Version classiqueVersion mobile

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Méthodologie et présentation

Texte intégral

Fiches de travail1

  • 1 Les fiches ont été remplies par les collaborateurs de l’ouvrage et par des étudiant(e)s à l’occasio (...)

11. Questionnaire général sur le personnel parlementaire sous la Troisième République

2CENTRE DE
RECHERCHES
SUR L’HISTOIRE
DU XIXe SIÈCLE

3QUESTIONNAIRE SUR
LE PERSONNELLEMENTAIRE
SOUS LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE

4AUTEUR DE LA FICHE
NOM : GUISLIN
PRÉNOM : Jean-Marc
FONCTION : Maître de Conférence
ADRESSE : Université de Lille 3

1. ÉTAT CIVIL ET RÉSEAU FAMILIAL

5Le sujet

Nom, éventuellement surnom : MOREL

Prénoms (indiquer le prénom usuel) : Victor, Narcisse, Joseph

Titre de noblesse :

Appartenance à la noblesse d’Empire :

Appartenance à la bourgeoisie de notables :

Date de naissance : 30/10/1869

Lieu de naissance : Campagne-les-Hesdin (62)

Lieux successifs de la résidence principale :

  • Domiciles successifs avant son élection :

  • Réside-t-il dans le département où il est élu avant son élection :

Oui

Non

Pas d’information

  • Domiciles successifs après son élection :

    • Campagne-les-Hesdin

    • À Paris, en session : 1904 (2, rue Racine 6e) ; 1907 (32, rue Gay-Lussac 5e) ; 1912 (9, rue du Val de Grâce 5e) ; 1926 (4ter, rue des Ecoles 5e)
      Dans le cas d’une résidence principale provinciale, indiquer le(s) châteaux(x) ou maison(s) de campagne

- Date et lieu du décès : 23/01/1927 Paris

- Résidence au moment du décès : Campagne-les-Hesdin

- Cause du décès : Crise d’asthme et complications cardiaques

- Lieu d’inhumation : Campagne-les-Hesdin 26/01/1927

- Obsèques religieuses :

Oui

Non

- Obsèques civiles :

Oui

Non

6Les ascendants

- Nom du père : MOREL

- Prénoms (indiquer le prénom usuel) : Narcisse

- Nom du beau-père :

- Prénoms (indiquer le prénom usuel) :

- Nom du tuteur :

- Prénoms (indiquer le prénom usuel) :

- Titre de noblesse (n’indiquer en principe que pour le père) :

- Appartenance à la noblesse d’Empire (n’indiquer en principe que pour le père) :

- Appartenance à la bourgeoisie de notables (n’indiquer en principe que pour le père) :

- Date de naissance du père : 1835 à Bouvigny-Boyeffles (62)

- Origine religieuse : catholique

- Niveau d’instruction : supérieur

- État et profession principale du père :

  • À la naissance de l’intéressé : médecin

  • À l’accession de l’intéressé à la majorité :

- Nom de la mère : DUPRÉ

- Prénoms (indiquer le prénom usuel) : Esther, Fanny

- Titre de noblesse :

- Appartenance à la noblesse d’Empire :

- Appartenance à la bourgeoisie de notables

- Date de naissance : / /1844

- Origine religieuse : catholique

- Niveau d’instruction :

- État et profession principale de la mère :

  • À la naissance de l’intéressé : sans

  • À l’accession de l’intéressé à la majorité : sans

- État et profession principale des grands-parents :

  • Paternels
    Homme : MOREL Juste
    Femme : ROGER Adélaïde

  • Maternels (indiquer le nom patronymique des grands-mères)
    Homme :
    Femme

7Les collatéraux

- Nombre Rang de l’intéressé dans la famille

- Frères (ajouter des fiches supplémentaires en fonction du nombre)

  • Prénoms (indiquer le prénom usuel)

  • État et profession principale

  • Nom de l'épouse

  • État et profession de l'épouse

- Sœurs (ajouter des fiches supplémentaires en fonction du nombre)

  • Nom de l'époux

  • Prénoms (indiquer le prénom usuel)

  • État et profession principale

  • État et profession du mari

8Les alliances

- Date du ou des mariages(s) : 1898, 1906

- Lieu(x)

- Divorce(s)

- Séparation(s)

- Mariages successifs (dans le cas d’un deuxième mariage, rajouter une fiche correspondante à la série de questions)

- Nom de l'épouse : WALLOIS (en 1898) ; MOREL Suzanne sa petite cousine (en 1906)

