Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Échanges et marchés

L’influence du « modèle américain » sur la filière alimentaire en France après la deuxième guerre mondiale

Claude Morin

Note de l’éditeur

Article tiré de Claude Morin (dir.), 18e Congrès international des sciences historiques tenu à Montréal du 27 août au 3 septembre 1995, Actes, rapports résumés et présentation des tables rondes, Montréal, Comité international des sciences historiques, 1995.

Texte intégral

1La question du rôle du « modèle américain » et de l’influence des « techniques américaines » dans le développement de la consommation alimentaire moderne en France - et dans d’autres pays d’Europe - a été longtemps débattue à partir de représentations simples des réalités. Le souvenir commun, la littérature romanesque et cinématographique nous ont appris à croire que la population française, non sans réticences, avait subi ou désiré, entre la fin des années 1940 et le début des années 1980, une imitation des modes de consommation, voire même des goûts nés ou développés aux États-Unis. Dans les représentations communes, ce processus aurait commencé lors de la Libération de la France, en 1944 et 1945, lorsque les armées alliées et l’armée française formée en Afrique du Nord avec l’aide américaine auraient rapporté dans le pays, sous les yeux ébahis des populations frappées par la pénurie, les conserves préparées, les sodas conditionnés, les chocolats vitaminés, en même temps que les bas Nylon, les cigarettes blondes en paquets de carton et, bien entendu, les refrains de l’orchestre de Glen Miller... Puis, à l’époque du Plan Marshall (1948-1952), stimulés par des aides directes et indirectes, les fabricants de produits alimentaires seraient allés chercher en Amérique les procédés et les matériels permettant de dynamiser leurs techniques de transformation et de conditionnement des produits. Dans une troisième période (entre 1955 et 1975), l’effort « d’américanisation » aurait porté sur l’aval de la filière, avec l’importation des supermarchés, bientôt diffusés sur tout le territoire. En retour, le développement des « usines à vendre », aurait réagi sur la filière agro-alimentaire elle-même, provoquant une véritable révolution industrielle symbolisée d’une part par l’émergence en France d’un grand groupe agro-alimentaire diversifié (conserves, produits frais, liquides) de taille européenne et d’ambition mondiale, Danone (ex-BSN), d’autre part par la formation, à l’échelle du pays, d’un ensemble d’entreprises moyennes, plus spécialisées dans un créneau de produits (laitages ou charcuterie, volailles ou boissons), dotées d’une forte image de marque, capables de s’imposer comme intermédiaires obligés entre les agriculteurs d’un côté et la distribution de masse de l’autre.

2Aucun des phénomènes évoqués ci-dessus, pris dans sa singularité, n’est faux. En 1949, 93 % de la diffusion alimentaire française (une fois déduite l’autoconsommation paysanne et celle des jardins périurbains) était assurée par des petites boutiques familiales spécialisées, ravitaillées par des grossistes parfois eux-mêmes modestes, le reste étant fourni par des chaînes succursalistes entrepreneuriales ou associatives d’assise seulement régionale, et par environ 250 magasins populaires urbains un peu plus grands. En 1982, 40 % de la consommation alimentaire nationale passait par les grands réseaux dominés par les firmes ou les associations nationales de supermarchés et d’hypermarchés (16 % de la consommation étant assurés par cette seule formule, apparue en 1963), et le commerce traditionnel de détail était fortement redessiné : la moitié des détaillants spécialisés et indépendants existant en 1954 avaient disparu, et les deux tiers des produits disponibles dans les 360 000 boutiques restantes étaient issus d’une chaîne de fabrication industrielle, assurée par des grandes entreprises ou par des producteurs d’envergure plus modeste. En outre, deux autres phénomènes avaient pris une certaine extension : la présence des marques et des entreprises américaines dans la filière alimentaire française (General Food, Nabisco par exemple) par suite d’investissements directs ; la banalisation à travers tout le territoire de modes de vie répandus depuis longtemps aux États-Unis, comme la motorisation des ménages, l’électrification de la conservation et de la préparation domestique des aliments, le rôle croissant de la publicité radiophonique puis télévisuelle dans la promotion des biens alimentaires les plus courants (laitages, conserves, boissons).

3Par extension, et sans que l’influence directe ou indirecte réelle de l’Amérique n’ait jamais à l’époque été mesurée ou établie autrement que par référence à quelques exemples frappants, mais d’ampleur limitée (le succès de Coca Cola dans la distribution des sodas à partir des années 1960, ou plus tard l’implantation spectaculaire des premiers restaurants MacDonald), c’est « l’américanisation » de la filière alimentaire - assimilée à son industrialisation - qui a été souvent mise en avant, et en même temps condamnée au nom des traditions nationales, en premier lieu par les victimes économiques de l’évolution, c’est-à-dire par une partie des fermiers, des grossistes et des détaillants. L’importation d’un vocabulaire aux sonorités directement ou indirectement anglaises (parking, supermarché, discount, self-service, shopping, baby, heeffast-food, soda, etc.) a pu contribuer à conforter l’idée selon laquelle, d’un côté il s’était produit une « invasion » directe des produits et des goûts « américains », et de l’autre une subversion « à l’américaine » du mode de vie, synonyme d’expansion de la civilisation matérielle, qui irait jusqu’à transformer les actes alimentaires les plus simples (faire les courses, cuisiner, conserver, consommer) en une activité intégrée dans sa technique au monde industriel, mais désormais ludique (maximiser des satisfactions gustatives simplifiées, « déculturées ») dans ses occurrences (le plateau-repas devant la télévision) et ses manifestations (avec le renforcement des goûts primaires, sucré et salé, dans les préparations).

4Sans reprendre l’ensemble du débat, dont la dimension ethnologique ou anthropologique est indéniable, s’agissant finalement de l’art de raccorder la filière alimentaire et l’expression des goûts de plusieurs générations successives, le moment n’est-il pas venu, à partir d’exemples précis, d’essayer de répondre à certaines des questions de fond qui le sous-tendent ? Ainsi :

  • l’importation de savoir-faire, de machines ou de techniques industrielles alimentaires made in USA était-il indispensable à l’adaptation des filières-produits aux modifications du marché (et notamment à sa massification, puisque la consommation de valeurs ajoutées alimentaires par habitant a été multipliée par 2,4 en France, à prix constants, entre 1950 et le début des années 1980) ?
  • dans quelle mesure les méthodes de distribution de masse dites « américaines » ont-elles réorienté le commerce de détail alimentaire ou à dominante alimentaire en France depuis la fin des années 1940 ? Et jusqu’à quel point ?
  • Existe-t-il, sur un plan macro-économique, des facteurs endogènes, propres à la France, susceptibles d’expliquer l’évolution générale de la filière alimentaire, sans impliquer une « main visible » ou « invisible » des entreprises ou de la culture des affaires nord-américaines, selon le principe qui veut que « les mêmes causes » (l’urbanisation et son organisation, le terrain préalable, technique et organisationnel, situé dans l’agriculture et dans l’industrie agro-alimentaire) « produisent les mêmes effets » (la standardisation des produits et des circuits de distribution, la segmentation des gammes de produits, la valorisation des marques, etc.) ?

