Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Jalons de recherche

La naissance de la politique spatiale française (1958-1964)

Maurice Vaïsse

Note de l’éditeur

Article tiré de Maurice Vaïsse (dir.), L’essor de la politique spatiale française dans le contexte international (1958-1964), Amsterdam, CEHD/Edition des Archives contemporaines, 1997, p. 31-45.

Texte intégral

L’apparition des politiques spatiales

1La politique spatiale peut être définie avec simplicité comme la programmation, au niveau des États ou des ensembles d’États, des objectifs et des moyens concourant à l’utilisation des zones de très haute altitude à des fins collectives, tant pacifiques que militaires. En conséquence, elle possède par définition trois piliers techniques et industriels : les charges utiles placées plus ou moins longtemps hors du champ de l’attraction terrestre, et éventuellement destinées à y retourner, les lanceurs permettant de véhiculer ces charges, les systèmes de lancement et de contrôle de navigation des ensembles lanceurs/charges et des charges véhiculées.

2En 1955-1958, la « politique spatiale » est dans le monde une idée neuve, qui émane du vieux rêve d’Icare, mais dont les premiers pas, spectaculaires, procèdent de la rencontre entre plusieurs logiques institutionnelles.

  • 1 Sur le développement de ces théories et leur éventuelle influence sur les politiques d’armement à (...)

3Depuis l’apparition officielle des programmes de lanceurs nucléaires américains et soviétiques en 1953, il existe des « politiques balistiques » intégrées ou surajoutées aux politiques militaires globales, qui découlent de la possession des armes nucléaires et qui se moulent dans les scénarios stratégiques « d’équilibre de la terreur », des « représailles anti-cités », de « frappe préventive » ou de « représailles massives » qui réactivent des concepts et des analyses qui, depuis les années 1920, avaient été formalisés au service du développement de l’aviation lourde à grand rayon d’action1. En parallèle, dans les milieux académiques, comme dans les milieux scientifiques chargés des applications de l’étude des hautes altitudes, une continuité de pensée et l’élaboration successive d’expériences conduites avec des ballons-sondes puis des fusées-sondes de faible puissance, laissent entrevoir les possibilités offertes par l’existence de lanceurs plus lourds, plus puissants, à l’élargissement des connaissances en matière d’astronomie, mais aussi de physique générale, et enfin d’observation de la terre.

  • 2 C’est d’ailleurs le seul programme de satellites dont dispose le Department of Defense des États-U (...)
  • 3 En revanche, l’apport des satellites au dialogue entre les savants et les espaces lointains n’est (...)
  • 4 On songe bien sûr à Jules Verne et à H. G. Wells, mais chez un penseur aussi important dans l’imag (...)

4À cette époque, bien que formalisée théoriquement et pressentie, la valeur ajoutée de la dimension spatiale en termes de flux massifs de communications n’est pas perçue dans toute sa force, sauf dans le domaine de la transmission de photographies à usage militaire2. En revanche, la dimension « communication » (guidage, réception d’informations, dialogue entre la terre et les charges expédiées) des missions dans l’espace est bien comprise, et s’appuie sur le terreau foisonnant des sciences et des technologies de l’information3. Enfin, la question spatiale possède, à l’échelle mondiale, une dimension qu’il convient de ne pas négliger, mais qui semble alors au sens propre du mot utopique, celle du voyage humain dans l’espace, popularisée depuis des générations par la littérature romanesque dite « d’anticipation »4.

  • 5 Sur ce point, en langue française et récents, on consultera avec profit S. Goldberg, « Les trois t (...)

5Dans ce contexte, l’émergence de « politiques spatiales » se situe à la rencontre entre ces divers champs qui mettent en jeu, dans diffférents pays, un grand nombre d’institutions et d’acteurs. Ce qui signifie que, d’emblée, les « politiques spatiales » doivent être fédératives, projectives, mobilisatrices, et appartiennent donc au monde de la « big science » ou de la « big technology », l’art de programmer et de conduire à bien les grands projets complexes, qui a connu ses premiers grands développements à l’époque de la deuxième guerre mondiale, avec le réarmement des États-Unis comme avec le projet « Manhattan » de la première bombe atomique5, et dont les règles de fonctionnement et l’esprit se sont ensuite diffusés à travers le monde, et notamment en Union Soviétique.

  • 6 The White House Records, juillet 1955.

6Par surcroît, la question de l’imbrication entre les projets militaires et scientifiques est une donnée permanente de la conception et de l’agencement des politiques spatiales à leurs débuts. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette imbrication apparaît très nettement dès 1955 au cours de la préparation de l’Année Internationale Géophysique qui doit animer la communauté scientifique internationale, pendant dix-huit mois, en 1957-1958. Cette manifestation donne le coup d’envoi de la « compétition spatiale » entre les États-Unis et l’URSS. Le 28 juillet 1955, dans une conférence à la Maison Blanche, le président Dwight Eisenhower annonce, en réponse à une question relative à la préparation de l’Année géophysique, qu’une « contribution spectaculaire » des États-Unis sera « un programme ayant pour objectif le lancement de petits satellites en orbite »6. Deux jours plus tard, à la tribune du VIe Congrès International d’Astronautique, le représentant soviétique, Leonid Sedov, réplique par l’annonce, « dans les deux prochaines années [...] [du] lancement de satellites artificiels de la terre ». Dans les deux cas, l’objectif scientifique proclamé a pour arrière-plan les progrès accomplis ou escomptés de l’industrie - ici privée, là publique - dans la réalisation de lanceurs, dont certains vecteurs en cours d’étude et de réalisation - Thor-Delta d’un côté, R-7 ou « Semiorka » de l’autre - ont au premier chef pour objectif prioritaire, non pas tant la satellisation d’engins à vocation scientifique, mais la propulsion et la conduite sur l’objectif de charges explosives nucléaires.

