Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

La synthèse

Les héritages

Francis Przybyla

Texte intégral

1 Le dépouillement de l’enquête régionale sur les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais permet de sortir de l’ombre ce que furent la vie et la trajectoire des élus avant leur entrée dans la carrière parlementaire. Soumises à une même grille de questionnements, les élites politiques régionales dévoilent ce que furent leurs années de jeunesse, le début de leur âge adulte et leur maturité naissante.

2 Un premier axe permet de mieux cerner la relation que l’élu entretient avec sa circonscription d’élection. L’ancrage dans un terroir est-il systématique ? L’élu est-il né dans son terroir d’élection, s’y est-il marié, y est-il décédé ? Le poids numérique des élus urbains mérite également d’être étudié tout comme celui, plus spécifique, des élus nés ou vivant dans la capitale. La région Nord-Pas-de-Calais déjà fortement urbanisée a-t-elle envoyé au Parlement des élus à son image ou a-t-elle très souvent désigné de grands notables ruraux ? Enfin, peut-on quantifier ces divers paramètres, définir une méthodologie simple et parvenir à un indice d’enracinement susceptible d’être réutilisé à des fins comparatives ?

3 Une deuxième voie permet de scruter le milieu social auquel appartiennent les élites politiques nordistes. Y a-t-il correspondance entre l’appartenance sociale de l’élu et celle de ses parents ? Toutes les catégories sociales sont-elles représentées ? Quel est le poids respectif de chacune d’entre elles ? Le monde ouvrier, dans une région industrielle, est-il représenté à sa juste importance ? Y a-t-il sous-représentation ou sur-représentation de certaines catégories ? Y a-t-il mobilité inter-catégorielle ou au contraire forte rigidité ? Quels sont les facteurs et les limites de l’ascension sociale ? Quelle relation d’entente peut-il exister entre élites politiques et oligarchie économique ? En d’autres termes, l’élu fait-il figure d’héritier ou gravit-il les échelons de la promotion sociale par cooptation et intégration aux familles de notables ?

4 Un troisième chemin enrichit notre connaissance des héritages politiques qui accompagnent la première élection au Parlement. Quel est le poids des dynasties parlementaires ? Quel est le rôle et l’importance des réseaux politiques familiaux ? Quelle est l’importance des mandats locaux dans la proche famille des élus ? Peut-on parler de transmission héréditaire des mandats ? Quel rôle peuvent jouer les alliances matrimoniales ? Le phénomène est-il plus accentué dans certaines familles politiques ? Perdure-t-il ? En d’autres termes, quels sont les mécanismes de la transmission familiale des mandats ?

5 Enfin, une dernière piste met en relief les grands traits de l’héritage éducatif des parlementaires, leur cursus scolaire, la spécificité des différents types de formation ainsi que l’attraction de la capitale dans les cursus universitaires. Quelle est l’importance des formations complémentaires ? Existe-t-il des parcours plus atypiques ? Le Nord-Pasde-Calais se conforme-t-il à l’image nationale qui veut qu’avocats, juristes et professeurs siègent en situation hégémonique sur les bancs des assemblées ? En d’autres termes, quel rôle les diplômes jouent-ils dans le mode de reproduction des élites politiques régionales ?

6 Autant de questionnements, autant de tentatives de réponses, même si, parfois, certaines zones d’ombre persistent. Mais c’est l’une des contraintes bien connues de l’analyse prosopographique.

1. L’enracinement local

7Bien des élus, dans leur profession de foi ont affirmé, haut et fort, appartenir à leur terroir d’élection et défendre les intérêts de leur circonscription. Parfois même, lorsque les racines manquaient, de pieux mensonges ont pu figurer dans les colonnes des journaux locaux. Mais la fin ne justifie-t-elle pas les moyens... Qu’en est-il donc de ce refrain seriné aux électeurs sur tous les tons ?

8Une première piste doit permettre d’engranger, avec patience et méticulosité, différents indices tels le lieu de naissance, le domicile ou le lieu de mariage de l’ensemble des parlementaires. Une deuxième voie scrute l’importance numérique et le poids des élus ruraux dans la représentation nationale. Enfin, un dernier chemin tente de cerner et de quantifier, de manière plus pointue, la réalité et les contours de cet enracinement local.

A- Aux sources de l’enracinement, le lieu de naissance

  • 1 Il s’agit des députés Gustave Barra, Ephrem Coppeaux, Charles Debierre, Anatole de Melun et Alphon (...)

9Sous la Troisième République, le Nord et le Pas-de-Calais ont envoyé au Parlement 338 élus. Un rapide calcul permet de conclure que près de 7 sur 8, soit 83,5 % d’entre eux, sont nés dans la région. Rares sont ceux originaires des départements limitrophes de la Somme et de l’Aisne1. La région parisienne élargie au département de l’Yonne envoie un bataillon de 28 élus, sensiblement plus important que la cohorte des parlementaires nés dans les autres départements métropolitains. Pour ces derniers, précisons qu’ils sont crédités, département par département, d’un nombre de représentants qui ne dépasse que très rarement l’unité.

Tableau 1. Répartition des parlementaires (1871-1940) selon leur département de naissance

Département de naissance des élus

Élus du Nord

Élus du Pas-de-Calais

Total Région

Nord

180

19

199

Pas-de-Calais

4

79

83

Aisne ou la Somme

4

1

5

Région parisienne

15

13

28

Autres départements

17

3

20

Étranger

2

1

3

Total

222

116

338

10Trois élus seulement sont nés à l’étranger. C’est ainsi que Louis de Hau de Staplande, député monarchiste de Bergues, naît en Westphalie, en 1798, pendant la période révolutionnaire, durant l’émigration de ses parents. Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, naît, en 1843, à Santiago de Cuba, dans l’une des immenses propriétés paternelles. Enfin, Léon Abrami voit le jour à Constantinople, en 1879, lors d’un séjour professionnel de son père.

11Une première analyse permet de définir quelques spécificités soit départementales, soit liées à l’appartenance politique des parlementaires, (voir cartes 2 et 3. p. 336 et 337)

12Parmi les membres de la représentation du département du Nord, il n’y a pratiquement aucun élu né dans le Pas-de-Calais voisin. En revanche, dans ce dernier, un élu sur six est né dans le Nord, soit 16,3 %. Cette dernière tendance s’accentue au fil des législatures et atteint son maximum dans l’entre-deux-guerres, lorsque 8 parlementaires sur 39 sont nés dans le Nord.

13Le département du Pas-de-Calais fait davantage appel à des élus nés en région parisienne. Quant au département du Nord, il compte dans ses rangs autant d’élus parisiens que de représentants nés dans les autres départements français.

14Les élus socialistes du Pas-de-Calais sont nés majoritairement à l’extérieur du département (58 %) et viennent en grande partie du département du Nord ou de la capitale.

15Les dix députés communistes de la région, à une exception près, appartiennent tous à leur département d’élection.

  • 2 Notamment Charles de Bryas, Eugène de Diesbach de Belleroche, Amaury de La Grange, Edmond de Marti (...)

16On note également une corrélation significative entre naissance en région parisienne et appartenance à la noblesse. Un domicile dans la capitale est un signe extérieur qui permet de recevoir le Tout-Paris et donc d’appartenir à ce même milieu2.

  • 3 Ce sont les 48 parlementaires qui ont exercé alternativement les fonctions de député et de sénateu (...)

17Le cas des 47 députés-sénateurs3 et des 31 sénateurs est sans équivoque. À de rares exceptions près, ils sont les enfants du département qui les élit. Cette caractéristique est à rapprocher de la bonne qualité de l’implantation de ces élus, de leur importante longévité parlementaire, des réseaux de relations qu’ils ont su tisser, mais aussi du mode de scrutin des sénatoriales, scrutin qui privilégie l’élection de grands notables locaux.

18De plus, au fil des années, cette tendance s’accentue. Alors que, de 1871 à 1889, 5 élus sur 38 étaient nés à l’extérieur de la région, ils ne sont plus que 2 sur 40 pour le demi-siècle de 1889 à 1940. Cette tendance est encore plus marquée quand on met en évidence la réelle attache des 7 parlementaires concernés avec la région Nord-Pas-de-Calais.

19 Camescasse, le député, puis sénateur du Pas-de-Calais, fut précédemment préfet de ce département et c’est ainsi qu’il acquiert sa notoriété. Son appartenance à la région est confortée par son mariage avec la fille d’un industriel local. Le sénateur inamovible Jules Pajot avait épousé la fille du négociant Charles Ridez-Pollet. Après une brillante carrière dans le notariat parisien, c’est tout naturellement qu’il se retire à Lille. Quant au ministre et sénateur inamovible Émile de Marcère, il a poursuivi une longue carrière dans la magistrature qui le mène de Soissons à Douai, en passant par Arras, Saint-Pol-sur-Ternoise et Avesnes-sur-Helpe. Lui aussi contracte mariage dans la région. Le comte Roger du Nord est le beau-fils du général dunkerquois Guilleminot, chef d’état-major du maréchal Ney, pair de France sous la Restauration et ambassadeur à Constantinople. Le sénateur Charles Debierre, né dans la Somme, est professeur d’anatomie à la faculté de médecine de Lille. Sa bonne implantation lui permet de devenir le chef incontesté du parti radical-socialiste dans le Nord.

20Quant aux parlementaires Amaury de la Grange et Louis de Hau de Staplande, ils se rattachent aisément à leurs illustres familles, implantées depuis des générations en Flandre française.

21À l’inverse, lorsque le député ne connaît pas la consécration de l’élection à la haute assemblée, on dénombre davantage d’élus nés hors région.

22Le député Alphonse Bergerot qui arrive dans le Nord à la suite d’une promotion administrative met du temps avant d’obtenir la confiance des électeurs de la 2e circonscription de Dunkerque. Après un premier échec en 1872, sa ténacité se révèle payante et il entre à la Chambre en 1880 à la faveur d’une élection partielle disputée. Son adversaire malheureux, Léon Claeys, né au cœur de la circonscription, entre au Sénat en 1888 et y siège pendant dix-huit années.

23Le cas de l’agitateur et journaliste bonapartiste Jules Amigues est encore plus significatif. Ayant brigué avec succès les suffrages des électeurs cambrésiens, il est aussitôt invalidé et subit un échec lorsqu’il tente de reconquérir son siège. Opiniâtre, il se représente dans la même circonscription, mais connaît trois autres échecs, en 1879, 1880, et 1881, lors des élections législatives et cantonales. Ce qui semble avoir manqué le plus à Jules Amigues, c’est l’appartenance au terroir ou, tout au moins, le bénéfice d’une légitimité acquise grâce à un mariage contracté dans les limites de l’aire d’élection.

B - L’assise de la légitimité, l’ancrage dans la circonscription

24C’est donc aussi par le domicile et la forte implantation dans un terroir que le candidat peut assurer le succès de son élection puis songer à durer dans le temps.

Tableau 2. Répartition des parlementaires (1871-1940) selon le domicile à leur première élection

Département de domicile des élus

Élus du Nord

Élus du Pas-de-Calais

Total Région

Nord

194

194

Pas-de-Calais

2

102

104

Aisne ou la Somme

0

Région parisienne

25

14

39

Autres départements

1

1

Étranger

0

Total

222

116

338

25Le tableau 2 confirme la faible importance numérique des élus ayant leur domicile hors région. Près de 9 sur 10 (87.5 %) ont un domicile dans leur département d’élection. Tant dans le Nord que dans le Pas-de-Calais, les proportions sont identiques.

26Il faut signaler toutefois l’importance non négligeable du poids de la capitale, Paris constituant le domicile principal d’un parlementaire sur dix. Les divers groupes politiques tentent de recruter sur leurs listes des “enfants du pays” appelés à d’importantes fonctions parisiennes. Cette pratique fonctionne un peu comme un parrainage ou une caution. Le prestige de ces hommes parvenus au sommet de la réussite sociale rejaillit sur le groupe qui assure aussitôt à ces candidatures une publicité maximale dans les colonnes des journaux locaux et des gazettes amies.

27Bien souvent, cet élu parisien est un juriste ou un professeur. Avocat, il plaide dans la capitale (Ernest Déjardin-Verkinder). Administrateur civil ou magistrat, il appartient à l’administration centrale d’un ministère (Casimir Fournier, Georges Graux, Adolphe Vincent, Charles Jonnart) ou préside une Chambre (Alfred Boucher - Cadart). Professeur, il enseigne dans l’un des prestigieux établissements parisiens (Henri Wallon à la Sorbonne, Alfred Giard à la faculté des Sciences).

  • 4 Cf. supra.

28Le boulangisme et le bonapartisme apportent également leur lot de représentants extérieurs à la région : c’est le cas du général Boulanger en personne, du mulhousien Alfred Koechlin ou de Charles Lalou, même si ce dernier, bien que vivant à Paris, est né à Lille. Il faut rappeler aussi, pour mémoire, l’élection du bonapartiste Jules Amigues4.

29La capitale et la région parisienne sont également le lieu de prédilection des élus de la noblesse. Un domicile parisien permet de briller dans la haute société, de recevoir et d’être reçu, de faire des affaires, de connaître les arcanes du pouvoir et d’être informé des dernières rumeurs politiques ou financières.

