Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

Réseaux et stratégies bancaires (xixe-xxe siècles)

Ginette Kurgan-Van Hentenryk

Texte intégral

1De longue date, économistes et sociologues se sont intéressés à la formation et au rôle des réseaux dans le gouvernement d’entreprise. En revanche, jusqu’à une époque récente, la recherche en histoire bancaire s’est peu préoccupée de ce sujet. À l’exception de quelques considérations sur les liens personnels entre les conseils d’administration d’entreprises bancaires et industrielles (interlocking directorates selon la terminologie anglo-saxonne), le problème des réseaux n’a été abordé qu’occasionnellement par les historiens et ce, selon deux approches principales. La première relève de l’histoire sociale des banquiers et privilégie l’étude de leurs rapports avec la société dont ils sont issus. La seconde analyse de façon méthodique les cumuls de mandats et le partage d’administrateurs communs par le jeu des participations croisées entre banques et autres entreprises. Cette approche descriptive des réseaux ne débouche pas nécessairement sur l’analyse de leur fonctionnement, ni sur l’influence qu’ils exercent sur la stratégie bancaire.

2Selon la longueur de la période envisagée, l’étude des réseaux peut aboutir à des interprétations divergentes de leur influence, en particulier lorsqu’on s’interroge sur la longévité de certaines dynasties bancaires. La discussion par M.J. Daunton de la thèse de Y. Cassis sur la prédominance de l’ancienne aristocratie bancaire dans la City de Londres à l’époque édouardienne (1890-1914) est révélatrice à cet égard. Se situant dans la longue durée, soit de 1880 à 1950, Daunton défend la thèse selon laquelle c’est la tension continue entre les anciennes dynasties et les nouveaux venus qui a été un facteur majeur du succès persistant de la place de Londres tout au long de ces sept décennies.

3Compte tenu de la dispersion de l’information scientifique sur les réseaux, trois thèmes méritent de retenir l’attention : les bases de l’organisation des réseaux, le mariage et le rôle des femmes dans la formation des réseaux, le partage d’administrateurs communs comme indicateur de l’influence de la banque sur l’industrie. Quant à l’influence des réseaux sur la stratégie bancaire, elle sera analysée à la lumière d’une étude de cas, celui de la Société Générale de Belgique.

Les bases de l’organisation des réseaux

4L’histoire bancaire du XIXe siècle a mis précocement l’accent sur l’importance des liens de parenté dans le développement de la banque en Europe occidentale. Certes, les réseaux de parenté ont joué un rôle essentiel dans le développement des merchant banks en Angleterre ou de la haute banque en France, en Allemagne et ailleurs. De même, ils interviennent dans le recrutement des dirigeants des banques par actions à leur début, comme l’illustrent les cas de la Société Générale de Belgique, de la Banque de Paris et des Pays-Bas ou de la Banque de l’Union Parisienne. Ces réseaux peuvent ou non combiner leur élément de base avec d’autres telles la religion, l’origine géographique, les attaches politiques ou l’éducation.

5Plusieurs facteurs ont été avancés pour expliquer l’importance de la parenté dans la formation des réseaux. Ainsi la collaboration entre proches parents favoriserait le mieux l’accumulation du capital, la perception de commissions peu élevées, la confidentialité et la confiance, en développant des liens d’affaires informels utiles pour l’information et le crédit. Ces facteurs ont été largement décrits dans la littérature sur les banques d’affaires. À ce stade, la parenté a été généralement envisagée dans la perspective d’une continuité basée sur la propriété familiale. Toutefois, l’émergence à la fin du XIXe siècle de managers professionnels dans les banques par actions pose le problème de la formation de nouveaux réseaux de parenté entre dirigeants salariés qui se substituent à ceux formés par les héritiers des dynasties bancaires.

