Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

Les paysages industriels aux xvie - xviie - xviiie siècles en Europe

Paul Delsalle

Texte intégral

  • 1 Cet article, en hommage à Emmanuel Chadeau, développe certains aspects que j’ai présentés au sémina (...)
  • 2 Un livre aussi excellent que celui d’Arlette Jouanna, La France du XVIe siècle, 1483-1598, Paris, P (...)
  • 3 Dont celles de Pierre Jeannin et de Pierre Deyon ; voir aussi P. Delsalle, La France industrielle a (...)

1Trop souvent encore, les Temps Modernes (en gros les années 1500-1789) sont décrits comme une époque dominée par une économie fondamentalement rurale et artisanale, plus ou moins sclérosée1. À en croire des historiens contemporanéistes et même modernistes, la ville industrielle, la région industrielle et le paysage industriel sont contemporains de la “révolution industrielle”. « Il n’existe pas, nous affirme-t-on, avant la fin du XVIIIe siècle, de véritable cité industrielle ». L’industrie elle-même est souvent passée sous silence2. Dans l’historiographie de l’industrialisation, le concept de “proto-industrie” a fait couler beaucoup d’encre ; en dépit des mises au point3, on continue à l’utiliser à tort et à travers, en le confondant avec le stade pré-industriel. En gardant cela à l’esprit, nous nous intéresserons ici à deux autres notions liées à la précédente et aussi controversées, principalement celle de « paysage industriel », mais aussi celle de « région industrielle ». Chemin faisant, notre fil conducteur sera la ville, qui anime, qui stimule, capte ou diffuse, selon les cas, toute l’activité économique.

Paysages industriels et « révolution industrielle »

  • 4 Voir différents articles parus dans Histoire, économie et société, 1997, no 3.

2Pour bon nombre d’auteurs, historiens contemporanéistes ou archéologues du patrimoine, le paysage industriel est indissociablement lié aux phénomènes de la “révolution industrielle” qui, lorsqu’elle existe, débute au milieu du XVIIIe siècle. On tente encore de nous convaincre que « le paysage industriel est le produit de la Révolution industrielle » et que cela « est donc apparu en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle »4. Or, il nous semble qu’il n’est plus possible de défendre ces idées.

  • 5 Sur ce point, l’article d’I. Lescent-Giles dans Histoire, économie et société, 1997, no 3, précise (...)
  • 6 Autour de l’habitat textile (XIVe-XXe siècles), Actes de la troisième rencontre internationale d’hi (...)
  • 7 Qu’on me permette de renvoyer à mon livre, qui donne une bibliographie : Delsalle, La France indust (...)

3Certes, les historiens qui soutiennent ces thèses apportent eux-mêmes des nuances, et de taille, en écrivant : « auparavant, il est vrai, il y avait des paysages proto-industriels dans des régions d’activité minière ou textile », ou en donnant quelques exemples qui montrent un paysage industriel dès la fin du XVIIe siècle. Ainsi, on observe des hauts-fourneaux et des forges, voire des bassins houillers (dès la première moitié du XVIIIe siècle) avec manèges, chemin de roulement en bois, pompes d’exhaure, etc. Dans le domaine textile, on remarque des concentrations de maisons de tisserands et des prairies d’étendage de toiles. Mais ces nuances ne remettent pas en cause la thèse soutenue par les auteurs, de la naissance d’un paysage industriel principalement au XVIIIe siècle et en Grande-Bretagne. Les arguments avancés sont variés : construction de grands bâtiments (par exemple pour les filatures de coton), naissance de villages industriels, usage du coke comme combustible, mines de houille, machines à vapeur, carrières, hauts-fourneaux, forges, canaux (aspect capital du paysage industriel) dont le réseau se développe après 1760, formation de villes industrielles, pollution des rivières5, construction de logements ouvriers en faubourg à Leeds en 1787. Tout cela est bien vu, et parfaitement juste. Mais l’inconvénient est que tous ces éléments caractéristiques du paysage industriel qui se forme en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle (et parfois à la fin du XVIIe s.) selon les auteurs, existent déjà un siècle ou parfois même plus de deux siècles auparavant dans d’autres pays d’Europe6 ! Reprenons d’abord les arguments, en les illustrant d’exemples, en France et dans quelques pays voisins7

Les paysages industriels avant la « révolution industrielle »

  • 8 Staatsarchiv, Nürnberg. Reproduite dans F. Braudel, Les structures du quotidien, Paris, Armand Coli (...)
  • 9 Voir les travaux d’A. Gonzalez Enciso, Estadoy industria en el siglo XVIII. La fábrica de Guadalaja (...)
  • 10 J.-P. Poussou, in M. Levy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996 (...)
  • 11 D. Foy et L. Vallauri, « Roquefeuille, une verrerie provençale aux XVIIe et XVIIIe siècles », in At (...)

4L’importance des grandes manufactures, bien avant la « révolution industrielle » anglaise, peut aisément être mesurée. En Thuringe, la fonderie de cuivre des Pfinzing de Nuremberg est un grand complexe industriel comme le montre une aquarelle dès 15888. Pour la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’Espagne offre le cas d’une des plus grandes manufactures d’État jamais créées dans le secteur textile, celle de Guadalajara, avec 5 000 travailleurs réunis auxquels s’ajoutent 20 000 ouvriers dispersés9. Pour des raisons souvent liées aux sources d’énergie (l’eau et le bois), ces manufactures sont souvent implantées hors des villes, dans des vallées ou à la campagne. On songe immédiatement à Jouy-en-Josas (Oberkampf) ou à Cortaillod (indiennage, en Suisse romande). Mais le monde urbain en accueille aussi, souvent avec réticence. Les manufactures de Verviers, de Séville (tabac), d’Abbeville (Van Robais), de Sedan, de Mulhouse ou de Carcassonne sont des exemples parmi d’autres. Dans toute l’Europe, de très célèbres ensembles monumentaux subsistent, comme les Forges de Buffon (Bourgogne), les salines de Chaux dites d’Arc-et-Senans (Franche-Comté, classées au Patrimoine mondial de l’Unesco). Que dire des magnifiques manufactures qui ont été détruites ou transformées10 comme à Abbeville, Dijonval, Ruelle, Indret, Amboise, Allevard, Saint-Gobain, etc. Ou encore des immenses bâtiments que l’archéologie est en train de faire renaître et connaître, comme la verrerie de Roquefeuille en Provence11 ?

  • 12 Bel exemple pour les environs d’Haarlem, tableau Rijksmuseum, Amsterdam.
  • 13 A. Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin IIIe siè (...)