- Prénoms (indiquer le prénom usuel) :

- Titre de noblesse :

- Appartenance à la noblesse d’Empire :

- Appartenance à la bourgeoisie des notables :

- Date de naissance :

- Date de décès : 1898 (Mme MOREL née WALLOIS)

- Origine géographique :

- Origine religieuse : catholique

- Niveau d’instruction :

- Éducation dans un établissement religieux :

- État et profession principale de l’épouse :

-État et profession principale du beau-père :

9La descendance

- Fils (ajouter des fiches supplémentaires en fonction du nombre) : 1

  • Date de naissance : 1898

  • Prénoms (indiquer le prénom usuel) : Victor. Il décède en 1905 à l’âge de 7 ans d’une péritonite.

  • Nom de l’épouse :

  • État et profession principale de l’épouse :

- Filles : 5

  • Date de naissance :

  • Prénoms : Denise, Geneviève, Gilberte, Marguerite, Suzanne

  • État et profession principale du mari

2. INSTRUCTION ET FORMATION

- Ecoles fréquentées (indiquer les dates)

  • Publiques : Collège d’Arras, Lycée de Douai

  • Privées : Ecole primaire du Père Tillette à Campagne-les-Hesdin

  • Diplôme(s) ou niveau d’instruction atteint : Bac es Lettres et Bac es Sciences

- Etudes supérieures : Etablissements : Faculté de Médecine de Paris. Thèse sur la tuberculose de l’omoplate ; diplôme de chirurgien

- Associations et mouvements auxquels l’intéressé participe pendant sa jeunesse et responsabilités éventuelles :

- Service militaire (à l’exclusion des engagements volontaires) : Réformé pour fracture du fémur

- Séjours prolongés à l’étranger (indiquer le ou les pays)

  • Dans la jeunesse de l’intéressé :

  • Pendant la vie professionnelle et avant le mandat :

- Participation à des conférences de formation à la vie publique (cf. Conférence Olivaint, Conférence Molé-Tocqueville) :

- Secrétariat de la conférence du stage des avocats :

3. ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ET FORTUNE

- État et profession lors de l’entrée dans la vie professionnelle : Médecin chirurgien

- États et professions successives avant l’élection : idem

- État et profession au moment de la première élection : idem

- État et profession pendant le mandat parlementaire : idem

- Autres activités pendant le mandat :

- État et profession après le mandat :

- Présence au sein de conseils d’administration :

- Fortune (évaluation)

  • Du père à son décès :

  • De l’intéressé au début de sa carrière professionnelle :

  • Dot de l’épouse

- Composition de la fortune à la fin de la vie de l’intéressé :

  • Capitaux et revenus immobiliers :

  • Capitaux et revenus fonciers :

  • Revenus et capitaux commerciaux ou industriels :

4. VIE ASSOCIATIVE ET CULTURELLE

-Appartenance religieuse : catholique, partisan d’une laïcité tolérante (Il ne vote pas la loi de séparation [1905], il fait baptiser ses enfants, notamment le quatrième par l’abbé Lemire mais avec Georges Clemenceau pour parrain)

- Engagements militants dans une confession :

- Appartenance à la Franc-maçonnerie :

  • Nom de la loge :

  • Date d’initiation :

  • Date de sortie :

- Appartenance à la Libre Pensée (sociétés locales) :

- Appartenance à et responsabilités dans des œuvres de bienfaisance : Il pratique la médecine gratuite dans le cadre d’un service de bienfaisance pour les malades indigents des communes rurales dépourvues d’hospice (comme son père). Il est à l’origine de la construction de l’hôpital de Campagne-les-Hesdin. Il avait le projet de faire de la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil (62) une sorte de phalanstère pour écrivains et artistes ; elle deviendra finalement un hospice pour vieillards et incurables.

- Appartenance à et responsabilités dans des organisations professionnelles :

- Appartenance à et responsabilités dans des organisations syndicales :

- Propriété d'un journal :

- Direction d'un journal :

- Rôle politique dans un journal :

- Appartenance à des associations locales :

- Appartenance à des sociétés savantes :

- Appartenance à des Académies

  • Académies provinciales :

  • Institut de France :

- Salons, clubs, “déjeuners” fréquentés :

- Décorations : Palmes académiques

- Duels :

- Collections éventuelles (livres, tableaux...)

