Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

4. Transferts artistiques, appropriation, innovation

L’enlumineur Jean Pucelle et les graveurs de sceaux parisiens : l’exemple du sceau de Jeanne de France, reine de Navarre (1329-1349)

Marc Gil

Texte intégral

  • 1 En 1218, Walter de Ripa, orfèvre, est payé pour la gravure du premier grand sceau du roi Henri III (...)
  • 2 J. Viard (éd.), Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, 1917, Collection, Documents in (...)
  • 3 D. Gaborit-Chopin, dans D. Gaborit-Chopin et alii, L’art au temps des rois maudits. Philippe le Be (...)
  • 4 L. Douët dArcq, Collection des sceaux [des Archives de l’Empire], 3 vol., Paris, 1863-1868., III, (...)

1Contrairement aux archives anglaises qui témoignent dès les premières années du XIIIe siècle d’orfèvres graveurs de sceaux royaux1, ce n’est qu’au début du siècle suivant que les premiers noms d’orfèvres parisiens apparaissent dans les comptes royaux pour la réalisation de matrices. Il s’agit de Guillaume Julien, orfèvre du roi Philippe le Bel, pour le grand sceau de Louis X ; Jean de Tournai et les frères Pierre et Jean de Montpellier pour ceux de Charles IV2. Certaines œuvres, de leur côté, comme le contre-sceau de Jeanne de France, reine de Navarre (ill. 1), témoignent concrètement de liens étroits entre orfèvres-émailleurs et graveurs. Il suffît de rapprocher ce petit sceau des émaux de plique, aux dimensions et motifs très proches (ill. 2), dont l’orfèvrerie parisienne s’était fait une spécialité dès la fin du XIIIe siècle3. Ainsi, au-delà de leur fonction juridique, les sceaux, à l’instar d’autres types d’œuvres, reflètent les goûts et les changements stylistiques majeurs dans les arts figurés, avec en plus ici une dimension emblématique. L’étude de cas que nous proposons de présenter ici – celle du sceau de la même Jeanne de France, fille de Louis X le Hutin et de Marguerite de Bourgogne, que l’on nomme aussi Jeanne II de Navarre, pour la distinguer de son aïeule, Jeanne Ire de Navarre, comtesse de Champagne, femme de Philippe IV le Bel - va nous permettre de comprendre l’impact de l’enluminure de Jean Pucelle (vers 1319-1334) sur l’art sigillaire contemporain4.

  • 5 Paris, ANF, Trésor des chartes, Champagne, J 202, no 44 (et non no 40, comme indiqué dans l’ouvrag (...)
  • 6 Le comté d’Angoulême était accompagné d’une rente de 15 000 livres, vite jugée trop faible par Jea (...)
  • 7 Cazelles, La société et la crise de la royauté.op. cit., p. 205-208.
  • 8 Pampelune, Archivo general de Navarra, I-898 caj. 6.97 (1329), voir F. MenéndezPidal de Navascués,(...)
  • 9 Sceau : entre deux grènetis, chacun d’entre eux flanqué de deux minces filets, ioh(ann)a : regis : (...)
  • 10 . Je remercie Jean-Luc Chassel pour m’avoir éclairé sur le sens de lecture des écus et son interpré (...)

