Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Les élèves et les amis. Contributions scientifiques

« Bourgeois de Calais en redingotes »

Les Valdelièvre, fondeurs, négociants, armateurs et fabricants de dentelles au xixe siècle

Christian Borde

Texte intégral

  • 1 D. Dewavrin, Hymne en l’honneur du dévouement d’Eustache de Saint-Pierre et de ses compagnons, A M. (...)

Mais ces bourgeois d’humbles lignées
Foulant au pied les destinées
Vivent toujours à travers les années
1

  • 2 J. Peumery, Livre d’Or des Bourgeois de Calais, Calais, Peumery, 1895, p. 109.
  • 3 Les communes de Calais et de Saint-Pierre-lès-Calais, vaste banlieue industrielle au sud de la vill (...)

11895, l’inauguration du monument des Bourgeois de Calais, c’est un peu le triomphe de la fonderie d’art du XIXe siècle, en même temps que le moyen employé par les républicains calaisiens pour exalter, selon le mot du maire Orner Dewavrin, des « héros du courage civil »2. Parmi eux, le nom du fondeur parisien du monument, Leblanc Barbedienne, est éclipsé par le génie universel de Rodin ; celui de Jean-Baptiste Valdelièvre, lui aussi fondeur, est aujourd’hui absent des annales de l’histoire industrielle de Calais, au profit des fabricants de dentelles dont les patronymes ont été utilisés abondamment pour baptiser rues et ruelles du Grand Calais, ville dont le monument célèbre l’avènement3.

  • 4 Il s’agit de trois boîtes d’archives de la famille Valdelièvre qui nous ont été communiquées par un (...)
  • 5 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il échappé à la loi des trois générations ? », in P. Fr (...)
  • 6 Le titre de cet article nous a été suggéré par Emmanuel Chadeau dans sa préface de Calais et la mer (...)

2La famille Valdelièvre mérite pourtant d’être tirée de l’ombre puisqu’elle fut à l’origine des développements de plusieurs secteurs moteurs de l’économie locale - la fonderie, la filature de lin, la scierie mécanique et le négoce des bois - et qu’elle participa, à sa manière, à l’incontournable activité qui dominait la place au XIXe siècle, la fabrique des tulles et dentelles « à la mécanique ». Ce sont quelques trames essentielles de l’histoire d’une des familles les plus fortunées de Saint-Pierre-lès-Calais au XIXe siècle que l’on tentera d’esquisser à partir de sondages effectués dans les archives notariales et dans quelques épaves d’archives familiales4, selon le schéma classique des trois générations successives5. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette évocation de quelques-uns des « bourgeois de Calais en redingotes »6, nous révèle un grand éclectisme et la vigueur entrepreneuriale d’une place industrielle et commerciale souvent montrée du doigt comme un modèle de mono-industrie.

De la fonderie au tulle : le fondateur, Jean-Baptiste Valdelièvre-Penne (1778-1857)

  • 7 Journal de Calais, 29 janvier 1890.
  • 8 Arch. mun. Calais, J, Police, registre des procès-verbaux du commissaire, Vol de vases sacrés et de (...)
  • 9 Arch. dép. Pas-de-Calais, 4E 55-474, 12 juillet 1820, obligation.

3Né à Nancy vers 1778 d’une famille d’artisans, Jean-Baptiste Valdelièvre entra au service militaire le 9 germinal an V et servit jusqu’en 1807, date à laquelle il se trouvait en garnison à Calais. Réformé à cause de ses blessures, le jeune lorrain y épousa Suzanne Penne sans faire de contrat de mariage. Au début de leur établissement, les Valdelièvre-Penne étaient de simples artisans habitant une petite maison rue de Guise dans un quartier pauvre de Calais intra-muros. Cet « habile ouvrier fondeur »7 apparaît pour la première fois dans les archives locales, tout à son honneur, à l’occasion d’une affaire de vols de vases sacrés à l’église Notre-Dame de Calais8. Laborieux et honnêtes mais ne disposant d’aucun capital, les époux multiplièrent les obligations de crédit envers divers prêteurs fort modestes : 2 000 francs en 1816, 3000 en 1818 et 1820, 1000 francs en 1819. En 1820, Jean-Baptiste et Suzanne empruntaient 3000 francs à une veuve Delahaye, cafetière de son état, en offrant comme garantie leur maison9 ; cependant, les époux parvenaient à vendre une autre petite maison leur appartenant en 1822 et nous savons qu’ils possédaient un commerce de quincaillerie à Calais. Leur course au crédit ne s’acheva qu’au milieu des années 1830, dès que le grand atelier de fonderie créé à Saint-Pierre leur permit de réussir des affaires plus solides et de ne recourir à l’emprunt qu’exceptionnellement. Les voies de la fortune pour les Valdelièvre allaient suivre celles des fabricants de dentelle désireux d’échapper au monopole anglais des « intérieurs » de métiers, mais aussi et surtout leur réussite s’explique parce que les deux époux surent diversifier leur production et leurs activités au sein d’une Fabrique en pleine « lace mania ».

  • 10 Journal de Calais, 1828, p. 508.

4La « fonderie de fonte et de cuivre » était inséparable du développement de la fabrique de tulle, comme l’était le secteur appelé « serrurerie » qui dépassait largement les activités que nous plaçons aujourd’hui sous ce vocable. Jean-Noël Dubout, premier fabricant de tulle français est censé, d’après la vulgate développée par la suite, avoir été un simple « serrurier ». En réalité, il était l’héritier d’une maison de commerce puissante, même si son grand-père exerçait le métier de simple forgeron. L’industrie naissante des tulles avait besoin de deux types de produits issus de l’artisanat traditionnel : dans un premier temps, des « bobines » très particulières, en fait des canettes, capables de guider les très fins filés de coton et de soie destinés à la fabrication du tulle et des bas ; ensuite, toute une mécanique fine que l’on retrouve aujourd’hui au cœur des métiers à dentelle. Ces deux éléments semblent avoir été à l’origine de la fortune de Jean-Baptiste Valdelièvre. En 1828, il annonçait au public calaisien que, quittant Calais pour Saint-Pierre il continuait « son état de fondeur et la confection des charriots (sic) et bobines pour les métiers au tulle, ainsi que les diverses autres pièces en cuivre qui conviennent à cette partie, et à des prix très modérés »10.

  • 11 L. Bergeron, Les capitalistes en France (1780-1914), Paris, Archives-Gallimard, 1978, p. 17.
  • 12 Ibid., p. 14.
  • 13 Papiers Valdelièvre, Procès-verbal d’ouverture de liquidation, Champenois, 20 octobre 1857.
  • 14 Arch. dép. Pas-de-Calais, 4E 55 Lemaire, 10 janvier 1844.
  • 15 Ibid., 3 mai et 15 septembre 1852.

5La proposition de Louis Bergeron selon laquelle « la propriété foncière et immobilière est toujours à l’horizon du capitalisme »11 est vérifiée pour les entrepreneurs calaisiens les plus dynamiques. Pour Dubout père et fils, créateurs du premier grand atelier de dentelle de Calais, la possession d’immeubles de tous ordres dans Calais intra-muros avait permis dans un premier temps de placer métiers et tullistes britanniques dans les caves, les greniers, les écuries ou les fonds de cour, puis, finalement, de faire construire une véritable usine sur la partie sud du rempart. Dès 1816, Dubout fils bénéficiait donc d’une antériorité sur des artisans comme Valdelièvre. Ce dernier voulait développer des activités bien plus polluantes sur le plan sonore et nécessitant de grands espaces : le territoire intra-muros n’était pas favorable. La recherche de la respectabilité par la propriété ne fut pas le premier souci de ces industriels, même si elle eut sa place un peu plus tard ; elle ne semble venir qu’en second lieu après des impératifs purement techniques12. L’achat de terrains de faible valeur – moins d’un franc au mètre carré – sur le territoire de la commune de Saint-Pierre fut donc une longue patience qui mena les Valdelièvre jusqu’au milieu des années 1830. En mai 1834, Alexis achetait avec sa femme un jardin à Saint-Pierre, vendu 2 000 francs par un commissionnaire et sa femme demeurant à Calais. C’est là qu’il installa son grand atelier de fonderie, puis ses dépendances : « habitation de maître, magasins, bureaux et habitations ouvrières »13. Le couple acquit en 1840 deux maisons rue Lafayette, proches de leur usine, à Jean-Marie Tourneur, agent de police, pour 10 500 francs14. Ces deux achats furent possibles par un nouveau recours au crédit jusqu’en 185215.

