Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

Bio-bibliographie des auteurs

Texte intégral

1 Nathalie Barré, historienne et archiviste (Universités Lille 3 et Lyon 3), est responsable des Archives municipales de Tourcoing, depuis 2007, après avoir débuté sa carrière aux Archives départementales de l’Orne (Services du public et des Archives anciennes). Parmi ses travaux récents sur la sigillographie : « Sainte-Croix de Cambrai, un chapitre collégial sous contrôle, XIe -XIIIe siècles », dans, Les collégiales et la ville dans la province ecclésiastique de Reims, IXe-XVIe siècles, actes du colloque de Beauvais (2009) (Université Jules-Verne, Amiens, 2011) ; « Chancellerie épiscopale, chancellerie canoniale : unicité ou pluralité des institutions à Cambrai au XIIe siècle » dans, Chancellerie princière et scriptoria dans les anciens Pays-Bas, Xe -XVe siècles, actes du colloque du 175e anniversaire de la Commission royale d’Histoire (2009), à paraître.

2 Brigitte Miriam Bedos-Rezak est professeure d’histoire (New York University). Ses travaux, conçus dans le cadre d’une anthropologie sémiotique de l’Occident médiéval, analysent les relations entre signe et société. Elle a notamment publié, L’individu au. Individuation et individualisation avant la modernité (co-éditrice) (Paris, 2005) ; Form and Order in Medieval France, Studies in Social and Quantitative Sigillography (Variorum, 1993) ; When Ego Was Imago. Signs of Identity in the Middle Ages (Leyden, 2010) ; « Cutting Edge. The Economy of Mediality in Twelfth-Century Chirographic writing », Das Mittelalter 15 (2010) ; « The Efficacy of Signs and the Matter of Authenticity in Canon Law », Zwischen Pragmatik und Performanz. Dimensionen mittelalter Shcrifkultur, C. Dartmann, T. Scharff & C. Weber (éd.), (Turnhout, 2011) ; « Semiotic Anthropology. The Twelfth Century Experiment », European Transformations 950-1200, T.F.X. Noble & J. Van Engen (éd.) (U. of Notre Dame Press, 2011).

3 Clément Blanc-Riehl est responsable du Service des sceaux des Archives nationales de France, après avoir suivi des études d’Histoire de l’Art (Université d’Aix-en-Provence et Rome), puis être entré au musée du Louvre comme chargé de mission à la Commission du récolement des dépôts d’oeuvres d’art (département des Objets d’Art). Principal auteur des notices de la collection dite « Supplément », il est en charge, depuis, du traitement documentaire d’un certain nombre de collections inédites, comme récemment la collection « Lorraine ». Parallèlement son intérêt s’est porté vers l’histoire de la sigillographie à travers la formation des collections de moulages et la mise au point des inventaires de sceaux. Actuellement, il s’attache à la publication de la riche collection de matrices de sceaux des Archives nationales.

4 Jean-Luc Chassel est maître de conférences d’histoire du Droit (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), vice-président de la Société française d’héraldique et de sigillographie et responsable de la Revue française d’héraldique et de sigillographie. Il a travaillé sur les institutions et la société en Bourgogne aux XIe et XIIe siècles, sur les formalismes juridiques (rituels de serment, histoire de la preuve littérale) et consacré de nombreuses études à l’usage du sceau au Moyen Âge. Il a dirigé les ouvrages : Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne médiévale (Paris, 2003, prix Auguste-Prost de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) et Les sceaux, sources de l'histoire médiévale en Champagne (Paris, 2007).

5 John Cherry est ancien conservateur au British Museum pour les collections de l’Europe médiévale et moderne. Spécialiste d’art et d’archéologie du Moyen Âge, il a publié de nombreuses études sur les joyaux, l’orfèvrerie, les sceaux et matrices de sceaux, dont, récemment, « Heads, Arms and Badges : Royal Representation on Seals », in N. Adams, J. Cherry & J. Robinson (eds), Good Impressions. Image and Authority in Medieval Seals (London, 2008), and « Personal and impersonal impressions : identity revealed through seals », in A Decade of Discovery (BAR British Series 520, 2010), The Holy Thorn Reliquary (London, 2010).