6Deux conceptions de la parenté émergent des études de cas de l’histoire de la banque privée. La première se fonde sur une sélection stricte des héritiers mâles pour accéder à la direction de l’entreprise bancaire familiale. Le cas des Rothschild est bien connu. C’est en 1960 seulement que, pour la première fois, la maison de Londres recrutait un partenaire extérieur à la famille. Celui des Wallenberg en Suède est aussi caractéristique, à deux différences près. Tout d’abord, chez les Wallenberg, le recrutement familial s’effectue par une sélection et une éducation strictes des héritiers mâles destinés à la direction des affaires, tandis que les autres sont mis à l’écart, ce qui n’était pas le cas chez les Rothschild. En second lieu, contrairement aux Rothschild, les Wallenberg accordaient peu d’importance aux alliances matrimoniales dans le développement de leur groupe. À l’encontre de cette conception stricte de la parenté, certaines banques privées ont édifié de vastes réseaux grâce à de nombreuses alliances et au recrutement de parents par alliance. Le cas des Bischoffsheim est caractéristique, tandis que les Barings étaient connus pour recruter des associés de talent lorsque des héritiers doués faisaient défaut.

7Certains historiens ont insisté sur l’appartenance à une minorité religieuse comme facteur significatif de la longévité des dynasties, dans la mesure où elle renforce la solidarité. Le cas des banquiers juifs cosmopolites, devenu mythique dans l’imaginaire des sociétés occidentales, ne présente en réalité guère de différence avec les réseaux de la haute banque protestante ou celui des familles Quakers qui fusionnèrent leurs activités bancaires pour fonder la Barclays Bank à la fin du XIXe siècle. À propos de l’appartenance des Rothschild au judaïsme, leur historien N. Ferguson considère qu’il s’agissait moins de leur part d’une question de foi religieuse que d’un esprit de clan. Aux yeux de la famille, la religion constituait pour une bonne part le ciment de son unité et rester juif faisait partie intégrante de sa prospérité.

8À l’examen du facteur géographique à la base des réseaux, il y a lieu de distinguer deux niveaux. De prime abord s’imposent les réseaux constitués par la diaspora de banquiers originaires d’un pays ou d’une région particuliers, qu’il s’agisse de la Suisse, de la Grèce ou des États allemands. Le rôle des banquiers suisses dans la formation de la haute banque en France est bien connu grâce à L. Bergeron. Les relations entre les banquiers grecs de la diaspora et leur mère patrie ont été étudiées notamment par M. Dritsas. L’attachement de la communauté bancaire juive allemande de New York à l’Allemagne avant la première guerre mondiale joue un rôle majeur dans les alliances matrimoniales et la formation des réseaux de ses membres. En cultivant systématiquement leurs caractéristiques nationales, qu’il s’agisse de la langue, de leurs affinités sociales ou culturelles, les banquiers juifs allemands de New York furent les promoteurs des relations financières entre les États-Unis et l’Allemagne. Leur attitude exclusive à l’égard des Juifs originaires d’autres pays et en particulier des Juifs sépharades a joué un rôle significatif dans la décision des Lazard de s’établir à Paris et à Londres à la fin du XIXe siècle. Il n’est pas inutile de rappeler que les liens de parenté établis de longue date entre les différentes dynasties cosmopolites de banquiers privés, comme les Warburg ou Mendelssohn, ont facilité la négociation d’emprunts internationaux par l’Allemagne après la première guerre mondiale.

9Le facteur géographique a plutôt retenu l’attention au niveau international. Plus récemment, l’intérêt des historiens a porté sur le niveau local ou régional. Les travaux de L. Newton ont fait ressortir l’importance des réseaux d’affaires locaux pour la formation des banques par actions en Angleterre et au Pays de Galles au début du XIXe siècle. En Belgique, à partir des années 1870, la Société Générale remplace ses succursales de province par des banques par actions, fondées avec le concours de notables, de propriétaires fonciers et d’hommes d’affaires locaux en vue de constituer un vaste réseau à travers le pays, réseau à la tête duquel elle fonctionne comme prêteur en dernier ressort. Elle sera imitée plus tard par sa principale rivale, la Banque de Bruxelles.

