Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

Pêches et pêcheurs à Boulogne-sur-Mer (1870-1980)

Thierry Capillier

Texte intégral

1Contribuer à un ouvrage dont l’objet est la reconnaissance à l’égard d’une personne qui vous a accompagné durant plusieurs années dans votre formation universitaire, quel exercice redoutable !

2Pour avoir côtoyé Emmanuel Chadeau dès mes premières années à l’Université de Lille 3 Charles-de-Gaulle, je garde le souvenir d’un homme jeune, dynamique, passionné d’histoire économique, passionné d’histoire des techniques. Cet homme, je le considérais avec une admiration certaine car il représentait à mes yeux la force d’une jeunesse intellectuelle capable d’aller se frotter à des sujets encore très peu exploités. Emmanuel Chadeau, en ce sens, fut, sinon un précurseur, du moins un infatigable défricheur de notre histoire contemporaine. Que pouvait-il prétendre de son investissement personnel dans le travail que j'allais lui soumettre pendant de nombreuses années ? En quoi un spécialiste de l’aéronautique pouvait-il s’intéresser à l’activité des pêches maritimes ? La réponse est certainement contenue dans l’existence même de ce pygmalion dont le désir profond était de faire naître des vocations. Le professeur Emmanuel Chadeau qui m’a accompagné durant ces années de thèse a joué parfaitement le rôle du maître qui forme son apprenti. Je garderai précieusement ses conseils comme je garderai jalousement les conversations que nous avons eues. Le compagnonnage qui fut le nôtre constitue pour moi, aujourd’hui encore, une source extraordinaire de méditation. La vie est un long apprentissage et j'ai beaucoup appris d’Emmanuel Chadeau.

3Avant que le temps n’efface les souvenirs pâlis des passions maritimes, il était grand temps de se pencher sur un être bien fragile et malade : la pêche boulonnaise.

4Une invitation à la recherche sur ce sujet, lancée par les professeurs Yves-Marie Hilaire et Emmanuel Chadeau, est à l’origine de cette thèse. La particularité de cette entreprise historique reposait sur un champ d’investigations jusqu’alors très peu labouré. La grande diversité thématique (sociologie, économie, industrie, politique, syndicalisme, religion), mais aussi un fonds d’archives quasi inexploité et relativement bien conservé offraient des arguments sérieux pour aborder une étude sur les pêches et les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer. La nouveauté et l’originalité de cette quête historique reposaient en définitive sur un double constat : l’histoire des pêches maritimes était et reste toujours un parent pauvre de la recherche universitaire ; quant à la ville de Boulogne, premier port de pêche fraîche sur le plan national et grand leader à l’échelle européenne, aucune étude historique spécifique contemporaine n’avait été envisagée pour analyser ou présenter cette activité délaissée.

5La méconnaissance d’un métier est sans aucun doute révélatrice d’un état d’esprit. Les raisons sont diverses et assez complexes. Le milieu naturel où s’exerce le dur labeur du marin-pêcheur est celui d’un monde sinon inconnu du moins mal connu. Les marins vivent hors du temps défini par les terriens mais aussi hors de leur espace. Au fur et à mesure de l’avancement de nos recherches, nous nous sommes rendu compte d’un désintérêt quasi total pour l’élément social de cette marine. Le propre d’une telle étude n’était pas de soulager la bonne conscience de certains, mais bien au contraire de revigorer les enthousiasmes d’une collectivité qui, sans avoir réellement perdu son âme, a sans aucun doute laissé passer trop d’occasions pour demeurer un élément identitaire spécifique et unique de la société littorale.

6Le choix de ce sujet se justifiait tout particulièrement dans le cadre d’une observation de la charnière de la seconde moitié du XIXe siècle. Puisant son essor économique et industriel sous le Second Empire, l’activité des pêches maritimes se développe de manière considérable à partir de 1870-1890. Boulogne se situe à une position stratégique de la géographie maritime, aux frontières halieutiques de la mer du Nord et sur le passage saisonnier des bancs harenguiers.

7La mer à l’évidence est source de bien des projets, de rêves et de conquêtes. De ces falaises du Nord, au départ de ces navires brisant les lames, il n’est pas rare de voir les familles et les promeneurs se laisser aller à une méditation trompeuse et enivrante. Il est, en effet, un pays, Boulogne-sur-Mer, qui envoie régulièrement ses fils perpétuer la tradition familiale et régionale : celle des travailleurs de la mer. Mais ce pays n’a pas la chance de s’appeler Bretagne, alors à quoi bon le présenter ?