5. CARRIÈRE POLITIQUE

10Débuts politiques

- Circonstances qui ont pu entraîner le premier engagement politique de l’intéressé : Son père était conseiller d’arrondissement (1877-1894) et maire de Campagne-les-Hesdin (1878-1894), mandats que lui-même reprendra. Invalidation en 1903 de Paul TRUY, député nationaliste (circonscription de Montreuil-sur-Mer), qui avait vaincu BOUCHER-CADART, candidat opportuniste et vieillissant.

- Appartenance à une famille de parlementaires, éventuellement par suite d’un mariage :

- L'intéressé a-t-il été victime, directement ou dans sa famille, de la répression du Second Empire :

- Engagement volontaire : réformé pour fracture du fémur

  • Lors de la guerre de 1870 :

  • Lors de la guerre de 1914 : non mobilisable car père de 6 enfants mais il se met à la disposition de l’autorité militaire qui l’envoie comme chirurgien à l’hôpital militaire de Chenonceaux (37)

- Appartenance à et responsabilités dans un comité politique :

- Appartenance à et responsabilités dans un parti :

11Élections

-Première élection

  • À la Chambre : 05/1903

  • Au Sénat :

- S’agit-il d’une élection générale ou partielle : partielle

- Étiquette adoptée par l’intéressé lors de ses élections successives : 1903 : républicain ; 1906 : républicain de gauche. En 1919 et 1924, il est candidat sur une liste d’Union républicaine, sociale et nationale. C’est un radical modéré

- Dates des mandats successifs :

  • À la Chambre : toujours au 1er tour sauf en 1910. 1903-1903-1906 ; 1906-1910 ; 1910-1914 ; 1914-1919 ; 1919-1924 ; 1924-1927

  • Au Sénat : Échec le 25 mai 1923

- Causes de la fin de sa carrière (décès, retrait, échec, invalidation, autres) : décès

- Élection comme conseiller municipal : Commune de Campagne-les-Hesdin

  • Date de la première élection : 1896

  • Cessation définitive du mandat : 23/01/1927

- Élection comme conseiller d’arrondissement : Canton de Campagne-les-Hesdin

  • Date de la première élection : 21/07/1901

  • Cessation définitive du mandat : 1919

- Élection comme conseiller général : Canton de Campagne-les-Hesdin

  • Date de la première élection : 14/12/1919

  • Cessation définitive du mandat : 23/01/1927

- Élection et mandat comme maire : Commune de Campagne-les-Hesdin

  • Date de la première élection : 17/05/1896

  • Cessation définitive du mandat : 23/01/1927

- Élection comme Président du Conseil général :

  • Date de la première élection :

  • Cessation définitive du mandat :

- Mandat parlementaire sous la IVe et Ve République :

12Travail parlementaire

- Appartenance à un groupe parlementaire : Gauche démocratique

- Appartenance au secrétariat d’un parlementaire :

- Appartenance à un cabinet ministériel :

- Participation au bureau des assemblées : Secrétaire de la Chambre des Députés en 1909

- Participation à de grandes commissions parlementaires et rédaction de grands rapports : de l’Agriculture (1910, 1914, 1919, 1924), de l’Hygiène publique (1914, 1919, 1924), du Travail (1914)

- Présidence de grandes commissions : Vice-président de la Commission de l’Algérie (1912)

- Désignation comme ministre, sous-secrétaire d’État, président du Conseil

- Votes significatifs (l’enquête sera menée par l’équipe parisienne) : Abstention sur la loi de séparation des églises et de l’État (1905). Pour la loi des trois ans (1913)

6. SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

13Publications de l’intéressé

  • Publications littéraires, scientifiques, politiques (rajouter une fiche correspondante) :

14Sources (rajouter une fiche correspondante) :

  • Jean Jolly dir, Dictionnaire des Parlementaires français (1889-1940), Paris, PUF, 1960-1977

  • État-civil de Campagne-les-Hesdin

15Bibliographie (rajouter une fiche correspondante) :

  • Jean-Yves Léopold, Les élections législatives dans l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer de 1889 à 1936, Université d’Artois (Arras), Mémoire de maîtrise, 1993

  • Roger Martin, Victor Morel, chirurgien et député de la Troisième République, Paris, La Pensée universelle, 1984.