10Les relations politiques peuvent également contribuer au développement des banques. Dans certains cas, les réseaux politiques jouent un rôle décisif dans leur fondation, comme en témoigne le cas du Crédit Suisse, créé par un réseau dense de politiciens et d’hommes d’affaires appartenant à la nouvelle élite libérale du canton de Zürich. De même le pouvoir du banquier Horace Finaly, patron de la Banque de Paris et des Pays-Bas durant les années 1920, reposait en partie sur les nombreux contacts qu’il avait noués avec les membres du gouvernement français pendant la guerre.

11Dans les pays où l’emprise de l’État sur la société civile est forte, comme en France ou en Allemagne, on constate un rôle croissant de la fonction publique dans le développement des réseaux, à mesure que les grandes banques se sont bureaucratisées. À cet égard, le pantouflage des Inspecteurs des Finances vers la direction des grandes banques françaises depuis la fin du XIXe siècle est bien connu. Pour évoquer un cas plus récent et moins glorieux, le Crédit Lyonnais doit pour une bonne part sa survie, mais aussi l’ampleur de son désastre, à la bienveillance et la solidarité dont ont bénéficié ses dirigeants grâce à leur appartenance au corps de l’Inspection des Finances.

Le mariage et le rôle des femmes dans la formation des réseaux

12L’importance des alliances matrimoniales dans les réseaux a fait l’objet de nombreux débats.

13Il importe de les examiner à deux niveaux : le mariage du banquier et celui de ses enfants. Les Rothschild ont atteint un degré extrême d’endogamie au début de leur splendeur, puisque 14 des 18 mariages célébrés entre 1824 et 1870 furent contractés entre membres de la famille. Dans le monde des banques d’affaires, l’endogamie stricte visait à consolider les fortunes familiales en prévenant le partage des héritages. Dans son analyse de l’endogamie dans la City de Londres, Cassis a mis en évidence trois réseaux principaux : l’ancienne aristocratie bancaire, les banquiers juifs et les familles Quakers à l’origine de la Barclays Bank. Reste à savoir si l’endogamie était un facteur majeur ou secondaire de l’intégration des banquiers dans la City. Il en découle une autre question : le mariage contribue-t-il à construire de nouveaux réseaux ou consolide-t-il un réseau existant ? Les travaux d’Alain Plessis sur les dirigeants de la Banque de France sous le Second Empire montrent que le mariage consolidait des liens antérieurs plutôt que d’en créer de neufs. Les recherches de D. Augustine sur les banquiers de l’Allemagne wilhelmienne aboutissent à des conclusions analogues si ce n’est qu’elle observe que l’importance accordée au mariage d’intérêt décroît lorsque les banquiers ont réalisé une grande fortune. En d’autres termes, le banquier se marie pour étendre ses relations d’affaires et accroître son patrimoine, ses enfants pour améliorer leur position sociale ou éventuellement par amour. Dans le milieu bancaire belge, le mariage contribue à la consolidation du réseau, mais ce rôle décline après la première guerre mondiale. Il mérite pourtant d’être relevé que le comportement matrimonial est influencé par l’origine sociale du banquier. Ainsi les banquiers issus de la petite bourgeoisie veillent à s’allier à la noblesse grâce au mariage de leurs enfants, alors que les banquiers appartenant à la haute bourgeoisie ne s’en préoccupent guère.