5La pratique de l’étendage des toiles est très fréquente dans les villes textiles de Flandre, de Champagne ou d’Italie dès le Moyen Âge. Autour de Troyes, Haarlem (Hollande), Beauvais, Reims, des dizaines d’hectares de prairies, drainées par un réseau d’évacuation des eaux, avec alignements de barrières pour l’étendage et le séchage12, sont utilisés pour les activités drapières13. Il en est de même dans le centre des grandes localités du peignage : à Leyde (Leiden, Pays-Bas), on utilise même les parapets des ponts pour faire sécher les écheveaux de laine, comme le montrent les tableaux d’Isaac Van Swanenburg, visibles à la Halle aux draps (fin XVIe et début XVIIe siècle).

  • 14 Pour la fin du XVIIe siècle, on lira avec plaisir les belles descriptions des mines et forges par J (...)
  • 15 Se reporter aux travaux de J.-L. Van Regemorter.
  • 16 A. Stella, « L’esclavage en Andalousie à l’époque moderne », Annales ESC, janv.-fév. 1992, no 1, p. (...)
  • 17 M. A. Mola, « Le petit monde du Guadalquivir », in Séville XVIe siècle, Paris, Autrement 1992, p. 6 (...)

6La hauteur et la fumée des hauts-fourneaux semblent, en effet, caractériser la grande industrie. Mais la Suède, riche en cuivre et en fer, en est bien équipée dès le XVe siècle. Ce n’est pas sans arguments qu’elle tente ensuite de dominer une partie de l’Europe au moment de la Guerre de Trente Ans14. Au XVIIe siècle, la Moscovie s’inspire des Hollandais et des Danois et développe les grandes entreprises sidérurgiques intégrées à base de hauts-fourneaux et de martinets hydrauliques pour l’affinage de la fonte15. Ajoutons que le haut-fourneau est introduit en Angleterre aussi au XVIe siècle. Par ailleurs, on dénombre des centaines de forges en France mais aussi dans l’Empire ou encore en Andalousie dès le XVIe siècle. Dans le bassin minier de Guadalcanal, huit fours de fonte sont allumés par groupes de quatre, alternativement, jour et nuit16. La Biscaye (dont les chantiers navals fournissent les vaisseaux pour Séville17), la Cerdagne, la Toscane, la Carinthie (à l’est du Tyrol), la haute Silésie ou encore l’Eifel ont aussi de puissantes concentrations sidérurgiques et métallurgiques.

  • 18 F. Mauro, Le XVIe siècle européen, aspects économiques, Paris, PUF, 3e éd. 1981, p. 134.
  • 19 J. Sanchez Gomez, De minería, metalúrgica y comercio de mentales : la minería no férrica en el Rein (...)
  • 20 Petite synthèse commode dans J. Bérenger, Histoire de l’empire des Habsbourg : 1273-1918, Paris, Fa (...)

7Pour les bassins houillers et les mines, l’exemple de la principauté de Liège (Belgique actuelle) devrait convaincre, avec ses 50 000 tonnes produites chaque année : « dès 1550, écrit Frédéric Mauro, le paysage liégeois présentait autant de terrils que de clochers »18. Le charbon de terre est couramment utilisé dès le XVIe, XVIIe ou le XVIIIe siècle, selon les régions et les besoins (Hainaut wallon, Nivernais, armurerie de Tulle, arsenal de Toulon...). Les minerais précieux font l’objet d’une exploitation intensive : les mines d’argent de Guadalcanal (Sierra Morena, Espagne) emploient des centaines d’esclaves au XVIe siècle19. Des milliers de mineurs travaillent jour et nuit dans les galeries des Vosges à l’époque de Charles Quint. À ce propos, les banquiers Fugger doivent une part de leur fortune à leurs mines de cuivre, en haute Hongrie20.

  • 21 J. Delumeau, La civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1984, p. 177-186.
  • 22 Nombreuses autres représentations des grandes grues de déchargement sur les oeuvres d’art, par exem (...)
  • 23 Un exemple pour le XVIIIe siècle en Bretagne : R. Carsin, Les techniques à la mine de PontPéan, 173 (...)
  • 24 P. Braunstein, « L’innovation dans les mines et la métallurgie européennes (XIVe-XVe siècles) », Bu (...)
  • 25 Ces exemples sont tirés de Mauro, op. cit., p. 133.
  • 26 A. Lespagnol, « L’entreprise d’État », in L'impresa, industria commercio banca, Prato, Datini, 1990
  • 27 A. Bouvard, « Les économies de bois de chauffage dans les salines européennes à la fin du XVIe sièc (...)
  • 28 Étude réalisée par D. Calabi et P. Morachiello, « Le pont du Rialto : un chantier public à Venise à (...)

8Bertrand Gille nous avait bien rappelé que le grand machinisme n’est pas né avec la machine à vapeur. Au plus tard dès la Renaissance21, partout on voit fleurir les chaînes à godets, roues, engrenages, arbres à cames (Tyrol), martinets, grues22 (comme celles de Wieliczka ou de Lunebourg), manèges, manèges à chevaux, pompes, bielles-manivelles, soufflets hydrauliques, etc.23 À Falkenstein, un grand manège à chevaux effectue le travail de 600 ouvriers en 155324. Une machine d’exhaure admirablement conservée a été découverte il y a quelques années dans les puits de mine à Lalaye en Alsace ; elle date du XVIe siècle. À la même époque, les ouvrages techniques sur le machinisme se multiplient : Ramelli dessine en 1588 les blutoirs cylindriques qui bouleversent l’industrie alimentaire. Verantius fait le point dans son ouvrage sur les Machina nova (Venise, 1595)25. Pas de papeterie ou de cartonnerie sans piles. Les gigantesques machines à mater les vaisseaux marquent le paysage industriel des arsenaux, à Rochefort comme à Portsmouth, à la fin du XVIIe siècle26 Les archéologues découvrent des chemins de roulage en bois dans les anciennes mines du massif des Vosges, ce qui confirme l'iconographie germanique du XVIe siècle (De re metallica, de Georgius Agricola, 1556). Le machinisme de Salins (Jura) a été jugé digne de l’unique thème d’une majestueuse tapisserie, conservée au Louvre, tissée au XVIe siècle. Quant à la machine à vapeur, partout, elle reste exceptionnelle. Il y en a une dans les mines du Hainaut, près de Valenciennes, dès 1732. Mais la grande diffusion est très tardive, à la fin du XVIIIe siècle, comme en Angleterre. Pour se convaincre de l’importance de l’industrie et du machinisme à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, il suffit de consulter ce fameux De re metallica d’Agricola, pour les mines et la métallurgie, ou encore, pour l’industrie du sel surtout, les carnets de croquis de Heinrich Schickhardt, architecte-ingénieur du duché de Wurtemberg, conservés aux Hauptstaatsarchiv de Stuttgart27 Enfin, sur tous les grands chantiers de l’époque, des machines sont utilisées : la construction du pont du Rialto à Venise, à la fin du XVIe siècle, en témoigne28. Pour conclure sur ce point, il faudrait se garder de confondre le machinisme et la seule machine à vapeur.