6 Rosine Cleyet-Michaud, Conservateur général du patrimoine, est directrice des Archives départementales du Nord depuis 2001, après avoir débuté sa carrière comme conservateur des Archives du Loiret (1971), puis dirigé celles des Alpes-Maritimes (1978) et celles de Loire-Atlantique (1992), avant d’occuper le poste de Conservateur général chargé du service technique de la direction des Archives de France (1995). Elle est, par ailleurs, présidente du Comité sur l’Evaluation des documents d’archives (CAP) du Conseil international des Archives, depuis 2000.

7 Rémy Cordonnier, docteur en histoire de l’art, est membre associé de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS), du Groupe de recherches en iconographie Médiévale (GRIM-Lille 3), du projet FSR de l’Université de Louvain-laNeuve (BE) : Encyclopédies comme images du monde et comme vecteurs d’échanges intellectuels dans l’Islam et l’Occident au Moyen Âge, et de la Société internationale renardienne. Spécialiste de l’iconographie animale et de l’exégèse visuelle au Moyen Âge, il travaille sur le rôle et la place de l’image dans la transmission des savoirs au Moyen Âge et est l’auteur d’une vingtaine d’études sur le sujet.

8 Ambre De Bruyne-Vilain, prépare une thèse d’histoire de l’art intitulée, Imago Urbis : les représentations architecturales sur les sceaux de villes en Europe septentrionale entre le XIIe et le XVe siècle (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS). Elle est par ailleurs Chercheur encouragé aux Cabinets des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France, en charge, depuis 2009, du récolement et du catalogage de la collection des matrices médiévales. Spécialisée dans la représentation sigillaire des villes médiévales, elle a, entre autres, assuré le co-commissariat de l’exposition « Empreintes et matrices, les sceaux du patrimoine historique et artistique du Nord, XIIe-XVIIIe siècle » (Lille, Palais de Beaux-Arts, 2008) et publié, avec C. Blanc-Riehl, « Deux matrices de parlements conservées aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France », Revue française d’héraldique et de sigillographie (sous presse).

9 Elzbieta Dabrowska docteur en histoire et archéologie et maître de recherches à l’Institut d’Archéologie et d’Ethnologie à Varsovie (1973-1981), a intégré, en 1981, le Centre national de la recherche scientifique, groupe Topographie chrétienne des cites de la Gaule et collaboré au Corpus des émaux méridionaux (CNRS-INHA). Parmi ses travaux récents : « Passeport pour l’au-delà. Essai sur la mentalité médiévale », Le Moyen Age, 2005/2, 313-337 ; « Le tau, un attribut ou un insigne liturgique ? », Acta archeologica Academiae scientarum hungaricae, 58, 2007, 341-363 ; avec G. François, « La diffusion de l’Oeuvre de Limoges à l’Est de l’Europe médiévale », Questiones Medii Aevi novae, 14, 2009, 287-306 ; « Les crosses », dans Corpus des émaux méridionaux, vol. II (sous presse).

10 Dominique Delgrange est membre et administrateur du Comité flamand de France, membre de la Commission historique du Nord et membre correspondant de la Commission d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais. Parmi ses nombreuses études sur la sigillographe, la numismatique et l’héraldique : « L’atelier monétaire d’Arras de 1582 à 1640 » (Mém. Com. d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 1988, 1991) ; « Utilisation des jetons de compte (XVe-XVIIe s.) », Congrès international de numismatique (Bruxelles 1991) ; Inventaire des matrices de sceaux de la collection Preux (Douai, Archives municipales) ; « Sceaux inédits d’Artois et de Flandre » (Bulletin et Annales du Comité flamand de France, plusieurs parutions depuis 1992). Il est l’initiateur du site Sigilloweb, qui propose des informations sigillographiques, des relevés de sceaux et de cachets inédits, pour la France du Nord et la Belgique.

