Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aéronautique, Marchés, Entreprises

 | 
Jean-Paul Barrière
, 
Marc de Ferrière

Préface

Alain Plessis

Texte intégral

1D’autres que moi, qui ont été ses collègues proches ou ses disciples, évoqueront mieux que je ne saurais le faire la personnalité attachante d’Emmanuel Chadeau, son rôle d’enseignant et les grandes étapes de sa carrière. Nos chemins se sont fréquemment croisés : en effet, j’ai fait partie du jury devant lequel il a soutenu sa thèse en janvier 1986, à l’université de Paris X-Nanterre, puis je l’ai entendu dans divers colloques et je l’ai côtoyé lors de nombreuses réunions organisées dans le cadre d’instances comme l’Institut d’histoire de l’industrie, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France ou le comité de rédaction de la revue Entreprises et histoire. J’ai ainsi eu connaissance de la plupart de ses travaux, et même de ses ultimes projets dont il m’avait entretenu peu de temps avant sa mort. Je tiens donc à m’associer à ces Mélanges destinés à saluer sa mémoire en rappelant brièvement ce qu’a été l’ensemble de son œuvre, dont les qualités méritent d’être bien appréciées.

2Une œuvre importante assurément, puisqu’il a produit une masse impressionnante de travaux historiques, comme on peut le voir à la lecture de la recension bibliographique qui figure à la fin de ce volume, et ce entre 1979 et l’an 2000, donc en à peine vingt ans. Les livres qu’on lui doit représentent au total près de 3 200 pages, auxquelles s’ajoutent quelque 2 500 pages d’articles, de communications dans des colloques et de contributions à des ouvrages collectifs ! Ce sont là les fruits d’un effort de recherche considérable, mené constamment avec passion et impétuosité, et poursuivi jusqu’à la fin de sa vie, même lorsqu’il lui a fallu surmonter au prix d’un exceptionnel courage la terrible maladie qui devait l’emporter.

3À la base de la plupart de ces travaux, il y a des dépouillements d’archives volumineuses, puisées dans des sources fort diverses. Emmanuel Chadeau était toujours à l’affût d’archives nouvelles et prêt à les dévorer : à plusieurs reprises, il a confié que la découverte d’un fonds jusque là ignoré ou l’ouverture de cartons réputés inaccessibles lui faisait goûter ce qui représentait à ses yeux la « grande joie du métier d’historien ». Il a effectivement réussi à dénicher nombre de sources inédites. Par ailleurs, il savait puiser dans les dossiers techniques les plus ardus aussi bien qu’utiliser les séries statistiques ou les documents comptables susceptibles d’enrichir son information. Il recourait aussi volontiers à l’histoire orale, et il aimait entrer en contact avec des acteurs provenant du monde des affaires ou de la haute administration pour s’entretenir avec eux et obtenir de leur bouche des témoignages précieux, susceptibles d’enrichir sa compréhension des décisions économiques prises durant les dernières décennies. Au total, il a réussi à exploiter pour nourrir ses recherches une masse documentaire considérable.

4Sa curiosité toujours en éveil l’a poussé à s’intéresser à des objets multiples, mais son champ de recherche s’est développé plus particulièrement dans trois directions : l’industrie aéronautique, les entreprises industrielles, et enfin le monde des entrepreneurs.

5Sa thèse a joué un rôle déterminant dans l’orientation de ses recherches. D’abord parce qu’il avait choisi d’y traiter d’un secteur industriel resté jusque-là ignoré des historiens, qui pourtant tout au long du XXe siècle a été un des plus importants en France : c’est avec lui que cette industrie est enfin entrée dans l’histoire. Ensuite parce qu’Emmanuel Chadeau a mené à son terme en six ans seulement, de 1979 à 1985, la thèse d’État qu’il a consacrée à ce sujet. C’était une performance rare, qui pouvait étonner, puisqu’à cette époque justement la traditionnelle thèse d’État était très critiquée, parce qu’accusée d’absorber l’attention des chercheurs qui en préparaient une pendant un nombre d’années excessif (aussi en 1984 a-t-il été décidé de ne plus exiger ce type de doctorat et d’y substituer des thèses plus courtes, les thèses d’université, dites de nouveau régime).