6En effet, vers 1840, la fortune naissante des Valdelièvre n’avait rien d’ostentatoire. Au recensement de 1836, ils n’entretenaient aucun domestique, et il fallut attendre 1841 pour qu’un jeune apprenti fondeur, Théodore Ghins, fût logé chez eux. Même absence de domestique résidant chez leur fils Alexis en 1836, alors que son voisin et associé pour une scierie, Joseph Fougère, « marchand de planches » hébergeait déjà une servante âgée de 20 ans.

  • 16 Papiers Valdelièvre, Me Dupont, notaire au Havre, 20 octobre 1851. Vente par Jacques Mournet et Hen (...)
  • 17 Ibid., Me Marell, notaire au Havre, 14,15 et 16 septembre 1853.

7Les alliances matrimoniales des enfants de Jean-Baptiste furent conclues dans le cercle de l’artisanat et celui des ouvriers de métiers, avec une petite incursion dans la moyenne bourgeoisie et surtout les milieux maritimes de Calais, de Dunkerque ou du Havre. Libérés du crédit de leur maison de Saint-Pierre, les Valdelièvre purent devenir propriétaires en Normandie : leur fille Suzanne Héloïse, surnommée Suzette, ayant convolé avec un « forgeron de marine au Havre », Édouard Célestin Lemaitre, la famille éprouva le besoin d’acquérir en premier lieu, en octobre 1851, un « pavillon de campagne » à Graville (Eure) au sud de la rue Washington pour 6 000 francs16 ; puis, en septembre 1853, les parents Valdelièvre offraient aux jeunes mariés une occasion de s’établir à moindre frais. À la faveur d’une vente au tribunal des biens du négociant parisien Charles Grégoire Guillon, ils achetaient un grand magasin au 53 du quai d’Orléans auquel était annexée une maison d’habitation17. Les bâtiments furent d’abord loués en janvier 1854 aux jeunes époux, pour un loyer annuel de 2 400 francs avec option d’achat à 50 000 francs « même après le décès de M. Valdelièvre ou de son épouse jusqu’au moment de la vente par ses héritiers ». Voici donc les entrepreneurs calaisiens soutenant les débuts d’une entreprise liée à la construction navale normande.

8Désirée Valdelièvre se mariait également dans le milieu des artisans en voie de devenir industriels, en épousant le « mécanicien » dunkerquois Pierre Flouest en 1857, tandis qu’Éléonore Azéma s’unissait à un capitaine de navires calaisien, Paul Auguste Gossein, ami personnel du prince Louis Napoléon Bonaparte, héros des deux expéditions lancées par les armateurs calaisiens Renard Duniagou et Pecquet sur les côtes de Guinée entre 1848 et 1851. Même s’il ne semble pas qu’il ait fait fortune dans cette hasardeuse entreprise, Gossein devint à l’occasion une célébrité locale et une notabilité sous le Second Empire. Décoré de la Légion d’Honneur, il mit fin à sa vie maritime mouvementée en devenant receveur particulier des finances à Châteaulin (Finistère), puis à Saint-Omer.

9En mariant leurs filles, les Valdelièvre-Penne pariaient sur des alliances techniques plus que financières. Cela s’explique par la montée en puissance des fabrications de la fonderie, qui prenait place parmi les plus importantes de la région. Le rôle nouveau de cette activité dans le développement de l’industrie tullière peut être mesuré par une anecdote qui nous transporte à Boulogne-sur-Mer le 7 mars 1829. Un sieur Camiaz, locataire d’une cave qu’il occupait rue des Vieillards, exposait au maire de la ville que :

  • 18 Cité par ha Vie calaisienne, 19 mai 1912, p. 5.

« ladite cave vient d’être louée à un fabricant de tulle, le sieur Denibas, qu’il se propose d’y établir trois métiers en fer pesant 750 kg chaque (sic) dont le poids se trouve en quelque sorte doublé lorsqu’ils sont mis en mouvement, qu’il y a lieu de craindre que les poutres qui soutiennent le plancher ne présentent pas la solidité nécessaire, et il demande que les lieux soient visités par M. l’architecte commissaire voyer, à l’effet de reconnaître s’il est de toute impossibilité d’établir des métiers dans cette ancienne construction »18.

  • 19 Ibid., Arrêté du maire de Boulogne, 29 mars 1829.
  • 20 Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1212, Statistique industrielle, 1844.
  • 21 « Quand le métier mécanique sort des ateliers du constructeur, il arrive à l’atelier en charpentes (...)

10Finalement, Félix Denibas fut autorisé à effectuer des travaux de consolidation19 qui firent sans doute le bonheur du fournisseur local. Valdelièvre possédait vers 1845 le monopole de ces fabrications lourdes, très importante annexe de la tuilerie : d’abord, les cadres de fer ou de fonte pour les métiers20 et après les bobines, l’ensemble des pièces de ces machines qui devinrent de plus en plus grandes au fil du temps et que Jules Bertrand décrit en 1884 comme des « masses métallurgiques »21 ; ensuite, les fortes poutres et linteaux de fer et de fonte destinés à renforcer l’armature de la charpente des ateliers, puis des usines, qui constituaient des tonnages encore plus considérables.

  • 22 Journal de Calais, 8 octobre 1845.
  • 23 H. Hénon, L’industrie des tulles et dentelles mécaniques dans le Pas-de-Calais, Paris, Belin, 1900, (...)
  • 24 Arch. mun. Calais, 2F SP3.
  • 25 Moniteur de Calais et Saint-Pierre, 11 août 1860.

11En 1844, l’unique concurrent de la fonderie Valdelièvre est la petite entreprise Turner qui produisait à peine 6 460 francs de fonte destinée à la fabrication de poêles et de plaques de cheminée, contre une production de 58 690 francs chez Valdelièvre. Ce dernier employait alors 36 ouvriers et trois enfants, produisant 110 tonnes de fonte qui ne se limitaient pas aux besoins de l’industrie, mais touchaient à l’ensemble du marché local et national. Valdelièvre fondit les nouvelles cloches de l’église Notre-Dame et du beffroi de Calais, il monta la statue de Napoléon sur la colonne de la Grande Armée à Boulogne ainsi que les deux énormes portes en bronze et les bas-reliefs destinés à orner la base du monument ; le marché en valait la chandelle : 22 000 francs pour le coulage de ces pièces. Il fondit également une statue du maréchal Soult qui fut placée au ministère de la Guerre22 et, à partir des années 1850, il commença la fabrication de très grandes pièces destinées aux machines à vapeur des usines de dentelles23 : dès 1860, 33 fabricants de Saint-Pierre utilisaient des machines de 3 à 12 chevaux24. Jean-Baptiste créa en outre un atelier de construction mécanique, activité de réparation des métiers qui s’occupait également des machines à vapeur et autres machines-outils. En 1852 et 1855 la fonderie fournit les premières grues du port de Calais et réparait les avaries de machine du navire de l’État garde-pêche le Corse, premier navire français à hélice, en 186025.

  • 26 Journal de Calais, 2 août 1865 et Me Lelièvre Dubroeuille, 19 juillet 1865.

12La Compagnie des Hauts fourneaux et laminoirs de Guînes, gérée par Francis Adcock avec un capital de 2,5 millions dans cette bourgade proche de Calais, lui fit peut-être concurrence à partir de la réorganisation de la société en 1853. L’usine guinoise disposait alors, outre de deux hauts-fourneaux, d’un train de laminoirs et de fours à puddler, d’une fonderie et d’une forge à l’anglaise. En 1865, se forma à Saint-Pierre une autre fonderie de quelque importance : Jean-Pierre Joachim Dupont, fils du négociant Henri Dupont, finança la société Triquet et Mainé pour la fonderie de fer et de cuivre, dédiée à « la construction de machines à vapeur et tout ce qui se rattache à l’industrie métallurgique »26. Cette tentative qui accompagnait la création de nouveaux ateliers à tulle ne semble pas avoir eu de suite.

  • 27 Chambre de Commerce, Calais, VIII-6432, Outillage et équipement industriel et commercial, rapport s (...)