2L’empreinte originale conservée aux Archives nationales (ill. 3a-b), avec au revers le contre-sceau (ill. 1), est appendue au fameux acte de 1336 par lequel Jeanne et son époux Philippe d’Évreux renoncent définitivement à la Champagne et à la Brie5. Cette renonciation définitive aura pris presque vingt ans. Née en 1312, Jeanne avait été privée de ses droits à la couronne de France et à celle de Navarre, après les morts successives, en 1315 et 1316, de ses parents, Marguerite de Bourgogne et Louis X, et de son demi-frère Jean le Posthume. En 1318, elle recevait de Philippe V, par traité, le comté d’Angoulême contre la Champagne6 et épousait la même année son cousin Philippe, futur comte d’Évreux (1319). En 1328, le roi Philippe VI lui rendait la couronne de Navarre en échange de la renonciation à ses droits sur celle de France et de l’abandon des comtés de Champagne et de Brie au domaine royal7. Le 5 mars 1329, Jeanne et Philippe d’Évreux étaient couronnés à Pampelune. C’est de cette année-là que date l’empreinte la plus ancienne du grand sceau, conservée aux Archives de Navarre8. Sa légende précise que Jeanne est fille de roi, reine de Navarre, comtesse d’Angoulême et d’Évreux, et celle du contre-sceau, reine de Navarre et comtesse d’Évreux9. L’affirmation de la patrilinéarité est confirmé, par ailleurs, par les quatre écus armoriés qui doivent être lus comme s’ils étaient rangés dans un écartelé héraldique. Les quartiers d’honneur (1 et 4) affirment la primauté patrilinéaire sur l’alliance (2 et 3)10. En effet, l’écu en haut à gauche porte parti de France et Navarre, qui furent les armoiries de Louis X, et celui du bas à droite, les armes de Navarre ; l’écu en haut à droite est parti d’Évreux et de Navarre ; enfin le dernier en bas à gauche porte les armes d’Évreux.

  • 11 L’empreinte du premier est appendue à un document de 1344, et celle du second à un autre de 1345, (...)

3Théoriquement, la matrice aurait pu être gravée bien avant 1329, puisque, d’une part, Jeanne était comtesse d’Angoulême et d’Évreux depuis 1318 et, de l’autre, elle était par naissance, après la mort de son père, reine de Navarre, même si le titre avait été confisqué par les deux frères de Louis X qui se sont succédé sur le trône entre 1316 et 1328. Cependant, le style de la gravure interdit une datation vers 1318-1320, avant le voyage italien de Pucelle, comme nous le verrons. Cela laisse supposer que Jeanne a très certainement eu un premier sceau, aujourd’hui disparu. Elle a, un peu plus tard, possédé deux petits sceaux dont on conserve encore des empreintes, décrites très récemment par Marie-Adélaïde Nielen11. Leur type et leur style les rattachent à la production des années 1340.

4Jeanne est représentée portant couronne et tenant un sceptre, debout sous un dais à trois arcatures brisées. Ce dais est coiffé d’une tourelle ornée de pinacles, gables et arcs-boutants. Quatre loggias sur deux niveaux encadrent la travée centrale. Les loggias inférieures, en oriel, s’ouvrent par deux arcades en pleine cintre placées en diagonale et coiffées d’une toiture couverte de tuileaux en écailles. Les loggias supérieures, ouvertes par une arcade brisée couronnée d’un gable aigu, sont en retrait et couvertes d’une plateforme crénelée triangulaire (ill. 3). À l’intérieur de ces loggias, ont pris place six jeunes filles porteuses d’écus, que l’on a confondu jusqu’à présent avec des angelots. Cependant, l’absence d’ailes, les petits seins pointant sous la robe et le type de coiffure ne peuvent tromper sur la nature réelle de ces six figures juvéniles.

  • 12 F. Baron, « Les statuettes de la chapelle dite ‘de Navarre’ à Notre-Dame de Mantes », Bulletin de (...)

