Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

L’État et les entrepreneurs

Les inspecteurs des finances et les entreprises (1869-1968)

Editor's note

Article tiré de : Le Patronat de la Seconde Industrialisation, Cahier du Mouvement social, no 4, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 247-262.

Full text

1Il est indiscutable que de nos jours, le corps de l'Inspection générale des Finances, plus qu'aucun « grand corps » de l'État français, prédispose ses membres à la gestion des grandes affaires, publiques ou privées.

2Cette situation particulière, qui n'équivaut pourtant pas, loin de là, à un monopole, a pour conséquence de placer les Inspecteurs des finances au cour de discussions, mondaines ou non, ayant pour objet l'art flou et délicat de la « bonne gestion ».

3Pour ne retenir qu'un exemple, il ne faut pas s'étonner, à écouter les aspirants de l'École nationale d'administration, de les entendre si fréquemment dénigrer ces hauts fonctionnaires ou ces chefs d'entreprises, dont ils s'apprêtent à viser le titre, et qu'ils seront amenés à côtoyer comme collaborateurs, et parfois comme concurrents.

4Une telle attitude, bénigne ou non, n'est pas sans réciproque, et il est facile de trouver des réponses à ces critiques, qui témoigneraient, mais cette fois dans le genre hagiographique, d'une naïveté comparable.

5Propos iconoclastes ou thuriféraires, tous ont pour grand point commun de véhiculer et d'enrichir les mêmes mythes, dont le plus répandu semble être encore celui qui prétend, de manière plus ou moins accentuée, que les membres passés présents et futurs de l'Inspection générale des Finances se sont donnés pour vocation de mettre la main sur l'État et l'économie.

6Bien entendu, si ces mythes sont intéressants parce qu'ils révèlent de ceux qui en font si complaisamment usage, ils ne sauraient, tels quels, fournir de matière à l'analyse historique. Celle-ci, fort prosaïquement, fait des événements qui inspirent ces légendes les éléments d'une réalité récente, qui demeure au reste fort discutée. Et, pour ce qui concerne les activités des Inspecteurs des finances dans les entreprises, il s'agit d'une réalité récente, centenaire, qui ne s'est d'ailleurs pas immédiatement imposée.

  • 1 Le Corps de l'Inspection générale des Finances (IGF) a été créé en 1808 par le comte Mollien, sur (...)

7En effet, jusqu'à la fin du second Empire, les Inspecteurs des finances sont restés attachés au service de l'État1, ainsi qu'à l'éthique très aristocratique qui accompagnait cette vocation. Pour la décennie 1860-1870, il n'est connu qu’un seul cas de passage d'un Inspecteur des affaires publiques aux affaires privées, celui du marquis De Ploeuc, un habitué de l'Orient, qui fut, de 1864 à 1868, directeur de la Banque Impériale Ottomane, avant de réintégrer son administration qui le dépêcha à la Banque de France.

8Mais dans la décennie suivante, les Inspecteurs des finances s'engagent résolument dans l'économie, en partie sous la pression des épurations, anti-bonapartistes puis anti-macmahonistes. Toutefois, ce changement d'attitude répondait à des causes plus durables changement de comportement des entreprises, des règles de recrutement des fonctionnaires, des coutumes des milieux dirigeants, qu'il convient d'intégrer ici à l'analyse.

L'emprise

  • 2 Données complètes, sauf impossibilités dues à la destruction des dossiers (incendie de 1871). Sour (...)

9En 1869, deux Inspecteurs des finances, Chazal et De Ploeuc, étaient à la Banque de France. À la fin de 1876, le contingent engagé dans des sociétés contrôlées ou non par l'État s'élève à sept unités. En 1914, il est de 43, en 1937 de 83, en 1968, de 95 (à titre permanent). Au total, entre les deux dates extrêmes, 233 Inspecteurs des finances ont fait l'expérience de la gestion de sociétés, sur un total d'environ 700 agents actifs pour la même période. Le tableau 1 donne le détail de la progression2.

  • 3 Pour des raisons simples : tant la mobilisation, militaire ou non, des effectifs, que par les néce (...)

10Pour maîtriser cette progression sur un siècle, il a été choisi de s'attacher avant tout aux taux de croissance annuels, et au problème de la reproduction du contingent. L'avant 1914 et l'après 1921 s'opposent, avec des taux de croissance de 7,4... et 1,7 % par an. « L'hinterland » 1914-1921 offre quelque résistance à la mesure : le mouvement de prises d'emplois se fige pendant la guerre3 et le rattrapage 1918-1920 a surtout une incidence qualitative, évoquée plus loin.

11L'analyse des facteurs de la reproduction du contingent confirme la validité de la distinction entre les deux périodes : si, pour 1869-1914, le rapport entrants/sortants est de 2,6, pour 1921-1968, il s'abaisse à 1,44, tandis que pour 1869-1883, il y a accumulation absolue.

Tableau 1 : Le personnel - A. Répartition des effectifs des Inspecteurs

Tableau 1 : Le personnel - A. Répartition des effectifs des Inspecteurs

* Entreprises parapubliques incluses
** Estimation
*** Les individus n'exerçant qu'une activité occasionnelle n'ont pas été pris en compte

Tableau 1 : Le Personnel - B. Flux de personnel dans les entreprises

Tableau 1 : Le Personnel - B. Flux de personnel dans les entreprises
  • 4 Il semble en effet que les effectifs mis par les ministres à la disposition des organismes « proté (...)

12Aussi, 1869-1914 est une période de formation du stock, 1921-1968 une période de reproduction de moins en moins élargie du stock. Chacune possède une allure et un rythme particuliers, et la seconde se distingue surtout par une rotation rapide du personnel engagé dans l'économie. Dans la deuxième période, l'augmentation du nombre d'inspecteurs dépêchés par l'État dans les entreprises joue peu dans la rotation, produite surtout par les démissionnaires et les retraités4. Certes, la contribution des emplois à titre privé dans le niveau du stock diminue ; mais elle reste prépondérante la rotation, esquissée en 1907-1914, gommée en 1914-1921, reprend jusqu'à la fin des années soixante avec une puissance accrue.

