelin, membre de la loge “La Fidélité” en 1848 et fondateur de “L’Étoile du Nord” en 1878, fait figure de pionnier. Le quadrillage urbain des loges se traduit par une poussée des parlementaires francs-maçons dans les années 1889-1918 (12 %) mais elle est interrompue dans l’entre-deux-guerres (7,5 %). La remontée de la droite et l’irruption de la Gauche communiste hostile à une organisation jugée trop bourgeoise expliquent ce recul. C’est parmi les élus socialistes que l’adhésion est la plus fréquente (23 %) malgré l’hostilité initiale des guesdistes interdisant l’adhésion avant 1911. La Gauche radicale est moins franc-maçonne (14 %) malgré le rôle éminent de Charles Debierre, président du Conseil du Grand-Orient de France de 1911 à 1919, et l’adhésion de personnalités influentes (Eugène Canu, Alfred Giard, Eugène Haynaut, Ferdinand Lepez). Les campagnes d’intimidation de la presse conservatrice ou catholique n’hésitant pas à publier des listes de francs-maçons et multipliant les campagnes de dénigrement ont peut-être freiné leur élection. Ceux-ci restent malgré tout influents dans la presse (ils gèrent deux grands quotidiens, Le Progrès du Nord et Le Réveil du Nord) et dans les assemblées locales. Ansart Raux du Fiesnet et Achille Testelin ont présidé les conseils généraux du Pas-de-Calais et du Nord, Eugène Canu et Jean-Baptiste Trystram ont exercé les fonctions de vice-président dans chacun de ces conseils.

94La proportion d’obsèques civiles est plus importante que l’appartenance à la franc-maçonnerie (14 % et même 17 % en défalquant les non-réponses), le Nord devançant cette fois le Pas-de-Calais (17,5 % et 7 %). Rarissimes au début, elles augmentent de 1889 à 1914 (16 %) pour s’effondrer pendant la première guerre mondiale, connaître ensuite un essor spectaculaire (31 %) avant un nouveau recul pendant la seconde guerre mondiale et une autre remontée après 1945. Les variations conjoncturelles sont donc importantes et les clivages identiques à ceux de la franc-maçonnerie à l’exception de la Gauche communiste qui rejoint cette fois la Gauche socialiste.

B - Une minorité de catholiques militants très actifs

95Le catholicisme demeure donc l’élément majoritaire. Pour beaucoup d’élus, il demeure une affaire privée et la pratique religieuse est sans doute très inégale. Mais une minorité affirme son catholicisme en politique de diverses manières : elle constitue 14 % du corpus global des parlementaires et 25 % de celui des catholiques. Cette proportion s’affaiblit régulièrement (27 % de 1871 à 1888, 18 % de 1889 à 1918, 5 % environ de 1919 à 1940). À la diminution du poids global des catholiques s’ajoute la baisse du militantisme qui ne représente plus dans l’entre-deux-guerres que 16 % de l’échantillon catholique La Droite républicaine s’affirme moins sur le terrain religieux (20 %) que la Droite antirépublicaine en raison des apports venus du camp laïc.

96L’engagement présente divers aspects. Certains parlementaires œuvrent à la défense religieuse en s’opposant à la législation anticléricale. Constant Groussau est l’avocat des congrégations et aurait même conseillé le Vatican lors de la crise de la Séparation de l’Église et de l’État. Les Plichon, Cochin, Thellier de Poncheville secondent ses efforts. Félix Leroy et Léon Maurice ont été révoqués de la magistrature pour opposition aux décrets de 1880 sur les congrégations. La fondation ou l’entretien de la presse catholique est une arme non négligée (Eugène de Diesbach, Charles Kolb-Bernard, Auguste Paris). Parmi eux, quelques parlementaires se sont mobilisés pour la défense du pouvoir temporel du pape (Louis Dubrulle, Charles Kolb-Bernard, Charles de Mérode). Victor Hamille, ancien directeur des Cultes sous le Second Empire, est un intercesseur désigné pour les demandes de subventions.