5Notre connaissance approfondie de l’ensemble de la chaîne alimentaire nationale étant insuffisante pour pouvoir donner une réponse encyclopédique à ces différentes questions, nous essaierons, dans le cadre limité de cet essai, de raisonner à partir d’exemples précis afin de nourrir un débat qui, ultérieurement, devra être complété et approfondi.

De la ferme au consommateur : la filière du lait1

  • 1 Sources principales : F. Vatin, L’Industrie du lait, Paris, 1991 ; Histoire de la France Rurale, t (...)

6Aussi bien au début du siècle qu’au milieu des années 1990, la filière-lait (lait frais, beurre, fromages de toute sorte, crèmes lactées, dérivés) représente environ 20 % de la valeur de la production agro-alimentaire française. Son industrialisation a été précoce, la diffusion des produits a connu plusieurs révolutions successives et l’exemple ou l’influence des États-Unis ont joué un rôle mineur dans son évolution.

7D’un point de vue scientifique, l’apport étranger n’était pas nécessaire. En effet, la France, depuis le début du XIXe siècle, a en permanence été en pointe dans la solution de la question fondamentale, celle de la conservation du lait et des produits frais en général. Au départ, on doit y voir l’influence de savants aussi considérables que Nicolas Appert (1749-1841), qui diffuse dès 1790 par des brochures à grand tirage ses méthodes de mise en conserve des aliments après chauffage, et plus encore de Louis Pasteur (1822-1895), qui a révolutionné la connaissance des ferments lactiques et les méthodes d’arrêt de leur prolifération lors d’une grande campagne de recherche conduite à la Faculté des Sciences de Lille - dont il était le doyen - entre 1857 et 1863, en liaison avec les milieux agricoles. De surcroît, ces savants ont fondé des traditions de recherche intense, que la multiplication et les orientations des grands Instituts de Chimie (ou de Chimie industrielle), fondés en France entre 1859 et 1892 dans la plupart des grandes villes et à Paris, n’ont cessé de confirmer ; ils ont été complétés, entre les années 1920 et le début des années 1950, par le développement de la recherche et de l’enseignement techniques conduits par l’Institut national agronomique et ses antennes dans les régions, ainsi que par des écoles professionnelles parfois anciennes, comme celle de Poligny, dans les montagnes du Jura.

8En matière de processus industriels, la maturation s’est faite à partir de 1850, sous l’impact de plusieurs phénomènes. La révolution des transports ferroviaires a provoqué la spécialisation de régions entières vers l’élevage et la production de lait au service du marché parisien, le plus important du pays (c’est le cas par exemple de la Normandie et des Charentes), ou de celui des grandes villes, ainsi que le développement de spécialisations de dérivés du lait (fromages ou pâtes lactées) facilitées à partir des années 1870-1880 par la banalisation des usines à froid et des conservateurs chimiques. On peut, dans ce domaine, citer le cas des caves de Roquefort, dans le sud du pays, qui ont bâti dès avant 1900 leur prospérité sur une collecte de lait réalisée auprès de plus de cinq cents producteurs de lait de brebis, transformée et conditionnée par plus de 2000 employés, au service du marché national. Ou celui des fromageries Charles Gervais, dont l’essor à partir de 1850 provient de la mise au point d’un extrait demi-sel conditionné, « le petit suisse ». Enfin c’est l’exemple des producteurs de fromages normands de la région de Camembert, qui imposent leur marque à tout le pays sous le second empire. Les années 1880 voient l’essor des premières coopératives de collecte, de transformation et de diffusion, d’abord fromagères, puis, à partir des années 1900, également laitières. Au lendemain de la première guerre mondiale, ces coopératives - ainsi celle de Steenvorde, en Flandre française, fondée en 1912 - sont capables de traiter de grands volumes de lait (chacune quelques % de la collecte nationale contrôlée), puis, entre 1920 et 1930, elles s’équipent très largement pour généraliser la fabrication de lait pasteurisé ou de produits dont le goût commence à se répandre dans les classes aisées, comme le yaourt.

  • 2 Une étude sérieuse démontre qu’en matière de produits lactés le taux de dépendance de la France à (...)

9Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, la production, qui avait déjà augmenté de 40 % entre 1913 et 1938 alors que la population du pays était à peu près stagnante2, connaît un second essor, dont le premier moteur est le « baby-boom », qui fait passer, entre 1941 et le début des années 1960, l’effectif moyen de chaque nouvelle classe d’âge de 350 000 à 800 000 individus environ, et le second, l’expansion des revenus individuels qui modifie progressivement les habitudes alimentaires des Français. Il existe alors un véritable appel du marché, qui provoque une deuxième révolution de l’élevage - développement de la traite électrique, adoption de races plus spécialisées - qui se diffuse du nord de la France, déjà très marqué par les méthodes hollandaises ou danoises de sélection et de nourriture des bêtes, vers la plupart des régions laitières du pays. Il en résulte un nouveau doublement de la collecte entre 1949 et 1974 (de 130 à 284 millions d’hectolitres de lait) et, à partir de 1962, l’insertion de l’industrie laitière nationale dans les échanges au sein de la CEE (PAC), qui affine des dispositifs commerciaux mis en place dès 1949 dans le cadre de l’OECE.

  • 3 Elles s’établissent en 1974, respectivement, à 9 et 15 kilogrammes par an et par habitant, la cons (...)
  • 4 J. B. Henry, « L’industrie laitière en Bretagne de 1960 à 1970 », bulletin d’information du départ (...)