30Trois exemples parmi tant d’autres : le ministre de l’Intérieur Emile de Marcère, l’ancien préfet du Pas-de-Calais Camescasse ou Louis Loucheur, l’administrateur avisé aux innombrables sociétés.

  • 5 Manoir familial de Bois-en-Ardres

31Le cas du député François de Saint-Just est plus atypique. Né dans l’Yonne, il était très attaché à la ville d’Ardres, où sa famille possédait un château5. Devenu adulte, il quitte la région pour mener diverses études historiques et archéologiques. Mais en 1933, il entre au Palais-Bourbon à la suite du décès de son père, le député-maire d’Ardres, Victor de Saint-Just.

32À l’inverse, c’est parce qu’il appartient au barreau de Valenciennes et qu’il y est bien connu, que l’éphémère sous-secrétaire d’État à la Guerre, Léon Millot, né dans la Meuse, atteint la notoriété et réussit son élection dans le sud du département.

33Par ailleurs, grâce au scrutin de liste des années 1871, 1885, 1919 et 1924, certains, moins bien implantés localement, réussissent cependant leur entrée au Parlement, sans pour autant s’assurer une réelle longévité parlementaire.

34 Edmond de Martimprey, fils d’un député du Premier Empire et gendre du député nordiste Jules Brabant, entre, en 1885, au Palais-Bourbon à la faveur du scrutin de liste. Dès 1889, au terme de cet unique mandat, il rate sa réélection, le retour au scrutin uninominal ayant grandement contribué à son échec.

35C’est le cas, également, du député communiste Gustave Barra, élu en 1924 au scrutin de liste. En 1928, sa carrière parlementaire est stoppée en raison du retour au scrutin uninominal.

C - Mariage de l’élu et union avec un terroir

36Lieu de naissance et domicile sont assurément deux atouts non négligeables. Les parlementaires complètent souvent utilement cet enracinement dans leur circonscription d’élection en épousant “une fille du pays” ou en contractant mariage dans l’arrondissement.

  • 6 27 % de non-réponses dans le Nord et important taux de 49 % de non-réponses dans le Pas-de-Calais
  • 7 La statistique tient compte de l’ancien découpage des arrondissements, découpage qui a prévalu pen (...)

37Les données concernant le lieu de naissance de l’épouse et le lieu de mariage de l’élu sont plus éparses et doivent donc être traitées avec davantage de prudence (Cf. tableau 3). Certaines tendances fortes peuvent toutefois être dégagées sans que leur pertinence puisse être entachée d’un fort risque d’erreur6. L’analyse a porté principalement sur l’appartenance à l’arrondissement d’élection, territoire plus vaste que la circonscription mais plus aisé à définir et à délimiter7.

Tableau 3 : Répartition des parlementaires (1871-1940) selon le département et l’arrondissement de naissance de l’épouse

Tableau 3 : Répartition des parlementaires (1871-1940) selon le département et l’arrondissement de naissance de l’épouse

Colonne 1 : épouse née en 59, même arrondissement / Colonne 2 : épouse née en 59, autre arrondissement / Colonne 3 : épouse née en 62, même arrondissement / Colonne 4 : épouse née en 62, autre arrondissement / Colonne 5 : épouse née en 62, arrondissement non connue.

38Dans le Nord, un élu sur deux contracte mariage dans son arrondissement d’origine (50,7 %), un sur six dans un autre arrondissement de son département (17,4 %) et un sur dix dans le département voisin (9 %). Le Pas-de-Calais connaît la même tendance.

39La recherche de l’épouse s’effectue donc, assez souvent, en dehors du terroir que constitue l’arrondissement. Cette donnée devrait entrer en ligne de compte lors d’une analyse approfondie des stratégies matrimoniales mises en place par les futurs parlementaires et leurs familles respectives, dans le cadre élargi des alliances à l’intérieur des familles nobles ou de haute bourgeoisie.

40Plusieurs épouses d’élus nordistes appartiennent à la noblesse ou à la haute bourgeoisie de Belgique. Qu’il s’agisse des de Mérode, de Brigode, des Rotours, Maurice, Brabant ou Davaine, ils appartiennent toujours aux conseils d’administration importants de la région où se côtoient les intérêts de la haute finance française et européenne. Edmond Lefebvre du Prëy se marie également en Belgique : son épouse appartient à la riche bourgeoisie alliée à la noblesse belge.

41Enfin, un élu sur deux, né hors région, contracte mariage dans le Nord-Pas-de-Calais et plus particulièrement dans son arrondissement d’élection.

42On aura vu, plus haut, que les sénateurs et députés-sénateurs, même s’ils sont nés et domiciliés dans la région, ont privilégié ce mode d’enracinement ou d’implantation dans le département ou la circonscription.

43C’est le cas également d’Henry Cochin dont le frère est député de la Seine. Il accède à la députation, dans les Flandres, fondant sa légitimité sur le lieu de naissance de son épouse. Leur fils, Claude, qui naît en région parisienne, recueille l’héritage paternel mais meurt prématurément en 1918. C’est de cette manière que la famille Cochin s’implante aisément dans la Flandre rurale où les petits bourgs jalonnent la campagne.

D - Le poids des parlementaires ruraux

  • 8 La connaissance de l’évolution de la population des communes de naissance des élus est aisée, tant (...)

44Une analyse plus fine du lieu de naissance des élus permet de scruter le poids numérique des ruraux dans la représentation parlementaire régionale8

  • 9 INSEE, Annuaire statistique régional, Lille, INSEE, 1951.
  • 10 Dans le département du Nord, le cap des 50 % de population urbaine est dépassé dès 1861. Dans le P (...)

45.Tandis que la région s’urbanise rapidement et voit sa population urbaine dépasser la moitié du nombre d’habitants dès les premières années de la Troisième République9, le poids des élus ruraux croît rapidement. Même si le Nord citadin et le Pas-de-Calais rural connaissent des taux d’urbanisation initialement très différents10 la proportion des élus ruraux est très semblable et se renforce dans les mêmes proportions.

  • 11 Francis Przybyla, Les députés du Nord au début de la Troisième République (1871-1885), Université (...)

46Alors qu’au début de la Troisième République, les parlementaires sont majoritairement des citadins11, on assiste, dès avant le tournant du siècle, à une brutale inversion de la tendance, lorsqu’un parlementaire sur deux devient un rural. Domicilié dans un gros bourg ou dans un village, il est, à maints égards, plus proche de la traditionnelle société agraire que de la civilisation industrielle dominée par le prolétariat minier, textile ou métallurgique. Il en est ainsi de la dynastie parlementaire des de La Grange qui possède d’importants intérêts industriels et financiers mais qui habite le château campagnard de La Motte-au-Bois. Il en est de même des Plichon qui habitent le gros bourg de Bailleul.

Tableau 4. Répartition des lieux de naissance des parlementaires du Nord en fonction de l’importance de la commune de naissance

1872

1906

1931

Nord : % population rurale

43,3

29,3

24,8

Nord : % population des communes > 9 999 hbts

33,8

43,6

48,8

1871-1889

1889-1919

1919-1939

Nord : % élus nés dans communes < 5 000 hbts

26.9

45,5

47,8

Nord : % élus nés dans communes > 9 999 hbts

65,3

49,3

43,2

Tableau 5. Répartition des lieux de naissance des parlementaires du Pas-de-Calais en fonction de l’importance de la commune de naissance

1872

1906

1931

Pas-de-Calais : % Population rurale

68,4

50,3

37,5

Pas-de-Calais : % pop. des communes > 9 999 hbts

13,4

27,8

36.9

1871-1889

1889-1919

1919-1939

Pas-de-Calais : % élus nés dans communes < 5000 hbts

42.5

62,1

61,5

Pas-de-Calais : % élus nés dans communes > 9999 hbts

62.7

43,8

38.6

47Chez les élus, cette tendance persiste sur la longue durée et se maintient jusqu’aux derniers jours de la Troisième République. On peut donc s’interroger, à bon droit, sur la manière dont ils ont pu accompagner et comprendre le grand mouvement d’urbanisation ainsi que l’évolution des mentalités et des aspirations des électeurs.

48Parmi les lieux de naissance des parlementaires, le poids des communes rurales est considérable. (Cf. tableau 6) 44 % d’entre eux sont nés dans une commune de moins de 5000 habitants. Dans le Pas-de-Calais, ils sont nombreux à être issus de communes de moins de 500 administrés.

49Ainsi, même dans le département industriel du Nord, les parlementaires connaissent mieux le monde des campagnes, se soucient des intérêts agricoles et soignent leur électorat rural probablement réputé plus malléable et moins contestataire.

50Ils sont aussi 44 % à être nés dans une ville de plus de 20000 habitants. La métropole lilloise et ses grands centres textiles périphériques, les sous-préfectures de la région et les préfectures des départements peuplés sont les grands pourvoyeurs de cette catégorie d’élus.

51Enfin, une portion congrue est réservée aux communes de 5000 à 20000 habitants.

52Une intéressante réflexion sur l’émergence de l’idée de candidature, sur le rôle et le soutien des concitoyens, sur la sollicitation de l’élu de base par les groupes et comités politiques locaux ou départementaux ainsi que sur le mode de désignation pourrait compléter avantageusement cette analyse.

53L’enracinement dans un terroir semble, à bien des égards, être un gage de réussite. Ces racines locales permettent, ensuite, de songer, avec sérénité, à une réelle longévité parlementaire.

Tableau 6. Répartition des lieux de naissance des parlementaires

Tableau 6. Répartition des lieux de naissance des parlementaires

E- Représentation parlementaire et enracinement local

54Tout concourt donc pour corroborer l’hypothèse d’un fort taux d’enracinement dans la région Nord-Pas-de-Calais. Mais est-il possible de quantifier de manière objective ce taux d’enracinement ?

55Encore faut-il définir le portrait idéalisé de cet élu-type profondément “enraciné”. Né, domicilié, décédé et inhumé dans son arrondissement d’élection, il a convolé en justes noces, dans son fief, avec une promise du même arrondissement.

56Le portrait-robot défini clairement, il reste à glaner 4056 données éparses, ce qui ne fut pas une mince affaire ! Mais l’utilisation du tableur Excel a considérablement facilité la tâche...

57Le tableau 7 reprend les résultats de cette traque, indice par indice, et permet l’élaboration d’un “indice synthétique d’enracinement” à l’échelon départemental puis régional. L’indice engrange tous les événements intra-départementaux liés à la vie de l’élu comme autant de preuves matérielles d’enracinement. À l’inverse, les informations répertoriées comme extérieures au département sont considérées comme autant d’éléments qui combattent l’idée d’enracinement du parlementaire.

  • 12 Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la HT République 1870-1940. Portrait de groupe. Université (...)

58Le tableau 7 se passe de commentaires pléthoriques. Tout comme ceux d’autres départements français12, les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais ont privilégié l’origine locale de leur représentation parlementaire.

59Une réelle homogénéité dans les deux départements et une remarquable convergence des tendances accentuent encore cette impression. La collecte des informations permet de situer à hauteur de 60 % le nombre de données de l’état-civil en prise directe avec l’arrondissement d’élection. On ajoutera 10 % de plus en élargissant le cadre à l’échelon départemental. C’est ce dernier chiffre qui a été retenu comme indice synthétique départemental d’enracinement. Le taux global de non-réponses, limité à 17 %, permet d’assurer une bonne crédibilité de ces indices.

Tableau 7. Indices d’enracinement des parlementaires de la région Nord-Pas-de-Calais sous la III e République (1871-1940)

Tableau 7. Indices d’enracinement des parlementaires de la région Nord-Pas-de-Calais sous la III             e              République (1871-1940)

* Hors arrondissement ** Pourcentage excluant les non-réponses
La colonne 2 reprend les informations du département du Nord, la colonne 3 celles du Pas-de-Calais. La colonne 4 globalise les informations sous la forme d’une moyenne pondérée en fonction des effectifs de chaque département. La colonne 5 globalise les informations de la même manière mais est rapportée au nombre d’individus pour lesquels l’information est connue.

60Enfant du pays, à la rigueur enfant d’adoption, le parlementaire de base tient sa légitimité du terroir. Il doit son élection à la circonscription qui le reconnaît comme l’un des siens, comme celui le mieux à même de les comprendre et des les aider. Dans bien des cas, c’est cette symbiose qui permet de franchir le premier obstacle dans ce parcours semé d’embûches, vers la destination auréolée de prestige et de mystère que constitue l’entrée au Palais-Bourbon ou au Palais du Luxembourg - particulièrement lorsque l’élection ne revêt aucun enjeu politique et national majeur.

2. Les origines sociales : mobilité et rigidités. Les limites d’une démocratisation du recrutement du personnel politique

61La partie de notre enquête collective consacrée aux héritages conduit d’évidence à s’interroger sur l’origine sociale des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la Troisième République. Il a fallu pourtant limiter nos ambitions, d’une part en raison des ombres et lacunes, ou des difficultés d’interprétation et d’imputation qui subsistent dans nos séries statistiques, d’autre part au regard du cadre forcément limité qui nous est ici imparti.

