Version classiqueVersion mobile

Les parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République

 | 
Jean-Marc Guislin
, 
Jean-Pierre Florin
, 
Bernard Ménager

Introduction

Bernard Ménager

Texte intégral

  • 1 Jean Jolly, sous la dir. de, Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur l (...)

1Ce livre est l’aboutissement d’une enquête entreprise au plan national depuis près de dix ans dans le cadre d’une unité de recherches associée au CNRS (URA 1016), enquête portant sur les parlementaires français de la Troisième République. Il est en effet apparu à ses promoteurs que ce personnel demeurait assez mal connu malgré l’existence de dictionnaires biographiques, tel celui dirigé par J. Jolly1 qui repose avant tout sur une documentation imprimée, ainsi que sur les renseignements communiqués par les intéressés, et qui met l’accent par ailleurs sur les travaux des parlementaires dans les assemblées. Si les biographies concernant des figures célèbres sont assez nombreuses, le député moyen reste mal connu et les travaux de synthèse en sociologie politique demeurent assez rares. Ils font peu appel aux méthodes de la prosopographie permettant de replacer les individus dans leur environnement familial, social et culturel et de suivre leurs itinéraires.

2L’équipe de recherches a élaboré au préalable un questionnaire très détaillé relatif aux 5 721 parlementaires français, députés et sénateurs. Il prend en compte le milieu familial dans le détail, depuis les ascendants (grands-parents) jusqu’aux descendants en passant par les collatéraux et la belle-famille. La recherche porte aussi sur le niveau d’instruction et le type d’éducation reçue, sur la profession (en distinguant le début de la vie active et le moment de la première élection), sur les opinions religieuses et sur l’engagement dans le tissu associatif, pour conclure par la carrière politique envisagée sous tous ses aspects : processus de socialisation politique, cursus honorum, engagements militants, échecs, rôle au Parlement. Nous reproduisons, dans ce livre, une fiche-type de réponses à ce questionnaire. Les renseignements ont été puisés dans des sources aussi diverses que possible : actes de l’état civil, notices nécrologiques parues dans la presse, dossiers individuels des fonctionnaires et des candidats à la Légion d’honneur, faire-part de mariages et de décès, documents d’archives concernant le cursus politique, la fortune, enquête orale auprès des descendants, examen des pierres tombales... Un fichier national de 5 721 parlementaires est ainsi en voie de constitution.

  • 2 La présentation générale du corpus suit l’introduction.

3Dans le cadre de cette enquête nationale, une équipe régionale s’est constituée au Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest pour prendre en charge les 338 parlementaires de la région Nord-Pas-de-Calais2. Elle a patiemment engrangé les fiches en s’appuyant sur les recherches de ses membres et sur divers travaux d’étudiants. Parvenue au terme de ses recherches, elle en produit aujourd’hui les résultats, comme d’ailleurs plusieurs autres équipes régionales. Cette équipe comprend, à côté d’enseignants du Secondaire et du Supérieur, de jeunes doctorants associés depuis plusieurs années à l’entreprise.

4Nous avons souhaité tout à la fois élaborer un dictionnaire des parlementaires de la région en rédigeant de courtes notices sur chacun d’eux, et présenter la synthèse des renseignements recueillis dans une première partie. Nous avons eu recours à cette fin à l’outil informatique en utilisant le logiciel File Maker bien adapté aux recherches de type prosopographique. Mais il a fallu pour cela simplifier la fiche du questionnaire national en raison du nombre trop élevé de variables. L’expérience de la recherche nous a par ailleurs conduits à compléter les questions antérieures, par exemple, le nombre de célibataires, la participation au bureau des assemblées locales, l’appartenance à une famille d’élus locaux... Nous avons aussi reproduit le modèle de la fiche informatisée simplifiée. Malgré tous nos efforts, il subsiste des non-réponses dans certaines rubriques, mais elles ne sont pas de nature à fausser les conclusions globales.

5Nous avons distingué trois parties dans la synthèse. Il nous a paru essentiel de commencer par les héritages des parlementaires. Quel est leur degré d’enracinement local, que l’on peut mesurer par le lieu de naissance et celui des ascendants mais aussi par le choix du conjoint, du lieu de mariage et de la sépulture ? Quelles sont leurs origines sociales appréhendées non seulement par la profession des ascendants mais aussi par celle du beau-père pour tenir compte de l’ascension sociale par le mariage ? Il convient aussi de prendre en compte les héritages politiques en étudiant les réseaux précieux que constituent les familles d’élus locaux, et les héritages culturels en considérant le type d’éducation et le niveau d’instruction reçues.

