Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

Le financement de la reconstruction de la ville de Saint-Quentin après la première guerre mondiale

Elyne Olivier-Valengin

Texte intégral

  • 1 E. Olivier, La reconstruction de Saint-Quentin (Aisne) : entre passé et modernité, 1918-1931, Mémo (...)

1Le 17 octobre 1918, dans le Bulletin de l’Aisne, Élie Fleury, habitant de Saint-Quentin, examinait le chaos dans lequel était plongée sa ville natale et écrivait : « Les ruines sont infiniment plus nombreuses qu’on ne l’avait d’abord cru ». En effet, à la libération de Saint-Quentin le 2 octobre 1918, de nombreuses habitations faisaient encore illusion. Illusion qui fut bien vite déçue, elles ne cachaient que du vide, des amas de gravats, un amoncellement de pierres plus ou moins calcinées ; c’étaient des maisons sans toitures dont les étages commençaient à pourrir... Sur 12 939 habitations et immeubles, 4467 étaient détruites en totalité, 8472 étaient endommagées à plus de 70 %. L’ampleur du désastre était telle que le conseil municipal et le député socialiste indépendant de l’Aisne Léon Ringuier se demandaient s’il ne fallait pas envisager la reconstruction de la ville sur un autre site, tel que cela se fit pour Corbie. Cependant, cette solution n’était pas concevable pour une ville de la dimension de Saint-Quentin1.

  • 2 Ibid.

2La situation était d’autant plus alarmante que la ville appartenait encore à la zone occupée par les troupes françaises : elle servait de ville-étape aux permissionnaires et abritait 12 000 soldats2. Ces hommes de troupe vivaient dans les 1 200 maisons réparables ; le manque de bois de chauffage les fit se replier sur tous les éléments combustibles qu’ils trouvaient dans les immeubles qu’ils occupaient, parachevant ainsi leur destruction.

  • 3 Émile Brunet (1872-1952) fut architecte en chef des Monuments Historiques de 1899 à 1937. Il fut c (...)

3Malgré la paix, la situation de la ville demeurait alarmante, le retour de la population était toujours très difficile : en mai 1919, environ 7 000 habitants, selon les statistiques officielles, avaient regagné la ville et vivaient dans des conditions désastreuses. Le mot d’ordre de l’année 1919 fut « raccommoder ». Il s’agissait de préserver et de sauver ce qui pouvait l’être. La réussite de ce programme fut marquée par le début de la restauration de la Basilique sous la direction d’Émile Brunet3, architecte des Monuments Historiques, tâche qui dura près de trente-cinq ans.

  • 4 Reconstructions en Picardie après 1918, op. cit., p. 44.

4Face à une ville quasiment détruite, il fallait mettre en place les organismes et les services de gestion pour exécuter les travaux de première urgence, ainsi qu’un plan d’extension, d’agrandissement et d’embellissement et une politique cohérente pour les financer. Le financement des travaux de première urgence et de la reconstruction se heurtait à un véritable marasme économique, à la crise des transports et à l’ampleur de l’œuvre à accomplir. Dans l’ensemble des régions dévastées, la situation était dramatique4. L’optimisme de 1918 dut bientôt céder la place à la terrible constatation : dès 1919, l’argent manquait. L’État était incapable de faire face aux multiples remboursements. Les projets des différentes villes des régions sinistrées furent donc considérablement freinés. Les initiatives municipales, industrielles et personnelles se trouvèrent bloquées. Le début de la reconstruction de la ville se fit dès lors sous le signe d’un immobilisme croissant et d’un financement parcimonieux. Vers 1923, la situation ne fit que s’aggraver, ce qui se ressentit sur les projets d’aménagement et d’extension de la ville.

5Dans quelles proportions la politique nationale de la France fut-elle déterminante pour aménager, embellir et étendre la ville de Saint-Quentin ? Les moyens et les acteurs du financement eurent indéniablement des répercussions sur l’orientation de la politique urbaine, qui rejaillirent directement sur les particuliers.

Le début de l’après-guerre et son lot de moyens de fortune

  • 5 Voir les comptes rendus des séances du conseil municipal.

6En 1919, comme dans bien d’autres villes, la municipalité saint-quentinoise se débattait dans une crise administrative et pécuniaire. Il était très difficile de différencier les attributions et les compétences de l’État de celles de la municipalité. Chaque partie se renvoyait la balle, paralysant ainsi les travaux. En 1919, le changement de municipalité orienta différemment la politique de reconstruction. La nouvelle majorité, d’obédience socialiste, reprit les idées des prédécesseurs en matière de reconstruction, tout en essayant de rationaliser au maximum les dépenses et les prévisions budgétaires. Un nouvel ordre des priorités fut instauré : la reconstruction de la ville devait être certes rapide et « grandiose », mais elle devait laisser un budget équilibré5. L’absence de déficit et l’équilibre budgétaire devinrent les maîtres-mots de l’action municipale. La politique financière demeura la même au cours des deux mandats successifs du maire socialiste Tricoteaux qui préconisa une politique d’austérité et une politique sociale en gérant au plus juste les impôts et en développant les associations caritatives et sociales, les écoles, les maisons de travailleurs...