2. Questionnaire abrégé

16ENQUÊTES SUR LES PARLEMENTAIRES

17Département d’Élection : Pas-de-Calais
Type d’Élection : Député

1. ÉTAT CIVIL ET RÉSEAU FAMILIAL

Nom : MOREL

Prénom : Victor

Date de naissance : 30/10/1869

Lieu de naissance :

France : 62

Étranger :

Résidence : Campagne-les-Hesdiu (62)

Date d'inhumation : janvier 1927

Obsèques religieuses :

OUI

NON

18PARENTS

Date de naissance du père : 1835

Profession : médecin

Date de naissance de la mère : 1844

Profession : sans

19MARIAGE

Date du mariage : 1898 (1er) 1906 (2e)

Lieu du mariage :

Divorce :

OUI

NON

Profession du beau-père : médecin (2e)

Veuf :

OUI

NON

Nom du beau-père : WALLOIS (1er)

Remarié :

OUI

NON

MOREL (2e)

Origine de l’épouse : 62

Profession : sans

Date de naissance de l’épouse :

2. INSTRUCTION ET FORMATION

Instruction primaire exclusive :

OUI

NON

Études supérieures :

OUI

NON

Lieu : Paris

Séjours à l’étranger :

OUI

NON

Participation à des associations ou Mouvements de jeunesse :

OUI ?

NON

3. ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Profession au début de la vie active : médecin chirurgien'

Profession lors de la première élection : idem

Plusieurs professions simultanées :

OUI

NON

Présence dans des conseils d’administration :

OUI

NON ?

4. VIE ASSOCIATIVE ET CULTURELLE

Appartenance religieuse : catholique

Franc-maçon :

OUI

NON

Engagement militant :

OUI

NON

Responsabilités dans une organisation professionnelle :

OUI

NON

Responsabilités syndicales :

OUI

NON

Sociétés savantes :

OUI

NON

Décoré :

OUI

NON

5. CARRIÈRE POLITIQUE

Famille de parlementaire

OUI
Ascendants
Collatéraux
Descendants

NON

Responsabilité partisane
Étiquette politique : radical

OUI

NON

Changement d’étiquette :

OUI

NON

Date de la première élection : 05/1903

Fin du dernier mandat : 23/01/1927

Durée du mandat : 23 ans 8 mois

Six mandats dont deux partiels, le premier et le dernier : 1903-1906 ; 1906-1910 ; 1910-1914 ; 1914-1919 ; 1919-1924 ; 1924-1927

Âge à la première élection : 33 ans 1/2

Retraite par échec électoral :

OUI

NON

Élection à un Conseil d’arrondissement

OUI

NON

Canton de Campagne-les-Hesdin

Date : 1901

Élection à un Conseil général :

OUI

NON

Canton de Campagne-les-Hesdin

Date : 1919

Élection à une mairie :

OUI

NON

Commune de Campagne-les-Hesdin

Date : 1896

Appartenance à un groupe parlementaire :

OUI

NON

Participation au bureau des assemblées :

OUI

NON

Rôle législatif important :

OUI

NON

Ministre :

OUI

NON

Publications :

OUI

NON

Étiquettes, sigles politiques et syndicaux

20Figurent ci-dessous les sigles et étiquettes politiques mentionnés dans les notices des parlementaires soit dans les en-têtes, soit dans le texte même. Ils peuvent désigner des intitulés de partis politiques ou de groupes parlementaires et nous avons apporté les précisions nécessaires. Ils ont été regroupés par familles politiques, celles que nous avons définies préalablement pour notre étude, et à l’intérieur de ces dernières, par ordre alphabétique.

1. Étiquettes et sigles politiques

A- Droite antirépublicaine (de 1871 à 1940)

21Bonapartiste. Partisan de la dynastie napoléonienne. Les bonapartistes siègent au groupe parlementaire de l’Appel au Peuple à partir de 1872.

22Boulangiste. Partisan du général Boulanger et de son programme : “Dissolution, Révision, Constituante” Conservateur. Étiquette adoptée à plusieurs reprises par les candidats monarchistes au début de la Troisième République et ultérieurement par ceux d’entre eux n’ayant pas accepté le Ralliement.

23Indépendant. Étiquette adoptée par des parlementaires de droite refusant de s’agréger aux autres groupes parlementaires de droite dans l’entre-deux-guerres.

24Légitimiste. Monarchiste fidèle à la branche aînée des Bourbons, en l’occurrence au comte de Chambord avant son décès en 1883, et hostile à l’œuvre et à l’esprit de la Révolution de 1789.

25Nationaliste. Étiquette adoptée par les partisans d’une politique étrangère davantage au service exclusif des intérêts nationaux et, pour une partie importante d’entre eux, d’un régime républicain de type plébiscitaire.

26Orléaniste. Monarchiste favorable à la branche cadette des Bourbons mais surtout à l’esprit et à l’œuvre des révolutions de 1789 et de 1830 et notamment à la monarchie parlementaire.

