Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

Les nouveaux moyens de conservation du lait et l’apparition des marques (1850-1914)

Nicolas Delbaere

Texte intégral

1Jusqu’au milieu du XIXe siècle, en l’absence de lait maternel, l’alimentation du nouveau-né reste un problème majeur. En effet, si le lait des animaux apparaît comme l’unique recours, il est, de manière paradoxale, parfois déconseillé aux nourrissons, en raison de ses altérations rapides. Ses conditions de production et de conservation sommaires favorisent la mortalité infantile, à travers certains risques de transmission de maladies, telles que la fièvre typhoïde, la scarlatine et la diphtérie.

2La création des laits concentrés au milieu du siècle, puis des farines lactées vers la fin des années 1860, et enfin du lait pasteurisé puis stérilisé, bouleversent totalement les conditions d’allaitement des nourrissons. Désormais, le lait n’est plus seulement un produit agricole fragile, il constitue un produit industriel ; à côté du lait frais que l’on doit consommer en quelques heures, apparaît le lait de conserve, dont les procédés de transformation et l’emballage garantissent la conservation durant, soit quelques jours, soit plusieurs mois. Le conditionnement favorise également un tout autre phénomène : le développement de la marque moderne. En plus des explications que fournit l’emballage sur les modalités de la consommation, la présence de la marque identifie et différencie le produit. D’ailleurs, les sociétés de laits condensés et de farines lactées mènent une lutte commerciale à travers leurs propres marques, dont les facultés de conservation des produits les inscrivent à l’échelle mondiale dès la fin du XIXe siècle. En Europe, les sociétés suisses, anglaises et danoises connaissent un développement rapide dans leur propre pays et, bientôt, sur d’autres continents.

  • 1 N. Appert, Le Livre de tous les Ménages, 3e éd., 1813.

3En France, malgré les travaux des Français Nicolas Appert au début du XIXe siècle sur la dessiccation du lait1, et ceux de Martin de Lignac sur le lait condensé au milieu du siècle, l’industrie des laits de conserve ne connaît pas un tel essor. À l’exception de la France, les sociétés étrangères, notamment suisses, s’implantent dans la plupart des pays européens.

4Quelles sont les raisons d’un tel retard, alors que le pays est le précurseur des recherches ? De quelle manière l’industrie des laits de conserve des pays limitrophes s’est-elle développée, donnant naissance à de puissantes sociétés, notamment suisses : Nestlé, Guigoz, Société Laitière des Alpes Bernoises ? Pourquoi ces sociétés excluent-elles la France de toute implantation industrielle et lui préfèrent-elles la plupart des pays limitrophes ?

Les conditions de la création de laits de conserve

5À partir de la fin de la décennie 1860, l’invention de l’écrémeuse centrifuge permet de diminuer les risques d’altération de la crème, puis du beurre, en éliminant la longue phase de l’écrémage spontané. Durant la même période, de nombreuses découvertes, développées de façon individuelle, puis industrielle, réduisent de manière considérable les dangers liés à la consommation du lait frais par sa conservation sous diverses formes.

  • 2 A. Armengaud, « Le rôle de la démographie », Histoire Economique et Sociale de la France, Tome III (...)

6Dans différents pays, notamment aux États-Unis, en Suisse et en France, des recherches sont menées depuis le milieu du siècle afin de trouver un procédé de conservation du lait. Il réglerait le problème de l’alimentation du nourrisson, en dehors du lait maternel, et diminuerait ainsi la mortalité infantile. Selon André Armengaud, si le taux de mortalité infantile s’établit autour de 180 %o jusqu’en 1831-1835, il reste un demi-siècle plus tard encore élevé et atteint 167 %o de 1872 à 1875, puis 168 et 167 %o au cours des deux périodes quinquennales suivantes2.

7Ces taux élevés de mortalité sont jusqu’au milieu du XIXe siècle considérés, comme les éléments de la sélection naturelle. Toutefois, à partir de cette période, la médecine scientifique se préoccupe de l’alimentation des enfants et en particulier des nourrissons. En France, l’Académie de Médecine se penche sur le problème, tandis qu’en 1890, l’Hôpital des Enfants Malades est fondé à Paris, mais n’accepte que les garçons et filles âgés de plus de deux ans.

8Les découvertes menées sur les continents américain et européen, aboutissent à des solutions différentes, conduisant aux fabrications de lait condensé, de farine lactée et de lait stérilisé ou « pasteurisé ». L’industrialisation progressive de ces nouvelles productions s’appuie d’abord sur les inventeurs, tels que Gail Borden aux États-Unis et Henri Nestlé en Suisse, puis sur la constitution de sociétés anonymes, dont les capitaux assurent l’extension vers d’autres pays. Souvent le rachat de l’« affaire » aux inventeurs par des « financiers » conduit à maintenir le nom du produit, donnant naissance au phénomène complémentaire de l’industrialisation : la marque.

9Le succès des nouveaux procédés de conservation du lait est fondé non seulement sur l’approvisionnement de contrées ou de pays où la production et la livraison de lait frais sont très limitées, mais aussi sur les nouvelles possibilités de consommation. Après l’étude des difficultés de conservation du lait frais, nous insisterons sur les nouveaux procédés développés par quelques inventeurs européens et américains, dont le nom, pour certains, devient progressivement celui d’une marque.

  • 3 R. Lezé, « Les procédés de conservation du lait », L’industrie laitière, no 10, mars 1889.

10La persistance des difficultés de conservation du lait et d’alimentation des nourrissons à la fin des années 1880 Les découvertes scientifiques sur les microbes, initiées par Pasteur et reprises par Duclaux sur le lait, mettent en évidence le paradoxe de cette substance alimentaire reconnue, grâce aux avancées scientifiques depuis le milieu du siècle, « de premier ordre » selon René Lezé3 en 1889. En effet, tous les avantages nutritionnels « donnent au lait dans l’alimentation une place qui ne pourrait que s’agrandir, au double bénéfice du producteur et du consommateur, si le maniement du lait était chose facile et si, entre le moment de la traite et celui où il arrive à destination, il n’y avait pas place pour une foule d’éventualités qui gênent et paralysent en partie le commerce de cette denrée ».

11Il ajoute que :

  • 4 Ibid.

« le lait, qui est un si bon aliment pour les animaux supérieurs, est malheureusement aussi un excellent terrain de culture pour les microbes, dont il nourrit des milliers d’espèces toujours prêtes à l’envahir. Il faut compter avec le rôle que joue le lait comme agent de transport de certaines maladies contagieuses [...] : la fièvre typhoïde, la scarlatine et la diphtérie.
On peut gêner les ensemencements et les rendre beaucoup moins copieux en lavant, avant la traite, le pis de la vache et les mains du vacher, en recevant le lait dans des vases bien nettoyés, en le refroidissant aussitôt après la traite, avec l’un quelconque des appareils réfrigérants, aujourd’hui utilisés dans les grandes laiteries. Avec toutes ces précautions légitimes, et moyennant l’addition, beaucoup moins légitime, d’un peu de carbonate de soude ou de borax, destiné à saturer l’acide lactique qui se forme si facilement dans le lait, on réussit bien à donner au lait une durée de 24 heures, qui lui permet d’assez longs voyages et des transvasements multipliés, mais on ne peut aller loin. Le rayon d’approvisionnement de Paris, où tout est combiné pour des transports rapides, ne dépasse guère 150 km, et, pendant qu’il y a des contrées entières qui ne savent que faire de leur lait, il y en a d’autres qui ne savent comment s’en procurer »4.

12Hors du lait maternel, le problème de l’alimentation des nourrissons avec le lait des animaux pose de graves difficultés. En effet, comment être sûr que celui-ci ne lui transmette pas de maladies ?

  • 5 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’Hôpital au XIXe siècle, Paris, éd. Belin, 1999, p. 331.
  • 6 Tarnier & Parrot, « L’alimentation des nourrissons », L'Industrie laitière, no 33, 13 août 1882, p (...)
  • 7 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 333.

13À la fin du siècle dernier, à la Maternité de Paris, lorsqu’une femme est dans l’impossibilité de donner du lait maternel à son enfant, il est confié à une nourrice. Cependant, selon Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « le service d’allaitement fonctionne mal, en dépit de la surveillance constante exercée sur les nourrices et, de plus, le nombre des nourrices sédentaires est toujours insuffisant par rapport aux besoins »5. Par ailleurs, Ternier, le Médecin en chef à la Maternité de Paris, écrit, au début des années 1880, que « cette nourrice continue à nourrir son propre enfant et elle donne au nourrisson le lait de vache dont elle dispose. Aussi les nourrissons dépérissent, présentent de la diarrhée, de l’athrepsie et meurent souvent »6 Au début des années 1880, la Nourricerie de l’Hospice des Enfants Assistés tente de pallier aux insuffisances de nourrices en introduisant des chèvres et une ânesse, dont les laits « se rapprochent beaucoup, de par leur composition, du lait de femme »7. D’après les résultats,

  • 8 Tarnier & Parrot, op. dt.

« 86 enfants atteints de syphilis héréditaire ont été allaités à la nourricerie. Par suite de circonstances particulières, 6 ont pris exclusivement du lait de vache à l’aide du biberon ; un seul a guéri, les cinq autres ont succombé. 42 ont été nourris au pis de la chèvre ; 8 ont guéri, [...], ce qui donne une mortalité de 80,9 %. 38 ont été nourris au pis de l’ânesse ; 28 ont guéri, 10 sont morts, ce qui donne une mortalité de 26,3 % »8.