  • 5 Sources : cf. note 2.

13L’évolution du nombre global de sociétés répond grosso modo aux mêmes critères. Les résultats du tableau 25 font apparaître une même distinction, tant en chiffres absolus qu'en données relatives. Dans le détail, l'analogie reste valable : avant 1883, phase d'accumulation absolue ; phase de croissance de 1883 à 1914 ; après 1921, rotation accélérée, mais avec une différence, puisque cette rotation produit un élargissement continu de l'aire d'activité des Inspecteurs. Aussi le rapport entrants/sortants reste-t-il suffisamment élevé (plus de 2), après 1921, pour renforcer les effets de la stagnation relative du stock d'individus.

Tableau 2 : Les Entreprises

Tableau 2 : Les Entreprises

14Inversement, les restrictions de l'aire d'activité de chaque Inspecteur, visibles en 1907 et 1921 (1,4 et 1,6 société/homme), représentent les deux étapes du remplacement des individus entrés dans l'économie entre la fin de l'Empire et 1895-1900 ; ce changement de génération a apporté une modification du style d'activité des Inspecteurs : au-delà des années 1920, ce problème de recomposition disparaît, à cause de la rotation accentuée des hommes et des sociétés. Ces déterminations jouent différentiellement selon le type d'activité.

Tableau 3 : Répartition des entreprises par secteurs économiques (1)

Tableau 3 : Répartition des entreprises par secteurs économiques (1)

(1)- Avant 1883, toute comparaison sous forme de graphique est inutile : l'effectif est insuffisant, et sa répartition n’obéit pas encore à des règles précises.
(2) - Divers « services ». À partir de 1952, ce sous-secteur comporte un nombre important, mais variable, de sociétés de promotion immobilières ; pour le reste, il s’agit de très gros négoces (grands magasins...), de courtage.

  • 6 Élan donné par la Société Générale, le Crédit Lyonnais, Paribas, la Compagnie d'Anzin, Saint-Gobai (...)
  • 7 Avant 1883, le petit effectif rend la statistique inopérante.

15À suivre le tableau 3, les banques et sociétés financières ont été et restent les seules à présenter une croissance continue des effectifs et des emplois, et, simultanément, une prépondérance pérenne, cependant que la variation de leur poids relatif suit la coupure entre les deux périodes de base de l'analyse. Jusqu'en 1914, après l'élan donné par l'initiative de l'appel aux agents du Service dans les années 18706, la part relative des banques et sociétés financières décroît : de 42,8 % du total en 18837, on passe à 32,5 % en 1897, à 30,9 % en 1907, 20,7 % en 1914. Dans un premier temps, des Inspecteurs atteignent les conseils d'administration de grandes banques de « dépôts » et « d'affaires » (Société Générale, CIC, Banque de l'Indochine), qui les mettent en relation, directement ou non, avec des sociétés industrielles ou de chemins de fer. Entre 1890 et 1914, seconde étape : les réseaux bancaires se complexifient, et s'installent des réseaux propres à la métallurgie, aux groupes ferroviaires, tandis que des sociétés « isolées » font appel aux Inspecteurs pour leurs services financiers (Saint-Gobain, Suez...).

16Après 1921, la tendance inverse est manifeste. Banques et sociétés financières accroissent graduellement leur poids relatif 30 % en 1921 et 1937, 31,8 % en 1952, 36,3 % en 1968. Les Inspecteurs se concentrent dans les affaires de banque, d’investissement, où la décision provient désormais d'équipes de direction » dont ils sont souvent le fer de lance, et les autres tâches sont déléguées à des « Ingénieurs ». Ce qui explique à la fois la rotation des hommes, et celle des sociétés. Les Inspecteurs sont à la tête d'un nombre restreint de banques (les nationalisations de 1945 ne marquent pas de rupture), d'où ils essaiment vers des entreprises filiales ou dépendantes, qui sont remplacées dès que le profit faiblit, à l'époque même où les chemins de fer, onéreux, sont désaffectés, y compris dans les colonies. Cette manière d'agir rend compte de la succession, dans les branches investies, des secteurs « nouveaux » qui garantissent pour un temps des revenus substantiels à la participation ou au crédit. Entre les deux guerres, cette faveur est allée aux entreprises d'électricité, de mines et d'exploitation coloniale. Après 1945, la chimie, l'immobilier (50 % des « divers » en 1952 et 1968), les transports routiers, puis les assurances et les travaux publics, connaissent le même sort. L'élan a été donné, avant les années 1950, par les banques de l'Indochine, de Paris et des Pays-Bas, et 1 CNEP et le CIC. Ultérieurement sont intervenus avec force d'autres groupes ; mais en 1968, l'intervention de la toute récente Banque nationale de Paris, « libérée » par une loi de 1967, se fait à peine sentir. Dans les années 1950, indépendamment de ces organismes, d'anciens Inspecteurs ouvrent de nouvelles voies, en favorisant l'expansion de holdings métallurgiques et chimiques. Pour les deux périodes, les affaires individuelles restent, dans le lot, des exceptions, tandis que la réorganisation de la « haute banque parisienne, sous la houlette d'inspecteurs, reste tardive. C'est avant tout comme financiers que les Inspecteurs des finances ont pu faire admettre leur autorité dans les entreprises. Mais si ce qualificatif rend assez bien compte des phénomènes étudiés ici, encore les caractéristiques et la définition de son usage ne sont-elles pas des données immédiates, évidentes.