  • 6 AM St-Q., 4H 289 Reconstruction, entrepreneurs, marchés, adjudication et cautionnement.
  • 7 AM St-Q., 4H 291 Reconstruction, entrepreneurs, accusés de réception de mandats.
  • 8 Ibid.

7Les premiers travaux publics financés par la ville furent couverts à l’aide de marchés de gré à gré6 confiés en juillet 1919 à trois grandes entreprises parisiennes : Maison Sommerville, Huguet Frères, Bommelet & Cie. Selon le cahier des charges, ces entreprises avaient la responsabilité complète des travaux qui devaient être exécutés avant le 1er janvier 1922. Elles assumaient les formalités, la préparation du travail, l’établissement des plans et devis et la fourniture des matériaux. Les devis étaient calculés par l’entreprise suivant une estimation faite d’après la série des prix et les derniers barèmes de la Société Centrale des Architectes de 1913. Les entreprises exécutèrent environ 600 000 francs de travaux par trimestre. La facturation du devis équivalait environ à 8 % de la somme des travaux et était généralement forfaitaire. Pour les payer, la municipalité délégua, à titre d’honoraires, les avances attribuées par les circulaires ministérielles en date du 25 avril 1919, modifiées par celle du 29 janvier 19197. Les marchés de gré à gré financés par les avances permirent à la ville de commencer la reconstruction bien que les caisses municipales fussent vides. Les entreprises touchaient les sommes allouées comme dommages de guerre et comme indemnités de réemploi au fur et à mesure des versements de l’État. Une clause des contrats spécifiait que la ville ne pouvait être tenue responsable des retards de paiement, ce qui la protégeait. En effet, les versements eurent fréquemment entre deux et trois mois de retard, voire six mois à la fin de l’année 19228.

  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid

8La ville renouvela les contrats qui la liaient à ces trois entreprises en leur confiant la réfection des bâtiments communaux et des travaux de voirie jusqu’en 1925. Elles exécutèrent environ 60 000 000 francs de travaux. La maison Sommerville obtint 40,5 % des marchés, Huguet Frères 27,6 % et Bommelet et Cie 31,9 %9. Après 1925, la ville fit appel aux petits entrepreneurs de la région qui avaient renfloué leurs entreprises et étaient de nouveau aptes à gérer d’importants chantiers. Ces marchés publics se révélèrent pour eux un apport non négligeable aux commandes de la clientèle privée. Ils furent dans de nombreux cas le moteur de leur redressement économique10. Cependant, le ralentissement, puis l’arrêt progressif des travaux d’embellissement et de reconstruction de la ville vers 1927 engendrèrent de nombreuses faillites et une montée importante du taux de chômage chez les salariés du bâtiment axonnais. Seules les plus grosses entreprises, qui avaient une clientèle diversifiée, purent surmonter la dépression.

9Les marchés de gré à gré permirent donc d’attendre le versement des indemnités de dommages de guerre tout en commençant la reconstruction de la ville. Cependant, la réfection de la voirie et les travaux d’édilité furent financés aussi par d’autres moyens.

Le Crédit National

  • 11 E. Michel, Les dommages de guerre en France et leur réparation, Thèse de Droit, Paris, Berger-Levr (...)

10Les dommages de guerre ne pouvaient être réglés dès le vote de la loi du 14 mars 1919. Il fut donc alloué aux sinistrés des avances pour parer aux besoins les plus urgents11. Le régime des avances se développa considérablement en raison du manque de capitaux. Il fut assuré par les Trésoreries générales d’avril 1919 à novembre 1920. À cette date, il fut relayé par le Crédit National.

Tableau 1 : Répartition des versements du Crédit National en France et à la municipalité de Saint-Quentin de 1919 à 1930

Année

Versements du Crédit National à la municipalité saint-quentinoise (en francs or)

Versements du Crédit National pour la France entière (en francs or)

1919

563 2198

100 000 000

1920

4 213 788

375 000 000

1921

7 689 000.

?

1922

2 118 784

220 000 000

1923

1 320 000

200 000 000

1924

2 854 121

185 000 000

1925

915 974

125 000 000

1926

1 170 467

185 000 000

1927

1 990 000

135 000 000

1928

2 342 993

200 000 000

1929

1 793 282

310 000 000

1930

1 286 335

360 000 000

Total

33 326 335

2 185 000 000

Graphique 1 : Répartition des versements du Crédit National sur dix ans pour la municipalité saint-quentinoise

Graphique 1 : Répartition des versements du Crédit National sur dix ans pour la municipalité saint-quentinoise
  • 12 Nous renvoyons pour l’histoire de la genèse du Crédit National à l’ouvrage : Crédit National, le l (...)
  • 13 Les archives du Crédit National ont été détruites en 1990 ; nous nous sommes donc appuyée sur les (...)
  • 14 AM St-Q., 4H 280-282, Service financier Crédit National. Ces dossiers contiennent l’ensemble des v (...)
  • 15 AM St-Q., Service des Archives Économiques et Financières (SAEF) B 18199 à B 18209 Relations avec (...)

11Le Crédit National, créé le 7 juillet 1919, avait pour fonction initiale de faciliter le paiement des dommages de guerre12. Il devint donc un auxiliaire de l’État dans le financement et le règlement de ceux-ci13. La municipalité saint-quentinoise reçut 33 326 943 francs-or de versements des Trésoreries générales et du Crédit National, échelonnés sur dix ans14. De 1919 à 1925, la ville perçut 51,8 % des sommes, soit une indemnité de 25 817 892,03 francs15.