8Si la mer revêt des images diverses à l’instar d’un kaléidoscope, si elle dévoile des tableaux aimables, si elle n’est pour beaucoup que la mer des escapades et des vacances, pour le mousse, pour le marin de métier, pour le marin-pêcheur, elle est un autre univers. Un univers extraordinaire où se conjuguent des sentiments mêlés d’évasion et de risques. Et si l’homme n’a jamais autant puisé sa force qu’au contact des éléments naturels, la population boulonnaise n’a jamais été autant en phase avec elle-même que lorsqu’elle s’est tournée vers la mer.

9Géographie et histoire, aussi bien que dynamisme industriel et potentiel humain, sont les facteurs de cette grande activité économique locale et régionale. Boulogne n’est pourtant pas le seul havre de la Manche, mais l’histoire a suffisamment laissé son empreinte pour que s’affermisse un grand pôle portuaire. Les hommes, qu’ils soient inventeurs, armateurs ou simples navigants, sont incontestablement les éléments déterminants d’une orientation maritime de l’économie boulonnaise. Mais cette activité eut été invraisemblable sans les apports humains des « gisements » de la commune du Portel et des environs proches de ce qui va devenir la capitale du poisson frais en France. Jusque vers les années 1970-1980, ce port se caractérisait par ses équipages boulonnais, mais plus encore par l’attraction des marins des villages côtiers avoisinants : Le Portel, Equihen, Audresselles, Ambleteuse, sans oublier le « vivier » d’Étaples. L’industrialisation et l’appel d’une main-d’œuvre, sinon spécialisée, du moins robuste, vont ainsi aspirer toute une population courageuse.

  • 1 T. Capillier, Pêches et Pêcheurs à Boulogne sur Mer, 1870-1980, 6 vol. 1645 p., soutenue le 26 sep (...)

10Si les XIXe et XXe siècles ont été ceux de l’apogée de l’activité minière pour le Nord et le Pas-de-Calais, ils l’ont été tout autant pour les pêcheurs en mer. L’intérêt d’une telle étude était de présenter le mouvement de la Révolution Industrielle dans l’activité des pêches maritimes, sur la longue période de 110 ans. Les dates extrêmes en sont 1870 et 1980. 1870 marque la fin du Second Empire qui donne à Boulogne en 1866 la place de leader national pour la pêche fraîche et pour le tonnage global des captures. C'est aussi un nouveau régime politique qui commence avec la Troisième République, à l’origine du renouvellement de l’environnement politique et du dynamisme économique de Boulogne. 1980, et particulièrement l’été 1980, marque le déclin de cette activité qui a tant donné à l’économie locale, régionale et nationale. À bien considérer la conjoncture des pêches boulonnaises, le deuxième choc pétrolier sonne le glas d’une prospérité fragilisée dès les années 19601.

11Au cours de l’élaboration de ce travail, certaines options ont été prises pour surmonter les obstacles rencontrés ; il convient de les indiquer ici. Le phénomène étudié est localisé sur le port de Boulogne-sur-Mer. Cependant il eut été fâcheux de ne pas prendre en considération les facteurs limitrophes, acteurs de la vitalité de l’ensemble de l’activité des pêches locales. La dynamique boulonnaise résultait en réalité de la conjonction d’agents interdépendants. Dans cette perspective, la pêche artisanale des petits villages côtiers ne devait pas être sous-estimée. L’interprétation générale des éléments sociologiques de la marine boulonnaise nous obligeait à adopter une vision globale et plurielle de cette marine de pêche. Ainsi, il importait de comparer les éléments caractéristiques de chacune de ces entités qui composaient et qui continuent de composer une seule grande famille. Ces différents corps ne se retrouvent-ils pas dans le ou les mêmes quartiers : Saint-Pierre ou Capécure ? Si certains traits de caractère se manifestent par leur diversité, et s’il demeure des rivalités de localités entre Boulogne et Le Portel ou entre Le Portel et Equihen, ces populations partagent une forte identité culturelle.

  • 2 P. Loti, Pêcheurs d’Islande, Paris, Calmann Lévy, 1886.