  • 9 Ibid.

14À la Nourricerie, le Professeur Parrot recommande alors « l’allaitement direct au pis des animaux » et que « les maisons hospitalières destinées à l’assistance des nouveau-nés et des enfants du premier âge, sains ou malades, devront être pourvues d’une nourricerie où l’on entretiendra proportionnellement à leurs besoins des ânesses et des chèvres »9

15Cependant,

  • 10 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. dt., p. 334-335.

« une ânesse en pleine lactation ne peut nourrir efficacement, à raison de six à huit tétées par 24 heures, que trois enfants de cinq mois. Devant le coût trop élevé, l’administration recule et on doit abandonner le projet. Tarnier, qui est contraint de revenir au lait de vache, va chercher à mieux l’employer. [...] Il est convaincu que l’absence de purification des vases qui contiennent le lait, les transvasements et les différents mélanges, les conditions de transport le rendent nocif. [...] Pour éviter ce transport, Tarnier propose que la Maternité soit son propre fournisseur et il fait acheter une vache en septembre 1882. Il souhaite également reprendre le projet de création d’une ferme-nourrice proposé sans succès par le Conseil municipal de Paris en 1875. [...] Il s’agit de créer une étable modèle expérimentale comme il en existe déjà à Stuttgart, Francfort, Genève. L’idée est d’associer une étable et une crèche »10.

16Toutefois, le projet ne prend pas forme, et l’alimentation des nourrissons pose toujours de larges difficultés en l’absence de lait maternel.

17Les inventions des laits concentrés, condensés, puis des farines lactées, favorisent la survie de l’enfant et brisent le rayon d’approvisionnement de chaque zone de consommation, permettant leur utilisation à des milliers de kilomètres de leur zone de production.

L’application industrielle des recherches sur le lait concentré et les farines lactées

18À l’instar de l’écrémeuse, la fabrication du lait concentré est issue des travaux de nombreux inventeurs, des découvertes scientifiques et de circonstances particulières. Le principe de la concentration du lait est élaboré dès le début du XIXe siècle en France par le Français Nicolas Appert, tandis que sa fabrication industrielle se concrétise avec l’Américain Gail Borden au milieu du siècle. Sur le Vieux Continent, la Suisse est l’un des premiers pays à s’intéresser au « lait de conserve », à travers la constitution d’une puissante société, l’Anglo Swiss Condensed Milk, en 1866.

Le passage des recherches scientifiques au succès commercial de Gail Borden

  • 11 P. Diffloth, « Les laits condensés », L’industrie du beurre, septembre 1906.

19L’idée de créer du lait condensé revient au chimiste français Appert qui, vers 1829, obtient un produit pâteux, par l’évaporation du lait jusqu’à la moitié de son volume et par l’incorporation de jaunes d’œufs. Martin de Lignac fabrique, quelques années plus tard, un produit semblable en chauffant au bain-marie du lait additionné de 75 gr. de sucre par litre. Après réduction au cinquième, le liquide est versé dans des boîtes soudées à l’étain et stérilisées dans un autoclave par la vapeur à 104 °C.11

20Toutefois, les recherches de Newton apportent de nouvelles méthodes pour conserver le lait. En 1835, il évapore le lait dans le vide, afin d’abaisser la température d ébullition. Le professeur Horsford de Cambridge procède à de nouvelles recherches, en établissant le double principe de l’évaporation à basse température et de l’addition d’une quantité fixe de sucre pour conserver le liquide. Un de ses préparateurs, assisté de quelques négociants, débute la fabrication industrielle dès 1852. Toutefois, l’entreprise rencontre rapidement des difficultés commerciales.

21Gail Borden parvient à transformer les découvertes scientifiques menées sur la condensation du lait en succès industriel et commercial. Il s’occupe depuis 30 ans de fournir aux émigrants et aux pionniers américains des aliments très nutritifs sous un petit volume ; il invente un biscuit-viande, qui devient très populaire. Il s’intéresse ensuite au lait concentré, en estimant qu’aucun des produits fabriqués en Amérique, en France et en Angleterre, ne réalise le type voulu pour une application commerciale ; ils sont beaucoup trop chers et contiennent des sels alcalins et des substances étrangères pouvant présenter un rejet du public. Il découvre que la solution consiste à isoler le lait de l’action de l’air pendant la durée de l’évaporation, c’est-à-dire à l’évaporer dans le vide. Seulement, il fait face à de grandes difficultés dans l’application de ce principe, par l’adhérence des matières albumineuses du lait à la surface intérieure du récipient privé d’air, où elles forment une sorte de croûte. En huilant l’intérieur du cylindre, il résout le problème et reconnaît que le lait concentré ne doit pas arriver à une forme pulvérulente ni solide, mais qu’il doit rester demi-fluide en lui ajoutant du sucre.

  • 12 « Le lait condensé », L'industrie laitière, mars 1882, p. 1.
  • 13 A. Rolet, L’Industrie Laitière, Sous-Produits et Résidus, Paris, éd. J.-P. Baillère & fils 1905 p. (...)

22Selon Gail Borden,12 « [l]’obtention d’un bon produit dépend moins des règles techniques de la condensation que de la qualité du lait lorsqu’il arrive à l’usine, et du soin et de l’attention qu’on apporte à chaque point du procédé en y comprenant le lavage des ustensiles, sans perdre de vue que la propreté est la condition essentielle de la réussite. Le succès que j’ai obtenu dans mes trois établissements est dû à l’attention que nous apportons personnellement à la surveillance de la laiterie de chaque ferme et à l’examen constant que nous faisons du lait de chaque production ». De la même manière, la qualité du sucre « doit être irréprochable » selon Antonin Rolet13.

Le principe de fabrication du lait concentré

23A son arrivée à l’usine, le lait est « filtré et pasteurisé pour détruire les mauvais germes ». Il est placé dans une chaudière à bain marie chauffée à la vapeur, durant 10 minutes environ à la température de 80 °C.

  • 14 Op. cit., p. 103 & 104.

« D’autre part, on fait dissoudre dans des récipients spéciaux une quantité de sucre de canne raffiné représentant 10 à 13 % du lait à traiter, et on mélange le tout. Parfois on ajoute aussi un antiseptique, borax, acide borique, acide salicylique. [...] Un tube partant du fond de la chaudière emmène ensuite le lait, par l’effet de la pression atmosphérique, dans l’appareil à concentrer analogue à la chaudière à cuire des sucreries que l’on emplit de moitié. C’est un récipient en cuivre sphérique ou cylindrique, souvent revêtu de bois pour empêcher la déperdition de chaleur, et dans lequel on a fait au préalable un vide partiel à l’aide d’une pompe à air. On sait, en effet, que les liquides se mettent à bouillir à une température d’autant plus basse que la pression qui s’exerce à leur surface est plus faible. [...] Le lait une fois introduit, on admet la vapeur dans le double fond. Le liquide ne tarde pas à bouillir vivement ; une mousse abondante se forme à sa surface qui risquerait d’entraîner une partie du produit sous forme de fines gouttelettes, si de temps en temps on ne permettait l’arrivée de l’air pour abattre la mousse en question. [...] La vapeur formée se rend dans une colonne à condensation placée à 7 ou 8 mètres au dessus de la pompe, et dans laquelle on injecte de l’eau froide par un tube central percé de trous. La vapeur se précipite dans ce milieu frais, et l’air humide est aspiré au fur et à mesure »14

24À la fin de la préparation, de fines gouttelettes forment une pâte sirupeuse, sur laquelle différentes opérations de chauffage réduisent son volume en eau, représentant de 25 à 30 % du lait concentré.

  • 15 Op. cit., p. 106.

« On coule ensuite le magma dans des bidons d’une vingtaine de litres, placés dans l’eau froide, et on les maintient en agitation continue pour activer son refroidissement et les rendre homogène, sans cela le sucre pourrait cristalliser sur les parois. Il ne reste plus alors qu’à le répartir dans les boîtes de commerce, d’un demi-litre environ, contenant 450 grammes de produit, que l’on soude ensuite et que l’on emballe généralement par 48 dans des caisses en bois »15

  • 16 P. Diffloth, « Les laits condensés », art. cit.

25Au début du XXe siècle, les améliorations successives des procédés de concentration du lait permettent même d’obtenir la condensation sans sucre. Selon Paul Diffloth16,

« le produit obtenu est plus aqueux que le lait condensé sucré ; on l’introduit dans des boîtes métalliques fermées hermétiquement, qu’il faut de plus stériliser dans un autoclave à 120 °C, grâce à un dispositif spécial. Les boîtes bien stérilisées se conservent indéfiniment, mais le sucre offre l’avantage de supprimer cette dernière opération ».

26Selon Antonin Rolet, la préparation du lait concentré sans sucre

  • 17 A. Rolet, op. cit., p. 111.

« est plus difficile à conduire, de même que sa conservation est d’une durée plus limitée. Avec un degré suffisant de concentration, on peut l’utiliser pendant une semaine ; mais le plus souvent, à cause de la trop forte proportion d’eau qu’on lui laisse, il s’aigrit et fermente après quatre à cinq jours »17.

