Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

De l’utilité des assossiation patronales internationales dans un secteur en crise : le cas de la fédération européenne du velours de 1967 à 1983

Jean-François Eck

Texte intégral

  • 1 Terme désignant dans l’industrie textile les industriels « spécialisés dans les opérations de blan (...)

1La Fédération européenne du velours (FEVEL) a été fondée en juin 1967 à l’initiative de plusieurs fabricants européens de textile soucieux de promouvoir cette catégorie de produit. Tous, qu’ils soient veloutiers ou manutentionneurs1 produisent ou transforment du velours de coton. Cet article qui, souvent, ne correspond qu’à une partie de leur activité subit la concurrence des tissus de coton bon marché employés dans la confection des blue-jeans tels que le denim indigo. Il nécessite pour sa fabrication un équipement coûteux, faisant de l’industrie du velours une branche aux investissements élevés, d’autant plus difficiles à amortir que la demande est irrégulière et obéit à des cycles relativement courts. Pourtant, sa valeur ajoutée est élevée, ses perspectives de vente restent prometteuses, dans la mode, le prêt-à-porter, l’ameublement. En une période marquée, pour l’industrie textile de nombreux pays, dont la France, par la contraction des ventes, il semble un bon moyen de redynamiser l’activité, à condition d’en mieux contrôler le marché. D’où l’idée de créer entre fabricants un regroupement, aux dimensions non seulement nationales, mais aussi, compte tenu du contexte, européennes.

  • 2 C’est grâce à Jacques-Henry Gros que nous avons pu avoir accès aux dossiers concernant la FEVEL et (...)
  • 3 7A1594, lettre de Robert Leborgne, président de l’Union des fabricants de tissus pour ameublement, (...)
  • 4 7A1599, 1600 et 1607, procès-verbaux des conseils d’administration de la FEVEL mentionnant des réu (...)

2C’est un industriel alsacien, Jacques-Henry Gros, qui a joué un rôle essentiel dans cette fondation. Directeur général, puis président de la Société anonyme d’industrie cotonnière (SAIC) depuis 1959, il préside en même temps la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours (trame), une association fondée cinq ans auparavant sous les auspices du Syndicat général de l’industrie cotonnière2. Celle-ci ne rassemble que des effectifs réduits : treize firmes seulement figurent à son annuaire en 1964. Elles sont situées pour l’essentiel en Alsace, comme la SAIC, à Mulhouse, Isidore André, à Masevaux, Traitements chimiques des textiles, à Pfastatt-le-Château, en Picardie, comme Cosserat, Frémeaux, Hubault, Lebeurre, tous situés à Amiens, ou encore dans le Nord de la France, comme Motte-Bossut et Masurel, à Roubaix, Rogeau aîné, à Armentières. Toutes fabriquent une seule catégorie de velours, dite par trame, notamment le velours côtelé dont le débouché principal est la confection. Quant aux producteurs de velours de laine et de soie, ils recourent à une technique de fabrication différente, dite par chaîne, n’ont pas le même débouché, travaillant surtout pour l’ameublement et la haute couture, et sont regroupés dans des fédérations distinctes qui, avant les veloutiers de coton, conduisent leur action dans le cadre européen. Il existe ainsi, à Roubaix, une Union des fabricants de tissus pour ameublement de France adhérant depuis 1960 à la Confédération internationale des fabricants de tapis et tissus d’ameublement3 et, à Lyon, une association nommée Velvétia, qui regroupe depuis 1926 des soyeux (J.-B. Martin, Giron frères) et des industriels de Krefeld (Scheibler et Peltzer, Christoph Andreä) pour une promotion commune auprès des maisons de haute couture et des grandes revues de mode4. Rien n’existe encore dans le domaine du velours de coton. La création de la FEVEL vient donc combler une lacune. Quels objectifs s’assigne-t-elle ?

  • 5 7A1589, lettres adressées à la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours pa (...)

3Le premier consiste à protéger le velours contre les imitations réalisées par des firmes d’autres secteurs, allemandes notamment. Certaines fournissent des articles qui en ont l’apparence, mais sont confectionnés à partir de fibres artificielles ou synthétiques. Plusieurs affaires surgissent à ce sujet en 1966, sans que nos sources permettent d’établir s’il s’agit là d’un phénomène récent ou de la poursuite d’une tendance préexistante. Bayer par exemple introduit sur le marché français un tissu dénommé « Dorvelours » qui « de loin ressemble à du velours, [...], mais qui n’en est pas ». La chaîne de distribution commerciale Quelle, par l’intermédiaire de sa filiale française, propose à sa clientèle des chemises en « nylon velours » fabriquées pour elle, ainsi que pour la Manufacture de Saint-Étienne, par une firme textile de Saint-Quentin5.

  • 6 7A1613, lettres de Gian-Franco Jucker, administrateur délégué de Cotonificio Cantoni, et de Jan Wi (...)

4Le deuxième but poursuivi par la FEVEL découle du contexte dans lequel s’insère sa création. Il correspond à la période finale des négociations commerciales multilatérales conduites au sein du GATT et connues sous le nom de Kennedy Round. Beaucoup de fabricants européens s’estiment menacés par la concurrence américaine. Celle-ci se manifeste par des importations, non seulement de velours, sous forme de tissus ou d’articles confectionnés, mais aussi de toiles de coton écrues ou tissées en denim indigo, destinées à la fabrication de vêtements. Ils souhaitent, grâce à la FEVEL, défendre leurs intérêts et obtenir des instances communautaires une meilleure protection. Dans ce but, plusieurs fournissent des arguments à l’appui de leurs demandes aux dirigeants de la FEVEL avant même sa constitution définitive, comme Cotonificio Cantoni, une maison italienne sise à Castellanza, près de Varèse, et Gebr. van Heek, une firme néerlandaise située à Enschede6.

  • 7 7A1594, lettre signée J.-H. Gros au nom de la Fédération française des tisseurs et manutentionneur (...)

5De plus, sur le marché intérieur européen, le moment approche de l’abolition des dernières barrières douanières, en vertu de l’accord conclu entre les Six le 11 mai 1966 qui avance de dix-huit mois la date initialement prévue par le traité de Rome, désormais fixée au 1er juillet 1968. Comme le déclare J.-H. Gros à ses confrères dès les premières lignes de sa lettre de convocation à une réunion préparatoire à la constitution de la FEVEL : « L’Europe devient progressivement une réalité et la CEE représentera bientôt un grand marché où joueront des règles administratives semblables »7. Il convient de tenir compte de cette perspective pour comprendre l’apparition de la FEVEL.

  • 8 7A1588, lettres de Paul Rica-Lévy à J.-H. Gros, 28 décembre 1966, et de J.-H. Gros à Heymann, prés (...)

6Enfin les fabricants de velours, en France comme ailleurs, s’inquiètent du caractère cyclique de la demande qui s’adresse à eux et de la gêne qui en résulte pour le développement de leur activité. La FEVEL peut permettre, grâce à des études entreprises en commun, de mieux connaître les composantes et déterminants du marché. Elle peut servir de cadre à des rapprochements avec les principaux clients. Déjà des contacts ont été pris, dans le cadre français, avec un important confectionneur de Marseille, la firme Rica-Lévy, et entre les deux fédérations professionnelles, des tisseurs et manutentionnaires de velours d’une part, des fabricants de vêtements masculins de l’autre8. Ils sont restés infructueux, mais pourraient, englobés dans un cadre plus vaste, permettre des échanges de vues entre les représentants des secteurs concernés.

7Tels sont les principaux buts poursuivis par la FEVEL lors de sa création. Ils correspondent point par point aux statuts adoptés lors d’une réunion constitutive tenue le 15 juin 1967 à Paris, au Cercle interallié, sous la présidence de J.-H. Gros :

« promouvoir la consommation du velours et effectuer à cet effet toutes campagnes collectives de publicité et de propagande par tous moyens appropriés ; établir une étroite coopération entre les membres de l’association dans tous les domaines qui intéressent le développement du velours ; mener toutes actions collectives dans tous les domaines pour la sauvegarde des intérêts de la profession ».

  • 9 7A1594, extraits du communiqué de presse. Le dossier de presse conservé comprend des encarts parus (...)

8Le lendemain même, la création de la FEVEL est annoncée par voie de presse dans un communiqué publié par plusieurs journaux9. À l’évidence, on est ici dans le monde de la grande industrie et du patronat organisé. Loin d’être une création confidentielle de chefs d’entreprises isolés et peu représentatifs, la FEVEL agit au grand jour et entend parvenir à ses fins en mettant à profit l’influence possédée par ses membres. Ce sont d’ailleurs les locaux mêmes du puissant Syndicat général de l’industrie cotonnière, 3, avenue Ruysdaël, à Paris (8e), qui abritent son siège social. Il y demeurera jusqu’en 1983.

  • 10 J.-H. Gros, Souvenirs inédits, passages sur la FEVEL aimablement communiqués par l’auteur le 6 déc (...)

9Les membres fondateurs sont peu nombreux : dou2e entreprises seulement, originaires de quatre pays d’Europe, la France, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas. Leurs dirigeants se connaissent et entretiennent entre eux des relations déjà étroites qui s’accompagnent parfois d’amitié ou de confiance réciproque. Jacques-Henry Gros insiste, dans ses souvenirs, sur « la maison italo-suisse Legler, à Bergame, avec laquelle la SAIC entretient des rapports réguliers et dont j’apprécie le principal animateur de l’époque, Freddy Legler, un homme dont le dynamisme s’exprime en particulier avec le pilotage de son avion personnel »10. À partir de 1969, date à laquelle adhèrent à la FEVEL plusieurs firmes allemandes de l’industrie du velours qui, pressenties en 1967, avaient préféré dans un premier temps demeurer à l’écart, l’effectif s’étoffe. Il atteint désormais 37 membres. Puis il se stabilise car, même si de nouveaux adhérents surviennent, appartenant à des pays devenus membres de la CEE ou appelés à y entrer ultérieurement (Royaume-Uni, Grèce, Espagne, Autriche, Finlande), on enregistre aussi des départs, par démission volontaire, cessation d’activité ou opérations de concentration. Ainsi, la FEVEL ne rassemble-t-elle plus que 34 membres en 1983. Leur répartition par pays est alors la suivante :

Allemagne

14

Autriche

1

Belgique

2

Espagne

3

Finlande

1

France

5

Grèce

2

Italie

4

Pays-Bas

1

Royaume-Uni

1

  • 11 7A1609, étude de Gilbert Monnier, « Estimation actuelle du marché velours européen », 11 mars 1971 (...)

10Le grand nombre de firmes allemandes ne doit pas faire illusion. Il s’agit pour la plupart d’entreprises de petite taille qui ne consacrent au velours qu’une partie de leur activité ou ne sont présentes que sur l’un des segments de la filière de production, la manutention par exemple. Globalement, elles n’assurent que 15 % de la production totale de l’association. Cinq producteurs dominent, tous d’une capacité de production sensiblement équivalente : la SAIC en France, Legler et le groupe Cantoni-Bellora en Italie, UCO en Belgique, Gebr. van Heek aux Pays-Bas. Les autres firmes comptent peu, même si certaines, comme Motte-Bossut à Roubaix, sont de grands groupes partiellement diversifiés dans le velours ou, au contraire, comme Cosserat à Amiens, des firmes de taille moyenne qui se consacrent exclusivement à cette spécialité et y jouissent d’une solide réputation de qualité11.