12La municipalité obtint 9 575 986 francs comme avances sur les dommages de guerre à percevoir, soit 19 % de la somme totale. Ces avances eurent pour utilité de remettre sommairement en état les bâtiments publics et de réaliser les travaux de voirie les plus urgents. C’est en 1921 que la ville perçut le plus d’indemnités (23 %) : 79 % servirent en réparations diverses et 21 % furent alloués à la préparation du plan d’urbanisme de la ville. Les paiements de 1922 et 1923 servirent à financer les marchés de gré à gré. Les problèmes politiques de 1922 et 1925 se ressentirent sur les avances allouées aux villes sinistrées : en 1923, la municipalité ne toucha que 3,9 % des indemnités à percevoir et cette somme chuta à 2,8 % en 1925. Les disponibilités que créait le plan Dawes permirent la relance des remboursements. Les lois de 1923 instaurant des priorités dans le paiement des indemnités furent suivies d’une importante vague de mécontentements. Elles provoquèrent immédiatement de nombreuses manifestations contre le gouvernement en place et contre le Crédit National... Ces cortèges, sortes de contestations sporadiques, étaient soutenus par le journal local, Le Grand Écho. Celui-ci entreprit une forte campagne contre le gouvernement et surtout contre les agents des Régions libérées (notamment contre les administrateurs des dommages de guerre) et contre le Crédit National. Des dessins humoristiques mettant en scène le Crédit National parurent en grand nombre entre 1923 et 1925. Ils traduisaient la peur et l’angoisse des « petits sinistrés » qui ressentaient chaque nouvelle circulaire, chaque nouvelle loi, comme une atteinte personnelle à leurs droits. Dès lors, la politique financière et extérieure de la France fut critiquée, mal comprise, voire rejetée par les habitants de Saint-Quentin et par la municipalité. Toute action gouvernementale apparaissait comme de « vaines promesses ».

  • 16 Sur la crise du logement à Saint-Quentin, voir E. Olivier, op. cit., chap. 7 (« De la crise du log (...)
  • 17 Ibid.

13Depuis 1921, les droits des sinistrés s’étaient amoindris : après des règlements en obligations dépréciées (titres quadriennaux, titres décennaux, obligations de la Défense nationale...), avait suivi la période où le gouvernement ne payait pratiquement plus. Les chantiers furent peu à peu abandonnés, les maisons ne se reconstruisaient plus, une forte crise du logement s’ensuivit16. La classe moyenne fut particulièrement touchée : les lois de dommages de guerre, visant à instaurer une priorité dans les versements du Crédit National, l’avaient spécialement lésée. En effet, elle ne pouvait pas obtenir de maisons provisoires en raison de ses ressources trop élevées par rapport aux barèmes établis, mais elles ne lui permettaient pas non plus de payer le prix excessif et toujours croissant de leur loyer17. Les années 1923 et 1925 virent s’écrouler les beaux rêves de la municipalité saint-quentinoise et des habitants.

Le financement du Plan d’urbanisme, d’agrandissement, d’extension et d’embellissement de Saint-Quentin : un rêve utopique

  • 18 Il ressortit plusieurs idées des commissions de consultation sur l’urbanisme des régions sinistrée (...)
  • 19 AM St-Q., 4H 283 Reconstitution, commission d’études 1918-1920. Cette série regroupe l’ensemble de (...)
  • 20 AM St-Q., 1D 243 Plan de reconstruction de Saint-Quentin.
  • 21 Pour les différends entre la Commission d’Étude pour la Reconstruction de Saint-Quentin et Bigot, (...)
  • 22 Un même type de boulevard avait été prévu à Arras : voir J.-C. Bourgeois, La reconstruction d’Arra (...)

14Le Plan d’urbanisme, d’agrandissement, d’extension et d’embellissement de la ville de Saint-Quentin devait permettre d’appréhender de manière plus scientifique et plus programmée les évolutions et les expansions de la ville. Il représentait la solution technique pour rétablir la cohésion entre les différents développements spatiaux, devenus chaotiques18. Paul Bigot (1870-1942), ancien élève de l’École nationale des Beaux-Arts et Prix de Rome, fut chargé du plan d’urbanisme de la ville de Saint-Quentin : il conçut son projet afin que ses ambitions urbanistiques se greffassent sur l’ancien tissu urbain de la ville. Le projet était donc intimement lié à un lieu historique, précédemment construit, dont il avait essayé de tirer parti19. Il tenta de favoriser le décongestionnement du centre ville, d’accroître les moyens de communication, les espaces libres et les surfaces plantées20. Ses différentes propositions furent rejetées par la Commission d’Étude pour la Reconstruction de Saint-Quentin, très conservatrice21, qui entérina un plan de refonte du tissu urbain à deux vitesses : seuls le centre ville et un nouveau quartier créé autour de la gare et du Vieux-Port devaient connaître de profondes transformations, tandis que les faubourgs Saint-Jean, d’Isle et Saint-Martin végétaient. Seul le projet d’une immense esplanade reliant l’hôtel de Ville de Saint-Quentin au quartier des Casernes, large de 55 mètres, innovait. Elle devait devenir le pôle commercial et résidentiel de luxe de la cité22. Le plan prenait très peu en considération les développements futurs de la ville. Il fut le résultat de nombreuses forces contraires qui tentèrent de faire approuver leur logique : l’ambition d’un architecte, les visées sociales du maire Romain Tricoteaux, les idées rétrogrades de la Commission d’Étude pour la reconstruction de Saint-Quentin et le relatif désintérêt des commissions et services étatiques qui devaient superviser le développement des villes sinistrées.