62C’est ainsi que l’origine sociale proprement dite, par laquelle s’ouvre notre synthèse, se cantonne à la détermination de l’appartenance sociale du père (les déficiences des données ne permettent d’intégrer à l’approche statistique les mères et les grands-parents des intéressés). La seconde partie s’attache à confronter origine sociale et appartenance sociale du candidat ; la troisième, à évoquer le propre parcours de l’élu avant son entrée au Parlement, tel qu’il peut être appréhendé en comparant sa situation au moment de son entrée dans la vie active et à la date de sa première élection, ainsi qu’en évoquant l’incidence que pourraient avoir eu son mariage et donc la situation sociale de son beau-père (d’autres contributions au présent ouvrage apportent des éclairages complémentaires sur ces interrogations).

63Il est d’autre part apparu opératoire de refondre le mode d’agrégation des professions proposé par J. Estèbe et sa classification, sur laquelle repose une bonne partie des analyses de notre équipe : le but est de mieux prendre en compte les positions sociales et les univers socioculturels qui leur sont liés, de même que l’image que chaque élément de la société d’alors se fait de lui-même mais aussi celle que la société lui renvoie (en termes d’indépendance, ou encore de prestige social par ex.).

64La grille de lecture que nous proposons, fondée sur un assez long commerce avec les archives concernant la Troisième République, se veut à la fois simple, lisible, et proche des perceptions sociales de l’époque. Elle se distingue en outre de celle que J. Estèbe avait, fort judicieusement, retenue pour sa propre enquête, dans la mesure où elle permet d’isoler, et donc d’approcher avec plus de précision, des groupes sociaux comme la noblesse, les classes moyennes (en tant que telles) ou la classe ouvrière si importante dans notre région. De même avons-nous retenu un découpage de la bourgeoisie qui repose non sur une stratification aux contours incertains (haute, moyenne et petite bourgeoisie) mais sur l’origine et la nature de ses revenus (en faisant leur part au capital et au travail, le premier l’emportant sur le second pour la bourgeoisie rentière et propriétaire ainsi que la bourgeoisie d’affaires, le second jouant un rôle majeur pour la bourgeoisie diplômée). Les lignes qui suivent apportent les détails nécessaires sur chacune des catégories ainsi définies.

65Les tableaux et graphiques 1 et 2 (qui vont par paire) reposent sur le traitement informatique opéré à partir de la classification de J. Estèbe. En revanche le tableau 3 est le fruit de nos propres comptages : il gagne en précision ce qu’il perd un peu en extension (on lira attentivement la note 1 qui l’accompagne) ; c’est sur lui que reposent tous les pourcentages détaillés exploités dans la deuxième des trois parties de la synthèse qui suit.

A - L’origine sociale mesurée par l’appartenance sociale du père

Tableau et graphique 1 : Profession du père : évolution par période

en %

1871-1888

1889-1918

1919-140

Ouvriers

0

11,5

20,7

Monde agricole

6,7

15

11,3

Classes moyennes

salariées

8,4

8

10,3

capitalistes

7,5

6,1

8,5

Bourgeoisie

propriétaire et rentière

13,4

8,8

6,6

diplômée

35,3

13,2

9,4

d’affaires

23,5

28,3

17

Non réponses

5

9

16

66Comme le note J. Estèbe, “le statut familial est d’abord signalé par la profession paternelle” : c’est cette dernière qui nous servira de repère pour déterminer l’origine sociale des parlementaires.

67 La bourseoisie. au sens le plus large du terme, se partage en une bourgeoisie d’affaires (23 %), une bourgeoisie de fonction dont l’assise est le diplôme (20 %), et cette bourgeoisie rentière et propriétaire (9,8 %), dont la fortune et les revenus mêlent aussi bien la terre que les autres secteurs de l’économie, et dont les frontières sont incertaines avec une aristocratie qui en constitue un élément déterminant ; l’ensemble forme le gros de nos pères de parlementaires : la moitié environ.

68La bourgeoisie rentière et propriétaire (nous reviendrons plus loin sur la noblesse, qui doit en être distinguée mais que nous lui agrégeons ici compte tenu des données statistiques dont nous disposons) forme, on l’a dit, le dixième des pères des parlementaires, un peu moins dans le Nord, un peu plus dans le Pas-de-Calais plus rural. Son déclin est continu, et sa place diminue de moitié entre le première et la troisième des périodes retenues par notre enquête (en passant de 13,4 à 6,6 %). Elle forme un vivier où puise principalement la sensibilité conservatrice : les deux tiers des représentants de cette catégorie sociale sont les pères d’élus de la droite, antirépublicaine puis républicaine. Son recul s’explique d’abord par les mutations économiques : d’une part, il est de plus en plus difficile de vivre de son seul patrimoine, notamment après les amputations qu’il connaît à l’occasion de la Grande Guerre puis de la montée de l’inflation qui le ronge ; d’autre part, la terre perd progressivement de son importance comme source de revenus ; ensuite, l’étroite corrélation entre la bourgeoisie rentière et propriétaire d’une part, la droite d’autre part, rend compte de leur déclin parallèle dans une région où la gauche s’affirme progressivement. D’autres développements, dans la présente synthèse ou dans celles qui figurent ailleurs dans l’ouvrage, nous autorisent à nous limiter ici à un exemple qui présente l’avantage d’illustrer la fréquente symbiose entre bourgeoisie et aristocratie : le baron Antonin des Rotours, issu de la vieille noblesse normande et grand propriétaire terrien, se fixe dans le Nord à la suite de son mariage, aux débuts de la monarchie de Juillet, avec la fille de Charles Plichon, député dès la fin du même régime, qui figure également parmi les “propriétaires” : dès lors s’entremêlent les liens entre la terre et les affaires, la fortune récente et le patrimoine hérité d’une longue lignée, la noblesse et la roture, qui unissent deux des dynasties de parlementaires de la région.

69La bourgeoisie d’affaires concerne le quart des pères de nos parlementaires. Compte tenu de sa structure économique et de son poids démographique, le Nord est ici plus présent que le Pas-de-Calais (57 cas contre 21, soit près des trois quarts du total). Il s’agit d’une bourgeoisie urbaine pour l’essentiel, fortement engagée dans les activités de production et d’échanges sauf dans le secteur agroalimentaire : patronat industriel, banque, négoce et grand commerce. La bourgeoisie d’affaires résiste assez bien durant les deux premières périodes (près d’un quart pour 1871-1888, un peu plus pour 1889-1919) mais connaît un certain tassement pour l’entre-deux-guerres (1/6 environ). La distribution par familles politiques révèle un relatif équilibre entre les droite et gauche des premiers temps de la Troisième République (17 pour la Droite antirépublicaine, 21 pour la Gauche républicaine), cette période correspondant à l’apogée d’une catégorie dont ces deux familles représentent la moitié du total (38 sur 78 soit 48,7 %). Puis, quand on s’avance dans l’histoire du régime, d’une part, la bourgeoisie d’affaires perd de son poids, d’autre part son recrutement se resserre sur les seuls Droite et Centre-droit, alors que ses rangs s’éclaircissent quand on passe à la Gauche radicale et socialiste, et que, sans surprise, elle est absente au sein de la Gauche communiste.

70L’hérédité est ici la règle, et cette frange appartient à un monde qui doit sa position à son assise économique : les lignes qui lui sont consacrées dans la deuxième partie de l’ouvrage incitent à limiter les exemples qui feraient double emploi si on les multipliait. On évoquera simplement le poids du patronat : celui du textile en premier lieu, surreprésenté dans l’agglomération lilloise (pères d’Auguste Bonte, Théodore Barrois, Henri Becquart, Jules Brabant, Jules Dansette, Constantin Descat, Charles Jonglez, Paul Le Gavrian, Ernest Loyer, Albert Masurel ou encore Achille Scrépel) ; mais aussi le patronat minier, plus rarement (père de Félix Lambrecht), ou d’autres branches encore de l’industrie (pères de Marcel Delaune, Roger Farjon, Henri Lozé). Les fils de négociants sont aussi en nombre (Félix Coquelle, Louis Devaux, Gabriel Delmotte, Paul Lafargue, Louis Mill ou encore Édouard Parsy, parmi bien d’autres). La banque est bien représentée par quelques familles comme celle des Adam dans le Boulonnais, l’agroalimentaire par un Gustave Dellisse (d’une lignée de fabricants de sucre), ou des fils de brasseurs (Paul Bersez, Alexandre Crespel, Jules Dutilleul, Léon Claeys).

71La bourgeoisie diplômée (dont l’essentiel est fourni par les mondes de la justice et de la médecine) constitue le cinquième au moins des pères des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais, mais son poids s’effondre rapidement : en position hégémonique aux débuts de la Troisième République (plus d’un tiers du total), elle ne fournit plus à la région que le dixième à peine de ses parlementaires entre les deux guerres mondiales L’évolution politique régionale est ici encore la clef : alors que cette sous-catégorie constitue un vivier pour la Droite antirépublicaine (28 cas recensés) comme pour la Gauche républicaine (17) des débuts du régime, soit les deux tiers de ce sous-ensemble tel qu’il est comptabilisé pour toute la période 1871-1940, le déclin accompagne la montée de la Gauche socialiste et communiste, qui n’est pratiquement pas représentée ici. Seuls les Centre et Centre-droit comptent encore des enfants de la bourgeoisie diplômée, en maigre cohorte, quand on avance dans l’histoire de la Troisième République.

72Quelques exemples peuvent illustrer ces propos : Abel Castiau, Ernest Herbecq, Maxime Lecomte, Jules Leurent, Victor Morel ou Joseph Tillie ont un père médecin ou chirurgien ; celui d’Auguste Lepoutre est officier de santé ; celui d’Émile Canda vétérinaire. Mais le milieu du droit et de la justice domine : Paul Bacquet, Armand Cardon, Hyacinthe Corne, Léon Escoffier, Ernest et Léon Guillemin ou Léon Pasqual sont fils d’avocats ; le père d’Ernest Déjardin-Verkinder, d’Ernest Deusy, d’Evrard-Eliez ou encore de Louis Florent-Lefebvre est notaire ; celui du général Boulanger, avoué ; Alfred Girard, Félix Le Roy, Jules Maurice ou Charles Thellier de Poncheville, ont un ascendant qui vient de la magistrature ; Alfred Dumont est d’une famille d’huissiers ; Jean Camescasse a pour père un procureur. Plus rares sont ceux dont le père appartient aux élites nouvelles, nées du progrès technique : Léon Abrami a pour père un ingénieur.

73 Les classes moyennes ne représentent qu’un sixième de notre corpus, distribué en deux masses de poids comparable : classes moyennes “capitalistes” d’un côté (artisans, commerçants) classes moyennes salariées de l’autre (employés, fonctionnaires de rang modeste ou moyen). Leur faible place, et l’exiguïté des sous-catégories statistiques qui en résulte, n’autorisent pas à entrer dans une étude détaillée.

74Les classes moyennes capitalistes conservent une importance stable durant l’ensemble des trois périodes retenues dans l’enquête, de l’ordre de 6 à 8 %. La gamme des professions reflète la variété du monde de la boutique et de l’atelier. C’est ainsi que l’on rencontre parmi les pères des parlementaires des petits commerçants comme ceux d’Édouard Sens (marchand de charbon), Jules Amigues (marchand droguiste), Jacques Sever (aubergiste), Clotaire Delourme (cabaretier), Louis Joos (négociant en vins), Constant Groussau (boulanger), Henry Sculfort (quincailler). Sont issus de familles d’artisans François Bar, fils de tanneur, Joseph Dehove, fils d’un meunier, Achille Fanien fils d’un cordonnier, Ferdinand Lepez, fils d’un maréchal-ferrant, ou encore Auguste Paris, fils de menuisier. Et c’est aux lisières indécises entre l’atelier et la petite entreprise qu’il faut situer les parents des Sirot (clouterie), ou des Salengro (fabrique de bonneterie).

75Les classes moyennes salariées n’enregistrent pas, elles non plus, d’évolution significative au cours de la Troisième République, leur poids se stabilisant autour de 8 à 10 % du corpus. Sans que les statistiques et leur traitement informatique puissent permettre d’être catégorique, il semble bien que ce soit le secteur public qui l’emporte, assez nettement, sur le secteur privé. Faute de pouvoir entrer dans le détail (l’analyse par famille politique par ex.) compte tenu de la faiblesse des effectifs recensés, on se limitera à donner quelques exemples. Les fils d’enseignants sont relativement nombreux : un Jules Guesde (dont le père est chef d’un établissement privé), un Daniel-Vincent, un Pierre Delcourt, un Maurice Deudon, ou un François Ringot, fils d’instituteur ; un Alfred Boucher-Cadart, fils de professeur (et nous rappellerons que la mère de Roger Salengro était institutrice). Les douanes sont représentées par Adolphe Défossé, ou Casimir Fournier ; les contributions indirectes par Georges Barthélémy ; Émile Werquin et Émile Massiet du Biest ont pour père un juge de paix, André Isoré, un clerc de notaire.