  • 12 Surnommé le « Textilländle », le Vorarlberg connaît après 1945 une forte croissance de la producti (...)

11Les localisations correspondent aux vieux territoires textiles d’Europe du Nord-Ouest. Quatre pôles dominent. Trois d’entre eux sont situés dans une position transfrontalière. Le premier comprend la Flandre, belge et française, ainsi que la Picardie, avec les vieilles cités manufacturières de Gand, Roubaix, Amiens. Le second associe les centres textiles de Rhénanie (Mônchen-Gladbach, Krefeld), de Westphalie (Bocholt, Rhede, Schüttorf, Gütersloh) et de Twente néerlandaise (Almelo, Enschede). La Haute-Alsace (Mulhouse) et le Bade-Wurtemberg (Offenburg, Tiengen, Ebingen) forment le troisième pôle. Le dernier est constitué par la Lombardie septentrionale, autour de Varèse (Gallarate, Castellanza) et de Bergame (Ponte San Pietro, Vaprio d’Adda). Les autres localisations, peu nombreuses, correspondent aussi à des régions de tradition textile ancienne. Les deux firmes britanniques qui adhèrent à la FEVEL durant cette période sont la Dundee Fabrics Ltd, en Écosse, et la Belmont weaving corp., à Worsley, près de Manchester, cette dernière à titre temporaire seulement. Les membres espagnols se trouvent à Barcelone et à Valence. Les membres autrichiens comme Ganahl et les Reuttener Textilwerke sont situés dans le Vorarlberg et au Tyrol, dans cette partie occidentale du pays où l’industrie textile conserve encore un étonnant dynamisme12. Bref, sur la carte de l’Europe, les entreprises productrices de velours membres de la FEVEL dessinent une configuration territoriale fort classique.

12Les statuts adoptés lors de l’assemblée constitutive, le 15 juin 1967, puis modifiés ensuite, notamment en 1969 après l’adhésion des membres allemands, n’ont rien d’original. Ils diffèrent peu de ceux que l’on trouve dans maintes fédérations patronales. Placée sous le régime de la loi de 1901, l’association est de droit français. L’assemblée générale désigne pour trois ans un conseil d’administration renouvelable par tiers chaque année. Celui-ci comprend, autour du président, les représentants de chaque section nationale, à raison de deux membres pour les sections comprenant au moins quatre entreprises et d’un membre seulement pour celles n’atteignant pas ce chiffre. À l’issue de son mandat, le président sortant reste de droit membre du conseil, pour assurer la continuité des affaires, mais il n’y dispose plus alors que d’une voix consultative. C’est le conseil d’administration qui sert d’instance dirigeante à l’association. Il tient plusieurs sessions chaque année et désigne en son sein un bureau qui rassemble autour du président un ou plusieurs vice-présidents et le trésorier. Enfin, un délégué général, salarié de l’association, applique les décisions du conseil et tient le secrétariat. Présent à toutes les réunions de la FEVEL, il est dépourvu de droit de vote.

  • 13 7A1606, lettres d’Eugen Ott, de la maison Eugen Ott und Söhne, à Ebingen (Wurtemberg) et d’Hans Li (...)
  • 14 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 20 février 1969, article 23 des nouveaux statuts.

13Comme dans maintes associations aussi, le mode de fonctionnement de ces institutions obéit à plusieurs traits caractéristiques. On y observe d’abord un strict respect des intérêts nationaux, surtout à partir de 1969 et de l’entrée des membres allemands. En 1967 en effet, lors de contacts avec les firmes allemandes du secteur, celles-ci avaient déclaré ne vouloir adhérer à la FEVEL que par l’intermédiaire de leurs fédérations professionnelles, et non pas individuellement13. Il en est résulté de longues négociations à l’issue desquelles, pour obtenir les adhésions souhaitées, la FEVEL a dû réaménager profondément ses statuts. En même temps que les firmes allemandes, y adhèrent les deux fédérations professionnelles, celle du tissage, la Communauté du velours (Güte- und Werbegemeinschaft Cord), et celle de l’ennoblissement, l’Association des firmes allemandes d’ennoblissement (Gesamtverband der deutschen Textilverdlungsindustrie). Leurs représentants syndicaux n’ont pas le statut de membre à part entière, réservé aux seules entreprises, mais ils obtiennent un siège permanent au conseil d’administration avec voix consultative, situation dérogatoire qui leur permet de participer activement à la vie de l’association. De plus, un système de double vote est instauré, donnant à chaque section nationale un droit de veto sur les décisions prises. Pour être acquise, une résolution doit désormais recueillir, non seulement la majorité des deux tiers des membres présents, mais aussi celle du collège des sections nationales. Chaque pays y dispose d’une voix. « Si le résultat du vote par pays ne concorde pas avec celui du vote général de l’ensemble des membres, le conseil d’administration doit reconsidérer la question pour la soumettre, le cas échéant après l’avoir modifiée, à la prochaine assemblée générale »14. Il résulte de cette modification un risque non négligeable de paralysie au sein de l’institution.

  • 15 À tel point que nous avons dû à plusieurs reprises nous écarter du texte original pour les citatio (...)
  • 16 7A1610, lettre à Gilbert Monnier, 4 mars 1970, 4 pages dactylographiées. On y relève les formules (...)

14Deuxième aspect dominant de ces institutions : l’absence d’autonomie du délégué général. Ce poste est détenu par un Suisse, Bruno Meyer, qui a été recruté volontairement dans ce pays, « terrain neutre », lors de la naissance de l’association. Il est en même temps secrétaire de la Foire de Saint-Gall et ne consacre qu’une partie seulement de ses activités à la FEVEL. Ses nombreux contacts dans l’industrie de la broderie auraient pu rendre ce choix excellent. En fait, il s’avère vite peu convaincant. Bruno Meyer maîtrise mal le français. Ses comptes rendus de réunions et ses rapports sont émaillés de multiples fautes d’orthographe et de syntaxe15. Il entretient de meilleures relations avec les membres allemands de la FEVEL qu’avec les Français ou les Italiens. Il ne comprend guère l’agacement que suscitent chez beaucoup certaines de ses propositions, notamment la création d’un service de presse en direction de la haute couture et de la mode, une action jugée onéreuse et inutile. Il répond maladroitement aux reproches qui lui sont adressés, en particulier par Gilbert Monnier, le directeur général de la SAIC16. Moins d’un an après son recrutement, dans une lettre adressée à J.-H. Gros, Régis Motte met sèchement les choses au point à son sujet :

  • 17 7A1603, lettre du 14 mai 1968, écrite peu après une assemblée générale où Bruno Meyer a présenté « (...)

« La Profession souhaite bien diriger les opérations sous l’arbitrage d’un président — et, sur ce point, votre personnalité répond parfaitement au problème — mais non pas sous la dépendance d’un délégué général faisant ce que bon lui semble grâce à une assemblée prise au dépourvu. C’est un secrétaire général dont nous avons besoin, exécutant les décisions prises »17.

15Avec l’appui de plusieurs membres, il exige une réorganisation de la Fédération autour de commissions composées uniquement de représentants des firmes adhérant à l’association, ce qui réduirait les fonctions du délégué général à l’établissement de statistiques de production et de vente. Mais l’incapacité à s’entendre sur la personne d’un remplaçant permet à Bruno Meyer, contre toute attente, de sauver son poste. Il prendra une retraite partielle en 1983 seulement, à l’âge de 72 ans. Toujours est-il que le caractère étroitement limité des tâches qui lui sont confiées situe la FEVEL aux antipodes d’autres institutions patronales qui, en déléguant à leurs cadres salariés d’importantes responsabilités, leur permettent d’en infléchir les principales orientations.

16Un troisième trait caractéristique est l’importance revêtue à la FEVEL par la cooptation dans les fonctions dirigeantes. C’est toujours en vertu d’un accord commun conclu tacitement que, tous les trois ans, accède à la présidence l’un des vice-présidents du bureau sortant, de manière à laisser leur place tour à tour aux principaux pays membres. Après Jacques-Henry Gros, se succèdent ainsi à la présidence un Italien, le vicomte Uberto di Modrone (1971-1974), un Hollandais, Jan Willem Cornelis van Heek (1974-1977), un Allemand, Richard Selbach, dirigeant de Niedieck AG, une firme du groupe Girmes, sise à Lobberich, près de Krefeld (1977-1980), puis à nouveau un Français, Gilbert Monnier, successeur de J.-H. Gros à la SAIC (1980-1983), enfin, à partir de 1983, date à laquelle s’achève notre étude, un Italo-Suisse, Richard Meierhofer, de la Legler Industria Tessile. Cette pratique de la cooptation rend très formelle la règle statutaire qui confie à l’assemblée générale annuelle le renouvellement par tiers des membres du conseil d’administration. On voit même, sur les listes de présence aux assemblées générales, les noms de certains membres suivis de la mention « futur président » ou « futur membre du conseil », alors que le vote n’a pas encore été acquis...

17Mais surtout une priorité absolue attachée à la préservation des intérêts individuels domine la vie de l’association. Tout ce qui pourrait attenter un tant soit peu à la liberté d’action de chaque firme se trouve écarté d’emblée. C’est en particulier le cas de la politique commerciale qui ne doit pas être entravée par l’existence de la FEVEL, même si cette dernière tend explicitement à « promouvoir la consommation du velours [...] par tous moyens appropriés ». Plusieurs membres souhaiteraient, pour appliquer cette disposition des statuts, lancer une action promotionnelle collective. Les maisons italiennes, soucieuses de développer l’utilisation du velours dans le domaine de la mode, réclament la possibilité de réaliser au nom de la FEVEL et sur son budget des campagnes d’insertion publicitaires dans la presse professionnelle et les magazines de luxe. Ces propositions se heurtent aux réticences d’une large majorité de collègues, en particulier allemands et français. Comme le constate le directeur général des Ets Cosserat, René de Monclin :

  • 18 7A1606, lettre de René de Monclin à J.-H. Gros, à l’issue d’une rencontre tenue à Francfort, 16 dé (...)

« Les Allemands ne veulent à aucun prix participer de près ou de loin à une publicité générale faite par des firmes particulières. Ils accepteraient peut-être que le groupe allemand participe à la publicité faite par un ou des veloutiers allemands, mais ne veulent pas financer la publicité d’un autre pays »18.

18Lors d’une réunion du conseil, les Italiens, brusquant les choses, obtiennent le droit de défalquer du montant de leurs cotisations annuelles les frais de publicité déjà avancés par eux au titre des futures campagnes promotionnelles communes. Le lendemain même de cette réunion, Gaston Motte exprime au président J.-H. Gros son vif mécontentement :

  • 19 7A1603, lettre de Gaston Motte à J.-H. Gros, 23 janvier 1970.

« Au départ, ils [les Italiens] n’avaient pas voulu attendre l’action de la FEVEL, ne sachant pas à quel moment ils pouvaient effectivement démarrer, et maintenant, forts des dépenses effectuées, ils voudraient ne pas faire un effort supplémentaire [...]. Autant j’apprécie cette action de pionnier, autant leur action dans le futur serait grave si elle se perpétuait, mettant la FEVEL, si j’ose dire, devant le fait accompli »19.