  • 29 Regnard, op. cit., p. 199.

9L’industrie des Temps Modernes provoque bien des nuisances. Dans le bassin sidérurgique de Liège, mais même dans des petites villes comme Mâcon (Bourgogne), on se plaint de la pollution par la fumée industrielle dès le XVIe siècle. Surtout lorsqu’elle émane de la combustion de la houille. À Londres aussi, d’ailleurs. Lors de son voyage en Laponie (actuelle Suède) en 1681, Jean-François Regnard découvre les mines et les forges ; il écrit29 :

Nous découvrîmes cette ville par la fumée qui en sortait, et qui ressemblait plutôt à la boutique de Vulcain qu’à toute autre chose. On ne voit de tous côtés que fourneaux, que feux, que charbons...

  • 30 J. Gimpel, La révolution industrielle du Moyen Age, Paris, Seuil, 1975 (voir le chap. 4).

10Dans le même ordre d’idée, la pollution des cours d’eau est banale dans toute l’Europe, chaque fois qu’un torrent ou une rivière est utilisable pour l’énergie industrielle, mais aussi parce qu’on jette à l’eau les détritus de boucherie, dès le Moyen Âge30.

  • 31 J. De Vries, « Barges and capitalism. Passenger transportation in the Dutch economy, 1632-1839 », A (...)

11Le lien entre l’industrie et les canaux, grâce au système de l’écluse perfectionné au XVe siècle, a souvent été montré. Grande puissance maritime et commerciale en germe, les Pays-Bas, puis les Provinces-Unies, se dotent dès la fin du XVIe siècle d’un réseau de transport fluvial unique au monde. Villes de production industrielle et villages sont reliés par des bateaux circulant sur les canaux, jour et nuit, et surtout les jours de marché. Des accords entre cités permettent l’établissement de services réguliers de bateaux de messageries marchandes (beurtveren)31. En France, des canaux sont creusés aux XVIe et XVIIe siècles, principalement celui appelé aujourd’hui “du Midi”, à l’époque de Louis XIV. Il en est de même, encore plus tôt (au XVIe siècle), en Flandre, en Allemagne (canal de Stecknitz) ou en Lombardie (entre l’Àdda et le Tessin).

  • 32 Villes et villages textiles (XVIe-XIXe siècles), Actes de la deuxième rencontre internationale d’hi (...)
  • 33 P. Delsalle, op. cit., chap. 4.

12Dans tous les secteurs économiques (textile, horlogerie, mines, salines, poterie, papeterie, verrerie...), les villages industriels se dénombrent par dizaines, regroupés parfois en véritables nébuleuses, en France, Flandre, Suisse, Italie, Espagne, Provinces-Unies et ailleurs, parfois dès le XVIe siècle32. Pour la seule France, nous en avons donné une centaine d’exemples33. Pour nous limiter, citons le célèbre village italien qui est le berceau de la papeterie, Fabriano (près d’Ancône), ou encore, pour l’industrie de la laine, le gros village flamand étudié par Émile Coornaert, Hondschoote.

Villes et quartiers industriels

  • 34 J.-F. Bergier, Une histoire du sel, Paris, PUF, 1982.

13Nier la cité ou la ville industrielle avant la « révolution industrielle » ne peut plus se concevoir car, dès le Moyen Âge, les villes purement ou majoritairement industrielles abondent aussi34. Dans le seul secteur de l’exploitation du sel, on connaît bien le rayonnement de Salzbourg, Hall (Tyrol), Wieliczka (employant une main-d'œuvre très importante au XVIe siècle), Halle (en Haute-Saxe, dont l’exploitation est ruinée par la guerre de Trente Ans), Reichenhall (Alpes bavaroises), Bex (Suisse), Volterra (Italie), Schwäbisch Hall, Dieuze ou encore Salins (Jura), une des villes entièrement industrielles dès le Moyen Age.

14Dans le développement des villes d’industrie, on ne peut rejeter le déterminisme géographique. L’essor de Salins s’explique par six facteurs : la présence de sources d’eau salée, captées par deux puits (le puits d’Amont et le puits à gré) ; une rivière-torrent (la Furieuse) qui offre une force hydraulique considérable au même endroit ; des forêts voisines, donc du combustible ; un site dont la valeur stratégique est impressionnante, dans une vallée profonde et étroite dominée par des forts (Saint-André et Belin) ; et, enfin, une route commerciale de premier ordre allant de la Champagne et de la Bourgogne à l’Italie du Nord via la Suisse. Aux XVIe et XVIIe siècles, la ville qui englobe les deux salines est considérable ; elle abrite au moins 5 000 habitants et de nombreuses institutions : deux paroisses, deux chapitres collégiaux, un hôpital, un collège, dix couvents, un bailliage et un présidial. La saturation de la ville et la raréfaction des massifs boisés entraînent la construction d’une nouvelle usine ultramoderne, due à Claude Nicolas Ledoux, à côté de la forêt de Chaux (Arc-et-Senans) à partir de 1773. On construit donc 24 kilomètres de canalisations, en troncs de sapins évidés, pour amener l’eau salée.

  • 35 C. Higounet, « Lunebourg, capitale du sel au Moyen Âge », L’information historique, 1962, et Bergie (...)

15Lunebourg (au Sud-Est de Hambourg) dispose de deux grandes salines : la première provient d’une source d’eau salée, dite le Kalkberg, citée dès le Xe siècle, et la seconde est un puits (foré à la fin du XIVe siècle) situé intra muros. Lunebourg constitue le plus gros marché européen du sel entre le XIIIe et le XVIe siècle. Son sel est alors diffusé, via Lübeck et le Sund, dans toute la Baltique, au Danemark, en Norvège, en Suède et en Russie. Le principal débouché, c’est la pêche harenguière. Entre 1560 et 1630, Lunebourg produit aux alentours de 20 000 tonnes chaque année. La ville elle-même compte environ 14 000 habitants. La concurrence du sel atlantique et les effets dévastateurs de la guerre de Trente Ans précipitent son déclin à partir du XVIIe siècle et les salines font faillite en 178735.

  • 36 Avec les arsenaux des Remedios, sur les rives de Triana ; voir Mola, art. cit., p. 69.
  • 37 É. Coornaert, « Une capitale de la laine : Leyde », Annales, 1946, p. 169-177.