  • 18 Archives du Groupe Nestlé, « Histoire du Lait de Conserve », 9 p. dactylographiées, s. d., Vevey, (...)

27L’industrie naissante du lait concentré, après des débuts hésitants, apporte un grand secours au ravitaillement des civils et des militaires lors de la Guerre de Sécession. Une fois la guerre terminée, le lait concentré connaît en Amérique et en Angleterre une demande croissante18.

28À la fin du XIXe siècle, les condenseries américaines ont largement entrepris leur développement depuis l’apparition de cette industrie laitière nouvelle à la fin des années 1850. On y compte en 1906 plus de 50 fabriques, produisant environ 100 millions de tonnes de lait condensé, d’une valeur approximative de 12 millions de dollars.

29En Europe, l’industrie du lait concentré apparaît en 1866, en Suisse, sous l’impulsion des Américains Charles et George Page, avec la création de l’Anglo-Swiss Condensed Milk.

Les sociétés suisses des laits de conserve

30La Suisse constitue le berceau des marques des laits de conserve depuis les laits concentrés avec « La Laitière » de l’Anglo Swiss Condensed Milk (1866), puis « Henri Nestlé » de la Société éponyme (1868), ou encore « La marque à l’Ourse » de la Société Laitière des Alpes Bernoises (1892), jusqu’aux farines lactées et, bientôt, aux laits en poudre « Guigoz ».

L’« Anglo Swiss Condensed Milk », 1866-1876

31Charles Page, ancien Consul des États-Unis à Zurich, fonde avec son frère George, ancien fonctionnaire au Ministère de la Guerre à Washington, et des hommes d’affaires, la société anonyme Anglo-Swiss Condensed Milk, le 6 août 1866. La société a pour objet la fabrication de lait condensé en Suisse et son exportation dans certains pays d’Europe, particulièrement en Angleterre.

  • 19 J. Heer, Reflets du Monde 1866-1966, Présence de Nestlé, Lausanne, 1966, p. 29.

« C’est du reste en raison de cet objectif de vente en Grande-Bretagne que la société prend le nom d’« Anglo-Swiss »19.

32George Page, arrivé en juillet en Europe, après avoir acheté aux États-Unis les machines indispensables à l’installation d’une petite condenserie en Suisse, est chargé par le conseil d’administration d’acquérir un terrain propice à la construction de la fabrique. Dès le mois d’octobre 1866, le directeur des ventes a pour objectif d’ouvrir un bureau et un dépôt en Angleterre, alors que l’usine n’est construite qu’en février 1867, dans le village de Cham, sur les bords du lac de Zoug.

33Durant quatre ans, la société connaît des débuts difficiles, en raison des multiples tensions entre les fondateurs, des besoins en fonds de roulement, exigeant des augmentations du capital, ou encore du conflit franco-allemand provoquant la suspension des paiements entre l’Angleterre et la Suisse. Les difficultés sont telles que George Page propose d’interrompre la production du lait condensé et de fabriquer du beurre !

34Au lendemain de la guerre franco-allemande, les commandes dépassent rapidement les capacités de production. En 1872, l’Anglo-Swiss décide d’agrandir son usine de Cham, et de s’étendre en Suisse, avec le rachat de deux fabriques, puis dans d’autres pays d’Europe.

  • 20 Ibid.

« 75 % de la production totale de la société étant écoulés en Angleterre contre 15 % en Europe continentale et 10 % dans les pays d’outre mer, une fabrique est établie à Chippenham »20,

35puis une autre en Bavière, près de Lindau, dont les installations proviennent du démantèlement de l’une des usines suisses récemment acquises. La société connaît rapidement une période florissante. D’ailleurs, dès l’année suivante son chiffre d’affaires augmente de 40 %, pour atteindre 3,5 millions de F.

36En 1874, elle achète l’English Condensed Milk Co. à Londres, et ouvre dans le pays deux nouveaux centres de production. Deux ans plus tard, le chiffre d’affaires atteint plus de 8 millions et la société décide de se lancer sur le marché complémentaire des farines lactées, en concurrençant directement une autre société : Henri Nestlé.

37La société lui répond par le lancement du lait condensé « Henri Nesdé », provoquant une bataille des marques entre les deux sociétés.

L’invention des farines lactées et la construction d’une marque : « Henri Nestlé »

  • 21 Extraits d’Actes de Sociétés et Dissolutions, Greffe du Tribunal du district de Vevey, le 3 novemb (...)

38À l’instar de De Laval avec la création de l’écrémeuse centrifuge ou de Gail Borden, Henri Nestlé fait partie des inventeurs qui ont donné naissance à une industrie dans le secteur laitier. S’intéressant successivement aux fabrications d’eaux minérales, de gaz liquide ou encore d’engrais21, Henri Nestlé se penche sur les travaux de Liebig sur l’alimentation infantile. Installé à Vevey, en Suisse, il souhaiterait réunir en un seul produit les trois aliments de base du nourrisson : le lait, le sucre et la farine de blé, et les amalgamer. Grâce à un procédé précis, son produit serait vendu dans une boîte afin d’être expédié partout, et les ingrédients seraient suffisamment dosés pour être digestibles par tous.

  • 22 A. Rolet, op. cit., p. 129.
  • 23 Idem.

Principe de fabrication
« Les farines lactées sont, en général, constituées par un mélange de lait plus ou moins écrémé et condensé dans le vide, à basse température, avec une quantité variable de farine de froment, soumise, au préalable, à la saccharification par l’action combinée de la chaleur et d’un acide faible. [...] On peut également employer des farines riches en azote, comme celles de fèves, de pois, de haricots, ou du pain, du malt, etc. »22 Après l’introduction du lait condensé et de la farine, la pâte obtenue est réduite « en plaques minces que l’on découpe en galettes et que l’on cuit quelques minutes dans un four dont on peut régler à volonté la température. La dessiccation s’achève dans un séchoir, puis les galettes sont passées au moulin à cylindres qui les réduit en poudre fine »23.

39Au milieu des années 1860, Henri Nestlé développe la fabrication de sa farine lactée et l’expérimente auprès d’enfants.

De la farine lactée à la marque « Henri Nestlé »

40En janvier 1868, il écrit d’ailleurs :

  • 24 Archives Nestlé S.A., Vevey.

« Jusqu’à présent, j’ai réussi à merveille, j’ai l’approbation de tous les médecins qui ont fait l’essai de ma farine, et toutes les mères qui sont venues une fois reviennent pour nourrir leurs enfants avec ma farine. La chose est facile à comprendre, elle permet de donner à l’enfant une nourriture saine et facile à digérer. La mère n’a plus besoin de biscuit ni de sucre. Ma farine contient toutes les substances dans une qualité supérieure »24.

41Malgré des moyens limités, il entreprend, dès 1868, la vente de sa farine en Suisse, en Allemagne, en Angleterre et même aux États-Unis. Seulement, la guerre de 1870 provoque un arrêt brusque du développement des ventes, et l’arrêt du conflit une baisse de ses bénéfices en raison de l’augmentation du prix du lait, du sucre, des céréales, des coûts des transports et des tarifs douaniers.

42Cependant, grâce aux relations qu’il entretient avec les médecins et les établissements hospitaliers de différents pays, ses ventes augmentent de manière sensible. D’ailleurs, la production de sa farine lactée double de juillet 1871 à juillet 1873. La production annuelle de cette dernière année atteint jusqu’à 500 000 boîtes de farine lactée par an. En 1874, à l’âge de 60 ans, il décide de trouver un acquéreur. En 1875, il cède, pour la somme de 1 million de francs à un groupe d’hommes d’affaires, son entreprise et son nom, qu’il considérait depuis longtemps comme une marque.

43D’ailleurs, dès l’origine de son affaire, Henri Nestlé s’est préoccupé de protéger sa marque, « le nid », comme en témoigne sa réponse à l’un de ses agents qui avait souhaité en modifier la présentation.

  • 25 Henri Nestlé, Lettre du 16 janvier 1869, Archives Nestlé, Vevey.

« Je regrette de ne pas pouvoir vous accorder de changer mon nid contre une croix suisse. On doit reconnaître mon produit au premier coup d’œil. Le nid n’est pas seulement ma marque de fabrique, mais ce sont encore mes armoiries (« Nestlé » signifie petit nid en allemand)... Je ne puis pas avoir de croix, mais personne n’a le droit de se servir de mes armoiries »25.

  • 26 Acte notarié du 8 mars 1875, Archives Nestlé, Vevey.

44Par l’acte du 8 mars 1875, la Société Farine Lactée Henri Nestlé, administrée par Pierre-Samuel Roussy, Jules Monnerat et Gustave Marquis, « a pour objet, l’achat de la propriété d’Henri Nestlé en Rouvenaz, des machines et de l’outillage servant à la fabrication de la farine lactée, du procédé secret de cette transformation, des brevets d’invention délivrés à Henri Nestlé par divers pays, de sa clientèle, de sa signature commerciale, de sa correspondance médicale, et en général de tout ce qui se rattache à cette industrie... Henri Nestlé, inventeur de la farine lactée qui a fait l’objet du contrat de société, a renoncé à la raison de commercer « Farine lactée Henri Nestlé », à la signature « Henri Nestlé » qui en est le complément, adoptant dorénavant la signature de « Nestlé Ehmant »26.