10À terme, l’essor considérable du marché se traduit beaucoup moins par une évolution de la consommation de lait conditionné par habitant que par le renforcement des habitudes alimentaires nationales, dans le cadre des nouveaux réseaux de distribution. En effet, la consommation de lait par habitant en France donne l’impression d’avoir stagné, et même, en kilogrammes de produit, d’avoir reculé de 40 % entre 1955 et 1974. Mais cette statistique - au reste imprécise dans sa fabrication - ne met pas en valeur le fait fondamental : en France, à la différence d’autres pays européens, la faveur du public pour les fromages et les produits lactés transformés s’est accentuée. La consommation de beurre par habitant a crû de 50 %, celle des fromages a été multipliée par 2,153. Ceci signifie que le goût répandu traditionnellement dans les classes supérieures pour la consommation de fromages variés, frais, ou à pâtes pressées, cuites ou fermentées, s’est répandu dans la population : le plateau offert aux consommateurs s’est enrichi. Comme la part du lait industriel dans la collecte totale est passée de 50 % au lendemain de la guerre à 72 % au début des années 1970, plus de 180 millions d’hectolitres sont venus dans les laiteries se transformer en produits autres que le lait, dont 150 millions d’hectolitres environ ont été transformés en crèmes, pâtes à fromages et préparations aromatisées ou fruités à base de lait. Pendant cette même période, à l’exception de petites coopératives montagnardes locales, la production de fromage à la ferme, qui concernait environ 50 % de la production trente ans plus tôt, a presque entièrement disparu4. En bout de chaîne, c’est-à-dire en aval, les entreprises organisées de commerce de détail ont dû réagir à cette évolution profonde des préférences des consommateurs. Jusqu’au début des années 1970, elles présentaient essentiellement des linéaires de produits laitiers entièrement conditionnés et préemballés. Mais la vague déferlante des hypermarchés (plus de deux cents de ces magasins de plus de 5000 m2 ont ouvert leurs portes en France entre 1970 et 1974) a dû infléchir la distribution des produits laitiers. À côté des linéaires où certains produits étaient livrés au client en piles ou en vrac (lait, beurre, crèmes-desserts, entremets) elles ont ouvert des rayons plus aménagés, où les produits laitiers, vendus au détail, « à la coupe », et emballés sur place par du personnel spécialisé, reproduisaient l’ambiance des anciennes boutiques de détail de centre ville. A la même époque, désormais alimentées par les circuits de distribution intégrées, on a vu, en parallèle, dans les galeries marchandes de centre ville et dans les secteurs préservés des agglomérations de province, réapparaître des boutiques spécialisées, gérées par un ménage, parfois associées en franchise à des grossistes, et organisées sur le même modèle.

11À côté de la banalisation du large choix, l’autre phénomène vraiment nouveau, dans les habitudes alimentaires, est la percée réalisée par une nouvelle gamme de produits, les laits aromatisés, frais ou semi-frais gélifiés, situés à mi-chemin, dans la filière, entre les laits et les fromages, et apparentés à la famille des entremets et des yaourts. Le grand “boom” de ces produits s’est produit entre 1953 et 1960 et provient d’une pérennisation, sous d’autres formes, de la consommation laitière au-delà de l’âge de la petite enfance. Il a été assez fort pour provoquer peu à peu un phénomène nouveau, la focalisation de l’image de marque des industriels autour de ces produits, quelle que soit leur provenance.

12Pour les outillages de production, c’est dans les pays d’Europe du Nord - en particulier au Danemark et en Suède - que ces entreprises s’équipent en machines dans la phase pionnière et, à partir des années 1920, les pays fournisseurs s’étendent à l’Allemagne et à la Suisse. Simultanément, il se crée dans le pays, aussi bien pour les machines de traitement du lait que pour l’embouteillage automatique, une industrie indigène, qui travaille en partie sous licence et qui permet l’alignement des centres de production sur les normes de qualité européenne les plus exigeantes. L’apport industriel américain se situe essentiellement entre 1948 et 1952, quand les aides du Plan Marshall permettent à certains producteurs importants - comme les producteurs flamands et normands - de se rééquiper, certes en Europe, dans le cadre des accords OECE, mais grâce à des moyens de paiement garantis par des contre-valeurs Marshall, tandis que les firmes consacrent leurs fonds propres à la motorisation de la collecte, à la création de centres de stockage et à la mise en place de réseaux de diffusion de leurs produits.

13Du point de vue entrepreneurial enfin - le cas de la firme suisse Nestlé étant une exception - la formation de groupes capables de maîtriser à la fois un ou plusieurs segments de la filière-lait et de peser sur les conditions de distribution des produits s’est réalisée en plusieurs étapes. Dans tous les cas, le fondement de la croissance des entreprises a été l’installation initiale dans une région d’élevage, où les transformateurs de produits, parfois d’anciens éleveurs, ont tiré en avant les fermiers pour réaliser la collecte et ont diversifié leurs produits, étendu leur zone de vente, pour mettre à profit leur assise régionale. Dans ce domaine, les apprentissages à l’étranger ou l’importation de méthodes « clés en main » n’ont pas eu d’influence sur le comportement des firmes.

14Il en est allé de même en matière de diffusion des produits laitiers. Une des raisons qui avait poussé les grands collecteurs-transformateurs des années 1850-1950 à développer la fabrications de crèmes et de fromage était le fait que, dans la plupart des villes de France - qui étaient en majorité des villes petites ou moyennes - il existait des « vacheries », établissements où des exploitants utilisaient des bêtes importées des campagnes environnantes pour assurer la collecte de lait nécessaire aux épiciers de coin de rue ou aux boutiques spécialisées en produits frais (désignées généralement sous l’appellation « BOF », « beurre, œufs, fromage »). Il en existait même à Paris et dans sa proche banlieue, où ces établissements se comptaient encore par centaines à la veille de la guerre de 1914-1918. Leur existence faisait que, bien souvent, le traitement ultime du lait avant consommation était effectué par le détaillant, qui se faisait livrer par seaux ou par citernes, selon son débit, et qui revendait au détail, en utilisant les récipients de ses clients ou en diffusant des bouteillons consignés. Vendre des produits plus élaborés était donc le meilleur moyen d’atteindre la clientèle au-delà du rayon immédiat d’influence des laiteries sur le petit commerce et sur d’éventuels grossistes et, pour y parvenir, les entreprises fromagères ont développé très tôt des outils de vente, pour l’époque, assez sophistiqués. Elles ont dû jouer d’emblée sur des marques et sur des images de marque, grâce à l’affichage, à la publicité de presse, à la présence dans des foires-expositions, à la fidélisation de détaillants, par l’intermédiaire de grossistes régionaux qui leurs fournissaient des entrepôts.

15Ces savoir-faire se sont révélés précieux lorsqu’en 1949 une nouvelle réglementation a interdit la vente du lait en vrac chez les détaillants pour des raisons d’hygiène, ce qui a conduit à la disparition progressive des vacheries et à donner un avantage technique et commercial certain aux grandes laiteries. Les détaillants sont alors devenus les premiers interlocuteurs des industriels. Les plus importants d’entre eux ont créé alors des zones de prospection et des entrepôts régionaux, desservis par leurs flottes de camions isothermes, et ont décliné leur marque, du lait au yaourt, des préparations aromatisées à certains fromages. La marque, le plus souvent régionale dans les années 1950 et jusqu’au milieu des années 1960, est devenue le vecteur d’approche du client et elles sont devenues très rapidement l’interlocuteur des circuits naissants de supermarchés urbains et périurbains. Au milieu des années 1960, certaines d’entre elles s’étaient imposées sur une partie importante du territoire national : Stenval, Danone, Gervais, Yoplait par exemple. Aussi, quand a commencé en 1966 la concentration de la filière, celle-ci s’est faite à partir du rachat des marques les unes par les autres (Stenval est rachetée à la fois par Gervais et par Danone, qui fusionneront plus tard) et par dissociation des marques de leur bassin géographique natif (le Nord, la Normandie, la Bretagne, etc.).

