Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Échanges et marchés

La persistance de la petite et moyenne entreprise en France au xxe siècle

Margrit Müller

Note de l’éditeur

Article traduit par nos soins, tiré de Margrit Müller (dir.), Strategy and Structure of Small and Middle Size Business in Industrial Age (19th-20th), Zeitschrift für Unternehmensgeschichte, beheift 83, Frankfurt/Main, Franz Steiner Verlag, 1994, p. 21-37.

Texte intégral

Un « résidu de l’histoire »

  • 1 C. Fohlen, « Entrepreneurship and management in France in the 19th C. », in M. Postan (et al.), The (...)
  • 2 A. D. Chandler Jr, Strategy and Structure: Chapters in the History of Industrial Enterprise, Cambri (...)

1L’Histoire des entreprises françaises est un chantier en constant renouvellement. Longtemps, elle a souligné le rôle des entreprises personnelles ou familiales dans la première étape de l’industrialisation (1820-1880). Les petites firmes formaient alors le terreau sur lequel des croissances internes faisaient germer des entreprises moyennes et, exceptionnellement, de grande taille1. Mais dès qu’il s’est agi d’étudier la période suivante, des années 1880 à nos jours, l’intérêt des historiens s’est détourné de ce type d’entreprise. L’attention s’est focalisée sur l’émergence des grands ensembles et, surtout, sur leur aptitude à prendre la forme de compagnies intégrées, planificatrices, centralisées, dont l’école d’Harvard a fait le nec plus ultra de l’efficacité face aux crises et au changement technique en s’appuyant sur certains exemples américains2.

  • 3 M. Levy-Leboyer, « Le patronat français, malthusien ? », Mouvement Social, no 88, 1974 ; « The larg (...)
  • 4 J. A. Schumpeter, Capitalisme, Socialisme et Démocratie, rééd. française, Paris, Gallimard, 1979, p (...)
  • 5 Par exemple, J.-P. Daviet, La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Thèse, Univ. Paris I - Sorb (...)
  • 6 Contributions de M. Levy-Leboyer, E. Chadeau, H. Morsel, P. Lanthier in Levy-Leboyer (dir.), Le Pat (...)
  • 7 E. Chadeau, L’industrie aéronautique en France (1900-1950), De Blériot à Dassault, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 8 M. Freyssinet et A. Roux, La Concentration du Capital dans la Sidérurgie, Paris, 1975.

2Dans cette perspective, on s’est beaucoup demandé si la France avait été « retardataire »3, pour finalement conclure : 1/que l’entreprise traditionnelle n’avait d’abord pas su s’adapter, ce qui expliquait en partie, conformément à la thèse de Schumpeter4, le retard français dans la période de renouvellement des marchés et des techniques (1880-1910), à quelques exceptions près5 ; 2/que l’adaptation s’était produite à partir des années 1920, mais lentement, quand les capitalistes ruinés par la guerre de 1914-1918 avaient été remplacés par des ingénieurs et d’anciens fonctionnaires dans les secteurs à hauts investissements6 ; 3/que l’adaptation avait été approfondie dans les années 1950-1974 sous la pression de la croissance du PIB, de l’ouverture du marché vers l’Europe et le monde et du rôle de l’État, qui avait organisé plusieurs branches jugées « stratégiques »7. Aussi, les firmes moyennes auraient perdu toute initiative dans l’économie et la tradition entrepreneuriale, qui conduisait la même équipe de la petite à la grande firme, aurait été marginalisée, réservée à des secteurs peu dynamiques de l’activité8.

3La statistique récente semble donner raison à ce diagnostic. En 1983, dans 19 branches de l’économie française, quatre entreprises au plus contrôlaient plus de 50 % des effectifs et des chiffres d’affaires. Dans neuf branches parmi ces dix-neuf, ces taux atteignaient ou dépassaient 80 % (tableau 1). Au total, les 76 entreprises concernées étaient, soit des filiales de multinationales étrangères (n = 8), soit des firmes publiques ou certaines de leurs filiales (n = 35), soit des entreprises à capitaux mixtes État-actionnaires privés sous contrôle de l’État (n = 24), et très rarement des entreprises à capitaux privés (n = 9) - dont trois sous contrôle familial exclusif. En élargissant l’analyse, on remarque aussi que, parmi les 56 autres branches de l’activité économique (agriculture, forestage et pêche exclus) où la concentration était moins accentuée, onze possédaient 44 entreprises qui réunissaient entre 30 et 49 % de leurs effectifs (tableau 2). Dans ces onze branches, des 44 entreprises dominantes concernées, 34 étaient soit des filiales de multinationales, soit des filiales de groupes maîtres des branches les plus concentrées, soit des filiales propres où créées en joint-venture par des firmes publiques, et deux étaient des filiales d’administrations à activités non-marchandes. Enfin, dans ce groupe, figuraient quatre grandes banques de taille mondiale, toutes sous contrôle du Trésor, dont une seule n’avait pas l’État pour actionnaire principal. Au total, cent vingt entreprises, appartenant à une cinquantaine de groupes d’affaires, influençaient totalement ou fortement 30 branches d’activité en 1983.

  • 9 F. Caron, « L’évolution de la concentration des entreprises en France au XXe siècle », in Caron (di (...)
  • 10 En l’occurrence les maisons de Wendel, Chatillon-Commentry, Aciéries de la Marine, et Schneider, de (...)
  • 11 M. Gillet, Les Charbonnages du Nord de la France au XIX siècle, Paris/La Haye, Mouton, 1973.
  • 12 Fridenson, Histoire des usines Renault..., op.cit. ; P. Lanthier et M. Levy-Leboyer, « Histoire de (...)
  • 13 J. Bouvier, Un siècle de banque française, Paris, Hachette, 1973 ; E. Chadeau, Les inspecteurs des (...)

4Cette réalité prolongeait, en les accentuant, des pratiques déjà anciennes. La concentration existait déjà au début des années 19609, mais elle s’est renforcée parce qu’entre-temps la population active (+ 21 %) et le PIB (+ 3,0 % en moyenne) avaient progressé. On souligne encore qu’au début du siècle la sidérurgie était déjà organisée autour de quatre grandes firmes auxquelles n’échappaient que des fabricants d’aciers spéciaux destinés aux armées10. Il en allait de même dans les charbonnages où, malgré le grand nombre des sièges d’exploitation, des compagnies de grande taille ou des fédérations d’entreprises structuraient la branche au niveau régional ou national11. Au début des années 1930, les activités nouvelles créées depuis 1900 étaient souvent dominées par quelques fabricants (Peugeot, Citroën et Renault dans l’automobile) ou placées sous la conduite de sociétés holdings (électricité et électrotechnique) qui définissaient la stratégie des branches12, sauf quand celle-ci était fixée par des sociétés d’économie mixte modelées par les administrations (pétrole, puis transports internationaux et aéronautiques). Quant aux banques à guichets, elles avaient établi leur structure pérenne entre 1890 et 1914, quand leur capital s’était dilué et qu’elles avaient pris l’habitude de recruter leurs dirigeants parmi les employés supérieurs du ministère des Finances13.

  • 14 E. Chadeau, L’Économie du Risque. Les entrepreneurs (1850-1980), Paris, O. Orban, 1988, p. 215-235.
  • 15 En France, ce courant est illustré par certains sociologues des organisations (M. Crozier, L'Acteur (...)