5Malgré une certaine usure de l’empreinte, la figure féminine centrale, par sa facture, renforce l’hypothèse d’une gravure au plus tard vers 1329. En effet, par le canon allongé, le fort déhanchement et la pose, cette image s’inscrit dans une courte série de sceaux prestigieux déjà anciens, datables entre 1285 et 1303, mais dont les sigillantes sont liées de très près à la nouvelle dynastie royale des Capétiens-Valois. Les premiers appartiennent à deux reines de Sicile et de Jérusalem, Marie, reine de Hongrie, et Marguerite de Bourgogne, comtesse de Tonnerre et grand-tante de Jeanne, morte en 1308 (ill. 4) ; le troisième à Catherine de Courtenay, impératrice de Constantinople, deuxième femme de Charles de Valois, père du roi Philippe VI (ill. 5). En revanche, le canon plus court et la silhouette plus épaisse, d’une part, et le style graphique des drapés, le jeu souple et creusé des plis larges et plats, de l’autre, trouvent des correspondances dans la sculpture contemporaine. C’est par exemple le gisant de la reine Clémence de Hongrie, morte en 1328 (ill. 6), ou encore deux statuettes de donatrices, l’une de Jeanne de France elle-même, et l’autre de la reine Marie de Brabant, toutes deux conservées dans la chapelle dite « de Navarre » à la collégiale de Mantes (ill. 7). Jeanne, qui était comtesse de Mantes par son mariage, avait obtenu la protection de la reine douairière, grand-mère de son époux, morte en 1321. Ainsi, peu après 1328, avait-elle assuré l’achèvement des travaux de la chapelle fondée en 1312 par Marie de Brabant et appelée tardivement chapelle de Navarre. C’est à cette occasion que furent commandées les effigies des deux reines, destinées à orner la clôture de la chapelle12.

  • 13 La France de saint Louis, catalogue d’exposition (collectif), Paris, 1970, p. 34-35, cat. 29 ; P. (...)
  • 14 Le but de la jeune reine était sans doute de faire de son sceau le pendant du premier sceau de maj (...)
  • 15 M. Gil, « Sceaux de reines et de princesses de France à l’époque gothique (XIIIe-XIVe siècle) : La (...)
  • 16 Par exemple les vitraux légendaires de Saint Louis ou d’Édouard le confesseur de la Trinité de Féc (...)
  • 17 R. Recht (dir.), Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, catalogue d’exposition (Strasbourg, Mus (...)
  • 18 Par exemple, Cambrai, Bibliothèque municipale, ms. 153, Missel à l’usage de Cambrai, (début du XIV(...)
  • 19 P. Lorentz, « Pour une évaluation de Paris comme foyer artistique (XIIIe-XVe siècles) », dans M.-C (...)
  • 20 A. von Euw, « L’enluminure », dans Huchard et alii, Un trésor gothique..., cat. cit., p. 267 ; D. (...)

6En soi, l’iconographie sigillaire d’une figure féminine royale debout sous arcade n’est pas nouvelle. C’est le sceau de la reine Marguerite de Provence13 qui inaugure le thème un siècle plus tôt, sous l’influence probable de l’iconographie mariale de la Sedes sapientiae sous baldaquin ou des figures des vierges sages des portails gothiques, lui conférant ainsi une valeur symbolique14. Très rapidement on passe d’une simple arcade à une niche de structure plus complexe, devenue au tournant du siècle une véritable micro-architecture. Celle-ci s’inscrit parfaitement dans le contexte artistique de l’architecture rayonnante contemporaine dont témoignent également les arts précieux et le nouvel art funéraire des tombeaux princiers15. Enfin, l’idée de couronner le dais central d’une superstructure architecturée apparaît au plus tard dans la seconde décennie du XIVe siècle – par exemple le sceau de la reine Clémence de Hongrie (1315-1317) –, en parallèle d’ailleurs avec ce que l’on observe dans le vitrail contemporain où les figures sont surmontées d’architectures de plus en plus fantastiques, sans recherche cependant de profondeur ni de perspective16. Il faut y voir l’influence, d’une part, des dessins d’architecture géométraux qui se multiplient depuis le milieu du XIIIe siècle17 et, de l’autre, de la peinture de manuscrits, en particulier les images des manuscrits liturgiques de la région picardo-artésienne18. On sait que la capitale française accueillait des enlumineurs septentrionaux19 et que plusieurs orfèvres parisiens, certains également graveurs de sceaux, qui travaillaient pour la cour de Philippe IV le Bel et de ses fils ou pour les comtes d’Artois, de Flandre et de Hainaut, étaient originaires du nord de la France : Arras, Fille, Fens ou Tournai20.