13Les ateliers de Valdelièvre ne fabriquèrent jamais de métiers en entier, cette activité ayant toujours été très hasardeuse étant donné les mutations très rapides de ces « mécaniques ». À la fin du XIXe siècle, le rédacteur de la Chambre de Commerce de Calais rappelait que « des mécaniciens routiniers » avaient fondé des ateliers de construction mécaniques pour ce genre de machines, mais que la plupart avaient échoué, « la construction de cette époque laissant beaucoup à désirer »27. En 1897, on ne fabriquait à Calais que 12 métiers ; en revanche, la main-d’œuvre destinée aux diverses entreprises de construction mécanique - mise en œuvre des métiers, fabrication de pièces annexes et réglage des métiers – était estimée à 350 ouvriers, dont l’usine de Jules Quillet qui employait 165 ouvriers et 34 apprentis. Valdelièvre fait donc figure de pionnier un peu oublié dans ce domaine.

  • 28 La Chambre Consultative possédait, en principe, les mêmes attributions que la Chambre de Commerce, (...)

14La Chambre Consultative des Arts et Manufactures de Saint-Pierre-lès-Calais venait d’être créée par une ordonnance royale du 4 octobre 1846. Son premier Président, élu le 22 novembre, fut Jean-Baptiste Valdelièvre-Penne. À l’époque, il venait de fonder la première filature de lin de Saint-Pierre avec son fils Alexis28. Cette seconde activité allait conforter la fortune familiale. Dans cette période de crise, le vieux Jean-Baptiste se doutait-il que son second petit-fils Alexis, qui allait naître en 1847, et le frère de ce dernier, Émile, entreraient en tant que négociants à la Chambre de Commerce de Calais en 1886 et 1898 après la dissolution de la Chambre consulaire saint-pierroise à la suite de la fusion des deux communes en 1885 ?

La filature de lin à partir de 1846

15Après la fonderie, c’est grâce à sa filature de lin qu’au milieu du siècle le couple Valdelièvre-Penne et ses fils allaient dominer le milieu des entrepreneurs de Saint-Pierre-lès-Calais. En 1851, parmi les entreprises qui payaient plus de mille francs de patente, la Compagnie linière de l’Espérance était largement au-dessus de toutes les autres, avec 27 700 francs de patente, soit près de 13 % des cotes (209 660 francs). Loin derrière, se trouvaient la filature Hoche-dé-Boulet et la fonderie Valdelièvre (5 % chacune, soit respectivement 11 500 et 9 930 francs). Seuls quatre fabricants de dentelle se rapprochaient difficilement d’une telle surface financière, avec des droits qui atteignaient 7 900 à 9 900 francs.

  • 29 Chambre de Commerce, Boulogne-sur-Mer, état des industries de la circonscription en 1825.

16La statistique industrielle de 182529 nous révèle l’état de l’industrie linière dans le département du Pas-de-Calais et ses relations traditionnelles avec l’industrie rurale de la dentelle à la main. Deux filatures de lin fonctionnaient à Saint-Omer, l’une au rouet, l’autre « à la mécanique » qui fournissait des fils à tous les tisserands du pays, chacune d’elle employant 50 ouvriers. Les dentelles de fils de lin étaient alors fabriquées par plusieurs milliers d’ouvrières autour d’Arras, une centaine de malades de l’hospice de la ville et une trentaine de pauvres dans un ouvroir de Boulogne-sur-Mer.

  • 30 Cf. entre autres : P. Pouchain, Les maîtres du Nord, du XIXe siècle à nos jours, Perrin (“Histoire (...)
  • 31 Industriel calaisien, 19 janvier 1851, citant la Gazette des Affaires.
  • 32 E. Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850 », Revue belge d’histoire (...)

17L’industrie linière30, que l’on considère comme une « véritable mine d’or »31, s’était développée sur le littoral à Boulogne, Calais et Dunkerque sous forme de grandes manufactures pour plusieurs raisons : facilité des importations de lin de Russie, crise de l’industrie flamande à partir des années 183032, influence des transferts de technologie dus à la proximité de l’Angleterre, importance du débouché de la toile à voile ; mais les filateurs ne cessent de gémir sur les méfaits de la concurrence anglaise et belge. Ces entreprises mobilisaient un capital très important, sans commune mesure avec l’artisanat du tulle, très dispersé chez de multiples fabricants.

  • 33 Journal de Calais, 13 juillet 1836.
  • 34 Industriel calaisien, 26 janvier 1851.

18En 1836, le capital de la Compagnie Continentale pour la filature du lin et la fabrication de la toile à voiles de Boulogne-sur-Mer est fixée à 2,5 millions de francs33, une augmentation jusqu’à 5 millions étant envisagée dès le départ. La société Valdelièvre est fondée en commandite par actions en 1846, avec un capital bien plus modeste de 800 000 francs, sous le nom de Compagnie linière de l’Espérance de Saint-Pierre-lès-Calais et sous la raison sociale A. Valdelièvre et Cie. Alexis est le seul gérant de l’affaire. Chaque action avait droit à un intérêt de 6 %, payable de six mois en six mois. Il faut abandonner l’idée qu’une partie de la production des filatures ait pu être utilisée dans des fabrications de dentelle, étant donné les difficultés éprouvées par les filateurs français pour fournir des filés comparables à ceux fabriqués en Angleterre. En tout cas, en 1851, le projet d’une filature de coton n’est toujours pas abandonné à Saint-Pierre34.

  • 35 J. Seguin, « Le canal Napoléon de Nicaragua et Auguste Gossein, Calaisien, capitaine au long cours  (...)
  • 36 Industriel calaisien, 13 avril 1851.

19La filature fut installée au sud-est des propriétés de Valdelièvre dans une zone peu urbanisée de Saint-Pierre, à quelques centaines de mètres de la fonderie, et allait donner son nom à la future rue de l’Espérance à l’instigation d’Azéma Gossein-Valdelièvre35. Comme ses concurrents, Alexis s’efforçait d’afficher un paternalisme de bon aloi, mais son usine obéissait déjà à des normes de rentabilité maxima. En 1846-1847, il fit installer une fabrique de gaz d’éclairage afin de pouvoir travailler en dehors des heures de jour et en 1851 il établit à ses frais un service de voitures entre Saint-Pierre et Marck, grande commune rurale située à l’est de Calais, pour les déplacements journaliers de ses ouvriers36.

  • 37 Papiers Valdelièvre, assemblée générale du 29 juillet 1857.
  • 38 Ibid., Rectification de la liquidation de la succession de M. Valdelièvre-Penne, Me Champenois, 19 (...)

20Après la mort de Jean-Baptiste père en 1857, le capital de la société fut en partie remboursé au prix de 400 actions et se trouva réduit à 400 000 francs37. ValdelièvrePenne possédait 150 des 800 actions de la Société, 125 au porteur et 25 nominatives. Ces actions furent estimées à 1 000 francs en 1856, soit 150 000 francs à retrancher de la succession conservée par la veuve38. La crise du milieu du siècle peut être appréhendée par quelques documents épars, dont des « extraits de compte courant et d’intérêts » destinés aux actionnaires et conservés par Jean-Baptiste qui était le principal actionnaire de la filature. Les dividendes semestriels de ses 250 actions connurent des fluctuations très considérables : tombés à 2 221 francs en juillet 1848, ils atteignirent 46 737 francs en janvier 1851 et, par la suite, ne cessèrent de baisser jusqu’à s’effondrer à nouveau à 6 372 francs en janvier 1854. Alexis décrivait ainsi aux actionnaires l’ampleur de la crise en septembre 1854 :

  • 39 Papiers Valdelièvre, Alexis Valdelièvre à son père, 2 septembre 1854.

Les espérances que nous exprimions dans notre lettre du 9 février dernier ne seront pas réalisées, toutes nos prévisions de baisse ont été dépassées : néanmoins, nous avons cru agir sagement en ne subissant pas les cours désastreux du jour, c’est pourquoi notre inventaire est surchargé d’un stock énorme en fils. Ces fils sont en grande partie d’excellente qualité et nous croyons encore que nous serons indemnisés des frais d’intérêt de magasinage qui viennent les charger, car nous partageons l’opinion de nos confrères qui pensent que la baisse des céréales doit être suivie après la moisson d’une reprise marquée dans nos affaires. Alors seulement, nous relèverons les chiffres que nos derniers inventaires donnent sur le papier. Quelque minime que soit le dernier résultat, il faudrait encore déduire du total, une somme de 9 000 francs environ, importance de notre créance dans la faillite Léon Garc à Toulouse. Cette affaire se liquide, mais elle donnera sans doute une forte perte39.