  • 3 Jean Estèbe, Les Ministres de la République (1871-1914), Paris, Presses de la Fondation des Scienc (...)

6La seconde partie est consacrée à l’importance des élus dans la vie économique et sociale. Là se situe l’analyse socioprofessionnelle classique en distinguant les professions des “intermédiaires culturels par fonction” conférant aux parlementaires une influence liée à leur pouvoir culturel et médiatique, et les professions que l’on peut qualifier d’“économiques” où le pouvoir tient de la richesse et du rôle dirigeant dans la vie économique. Nous avons considéré dans les deux cas la profession au commencement de la vie active et lors du début du premier mandat. Nous avons par ailleurs regroupé les 24 catégories définies préalablement en cinq grandes catégories en reprenant la classification établie par J. Estèbe dans son ouvrage consacré aux Ministres de la République3. Nous traitons aussi des pratiques culturelles essentielles : comportements religieux, rôle dans les associations professionnelles, dans les sociétés charitables, philanthropiques, culturelles, ainsi que dans la presse.

7La dernière partie traite de la carrière des parlementaires. À quel âge devient-on député ou sénateur et selon quel processus ? Quelle est la durée moyenne des mandats ? Nous envisageons ensuite l’exercice des responsabilités politiques locales ou nationales au sein des formations politiques, pour terminer par l’étude du rôle des élus au Parlement, couronné, pour une petite phalange, par un portefeuille ministériel.

8Pour l’ensemble de ces données, nous avons établi plusieurs variables. Une comparaison entre les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais n’est pas sans intérêt. La variable géographique a été étendue aux arrondissements en ce qui concerne l’orientation politique, la durée des mandats, l’engagement militant. Au plan chronologique, nous avons distingué trois périodes : 1871-1888, 1889-1918 et 1919-1940. L’année 1889 est en effet marquée par l’affermissement définitif de la République et le début de l’implantation durable de notables républicains dans le cadre du scrutin d’arrondissement restauré. La coupure de la première guerre mondiale s’impose par ailleurs. Nous avons enfin ventilé les réponses par familles politiques en regroupant les étiquettes en sept catégories distinctes que nous précisons et qui vont de la droite antirépublicaine au parti communiste. Dans certains cas enfin, nous avons distingué le profil des députés de celui des sénateurs dont le cursus est quelque peu différent.

  • 4 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, Lille, PUL, 1977, 332 p.

9Les notices des 338 parlementaires de la région font suite à la synthèse. Nous avons distingué quelques-unes d’entre elles auxquelles nous avons accordé une place plus importante et qui sont consacrées à des parlementaires représentatifs de certaines professions et de certains types d’engagement politique ou religieux. Le tri peut paraître arbitraire et d’autres choix auraient pu être opérés. Mais dans tous les cas, les personnalités retenues sont représentatives des critères déterminés. Les notices ordinaires sont assez succinctes pour des raisons éditoriales et nous nous sommes efforcés de compléter les informations présentes dans l’Atlas Électoral Nord-Pas-de-Calais (1876-1936)4 en précisant les origines sociales, la formation et les divers canaux de l’influence locale. Nous avons toutefois consacré des développements plus étoffés aux personnalités importantes ne figurant pas dans la première catégorie de ces notices.

10Nous espérons que cet ouvrage contribuera à l’enrichissement de nos connaissances sur les élites politiques de la région du Nord. Celle-ci offre l’intérêt de présenter un éventail politique diversifié de la droite monarchiste puis catholique à l’extrême gauche socialiste ou communiste. L’étude permettra aussi de mesurer le poids des élites politiques régionales quelque peu sous-estimé par elles-mêmes : face à la France radicale, n’ont-elles pas répandu l’affirmation selon laquelle “le Nord travaille et le Midi gouverne” ?

Notes

1 Jean Jolly, sous la dir. de, Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF. 1960-1977, 8 vol. 

2 La présentation générale du corpus suit l’introduction.

3 Jean Estèbe, Les Ministres de la République (1871-1914), Paris, Presses de la Fondation des Sciences Politiques, 1982, 255 p.

4 Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, Lille, PUL, 1977, 332 p.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search