  • 7 C’est-à-dire par une avalanche de communiqués de l’agence Tass.
  • 8 Même si le diamètre de la fusée et sa puissance ne permettent pas le lancement de charges thermonu (...)
  • 9 « AGI » pour Année Géophysique Internationale.
  • 10 Le NII-88, installé dans une ancienne usine d’artillerie de Kaliningrad (Podlipki), est l’organism (...)

7Sans nul doute, le calcul qui consiste à lier les deux actions et à donner aux lancements à vocation « scientifique » ou « exploratoire » une dimension psychologique propre à la guerre froide est-il mieux géré en URSS qu’aux États-Unis. Ainsi, à Moscou, l’année 1957, où l’on fêtera à quelques semaines d’intervalles, le 15 octobre et le 7 novembre, le centenaire de la naissance de Tsiolkovsky et le quarantenaire de la révolution bolchevique, offre-t-elle une « fenêtre » pour l’action et pour l'agit-prop qui coïncide avec bonheur avec l’apogée de l’année géophysique. Et ce n’est pas un hasard si, le 25 août 1957 et le 7 septembre 1957, la réussite du quatrième et du cinquième tir de R-7, dûment programmés et diligentés sans restriction de moyens, permettent à l’Union Soviétique d’abord d’annoncer à grand son de trompes7 qu’elle possède des missiles balistiques intercontinentaux, puis de démontrer qu’elle peut répéter leur tir8, tout en préfigurant le tir suivant, qui doit être réservé à une charge satellisée. En revanche, du côté américain, malgré ses proclamations en faveur des satellites scientifiques, le président Eisenhower ne perçut pas bien l’intérêt du couplage entre le programme militaire de lancement de satellites d’observation initié en mars 1955 et donné aux équipes de Werner von Braun, le programme de fusées stratégiques confié directement aux industriels fournisseurs du Pentagone, et le programme scientifique « IGY »9 confié à un lanceur Vanguard, qui ne reçut pas la priorité exigée dès 1955 par Nelson Rockefeller, assistant du Président. Il faut attendre le lancement réussi du « Spoutnik » le 4 octobre 1957, la perte de prestige stratégique et scientifique qui en résulta, ensuite le lancement d’Explorer I le 31 janvier 1958, et enfin la formation et la mise en service de la NASA, le 1er octobre 1958, pour que les États-Unis se dotent des premiers instruments de politique spatiale, comparables par la dimension et les objectifs à ceux que l’Union Soviétique avait acquis depuis 195310.

  • 11 Le domaine des communications internationales a toujours été au cœur des réflexions américaines su (...)

8Encore cet effort reste-t-il limité parce que, jusqu’à la fin de la présidence Eisenhower, on constate une réticence de la Maison Blanche à démultiplier les efforts poursuivis par les différentes administrations militaires - DOD, Armée de l’Air, Marine - en matière de lanceurs balistiques et spatiaux et de satellites, par un grand programme spatial doté de sa propre logique et capable de fédérer l’ensemble de la recherche nationale. A vrai dire, dans les première semaines de son mandat, au début de 1961, le président démocrate John F. Kennedy ne fait pas preuve d’une plus grande ambition : le découplage technologique entre les programmes de lanceurs à priorité militaire (Atlas, Thor, Titan) et les programmes spatiaux existe encore, en dépit du transfert à la NASA de Werner Von Braun et de son équipe en 1960. Au nom de la coopération, dès son discours d’investiture, le nouveau Président propose à N. Khroutchtchev « d’explorer en commun les étoiles ». C’est seulement le 10 mai 1961, à la suite de la satellisation de Youri Gagarine (12 avril) et cinq jours après le vol suborbital d’Alan Shepard, que les États-Unis choisissent de focaliser leur politique spatiale autour d’un grand projet, et de lancer en connexion un ensemble de programmes de compléments tournés vers les applications, en particulier en matière de communications11. C’est uniquement à ce moment que la NASA est vraiment légitimée en tant qu’institution et qu’en dépit des échanges inévitables entre les différents domaines, le spatial se distingue nettement du militaire, sans lui être subordonné.