  • 40 Ibid., 2 février 1856.

21La société est liquidée en 1856 : la femme d’Auguste Valdelièvre perd 10 860 francs, qui figurent au débit de son compte, et le solde de Jean-Baptiste ne s’élève plus qu’à 24 577 francs. Le capital atteint encore 156 280 francs et Alexis espère le récupérer sur les créances qui s’élèvent à 177 000 francs40.

  • 41 Le Nord Maritime, 11 janvier 1899.

22En l’état actuel de nos recherches, nous ignorons le destin de la filature de la rue de l’Espérance ; la société reconstituée en 1857 obtint des récompenses pour ses produits en 1859 à l’exposition de Rouen. Sans doute abandonnée ou reconvertie dans la fabrication de la dentelle après 1866, elle avait mieux résisté que la filature Hauchecorne vendue comme usine à dentelle en 1851. En 1899, il existait encore à Calais une filature de lin qui employait 300 ouvriers ; située le long du quai du commerce, « rue Maxton », du nom du propriétaire, le bâtiment, de 60 m sur 15, fut ravagé par un incendie en janvier et les dégâts estimés à 220 000 francs41.

  • 42 P. Pouchain, op. cit., p. 66.

23C’est peut-être la qualité d’émigrant de l’intérieur de Jean-Baptiste qui donna à la famille Valdelièvre l’ouverture d’esprit nécessaire à des mariages dans d’autres villes que Calais et Saint-Pierre. Nous apprenons à l’occasion du mariage d’Émile, frère d’Alexis, l’existence d’une cousine du marié, Alice Valdelièvre épouse de Georges Fontaine, négociant à Lille. L’une des filles d’Alexis et d’Adeline Destombes, Adeline Adèle Delphine, épousait le filateur de Lille Alfred Julien Thiriez (1833-1903), « une des principales figures du milieu d’affaires lillois », alors filateur de coton à Esquermes42. Les Valdelièvre devenaient ainsi partie prenante dans les affaires de la métropole industrielle du Nord ce qui fit d’eux, semble-t-il, une exception notable à Calais.

De l’industrie au négoce : scierie et importation des bois du Nord à partir de 1835

  • 43 Papiers Valdelièvre, contrat de mariage devant Me Gruloy, notaire à Lille, 7 avril 1834.

24Alexis, « mécanicien » à Saint-Pierre-lès-Calais, troisième fils des Valdelièvre-Penne, avait épousé en avril 183443 Adeline Juliette Alphonsine Destombes, fille d’un négociant de Saint-Pierre, Edmond Constantin Destombes.

  • 44 Arch. dép. Pas-de-Calais 4E 55 510, société du 13 juillet 1835, Journal de Calais, 15 juillet 1835,(...)
  • 45 Ibid., vente du 11 septembre 1835.
  • 46 Ibid., 4E 55 508, mariage, 13 mars 1835.
  • 47 Ibid., 4E 55 509, Résolution, 22 mai 1835.

25Un an plus tard, Jean-Baptiste père leur cédait pour 2 000 francs un terrain le long du « grand chemin de Calais » au pont Saint-Pierre, sur lequel Alexis allait s’engager dans la deuxième industrie accompagnant l’essor de l’industrie textile, celle des bois de construction. Pendant que son père se consacrait à la fonderie dans le quartier Lafayette, le fils participait à la création de la première scierie mécanique de Saint-Pierre, qui fut sans doute aussi une des premières en France44 Le sciage des bois de construction devait avoir lieu sur quatre bancs actionnés par une machine à vapeur. L’acte de fondation de la société révèle la dureté des conditions faites par les négociants aux mécaniciens. Du côté des négociants, on trouvait Henri Dupont, principal marchand de la place, et Louis Joseph Fougère, assez fortuné puisqu’il apportait à son mariage en mars 183 550 000 francs. Son épouse Amélie Lavie était originaire du populeux quartier maritime du Courgain, mais elle n’y possédait pas moins de six maisons, dont une vendue en septembre 1835 pour la somme de 4 000 francs45 et une autre dans la rue Notre-Dame à Calais Nord46. Les liens entre Dupont, représentant du « haut commerce de Calais », et le marchand de bois étaient suffisamment forts pour qu’en mai 1835 Dupont ouvrît un crédit de 15 000 francs pour un certain Georges Louis Fougère qui était peut-être un parent de son associé47.

  • 48 Papiers Valdelièvre, Lemaire, acte de société, 13 juillet 1835.
  • 49 J. Denise, La Belle Epoque à Dunkerque, t. 3, Les Dunkerquois au travail, Industrie, commerce et ar (...)

26Face à ces deux négociants fortunés à des degrés divers et qui possédaient seuls la signature légale, tenaient les livres et la caisse, les deux mécaniciens avaient un rôle très réduit ; même si Fougère comme Valdelièvre et Sillard ne participaient au capital que pour un cinquième, on ignore encore où ils trouvèrent les 12 000 francs représentant le cinquième de l’ensemble des 60 000 francs nécessaires à l’entreprise. De manière très classique, ils furent donc chargés de « la surveillance de la machine et de la scierie en y apportant leur industrie personnelle ». L’acte de société48 s’efforçait de garantir une sorte de monopole du sciage mécanique dans l’aire commerciale des affaires de Dupont : le Pas-de-Calais, l’Aisne et le Nord. L’indemnité prévue en cas de non-respect de cette prescription était très dissuasive, égale au capital de la société ; cependant, les associés pouvaient encore traiter de manière non solidaire le sciage à la main, ceci afin de ménager sans doute les intérêts de Fougère. En contrepartie, Dupont et Fougère s’engageaient à faire scier tous leurs bois de sapin, c’est-à-dire l’essentiel des arrivages du Nord, dans la scierie à vapeur. Mais cette obligation fut tempérée par le tarif qui leur était appliqué, « établi à quarante pour cent au-dessous des prix existants dans les endroits depuis deux mois à Calais, Saint-Pierre, Guînes, Ardres, Marquise, Dunkerque, Boulogne et Saint Orner ». Il semble que cette protection de l’avance technologique de la place de Calais en matière de sciage mécanique ait contribué à sa supériorité dans ce commerce. Il fallut attendre 1856 pour qu’une entreprise similaire fut installée à Petite Synthe dans la banlieue de Dunkerque par la maison Trystram et Crujeot49.

27En janvier 1840, les conditions de fonctionnement de la société furent amendées, entre autres parce que les deux mécaniciens ne semblaient plus très assidus à la surveillance du travail. Pour les stimuler, chacun d’eux reçut désormais une indemnité annuelle de 2 000 francs sous les conditions suivantes :

[...] à tenir cette machine en bon état de travail, à la surveiller de manière qu’aussitôt qu’elle aura besoin de la plus légère réparation, elle soit faite ans le moindre retard. L’un d’eux devra se rendre à l’établissement dès que sa présence sera réclamée pour visiter ou réparer les machines ; et sans qu’il soit nécessaire de les y appeler, ils iront deux fois par semaine s’assurer par eux-mêmes de l’état des dites machines.

  • 50 Journal de Calais, 5 janvier 1865, acte sous seing privé du 27 décembre 1864.

28La société avait été souscrite pour trente ans. Fin 1864, elle fut effectivement prorogée50 pour 4 ans par les descendants de Dupont mais c’était toujours Alexis qui représentait la famille.

La troisième génération

29Les deux fils de Jean-Baptiste, Auguste (1820-1855) et Alexis (mort en 1882) eurent respectivement trois et cinq fils demeurés vivants. Le second fils d’Alexis, Eugène (1837-1929), fait figure de fils prodigue, pendant que ses frères et cousins continuent la laborieuse tradition des affaires de leurs aînés.

  • 51 Papiers Valdelièvre, notaire Delsart, ouverture de crédit, 2 février 1858.