16Bien d’autres secteurs industriels ont fait naître des villes ou se sont développés dans des villes : la coutellerie (Thiers en Auvergne, Langres au Sud de la Champagne ou Steyr en Basse-Autriche qui, vers 1600, compte un millier d’ouvriers spécialisés), les chantiers navals (Venise, Rouen, Séville36, Rotterdam), la clouterie (Saint-Dizier, Morez), les aiguilles (Scheibbs), l’armement (Nuremberg, Saint-Étienne), la papeterie et le cuir (Giudecca de Venise, Annonay qui a 18 tanneries et 5 mégisseries dès 1590, Falaise et ses 52 tanneries en 1759, Millau dans le Massif Central français, Grenoble), le minerai (Sainte-Marie-aux-Mines en Alsace), la sidérurgie (Liège) et d’innombrables villes textiles : Ségovie (excellents draps), Lyon et Bologne (soierie), Nîmes en Languedoc, Leyde (premier centre textile d’Europe au milieu du XVIIe siècle)37, Carcassonne, Bruges, Cordoue, Malaga, Tourcoing (peignage de la laine), Prato (près de Florence), Amiens, etc.

  • 38 Sur la marine de guerre espagnole au XVIIIe siècle, voir J. Merino, La armada espanola en el siglo (...)
  • 39 R. Memain, La marine de guerre sous Louis XIV. Le Matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, P (...)
  • 40 J. Helguera Quijada, « Las empresas industriales del estado en la España del siglo XVIII : tipologi (...)
  • 41 A. Riege, « The development of a small village to an important naval town in England: Chatham, 1550 (...)
  • 42 Sur Londres et d’autres arsenaux anglais au temps des derniers Stuarts, voir l’article de D. C. Col (...)

17Véritables quartiers urbains, ou même ville dans la ville, dès la fin du Moyen Âge, les arsenaux se développent. L’importance des façades maritimes explique le grand nombre de villes françaises dotées d’un arsenal, comme Dunkerque, Le Havre, Saint-Malo, Nantes, Bordeaux ou Bayonne. Il s’agit d’entreprises d’État, dont les plus beaux exemples sont Venise, Barcelone38, Rochefort39, Toulon, Lorient, Marseille, Amsterdam, El Ferrol et Cartagena40, Karlskrona (Suède, rive de la mer Baltique) ou encore, en Angleterre, Deptford, Woolwich, Sheerness, Chatham41, sans oublier Londres42.

  • 43 F. C. Lane, Venice, a maritime republic, Baltimore, John Hopkins UP, 1973. Voir aussi les travaux d (...)
  • 44 Sur Amsterdam, voir les travaux de Robert Parthesius, dont la petite synthèse commode en français : (...)

18Considéré, à tort, comme le prototype médiéval de l’arsenal parce qu’il se développe dès le XIIIe siècle, mais s’épanouit surtout au XVIe siècle, Venise est, sans aucun doute, « le plus grand chantier de l’Occident »43. Ici, comme ailleurs ensuite, se multiplient les édifices, forges, hangars, ateliers, corderies, fonderies, bassins d’eau, réserves de biscuits, etc. Mais ici, en outre, on innove en adoptant aussi un système de numérotation systématique des pièces, et de leur classification (par exemple, par qualité des bois), pour rationaliser le stockage et faciliter le montage des galères. Plus tard, à Amsterdam, les chantiers navals de la VOC se déploient dans l’île de Rapenburg, puis à Marken pour les ateliers de calfatage et les corderies, et enfin les chantiers privés sont confinés à Uilenburg, l’ensemble se situant dans les quartiers orientaux de la capitale hollandaise. La construction des vaisseaux de guerre devient, surtout après 1650, une « industrie sans égale ». La rationalisation est poussée à l’extrême. Parallèlement, on assiste au développement des moulins (éoliens) à scier, dès 1596 dans la région de Zaan, puis partout : on en dénombre 61 à Amsterdam en 166044.

  • 45 Sur Brest, voir les travaux de Martine Acerra (qui évoque 10000 ouvriers pendant la guerre d’indépe (...)
  • 46 L’expression est de F. Lane, op. cit. ; voir aussi P. Braunstein et R. Delort, Venise,portrait hist (...)

19Ces gigantesques ensembles d’édifices où la main-d'œuvre rassemble des milliers d’ouvriers (2000 à 3000 à Venise au milieu du XVIe siècle, 8000 à 9000 à Brest vers 1780-1783)45. Tous occupent des superficies considérables : 60 acres à Venise vers 1560, et plusieurs dizaines d’hectares en général (Rochefort, Plymouth, Portmouth, Brest) à l’extrême fin du XVIIe siècle. Les dimensions des édifices soulignent le gigantisme des installations. Après la construction du Novissimo Arsenale (1473) qui double la superficie existante des bassins, cales et entrepôts, et donc dès la première moitié du XVIe siècle, l’arsenal de Venise est peut-être « la plus grande entreprise industrielle de la Chrétienté »46. À Plymouth, en 1694, la corderie mesure 1200 pieds, soit 322 mètres. De ces arsenaux subsistent, ici et là, des édifices, parfois immenses comme la corderie de Rochefort, édifiée en 1670. L’arsenal est sans doute une des plus belles expressions du paysage industriel deux siècles avant la “révolution industrielle”.

  • 47 Recherches de Christiane Claerr-roussel, dans l’ouvrage collectif sur La métallurgie comtoise, XVe- (...)
  • 48 M. Suss, « Une entreprise de petite mécanique (...), Viellard-Migeon et Cie », bulletin de la Socié (...)
  • 49 J.-M. Biry, « La politique de construction du logement ouvrier des De Dietrich », Revue d’Alsace, t (...)
  • 50 Aujourd’hui en Picardie.
  • 51 M. Hamon, « La manufacture royale des glaces de Saint-Gobain », Monuments historiques, 1977, no 3, (...)
  • 52 Cf. les travaux de Patrick Léon sur les forges du Cher (nombreux exemples cités).

20Dans ces villes, mais aussi à proximité ou à l’intérieur des manufactures, le logement ouvrier, bien spécifique, c’est-à-dire construit sciemment pour la main-d'œuvre d’une entreprise, et donc à ne pas confondre avec l’habitat ouvrier qui existe depuis toujours, est repérable surtout à partir du XVIIe siècle. Le logement ouvrier peut correspondre à des maisons individuelles, mais aussi être constitué d’ensembles de bâtiments comprenant une série de logements collectifs. Dans le val de Saône (plus précisément la région de Gray et Vesoul), les logements pour les ouvriers sont attestés dès 1603 à Échalonge47. De nombreuses forges et autres usines métallurgiques en disposent. Dans le comté de Belfort, à Grandvillars, en 1679, une “caserne” est édifiée pour trente familles, puis deux autres casernes48. En Alsace, un habitat ouvrier collectif est bâti par les De Dietrich à partir de 1756 dans la région de Haguenau49. À Saint-Gobain, en Ile-de-France50, une véritable cité ouvrière est édifiée en 177551. Dans le Berry et en Sologne, de nombreux établissements métallurgiques comprennent des logements ouvriers et il en subsiste d’ailleurs plusieurs datant du XVIIIe siècle (Vierzon, Torteron, Tronçais, etc.)52. À ces exemples de la France ou de l’Empire, s’en ajouteraient volontiers d’autres pour la plupart des pays.