  • 23 Michel, op. cit., p. 135.

151918 : l’Allemagne vaincue paiera, le traité de Versailles était intransigeant sur ce point. La France réclamait 230 000 000 de marks-or de réparations. En 1921, la Commission des Réparations fixait la dette allemande à 132 000 000 de marks-or, mais l’Allemagne se déclarait incapable d’en payer plus de 30 000 00023. La France, qui ne comptait pas renoncer à sa politique de réparation intégrale, occupa la Ruhr dès le 11 janvier 1923. À partir du printemps de l’année 1923, commença une “débâcle” des finances françaises qui se répercuta sur l’ensemble des secteurs d’activités et notamment sur la reconstruction des Régions dévastées et sur les sinistrés.

  • 24 L. Ringuier, « Le plan malade », Le Grand Écho, février 1922.

16Saint Quentin n’échappa pas aux retentissements des crises monétaires et financières. L’urbanisme de la ville et, de fait, la reconstruction des habitations dépendaient donc totalement des capacités de financement de l’État. En effet, les sinistrés n’avaient pas l’autorisation de reconstruire leur maison tant que les expropriations n’étaient pas approuvées ; il fallut attendre plus de deux ans après l’adoption du plan d’urbanisme pour qu’elles fussent réglées. Le député socialiste Ringuier compara le plan d’urbanisme à un arbre malade auquel on coupait des branches au fur et à mesure que la sève ne grimpait plus24. Cette métaphore exprimait parfaitement l’effet de réduction que le plan subissait au fur et à mesure de la raréfaction de l’argent. Chaque crise monétaire et chaque problème financier de l’État faisaient fondre comme neige au soleil les espoirs de la municipalité.

  • 25 AM St-Q., 4H 283 Reconstitution, commission d’études 1918-1920.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid. : Lettre du ministère de l’Intérieur, 20 octobre 1920 ou 1919.

17En 1919, la municipalité estima le coût de réalisation du plan projeté à 100 000 000 francs : environ 40 000 000 francs d’assainissement et 60 000 000 francs pour les travaux de voirie (création, prolongement et élargissement de rues), les expropriations et les embellissements25. La municipalité devait recevoir une subvention d’environ 68 % de l’État, ce qui laissait à sa charge environ 32 000 000 francs. Elle devait financer cette somme grâce à une augmentation progressive des centimes communaux qui aurait permis le remboursement de l’emprunt26. Une lettre du ministère de l’Intérieur réduisit ses espoirs à néant : au début de l’année 1921, il était hors de question pour l’État de financer plus de 30 000 000 francs de travaux. En effet, la reconstruction des villes selon un plan d’agrandissement et d’embellissement avait pris une importance et une telle ampleur monétaire qu’il ne pouvait la financer. Par cette lettre, l’État revenait sur ses engagements d’octobre 191927.

  • 28 AM St-Q., 8W 1 à 36 : Reconstitution de la ville de Saint-Quentin après 1914-1918. L’ensemble de c (...)
  • 29 AM St-Q., 4H 284 Reconstitution, programme des travaux.

18Le plan, dès lors, fut revu dans un sens restrictif, mais que la municipalité ne voulait pas limitatif. Elle envisageait de nombreuses possibilités de financement autonome pour pallier l’insuffisance d’ouverture de crédits par l’État, notamment l’augmentation des centimes communaux, la vente de terrains municipaux et les emprunts... Comme il était impossible d’accroître au-delà d’une certaine limite la contribution des citoyens, la municipalité ne pouvait pas recourir à un lourd emprunt. Le conseil municipal, en accord avec l’architecte de la ville, élabora un programme de priorité dans le plan d’urbanisme, tout en essayant de maintenir sa substance et sa cohésion28. La municipalité estima et classa par ordre de priorité les opérations à réaliser : elle décida d’exécuter en premier lieu les travaux de première et deuxième catégorie. Ainsi, par ces réductions, le coût du plan était amoindri et n’excédait pas 30 000 000 francs. Forte de cette diminution du coût de réalisation, la municipalité fit ensuite les démarches nécessaires pour obtenir la fixation de la subvention accordée par l’État. Après maintes visites de R. Tricoteaux au ministre de l’Intérieur et de nombreux pourparlers, la subvention fut arrêtée de façon définitive à 68 %29.

  • 30 AM St-Q., 8W 16 îlot Bagatelle, École Clin, Place Crommelin.