  • 20 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 19 mars 1970. En réponse aux critiques françaises (...)

19La firme belge UCO proteste à son tour, refuse le projet de budget préparé sur ces bases et s’abstient de déléguer son représentant à l’assemblée générale annuelle. D’autres maisons font de même, comme Gebr. van Heek et Masurel-Normandie. La crise est ouverte et les déclarations faussement innocentes des délégués italiens ne sont pas faites pour l’apaiser20.

20Après plusieurs péripéties qui conduisent la FEVEL au bord de l’éclatement, le point de vue des firmes hostiles à l’action promotionnelle collective triomphe. Les dépenses communes engagées par la FEVEL à ce titre sont réduites au strict minimum. À l’automne 1971, lors d’une assemblée tenue dans un contexte tendu, Régis Motte fait adopter le principe selon lequel

  • 21 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 23 septembre 1971, accompagné d’une lettre d’U. d (...)

« les différences de goût et de sensibilité à la mode entre les pays du Sud et ceux du Nord [amènent] à renoncer à s’occuper de ce domaine et à se limiter seulement aux différents aspects du velours, en mentionnant par exemple le vaste choix des coloris disponibles, etc. »21.

21Les propositions du délégué général tendant à la création d’un sigle commercial commun sont écartées. Finalement, après plusieurs années difficiles, la FEVEL parvient à trouver un nouvel équilibre. Mais elle sort de cette crise amoindrie par les départs de trois membres fondateurs, Bonomi, Cantoni et Masurel-Normandie, et a de fait abandonné l’un de ses principaux objectifs initiaux.

  • 22 7A1599, procès-verbaux du conseil d’administration, 10 juillet 1973 et 7 mars 1974.

22À plus forte raison, les membres de l’association répugnent-ils à s’informer réciproquement de leurs projets d’investissements Lorsqu’ils décident en 1973 de faire réaliser par un organisme indépendant une étude prospective à moyen terme sur l’évolution générale de la branche, ils prennent grand soin d’en écarter l’extension future des capacités de production. La recherche se trouve donc réduite à une simple étude de marché, les perspectives de croissance de l’offre n'étant pas abordées. On retrouve alors la même configuration qu’en 1969 : tandis que les maisons italiennes se déclarent disposées à communiquer leurs programmes d’investissement, les maisons allemandes, ainsi que plusieurs firmes françaises (Cosserat, Motte-Bossut) y sont résolument opposées22.

23Tous ces traits témoignent entre les membres de la FEVEL d’une solide méfiance réciproque, allant jusqu’à condamner à l’inefficacité une association que, pourtant, ils ont décidé de créer. Dans la vie interne de la FEVEL, le respect du secret des affaires prend l’allure d’un principe sacro-saint jalousement préservé. Il conduit à adopter des règles de fonctionnement qui ne paraissent étonnantes qu’à première vue. Il ne faut pas par exemple que la lecture des statistiques de production fournisse aux différents membres d’indications sur leur situation respective. Aussi est-ce sous le sceau du secret que, chaque trimestre, les chiffres de production et de vente sont collectés par le délégué général, exprimés d’ailleurs, non pas en unités monétaires, mais en milliers de mètres carrés. Puis ils sont regroupés par grands ensembles nationaux pour diffusion auprès des membres de la FEVEL car,

« comme il n’est pas possible de publier des chiffres pour chacun des pays membres, certains pays n’ayant qu’un membre, comme la Belgique et la Hollande, les résultats français, belges et hollandais seront réunis et figureront globalement, à côté des chiffres se rapportant à l’Allemagne et à l’Italie ».

  • 23 7A1599, procès-verbaux du conseil d’administration, 13 novembre 1968 et 3 décembre 1969 ; 7A1596, (...)

24De même, pour le décompte des votes en assemblée générale, comme chaque membre dispose d’un nombre de voix proportionnel à sa cotisation, elle-même établie en fonction du métrage de velours facturé, « les votes seront secrets. Il en sera rendu compte par le délégué général sous forme de vote acquis ou vote non acquis ». Enfin le trésorier, étant lui-même représentant de l’une des firmes adhérant à l’association, n’a pas accès aux comptes sociaux. Leur vérification incombe à un expert-comptable indépendant, car il convient de « conserver le secret relatif à l’importance des contributions payées par les maisons individuelles »23.

  • 24 7A1596, lettre d’U. di Modrone à J.-H. Gros, 28 février 1974. Effectivement, à l’issue de l’assemb (...)
  • 25 Par exemple, à l’occasion de la réunion qui célèbre, à l’Amstel Hotel, d’Amsterdam, les dix ans de (...)

25Ce souci de préserver les intérêts de chacun s’accompagne de la volonté de ménager les susceptibilités, surtout lorsqu’il s’agit de questions de titres ou de protocole. Respectueuse de l’autorité patronale dans ses aspects les plus traditionnels, la FEVEL ne saurait avoir pour dirigeants que des patrons propriétaires du capital, et non de simples managers salariés. En 1974, lors d’un renouvellement de bureau, on écarte de la vice-présidence le représentant d’UCO, Carlos Ortegat, car il n’est que directeur salarié du Département tissage de sa firme. La vice-présidence sert en effet d’étape préalable à l’accès aux fonctions présidentielles. Or, « si l’on veut que le président de notre fédération soit un entrepreneur ou un responsable direct d’une société membre [...], M. Ortegat n’occupe pas dans sa société une position à cet échelon »24. Il devra se contenter, au sein de la FEVEL, du poste relativement subalterne de trésorier. De même, lors des manifestations festives et commémoratives qui rythment la vie de la FEVEL comme celle de toute association, de subtiles hiérarchies s’expriment. Suivant une tradition mise en place à partir de 1977, date du dixième anniversaire de la FEVEL, les banquets clôturant les assemblées générales se terminent par un toast composé en forme de poème et lu par le président fondateur ou l’un de ses successeurs25. Puis l’on offre au président sortant, pour célébrer son départ, un cadeau symbolique. Gilbert Monnier reçoit ainsi une caméra super-huit. Bruno Meyer, par contre, pour son soixante-dixième anniversaire, n’a droit qu’à... un carton de Pouilly-Fuissé.

26Tous ces aspects font de la FEVEL un simple instrument aux mains du grand patronat textile qui l’a créée à la fin des années 1960 pour pallier grâce au velours une partie des difficultés rencontrées dans l’écoulement des tissus ordinaires. Reste à savoir comment cet outil a été utilisé durant ses quinze premières années de fonctionnement et s’il a effectivement rempli la tâche qui lui avait été confiée.

  • 26 - Exemplaires conservés sous les cotes 7A1588 (« Savez-vous que le velours... ») et 7A1602 (« Le v (...)

27On l’a vu : le souci de respecter la liberté d’action de chaque firme a vite conduit la FEVEL à renoncer aux actions collectives qui devaient, selon ses statuts, développer la consommation du velours. Elle ne finance pas de campagnes de presse, ne dispose d’aucune marque déposée, ni de matériel publicitaire. Elle n’a pas même de stand aux salons des professionnels du textile, nationaux ou internationaux. Elle se borne à éditer des dépliants d’information à usage du grand public rédigés en plusieurs langues, diffusés, semble-t-il, par l’intermédiaire de la presse spécialisée26. Quant aux pourparlers menés avec les principaux clients, notamment les grandes maisons de confection, ils ne semblent pas plus fructueux que du temps où ils étaient tenus au nom de la seule Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours. La FEVEL fait réaliser des études de marché par des organismes spécialisés. Nombreuses, elles ne donnent pourtant lieu à aucune exploitation commune de la part de ses membres, chacun s’en réservant l’usage pour son propre compte. On peut d’ailleurs s’interroger sur leur intérêt réel. Ainsi en est-il de l’enquête réalisée en 1969 par un institut de sondages de Francfort, Marplan, auprès de 6000 consommateurs européens. Les conclusions n’en semblent pas très neuves :

  • 27 7Al596, procès-verbal de l’assemblée générale, 3 décembre 1969.

« Une politique commerciale commune aux cinq pays membres de la FEVEL doit [...] être basée principalement sur des considérations esthétiques et émotionnelles. Le velours trame doit présenter un aspect moderne, jeune, sportif, à la mode, et avoir des couleurs vives [...]. Une meilleure tenue de forme est valable pour tous les pays. Il est également recommandable de choisir de nouvelles méthodes de vente, par exemple, par l’intermédiaire de réseaux de boutiques »27.

  • 28 7A1599, procès-verbal du conseil d’administration, 10 juillet 1973.

28Quatre ans plus tard, on confie à un autre institut allemand, Basis Research, une étude prospective de la demande à l’horizon 1977. Elle se borne à « confirmer des faits déjà connus ». D’où la décision, « vu le coût important et le fait que les choses changent trop vite, [...] de ne plus entreprendre de telles enquêtes pour l’avenir »28 : on appréciera l’argument qui consiste à renoncer à une meilleure connaissance du marché, précisément parce qu’il devient trop incertain... Pourtant, en 1974, la FEVEL recourt encore aux services d’un autre organisme, le Battelle Institute, de Genève. Établies sur des données déjà anciennes, ses conclusions devraient être rapidement réactualisées, pour tenir compte de l’effondrement du marché. Mais le conseil en estime le coût trop élevé par rapport au bénéfice attendu...

  • 29 7A1599, procès-verbal du conseil d’administration, 15 octobre 1970.
  • 30 7A1609, rapport adressé à la FEVEL par l’Association pour le progrès dans l’industrie de l’ennobli (...)
  • 31 Arrachage des poils du tissu.

29Le rôle de la FEVEL est tout aussi timide dans d’autres domaines, pourtant jugés prioritaires lors de sa fondation, comme la protection de l’article velours contre les contrefaçons. En 1970, face aux plaintes suscitées chez plusieurs membres, en particulier la firme UCO, par l’introduction sur le marché allemand de produits de substitution au velours, le délégué syndical de la Güte- und Werbegemeinschaft Cord, Hans Liffers, se refuse à toute intervention systématique. Certes il accepte d’engager des démarches auprès de l’un des responsables, le groupe textile Bleyle, mais il s’estime démuni face à Bayer qui, poursuivant sa stratégie antérieure, a lancé un nouveau produit, le « Vestram velours ». La justification de cette passivité paraît légère : « Le terme velours étant employé en tant qu’adjectif, il ne sera guère possible de combattre cette appellation »29. Dans ce domaine, l’action de la FEVEL s’avère décevante pour ceux qui en attendaient une défense plus efficace de leurs intérêts. Enfin, la FEVEL prend quelques initiatives sur le plan technique ou économique. Plusieurs de ses membres participent à une enquête sur la structure des prix de revient pour certaines catégories de velours. Mais la proposition italienne d’étendre l’étude, « non seulement aux coûts de production, mais aux frais généraux » ne rencontre « un certain intérêt » qu’auprès de quelques membres30. En 1982, six firmes fondent un comité technique pour l’élaboration de normes communes dans les domaines de la résistance du tissu au « déplantage »31 et de la solidité tinctoriale (SAIC, Cotonificio Cantoni, Legler industria tessile, Gebr. van Heek, Dundee fabrics, Lauffenmühle). Rien de tout ceci ne dépasse le niveau de rapprochements circonstanciels autour de buts spécifiques. L’existence de la FEVEL n’a pas débouché sur une action commune aux dimensions suffisamment vastes pour défendre le produit et en promouvoir l’usage. Manifestement, pour tout ce qui concerne la stratégie d’ensemble, les chasses gardées respectives restent soigneusement préservées.

