Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Introduction : Mercure et Vulcain...

Jean-Paul Barrière et Marc De Ferrière Le Vayer

Texte intégral

1Emmanuel Chadeau avait du caractère, et même un sacré caractère. Il n’était pas forcément facile de travailler avec lui, mais toujours extrêmement stimulant d’échanger des idées, de partager des discussions, de préparer ensemble cours et travaux dirigés, d’assister ou de participer à des jurys en sa compagnie. Éditer un volume en son honneur nous a paru, dès l’annonce de son décès le 6 août 2000, une évidence. C’était le minimum que nous pouvions faire, comme historiens, pour rendre hommage à l’œuvre qu’il laissait, aux multiples chantiers qu’une activité et une intelligence foisonnantes avaient envisagés. Il s’agissait également d’une sorte de devoir moral, à titre individuel et amical, envers celui qui avait su nous accueillir à l’Université Charles-de-Gaulle — Lille 3, nous associer à ses enseignements — pour l’un, depuis 1988, pour l’autre depuis 1993 — comme à ses travaux de recherche, nous faire partager, aussi, sa joie de vivre et son amour de la bonne chère et des vins fins. En dépit de relations parfois délicates, une estime certaine existait entre nous et nous avons souhaité que ce volume rende compte, autant que faire se peut, de l’historien qu’était Emmanuel. Les réactions de soutien à notre initiative, même de la part de ceux ou celles que les vicissitudes de la vie universitaire, intellectuelle ou personnelle avaient conduits à « rompre » avec Emmanuel Chadeau, nous ont encouragé dans cette voie, qui va au-delà de l’hommage conventionnel au « cher disparu ». Nous souhaitons, en remettant cet ouvrage à ses deux filles Mathilde et Cécile, leur dire combien leur père, en dépit d’une carrière trop brève, aura marqué sa discipline, tant par la valeur de ses travaux que par ceux qu’il a initiés et dirigés.

2Voilà une des raisons pour lesquelles ce volume ne reprend pas la forme traditionnelle des mélanges, compilant les contributions de collègues plus ou moins proches. Il n’a pu mener à leurs termes les enquêtes qu’il avait lancées, ni bien sûr préparer les vastes synthèses, œuvres d’une vie, qu’il est habituel de rédiger pour les grands historiens. Il nous a dès lors semblé qu’une première manière de lui rendre hommage et de montrer la qualité et l’étendue de son travail était de publier des articles, parfois inédits en français, que nous jugions les plus représentatifs de son œuvre, illustrant le mieux les divers aspects auxquels il s’était attaché, son évolution de chercheur et ses talents de pédagogue : l’aéronautique bien sûr, mais aussi l’analyse des marchés et des rapports entre les grands acteurs publics et privés de la vie économique et sociale.

3Dans une deuxième partie de l’ouvrage, nous avons souhaité regrouper les textes d’étudiants et d’amis proches d’Emmanuel, mais aussi les témoignages de ceux qui avaient le désir sincère de lui rendre hommage. Par la variété des sujets traités, ils prouvent également la richesse de son parcours et l’éventail de ses curiosités.

4Par défi, et avec son air mi-sérieux mi-amusé, Emmanuel Chadeau avait l’habitude de dire qu’il faisait tout plus vite que tout le monde, peut-être parce qu’inconsciemment il savait que le temps lui était compté. Toujours est-il que sa carrière fut brillante et rapide.

5Né à Paris le 13 janvier 1956, il fut admis en classes préparatoires littéraires au lycée Henri IV et intégra en 1975 l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud. De sa maîtrise dirigée par Maurice Lévy-Leboyer à Paris X - Nanterre sur Les inspecteurs des Finances (1871-1919), il tira un ouvrage publié en 1986. Après un Service national effectué en 1979 au Service Historique de l’Armée de l’Air (Vincennes), il fut reçu à l’agrégation d’histoire en 1980, effectua son stage d’enseignant au Centre pédagogique régional de Versailles, puis entra très vite au CNRS. Sa fréquentation du SHAA, doublée d’une fascination pour les prouesses humaines et techniques, joua un rôle décisif dans le choix de son sujet de thèse. Attaché de recherches à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (1981-1985), puis chargé de recherches à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (1985-1988), les deux principaux laboratoires d’histoire contemporaine du CNRS, il mena à bien sous la direction de Maurice Lévy-Leboyer une volumineuse thèse d’État, brillamment soutenue le 17 janvier 1986 à l’Université de Paris X - Nanterre.