14Le cas des Wallenberg est moins clair. À l’époque de son second mariage, le fondateur de la dynastie, André Wallenberg, était un banquier bien établi, siégeant au Parlement suédois et lié avec des hommes politiques libéraux, des industriels et des membres des professions libérales. Après son mariage avec Anna von Sydow, des membres influents de l’aristocratie remplacent les représentants des classes moyennes au conseil d’administration de la banque. Les filles issues de ce second mariage épousent des nobles et la banque Wallenberg devient banque de la cour de Suède. À la deuxième génération, Kurt Wallenberg devient le premier ministre des Affaires étrangères d’origine roturière. Le second mariage d’André Wallenberg fut donc décisif pour l’accession des Wallenberg au sommet de la société suédoise. Cependant, selon leur historien U. Olsson, contrairement aux Rothschild, le recours à l’endogamie n’a pas été utilisé par le groupe pour consolider la fortune des générations ultérieures.

15Au-delà du cas d’Anna von Sydow qui contribue activement à l’ascension sociale de son mari et de ses enfants, diverses études consacrées à l’Allemagne wilhelmienne ont mis en évidence le rôle majeur des épouses d’hommes d’affaires dans l’organisation et l’entretien des contacts sociaux de leur mari.

Le partage d’administrateurs communs comme indicateur de l’influence des banques sur l’industrie

16L’étude des réseaux a connu des développements quantitatifs importants par l’analyse méthodique de la composition des conseils d’administration des banques et des entreprises industrielles. Le débat sur leur utilité pour déterminer le rôle central de la banque, la structure des participations croisées dans la construction des réseaux et l’efficacité de ceux-ci reste ouvert. Relevons à ce propos la pertinence de la remarque de J.-N. Jeanneney :

C’est une erreur constante pour la compréhension des jeux de force que de déduire de voisinages institutionnels ou de liens familiaux la certitude de solidarités automatiques (L’Argent caché, p. 42)

17L’histoire de la Société Générale de Belgique confirme ce risque d’interprétation fallacieuse. Durant les décennies 1860 et 1870, le conseil de la banque était dominé par d’importantes personnalités politiques libérales, à une époque où le parti libéral occupait le pouvoir. Mais au cours de cette même période, les libéraux belges étaient divisés, ce qui avait pour conséquence une certaine hostilité du gouvernement libéral envers la Société Générale.

18Les recherches de P. Eigner sur les réseaux personnels au sein de la finance autrichienne de 1900 à 1938 mettent en évidence la fonction d’accumulation d’information du conseil d’administration des banques et le rôle d’information trader (marchand d’informations) de l’administrateur commun à plusieurs établissements. D’après lui, la plupart des grandes banques de Vienne contrôlaient l’industrie avant les années 1920. Après la première guerre mondiale, la question de l’influence des banques autrichiennes dans l’économie des États issus du démembrement de l’empire austro-hongrois reste ouverte, bien que leurs représentants siègent au conseil des compagnies nationales. La continuité des liens personnels dans le partage d’administrateurs communs n’est pas significative pour autant de leur pouvoir de décision.

19Des travaux analogues ont été menés par Wixforth et Ziegler à propos du rôle et de l’importance des banquiers privés dans l’industrie allemande de 1900 à 1933. Combinés à une approche qualitative, ils révèlent comment les banques privées perdirent leur capacité de rivaliser avec les grandes banques de Berlin dans le financement de l’industrie. Par contre, elles développèrent après la première guerre mondiale une spécialisation fructueuse dans l’offre de services de conseil et de montages financiers, grâce à leurs réseaux traditionnels.

20Quoi qu’il en soit, l’étude du partage d’administrateurs communs se révèle quelque peu décevante pour la compréhension du processus de décision entre banque et industrie. Selon P. Marguerat, les banques mixtes ont joué un rôle décisif dans le développement de la grande industrie en Allemagne, non pas par leur intervention dans la gestion des entreprises mais par leur rôle de financement et de conseil. Ce point de vue généralement accepté, selon lequel les réseaux des banques universelles ont été les promoteurs de la forte croissance économique des pays tardivement engagés dans l’industrialisation, est contesté par C. Fohlin sur base de travaux statistiques relatifs aux sociétés anonymes en Allemagne et en Italie avant 1914. Cette position quelque peu controversée témoigne de ce que la recherche sur la performance des réseaux d’administrateurs communs dans les relations entre banque et industrie est encore loin d’être épuisée.