12Cette étude est avant tout fondée sur l’élément social et humain. Trop souvent, l’engouement pour l’histoire des techniques a provoqué une mise en sommeil des éléments sociaux et sociologiques. L’histoire maritime n’a pas échappé à ce regrettable constat. La marine boulonnaise a trop longtemps souffert de cette injustice. Grâce en particulier à Emmanuel Chadeau, nous avons essayé de redonner ses lettres de noblesse au volet social de l’histoire des techniques. Dans cette recherche, il importait de placer l’homme et sa famille dans une présentation plus harmonieuse du corpus de l’histoire maritime boulonnaise. Pour mieux connaître la vie de ces hommes et de ces femmes, nous avons étudié précisément les récits et les témoignages, oraux ou écrits. Le métier de marin-pêcheur, quelques écrivains, trop peu nombreux à notre avis, en ont compris la grandeur. Pour mémoire, rappelions parmi eux le lieutenant de vaisseau Pierre Loti qui, continuant une tradition de la marine impériale, a décrit à bord des morutiers d’Islande la vie dangereuse et nostalgique de ces marins dans Pêcheurs d’Islande2.

« Le ciel était couvert d’un grand voile blanchâtre qui s’assombrissait par le bas vers l’horizon, pareil aux gris plombés, aux nuances ternes de l’étain. Et là dessous, les eaux inertes jetaient un éclat pâle qui fatiguait les yeux et donnait froid ».

  • 3 E. Peisson, Le Chalutier 304, Paris, B. Grasset, 1936.
  • 4 R. Vercel, Remorques, Paris, A. Michel, 1935 et ID., Jean Villemeur, Paris, A. Michel, 1939.
  • 5 E. Hemingway, Le vieil homme et la mer, Paris, Gallimard, 1952.

13D’autres écrivains ont repris ce thème pour nous apporter, dans une lecture confortable et nocturne, l’âpreté d’un quotidien presque jamais signalé. L’homme se bat tous les jours contre les caprices du temps et rafle inlassablement au fond du chalut cette manne céleste des jours de disette et d’abondance, cette « provende banale » qui appartient à celui qui a le courage de l’extraire. Parmi ces enquêteurs et ces passionnés qui sont marqués du signe de la mer, il faut surtout mentionner Édouard Peisson, familier de la mer du Nord et de la Baltique3. Il se révèle, dans Le Chalutier 304, l’un des peintres les plus robustes des « coups de chien ». Puis, Roger Vercel, universitaire, fils adoptif de la Bretagne, qui a su si bien pénétrer l’âme secrète et sauvage des terre-neuvas et qui, dans Remorques et Jean Villemeur. ; a si parfaitement décrit les embardées de la grande pêche sur les côtes d’Islande4. Ernest Hemingway, avec Ee Vieil homme et la mer. ; ajoute également un peu de grandeur à ces chevaliers des tempêtes5.

  • 6 E. Deseille, Curiosités de l’histoire du pays boulonnais, Paris, Picard, 1884 [Rééd. fac-sim., StP (...)
  • 7 J. Bourgain, Pêches et pêcheurs boulonnais en 1908, Thèse de Droit, Paris, V. Giard et E. Brière, (...)
  • 8 R. Bazin, Gingolph l’abandonné, Paris, Calmann Lévy, 1914.
  • 9 P. Hamp, Marée fraîche, Paris, Éd. de l’ARF, 1918.

14Si la ville de Boulogne a connu un passé très florissant et une littérature rare et quasi scientifique portant sur l’activité des pêches maritimes, il est regrettable aujourd’hui de constater le désintérêt culturel pour une activité qui a fait la renommée et la richesse de cette cité. Comment ne pas souligner les travaux remarquables d’Ernest Deseille6 sur les origines et les activités des pêches boulonnaises ? Comment ne pas signaler l’étude doctorale de Jean Bourgain7 sur la sociologie de la marine boulonnaise ? Il demeure aussi un ouvrage sensible et merveilleux de René Bazin avec son Gingolph t'abandonné8. Quant à Pierre Hamp, il vient, lui aussi, chanter la peine des hommes, la noblesse de l’effort humain avec Marée fraîche9.

  • 10 G. Oustric, Le port de Boulogne-sur-Mer au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Doctorat de 3e cycle, L (...)

15Ce fut un rare bonheur de goûter l’activité des quais de Boulogne au siècle dernier. Ce fut un vrai plaisir de s’immiscer dans cette vie maritime authentiquement boulonnaise. A l’exception de quelques recherches de valeur, l’histoire des pêches maritimes en France a été longtemps peu étudiée et le premier port du pays partageait le sort commun. Face à une telle situation, des historiens comme Michel Mollat ou Alain Cabantous, ont eu la bonne idée de nous faire part de leur passion pour ce type d’activité. Plus près de nous et de notre sujet, une thèse remarquable et bien documentée se lit avec grand profit : Le port de Boulogne-sur-Mer (1815-1914) de Georges Oustric10. Cet auteur, qui fut aussi notre ancien professeur d’histoire géographie, devait en réalité nous ouvrir dès 1983 la voie de la recherche historique.