Le contexte français

9L’émergence en France de politiques spatiales au tournant des années 1960 (1959-1964) ne peut ignorer les précédents étrangers. Elle est directement liée au contexte de l’affrontement direct entre les grandes puissances. Comme ailleurs, elle s’insère dans une perspective stratégique de long terme, et comme aux États-Unis et en URSS, elle possède des composantes scientifiques, militaires et industrielles. Néanmoins, elle doit tenir compte des spécificités du milieu scientifique intéressé à la question spatiale, qui entend disposer à terme de l’ensemble des instruments d’une politique spatiale, en dehors de toute contingence stratégique.

10En 1957 et 1958, comme les autres pays d’Europe, la France découvre la dimension spectaculaire, riche d’enjeux militaires, mais aussi psychologiques et symboliques, de la satellisation, à la suite de la première soviétique du Spoutnik. Les conditions précises dans lesquelles s’effectue l’effort soviétique sont encore mal connues, sinon de quelques spécialistes qui travaillent à partir d’une poignée d’informations fragmentaires. Néanmoins, il n’échappe guère aux gouvernements successifs que l’espace bénéficie à l’Est d’une réelle priorité et, avant même la mise en service des premiers missiles balistiques intercontinentaux russes en 1959, la certitude existe qu’ils sont développés sur la même base, la fusée R-7 de Korolev (rebaptisée « V-7 » dans sa version civile).

  • 12 Sur l’AGARD et l’Europe, J. Krige, Europe into Space, The Auger Years (1959-1967), Noordwijk (P.-B (...)

11En parallèle, même dans le cadre limité des discussions internes à l’OTAN, la mise en place de l’arsenal stratégique américain (lanceurs balistiques et réseaux de satellites et de stations de récupération de l’information) n’est pas ignorée, notamment parce qu’elle se traduit concrètement, à partir de 1958, par le transfert vers les Alliés européens, et singulièrement vers la France, de la responsabilité de la maîtrise d’œuvre et de la réalisation de divers programmes d’équipement de l’Alliance - ainsi l’avion-patrouilleur maritime « Atlantic », qui reviendra finalement à Breguet - qui paraissent désormais subordonnés en regard de la nouvelle dimension dans laquelle se déploie le leadership stratégique américain. Par surcroît, dès sa création en 1958, la NASA imagine les premiers éléments d’un programme de coopération spatiale en matière d’expériences scientifiques, qui vient redoubler les liaisons établies, dans un autre cadre, par l’OTAN au sein de l’AGARD, notamment à l’initiative de Theodor Von Karman12.

12Le calendrier géopolitique à l’intérieur duquel s’effectue cette « révélation de l’espace » doit également être souligné. Il est marqué par la crainte d’un accroissement du différentiel technico-militaire en faveur des deux principales puissances, que ressent vivement la France - et aussi la Grande-Bretagne - depuis l’échec politique de l’opération de Suez en novembre 1956. En commun avec la Grande-Bretagne, la France a mobilisé ses moyens aériens et aéroportés pour réaliser l’opération de Suez, qui vient en appui de l’offensive israélienne dans le Sinaï et qui, du point de vue de Londres et de Paris, doit permettre d’affirmer la liberté de navigation dans le Canal de Suez et la prédominance de leurs intérêts sur les ambitions du nationalisme égyptien, ainsi que la présence dans anciennes puissances européennes à l’est de Suez. Comme on le sait, l’affaire de Suez se termine par une déroute diplomatique franco-britannique, où les Soviétiques et les Américains affirment leur leadership mondial au détriment des deux puissances européennes, après avoir brandi, l’un contre l’autre, puis de concert, les arguments que leur apporte la possession de l’arme nucléaire.

  • 13 Sur les atermoiements britanniques en matière de programmes aérospatiaux à cette époque, on se ref (...)

13En Grande-Bretagne, l’affaire de Suez conduit le gouvernement a publier en avril 1957 son ambitieux Livre Blanc sur la Défense, qui remanie la doctrine de défense et la politique technique du pays. La composante aéronautique des missions stratégiques, confiée depuis 1952 aux bombardiers lourds subsoniques « Vulcan », est complétée par une composante balistique chargée notamment du déploiement de l’arme nucléaire acquise en 1956 (bombe A) et complétée en juillet 1957 (premier tir réussi de la bombe H). Dans cet esprit, à partir de brevets américains, est développé, à un coût élevé, le missile balistique à combustibles liquides « Blue Streak » (1957-1961). Certes, cette doctrine ne résiste pas au revirement de 1961, qui fait de la Marine le vecteur de l’arme nucléaire avec des missiles dérivés du modèle américain et institue le régime de la « double-clé » nucléaire13. Mais un mouvement est lancé.

  • 14 Le programme nucléaire militaire a été mis en œuvre par Pierre Guillaumat, administrateur-général (...)
  • 15 Le prototype du Mirage IV est commandé à la Générale Aéronautique Marcel Dassault en mai 1957 dans (...)

14En France, Suez provoque des réflexions de même ampleur et incline les gouvernements à accélérer les composantes du programme nucléaire militaire14, comme à accélérer le développement d’une aviation stratégique15. Mais les missiles, loin de là, ne sont pas négligés, puisque plusieurs établissements de recherche se consacrent à leur développement et à la mise au point de leurs combustibles et de leurs systèmes de guidage, dans des établissements dépendant des différents services de l’administration militaire.