5Dans ces conditions, est-il convenable d’évoquer l’entreprise de taille moyenne ou petite, surtout à direction personnelle, familiale ou « amicale », autrement que comme un « résidu de l’Histoire », appelé à disparaître au gré des concentrations financières et de la dissolution irrémédiable des lignées d’entrepreneurs qui, à un titre ou un autre, avaient semblé jouer un rôle important dans la formation de telle ou telle branche14 ? Dans la plupart des pays industrialisés, cette question a été posée avec insistance dans les années 1970 et 1980. En effet, l’apparition de nouvelles techniques ou de nouveaux marchés, celle de nouveaux « métiers » financiers et la décadence d’activités anciennes qui réunissaient dans certains pays les plus gros bataillons de main-d'œuvre, ont donné l’impression, d’un côté que l’entrepreneur et « l’esprit d’entreprise » (entrepreneurship) revenaient en force et bénéficiaient d’avantages, tandis que nombre de grandes entreprises « manageriales » semblaient empêtrées dans des structures qui paralysaient leur capacité à renouveler leur stratégie15. Ce phénomène est-il réel ou bien vient-il d’une illusion statistique (le fait que des licenciements massifs ont réduit la taille et la valeur ajoutée de nombreuses grandes firmes) ? Plus encore, est-il nouveau ? D’une manière générale, au moins dans le cas français, à force d’insister sur le rattrapage des structures productives nationales face aux grands pays concurrents, n’a-t-on pas sous-estimé le rôle des entreprises petites et moyennes depuis plusieurs décennies ? Dans une perspective d’analyse de long terme, le débat mérite au moins d’être mené.

La question des mesures et des définitions

6Les problématiques héritées, comme la statistique, appellent d’abord quelques remarques destinées à évaluer leur exacte portée.

  • 16 INSEE, Annuaire Statistique de la France, année 1986, Paris, INSEE, p. 248-250.

71/ Les dix-neuf branches les plus concentrées de la statistique nationale de 198316 réunissaient 10 % des salariés et 14 % du chiffre d’affaires cumulé de l’économie française. En ajoutant les branches moyennement concentrées (celles où quatre entreprises fournissaient entre 30 et 49 % des emplois et du chiffre d’affaires), l’ensemble dominé par cent vingt firmes rassemblait 22,5 % des emplois et 28,5 % du chiffre d’affaires. Ce qui laissait plus des trois quarts des emplois et plus de 70 % du chiffre d’affaires aux autres branches, celles où la concentration était faible ou inexistante. En outre, dans les trente branches marquées par la concentration, si l’on ne retenait que les 120 entreprises par lesquelles la concentration s’était accomplie, ces proportions passaient à 11,8 % et 12,9 % du total national. On a donc raison d’un côté de souligner l’existence du pouvoir économique des grandes entreprises dans certaines activités, et d’un autre d’insister sur les limites de leur influence globale sur l’économie du pays. En termes d’analyse croisée de la croissance et des structures économiques, la retenue doit être de mise dans le cas français, surtout si l’on tient compte du fait qu’un nombre élevé de grandes firmes a été créé, non pas par les forces du marché et par la clairvoyance des stratèges managériaux, mais par la volonté politique des gouvernements dans des périodes où les préoccupations idéologiques et sociales l’emportaient sur les autres (notamment sous le Front Populaire et à la Libération).

Tableau 1 : Les 19 branches les plus concentrées de l’économie française en 1983

Tableau 1 : Les 19 branches les plus concentrées de l’économie française en 1983

Les chiffres d suaires (CA) sont hors taxes (H T)
P = activité dominée par un monopole ou un oligopole public
P-P = branche dominée par un oligopole de firmes publiques et de firmes privées sous contrôle étroit de l’administration
C = branche dont les entreprises sont soumises à un régime de concession publique
On a volontairement omis les services postaux et les chemins de fer
Source : INSEE, Annuaire Statistique, 1986

Tableau 2 : Les 11 branches moyennement concentrées de l’économie française en 1983 part des 4 plus grandes firmes dans l’effectif et le CA HT de la branche (concentration comprise entre 30 et 49 %)

Première transformation de l’acier

57,3

51,2

Transformation des non- ferreux

38,6

43,4

Verre

32,7

38,0

Fonderie

29,0

39,1

Matériel électrique

29,5

32,3

Équipements ménagers

40,9

53,2

Produits alimentaires divers

29,1

33,4

Navigation maritime et côtière

47,1

38,8

Commerce de détail général

32,0

33,7

Exploitation d’autoroutes etc. (C)

31,3

33,3

Banques (P-P)

33,9

42,5

Source : comme le tableau 1

Tableau 3 : Liste des branches les moins concentrées de l’économie française en 1983

A. Part des 4 plus grandes firmes entre 15 et 29 % de l’emploi et du CA :

Industrie chimique de base, parachimie, fabrication de machines agricoles, production d’équipements industriels, matériel de manutention, instruments et matériel de précision, laiteries, conserveries, grains, boissons alcoolisées et autres, chaussure, réparations diverses, locations et crédit bail, loisirs et culture, commerce de détail alimentaire et grandes surfaces
soit : 15 branches d’activité

B. Part des 4 plus grandes firmes inférieure à 15 % de l’emploi et du CA :

Matériaux de construction et céramique, industrie pharmaceutique, travail des métaux, fabrication de machines-outils, production d’équipements industriels, viandes, boulangerie-pâtisserie, textile, cuir, habillement, bois, meubles, papiers-cartons, imprimerie-presse-édition, transformation des matières plastiques, industries diverses, auxiliaires des transports et agences de voyages, récupération, commerce et réparation automobiles, hôtels-cafés-restaurants, sociétés d’études-conseils-assistance, auxiliaires financiers et d’assurances, location et grossistes alimentaires, non-alimentaires, commerce international, intermédiaires du commerce, commerce alimentaire de détail de proximité, commerce de détail non alimentaire spécialisé, assurances
soit : 29 branches d’activité

Source : comme précédemment

  • 17 A. Prost (dir.), Les Nationalisations en France à la Libération, Paris, Éd. FNSP, 1986.
  • 18 F. Crouzet, « Essai de construction d’un indice de la production industrielle française au XIXe siè (...)
  • 19 Comme l’indiquent les travaux en cours de D. Barjot sur la branche des travaux publics ; D. Barjot, (...)

82/ L’analyse croisée branches/structures qui voudrait que cette situation finalement mitigée résulte de l’importance des branches vieillies, obsolètes, dans l’appareil productif tout au long du siècle, tandis que les branches les plus propulsives aient été unanimement en proie à la concentration, n’est pas entièrement vérifiée. Du côté des branches frappées par un déclin « historique » figurent les Charbonnages, activité déjà languissante dans les années 1920 et 1930, marquée du sceau de la régression absolue depuis 1959, d’autant plus concentrée que ses effectifs et ses productions diminuent au sein d’une structure oligopolistique figée une fois pour toutes par les nationalisations de 194517. On peut bien admettre qu’il s’agit là d’une exception puisque, dans le même lot des industries héritées du XIXe siècle, figure la branche textile (filature et tissage, premier apprêt), dont on attribue en France l’involution à l’étroitesse des structures entrepreneuriales et au caractère familial des firmes. On remarque ainsi qu’au début des années 1900, alors qu’elle était au premier rang dans l’industrie pour l’emploi et les valeurs ajoutées18, cette branche possédait une structure caractéristique. Au-dessus d’une poussière d’ateliers spécialisés, elle était dominée par des entreprises employant entre 200 et 800 personnes, rarement plus de mille, exceptionnellement 2 000, avec une prédominance de la taille moyenne (200 à 500 personnes). Or, en 1983, les petits ateliers étaient toujours là (le ratio emplois/entreprises donnait 32), il y avait bien au sommet de la pyramide quatre firmes employant en moyenne 8 500 personnes, et les cinquante suivantes en employaient 1 100 (650 en 1913, évolution conforme à celle de la population active non agricole du pays). Ce qui signifie que la structure d’ensemble n’avait guère évolué, même si le nombre d’actifs de la branche avait été diminué par trois entre les deux dates. Mais, voilà : dans les branches très concentrées, la taille moyenne des plus grandes entreprises (les quatre premières) était à peine supérieure à celles des entreprises du textile (9 489 employés contre 8584, soit 10,5 % de mieux), tandis que les 46 suivantes employaient environ 700 personnes (soit un tiers en moins). On peut certes admettre que la filature et le tissage “auraient dû” se concentrer d’avantage, parce que leurs fabrications étaient de longue date parmi les plus aptes à la concentration technique autour d’un outillage travaillant en ligne et en continu. Mais ce que traduisent ces chiffres récents apparemment étonnants, c’est que, une fois ôtés les chemins de fer et les PTT, qui étaient à la fois deux “branches” et deux administrations, seules l’automobile et la banque, parmi les secteurs concentrés ou très concentrés, employaient en 1983 plus d’actifs que le textile. De fait, la confusion a été trop générale dans certaines études entre le caractère récent et la concentration des activités, et entre ces deux critères et celui de la modernité technique. C’est ainsi que, de 1921 à 1983, l’effectif employé et l’effectif employé par entreprise (en moyenne arithmétique) ne changea guère dans la branche du « bâtiment et des travaux publics » où, aux deux époques, les plus grandes firmes eurent toujours tendance à être plus grandes qu’ailleurs, mais extrêmement peu déterminantes en termes d’emplois et d’activité sur les structures des autres firmes, tandis que, comme le montrent des travaux récents, le progrès technique s’y est diffusé continûment tout au long du siècle19.