97Un certain nombre d’élus se consacrent aux œuvres. On les retrouve à la présidence de conseils de fabriques (.Alfred Dupont, Nicolas Maurice, Jules Pajot, Auguste Paris, Charles Thellier de Poncheville). Ils peuvent aussi s’investir dans des œuvres de piété. Eugène de Diesbach organise le pèlerinage des représentants à Paray-le-Monial (1873), Louis Nicolle participe au Congrès eucharistique de 1930. Les organisations caritatives ont mobilisé de nombreux parlementaires catholiques, surtout la Société de Saint-Vincent-de-Paul (Charles Kolb-Bernard, son fondateur, Anatole de Melun, Charles Thellier de Poncheville). La participation aux Congrès catholiques du Nord-Pas-de-Calais consacre ce type d’engagement (Eugène de Diesbach, Henry Dard, Charles Thellier de Poncheville).

  • 35 J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire (1853-1928), Paris, Casterman, 1968.

98L’action sociale est un autre volet du militantisme catholique. Les catholiques de la région sont profondément marqués par le catholicisme social, et parmi eux plusieurs patrons. Il inspire la création de sociétés de secours mutuels (Alphonse Bergerot, Edmond-Marie Lefebvre du Prëy, Eugène Motte, Louis Morcrette-Ledieu, Paul Le Gavrian), de sociétés de prévoyance (Anatole de Melun), ou de coopératives (Ernest Loyer, Auguste Lepoutre). Le rayonnement de l’abbé Lemire35 pousse ses disciples à s’engager dans le syndicalisme chrétien (Charles Coutel) ou en politique dans la Démocratie chrétienne (Gabriel Planche).

99Le militantisme catholique est donc source d’influence pour un certain nombre d’élus à travers le maillage de multiples associations, mais il peut aussi être un obstacle dans des zones électorales anticléricales et expliquer des échecs précoces (Charles Thellier de Poncheville). Les catholiques n’ont d’ailleurs pas le monopole de la bienfaisance, et les candidats de tout parti ont pu capitaliser leur engagement dans des œuvres humanitaires non confessionnelles. Les fiches de l’enquête contiennent à cet égard de multiples renseignements mais difficilement comptabilisables.

C - Un pouvoir culturel inégal et multilatéral.

100Les parlementaires exercent indépendamment de leurs convictions religieuses un pouvoir culturel mesurable à divers paramètres.

Rôle culturel des élus

Rôle culturel des élus

101L’appartenance à des sociétés savantes est très minoritaire (11 %) et reflète la société du XIXe siècle (17 % de 1871 à 1888, 0,5 % de 1919 à 1940). La Droite antirépublicaine, la Gauche républicaine de la fin du XIXe siècle, la Droite républicaine ensuite regroupent l’essentiel des élus concernés. Ces derniers sont présents dans divers types de société : les Académies provinciales (Auguste Paris, Édouard Sens, Charles Wartelle de Retz à Arras, Ferdinand Farjon et Eugène Livois à Boulogne, Maxime Lecomte à Amiens), mais aussi les sociétés savantes classiques. Jules Maurice préside la Société des sciences et arts du Nord, Théodore Barrois et Louis Nicolle, la Société des sciences de Lille, Ferdinand Farjon, la Société de géographie de Dunkerque, Léon Maurice, la Société des amis des arts de Douai-Cambrai. Alfred Dumont a créé l’Union Faulconnier de Dunkerque. Les Lefebvre du Prëy sont actifs au sein de la Société des antiquaires de la Morinie créée par leur aïeul Lefebvre-Hermant. L’appartenance à des sociétés comme le Comité flamand de France ou l’Union Faulconnier est l’occasion d’affirmer un certain régionalisme (Alphonse Bergerot, Henri Cochin). D’autres élus ont joué un rôle au sein de sociétés nationales tels le général Jung, président du Cercle littéraire “La Plume et l’Épée” ou Adolphe Vincent président de “l’Association nationale des amis de Sainte-Beuve”. Louis Legrand et Charles Thellier de Poncheville ont été secrétaires de la section “Histoire et Littérature” de la Société nationale des sciences, arts et agriculture. La célébrité a permis à quelques élus d’accéder à l’Institut : Henri Cochin et Henri Wallon ont été membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Alfred Giard de l’Académie des sciences. Enfin Alexandre Ribot et Charles Jonnart ont été reçus à l’Académie française en 1906.