  • 16 En matière de recherche et de développement industriel aéronautique, d’importantes mesures ont été (...)

15Dans le cas français, il faut aussi accorder sa place au contexte plus large de volonté de rattrapage technologique et industriel. La question des engins balistiques et celle des lanceurs spatiaux apparaît au tournant des années 1960 dans la continuité d’un effort de rétablissement du pays depuis 1945. Il s’est créé, par antidote au sentiment du déclin né de la défaite de 1940 et des conditions difficiles du reclassement de la France dans le camp des vainqueurs en 1944-1945, une culture de l’élan technologique et de son gouvernement direct et indirect par les pouvoirs publics16. Cette culture se marie avec une volonté d’autosuffisance minimale dans trois domaines où les faiblesses françaises ont été naguère perçues de manière dramatique : l’énergie, l’armement et ses composantes, la recherche fondamentale et appliquée.

  • 17 Idem, p. 42-43.
  • 18 M. De Maria, Europe in Space : Edoardo Amaldi and the Inception of ESRO, Noordwijk (P.-B.), ESA Pu (...)

16Néanmoins, la communauté scientifique française est partagée sur la question des relations entre la recherche scientifique et l’effort industriel et stratégique national. Une tendance forte, représentée aussi bien à l’ONERA qu’au CEA et, en matière d’études liées à l’espace, à l’Observatoire de Paris et au CNRS, prône le développement d’une science “purifiée” des contingences stratégiques de l’heure, comme de la logique industrielle. Parfois abusée par les apparences de « pureté » de l’Académie des Sciences de l’Union Soviétique, ou bien complaisante à son égard17, le plus souvent animée d’une honnête foi humaniste dans le pouvoir des savants à apporter la paix aux hommes par l’exercice de leur ministère, cette tendance envisage volontiers la science comme un royaume réservé, qui s’organiserait à l’échelle internationale, et disposerait de ses propres moyens. Pour nombre de ces savants, dont certains, comme Edoardo Amaldi, sont très liés à l’UNESCO depuis le début des années 195018, ou Pierre Auger, un de ses proches, le CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire) lancé en 1953 et fondé en 1954 par dix pays d’Europe, dont deux neutres (la Suède et la Suisse) et un interdit de recherche sur les vecteurs d’armes à longue portée (la RFA) offre le modèle même sur lequel fonder la recherche spatiale débutante. Selon un mémorandum rédigé par Amaldi en 1958 et communiqué très tôt à Auger et à divers savants, la recherche spatiale européenne doit être dégagée de toute influence des organisations militaires (nationales ou du type OTAN), conduite en fonction d’un programme scientifique défini par les savants eux-mêmes (en fonction de l’avancement de leurs diverses disciplines) et conduite par une institution internationale auxquelles cotiseraient des pays adhérents en fonction de leur richesse nationale.

Le démarrage des politiques spatiales

17L’élément-clé du démarrage des politiques spatiales en France est la rencontre entre le calendrier spatial international proprement dit et le calendrier politique national, qui, entre mai 1958 et janvier 1959, est marqué par le retour aux affaires du général de Gaulle, par l’instauration de la Ve République et par la reprise en main des affaires scientifiques, industrielles et militaires, dans le cadre d’objectifs clairement définis.

18La grande question est d’une part de parvenir à renforcer l’action en matière de force de frappe et donc de lanceurs balistiques, de l’autre de permettre au pays de mobiliser ses ressources, quelle que soit leur origine, pour faire cohabiter cette première priorité, déterminante aux yeux du chef de l’État et de ses premiers ministres (Michel Debré de janvier 1959 à avril 1962, Georges Pompidou ensuite), avec la nécessité de participer au premier rang en Europe à l’aventure spatiale proprement dite.

  • 19 Et bientôt président.
  • 20 Une nouvelle fusée Véronique est justement lancée avec succès depuis Colomb-Béchar, en Algérie, en (...)
  • 21 De Maria, op. tit., p. 16.
  • 22 P. Auger, « The Prehistory of ESRO », dans ESA, Europe, two Decades in Space, 1964-1984, ESA, SP 1 (...)

