Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Regards sur un visage

Emmanuel Chadeau et le CAMT : témoignage sur une collaboration

Armelle Le Goff

Texte intégral

1Pour ceux qui ont travaillé au Centre des archives du monde du travail dans les années 1990, l’image d’Emmanuel Chadeau reste celle d’un des premiers « alliés », d’un homme qui avait compris les enjeux de cette création originale.

2Le CAMT (Centre des archives du monde du travail), rappelons-le, est né de la politique « des nouveaux publics » initiée dans les années 1980 sous le ministère de Jack Lang, mais ce projet marquait aussi l’aboutissement d’une longue réflexion, d’une problématique importante : l’évolution au fil du temps de l’historiographie et de l’image de l’entreprise.

3Cependant, la gestation du Centre a été bien longue et difficile... Du projet initial de Jack Lang présenté au conseil des ministres le 21 octobre 1983, prévoyant cinq grands centres à vocation interrégionale implantés dans les grandes régions industrielles, à l’inauguration officielle dix ans plus tard, le 5 octobre 1993, par Jacques Toubon, ce fut un chemin semé d’embûches, de travaux retardés à budget dépassé. La superbe réhabilitation de la filature Motte-Bossut à Roubaix, choisie comme lieu d’implantation du premier centre, réalisée à partir de 1989 par le cabinet parisien Area Sarfati, allait donner à cette usine, un de ces châteaux de l’industrie, symbole de la puissance passée des familles du textile du Nord et du dur labeur de générations d’ouvriers et d’ouvrières, à la fois une nouvelle vie et... une nouvelle allure, celle d’un élégant « transatlantique », de dimension modeste certes (100 mètres de longueur, 18 de largeur et 25 de hauteur), mais comment ne pas évoquer en se promenant sur les plateaux de l’ancienne filature de coton percées d’une trémie centrale les coursives d’un navire, et ne pas rêver sur le pont-levis (ajout de l’architecte), passerelle pointant vers la mer du Nord, Dunkerque et ses chantiers (et ses innombrables plans de bateaux...).

4Et un tout petit équipage avait fini par embarquer dans ce bateau inachevé encore, aidant même un soir de janvier 1993 les déménageurs à finir de décharger la première cargaison, récoltée lors d’un travail dans l’ombre rendu possible grâce à la généreuse hospitalité des Archives départementales du Nord. Une tâche passionnante, mais combien ardue, nous attendait : sortir d’une logique de contrôle et de tutelle pour un centre d’État appelé à collecter des fonds privés, et rechercher des partenariats, soit faire travailler ensemble le monde patronal et le monde syndical, vaincre l’incompréhension née, d’une part, de la tendance à opposer le social et l’économique et d’autre part, du mode d’organisation des structures de recherche, éloignant les spécialistes de l’histoire des entreprises de ceux du monde ouvrier. En outre, il nous fallait très vite élaborer une programmation scientifique et culturelle, fondée sur la valorisation du patrimoine archivistique et sur la mémoire du monde du travail pour ouvrir comme prévu le CAMT à des publics très divers : chercheurs mais aussi milieux professionnels, associations, grand public et scolaires..., et en ce qui concernait la collecte des archives, dans un contexte parfois difficile de restructuration sociale, de fermeture d’usines, trouver les mots justes pour, malgré tout, sauver les traces du prestigieux passé industriel de la région.

5C’est de ce premier mois d’embarcation que datent pour moi deux rencontres riches, qui ont fortement marqué l’histoire du CAMT et qui à long terme ont permis la prise de la « greffe » opérée par la Direction des archives de France en région Nord et à d’aucuns de se reconnaître dans l’expression « monde du travail » et de s’y rallier : un coup de téléphone d’un ancien prêtre-ouvrier insoumis de 1954, au soir de sa vie, soucieux de la mémoire de son groupe de compagnons de lutte, fut à l’origine d’une multitude de contacts contribuant à élargir le champ d’investigation du CAMT vers les archives personnelles et associatives ; et aussi la première visite d’Emmanuel Chadeau. En effet, à peine l’équipe installée à Roubaix, l’École du patrimoine lui avait demandé d’organiser un stage sur les archives industrielles. Tout de suite contacté, Emmanuel Chadeau que je ne connaissais alors que par sa réputation de jeune et brillant professeur et « d’enfant terrible de la Business History » a très chaleureusement accepté d’y intervenir, et ce fut là l’occasion de sa première visite dans le bateau « en chantier » pour nous donner ses impressions sur le programme que nous avions bâti. C’est ainsi qu’il devint notre premier vrai interlocuteur dans un fructueux dialogue entre historiens et archivistes, nous permettant de mieux « apprécier » les documents que nous conservions et d’affiner leur typologie : de toutes les conversations que nous avons eues, que de clés et d’outils avons-nous tirés pour le plus grand bénéfice du traitement des archives ! Son soutien fut aussi essentiel comme nous regrettions le manque de « passagers » dans la salle de lecture du « paquebot », les premiers temps déserte. Emmanuel Chadeau a alors cherché tout de suite comment faire fructifier les premiers fonds que nous avions collectés par ses étudiants : coopératives du Nord, sucreries, etc. La mise en chantier de mémoires de maîtrise, de DEA et de thèses était essentielle pour confirmer le CAMT dans sa mission. Alors que lui-même avait été le lecteur no 1 du CARAN (Centre d’accueil et de recherche des archives nationales), le lecteur no 1 du CAMT fut un de ses étudiants, de même le lecteur no 2 suivi du no 3, et devinrent des habitués des lieux.