  • 21 M. Pastoureau, « L’effervescence emblématique et les origines héraldiques du portrait au XIV siècl (...)
  • 22 À identifier peut-être avec Richard de Verdun, le gendre de Maître Honoré, cf. J. Diamond Udovitch (...)
  • 23 Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 284-286, cat. 230-231.
  • 24 M. Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, Paris, 1997 (pr l’éd. fr.), p.  (...)
  • 25 Paris, BnF, ms. fr. 146, f. 36v, cf. Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 285-286, cat. 231, a (...)
  • 26 Les Fastes du gothique..., cat. cit., p. 289-291, cat. 235-237.

7Cependant, par la volonté de créer une structure architecturale tridimensionnelle, habitée de petites figures féminines porteuses d’écus, le sceau de la reine de Navarre rompt avec l’iconographie sigillaire antérieure des reines de France (ill. 8). Cette image nouvelle, qui participe de l’effervescence emblématique du XIVe siècle par la multiplication des supports d’armoiries21, n’aurait pu naître sans l’apport majeur de l’art de Jean Pucelle. Certes, d’autres enlumineurs parisiens contemporains, tels le Maître de la Bible de Jean Papeleu22 ou le Maître du Fauvel23, ont créé des miniatures dans lesquelles une figure centrale prend place dans une architecture à niches superposées occupées par des anges ou divers personnages (ill. 9). Par ailleurs, des précédents existent dans la sculpture, comme ce relief du portail Saint-Étienne de Notre-Dame de Paris, datant de vers 1260, montrant des Parisiens aux fenêtres de leurs maisons, assistant à la punition d’une femme de mauvaise vie24. Cependant, ces édicules sculptés en relief ne sont pas intégrés à la scène principale isolée dans un quadrilobe. Vers 1320, le Maître du Roman de Fauvel ne va pas plus loin en définitive que le sculpteur du XIIIe siècle quand il nous montre, dans son œuvre éponyme, des spectateurs à leur fenêtre regardant le défilé du Charivari25. Comme l’a remarqué François Avril en 1981, si dès le début des années 1320 Jean Pucelle fait des émules travaillant dans son orbite, aucun ne se montre très préoccupé par la représentation de l’espace à trois dimensions26.

  • 27 K. Morand, Jean Pucelle, Oxford, 1962 ; M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry : t (...)
  • 28 P.-Y. Le Pogam, « La matrice du grand sceau de l’Hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins par Jean Pucel (...)
  • 29 F. Baron, « Enlumineurs, peintres et sculpteurs parisiens des XIVe et XVe siècles d’après les arch (...)
  • 30 Rome, Bibl. vaticane, ms. Cod. Urb. Lat. 603, cf. Morand, Jean Pucelle..., op. cit., p. 47-48, no (...)
  • 31 En dernier lieu, Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 81-83 ; M. Pippal, « Die Maestà (...)
  • 32 Paris, BnF, ms lat. 10 483-10 484, cf. Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 70-87, no (...)
  • 33 Paris, BnF, ms lat. 11 935, cf. Avril, dans L'art au temps des rois maudits..., cat. cit., p. 290- (...)
  • 34 New York, The Metropolitan Museum of Art, The Cloisters Collection, Acc. 54.1.2, cf Avril, dans Ba (...)
  • 35 Paris, BnF, ms n.a.fr. 24 541, vers 1330-1335, cf. Avril, dans Les Fastes du Gothique..., cat. cit (...)