11 Jean-Paul Deremble est maître de conférences en histoire de l’art médiéval (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS). Ses axes de recherches portent principalement sur la cathédrale de Chartres et la reformulation des thèmes iconographiques à la croisée des approches esthétiques, stylistiques, historiques, anthropologiques et théologiques. Il a co-organisé en 2010, en collaboration avec l’université de Bucarest, le colloque, Matérialités et immatérialité de l’église au Moyen Age. Parmi ses travaux récents : avec Colette Deremble, Voyage au Moyen Âge à travers les vitraux de Chartres, (Chartres, 2004) ; « L’écriture imagée d’une transformation baptismale : le vitrail de Noé de la cathédrale de Chartres », dans Grafe, La Revue, (2006, n° 15) ; « Matières immatérielles. Pour une théologie médiévale de la matière », dans A. Timbert (dir.), L’homme et la matière. L’emploi du plomb et du fer dans l’architecture gothique (Paris, 2009, 29-36).

12 Jean-pascal Foucher, archiviste paléographe diplômé de l’École nationale des Chartes (1995), est Directeur des Archives départementales de l’Orne depuis 1996.

13 Julian Gardner est professeur émérite à [’université de Warwick, dont il fut le fondateur du département d’histoire de l’art. Après avoir été, durant sa carrière, professeur invité à l’université de Californie, à Berkeley et à Harvard, il sera, en 2011-2012, chercheur invité du Center for the Advanced Study of the Visual Art de la National Gallery of Art, à Washington, avec le soutien de la Samuel H. Kress Foundation. Parmi ses nombreuses publications, on peut citer The Tomb and the Tiara (Oxford, 1992), Patrons, Painters and Saints (Aldershot, 1994) et Giotto and his Publics (Berenson Lectures, Harvard University Press, sous presse).

14 Marc Gil, maître de conférences en histoire de l’art médiéval (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS), est spécialiste des arts figurés et des métiers du livre. Il a publié le Catalogue des livres de dévotion manuscrits et imprimés (XIIe -XVIe siècles) de la Bibliothèque municipale de Lille (Villeneuve d’Ascq, 2006) et, avec Ludovic Nys, Saint-Omer gothique (Valenciennes, 2004). Collaborations récentes : co-commissariat, de l’exposition Matrices et empreintes. Le patrimoine historique et artistique du Nord, XLIe -XVIIIe siècle Lille, Palais des Beaux-Arts, 2008 ; plusieurs chapitres (peintures, sculptures) dans A. Magnien (dir.), Saint-Riquier, une grande abbaye bénédictine (Paris, 2009) ; « Jean Pucelle and the Parisian Seals-Engravers and Goldsmiths », dans K. Pyun, A. Russakoff (éd.), Jean Pucelle, a Medieval Artist : Innovation and collaboration in Manuscript Painting (Turnhout, à paraître).

15 Laurent Hablot est maître de conférences en Histoire médiévale (Université de Poitiers). Spécialiste de l’emblématique princière en Europe à la fin du Moyen Âge, Ses travaux portent sur les signes d’identité, leurs usages et leurs fonctions dans la société médiévale, autour notamment des questions du droit héraldique et de l’analyse de différents systèmes de représentation : cimier, signes de reconnaissance militaire, insignes de fonction et de pouvoir. Parmi ses publications récentes : (éd.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Age à nos jours, Rennes, 2008 ; « « Sens dessubz dessous ». Le Blason de la trahison au Moyen Âge », dans, M. Billoré & M. Soria (dir.), La trahison au Moyen Age (Rennes, 2009, 331-347) ; La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. L’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Âge (Turnhout, à paraître).

16 Christian Heck, ancien conservateur en chef du musée d’Unterlinden à Colmar, est Membre senior de l’Institut universitaire de France (Chaire d’iconographie médiévale), et professeur d’histoire de l’art (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS). Il dirige les deux collections du RILMA (Répertoire iconographique de la littérature du Moyen Âge, éd. Brepols), et le GRIM (Groupe de recherches en iconographie médiévale). Parmi ses principales publications : L’échelle céleste dans l’art du Moyen Age. Une image de la quête du ciel (Paris, 1997) ; Collections du Nord-Pas-de-Calais. La peinture de Flandre et de France du Nord au XV et au début du XVIe siècle, 2 vol. (Bruxelles, 2005). Il a dirigé les volumes Histoire de l’art : Moyen Age. Chrétienté et islam (Paris, 1996) ; et L’art flamand et hollandais : le siècle des primitifs, 1380-1520, Paris, Citadelles et Mazenod (Paris, 2003).