76 Le monde de l’agriculture correspond à un dixième au moins des pères des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais (un peu plus si les pourcentages sont calculés en excluant les non-réponses). Son poids, modeste aux débuts de la Troisième République, s’accroît nettement à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, pour connaître un relatif tassement durant l’entre-deux-guerres. D’abord concurrencés par les élites urbaines de l’avoir et du savoir, les fils de la terre s’affirment parmi les représentants de la nation aux beaux jours de la République radicale, dans une France encore majoritairement rurale, avant de reculer devant les fils de la classe ouvrière quand la Gauche socialiste (et dans une moindre mesure communiste) s’affirme, après 1918. C’est qu’en effet, les deux tiers des fils d’agriculteurs s’inscrivent dans l’espace politique qui s’étend du Centre-droit au Centre-gauche. Comme l’on sait, les métiers de la terre sont affaire de famille et de tradition : dans la quasi-totalité des cas, le député issu du monde agricole n’a fait que reprendre l’exploitation familiale. Tout l’éventail du monde des champs est représenté : du fils d’un modeste ménager (Charles Le Roy) à celui d’un gros exploitant agricole (Georges Vallée, Charles Desmoutiers, Édouard Fiévet), en passant par la dynastie d’agriculteurs aisés (comme Georges Potié). Il vaut de souligner que quelques fils de la paysannerie la plus modeste ont su néanmoins se frayer un chemin jusqu’au Parlement : l’abbé Lemire, fils de petits fermiers flamands, par son entrée dans le clergé et son combat pour l’adhésion des catholiques à la République ; ou Charles Debierre, né dans une famille de petits cultivateurs de la Somme, par sa brillante carrière universitaire et son influence dans la maçonnerie.

77 Les ouvriers. Le dixième des pères des élus du Nord-Pas-de-Calais sont des ouvriers. Le Nord l’emporte numériquement sur le département voisin, moins par sa spécificité que par son poids démographique. Le textile représente la moitié de ce sous-ensemble, avec une présence plus forte dans le Nord (tisserands, ourdisseurs, fileurs de coton ou encore tullistes) ; la mine ne compte que quelques représentants, dans l’un comme dans l’autre département, soit au total un cinquième seulement des pères ouvriers ; enfin, les autres catégories en constituent le tiers (Arthur Musmeaux est fils d’un terrassier, Gustave Barra d’un ferblantier, Louis Brodel d’un peintre en bâtiment). L’évolution sur l’ensemble de la période est particulièrement marquée pour les fils d’ouvriers : absents aux débuts de la Troisième République, ils voient leurs rangs grossir sensiblement dès la période 1889-1918 (avec plus d’un député sur 10 issu du monde ouvrier) et surtout entre les deux guerres (leur part s’élevant alors aux deux cinquièmes). C’est là la traduction de la montée en puissance de la gauche dans la région : les enfants de la classe ouvrière sont massivement des élus socialistes (plus de 8 sur 10) et, dans une moindre mesure, communistes (1 sur 10). La corrélation est donc ici particulièrement forte entre l’origine sociale et l’engagement politique dans les rangs des partis qui remettent le plus radicalement en cause l’organisation de la société.

78Après avoir répertorié les origines sociales des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais, il convient maintenant de rapprocher le milieu social des élus de celui de leur père pour tenter d’apprécier le degré de mobilité sociale intergénérationnelle ; la démarche nous semble devoir être double : d’une part, repérer la distribution d’une classe sociale donnée chez les pères des élus entre les différentes catégories socioprofessionnelles (CSP) auxquelles appartiennent ces derniers (ex : que deviennent les fils d’ouvriers ?) ; d’autre part, évaluer l’origine sociale de chaque CSP parmi nos élus (exemple : combien d’élus ouvriers ont-ils eux-mêmes un père ouvrier ?).

B - Comparaison entre origine sociale et appartenance sociale : la mesure d’une perméabilité

Tableau et graphique 2 : Origine sociale et appartenance sociale des parlementaires

Tableau et graphique 2 : Origine sociale et appartenance sociale des parlementaires

a. Il faut tenir compte ici des non-réponses (% calculés sur 338)
b. Statistiques portant sur 37 élus. Lemire, prêtre n’étant pas pris en compte (mais % calculés sur 338)
c. et aristocratie

Tableau 3 : Tel père, tel fils ? Origine et appartenance sociales : approche statistique par sous-catégorie 1

Tableau 3 : Tel père, tel fils ? Origine et appartenance sociales : approche statistique par sous-catégorie 1

1. 17 agriculteurs et 8 exerçant en outre des activités annexes (domaine agro-alimentaire)
a. Les totaux s’écartent légèrement des chiffres retenus dans l’enquête traitée par informatique, car les critères de tri sont quelque peu différents (comme cela est expliqué dans l’introduction de notre synthèse) et, surtout, parce que l’on s’est appliqué à affiner l’analyse, quitte à laisser de coté les cas douteux ou les formules trop vagues pour autoriser une imputation précise (exemple : « issu d’une famille de notables » ne permet pas de trancher parmi les catégories socio professionnelles définies ici).
Le tableau ne répertorie que 298 des 338 élus du Nord-Pas-de-Calais (88 %), mais il autorise des conclusions relativement fiables dans la mesure où chaque parlementaire a été rangé avec autant d’attention et de pertinence que possible, et où la loi des grands nombres, certes toute relative ici, néanmoins aider à compenser, et donc à corriger, quelques erreurs d’imputation.

La noblesse : une caste liée à la terre et en rapide extinction

79L’hérédité étant en quelque sorte consubstantielle à l’aristocratie, cette catégorie sociale n’est présentée que dans la partie de la synthèse qui s’emploie à dégager les filiations, à comparer les origines et les appartenances sociales (il eût donc été inutile d’étudier la noblesse dans l’une et l’autre rubriques, sauf à multiplier les redondances). Le mot “caste” ne suppose, comme l’on s’en doute, aucun jugement de valeur : il désigne simplement, dans son acception la plus large et la plus neutre, un groupe social relativement fermé, et de type héréditaire.

80La particule n’est en rien un signe d’authentique appartenance à la noblesse : sa présence, pas davantage que son absence, ne peuvent être prises en compte comme seul facteur discriminant pour la distinguer de la roture ; les cas qui pourraient faire problème sont cependant trop rares pour altérer l’approche statistique. Une trentaine de parlementaires du Nord-Pas-de-Calais ont été recensés comme appartenant à l’aristocratie, ce qui représente un dixième de notre corpus, cette catégorie se répartissant en deux moitiés égales entre nos deux départements.

81La noblesse d’Ancien Régime est représentée par quelques noms illustres (la dynastie des des Rotours, de vieille noblesse normande, celle des Diesbach de Belleroche, d’origine suisse ; Louis de Hau de Staplande, fils d’émigrés de la Révolution française ; Claude Tircuy de Corcelles, qui a épousé la petite-fille du marquis de La Fayette ; Joseph de Bosquillon de Frescheville, issu d’une famille de la vieille noblesse des Flandres ; ou encore le marquis Alphonse de Cardevac d’Havrincourt, descendant d’une famille anoblie par Philippe II à la fin du XVIe siècle. La noblesse d’Empire est incarnée par quelques grands noms, elle aussi (le comte Edmond de Martimprey ; le baron Dard, arrière petit-fils d’un général d’Empire ; Louis de Fouler de Relingue, fils d’un général fait comte d’Empire) ; quelques titres de noblesse sont plus récents encore : les de La Grange ne sont barons que depuis la Restauration.

82Toutes les strates de la noblesse sont représentées : baron, comte ou marquis, nul ne dédaigne un mandat parlementaire, lorsqu’il s’agit de défendre l’ordre ancien dans une France acquise à la République. De haute noblesse est issu un Charles de Mérode : petit-neveu de La Fayette, il est allié aux plus grandes familles de l’aristocratie européenne (comme les Grimaldi ou les d’Arenberg) et c’est un proche de la famille royale d’Espagne.

83La rente foncière forme l’essentiel des revenus de cette catégorie sociale : les trois quarts au moins des parlementaires issus de la noblesse sont “propriétaires”, à la tête d’un domaine agricole le plus souvent assez vaste, mais plusieurs ont également des intérêts dans les mines, ou encore dans l’industrie (notamment quand elle est en relation avec la transformation de la production agricole) ; en revanche le mépris séculaire pour les activités proprement “économiques” perdure ; tout au plus admet-on la carrière des armes (Charles du Campe de Rosamel est fidèle à la tradition familiale de servir dans la marine), au moins aux premiers âges de la vie, avant de s’établir comme propriétaire une fois marié ; ou encore un passage par la magistrature qui s’inscrit dans la tradition de la noblesse de robe (ainsi des Thellier de Poncheville ou des Lefebvre du Prëy). Plus rarement est-on conduit à s’engager dans les affaires, notamment à la suite d’un mariage qui conforte le nom par l’entrée dans la sphère des intérêts économiques.

84On retrouve en somme, à plus d’un un siècle de distance, ce que Pierre Goubert pouvait écrire de la noblesse dans L’Ancien Régime (A. Colin, 1969) : “la liaison de la noblesse à la terre, d’où elle tirait ses divers types de rentes, forme l’un des éléments profonds de sa nature”, alors que n’échappaient à la dérogeance que les activités tenues pour un prolongement de l’exploitation du domaine (verrerie, forges, mines) : s’excluant elle-même des secteurs les plus dynamiques de l’économie, la noblesse contribue à son propre déclin. Déclin précoce, puisque si la moitié des parlementaires issus de la noblesse ont été élus à l’Assemblée nationale de 1871, leur mandat est bref, le plus souvent, et que lorsque la République s’affirme, disparaissent la plupart de ceux qui se sont engagés contre elle. Une petite poignée survit au passage d’un siècle à l’autre, et l’on peut compter sur une main ceux qui subsistent durant l’entre-deux-guerres. “Conservateurs”, c’est-à-dire monarchistes (royalistes ou bonapartistes), les élus issus de la noblesse sont contraints au ralliement à un régime dans lequel ils ne se reconnaissent pas (rares toutefois sont les intransigeants qui s’obstinent à refuser la République, comme le comte Geoffroy de Montalembert jusqu’à la fin de son dernier mandat en 1906). Du moins s’efforcent-ils de freiner les évolutions qui heurtent leurs convictions (plus que leurs intérêts), en prenant rang parmi les champions de la droite. Seules les contraintes de la stratégie électorale contraignent parfois à une légère inflexion vers le centre : tel est le prix à payer pour entrer au Sénat pour un Amaury de La Grange en 1930, ou un Guillaume des Rotours (qui va jusqu’à accepter les “lois laïques”) en 1935.

La bourgeoisie : une ouverture inégale et limitée à l’ascension sociale

85Si l’on compare, en ce qui la concerne globalement, origine et appartenance sociales, il apparaît clairement que la seconde est davantage représentée que la première (plus de la moitié dans le premier cas, mais entre les deux tiers et les trois quarts dans le second). C’est que des éléments exogènes, qu’il conviendra de repérer, viennent gonfler ses effectifs, ou du moins ceux de certaines de ses fractions : c’est pourquoi les parlementaires appartenant à la bourgeoisie sont plus nombreux (en pourcentage) que ceux qui en sont issus.

86On ne reviendra que brièvement sur la bourgeoisie rentière et propriétaire. pour laquelle l’hérédité est forte, par nature (origine et appartenance sociales se recouvrant largement, nous renvoyons à ce qui en a été dit plus haut) ; mais aussi parce qu’elle a déjà été présentée, dans une assez large mesure, dans les paragraphes consacrés à la noblesse, avec laquelle elle se confond pour partie. Signalons simplement que les pourcentages similaires la concernant en matière d’origine et d’appartenance sociales traduisent et confirment le fort taux d’auto-reproduction de ce groupe social : sur une bonne trentaine de parlementaires concernés, près des trois quarts sont issus de ses rangs par leur père. Le reste provient presque exclusivement d’une bourgeoisie diplômée dans laquelle se mêlent en réalité ceux qui n’ont exercé une activité professionnelle que quelques années avant de se retirer sur leurs terres et de rallier ainsi, de fait, la caste dont ils sont issus (Roger du Nord, un temps diplomate ; Émile Deshayes de Marcère, passé par la magistrature ; Edmond Lefebvre du Prëy, qui fut avocat), et ceux qui s’intègrent au monde étroit des “propriétaires” une fois fortune faite (notamment à l’occasion d’un riche mariage : tel est le cas d’Auguste Bergerot).

La bourgeoisie d’affaires : un monde relativement fermé

87Sur une bonne cinquantaine d’élus, une grosse moitié vient de ses propres rangs (c’est notamment le cas du patronat textile et minier, évoqué par ailleurs) ; moins d’un cinquième des classes moyennes capitalistes (voir la notice détaillée consacrée à la fratrie des Sirot) ; un dixième environ de la bourgeoisie diplômée, la meilleure illustration en étant sans doute Louis Loucheur (voir ici encore la notice détaillée qui le concerne). Il vaut de souligner que l’on ne compte ici aucun parlementaire dont le père appartiendrait à une autre des catégories retenues dans notre analyse.

88De même, et symétriquement, plus des deux tiers des élus issus de cette catégorie y demeurent ; un quart s’oriente vers les professions libérales (bourgeoisie diplômée), ce qui rend compte de l’écart des chiffres entre origine et appartenance sociales.