102L’insertion dans les sociétés savantes est souvent liée à des travaux de recherche et à des publications variées. 20 % des élus ont publié autre chose que leurs discours parlementaires, le Nord devançant le Pas-de-Calais (22 % et 17 %). Les ouvrages juridiques sont logiquement nombreux, mais on relève aussi des contributions scientifiques, médicales et même, plus rarement, littéraires ou historiques. Les publications de type idéologique se rencontrent plutôt chez les parlementaires de gauche. Les exemples sont trop divers pour être cités ici. Ce type d’activité chez les futurs parlementaires ou pendant l’exercice de leurs mandats diminue nettement sous la Troisième République. De 37 % pendant la période 1871-1888, la proportion s’abaisse à 21 % de 1889 à 1918 et à 7 % de 1919 à 1940. Il traduit un type de comportement propre au milieu culturel des élites politiques bourgeoises du XIXe siècle battu en brèche par le processus de démocratisation du recrutement de ces élites.

103L’étude du rôle des élus dans la presse ne permet pas un constat analogue. S’il s’agit encore d’un pouvoir culturel, il permet d’exercer une influence politique directe et s’adapte au processus de démocratisation. À l’heure où elle atteint son apogée dans la vie politique française, il est logique que bon nombre de parlementaires investissent de leur temps ou de leur argent à son service. 21 % ont joué un rôle dans la presse, pourcentage voisin dans les deux départements (22 % dans le Nord et 20 % dans le Pas-de-Calais), et sans grandes variations au long de la Troisième République, avec toutefois une petite pointe de 1889 à 1918. Les socialistes sont les plus actifs (49 %), le journal politique ou syndical constituant un outil idéologique de premier plan. À un niveau intermédiaire, se situent la Droite antirépublicaine et la Gauche républicaine, disposant d’armes égales dans le grand affrontement des débuts de la République (18,6 % et 19,1 %). Le Centre et Centre-droit sont en retrait (13 %). La Droite républicaine et la Gauche radicale se situent au bas de l’échelle à cause d’une concentration plus grande des organes de presse.

104L’investissement dans la presse est inégal et divers. Quelques parlementaires sont propriétaires (actionnaires) de journaux qu’ils ont parfois fondés tels Léon Abrami (L’Émancipateur), Edmond Ansart Raux du Fiesnet (Le Libéral). Georges Barthélémy (Le Pas-de-Calais libéré, journal des sinistrés), Théophile Depreux (Le Libéral de Cambrai), Ferdinand Lepez (Le Guetteur de Valenciennes). Émile Moreau (L’Idée républicaine), Auguste Paris (Le Pas-de-Calais), Jean-Baptiste Trystram aîné (Le Phare de Dunkerque). Charles Kolb-Bernard a acheté Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais sous un prête-nom. D’autres sont actionnaires des sociétés éditrices : Eugène de Diesbach (Le Pas-de-Calais), Geoffroy de Montalembert et Georges Vandame (La Dépêche). Félix Le Roy préside le Conseil d’administration de ce journal. Ce type de situation se rencontre plutôt chez les élus de droite. D’autres parlementaires sont directeurs de journaux : Henri Cadot (La Tribune), Raymond Gernez (L’Espoir, hebdomadaire du Cambrésis), Maximilien Maillet (Le Nouvelliste d’Avesnes). Gabriel Planche (Le Cri des Flandres), Eugène Thomas (La Voix de l’Avesnois). Cette fonction concerne parfois des organes nationaux : Alfred Giard (La Réforme). Émile de Marcère (Le Soir), Charles Lalou (La France). Certains se contentent d’être rédacteurs en chef : Maurice Camier (L’Avenir de Cambrai). Ferdinand Lepez (L’Impartial). Louis Mill préside le Conseil de surveillance du Temps. La plupart sont malgré tout simples rédacteurs, notamment les socialistes qui collaborent au Réveil du Nord (Émile Basly, Pierre Delcourt, Henri Ghesquière, François Lefebvre). Le Mémorial Artésien a bénéficié du concours de Louis Devaux et de Célestin Jonnart, Le Petit Béthunois de celui d’Eugène Haynaut. La Croix du Nord et L’Écho de la Frontière ont ouvert leurs colonnes à Charles Thellier de Poncheville. Quelques élus ont enfin collaboré à des revues ou à des journaux parisiens tels Cochin et Claude de Corcelles au Correspondant.