45Bénéficiant d’une marque spécialisée dans la fabrication et la vente de la farine lactée, la société doit rapidement faire face, sur son marché privilégié, à l’arrivée d’un nouveau concurrent, l’Anglo Swiss Condensed Milk, lançant à la fin de la décennie 1870 sa propre farine lactée. La première lui répond alors par la fabrication du lait condensé, provoquant une lutte commerciale.

  • 27 Photographies du Musée de l’alimentation de Vevey, archives privées Nicolas Delbaere.

Fig. 1 : Appareil de condensation d’Henri Nestlé au début des années 1870 et les premières boites de farine lactée Henri Nestlé27

De la compétition à la fusion des deux sociétés suisses aux marques universelles : 1906-1914

  • 28 Notice concernant l’expansion industrielle à l’étranger, Vevey, septembre 1940, Archives Nesdé, Ve (...)
  • 29 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 60.

46Afin de proposer son propre lait condensé, la société Henri Nestlé acquiert deux usines en Suisse, successivement en 1880 et en 1890, puis s’implante en Norvège en 1898, par l’acquisition de la « Norwegian Milk Condensing Co » et de son usine de Kap. La nécessité de cette installation provient de la concurrence exercée depuis de nombreuses années par la Norvège sur le marché anglais28. En 1900, la société entreprend la construction d’une usine dans l’État de New York, à Fulton. L’année suivante, elle achète l’usine de Tutbury en Angleterre. En 1903, elle ouvre une fabrique à Hegge en Allemagne et fonde la société « Nestlé Kindermehl ». Deux ans plus tard, la société s’établit en Espagne, près de Santander. Entre temps, Nestlé ajoute le chocolat à l’éventail de ses produits. « Un de ses administrateurs délégués [...] [a] en effet trouvé avec les chocolatiers suisses, Daniel Peter, de Vevey, et Jean-Jacques Kohler, de Lausanne, une combinaison confiant à la Société Générale Suisse de Chocolats Peter et Kohler Réunis la direction de la fabrication d’un chocolat au lait de marque Nestlé »29.

47Les implantations successives de la société dans différents pays proviennent à la fois des capacités de production limitées pour chaque usine suisse, du relèvement des droits de douane dans la plupart des pays et de la volonté de lutter efficacement contre l’Anglo-Swiss dans les pays où elle est installée.

48D’ailleurs, l’Anglo-Swiss avait pris une avance significative sur Nestlé dans le domaine des implantations industrielles. Afin surtout d’éviter les droits de douane, elle est présente aux États-Unis depuis 1882, par l’achat de l’usine de Middletown, puis de la construction d’une usine à Dixxon, dans l’Illinois. Après une longue période de difficultés économiques, liées notamment à la concurrence menée, sur le continent américain notamment par la société Borden et sa marque « Eagle », et en Europe par la société Nestlé, l’Anglo-Swiss reprend sa politique d’implantations, par l’acquisition de la « Scandinavian Condensed Milk Co. » en Norvège et de ses deux usines en 1895, par son extension aux États-Unis, avec l’achat de 3 usines de 1898 à 1900. Seulement, face aux difficultés financières aux États-Unis et à la volonté de se rapprocher de sa société concurrente, « Henri Nestlé », l’Anglo-Swiss décide la vente de ses installations américaines à la société Borden en 1902.

49Après des années de concurrence, puis de pourparlers, l’Anglo-Swiss acquiert la Société Henri Nesdé. L’acte du 19 juillet 1905 stipule que :

  • 30 Greffe du Tribunal du district de Vevey, inscription no 126, du 19 juillet 1905, Archives Nestlé, (...)

« la société par action « Anglo-Swiss Condensed Milk Compagny » à Cham a décidé dans son assemblée générale extraordinaire du 15 avril 1905 la fusion avec la société anonyme « S. A. Henri Nesdé », à Vevey, par l’absorption de cette dernière dans l’« Anglo-Swiss Condensed Milk Compagny » et a procédé en conséquence à une révision totale de ses statuts. [...] La raison sociale « Anglo-Swiss Condensed Milk Compagny » est changée en celle de « Nestlé and Anglo-Swiss Condensed Milk Compagny ». La société a son siège à Cham et, en outre, un domicile d’affaires attributif de juridiction à Vevey. Le but de la société est la fabrication et la vente du lait condensé, de la farine lactée et de tous les autres produits alimentaires, en continuation de la fabrication du commerce de l’Anglo-Swiss Condensed Milk Compagny et de la société anonyme Henri Nestlé. La société peut participer à d’autres entreprises industrielles et commerciales ayant le même but ou un but similaire, acheter des procédés et brevets d’invention relatifs à des produits alimentaires ; entreprendre enfin tout ce qui peut développer la fabrication et la vente de ces produits »30.

50Selon Jean Heer, lors de la fusion :

  • 31 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, op. cit., p. 80.

v« Chacune apporte 9 fabriques à la nouvelle entreprise. Les actifs industriels de l'Anglo Swiss Condensed Milk se concrétisent en effet par 3 fabriques en Suisse : Cham, Guin, Egnach ; 4 en Grande-Bretagne : Chippenham, Aylesbury, Middlewich et Staverton ; 2 en Norvège : Sandesund et Hamar. La société anonyme Henri Nestlé apporte de son côté 4 fabriques suisses : Vevey, Bercher, Payerne et Neuenegg ; 1 norvégienne : Kap ; 1 américaine : Fulton, 1 britannique : Tutbury ; 1 allemande : Hegge ; et 1 espagnole : La Penilla. »31.

51En 1907, la nouvelle société poursuit son expansion industrielle dans le monde. Elle s’implante en Australie, en raison de la concurrence menée depuis plusieurs années par de petites condenseries locales au lait d’origine norvégienne, qui approvisionnent alors ce marché. Rapidement, les usines de Norvège exportent leurs productions vers les différents marchés d’Extrême-Orient. En 1912, elle s’établit aux Pays-Bas afin de contrer l’offensive des prix déclenchée par les fabricants locaux de lait écrémé. Si le prix du lait par kg en francs selon les fabriques varie de 13,38 à 15,27 en Hollande durant l’année 1911, il s’établit de 20,30 à 21,50 francs en Suisse.

52Dès le début du XXe siècle, la production suisse ne joue pas un rôle primordial pour l’entreprise Nesdé. Si le lait suisse ne constitue pas la force de pénétration des produits de la société, les marques, particulièrement « Nestlé » et « Milkmaid », bénéficient d’une renommée universelle, quelle que soit la provenance du lait. En plus, la société dispose d’un portefeuille de marques dans le secteur du chocolat, avec « Nesdé » et, quelques années après avec « Peter », « Kohler » et « Cailler ».

53Par ailleurs, la Nesdé & Anglo-Swiss Condensed Milk Co. poursuit ses implantations industrielles en Europe et en Extrême-Orient, par la prise de participations ou par la construction de fabriques. D’après Jean Heer,

  • 32 Ibid, p. 114.

« A côté de cette expansion commerciale et de la reprise de sociétés industrielles existantes, Nestlé prit des participations dans des sociétés créées sous son impulsion, sociétés qui édifièrent de toutes pièces des fabriques de produits de ses marques »32.

54La fusion des deux sociétés suisses ne concentre pas l’ensemble des acteurs de laits de conserve originaires du pays. D’ailleurs, depuis la fin des années 1890, la Société Laitière des Alpes Bernoises poursuit son expansion en développant également une gamme variée de produits lactés.

  • 33 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 71 & 31. La reproduction de ces images a (...)

Fig. 2 : Les symboles des sociétés Anglo Swiss et Henri Nestlé : la Laitière et le Nid33

La Société Laitière des Alpes Bernoises

  • 34 75 Ans d'Oursina, brochure publicitaire, Zurich, éd. Adico S.A., 1967, Archives Nesdé S.A., Vevey.

55En 1892, Caesar Ritz, « l’hôtelier des rois, le roi des hôteliers », alors directeur de l’hôtel Savoy à Londres, parvient à réunir en Suisse un groupe de personnalités suisses du monde des affaires en vue de fonder une entreprise de stérilisation du lait utilisant le procédé de trois chercheurs allemands, Neuhauss, Gronwald et Oehlmann exploité commercialement par l’Improved Patent Sterilized Syndicate Ltd de Londres34.

56Le groupe réuni autour de Caesar Ritz crée la Société Laitière des Alpes Bernoises, au capital de 400 000 F, dont le siège est établi d’abord à Berne, puis transféré ensuite à Stalden, au cœur de l’Emmental, avec l’ouverture de la fabrique le1 er novembre 1892, comprend alors quatre ouvriers. Cette société a pour objet la fabrication

  • 35 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 319.

« de lait de conserve et autres produits qui, d’une façon ou d’une autre, sont en relation soit avec l’industrie du lait, soit avec les procédés utilisés de stérilisation et de conservation »35.

57La SLAB connaît des débuts difficiles marqués par des problèmes liés à la qualité du lait collecté, au conditionnement des produits, à l’opposition du corps médical, et aux ventes insuffisantes en Suisse et en France. Néanmoins, en 1894, la fabrication du lait stérilisé en boîte débute, puis celles du lait concentré sucré et non sucré l’année suivante. Ses produits sont vendus sous le symbole de l’ourse, en Angleterre avec « Bear Brand », en Suisse avec « Bärenmarke », et en France, avec la « Marque à l’Ourse », comme l’illustre l’affiche suivante.