17 Philippe Jacquet est restaurateur sigillaire. Il a obtenu le Prix des métiers d’art en 1998 catégorie Restauration et le Prix Heilbronn 2005 pour l’inventaire des sceaux du fonds des Chalon (Jura, coll. privée) et leur restauration. Son entreprise Scel Art a été labellisée Entreprise du patrimoine vivant en 2008. Il collabore avec le Centre Ernest-Babelon (Iramat-UMR 5060 CNRS-Orléans) sur l’étude des colorants des sceaux. De 2003 à 2007, il a procédé à l’étude radiologique des sceaux du XIIe siècle. Depuis 2007, ses recherches portent sur la fabrication et la fixation des sceaux plaqués entre le VIIIe et le XIe siècle. Il développe, par ailleurs, depuis 2008, des outils d’imagerie 3D appliqués à la sigillographie.

18 Emanuel S. Klinkenberg, docteur en histoire de l’art (2006), étudie les représentations de la généalogie, la royauté et la prêtrise du Christ et leurs traditions iconographiques à propos des portails ouest de la cathédrale de Chartres. Parmi les publications : « Die Identitât der Säulenstatuen in Étampes und Chartres », Zeitschrift für Kunstgeschichte 7\ (2008, 145-187) ; « Romdarstellungen auf Kaiser-und Kônigsbullen, 800-1250 », Mikroarchitektur im Mittelalter. Ein gattungsübergreifendes Phänomen zwischen Realität und Imagination. U. Albrecht & C. Kratzke (éd.) (Leipzig, 2008, 225-249) ; Compressed meanings. The donor’s model in medieval art to around 1300 : origin, spread and significance of an architectural image in the realm of tension between tradition and likeness (Turnhout, 2009) ; Architectuuruitbeelding in de Middeleeuwen. Oorsprong, verbreiding en betekenis van architectonische beeldtradities in de West-Europese kunst tot omstreeks 1300 (Utrecht, 2010).

19 Sophie Lamadon-Barrère, docteur en histoire de l’art médiéval, est assistante qualifiée du patrimoine de la ville de Saint-Omer et chargée de mission dans le cadre de la préfiguration de « Saint-Omer, Pays d’art et d’histoire ». Sa thèse a porté sur Les pavements à incrustation des églises de la France du Nord, XIIe -XIVe siècles (Université Lille 3, 2009). Parmi ses publications récentes : « Le Maître de Saint-Augustin et le scriptorium de l’abbaye Sainte-Rictrude de Marchiennes de 1150 à 1175 », Les Amis de Douai, 14 (2002, n° 3, 6-9) ; « Les images du calendrier dans les dalles incrustées de Notre-Dame de Saint-Omer : nouvelles perspectives », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie (2008, 53-79) ; « Sculptures et dalles incisées », dans Jeanne de Constantinople, Princesse de Flandre et de Hainaut, catalogue d’exposition (Paris, 2009, 231-242).

20 Jean-Luc Liez, docteur en histoire de l’art, est membre résidant de la Société académique de l’Aube. Sa recherche actuelle porte, entre autres, sur l’iconographie médiévale, les sceaux et l’ordre des Trinitaires. Parmi ses publications récentes : « Les hôpitaux trinitaires en Lotharingie », M. Pauly (dir.), Institutions de l’assistance sociale en Lotharingie médiévale, Actes des13e Journées lotharingiennes (2004), (Luxembourg, 2008) ; « L’esclavage comme métaphore religieuse dans l’iconographie de l’ordre des Trinitaires », The iconography of slavery in Europe, 1500-1800, Actes du colloque (Londres, The Courtauld and Warburg institute, 2007), à paraître ; L’art des Trinitaires en Europe. XIIIe -XVIIIe siècle (Presses universitaires de Saint-Étienne, à paraître) ; (éd.), D’Allemagne en Champagne : Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine, actes du colloque, Troyes, 2006 (2008).