19D’un côté, les savants s’organisent. Pierre Auger est nommé le 7 janvier 1959 animateur19 d’un Comité des Recherches Spatiales (CORES) chargé d’établir un programme français cohérent d’exploration de l’espace et des hautes atmosphères. Le CORES, plus ambitieux que son prédécesseur, remplace le Secrétariat des Recherches Spatiales créé en janvier 1958 autour de Danjon, directeur de l’Observatoire de Paris, pour analyser et prolonger les résultats de l’Année Géophysique Internationale. Le CORES est chargé d’informer un nouvel organisme (encore officieux) de planification scientifique créé auprès du premier ministre, la DGRST (Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique), dont le secrétaire général est le physicien Pierre Aigrain, et qui dispose d’un budget d’intervention important à partir de janvier 1960. Auger renoue très vite le contact avec Amaldi et lui présente en mars 1959 les prolégomènes d’un programme spatial français, assez complet en matière d’expériences, mais qui est réservé sur la question des lanceurs. D’une part, il est estimé que les lanceurs disponibles (du type « Véronique »20) sont applicables aux premières expériences, d’autre part, le développement de lanceurs nouveaux plus puissants dépend, selon Auger, « d’une part des programmes militaires, et aussi de l’attitude des pouvoirs publics français vis-à-vis d’un programme de satellites »21. Dans une deuxième phase, le CORES préconise, pour développer une approche européenne des problèmes spatiaux, le développement d’une agence spatiale propre à la France. C’est dans cet esprit qu’en 1959 et au début de 1960, naissent les premiers projets de définition du futur CNES22, auxquels est associé l’Observatoire de Paris, à travers la personnalité de Jacques Blamont. En parallèle, entre juin et décembre 1960, se tiennent les réunions internationales qui aboutissent d’abord à la création du GEERS (Groupe d’Études Européen de Recherche Spatiale), puis à la conférence de lancement de la COPERS (Commission Préparatoire Européenne pour la Recherche Spatiale), dont Auger devient un des secrétaires permanents.

  • 23 P. Soufflet, « Contribution du Ministère des Armées dans les années soixante à la faisabilité du p (...)
  • 24 Les R-7 soviétiques à deux étages brûlent un mélange de kérosène et d’oxyde d’azote. Le « bloc E » (...)
  • 25 Rappelons ici pour mémoire que « Véronique » fonctionne avec un moteur assez simple qui brûle un m (...)

20En 1958-1961, les moyens industriels sont encore à peu près exclusivement entre les mains des chercheurs et des développeurs militaires. Créé en 1946, le Laboratoire de Recherches Balistiques (LRBA) de Vernon a étudié puis construit à partir de 1949 une série d’engins-sondes, les « Véronique », légers, qui disposent de moteurs à ergols « rustiques » et ont permis de tester et de mettre au point des instruments de guidage. De son côté, la SEPR (Société d’Études des Propulseurs à Réaction) dispose d’une forte maîtrise des propulseurs à poudre, mais dès le début de 1960, le Service Technique de l’Aéronautique confie également à la SEPR l’étude à petite échelle de moteurs à combustibles liquides (hydrogène-oxygène liquide,H2O2)23. Le maintien d’une double filière résulte de la permanence des ambitions des militaires en matière de propulsion non seulement balistique, mais spatiale. D’une part, avec la poudre, les Français font par rapport aux Américains et aux Soviétiques l’économie d’une génération d’engins balistiques24 et adaptent directement leurs savoir-faire aux besoins de prompte mise en œuvre et de sécurité de missiles dont la finalité est d’être enterrés ou lancés depuis des sous-marins. D’autre part, ils se réservent pour l’avenir, soit la mise en œuvre de missiles plus ambitieux, pluri-étages, dont certains à ergols liquides, soit la participation à tout programme industriel de lanceurs plus lourds, avec charges satellisables, pour lesquels des calculs relativement simples indiquent l’avantage des propulseurs à ergols liquides pour obtenir les meilleures accélérations25. Entre temps, le potentiel industriel en matière de lanceurs est renforcé et moyens importants sont dégagés pour le développement d’une composante balistique nucléaire dans la loi de programmation de décembre 1960.

21À côté de la question des propulseurs, se pose celle de l’architecte industriel des engins. Le 17 septembre 1959, est fondée la SEREB (Société d’Étude et de Réalisation d’Engins Balistiques), la SEREB est une société anonyme dont le capital est actionné directement ou indirectement par l’État. Le rôle de la SEREB est d’être le concepteur et l’assembleur des missiles de la force de frappe, mais elle apparaît d’emblée comme un réservoir d’expertise en matière de développement et d’intégration des composantes de lanceurs spatiaux.

  • 26 Par application de l’article 49, alinea 3, de la nouvelle Constitution, employé alors pour la prem (...)
  • 27 J. Delacarte, « Le point de vue de l’Air Liquide » dans Chadeau (dir.), L’Ambition..., op. cit., p (...)

22Préparée en juillet 1960, présentée au Parlement le 13 octobre, repoussée en première lecture le 18 et finalement adoptée sans vote le 3 décembre26, la première loi quinquennale de programmation militaire inscrit dans la durée et dans la dépense publique l’effort industriel nouveau. Sur une durée de cinq ans, les autorisations de programmes réservées aux « armes spéciales » s’élèvent à cinq milliards de francs, dont un milliard vont aux engins balistiques. Sur ce total, deux cents millions sont réservés aux études d’engins à poudre et aux moteurs à ergols liquides. Cet effort permet d’associer plus largement l’industrie privée à l’essor de la SEREB, de la SEPR et des laboratoires publics, tant en matière de guidage de télécommunications et ne navigation (SAGEM, Matra, Électronique Marcel Dassault) qu’en matière de combustibles (avec l’Air Liquide et sa filiale la Société Chimique de la Grande Paroisse)27.

  • 28 La loi prolonge les dépenses de production et d’industrialisation des matières radioactives de l’e (...)