Réseaux et stratégie bancaire : la Société Générale de Belgique, une étude de cas

21Dans notre livre Gouverner la Générale de Belgique, la première banque belge est abordée au cours d’un siècle et demi (1830-1980) dans une double perspective : d’une part, l’analyse du conseil de direction comme groupe social et d’autre part l’influence des équipes dirigeantes sur la stratégie de la banque. Il résulte de cette approche que deux facteurs se sont révélés décisifs dans certains tournants de l’histoire de la banque : le problème de génération et l’influence des réseaux.

22De la fondation de la Société Générale en 1822 à 1900, les réseaux de parenté et d’alliances matrimoniales entre les actionnaires jouent un rôle majeur dans le recrutement des directeurs de la banque. Le mandat de directeur ne se transmet pas nécessairement de père en fils, mais peut échoir à un gendre, un petit-fils ou un neveu. Jusqu’en 1914 les liens avec le monde politique sont essentiels. Certains directeurs siègent au Parlement, d’autres ont été ministre et quand bien même ne détiennent-ils pas personnellement un mandat politique, ils sont parent ou allié d’hommes politiques de premier plan. Ce mode de recrutement combiné à la longévité des directeurs a eu pour effet une extrême prudence et un manque de dynamisme de la banque dans le soutien aux entreprises de la deuxième révolution industrielle et son ancrage prolongé dans les secteurs traditionnels.

23Après la première guerre mondiale, deux nouveaux types de réseau font leur apparition. Le premier type, né de la technostructure, est constitué par les managers professionnels qui entrent au conseil de direction de la banque au début du XXe siècle et en écartent les héritiers des anciens directeurs. Ils créent un réseau entièrement neuf, basé sur les liens de parenté et d’amitié noués entre les dirigeants salariés qui se sont engagés à fond dans la politique coloniale du roi Léopold II. Au cours des années 1930, un second type de réseau émerge. Il se fonde sur les solidarités nées de l’appartenance à un corps, celui des ingénieurs, et/ou à une université. La dépolitisation du conseil de direction est acquise.

24Ces nouveaux réseaux ont une influence capitale sur la stratégie de la Société Générale. Pendant plus de 40 ans, le réseau colonial domine le processus de décision. Au cours des années 1920, la Société Générale avait atteint une position prépondérante dans la colonie belge du Congo, tout en développant ses intérêts dans la banque et l’industrie en Belgique. En 1935, suite à la réforme bancaire, la Société Générale devient un holding qui garde le contrôle de la banque de dépôts issue de la scission de ses opérations de banque mixte. À l’issue de la seconde guerre mondiale, elle contrôle directement ou indirectement un millier d’entreprises dans des secteurs variés. Le poids du réseau colonial au sein de la direction donne lieu à une dilution du pouvoir de celle-ci au profit de ce qu’on a appelé les “baronnies”. Il en résulte des effets négatifs sur la cohérence de la stratégie de la Société Générale et son adaptation aux conditions nouvelles de l’économie mondiale. D’autre part, le recrutement exclusif pendant vingt ans de directeurs parmi les ingénieurs issus de l’Université Catholique de Louvain, qui accomplissent toute leur carrière dans un des secteurs du groupe, développe un phénomène d’in-breeding qui éclaire le repli de la Société Générale après la guerre et l’incapacité de l’équipe dirigeante à imposer une stratégie nouvelle. Ironie du sort, la prise de contrôle de la Société Générale par Suez en 1988 balaie l’équipe en place et met en vigueur une stratégie dont les grandes lignes avaient déjà été définies par l’ancienne direction.