  • 36 Idem. La reproduction de cette image a été autorisée par la Société des Produits Nestlé S.A., prop (...)

Fig. 3 : Affiche pour le lancement des nouveaux produits de la Société Laitière des Alpes Bernoises vers 190036

58En 1903, la Société débute la fabrication de crèmes de dessert au chocolat et poursuit son expansion en Europe en s’implantant en 1905 en Allemagne. À cette période, Maurice Guigoz est à la recherche d’idées, alors qu’une société de lait en poudre est en difficulté.

L’essor de Guigoz

La fabrication du lait en poudre et les premiers pas de la Société Guigoz

  • 37 J.-P. Bloch, Guigoz a 50 ans : 1914-1964, Paris, éd. La Société Guigoz & Agence Prodec, 1964, arch (...)

59Jusqu’en 1907, Maurice Guigoz s’était lancé dans la fabrication de pendules, de modèles inédits de machines à coudre, de bicyclettes, et même dans la recherche d’un carburant spécial37. Aux portes de la Gruyère, dans le canton de Fribourg, la Société « John Glardon & Co » connaît des difficultés ; elle cherche à vendre ses installations et le brevet de fabrication d’un lait en poudre dont elle est propriétaire. Ce brevet, déposé à Berne en 1889, provient de la découverte, par un chimiste belge, Alphonse Demayer, d’un nouveau procédé de dessiccation du lait.

  • 38 Ibid.

60Si le principe est connu depuis longtemps, tous les procédés requièrent l’utilisation de températures élevées, 70°, 100° et même 130 °C, et provoquent l’oxydation du produit par l’air. Le brevet constitue un progrès décisif en réalisant la dessiccation du lait sous vide et à basse température (48 °C seulement). 11 garantit également la préservation des qualités nutritionnelles du lait, une meilleure solubilité que les poudres traditionnelles et ainsi une digestibilité accrue38. Cependant, la fabrication du lait en poudre est surtout un moyen pour les laiteries de stocker les surplus de lait, et de conjurer en partie la saisonnalité de la production.

Le principe de fabrication du lait en poudre ou en morceaux

  • 39 A. Rolet, op. cit., p. 119.

61« Dans la préparation du lait condensé on vise surtout la réduction de volume du liquide, ce qui diminue d’autant les frais de transport et assure au produit une plus longue conservation. Avec le lait en morceaux ou en poudre, on pousse la réduction de volume à sa dernière limite, en ne retenant que les principes utiles, les éléments fixes, dont l’ensemble, sous quelque forme que l’on présente, pourrait être désigné du nom général d’extrait sec du lait, la proportion d’humidité restante étant très faible »39.

62Pour passer de l’état liquide à une forme solide, le lait est d’abord concentré.

  • 40 Ibid.

« Quand le produit obtenu est devenu pâteux, on le transvase dans des récipients non métalliques où on le brasse énergiquement, tout en continuant à le chauffer. Quand la concentration est suffisante, que le produit est à l’état de pâte ferme, on le lamine entre deux cylindres de marbre pendant qu’on achève sa dessiccation en lançant dessus à l’aide d’une machine soufflante, de l’air sec et chaud. Les rubans obtenus sont concassés grossièrement, puis réduits en poudre fine, que l’on place enfin dans des boîtes de fer blanc soudées »40.

63La fabrication du lait en poudre bouleverse une partie de l’industrie agro-alimentaire naissante. En effet, le lait peut être mélangé à des pâtes alimentaires, à du sucre, du cacao, du chocolat, etc. Par ailleurs, il constitue bientôt une amélioration considérable pour l'alimentation du nourrisson.

Du lait en poudre au « Lait Guigoz »

  • 41 J.-P. Bloch, op. tit.

64Le 18 mars 1908, Maurice Guigoz décide l’achat de l’entreprise « John Glardon », mais découvre rapidement que l’usage des laits en poudre touche principalement l’industrie du chocolat. Afin d’étendre l’utilisation du lait en poudre directement à l’alimentation humaine, il se tourne vers le monde médical. Sollicité en 1909 par Maurice Guigoz, le docteur Henri Zbiden, privat-docent à l’université de Genève, accepte, dans sa clinique du Mont Pèlerin sur Vevey, de soigner les grands nerveux par une réalimentation à base de lait en poudre. Le succès est tel que l’un de ses assistants, le Docteur Przwieiczerski, consacre sa thèse à l’étude de ce problème, la première jamais inspirée par l’utilisation du lait en poudre dans le traitement des gastro-entérites muco-membraneuses41. La même année, un ancien magistrat genevois, soigné à la clinique du Mont Pèlerin, est guéri par le traitement à la poudre de lait. Enthousiasmé par les qualités du produit, il propose à Maurice Guigoz une rencontre avec des hommes d’affaires, susceptibles de s’intéresser au développement de l’usine.

  • 42 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, op. cit., p. 320.

65Le 10 décembre 1914, la « Fabrique suisse des produits au lait Guigoz S.A. » est fondée à Genève. Maurice Guigoz devient administrateur délégué et s’engage à remettre « une description écrite et complète de ses secrets, tours de main et procédés de fabrication ». La Société ne connaît sa véritable expansion qu’après la Guerre, au cours des années 1920, lorsque le fils de Maurice Guigoz, Louis, convainc les personnalités médicales et lance une campagne autour de ses produits42.

66Au cours de leur développement, les sociétés Nestlé et Anglo-Swiss Condensed Milk Co sont présentes sur la plupart des continents depuis les Amériques jusqu’en Extrême Orient, mais aucune ne s’est établie en France, alors qu’elle reste le pays initiateur des recherches sur les procédés de conservation du lait. De même, la Société Laitière des Alpes Bernoises ne s’y implante pas avant la Grande Guerre. La France ne reste qu’un pays d’exportation pour les sociétés de laits de conserve, où les difficultés à appréhender le marché sont réelles.

Un développement décevant en France

67Durant l’ensemble de la période 1876-1913, les ventes en France représentent en moyenne 13 % de l’ensemble des ventes de la société. En 1904, ce chiffre tombe à près de 11 %, comme le montre le tableau suivant.

68Lors de l’assemblée générale des actionnaires du 12 avril 1905 de la société Henry Nestlé, le Directeur de la Maison Nestlé de Paris déclare :

  • 43 Rapport du conseil d’administration à l'assemblée générale des actionnaires du 12 avril 1905 de la (...)

« Nous ne pouvons pas cacher que notre ancien dépositaire M. Alphonse Christen avait laissé prendre mauvaise tournure à nos affaires. Nous avons dû constater que la clientèle française avait complètement délaissé notre marque de farine lactée, les prix de vente au public ne lui réservant plus aucun bénéfice »43.

  • 44 Archives du Groupe Nestlé S.A., Vevey.

Fig. 4 : La part de la France dans les ventes de boîtes « Farines lactées Henri Nestlé »44

Fig. 4 : La part de la France dans les ventes de boîtes « Farines lactées Henri Nestlé »44

69Quelles sont les raisons de la faiblesse de la demande de farines lactées, et par extension de lait concentré, en France, alors qu’en Angleterre les ventes des deux sociétés suisses représentent près de 70 % ? L’absence de toute implantation industrielle de la « Nestlé and Anglo-Swiss Condensed Milk Co. » ou encore de la Société Laitière des Alpes Bernoises ne constitue-t-elle pas une preuve de la faiblesse de la demande pour les laits de conserve ? Les conditions d’accès sur le marché français sont-elles trop réglementées pour qu’aucune société étrangère ne s’y implante ?

Le marché français et les industries des « laits de conserve »

70La création des laits de conserve était motivée, en partie, par la volonté des différents inventeurs de trouver un moyen de réduire la mortalité infantile. Seulement, le succès rencontré par ces produits en Angleterre et outre-mer ne bénéficie pas du même écho en France. D’ailleurs, à cette période, le monde médical lutte contre la mortalité infantile, en édifiant les règles d’hygiène et de puériculture, dont l’une d’entre elles recommande l’allaitement au sein. Quant au monde scientifique, après les recherches de Pasteur et de Duclaux sur les microbes et leur destruction par la chaleur, il prône la pasteurisation de préférence aux laits de conserve.

71Les prescripteurs médicaux et scientifiques, par les recommandations de l’allaitement au sein et de la pasteurisation, n’ont-ils pas pesé sur la demande de « laits de conserve » et donc sur la constitution de cette industrie en France ? Par ailleurs, le lait concentré ne s’inscrit-il pas dans une problématique dépassant largement l’alimentation du nourrisson : la « question des sucres » ?

Le lait maternel : un moyen de lutte contre la mortalité infantile

  • 45 Le Behot, De la dépopulation, 1896.
  • 46 M. Nicolle, De l’Orphelinat à la Goutte de Lait en Normandie, Historique des Services de Protectio (...)

72À la fin du XIXe siècle, la volonté de réduire la mortalité infantile prend une ampleur nouvelle en France, avec la prise de conscience du phénomène de dépopulation45. Selon Michel Nicolle46, « tout ce qui favorise la maternité est encouragé. Les médecins sont le fer de lance [des] campagnes natalistes ». Ils édictent les règles de pédiatrie favorisant le « patriotisme nataliste » et combattant les causes de mortalité infantile.