89L’univers de l’entreprise s’auto-reproduit donc largement et ne se renouvelle pas par un apport des catégories sociales qui en sont le plus éloignées (classes moyennes salariées, ouvriers). Tout au plus y rencontre-t-on quelques représentants du monde agricole, comme Louis Morcrette-Ledieu, fils d’un agriculteur de Busigny (Nord) qui exploite d’abord la terre avant de prendre des intérêts dans l’industrie à la suite de son mariage avec la fille d’un fabricant de tulles de Caudry, au début des années 1880.

La bourgeoisie diplômée : une voie privilégiée de l’ascension sociale

90D’un côté, elle se reproduit elle-même dans une grande proportion : les trois quarts de ses fils s’y maintiennent (le reste se répartissant pour moitié entre bourgeoisie d’affaires et bourgeoisie rentière ou propriétaire). On y compte des lignées d’avocats, de magistrats, de médecins. Eugène Haynaut est médecin comme son père de même que Victor Morel ; Charles Jonnart, haut-fonctionnaire, est le fils d’un notaire.

91D’un autre côté, c’est incontestablement la catégorie sociale dont le recrutement est le plus ouvert et le plus diversifié : sur la bonne centaine de parlementaires qui appartiennent à la bourgeoisie diplômée, moins de 40 % sont issus de ses propres rangs (André Parmentier ou Maxime Lecomte, par ex.) et l’essentiel vient donc d’ailleurs :

  • des classes moyennes d’abord, qu’elles soient capitalistes ou salariées (15 à 17 % pour chacune de ces deux sous-classes) : Ferdinand Lepez (professeur de dessin puis publiciste, fils d’un maréchal-ferrant) illustre les premières, Maurice Deudon (médecin, fils d’un instituteur) les secondes.
  • mais aussi de la bourgeoisie d’affaires (plus d’un dixième) : Louis Boudenoot, ingénieur, est fils d’un négociant ; Antoine Théry, avocat, est issu du patronat textile ; Henri Lozé, qui mène une carrière préfectorale puis diplomatique, a pour père un industriel du Cambrésis.
  • le monde agricole est également représenté (8 %) : Edmond Théret ou Jean-Jacques Debève, par exemple, sont tous deux médecins et fils d’agriculteurs.
  • ni la bourgeoisie rentière et propriétaire elle-même, ni l’aristocratie qui lui est souvent liée (8 %), ne dédaignent d’embrasser une carrière dans le monde des professions libérales.

92En somme, les fils d’ouvriers sont les seuls à ne pas être présents dans cette bourgeoisie du savoir qui est véritablement un carrefour, un creuset aussi, où se rencontrent des élites politiques venues de la plupart des strates de la société française telle quelle se définit sous la Troisième République.

Les classes moyennes : une fonction de sas ?

Les classes moyennes salariées : des possibilités d’ascension réelles mais très sélectives

93Les pourcentages sont ici comparables entre origine et appartenance sociales (autour de 8 %) : c’est que si un tiers seulement des élus issus de ce sous-ensemble y demeurent, une partie de ses fils entrent dans la bourgeoisie (presque exclusivement diplômée) ; en revanche elle accueille des enfants de la classe ouvrière.

94En effet, une grosse moitié (environ 60 %) des parlementaires dont le père appartient à cette sous-catégorie réussissent à se hisser dans les rangs de la bourgeoisie à talents : Daniel-Vincent (universitaire), Ildefonse Roden ou François Ringot (avoués), sont fils d’instituteurs ; Paul Défontaine, médecin, est fils d’un receveur des douanes ; Raoul Briquet, avocat, a pour père un greffier de la Cour d’appel de Douai. En contrepartie, un certain nombre d’élus issus de la classe ouvrière parviennent, par le diplôme ou par d’autres voies, à entrer dans cette frange de la petite bourgeoisie : Jean-Baptiste Lebas est comptable, Charles Coutel employé, Eugène Thomas ou Roger Vantielcke instituteurs.

95Cependant, aucun des élus issus des classes moyennes salariées ne rejoint la bourgeoisie d’affaires ou propriétaire et rentière, ni même les classes moyennes capitalistes (sans parler du monde agricole) : tout se passe donc comme si les classes moyennes salariées étaient pratiquement l’une des rares perspectives d’ascension sociale pour la classe ouvrière, tandis que les enfants d’un monde d’employés et petits fonctionnaires n’avaient quant à eux d’autres possibilités de monter d’un cran dans la hiérarchie sociale que leur diplôme, sanction d’une “méritocratie” qui s’inscrit parfaitement dans la mythologie républicaine.

Les classes moyennes capitalistes : un authentique tremplin

96Le décalage est net, cette fois, entre origine sociale et appartenance sociale : en chiffres ronds, moins d’un quart des fils d’artisans ou de commerçants restent dans les mêmes secteurs d’activité (Léon Lierman, Léon Marescaux), mais près d’un sur quatre rejoint la bourgeoisie d’affaires (tels Jules Deregnaucourt, Charles Lalou ou Jules Brabant), et, surtout, près d’un sur deux rejoint la bourgeoisie diplômée (les transfuges vers d’autres catégories socioprofessionnelles sont presque inexistants) : c’est le cas, par exemple, de Constant Groussau, professeur de droit à la “Catho” de Lille et fils d’un boulanger, ou d’Édouard Sens, fils d’un marchand de charbon devenu ingénieur après un passage par Polytechnique et les Mines.

97En sens inverse, un tiers environ des parlementaires appartenant aux classes moyennes capitalistes viennent de la classe ouvrière : cette dernière est le seul groupe social de quelque importance d’où sont issus les élus qui ne proviennent pas eux-mêmes de la boutique ou de l’atelier. On lira par ailleurs (cf. la synthèse de Jean-Marc Guislin sur les intermédiaires culturels) une analyse détaillée des raisons qui poussent des militants ouvriers à fuir la persécution patronale en trouvant refuge dans des métiers leur garantissant l’indépendance économique, et on prendra garde à ne pas interpréter comme une “promotion sociale” (celle d’un militant ouvrier devenu cabaretier, par exemple) un changement de statut socioprofessionnel qui est moins le fruit d’une ascension que la conséquence des pressions exercées par la classe dominante.

98En somme, les classes moyennes capitalistes n’ont qu’un poids bien modeste parmi les députés et les sénateurs (surtout si l’on prend en compte ce qui vient d’être dit des militants ouvriers qui viennent grossir un peu artificiellement leur nombre) ; mais elles offrent à ceux qui en sont issus de réelles possibilités de promotion, au point que les deux tiers au moins des parlementaires dont les pères appartiennent à ce groupe sont parvenus à un échelon social plus élevé.

La nébuleuse agricole : un monde minoritaire mais relativement ouvert sur des parcours sociaux diversifiés

99L’interprétation des chiffres doit être, en la matière plus qu’ailleurs encore, des plus prudentes, tant il est malaisé de faire le départ entre l’agriculteur proprement dit (quelle que soit la taille, très variable, de l’exploitation), le “propriétaire” qui vit en réalité de la rente foncière, et celui qui adjoint au travail de la terre (dans des proportions fort variables) des activités annexes, aux confins de l’artisanat et de la petite industrie rurale. On s’est employé à ne retenir ici que la première et la troisième de ces sous - catégories, les “propriétaires” ayant été rangés dans l’une des fractions de la bourgeoisie analysées plus haut.

100Les pères d’élus qui relèvent de l’agriculture ainsi définie sont une bonne quarantaine (soit environ 12 à 15 % selon les bases statistiques retenues). Ce chiffre doit être mis en relation avec les caractéristiques économiques régionales (le Nord-Pas-de-Calais étant, on le sait, une région où l’industrialisation et l’urbanisation sont supérieures à la moyenne nationale).

101Parmi les fils d’“agriculteurs”, une grosse moitié reste liée, de près ou de loin, à la terre. Narcisse Boulanger, Jules Carlier, Louis Demesmay, Louis Guislain, Alfred Le Roy ou Georges Potié sont uniquement exploitants agricoles ; mais un tiers des quelque vingt-cinq élus recensés dans cette catégorie ajoutent à l’exploitation agricole, souvent héritée de leurs parents, des activités annexes : Ernest Macarez, d’une vieille famille de cultivateurs, exploite aussi une brasserie à Haulchin, dans le Valenciennois ; Victor Desprez-Potié, né lui aussi dans une famille liée à la terre, se tourne en outre vers la sélection des semences et vers la brasserie, en Pévèle ; de même Charles Desmoutiers ajoute à la culture une raffinerie de sucre dans le Douaisis.

102Une moitié (plutôt moins) des fils d’agriculteurs se tournent vers d’autres domaines d’activités : un sur cinq (à l’instar de Théodore Rose, notaire) s’intègre à la bourgeoisie diplômée, qui semble être ici la principale voie d’ascension sociale. Plus rares sont ceux qui rejoignent les classes moyennes ou le monde de l’entreprise.

La classe ouvrière : la fin d’un ghetto ?

103Les fils d’ouvriers représentent environ 10 % du corpus (le Nord étant légèrement sur-représenté). Les deux grands secteurs de la mine et du textile sont encore plus dominants chez les pères (les deux tiers) que chez les fils (la moitié) : la diversité est donc un peu plus forte chez les élus eux-mêmes ; le textile l’emporte sur la mine chez les pères (la moitié du total contre un cinquième) alors que les proportions sont inverses chez les fils (un sur 10 contre 1 sur 2) ; la mine représente un milieu combatif et dont l’homogénéité renforce la “conscience de classe”.

104L’élu exerce souvent le même métier que le père (du moins au moment de l’entrée dans la vie active) : le textile pour Henri Briffant, Gustave Dubled, Ephrem Coppeaux, Édouard Fiévet, Albert Inghels, Jean-Baptiste Lebas ou Ernest Plet, parmi bien d’autres ; la mine pour Raoul Evrard, Augustin Laurent, Henri Martel, Auguste Parsy, Cyprien Quinet, ou encore Uriane Sorriaux, par exemple. Il convient néanmoins de citer quelques cas particuliers : François Lefebvre, bien que fils de tisserand, devient mineur ; Julien Verniers, fils d’ouvriers du textile roubaisien, doit son ascension (aussi brève que rapide) à son passage par l’armée et aux décorations ramenées des champs de bataille en 1914-1918 ; plus exceptionnel encore est le cas de Richard Georges, pupille de l’Assistance publique, envoyé très jeune aux champs puis à l’usine, avant de devenir mineur dans le Pas-de-Calais à la veille de la première guerre mondiale et de s’y imposer comme l’un des chefs de file du mouvement ouvrier par une action conjuguée sur les terrains syndical et politique.

105Le pourcentage d’ouvriers est sensiblement le même chez les élus et chez leurs parents, soit autour d’un dixième : l’une des explications majeures tient au fort taux d’auto-reproduction sociale de ce milieu. En effet, d’une part, tous les parlementaires classés comme ouvriers sont eux-mêmes issus de ce groupe social, à une exception près (Henri Cadot, fils de paysan), et d’autre part, une grosse moitié des fils d’ouvriers (60 % environ) restent dans la même catégorie : moins d’un sur cinq réussit à entrer dans les classes moyennes salariées ; la même proportion se hisse statistiquement dans nos “classes moyennes capitalistes”, mais il s’agit le plus souvent de petits commerçants dont on a dit plus haut les raisons d’une illusoire “ascension sociale”.

106Si aucun fils d’ouvrier ne se tourne vers l’agriculture, aucun non plus ne parvient à rejoindre la bourgeoisie (telle que nous l’avons définie), pas même la “bourgeoisie diplômée” : on voit bien les limites étroites dans lesquelles s’inscrit toute possibilité de promotion sociale. Tout au plus peut-on prétendre à une bien modeste “petite bourgeoisie”, par un travail opiniâtre conduisant à un diplôme qui ne sanctionne ni des études supérieures ni même des études secondaires ; et, plus souvent encore, par une entrée dans le monde du petit commerce qui doit plus à la contrainte (la persécution patronale) qu’à la traduction d’une promotion par l’épargne ou l’acquisition d’un petit capital.

C - Voies et limites d’une perméabilité sociale :

Du père au fils : quel espace pour la promotion sociale ?