25Pour conclure, les travaux d’histoire bancaire ont mis au jour les réseaux constitués par les dirigeants des banques privées et des banques par actions, sans aborder pour autant de façon systématique leur influence sur la stratégie des banques. L’avantage de cette approche est double. D’une part, elle a pour effet de relativiser la personnalisation du pouvoir du chef d’entreprise en s’appuyant sur les méthodes de l’histoire sociale et fournit des éléments de compréhension de sa stratégie, dont l’intérêt n’est pas négligeable. En second lieu, et ceci ouvre de nouveaux champs à la recherche, cette approche pourrait se révéler utile dans l’étude du recrutement au sein des banques des cadres supérieurs et moyens et de l’influence de celui-ci sur la culture d’entreprise.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ackrill, M., et Hannah, L., Barclays. The Business of Banking, 1696-1996, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Augustine, D. A, « The Banker in German society, 1890-1930 », in Y. Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 161-185.

Augustine, D. A., Patricians and Parvenus. Wealth and High Society in Wilhelmine Germany, Oxford, Berg Publishers Ltd, 1994.

Bergeron, L., Les Rothschild et les autres... La gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1991.

Bonin, H., La Banque de l’Union parisienne (1874/1904-1974). Histoire de la deuxième grande banque d’affaires française, Paris, PLAGE, 2001.

Bonin, H., « The political influence of bankers and financiers in France in the years 1850-1960 », in Y. Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Londres/Paris, Cambridge University Press/Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 219-242.

Bussière, É., Horace Final), banquier 1871-1945, Paris, Fayard, 1996.

Bussière, É., Paribas 1872-1992. L’Europe et le monde, Anvers, Fonds Mercator, 1992.

Cassis, Y., Les Banquiers de la City à l’époque édouardienne, Genève, Droz, 1984.

Cassis, Y., « Financial Elites in three European Centres: London, Paris, Berlin, 1880’s-1930’s », Business History, XXXIII (3), 1991, p. 53-71.

Chapman, S., The rise of merchant banking, Londres/Boston/Sydney, G. Allen et Unwin, 1984.

Coignard, S., et Guichard, M.-T., Les bonnes fréquentations. Histoire secrète des réseaux d’influence, Paris, Grasset, 1997.

Crouzet, F., « Les dynasties d’entrepreneurs en France et en Grande-Bretagne », Entreprise et Histoire, no 9, 1995, p. 25-42.

Daunton, M. J., « Financial elites and British society 1880-1950 », in Y. Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Londres/Paris, Cambridge University Press/Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 121-146.

Dritsas, M., « Networks of Bankers and Industrialists in Greece during the Interwar Period », Papers in Business History 11-14 September 1991, no 6, Londres, London School of Economics, Business History Unit, 1991.

Dritsas, M., Eigner, P.et Ottosson, J., « “Big Business” Networks in three interwars economies: Austria, Greece and Sweden », Financial History Review, no 3, 1996, p. 175-195.

Elgner, P., et Weigl, A., « The Network of Directors-Interlocking Directorates of the 10 Major Viennese Banks and Industry in the Interwar-Period: Methodology and Preliminary Results », Papers in Business History 11-14 September 1991, no 6, Londres, London School of Economics, Business History Unit 1991.

Ferguson, N., The world’s banker. The History of the House of Rothschild, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1998.

Frevert, U., « Classes et genre dans la bourgeoisie allemande au XIXe siècle », Genèses, 1991, no 6, p. 5-28.

Giddens, A., « Elites in the British class structure », in P. Stanworth et A. Giddens (dir.) Elites and Power in British Society, Londres, Cambridge UP, 1974, p. 1-21.

Harris, J., et Thane, P., « British and European Bankers, 1880-1914: An “Aristocratic Bourgeoisie”? », in P. Thane, G. Crossick et R. Floud (dir.), The Power of the Past: Essaysfor Eric Hobsbawm, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 215-234.