8Au moment où Jeanne de France devient reine de Navarre, Pucelle est un artiste reconnu depuis une dizaine d’années au moins27. Entre 1319 et 1324, il est payé pour le dessin préparatoire au grand sceau de l'hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins28, institution soutenue par la famille royale, en particulier la reine Jeanne de Bourgogne, femme de Philippe V le Long, la mère de celle-ci, Mahaut d’Artois, puis Charles IV et sa femme Jeanne d’Évreux, ainsi que Charles de Valois, le père de Philippe VI29. Vers cette époque, l’artiste participe à l’illustration d’un bréviaire franciscain destiné à Blanche de France, une des filles de Philippe V ; un manuscrit dans lequel Pucelle se démarque justement de ses collaborateurs par son intérêt précoce pour les problèmes d’évocation de l’espace30. Après un voyage en Toscane que l’on situe vers 1322 au plus tard31, il exécute trois œuvres fondamentales pour la peinture française du XIVe siècle, dans lesquelles il intègre les innovations picturales toscanes et en particulier siennoises : le Bréviaire dit de Belleville, datable entre 1323 et 132632, la Bible de Billyng, achevée en avril 132733, et enfin, entre 1325 et 1328, les Heures de Jeanne d’Évreux34 Il continue à travailler pour la famille royale jusqu’à son décès survenu vers 1334. Ainsi, il a le temps d’achever, avec son atelier, l’illustration d’un exemplaire des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci pour la reine Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI35.

  • 36 L. Freeman Sandler, « Jean Pucelle and the Lost Miniatures of the Belleville Breviary », The Art B (...)
  • 37 Paris, BnF, m. n.a.lat. 3145, vers 1336 ? cf. Avril, dans Les Fastes du Gothique..., cat. cit., p. (...)
  • 38 Sur Jean Le Noir, en dernier lieu, F. Avril, « Jean Le Noir », dans F. Avril, L. Dunlop ET B. Yapp (...)

9Les peintures du livre d’heures royal et certaines scènes marginales du calendrier du Bréviaire de Belleville permettent de comprendre comment a été élaboré le dessin préparatoire à la matrice du sceau de Jeanne de Navarre. Le calendrier, unique par son iconographie très savante, est malheureusement très mutilé36, mais heureusement pour nous, il a rapidement servi de modèle à celui du propre livre d’heures de la reine de Navarre, enluminé principalement par Jean Le Noir, vers 133637. Ce disciple de Pucelle, indépendant dès 1332, fut en possession des carnets de modèles du maître très tôt après la mort de ce dernier38.

10Le dessin du sceau a été composé à partir d’une construction géométrique rigoureuse, même si la perspective est encore incertaine. La niche centrale monumentale, placée de face, est encadrée de deux travées symétriques placées en diagonale, dans une vue en plongée (ill. 3). Les obliques qui construisent les niches et les terrasses triangulaires sommitales se croisent sur un axe de symétrie vertical, passant par le fleuron central de la couronne de la reine. Le croisement des obliques au centre détermine à la fois le canon de la figure, les proportions des différentes parties du corps, la position de la tête, vue de trois-quarts face, ainsi que le désaxement vers la droite du buste et du bassin (ill. 10).

  • 39 Avril, L’enluminure du XIVe siècle..., op. cit., pl. 9.
  • 40 Ibidem, pl. 3.

11Dans une miniature du cycle de saint Louis des Heures de Jeanne d’Evreux, au folio 124r, Pucelle combine, de façon similaire, différents points de vue d’une même architecture39. Par ailleurs, le même schéma de construction en perspective, avec axe de symétrie vertical et loggia latérale, est utilisé dans une des scènes marginales du mois de novembre du calendrier du Bréviaire de Belleville (ill. 11). De plus le détail de la terrasse crénelée triangulaire, placée en angle, se retrouve sur le feuillet du mois d’août, disparu aujourd’hui, mais dont on garde le souvenir dans le calendrier des Heures de Jeanne de Navarre (ill. 12). Surtout, les jeunes filles peuplant niches et loggias sont les sœurs des anges qui assistent à l'Annonciation des Heures de Jeanne d’Évreux40, et plus encore de ceux que Jean Le Noir dispose au-dessus de la même scène dans les Heures de Jeanne de Navarre, avec le détail de l’ange passant derrière la colonnette d’angle (ill. 13).