16D’une certaine façon, il n’y a pas de fait proprement historique, il n’y a que des faits politiques, économiques, sociaux qui ont existé à des moments du passé et que l’historien doit reconstituer dans leur état et leur devenir temporel en utilisant les techniques de l’érudition, la méthode critique ou encore des concepts des sciences sociales. Dans leur avertissement aux lecteurs du premier numéro des Annales, Marc Bloch et Lucien Febvre affirmaient leur intention de travailler à démolir les cloisons et à jeter des ponts entre les spécialistes qui étudient les sociétés contemporaines et ceux qui étudient les sociétés du passé. Plus tard, Febvre dira que les Annales se sont fondées sur un programme d’échanges intellectuels et d’interpénétration de méthodes et de disciplines. En ce sens, la sociographie maritime historique nous a obligé à appréhender avec rigueur l’élément quantitatif.

17À partir des statistiques de la Chambre de Commerce de Boulogne et de la remarquable documentation conservée dans les archives de l’Union des Armateurs à la Pêche de France et du Comité national des Pêches maritimes et des Cultures marines, nous avons pu relever précisément de très nombreuses informations sur la pêche boulonnaise dans une perspective globale et comparatiste. Ce résultat nous a permis de déterminer la position boulonnaise dans le concert national et européen. Tout ce travail de recherche documentaire est passé bien évidemment par des contacts privilégiés avec les principaux acteurs de la filière boulonnaise des pêches maritimes. À bien la considérer, la richesse des archives concernant la pêche boulonnaise est importante mais relativement dispersée. Enfin, la période étudiée nous offrait la possibilité de recourir au témoignage oral. Deux personnes, l’une née en 1900, l’autre en 1902, furent les doyens de cette grande famille qui a bien voulu nous rencontrer. Toutes les catégories ont été peu ou prou interrogées. De l’armateur au simple matelot, en passant par le patron, le chef mécanicien, le gardien, les employés de la marée, de la salaison et des autres métiers ont été sondés. Cette enquête orale représente aujourd’hui un peu plus de quarante heures d’enregistrement. Comme fils de Capitaine de pêche et d’Officier de port, notre travail fut facilité. La marine boulonnaise, discrète par définition, s’est ouverte tout naturellement à nous. L’approche étant beaucoup plus amicale voire familiale, l’étude a pu, sans aucun doute, prendre un tout autre relief. Certains sujets comme la politique, le syndicalisme, l’élément religieux ont pu être abordés sans tabous et en confiance. Des témoignages écrits, des mémoires de famille, des cartes, des lieux de pêche, de petites monographies nous furent confiés et même donnés.

18Notre recherche visait en définitive à fondre en un seul bloc une approche économique de la pêche boulonnaise et le vécu quotidien des hommes de la mer et de leurs familles. Il nous appartenait en conséquence de présenter cette activité dans toutes ses composantes, de discerner et de mettre en valeur les vrais grands hommes. Ce monde, si refermé sur ses quartiers et ses mentalités, fut en prise directe avec les autres flottes françaises et européennes. La mer est en effet un univers où se côtoient toutes les grandes puissances économiques. Dans un XIXe siècle qui se projetait dans le mouvement de la révolution industrielle, les pêches constituèrent un des éléments fondamentaux de l’économie maritime.

19Après une observation méthodique, c'est tout un environnement professionnel et ses perspectives sociales qui furent mis au jour. Les grands changements qui ont transformé le métier de 1870 à 1918 nous livrèrent d’importantes réponses à des questions posées depuis longtemps. Le tableau chronologique et thématique couvrant la période 1870-1918 dégage les effets de la Révolution industrielle sur l’activité des pêches et la sociologie de la population maritime qui s’y rattache. De même, c'est toute la conjoncture de cette fin de XIXe et du début du XXe siècle qui est analysée. Présenter les années 1870-1918, c'était avant tout mettre l’accent sur l’environnement global des pêches boulonnaises dans ce XIXe siècle finissant. S’il doit y avoir une logique dans ce processus historique, elle doit être décelée sans aucun doute dans le particularisme de la marine boulonnaise et dans la singularité du quartier de la Beurrière, foyer d’une population en marge ou à la périphérie de la société, mais toujours désireuse d’affirmer son identité. De même, l’environnement des pêches né de la Révolution Industrielle est avant tout déterminé par l’apport en capitaux de ces nouveaux armateurs qui ont su croire dans ce type d’économie. Le Travail rejoignait le Capital, les conditions étaient réunies pour que la pêche boulonnaise puisse connaître une véritable révolution.