  • 47 Idem, p. 71
  • 48 Idem, p. 72.

73Parmi les réponses apportées aux décès des bébés, les médecins défendent l’allaitement maternel face à l’usage du biberon. « Le docteur Denis Dumont, médecin des épidémies, professeur à l’école de médecine de Caen, chirurgien de l’hôtel-Dieu, vice président du Conseil départemental d’hygiène et de salubrité [rédige] un rapport sur « l’allaitement artificiel » et sur « l’influence du biberon sur la mortalité des enfants dans le département du Calvados » en 1869. Le docteur Denis Dumont souhaite argumenter par des chiffres la conclusion de ses observations : « l’allaitement naturel est préférable à l’allaitement artificiel ». Son travail a été commandé par le Préfet et le conseil d’hygiène du département pour mieux comprendre la « dépopulation » du Calvados »47. Selon le docteur, « si le biberon est si fatal au nouveau-né c’est qu’une foule de contraventions aux lois de l’hygiène viennent aggraver ses dangers »48.

74Vers 1880, les premières statistiques médicales du département appuient la thèse sur « l’influence du biberon sur la mortalité des enfants ».

  • 49 Idem, p. 85.

« Chez les moins de un an placés, on trouve une mortalité de 8 % (8,2 % quand ils sont nourris au biberon et 6,4 % quand ils sont allaités au sein). Pour les enfants de plus de un an, la mortalité est de 2,15 % (2,85 % pour les enfants au biberon et 2,1 % pour les enfants au sein) »49.

  • 50 Idem, p. 92.

75L’insistance du monde médical sur l’allaitement maternel des bébés est relayée par les personnalités politiques locales, avec les « concours de bébés allaités au sein », et même par l’État avec la loi du 23 octobre 1923, qui prévoit une prime à l’allaitement50.

76Par le choix du sein, les prescripteurs médicaux n’entravent certes pas le commerce des laits de conserve, mais le limitent d’une certaine manière par la volonté de promouvoir le lait maternel aux dépens des autres laits. Quant aux personnalités scientifiques, elles constituent également des prescripteurs importants du commerce du lait, en estimant le procédé de la pasteurisation supérieur à celui de la concentration.

Le choix du lait pasteurisé face aux « laits de conserve »

77En 1889, dans son rapport sur les procédés de conservation du lait, René Lezé écrit qu'il existe

  • 51 R. Lezé, « Les procédés de conservation du lait », art. cit.

« bien le lait concentré ou condensé, mais sa fabrication n’est qu’une solution imparfaite du problème, car elle exige une installation coûteuse et doit opérer sur de grandes quantités de lait faciles à se procurer ; puis, le plus souvent, pour assurer la conservation du produit évaporé, on y ajoute du sucre qui le rend difficilement supportable pour un grand nombre d’estomacs ; et enfin ce lait, modifié dans son goût et sa consistance, est loin d’être économique, car si on étendait d’eau ces laits condensés autant que l’indique le prospectus qui recouvre les boîtes, on aurait, non pas du lait naturel, mais du lait mouillé quelquefois de son volume d’eau, et dont le litre est alors payé beaucoup trop cher »51.

  • 52 Ibid.

78René Lezé écarte les laits de conserve à la fois, peut-être en raison de la plus grande proximité des lieux de production de ceux de la consommation en France par rapport à d’autres pays, de la méfiance vis-à-vis des « laits de conserve », et de l’influence des travaux de Pasteur sur les microbes et de Duclaux sur leur destruction par la chaleur. D’ailleurs, René Lezé estime que « le lait pasteurisé est incontestablement préférable aux autres au point de vue de l'hygiène, mais [il tient] à établir que cette méthode demande encore à être perfectionnée »52.

  • 53 Ibid.

79Les recherches de Pasteur et de Duclaux sur les microbes ont favorisé les expériences sur la conservation du lait, par le biais du chauffage. En effet, selon la température exercée, le nombre de microbes peut diminuer de façon considérable. Par exemple, un court passage du lait à 75-85 °C peut réduire leur nombre de 2,5 millions, présents dans un centimètre cube de lait marchand, à moins de 10 00053. La chaleur paralyse alors les microbes pendant assez longtemps pour que le lait puisse se conserver durant une demi-journée. Toutefois, ce procédé ne garantit pas une sécurité complète et absolue selon René Lezé.

80Il existe également un autre procédé de conservation, le lait stérilisé. À partir d’une action de la chaleur plus élevée que pour la pasteurisation, le lait est alors stérilisé, puis mis en bouteilles, placées dans une étuve chauffée à 36° ou 40°. Les bouteilles résistant à ce chauffage prolongé ne contiennent « certainement » pas de microbes.

  • 54 Ibid

« On trouve depuis quelques temps dans le commerce des boîtes de fer blanc renfermant un litre de lait, qu’un chauffage prolongé à température élevée protège contre les microbes et qui supporte quinze jours et un mois de séjour dans une chambre habitée, sans tourner quand on le fait bouillir ensuite. Le lait peut donc voyager, supporter le séjour dans un entrepôt, attendre, chez le marchand ou le consommateur, le moment où on en a besoin. Il a pu même être envoyé au Brésil et dans nos colonies, et alimenter les malades dans nos hôpitaux du Tonkin et de la Cochinchine »54.

81Même s’ils garantissent une certaine sécurité face aux maladies, les laits stérilisés et pasteurisés présentent trois inconvénients par rapport aux autres laits : un prix supérieur de 15 à 20 centimes, une teinte parfois brunâtre, et une saveur de lait cuit. Face au lait concentré, ces inconvénients s’accentuent en raison des coûts de transport et de casse avec les flacons de verre.

82Par ailleurs, le lait concentré ne permet-il pas de répondre davantage que le lait stérilisé aux besoins des nourrissons par l’apport d’un autre aliment : le sucre ?

Le lait concentré et la « question des sucres »55

  • 55 L.-N. Bonaparte, Analyse de la Question des Sucres, Paris, 1843.
  • 56 J.-L. Flandrin & M. Montanari, Histoire de l’Alimentation, Paris, Fayard, 1996, p. 737.
  • 57 F. Demier, « Sucre de masse ou sucre d’élite », Les Industries Agro-alimentaires en France, Paris, (...)

83Si le lait ne fait l’objet d’aucune taxation jusqu’au début du XXe siècle56, le sucre connaît au cours du siècle précédent différents mouvements de taxe, de détaxe et de surtaxe57. L’évolution de la politique fiscale joue un rôle déterminant dans l’existence même de l’industrie du lait concentré en France. En raison du poids des taxes sur l’élément essentiel dans la fabrication du lait concentré, l’implantation de l’industrie est largement limitée.

84Selon Antonin Rolet,

  • 58 A. Rolet, op. cit., p. 100 & 101.

« cette industrie [a] en France très peu d’importance, à cause surtout des charges fiscales qui pesaient sur les sucres. Si nos exportations en cette denrée accusent même encore aujourd’hui des chiffres assez élevés, c’est qu’elles sont formées en grande partie par les envois de la Suisse, pour l’Angleterre surtout, qui ne font que transiter en France. [...] Si en France les droits qui pesaient sur les sucres jusqu’à ces temps derniers effrayaient les industriels, il n’en est plus de même aujourd’hui. Avec notre riche production laitière, nous pouvons nous suffire en lait condensé, faire face aux besoins de notre marine, de nos colonies, et même figurer honorablement au milieu de l’universelle concurrence ; mais n’attendons pas qu’il n’y ait plus de place pour les retardataires »58

85.Le sucre destiné à l’exportation est libéré de tous droits, à condition que les manipulations s’opèrent dans des usines dont l’Installation et la surveillance sont réglementées par le décret du 26 juin 1903. L’article 4 de la loi du 28 janvier 1903 relative au régime des sucres stipule que :

  • 59 Op. cit., p. 374 & 375.

« les sucres destinés à entrer dans la préparation de produits alimentaires en vue de l’exportation pourront être reçus et travaillés en franchise des droits dans des établissements spécialement affectés à cette fabrication. Ces établissements, érigés en entrepôts réels, seront soumis à la surveillance permanente des employés des contributions indirectes ; les frais de cette surveillance seront à la charge des fabricants »59

86.L’article 2nd du décret du 26 juin 1903 précise :

  • 60 Idem.

« L’établissement et ses dépendances doivent être isolés de tout autre bâtiment et clos par des murs de deux mètres au moins. L’établissement ne doit avoir qu’une seule porte habituellement ouverte. Les autres portes doivent être placées sous le scellé des employés et ne peuvent être ouvertes qu’en leur présence. Tous les jours et fenêtres doivent être garnis d’une treillis de fer à mailles de cinq centimètres au plus. Aucune introduction ne peut avoir lieu, aucune sortie ne peut être effectuée que de jour, c’est-à-dire dans les intervalles de temps déterminés par l’article 26 de la loi du 28 avril 1816 »60

87.Face au poids des charges fiscales qui pesaient sur les sucres et à la surveillance des employés des contributions indirectes, dont les « frais de cette surveillance [sont] à la charge des fabricants », existe-t-il une industrie du lait concentré en France ? Par ailleurs, au niveau de la consommation, les prescripteurs français du monde médical et scientifique n’ont-ils pas incité les mères à se tourner davantage vers le lait maternel, voire le lait pasteurisé, plutôt que vers le lait concentré ?