  • 41 Londres, British Library, ms Yates Thompson 13, f. 60, cf. A. Rudloff Stanton, The Queen Mary Psal (...)
  • 42 Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 87, fig. 39.
  • 43 Stanton, The Queen Mary Psalter..., op. cit., p. 199.
  • 44 Sceau en navette (95 mm), appendu à l’acte de fondation du collège d’Autun (Paris, rue Saint-André (...)
  • 45 En dernier lieu K. Gould, « Jean Pucelle and the Northern Gothic Art : New Evidence from Strasbour (...)
  • 46 Sceau en navette (115 mm), appendu au contrat de mariage de Philippe, fils du duc de Bourgogne, av (...)

12Paradoxalement, c’est dans l’Annonciation d’un livre d’heures exécuté à Londres, vers 1327-1330, sans doute pour Isabelle de France, reine d’Angleterre, que le sceau de la reine de Navarre trouve un écho contemporain (ill. 14)41. La miniature anglaise, qui est une interprétation un peu plate des Annonciations du Bréviaire de Belleville42 et des Heures de Jeanne d’Évreux, suggère des liens étroits avec le milieu des enlumineurs parisiens (ill. 9)43. C’est dans ce milieu même, que l’évêque d’Autun Pierre Bertrand commanda, vers 1332, la nouvelle matrice de son sceau de cardinal, prenant comme modèle le sceau de Jeanne II de Navarre (ill. 15)44. Fin diplomate, proche à la fois des papes avignonnais et du roi Philippe VI, cet ecclésiastique avait été le chancelier de la reine Jeanne de Bourgogne, femme de Philippe V, puis l’un de ses exécuteurs testamentaires en 1329. Le graveur ou l’auteur du dessin préparatoire s’est visiblement inspiré du sceau de la reine de Navarre, en amplifiant le thème des figures dans des niches superposées, qu’il intègre au type ecclésiastique classique où le sigillant est agenouillé sous une arcade, au pied de la figure sainte. Il a cependant approfondi l’illusionnisme spatial en couvrant les niches et les loggias de voûtes d’ogives, vues da sotto in su, et en perçant leur fond de fenêtres à réseaux. Cette nouveauté illusionniste se retrouve à la même époque dans les vitraux de la fenêtre sud du narthex de la cathédrale de Strasbourg (v. 1325-1340), pour lesquels les chercheurs ont souligné depuis longtemps les liens étroits des compositions avec l’art pucellien45. Enfin, au milieu du siècle, c’était la nièce de la reine de Navarre, Jeanne de Boulogne, devenue reine de France en août 1350 en épousant Jean II le Bon, qui s’inspirait directement du sceau de sa tante récemment décédée pour sa propre matrice46.

  • 47 T.A. Heslop, dans J. Alexander et P. Binski (éd.), Age of Chilvary. Art in Plantagenet England 120 (...)
  • 48 D. Gaborit-Chopin, « Les collections d’orfèvrerie des princes français au milieu du XIVe siècle d’ (...)
  • 49 Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 236-238, cat. 191.
  • 50 Paris 1400. Les arts sous Charles VI..., cat. cit., p. 167-169, cat. 88.