6Outre cette gigantesque recherche sur l’histoire de l’aéronautique française depuis sa création jusqu’à sa nationalisation, analyse pionnière d’une branche industrielle à part entière, E. Chadeau contribua largement aux travaux des deux laboratoires auxquels il était rattaché. Cela donna lieu en particulier à la publication de L'Économie nationale auxXIXe et XXe siècles, premier volume de l'Annuaire statistique rétrospectif de l'économie française impulsé par François Caron. E. Chadeau a toujours eu le souci de faciliter l’accès de l’historien à ces indispensables instruments que sont les sources, mais replacées dans les conditions de leur production et pourvues d’un appareil critique, comme en témoignent l’édition, ultérieurement, des archives du Crédit Lyonnais sur les entreprises aéronautiques en France, 1909-1945 (1996) ou les Mémoires commentés de l’inspecteur des Finances du XIXe siècle Eugène Trollard (1998).

7Après une expérience de chargé de cours à l’ENSAE/INSEE à Malakoff (1981-1989) et à l’Université du Maine au Mans (1985-1988), il fut élu professeur d’histoire contemporaine en avril 1988 à l’Université Charles-de-Gaulle - Lille 3 : à 32 ans, il devenait ainsi l’un des plus jeunes professeurs de l’université française et allait donner très vite sa pleine mesure d’enseignant comme de chercheur. Alain Plessis a déjà retracé l’essentiel des apports scientifiques d’E. Chadeau. S’appuyant tout d’abord sur sa thèse, ce dernier entreprit de compléter l’exploration de la branche aéronautique, en poussant ses investigations jusqu’à la période immédiatement contemporaine, en France comme à l’échelon international (Le rêve et la puissance, l’avion et son siècle, 1996) ; son amour du récit historique et du suspense lui fit rédiger les biographies sans complaisance des pionniers (Latécoère, 1990) et héros de l’aviation (Saint-Exupéry, 1994, Mermoz 2000), dont le dynamisme le fascinait. Chemin faisant, il ne pouvait manquer de s’interroger sur les ressorts de l’esprit d’entreprise (L’économie du risque, 1988, Renault, 1998) ou, plus largement, sur les décideurs économiques et le rôle de l’État, particulièrement en France, sur lequel il portait un regard ambigu : parfois sévère, mais aussi admiratif quand il s’agissait d’analyser certains grands programmes, tels Ariane ou Airbus (1995). Nous avons retrouvé maints projets, que les circonstances ou la maladie ne lui ont pas permis de mener à bien, tant sur l’histoire des compagnies aériennes que sur les lignes de force de l’économie française au XXe siècle ou l’histoire du commerce, chantier malheureusement abandonné assez tôt.

8Au-delà de la déception de ne pas être reconnu autant qu’il l’aurait dû, ou plutôt de ne pas se croire reconnu – car il fut tout de même élu de 1993 à 1998 à l’Institut universitaire de France, reçut en 1997 le prix Castex de l’Académie française pour Le rêve et la puissance et fut appelé à siéger dans maints conseils scientifiques –, E. Chadeau s’engagea fortement dans la promotion et la défense de l’histoire économique et sociale. Il le fit de plusieurs manières. Son enseignement, tout d’abord, qui attira toujours de nombreux étudiants, du DEUG au DEA, de l’UFR d’Administration économique et sociale à celui des Sciences historiques, du direct des salles de cours aux volumineux polycopiés de l’enseignement à distance, dont certains étudiants se souviennent encore - 100 pages dactylographiées étaient un minimum. Il balayait ainsi, en les revisitant à sa façon, quelques grands thèmes de l’histoire économique et sociale (ainsi, la France dans la compétition internationale des années 1920 aux années 1970, les entreprises françaises à l’époque contemporaine ou la France des années 1960), ne négligeant pas pour autant la méthodologie de l’Histoire. En dépit de sa décharge horaire au titre de l’IUF, il maintint l’intégralité de la filière dont il avait la charge. Grâce à sa vigilance et à sa capacité d'animer des axes de recherche (les reconstructions dans le Nord-Pas-de-Calais, dans le cadre de l’IFRESI de 1991 à 1996, le commerce de détail, les politiques publiques...), de nombreux travaux ont été menés à terme — certaines contributions de cet ouvrage en témoignent. Il avait, en une dizaine d’années à peine, dirigé et fait soutenir quelque 135 maîtrises, 32 DEA et deux thèses, plus sept en cours (voir liste ci-après). Impitoyable avec ceux qu’il estimait ne pas avoir les moyens de leurs prétentions, il savait en revanche prendre le temps d’accompagner les étudiants, à qui, nous pouvons en témoigner, sous des dehors exigeants, il savait communiquer l’enthousiasme du chercheur et encourager leurs premiers pas, suscitant d’indéfectibles fidélités. Prêt à les aider, comme l'illustrent le nombre de bourses ou d’allocations obtenues pour eux dans de multiples organismes, il ne cherchait pourtant pas à « faire du chiffre ». Il rappelait inlassablement aux étudiants tentés de poursuivre en DEA, voire en thèse, qu’« il fallait manger » avant de songer à une carrière universitaire, et trouver du travail, dans ou — c’était l’un de ses vœux, pas toujours compris - hors de l’enseignement. Convaincu qu’un historien peut apporter beaucoup au monde de l’entreprise, il avait initié avec nous en 1998 une maîtrise d'histoire avec Unité d’expérience professionnelle, pour laquelle il avait fait jouer son carnet d'adresses et largement permis aux étudiants de réussir un stage de plus de quatre mois (banques, assurances, cabinets de consultants, ressources humaines, médias...) leur ouvrant les portes des milieux professionnels. Mieux encore, il n’hésitait pas, sinon à se faire le prosélyte de l’histoire économique, du moins à porter la bonne parole, tant lors d’émissions de radio ou de télévision que dans des conférences destinées au grand public. Comme en témoigne Armelle Le Goff, il joua aussi un rôle actif dans la défense du Centre des Archives du Monde du Travail à Roubaix et dans son utilisation par les chercheurs.