107Le taux d’auto-reproduction sociale est supérieur à 50 % pour la plupart des catégories sociales et professionnelles définies dans notre enquête : de l’ordre d’une grosse moitié pour les mondes ouvrier et agricole, il frôle ou atteint les trois-quarts pour les trois fractions de la bourgeoisie telles que nous les avons déterminées ; seules les classes moyennes font exception, un quart seulement des élus issus de leurs rangs demeurant dans la même CSP que leur père. Si la rigidité sociale est donc la règle, la mobilité sociale ne doit pourtant pas être sous-estimée ; d’une part, un cinquième des fils d’agriculteurs, un quart des fils de la bourgeoisie d’affaires ou rentière et propriétaire, plus de 40 % de ceux des classes moyennes capitalistes, et même plus de 60 % de ceux des classes moyennes salariées rejoignent la bourgeoisie diplômée, dont les portes ne sont fermées que pour la seule classe ouvrière. On observe donc que le diplôme est un outil non négligeable de promotion sociale pour les classes moyennes et le monde agricole, mais qu’il ouvre aussi des perspectives de carrière aux autres fractions de la bourgeoisie. D’autre part, la bourgeoisie d’affaires ouvre ses rangs au quart des fils de la bourgeoisie diplômée et des classes moyennes capitalistes. Quant aux classes moyennes, elles accueillent à peu près le dixième des fils d’agriculteurs, mais plus d’un tiers de ceux d’ouvriers ; ouvertes sur les catégories sociales “inférieures”, elles permettent d’un autre côté à plus de la moitié de leurs fils de se hisser dans la bourgeoisie, celle du diplôme pour les élus issus du salariat, mais aussi celle des affaires pour une partie des enfants de la boutique et de l’atelier. Par leur position intermédiaire dans la société, les classes moyennes jouent donc pleinement le rôle d’un ascenseur social, tant pour la classe ouvrière qui les rejoint, que pour ses propres fils qui la quittent pour gravir quelques degrés de l’échelle sociale.

108En somme, si l’origine sociale prédétermine très largement l’appartenance sociale, il serait inexact et réducteur de s’en tenir à l’image d’une société bloquée, figée.

109C’est ce que confirme, inversement ou plutôt symétriquement, la confrontation entre chaque CSP et les autres, où elle puise une partie de ses éléments constitutifs : il s’agit cette fois de procéder à une généalogie, de type ascendant par conséquent, et non plus à une approche descendante. Si la totalité, ou presque, des parlementaires représentant les mondes agricole et ouvrier est originaire du même milieu, et si par conséquent appartenance sociale et origine sociale se recoupent ici presque exactement, un tiers seulement des élus des classes moyennes salariées provient de leurs propres rangs, et une toute petite moitié de ceux des classes moyennes capitalistes, soit dans l’un et l’autre cas une proportion simplement égale à celle venue du monde ouvrier. Quant à la bourgeoisie, la part des éléments exogènes parmi les élus qui la représentent va croissant quand on passe de la bourgeoisie diplômée, avec à peine une moitié de fils du même monde (les autres se distribuant en proportions variables entres toutes les CSP à la seule exception de la classe ouvrière), mais 60 % pour la bourgeoisie d’affaires (les autres venant des classes moyennes capitalistes), et près des trois quarts (72 %) pour la bourgeoisie propriétaire et rentière (le reliquat étant issu essentiellement de la bourgeoisie diplômée).

110On est donc fondé à conclure à un certain brassage, intra-comme inter-classiste, non sans en mesurer les limites. Les tribuns du peuple sont les fils du peuple, les porte-voix des campagnes sont issus du monde rural ; la bourgeoisie compte peu de transfuges, mais elle reste un monde ouvert à ceux qui aspirent à s’y agréger, notamment par le diplôme. Toutefois ce sont surtout les classes moyennes qui, comme l’on pouvait s’y attendre, contribuent à une relative porosité entre les différents groupes sociaux. Socle de la République, en termes d’électorat, elles en forment aussi une double interface, en ce qui concerne le recrutement du personnel parlementaire : là se hissent les fils des classes populaires, et de là s’extrait une partie des élites bourgeoises.

111Il convient de noter également que si l’ascension sociale est à la fois limitée mais réelle, l’approche statistique n’a permis de relever aucun cas de “déchéance sociale” dans lequel l’élu appartiendrait à une catégorie “inférieure” à celle de son père : comme si jouait un invisible effet de cliquet. En revanche, rarissimes sont les cas d’ascension rapide et forte, permettant de gravir en une seule génération plusieurs barreaux de l’échelle sociale.

112La confrontation entre origine et appartenance sociales vient donc conforter le sens commun ; aucun élu n’est un déclassé, et la grande majorité des parlementaires sont soit l’émanation des classes dominantes, soit l’expression d’une ascension sociale que l’entrée au Parlement vient simplement confirmer.

L’ascension sociale comme traduction d’un itinéraire personnel et d’une stratégie matrimoniale

113 La comparaison attentive de la profession du parlementaire au moment de son entrée dans la vie active et lors de sa première élection autorise, non sans prudence dans les interprétations, les quelques brèves remarques suivantes : l’écart est élevé pour les ouvriers (on passe de 11,2 à 5,6 % de notre corpus) car nous avons vu qu’une partie d’entre eux sont contraints de se réfugier dans les classes moyennes capitalistes (dont les rangs grossissent donc si l’on opère les mêmes comparaisons). La déperdition est faible pour les agriculteurs (de 6,2 à 4,4 %) et les classes moyennes salariées (de 8,5 à 7,3 %) : on épouse un genre de vie (souvent héréditaire), autant qu’un métier, dans le premier cas ; on acquiert une “situation” ou un statut que l’on s’emploie à conserver, dans le second. En revanche, les chiffres sont plus bas au moment de la première élection (37 %) qu’à celui de l’entrée dans la vie active (42,3 %) pour la bourgeoisie diplômée, dont les rangs s’éclaircissent en faveur de la bourgeoisie d’affaires (26,3 % au moment de la première élection contre 18 % au moment de l’entrée dans la vie active) et de la bourgeoisie rentière et propriétaire (13,3 % contre 10,6 %).

114L’ascension sociale des futurs élus, au cours de leur propre itinéraire, ne concerne donc guère que la classe ouvrière, et la bourgeoisie diplômée : elle est la traduction d’une pression patronale dans le premier cas, mais d’une réelle réussite sociale dans le second cas, le capital et ses revenus prenant le pas sur le travail et sa rétribution.

115 La part qui revient au mariage et, à travers lui, au beau-père, mériterait une analyse serrée que n’autorise pas l’état actuel de notre documentation. En ce qui concerne le mariage, les non - réponses s’élèvent à la moitié du corpus, et parmi les fiches renseignées plus de 40 % des épouses sont inventoriées comme “sans profession” ; (les trop rares exemples dont on dispose vont tous dans le même sens, et concernent toujours les mêmes catégories sociales : le mariage conduit un homme issu d’un milieu déjà relativement favorisé à s’installer dans les affaires ou à gérer des biens, un patrimoine).

116L’exploitation des fiches est tout aussi délicate pour les beaux-pères, avec près de 60 % de non - réponses ; et la comparaison avec les élus serait d’autant plus hasardeuse que le décalage est grand en ce qui concerne les bases statistiques (les pourcentages étant calculés sur des chiffres trop disproportionnés). Il faudra donc se résigner à quelques remarques très générales : agriculteurs (7,2 %) et ouvriers (9,3 %) sont encore moins nombreux chez les beaux-pères que chez leurs gendres parlementaires ; le poids des classes moyennes est sensiblement le même (salariées : 5 % ; capitalistes : 6,5 % ; soit 11,5 % au total) ; en revanche, la bourgeoisie diplômée est sous-représentée chez les beaux pères, comparés aux élus (19 % contre 42,3 %), tandis que le pourcentage de la bourgeoisie d’affaires est le double (36 % contre 18 %) et que celui de la bourgeoisie rentière et propriétaire est nettement plus élevé (16,5 % contre 10,6 %). Tout se passe comme si le diplôme du futur élu valait, dans un nombre non négligeable de cas, viatique pour épouser la fille d’un “propriétaire” (d’une terre, d’un patrimoine, d’une affaire) : ainsi s’uniraient le savoir et l’avoir.

117En somme, la démocratisation du recrutement des élites de la République, telle qu’elle transparaît à travers l’analyse des origines sociales des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais entre 1871 et 1940, semble relative et tardive à la fois. La bourgeoisie conserve la primauté, tant pour l’origine que pour l’appartenance sociale. Les parlementaires n’offrent donc qu’une image très déformée de la réalité sociale d’une région où l’essentiel de la population active appartient aux classes populaires et moyennes. Les pesanteurs et déterminismes semblent bien l’emporter sur l’effort et les mérites individuels, l’héritage sur les apprentissages.

3. LES HÉRITAGES POLITIQUES

118Malgré un régime républicain et l’implantation durable du suffrage universel, les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais appartenant à des familles détenant des mandats électoraux locaux ou nationaux représentent 42.6 % de l’effectif total. Il existe donc bien dans la région une transmission du pouvoir politique au sein de la cellule familiale. Afin de mieux appréhender le phénomène, plusieurs catégories ont été distinguées : les élus qui ont dans leur ascendance des élus locaux, les élus appartenant à des familles de seuls parlementaires et les élus dont la famille détient les deux types de mandats, local et national. À ceci s’est ajoutée pour les parlementaires une distinction des liens de parenté (ascendants, descendants, collatéraux) Comment le phénomène a-t-il évolué sur la période, comment se répartissent ces familles socialement et géographiquement, quelle est leur tendance politique ? L’étude des liens de parenté entre parlementaires nous permettra de mieux cerner la transmission familiale des mandats

A - Le recrutement familial, un phénomène durable

Élus appartenant à des familles de parlementaires et-ou d’élus locaux en fonction de la date de la première élection

ParentéParlementaires

ParentéÉlus locaux

ParentéParlementaires et élus locaux

1 an ou moins

1

4

5

2 à 5 ans

7

13

27

6 à 10 ans

9

9

27

11 à 15 ans

4

2

4

16 à 20 ans

2

3

11

21 à 25 ans

2

3

3

26 à 35 ans

-

2

1

36 à 50 ans

-

3

1

Durée des mandats des parlementaires appartenant à des familles d’élus

Durée des mandats des parlementaires appartenant à des familles d’élus

119On note que le recrutement familial s’opère majoritairement au cours de la première période (52 % des élus concernés) et qu’il concerne les deux départements dans les mêmes proportions. Parmi eux, 19 ont été élus avant 1871 (3 sous la monarchie de Juillet, 11 en 1848 et 8 sous le Second Empire). Le renouvellement du personnel politique à la fin du siècle, la première guerre mondiale, la démocratisation de la vie politique sont autant d’éléments pour expliquer la baisse du phénomène, mais celui-ci perdure dans l’entre-deux-guerres. À contrario, la seconde guerre mondiale et surtout le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940 n’a permis aucune transmission du pouvoir au sein des familles de parlementaires. Seuls Augustin Laurent et Charles Delesalle dont le père fut maire de Lille de 1904 à 1919 ont retrouvé leur mandat respectivement en 1945 et 1958.

120Les parlementaires issus de familles de seuls élus locaux ne représentent au total que moins d’un tiers de l’effectif concerné et moins de 12 % de l’effectif total ; ils sont élus en majorité avant la première guerre mondiale et trois seulement Font été avant 1871 (Charles Boduin, Antoine Douay et Charles Kolb-Bernard). Le Pas-de-Calais n’est pas concerné après 1919. Plus d’un quart d’entre eux exerce leur mandat plus de 20 ans (Charles Goniaux est député pendant 26 ans, Paul Rayez 32 ans, Charles Jonnart 38 ans, Gustave Dron 41 ans, et Auguste Huguet 43 ans) tandis que dans les deux autres catégories le chiffre est inférieur à 10 %. Les élus qui appartiennent à des familles de seuls parlementaires n’excèdent pas les “noces d’argent parlementaires” ; seuls Edmond Lefebvre du Prëy (31 ans) et Jean Plichon (47 ans) franchissent ce cap dans la catégorie de ceux dont la famille détient les deux types de mandats.

121Les parlementaires dont la parenté n’exerce qu’un mandat national représentent à peine 18 % des transmissions. Plus de la moitié d’entre eux est élue avant 1889 ; seuls trois ont été élus avant 1871. Il s’agit de grands aristocrates comme Charles de Montalembert, Charles de Mérode ou encore Adolphe de Partz de Pressy, de hauts fonctionnaires ayant effectué une partie de leur carrière en dehors de la région (Charles Levert, Edouard Roger du Nord) ou d’élus n’ayant aucune ascendance parmi les parlementaires, mais qui feront souche au cours de la Troisième République, tels Alphonse Bergerot, Jean-Baptiste Trystram père, Henri Taillandier.

122Globalement, quand les parlementaires appartiennent à une famille d’élus, il s’agit à plus de 90 % d’une famille d’élus locaux. L’enracinement local est donc bien un élément important de la transmission du pouvoir politique au même titre que l’exercice d’une profession qui confère notabilité et enracinement.

B - Familles en politique : professions et territoires

Répartition socioprofessionnelle des parlementaires appartenant à des familles d’élus

ParentéParlementaires

Parenté Élus locaux

ParentéParlementaires

Cultivateurs, ouvrier s, employés

1

1

et élus locaux1

Instituteurs, employés du public,artisans

-

1

Petite bourgeoisie, commerçants, petits officiers ministériels

1

1

5

Bourgeoisie diplômée

3

16

22

Cadres de l’État

4

4

6

Possédants : rentiers, industriels, banquiers

16

16

46

123La possession d’un domaine foncier permet “l’enracinement politique” pour 15 % des élus concernés par la transmission familiale des mandats. Cela peut être le fait de familles nobles (les des Rotours, issus de la vieille noblesse normande ou les de Diesbach originaires de Suisse) ou de familles de grands notables (comme les d’Hespel ou les de Brigode de Kemlandt), mais c’est surtout le fait de la bourgeoisie rurale (Auguste et Georges Potié à Haubourdin ou Auguste Bergerot devenu châtelain d’Esquelbecq) qui dans la plupart des cas exerce une activité industrielle annexe (Charles et Gustave Dellisse, fabricants de sucre à Béthune, Victor Desprez spécialisé dans les semences à Cappelle-en-Pévèle ou Jules Hermary brasseur à Barlin).