165. Le dernier acteur des transformations de la filière du lait a été l’État français, dès le lendemain de la deuxième guerre mondiale. La cause essentielle en est l’importance du monde agricole et plus généralement de la société rurale dans la vie politique de cette période, et la pression des consommateurs, qui connaissaient depuis 1940 une intense pénurie alimentaire due à l’occupation allemande et aux ravages de la guerre. Les professions agricoles, qui avaient tiré partie des pénuries des années d’Occupation, redoutaient, une fois la paix revenue, l’effondrement des cours qui avait été leur cauchemar au début des années 1930. Les pouvoirs publics, et tout particulièrement les ingénieurs-experts du ministère de l’Agriculture, estimaient que la standardisation des produits et la banalisation des circuits de leur diffusion permettraient aux consommateurs d’être nourris à des prix raisonnables, tout en sauvant le revenu des producteurs de lait brut. C’est pourquoi la filière du lait se développa avec l’aide constante de l’État. En 1948-1949, des plans de production et d’expansion furent établis entre l’administration de l’Agriculture et les syndicats de la laiterie. Dès 1953, un système de recyclage des excédents de production, aidé par des primes, fut instauré pour encourager la livraison aux principaux collecteurs de lait, coopératives ou entreprises traditionnelles. On vit même, dans les années 1950, d’intenses campagnes, aidées par les écoles publiques et même par un président du Conseil, Pierre Mendès-France, vanter les mérites du lait dans l’alimentation des enfants et des adultes, et promouvoir des distributions gratuites de lait aux écoliers.

2. Les « méthodes américaines » dans la distribution alimentaire5

  • 5 Sources générales : Hommage à Jacques Pictet, Fedimas/Gnh, 1984 ; C. Desaegher, De la Boutique à l (...)
  • 6 M. Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, Economica, 1990, p. 8-10

17Le rôle de l’expérience américaine dans la distribution alimentaire française après la deuxième guerre mondiale prend la suite de relations développées depuis longtemps entre le monde des entreprises de commerce des deux côtés de l’Atlantique. Dans les années 1920 et au-delà, la tradition était déjà prise, de la part des dirigeants de grands magasins français, d’aller visiter régulièrement leurs confrères des grandes villes américaines. C’était un juste retour des choses, puisque le système du grand magasin - un bazar géant dans un grand immeuble au carrefour des grandes voies de centre ville - était une invention française du milieu du XIXe siècle qui avait émigré aux États-Unis quelques décennies plus tard après un détour par la Grande-Bretagne. Et l’influence américaine n’était pas exclusive. Ainsi, selon les mémoires d’un de ses dirigeants, les Galeries Lafayette, le plus important grand magasin parisien, entretenait des relations privilégiées avec Simon Marks, le plus actif entrepreneur britannique du secteur, et n’hésitaient pas à aller chercher leurs modèles à Londres6.

18Mais, à partir de la grande crise de 1929, un infléchissement se fait sentir. La plupart des maisons de grands magasins, les unes imitant les autres, lancent, pour répondre à la stagnation de leurs grands établissements, des chaînes de magasins de quartier de taille réduite, dans lesquels ils introduisent des rayons alimentaires faisant une large place à l’épicerie et aux conserves. Or, ces magasins, dont environ deux cents furent établis en quelques années, sont des adaptations de la formule du « five cents store » développé aux Etats-Unis à la même époque par Cullen, à la suite des expériences plus anciennes de Saunders. D’ailleurs, les enseignes créées en France portaient haut le principe du « prix unique », puisqu’elles s’appelaient « Uniprix », « Prisunic », « Monoprix », « Priminime », « Unifïx », « Fixprix », « Justeprix », et, en même temps, la notion de « discount » (de « démarque ») par rapport aux marges du commerce traditionnel et par rapport à l’image de demi-luxe des grands magasins traditionnels.

  • 7 Un décret d’avril 1935 avait prévu le gel de l’implantation de ces magasins pendant un an ; mais c (...)

19Ces implantations restèrent limitées en nombre, parce qu’elles furent découragées ou entravées jusqu’à la deuxième guerre mondiale par les pouvoirs publics7. Mais elles apportèrent des enseignements qui profitèrent à l’ensemble de la profession commerciale. En effet, pour alimenter leurs nouvelles installations, les entreprises-mères durent renforcer leurs capacités logistiques et leur politique d’achat, inventer des marques nouvelles (les Grands magasins avaient des marques propres pour les vêtements ou le linge de maison, mais guère pour l’épicerie, et aucune pour les conserves) et s’associer à l’industrie agro-alimentaire. Et comme le chiffre d’affaires de ces magasins doubla entre 1935 et 1939 malgré les limitations apportées à leur implantation, il fut démontré qu’il existait, dans la plupart des villes françaises, une place pour des établissements dont le “concept” se situait entre celui du grand magasin (de nombreuses références sous un même toit), celui des boutiques plus petites des chaînes succursalistes (qui étaient presque entièrement dédiées à l’alimentation) et celui du commerce de détail traditionnel spécialisé (puisque les nouveaux magasins consacraient encore une part majoritaire de leur surface aux biens non alimentaires, en particulier au vêtement et au bazar.

  • 8 En 1938, le parc de voitures particulières françaises était d’environ 2,25 millions de véhicules ( (...)
  • 9 En effet, ce n’est pas la récession économique elle-même qui est responsable de ce retard. La dépr (...)
  • 10 « Populaires » par opposition à l’image des « grands magasins », dont la clientèle est plutôt cell (...)

20En revanche, l’apport américain - et secondairement anglais, à cause du précédent de Marks & Spencer et de Woolworth - resta limité. D’une part, en France, la population était beaucoup moins motorisée qu’aux États-Unis8 et la structure urbaine, comme celle des infrastructures de transport, défavorable à un progrès rapide de cette motorisation9, de telle sorte que la formule du « supermarché » périurbain, qui inspirait en partie celle des nouveaux magasins dits « populaires »10, ne trouva pas à l’époque de débouché en France. Il fallait que les nouveaux magasins s’installent dans les quartiers populeux anciens ou dans les quartiers traditionnels vers lesquels les habitants des grandes villes avaient l’habitude de faire leurs courses. D’autre part, la notion de « libre-service » (« selfservice ») qui accompagnait outre-Atlantique le concept de magasins à prix réduits ne s’implanta pas en France. Elle n’entrait pas dans les habitudes de la profession où l’unité, le rayon, était à la fois l’unité de vente et celle de la facturation. Elle fut tout simplement ignorée.