20De 1870 jusqu’à la première guerre mondiale, la pêche boulonnaise connaît un essor remarquable de par le tonnage débarqué, la croissance quasi continue de la valeur des ventes et la diversité des espèces pêchées grâce aux différents types de métiers pratiqués.

21À la fin du XIXe siècle, la pêche à Boulogne s’est structurée et mise au diapason du développement industriel. Le chemin de fer permet le désenclavement du Boulonnais et ouvre par voie de conséquence le grand marché des produits de la mer vers la capitale et le reste de la France. Après trois décennies de croissance soutenue, Boulogne devient le premier port de pêche français pour la valeur de ses produits, parce qu’il est à la fois un port de poisson de marée consommé frais mais aussi un centre de salaison très important.

22D’autre part, à l’échelon local, entre 1918 et 1945, se déroule une phase intermédiaire de crises, de soubresauts et de mutations techniques et technologiques. Cette charnière chronologique se caractérise par des transformations profondes de la sociologie et des mentalités locales. L’étude des années 1919-1945 incite cependant à la prudence en regard de certains facteurs économiques qui pouvaient laisser croire à une croissance durable. Le social ne suit pas toujours l’euphorie de la reprise économique : la crise est toujours latente même quand elle ne sévit pas automatiquement. Au regard de certaines données, la crise qui frappe en 1931 puise ses racines dans les faiblesses structurelles de la pêche boulonnaise et ne dépend pas de la seule conjoncture. Il semble qu’en réalité il y ait un caractère plus endémique dans ce mal boulonnais.

23Sans dire pour autant que le premier port français connaît toujours une crise, le premier port français, il existe continuellement des éléments qui limitent sa croissance. Quant aux années de guerre, dès septembre 1939, la « drôle de guerre » n’est qu’une transition obligée pour le monde de la pêche qui doit répondre à l’appel de la mobilisation et de la réquisition. La guerre-éclair, l’Occupation, mettent entre parenthèses le monde maritime qui n’a qu’un seul désir, celui d’affirmer son identité par la singularité d’une activité très aléatoire. La politique de Vichy et le corporatisme des pêches qui s’inscrivent dans la doctrine de la Révolution Nationale et de la Charte du Travail mettent en avant une politique générale des pêches par une restructuration des corps professionnels. C'est donc dans le cadre d’une communauté de pêche amaigrie et affaiblie que se détermine la volonté farouche de la marine boulonnaise de maintenir, un tant soit peu, le souffle d’une présence.

24De 1945 à 1980, l’activité et l’environnement des pêches maritimes connaissent une phase de profonde mutation, notamment avec l’arrivée d’une nouvelle génération de chalutiers, et une remise en cause de la prospérité dès la fin des années soixante. Du lendemain de la deuxième guerre mondiale aux années 1957-1960, la pêche boulonnaise repart sur des bases nouvelles et novatrices dans une conjoncture favorable à un essor économique et industriel. Les armateurs et les patrons de pêche boulonnais ont ainsi fait preuve de beaucoup d’ingéniosité dans l’élaboration de nouvelles techniques de pêche. Cependant, cette prospérité, qui n’est pas spécifique à Boulogne, repose sur des équilibres fragiles qui à terme subissent une crise d’exploitation et de confiance dans une activité du secteur primaire en proie à une remise en cause tous azimuts. Les apports de harengs qui ont fait la renommée et l’existence de Boulogne chutent irrémédiablement. L’overfishing ou surexploitation de certains fonds halieutiques et la dérégulation du marché du poisson dans le cadre d’une Europe ou plutôt d’une non Europe des pêches vont provoquer une crise très profonde.