B- Gauche républicaine (de 1871 à 1898)

27Centre-gauche. Groupe parlementaire des républicains conservateurs à l’Assemblée nationale, puis à la Chambre des députés et au Sénat au début de la troisième République.

28Gauche républicaine. Groupe parlementaire des républicains opportunistes partisans de Jules Ferry.

29Opportuniste. Étiquette adoptée par les républicains de gouvernement partisans d’une application progressive (et donc opportuniste) du programme du parti républicain par opposition aux radicaux partisans d’une application immédiate.

30Progressiste. Républicain progressiste. Groupe parlementaire réunissant la majorité des républicains opportunistes dans les années quatre-vingt-dix. Ceux-ci commencent aussi à se qualifier “républicains modérés”.

31Radical. Radical-socialiste. Épithète désignant au début de la Troisième République les républicains avancés partisans d’une application immédiate du programme du parti républicain. L’épithète “radical-socialiste” diffusée dans les années quatre-vingt-dix désigne ceux d’entre eux soucieux de réformes sociales et de contacts avec les socialistes. Les radicaux les plus modérés partisans d’une entente avec les républicains opportunistes forment le groupe parlementaire de la Gauche radicale.

32Union républicaine. Groupe parlementaire des républicains opportunistes partisans de Gambetta.

C- Droite républicaine (après 1893 ou 1898)

33Action libérale populaire. Parti fondé en 1902 regroupant pour l’essentiel les monarchistes et les Catholiques ralliés à la République autour d’un programme de réformes politiques et sociales.

34Entente républicaine démocratique. Union républicaine démocratique. Groupe parlementaire regroupant en 1920 puis dans l’entre-deux-guerres les membres de l’Action libérale populaire, de la Fédération républicaine et de divers droites.

35Fédération républicaine. Parti fondé en 1903 regroupant pour l’essentiel des parlementaires progressistes. Il est grossi après 1919 d’une partie de la Droite catholique et de la Droite nationaliste.

36Libéral. Républicain libéral. Étiquette adoptée par les catholiques ralliés au début de XXe siècle.

37Progressiste. Étiquette et groupe parlementaire des républicains modérés refusant de soutenir le bloc des gauches à partir de 1899 et qui passe à l’opposition de type Centre-droit.

38Rallié. Épithète adoptée en 1893 et en 1898 par les candidats monarchistes ayant suivi les consignes du pape Léon XIII d’acceptation des institutions républicaines.

D- Centre et Centre-droit (après 1898)

39Alliance républicaine démocratique. Parti fondé en 1901 par des parlementaires républicains modérés ayant accepté en 1899 le bloc des gauches à la différence de la majorité du groupe progressiste.

40Gauche radicale. Groupe parlementaire regroupant dans l’entre-deux-guerres des radicaux indépendants du parti radical-socialiste et élus sous des étiquettes diverses : “radicaux nationaux”, “radicaux indépendants”...

41Gauche républicaine. Gauche démocratique. Gauche républicaine et démocratique. Groupes parlementaires regroupant comme la Gauche radicale des élus radicaux modérés.

42Parti démocrate populaire. Parti fondé en 1924 et regroupant les démocrates-chrétiens autour d’un programme de réformes démocratiques et sociales.

43Républicains de gauche. Groupe parlementaire de républicains modérés demeurés fidèles au bloc des gauches au début du XXe siècle mais passés ensuite progressivement au Centre puis au Centre-droit dans l’entre-deux-guerres.

E- Gauche non socialiste (après 1898)

44Parti républicain radical et radical-socialiste. Fondé en 1901, il a pour ambition de regrouper les élus radicaux et radicaux-socialistes, mais il ne se structure vraiment qu’en 1913 après avoir interdit la double appartenance avec l’Alliance démocratique.

45Républicains socialistes. Groupe parlementaire réunissant les élus socialistes ayant refusé d’adhérer à la SFIO en 1905 lors de la réunification du mouvement socialiste et les dissidents de la SFIO depuis. Ils prennent parfois l’épithète “Socialistes indépendants”.

F- Gauche socialiste

46POF. Parti ouvrier français. Fondé en 1883 par Jules Guesde pour introduire en France un marxisme orthodoxe.

47Socialistes autonomes. Étiquette adoptée par des socialistes refusant d’adhérer avant 1905 à l’un des partis socialistes et plus précisément dans le Nord-Pas-de-Calais au POF et favorables à une large autonomie syndicale.

48SFIO. Section française de l’Internationale ouvrière. Parti socialiste unifié en 1905 à l’exception de quelques socialistes indépendants.