19Or, la municipalité ne pouvait employer à l’exécution du plan, pour sa quote-part, une somme supérieure à 10 000 000 francs. Elle dut donc, une fois de plus, réduire les opérations d’urbanisme à réaliser. Afin de diminuer les coûts, le percement et les élargissements de rues nécessitant l’expropriation de maisons reconnues comme réparables furent abandonnés, ou bien le tracé de la voirie fut modifié. Ainsi, dans le quartier des cours de la rue de Pontoile ou du quartier St-Martin, les expropriations furent limitées. L’îlot constitué par les cours Benker, Carlier, Bocquillon et du Sabot d’or jusqu’à la rue Félix Davin et la rue Desmoutiers devait être exproprié en totalité, mais le programme fut réduit. La municipalité abandonna l’expropriation totale et se borna à l’ouverture d’une rue à l’emplacement de la cour Benker, entre la rue de Vermand et le boulevard projeté, de façon à donner un débouché aux cours Carlier, Bocquillon et du Sabot d’Or qui, de ce fait, furent conservées. Le projet comprenait toujours l’ouverture de la rue Desmoutiers jusqu’à la nouvelle voie, le prolongement du boulevard Alexandre Dumas jusqu’à la rue Staquet : les rues Pontoile et Douchy étaient ainsi ouvertes sur celui-ci. Il créait un nouvel axe entre la place Dufour Denelle et la rue de Vermand, devenues des voies de communication importantes. Ce projet a cherché à conserver le plus grand nombre d’immeubles possible. La municipalité se restreignit à prévoir l’expropriation du sol des voies ayant les maisons les plus détruites, l’emplacement de la rue à ouvrir fut choisi dans l’endroit le plus endommagé, c’est-à-dire la cour Benker et la rue Bagatelle. Bien que le projet ait été restreint au strict minimum pour ce quartier populaire en raison de la situation financière, les problèmes les plus importants étaient résolus : le quartier, assaini, répondait ainsi aux servitudes hygiéniques et le réseau de voirie le desservant était amélioré et augmenté. Le quartier s’aérait et s’ouvrait vers l’intérieur de la ville. Les expropriations permettaient en outre l’édification de maisons ouvrières. Cette création de rue développa la communication et diminua l’effet d’enfermement de ce quartier populaire30.

  • 31 AM St-Q., 8W 1 Reconstitution, généralités, correspondance. Lettre du ministère de l’Intérieur, 23 (...)
  • 32 Ibid.

20Mais, entre 1922 et 1924, la situation financière de la France s’était aggravée : les liquidités et les budgets devenaient de plus en plus restreints. L’État français qui, au début de l’année 1920 encore, encourageait les villes sinistrées à faire des dépenses importantes pour améliorer l’urbanisme, se rétractait en 1923 et cherchait à alléger au minimum ses subventions. « Il fallait restreindre », tel était le mot d’ordre. Le ministère de la Reconstruction déclara ne pas pouvoir accorder à la ville une subvention supérieure à 10 000 000 francs31. Après maintes démarches du maire et du député Ringuier, le ministre consentit à donner de façon définitive à la ville de St-Quentin une subvention de 12 000 000 francs32.

  • 33 AM St-Q., Minutes des séances du conseil municipal de Saint-Quentin des 5 mai 1922, 14 février 192 (...)
  • 34 Dans les fonds des archives municipales ou départementales, aucun texte n’affirme la suppression d (...)
  • 35 AM St-Q., 8W 18 Reconstitution, îlot des Casernes.
  • 36 Le contrat stipulait que la ville pouvait éventuellement reprendre les terrains.
  • 37 Nous ne savons pas comment cette décision fut prise, ni comment le projet fut formé, car les diver (...)
  • 38 L’abandon de ce projet causa des difficultés d’ordre juridique à la ville : en effet, en 1923, ell (...)
  • 39 Michel, op. cit., p. 132, et minutes des séances du conseil municipal, 25 mai 1923.

21Or, pendant ces transactions, le projet urbanistique de la ville avait reçu un coup fatal. La construction d’un Grand Boulevard en l’honneur de la Victoire, dont tous les Saint-Quentinois parlaient et dont les élus rêvaient, s’effondrait. Le plan d’urbanisme était atteint dans son morceau de bravoure. Le ministère des Armées, après avoir désaffecté les casernes de la ville et autorisé l’utilisation de toute la superficie du terrain pour la mise en place du boulevard central, revenait sur ses engagements. Il se réservait une bande de terrain d’environ un hectare, perpendiculaire à la rue Thiers. Cette décision fut annoncée alors que la municipalité avait déjà commencé les expropriations par zone pour réaliser l’esplanade. Il en résultait que trente-neuf personnes étaient en cours d’expropriation et que la municipalité avait déjà investi 1 449 898 francs33. Cette dernière engagea de nombreux pourparlers avec l’administration de la Guerre et le général commandant le 2e Corps d’armée, en vain : l’Armée conservait une partie du terrain nécessaire à la mise en place du boulevard. La ville ne se résolvait pas à abandonner son beau projet34. Les décisions de l’Armée le rendaient pourtant inutile et caduc : le boulevard ne pouvait rien desservir. La municipalité n’ébruita pas cette malencontreuse mésaventure. De 1923 à 1925, elle procéda à l’expropriation des terrains nécessaires au boulevard mais n’entreprit pas les travaux35. En 1926, un entrefilet dans Le Grand Écho annonçait la « suspension provisoire du Boulevard ». Jusqu’en 1927, la municipalité espéra réaliser son projet bien que celui-ci ne fût plus viable. Elle comptait sur le revirement de l’Armée, qui n’eut pas heu. En désespoir de cause, elle accorda la rétrocession d’une partie des terrains pour créer un stade36. En 1929, la Ville renonça définitivement en utilisant les terrains destinés à l’esplanade pour construire l’École de plein air37. Après de longs espoirs, la municipalité abandonnait son grandiose et chimérique projet38. En 1923, l’État avait accordé une première avance de 3 000 000 francs sur la subvention pour commencer la réalisation du plan, celui-ci ne pouvait donc plus être modifié39.