  • 20 « Le monde de l’automobile », Te Mouvement Social, 1972 ; « Le monde de l’aviation en France », Le (...)
  • 21 Dans les années 1970 et 1980, selon nos calculs effectués d’après les chapitres spécialisés des dif (...)
  • 22 Cela a été le cas notamment dans l’industrie aéronautique (avions plus moteurs), où la centralisati (...)
  • 23 C’est seulement après 1965 que les grands groupes (comme Thomson) entreprirent une politique d’abso (...)

93/ Dans les cent dernières années, l’efficacité économique des branches, dans le cas français, n’a pas été liée à leur degré de concentration, ni à la taille des entreprises dominantes de l’une ou de l’autre. Des travaux divers, français et étrangers, ont montré que dans l’automobile jusqu’en 1908, dans l’électrotechnique ou dans l’aéronautique jusqu’au milieu des années 1920, l’essentiel du progrès technique et de l’ouverture des marchés avait été réalisé par des entités au plus moyennes, organisées autour d’un entrepreneur ou d’une petite équipe20. Or, ceci a été renouvelé dans les années 1950 et 1960, de deux manières. Dans la distribution, la petite entreprise familiale a été à la base de la création des grands groupes nationaux, dont la gestion rationnelle et planifiée s’est presque toujours accommodée du maintien d’une direction, d’une impulsion et d’un capital personnels ou familiaux. Dans la même branche, et à l’opposé, le commerce de détail alimentaire ou de produits à usage domestique s’est entièrement modernisé autour de points de vente gérés familialement, soit parce que les petites entreprises individuelles ont intégré (au prix d’une rotation rapide des marques) les mutations de la gestion comme de la mode, soit parce que les fournisseurs de produits faits en série ont, à compter de la fin des années 1960, préféré diffuser des produits standards, issus eux-mêmes d’unités moyennes, par des contrats de franchise qui soutenaient l’essor des petites firmes de distribution. Dans les branches industrielles les plus tirées en avant par la croissance depuis les années 1950, la variété des expériences a été tout aussi grande. Cela explique d’un côté que nombre de ces branches se soient organisées autour de firmes moyennes ou petites (tableau 3), tandis que dans certaines branches, la valeur ajoutée réalisée par employé a été chroniquement plus forte dans les entreprises de taille réduite que dans celles qui, en apparence, étaient, par la taille de leurs capitaux ou de leurs inputs permanents, situées en tête d’affiche de leur spécialité21. Et l’on peut ajouter que certaines filières techniques de pointe se sont révélées d’autant plus efficaces qu’elles se sont déconcentrées après un échec retentissant22, tandis que pour d’autres - comme la pharmacie, le matériel médical, certains créneaux des biens d’équipement ménager-, les grandes firmes déjà constituées et dotées à la fois des instruments d’évaluation et des moyens financiers apparemment les plus propices à leur expansion vers des domaines nouveaux riches en perspectives de profit, ont réalisé des interventions tardives, après que les marchés ont été défrichés, organisés, bonifiés par des maisons dites « traditionnelles »23.

  • 24 R. F. Kuisel fait leur éloge dans Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, et tr (...)
  • 25 Dont le prototype est resté Le Défi Américain de J.-J. Servan-Schreiber, paru à la fin des années 1 (...)
  • 26 A. Faure, « Note sur la petite entreprise en France au XIXe siècle, représentations d’État et réali (...)
  • 27 C’est ainsi que l’Annuaire Statistique de l’INSEE de 1966, doté d’un « résumé rétrospectif », se co (...)

104/ On peut alors se demander dans quelles circonstances s’est développée une historiographie qui donnait de la France récente une vision linéaire et prédéterminée de l’évolution. Car le contexte incitait à mettre en relief le caractère varié et, en quelque sorte, équilibré, des structures d’entreprises. Il faut bien sûr faire sa place à une certaine tradition nationale - par exemple le culte des organigrammes tirés au cordeau chez les ingénieurs d’État appelés à divers titres à étudier les entreprises ou à diriger certaines d’entre elles depuis les années 192024-, mais aussi, venant se greffer sur elle, à une acculturation plus récente, dont le vecteur fut une certaine « littérature pour cadres » des années 196025, qui vulgarisait parfois exagérément certains thèmes propres aux meilleures « Business Schools » étrangères. Ceci dans un pays où, en vertu d’une autre tradition, les chefs d’entreprise étaient étroitement perçus comme les « patrons », les « capitalistes » et les fauteurs des crises économiques. Mais il convient aussi de mettre en relief l’inadéquation des moyens d’investigation mis à la disposition des analystes, et tout spécialement des historiens. Dans le débat sur les vertus et les réalités de la concentration - qui conduit à relier taille et stratégie de manière déductive et non démonstrative - on a disposé durablement d’un seul indicateur : le dénombrement périodique des établissements (production units) par taille. Or, la manipulation de cet indicateur pose divers problèmes. Comme l’a montré avec pertinence Alain Faure pour le XIXe siècle et l’orée du XXe siècle26, il ne décrit pas toujours les mêmes réalités. Aussi, autour de lui, pour recouper la statistique par taille avec celle de la population active saisie par enquête locale, on créa des catégories « parasites » (comme les « isolés », qui ne l’étaient pas forcément ou les « chefs d’établissement »), confuses, qui empêchent de saisir dans toute sa clarté la réalité des branches ou celle des catégories de taille qui figurent dans la statistique publiée. Or, au cours du XXe siècle, des corrections successives apportées aux catégories dans un louable souci de rendre la statistique plus « réaliste » n’ont pas amélioré la perspective pour qui veut étudier la longue durée27.

11En second lieu, l’établissement n’est pas l’entreprise (business unit, firm, company, corporation, etc.). Si l’on prend par exemple l’activité bancaire, la multiplication des guichets depuis le début du siècle vient compenser le mouvement de concentration des entreprises du secteur et la disparition “sèche” de quantité de petites maisons privées, si l’on s’en tient à la statistique la plus communément utilisée pour effectuer des comparaisons temporelles.