  • 53 Se reporter aux travaux de N. W. Posthumus.
  • 54 2 000 personnes vivent dans les anciennes arènes à l’époque d’Henri IV ; L. Teisseyre-Sallmann, « U (...)

21Enfin, les quartiers et faubourgs ouvriers sont précoces aussi. Anvers comme Cadix, Lille comme Nîmes, Venise comme Séville, Lyon ou Marseille, Reims autant que Naples et Rouen, voient se développer de véritables faubourgs et quartiers ouvriers au XVIe ou au XVIIe siècle. Songeons que Leyde, ville-champignon, doit loger 35 000 ouvriers au milieu du XVIIe siècle53. A Nîmes comme ailleurs au cours du XVIIIe siècle, les entreprises quittent le centre et s’installent dans les faubourgs, et la main-d'œuvre suit : en 1700, 72 % des ouvriers habitent en ville, tandis qu’en 1774 environ 63 % des travailleurs vivent dans les faubourgs. Les constructions mineures envahissent ces nouveaux quartiers extra-muros. De même pour les fabricants : 70 % en ville en 1700, contre 71 % dans les faubourgs en 1774. On assiste à la formation de faubourgs typiquement industriels, surtout après 1730, construits autour d’un plan régulier, de rues parfaitement alignées, avec des jardins, des promenades et des fontaines. Un véritable contraste avec l’enchevêtrement du centre ville saturé54

Le paysage de l’industrie

  • 55 A Tour through Great Britain, t. III, p. 144-146. En français : D. Defoe, En explorant toute l’île (...)

22En définitive, qu’est-ce qu’un paysage industriel aux Temps Modernes ? Beaucoup de travaux sur l’industrialisation de l’Angleterre citent, à titre de témoignage irréfutable, le texte de Daniel Defoe sur la région d’Halifax, publié en 172455. Il y décrit l’habitat, les marchands-fabricants, la symbiose entre le monde rural et le monde industriel, les ruisseaux à usage industriel. Or, ce qu’il décrit correspond à la situation qui existe partout en Flandre ou en Italie du Nord au XVIe siècle.

23En raison du système éco-technique qui le génère, le paysage industriel prend, à l’époque moderne, un aspect singulier que nous négligeons trop souvent. L’industrie est alors souvent dissimulée dans la nature, le paysage verdoyant et champêtre, surtout dans les vallées, au bord des torrents de moyenne montagne, ou encore au bord d’un vaste massif forestier (pour les verreries). Une grande partie de l’industrie minière est même invisible en surface.

  • 56 Je renvoie à quelques uns de mes travaux, les plus accessibles : « Révolution et paysage urbain à T (...)

24Le cas de Tourcoing (Pays-Bas espagnols puis, après 1668, Flandre française), typique des plaines de l’Europe du Nord-Ouest, nous semble particulièrement révélateur. Qui visite cette localité entre 1500 et 1789 ne rencontre qu’un habitat très dense, un réseau de ruisseaux, une profusion de vergers. Mais là se cachent parfois plus de dix mille peigneurs de laine, profession exercée par plus de 75 % de la population, hommes, femmes et enfants. Dès l’époque de Charles Quint, qui affirme que « Tourcoing est une ville grande, spacieuse et fort peuplée », la localité fait vivre plus de 2 000 familles. Entre 1535 et 1585, un document en évoque même 3 000. Chaque ouvrier utilise le petit ruisseau devant sa maison, peigne la laine à l’intérieur, et fait sécher les écheveaux, dans le verger, les arbres assurant (outre une ressource) un coupe-vent naturel. Pas de grandes manufactures, rien que du domestic system. L’industrie, cachée dans la verdure, passe inaperçue. Ici, le verger est bien un élément du paysage industriel, qu’il importe de prendre en compte pour ne pas commettre d’anachronisme56. Et il s’agit bien d’une ville, puisque les caractéristiques urbaines ne manquent pas : un hospice-hôpital, trois couvents, plusieurs dizaines de corps de métiers, des foires (depuis 1491), des marchés spécialisés pour le lin, les oignons, les bestiaux et surtout le charbon de bois. Mais il n’y a pas de vraies fortifications, simplement des portes et des barrières.

25Cette ville-verger, ce jardin du peignage, (mais n’allons pas pour autant imaginer une situation idyllique, car les conditions de travail sont extrêmement pénibles et dangereuses) connaît à la fin du XVIe siècle une forte émigration protestante vers l’Angleterre, puis la Hollande, contribuant fortement à l’industrialisation de Canterbury et de Leyde, puis au cours du XVIIe siècle un très net déclin démographique. Elle se redresse au XVIIIe siècle. On n’y compte plus les établissements industriels : brasseries, amidonneries, huileries, savonneries, tonnelleries, briqueteries et surtout tanneries. Peuplée de 15 500 habitants vers 1785, la ville s’effondre avec la Révolution française : elle perd brutalement un tiers de sa population, tombant à 10 594 âmes en 1796 ; elle est dévastée, pillée : 25 % des maisons sont détruites en 1793-1794. Les ouvriers disparaissent : alors qu’il n’y avait que 6,6 % de paysans avant la Révolution, on en dénombre près de 30 % après le désastre. La part des terres labourables augmente de 20 % pendant les années noires. À partir de l’Empire, elle renaît avec un dynamisme tellement foudroyant, mais cette fois dans l’orbite de sa voisine Roubaix, qu’on finit par oublier (les grandes usines prenant la place des vergers) qu’il ne s’agit pas d’une ville-champignon du XIXe siècle, mais de la véritable renaissance de ce qui fut un des plus grands centres typiquement industriels.

  • 57 Voir l’étude de J.-L. Van Belle, in J.-M. Duvosquel (dir.), Albums de Croj. Villes et villages de l (...)
  • 58 Sur le “paysage industriel” en sous-sol, le cas des mines de Coperberyt est décrit en 1685 par Regn (...)
  • 59 L. Mottu-Weber, Économie et refuge à Genève au siècle de la Réforme : la draperie et la soierie (15 (...)
  • 60 Voir la carte du diocèse de Cambrai en 1769, par Villaret.

26Que le paysage européen soit marqué, ici et là, par des traces d’activités industrielles ponctuelles et très localisées, comme on en voit tant dans les gouaches des Albums de Croÿ57 (réalisées en 1598-1609) pour la Flandre, le Brabant ou le Hainaut, ne permet pas pour autant de parler de paysage industriel avant d’aller observer de plus près l’ampleur des structures, des installations, des transformations provoquées par ces activités. Disons alors que le paysage industriel est manifeste chaque fois qu’une industrie génère des installations spécifiques marquant un espace, qu’il soit restreint ou étendu, en surface ou en sous-sol58. Tout peut se ramener à quelques cas génériques : -un alignement de roues et de moulins le plus souvent hydrauliques, qui alimentent une succession d’établissements industriels ; les exemples abondent dans toutes les vallées de zones montagneuses, avec des moulins, scieries, tanneries, papeteries, etc. Mais aussi en ville. Prenons l’exemple de Genève qui, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, réunit entre la Cité et Saint-Gervais huit moulins à foulon et dix-huit teintureries59. Mais il peut aussi s’agir d’un ensemble de moulins à vent, comme dans les pays de l’Europe du Nord. Au sud de Lille, plus de 60 moulins juxtaposés alimentent la grande ville textile60.