21Ce fut donc essentiellement dans les années 1948-1969 que les enseignements américains, qui entre-temps s’étaient perfectionnés et complétés dans leur pays d’origine à cause des booms économiques successifs de 1942-1946 et de 1950-1955, firent souche en France, comme dans d’autres pays européens parmi les plus avancés. Il s’agit essentiellement d’enseignements portant sur les techniques de vente et sur les données logistiques qui découlaient de leur adoption.

22En premier lieu, apparut le libre-service. Il est très probable qu’il traversa l’Atlantique jusqu’en France à la suite d’un voyage organisé par un organisme professionnel et auquel participèrent les dirigeants de trois maisons succursalistes d’importance diverse : les Établissements du Casino, les Docks, et les Établissements Goulet-Turpin. Une autre tradition voudrait que les avantages de la formule aient aussi été démontrés un peu plus tôt en Europe continentale par le suisse Gottlieb Duttweiler, qui avait déjà derrière lui un long passé d’innovations. En tout cas, ces trois maisons, qui rassemblaient ensemble environ 3 000 petites boutiques de proximité, adoptèrent progressivement le libre-service. Celui-ci simplifiait considérablement les tâches des gérants de boutiques pendant les heures d’ouverture au public. Et, dans cette période de forte inflation, où le consommateur encore victime de diverses pénuries se plaignait de la « valse des étiquettes », il donnait une valeur ajoutée à la notion de prix marqué et à celle des prix d’appel affichés en devanture, qui faisaient partie de leur arsenal commercial traditionnel. Enfin, il revalorisait la notion de qualité sincère et égale, incorporée dans la pratique ancienne de l’emballage standard et du conditionnement du produit - éventuellement de sa transformation - par l’enseigne vendeuse. Bien sûr, l’évolution ne se fit pas en quelques mois, mais elle prit une dizaine d’années pour envahir l’ensemble des réseaux de vente concernés, et ensuite pour faire école chez les concurrents.

  • 11 Les « Docks » (bientôt devenus « Docks de France ») étaient alors une constellation commerciale co (...)
  • 12 Mais la plupart de ces magasins populaires, sans doute à cause de leur culture « grands magasins » (...)

23Entre temps, l’engouement pour les « méthodes américaines » s’était emparé de l’élite des professions commerciales. Un des plus hardis promoteurs de ce mouvement fut très certainement Henri Toulouse, le patron des « Docks », la deuxième chaîne succursaliste du pays11, quand il fonda en 1952 l’AIDA, l’Association Internationale de la Distribution Alimentaire, avec le soutien actif de la revue américaine Super Market Merchandising. Cette association trouva en France un prolongement institutionnel avec la création immédiate de l’Institut Français du Libre Service (IFLS), qui rejoignit le Centre National du Commerce, organe généraliste très peuplé de grossistes, et la Fédération des Grands Magasins, peu alimentaire, dans le concert des organisations professionnelles du commerce. L’IFLS, comme la Fédération des Magasins à Succursales Multiples, avait une vocation plus « alimentaire » que les organes parallèles et/ou concurrents de la profession et il fit très rapidement œuvre de diffusion par l’analyse et par l’exemple, notamment quand il se dota, dès 1955, d’une revue, Libre-Service Actualités, associée à un centre de documentation, qui devint une référence pour les détaillants, affiliés ou semi-indépendants, en quête d’informations sur l’aménagement des magasins, l’organisation des tâches des gérants, la normalisation des produits et des commandes, la réglementation générale et particulière de la vente, etc. De son côté, l’AIDA assuma entièrement son rôle international. Déjà, sa fondation était la conséquence d’un grand congrès, riche de plus de 1000 participants, réuni à Paris en 1950 par Henri Toulouse, le premier d’une série, à raison d’un tous les trois ans, qui associaient commerçants européens et américains et enthousiasmèrent toute une génération de dirigeants et d’animateurs, parfois très jeunes, des entreprises de commerce françaises (détaillants et/ou centrales d’achat), par exemple Jacques Pictet, Etienne Moulin (groupe Galeries Lafayette/Monoprix), Henri Gouloumes (Comptoirs Modernes), Antoine Guichard (Casino), Amédé Chomel, les fils d’Henri Toulouse (Docks de France), Bertil Lapalu, Bernard Gounouf (Paridoc), Raymond Berthault, ainsi que leurs fournisseurs (industriels de l’alimentation et fabricants d’équipements de magasins). Dans ces manifestations, on retrouvait encore les multinationales agroalimentaires qui multipliaient leurs implantations en France en recyclant les excédents de dollars qui s’y trouvaient alors en permanence. Celles ci, notamment, rachetaient des firmes régionales d’épicerie ou de conserverie de taille moyenne, mais qui possédaient une image de marque forte dans la population, notamment grâce à leurs relations traditionnelles avec les chaînes succursalistes et les « magasins populaires », qui n’étaient désormais plus bridés dans leur essor12. Parmi celles-ci, citons tout particulièrement Heinz et General Food, à côté de Nestlé (Sopad).

  • 13 J.-J. Villermet, « Histoire des grandes surfaces : méthodes américaines, entrepreneurs européens » (...)
  • 14 En effet, après trente ans, la France comptait 5720 supermarchés (et 649 hypermarchés) couvrant 5, (...)

24C’est au congrès de l’AIDA tenu à Rome en 1956 que l’ensemble des participants français découvrirent, en grandeur réelle, un supermarché en libre-service à l’américaine, installé par les associations de commerçants du Nouveau Monde. La démonstration de la formule était particulièrement spectaculaire puisque, chaque jour, tandis que les congressistes “jouaient” aux acheteurs, le magasin-modèle était réapprovisionné. Entre cette période mémorable et le congrès suivant, tenu à Lausanne, qui mit l’accent sur les produits alimentaires et sur les équipements de magasins13, la formule du « supermarché » - avec parking, en libre-service - avait pris pied en France, et d’abord en région parisienne (1957). Cette fois, la notion de grand débit à dominante alimentaire prenait racine. En une décennie, plus de mille cinq cent supermarchés ont couvert la France de leurs enseignes, lançant un mouvement irrésistible14.