12Cet exemple peut sembler extrême. Mais, si l’on prend les statistiques nationales très récentes (les seules qui font état des « entreprises »), on constate qu’il existe un décalage inévitable entre grands établissements et grandes entreprises. Quel que soit le seuil auquel on fixe la limite entre « moyens » et « grands » établissements - elle dépend bien sûr de l’activité et de l’époque - on constate sans mal que les entreprises qui rassemblent plus de x employés sont beaucoup plus nombreuses que les établissements comportant plus de x salariés, tandis qu’il y a de fortes chances, étant donné le nombre incompressible d’entreprises comportant des succursales et l’existence, variable en pourcentage, mais évidente, de firmes médiocres ayant plus d’un établissement, que le nombre d’entreprises comportant moins de y employés soit nettement plus faible que celui - à peu près stable dans le temps de 1901 à nos jours, et même accentué, si l’on exclut l’agriculture du comptage - du nombre d’établissements comportant moins de y salariés ou employés. Tout le problème est, bien entendu, au-delà des constatations d’ensemble faites ci-dessus, de déterminer, branche par branche, où se situent les valeurs moyennes, du moins dans la période antérieure aux années 1970. Car, alors, il faut se livrer à des constats partiels, nécessairement impressionnistes à certains égards et éminemment perfectibles. Puis établir sur eux, à titre provisoire, une image non plus négative, mais positive, au sens scientifique de ce terme, de la place et du rôle des entreprises petites et moyennes dans l’économie française du XXe siècle.

13Ici commence un monde nouveau. Celui où la discussion sur les seuils de taille, forcément biaisée par la spécificité des branches et par les changements de dimension de l’économie selon les époques, conduit à étudier les différences de stratégies et de structures en comparant avec le “modèle” offert par les entreprises à l’évidence les plus puissantes et les secteurs les plus concentrés les organisations et les activités jugées “en contrepoint” retardataires et immatures par la tradition historiographique.

Un cadre d’analyse

  • 28 Pour le XIXe siècle, on en a plusieurs illustrations dans F. Barbier (dir.), Dictionnaire des patro (...)
  • 29 Voir les analyses de C. Stoffaes, La Grande Menace Industrielle, Paris, 1978. L’agent initial de ce (...)

141/ Loin d’avoir été disqualifiées par la concentration et la centralisation des moyens de production, les petites et moyennes entreprises ont gardé en France une vigueur réelle. À cet égard, les chiffres du tableau 3 sont, assez éloquents. Non seulement il y a eu perpétuation de ce type d’organisation dans des activités dites anciennes, mais flux continu de création et renouvellement à chaque étape du développement technique et dans chaque phase de réaménagement ou de croissance du marché. La littérature récente a mis ce phénomène en relation avec le comportement de salariés, initiés aux affaires dans des organisations moyennes ou grandes après une formation technique scolaire, soucieux de rentabiliser à leur profit leur expérience en créant leurs propres unités de gestion. Divers éléments incitent à croire qu’il s’agit là non pas d’un phénomène récent, mais d’une tradition. Elle existait dans la mécanique au XIXe siècle, elle s’est maintenue dans l’électricité, l’automobile ou l’aviation dans la première moitié du siècle, ou dans l’industrie du cycle28. C’est qu’elle correspond à la mise en œuvre d’un modèle social d’autonomie et de méritocratie, beaucoup plus ancien que le développement des études d’ingénieur ou de gestionnaire et qui, en France, est commun au monde des activités marchandes comme à celui de la fonction publique, et même aux métiers de l’art ou à la carrière politique. Jusqu’aux années 1960, cette quête fréquente de l’indépendance a été soutenue par un comportement d’épargne favorable à l’installation initiale et, ensuite, par la multiplication des agences bancaires et par la mise en place d’un système national d’aides financières à la création d’entreprises29. On peut bien sûr minimiser l’intérêt économique de cette tradition, par exemple en faisant remarquer d’une part que le turn-over des entreprises ainsi constituées a toujours été élevé, et d’autre part que les motivations de leurs fondateurs ont autant été patrimoniales (accumuler un capital personnel transmissible aux enfants) ou morales (affirmer son ego en pratiquant la « distinction » chère au sociologue Bourdieu) qu’économiques. Et, bien sûr, on note qu’organisé sur ces bases, le pullulement d’entreprises médiocres ou moyennes n’assure en rien le développement de l’économie sur le long terme et ignore donc les enjeux stratégiques qui sont censés soutenir (et légitimer) l’existence des entreprises et du marché.

  • 30 Notre analyse du cas Peugeot dans Chadeau, L’Économie du Risque..., op. cit., 3e partie, et A. Jeum (...)
  • 31 Sur le caractère fragile et horizontal des « groupes » sidérurgiques de cette époque, cf. les trava (...)
  • 32 Rridenson, Histoire des Usines Renault..., op. cit., et Chaudeau, L'Economie du Risque..., op. cit. (...)
  • 33 Chadeau, L'industrie aeronautique..., op. cit., p. 232-270 et « Schumpeter, L'État et les Capitalis (...)
  • 34 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France de 1610 à nos jours,(...)

152/ Jusqu’à un certain point, cette dernière remarque est fondée. Si l’on note qu’en France, depuis le début du siècle, rares ont été les innovations décisives réalisées par les grandes et très grandes organisations (sauf quand a priori le coût de recherche-développement dépassait les capacités d’une firme moyenne ou d’une compagnie restreinte de capitalistes), on constate aussi que les firmes créées par des « entrepreneurs classiques » ont rarement dépassé une certaine taille et gagné une position de leader de leur branche, au prix d’ailleurs d’un effacement plus ou moins rapide et complet de leurs fondateurs30. Mais il faut élargir le débat, et ne pas perdre de vue - comme l’indique la dynamique statistique - que la progression des grandes organisations managériales et le pullulement ou le maintien des firmes petites et moyennes se sont produits simultanément. Dans le premier vingtième siècle - jusque vers 1948-1950-, la concentration n’a jamais affecté l’ensemble d’une branche, selon la règle de l’intégration horizontale, mais seulement des segments de branche, par intégration verticale. Dans la sidérurgie, le cas des entreprises Schneider, hérité du XIXe siècle et soutenu par de fortes commandes de matériel de guerre, fut une exception31. La tentative de Louis Renault de centraliser dans une ou plusieurs usines toutes les fabrications nécessaires à ses lignes de montage d’automobiles fut un échec dès la fin des années 192032. Dans l’aéronautique, jusqu’à la fin des années 1930, les essais de création de grandes unités ou de grandes entités grâce à des alliances entre entrepreneurs ou grâce à leur expropriation laissèrent de côté l’essentiel des activités de recherche-développement, confié à de petites unités jugées - à tort d’ailleurs - plus performantes que les grandes33. Déjà, la sous-traitance, la décentralisation des services utilisés par l’industrie, la crainte des premières grandes organisations de service d’être victimes de monopoles si elles aidaient leurs fournisseurs de biens manufacturés à grossir par croissance interne ou externe, tous ces phénomènes créaient les conditions d’une certaine division des tâches entre grandes et petites organisations. La récession des années 1930 a accentué le phénomène. D’un côté - fait déjà remarqué par les historiens - les ententes entre producteurs ont eu tendance à figer les structures productives. De l’autre, des réglementations prises au nom de considérations sociales et électorales sont venues protéger, notamment dans la distribution ou certaines industries de biens de consommation, les unités petites et34 moyennes.

  • 35 S’appuyant sur le modèle fourni par le développement des industries aérospatiales dans différentes (...)
  • 36 Id. Voir aussi J. De Bandt, K. Schiffrin et D. Carre, Analyse comparative des structures industriel (...)
  • 37 Ainsi peuvent s’analyser les attaques des dirigeants du Conseil national du Patronat français (CNPF (...)