30Une telle modestie étonne. L’association manquerait-elle de moyens ? De fait, ses comptes, tels qu’on a pu les reconstituer pour quelques années, ne témoignent que d’une progression des dépenses modérée. Exprimées en francs suisses, sans doute à cause de la nationalité du délégué général, celles-ci passent de 38965 FS en 1967 à 119665 FS en 1983, soit, en seize ans, une multiplication apparente par près de 11. En termes réels, la progression est moindre. Après conversion en francs français actuels, le coefficient de multiplication n’est plus que de 2,3, soit un taux de croissance annuel moyen de 5,3 %.

31Les comptes de la FEVEL ne manifestent donc pas de dérive notable. Davantage que leur progression, c’est la répartition interne des dépenses qui paraît critiquable. Comme l’association a renoncé à toute action commune d’envergure, elles sont constituées presque uniquement de frais de fonctionnement, de réunions et des honoraires versés au délégué général. À la fin de la période étudiée ici, on remarque toutefois qu’il devient possible d’affecter une partie des ressources à des actions communes (études techniques, représentation à l’extérieur des intérêts de la FEVEL). Jointe aux dépenses non ventilées, leur part passe de 5,9 % seulement du total en 1976 à 17,6 % en 1983.

  • 32 Comptes reconstitués à partir des procès-verbaux des assemblées générales. Le mode d’établissement (...)

Tableau 1 : Recettes et dépenses de la FEVEL en valeur absolue32

Tableau 1 : Recettes et dépenses de la FEVEL en valeur absolue32

Tableau 2 : Recettes et dépenses de la FEVEL en %

Tableau 2 : Recettes et dépenses de la FEVEL en %
  • 33 En francs 1999, 0,93 F de 1977 équivalent en effet à 2,73 F et 1,26 F de 1983 à 1,95 F.

32Le manque de moyens financiers semble davantage un prétexte à l’inefficacité apparente de la FEVEL qu’une réalité. On peut d’ailleurs observer que, même si plusieurs membres se plaignent à intervalles réguliers de la lourdeur des cotisations, celles-ci ne cessent, du fait de l’érosion monétaire, de s’alléger au fil des ans. Par exemple, en 1977, une nouvelle base de calcul des cotisations est adoptée, consistant à fixer au début de chaque exercice leur taux de manière à couvrir les dépenses prévisibles, proportionnellement au métrage de velours facturé. De 1977 à 1983, en six ans, ce taux passe de 0,93 F à 1,26 F par millier de mètres carrés : une augmentation apparente de 35 % qui, en termes réels, correspond à une baisse de 28 %33. Ce n’est pas au demeurant le souci d’économie qui préside au choix des lieux retenus pour les assemblées générales, qui se déroulent toujours dans des hôtels de luxe ou des locaux de prestige, comme l’Hôtel Danieli à Venise, le Trianon palace à Versailles, l’Hôtel Amstel à Amsterdam, l’Industrieclub à Düsseldorf... En fait, si la FEVEL néglige à ce point les actions communes pour lesquelles elle a été créée, c’est bien plutôt parce que sa véritable vocation est ailleurs. Son but ne consiste pas à prendre des initiatives qui laissent ses membres sceptiques ou risquent de nuire à leur autonomie d’action. Elle doit d’abord leur permettre de se protéger des concurrents extérieurs, de mieux contrôler les marchés, de régulariser les résultats. Quel est, dans ces différents domaines, son degré d’efficacité ?

  • 34 7A1613, lettre de J.-H. Gros au comte L. Treccani degli Alfini, 30 mars 1967 (souligné au texte).
  • 35 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 24 mars 1980. Siègent alors au « comité Lannoy » E. (...)
  • 36 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 23 mars 1979. Gesamttextil est la fédération patron (...)

33La protection contre les concurrents extérieurs était, on s’en souvient, l’un des principaux objectifs poursuivis par les membres fondateurs au printemps 1967, dans un contexte alors dominé par la conclusion imminente du Kennedy Round. Elle conduit la FEVEL à mener une action permanente de lobbying auprès des institutions communautaires chargées de la politique commerciale commune. Elle recourt alors à l’intermédiaire des deux fédérations patronales européennes présentes dans ce domaine, le Comité des industriels du coton et des fibres connexes de la CEE, plus brièvement appelé Eurocoton, et le Comité des industries textiles, dit Comitextil. Dès mars 1967, annonçant au président d’Eurocoton la prochaine création de la FEVEL, J.-H. Gros lui demande de « souligner auprès des autorités officielles le cas évident de disparités tarifaires pour l’importation du velours entre la CEE et les États-Unis »34, reprenant les termes mêmes des lettres que lui ont adressées à ce sujet ses confrères, Régis Motte et J.W.C. van Heek. Puis, lors de la phase finale du Tokyo Round en 1979, la FEVEL embauche, pour être informée de l’état d’avancement des négociations, le président du Comité belge des tisseurs et des industries textiles diversifiées (CEBETID), A. Lannoy. Rétribué à ce titre par l’association, ce dernier anime un groupe composé de quelques membres influents, dit comité Lannoy, qui se réunit à dates fixes pour examiner l’ensemble des problèmes posés par les relations extérieures de l’industrie européenne du velours35. Deux ans plus tard, en 1981, par convention avec Eurocoton, la FEVEL confie à cet organisme la représentation de ses intérêts auprès des autorités communautaires. Le secrétaire d’Eurocoton, Jean-Claude Fontaine, reprendra ultérieurement une partie des tâches de secrétariat naguère dévolues au délégué général. L’étroitesse des relations entre la FEVEL et les fédérations patronales européennes de l’industrie textile conduit ainsi l’association à une relative perte d’autonomie. Peu importe, pourvu qu’elle permette davantage d’efficacité dans l’action. D’ailleurs, pour parvenir à ses buts, la FEVEL ne néglige pas, tant s’en faut, le recours à certains membres des patronats nationaux respectifs. Ainsi, lors du recrutement d’A. Lannoy, on envisage en même temps d’agir auprès des autorités de Bruxelles par l’intermédiaire d’Hans Werner Staratzke, ancien président de Gesamttextil « qui habite Bruxelles et qui pourrait intervenir auprès du comte Lambsdorff, ministre fédéral allemand de l’Économie »36.

  • 37 Parmi de multiples indications, relevons cette statistique, établie par le GATT en 1979, sur les c (...)
  • 38 7A1594, lettres de Guy de Frondeville, délégué général du Syndicat de l’industrie cotonnière, et d (...)

34Ces moyens d’action diversifiés permettent d’obtenir des succès, notamment face au principal problème rencontré par la FEVEL : l’évolution des relations entre les industriels européens du velours et les États-Unis. Durant cette période, ces derniers accentuent leurs efforts de pénétration en Europe pour de multiples raisons : faiblesse de la protection douanière communautaire, forte compétitivité du secteur grâce à la modernisation des techniques de production et au bas niveau des salaires dans certaines régions productrices, en particulier le Vieux Sud, dépréciation du dollar à partir de 1971, facilités accordées aux activités exportatrices par l’administration fédérale, notamment sous la présidence de Jimmy Carter37. Ils représentent une sensible menace pour les producteurs européens, d’autant plus dangereuse qu’elle porte à la fois sur le velours et sur les cotonnades ordinaires qui se substituent à lui dans la confection des vêtements bon marché. Face à elle, la première revendication consiste à maintenir la protection douanière à son niveau, déjà réduit, et surtout à éviter qu’elle ne soit encore abaissée à la suite des négociations commerciales multilatérales engagées dans le cadre du GATT. Au printemps 1967, les dirigeants de la FEVEL, après avoir un instant envisagé de recourir à l’argument de la « disparité manifeste » entre tarif douanier américain et tarif extérieur commun, sont soulagés de constater, à 1‘issue du Kennedy Round, que le taux de protection communautaire sur les tissus en velours de coton n’a subi qu’une légère baisse, de 19 à 16 %. Il est malheureusement impossible de savoir dans quelle mesure leurs interventions ont contribué à cette issue, qualifiée de « moindre mal » par le président d’Eurocoton38. Toujours est-il qu’ils bénéficient alors d’un répit.

  • 39 7A1613, correspondance entre J.-H. Gros et le Dr W. Linnemann, président d’Eurocoton, 5 et 23 mai (...)

35Le soulagement n’est toutefois qu’éphémère. Deux ans plus tard, face à une nouvelle progression des importations américaines, notamment dans les pays du Benelux, faites « à des prix extrêmement bas, en moyenne 30 % en dessous du niveau européen », J.-H. Gros dénonce auprès d’Eurocoton l'attitude américaine en matière de commerce international, estimant qu’au moment où les États-Unis demandent dans plusieurs domaines une autolimitation de la part des pays de la CEE, « il est normal que nous exigions une réciprocité en général, et en particulier pour les importations de velours ». Pourtant cette revendication ne sera pas transmise aux autorités de Bruxelles. La raison en est simple : les dirigeants allemands de l’industrie cotonnière, ayant eu connaissance de la démarche de la FEVEL, se sont empressés de la contrer, faisant ressortir, à grand renfort de statistiques, que les arguments employés par J.-H. Gros « ne reflètent pas la réalité »39. Ses divisions internes condamnent la FEVEL à l’inefficacité.

  • 40 7A1599, procès-verbal de l’assemblée générale, 8 janvier 1975.

36C’est également ce que l’on constate en 1974, lorsque se pose le problème d’une éventuelle adhésion des États-Unis à l’accord multifibres qui permettrait de freiner leurs exportations vers l’Europe. À la FEVEL, les représentants du Benelux et de l’Italie réclament cette adhésion et dénoncent le dumping auquel, selon eux, se livrent les Américains. Les représentants allemands, au contraire, jugent la revendication inutile et l’accusation inexacte. Quant aux Français, ils estiment que la demande n’a guère de chances d’aboutir, étant donné les orientations prises par l’équipe gouvernementale nouvellement arrivée au pouvoir. Selon Édouard-Louis Motte, une délégation patronale reçue à l’Elysée s’est entendue répondre par le chef de cabinet du Président que « ce n’était pas le moment de créer des difficultés dans nos relations avec les États-Unis » et l’on s’est borné à promettre que « le dossier serait examiné ». Dans ces conditions, il ne reste plus au président de la FEVEL, J. W. C. van Heek, pourtant personnellement favorable à une action plus ferme, qu’à rendre aux différents groupes nationaux leur liberté d’action, tout en leur demandant de tenir le secrétariat de l’association informé des démarches qu’ils jugeront utile d’entreprendre40.

  • 41 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 25 avril 1978.
  • 42 7A1614, note de Bruno Meyer aux membres de la FEVEL, 5 avril 1979, annonçant la nouvelle, transmis (...)