23La mise en œuvre de la loi de programmation militaire de décembre 1960, où la priorité de la force de frappe nucléaire est si nettement affirmée28, se traduit par une réorganisation générale des services de l’armement avec la création en avril 1961 de la Délégation Ministérielle à l’Armement et l’unification progressive des corps d’ingénieurs spécialisés. Une partie des attributions de l’ancien Service technique de l’Aéronautique est confiée au Service (puis Direction) technique des Engins, qui reprend par ailleurs des services jusque là épars entre les trois armes. Il est créé une Direction des Matériels et des Moyens d’essais, qui regroupe les installations de Cazeaux et les sites d’Algérie.

  • 29 Même si, dans diverses instances d’état-major, Pierre Guillaumat a laissé le souvenir d’un homme q (...)

24Au point de vue de la gestion gouvernementale, les choses, de leur côté, ont bien évolué. C’est à Pierre Guillaumat, précédemment administrateur général et délégué du Gouvernement au CEA, que revient en janvier 1959 le portefeuille des Armées, et c’est sous son impulsion que nombre de décisions citées ci-dessus sont prises jusqu’en janvier 1960. Son remplacement à la suite de la « journée des Barricades » d’Alger par Pierre Messmer à l’hôtel de Brienne ne change en rien la donne, puisque les deux hommes et leurs équipes travaillent en coopération étroite29. Et d’autant moins que, de janvier 1960 à avril 1962, Pierre Guillaumat exerce, auprès du premier ministre Michel Debré, les fonctions de ministre délégué aux questions atomiques et spatiales. C’est dans ce contexte que, d’une part, naît à la SEREB le projet de lanceur à étages « Diamant » (novembre 1960) et que, d’autre part, avec le concours de la DGRST, se profile le projet du Centre National d’Études Spatiales.

25« Diamant » est le premier vrai projet français de fusée capable de mettre une charge en orbite (la série des satellites « pierres précieuses »). C’est un projet limité, tant dans ses ambitions (la masse satellisée ne dépasse pas la soixantaine de kilogrammes) que dans ses dispositifs. Le premier étage est celui de « Véronique », le deuxième a un propulseur à poudre repris de la panoplie nucléaire en gestation, le troisième étage prévu est le projet à ergols liquides H2N2 étudié par la SEPR. L’ensemble a une durée de combustion d’environ trois minutes. Les objectifs poursuivis appartiennent à « l’engineering » et à la politique. Il faut démontrer la capacité des Français à placer des satellites en orbite et donc à s’inscrire dans le paysage spatial mondial et celle de la SEREB à conduire des projets. En termes politiques, les retombées du succès éventuel de la série « Diamant » seraient doubles. Elles accréditeraient la fiabilité des vecteurs de l’arme nucléaire - puisque l’une et les autres ont le même architecte - et elles placeraient avantageusement la France, dans le concert européen, et dans les négociations internationales. Le programme « Diamant » possède un avantage complémentaire : il incite l’industrie privée à considérer le débouché des satellites.

26L’existence du projet « Diamant », entériné par les pouvoirs publics dès le budget de 1961, donne de l’épaisseur au projet d’un Centre National d’Études Spatiales, et permet à Pierre Guillaumat de réaliser un « pont » entre, d’une part, les scientifiques et d’autre part les ingénieurs et les organismes placés sous l’aile des Armées. L’acte de naissance du CNES est la loi de décembre 1961 qui permet son installation en mars 1962, et en fait un EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) placé sous la tutelle du ministre chargé des questions scientifiques (Pierre Guillaumat et après lui Gaston Palewski). La création du CNES a été précédée en novembre 1961 d’un protocole Armées - Affaires atomiques et spatiales qui permet d’organiser les relations entre les établissements de la DMA, les entreprises sous tutelle de celle-ci et le programme civil en gestation, tant en ce qui concerne les programmes que les moyens d’essais. Ce texte permet d’instituer d’emblée le CNES comme le mandataire unique de la politique spatiale de la France, quelle que soit l’origine de ses collaborateurs et de ses projets. La combinaison à la tête du CNES d’un président issu des milieux académiques (Pierre Auger) et d’un directeur général issu de l’administration militaire (le général Robert Aubinière) illustre cette volonté. De même, en mai, la signature de la convention entre la DMA et le CNES, qui transfère le programme Diamant au CNES, tout en confortant le rôle de la SEREB comme maître d’œuvre du lanceur.

***

  • 30 Pour A. Lebeau, L’Espace en Héritage, Paris, Odile Jacob, 1986, p. 339, l’ELDO démarre alourdie de (...)

27Cette dernière décision a une grande portée symbolique, dans la mesure où elle suit de peu de jours la signature de la convention ELDO/CECLES qui entérine le démarrage d’une politique européenne des lanceurs, et se situe dans la phase finale de la création de l’ESRO/OERS, qui aboutira en juin. L’Europe, d’un côté des sept, de l’autre des dix, aborde l’aventure spatiale avec deux agences, parce que la réunion des savants académiques et des « technologues » des lanceurs n’a pu être formée - faute de perspectives communes. Il en résulte que l’Europe n’aura pas avant « Ariane » de politique crédible des lanceurs30, mais que la France, à travers les programmes « Diamant A », puis « Diamant B », pourra avoir, de la question spatiale, une vision globale conjuguant les applications scientifiques et industrielles, dans laquelle l’outil industriel de la force de frappe - la SEREB, le LRBA, la SEPR - est mis au service de l’espace civil, qui deviendra un jour « l’espace utile ».