G- Gauche communiste

49PC Parti communiste. Né de la scission de la SFIO au congrès de Tours en 1920. Ont été placés aussi dans cette famille politique les dissidents de gauche du PC.

2. Étiquettes sytidicales

50CGT, Confédération générale du Travail. Fondée en 1895, elle regroupe des syndicats isolés, des fédérations de métiers et des bourses du Travail.

51CGTU. Confédération générale du Travail unifiée. Née en 1921 de la scission de la CGT, la CGTU est d’obédience communiste, tandis que la CGT reste proche des socialistes. En 1935, lors du Front Populaire, la CGTU fusionne avec la CGT qui garde le sigle et reste sous influence socialiste jusqu’à la guerre.

52CFTC. Confédération française des Travailleurs chrétiens, crée en 1919.

Les modes de scrutin

538 février 1871 Scrutin de liste départemental pluri-nominal. Sont élus au premier tour de scrutin, les candidats ayant réuni la majorité absolue ou relative des suffrages à condition de réunir au minimum le huitième des électeurs inscrits. Dans le cas contraire, un second tour est nécessaire.

54Ce système fonctionne pour les élections partielles de 1871 à 1875, le vote pouvant ne porter que sur un seul nom.

55De 1876 à 1885 Scrutin d’arrondissement uninominal majoritaire à deux tours. Le candidat élu doit réunir la majorité absolue au premier tour et relative au second. Les arrondissements disposent d’un siège supplémentaire par 100000 habitants ou fractions de 100000. Ils sont alors divisés en circonscriptions dont l’état ne peut être modifié que par la loi.

56Ce mode de scrutin est appliqué lors des élections des 20 février-5 mars 1876, des 14 au 14 octobre 1877, des 21 août-4 septembre 1881 et lors des élections partielles intermédiaires ou se déroulant pendant la législature 1881-1885.

574-18 octobre 1885 Rétablissement du scrutin de liste départemental pluri-nominal mais, à la différence de 1871, majoritaire à deux tours, les candidats devant réunir la majorité absolue au premier tour et relative au second. De nouvelles listes peuvent se constituer pour le second tour. Chaque département reçoit un nombre de sièges proportionnel à sa population, un pour 70000 habitants et au minimum trois députés.

58Ce système fonctionne pour les élections partielles pendant la législature 1885-1889, le scrutin pouvant ne porter que sur un seul nom. Il permet la campagne plébiscitaire boulangiste jusqu’au rétablissement du scrutin d’arrondissement en février 1889.

59Des élections des 12-12 octobre 1889 aux élections des 26 avril-10 mai 1914 Rétablissement du scrutin d’arrondissement uninominal majoritaire à deux tours.

60Élections du 16 novembre 1919 et du 11 mai 1924 Système mixte. Scrutin de liste départemental à la proportionnelle avec prime majoritaire à un tour. Quand le nombre des députés à élire est supérieur à 6, le département peut être divisé en circonscriptions. Les listes incomplètes, les candidatures individuelles et le panachage sont autorisés. Les candidats ayant obtenu la majorité absolue sont élus. Dans le cas contraire, les sièges sont répartis à la proportionnelle selon le système du quotient avec répartition des sièges restant à pourvoir à la plus forte moyenne. Les sièges sont attribués, dans chaque liste, aux candidats qui auront réuni le plus de suffrages.

61Élections des 22 et 29 avril 1928, des 1er et 8 mai 1932, des 23 avril et 3 mai 1936 Rétablissement du scrutin d’arrondissement uninominal majoritaire à deux tours avec réduction à une semaine de l’intervalle entre les deux tours.

Grille socioprofessionnelle

62Les diverses professions des parlementaires ont tout d’abord été classées en 24 catégories socioprofessionnelles dont la liste se trouve ci-dessous. Afin de permettre l’analyse comparative nous les avons ensuite regroupées en cinq grands ensembles en reprenant les distinctions opérées par Jean Estèbe dans son ouvrage : Les Ministres de la République (1871-1914), Paris, 1982 et les correspondances sont également précisées ci-dessous.

1. Catégories de Jean Estèbe

1a - Cultivateurs, ouvriers, employés du privé,
1b - Instituteurs, employés du public, artisans.
2 - Petite bourgeoisie, commerçants, petits officiers ministériels.
3 - Bourgeoisie diplômée, avocats, médecins, notaires, publicistes, militaires (sauf généraux), professeurs.
4 - Cadres de l’État : hauts fonctionnaires, magistrats, militaires (généraux).
5 - Possédants : propriétaires fonciers, rentiers, industriels, banquiers, négociants.