30L’ouverture de crédits aux fabricants de tulles et dentelles était pour les Valdelièvre-Penne une manière annexe de participer à la dynamique industrielle sans ce lancer trop directement dans cette activité, certes lucrative mais jugée sans doute très hasardeuse par un artisan de métier dont la fortune avait été patiemment construite pendant trente ans. Aussi, ce ne fut qu’un an après la mort de son père en 1857 qu’Alexis osa ouvrir un crédit à Champailler fils aîné, alors que les banquiers locaux avaient renoncé à lui prêter51. Après la faillite attendue du fabricant en 1864, Alexis Valdelièvre devint finalement propriétaire de son usine en compagnie du banquier Sagot et d’Eugène Leblond, fabricant de dentelles et maire de Saint-Pierre. Malheureusement, l’établissement, le premier à porter le nom d’usine Valdelièvre, situé en plein cœur de la ville, fut complètement détruit par un incendie le 15 décembre 1866. Il faudra attendre 1884 pour que les fils de Jean-Baptiste reprennent des intérêts dans la dentelle calaisienne, alors en plein renouveau, avant le krach financier de 1886.

31Les épaves d’archives privées conservées permettent de suivre les aléas de la gestion de la seconde scierie et du commerce des bois, fondés le 15 juin 1863 par Alexis Valdelièvre toujours, « fondeur de métaux », associé à Edmond Destombes, son beau-père négociant, et Juste Joseph Bernard, commis négociant. La nouvelle scierie mécanique fut construite en aval de celle de 1835 et disposait au Sud d’une darse destinée au chargement des bélandres venues du port. Les bénéfices de la nouvelle affaire atteignirent 61 036 francs pour l’exercice 1865-66, soit l’équivalent du capital de la société Dupont et Fougère de 1835. Pourtant, les difficultés survinrent et réduire les bénéfices de moitié :

  • 52 Ibid., Société Valdelièvre et Destombes.

Il faut remarquer que la mise en pratique en 1865 du traité de commerce avec la Suède et la Norvège nous a d’abord causé un certain préjudice sur tous les affrètements faits avant. Cette situation se trouve aujourd’hui nivelée parce qu’une part les assimilés ont pu apprécier les avantages que leur procuraient les nouveaux traités et d’autre part, l’égalité se trouve rétablie pour nous avec les négociants en bois qui étaient en même temps armateurs52.

  • 53 Journal de Calais, 10 mai 1865.

32En effet, au printemps 1865, les prix du fret se mirent à grimper sur le marché norvégien, « dérangeant les calculs et les combinaisons des négociants et apportant un grand tort à leurs intérêts »53. En 1869-70, la société était redevenue florissante avec 166 000 francs de bénéfice et malgré la guerre l’exercice suivant fut considéré comme « satisfaisant » dégageant à peine 52 000 francs. La période qui suivit la guerre fut comme un « âge d’or » pour la fabrique de tulle et dentelles de Calais, on construisait alors de nombreuses usines et rurbanisation de Saint-Pierre était accélérée. Déjà, dans la période 1861-1871, le nombre des maisons habitées à Saint-Pierre était passé de 2 748 à 4 117. Les rapports de ces trois exercices témoignent de cette grande prospérité. Les frères Valdelièvre en profitèrent pour investir et, étant donné la hausse importante des salaires dans l’envahissante industrie dentellière, s’empressèrent, une fois n’était pas coutume, d’augmenter leurs ouvriers :

  • 54 Papiers Valdelièvre, comptes rendus des conseils d’administration de la scierie.

1871-1872 : 247363,50. Très satisfaisant pour le présent et plein de promesse pour l’avenir. La situation sera généralement améliorée par une augmentation de salaire et qu’une nouvelle ligne de hangar sera édifiée sur le fond du chantier le long du jardin de M. Destombes. D’autres projets concernant la machine et le montage d’un générateur en plus seront étudiés.
1872-1873 : 450900,22. De nouvelles gratifications et des augmentations de salaires sont accordées à ceux de nos employés ou ouvriers qui le méritent Le bâtiment de l’écurie actuelle sera converti en maisons d’ouvriers et une nouvelle ligne de hangars sera construite pour fermer en partie l’extrémité ouest du chantier54.

33L’exercice 1873-74 dépassa toutes les espérances puisque les bénéfices frôlaient le demi-million de francs. Toujours friands de métaphores agricoles, les associés considéraient avoir fait « deux moissons dans la même année ». Deux années de « disette » suivirent : 75 000 francs, puis une année de résultats nuls. Léon-Jean-Baptiste, fils d’Alexis Jean-Baptiste, participa à sa gestion jusqu’à son décès prématuré le 15 mars 1875 et cette perte brutale fut accompagnée par « d’autres circonstances malheureuses », sans doute la crise du commerce du bois et, à partir de mars 1874, aucune réunion du conseil d’administration n’eut lieu.

34La société fut liquidée en 1877, alors que le bénéfice atteignait à peine 155 000 francs. À l’époque, les installations furent estimées à 177 164 francs. Sur cette somme, les vastes terrains utilisés représentent 51 %, les bâtiments 27 % et le mobilier industriel 11 %. Au fond, il s’agissait presque d’investissement semi-rural puisque dans ce genre de spéculation les bâtiments et les machines étaient réduits à leur plus simple expression. Ce qui comptait, c’était de disposer de terre-pleins suffisamment vastes pour stocker les bois, Saint-Pierre devenant le complément indispensable du port de Calais où l’espace manquait totalement.

35Alexis et son fils Émile Auguste se trouvaient face à Destombes-Dewattre père, assisté de son gendre Charles Mathis, avec une affaire en pleine déconfiture. Les conditions de la liquidation visèrent essentiellement à assurer la discrétion des affaires tout en économisant les frais de notaire. Ce fut finalement Destombes qui emporta la licitation à hauteur de 445 000 francs et exploita désormais le chantier et la scierie à son compte avec son gendre Mathis.

  • 55 Ibid., notaire Dewavrin, 16 juillet 1884.
  • 56 Dauchard (2 500 francs) Beutin Frères (8 800 francs), François Leuliette (2 400 francs) Goret frère (...)

36Cet argent devait être bien employé. En 1884, Émile, Auguste et Alexis s’étaient de nouveau décidés à financer une fabrique de dentelle, sans doute à l’initiative de leur mère. Ils ouvrirent un crédit de 430 000 francs à une certaine Claire Zélie Lefevre, propriétaire à Coulogne dans la banlieue de Calais et résidant à Paris, veuve de Charles Jean-Baptiste Brunot décédé en 1871. L’argent était destiné à l’édification d’une fabrique de tulle de 40 métiers « avec machine à vapeur, force motrice, colonnes en fonte, arbres de transmission, tuyaux de chauffage et autres objets »55. Le calendrier de remboursement fut le suivant : 5 000 francs en juin et décembre 1886 à 1892, c’est-à-dire 10 000 francs la première année et 20 000 pendant les onze dernières. Le reste des 300 000 francs étant prévu en un seul remboursement. La veuve Brunot était associée avec un certain Crassier, fabricant de dentelles, et la société ne pouvait être dissoute qu’au profit des Valdelièvre. Les garanties furent constituées par une autre usine « à tulle » qui recevait les loyers de six entreprises pour un total annuel de 19 500 francs56.

37Dix ans plus tard en 1893, il existait deux usines « à tulle » Valdelièvre à Calais, ce doublon étant sans précédent dans l’histoire industrielle de la place : l’une en association avec Brunot dite « Usine Valdelièvre-Brunot » située rue Chanzy dans le « Vieux carré » de Saint-Pierre et une autre située rue des Fleurs, dite « Usine Valdelièvre frères », proche de la fonderie et de l’usine à gaz. Chacune des deux usines permettait de louer des emplacements à 12 fabricants qui faisaient travailler une bonne centaine de métiers, l’usinier se contentant de leur faire payer la location et de fournir éventuellement la force motrice.