L’industrie française du lait concentré : une industrie « retardataire » ?

88En 1906, si

  • 61 R Diffloth, « Les laits condensés », art. cit.

« on rencontre [...] des condenseries non seulement en Suisse et aux États-Unis, mais encore en Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Danemark, Norvège, Russie, [...], il est regrettable que la France [...] n’ait pas suivi cet actif mouvement. Nous comptons juste 4 grandes condenseries en France : l’usine de M. Genvrain, à Maintenon (Eure-et-Loir) ; l’usine de la Compagnie des laits purs, à Neufchâtel (Seine Inférieure) ; celle de la Société bretonne de stérilisation du lait, à Rennes, et l’établissement de l’Union laitière du Jura »61.

  • 62 Ph. Jacob, Les Grandes Heures des Laitiers en Normandie, Caen, éd. Bertout — C.Ré.C.E.T., 1991, p. (...)

89L’usine de Neufchâtel est créée en 1889 par la « Société des Laits Purs » et diffuse la marque Gallia. Elle est cédée en 1917 à la société Gervais62.

90Le déploiement des usines de lait concentré dans la plupart des pays de l’Europe du Nord et jusqu’aux continents australien et asiatique touche peu la France. Avec la présence de 4 usines au début du XXe siècle, le marché français ne semble intéresser ni les sociétés étrangères, pourtant très proches géographiquement, ni même les entrepreneurs nationaux.

91En plus des charges fiscales, une autre difficulté pèse sur l’industrie du lait concentré : les coûts de fabrication augmentent de manière significative le prix du lait de conserve face au lait frais. En effet,

  • 63 A. Rolet, op. cit., p. 107.

« la préparation du lait condensé exige une installation coûteuse, une grande quantité d’eau, - 20 litres par litre de lait, - beaucoup de vapeur - il faut brûler en moyenne 18 kg de charbon par 100 litres de lait, en y comprenant l’écrémage »63.

  • 64 A. Rolet, op. cit., p. 97.

92En outre, « le prix de revient du lait stérilisé serait de 40 % plus élevé que celui du lait frais »64.

93Face à l’amélioration des conditions de livraison du lait frais dans les villes, le marché intérieur se porte-t-il sur les laits de conserve dont les conditions de fabrication engendrent parfois un goût de lait cuit ou vers le lait frais, vendu moins cher, qu’il suffira de faire bouillir ?

94Sur les marchés d’exportation, où la demande est importante, la faiblesse des implantations industrielles en France ne risque-t-elle pas de favoriser l’avance concurrentielle des sociétés étrangères, bénéficiant à la fois des moyens industriels et des nouvelles méthodes de publicité ?

Le développement des sociétés à l’étranger : implantions industrielles et la publicité, clés du succès

95Dans les colonies ou dans les pays étrangers où la livraison de lait frais est très limitée, la présence des Européens favorise largement la consommation du lait de conserve. La plupart des entreprises, afin de maîtriser à la fois l’offre et la demande du marché, s’y implantent directement, à l’image des sociétés Nestlé et Anglo Swiss Co. L’existence des sites de production permet aux sociétés d’asseoir leur notoriété par la constitution d’un capital-marque autour de leur produit.

96En 1913, le Consul de France au Caire établit un rapport précisant le retard pris par les sociétés françaises de lait condensé dans la colonie. D’ailleurs, le lait condensé y

  • 65 L. Bonzom, « Le commerce des fromages et du lait condensé en Egypte », L’Industrie laitière, 4 jan (...)

« jouit d’une grande faveur. [...] Les conditions climatiques de l’Égypte et l’état plutôt précaire de la civilisation à l’intérieur de ce vaste pays obligent les Européens qui doivent y séjourner à recourir aux conserves de tous genres pour l’alimentation journalière. Le beurre et le lait sont des produits presque indispensables pour un Européen et les procédés de fabrication employés actuellement permettent de les transporter en boîtes de conserve sous presque tous les climats. Or, tandis que la Suisse et l’Angleterre se partagent pour ainsi dire le commerce de ce produit, la France n’en exporte qu’une quantité vraiment insignifiante, [environ 2 % des importations égyptiennes par an]. Nous avons pourtant des fabriques et leurs produits pourraient facilement concurrencer les produits suisses et anglais, si elles voulaient se donner la peine de faire un peu de publicité »65.

97La promotion des laits de conserve constitue un atout pour les sociétés laitières, non seulement pour développer la renommée de leurs marques, mais également pour concurrencer les autres laits. A la veille de la Grande Guerre, les Indes sont le théâtre d’une lutte commerciale entre les différentes sociétés européennes, d’autant plus que l’état du marché intérieur et les mauvaises conditions d’importation du lait frais développe la demande pour les laits de conserve.

  • 66 « De l’importation du lait condensé aux Indes », L’industrie laitière, 31 mai 1914.

« Les inconvénients suscités à diverses reprises par l’importation aux Indes de lait de mauvaise qualité, ont favorisé dans des sensibles proportions le commerce d’importation dans ce pays du lait condensé et stérilisé. [...] On prévoit un nouvel accroissement des importations du [lait condensé], car une active campagne de publicité a été entreprise aux Indes en faveur de [son emploi]. Par suite de cette propagande, les maisons de vente de la marque pour laquelle cette publicité est établie voient leur commerce se développer rapidement. D’autre part, par le moyen de vues cinématographiques, le commerce fait ressortir au public les défectuosités des méthodes de travail en usage aux Indes, et les avantages de celles adoptées en Suisse et en Norvège »66.

98Sur le plan industriel et commercial, la France prend du retard par rapport aux autres pays européens, à la fois sur les volumes exportés et sur la constitution de condenseries à l’étranger. D’ailleurs, elle ne peut alimenter à elle seule son empire colonial sans l’achat de lait condensé auprès des sociétés étrangères.

99Sur le marché national, en cas de modification des comportements alimentaires en faveur des laits de conserve, les quatre condenseries françaises pourraient-elles répondre à la demande ? En réalité, au milieu des années 1900, la France importe près de 4 000 tonnes de lait concentré, soit le dixième des importations anglaises à cette époque. En cas de conflit, où les pénuries de lait frais seraient inéluctables, quelles seraient les conséquences sur les importations ? La demande française ne se tournerait-elle pas davantage vers ces produits de conserve, assurant alors le développement des sociétés étrangères, notamment après la guerre ?

100Bien avant le déclenchement de la Grande guerre, certaines sociétés étrangères, dont la Nestlé and Anglo-Swiss Condensed Milk Co., ont pris une avance considérable la constitution d’une marque, non seulement dans leur pays, mais surtout dans une grande partie du monde. Elles bénéficient pour cela d’un atout majeur : le conditionnement. En effet, en apposant leur nom sur une boîte de métal, les sociétés se sont différenciées, en s’appuyant davantage sur des symboles, tels que le nid, la laitière ou l’ourse, que sur la géographie. Sur le marché du lait frais, le lieu et la date de production déterminent souvent l’acte d’achat, alors que sur celui des laits de conserve, la marque garantit la qualité du produit.

  • 67 A. Semprini, La Marque, Paris, PUF, (Que sais-je ?, no 2982), 1995, p. 10.

101Selon Andréa Semprini67,

v« Les processus de fabrication industrielle modifient la conception et la facture des produits traditionnels, quand ils ne proposent pas des produits complètement nouveaux. Dans les deux cas, les consommateurs se trouvent confrontés à des marchandises qu’ils reconnaissent difficilement. Les systèmes de fonctionnement, les matériaux, les goûts, les modes d’emploi, tout change et pose au consommateur un problème entièrement nouveau de compréhension et de confiance. Il devient ainsi nécessaire d’« expliquer », de garantir et de rendre familières les marchandises. Apprivoiser et rassurer la clientèle devient parfois plus important que convaincre des qualités intrinsèques du produit ». La marque et l’ensemble de ses compléments « apprivoisent et rassurent » tout en construisant progressivement un capital de reconnaissance et de garantie auprès du marché, que la publicité ne peut que renforcer.

102À l’instar de la Suède pour la technologie beurrière, la Suisse est le berceau européen des nouvelles industries du lait de conserve, fondées sur la farine lactée, le lait concentré, et même le chocolat au lait avec le lait en poudre. Tous ces produits ont pour entité commune la marque, vecteur essentiel de reconnaissance, de garantie, faisant le lien entre le production agricole et le produit industriel.

103En France, alors que la mise en place des procédés d’écrémage suédois et danois a favorisé la naissance de l’industrie beurrière, l’industrie des laits de conserve n’a pas connu une telle ampleur. Contrairement à la plupart des pays de l’Europe du Nord, la France figure à la fois comme un pays « exclu » par les implantations industrielles des sociétés étrangères et un pays « retardataire » sur le marché mondial des laits de conserve.

104La Grande Guerre marque l’arrivée en France des principales sociétés suisses de laits de conserve. La Nestlé & Anglo Swiss Co. s’implante à Cherbourg en 1916, et la SLAB avec la Compagnie Générale du Lait près de Bordeaux l’année suivante. Elles se destinent principalement à l’approvisionnement des marchés d’outre-mer. Seulement, les filiales, présentes dans une zone de production restreinte et à une période où les conditions limitent les fabrications, seront abandonnées. L’après guerre constitue une autre période, où une nouvelle tentative d’implantation industrielle devient « impérieuse ». La SLAB crée une usine en Haute-Savoie, à Rumilly, en 1922, et lance bientôt la marque « Lait Mont Blanc ».