124Les élus appartenant au monde de l’industrie et du négoce sont les plus nombreux (45 %). Le secteur du textile roubaisien est représenté notamment par Edouard Roussel et Constantin Descat, le tissage l’est par Albert Seydoux au Cateau. Le commerce maritime permet la prospérité des affaires des Trystram, négociants à Dunkerque et des Adam, banquiers à Boulogne-sur-Mer.

125Un peu moins du tiers de nos élus appartiennent à la bourgeoisie diplômée ; la moitié exerce une profession juridique tels des avocats (Léon et Ernest Guillemin, Albert et Henri Tailliandier, les Lefebvre du Prëy) ou des notaires (.Auguste Outters à Steenvoorde).

126Les autres professions sont représentées de manière plus éparse ; il conviendra toutefois de noter la présence d’un secrétaire de mairie (Augustin Laurent) et de trois représentants du monde ouvrier (les Saint-Venant père et fils, employés d’une confiserie et Charles Goniaux, mineur) qui sont entrés en politique par la voie du syndicalisme.

127La majorité des familles d’élus est installée dans la moitié septentrionale de la région. À l’exception de l’arrondissement de Lille, le phénomène est surtout le fait de régions conservatrices où le rôle du notable est important (Charles Desmoutiers dans l’arrondissement de Douai ou Charles Dellisse à Béthune) ; le vote rural compense parfois celui des agglomérations, c’est le cas de la famille Dussaussoy à Dunkerque et Calais. A contrario, la partie méridionale du Nord-Pas-de-Calais (hormis l’arrondissement d’Arras où les forces conservatrices et démocratiques s’équilibrent), beaucoup plus indépendante vis-à-vis du notable, ne permet pas une implantation familiale importante. (Voir Carte 4 sur la Répartition géographique des parlementaires appartenant à des familles d’élus, p. 338)

C - Une majorité d’élus de droite

128 Opinion politique des parlementaires appartenant à des familles d’élus

1871-1888

1889-1918

1919-1940

Droite antirépublicaine

50

3

-

Gauche républicaine

24

11

-

Droite républicaine

-

10

5

Centre et centre droit

1

10

12

Gauche non socialiste

-

5

5

Socialistes

-

1

7

Communistes

-

-

-

129Près de 55 % des parlementaires appartenant à une famille d’élus sont classés à droite, 10 % au centre et 35 % à gauche. On notera d’une part, l’absence de communistes et d’autre part, l’importance de la droite antirépublicaine entre 1871 et 1888. Le clivage droite-gauche s’estompe nettement entre 1889 et 1940 ; un quart des élus entre 1919 et 1940 sont socialistes (Ernest Couteaux, Augustin Laurent, les frères Salengro, les Saint-Venant et Charles Valentin) ; aucun d’entre d’eux n’a d’ascendance parlementaire. Toutefois, si l’on compare ces chiffres aux statistiques globales de l’enquête, on constate que 57 % des parlementaires de droite appartiennent à une famille d’élus contre 29 % des parlementaires de gauche. La transmission familiale des mandats reste donc plus ancrée à droite qu’à gauche où le poids des traditions est moindre.

D - La transmission familiale des mandats

Liens de parenté entre parlementaires en fonction de la date de la première élection

Liens de parenté entre parlementaires en fonction de la date de la première élection

130La transmission des mandats politiques au sein de la famille s’effectue le plus souvent sur deux générations (un ascendant ou un descendant) ; c’est le cas pour les deux tiers des élus. Parmi eux on remarque la prédominance de la relation père/fils tandis que la relation grand-père/petit-fils se résume à 1 cas (les de Diesbach). La relation oncle/neveu n’est que peu fréquente (3 cas : les Bouilliez, Narcisse Boulanger, Jean-Baptiste Coget). Le mariage avec la fille d’un parlementaire n’autorise que rarement l’ascension en politique (3 cas : Philogène Delelis-Fanien, gendre d’Achille Fanien, Edmond de Martimprey, gendre de Jules Brabant, Emile Delhomel, gendre d’Armand représentant à l’Assemblée constituante de 1848).

131Les relations multiples (un père, un oncle et un cousin par exemple) touchent près de 15 % des élus dont les 8 sont élus avant 1918, ce qui dénote bien une certaine endogamie du milieu parlementaire de la région.

Un exemple de réseau familial dans le département du Nord

Un exemple de réseau familial dans le département du Nord

(en caractères gras : élus de la Troisième République)

132La transmission linéaire (une génération) est le fait de fratries (les Salengro, les Potié ou les Sirot associés à leur cousin Émile Weil-Mallez).

133La transmission familiale sur plus de deux générations est rare (3 cas avec 3 générations : les Plichon, les Lefebvre du Prëy, les Seydoux, 1 cas sur 4 générations : les des Rotours). Dans ce cas précis, sauf pour les Seydoux où l’ascension politique s’est faite grâce au prestige du nom, on peut véritablement parler de dynastie. Pour ces familles, le sentiment de légitimité du pouvoir est très fort, la déférence des électeurs à leur égard en est d’ailleurs une preuve.

134La transmission des mandats au sein des familles est un phénomène d’importance dans la région Nord-Pas-de-Calais sous la Troisième République, mais sociologiquement, géographiquement et politiquement limité.

4. LA FORMATION

135Le niveau et la nature de la formation reçue par les futures élites politiques peuvent éclairer leur tournure d’esprit, leurs préoccupations, leurs comportements et ils reflètent par ailleurs le degré de démocratisation de leur recrutement. L’éducation est un héritage qui s’ajoute à celui du terroir, du milieu social et parfois des mandats.

A - Un héritage très inégal

Tableau de la formation des élus

Tableau de la formation des élus

*Absence de renseignements : 266

136Nous disposons de 83 % de réponses sur l’ensemble de l’échantillon...

  • 13 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République. Portrait de Groupe. Editions de (...)

137Près des deux tiers des élus sont des diplômés de l’enseignement supérieur et la proportion est voisine dans les deux départements. Elle est nettement inférieure à celle des parlementaires aquitains (80 %)13 indice d’une plus grande démocratisation des élites politiques nordistes. Mais elle ne se manifeste que progressivement, le pourcentage des diplômés de l’enseignement supérieur s’abaissant de 72 % (1871-1888) à 67 % (1889-1918) puis à 48 % dans l’entre-deux-guerres. Inversement, la proportion des élus n’ayant pas dépassé le niveau des études primaires, inexistante au début de la Troisième République (moins de 1 %) s’élève à 27 %, puis à 30 %. Cette progression correspond à la poussée du socialisme : 62 % de ses élus se situent dans cette catégorie (et 90 % des élus communistes). Les grands leaders, Émile Basly, Augustin Laurent, Arthur Lamendin, Cyprien Quinet, Arthur Ramette, ont quitté l’école primaire dès la fin de l’obligation scolaire, et les plus anciens, tel Gustave Delory, ne l’ont guère fréquentée. Le contraste est total avec les autres familles politiques, qui ne comptent pratiquement aucun élu dans cette catégorie, à l’exception de la Gauche radicale-socialiste qui se situe dans une position intermédiaire (25 %).

138Les pourcentages des diplômés de l’enseignement supérieur se retrouvent en position inversée pour l’ensemble des familles politiques depuis les 81 % de la Droite antirépublicaine et les 79 % du Centre et Centre-droit jusqu’au 22 % de la Gauche socialiste, aucun élu communiste n’ayant fait d’études supérieures.

139Il existe une autre fraction de parlementaires, ceux ayant reçu une formation de type secondaire exclusivement. La proportion est voisine dans l’ensemble des familles politiques et elle se situe entre 16 % et 21 %, à l’exception des communistes cantonnés dans une formation primaire. Cette homogénéité est due à la juxtaposition de situations sociales diverses. Une fraction de cette catégorie appartient à une modeste bourgeoisie rurale ou urbaine (Achille Fanien, Jules Guesde, Auguste Huguet), quand elle n’est pas issue de milieux populaires (César Bernard, Charles Coutel, Raymond Gernez, Jean-Baptiste Lebas, Léon Lierman). Toutefois, la majorité est issue de familles de riches notables, soucieuses de donner à leurs enfants une éducation soignée, mais pour lesquels un enseignement supérieur est de peu d’utilité, qu’il s’agisse de châtelains (Charles de Bryas, Eugène de Diesbach, Octave d’Hespel, Louis de Rinquesen), de propriétaires fonciers roturiers (Alphonse Bouilliez-Bridoux, Charles Dellisse-Engrand), ou de grands industriels (Constantin Descat, Eugène Motte, Louis Nicolle). Ainsi paradoxalement, le poids des possédants se conjugue à la progressive démocratisation pour abaisser le taux des diplômés de l’enseignement supérieur parmi les parlementaires de la région.

B - Diversité de la formation secondaire

140Il n’a pas été possible, faute de réponses suffisamment nombreuses, de faire la statistique du type d’établissement secondaire fréquenté. Malgré tout le cursus scolaire de nombreux élus est connu. On ne s’étonnera pas qu’un certain nombre d’entre eux, appartenant aux Gauches républicaine, radicale et socialiste, soient issus des collèges communaux et des lycées de la région tels Louis Faidherbe, Louis Loucheur, Jacques Sever, Achille Testelin (Lille), Alfred Boucher-Cadart, Léon Pasqual (Douai), Jean-Jacques Debève, Alfred Girard, Alfred Giard (Valenciennes), Louis Devaux, Roger Farjon (Saint-Omer), Pierre Farjon, Antoine Guillain (Boulogne). Inversement, les notables de la Droite catholique ont été souvent formés dans des établissements privés. Auguste Paris, les Lefebvre du Prëy ont fait leurs études secondaires au collège Saint-Bertin de Saint-Omer, Charles Thellier de Poncheville au collège Notre-Dame de Valenciennes, les de Diesbach chez les Jésuites. Mais la corrélation est loin d’être totale. Certains républicains ont été les élèves des “bons pères” : Hyacinthe Corne au collège des jésuites de Saint-Acheul (comme le légitimiste Louis Dubrulle), Louis Legrand et Henry Sculfort au collège Notre-Dame de Valenciennes. Nombre d’élus de la droite ont fréquenté des établissements d’État tels Auguste Lepoutre, Albert Mahieu (lycée de Lille), Edouard Fiévet (Douai), soit par le libre choix de leurs familles, soit parce que la liberté d’enseignement secondaire n’existait pas encore pour les plus anciens. Par ailleurs, une fraction notable a suivi des études à Paris, en prélude à l’inscription dans les facultés parisiennes ou à la préparation des concours des grandes écoles. Victor Cirier, Georges Graux, Léo Lagrange ont été les élèves du lycée Henri IV, Henri Cochin du lycée Louis-le-Grand, Auguste Bouilliez, Paul Le Gavrian, Charles Kolb-Bernard du lycée Charlemagne. Le collège Sainte-Barbe exerçait aussi une grande attraction (Edmond Ansart Raux du Fiesnet, Géry Legrand, Charles Levert...).

141L’ascension sociale passe souvent par l’enseignement supérieur et il importe d’inventorier la localisation et la nature des formations suivies.

C - L’attraction de la capitale

Les formations de l’enseignement supérieur

Les formations de l’enseignement supérieur
  • 14 Ibidem, p. 104-109.

142Nous connaissons le lieu où les études supérieures ont été poursuivies dans 140 cas sur 177. Paris a formé 77 % de ceux qui ont fait des études supérieures. Le pourcentage réel est moindre, car l’absence d’identification est sans doute plus fréquente lorsque les études supérieures se font en province, mais il se situe au minimum à 66 %. L’attraction de la capitale est supérieure à celle exercée sur les parlementaires d’Aquitaine14, conséquence d’une plus grande proximité mais aussi de la date tardive des créations des facultés de droit de Douai (1866) et surtout de médecine de Lille (1875). Un rééquilibrage a pu ensuite s’amorcer. L’influence de Paris a des conséquences sur le processus de socialisation politique. Les cadres du parti républicain ont fréquenté le quartier Latin sous la monarchie de Juillet, tels Achille Testelin, ou sous le Second Empire, les frères Legrand qui se sont liés d’amitié avec Gambetta.

143Les Facultés catholiques ne paraissent pas en revanche avoir joué un rôle important même chez les générations plus jeunes. René Faure (licencié en droit), Henri Dard et André Parmentier (docteur en droit), Gabriel Planche (ancien élève d’HEI), font figure d’exception.

D - La suprématie des juristes et des élèves des Grandes Écoles

Les étudiants en Droit, Médecine et Grandes Ecoles

Les étudiants en Droit, Médecine et Grandes Ecoles
  • 15 Y.-H. Gaudemet, Les juristes et la vie politique de la Troisième République, Paris, PUF, 1970, 120 (...)
  • 16 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine, op. cit., p. 105.