632. Grille socioprofessionnelle (Correspondances avec les catégories d’Estèbe mises entre parenthèses).

1 - Propriétaires fonciers, rentiers (5)
2 - Agriculteurs (2 et non pas la en raison de l’aisance de nombreux agriculteurs de la région)
3 - Cultivateurs et industries annexes (sucreries, distilleries) (5)
4 - Industriels, banquiers, administrateurs de société (5)
5 - Directeurs d’usine, ingénieur (3)
6 - Négociants, courtiers, armateurs, grossistes (5)
7 - Commerce de détail (2)
8 - Représentants, voyageurs de commerce (2)
9 - Employés de commerce (1a)
10 - Employés du public (1b)
11 - Avocats (3)
12 - Professions libérales de santé (3)
13 - Notaires et autres professions libérales juridiques (3)
14 - Magistrats (4)
15 - Hauts fonctionnaires (4)
16 - Autres fonctionnaires (3)
17 - Enseignants du Primaire et du Post-Primaire (1b)
18 - Enseignants du Secondaire et du Supérieur (3)
19 - Militaires (généraux 4 et autres officiers 3 mais notre programme n’a pu faire le tri)
20 - Journalistes, publicistes (3)
21 - Ouvriers du textile (1a)
22 - Ouvriers mineurs (1a)
23 - Autres ouvriers (1a)
24 - Autres professions

Le corpus de base

Répartition des élus du Nord-Pas-de-Calais sous la Troisième République par types de mandats

Nord

Pas-de-Calais

Total

Députés

173

87

260

Députés/Sénateurs

14

47

Sénateurs

16

15

31

Répartition des élus du Nord-Pas-de-Calais par périodes d’élection

Nord

Pas-de-Calais

Total

1871-1888

78

40

118

1889-1918

77

37

114

1919-1940

67

39

106

Répartition des élus du Nord-Pas-de-Calais sous la Troisième République selon l’appartenance politique

Nord

Pas-de-Calais

Total

Droite antirépublicaine

48 (21.6 %)

27 (23.2 %)

75 (22.1 %)

Gauche républicaine

46 (20.7 %)

22(18.9 %)

68 (20.1 %)

Droite républicaine

28 (12.6 %)

12 (10.3 %)

40 (11.8 %)

Centre et Centre-droit

26(11.7 %)

26 (22.4 %)

52 (15.3 %)

Gauche non socialiste

27 (12.1 %)

9 (7.7 %)

36 (10.6 %)

Socialistes

38 (17 %)

19 (16.3 %)

57 (16.8 %)

Communistes

9 (3 %)

1 (0.8 %)

10 (12.9 %)

Répartition des élus du Nord-Pas-de-Calais selon le type de mandat et l’appartenance politique

Députés

Députés/Sénateurs

Sénateurs

Droite antirépublicaine

59 (22.6 %)

13(27.6 %)

3 (9.6 %)

Gauche républicaine

39 (15 %)

18 (38 %)

11 (36 %)

Droite républicaine

37 (14.2 %)

1 (2.1 %)

2 (6.4 %)

Centre et Centre-droit

32 (12.3 %)

8(17 %)

12 (6.9 %)

Gauche non socialiste

28(10.7 %)

5(10.6 %)

3 (9.6 %)

Socialistes

57 (21.9 %)

1 (2.1 %)

-

Communistes

9 (3.4 %)

-

-

Tendance politique des élus par période

1871-1888

1889-1818

1919-1940

Communiste

0

0

9

Socialiste

0

21

37

Gauche non-socialiste

0

19

17

Gauche républicaine

44

24

0

Centre et Centre-droit

3

19

30

Droite républicaine

1

26

13

Droite anti-républicaine

70

5

0

64La classification opérée implique à priori des disparités chronologiques : inexistence des colonnes “Droite républicaine” et “Gauche socialiste” avant 1889, suppression de celle de la “Gauche républicaine” après 1918, apparition de l’extrême gauche communiste après cette date. On remarque par ailleurs la supériorité de la représentation antirépublicaine pour la première période, un équilibrage assez remarquable des forces politiques dans la seconde à l’exception de la droite antirépublicaine dont l’effondrement traduit bien le succès des consignes du Ralliement, la poussée de la gauche marxiste dans l’entre-deux-guerres, socialistes et communistes détenant 43 % des mandats parlementaires, le Centre et le Centre-droit constituant le pôle de résistance principal. Au total, le glissement vers la gauche apparaît spectaculaire.