6Dans cette thèse d’État, Emmanuel Chadeau a eu le projet ambitieux de faire toute l’histoire de l’industrie aéronautique de 1900 à 1940, et il a réussi effectivement à proposer, pour reprendre ici l’appréciation de son directeur de thèse Maurice Lévy-Leboyer, une « étude quasi définitive sur l’histoire de ce secteur depuis sa naissance jusqu’à sa nationalisation ». L’ensemble du jury a apprécié l’apport de ce travail de tout premier ordre, qui donnait des éclairages nouveaux sur les processus d’industrialisation et sur la croissance continue de la branche étudiée, sur le rôle de l’État, qui a été un client quasiment unique pendant la guerre de 1914-1918 et les années 1930, sur l’action des ingénieurs appartenant aux grands services publics, sur le rôle des obscurs mécaniciens ou des créateurs de plus haute volée... Il faisait bien apparaître les conséquences ambiguës de la Grande Guerre, qui avait d’abord stimulé la croissance de l’industrie aéronautique mais l’avait durablement détournée de la fabrication de produits sophistiqués ; il permettait aussi de bien apprécier tous les effets des choix politiques des années 1930. Dès sa première grande œuvre, Emmanuel Chadeau avait démontré ainsi toutes ses qualités d’historien et mis en lumière déjà son intérêt particulier pour les entreprises et l’analyse de leurs relations complexes avec l’État.

7En réalisant ce travail, il s’est donc fait reconnaître comme le spécialiste incontestable de l’histoire de l’aéronautique française. Par la suite, il a étendu considérablement le champ de ce qui était devenu son territoire de recherche, et il l’a rendu très fécond : non seulement il en a approfondi certains aspects évoqués dans son étude initiale et il a recensé de nouvelles sources permettant de le mieux connaître, en particulier les archives bancaires (celles du Crédit Lyonnais), mais il a poursuivi son histoire bien au-delà de 1940, terme de sa thèse, et il l’a conduite jusqu’à nos jours. De plus, dans le prolongement de ses études sur l’aéronautique française, il a été amené à porter un intérêt particulier aux efforts faits par la France pour participer à la conquête de l’espace.

8Mais Emmanuel Chadeau ne s’est pas contenté d’être le spécialiste d’un seul domaine. Il a toujours eu le désir de porter ses analyses sur d’autres secteurs, sur l’ensemble de l’industrie, et aussi sur la sphère du commerce. Il a aussi eu constamment l’ambition d’apporter des réponses personnelles aux grandes questions qui sont au cœur de l’histoire économique et au centre des préoccupations de tous ceux qui veulent comprendre notre temps. Il a donc développé sa réflexion historique sur le rôle économique de l’État, et tout particulièrement sur sa politique industrielle. Il est un de ceux qui ont participé au renouveau de l’histoire économique française durant la dernière décennie du XXe siècle, en l’orientant dans une voie encore largement inexplorée, l’histoire des entreprises. On lui doit donc un certain nombre d’études originales portant sur des firmes connues, mais aussi sur le monde foisonnant et largement ignoré des petites et moyennes entreprises. Il a abordé cette histoire des entreprises par tous leurs aspects, techniques, organisationnels, financiers, mais aussi et surtout humains. Pour lui, l’histoire des entreprises doit pleinement s’éclairer grâce à des études retraçant la vie et l’action de leurs fondateurs et de leurs dirigeants, les entrepreneurs.

9À vrai dire, Emmanuel Chadeau a toujours au cours de ses recherches exercé prioritairement son attention sur les hommes et sur leur rôle dans le développement de l’histoire. Cette tendance apparaît dès son premier travail publié, qui retraçait l’engagement des inspecteurs des finances dans l’entreprise et leur « cheminement » au sein du monde des affaires. Elle se confirme dans sa thèse : comme il le souligne lui-même dans l’introduction qu’il a ajoutée à sa version publiée, il a voulu placer

  • 1 E. Chadeau, L’industrie aéronautique en France. De Blériot à Dassault, 1900-1950, Paris, Fayard, 1 (...)