144La prépondérance des juristes au sein du personnel parlementaire analysée par Yves-Henri Gaudemet15 se retrouve dans le Nord-Pas-de-Calais. 55 % des diplômés de l’enseignement supérieur sont issus des facultés de droit. La proportion est moindre qu’en Aquitaine où elle dépasse 63 %16. Elle est remarquablement élevée au début de la Troisième République pour s’abaisser ensuite et se stabiliser dans l’entre-deux-guerres. À la différence de l’Aquitaine, le pourcentage varie en fonction de l’orientation politique des élus. La Gauche républicaine compte proportionnellement plus de juristes que la Droite anti-républicaine. Celle-ci s’en est rendu compte et exploite la situation en dénonçant les “beaux parleurs” auxquels elle oppose ses candidats ayant l’expérience de la gestion économique. Mais ce clivage s’inverse à la fin du siècle. Le barreau attire davantage les futurs élus de la Droite républicaine que ceux du Centre et du Centre-droit. La différence est encore plus sensible avec les parlementaires de la Gauche radicale ou socialiste. Quand on considère l’ensemble des élus, diplômés ou non, le clivage s’accentue inévitablement. Le prestige du barreau a donc grandi parmi les élites traditionnelles. La compétence juridique devient un moyen d’ascension politique pour les défenseurs du clergé tels Constant Groussau ou Charles Thellier de Poncheville.

145La médecine vient très loin en second rang dans la hiérarchie des diplômés universitaires. Le cursus médical, quasi inexistant au début de la Troisième République, ne se développe qu’après 1889. À la différence des formations juridiques, la corrélation est nette avec les familles politiques de gauche, surtout celle des radicaux où Charles Debierre, Gustave Dron, Paul Defontaine, ont fait une brillante carrière politique. La médecine ne fait pas recette au sein des formations de droite et du centre. Les études médicales sont propices à l’adhésion aux théories du positivisme et favorisent l’anticléricalisme républicain. Plusieurs militants de gauche, médecins des pauvres, ont été émus par la misère sociale (ex : Eugène Haynaut).

146Les études littéraires ou scientifiques sont rares. Les premières sont le plus souvent associées à une formation juridique (Louis Legrand, René Faure, Auguste Paris). Roger Salengro, pur littéraire, fait exception. Les secondes sont à peine plus nombreuses. On peut malgré tout évoquer la notoriété des travaux d’Alfred Giard, vulgarisateur en France des théories de Darwin.

147Les élèves des grandes écoles constituent le second grand ensemble des diplômés de l’enseignement supérieur (22 %). L’École polytechnique arrive en tète. Seule une minorité de ses diplômés demeure dans l’armée (Louis Faidherbe, Jacques Sever). La plupart ont démissionné pour gérer leurs domaines (Alphonse-Pierre d’Havrincourt, Joseph de Frescheville, Anatole de Melun), ou pour reprendre les entreprises industrielles familiales (Roger Farjon, Georges Vandamé). La compétence technique favorise dans d’autres cas la direction d’usines (Marcel Delaune, Pierre Farjon, Louis Loucheur). Mais Polytechnique a surtout formé des ingénieurs des Mines (Louis Boudenoot, Édouard Sens) ou des Ponts-et-Chaussées (Antoine Guillain, Félix Lambrecht, Albert Mahieu). Cette compétence est aussi mise à profit par les élèves de l’École Centrale pour diriger des entreprises industrielles dans la mécanique (Paul Le Gavrian), la fonderie (Julien Lemoine), la verrerie (Léon Renard), ou l’agroalimentaire (Gustave Dellisse, Gabriel Delmotte, Jules Hermary). À un moindre degré, l’École de Châlons (Charles Delesalle, Jules Deregnaucourt) et l’École des hautes études industrielles de Lille (Gabriel Planche) remplissent le même office tout comme les écoles d’agriculture de Grignon et de Rennes (Paul Bachelet, Jules Carlier-Caffiéri). L’orientation droitière des diplômés des grandes écoles scientifiques et technologiques apparaît nettement.

148Ce type de formation l’emporte nettement sur l’enseignement littéraire. La région ne compte que deux normaliens de la rue d’Ulm, illustres il est vrai (Alexandre Bracke-Desrousseaux et Henri Wallon) et un “cloutier” en la personne de Daniel Vincent dit Daniel-Vincent ; Henri et Claude Cochin quant à eux, sont passés par l’École des chartes.

E - Des compléments de formation extra-universitaires

149La formation des futurs parlementaires est aussi tributaire d’éléments non universitaires comme les voyages à l’étranger ou l’engagement dans des mouvements de jeunesse. 13 % se situent dans le premier cas, mais ce pourcentage est minoré par l’absence de renseignements sur de nombreuses fiches. Les buts de ces voyages sont variés. De futurs chefs d’entreprise s’initient aux techniques industrielles dans divers États européens et aux États-Unis (Louis Couhé, Louis Demesmay, Achille Fanien, Albert Seydoux qui entreprend un tour du monde de la laine). Quelques-uns ont fait des études à l’étranger tel Adolphe Vincent à Canterbury. Pierre Joseph Bertrand-Milcent a été professeur de français à Londres pour parfaire ses connaissances en anglais. Paul Laforgue a achevé ses études médicales à Londres. Quelques savants ont effectué des missions scientifiques : Théodore Barrois en Laponie, François de Saint-Just au Sahara où il dirige la mission de 1930. D’autres élus ont occupé des postes dans la diplomatie : Ignace Plichon (Perse), Edouard Roger du Nord (Constantinople) ou ils ont servi dans l’administration comme Bergerot ou Charles Jonnart en Algérie, ou encore rempli des missions de coopération administrative ou technique. Claude de Corcelles a œuvré à la réorganisation des États pontificaux, Antoine Guillain a conseillé les travaux du port anglais de Grimsby, Edouard Sens a participé à des entreprises d’exploitation minière en Espagne, Amaury de la Grange a contribué à la création de l’aviation militaire des États-Unis. Les voyages d’agrément sont rares et le cas de Félix Lambrecht et de son parent Alexis de la Grange faisant ensemble le tour du monde est exceptionnel. Il faut enfin évoquer le cas des exilés politiques sous le Second Empire (Achille Testelin, Émile Werquin) ou après la Commune (Jules Guesde) et aussi des voyages de militants (Louis Brodel en Pologne russe, Cyprien Quinet en URSS). Au total, s’il s’agit d’une minorité, l’élargissement des horizons contribue à une ouverture d’esprit et à une sensibilité aux problèmes internationaux. Signalons cependant une diminution de ces voyages à l’étranger au cours de la Troisième République impliquant un risque de repli sur les problèmes hexagonaux.

150La participation aux mouvements de jeunesse est encore plus minoritaire et concerne des militants très engagés idéologiquement. Il s’agit surtout des mouvements de jeunesses socialistes ou communistes. Quelques futurs élus ont milité au sein des jeunesses républicaines comme Gustave Lemelle (Arras), Pierre Farjon (Ligue de l’enseignement à Calais). Léo Lagrange a participé au mouvement des Éclaireurs de France, Henry Dard a fondé et présidé l’Association des Jeunesses catholiques du Pas-de-Calais ; mais ces cas font exception.

151Trois degrés de formation se distinguent finalement : les autodidactes qui n’ont reçu qu’une instruction primaire plus ou moins complète ; les bacheliers dotés d’une culture générale plutôt littéraire, parfois complétée par des séjours à l’étranger ; et les diplômés de l’enseignement supérieur, formés surtout à Paris, où ils ont, pour la majorité, fait des études de droit, mais, où un certain nombre a reçu une formation scientifique donnée dans les grandes écoles.

Notes

1 Il s’agit des députés Gustave Barra, Ephrem Coppeaux, Charles Debierre, Anatole de Melun et Alphonse Tellier

2 Notamment Charles de Bryas, Eugène de Diesbach de Belleroche, Amaury de La Grange, Edmond de Martimprey, Geoffroy de Montalembert, François de Saint-Just, Louis de Fouler de Relingue, Edmond Ansart-Raut du Fiesnet, Germain Antonin Lefèvre-Pontalis, Léon Roger du Nord

3 Ce sont les 48 parlementaires qui ont exercé alternativement les fonctions de député et de sénateur (ou inversement)

4 Cf. supra.

5 Manoir familial de Bois-en-Ardres

6 27 % de non-réponses dans le Nord et important taux de 49 % de non-réponses dans le Pas-de-Calais

7 La statistique tient compte de l’ancien découpage des arrondissements, découpage qui a prévalu pendant la presque totalité de la IIP République.

8 La connaissance de l’évolution de la population des communes de naissance des élus est aisée, tant l’engouement pour la culture scientifique et statistique est prospère, en cette fin du XIX e siècle ; Pour le Nord : Adolphe Joanne, Géographie du Nord, Paris, Hachette et Cie, 1875, 48 p ; Devaux père et fils, Annuaire statistique du département du Nord, Lille, L. Danel imprimeur, 1866, 453 p. ; H. Lecocq, Annuaire statistique du département du Nord, Lille, L. Danel imprimeur, 1912, 453 p. ; Pour le Pas-de-Calais : Adolphe Joanne, Géographie du Pas-de-Calais, Paris, Hachette et Cie, 1875, 48 p. ; Pour les autres départements métropolitains : Paul Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France, Paris, Librairie Hachette, 1890-1905, 7 tomes ; Pour les départements cédés à l’Allemagne et les villes étrangères : Paul Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 1866-1879, 15 tomes + 2 suppléments.

9 INSEE, Annuaire statistique régional, Lille, INSEE, 1951.

10 Dans le département du Nord, le cap des 50 % de population urbaine est dépassé dès 1861. Dans le Pas-de-Calais, il faut attendre 1911. Il y a donc un décalage d’un demi-siècle.

11 Francis Przybyla, Les députés du Nord au début de la Troisième République (1871-1885), Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 1992, 174 p.

12 Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la HT République 1870-1940. Portrait de groupe. Université Michel de Montaigne Bordeaux III, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Talence, 1995, 367 p.

13 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République. Portrait de Groupe. Editions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 104.

14 Ibidem, p. 104-109.

15 Y.-H. Gaudemet, Les juristes et la vie politique de la Troisième République, Paris, PUF, 1970, 120 p.

16 Députés et Sénateurs de l’Aquitaine, op. cit., p. 105.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : Répartition des parlementaires (1871-1940) selon le département et l’arrondissement de naissance de l’épouse
Légende Colonne 1 : épouse née en 59, même arrondissement / Colonne 2 : épouse née en 59, autre arrondissement / Colonne 3 : épouse née en 62, même arrondissement / Colonne 4 : épouse née en 62, autre arrondissement / Colonne 5 : épouse née en 62, arrondissement non connue.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 6. Répartition des lieux de naissance des parlementaires
Légende E- Représentation parlementaire et enracinement local
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Tableau 7. Indices d’enracinement des parlementaires de la région Nord-Pas-de-Calais sous la III e République (1871-1940)
Légende * Hors arrondissement ** Pourcentage excluant les non-réponsesLa colonne 2 reprend les informations du département du Nord, la colonne 3 celles du Pas-de-Calais. La colonne 4 globalise les informations sous la forme d’une moyenne pondérée en fonction des effectifs de chaque département. La colonne 5 globalise les informations de la même manière mais est rapportée au nombre d’individus pour lesquels l’information est connue.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau et graphique 2 : Origine sociale et appartenance sociale des parlementaires
Légende a. Il faut tenir compte ici des non-réponses (% calculés sur 338)b. Statistiques portant sur 37 élus. Lemire, prêtre n’étant pas pris en compte (mais % calculés sur 338)c. et aristocratie
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 3 : Tel père, tel fils ? Origine et appartenance sociales : approche statistique par sous-catégorie 1
Légende 1. 17 agriculteurs et 8 exerçant en outre des activités annexes (domaine agro-alimentaire)a. Les totaux s’écartent légèrement des chiffres retenus dans l’enquête traitée par informatique, car les critères de tri sont quelque peu différents (comme cela est expliqué dans l’introduction de notre synthèse) et, surtout, parce que l’on s’est appliqué à affiner l’analyse, quitte à laisser de coté les cas douteux ou les formules trop vagues pour autoriser une imputation précise (exemple : « issu d’une famille de notables » ne permet pas de trancher parmi les catégories socio professionnelles définies ici).Le tableau ne répertorie que 298 des 338 élus du Nord-Pas-de-Calais (88 %), mais il autorise des conclusions relativement fiables dans la mesure où chaque parlementaire a été rangé avec autant d’attention et de pertinence que possible, et où la loi des grands nombres, certes toute relative ici, néanmoins aider à compenser, et donc à corriger, quelques erreurs d’imputation.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Durée des mandats des parlementaires appartenant à des familles d’élus
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Liens de parenté entre parlementaires en fonction de la date de la première élection
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Un exemple de réseau familial dans le département du Nord
Légende (en caractères gras : élus de la Troisième République)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau de la formation des élus
Légende *Absence de renseignements : 266
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Les formations de l’enseignement supérieur
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Les étudiants en Droit, Médecine et Grandes Ecoles
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3052/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540