  • 40 AM St-Q., 8W 1 Reconstitution. Généralités.
  • 41 Cette somme comprenait l’amortissement du capital et de l’intérêt du capital (7,75 % par an).
  • 42 AD Aisne, 15R 1121-1135 Dommages de guerre des bâtiments municipaux.

22La réalisation du plan d’urbanisme coûta 27 926 721 francs. Cette somme couvrait les travaux de voirie (3948729 francs), les expropriations de terrains estimées en 1923 à 23 977 992 francs, évaluées ensuite à 21 134 681 francs40. Dix millions de francs furent couverts par l’emprunt de 1923, que la ville remboursa à partir du 30 septembre 1924 en trente annuités de 863 195,60 francs41 recouvrables à l’aide d’une imposition extraordinaire de 120 centimes par an pendant trente ans. Les 5 926 721 francs restants furent financés par l’aliénation de terrains communaux d’une part et par l’achat de dommages de guerre d’autre part. Le 4 octobre 1922, suite à la dépêche ministérielle du 16 septembre 1922, le préfet de l’Aisne accorda l’acquisition de dommages de guerre à la municipalité en vue de réaliser les travaux de voirie prévus dans le plan d’aménagement et de pallier l’insuffisance des dommages de guerre concernant les locaux scolaires et communaux42. La limite de ces acquisitions était fixée à 4 000 000 francs valeur 1914, soit environ 19 000 000 francs valeur 1923.

Tableau no 2 : Répartition par année des achats de dommages de guerre (en francs courants)

Année

Valeur de l’achat

Prix d’achat

Gain par la municipalité

1923

5 912 341

1 718 889

4 193 452

1924

6 185 325

1 874 246

4 311 079

1925

2 908 023

903 665

2 004 358

1926

2 842 418

875 635

1 984 783

1927

119 340

16 300

103 040

1928

203 295

84 318

118 977

1929

518 578

271 880

246 698

TOTAL

18 689 320

5 726 933

12 962 387

  • 43 AD Aisne, M. 9660 Services des Régions Libérées, achat de dommages de guerre 1914-1918 et AM St-Q. (...)
  • 44 Les taux furent donc avantageux pour la municipalité car l’offre était supérieure à la demande.
  • 45 Ibid.

23De 1923 à 1926, la Ville acheta les dommages de guerre à 176 personnes à 30 % de leur prix environ43. 1927 fut une année noire pour certains sinistrés qui perdirent jusqu’à 87 % de la valeur de leurs titres. La conjoncture économique reprenant, la municipalité ne fit plus qu’entre 40 et 50 % de bénéfices. Ce système permit à la ville de faire une intéressante opération financière : elle gagna 12 962 378 francs, pour un investissement de 5 726 933 francs, soit un bénéfice de 69 % par rapport à la valeur de l’achat. Quant aux propriétaires, ils touchaient immédiatement des liquidités qu’ils pouvaient employer pour reconstruire. Les vendeurs de dommages de guerre étaient pour la plupart des propriétaires immobiliers possédant une ou plusieurs résidences ou des héritiers, généralement de condition modeste, qui ne pouvaient reconstruire deux demeures. Les offres furent très nombreuses en 1923 et 1924 : en raison de la conjoncture économique défavorable, de nombreux sinistrés eurent peur que le système d’indemnités fût supprimé et la vente s’avérait le seul moyen d’obtenir des liquidités44 Les personnes qui vendirent leurs dommages de guerre en 1927, 1928 et 1929 n’appartenaient plus à la même catégorie sociale : vers la fin des années vingt, il s’agissait de sinistrés modestes, souvent au bord de la ruine, qui n’avaient comme solution que la vente de leurs titres. Cependant, l’offre étant plus faible que la demande, ils touchèrent des taux relativement avantageux. Ces acquisitions de dommages de guerre payèrent 84 % des 5 926 721 francs de la quote-part de la Ville dans le Plan de Reconstruction, soit 4 978 445,60 francs. La vente des terrains communaux finança la différence, soit 9 948 275,40 francs45.

  • 46 AD Aisne, 4N 838 Emprunt 1920-1930.

24La municipalité finança sa part grâce à un emprunt de 8 000 000 francs remboursable sur trente ans grâce à une augmentation des centimes communaux extraordinaires qui mettait à contribution le citoyen46. À partir de 1926, elle eut des difficultés croissantes pour équilibrer ses budgets. Jusqu’en 1925, elle se définissait comme une “Municipalité-Providence” en essayant de ne pas charger les citoyens de taxes afin d’aider les sinistrés appauvris, mais elle ne put persévérer dans ce rôle au-delà de 1926.