16Dans la phase de grande expansion de l’économie, ce partage des tâches a pris une nouvelle dimension. Dans bien des cas, il est devenu un élément de la stratégie des branches ou des grandes firmes industrielles ou tertiaires quand elles n’avaient pas les moyens (ou trouvaient trop coûteux) l’intégration d’activités situées en amont ou en aval de leur principal métier35. Ce faisant, les grandes organisations ont offert aux activités moins concentrées ou déconcentrées un cadre stable dans lequel elles pouvaient à leur tour développer une « stratégie », et adopter des méthodes de gestion modernes, avec des structures internes micro-managériales compatibles avec la tradition du capitalisme familial ou amical et de « l’esprit d’entreprise ». Dotées de perspectives, nombre de petites entreprises, dans la plupart des secteurs, ont pu croître et prospérer, s’insérer dans un marché national ou international. L’avantage immédiat (en termes de prix, de coûts salariaux et d’organisation) retiré de ce système par les gros acheteurs ou fournisseurs a été tel qu’ils ont bien souvent arbitré en faveur de l’efficacité immédiate et en défaveur d’une intégration technique ou financière plus poussée36, ce qui était conforme à l’objectif de rentabilité accrue qui était à la base de la constitution des grandes firmes. En contrepartie, ces dernières ont dû admettre la perpétuation d’entreprises d’un autre type, tout en conduisant une active politique de pression et de propagande, relayée par les organisations patronales, pour qu’elles adoptent des formes de gestion compatibles avec les leurs37.

  • 38 En 1973, la loi Royer soumit à autorisation la création de supermarchés et hypermarchés dans les zo (...)
  • 39 Cf. note 29.
  • 40 L. Zinsou, Le Fer de lance, essai sur tes nationalisations industrielles, Fans, U. Urban, 1985, p.  (...)

17Dans une troisième phase, celle de la croissance faible ou modérée qui a commencé dans les années 1970, la partition des rôles a été renforcée par les malheurs survenus à certaines branches concentrées. Le grand fléau des années 1970 a été en France la perte de contrôle des coûts de production, et donc la chute des profits et l’accroissement de l’endettement, producteur de charges nouvelles et donc dévoreur de marges ou créateur de déficits. Les firmes de toute taille et de toute nature ont été touchées par ce fléau, en raison de la structure productive héritée de la période précédente. Et c’est seulement à partir de la fin des années 1970 qu’il a commencé à être combattu énergiquement. Les disparitions d’entreprises moyennes ou petites ont été nombreuses, surtout quand elles affrontaient des marchés très concurrentiels, mais, en parallèle, les grandes firmes ont vu leurs profits anémiés, ont dû licencier du personnel, abandonner le contrôle de certaines filiales. De telle sorte que la structure d’ensemble ne s’est guère modifiée. En outre, en fin de période, les groupes puissants ont cherché à amoindrir leurs frais fixes, à alléger leurs coûts internes de gestion, et donc à se défaire d’actifs ou de filiales au profit d’entités plus petites. Elles ont également abandonné des spécialités ou renoncé à en entreprendre de nouvelles, faute de moyens. Un nouvel espace a donc été réservé aux organisations modestes, qui sont venues, soit soutenir la stratégie des grandes firmes en affirmant la leur, soit en créer de nouvelles en leur faisant concurrence. Dans ce contexte, les gouvernements n’ont pas été inactifs. On a vu réaffirmer des dispositions favorables aux petites entités, par exemple dans le commerce38. La réforme des aides publiques aux entreprises, survenue en 1979, a fortement rééquilibré les aides à l’innovation et à l’emploi en faveur des petites firmes39. Les nationalisations de 1982 ont eu pour effet de renflouer, grâce aux indemnités d’expropriation, des patrimoines privés qui ont cherché ensuite des emplois dans des entreprises nouvelles40. Et comme au même moment la génération des créateurs d’entreprises de l’après-guerre arrivait à maturité, les Français ont eu l’impression que les entreprises moyennes, en particulier les firmes familiales, étaient en pleine « renaissance », alors qu’en réalité, elles n’avaient jamais disparu.

  • 41 P. Lamard, « Japy Frères et Veillard-Migeon & Cie : une même volonté et deux destins opposés », Tab (...)
  • 42 Id.
  • 43 Cette remarque découle d’une étude sous notre direction a l'Université Charles de Gaulle-Lille 3 : (...)
  • 44 Voir sa communication au présent colloque.
  • 45 Description du mouvement à travers les statistiques socio-professionnelles de l’INSEE et analyse de (...)
  • 46 Approche régionale in M. Delpierre, « Transferts de technologie et de la recherche vers les PMI : é (...)

183/ La réflexion sur le doublet taille/stratégie conduit à en déduire une seconde, axée sur le doublet taille/structure. Si l’on admet qu’ont existé deux voies de réussite ou de perpétuation pour les petites entreprises (innover, satisfaire au plus près le consommateur) et une troisième pour les firmes moyennes (croître sous la double protection du marché et des grandes organisations), on peut se demander si l’emprunt de ces voies n’a pas obligé les structures de ces firmes à évoluer. Dans le cas des firmes de taille moyenne, divers exemples tendent à montrer que l’évolution s’est faite à partir de l’entre-deux-guerres. Certes, on ne dispose pas d’un inventaire général, qui reste à faire. Mais on voit ici et là apparaître des holdings familiales, qui ont permis de distinguer la gestion du patrimoine et celle des actifs engagés dans l’entreprise, et de mobiliser à l’occasion le premier au service des seconds41. Ailleurs, ou dans les mêmes milieux, la famille a été mobilisée au service d’organigrammes complexes, grâce à l’encouragement donné aux études théoriques et pratiques des fils, au renouvellement du tissu familial engendré par le mariage des filles42. Ailleurs encore, de vieilles traditions locales, comme l’exploitation d’un ensemble de biens de production à travers plusieurs sociétés spécialisées et distinctes, mais contrôlées par les membres d’une même famille, ont donné à leur gestion une souplesse technique et financière inattendue43. On est, à partir de ces éléments, conduit à suggérer, à titre d’hypothèse, que les rigidités et la simplicité supposées des structures de gestion de cette période furent peut-être moins grands qu’il n’a été longtemps affirmé - ce que tendraient à confirmer les recherches de Michel Lescure sur les petites entreprises à la fin des années 193044. Au-delà de 1940, l’historien affronte une étape nouvelle dont les réalités se laissent difficilement entrevoir. En revanche, avec l’orée des années 1960, certains éléments indiquent que l’évolution s’est accélérée. À ce moment, si l’on en croit la documentation disponible, nombreux ont été les chefs d’entreprises moyennes ou modestes désireux de banaliser leur rôle. Ainsi, le développement des systèmes de cotisations sociales, l’ambiance favorable aux « cadres » des firmes plus grandes, les a conduits à se salarier eux-mêmes, à abandonner le statut et l’image du « patron » pour ceux du « dirigeant »45. Enfin, une étape plus récente encore a été marquée par le recours fréquent, surtout dans le tissu des entreprises très modestes, aux services de cabinets de conseils en innovation, en gestion, en financement46. Ici, l’externalisation de la consommation intermédiaire de services d’aide à la décision est venue compenser le handicap de la taille et étoffer des organigrammes visibles resserrés et, en apparence, insuffisamment charpentés.

  • 47 Levy-Leboyer, « The large corporation... », art. cité.
  • 48 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, La Croissance Française, Paris, Seuil, 1972, p. 51-105 et 389 (...)
  • 49 F. Caron, Histoire économique de la France XIXe-XXe siècles, Paris, Colin, 1981, p. 211-232 ; INSEE (...)
  • 50 P. Morin, La structure financière du capitalisme français, Paris, 1974 ; P. Allard, M. Beaud al), D (...)

