Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Regards sur un visage

Témoignage

Robert Espérou

Volltext

1Dans le vaste domaine de l’histoire économique et sociale, Emmanuel Chadeau a cultivé avec un soin particulier le champ consacré à l’aviation. Sans doute la troisième dimension offre-t-elle, davantage que les deux premières, un espace ouvert à cette « économie du risque », qui a servi de titre, ambigu, à un de ses meilleurs ouvrages. L’auteur joue d’ailleurs avec cette ambiguïté dans les sous-titres du chapitre III : « Réduire les risques : les secrets du “système Dassault” » et « Marcel Dassault, principal risque des affaires Dassault ? ».

2Emmanuel Chadeau a eu un immense mérite : il a donné sa vraie place à l’histoire de la construction aéronautique et du transport aérien de notre pays, entre, d’une part, les hagiographies niaises qui continuent à encombrer les rayons des librairies et des bibliothèques et, d’autre part, les publications quasi-confidentielles d’une poignée de passionnés. Il l’a fait avec la rigueur scientifique qui sied à l’historien, au prix de recherches exhaustives dans les archives publiques et privées, en consultant les publications contemporaines, en puisant aux sources de toute nature.

3Il en est résulté d’abord son ouvrage fondateur : L’industrie aéronautique en France, 1900-1950, qui attend encore son pendant pour le demi-siècle suivant.

4Il a poursuivi son œuvre avec L’économie du risque, dont il a consacré une bonne partie à Marcel Dassault, à l’Aéropostale, à la dynastie Weiller, sans oublier Louis Renault, plus connu comme constructeur d’automobiles mais dont on ne doit oublier le rôle de constructeur de moteurs, de constructeur d’avions, ni sa participation à des entreprises de transport aérien.

5Emmanuel Chadeau s’en souviendra, d’ailleurs, dans la magistrale biographie qu’il consacrera, en 1998, au grand entrepreneur.

6Ce ne sera pas la seule biographie qu’Emmanuel Chadeau écrira au sujet de personnages emblématiques de l’aviation : les vies de Pierre-Georges Latécoère, d’Antoine de Saint-Exupéry, de Jean Mermoz, seront passées au crible de la critique historique, les sortant du pathos épique et conformiste dans lequel elles baignaient jusque-là.

7Emmanuel Chadeau ne perdait pas pour autant la perspective globale que doit avoir tout historien. La meilleure preuve en est dans Le rêve et la puissance. L’aviation et son siècle.

8À la fin de l’introduction de cet ouvrage, Emmanuel Chadeau écrivait : « [...] la puissance du rêve peut créer autant et plus de réalités humaines que le rêve de la puissance. L’outil - l’avion, ou tout autre - n’y est pour rien. Seuls comptent les hommes, et leur croyance dans un avenir commun à l’espèce, sans doute le plus beau rêve à partager sur cette terre ».

9Tel est le message que nous laisse cet historien, trop tôt disparu, qui a renouvelé la façon d’écrire l’histoire de l’aéronautique.

Autor

Membre de l’Académie nationale de l’air et de l’espace

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540