25Les Saint-Quentinois avaient vu grand pour la reconstruction de leur cité. Par leurs projets considérables, ils tentaient d’oublier l’horreur dans laquelle la ville avait été plongée et ils ne cherchaient qu’à mieux la faire renaître de ses ruines. Le plan d’urbanisme réalisé en 1921 visait à créer une organisation qui pût satisfaire ses transformations et son extension future. La Ville avait prévu près de 100 000 000 de francs de travaux d’urbanisme. L’État, en six mois, réduisit les prétentions de la municipalité saint-quentinoise à une vingtaine de millions de francs. Le plan d’aménagement, d’extension et d’embellissement fut remanié et amputé de ses morceaux de bravoure afin de limiter son coût de réalisation au maximum. L’État, dans les années 1920, revenait de plus en plus sur ses engagements au fur et à mesure que grandissait l’incertitude du paiement des dommages de guerre par l’Allemagne. La loi Cornudet n’a donc pas marqué un progrès notoire de la planification urbaine dans les villes sinistrées car elle s’est heurtée à de trop nombreux obstacles financiers. La municipalité saint-quentinoise dut recourir à de multiples expédients, comme l’achat de dommages de guerre, pour entreprendre la restauration ou la reconstruction des bâtiments publics et l’aménagement de la voirie urbaine. Les grands travaux subirent deux profonds ralentissements en 1923-1924 et en 1927, correspondant aux conséquences de la crise avec l’Allemagne et à la diminution des financements. 1927 fut une véritable période de crise pour les employés du bâtiment : l’essentiel des chômeurs saint-quentinois appartenait aux professions de la construction et de la voirie. Le début d’une politique de grands travaux à Saint-Quentin, dont la construction du « passage supérieur », des cités-jardins, permit la relance de l’activité économique et le réemploi des salariés de la voirie, des Ponts et Chaussées et du bâtiment. En raison des faibles moyens financiers et des circonstances économiques défavorables dans les régions sinistrées, la reconstruction dévia de son but initial de réflexion et de planification, pour devenir une reconstruction au coup par coup dont le programme urbain ne fut pas totalement maîtrisé.

Notes

1 E. Olivier, La reconstruction de Saint-Quentin (Aisne) : entre passé et modernité, 1918-1931, Mémoire de maîtrise d’Histoire contemporaine (E. Chadeau dir.), Université Charles-de-Gaulle - Lille 3, 1995, p. 37-52.

2 Ibid.

3 Émile Brunet (1872-1952) fut architecte en chef des Monuments Historiques de 1899 à 1937. Il fut chargé de la gestion des monuments de l’Aisne : il s’illustra notamment dans la reconstruction de la basilique de Saint-Quentin (1920-1937), de l’église Saint-Pierre-aux-Liens à Blérancourt (1921), de la cathédrale et de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes à Soissons (1920-1937). Il monta un cabinet d’architecte à Paris.
Voir É. Brunet, « La restauration de la cathédrale de Soissons », La construction moderne, 22 janvier 1928, p. 193-198 et 12 février 1928, p. 234-240 ; Id., « La restauration de la cathédrale de Soissons », L’architecture, vol. XLV, no 2, 15 février 1932, p. 59-68 ; Olivier, op. cit. ; Reconstructions en Picardie après 1918, exposition organisée par les Archives départementales de l’Aisne, le musée national de la Coopération franco-américaine de Blérancourt, les musées de Noyon, le musée de Soissons, 16 septembre 2000-16 décembre 2000, Paris, RMN, 2000, p. 276-292, 303. Colloque d’Arras sur les dommages de guerre et la reconstruction, E. Bussière, P. Marcilloux, D. Varaschin (dir.), La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande guerre : actes du colloque d’Arras, 8 au 10 novembre 2000, Arras, Archives du Pas-de-Calais, 2002.
Archives municipales St-Quentin (AM St-Q.), 2M 2, Basilique de Saint-Quentin, restauration ; AM St-Q., B 43, Basilique, projet de dégagement ; AM St-Q., B 81-82, Basilique, projet de dégagement : plan général avec les environs ; AM St-Q., B 188, Basilique, plan, état en 1914 ; AM St-Q., B 189, Basilique, plan de couverture.

4 Reconstructions en Picardie après 1918, op. cit., p. 44.

5 Voir les comptes rendus des séances du conseil municipal.

6 AM St-Q., 4H 289 Reconstruction, entrepreneurs, marchés, adjudication et cautionnement.

7 AM St-Q., 4H 291 Reconstruction, entrepreneurs, accusés de réception de mandats.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid

11 E. Michel, Les dommages de guerre en France et leur réparation, Thèse de Droit, Paris, Berger-Levrault, 1932.

12 Nous renvoyons pour l’histoire de la genèse du Crédit National à l’ouvrage : Crédit National, le livre anniversaire, Paris, Lattès, 1994.

13 Les archives du Crédit National ont été détruites en 1990 ; nous nous sommes donc appuyée sur les chèques de versement de l’organisme à la municipalité saint-quentinoise et la correspondance faisant mention du rôle des financements du Crédit National. En raison de cette destruction, il est dorénavant impossible d’étudier la répartition et l’échelonnement des versements d’indemnités par le Crédit National aux particuliers. Il devient donc extrêmement difficile d’analyser le rythme de la reconstruction pour les particuliers à travers le remboursement des dommages de guerre.

14 AM St-Q., 4H 280-282, Service financier Crédit National. Ces dossiers contiennent l’ensemble des versements effectués par le Crédit National à la municipalité saint-quentinoise et l’utilisation qui en a été faite.