21 Laurent Macé est maître de conférences en histoire médiévale (Université Toulouse-Le Mirail), où son enseignement et ses recherches portent, entre autres, sur la sigillographie. Parmi ses publications : « Icône du saint, figure du héros : la déclinaison du cor sur les sceaux et les monnaies dans la Provence et le Languedoc des XIIe et XIIIe siècle », dans Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe - XIIIe siècles) (Toulouse, 2006, 135-161) ; « Le nom de cire. Jalons pour une enquête sur les sceaux vicomtaux du Midi (XIIe - XIIIe siècles) », dans Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval (Toulouse, 2008, 305-317) ; « Par le tranchant, la rave et l’hermine. Pouvoir et patronyme : les sceaux des Trencavel (XIIe - XIIIe siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, 202 (2008, 105-128) ; « Un clocher, un donjon et l’agneau pascal. Toulouse au reflet de ses sceaux (XIIIe siècle) », dans Toulouse, métropole méridionale : vingt siècles de vie urbaine (Toulouse, 2009, I, 241-255).

22 John McEwan, docteur en histoire (Université de Londres), est actuellement chercheur post-doctoral à l’université d’Aberystwyth. Ses travaux portent sur l’histoire urbaine anglaise des années 1100-1350, et en particulier sur la ville de Londres et ses élites dirigeantes. Il achève une étude prosopographique pour le XIIIe siècle londonien. Parmi ses publications : « Horses, Horsemen and Hunting : Leading Londoners and Equestrian Seals in the Late Twelfth and Thirteenth Centuries », Essays in Medieval Studies 20 (2006, 77-93) ; « William FitzOsbert and the Crisis of 1196 in London », Florilegium, 21 (2004, 18-42).

23 Robert A. Maxwell est professeur associé d’histoire de l’art (Université de Pennsylvanie), après avoir été boursier de la J. Paul Getty Foundation, chercheur invité à l’Institut national d’histoire de l’art (Paris) et professeur invité à l’université Johns Hopkins. Il a publié The Art of Medieval Urbanism : Parthenay in Romanesque Aquitaine (University Park, 2007) ; Representing History, 900-1300 : Art, Music, History (University Park, 2010) et co-éditeur avec K. Ambrose, Current Directions in Romanesque Sculpture Studies (Turnhout, 2010). Ses recherches actuelles sur les enluminures dans les manuscrits historiques à l’époque romane ont déjà donné lieu à plusieurs articles sur le sujet, et le dernier, portant sur les chartes aux enluminures doit paraître prochainement dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes.

24 Elizabeth A. New, diplomée des Universités d’Exeter, York et Londres, est membre de la Society of Antiquaries of London et enseignant-chercheur à l’université d’Aberystwyth. Ses travaux portent sur l’histoire et la culture matérielle de l’Angleterre et du Pays de Galles, au bas Moyen Âge et, en particulier, sur l’iconographie et la fonction des sceaux anglais. Elle a publié, notamment, Seals and Sealing Practices (Archives & the User, 11) (London, 2010) ; « Symbols of Devotion and Identity in a Late Medieval Manuscript », dans J. Cherry & A. Payne (eds.), Signs and Symbols, Harlaxton Medieval Studies 18 (Stamford, 2009, 73-84) ; « Seals and status in medieval English towns », dans N. Adams, J. Cherry & J. Robinson (eds.), Good Impressions : Image and Authority in Medieval Seals (London, 2008, 31 - 37) ; « The Jesus Chapel in St Paul’s Cathedral, London : a reconstruction of its appearance before the Reformation », Antiquaries Journal 85 (2005, 103-124).

25 Jean-François Nieus est Chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique et, par ailleurs, professeur d’histoire médiévale et co-directeur du groupe de recherche interdisciplinaire « Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) ; également, fondateur du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF), et secrétaire de rédaction de la revue Le Moyen Age. Spécialiste des structures sociopolitiques et institutionnelles du Moyen Age central, il étudie les réalités et représentations des pouvoirs princiers, comtaux et seigneuriaux dans le nord de la France et les anciens Pays-Bas. Actuellement, ses travaux portent plus particulièrement sur les pratiques de l’écrit documentaire aux niveaux « infra-princiers » de la hiérarchie aristocratique. Parmi ses publications récentes : (dir.), Le vassal, le fief et l’écrit. Pratiques d’écriture et enjeux documentaires dans le champ de la féodalité (XIe-XVe s.) (Louvain-la-Neuve, 2007) ; Les chartes de comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècles) (Turnhout, 2008).