D - Des distinctions honorifiques bien partagées

Les parlementaires décorés

Les parlementaires décorés

105Les distinctions honorifiques résument bien l’influence sociale des élus aussi bien dans le tissu associatif qu’au niveau de l’exercice de la profession et de ses prolongements. L’analyse prend en compte l’ensemble des décorations, la Légion d’honneur occupant la place essentielle. 54 % des parlementaires sont décorés, le Nord étant plus favorisé que le Pas-de-Calais (56 % et 50 %). Ce taux est en augmentation constante (de 51 % à 60 %). Contrairement aux idées reçues, les faveurs ne sont pas réservées aux fidèles du régime et la République a su rompre avec les pratiques du Second Empire. La Droite antirépublicaine l’emporte nettement sur la Gauche républicaine parce qu’elle bénéficie de l’antériorité et de la notoriété de ses élus ayant conquis leurs grades avant 1870. La Droite républicaine fait ensuite presque jeu égal avec la Gauche radicale-socialiste. Les Gauches socialistes et communistes sont certes en net retrait, mais elles ont un pourcentage important de décorés, la plupart en raison de leur conduite pendant les deux guerres. Vingt-quatre parlementaires furent décorés pour leur conduite au front ou à l’arrière pendant la première guerre mondiale : dix-sept obtinrent la Légion d’honneur à titre militaire (s’ajoutant dans dix cas à la Croix de guerre), huit autres la Croix de guerre et un fut décoré de la Médaille de la Reconnaissance française. Les élus payent d’un lourd tribut l’occupation allemande et leur résistance aux exigences de l’ennemi : seize furent emprisonnés et onze d’entre eux déportés en Allemagne comme otages ou résistants. Trois (Paul Defontaine, Henri Ghesquière et Uriane Sorriaux) moururent des suites de leur captivité. Il convient d’ajouter à ce martyrologe les victimes de la seconde guerre mondiale : dix parlementaires tués au front, dans les combats de la Résistance ou morts en déportation.

***

106Ce patriotisme des élus se manifestait déjà lors de la guerre de 1870 qui vit l’engagement, pour la plupart volontaire, de quatorze d’entre eux. L’importance des élus du Nord-Pas-de-Calais décorés qu’il conviendra de mettre ultérieurement en perspective avec celle des autres régions illustre l’intégration des élites régionales de toutes tendances dans le modèle républicain.

Notes

1 Marc Vénard, dans Les intermédiaires culturels, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1981, p. 157 et 651.

2 Jean Lorcin, ibidem, p. 457-458.

3 Yves-Henri Gaudemet, Les Juristes et la Vie politique de la IIIe République, Paris, PUF, 1970.

4 Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable, Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, NRF-Gallimard, 1998, p. 206 et 208.

5 Pierre Guiral, Guy Thuillier, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1980, p. 35.

6 Henri Lozé s’engage ensuite dans la diplomatie. Roger du Nord et Tircuy de Corcelle ont été eux aussi diplomates mais sous d’autres régimes : ce sont d’abord des propriétaires qui n’ont donc pas été comptés parmi les hauts fonctionnaires, même si le dernier cité reprend du service en 1873.

7 Jean-Paul Barrière, “Le notaire au XIXe siècle, médiateur et notable ?”, dans Entre pouvoirs locaux et pouvoirs centraux : Figures d’intermédiaires, Paris, Bulletin de la SHMC, 1998, 3 et 4, p. 55.

8 Jacques Léonard, La vie quotidienne des médecins de province au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1977, p. 258.