25Un autre apport américain a été, dans les années 1950, l’apprentissage de la part des commerçants français d’un nouvel art de « l’animation commerciale » (« showmanship »), qu’ils ont ensuite accommodé au goût local des consommateurs. Cet enseignement a bien sûr été délivré par les voyages et par l’expérience directe, mais aussi par les séminaires organisés aux États-Unis par la National Cash Register Cy afin d’augmenter et de fidéliser ses clients, autour de la personnalité charismatique de Bernardo Trujillo, à Dayton, à partir de 1957. Dans la mémoire vive des entreprises françaises qui ensuite devinrent les pionnières du supermarché et/ou de l’hypermarché (Casino, Carrefour, Docks de France, Promodès, etc.), l’apprentissage auprès de Trujillo et de ses équipes de l’animation du magasin et de ses abords, de la mise en scène visuelle et sonore de la vente, de la décoration et de la disposition des marchandises, ainsi que de leurs implications logistiques (y compris dans les détails de la taille et de la position des parkings) a conservé le statut d’une véritable initiation. Et, dans un second temps, la filiale française de la NCR Cy a continué à promouvoir l'étude des expériences américaines, jusqu’à ce que la littérature professionnelle et, bien plus tard, les premiers cours de vente des écoles de commerce, assortis de l’étude des réalisations concrètes des commerçants français, ne viennent banaliser ces méthodes. Notons au passage que, chez Trujillo, les premiers cadres français en apprentissage ont trouvé au moins deux choses : des leçons, au sens positiviste du terme, et surtout des encouragements, dans la mesure où des formules telles que « no parking, no business », rejoignaient ce que le bon sens avait depuis longtemps appris aux commerçants français, par exemple à ce fondateur d’un célèbre grand magasin qui définissait à la Belle Époque les trois conditions du succès : « 1°/l’emplacement, 2°/l’emplacement, 3°/l’emplacement »...

  • 15 Sur ces questions générales, et pour la période antérieure à la seconde guerre mondiale, on se rep (...)
  • 16 C. De Suyrot, Geoffroy Guichard, fondateur du Casino, 1867-1940, mémoire, Univ. de Lyon 3, 1990, p (...)
  • 17 M. Zancarini-Fournel, « À l’origine de la grande distribution : le succursalisme, Casino, Saint-Et (...)
  • 18 M. Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France, 1881 - années 1980, thèse, Univ. Paris (...)
  • 19 Hypothèse développée par M. Lévy-Leboyer, « La grande entreprise : un modèle français ? », in M. L(...)

26Pour autant, les commerçants français sont-ils devenus, dans ces années d’apprentissage et de transfert d’innovation, entièrement redevables à leurs confrères d’outre-Atlantique des bienfaits de la « révolution commerciale » qui s’est emparée alors de la France et qui s’est prolongée ensuite très au-delà la période pionnière ? Il convient d’apporter à cette question une réponse mesurée. En premier lieu, la France était, du point de vue de la logistique des approvisionnements et des achats, un pays mûr pour la réception et l’accommodement des recettes commerciales américaines. Ainsi, les grandes entreprises commerciales occupaient au lendemain de la guerre dans la distribution alimentaire une place plus réduite que celle dont jouissaient leurs homologues dans les industries lourdes ou manufacturières ou dans les activités de services immatériels (banque commerciale, services de transport, etc.). Mais elles profitaient tout autant qu’elles de la culture rationaliste et de l’effort d’organisation qui avait poussé en avant l’ensemble de l’économie française depuis au moins une génération15. Les firmes de grands magasins et les principales chaînes succursalistes étaient déjà des modèles d’organisation, où parfois l’intégration industrielle16 et les dispositifs verticaux et horizontaux de gestion, assortis aux systèmes de contrôle (financier) et de recherche (de qualité, de produits nouveaux) étaient très avancés17. Plus généralement, le pays disposait en nombre, même si les écoles de commerce y étaient plutôt des écoles d’administration générale que des écoles de vente18, de cadres qualifiés de bon niveau, tout particulièrement d’ingénieurs aptes à maîtriser aussi bien les aspects organisationnels que juridiques (gestion des contrats) des grandes affaires. Il est même probable qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, ces éléments étaient en surnombre et désireux de s’engager dans des secteurs nouveaux de l’économie dans la mesure où, dans la décennie 1930, le chômage ou le sous-emploi avaient frappé toute une génération habituée à associer les fonctions d’ingénieur à des secteurs de l’économie désormais moins dynamiques19.

Évolution générale et opportunités

  • 20 Les données chiffrées ci-dessus sont calculées à partir des enquêtes de l’INSEE recueillies dans l (...)
  • 21 Cl. Thélot, O. Marchand, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, coll. « Études », 1991, (...)

27Bien sûr, d’autres facteurs ont joué. L’évolution du commerce alimentaire, de l’après-guerre au début des années 1960 - époque où les Français sont redevenus des innovateurs majeurs avec la formule de « l’hypermarché », largement exportée dans le monde depuis le début des années 1970 en même temps que les capitaux des firmes françaises - est parallèle à celle du reste de l’économie et des modes de vie liés aux échanges de biens. C’est le retour à une économie de marché normale qui conditionne la viabilité des premières expériences de self-service. C’est l’urbanisation et la motorisation qui déclenchent le besoin en commerces de plus grande surface et qui facilitent l’entrée plus large des produits alimentaires standardisés dans la vie quotidienne d’un nombre accru de ménages. Malgré les destructions de la guerre de 1939-1945 (plus de 600 000 logements), on n’avait construit que 200 000 logements durables entre 1945 et 1950, et 150 000 en 1951 et à nouveau en 1952. Le boom de la construction, aidée par les pouvoirs publics et le desserrement de la contrainte financière, débute en 1953, avec des livraisons de logements neufs qui atteignent très vite 350 000 par an, puis dépassent les 500 000 par an à l’orée des années 1960. Il se produit alors un agrandissement considérable des unités d’habitation, assorti d’un accès fréquent aux installations modernes (prises électriques, branchements d’eau courante, etc.). Aussi l’équipement électroménager fait-il un bond en avant. En 1954, 7,5 % des ménages étaient équipés d’un réfrigérateur domestique ; en 1962, la proportion est passée à 37,1 %, elle atteint 72,6 % en 1968. C’est l’époque où sont commercialisés les premiers meubles mixtes congélateur/réfrigérateur. Outre la consommation des laitages, celle des charcuteries ou de la confiture augmente à des taux proches de 5 % par an, tandis que celle des légumes secs ou des pommes de terre recule. Le déclin de la population agricole et des actifs ruraux traditionnels - dont la traduction la plus immédiate est la baisse régulière de la nourriture auto-produite dans la consommation- provoque une restructuration du commerce dans les zones à faibles densités de population. C’est un élément favorable à l’apparition des supermarchés, de même la formation de nouveaux quartiers à la périphérie de la plupart des villes - le taux d’urbanisation passe de 52 % en 1946 à 60 % en 1954 et 68 % en 1962. Dans les années 1950, les progrès de la motorisation sont considérables. Si, en 1953, un ménage sur cinq est équipé au lieu d’un sur six en 1938, le taux d’équipement passe à 35 % en 1962, à 53 % en 1968. Les plus équipés sont bien entendu les habitants des petites villes, des banlieues et les ruraux, les ménages les moins équipés sont ceux des centres villes, ce d’autant plus que la ville est grande, puisqu’à cette époque les centres villes disposent de peu de parkings, comptent une proportion anormalement élevée de personnes âgées (toutes catégories sociales confondues) et, bien souvent, faute de rénovation, se caractérisent aussi par la présence importante d’habitations très médiocres occupées par des individus ou des ménages à revenus faibles et/ou précaires20. Enfin, un des fondements du changement progressif des habitudes du « shopping » et des goûts alimentaires réside dans l’évolution rapide du taux d’activité féminin dans la société française - de surcroît assorti au phénomène de « baby - boom » présenté supra. Le taux d’activité féminin est en effet passé de 22 % avant guerre à 33 % et 35 % en 1960 et 1970, une progression certes importante mais non spectaculaire, mais qui a eu une forte incidence sur les modes de consommation et de logement parce qu’elle correspond de fait à un vaste redéploiement de la main-d’œuvre féminine de la campagne vers les petites cités et les grandes villes, et vers les métiers de l’industrie et des services21.