37Par contre, en 1978-1979, l’issue du nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales, dit Tokyo Round, répond davantage aux aspirations de la Fédération. L’affaire semble pourtant mal engagée au départ car Comitextil ne parvient pas à prendre de position commune sur l’attitude à adopter face aux États-Unis. La France, l’Italie et la Belgique réclament l’exclusion des articles textiles du cycle de négociations, tandis que l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni consentent à les y inclure. La FEVEL, pourtant, évite de se diviser. Par un vote acquis en assemblée générale, elle demande l’exclusion du velours et insiste auprès d’Eurocoton pour « obliger Comitextil à prendre les mesures appropriées ». Le groupe allemand, cette fois, approuve cette décision et s’engage à la défendre, tant auprès de ses propres associations patronales que des instances communautaires, « bien que l’opinion politico-économique générale soit complètement opposée à ce point de vue »41. Une pétition commune rédigée en ce sens est remise au directeur des affaires économiques de Comitextil, C. Blum. Cette fermeté paye : le Conseil des ministres de la CEE décide d’exclure le velours des négociations du Tokyo Round. En avril 1979, à l’issue de celles-ci, le tarif extérieur commun sur le velours reste donc inchangé. Là aussi, il n’est pas possible de savoir dans quelle mesure les positions de la FEVEL ont compté dans la décision. Du moins le ton sur lequel la nouvelle est annoncée à ses membres en dit long sur la satisfaction éprouvée par ses dirigeants en cette occasion42.

  • 43 7A1597, procès-verbaux des assemblées générales, 13 octobre 1980 et 3 avril 1981.

38Le problème des relations avec les États-Unis n’est pas définitivement réglé pour autant. Lors des négociations préparatoires au nouvel accord multifibres, prévu pour la période 1982-1986, des conversations s’engagent à Bruxelles entre Américains et Européens sur les modalités d’une éventuelle adhésion américaine. La FEVEL est tenue informée de leur déroulement par A. Lannoy. Celui-ci pourtant, en réaliste, prévient ses commettants que leurs revendications n’ont guère de chance d’aboutir : « Il ne faut pas s’illusionner sur les chances de succès du dossier velours [...]. Le problème américain est un problème politique ». Un an plus tard en effet, les négociations n‘ont toujours pas abouti et la FEVEL demeure traversée par des courants contradictoires. Tandis que Français et Italiens réclament la création d’un visa technique sur les importations de velours et de toiles écrues qui permettrait un meilleur contrôle, le groupe allemand la refuse, car « Gesamttextil et le gouvernement ont des positions différentes : certains hommes politiques sont fiers d’ouvrir largement les frontières »43. Rien n’aurait-il vraiment changé ? On peut estimer pourtant que, dans la lutte, la FEVEL a davantage pris conscience de ses possibilités d’action et obtenu des résultats non négligeables.

  • 44 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 5 avril 1973.

39En dehors des relations avec les États-Unis, la FEVEL se heurte à d’autres difficultés dans la défense de ses membres contre le reste du monde. Face aux producteurs situés dans les pays d’Europe non-membres de la CEE, elle fluctue entre deux attitudes : les maintenir à distance pour préserver sa cohésion, les intégrer pour mieux contrôler leur concurrence. Ainsi les firmes britanniques, malgré des contacts répétés, tant au niveau individuel que des associations patronales, notamment avec la British Textile Employers Association, n’adhèrent à la FEVEL qu’en 1980, sept ans après l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE. En deviennent alors membres la Dundee fabrics Ltd, ancienne firme indépendante passée en 1975 sous le contrôle de son principal fournisseur d’écrus de coton, le groupe Courtaulds, et, à titre temporaire, une entreprise du Lancashire, la Belmont Weaving corp. Cette faible présence s’explique sans doute par des raisons économiques : les autres producteurs britanniques de velours sont de trop faible taille ou ne fabriquent de velours qu’occasionnellement. Mais d’autres motifs moins avouables ont vraisemblablement joué également. Ainsi en 1973, face aux membres qui, en ce moment où la Grande-Bretagne entre dans le Marché Commun, regrettent qu’elle reste absente de la FEVEL, d’autres rétorquent que « l’adhésion de membres anglais leur donnerait un avantage considérable, surtout si on prend en considération leurs modes de fabrication arriérés »44. La préservation de l’acquis, face à d’anciens concurrents déchus de leur splendeur passée, ressort à l’évidence.

  • 45 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 6 octobre 1978. Ce sont Édouard-Louis Motte et Diet (...)
  • 46 7A1598, procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire, 11 octobre 1982, article 1er des nou (...)

40Il en est de même face aux producteurs autrichiens. Une demande d’adhésion présentée par plusieurs d’entre eux en 1977 est d’abord repoussée : « Seules les firmes de la CEE doivent être membres, car sinon il faudrait aussi accepter des firmes suisses, portugaises, espagnoles, Scandinaves [...] »45. Puis une révision des statuts crée une catégorie nouvelle, celle des membres associés, réservée aux firmes dont le siège social est extérieur à la CEE. Manifestement inspirées des institutions communautaires, ses conditions sont si restrictives qu’elles privent de tout intérêt pratique les firmes qui désireraient y avoir recours. Pour y accéder, il faut être agréé par la majorité des trois-quarts des membres du conseil d’administration, sauf si un groupe national s’y oppose. Les membres associés ne sont pas représentés au conseil et n’ont pas de droit de vote aux assemblées générales, quoique cotisant à l’association au taux plein. On se borne à indiquer que « leur avis doit être sollicité ». Les firmes autrichiennes candidates se satisfont pourtant de ce statut subalterne, peut-être parce qu’elles ont eu l’assurance d’un prochain réaménagement. Dès 1982 en effet, une nouvelle révision abolit la catégorie de membres associés ainsi que la condition d’avoir son siège social dans la CEE pour pouvoir devenir membre de l’association. La FEVEL regroupe désormais « toutes entreprises dont le siège ou l’exploitation se trouve en Europe continentale et dont l’activité, au niveau de la production, conduit directement ou indirectement continuellement à la mise sur le marché de velours trame fini »46.

  • 47 7A1603, lettre de Manufacturas Sedo SA à la FEVEL, 1er août 1967. La firme déclare avoir appris la (...)
  • 48 7A1600, procès-verbal du conseil d’administration, 3 avril 1981. Les relations privilégiées entre (...)
  • 49 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 26 octobre 1981.

41Quant aux producteurs des pays méditerranéens, ils suscitent chez plusieurs membres une hostilité non dissimulée. Dès la fondation de la FEVEL, certaines firmes espagnoles ont tenté de nouer des contacts. L’une d’elles, les Manufacturas Sedo, de Barcelone, déclare sans ambages qu’elle a pour objectif d’« arriver à des accords sur les prix de vente, les zones, etc., pour nous bénéficier [sic] mutuellement »47. En 1981, au moment où la Grèce devient membre à part entière de la CEE et où les négociations avec les pays ibériques entrent dans une phase décisive, la FEVEL continue à leur être fermée. En conseil d’administration, s’affrontent les points de vue d’E.-L. Motte, qui réclame l’abaissement préalable des barrières douanières espagnoles avant toute admission de firmes originaires de ce pays, et celui de Gilbert Monnier et Joseph Scherrer, de la SAIC, qui pensent que « si l’on sort de la crise actuelle, il vaudra mieux avoir les producteurs espagnols avec nous, au lieu de les rencontrer comme concurrents outsiders sur nos débouchés ». En l’occurrence, la position prise par la firme mulhousienne est moins innocente qu’il y paraît : l’un des candidats à l’adhésion, José Royo SA, de Valence, est son fournisseur de toiles de coton écrues et est même devenu, depuis quelques années, son associé, avec 10 % du capital. Le fait est connu des autres membres de la FEVEL : G. Monnier, qui préside alors l’association, en tire argument pour obtenir en conseil d’administration l’ouverture de négociations avec les firmes espagnoles candidates à l’entrée dans la FEVEL, sous la conduite de José Royo SA, triomphant ainsi de l’hostilité d’E.-L. Motte48. C’est en 1982, en profitant du réaménagement des statuts, que trois producteurs espagnols deviennent membres de la FEVEL. Le cas de la Grèce est analogue : là aussi, l’un des nouveaux membres, la firme Piraïki-Patraïki, est un partenaire privilégié de la SAIC, à qui elle s’est associée pour monter dans le nord-ouest du pays une unité de tissage de coton. Cette adhésion suscite de vives réticences chez E.-L. Motte. Faisant ressortir que « nos amis grecs » fournissent désormais à la Communauté 6 % de ses importations en velours, il ajoute avec aigreur : « Nous savons ce qu’il en est de ce pays communautaire qui bénéficie de facilités à l’exportation, y compris dans la CEE, et dont les taxes et droits d’entrée pour nos produits sont supérieures à 50 % ad valorem »49.

  • 50 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 7 février 1977.

42Avec le reste du monde, la FEVEL entretient des rapports tout aussi ambivalents. Signalant en 1971 une forte croissance des importations de velours en provenance de Turquie, qui sont admises pratiquement en franchise de droits sur le marché communautaire grâce au statut d’association avec la CEE, J. W. C. van Heek suggère que « les membres de la FEVEL achètent ces produits pour les revendre par leurs soins. Cela éviterait de perturber le marché et permettrait de canaliser les ventes ». Dénonçant en 1977 les firmes qui acceptent de conclure des accords de transfert technologique avec des producteurs situés dans les pays de l’Est, Paolo Soldini, de la maison Cantoni, s’entend répondre par G. Monnier que, « si les industriels européens refusent de fournir le savoir-faire désiré, des firmes japonaises, américaines, russes ou tchèques offriront leur entremise »50. De tels cas pourraient être multipliés à l’envi. La FEVEL y apparaît toujours partagée entre deux attitudes : le repli sur ses positions et l’acceptation d’un compromis ou d’un partage d’intérêts avec la concurrence. C’est la deuxième tendance qui finalement l’a emporté. Sans doute est-ce en partie sous l’effet de la contrainte : si la FEVEL refuse de s’ouvrir aux membres extérieurs, elle est condamnée à brève échéance à perdre le contrôle du marché. Les chiffres d’une enquête réalisée en 1979 le suggèrent à l’évidence.

  • 51 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 23 mars 1979. L’enquête est faite par « l’un des me (...)

Tableau 3 : Capacités de production de velours en Europe (en millions de mètres carrés)51

Tableau 3 : Capacités de production de velours en Europe (en millions de mètres carrés)51

43Ainsi l’offre risque-t-elle d’excéder la demande, du fait même de l’expansion trop rapide des capacités de production de velours chez les producteurs non-membres de la FEVEL. Les prix en subiraient la conséquence, au détriment de tous. Il est donc indispensable que les firmes de pays membres de la CEE qui n’ont jamais adhéré à l’association comme le groupe textile allemand Nino, ou qui s’en sont éloignés comme Masurel, deviennent ou redeviennent membres. Il est tout aussi nécessaire de revoir la traditionnelle attitude de fermeture face aux concurrents étrangers. C’est bien au demeurant à quoi aboutit la transformation de l’association réalisée au début des années 1980.