9 Fr. Ant. Mesmer, médecin allemand (1734-1815), cité par J-P. Peter, dans Les intermédiaires culturels, op cit, p. 148.

10 Jacques Léonard, op cit, p. 252.

11 Dictionnaire des Parlementaires français (1889-1940), Jean Jolly (dir), Paris, PUF, 1977. p. 3072.

12 Cf. Ronald Hubscher, “Pouvoir vétérinaire et paysans : l’exemple de l’Ardèche au XIXe siècle”, dans La terre et la Cité, Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, p. 85-93.

13 Bracke-Desrousseaux n’est maire de Lille que quelques jours en 1929, Debierre y fut adjoint de 1896 à 1904.

14 Albert Thibaudet, La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927, p. 105.

15 Antoine Prost, L’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, p. 367.

16 Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p. 323.

17 d’après Antoine Prost, op. cit., p. 385 et 390.

18 Eugène Thomas sera plusieurs fois ministre sous la Quatrième République.

19 Par son milieu (son père était instituteur), sa formation (Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, docteur es lettres) et sa profession (inspecteur du Primaire, professeur d’école normale).

20 Christian Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999, p. 20 et 156.

21 Actionnaire et rédacteur du Libéral sous la monarchie de Juillet, “mentor” du Progrès du Nord (1866-1867), publiciste et conférencier.

22 Il a également collaboré au Mémorial de Lille et à L’Écho du Nord sous le Second Empire.

23 Hyacinthe Corne élu représentant en 1871 devient sénateur inamovible en décembre 1875.

24 Nous entendons par militants ouvriers des travailleurs manuels à l’origine dont certains ont pu changer de métier mais qui ont tous exercé des responsabilités politiques et/ou syndicales ; nous y intégrons Henri Durré, d’abord employé de commerce, militant du POF puis de la SFIO.

25 Henri Tolain (1863) ; ce développement s’inspire de Pierre Rosanvallon, op cit, chap. 2, Le temps de la séparation ouvrière, p. 65-99.

26 Michel Vovelle, dans Les intermédiaires culturels, op cit, p. 14.

27 Yves-Marie Hilaire, Joëlle Bourgeois, « Les militants ouvriers des années trente », dans M. Gillet, Y.-M. Hilaire, op. cit., p. 161-183.

28 Louis Alfred Delcluze en délicatesse avec la SFIO siège au Palais-Bourbon parmi les Républicains socialistes.

29 J. Nicolas, dans Les intermédiaires culturels, op cit, p. 305

30 Cf. J. Lorcin, ibidem, p. 662. Voir aussi dans Cent ans de socialisme septentrional, Bernard Ménager, Jean-François Sirinelli, Jean Vavasseur-Desperriers (dir), Villeneuve d’Ascq, CHRN, 1995, les communications de Claude Willard, Bernard Ménager, Stéphane Clouet. Christophe Prochasson.

31 C’est aussi le cas d’Albert Inghels et de Uriane Sorriaux. Ces députés ouvriers se sont dans l’ensemble montrés favorables à l’Union sacrée et plusieurs futurs élus ont été de valeureux combattants comme Eugène Dereuse et Sion présents à Verdun.

32 Danièle Delmaire, Les communautés juives septentrionales, 1791-1939. Naissance, croissance, épanouissement, Lille 3, Thèse de doctorat d’État, 1998.

33 Y.-M. Hilaire, dir., Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1982, p. 136.

34 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République, op. cit., p. 147.