  • 1 Voir le chapitre « Auguste Dreyfus et l’or du guano » dans E. Chadeau, L’économie du risque. Histo (...)

6Le succès de ce premier stage sur les archives d’entreprise coordonné par le CAMT, auquel la contribution d’Emmanuel Chadeau ne fut pas étrangère, fut tel qu’il fut reconduit les années suivantes par la Direction des archives de France, occasion aussi pour moi d’affiner mon cours sur la typologie des archives d’entreprise, de l’enrichir d’année en année de notre savoir-faire et de le faire partager au cours de séances pratiques faisant aussi bon usage de ses conseils. Emmanuel Chadeau savait en effet rendre passionnant des documents qui semblent rébarbatifs même aux archivistes les plus consciencieux. Que d’histoires nous a-t-il contées avec brio à partir de colonnes de chiffres de comptabilité : ainsi par exemple en nous décortiquant les archives du fonds Dreyfus frères1, il nous faisait suivre pas à pas les révolutions politiques au Pérou et les convoitises que suscitait la seule richesse du pays, le guano ! Et encore sa lecture de plans très techniques nous rendait compte de l’essor de l’industrie aéronautique et ses « histoires » s’inscrivaient toujours dans une « Histoire » socio-économique plus profonde.

7Le CAMT fut donc officiellement baptisé en grande pompe quelques mois plus tard lors du XXXIIIe congrès annuel des archivistes français le 5 octobre 1993, congrès dont le thème portait sur les archives du monde du travail. Ce congrès fut aussi pour Emmanuel Chadeau une autre occasion lors de son intervention de dire quels apports les chercheurs peuvent fournir aux archives, à partir de son expérience de relations avec le CAMT. Le navire CAMT avait trouvé sa vitesse de croisière, et allait même changer de catégorie quand fut reconnu l’année suivante sa « vocation nationale ». Commença alors le transfert à Roubaix de la série AQ des Archives nationales dédiée aux archives d’entreprise. Était résolue donc la question de la cargaison, elle ne serait pas exclusivement nordiste, mais restait encore celle du nombre des passagers, car il fallait convaincre aussi les Parisiens de s’aventurer jusqu’à Roubaix pour travailler ; là aussi le rôle d’Emmanuel Chadeau fut important pour calmer les passions. Le transfert avait en effet comme conséquence de mettre un terme aux quarante-cinq ans d’existence du Service des archives d’entreprises, créé en 1949 à Paris au sein des Archives nationales et auquel restait attaché aussi le nom d’un autre grand historien, Bertrand Gille, son premier responsable. Le risque était alors de faire passer le jeune centre, resté enfant unique au lieu d’être l’aîné de cinq, pour un « parricide » alors qu’il devait tant aussi aux travaux archivistiques menés au fil du temps dans ce service !

  • 2 L’enfance des comités d’entreprise, de leur genèse dans les conditions de la défaite de 1940 à leu (...)

8Une date importante : le premier colloque organisé à l’initiative du CAMT à Roubaix, sur l’enfance des comités d’entreprise2, une première aussi par son caractère interdisciplinaire puisque nous avions rassemblé les 24 et 25 mai 1996 autour de ce thème historiens, sociologues, juristes, archivistes et acteurs de l’histoire. Ce colloque fit la preuve qu’il y avait des points forts et positifs à tirer d’une structure de coordination qui puisse faire partager son expérience de structure spécialisée, qu’il était possible à une telle structure d’animer un véritable réseau sur les bases du partenariat et son succès a été démonstratif auprès des universitaires de la vocation du CAMT à être le lieu de telles manifestations. Emmanuel Chadeau y anima avec brio une table ronde sur les problèmes de la conservation et de l’utilisation des archives des comités d’entreprise, insistant sur la fécondité du partenariat entre l’historien et l’archiviste.

9Si une action systématique de coopération avec d’autres universitaires et dans d’autres domaines de recherche (architecture, sémiologie, etc.) s’est par la suite aussi engagée au Centre, se traduisant comme dans d’autres services d’archives publiques par des séances de présentation des fonds importants pour la recherche au fur et à mesure de leur entrée, par l’aide au choix des sujets, par l’accueil de groupes d’étudiants, le souvenir de notre collaboration avec Emmanuel garde pour nous l’empreinte de ces premiers temps. Premier collaborateur, premier pour le dialogue, premier à nous envoyer des lecteurs, à nous adresser des stagiaires puisque la première stagiaire en archivistique formée par le CAMT fut une de ses étudiantes, premier à apporter sa contribution à nos stages et colloques, premier par l’humour qui teintait tous ses propos, Emmanuel Chadeau est aussi parti en premier, trop tôt...

Notes

1 Voir le chapitre « Auguste Dreyfus et l’or du guano » dans E. Chadeau, L’économie du risque. Histoire des entrepreneurs (1850-1980). Paris, Orban, 1988, p. 137-168, reposant sur une étude du fonds 28 AQ.

2 L’enfance des comités d’entreprise, de leur genèse dans les conditions de la défaite de 1940 à leur enracinement dans les années 1950. Actes du colloque national de Roubaix. Roubaix, CAMT, 1997.

Auteur

Conservateur au CAMT (Roubaix, 2 avril 1990 — 30 novembre 2001) Conservateur en chef du patrimoine Centre historique des archives nationales

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540