15 AM St-Q., Service des Archives Économiques et Financières (SAEF) B 18199 à B 18209 Relations avec le Crédit National, question statutaires et comptables ; B 9142 Convention no 47 (remboursement de l’emprunt 6 % 1922 par la ville de Saint-Quentin).

16 Sur la crise du logement à Saint-Quentin, voir E. Olivier, op. cit., chap. 7 (« De la crise du logement à la création des cités-jardins : sept ans d’expérience dans le logement social »), p. 183-222.

17 Ibid.

18 Il ressortit plusieurs idées des commissions de consultation sur l’urbanisme des régions sinistrées : il fallait d’une part supprimer les boulevards circulaires et hexagonaux construits sur le tracé des anciennes fortifications, la cité devait organiser ses transports collectifs en rayonnement autour de plusieurs pôles afin d’« exploser » le centre ville. Selon J.-M. Auburtin, la plus grande erreur consistait à employer des « tracés en toile d’araignée » pour les lignes de tramways ce qui contribuait à replier le centre sur lui-même (J.-M. Auburtin et H. Blanchard, La Cité de demain dans les régions dévastées, Paris, A. Colin, 1917, p. 21-34).

19 AM St-Q., 4H 283 Reconstitution, commission d’études 1918-1920. Cette série regroupe l’ensemble de la correspondance échangée entre Bigot et la municipalité notamment. Grâce à ces lettres, nous pouvons mieux saisir les préoccupations de ce jeune architecte, pétri des idées nouvelles, qui appréciait le béton armé comme matériau de construction, les larges artères de communication intégrant une séparation entre les voies automobiles et pédestres, les unités d’habitation dans la verdure... Il écrivait : « Plus de rues, plus de places, plus de centre, plus d’extérieur, plus de façades, plus de ville... Je veux créer un espace interchangeable, ouvert et continu ».

20 AM St-Q., 1D 243 Plan de reconstruction de Saint-Quentin.

21 Pour les différends entre la Commission d’Étude pour la Reconstruction de Saint-Quentin et Bigot, voir Olivier, op. cit., chap. 4 (« Le remodelage du tissu urbain saint-quentinois »), p. 85-108.

22 Un même type de boulevard avait été prévu à Arras : voir J.-C. Bourgeois, La reconstruction d’Arras, Mémoire de maîtrise (B. Ménager dir.), Université Charles-de-Gaulle - Lille 3,1989.

23 Michel, op. cit., p. 135.

24 L. Ringuier, « Le plan malade », Le Grand Écho, février 1922.

25 AM St-Q., 4H 283 Reconstitution, commission d’études 1918-1920.

26 Ibid.

27 Ibid. : Lettre du ministère de l’Intérieur, 20 octobre 1920 ou 1919.

28 AM St-Q., 8W 1 à 36 : Reconstitution de la ville de Saint-Quentin après 1914-1918. L’ensemble de ces dossiers examine les transformations à effectuer, îlot par îlot.

29 AM St-Q., 4H 284 Reconstitution, programme des travaux.

30 AM St-Q., 8W 16 îlot Bagatelle, École Clin, Place Crommelin.

31 AM St-Q., 8W 1 Reconstitution, généralités, correspondance. Lettre du ministère de l’Intérieur, 23 avril 1923.

32 Ibid.

33 AM St-Q., Minutes des séances du conseil municipal de Saint-Quentin des 5 mai 1922, 14 février 1923, 24 août 1924, et 8W 1 Reconstitution. Généralités, correspondance.

34 Dans les fonds des archives municipales ou départementales, aucun texte n’affirme la suppression du Grand Boulevard des projets urbanistiques de la ville.

35 AM St-Q., 8W 18 Reconstitution, îlot des Casernes.

36 Le contrat stipulait que la ville pouvait éventuellement reprendre les terrains.

37 Nous ne savons pas comment cette décision fut prise, ni comment le projet fut formé, car les diverses archives consultées, tant municipales que départementales ou nationales, n’en conservent aucune élaboration.

38 L’abandon de ce projet causa des difficultés d’ordre juridique à la ville : en effet, en 1923, elle avait reçu une première subvention de l’État de 3 000 000 francs pour la réalisation du plan d’urbanisme, celui-ci ne pouvait donc plus être modifié. Le conseil municipal était ainsi en porte-à-faux : en 1929, devant la pénurie de logements, l’État autorisa la ville à utiliser la subvention pour créer des logements sociaux.

39 Michel, op. cit., p. 132, et minutes des séances du conseil municipal, 25 mai 1923.

40 AM St-Q., 8W 1 Reconstitution. Généralités.

41 Cette somme comprenait l’amortissement du capital et de l’intérêt du capital (7,75 % par an).

42 AD Aisne, 15R 1121-1135 Dommages de guerre des bâtiments municipaux.

43 AD Aisne, M. 9660 Services des Régions Libérées, achat de dommages de guerre 1914-1918 et AM St-Q., 4H 391 Achat de dommages de guerre.

44 Les taux furent donc avantageux pour la municipalité car l’offre était supérieure à la demande.

45 Ibid.

46 AD Aisne, 4N 838 Emprunt 1920-1930.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Répartition des versements du Crédit National sur dix ans pour la municipalité saint-quentinoise
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Doctorante en Histoire de l’Art à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540