« au centre du récit les héros, glorieux ou obscurs, autodidactes ou surdiplômés, self made men ou héritiers multimillionnaires. Inventeurs, industriels, ingénieurs, qui fondèrent la grandeur des débuts, appelés “pionniers” par la légende... À leurs côtés, apparaissent ou disparaissent et parfois réapparaissent, au rythme précipité des événements, ceux qui devaient, activement, effectuer autour d’eux, avec eux, leur tâche d’encadrement, de stimulation, d’orientation : hommes d’État restés dans l’Histoire, parlementaires moins célèbres, mais parfois plus influents, dignitaires, ingénieurs ou bureaucrates militaires ; banquiers ou financiers, journalistes ou intermédiaires affairistes, groupes d’intérêt ou de pression1 ».

  • 2 E. Chadeau, D’économie du risque. Les entrepreneurs, 1850-1880, Paris, O. Orban, 1988, p. 282.

10Mais c’est le monde des entrepreneurs qui l’a passionné plus spécialement, qui l’a même fasciné. Il rejetait une grande hypothèse évoquée souvent pour rendre compte des spécificités de la croissance française et de ses fléchissements récurrents, selon laquelle ces faiblesses de notre pays viendraient d’un manque d’esprit d’entreprise, et il estimait tout au contraire qu’« en proportion de sa population, la France fournit plus de candidats à l’entreprise que la plupart des pays avancés »2. Mais les contraintes exercées en France sur les entrepreneurs par l’État et par tout un environnement d’ordre politique, social et culturel plutôt hostile et qui tendrait à les éliminer, font qu’ils ont été condamnés à vivre souvent en porte-à-faux. Il a donc cherché à repérer au sein du fonctionnement de ce monde des affaires les mécanismes qui fondent les grandes réussites et les raisons des échecs lamentables.

  • 3 Ibid., p. 15-16.

11Emmanuel Chadeau s’interrogeait de manière plus large sur « l’insaisissable nature de l’entrepreneur », qu’il considère à la suite de Jean-Baptiste Say et de Joseph Schumpeter comme un « héros historique » ayant pour fonction d’être « un réducteur de risques », qui arrive à maîtriser rationnellement le risque dans toute la mesure du possible. Mais des voies fort diverses peuvent conduire des chefs d’entreprise à bien remplir ce rôle. En définitive, « l’entreprise est affaire de pratique » : aussi, pour comprendre comment l’entrepreneur, ou plutôt les entrepreneurs, réduisent le risque, Emmanuel Chadeau entendait fonder sa réflexion historique sur des biographies permettant de suivre concrètement l’aventure des industriels ou des grands hommes d'affaires. Il partait en effet du principe qu’ici encore, pour cerner cette nature de l’entrepreneur, « il nous faut partir des hommes. De leur caractère, de leurs actions, de leurs passions et même de leurs tics »3.

12Enfin, Emmanuel Chadeau n’écrivait pas à l’intention de quelques spécialistes, mais il voulait publier des ouvrages susceptibles d’intéresser tout un public cultivé, en lui proposant une reconstitution des évolutions passées qui participe à la construction du monde contemporain. Son style clair et enlevé, nerveux parfois mais toujours d’une lecture aisée, est émaillé de formules brillantes. Il concevait l’histoire comme un véritable récit qui avait ses héros heureux ou malheureux et qui tendait parfois au drame ou à l’épopée ; il aimait à parler d’énigmes à déchiffrer, de mythes et de légendes à décrypter. Et il n’hésitait pas à s’engager et à exprimer sans détour ses jugements personnels. Aussi ses ouvrages sont-ils réellement stimulants, et ils n’ont jamais laissé indifférents ceux qui les ont lus.

13Emmanuel Chadeau était donc un historien très attachant, qui, en raison de son dynamisme et de son efficacité, a apporté une contribution importante et originale au développement de l’histoire économique et sociale en France. Il convient de le reconnaître, et il est fort heureux que ce volume de mélanges, dû à des historiens qui saluent ainsi sa mémoire, vienne nous le rappeler.

Notes

1 E. Chadeau, L’industrie aéronautique en France. De Blériot à Dassault, 1900-1950, Paris, Fayard, 1987, p. 3.

2 E. Chadeau, D’économie du risque. Les entrepreneurs, 1850-1880, Paris, O. Orban, 1988, p. 282.

3 Ibid., p. 15-16.

Auteur

Université Paris X – Nanterre

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540