9Il ne concevait d’ailleurs pas l’histoire comme une science refermée sur elle-même, mais au contraire, forte de ses spécificités méthodologiques — il parlait volontiers de son métier comme celui d’un « savant » —, ouverte au grand large des autres disciplines et a tous les publics. Ceci se traduisit bien sûr par les très nombreuses publications de tous genres et sur de multiples supports, mais aussi par son ouverture à l'histoire des techniques, aux méthodes comptables, etc. Il en tirait une capacité à discuter avec des ingénieurs, des décideurs, des politiques, tout comme des chefs d’entreprise. Il suffit une fois encore de voir la liste des soutiens à cet ouvrage. Cette attitude explique son engagement si actif dans le développement de l’Institut d’Histoire de l’Industrie (IdHI) et la déception qui fut la sienne lorsqu’il fut obligé de renoncer à rédiger ce grand livre qui devait conter l’histoire du ministère de l’Industrie et qui aurait été l’occasion pour lui de dresser un formidable portrait de la France industrielle et des relations entre l’Etat et les entreprises. C’est là un des échecs qui le toucha le plus durement.

10Pour accentuer davantage encore la diffusion des travaux historiques, il s’est impliqué dans le travail éditorial. Il fut ainsi, dès l’origine, membre du comité de rédaction des Cahiers de Science & Vie de 1991 à 1996 — plusieurs numéros en ont résulté, sur La naissance de l’aviation (1991), Le programme Concorde (1992), Air France (1993) ou Marcel Dassault (1996). Il joua également un rôle actif, avec Patrick Fridenson et François Caron, dans la création de la revue Entreprises et histoire, dont il assura ensuite la rédaction en chef avec Patrick Fridenson. Reconnu aussi bien à l’étranger qu’en France – ses interventions scientifiques vont du Canada au Japon, de la Suède à l’Italie, de l’Allemagne au RoyaumeUni –, il était membre associé du Comité éditorial des Smithsonian Institution Press à Washington DC. Ce même engagement le conduisit à participer au Conseil scientifique du Centre d’Études et d’Histoire de la Défense (CEHD), au Conseil d’administration de l’IdHI présidé par Jean-Louis Beffa et au Conseil d’administration du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget.

11Très attaché au maintien du niveau scientifique de la recherche en sciences humaines et plus particulièrement en histoire, ouvert sur les autres disciplines et périodes, il fut également élu au Conseil scientifique de son université et dirigea le Conseil scientifique et la sous-section d’histoire contemporaine de l’UFR des Sciences historiques, artistiques et politiques de Lille 3. Il laisse d’ailleurs dans ses papiers une note prospective sur l’avenir de l’enseignement de l’histoire économique en France.

12Comme le rappelle Anthony Rowley, E. Chadeau était aussi un bon vivant à l’esprit ouvert, amateur des longues discussions autour du cinéma et passionné de romans policiers : son amour des énigmes alla jusqu’à en écrire un qui débutait, en forme de clin d’œil, par la mort mystérieuse d’un Professeur de l’université de... Lille Fumeur impénitent, il aura lutté deux longues années avec un courage et une force de caractère exemplaires, n’hésitant pas à se déplacer de Paris pour des cours ou des commissions de spécialistes auxquels son état lui interdisait logiquement d’assister. Puisse Emmanuel, ainsi que ceux qui lui étaient chers, retrouver un peu de lui-même dans ces pages, auxquelles il ne saurait évidemment se réduire.

Auteurs

Université de Lille 3, CRHEN-O

Université de Lille 3, CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540