27- une zone de travail, par exemple pour l’étendage des toiles, le peignage de la laine, l’accumulation des matières premières, l’exploitation du sol (carrières) ou du sous-sol (mines).

  • 61 Tableau au Rijksmuseum, Amsterdam.

28- un édifice ou un ensemble d’édifices allant jusqu’au complexe industriel qui est composé de dizaines de bâtiments, comme les arsenaux, les chantiers navals et leurs gigantesques entrepôts (Amsterdam, Venise, Barcelone, Londres), les grandes forges (Buffon), les grandes fonderies (Julitabroeck en Suède61), les grandes manufactures textiles (celle des toiles peintes à Orange), les verreries (Murano, Saint-Gobain), etc.

29Alors, convenons que le paysage industriel est une réalité dans de nombreuses régions d’Europe, souvent dès le XVIe siècle (pour ne rien dire du Moyen Âge, exclu de notre approche, bien sûr). Reste à s’entendre sur le sens du mot “région” lorsqu’il est associé à « industrielle ».

Nébuleuses et régions industrielles

  • 62 Je renvoie ici à mon orientation de recherches : « L’eau, l’industrie et la ville, en Haute Alsace (...)
  • 63 « Recherches historiques sur les étangs et la pêche dans le Territoire de Belfort », dans un ouvrag (...)
  • 64 Parmi les très nombreux travaux sur les salines de Salins, un ouvrage original apporte des détails (...)

30Adopter et utiliser le concept suppose qu’il corresponde à une réalité sur le terrain. Le moment est donc venu d’observer des situations concrètes. La zone du Ballon d’Alsace, autour de la petite ville minière de Giromagny, constitue un poste d’observation idéal. On connaît l’importance de l’exploitation forestière, de l’élevage, et des mines dans ce secteur62. La carte de Cassini permet d’obtenir une sorte de photographie de la région à un moment donné. Elle fournit en effet toute une série d’éléments qui ont existé simultanément : les moulins hydrauliques, les mines, les stolls de mines, les toponymes « charbonniers », les verreries, les forges, les fonderies, les tuileries, et les étangs (retenues d’eau pour l’industrie), les scieries, mais aussi les zones boisées (permettant l’approvisionnement des scieries, en tenant compte des pentes du terrain)63. Ici comme ailleurs, on voit bien que l’arbre est un élément essentiel. Ce qui fausse tout dans les comparaisons absurdes entre l’Angleterre et d’autres pays comme la France, c’est la différence de combustible. On s’imagine que l’Angleterre est plus industrialisée ou en avance parce qu’elle utilise principalement la houille, ce qui serait un signe de modernité. Rien n’est plus contestable ; la France a d’importantes forêts, qui lui évitent de creuser le sous-sol. Rappelons simplement que la saline de Salins consomme environ chaque année 40 000 stères de bois, soit environ 6 000 hectares de forêt64.

  • 65 Voir les travaux d’A. Corvol, de F. Vion-Delphin sur la forêt de Chaux, ou encore de Ch. Fruhauf su (...)

31Autrement dit, dans une véritable cartographie des paysages industriels, il conviendrait de mettre en évidence les massifs forestiers affectés à l’utilisation industrielle. L’économie industrielle des Temps Modernes a, indéniablement, une grande dimension écologique : nombreuses sont les forêts plantées ou replantées pour les besoins de l’industrie, comme en Franche-Comté ou dans les Pyrénées65.

  • 66 Pour le XVIe siècle surtout, un exemple particulièrement intéressant, mais avec des cartes illisibl (...)
  • 67 H., Ch. et Fr. Hiégel, Le bailliage d’Allemagne de 1600 à 1632, Sarreguemines, chez l’auteur, 1968, (...)
  • 68 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Maloine, 1981, t. 2, annexe carte 5.

32Un peu partout en Europe, on peut observer des zones qui correspondent bien à des régions ou à des « nébuleuses » industrielles plus ou moins denses, autour ou en marge des villes66. Le bailliage d’Allemagne (région de Sarreguemines), dont la carte économique a été établie par François Hiégel67, impressionne par l’abondance d’industries ; en isolant les éléments concernant le minerai, les houillères, ou encore les salines, on voit bien apparaître des régions industrielles à l’intérieur d’un vaste ensemble déjà fort industrialisé dès le XVIe siècle. Dans la région située à l’est de Lille, autour de Tourcoing et Roubaix, on note l’émergence d’un espace industriel, où certaines villes et certains villages sont spécialisés dans une ou plusieurs phases de l’activité textile, et cela dès la fin du Moyen Âge. En Wallonie (Belgique), on distingue bien les régions industrielles minières et métallurgiques autour de Charleroi et Liège dans le dernier quart du XVIIe siècle. Le grand bassin industriel est en gestation. Les cartes de la Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, dues à Alain Croix68, montrent bien les espaces que peuvent représenter les zones riches en industries. On y observe trois régions productrices de toiles, draps et cordages : l’une au sud de Lesneven, Saint-Pol de Léon et Morlaix, la deuxième entre Quintin et Pontivy et la dernière entre Rennes et La Guerche ; à ces trois ensembles s’ajoutent une quinzaine d’îlots ou satellites riches en industries.

  • 69 Ce retard est visible dès la fin du Moyen Âge : voir la carte de la métallurgie et des mines en Eur (...)

33Il est temps d’en finir avec le mythe anglais. La ville industrielle, la région industrielle et le paysage industriel sont, indéniablement, trois réalités antérieures à la « révolution industrielle » et n’ont pas été portés sur les fonts baptismaux en Grande-Bretagne. En franchissant l’océan Atlantique, on aurait pu encore appeler à la rescousse le site, à proprement parler fabuleux, des mines d’argent du Potosi, dans la Cordillère des Andes, qui, lui aussi, occupe plus d’espace et emploie davantage de main-d’oeuvre au XVIe et au XVIIe siècles que les plus grandes usines anglaises de la « révolution industrielle ». Mais il est vrai que seul un atlas de l’industrialisation européenne à l’époque moderne permettrait une étude comparative. D’ailleurs, pour le seul royaume de France, nous n’avons pas encore de cartes fiables, sauf pour l’extrême fin du XVIIIe siècle69. En revenant à notre point de départ, ce qui semble caractériser la Grande-Bretagne, c’est son retard structurel en matière industrielle par rapport aux Provinces-Unies, à certaines régions de l’Empire, de la péninsule italienne, ou de la France, aux XVIe et XVIIe siècles.