  • 52 Les feuilles de présence aux assemblées générales permettent d'établir, par rapport au nombre tota (...)

44En dépit des difficultés et des oppositions d’intérêts, la FEVEL a permis à ses membres de mieux maîtriser l’évolution de leurs relations avec le reste du monde. Un autre aspect de son action, déterminant quoique souvent informel, réside dans la possibilité d’échanges d’informations sur l’état du marché. D’autres lieux remplissent cette fonction, les salons professionnels par exemple, dont le calendrier sert souvent de base pour fixer la date des réunions de la FEVEL. Des manifestations comme le Salon de la boutique et du prêt-à-porter à Paris, Interstoff à Francfort, les Semaines de la mode à Munich coïncident parfois avec les assemblées générales et les conseils d’administration de l’association. Mais ce sont bien ces dernières réunions qui, fréquentées assidûment par les membres52, leur permettent de « prendre le pouls des affaires », connaître les tendances du marché, comparer leurs résultats à ceux de leurs concurrents, pour autant que ceux-ci se prêtent à l’exercice.

45Lors de chaque assemblée générale, les représentants des différents groupes nationaux exposent l’état de la conjoncture dans leur ressort géographique. Puis le président en brosse une synthèse, plus ou moins détaillée, pour l’ensemble de l’association. On peut ainsi suivre au fil des ans l’évolution du secteur, parfois en phase, parfois décalée par rapport à la conjoncture économique d’ensemble. Elle paraît caractérisée par de fréquents retournements de tendance, qui justifient la volonté des membres de la FEVEL d’atténuer les conséquences des cycles subis par leur industrie. Les premières années d’existence de l’association coïncident avec une phase d’essor qui conduit les dirigeants à un optimisme exagéré. En 1971 par exemple, le rapport présidentiel affirme :

  • 53 7A1603, procès-verbal de l’assemblée générale, 29 mars 1972.

« Depuis 1968, les ventes ont été en augmentation continuelle dans tous les pays. Le carnet de commandes n’a cessé de progresser, les stocks sont normaux [...]. Le fameux cycle de sept ans du velours aurait dû amener un point bas en 1970. La mode croissante du velours comme tissu d’habillement pour les jeunes et les hommes a atténué ce creux de la vague [...]. Si des événements nouveaux n’interviennent pas au cours des années prochaines, nous pouvons regarder l’avenir avec confiance »53.

46Dès 1973 en effet, le marché se retourne :

« La crise est générale, malgré une tendance récente à l’amélioration en Belgique et la persistance d’une demande pour le velours de qualité en France. En Italie, des aides gouvernementales, dans le cadre du programme GEPI (Gestione participazione industriale) ont été nécessaires pour maintenir les sites de production et certaines entreprises ont été dans ce cadre rachetées par l’État pour être restructurées ».

47L’évolution repart à la hausse en 1974, mais 1975 est « une période extrêmement mauvaise [...], la plus mauvaise depuis la guerre », à cause notamment de la flambée des cours du coton qui augmentent de moitié en un an. Par contre, les années 1976-1979 apparaissent comme une période faste. Un nouveau retournement survient en 1980, pour plusieurs années. Les rapports des groupes nationaux rivalisent cette fois dans le pessimisme.

48Pour le groupe français :

« il n’existe plus de tarifs. Les prix sont donnés au coup par coup suivant l’importance du marché, les dates de livraison, etc... L’hiver sera rude à passer, car les horaires sont déjà réduits sensiblement. Des réductions d’effectifs ont déjà été réalisées, d’autres vont suivre ».

49Le rapport belge affirme :

« Alors qu’à la fin de 1979, le marché du velours s’était lézardé, nous pouvons dire qu’actuellement, tout a craqué. Contrats, désignations et prix ne sont plus maîtrisés. »

50Et le rapport allemand va jusqu’à déclarer :

  • 54 7A1596, procès-verbaux des assemblées générales, 5 avril 1973 et 15 janvier 1976 ; 7A1597, procès- (...)

« Ce qui se passe actuellement sur le marché allemand et les débouchés internationaux est une vraie catastrophe »54.

51Le caractère très heurté de l’évolution incite les membres de la FEVEL à s’informer mutuellement des prix qu’ils pratiquent. Même s’ils entendent demeurer maîtres de cet élément essentiel de leur stratégie, ils souhaitent néanmoins utiliser l’association pour se procurer le plus possible de renseignements utiles grâce aux contacts qu’ils nouent avec leurs collègues. Il est rare de pouvoir disposer sur ce point de témoignages directs de ce genre de réunions, peu susceptibles de figurer dans les comptes rendus officiels. C’est ce qui fait tout l’intérêt de ces « propos échangés sur le marché », recueillis pour J.-H. Gros par Gilbert Monnier, directeur général de la SAIC, lors d’une réunion entre sept fabricants de velours tenue à Gand en décembre 1970. On nous pardonnera d’en faire une longue citation, nécessaire pour évoquer « l’atmosphère » :

  • 55 7A1603, lettre de G. Monnier à J.-H. Gros, 4 décembre 1970. Participent à la réunion de Gand, aux (...)

« On raconte beaucoup de salades sur les prix que nous pratiquons, notamment en Allemagne, où certains pensent que nous faisons encore 5,90 DM sur le western. J’affirme que nos derniers prix, les plus bas, étaient 6,30 DM et que maintenant nous attaquons au-dessus de 6,50 DM [...]. Van Heek prêche avec véhémence la nécessité de hausser les prix. Il est inadmissible, d’après lui, que nous ne profitions pas de la bonne conjoncture actuelle pour hausser les prix et gagner de l’argent. [...]. J’indique à UCO notre nouveau prix Lévi Strauss, en le suppliant de ne pas nous le torpiller [...]. Cosserat perd de l’argent sur les velours depuis octobre d’après M. de Monclin et nous reproche de ne pas avoir suffisamment soutenu les prix l’année dernière. Il voudrait qu’à l’avenir une bonne coordination se fasse entre les principaux veloutiers européens [...]. UCO fait de timides essais de velours synthétique, mais ne parvient pas à avoir des débouchés intéressants. J’ai vraiment l’impression qu’avec un bon article, sûr, à bon prix et présentant les avantages du synthétique, la place est entièrement à prendre en Europe, hormis celle déjà prise par les articles confectionnés en provenance des USA. C’est une belle partie. Il faut bien la jouer et la gagner, en se faisant de l’argent. Motte a entendu que nous préparions quelque chose, mais sans plus ! »55.

52Le jeu des divers protagonistes ressort clairement : souci du directeur général de la SAIC de justifier les prix pratiqués par sa firme, mais aussi de garder le secret sur sa stratégie à long terme ; volonté de ses confrères de relever leurs prix, tout en évitant de franchir la limite au-delà de laquelle ils risqueraient de perdre des clients ; efforts du président de la FEVEL pour instaurer une discipline commune, sans pouvoir pour autant en imposer le respect.

  • 56 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 14 octobre 1977, intervention du président van Heek
  • 57 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 29 octobre 1979.

53On est ici très près de la conclusion d’ententes, au moins tacites, entre les entreprises membres de la FEVEL. Celles-ci étant désormais interdites par la législation, tant sur le plan national que communautaire, l’association doit agir avec prudence dans ce domaine pour éviter de donner prise à des poursuites éventuelles. Aussi, lorsqu’en assemblée générale les problèmes de prix sont abordés, le président prend toujours soin de rappeler qu’« en accord avec les traditions de la FEVEL, tous les membres sont et devront rester libres de fixer leurs prix de vente selon leur propre politique commerciale [...] [et que] des ententes sur les prix ne sont pas admissibles par respect de la loi de cartel [sic] »56. Plus maladroitement, figure parfois dans les comptes rendus la mention : « Il a été jugé dangereux de parler de prix dans les rapports [...] »57. Il reste que, surtout dans les années de crise aiguë, la FEVEL ne se prive pas de formuler des recommandations très précises à ses membres. En 1976, par exemple, une circulaire présidentielle leur demande

  • 58 7A1604, circulaire du président van Heek aux membres de la FEVEL, 29 octobre 1976.

« de ne pas accorder aux clients de prix valables pour une saison entière, mais au contraire de les limiter à des périodes de livraison assez courtes, trimestre par trimestre par exemple [...] et de ne consentir de prix que couvrant les frais de réapprovisionnement »58.

  • 59 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 3 avril 1981.

54L’efficacité de telles directives reste faible. En 1981, tandis que le groupe français, par la voix de Joseph Scherrer, de la SAIC, annonce son intention d’augmenter les prix pour la nouvelle collection de velours, Hans Liffers, au nom du groupe allemand, tout en le remerciant « d’avoir franchement exposé [aux] confrères la politique de prix qu’il pensait suivre dans un proche avenir », s’y déclare opposé et constate : « La lutte se passe actuellement entre collègues, au milieu de la FEVEL »59. L’action sur les prix rencontre donc des limites. Elles n’ont pas empêché les membres de l’association de mieux contrôler, grâce à elle, leur propre marché.

55Enfin l’existence de la FEVEL leur procure une occasion non négligeable de développer leur activité. La SAIC en fournit un exemple caractéristique, sans que l’on puisse malheureusement en apprécier la représentativité. À travers les statistiques de facturation communiquées à la FEVEL il est possible de reconstituer une évolution qui, en une dizaine d’années, a été bénéfique pour la firme mulhousienne.

  • 60 A1587 et 1590, statistiques adressées à la FEVEL, 1963-1972. Les chiffres de 1963,1965, 1970 et 19 (...)

Tableau 4 : Facturation en velours de la SAIC, en milliers de mètres carrés60

1963

3814,00

1964

3472,00

1965

6441,50

1966

15794,50

1967

12218,50

1968

9072,50

1969

8394,00

1970

8411,00

1971

14250,00

1972

20058,00

56Le métrage facturé en velours de diverses catégories quintuple entre 1963 et 1972. Certes les chiffres en valeur seraient peut-être moins brillants. Tout semble cependant se passer comme si la création de la FEVEL avait consolidé et dynamisé l’activité de la SAIC. La croissance obtenue semble d’ailleurs supérieure à celle de l’ensemble des entreprises membres de la FEVEL puisque, sur une période de durée analogue (1968-1977), la fédération enregistre un quadruplement des métrages facturés, de 40 à 160 millions de mètres carrés. Mais, quels que soient les rythmes individuels, il est remarquable que l’existence de la FEVEL coïncide avec une évolution qui, dans l’ensemble et malgré de brutales fluctuations, reste orientée à la hausse. Le « cycle du velours » n’a pas été surmonté, mais la branche, dans son ensemble, a réussi à éviter le déclin.

57La présence de la FEVEL s’accompagne aussi d’une sensible réorientation des ventes vers les marchés d’exportation, tout particulièrement ceux de la CEE. Là encore, le cas de la SAIC en fournit un exemple frappant. Alors qu’en 1963, les débouchés intérieurs représentaient approximativement les deux tiers du total facturé, dix ans plus tard, ce sont les exportations qui occupent désormais cette place, faisant avec le marché national un spectaculaire chassé-croisé. La CEE est devenue la principale destination des ventes, représentant même en 1971 la proportion très élevée de 58 %. On peut opposer à cet égard les deux périodes de croissance rapide que connaît l’entreprise dans la vente du velours : alors qu’en 1964-1966, leur envolée avait exclusivement profité au marché intérieur, en 1970-1972, leur nouvelle progression se fait au bénéfice de l’exportation. Est-il déraisonnable de penser que la création de la FEVEL, dont on a vu qu’elle était largement l’œuvre personnelle du directeur général de la SAIC, y a contribué ?