Les raisons du succès

  • 8 Sur ce dernier aspect, cf. P. Lalumière, L'Inspection des finances, Paris, PUF, 1956, fort importa (...)
  • 9 G. Thuillier, La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976. De 185 (...)
  • 10 À partir de 1858-1860, la proportion de roturiers augmente parmi les reçus au concours. Une mesure (...)

17Le succès des Inspecteurs des finances s'est appuyé sur les possibilités offertes à l'ensemble du corps par des caractéristiques particulières à certains de ses membres. Plus généralement, dès qu'ils furent recrutés par un concours spécial (1847) qui exigeait d'eux un diplôme peu répandu (la licence en droit), et ne retenait les candidatures que parmi les milieux « distingués » [par l'exigence d'une rente de 2000 francs annuels minimum et le sertissage des épreuves du concours dans des rites mondains8, les Inspecteurs des finances ont pu manifester, auprès de l’autorité qui avait accepté ce régime pour renforcer la qualité du contrôle, une certaine supériorité sur la plupart des fonctionnaires de haut niveau, et un sérieux moins contestable que celui des jeunes gens qui cherchaient à faire carrière en passant par un cabinet ministériel9. Sous l'Empire, cette autorité nouvelle attira à l'Inspection des membres de l'aristocratie déclinante, mais aussi, de plus, des hommes issus des milieux montants de l'économie, et des fils de juristes de plus en plus souvent associés aux précédents10.

  • 11 Id., Il partie, chapitre I.

18La combinaison de ces différents processus a provoqué, à la fin des années 1860, une antinomie entre la pratique usuelle du service et les aspirations naturelles des Inspecteurs à gérer et diriger les affaires financières. Sur cette base s'est produite simultanément l'expansion des Inspecteurs dans l'appareil financier de l'État, dans les dépendances économiques et administratives11 qu'il s'annexait progressivement, et dans les entreprises privées.

19Le point essentiel a été la modification de la définition et de la reconnaissance de la compétence de ces agents, en un canon reproduit par la suite en convention sociale à l'intérieur des milieux dirigeants.

  • 12 Au début du XIe siècle, la proportion d'inspecteurs n'ayant effectué que du contrôle routinier tom (...)

20À cet égard, l'extension des secteurs public et parapublic de l'économie française (1919-1921,1936-1937,1945-1946) a renforcé le consensus autour de la compétence des Inspecteurs, ce qui a réduit la distinction relative qui existait entre la filière des démissions et celle des honneurs publics12.

21Les effets de ces processus, après 1930, sont tombés dans le domaine public, mais il est utile de rappeler comment ils se sont mis en place.

  • 13 En 1870, sur 88 actifs 74 étaient au contrôle, 10 aux Finances, dans les directions, 1 aux Postes, (...)

221. La définition de la compétence des Inspecteurs s'est progressivement élargie. Avant les années 1860 (cf. note 1), elle restait inscrite dans un cadre juridique et administratif étroit. En 1870, les situations acquises13 supposent une reconnaissance plus poussée de capacités financières : les Inspecteurs tenaient le Mouvement Général des Fonds (l'actuel Trésor), la Dette Inscrite, la Caisse Centrale des Finances.

  • 14 In J. Bouvier Naissance d'une Banque de dépôts le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Sevpen, 1 (...)
  • 15 Dutilleul appartenait à une famille d'agents de change parisiens et avait été député de 1871 à 187 (...)

23L'hypothèse est confirmée par la manière dont se sont faites les premières démissions. Ainsi Bessaiguet, chargé par H. Germain de mettre en place le Service des Études Financières du Crédit Lyonnais, fut choisi tout exprès « dans le personnel des Finances, ministère et recettes générales en particulier, [parmi] les sujets capables »14 Il est certain, aussi, que Dutilleul dut son accession à la présidence de la Banque de Paris et des Pays-Bas, en 1877, non seulement à ses liens privés avec les milieux financiers et politiques15, mais encore à son passage au Mouvement Général des Fonds (1867-1871).

  • 16 Lettre de Dubois de l'Estang à J. Caillaux, AEF, B.13379.
  • 17 Bottin mondain, 1914.

24En 1899, cet élargissement est admis par le chef du Service. Dans une lettre au ministre, il précise : « C'est à sa spécialité financière que l'Inspection générale doit l'autorité incontestable dont elle jouit »16. Avant 1914, l'autorité atteint un public bourgeois parisien : dans des placards publicitaires de sociétés insérés dans le Bottin Mondain, le qualificatif de l’ancienne fonction suit le nom d'un bon nombre d'administrateurs17.

  • 18 Centenaire des ordonnances de 1831, Paris, IGF, 1931. Discours de François Piétri, p. 11-13.

25Au-delà, la définition de l'autorité se généralise : pour les grandes entreprises françaises, comme pour l'État, la gestion financière est devenue l'essence même de la gestion. C'est l'amorce de la neutralisation des Ingénieurs, renvoyés à des tâches importantes, mais « techniques ». François Piétri, en 1931, se félicite au nom de ses pairs que l'énonciation du titre suffise à évoquer l'idée de compétence18 ; ces problèmes sortent alors du champ du discours sur l'histoire, pour le champ de l'histoire pratique.

262. L'imposition de cette autorité a reposé sur l'aménagement constant des règles sociales et culturelles qui l'ont fondée.

  • 19 AEF, F30 2419.
  • 20 AEF, F30 2414.
  • 21 Jusqu'en 1930, l'accès aux lycées d'État est resté onéreux.
  • 22 Avant 1900, l'IGF acceptait des candidats âgés de vingt-deux à trente ans. Après 1900, de vingt-de (...)
  • 23 Cf. les chiffres donnés par P. Lalumière L'Inspection..., op. cit.
  • 24 Cf. notre mémoire, op. cit., I, 3 et III, 2.
  • 25 Mesure volontariste guidée par le souci d'épurer l'Administration : en quinze ans, le cadre de l'I (...)
  • 26 Cf. notre maîtrise, op. cit. Ces cas se sont maintenus très tard.