Notes

1 Cet article, en hommage à Emmanuel Chadeau, développe certains aspects que j’ai présentés au séminaire de Jean-Pierre Poussou, à l’Université de Paris IV, et que j’ai évoqués dans un article : « Paisaje industrial y región industrial en Europa en los siglos XVI, XVII y XVIII », Revista de Historia Industrial, Universitat de Barcelona, no 14,1998, p. 173-187.

2 Un livre aussi excellent que celui d’Arlette Jouanna, La France du XVIe siècle, 1483-1598, Paris, PUF, nouv. éd. 1996, ne consacre que quelques lignes à l’activité industrielle (surtout aux p. 109, 546 et 626), sur un ouvrage de près de 700 pages.

3 Dont celles de Pierre Jeannin et de Pierre Deyon ; voir aussi P. Delsalle, La France industrielle aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1993.

4 Voir différents articles parus dans Histoire, économie et société, 1997, no 3.

5 Sur ce point, l’article d’I. Lescent-Giles dans Histoire, économie et société, 1997, no 3, précise que la pollution des rivières est forte en Grande-Bretagne dès le Moyen Âge à cause des tanneries et des teintureries. On retrouve ce phénomène dans toute l’Europe.

6 Autour de l’habitat textile (XIVe-XXe siècles), Actes de la troisième rencontre internationale d’histoire textile, Tourcoing, 1987. Voir aussi P. Delsalle, « Paysage urbain et spécialisation textile : Tourcoing sous l’Ancien Régime », L’information historique, 1989, no 2, p. 81-89

7 Qu’on me permette de renvoyer à mon livre, qui donne une bibliographie : Delsalle, La France industrielle.op. cit.

8 Staatsarchiv, Nürnberg. Reproduite dans F. Braudel, Les structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979, p. 324.

9 Voir les travaux d’A. Gonzalez Enciso, Estadoy industria en el siglo XVIII. La fábrica de Guadalajara, Madrid, Fundación Universitaria Espanola, 1980 ; et ceux de L. M. Enciso Recio, LOS establecimientos industriales espanoles en el siglo XVIII : la manteleria de la Coruña, Madrid, Éd. Rialp, 1963.

10 J.-P. Poussou, in M. Levy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996 (chapitre 1700-1840).

11 D. Foy et L. Vallauri, « Roquefeuille, une verrerie provençale aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Ateliers de verriers, de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Rouen, Association française pour l’archéologie du verre, 1991, p. 139-152.

12 Bel exemple pour les environs d’Haarlem, tableau Rijksmuseum, Amsterdam.

13 A. Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin IIIe siècle - début XIXe siècle, Seyssel, Éd. du Champ vallon, 1990.

14 Pour la fin du XVIIe siècle, on lira avec plaisir les belles descriptions des mines et forges par J.-F. Regnard, Voyage en Laponie, Paris, Union générale d’édition, 1963 (repris aux Éditions 10-18,1997 : voir p. 98, 104-108, 186 et 199).

15 Se reporter aux travaux de J.-L. Van Regemorter.

16 A. Stella, « L’esclavage en Andalousie à l’époque moderne », Annales ESC, janv.-fév. 1992, no 1, p. 35-64.

17 M. A. Mola, « Le petit monde du Guadalquivir », in Séville XVIe siècle, Paris, Autrement 1992, p. 69.

18 F. Mauro, Le XVIe siècle européen, aspects économiques, Paris, PUF, 3e éd. 1981, p. 134.

19 J. Sanchez Gomez, De minería, metalúrgica y comercio de mentales : la minería no férrica en el Reino de Castilla, 1450-1610, Salamanca, Ed. Universidad de Salamanca, 2 vol. , 1989 ; Stella, art. cit.

20 Petite synthèse commode dans J. Bérenger, Histoire de l’empire des Habsbourg : 1273-1918, Paris, Fayard, 1990, p. 222-226.

21 J. Delumeau, La civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1984, p. 177-186.

22 Nombreuses autres représentations des grandes grues de déchargement sur les oeuvres d’art, par exemple pour Haarlem, Berckeyde (musée de Douai), Rotterdam, etc.

23 Un exemple pour le XVIIIe siècle en Bretagne : R. Carsin, Les techniques à la mine de PontPéan, 1730-1798. De l’extraction à l’affinage : méthodes et machines, Mémoire de DES, Faculté des Lettres de Rennes, 1967.

24 P. Braunstein, « L’innovation dans les mines et la métallurgie européennes (XIVe-XVe siècles) », Bulletin de l'Association française des historiens économistes, no 15, p. 7.

25 Ces exemples sont tirés de Mauro, op. cit., p. 133.

26 A. Lespagnol, « L’entreprise d’État », in L'impresa, industria commercio banca, Prato, Datini, 1990.

27 A. Bouvard, « Les économies de bois de chauffage dans les salines européennes à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle », Bulletin de la Société d’émulation de Montbéliard, no 111, 1989, p. 257-305.

28 Étude réalisée par D. Calabi et P. Morachiello, « Le pont du Rialto : un chantier public à Venise à la fin du XVIe siècle », Annales ESC, mars-avril 1988, p. 453-476 ; voir surtout la partie intitulée « Les machines », aux p. 466-469.

29 Regnard, op. cit., p. 199.

30 J. Gimpel, La révolution industrielle du Moyen Age, Paris, Seuil, 1975 (voir le chap. 4).

31 J. De Vries, « Barges and capitalism. Passenger transportation in the Dutch economy, 1632-1839 », A.A.G. Bijdragen, 21, Wageningen, 1978, p. 330-400.

32 Villes et villages textiles (XVIe-XIXe siècles), Actes de la deuxième rencontre internationale d’histoire textile, Tourcoing, Archives municipales, 1984.

33 P. Delsalle, op. cit., chap. 4.

34 J.-F. Bergier, Une histoire du sel, Paris, PUF, 1982.

35 C. Higounet, « Lunebourg, capitale du sel au Moyen Âge », L’information historique, 1962, et Bergier, op. cit., p. 72-75.

36 Avec les arsenaux des Remedios, sur les rives de Triana ; voir Mola, art. cit., p. 69.

37 É. Coornaert, « Une capitale de la laine : Leyde », Annales, 1946, p. 169-177.

38 Sur la marine de guerre espagnole au XVIIIe siècle, voir J. Merino, La armada espanola en el siglo XVIII, Madrid, Fundación Universitaria Espanola, 1981.

39 R. Memain, La marine de guerre sous Louis XIV. Le Matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937.

40 J. Helguera Quijada, « Las empresas industriales del estado en la España del siglo XVIII : tipologia y evolución de las “reales fabricas” », in L’impresa, industria, commercio, banca, Prato, Datini, 1990.