25Les années 1980 et 1990 sont pour Boulogne-sur-mer des années de difficultés et de restructuration. En effet, si l’année 1980 reste dans la mémoire des Boulonnais comme celle des problèmes de la pêche, elle ne fut, en réalité, que celle de leur révélation au grand public. Depuis longtemps déjà, les professionnels de la pêche subissent une crise qui les atteint de plein fouet et se traduit par une augmentation continue des charges d’exploitation qu’une trop faible progression des prix (quand ce n’est pas une diminution), ne parvient pas à compenser. Cette crise de la pêche s’aggrave en raison des difficultés internationales dues aux effets de la guerre du Kippour, qui entraîne à partir de 1973 ce qu’il est convenu d’appeler le premier choc pétrolier, qui conduit à la crise iranienne de 1979 et à la récession de 1981-1982. Dix années universitaires se sont achevées avec cette thèse d’histoire. Au total un peu plus de sept années furent consacrées à la recherche. Une maîtrise et un DEA nous ont donné goût à ce qui est devenu une passion : le patrimoine maritime. Comme il fut agréable de revivre l’épopée de ces personnes dont la fibre fut coulée dans la simplicité et le courage. Une connaissance plus approfondie des XIXe et XXe siècles a permis de reconstituer le puzzle qu’était devenue l’histoire de la pêche boulonnaise. Nous avons été le témoin d’une grande époque. Une des joies que l’on peut tirer de la science historique est de pouvoir mesurer, avec le recul nécessaire, l’intensité et l’impact des éléments sur les sociétés et les hommes. L’histoire comme le temps sont en perpétuel mouvement et nous espérons que cette étude ne sera pas la dernière sur ce thème. Des pistes de travail ont été avancées, des interrogations ont été levées, mais la quête de la vérité historique doit être de tous les instants. Il reste à ceux qui voudront bien reprendre le flambeau à trouver autant de satisfaction que nous avons pu en avoir tout au long de notre travail.

26Cette recherche a nécessité le dépouillement de documents très variés et très éloignés les uns des autres. Il en résulte un constat amer, celui de la mauvaise conservation de ces archives si spécifiques. Si une vraie mobilisation pour sensibiliser à la fois les professionnels de la pêche et la population boulonnaise n’est pas décidée, à très court terme, nous pouvons craindre une disparition systématique de cette mémoire collective. Les témoins ne sont pas immortels et les sources orales et documentaires sont en voie de disparition. Il reste tellement à faire... et Boulogne n’a toujours pas son musée de la pêche ! Les professionnels, les administratifs, les amis, certains hommes politiques même, tous ont formé une équipe soudée pour nous libérer de certaines contraintes. D’une certaine façon, ils avaient raison de croire en ce projet. Aujourd’hui, tous ensemble, nous avons réussi un travail de collecte indispensable pour la mémoire de la marine boulonnaise ; il nous faut cependant et inlassablement continuer d’œuvrer pour préserver et si possible valoriser ce qui constitue la source de l’identité boulonnaise : la mer...

27Ma dette est grande envers M. le Professeur Yves-Marie Hilaire qui a bien voulu diriger nos premiers travaux universitaires. Ma gratitude va enfin à mon directeur de thèse, M. le Professeur Emmanuel Chadeau, dont la compréhension, les encouragements, les suggestions et les différents soutiens ont facilité ma recherche et m’ont permis de garder confiance tout au long de mon entreprise. Chercher à savoir et aider à faire savoir, telles furent les grandes qualités professionnelles et humaines du Professeur Emmanuel Chadeau...

Notes

1 T. Capillier, Pêches et Pêcheurs à Boulogne sur Mer, 1870-1980, 6 vol. 1645 p., soutenue le 26 septembre 1996,

2 P. Loti, Pêcheurs d’Islande, Paris, Calmann Lévy, 1886.

3 E. Peisson, Le Chalutier 304, Paris, B. Grasset, 1936.

4 R. Vercel, Remorques, Paris, A. Michel, 1935 et ID., Jean Villemeur, Paris, A. Michel, 1939.

5 E. Hemingway, Le vieil homme et la mer, Paris, Gallimard, 1952.

6 E. Deseille, Curiosités de l’histoire du pays boulonnais, Paris, Picard, 1884 [Rééd. fac-sim., StPierre de Salerne, G. Monfort, 1977].

7 J. Bourgain, Pêches et pêcheurs boulonnais en 1908, Thèse de Droit, Paris, V. Giard et E. Brière, édité : Wimille, Punch Éd., 1999.

8 R. Bazin, Gingolph l’abandonné, Paris, Calmann Lévy, 1914.

9 P. Hamp, Marée fraîche, Paris, Éd. de l’ARF, 1918.

10 G. Oustric, Le port de Boulogne-sur-Mer au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Doctorat de 3e cycle, Lille 3, 1981 [édité : La Sentinelle, éd. Le Téméraire, 1995].

Auteur

Docteur en histoire

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540