27Dès les années 1880, le mouvement social et l'élargissement républicain des Institutions ruinèrent le principe de l'exigence d'une rente19, mais le principe du surnumérariat bénévole se maintint jusqu'à l'orée du XXe siècle20, tandis que pour quarante ans encore, le blocage du système des études secondaires21 restreignait l'accès du concours aux jeunes hommes22 issus des milieux dominants et particulièrement parisiens23. La seule évolution notable, entre 1870 et 1940, est le recul des héritiers de l'aristocratie au profit d'hommes issus de la bourgeoisie d'affaires et de la haute fonction publique24. Si, en 1870, plus d'un tiers des actifs appartient à l'aristocratie, dès les années 1870, l'entrée de candidats roturiers est favorisée, pourvu qu'ils soient nantis25. Mais jusque dans les années 1920, un pourcentage de 10 % d'aristocrates stricto sensu se maintient, parce que l'Inspection générale offrait des opportunités de reconversion, notamment vers les affaires26.

  • 27 IGF, Recueils des sujets du concours, Cahiers 3 et 4.
  • 28 A la suite d'une mission de M. Jacquin aux USA, AEF, B 13373.

28Cela étant, l'imposition de l'autorité est restée définie avant tout par des normes culturelles relatives tant à des capacités scolaires qu'à la manifestation d'éthiques appropriées. Au lendemain des crises de 1870-1871, les chefs du Service ont favorisé par l'élargissement des normes de la qualification l'évolution des normes de la compétence, c'est-à-dire des capacités reconnues : en 1872, les mathématiques sont introduites parmi les épreuves du concours27 Pour vingt ans, des problèmes de mesures et de comptabilité privée, peu difficiles, mais tortueux, dominent ; dans les années 1890, les problèmes de géométrie analytique se multiplient ; avant et après 1914, l'algèbre s'impose : ainsi, comme l'autorité, le savoir s'applique d'abord à des détails, puis à des généralités. Modernisme l'oblige : les langues vivantes (anglais ou allemand) s'imposent en 187728.

  • 29 Cf. notre mémoire, I, 2, et III 2.
  • 30 Certains souscripteurs de l'ELSP étaient Inspecteurs. En outre, après 1880, à 4 agents ou anciens (...)
  • 31 Cf. G Thuillier, op. rit.
  • 32 Cf. notre mémoire, III, 1 et III, 3.
  • 33 Cf. notre mémoire, III, 2 et G. Thuillier, ibidem.
  • 34 IGF, Recueils..., cahiers 1 et 2.
  • 35 Ceci est repérable sur les fiches d'inscription au concours : ceux qui possèdent le diplôme de l'É (...)

29L'essentiel des épreuves du concours, tant à l'écrit qu'à l'oral, résidait dans des discussions stylisées de sujets imposés. Sous l'influence des milieux « éclairés » proches de Napoléon III, les sujets, auparavant axés sur des problèmes de pratique administrative ou de comptabilité publique, sont légèrement concurrencés, dès 1863, par des énoncés de type « économie politique », faisant référence à des enseignements de pointe, comme celui de M. Chevalier29 Sur la lancée, dès 1875, et peut-être avec des encouragements de certains Inspecteurs30, les candidats au concours fréquentent assidûment l'École libre des sciences politiques sur 18 reçus entre 1875 et 1878, 15 avaient reçu des cours chez E. Boutmy31. De 1880 à 1914, une proportion constante de 30 à32 % des candidats est diplômée de l'ELSP, tandis que 80 % d'entre eux semblent y avoir suivi des cours. Dans les années 1930, cette pratique s'est généralisée33 Grâce à l'expérience prolongée de l'enseignement général et polymorphe de « Sciences-po », les sujets de dissertations et les interrogations de l'oral se sont transformés dès les années 1900, les sujets s'en inspirant, sans cesse remis à jour selon l'actualité, ont la faveur des candidats et des jurys34. Corrélativement, les règles d'admission au concours se sont altérées : la licence en droit a perdu son privilège pour l'inscription en 1900, au profit de toute licence, après avoir été concurrencée dans les faits par le diplôme de l'ELSP35. Ainsi l'aspect général de la formation préalable des Inspecteurs a-t-il été entériné, alors que les tâches traditionnelles du contrôle déclinaient, et que devenaient structurels tant l'engagement prononcé des Inspecteurs dans des travaux d'administration générale 35, que des prises d'emplois dans des entreprises.

  • 36 Notice sur l'IGF, Paris, 1913 (BN).
  • 37 Centenaire..ibid.
  • 38 E. Moreau, Souvenirs d’un Gouverneur de la Banque de France, Paris, Éditions Génin, 1954, annexe.
  • 39 Cf. P. Lalumière, op. cit., I, 2, en part., p. 41.

303. L'évocation du nom de Joseph Caillaux, ancien Inspecteur, homme d'affaires et d'État, de finances et de parti, signale assez les implications éthiques de ces changements. À long terme, l'enseignement essentiel de l'ELSP a résidé dans le dépassement, au niveau des raisonnements produits par les milieux dirigeants pour expliquer leurs comportements, de l'antinomie très « Ancien Régime » entre le « service de l'État » et les « affaires privées ». Désormais, le « service de la Nation » peut appeler les « hommes capables », l’« élite », à pratiquer l'un et les autres, successivement ou alternativement. Tels sont les mots employés dans une notice produite par l'Inspection générale en 191336, le sens d'un discours de François Piétri en 193137, tel est le raisonnement même d'un ancien membre de l'Inspection dans une série d'articles anonymes parus dans La Revue des Deux-Mondes en 1935, et même celui d'Émile Moreau, pourtant resté traditionaliste, en 1930, lorsqu'il quitte le gouvernement de la Banque de France pour la présidence de Paribas38. Enfin la raison de l'entrée provisoire, quelque quinze ans plus tard, d'un ingénieur d'une grande firme industrielle, à l'inspection, qui rejoignit ultérieurement son entreprise. Après 1945, peu de changements le système de l'École nationale d'administration39, son recrutement obligé parmi les diplômés de « Sciences-po nationalisée, en donnant des vertus scolaires à la séparation entre les Inspecteurs et les autres hauts fonctionnaires, en reproduisant les mêmes principes d'enseignement, a contribué à renforcer ces usages.