  • 61 Ibid., (zone franc non indiquée en 1967-1969, apparemment regroupée avec le reste du monde).

Tableau 5 : Décomposition de la facturation en velours de la SAIC par catégories de destination61

Tableau 5 : Décomposition de la facturation en velours de la SAIC par catégories de destination61
  • 62 7A1603, lettre de Bruno Meyer à J.-H. Gros, 10 juin 1970. Il s’agit d’une firme de Bludenz, dans l (...)

58La FEVEL peut encore procurer à ses membres des avantages supplémentaires. Le délégué général signale ainsi à l’occasion à tel ou tel d’entre eux les « bonnes affaires » qui se présentent, par exemple cette « importante draperie autrichienne, complètement intégrée, qui est une affaire familiale et serait à racheter »62. Mais, au-delà de ces aspects circonstanciels, si l’on en juge à travers l’exemple de la SAIC, la création de la FEVEL a permis à certains de ses membres une croissance et une réorientation de leurs activités conformes à leur intérêt à long terme.

  • 63 Le fait est annoncé par E.-L. Motte aux membres du conseil d’administration de la FEVEL, en sa séa (...)

59Elle ne les a cependant pas toujours préservés des fusions forcées, faillites et cessations d’activité. Plusieurs firmes disparaissent lors des crises qui jalonnent la période, surtout en 1980-1982. Certaines assemblées générales prennent ainsi une allure funèbre, telle celle d’octobre 1982 au cours de laquelle on annonce la disparition de six membres, dont deux fondateurs : Gebr. van Heek, qui abandonne la fabrication pour se transformer en holding exploitant sa marque commerciale, et Motte-Bossut qui pourtant, deux ans auparavant, a tenté de se rapprocher du grand groupe américain Burlington et de limiter l’érosion de sa clientèle en se faisant importateur de tissus de coton denim63. En Allemagne, la concentration forcée est sévère : des vingt-cinq maisons qui, en 1969, avaient adhéré à l’association, quatorze seulement subsistent en 1983.

  • 64 Selon J.-H. Gros, elle n’y serait pas parvenue et serait rentrée dans un demi-sommeil à partir de (...)

60C’est à cette date, postérieure de quinze ans à sa fondation, qu’il convient d’arrêter l’étude de la FEVEL. Outre le manque de recul qui gêne l’historien face au passé immédiat et l’absence d’archives qui se font nettement moins abondantes que pour la période antérieure, plusieurs raisons militent en ce sens. En 1983, la FEVEL n’a plus guère de points communs avec ce qu’elle était en 1967. Ses statuts ont profondément changé, avec la disparition de l’obligation, pour en être membre, d’avoir son siège ou son activité principale sur le territoire de la CEE, le raccourcissement à deux ans du mandat présidentiel, la suppression du droit de veto possédé naguère par les groupes nationaux. Sa forme juridique a été modifiée : abandonnant le statut d’association française soumise à la loi de 1901, elle devient une fédération de droit helvétique, transférant son siège à Zurich. Ses cadres dirigeants ne sont plus les mêmes : les fonctions du délégué général ayant été confiées pour partie à un cadre d’Eurocoton, il y a désormais deux bureaux, l’un en Suisse, l’autre à Bruxelles. Ses membres n’appartiennent plus au cercle étroit des pays fondateurs de la CEE : parmi eux, huit, soit près du quart, sont localisés dans des pays qui y sont entrés ou y entreront à l’occasion de l’un des élargissements successifs. Enfin un certain renouvellement générationnel est perceptible. À une exception près, celle de Carlos Ortegat, le représentant d’UCO, immuable trésorier de l’association, les personnalités dominantes ne sont plus celles de 1967. La FEVEL, si elle entend se développer, doit trouver de nouveaux objectifs et redéfinir son rôle64.

61Du moins, telle qu’elle a fonctionné durant ses quinze premières années d’existence, fournit-elle à l’observateur un cas singulier. Née d’une prise de conscience d’intérêts communs entre des fabricants européens qui cherchent à exploiter les opportunités offertes par une catégorie de tissu à la valeur ajoutée élevée et aux débouchés importants, elle n’a pas su éviter les divisions. À peine fondée, elle s’est écartée elle-même de ses objectifs initiaux. Elle n’a pas non plus évité la résurgence des crises. Plusieurs de ses membres ont dû abandonner leur activité. Le velours côtelé n’a pas triomphé du tissu denim. Le contexte général de repli du textile dans les pays européens la vouait au demeurant aux difficultés de toutes sortes. Il n’en demeure pas moins qu’elle a obtenu d’indéniables réussites dans la défense des intérêts communs, la régularisation du marché, le développement des exportations. Sa présence coïncide avec une croissance non négligeable de la production de velours tout au long de la période. Peut-être l’explique-telle en partie.

  • 65 On ne trouve pour cette période de développements substantiels sur l’industrie du velours ni dans (...)

62Ce bilan en demi-teinte conduit à relativiser le déclin de l’industrie textile en Europe occidentale au cours du second XXe siècle. Pour une catégorie de tissus, le velours, trop rarement mentionnée par les ouvrages disponibles65, le repli semble n’avoir été ni aussi rapide, ni aussi général que l’on serait tenté de le croire. Enfin, le cas de la FEVEL amène à s’interroger sur la spécificité des associations patronales internationales en temps de crise. Les circonstances qui ont présidé à sa création ont-elles conduit à des fondations analogues dans d’autres secteurs ? Représente-t-elle un cas original ? Son mode de fonctionnement, qui la place dans une zone intermédiaire entre acceptation et refus de la concurrence, méfiance réciproque et volonté de coopération mutuelle entre ses membres, se retrouve-t-il ailleurs ? Il faudrait, pour procéder à des comparaisons, disposer d’études plus nombreuses sur le monde patronal et ses associations durant les années 1970-1980, conduites dans une perspective européenne. Mais ceci est une autre histoire.

Notes

1 Terme désignant dans l’industrie textile les industriels « spécialisés dans les opérations de blanchiment, de teinture, d’impression et d’apprêts » qui ennoblissent le tissu et lui donnent l’aspect qu’il revêtira finalement pour le consommateur (A. Allix et A. Gibert, Géographie des textiles, Paris, Librairie de Médicis, 1956, p. 59).

2 C’est grâce à Jacques-Henry Gros que nous avons pu avoir accès aux dossiers concernant la FEVEL et la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours dans les archives de la SAIC (cotes 7A 1593 à 1604 et 1584 à 1592), conservés au Centre rhénan d’archives et de recherches économiques, à Mulhouse. Qu’il en soit ici vivement remercié, ainsi que pour les deux entretiens qu’il a bien voulu nous accorder, les 12 septembre et 6 décembre 2001. Notre reconnaissance va aussi à la directrice du Centre, Florence Ott, pour toute l’aide qu’elle nous a apportée dans la consultation du fonds.

3 7A1594, lettre de Robert Leborgne, président de l’Union des fabricants de tissus pour ameublement, transmise à J.-H. Gros par la Fédération des tissages de la région Nord, jugeant « indispensable » de prévenir la Confédération de la naissance de la FEVEL et de préciser dans son titre qu’il s’agit de velours par trame « pour éviter tout malentendu », 6 juillet 1967.

4 7A1599, 1600 et 1607, procès-verbaux des conseils d’administration de la FEVEL mentionnant des réunions avec les dirigeants de Velvétia, 4 octobre 1967, 3 juillet 1968 et 26 octobre 1976. Il y est précisé que cette association, fondée sous une nouvelle forme en 1949, inclut quelques membres britanniques et italiens. Mais elle n’a pas de structures précises et ses contacts avec la FEVEL sont restés épisodiques.

5 7A1589, lettres adressées à la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours par le directeur du Syndicat général de l’industrie cotonnière, J. David, et par les Ets Cosserat, 14 janvier et 23 septembre 1966. L’affaire des chemises en « nylon velours » donne lieu à une menace d’instance judiciaire qui incite la Manufacture de Saint-Étienne à retirer de son catalogue l’article litigieux.

6 7A1613, lettres de Gian-Franco Jucker, administrateur délégué de Cotonificio Cantoni, et de Jan Willem Cornelis van Heek, directeur associé de Gebr. van Heek, à J.-H. Gros, 21 et 24 mars 1967. Les dirigeants de Cantoni rapportent avoir attiré l’attention à ce sujet du ministre du Commerce et de l’Industrie du gouvernement Moro, Giulio Andreotti, lors d’une visite qu’il a faite à leurs établissements.

7 7A1594, lettre signée J.-H. Gros au nom de la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours, sans date (mars 1967).

8 7A1588, lettres de Paul Rica-Lévy à J.-H. Gros, 28 décembre 1966, et de J.-H. Gros à Heymann, président de la Fédération nationale de fabricants français de vêtements masculins, 20 janvier 1967.

9 7A1594, extraits du communiqué de presse. Le dossier de presse conservé comprend des encarts parus dans Le Figaro (29 juin) et Fabriques de France (numéro de juillet 1967), ainsi que dans plusieurs journaux italiens (Mondo economiso, Milan Daily American, La Vita) et britanniques (The Ambassador). Tous les encarts dans la presse étrangère ont été insérés grâce au vice-président de la FEVEL, Uberto Visconti di Modrone, administrateur délégué de la firme milanaise Stabilimento Duca Visconti di Modrone, de Milan.

10 J.-H. Gros, Souvenirs inédits, passages sur la FEVEL aimablement communiqués par l’auteur le 6 décembre 2001.

11 7A1609, étude de Gilbert Monnier, « Estimation actuelle du marché velours européen », 11 mars 1971 ; témoignage J.-H. Gros, 6 décembre 2001.

12 Surnommé le « Textilländle », le Vorarlberg connaît après 1945 une forte croissance de la production textile, dont le groupe Ganahl est l’un des principaux artisans. Cf. sur ce point S. Lindner, « Un déclin réussi : la diversification économique du Vorarlberg de 1945 à 1995 », dans J.-F. ECK, M. Lescure (dir.), Villes et districts industriels en Europe occidentale XVIIe-XXe siècles, Actes du colloque des 7 et 8 décembre 2000, Tours, Publications de l’université François-Rabelais, 2002, p. 321-334.

13 7A1606, lettres d’Eugen Ott, de la maison Eugen Ott und Söhne, à Ebingen (Wurtemberg) et d’Hans Liffers, délégué de la Gute-und Werbegemeinschaft Cord, aux dirigeants de la Fédération française des tisseurs et manutentionneurs de velours (trame), 31 mars et 12 juin 1967.

14 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 20 février 1969, article 23 des nouveaux statuts.

15 À tel point que nous avons dû à plusieurs reprises nous écarter du texte original pour les citations que nous faisons ici.