James, H., « Banks and bankers in the German interwar depression », in Y. Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Londres/Paris, Cambridge University Press/Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 113-118.

Jeanneney, J.-N., L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Paris, Fayard, 1981.

Jonker, J., « Sinecures or Sinews of Power? Interlocking directorships and bank-industry relations in the Netherlands, 1910-1940 », Papers in Business History 11-14 September 1991, no 6, Londres, London School of Economics, Business History Unit, 1991.

Kurgan-van Hentenryk, G., « Entre tradition et modernité : le patronat bancaire en Belgique de 1850 à 1950 », in M. Merger et D. Barjot (dir.), Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs XIXe-XXe siècles. Mélanges en l’honneur de François Caron, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1998, p. 457-470.

Kurgan-van Hentenryk, G., Gouverner la Générale de Belgique. Essai de biographie collective, Bruxelles, De Boeck Université, 1996.

Kurgan-van Hentenryk, G, Jaumain, S., et Montens, V., Dictionnaire des patrons en Belgique. Les hommes, les entreprises, les réseaux, Bruxelles, De Boeck Université, 1996.

Lisle-Williams, M., « Beyond the market: the survival of family capitalism in the English merchant banks », British journal of Sociology, no 35, 1984, p. 241-271.

Lisle-Williams, M., « Merchant banking dynasties in the English class structure: ownership, solidarity and kinship in the City of London, 1850-1960 », British journal of Sociology, no 35, 1984, p. 333-362.

Marguerat, P., « Banques mixtes et grandes entreprises industrielles en Allemagne, 1880-1913 : du mythe à l’antimythe », in Marguerat, P., Tissot, L., et Froidevaux, Y., (dir.) Banques et entreprises industrielles en Europe de l’Ouest, XIXe-XXe siècles : aspects nationaux et régionaux, Genève, Université de Neuchâtel, 2000, p. 29-58.

Olsson, U., At the Center of Development. S-E Banken and its Predecessors, Stockholm, Skandinaviska Enskilda Banken, 1997.

Plessis, A., Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1985.

Plessis, A., « Bankers in French Society, 1860’s-1960’s », in Y. Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Londres/Paris, Cambridge University Press/Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 147-160.

Supple, B.E., « A business elite: German-Jewish financiers in nineteenth century New-York », Business History Review, XXXI (2), Summer 1957, p. 143-178.

Wixforth, H., et Ziegler, D., « The niche in the universal banking System: the role and significance of private bankers within German industry, 1900-1933 », Financial History Review, no 1, 1994, p. 99-119.

Le thème des réseaux a fait l’objet d’une session de la conférence Finance and the Making of Modem Capitalism, Berkeley, University of California, Center for German and European Studies, avril 1997. Plusieurs communications ont été utilisées dans mon rapport intitulé « Finance and society. Social and personal aspects of financial networks »: publié C.E. Nunez, P. Cottrell, J. Reis (eds), Finance and the Making of the Modem Capitalist World, 1750-1931, B9 Proceedings Twelfth International Economic Congress, Madrid, August 1998, Seville, Fundación Fomento de la Historia Económica, 1998:

Baumann, J. H., « The Founding of the Crédit Suisse in 1856: Social Embeddedness of Strategic Decision-Making ».

Eigner, P., « Personal Networks in the Austrian Banking Community. “Big Linkers”, Internationalization and Austrification ».

Ferguson, N. C., « The Rothschilds: Finance, Society and Politics in the Nineteenth Century ».

Fohlin, C., « Revolutionary Finance? Capital Mobilization and Utilization in pre-war Germany and Italy ».

Natmessnig, C., « Austrian Provincial Banks in the 1920’s ».

Newton, L., « Domestic Institutional Change: Regional English joint-stock Banking 1826-1826-1880 ».

Olsson, U., « The Wallenbergs: A Financial Dynasty over 150 years ».

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540