28Quoique la présente étude soit à la fois empirique et partielle, elle permet de présenter deux hypothèses - qui lui tiendront lieu de conclusion :

  • C’est l’inadéquation des structures « aval » du commerce de détail, caractérisées par le nombre élevé d’intermédiaires (souvent sans grande envergure) et de détaillants, fréquemment spécialisés, qui a rendu nécessaire, en France, le recours momentané à l’expérience américaine, pour imposer ce type de commerce aux consommateurs (demandeurs) et aux pouvoirs publics (hostiles aux « grandes surfaces jusqu’à l’orée des années 1960, sauf en matière fiscale)22. Aussi les commerçants français sont-ils venus aux États-Unis entre 1948 et 1957 chercher ce qui leur manquait le plus : des savoir-faire bien rodés en matière de formules (self-service, supermarché) et d’animation commerciales (showmanship), pour les accommoder ensuite à leurs savoir-faire. Peut-être aussi, comme nombre de confrères européens, venaient-ils chercher des raisons de croire en leur avenir et des encouragements pour leur œuvre, qui ne leurs furent d’ailleurs pas marchandés par des collègues nord-américains fiers d’eux-mêmes et conquérants. Pour le reste - l’organisation interne des firmes, la logistique, la gestion contrats - les apports américains étaient moins utiles (si l’on excepte celui de l’informatique de gestion, commun à toutes les branches de l’économie européenne en cette époque d’écrasante supériorité des « systèmes » d’IBM).
  • En revanche, une industrie aussi proche de la distribution de masse que l’industrie laitière possédait sa dynamique propre dans le cadre européen et français, fondée sur une longue tradition de rationalisation des marchés, en aval d’un processus constant d’innovation de produits et de procédés réalisée au plus près des fournisseurs de matière première (les éleveurs-récoltants de lait). On comprend pourquoi c’est seulement à partir de la fin des années 1960 que se sont rencontrées complètement (à travers une négociation sur la vente des marques et sur la dimension géographique des entreprises de production) la logique agro-alimentaire des industriels et la logique « distributive » des commerçants. Dans l’industrie agro-alimentaire - vue à travers le prisme du lait - l’apport des États-Unis s’est concrétisé par des apports en capital (dans d’autres spécialités, il s’est agi de prises de contrôle d’entreprises moyennes françaises) au moment où le desserrement des contraintes du marché national rendait nécessaire le renouvellement de l’appareil de production et de conditionnement, soit entre 1949 et 1952.

29Au total, les transformations de la chaîne alimentaire moderne, comme celles d’autres filières du marché, n’ont suivi que ponctuellement le modèle américain d’organisation. Dans la phase d’accélération des débouchés, l’émiettement des structures de distribution, génératrice de nombreux micro-marchés juxtaposés sur le territoire national, rendait inutile la formation de groupes agroalimentaires de grande dimension, dotés d’un véritable impact national. Puis, l’initiative est revenue à des firmes spécifiquement distributives, qui ont modifié les structures et la dimension des organismes de vente. Ce n’est que dans les années 1970 - qui sortent du champ de notre étude-, que les deux extrémités de la filière ont dû prendre à bras le corps les problèmes de leur cohabitation entre la matière première (le monde agricole) et le consommateur final, tantôt dans une logique de coopération, tantôt dans une optique de confrontation.

Notes

1 Sources principales : F. Vatin, L’Industrie du lait, Paris, 1991 ; Histoire de la France Rurale, tome IV, de 1914 à nos jours, Paris, Seuil, 1977 ; N. Delbaere, L’Industrie du Lait en Flandre française de 1900 à nos jours, mémoire de maîtrise (E. Chadeau dit), Univ. Charles de Gaulle - Lille 3, 1995 ; INSEE, Annuaire Statistique de la France, résumé rétrospectif, Paris, INSEE, 1966, et INSEE, Annuaire Statistique, 1945-1988, Paris, INSEE, 1990 ; J.-Cl. Toutain, Histoire Quantitative de l’Économie Française, t. I, Le produit physique en France de 1789 à 1954, Paris, Cahiers de l’ISEA, 1961.

2 Une étude sérieuse démontre qu’en matière de produits lactés le taux de dépendance de la France à l’égard des fournitures étrangères est très faible dès avant la guerre de 1914-1918, puisque le taux de couverture du marché (ratio production/consommation) en matière, par exemple, de beurre et de fromage, est de 101,1 % : J.-Cl. Toutain, Histoire Quantitative..., op. cit., p. 246 et 250 ; le même auteur estime par ailleurs que la production de lait et de beurre a progressé comme suit dans la période suivante : 390 000 tonnes métriques en 1920-1924, 443 000 tonnes en 1925-1934, 490 000 tonnes en 1935-1938 ; en revanche, à cette époque, le taux de couverture aurait légèrement baissé, passant à environ 98,5 % avant 1935, pour dépasser légèrement 100 % dans les dernières années 1930 (Ibid., p. 13-16 et p. 246-250).

3 Elles s’établissent en 1974, respectivement, à 9 et 15 kilogrammes par an et par habitant, la consommation directe de lait s’élevant à environ 35 litres de lait par an et par habitant à la même date ; Ministère de l’Agriculture, bulletin statistique de l’Agriculture, 1975.

4 J. B. Henry, « L’industrie laitière en Bretagne de 1960 à 1970 », bulletin d’information du département d’économie et de sociologie rurales, INRA, 1974.

5 Sources générales : Hommage à Jacques Pictet, Fedimas/Gnh, 1984 ; C. Desaegher, De la Boutique à l’Hypermarché, mémoire de maîtrise, Univ. Charles de Gaulle-Lille 3 (E. Chadeau dir.), 1992 ; J.-J. Villermet, Naissance de l’hypermarché, Paris, Colin, 1991 ; E. THIL, Combat pour la distribution : d’Édouard Leclerc aux Hypermarchés, Paris, 1964 ; E. THIL, Les inventeurs du commerce moderne, Paris, 1966 ; E. Chadeau (dir), « Le Commerce, Rénovation, Révolution », Entreprises & Histoire, no 4, nov. 1993 ; E. Chadeau, « Entre famille et managers, les grandes firmes de commerce de détail en France depuis 1945 », Revue du Nord, t. XXV, avril-juin 1993, no 300, p. 377-400 [reproduit dans le présent ouvrage].