16 7A1610, lettre à Gilbert Monnier, 4 mars 1970, 4 pages dactylographiées. On y relève les formules suivantes : « A mon grand regret, le contact personnel entre vous-même et moi n’a pas été très étroit jusqu’à ce jour. Pour cette raison, vous ignorez peut-être que je dispose d’expériences et de notions professionnelles très profondes sur le domaine de l’activité de relations publiques [...]. Je vous prie donc de reconsidérer votre point de vue. Je suis persuadé qu’une entrevue personnelle entre nous serait utile pour trouver une solution des problèmes discutés ». Bruno Meyer aggrave encore son cas en requérant dans cette affaire l’appui personnel de J.-H. Gros qui ne peut évidemment désavouer son collaborateur

17 7A1603, lettre du 14 mai 1968, écrite peu après une assemblée générale où Bruno Meyer a présenté « six genres d’actions réalisables avec les fonds disponibles » comme le montage d’un documentaire audiovisuel et une « action velours et broderie de Saint Gall » dont on comprend qu’elles ne fassent pas l’unanimité des membres représentés.

18 7A1606, lettre de René de Monclin à J.-H. Gros, à l’issue d’une rencontre tenue à Francfort, 16 décembre 1969 (souligné au texte).

19 7A1603, lettre de Gaston Motte à J.-H. Gros, 23 janvier 1970.

20 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 19 mars 1970. En réponse aux critiques françaises et allemandes, le représentant de la maison Cantoni, Paolo Soldini, « s’étonne des réactions provoquées par la proposition italienne acceptée pour cette période par le Conseil qui, en tout état de cause, jouera en faveur du velours ».

21 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale du 23 septembre 1971, accompagné d’une lettre d’U. di Modrone à J.-H. Gros, absent de la réunion, destinée à le « tranquilliser sur l’avenir de [l']association », dont le contenu est révélateur du climat interne qui règne alors au sein de la FEVEL, 24 septembre 1971.

22 7A1599, procès-verbaux du conseil d’administration, 10 juillet 1973 et 7 mars 1974.

23 7A1599, procès-verbaux du conseil d’administration, 13 novembre 1968 et 3 décembre 1969 ; 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 5 avril 1973.

24 7A1596, lettre d’U. di Modrone à J.-H. Gros, 28 février 1974. Effectivement, à l’issue de l’assemblée générale du 16 octobre, c’est un Allemand, Karl Mosters, coassocié de Mosters, Stockhorst & Co., une firme de Bocholt, qui accède à la vice-présidence. En 1977, un autre Allemand, Richard Selbach, deviendra président, de sorte que la Belgique, quoique pays fondateur, ne détient jamais la présidence de la FEVEL durant la période étudiée ici.

25 Par exemple, à l’occasion de la réunion qui célèbre, à l’Amstel Hotel, d’Amsterdam, les dix ans de la FEVEL, à laquelle participent, « pour la première fois dans l’histoire de l’association », les épouses des membres, Jacques-Henry Gros prononce les vers suivants :
« Réjouissons-nous de ce beau jour
Qui réunit toujours fidèles
Ceux qui fabriquent le velours
Pour ces dix ans de la FEVEL.
Qu’il soit uni ou côtelé,
Il faut demain, pour lui, pour elle
Être en velours mieux habillé
Grâce aux dix ans de la FEVEL.
Vers l’avenir, nous y croyons,
Par le velours, prenons des ailes !
Dans l’amitié, nous construisons
Dix ans de plus pour la FEVEL »
(7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 14 octobre 1977).

26 - Exemplaires conservés sous les cotes 7A1588 (« Savez-vous que le velours... ») et 7A1602 (« Le velours, carte maîtresse »). Selon le rapport d’activité du délégué pour 1978, ce dernier dépliant, édité à l’occasion du 10e anniversaire de la FEVEL a été diffusé en 8 070 exemplaires, dont 4 400 en allemand, 1 250 en français, 970 en anglais, 830 en néerlandais et 620 en italien.

27 7Al596, procès-verbal de l’assemblée générale, 3 décembre 1969.

28 7A1599, procès-verbal du conseil d’administration, 10 juillet 1973.

29 7A1599, procès-verbal du conseil d’administration, 15 octobre 1970.

30 7A1609, rapport adressé à la FEVEL par l’Association pour le progrès dans l’industrie de l’ennoblissement textile, 13 octobre 1967 ; 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 2 juillet 1975.

31 Arrachage des poils du tissu.

32 Comptes reconstitués à partir des procès-verbaux des assemblées générales. Le mode d’établissement du budget ayant changé à plusieurs reprises au cours de la période, il n’est pas possible de présenter d’évolution homogène sur la totalité de la période étudiée.

33 En francs 1999, 0,93 F de 1977 équivalent en effet à 2,73 F et 1,26 F de 1983 à 1,95 F.

34 7A1613, lettre de J.-H. Gros au comte L. Treccani degli Alfini, 30 mars 1967 (souligné au texte).

35 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 24 mars 1980. Siègent alors au « comité Lannoy » E.-L. Motte, J.W.C. van Heek, C. Ortegat, G. Bergamaschi (Cotonifîcio Bellora), H. Liffers (Güte-und Werbegemeinschaft Cord).

36 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 23 mars 1979. Gesamttextil est la fédération patronale qui, en Allemagne, regroupe toutes les branches de l’industrie textile, comme le fait en France l’Union des industries textiles. Quant à H.W. Staratzke, son rôle est mentionné, à l’occasion de voyages d’information faits aux États-Unis par les industriels allemands du textile durant les années 1950, par S. Lindner, Den Faden verloren. Die westdeutsche und die französische Textilindustrie auf dem Rückzug (1930-1945-1990), Verlag C.H. Beck, Munich, 2001, p. 106 et 115.

37 Parmi de multiples indications, relevons cette statistique, établie par le GATT en 1979, sur les coûts horaires moyens dans les différentes industries textiles (en indices) :

38 7A1594, lettres de Guy de Frondeville, délégué général du Syndicat de l’industrie cotonnière, et du comte Treccani à J.-H. Gros, 11 et 17 avril 1967, l’informant du résultat des négociations.

39 7A1613, correspondance entre J.-H. Gros et le Dr W. Linnemann, président d’Eurocoton, 5 et 23 mai 1969 ; lettre du Dr Klötzner, de l’Hauptverband Baumwollweberei, à G. Massenaux, d’Eurocoton, 14 mai 1969.

40 7A1599, procès-verbal de l’assemblée générale, 8 janvier 1975.

41 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 25 avril 1978.

42 7A1614, note de Bruno Meyer aux membres de la FEVEL, 5 avril 1979, annonçant la nouvelle, transmise par télex envoyé par Carlos Ortegat : « Le Conseil des ministres a décidé de maintenir les droits d’importation du velours à 15 % [...]. Nous sommes heureux de transmettre cette agréable information sans tarder aux membres de notre Fédération ».

43 7A1597, procès-verbaux des assemblées générales, 13 octobre 1980 et 3 avril 1981.

44 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 5 avril 1973.

45 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 6 octobre 1978. Ce sont Édouard-Louis Motte et Dietrich Speckmann, de la firme Mülforter Cord-und Velvetausrüstung (Rheydt-Mülfort), qui font repousser la demande.

46 7A1598, procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire, 11 octobre 1982, article 1er des nouveaux statuts.

47 7A1603, lettre de Manufacturas Sedo SA à la FEVEL, 1er août 1967. La firme déclare avoir appris la fondation de la FEVEL par un numéro de la revue L'industrie textile.

48 7A1600, procès-verbal du conseil d’administration, 3 avril 1981. Les relations privilégiées entre la SAIC et José Royo SA nous ont été confirmées par J.-H. Gros lors d’une conversation, le 6 décembre 2001.

49 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 26 octobre 1981.

50 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 7 février 1977.

51 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 23 mars 1979. L’enquête est faite par « l’un des membres » dont l’identité n’est pas précisée au texte.

52 Les feuilles de présence aux assemblées générales permettent d'établir, par rapport au nombre total de membres, un taux d’absentéisme nettement orienté à la baisse, ce qui correspond à la résorption progressive de la crise qui avait marqué les débuts de l’association : parti du chiffre énorme de 65 % en 1971, il n’est plus que de 18 % en 1983.

53 7A1603, procès-verbal de l’assemblée générale, 29 mars 1972.

54 7A1596, procès-verbaux des assemblées générales, 5 avril 1973 et 15 janvier 1976 ; 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 13 octobre 1980.

55 7A1603, lettre de G. Monnier à J.-H. Gros, 4 décembre 1970. Participent à la réunion de Gand, aux côtés de G. Monnier, Gaston et Régis Motte (Motte-Bossut), de Monclin (Cosserat), Meierhofer (Legler industria), Fusco (Duca di Modrone), van Heek (Gebr. van Heek), Jansens, Hanet et Ortegat (UCO).

56 7A1596, procès-verbal de l’assemblée générale, 14 octobre 1977, intervention du président van Heek.

57 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 29 octobre 1979.

58 7A1604, circulaire du président van Heek aux membres de la FEVEL, 29 octobre 1976.

59 7A1597, procès-verbal de l’assemblée générale, 3 avril 1981.

60 A1587 et 1590, statistiques adressées à la FEVEL, 1963-1972. Les chiffres de 1963,1965, 1970 et 1972 ont dû être estimés, à partir des valeurs indiquées pour les neuf premiers mois de l’année.

61 Ibid., (zone franc non indiquée en 1967-1969, apparemment regroupée avec le reste du monde).

62 7A1603, lettre de Bruno Meyer à J.-H. Gros, 10 juin 1970. Il s’agit d’une firme de Bludenz, dans le Vorarlberg.

63 Le fait est annoncé par E.-L. Motte aux membres du conseil d’administration de la FEVEL, en sa séance du 24 mars 1980 (7A1600). On mesure ce qu’a dû coûter aux dirigeants du groupe semblable décision, présentée comme destinée à « maintenir la prospérité de [la] maison et assurer l’emploi à son personnel ». E.-L. Motte ajoute qu’elle n’a qu’une portée commerciale et ne s’accompagne d’aucune prise de participation de Burlington dans le capital du groupe français.

64 Selon J.-H. Gros, elle n’y serait pas parvenue et serait rentrée dans un demi-sommeil à partir de 1989.

65 On ne trouve pour cette période de développements substantiels sur l’industrie du velours ni dans les ouvrages d’histoire économique consacrés au textile, ni dans ceux des géographes, telle l’étude de M. Battiau, Les industries textiles de la région Nord Pas-de-Calais. Etude d’une concentration géographique d’entreprises et sa remise en cause, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1976, ni enfin dans les monographies d’inspiration technique ou économique comme celle de D. Chaigne, Le coton et l’industrie cotonnière, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, no 90, 4e éd., 1982.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Recettes et dépenses de la FEVEL en valeur absolue32
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2991/img-1.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Tableau 2 : Recettes et dépenses de la FEVEL en %
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2991/img-2.jpg
Fichier image/, 107k
Titre Tableau 3 : Capacités de production de velours en Europe (en millions de mètres carrés)51
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2991/img-3.jpg
Fichier image/, 22k
Titre Tableau 5 : Décomposition de la facturation en velours de la SAIC par catégories de destination61
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2991/img-4.jpg
Fichier image/, 56k

Auteur

Université de Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540