Les cheminements

31Sur le moment donc, un certain nombre d'instances décidaient de l'engagement des Inspecteurs dans les entreprises, et celles qui échappent à la règle générale sont plus aisées à établir pour les périodes anciennes. S'il est évident que parmi les agents susceptibles de modifier le cours de leur carrière, les faiseurs d'offres ont toujours choisi ceux qui leur paraissaient les mieux adaptés, il reste à discerner par quelles voies les Inspecteurs étaient amenés à exercer ces fonctions, et quelles ont été les perspectives de carrière qui se sont alors ouvertes.

  • 40 J. Bouvier, op. cit., I, p. 291.

321. Pour toutes les époques, ces deux problèmes sont liés. Mais, pour la plupart des cas envisagés, il semble qu’au-delà de la compétence reconnue à tel ou tel individu dans ses charges publiques, le rôle des relations privées, familiales ou non, a joué. En cela, la formation homogène des Inspecteurs et le façonnement du Corps ont constitué un facteur non négligeable. Dès l'après 1870, tout cela est flagrant. Pour en revenir à Bessaiguet, il semble que H. Germain ait contacté le fils de son ami métallurgiste Darcy « qui a promis d'en parler à son beau-frère, M. Hély d'Oissel », lui-même Inspecteur des finances40. Des processus analogues ont joué en faveur de la plupart des agents amenés par l'exécutif à démissionner entre 1874 et 1882. Pour l'ensemble de la période, si les cas, dans le détail, sont mal connus, parce qu'ils ont produit peu d'archives, ils sont repérables quand ils découlent d'alliances matrimoniales ou d'apparentements directs - cas observables, par exemple, en 1901, 1908, 1911, 1926, 1927, 1928, 1929, 1930, 1933, 1944, 1958, 1959, 1960. Pour aller au-delà, il faudrait posséder les éléments suffisants d'une reconstitution des milieux dirigeants français sur plus d'un siècle.

  • 41 À cet égard, faute de témoignages, toute mesure est aléatoire.

33Évidemment, il s'est établi une différence entre ceux qui prenaient l'apparence de solliciteurs et les autres. Le groupe des faiseurs d'offres, avant 1914, était bien représenté par une dizaine de financiers ou d'industriels passés par le service : tels Étienne Hély d'Oissel, les Homberg, A. de Montplanet, G. Chanove, Baugnies, etc. Mais il semble que dans la plupart des cas (sauf à la Compagnie Paris-Orléans et à Saint-Gobain), les offres se faisaient de manière détournée et ne visaient pas directement les entreprises où ces hommes étaient installés. Elles tenaient compte largement des liens tissés avant l'entrée à l'Inspection, ou aux cours de travaux de contrôle d'administration, de politique41.

34Enfin, ces pratiques ne pouvaient s'exercer que dans les cadres définis par les nécessités de gestion des entreprises ; ce qui fait intervenir le problème des carrières.

352. La distinction entre « directeurs » et « administrateurs » est pertinente, à condition d'en faire un usage modéré dans une faible mesure avant 1910, et très nettement après le « tournant » 1914-1921, la plupart des « directeurs » du secteur clef, les banques, ont eu accès aux conseils d'administration, avec l'avantage sur un certain nombre d'autres administrateurs d'être associés à la gestion réelle et rapprochée de l'affaire, par l'intermédiaire du comité de direction. En outre, depuis cette époque, la tendance s'est sans cesse affirmée du peuplement de conseils d'administration de diverses sociétés par des « cadres » d'entreprises bancaires et industrielles.

36Cette évolution de la division des tâches de gestion rend compte de l'absence d'inspecteurs comme « directeurs » dans certains secteurs, où ils ont été « administrateurs ». Ainsi pour les sociétés d'électricité, de gaz, de pétrole, d'exploitation coloniale, d'entreprises immobilières, apparues dans le stock des sociétés investies alors que la compétence des Inspecteurs, élargie à l'administration en général, leur permettait de prétendre aux plus hautes fonctions, tandis que la gestion « au jour le jour » de ces entreprises était assurée par des techniciens, souvent issus des « Grands Corps » techniques français.

37Dans des secteurs pénétrés plus anciennement, comme les mines ou la chimie, la séparation entre les deux types de fonction a joué de manière significative tant que la compétence des Inspecteurs et les règles de gestion dominantes n'ont pas été modifiées. Dans les entreprises relevant de ces activités, les plus fortes densités d'inspecteurs directeurs se rencontrent en 1883, 1897, 1907 et 1914. Il en a été de même dans presque toutes les compagnies de chemins de fer.

38Analogue dans ses principes, différente dans ses effets, a été l'évolution, dans les affaires financières, assurances et banques.

39Dans le premier cas, tant que les conseils d'administration des grandes compagnies sont restés en majorité peuplés d'héritiers des fondateurs des années 1830-1860 dont l'appartenance à l'aristocratique et mondain faubourg Saint-Germain éveillait chez les souscripteurs une confiance sans ambages, les Inspecteurs sont restés isolés, et employés en tant que directeurs discrets, mais efficaces. En revanche, à partir des années 1920, les problèmes du contrôle des énormes réserves des compagnies, autant que la disparition ou le crépuscule de cette aristocratie, ont créé un besoin en Inspecteurs, justement alors qu'ils devenaient ailleurs très recherchés ils ont donc accédé aux directions et aux conseils des grandes compagnies d'assurances, sous un titre unique. Les nationalisations de 1945-1946 ont conservé cet état de fait.