105Selon un rapport établit par la société Nestlé & Anglo Swiss à la fin de la Grande Guerre :

  • 68 Société Nestlé & Anglo Swiss Condensed Milk Co., Plan de Réorganisation de la France, 1920, Archiv (...)

« le passage de l’état de guerre à l’état de paix va être le prélude d’un regain d’activité commerciale en France. Il importe que notre Société soit, comme partout ailleurs, à la tête de ce mouvement de réorganisation et arrive bonne première à la conquête du marché français. Une offensive commerciale énergique, dès l’année 1920, nous mettra en mesure de lutter beaucoup plus efficacement contre la concurrence étrangère, qui, le temps aidant, peut elle aussi s’organiser. Il faut s’implanter en la devançant. L’état de guerre a créé en France des conditions d’existence et de conception entièrement différentes de celles de 1914. La situation présente nécessite impérieusement une réorganisation complète de notre affaire française. Ce remaniement devra tenir compte des questions d’ordre moral (chauvinisme, nationalisme), d’ordre politique intérieur (projets de loi sur la constitution des sociétés françaises) et également du nouvel état d’esprit industriel et commercial. Au sortir de la guerre, le Français est plus chauvin qu’il n’a jamais été. [...] La réputation de notre société a subi en France, depuis 1914, quelques accrocs du point de vue origine. [...] Dans le but de satisfaire l’opinion et de devancer l’action gouvernementale sur la constitution des sociétés en France, la Direction de notre affaire de Paris devra être française le plus possible. Il serait de bonne politique également de posséder au moins une usine, convenablement installée, de façon à montrer aux Français que si notre Société étend ses ramifications sur le monde entier, du moins fait-elle son possible pour aider au relèvement industriel et commercial de la France »68.

106En 1925, la société rachète l’usine des chocolats Ibled de Lisieux, et s’implante à Boué, dans l’Aisne, en 1929.

  • 69 Cl. Fischer, L’Homnivore, Paris, éd. Odile Jacob, (coll. « Points »), 1993, p. 113.

107Les « conditions d’existence et de conception entièrement différentes de celles de 1914 » créent ainsi le marché et le structurent progressivement par les implantations industrielles des grandes marques de laits de conserve. D’ailleurs, cette structuration ne s’est-elle pas également opérée au sein du consommateur, passant de la « néophobie » à la « néophilie »69 ? La résistance exercée à la fin du siècle face aux « aliments nouveaux, inconnus de lui ou peu familiers » s’est progressivement métamorphosée en une découverte des produits, dont la marque, l’origine géographique parfois, et la garantie des prescripteurs médicaux constituent les facteurs clefs de succès des laits de conserve, devenus « lait concentré », « farine lactée », « lait infantile ».

108Cet exemple du passage d’un produit agricole vital, mais très fragile, à un produit industriel, dont la marque incarne le témoin entre l’agriculture et l’industrie, s’inscrit dans une vaste étude en cours d’élaboration, intitulée par Emmanuel Chadeau L’économie laitière. De l’Âge rural à l’Age des Marques.

Notes

1 N. Appert, Le Livre de tous les Ménages, 3e éd., 1813.

2 A. Armengaud, « Le rôle de la démographie », Histoire Economique et Sociale de la France, Tome III : 1789-1880, F. Braudel & E. Labrousse (dit.), Paris, éd. Quadrige, PUF, p. 197-198.

3 R. Lezé, « Les procédés de conservation du lait », L’industrie laitière, no 10, mars 1889.

4 Ibid.

5 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’Hôpital au XIXe siècle, Paris, éd. Belin, 1999, p. 331.

6 Tarnier & Parrot, « L’alimentation des nourrissons », L'Industrie laitière, no 33, 13 août 1882, p. 259-260.

7 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 333.

8 Tarnier & Parrot, op. dt.

9 Ibid.

10 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. dt., p. 334-335.

11 P. Diffloth, « Les laits condensés », L’industrie du beurre, septembre 1906.

12 « Le lait condensé », L'industrie laitière, mars 1882, p. 1.

13 A. Rolet, L’Industrie Laitière, Sous-Produits et Résidus, Paris, éd. J.-P. Baillère & fils 1905 p. 101.

14 Op. cit., p. 103 & 104.

15 Op. cit., p. 106.

16 P. Diffloth, « Les laits condensés », art. cit.

17 A. Rolet, op. cit., p. 111.

18 Archives du Groupe Nestlé, « Histoire du Lait de Conserve », 9 p. dactylographiées, s. d., Vevey, Suisse.

19 J. Heer, Reflets du Monde 1866-1966, Présence de Nestlé, Lausanne, 1966, p. 29.

20 Ibid.

21 Extraits d’Actes de Sociétés et Dissolutions, Greffe du Tribunal du district de Vevey, le 3 novembre 1857, archives Nestlé S.A., Vevey.

22 A. Rolet, op. cit., p. 129.

23 Idem.

24 Archives Nestlé S.A., Vevey.

25 Henri Nestlé, Lettre du 16 janvier 1869, Archives Nestlé, Vevey.

26 Acte notarié du 8 mars 1875, Archives Nestlé, Vevey.

27 Photographies du Musée de l’alimentation de Vevey, archives privées Nicolas Delbaere.

28 Notice concernant l’expansion industrielle à l’étranger, Vevey, septembre 1940, Archives Nesdé, Vevey.

29 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 60.

30 Greffe du Tribunal du district de Vevey, inscription no 126, du 19 juillet 1905, Archives Nestlé, Vevey.

31 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, op. cit., p. 80.

32 Ibid, p. 114.

33 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 71 & 31. La reproduction de ces images a été autorisée par la Société des Produits Nestlé S.A., propriétaire des droits sur ces images.

34 75 Ans d'Oursina, brochure publicitaire, Zurich, éd. Adico S.A., 1967, Archives Nesdé S.A., Vevey.

35 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, p. 319.

36 Idem. La reproduction de cette image a été autorisée par la Société des Produits Nestlé S.A., propriétaire des droits sur cette image.

37 J.-P. Bloch, Guigoz a 50 ans : 1914-1964, Paris, éd. La Société Guigoz & Agence Prodec, 1964, archives Nestlé S.A., Vevey.

38 Ibid.

39 A. Rolet, op. cit., p. 119.

40 Ibid.

41 J.-P. Bloch, op. tit.

42 J. Heer, Nestlé, Cent Vingt-Cinq Ans, de 1866 à 1991, op. cit., p. 320.

43 Rapport du conseil d’administration à l'assemblée générale des actionnaires du 12 avril 1905 de la société Henry Nestlé, archives du Groupe Nestlé S.A., Vevey.

44 Archives du Groupe Nestlé S.A., Vevey.

45 Le Behot, De la dépopulation, 1896.

46 M. Nicolle, De l’Orphelinat à la Goutte de Lait en Normandie, Historique des Services de Protection d'Assistance et de Médecine de la Petite Enfance du XVIIe au XXe siècle, Calvados, éd. Charles Corlet, 2000 p. 92.

47 Idem, p. 71

48 Idem, p. 72.

49 Idem, p. 85.

50 Idem, p. 92.

51 R. Lezé, « Les procédés de conservation du lait », art. cit.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid

55 L.-N. Bonaparte, Analyse de la Question des Sucres, Paris, 1843.

56 J.-L. Flandrin & M. Montanari, Histoire de l’Alimentation, Paris, Fayard, 1996, p. 737.

57 F. Demier, « Sucre de masse ou sucre d’élite », Les Industries Agro-alimentaires en France, Paris, Le Monde éd., 1997, p. 21-38.

58 A. Rolet, op. cit., p. 100 & 101.

59 Op. cit., p. 374 & 375.

60 Idem.

61 R Diffloth, « Les laits condensés », art. cit.

62 Ph. Jacob, Les Grandes Heures des Laitiers en Normandie, Caen, éd. Bertout — C.Ré.C.E.T., 1991, p. 208.

63 A. Rolet, op. cit., p. 107.

64 A. Rolet, op. cit., p. 97.

65 L. Bonzom, « Le commerce des fromages et du lait condensé en Egypte », L’Industrie laitière, 4 janvier 1914.

66 « De l’importation du lait condensé aux Indes », L’industrie laitière, 31 mai 1914.

67 A. Semprini, La Marque, Paris, PUF, (Que sais-je ?, no 2982), 1995, p. 10.

68 Société Nestlé & Anglo Swiss Condensed Milk Co., Plan de Réorganisation de la France, 1920, Archives Nestlé S.A., Vevey.

69 Cl. Fischer, L’Homnivore, Paris, éd. Odile Jacob, (coll. « Points »), 1993, p. 113.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Appareil de condensation d’Henri Nestlé au début des années 1870 et les premières boites de farine lactée Henri Nestlé27
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 2 : Les symboles des sociétés Anglo Swiss et Henri Nestlé : la Laitière et le Nid33
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 3 : Affiche pour le lancement des nouveaux produits de la Société Laitière des Alpes Bernoises vers 190036
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 4 : La part de la France dans les ventes de boîtes « Farines lactées Henri Nestlé »44
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

Doctorant à l’Université de Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540