6 M. Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, Economica, 1990, p. 8-10

7 Un décret d’avril 1935 avait prévu le gel de l’implantation de ces magasins pendant un an ; mais ce décret fut reconduit systématiquement à chaque échéance annuelle par tous les gouvernements, afin de satisfaire aux pressions exercées par les associations de détaillants et par certains groupements de grossistes et d’industriels.

8 En 1938, le parc de voitures particulières françaises était d’environ 2,25 millions de véhicules (soit une voiture pour 17,8 habitants et une pour 6,2 ménages) et le marché annuel était de 250 000 véhicules neufs (INSEE, Annuaire Rétrospectif, Paris, INSEE, 1966).

9 En effet, ce n’est pas la récession économique elle-même qui est responsable de ce retard. La dépression du marché intérieur caractérise les années 1930-1933 et se traduit par un vieillissement du parc. Mais, par la suite, avec le concours des constructeurs qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour améliorer leurs modèles, étendre leur gamme vers le bas et augmenter leur productivité, la motorisation et le marché progressent rapidement, puisqu’on vendait en 1938 50 % d’automobiles de plus qu’en 1929 et que le parc avait doublé entre ces deux dates ; cf. J.-L. Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres : soixante ans de stratégies, Paris, Le Monde-Éditions, 1995, et P. Fridenson, Histoire des Usines Renault, t. I : (1898-1939), Paris, Le Seuil, 1972.

10 « Populaires » par opposition à l’image des « grands magasins », dont la clientèle est plutôt celle des classes moyennes.

11 Les « Docks » (bientôt devenus « Docks de France ») étaient alors une constellation commerciale complexe à dominante alimentaire, qui possédait plusieurs pôles : une centrale d’achat, « Paridoc », fondée en 1926, propriétaire d’entrepôts et de marques, mais aussi chef de file pour des centres de gros locaux ; des réseaux régionaux entièrement ou partiellement affiliés (Docks Rémois, Docks du Centre, Docks Lyonnais etc.) qui avaient en commun des enseignes, des approvisionnements, des marques de produits « génériques » et certains éléments logistiques, ainsi que des établissements de conditionnement et de transformation. Le leader incontesté des succursalistes était néanmoins les Établissements Économiques du Casino Guichard-Perrachon, fondés en 1892 à Saint-Étienne par Geoffroy Guichard, qui possédaient en 1935 plus de 1 700 succursales et plus de 2 000 en 1949, et qui se présentait, avec ses départements et filiales agroalimentaires (épicerie, vins, charcuteries, etc.) comme une entreprise au contraire très intégrée.

12 Mais la plupart de ces magasins populaires, sans doute à cause de leur culture « grands magasins », ne furent jamais de vrais foyers de diffusion du libre-service. À la fin des années 1960 encore, les plus “avancés” d’entre eux étaient scindés en deux parties : un libre-service alimentaire à rayons multiples, occupant en général le « fond » ou le sous-sol d’un magasin dont l’accès principal (ou les accès principaux en cas d’implantation en coin de rue, relativement peu répandue, la plupart de ces établissements utilisant d’anciens « petits » grands magasins, d’anciens « magasins d’exposition d’automobiles » ou d’anciens cinémas) ouvrait sur des rayons séparés, consacrés aux produits non-alimentaires, dotés, soit chacun d’une caisse, soit d’un ensemble de caisses par groupe de rayons.

13 J.-J. Villermet, « Histoire des grandes surfaces : méthodes américaines, entrepreneurs européens », Entreprises & Histoire, op. cit., nov. 1993, p. 46.

14 En effet, après trente ans, la France comptait 5720 supermarchés (et 649 hypermarchés) couvrant 5,7 millions de mètres carrés de surface de vente (et 3,4 pour les hypermarchés), soit un supermarché pour 9 800 habitants ou, en moyenne, un supermarché pour 96 km (la densité de population étant alors de 101 ha/km2, le quotient population/zone de chalandise moyenne est très proche, de l’ordre de 9 724 habitants/zone.

15 Sur ces questions générales, et pour la période antérieure à la seconde guerre mondiale, on se reportera à l’étude d’A. Moutet, Les logiques de l’entreprise, la rationalisation dans l'industrie française entre les deux guerres, Paris, EHESS, 1997.

16 C. De Suyrot, Geoffroy Guichard, fondateur du Casino, 1867-1940, mémoire, Univ. de Lyon 3, 1990, présente en détail le développement de cette intégration ; les Grands magasins parisiens en donnent un autre exemple : on peut se reporter, pour le cas d’un grand magasin spécialisé dans les vêtements, à l’ouvrage commode de F. Faraut, Histoire de la Belle jardinière, Paris, Belin, 1987.

17 M. Zancarini-Fournel, « À l’origine de la grande distribution : le succursalisme, Casino, Saint-Etienne, 1898-1948 », Entreprises & Histoire, op. cit., nov. 1993, en part. p. 27-36 ; l’auteur note que Casino envoya par deux fois, dans la décennie qui précéda la guerre, des délégués auteurs de rapports au congrès de l’Organisation Scientifique du Travail, nom générique sous lequel on désignait en France les courants d’organisation qui revendiquaient (entre autres) l’héritage de F. W Taylor.

18 M. Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France, 1881 - années 1980, thèse, Univ. Paris-X-Nanterre, 1992, 1275 p.

19 Hypothèse développée par M. Lévy-Leboyer, « La grande entreprise : un modèle français ? », in M. Levy-Leboyer et J.-C. Casanova (dir.), Entre l’État et le Marché, l’Économie française des années 1980 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, p. 365 sq.

20 Les données chiffrées ci-dessus sont calculées à partir des enquêtes de l’INSEE recueillies dans les collections Travaux et Documents, Études et Conjoncture, et Economie & Statistique (depuis 1961) ainsi que dans les collections d’enquête annuelles sur le logement du même organisme (depuis 1952).

21 Cl. Thélot, O. Marchand, Deux siècles de travail en France, Paris, INSEE, coll. « Études », 1991, p. 73-75 et 98-102.

22 On peut donner crédit, de ce point de vue, à un des fondateurs de la « grande distribution » alimentaire française moderne, Édouard Leclerc (1924-), et aux faits qu’il rapporte dans un ouvrage en forme de plaidoyer, Ma vie pour mon combat, Paris, Belfond, 1973, p. 29 sq. C’est seulement en mars 1960 que les interdictions de vente aux « grandes surfaces » de la part des fabricants furent prohibées par une circulaire ministérielle ultérieurement aménagée par des décrets.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540