  • 42 En 1907 disparaît O. Homberg ; puis entre 1907 et 1933, M. Renaudin (chemins de fer de l'Est), Hél (...)

40L'effet de compétence, dans les banques et sociétés financières, a utilisé une chronologie identique. En 1883, 50 % des Inspecteurs banquiers étaient des conseillers et exécutants d'administrateurs (dont des Inspecteurs) dotés, outré leurs talents, de solides fortunes. Mais dès la Première Guerre mondiale, le crédit porté aux membres du Corps, et la disparition de ces affaires42 des grands manieurs d'argent issus de la « haute banque » européenne ou de l'industrie, ont changé tout cela désormais, que les Inspecteurs banquiers soient ou non des hauts fonctionnaires. ils sont à la fois « directeurs » et « administrateurs ». De sorte que, avec quelques sociétés métallurgiques, la banque est restée le seul secteur à offrir des carrières prolongées et ascendantes.

41Au fur et à mesure de leur progression dans l'entreprise, ces dirigeants sont appelés à administrer des sociétés clientes ou « amies ». D'une génération à l'autre, la structure des engagements bancaires se modifiant, et s'élargissant, ces faits provoquent la rotation des entreprises constatée au § 1, cependant que la continuité des carrières met ces dirigeants à l'abri du phénomène de rotation des hommes, produit par l'usure » des entreprises gérées.

42Aussi, ces banquiers et rares métallurgistes, pour des raisons fonctionnelles, et non seulement symboliques, ont été les remplaçants directs des grands dirigeants propriétaires de capital des années 1870-1914, sans posséder leur autonomie à l'égard des décisions de gestion, mais susceptibles de permettre une gestion plus souple d'emplois et de capitaux qui ne leur étaient pas liés directement, comme physiquement.

43Il reste que, en particulier pour les affaires importantes, les critères de ces cheminements ont amené une différenciation entre les individus.

Îlots et réseaux de relations

44Ainsi, en 1890, les trois anciens Inspecteurs placés auprès de la Société Générale (Hély d'Oissel, Homberg, J. Gay) interviennent dans une quinzaine d'entreprises - soit plus de 50 % de l'effectif de 1890 - à travers la Banque de l'Indochine, le Crédit Industriel et Commercial, des groupes ferroviaires. Participant à la gestion de sociétés à l'objet très divers, et souvent largement défini par les statuts, ils sont en rapport avec d'autres anciens Inspecteurs spécialisés dans une branche : la métallurgie (L. -J. Bordet), les chemins de fer (J. Cartier). Les autres Inspecteurs ne parviennent pas à maîtriser un réseau aussi serré, multisectoriel ainsi, les représentants de la Compagnie du Midi ou de l'Est restent limités à une société, ou bien aux chemins de fer départementaux accolés au réseau principal.

45En 1914, cette situation, avec presque les mêmes hommes, a considérablement évolué, dans le sens de l'homogénéité et de la symétrie. À partir d'Hély d'Oissel (président de la Société Générale) et d'A. de Montplanet (successeur de J. Gay à la tête du CIC), un dispositif symétrique s'est établi : ces deux hommes échangent les vice-présidences bancaires, se retrouvent au Conseil de la Banque de l'Indochine (présidée, elle, par Jean Hély d'Oissel, frère du précédent, ancien député). Trois administrateurs du CIC, par ailleurs largement représentés dans des sociétés financières, métallurgiques, minières et ferroviaires où le groupe exerce un « droit de regard », sont au conseil de la Société Générale, sans pour autant essaimer en son nom, tandis que Hély d'Oissel est présent dans deux affaires liées au CIC (Compagnie Universelle d'Électro-Métallurgie et houillères de BerestovKrinka). Ce dernier personnage retrouve Desvaux, du CIC, dans deux compagnies ferroviaires liées au « groupe Rothschild », où il a d'autres entrées, notamment au PLM. Cette combinaison, fondée sur cinq hommes, est la seule cohérente de l'époque, des hommes comme G. Baulant, G. Chanove (métallurgie), ou Ch. Laurent, ne centrent pas si bien leur activité. Elle a dépéri entre 1914 et 1923 du fait de la disparition des deux principaux meneurs, mais dès 1914, un signe d'évolution est visible : le directeur de la Société Générale, Ch. Georges-Picot, participe au conseil de la Société Nancéenne de Dépôts et de Crédit Industriel ; et l'on sait qu'en 1918, il passe au groupe CIC, qu'il est amené ultérieurement à présider.

Tableau 4 : 1914 : L’îlot bancaire

Tableau 4 : 1914 : L’îlot bancaire

A : sociétés liées au groupe Rothschild.
B : sociétés liées à la Banque de Paris et des Pays-Bas.
X : sociétés liées à la Banque de l’Indochine.
X* : sociétés liées à la Société Générale.
X** : Sociétés liées au CIC.

46Après la première guerre mondiale, cette configuration par flot disparaît, du moins dans les rapports entre banques et banquiers. Désormais, l'intégration des dirigeants dans une seule entreprise initiale est la règle, tandis que les essaimages vers des sociétés « amies » ne sont plus le fait d'un individu travaillant en partie pour les intérêts de tel ou tel groupe, mais du groupe lui-même. Ce qui est attesté par la concentration d'inspecteurs d'une même compagnie financière dans toutes les sociétés où celle-ci possède un droit de regard. Aussi, aux îlots d'individus se partageant les mêmes affaires, se substituent des réseaux de relations entre groupes financiers, à travers des sociétés qui sont dorénavant liées à plusieurs groupes financiers, dont ils peuvent parfois se disputer la direction« politique », sinon financière, c'est par exemple le cas d'un certain nombre de sociétés d'exploitations coloniales dont la Banque de l'Indochine et la Société Financière pour la France et les Pays d'Outre-Mer font des enjeux communs entre 1930 et les années 1950.