38Comme dans un mauvais roman populaire, une telle rente de situation ne pouvait susciter que le relâchement de l’un des fils de la famille sur le plan des vertus du travail et de l’économie. C’est ce rôle ingrat que joua Eugène Valdelièvre, époux d’une certaine Marie Bachelier dont l’origine sociale nous est encore inconnue. En tout état de cause, les papiers de famille donnent une image très négative du couple :

En raison des dépenses faites par M. Eugène Valdelièvre que celui-ci ne peut payer sans réduire son avoir dans la société Valdelièvre Frères. M. Eugène Valdelièvre demande néanmoins à prélever ces sommes sur son avoir dans la dite société. Attendu que par ce fait, les apports ne seront plus égaux et que les trois autres membres de la société seraient fondés à demander la dissolution de la société à l’égard de M. Eugène Valdelièvre. Cependant, MM. Auguste, Émile et Alexis consentent à continuer la société à 4 avec Eugène Valdelièvre à raison de ? par chaque associé pour les résultats. [...]
M. et Madame Eugène Valdelièvre s’engageront :
1e À ne plus habiter le chalet de Wimereux, à le louer jusque une nouvelle vente dans des conditions raisonnables.
2e À ne plus passer le mois des bains de mer à Wimereux ni à Boulogne ni dans les parages et à prendre ensemble s’ils le veulent un congé de 5 à 6 semaines dans un endroit quelconque autre que ceux ci-dessus désignés et dans une maison en location.
3e À ne conserver que un cheval et deux voitures
4e À s’interdire tout emprunt quelconque directement ou indirectement sans l’assentiment écrit des 3 autres associés
5e À occuper M. Eugène dans la fonderie sans pouvoir prélever mensuellement plus de 1 500 francs plus 6 000 francs au 31 décembre.
6e À déclarer que si une infraction avait heu à ces conditions, la société serait dissoute de plein droit et que la part de M. Eugène Valdelièvre serait réglée à l’amiable par M. Valdelièvre et ses frères qui jugeront également les cas peu probables où M. Eugène Valdelièvre ne remplirait pas bien ses devoirs et fonctions. 7e À laisser toutes sommes provenant du supplément d’intérêts ou des bénéfices dans la société Valdelièvre Frères pour accroissement de son avoir social sans jamais pouvoir y toucher sans la volonté écrite des trois autres associés.
Au 31 décembre 1886, un état régulier sera fait de l’avoir restant de M. Eugène Valdelièvre qui déclarera tous ses engagements pour qu’ils soient réglés immédiatement ou à leur échéance après l’acceptation par M. et Mme Eugène Valdelièvre des conditions ci-dessus stipulées.

39Le 1er mars 1888, Eugène est obligé de renoncer à tous ses avoirs dans la société au profit de ses trois frères pour la somme de 500 000 francs. Le testament de la veuve d’Alexis père, Adeline Destombes est un véritable réquisitoire contre son fils Eugène :

Le 15 décembre 1886. Je soussignée, ai fait mon testament comme suit :
No 1. Je donne, avant part et par préciput, à madame Alfred Thiriez, ma fille, une caisse argenterie complète, plus toute ma garde-robe, effets de corps, et tout ce qui est à mon usage, à charge de faire quelques dons, sur ces objets, à ses belles sœurs.
No 2. Je donne à mon fils Eugène la statue Vendangeuse, bronze.
No 3 À mon fils Auguste, mes brillants boutons d’oreilles.
No 4 A mon fils Alexis, la bague, qui a appartenu à son frère Léon.
Je recommande aussi les serviteurs, qui auront une petite indemnité, selon leur service.
Je prélève sur la part revenant à mon fils Eugène, et, par préciput, la somme de deux cent mille francs, que je lègue, par préciput, qui existeront à mon décès.
Cette somme sera placée au nom de ses enfants, en bonnes rentes, par les soins de mes exécuteurs testamentaires, sans responsabilité pour eux d’aucune sorte. Les intérêts de ces rentes seront aussi cumulés, comme les capitaux, et la part revenant à chaque enfant leur sera remise à sa majorité. Si mon fils Eugène demandait la réduction du legs ci-dessus fait au profit de ses enfants, je le déshérite de ce que la loi me permet, au profit de mon fils Émile Valdelièvre à qui je lègue cette part, par préciput.
je donne le droit à mon fils Émile d’habiter ma maison, sa vie durante (sic), et lui donne, par préciput, l’usufruit, y compris le mobilier et jardin et linge de maison. Cette propriété ne pourra être aliénée pendant sa vie. Comme compensation, il fera à ses frères et sœurs une somme de quatre mille francs par an à titre de loyer. Si l’un de mes enfants contestait cette disposition en faveur de mon fils Émile, il serait déshérité de la part que je puis lui retirer en faveur de ses frères acceptant.
Je nomme pour exécuteur testamentaire :
1e mon fils, Émile Valdelièvre, négociant en bois
2e mon gendre, Alfred Thiriez, filateur à Lille.
Fait double à Calais, le 16 décembre 1886 et déposé chez mon notaire, Me Dutilloy.
Signé Femme Alexis Valdelièvre, née Adeline Destombes.

40Dans un codicille du 15 juin 1890, Adeline décida que la maison familiale rue Lafayette, qui était léguée à Émile, le fut pour 100 000 francs, et que la somme réservée aux enfants d’Eugène fut de 300 000 francs. Elle modifia à nouveau le testament à deux reprises : le 1er janvier 1891, elle léguait à ses quatre enfants Auguste, Émile, Alexis et à son richissime beau-fils lillois Alfred Thiriez « toute la portion dont je peux légalement priver Eugène Valdelièvre ». Puis, le 7 janvier, elle faisait un bilan de son action dans l’entreprise :

  • 57 Cf. document en fin d’article.

Je déclare laisser intacte la fortune laissée par mon mari57, et selon inventaire. J’ai, jusqu’à ce jour, fait emploi de tous mes revenus selon ma volonté, mes besoins et mon droit, en entretien de mes propriétés, voyages, dons, bonnes œuvres, et, le surplus a été employé au rachat d’une propriété à Coulogne et à bâtir une grande fabrique de tulle. Je n’ai jamais tenu, pour mes dépenses, de livres en règle de toutes mes dépenses, n’ayant, pour cela, qu’un livre à mon usage personnel et dispense tous mes enfants de rechercher à ce sujet.

41La masse active de sa succession atteignait alors 3,8 millions de francs, alors que la masse passive dépassait à peine 614 000 francs, ce qui à l’échelle de la place de Calais était sans précédent. La seule famille qui aurait pu disputer la place aux Valdelièvre, les Dubout, était installée depuis longtemps à Boulogne-sur-Mer.

42Émile, Alexis et Auguste furent les continuateurs de l’activité calaisienne de la famille. Nous ne savons pas grand-chose de l’activité d’Auguste (1839-1929), « négociant propriétaire » à Calais, qui épousa une jeune fille de la noblesse audomaroise, Isabelle Violette de Noircarmes (1861-1911), sans doute fille d’Henri Violette de Noircarmes, polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, propriétaire du château de Noircarmes à Saint-Omer et, entre autres, membre titulaire de la Société des Antiquaires de la Morinie. Auguste mourut le lendemain du décès de son frère Eugène en 1929.

  • 58 Moniteur de Calais et Saint-Pierre, 13 août 1859.
  • 59 Papiers Valdelièvre, contrat de mariage, Lelièvre Dubroeuille, 19 septembre 1875.
  • 60 C. Borde, G. Herbaut-Terreux, « L’armement calaisien de 1853 à 1892. L’apport d’une source exhausti (...)
  • 61 Papiers Valdelièvre, notaire Delsart, 13 mars 1869.

43Émile Valdelièvre faisait figure à la mort de son père Valdelièvre-Destombes en 1882 de chef de famille. En même temps que son frère Alexis, il avait fait ses études au Lycée de Saint-Omer, recevant en 1859 le troisième second prix du cours industriel et un accessit pour la narration française, l’histoire et le dessin linéaire58. Il avait épousé l’une des filles les mieux dotées de Saint-Pierre, Louise-Marie Dewailly59, fille du négociant armateur Louis Alexandre Richard Dewailly-Louchez, un des rares armateurs de Calais et le fondateur de la sucrerie de Pont d’Ardres60. Le fiancé apportait les 3 000 francs de « ses habits, linges, bagues et bijoux » et surtout le demi-million de francs issus de l’héritage de son frère Léon décédé. La dot de la demoiselle était constituée par 5 000 francs d’habits, 6 000 francs de meubles, une maison en construction à Calais de 30 000 francs, 170, rue de Croÿ, achetée 27 000 en 186961 et enfin d’une somme de 268 000 francs, soit un total de 309 000 francs. Émile s’efforce de ne pas entamer l’héritage de ses parents et grands-parents comme le montrent les conseils que lui prodigue son notaire A. Dutilloy, successeur de Lelièvre Dubroeuille :

  • 62 Ibid., lettre de A. Dutilloy, notaire à Calais.