Notes

1 Sur le développement de ces théories et leur éventuelle influence sur les politiques d’armement à l’époque, quelques mises au point commodes avec : D. Macisaac, « The legacy of Billy Mitchell », L. Kennett, « Prophéties et prédictions au commencement du développement de l’armement aérien », G. Rochat et A. Curami, « Giulio Douhet », I. Madelin, « Trenchard, the building prophet », dans Service Historique de l’Armée de l’Air, Précurseurs et prophètes de l’aviation militaire, Vincennes, Shaa, 1992, p. 71-78, 109-120, 121-130, 151-160.

2 C’est d’ailleurs le seul programme de satellites dont dispose le Department of Defense des États-Unis jusqu’au lancement du Spoutnik soviétique en octobre 1957.

3 En revanche, l’apport des satellites au dialogue entre les savants et les espaces lointains n’est pas perçu dans toute sa dimension. L’époque est à la construction de télescopes géants et de radiotélescopes, dont celui de Nançay, en France (1956-1967). Sur ce sujet, Naissance de la Radioastronomie, Cahiers de Science & Vie, n’8, 1992.

4 On songe bien sûr à Jules Verne et à H. G. Wells, mais chez un penseur aussi important dans l’imaginaire populaire soviétique que dans la science locale que Constantin Tsiolkovsky (1857-1935), cette dimension utopiste, qui confine parfois à la naïveté, accompagne les travaux les plus relevés et les plus décisifs, comme son article de 1903 paru dans la Revue Scientifique russe, quand il s’agit de présenter sa formule célèbre sur la propulsion des fusées. Sur ce point, voir W. Shelton, L'exploration soviétique de l'Espace, Paris, Buchet-Chastel, 1969, ou encore, L. Heller, La Science-fiction soviétique, Paris, Presses Pocket, 1963.

5 Sur ce point, en langue française et récents, on consultera avec profit S. Goldberg, « Les trois têtes du Manhattan District » et P. Radvanyi et M. Bordry, « Les multiples chemins d’un projet démesuré », in Cahiers de Science & Vie, no 7, Le Projet Manhattan, Paris, 1992, p. 16-26 et 32-52.

6 The White House Records, juillet 1955.

7 C’est-à-dire par une avalanche de communiqués de l’agence Tass.

8 Même si le diamètre de la fusée et sa puissance ne permettent pas le lancement de charges thermonucléaires, expérimentées avec succès depuis janvier 1953 mais qui, à cette époque, sont à peine largables d’avions lourds et pèsent plus de cinq tonnes - la charge utile de la fusée est d’environ 1,5 tonne.

9 « AGI » pour Année Géophysique Internationale.

10 Le NII-88, installé dans une ancienne usine d’artillerie de Kaliningrad (Podlipki), est l’organisme d’étude des missiles et fusées de longue portée créé par Staline le 13 mai 1946 au sein du ministère des Constructions mécaniques. À l’intérieur du NII-88, l’OKB-1, organe d'étude et bureau expérimental de construction, jusque-là intégré à l’une des trois sections de cet organisme, devient autonome sous la direction de Sergueï P. Korolev en 1953 et se spécialise dans l’étude et la construction des R-7, sous le contrôle direct du VPK, Commission industrielle militaire chargée des programmes d’armement et dépendant du Conseil des ministres. Le programme spatial soviétique a également profité, dès 1953, du concours secret, mais considérable, de l’Académie des Sciences, tant dans sa dimension militaire que scientifique, seule cette dernière étant revendiquée par l’Académie, notamment auprès des étrangers.

11 Le domaine des communications internationales a toujours été au cœur des réflexions américaines sur l’espace et la politique spatiale. En effet, un des objectifs du lancement d’un satellite dans le cadre de l’AGI était de faire admettre à la communauté internationale l’extra-territorialité de l’espace au-dessus des continents, par opposition à l’atmosphère et aux espaces maritimes où s’exercent le monopole des Etats, et donc la segmentation des liaisons et le contrôle de l’information.

12 Sur l’AGARD et l’Europe, J. Krige, Europe into Space, The Auger Years (1959-1967), Noordwijk (P.-B.), ESA Publications Division (ESA HSR 8), mai 1993, p. 4. En décembre 1957, une conférence des chefs de gouvernements des pays membres de l’OTAN préconise le développement de programmes scientifiques en Europe, qui seraient le complément indispensable de l’effort de défense commun : cf. NATO and Science. An account of the activities of the NATO Science Comittee, 1958-1972, Bruxelles, 1973. C’est en mars 1959 que la NASA officialise sa première offre de coopération spatiale envers les Européens, à l’occasion d’une réunion du Cospar tenue à La Haye. Le Cospar est le comité international chargé de coordonner les efforts nationaux issus des résultats de l’année géophysique.