194/ Tous ces processus ont conduit, certes lentement, et de manière inégale selon les branches, à la modernisation des entreprises petites et moyennes. Dans un article publié voici déjà quelques années, Maurice Lévy-Leboyer avait fait remarquer qu’en France les grandes entreprises s’étaient formées progressivement, à travers des structures de groupes, un système de participations financières très élaboré, organisé au coup par coup, et que ceci avait conduit à la formation d’entités finalement assez décentralisées, où les holdings et la gestion financière de l’ensemble avaient tenu une place aussi forte, voire plus forte, que les stratégies construites autour d’un produit ou d’une filière technique47. Il mettait alors en relation l’émergence de ce type d’organisation avec la pénurie de capital et de main-d'œuvre caractéristique de l’entre-deux-guerres français. À titre d’hypothèse, on peut se demander jusqu’à quel point ces contraintes n’ont pas aussi favorisé le maintien d’un grand nombre de firmes modestes, dans la mesure où le faible renouvellement des cadres et de la main-d'œuvre jouait en faveur des producteurs et des dirigeants établis et où les minces disponibilités en capital, surtout dans les années 1930 et 1940, n’incitaient pas à opérer des regroupements entre petits ou moyens producteurs - moins encore que parmi les grands. Or, à partir des années 1959-1962, les contraintes pesant sur le marché du travail auraient dû, en principe, être levées par l’arrivée à l’âge productif des générations du « baby-boom », par l’aspiration des jeunes femmes au travail, tandis que le marché des capitaux sortait d’une longue ère de pénurie48. Et ceci aurait dû profiter plutôt aux grandes firmes qu’aux petites, puisque l’organisation supérieure des premières, l’expansion de leurs marchés préférentiels, leur donnaient un avantage relatif appréciable. Dans certains secteurs d’activité - comme la distribution ou les travaux publics-, ces cartes ont été jouées par quelques entreprises qui se sont alors placées en tête de leur profession, très au-dessus de leurs concurrentes. Mais cela n’a pas été un cas général. C’est seulement à la fin des années 1960 et au début des années 1970, à une époque où les coûts de main-d'œuvre élevés vinrent pénaliser les secteurs les plus concentrés, que de grandes opérations de concentration furent menées, avec plus ou moins de bonheur, dans les industries sidérurgique, mécanique, électrotechnique, par exemple49. Et plusieurs observateurs ont remarqué que ce mouvement fut tardif, qu’il se cantonna trop souvent à la formation de groupes certes plus larges, mais strictement financiers. En quelque sorte, l’avantage de la taille n’aurait pas été utilisé à fond, des avantages relatifs auraient été laissés durablement à des organisations plus modestes, faute que la grande taille ait engendrée, comme elle aurait dû le faire, une vision stratégique des marchés, de leur perpétuel réaménagement à l’échelle mondiale50.

20Ces voies d’analyse conduiraient par trop à s’écarter de notre propos initial. Celui-ci s’est volontairement borné à l’esquisse d’un cadre général, appuyé sur des exemples bien établis mais limités en nombre, susceptible de servir de référence provisoire à des études plus nombreuses, plus approfondies, qui viendront étayer certaines de ses parties, et modifier les contours des autres. On souhaite néanmoins vivement que, face au très vaste chantier que représente, dès que l’on sort des idées préconcues et de la théorie, le domaine de l’histoire des entreprises au XXe siècle, au-delà de quelques exemples symboliques de grandes entreprises, quelques précautions méthodologiques soient observées par les historiens.

21En premier lieu, il faut garder présent à l’esprit que l’économie française du XXe siècle est mue par un ensemble complexe d’acteurs de nature très variable, qu’il est ardu de classer en catégories générales stables et qui, par la force des choses, ont dû toujours concevoir leur action non pas en opposition avec leur environnement, mais en fonction de lui. Dans cette perspective, et jusqu’à un certain point, la concurrence entre entreprises, leur spécialisation, leur destin, ne se sont pas joués uniquement en fonction du critère de la taille. En matière d’organisation, de structures et de stratégies, il est réaliste de faire la part des traditions, des habitudes nationales, et des stratégies réelles des consommateurs ou des producteurs. En dépit des modes et des slogans, l’idéal social et culturel des PME est resté puissant dans le pays, tandis que ses supports et ses contours se modifiaient. Pour des raisons qui restent à expliquer, la stratégie des grandes firmes n’a pas conduit à la réalisation de la tendance prédite au début du siècle par les industriels technicistes comme par les adversaires du système industriel : paupérisation puis marginalisation des producteurs modestes, disqualification durable des entrepreneurs face aux équipes conduites par les « managers ». Il reste bien sûr à approfondir ces voies de réflexion et de recherche, à procéder aux études locales et aux comparaisons internationales qu’elles suggèrent.

Notes

1 C. Fohlen, « Entrepreneurship and management in France in the 19th C. », in M. Postan (et al.), The Cambridge Economic History of Europe, t. VII, The Industrial Economies, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1978, part 1, p. 341-381 ; L. Bergeron, Les Capitalistes en France (1780-1914), Paris, Gallimard, 1978 ; études de P. Deyon, J.-P. Hirsch et Ph. Jobert in F. Caron (dir.) Entreprises et Entrepreneurs en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.

2 A. D. Chandler Jr, Strategy and Structure: Chapters in the History of Industrial Enterprise, Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press, 1962 ; ID., The Visible Hand, The Managerial Revolution in American Business, Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press, 1977 ; A. D. Chandler et Daems (dir.), Managerial Hierarchies, Comparative perspectives on the rise of the modem industrial enterprise, Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press, 1980.

3 M. Levy-Leboyer, « Le patronat français, malthusien ? », Mouvement Social, no 88, 1974 ; « The large corporation in modem France », in Managerial Hierarchies…, op. cit. ; « Le patronat français, 1912-1972 », dans M. Levy-Leboyer (dir.), Le Patronat de la Seconde Industrialisation, Cahier no 4 du Mouvement Social, Paris, Les Éditions ouvrières, 1979 ; voir aussi les analyses de D. Landes consacrées à la France dans L'Europe Technicienne, Paris, Gallimard, 1971.

4 J. A. Schumpeter, Capitalisme, Socialisme et Démocratie, rééd. française, Paris, Gallimard, 1979, p. 179 sq. ; la thèse inédite de P. Lanthier, Les Constructions Électriques en France, financement et stratégie de six groupes industriels, Paris-X-Nanterre, 3 vol. 1988 ; P. Griset, « La société Radio-France dans l’Entre-deux-guerres », Histoire, Économie, Société, 1983 ; P. Lamard, Histoire d’un Capital familial au XIXe siècle : le capital Japy (1777-1910), Belfort, Société belfortienne d’émulation, 1988, pour quelques exemples.

5 Par exemple, J.-P. Daviet, La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Thèse, Univ. Paris I - Sorbonne, 1983, montre comment ce producteur de verres instaura une gestion collégiale et un système ouvert de cooptation des dirigeants à partir des années 1860 ; les ressorts de ce mécanisme sont étudiés avec précision par M. Levy-Leboyer, « Hierarchical structure, rewards and incentive in a large corporation : the early managerial experience at Saint-Gobain, 1872-92 », in N. Horn et J. Kocka (dir.), Recht und Entwicklung der Grossunternehmen mi. 19. und frühen 20. Jahrundert, Gôttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979 ; P. Fridenson, Histoire des Usines Renault, t. 1 : 1898-1938, Paris, Seuil, 1972 ; J. Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1861 à 1882, Paris, 1961, 2 vol. 

6 Contributions de M. Levy-Leboyer, E. Chadeau, H. Morsel, P. Lanthier in Levy-Leboyer (dir.), Le Patronat... op.cit. ; Y. Cohen, Ernest Mattern, les Usines Peugeot et le pays de Montbeliard industriel avant et après la guerre de 1914-1918, thèse, Université de Besançon, 1981 ; C. Omnès, De l’Atelier au Groupe, Vallourec, 1882-1978, Paris, Éd. de la MSH/PUL, 1981.