Monsieur, J’ai l’honneur de vous adresser par écrit, suivant votre désir, le résumé de notre dernier entretien. Le terrain sur lequel se trouve construite votre fabrique appartient partie à Madame votre mère indivisément avec Madame Thiriez, Mrs vos frères et vous, et partie indivisément à vous, à Mrs et Mmes Auguste, Eugène et Alexis Valdelièvre, des communautés desquels dépendant les portions (achetées) de M. Darchicourt et Lavoye (2400 francs indiqués aux contrats). Ces indivisions multipliées sont de nature, en cas de décès ou de désaccord, à entraîner de graves inconvénients. Plusieurs partis peuvent être pris suivant le but que vous désirez atteindre. Si vous désirez que la fabrique reste la propriété personnelle de tous les enfants de M. et Mme Valdelièvre il faudrait qu’une vente de la portion au moins du terrain Darchicourt et Lavoye sur laquelle des contributions sont élevées, fut consentie, au profit de madame votre mère. De cette façon, dans l’avenir le terrain et par suite les constructions seraient la propriété personnelle de Mmes Valdelièvre et de Mme Thiriez. Il me paraîtrait prudent, si on suivait cette manière de procéder, de consentir à Mme Valdelièvre un bail avec promesse de vente de la portion indivise. Si on désirait que la fabrique restât longtemps indivise entre tous ou quelques-uns des enfants et Mme Valdelièvre, en la mettant à l’abri des modifications que des décès ou d’autres événements pourraient entraîner, on pourrait atteindre ce résultat au moyen d’une donation à titre de partage anticipé et d’une société civile contenant des règles et des pouvoirs d’administration bien déterminés. Je me tiens à votre disposition, Monsieur, pour vous donner toutes les explications qui pourront vous être nécessaires et vous prie d’agréer l’assurance de mon respectueux dévouement62.

Conclusion : faire fortune à côté de l’industrie des tulles et dentelles

  • 63 Ibid., Champenois, notaire à Calais, inventaire après décès de Jean Baptiste Valdelièvre, 13 avril (...)
  • 64 Ibid., Michel, prédécesseur de Champenois, 21 mai 1850.
  • 65 L’Avenir de Saint-Pierre, 25 mai 1882.
  • 66 Papiers Valdelièvre, Campagne et Dutilloy, notaires à Calais, partage entre M. Destombes et MM. Val (...)

44Jean-Baptiste Valdelièvre mourut le 25 janvier 185763 dans sa maison du 58 de la rue Neuve à Saint-Pierre, mais ses dispositions testamentaires avaient été décidées dès 185064. Suzanne Penne reçut l’usufruit de tous les biens meubles et immeubles, qui représentent la somme de 331 500 francs. Leur fils Alexis décédait Saint-Pierre le 20 mai 188265, la presse locale se félicita de « son caractère ingénieux, son intrépidité au travail et sa modestie toute exemplaire » mais aussi de « sa fortune considérable », le double de celle de son père, 600 000 francs66. Adeline, sa veuve, la conserva et l’augmenta en veillant aux affaires de ses fils. La famille possédait ainsi à sa mort 3,8 millions de francs, dix fois plus que la mise de départ.

  • 67 Chambre de Commerce, Calais, 44-353, trafic des combustibles minéraux, Valdelièvre à la Chambre, 29 (...)

45Au début du XXe siècle, seul subsistait sur la place de Calais ses fils, principalement Alexis Valdelièvre, négociant en bois du Nord. En 1897, la scierie Valdelièvre, rue de la Vendée, faisait face à une autre grande entreprise, la biscuiterie fondée en 1874 par Jacques Vendroux, pionnier de l’industrie alimentaire à Calais. La scierie n’employait régulièrement que 45 ouvriers, mais elle était demeurée la première des sept grandes scieries de Calais, alors que le port caracolait en tête du Nord pour les importations de bois, dépassant Dunkerque à l’occasion. Le rêve d’Henri Dupont était réalisé et Valdelièvre participait également, comme tous les négociants du temps, au commerce du charbon, conservant au port un stock de 4 000 tonnes qui lui permettait de faire face à tous les besoins inopinés des chargeurs à Calais67.

  • 68 G. Amé, Le Libre-échange en Angleterre et en France, Paris, Hachette, 1868, p. 343.

46Dominant Saint-Pierre, puis le Grand-Calais par leur fortune et la réussite à long terme de leurs entreprises, la force principale des familles Valdelièvre et Destombes avait été de ne s’engager dans l’industrie tullière qu’une fois qu’ils avaient assuré le succès d’activités moins hasardeuses et basées sur deux solides piliers : des investissements lourds à long terme et un pari décisif sur la fonction portuaire de Calais. Ainsi l’artisan lorrain et ses descendants avaient-il bien intégré l’idée que les activités portuaires et celles qui ne l’étaient pas pouvaient être complémentaires dans un port industriel et textile. Leur stratégie illustre positivement la remarque négative de Georges Amé : « les villes de fabrique et les ports de mer, dans la guerre qu’ils se sont faite, ont trop souvent perdu de vue la solidarité de leurs intérêts »68.

47C’est cette réduction du risque au maximum, sur une place où il était pris souvent avec légèreté, qui fit des Valdelièvre de véritables entrepreneurs, illustrant l’heureuse définition qu’en donnait Emmanuel Chadeau :

  • 69 E. Chadeau, L’Économie du risque. Les entrepreneurs, 1850-1980, Paris, Olivier Orban, 1988, p. 15.

L’entrepreneur n’est pas celui qui “flambe” au casino, mais celui qui, au contraire, entre dans un casino où le hasard semble présider à l’accroissement des richesses et à leur redistribution, puis entreprend de transformer le jeu du casino en jeu sans hasard, ou bien, en jeu maîtrisé rationnellement69.

La fortune en 1892 d’Adeline Destombes, veuve d’Alexis Valdelièvre décédé en 1882

Date

Achats

Montant

Part

1857

Fonderie de la communauté Valdelièvre-Penne

?

?

1857

Maison rue Lafayette

?

?

1859

Terrain à Saint Pierre

?

?

1877

Ferme et terres à Peuplingues

59 000,00

54,9 %

1880

Terrain rue des Fleurs

10 000,00

9,3 %

1868

Bâtiment rue du Moulin Brûlé

9 000,00

8,4 %

1858

2 maisons rue Lafayette

8 000,00

7,4 %

1858

Jardin à Saint-Pierre

6 000,00

5,6 %

1853

Maison à Saint-Pierre

5 000,00

4,7 %

1888

Terrain rue des Fleurs

5 000,00

4,7 %

1877

2 ha à Peuplingues

3 500,00

3,3 %

1835

Terrain le long du canal

2 000,00

1,9 %

Total

1075,00

100,0 %

Nature des biens partagés en 1892

Valeur

Part

Diverses créances

510 243,34

31,9 %

Rentes d’État 3 %

452 437,33

28,3 %

Fabrique de tulle rue des Fleurs et du Moulin Brûlé

116 840

7,3 %

Fonderie et dépendances, 10 rue Lafayette

78 664

4,9 %

Maison, 22 rue Lafayette

77 960,00

4,9 %

Somme reçue de Lowoestein

66 902

4,2 %

Jardin à la suite des maisons

60 500

3,8 %

Ferme de Peuplingues (canton de Calais)

57 000

3,6 %

Maison, 16 rue Lafayette

33 664

2,1 %

Part dans les dividendes de la faillite Lefebvre

28 874,39

1,8 %

Maison, 20 rue Lafayette

27 209

1,7 %

Maison, 18 rue Lafayette

26 978

1,7 %

Mobilier de la communauté

21 225

1,3 %

Maison, 14 rue Lafayette

14 763

0,9 %

Maison, 12 rue Lafayette

11 055

0,7 %

Maison, 8 rue Lafayette

10 607

0,7 %

9 actions de la banque Dewilder

4 500

0,3 %

Remboursement de la dette de la ville de Saint-Pierre-lès-Calais

119,69

0,0 %

Total

 1599 541,75

100 %

Notes

1 D. Dewavrin, Hymne en l’honneur du dévouement d’Eustache de Saint-Pierre et de ses compagnons, A M. Auguste Rodin, 1895.

2 J. Peumery, Livre d’Or des Bourgeois de Calais, Calais, Peumery, 1895, p. 109.

3 Les communes de Calais et de Saint-Pierre-lès-Calais, vaste banlieue industrielle au sud de la ville portuaire, furent réunies en une seule commune à partir de 1885. La commande du monument de Rodin s’étend de 1885 à 1895.