13 Sur les atermoiements britanniques en matière de programmes aérospatiaux à cette époque, on se reférera à D. Wood, Projects Cancelled, Londres, 1975.

14 Le programme nucléaire militaire a été mis en œuvre par Pierre Guillaumat, administrateur-général délégué du gouvernement au CEA, à la suite d’une réunion interministérielle du 26 décembre 1954, en profitant du flou de la position du gouvernement sur ce point, et accéléré par le transfert de crédits militaires vers le CEA en mars 1955. Apparaît alors le « bureau des études générales » confié au général Buchalet, qui deviendra plus tard le « département des applications militaires ». C’est en novembre 1956 qu’est signé le protocole secret permettant de construire à partir de mars 1957 l’usine de combustible et le centre d’essais, et en avril 1958 (et antidatée) que l’instruction de construction de la bombe atomique est donnée par Félix Gaillard, antépénultième président du Conseil de la IVe République. G.-H. Soutou et A. Beltran (dir.) Pierre Guillaumat, la passion des grands projets industriels, Paris, IdHI/Editions Rive Droite, 1995.

15 Le prototype du Mirage IV est commandé à la Générale Aéronautique Marcel Dassault en mai 1957 dans le plus grand secret par le ministre des Armées, Bourgès-Maunoury, à la demande du président du Conseil. Cet avion bi-sonique bimoteur à aile delta, établi à partir du prototype Mirage III en cours de développement, est destiné à servir de premier vecteur à l’arme nucléaire française. Le premier vol du Mirage IV a lieu en juin 1959.

16 En matière de recherche et de développement industriel aéronautique, d’importantes mesures ont été prises en 1948-1949, d’une part pour assainir les sociétés nationales de construction aéronautique, d’autre part pour les recentrer sur des programmes d’avenir, notamment en matière d’avions civils et militaires à réaction. Cf. Chadeau, Histoire de l’industrie..op. cit., chap. X. Sur la politique des carburants, intéressants développements dans Soutou et Beltran (dir.), op. cit.

17 Idem, p. 42-43.

18 M. De Maria, Europe in Space : Edoardo Amaldi and the Inception of ESRO, Noordwijk (P.-B.), ESA Publications Division (ESA HSR-5), 1993.

19 Et bientôt président.

20 Une nouvelle fusée Véronique est justement lancée avec succès depuis Colomb-Béchar, en Algérie, en mars 1959.

21 De Maria, op. tit., p. 16.

22 P. Auger, « The Prehistory of ESRO », dans ESA, Europe, two Decades in Space, 1964-1984, ESA, SP 1060, 1984.

23 P. Soufflet, « Contribution du Ministère des Armées dans les années soixante à la faisabilité du programme Ariane », dans E. Chadeau (dir.), L’Ambition technologique, Naissance d’Ariane, Paris, IdHI/Éditions Rive Droite, 1995, p. 148-150.

24 Les R-7 soviétiques à deux étages brûlent un mélange de kérosène et d’oxyde d’azote. Le « bloc E » de la fusée R-7 « Semiorka » qui permettra la satellisation de Gagarine en avril 1961 fonctionne avec un mélange kérosène-oxygène liquide. Les « Thor », « Atlas » et « Titan I » américaines brûlent un mélange de kérosène et d’oxygène liquide ; les « Titan II » utilisent un mélange aérozyne-péroxyde d’azote (N2O4). À la fin des années 1950, les États-Unis ont par ailleurs fait comme les français le choix de propulseurs à poudre pour leurs lanceurs « Minuteman » et « Polaris », plus petits, mais plus efficaces.

25 Rappelons ici pour mémoire que « Véronique » fonctionne avec un moteur assez simple qui brûle un mélange d’acide nitrique et d’essence de térébenthine.

26 Par application de l’article 49, alinea 3, de la nouvelle Constitution, employé alors pour la première fois.

27 J. Delacarte, « Le point de vue de l’Air Liquide » dans Chadeau (dir.), L’Ambition..., op. cit., p. 161-170

28 La loi prolonge les dépenses de production et d’industrialisation des matières radioactives de l’explosif, prévoit les études du sous-marin nucléaire lance-engins, la création du site de lanceurs enterrés, le développement à soixante exemplaires du Mirage IV et la mise en œuvre de son environnement - communications, protection, ravitaillement en vol. 

29 Même si, dans diverses instances d’état-major, Pierre Guillaumat a laissé le souvenir d’un homme qui, en 1954-1956, a fait capoter le projet d’un CEA-bis purement militaire, en favorisant au contraire l’émergence d’un secteur de recherches et d’applications militaires au sein d’une institution dont le prestige scientifique était aussi grand qu’y était forte la tradition d’une défiance envers les usages militaires de l’atome en France.

30 Pour A. Lebeau, L’Espace en Héritage, Paris, Odile Jacob, 1986, p. 339, l’ELDO démarre alourdie de « deux handicaps insurmontables », dont l’un est le fait qu’elle n’a pas de projet, sinon de monter quelque chose au-dessus du lanceur britannique « Blue Streak » recyclé.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540