Graphique 1 : Tendance politique des élus par période

Graphique 1 : Tendance politique des élus par période

Tendance politique des élus par type de mandat

Député

Député/Sénateur

Sénateur

Communiste

8

0

0

Socialiste

58

1

0

Gauche non-socialiste

28

5

3

Gauche républicaine

42

19

11

Centre et Centre-droit

32

8

12

Droite républicaine

37

1

2

Droite anti-républicaine

59

13

3

65La représentation de la droite antiparlementaire est quelque peu valorisée chez les députés par les effectifs plus importants de l’Assemblée nationale élue en 1871 où ils monopolisent les sièges. L’importance de la députation socialiste est mise en évidence tout comme son absence de représentation sénatoriale. C’est au sein de la Gauche républicaine que l’on compte le plus de passages au Sénat d’anciens députés, la Droite républicaine se situant au second rang, ce qui montre que ce type de transfert concerne surtout le début de la Troisième République. Enfin, l’accès direct au Sénat est le fait avant tout du Centre et du Centre-droit, à un moindre degré, celui de la Gauche républicaine, et non l’apanage des radicaux comme on est tenté de le penser à l’échelle du territoire national.

Graphique 2 : Tendance politique des élus par type de mandat

Graphique 2 : Tendance politique des élus par type de mandat

Tendance politique des élus par arrondissement et selon le mode de scrutin (voir carte 1, p. 335)

66L’implantation des droites demeure solide en Flandre et dans le Boulonnais ainsi que dans l’arrondissement de Montreuil. Le Centre et le Centre-droit sont mieux représentés dans le Pas-de-Calais, plus modéré, que dans le Nord où les gauches dominent le paysage politique dans les arrondissements du sud et du sud-est. La relève est assurée depuis la gauche républicaine jusqu’au parti communiste. L’arrondissement de Lille, à la confluence des deux aires de culture politique, apparaît plus équilibré.

67La prégnance de la Droite antirépublicaine en Flandre tient avant tout au scrutin de liste : la Droite républicaine a su s’adapter au scrutin d’arrondissement et y dispose de solides fiefs électoraux. Un constat analogue peut être dressé pour le Boulonnais avec toutefois des difficultés un peu plus grandes pour la droite républicaine en raison du poids des agglomérations de Boulogne et de Calais favorisant la percée des gauches. Le Centre et le Centre-droit émergent peu au scrutin de liste dans le département du Nord tandis que, dans le Pas-de-Calais, ils profitent tout à la fois de l’existence de bastions locaux dans le Ternois et l’Audomarois et, par ailleurs, des possibilités offertes par le scrutin de liste dans le Boulonnais. Les Gauches radicale et socialiste sont les grandes bénéficiaires du scrutin d’arrondissement en Artois et dans les arrondissements méridionaux du département du Nord où le parti communiste parvient à s’implanter dans les années 1930, avec ce mode de scrutin.

Répartition des élus par tendance politique selon le mode de scrutin

Répartition des élus par tendance politique selon le mode de scrutin

68La Droite républicaine et la Gauche socialiste ont fait campagne pour l’instauration de la représentation proportionnelle. Le scrutin d’arrondissement majoritaire ne leur est cependant pas systématiquement défavorable grâce à la solide implantation locale de leurs élus. La Gauche républicaine puis radicale en tirent, il est vrai, un bénéfice supérieur. La majorité des élus de la Droite antirépublicaine ont été élus au scrutin de liste pour des raisons conjoncturelles : le succès aux élections de 1871 et de 1885 qui s’étaient opérées selon un scrutin de liste majoritaire. L’importance des élus du Centre et du Centre-droit grâce à un scrutin de liste tient à la difficulté de s’affirmer dans des scrutins d’arrondissement dominés par la bipolarisation avant 1919.

Graphique 3 : Tendance politique des élus par modes de scrutin (en pourcentage)

Graphique 3 : Tendance politique des élus par modes de scrutin (en pourcentage)

Notes

1 Les fiches ont été remplies par les collaborateurs de l’ouvrage et par des étudiant(e)s à l’occasion de mémoires de maîtrise parmi lesquel(le)s il convient de citer particulièrement Mme Chantal Buisson pour les députés du Valenciennois.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Tendance politique des élus par période
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 2 : Tendance politique des élus par type de mandat
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Répartition des élus par tendance politique selon le mode de scrutin
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 3 : Tendance politique des élus par modes de scrutin (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/3050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search