4 Il s’agit de trois boîtes d’archives de la famille Valdelièvre qui nous ont été communiquées par un collectionneur calaisien qui les a retrouvées sur un marché aux puces local. Ces papiers contiennent quelques lambeaux de correspondance privée, des papiers d’affaires et essentiellement des actes notariés d’études dont les minutes n’ont pas été déposées aux archives départementales. Ces documents sont référencés ici sous le titre « papiers Valdelièvre ».

5 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français a-t-il échappé à la loi des trois générations ? », in P. Fridenson (dir.), Industrialisation et sociétés, 1880-1970, Éditions de l’Atelier (“coll. Mouvement social”), 1997, p. 163-167.

6 Le titre de cet article nous a été suggéré par Emmanuel Chadeau dans sa préface de Calais et la mer (1814-1914), Presses universitaires du Septentrion, 1997, p. 8.

7 Journal de Calais, 29 janvier 1890.

8 Arch. mun. Calais, J, Police, registre des procès-verbaux du commissaire, Vol de vases sacrés et de deux rideaux dans l’église de Calais, 16 décembre 1817.

9 Arch. dép. Pas-de-Calais, 4E 55-474, 12 juillet 1820, obligation.

10 Journal de Calais, 1828, p. 508.

11 L. Bergeron, Les capitalistes en France (1780-1914), Paris, Archives-Gallimard, 1978, p. 17.

12 Ibid., p. 14.

13 Papiers Valdelièvre, Procès-verbal d’ouverture de liquidation, Champenois, 20 octobre 1857.

14 Arch. dép. Pas-de-Calais, 4E 55 Lemaire, 10 janvier 1844.

15 Ibid., 3 mai et 15 septembre 1852.

16 Papiers Valdelièvre, Me Dupont, notaire au Havre, 20 octobre 1851. Vente par Jacques Mournet et Henriette Césarine Lambert, veuve de Jean Eschmann, marchand tailleur d’habits au Havre.

17 Ibid., Me Marell, notaire au Havre, 14,15 et 16 septembre 1853.

18 Cité par ha Vie calaisienne, 19 mai 1912, p. 5.

19 Ibid., Arrêté du maire de Boulogne, 29 mars 1829.

20 Arch. dép. Pas-de-Calais, M 1212, Statistique industrielle, 1844.

21 « Quand le métier mécanique sort des ateliers du constructeur, il arrive à l’atelier en charpentes de fer. Le monteur de métiers vient ensuite donner un corps à ces masses métallurgiques. Mais le métier monté, ce n’est là qu’un squelette, privé des organes de la vie. Alors, on fait appeler le metteur en œuvre, qui va placer dans ce corps vide tous les agents qui vont lui donner la vitalité, en dirigeant les fils de chaînes et en rendant la liberté aux fils brodeurs, que les chariots retiennent prisonniers dans leur intérieur. Mais la force motrice va venir, les droppers vont commencer leur danse folle que Jacquart leur a rythmé ».

22 Journal de Calais, 8 octobre 1845.

23 H. Hénon, L’industrie des tulles et dentelles mécaniques dans le Pas-de-Calais, Paris, Belin, 1900, p. 110.

24 Arch. mun. Calais, 2F SP3.

25 Moniteur de Calais et Saint-Pierre, 11 août 1860.

26 Journal de Calais, 2 août 1865 et Me Lelièvre Dubroeuille, 19 juillet 1865.

27 Chambre de Commerce, Calais, VIII-6432, Outillage et équipement industriel et commercial, rapport sur la construction mécanique dans la circonscription de Calais.

28 La Chambre Consultative possédait, en principe, les mêmes attributions que la Chambre de Commerce, mais elle fut, à Saint-Pierre-lès-Calais, entièrement composée de fabricants de tulle.

29 Chambre de Commerce, Boulogne-sur-Mer, état des industries de la circonscription en 1825.

30 Cf. entre autres : P. Pouchain, Les maîtres du Nord, du XIXe siècle à nos jours, Perrin (“Histoire et fortunes”), 1998, p. 41-42 ; Y. Blavier, La société linière du Finistère : ouvriers et entrepreneurs à Landerneau au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.

31 Industriel calaisien, 19 janvier 1851, citant la Gazette des Affaires.

32 E. Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850 », Revue belge d’histoire contemporaine, XIV, 1983, p. 369-401.

33 Journal de Calais, 13 juillet 1836.

34 Industriel calaisien, 26 janvier 1851.

35 J. Seguin, « Le canal Napoléon de Nicaragua et Auguste Gossein, Calaisien, capitaine au long cours », Bulletin de la Société historique du Calaisis, 6, janvier-février 1926, p. 1-134, p. 7.

36 Industriel calaisien, 13 avril 1851.

37 Papiers Valdelièvre, assemblée générale du 29 juillet 1857.

38 Ibid., Rectification de la liquidation de la succession de M. Valdelièvre-Penne, Me Champenois, 19 janvier 1856.

39 Papiers Valdelièvre, Alexis Valdelièvre à son père, 2 septembre 1854.

40 Ibid., 2 février 1856.

41 Le Nord Maritime, 11 janvier 1899.

42 P. Pouchain, op. cit., p. 66.

43 Papiers Valdelièvre, contrat de mariage devant Me Gruloy, notaire à Lille, 7 avril 1834.

44 Arch. dép. Pas-de-Calais 4E 55 510, société du 13 juillet 1835, Journal de Calais, 15 juillet 1835, L’Avenir de Saint-Pierre, 25 mai 1882.

45 Ibid., vente du 11 septembre 1835.

46 Ibid., 4E 55 508, mariage, 13 mars 1835.

47 Ibid., 4E 55 509, Résolution, 22 mai 1835.

48 Papiers Valdelièvre, Lemaire, acte de société, 13 juillet 1835.

49 J. Denise, La Belle Epoque à Dunkerque, t. 3, Les Dunkerquois au travail, Industrie, commerce et artisanat, Dunkerque, Westhoek-Editions, 1988, p. 44.

50 Journal de Calais, 5 janvier 1865, acte sous seing privé du 27 décembre 1864.

51 Papiers Valdelièvre, notaire Delsart, ouverture de crédit, 2 février 1858.

52 Ibid., Société Valdelièvre et Destombes.

53 Journal de Calais, 10 mai 1865.

54 Papiers Valdelièvre, comptes rendus des conseils d’administration de la scierie.

55 Ibid., notaire Dewavrin, 16 juillet 1884.

56 Dauchard (2 500 francs) Beutin Frères (8 800 francs), François Leuliette (2 400 francs) Goret frères (1 600 francs), Édouard Soubitez (3 200 francs), Eugène Seys (1 000 francs).

57 Cf. document en fin d’article.

58 Moniteur de Calais et Saint-Pierre, 13 août 1859.

59 Papiers Valdelièvre, contrat de mariage, Lelièvre Dubroeuille, 19 septembre 1875.

60 C. Borde, G. Herbaut-Terreux, « L’armement calaisien de 1853 à 1892. L’apport d’une source exhaustive : les francisations de navires. », Revue historique de Dunkerque et du Littoral, 34, décembre 2000, p. 183-215, p. 201.

61 Papiers Valdelièvre, notaire Delsart, 13 mars 1869.

62 Ibid., lettre de A. Dutilloy, notaire à Calais.

63 Ibid., Champenois, notaire à Calais, inventaire après décès de Jean Baptiste Valdelièvre, 13 avril 1857.

64 Ibid., Michel, prédécesseur de Champenois, 21 mai 1850.

65 L’Avenir de Saint-Pierre, 25 mai 1882.

66 Papiers Valdelièvre, Campagne et Dutilloy, notaires à Calais, partage entre M. Destombes et MM. Valdelièvre, 31 octobre 1882.

67 Chambre de Commerce, Calais, 44-353, trafic des combustibles minéraux, Valdelièvre à la Chambre, 29 décembre 1904.

68 G. Amé, Le Libre-échange en Angleterre et en France, Paris, Hachette, 1868, p. 343.

69 E. Chadeau, L’Économie du risque. Les entrepreneurs, 1850-1980, Paris, Olivier Orban, 1988, p. 15.

Auteur

Université du Littoral – Côte-d’Opale

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540