47Dans cette perspective, la situation de 1937 offre des traits originaux. En premier lieu, il faut noter un effacement relatif de la Société Générale, repliée vers ses filiales financières et immobilières - faut-il voir en cela le résultat des déboires connus par cette banque dès les débuts de la guerre 1914-1918, et du fait de la Révolution russe ? Le second fait est d'ordre fonctionnel en même temps que le réseau de relations ainsi organisé permet son élargissement rapide à un nombre d'organismes bancaires accrus, le principe des échanges d'administrateurs entre ceux-ci perd de sa force. La distinction s'effectue, au-delà des liaisons par sociétés interposées, entre les banques « émettrices » d'administrateurs vers leurs concurrentes, et celles qui les reçoivent (réceptrices). Le premier groupe est représenté au mieux par le CIC et le CNEP, le second par la Banque de l'Indochine, qui reçoit le CIC, le CNEP, la Société Générale et Paribas, tout en possédant une série de relations industrielles et commerciales autonome, et l'Union des Mines, qui reçoit le CNEP et le CIC.

Tableau 5 : 1937 : Réseaux de relations des banques et sociétés financières

Tableau 5 : 1937 : Réseaux de relations des banques et sociétés financières

48Ce réseau montre avant tout que ces anciens Inspecteurs sont des régulateurs d'affaires.

49À côté de lui, d'autres relations, plus classiques, se maintiennent, et, significativement, elles intéressent des hommes qui rassemblent autour d'eux, mais individuellement, diverses affaires tel, jusqu'aux années 1950, G. Baugnies, ou tel représentant de la Compagnie du Nord, tel autre de la Compagnie du Midi, et ce jusqu'à aujourd'hui.

50En même temps que le poids relatif des divers établissements bancaires d'importance se modifiait, les années cinquante et soixante ont connu le renforcement d'une part de l'autonomie de chaque grande entreprise bancaire, d'autre part des réseaux de relation. Le nombre des sociétés relais n'a cessé d'augmenter, tandis qu'elles affectaient des branches nouvelles, selon les modalités précisées au § 1. Mais concurremment, ce type de relations s'est étendu à certains secteurs de l'industrie, à travers le développement des holdings financiers, en particulier métallurgiques en une vingtaine d'années, là encore, les Inspecteurs des finances ont été amenés à jouer le rôle de régulateurs des affaires, tout en réorganisant les secteurs de manière à les faire échapper au droit de regard de certaines banques, désormais davantage tournées vers les affaires purement financières.

51Cette altération prolongée du rôle des hommes n'est certes qu'un aspect des mutations observées au premier niveau, quantitatif, de l'étude. Toutefois, du point de vue des sociétés, elle constitue un excellent révélateur, d'autant que les divers changements présentés se sont effectués en prise directe sur des transformations plus générales, qui ont affecté la direction de l'économie, tant publique que privée, dans le sens d'une rationalisation poussée, destinée à assurer la puissance des entreprises françaises, malgré le recul progressif, amorcé au début du XXe siècle, du poids spécifique de l'économie de l'Empire, puis de la nation.

52Les Inspecteurs des finances en ont été un instrument privilégié, parce qu’avant qu'elles soient à l'ordre du jour, ils en avaient préparé le terrain, et rassemblé les moyens, de même qu'à la chute de l'Empire, ils avaient pu apparaître, et se présenter, comme des intermédiaires efficaces entre les gestionnaires des finances publiques et les nouveaux dirigeants de l'appareil politique, tant législatif qu'exécutif. De sorte que leur prééminence, rapidement acquise, s'est révélée durable ; alimentée par son propre succès, « l'autorité incontestable » est parvenue à promouvoir une gestion continue des affaires à travers les changements de la conjoncture. Ce qui appelle à une compréhension des stratégies d'entreprises, qui intégrerait l'analyse de la transformation des personnels dirigeants, et de leur capacité maîtriser les sources de leur pouvoir, et à des analyses plus classiques afférentes aux conditions générales de développement des marchés et des capitaux.

Notes

1 Le Corps de l'Inspection générale des Finances (IGF) a été créé en 1808 par le comte Mollien, sur la base des services de contrôle légués par la première République. Il s'agissait de contrôler la gestion et les comportements des agents comptables dépendant directement ou indirectement du ministre du Trésor., tant à Paris que dans les départements, puis en Algérie. Ce travail reposait sur un système centralisé de tournées annuelles effectuées sans préavis, au cours desquelles les inspecteurs procédaient à la vérification des agents et des services » sans pour autant détenir aucun pouvoir de poursuite ou d'exécution. Ce travail est resté jusqu'aujourd'hui la base du travail du Service (cf. arrêtés et décrets du 6 mars 1830 et du 30 janvier 1831 ; Archives économiques et financières [AEF], Paris et Fontainebleau, B. 14039).

2 Données complètes, sauf impossibilités dues à la destruction des dossiers (incendie de 1871). Sources : Inspection générale des finances, AEF, Annuaires Desfossés puis Desfossés-SEF pour 1914. 1952 et 1968 ; Annuaire de la Chambre syndicale des Agents de change, pour 1883, 1890, 1897, 1907, 1918-1921, 1937 ; Bottin mondain pour 1914, 1918 et 1921 ; Tout Paris pour 1910, 1914 et 1921, archives privées. Les sources sont les mêmes pour les tableaux et schémas suivants.

3 Pour des raisons simples : tant la mobilisation, militaire ou non, des effectifs, que par les nécessités de l'« Union Sacrée », et les morts au champ d'honneur.

4 Il semble en effet que les effectifs mis par les ministres à la disposition des organismes « protégés » ou des sociétés nationales assurent une continuité d'exercice plus grande que la plupart de leurs collègues du « privé », sauf au Crédit National et à la Banque de France.