35 J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire (1853-1928), Paris, Casterman, 1968.

Table des illustrations

Titre Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Répartition socio-professionnelle des parlementaires, à l’intérieur de la catégorie “intermédiaires culturels” entre 1871 et 1940. Les professions juridiques
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 1 : Avocats : 44. Nord : 25 ; Pas-de-Calais : 19.
Légende Legende : Colonne Il : A - ambassadeur ; V = role important clans le régime de Vichy : Colonne G : i = intérimaire. Légende des tableaux : Les noms des parlementaires du Nord sont écrits en lettres normales (ex : Cardon) ; ceux des élus du Pas-de-Calais sont en italiques (ex : Abrami).Les parlementaires dont le nom est suivi de ce signe * ont déjà siégé avant 1871 (ex : Corne *).Colonne A = périodes des mandats : 1 :1871-1889 ; 2 :1889-1919 ; 3 :1919-1940.Colonne B = orientations politiques : 1 : droite antirépublicaine ; 2 : gauche républicaine avant 1889 ; 3 : droite républicaine (libéraux, catholiques, ralliés...) ; 4 : centre (favorable à la République) ; 5 : gauche non socialiste (radicaux socialistes...) ; 6 : gauche socialiste ; 7 : gauche communiste.Colonne C = rôle important au temps de la Défense nationale (septembre 1870-février 1871).Colonne D = présence au gouvernement.Colonne E = conseiller d’arrondissement ; P1 ou VP1 signifient président ou vice-prési dent.Colonne F = conseiller général.Colonne G = maire ; a signifie adjoint au maire.Colonne H = député ; inv signifie invalidé.Colonne I = sénateur ; in signifie inamovible.Colonne J = arrondissements d’élection (à la première élection) : 1 : Avesnes-sur-Helpe ; 8 : Arras ; 2 : Cambrai : 9 : Béthune ;3 : Douai : 10 : Boulogne-sur-mer ; 4 : Dunkerque ; 11 : Montreuil-sur-mer : 5 : Hazebrouck : 12 : Saint-Omer ; 6 : Tille ; 13 : Saint-Pol-sur-Ternoise ;7 : Valenciennes ; L : Scrutin de liste.Colonne K = parlementaire actif, siégeant aux bureaux des assemblées.Colonne L = rôle important dans la presse (P), le syndicalisme ouvrier (S), dans la profession (pro).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Avocats
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 2 : Magistrats. Magistrats : 8 ; Nord : 5 ; Pas-de-Calais : 3.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Magistrats
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 3 : Hauts fotictionnaires. Hauts fonctionnaires : 11 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 4.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Les hauts fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 4 : Notaires. Notaires : 8 ; Nord : 7 ; Pas-de-Calais : 1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Évolution des effectifs de certaines professions entre 1871 et 1941 Notaires
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 5 : Avoués. Avoués : 3 ; Nord : 1 ; Pas-de-Calais : 2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 6 : Professions médicales. Professions médicales : 17 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 8.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Répartition socio-professionnelles entre 1871 et 1941 Médecins
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Évolution des effectifs des médecins entre 1871 et 1941
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 7 : Enseignants. Enseignants : 12 ; Nord : 9 ; Pas-de-Calais : 3
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Évolution des enseignants entre 1871 et 1941
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Évolution des effectifs des instituteurs entre 1871 et 1941
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 8 : Journalistes et publicistes. Journalistes et Publicistes : 14 ; Nord : 12 ; Pas-de-Calais : 2
Légende Légende : Colonne B, Lalou est boulangiste, Truy est nationaliste. Colonne L, quand aucun titre n’y est indiqué, c’est qu’il s’agit d’une participation dans la presse locale qui concerne également Géry Legrand (Le Progrès du Nord).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Évolution des effectifs journalistes et publicistes entre 1871 et 1941
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 9 : Militants ouvriers. Militants ouvriers : 39 ; Nord : 26 ; Pas-de-Calais :13
Légende Légende : (p) = père, (f) = fils.Colonne A : Basly a été député de la Seine entre 1885 et 1889.Georges est député du Loir-et-Cher entre 1924 et 1932, maire de Romorantin.Sion, Martel, Musmeaux et Ramette sont députés sous la IV e République, les trois derniers cités le sont aussi sous la Ve.Colonne L : si tous les militants ouvriers ont évidemment une grande activité syndicale, en revanche, leur participation aux organes de presse est inégale.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Répartition socio-professionnelle : Les militants ouvriers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Évolution des effectifs des militants ouvriers entre 1871 et 1941
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Évolution des effectifs des professions les plus représentées de 1871 à 1940
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Les attitudes religieuses
Légende Les chiffres mis entre parenthèses correspondent à une absence de renseignements
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Rôle culturel des élus
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Les parlementaires décorés
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3054/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540