7 E. Chadeau, L’industrie aéronautique en France (1900-1950), De Blériot à Dassault, Paris, Fayard, 1987 ; études d’E. Chadeau et P. Fridenson proposées au 9e Congrès international d’Histoire économique (Berne, 1986), publiées dans Annali di Storia dell’impresa, no 3, 1987, p. 154-155 et 156-172 ; A. Rowley, « Les missions de productivité aux États-Unis », communication dact., colloque La France en voie de modernisation (1945-1951), Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 1981.

8 M. Freyssinet et A. Roux, La Concentration du Capital dans la Sidérurgie, Paris, 1975.

9 F. Caron, « L’évolution de la concentration des entreprises en France au XXe siècle », in Caron (dir), Entreprises et Entrepreneurs... op.cit.

10 En l’occurrence les maisons de Wendel, Chatillon-Commentry, Aciéries de la Marine, et Schneider, derrière lesquels venaient de petits « maîtres de forges » étudiés par J.-M. Moine, Les barons du fer : les maîtres de forges en Lorraine du milieu du XIXe siècle aux années trente, Metz/Nancy, Éd. Serpenoise/Presses Univ. de Nancy, 1989, par A. Baudant, Pont-à-Mousson, 1918-1939. Stratégies industrielles d’une dynastie lorraine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980, par C. Beaud, « La première guerre mondiale et les mutations d’une entreprise métallurgique de la Loire : les Établissements Jacob Holtzer », Bulletin du Centre d’Histoire économique et sociale de la Région lyonnaise, no 5, 1980.

11 M. Gillet, Les Charbonnages du Nord de la France au XIX siècle, Paris/La Haye, Mouton, 1973.

12 Fridenson, Histoire des usines Renault..., op.cit. ; P. Lanthier et M. Levy-Leboyer, « Histoire de l’Entreprise et Histoire de l’Électricité », in F. Cardot (dir.), L’Électricité dans l’Histoire, problèmes et méthodes, Paris, AHEF, 1985 ; étude de détail in Lanthier, Les Constructions..., op. cit., introduction et conclusion générale.

13 J. Bouvier, Un siècle de banque française, Paris, Hachette, 1973 ; E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au XIXe siècle (1850-1914), Paris, Economica, 1986, chap. 4.

14 E. Chadeau, L’Économie du Risque. Les entrepreneurs (1850-1980), Paris, O. Orban, 1988, p. 215-235.

15 En France, ce courant est illustré par certains sociologues des organisations (M. Crozier, L'Acteur et le Système, Paris, Seuil, 1977 ; ID, État Modeste, Etat Moderne, Paris, Seuil, 1987), qui fixent le débat et ses enjeux.

16 INSEE, Annuaire Statistique de la France, année 1986, Paris, INSEE, p. 248-250.

17 A. Prost (dir.), Les Nationalisations en France à la Libération, Paris, Éd. FNSP, 1986.

18 F. Crouzet, « Essai de construction d’un indice de la production industrielle française au XIXe siècle », Revue d’Histoire économique et sociale, 1968 ; M. Levy-Leboyer, « La croissance économique en France au XIXe siècle », Annales ESC, 1968.

19 Comme l’indiquent les travaux en cours de D. Barjot sur la branche des travaux publics ; D. Barjot, « Un espace privilégié pour la firme entrepreneuriale de taille moyenne : l’industrie française des Travaux publics, 1840-1970 », Table Ronde française préparatoire à la Conférence internationale de Zurich sur le thème A4 du Congrès International de Leuven, Paris, décembre 1988, document dact.

20 « Le monde de l’automobile », Te Mouvement Social, 1972 ; « Le monde de l’aviation en France », Le Mouvement Social, n° 145, déc. 1988 ; et publications citées notes 7 et 12.

21 Dans les années 1970 et 1980, selon nos calculs effectués d’après les chapitres spécialisés des différents Annuaires Statistiques de l’INSEE, c’était par exemple le cas dans les branches suivantes : chimie de base, parachimie, pharmacie, fabrication de matériel roulant, matériel électronique, matériel d’équipement ménager, instruments et matériel de précision, et dans la plupart des activités de service, hors banques et compagnies d’assurances. Ces résultats s’appuient sur la comparaison du ratio valeur ajouté/employé selon la position des entreprises dans la branche (4 premières par la taille comparées aux suivantes, rangées par groupes de taille).

22 Cela a été le cas notamment dans l’industrie aéronautique (avions plus moteurs), où la centralisation extrême faite sous contrôle d’Etat en 1944-1945 aboutit à un échec, ce qui obligea à démembrer en partie les grands groupes publics et à réintroduire des constructeurs de taille moyenne, soit comme maîtres d’œuvre, soit comme fournisseurs ou sous-traitants, sur le marché (Chadeau, L’industrie aéronautique…, op. cit., p. 391-416).

23 C’est seulement après 1965 que les grands groupes (comme Thomson) entreprirent une politique d’absorption ou de rachat des concurrents de taille moyenne dans le domaine de l’électroménager ; même chronologie en matière d’industrie pharmaceutique dont, par la suite, le taux de concentration est resté bas, tandis que, dans la chimie et la parachimie, les grandes entreprises de taille nationale ou internationale ne contrôlaient directement ou indirectement que la partie amont de la filière de transformation des produits, laissant une large place aux firmes “entrepreneuriales”, susceptibles de fortes croissances internes.

24 R. F. Kuisel fait leur éloge dans Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, et trace le portrait des technicistes électriciens comme Mercier ou Detoeuf. Ce dernier, dans l’ouvrage publié en 1938 sans nom d’auteur sous le titre Propos de O. L. Barenton, confiseur, se gaussait de l’étroitesse de vue des entrepreneurs français. Pour sa part, auteur au milieu des années 1920 d’une stratégie de promotion de l’électrification des chemins de fer dans le groupe Thomson France, il provoqua en 1928 la création de l’Alsthom, fusion des ateliers spécialisés de Thomson et de l’Alsacienne de Constructions mécaniques (ex-Koechlin) de Mulhouse. Il en devint le directeur général, ce qui lui permit d’avoir à gérer l’échec de cette entreprise qui dut fermer plusieurs de ses usines, les réseaux ferroviaires et l’État n’ayant ni les moyens, ni peut-être même la volonté de pousser cette électrification, selon Lanthier, Les constructions électriques..., op. cit., vol. I, chap. VI.

25 Dont le prototype est resté Le Défi Américain de J.-J. Servan-Schreiber, paru à la fin des années 1960, rédigé par un patron de presse moderniste, fondateur du « news magazine » L’Express, organe qui diffusait les vertus du management et exhortait les cadres des entreprises à moderniser leurs attitudes morales et professionnelles.

26 A. Faure, « Note sur la petite entreprise en France au XIXe siècle, représentations d’État et réalités », dans Caron (dir.), Entreprises et Entrepreneurs... op. cit., p. 199-215.

27 C’est ainsi que l’Annuaire Statistique de l’INSEE de 1966, doté d’un « résumé rétrospectif », se contente de livrer une statistique générale relative à l’année 1962, qui présente les mêmes imprécisions que celle de 1901 ou de 1921.