41 A. Riege, « The development of a small village to an important naval town in England: Chatham, 1550-1697 », Iporti corne impresa economica, Prato, Datini, 1987.

42 Sur Londres et d’autres arsenaux anglais au temps des derniers Stuarts, voir l’article de D. C. Coleman, « Naval dockyards under the later Stuarts », Economic History Review, 1954, p. 134-155.

43 F. C. Lane, Venice, a maritime republic, Baltimore, John Hopkins UP, 1973. Voir aussi les travaux de Ennio Concina, résumés dans son article : « Le plus grand chantier de l’Occident : l’Arsenal », in P. Braunstein (dir.), Venise 1500. La puissance, la novation et la concorde : le triomphe du mythe, Paris, Autrement, 1993, p. 39-52. L’arsenal de Venise s’inspire en fait des arsenaux de Constantinople, en particulier celui de Kondoskalion.

44 Sur Amsterdam, voir les travaux de Robert Parthesius, dont la petite synthèse commode en français : « Flûtes, frégates et chantiers navals », in H. Mechoulan (dir.), Amsterdam XVIIe siècle. Marchands etphilosophes : les bénéfices de la tolérance, Paris, Autrement, 1993, p. 103-123.

45 Sur Brest, voir les travaux de Martine Acerra (qui évoque 10000 ouvriers pendant la guerre d’indépendance américaine, article “Arsenal”, in L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 88) et d’André Levy, en particulier : « Manière de vivre : les ouvriers du port de Brest vers 1789 », in Bretagnes, art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours. Mélanges offerts au professeur jean Tanguy, Brest, 1996, p. 407-416.

46 L’expression est de F. Lane, op. cit. ; voir aussi P. Braunstein et R. Delort, Venise,portrait historique d’une cité, Paris, Seuil, 1971, p. 109-112, avec plan et vue de l’arsenal au milieu du XVIe siècle.

47 Recherches de Christiane Claerr-roussel, dans l’ouvrage collectif sur La métallurgie comtoise, XVe-XIXe siècles. Etude du val de Saône. Besançon, Inventaire général, Spadem, 1994, p. 219-220 et 255.

48 M. Suss, « Une entreprise de petite mécanique (...), Viellard-Migeon et Cie », bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1983, no 788, p. 52.

49 J.-M. Biry, « La politique de construction du logement ouvrier des De Dietrich », Revue d’Alsace, tome 109,1983, p. 81-106.

50 Aujourd’hui en Picardie.

51 M. Hamon, « La manufacture royale des glaces de Saint-Gobain », Monuments historiques, 1977, no 3, p. 33-40. Voir aussi, du même auteur et de D. Perrin, Au coeur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain, Paris, Éd. PAU, 1993.

52 Cf. les travaux de Patrick Léon sur les forges du Cher (nombreux exemples cités).

53 Se reporter aux travaux de N. W. Posthumus.

54 2 000 personnes vivent dans les anciennes arènes à l’époque d’Henri IV ; L. Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l’exemple de Nîmes aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, 1980, no 5, p. 965-986.

55 A Tour through Great Britain, t. III, p. 144-146. En français : D. Defoe, En explorant toute l’île de Grande-Bretagne, Paris, Payot, 1974, p. 189-191.

56 Je renvoie à quelques uns de mes travaux, les plus accessibles : « Révolution et paysage urbain à Tourcoing (1770-1820) », Revue du Nord, tome 71, no 282-283, juil.-déc. 1989, p. 1019-1029 ; « Paysage urbain et spécialisation textile : Tourcoing sous l’Ancien Régime », L’information historique, no 2, 1990, p. 81-89 ; « Une ville textile sous les vergers. Tourcoing aux XVIe-XVIIIe siècles », Les Pays-Bas Français, De France Nederlanden, 1991, p. 125-144 ; « Aux origines du développement industriel de la région de Roubaix-Tourcoing-Mouscron (XVIe-XIXe siècles) », Mémoires de la Société d’histoire de Mouscron et de la région, t. XIII, fasc. 2, 1991, p. 13-28 ; Lille-Roubaix-Tourcoing, Condé, Corlet, 1991.

57 Voir l’étude de J.-L. Van Belle, in J.-M. Duvosquel (dir.), Albums de Croj. Villes et villages de la Belgique espagnole (1596-1612), Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1996, t. XXVI.

58 Sur le “paysage industriel” en sous-sol, le cas des mines de Coperberyt est décrit en 1685 par Regnard dans son Voyage en Laponie, op. cit., p. 199-201.

59 L. Mottu-Weber, Économie et refuge à Genève au siècle de la Réforme : la draperie et la soierie (1540-1630), Paris/Genève, Droz, 1987, p. 103 (pour les détails, cf. p. 96-108).

60 Voir la carte du diocèse de Cambrai en 1769, par Villaret.

61 Tableau au Rijksmuseum, Amsterdam.

62 Je renvoie ici à mon orientation de recherches : « L’eau, l’industrie et la ville, en Haute Alsace et dans le nord de la Franche-Comté, aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle », in La ville et l’eau. Mulhouse, colloque du groupe de recherches Urban Oberrheir, 1994, p. 15-21.

63 « Recherches historiques sur les étangs et la pêche dans le Territoire de Belfort », dans un ouvrage collectif intitulé Les zones humides du Territoire de Belfort (marais, tourbières, étangs), Belfort, Fédération de protection de la nature, 1986, p. 21-36.

64 Parmi les très nombreux travaux sur les salines de Salins, un ouvrage original apporte des détails riches : A. Hammerer, Sur les chemins du sel. Activité commerciale des sauneries de Salins du XIVe au XVIIe siècle, Besançon, Cêtre, 1984.

65 Voir les travaux d’A. Corvol, de F. Vion-Delphin sur la forêt de Chaux, ou encore de Ch. Fruhauf sur les Pyrénées : Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois. Recueil d’articles, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990.

66 Pour le XVIe siècle surtout, un exemple particulièrement intéressant, mais avec des cartes illisibles sans une loupe : M. Arnoux, J.-F. Belhoste et Y. Lecherbonnier, « Cartographie de la sidérurgie normande », in L’homme et l’industrie en Normandie, Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1990, p. 242-259.

67 H., Ch. et Fr. Hiégel, Le bailliage d’Allemagne de 1600 à 1632, Sarreguemines, chez l’auteur, 1968, t. 2, p. 160-161.

68 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Maloine, 1981, t. 2, annexe carte 5.

69 Ce retard est visible dès la fin du Moyen Âge : voir la carte de la métallurgie et des mines en Europe établie par Guy Fourquin, in P. Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde, t. I (B. Bennassar et P. Chaunu dir.), Paris, Armand Colin, 1977, p. 335. Il n’y a pratiquement rien en Angleterre, mais de nombreux sites partout ailleurs en Europe, surtout de la France à la Russie.

Auteur

Université de Franche-Comté

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540