26 Anne Ritz-Guilbert, docteur en histoire de l’art, est chargée de mission auprès de la direction des études de l’École du Louvre et de conférences à l’Ecole pratique des hautes études (enseignement sur la collection de l’érudit et antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières). Spécialiste de l’histoire de l’enluminure médiévale, elle a publié de nombreuses études sur ce sujet, notamment, Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, collection « L’Art et l’essai » (Paris, 2010), ouvrage sur l’enluminure lombarde de la première moitié du XVe siècle, et, avec Caroline Heid-Guillaume, le Catalogue des manuscrits médiévaux de Chambéry (Turnhout, 1998).

27 Markus Spâth est docteur en histoire de l’art médiéval (2003). Enseignant-chercheur en histoire de l’art médiéval, à l’université Justus Liebig de Giessen (All.) de 2003 à 2008, il est actuellement Dilthey-Fellow de la fondation Volkswagen, avec un projet de recherche sur l’iconographie des sceaux des corporations au bas Moyen Âge. Il a notamment publié : Verflechtung von Erinnerung. Bildproduktion und Geschichtsschreibung im Kloster San Clemente a Casauria während des 12. Jahrhunderts, (Berlin, 2007) ; « Individuum und Gruppe. Zu einem Bildkonzept nord-und ostfranzösischer Stadtsiegel des 12. und 13. Jahrhunderts », Francia. Zeitschriftfür westeuropäische Geschichte, 36 (2009, 67-90) ; sous sa direction, Die Bildlichkeit korporativer Siegel im Mittelalter. Kunstgeschichte und Geschichte im Gespräch (Köln, 2009).

28 Christiane Van Den Bergen-Pantens, archiviste et historienne, est administrateur au Centre international de codicologie ASBL (CIC) - Bibliothèque royale de Belgique (groupe de contact FNRS, Codicologie), et au Conseil d’administration du centre d’études des manuscrits (CEM), dont le but principal est la publication de la revue Scriptorium et du Bulletin codicologique. Dans le cadre des activités de la Bibliothèque royale, elle a été commissaire de plusieurs expositions sur l’héraldique. Elle est membre de plusieurs institutions nationales et internationales d’héraldiques, de sigillographie et d’archéologie, depuis 1988. Elle a édité les Armoiries communales en Belgique. Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, I-II (Bruxelles, 2002) et prépare, avec Michel Popoff (Académie internationale d’héraldique), l’édition d’un armorial de poche de la fin du XIVe siècle.

29 Ines Villela-Petit, archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, est conservatrice au cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France. Elle a publié deux livres : Le Bréviaire de Châteauroux (Paris, 2003) et Le Gothique international : L’Art en France au temps de Charles VI (Paris, 2004), et une cinquantaine d’articles principalement dans les domaines de l’enluminure et de la peinture médiévales, des recueils de recettes techniques et de la couleur. Elle a aussi contribué à L’Art du Moyen Age en France (Paris, 2010), aux catalogues Paris 1400 — Les arts sous Charles VI (1380-1422) (Paris, Musée du Louvre, 2004) et France 1500 : Entre Moyen Age et Renaissance (Paris, Grand Palais, 2011), et a été commissaire de l’exposition « 1204, la quatrième croisade : éclats d’empires » (Paris, Musée du Cabinet des Médailles, 2005).

30 Ruth Wolff est docteur en histoire de l'art médévial (1992). Après un contrat de post-doctorat au Zentralinstitut fur Kunstgeschichte in Munich, puis au Kunsthistorisches Institut in Florence et au Max Planck Institute for European Legal History in Frankfurt am Main, elle est chercheuse associée à l’université de Marburg et directrice du projet de recherche “Siegel-Bilder” au Kunsthistorisches Institut-Max Planck Institute in Florence en cooperation avec le Max Planck Institute for European Legal History in Frankfurt am Main (http ://expo.khi.fi.it/galerie/sigilli). Parmi ses publications principales : Der hl. Franziskus in Schriften und Bildern des 13. Jahrhunderts (Berlin, 1996) ; co-éditrice avec M. Stolleis, La bellezza della città. Stadtrecht und Stadtgestaltung im Italien des Mittelalters und der Renaissance (Tubingen, 2004).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540