5 Sources : cf. note 2.

6 Élan donné par la Société Générale, le Crédit Lyonnais, Paribas, la Compagnie d'Anzin, Saint-Gobain, etc.

7 Avant 1883, le petit effectif rend la statistique inopérante.

8 Sur ce dernier aspect, cf. P. Lalumière, L'Inspection des finances, Paris, PUF, 1956, fort important à tous égards. Pour les textes, AEF F30 2411 à 2417, et Ch. de Lasteyrie, L'Inspection générale des finances, Paris, 1908.

9 G. Thuillier, La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976. De 1852 à 1870, sur 39 directeurs nommés aux Finances, 9 furent issus de cette catégorie. On sait que ces « jeunes gens » visaient avant tout le Conseil d'Etat.

10 À partir de 1858-1860, la proportion de roturiers augmente parmi les reçus au concours. Une mesure portant sur 20 inspecteurs actifs en 1870, sur 88, montre que 65 %, mais surtout les plus anciens en grade, appartenaient à l'aristocratie d'Ancien Régime. Cf. notre mémoire de maîtrise : Les Inspecteurs des finances, 1871-1919, Université Paris-X-Nanterre, en 1re partie, chapitre III.

11 Id., Il partie, chapitre I.

12 Au début du XIe siècle, la proportion d'inspecteurs n'ayant effectué que du contrôle routinier tombe à presque rien.

13 En 1870, sur 88 actifs 74 étaient au contrôle, 10 aux Finances, dans les directions, 1 aux Postes, 2 à la Banque de France, 1 à la Cour des Comptes.

14 In J. Bouvier Naissance d'une Banque de dépôts le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Sevpen, 1961, t. 1, p. 291.

15 Dutilleul appartenait à une famille d'agents de change parisiens et avait été député de 1871 à 1876.

16 Lettre de Dubois de l'Estang à J. Caillaux, AEF, B.13379.

17 Bottin mondain, 1914.

18 Centenaire des ordonnances de 1831, Paris, IGF, 1931. Discours de François Piétri, p. 11-13.

19 AEF, F30 2419.

20 AEF, F30 2414.

21 Jusqu'en 1930, l'accès aux lycées d'État est resté onéreux.

22 Avant 1900, l'IGF acceptait des candidats âgés de vingt-deux à trente ans. Après 1900, de vingt-deux à vingt-huit ans.

23 Cf. les chiffres donnés par P. Lalumière L'Inspection..., op. cit.

24 Cf. notre mémoire, op. cit., I, 3 et III, 2.

25 Mesure volontariste guidée par le souci d'épurer l'Administration : en quinze ans, le cadre de l'Inspection est renouvelé aux quatre cinquièmes.

26 Cf. notre maîtrise, op. cit. Ces cas se sont maintenus très tard.

27 IGF, Recueils des sujets du concours, Cahiers 3 et 4.

28 A la suite d'une mission de M. Jacquin aux USA, AEF, B 13373.

29 Cf. notre mémoire, I, 2, et III 2.

30 Certains souscripteurs de l'ELSP étaient Inspecteurs. En outre, après 1880, à 4 agents ou anciens agents y professaient.

31 Cf. G Thuillier, op. rit.

32 Cf. notre mémoire, III, 1 et III, 3.

33 Cf. notre mémoire, III, 2 et G. Thuillier, ibidem.

34 IGF, Recueils..., cahiers 1 et 2.

35 Ceci est repérable sur les fiches d'inscription au concours : ceux qui possèdent le diplôme de l'École sont acceptés, même si leur cursus universitaire est inachevé (source IGF).

36 Notice sur l'IGF, Paris, 1913 (BN).

37 Centenaire..ibid.

38 E. Moreau, Souvenirs d’un Gouverneur de la Banque de France, Paris, Éditions Génin, 1954, annexe.

39 Cf. P. Lalumière, op. cit., I, 2, en part., p. 41.

40 J. Bouvier, op. cit., I, p. 291.

41 À cet égard, faute de témoignages, toute mesure est aléatoire.

42 En 1907 disparaît O. Homberg ; puis entre 1907 et 1933, M. Renaudin (chemins de fer de l'Est), Hély d'Oissel (Saint-Gobain), de Montplanet (CIC), Bellaigue de Bughas (Cie du Midi), etc.

List of illustrations

Title Tableau 1 : Le personnel - A. Répartition des effectifs des Inspecteurs
Caption * Entreprises parapubliques incluses** Estimation*** Les individus n'exerçant qu'une activité occasionnelle n'ont pas été pris en compte
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-1.jpg
File image/jpeg, 139k
Title Tableau 1 : Le Personnel - B. Flux de personnel dans les entreprises
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-2.jpg
File image/jpeg, 115k
Title Tableau 2 : Les Entreprises
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-3.jpg
File image/jpeg, 34k
Title Tableau 3 : Répartition des entreprises par secteurs économiques (1)
Caption (1)- Avant 1883, toute comparaison sous forme de graphique est inutile : l'effectif est insuffisant, et sa répartition n’obéit pas encore à des règles précises.(2) - Divers « services ». À partir de 1952, ce sous-secteur comporte un nombre important, mais variable, de sociétés de promotion immobilières ; pour le reste, il s’agit de très gros négoces (grands magasins...), de courtage.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-4.jpg
File image/jpeg, 167k
Title Tableau 4 : 1914 : L’îlot bancaire
Caption A : sociétés liées au groupe Rothschild.B : sociétés liées à la Banque de Paris et des Pays-Bas.X : sociétés liées à la Banque de l’Indochine.X* : sociétés liées à la Société Générale.X** : Sociétés liées au CIC.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-5.jpg
File image/jpeg, 37k
Title Tableau 5 : 1937 : Réseaux de relations des banques et sociétés financières
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2971/img-6.jpg
File image/jpeg, 107k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540