28 Pour le XIXe siècle, on en a plusieurs illustrations dans F. Barbier (dir.), Dictionnaire des patrons du Nord sous le Second Empire, CNRS/IHMC, Genève, Droz, 1989 ; voir aussi notre biographie de J.-F. Cail in Chadeau, L’Économie du Risque, op. cit., 1988, chap. I, notre étude présentée à la table ronde citée note 19 consacrée à « Innovation et dynastie d’entrepreneurs : les Latécoère depuis les années 1890 » ; voir aussi l’étude de D. Barjot, « Hildevert Hersent, ingénieur-entrepreneur du XIXe siècle », Information Historique, no 47, 1985. Pour le tournant des années 1900, des recherches non publiées relevant de ce modèle ont été menées à propos des anciens élèves des Arts & Métiers dans l’automobile. À Saint-Étienne, selon des travaux menés au Centre Pierre Léon de l’Université de Lyon 2, le salariat à la Manufacture d’Armes et Cycles fut souvent conçu entre les deux guerres comme le marchepied, l’étape préparatoire conduisant à la création d’une petite entreprise personnelle. Dans l’aviation, nombreux furent les inventeurs-constructeurs des années 1920 et 1930 qui avaient débuté comme salariés chez les « pionniers » avant 1918 (Dewoitine, Couzinet, Wibault, Bécherau, Hurel, etc.).

29 Voir les analyses de C. Stoffaes, La Grande Menace Industrielle, Paris, 1978. L’agent initial de ces aides fut l’Agence nationale pour la Valorisation de la Recherche (ANVAR), appuyée sur le Fonds de Développement Économique et Social (FDES) et les relais financiers institutionnels de la Caisse centrale du Crédit hôtelier (Crédit des PME depuis 1983), du Crédit national. En 1979, les dispositifs d’aides à l’installation des PME ont été décentralisés au niveau des régions françaises.

30 Notre analyse du cas Peugeot dans Chadeau, L’Économie du Risque..., op. cit., 3e partie, et A. Jeumain, Les Peugeot, vestiges d’une dynastie, Paris, J.-C. Lattès, 1987.

31 Sur le caractère fragile et horizontal des « groupes » sidérurgiques de cette époque, cf. les travaux d’É. Bussière, par exemple « Stratégies industrielles et structures de management dans la sidérurgie française : le cas Marine-Homécourt dans l’entre-deux-guerres », Revue Historique, no 567, oct-déc. 1988, p. 27-52, et la communication du même auteur à la Table ronde citée note 19, « Le groupe Marine-Homécourt et les transformateurs d’acier dans les années vingt et trente ».

32 Rridenson, Histoire des Usines Renault..., op. cit., et Chaudeau, L'Economie du Risque..., op. cit., chap. II.

33 Chadeau, L'industrie aeronautique..., op. cit., p. 232-270 et « Schumpeter, L'État et les Capitalistes : entreprendre dans l’aviation en France (1900-1980) », Le Mouvement Social, no 145, 1988, p. 9-40.

34 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France de 1610 à nos jours, tome IV, vol. 2, Paris, PUF, 1979, p. 769-793.

35 S’appuyant sur le modèle fourni par le développement des industries aérospatiales dans différentes régions, C. Jalabert a dressé un tableau de la dynamique de ces liaisons, qu’il englobe sous le vocable de « complexe d’activité », in Les industries aéronautiques et spatiales en France, Toulouse, 1974. Analyse assez proche in M. Battiau, Les industries textiles de la région du Nord-Pas-de-Calais, Paris, 1976. Pour des exemples plus récents, deux études réalisées par des chercheurs de l’INSEE : I. Gauchenot, La sidérurgie provençale : 165 établissements dépendant de SOLMER et UGIFOS, Marseille, 1987, et J.-P. Le Gléau, Les Établissements dépendant de grandes firmes industrielles, Toulouse, 1987 (dact.). La notion de dépendance qui figure dans les titres de ces travaux est néanmoins très adoucie dans l’analyse statistique qui forme leur contenu.

36 Id. Voir aussi J. De Bandt, K. Schiffrin et D. Carre, Analyse comparative des structures industrielles, Paris, La Documentation française, 1975.

37 Ainsi peuvent s’analyser les attaques des dirigeants du Conseil national du Patronat français (CNPF) à l’égard de leurs confrères de la Confédération générale des petites et moyennes Entreprises (CGPME), où dominaient les représentants du petit atelier et de la boutique (cf. S. Guillaume, La CGPME (1944-1978), Bordeaux, PUB, 1987), et, en face, les remarques acides d’un « grand commis néolibéral » dans F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France Restaurée (1944-1954), Paris, Fayard, 1986.

38 En 1973, la loi Royer soumit à autorisation la création de supermarchés et hypermarchés dans les zones urbaines ; en 1982, une autre limita les rabais des grands distributeurs sur les livres ; la distribution d’essence, celle des produits parapharmaceutiques ont été frappés de mesures restrictives du même ordre.

39 Cf. note 29.

40 L. Zinsou, Le Fer de lance, essai sur tes nationalisations industrielles, Fans, U. Urban, 1985, p. 77-79, donne quelques chiffres sur le montant des indemnités versées aux expropriés des nationalisations de 1982 : 39 milliards de francs, dont 17,4 milliards pour l’industrie, sur lesquels 12 versés à des personnes privées. On note que l’ouverture d’un « second marché » à la Bourse de Paris, plutôt destiné aux actions d’entreprises moyennes, a suivi de peu ces reclassements d’actifs.

41 P. Lamard, « Japy Frères et Veillard-Migeon & Cie : une même volonté et deux destins opposés », Table ronde citée note 19 ; Chadeau, étude citée sur les Latécoère, note 28, ou, dans la version complète de notre thèse d’État (État. entreprise et développement économique, les industries aéronautiques en France 1900-1940, 5 vol. Nanterre, 1985), les organigrammes des entreprises Blériot pendant la première guerre mondiale.

42 Id.

43 Cette remarque découle d’une étude sous notre direction a l'Université Charles de Gaulle-Lille 3 : I. Blaise, Entreprise lainière et dynastie à Tourcoing : des Desurmont aux Van den Berghe de 1800 à 1971, mémoire de maîtrise, 1989.

44 Voir sa communication au présent colloque.

45 Description du mouvement à travers les statistiques socio-professionnelles de l’INSEE et analyse des motivations in P. Bernoux, Histoire du CJP, Paris, 1978.

46 Approche régionale in M. Delpierre, « Transferts de technologie et de la recherche vers les PMI : évolution de la notion et des pratiques », communication dact., 1res Journées de I’IFRESI, Villeneuve d’Ascq, 1989.

47 Levy-Leboyer, « The large corporation... », art. cité.

48 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, La Croissance Française, Paris, Seuil, 1972, p. 51-105 et 389-435.

49 F. Caron, Histoire économique de la France XIXe-XXe siècles, Paris, Colin, 1981, p. 211-232 ; INSEE, Rapport sur la Situation de l'industrie française, collection, 1970-1974, série F, no 10,18, 25, 26, 30 ; sur les motivations de ces politiques, L. Stoleru, L’impératif industriel, Paris, Seuil, 1969.

50 P. Morin, La structure financière du capitalisme français, Paris, 1974 ; P. Allard, M. Beaud al), Dictionnaire des groupes industriels et financiers en France, Paris, 1978 (ouvrage parfois fautif) ; Zinsou, Le Fer de lance..., op.cit., p. 21-84 ; E. Cohen et M. Bauer, Les grandes manœuvres industrielles, Paris, 1985.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les 19 branches les plus concentrées de l’économie française en 1983
Légende Les chiffres d suaires (CA) sont hors taxes (H T)P = activité dominée par un monopole ou un oligopole publicP-P = branche dominée par un oligopole de firmes publiques et de firmes privées sous contrôle étroit de l’administrationC = branche dont les entreprises sont soumises à un régime de concession publiqueOn a volontairement omis les services postaux et les chemins de ferSource : INSEE, Annuaire Statistique, 1986
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2964/img-1.jpg
Fichier image/, 187k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540