13Le sceau de Jeanne II de Navarre, qui n’aurait pu voir le jour sans l’apport pucellien, est ainsi le témoin le plus ancien d’un changement radical, à partir des années 1329-1330, dans la conception des sceaux princiers et du haut clergé français et européens, à l’exemple du second sceau de Richard de Bury, évêque de Durham, dont la matrice, probablement exécutée en France en 1334-133547 (ill. 16), est une synthèse monumentale du sceau de Jeanne et de celui du cardinal Bertrand. Mis au service d’un art sur-emblématisé, ce changement est marqué, d’une part, par un intérêt nouveau pour la troisième dimension et, de l’autre, par l’adoption d’une structure architecturale complexe, à étages et à niches superposées. Ce type de construction illusionniste préfigure les pièces d’orfèvrerie monumentales « en façon de maçonnerie » de la seconde moitié et de la fin du XIVe siècle48, comme la Fontaine de table du Musée de Cleveland49 ou le Tableau de la Trinité du musée du Louvre50.

Illustrations

Ill. 1 - Contre-sceau de Jeanne de France, reine de Navarre, (Empreinte de 1336). Paris, AN, J 212 no 44.

Ill. 2 - Chasse de Sainte Gertrude, médaillon d’un des tympans, émail de plique (Paris, v. 1290). Nivelles, Trésor de la collégiale Sainte-Gertrude.

Ill. 3a-b - Sceau de Jeanne de France, reine de Navarre (Empreinte del336), vue de face (3a) et rasante (3b). Paris, AN, J 212 no 44.

Ill. 4 - Sceau de Marguerite de Bourgogne (Empreinte de 1292), veuve en 1285 de Charles I er d’Anjou, roi de Jérusalem et de Sicile. Paris, AN, sc/D 11766 (moulage).

Ill. 5 - Sceau de Catherine de Courtenay, impératrice de Constantinople (Empreinte de 1303), 2 e femme de Charles I er de Valois. Paris, AN, sc/D 11830 (moulage).

Ill. 6 - Gisant de Clémence de Hongrie (vers 1328). Saint-Denis, cathédrale.

Ill. 7 - Effigies de Jeanne de France, reine de Navarre (gauche), et de Marie de Brabant, reine de France (droite), vers 1328. Mantes-la-Ville, église Notre-Dame, chapelle dite de Navarre.

Ill. 8 - Sceau de la reine Jeanne d’Evreux (Empreinte de 1349), 3 e femme de Charles IV. Paris, AN, sc/D. 161 (moulage).

Ill. 9 - Bible historiale de Guiard des Moulins, (Paris, vers 1320-1330). Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 8, f. 1, détail du frontispice.

Ill. 10 - Schema de construction du sceau de Jeanne de France, reine de Navarre.

Ill. 11 - Jean Pucelle, Bréviaire de Belleville. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. 10483, f° 6, le mois de Novembre, détail de la marge supérieure.

Ill. 12 - Jean le Noir, Heures de Jeanne de France, reine de Navarre Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. n. a. lat. 3145, f° 7, le mois d’août, détail de la marge supérieure.

Ill. 13 - Jean le noir, Heures de Jeanne II de France, reine de Navarre. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. n. a. lat. 3145, f° 39r, Annonciation.

Ill. 14 - Heures Taymouth. Londres, British Library, Ms. Yates Thompson 13, f. 60, Annonciation.

Ill. 15 - Sceau de Pierre Bertrand, Cardinal de Saint-Clément (Empreinte de 1341). Paris, AN, M. 80 no 1.2.

Ill. 16 - Second sceau de Richard de Bury, évêque de Durham (Empreinte de ca. 1334-1335). Durham, The Dean and Chapter of Durham, no 3.9 Pont 6a.

Notes

1 En 1218, Walter de Ripa, orfèvre, est payé pour la gravure du premier grand sceau du roi Henri III, cf. P.D.A. Harvey et A. McGuinness, A Guide to British Medieval Seals, Londres, 1996, p. 15. Voir sur cette question, H.S. Kingsford, « Some Medieval Seal-Engravers », Archaeological-Journal, 97, 1940, p. 156-180 ; J. Cherry, Goldsmith, Londres, 1992, p. 12,43.

2 J. Viard (éd.), Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, 1917, Collection, Documents inédits sur l’histoire de France, série in 4°, col. 106, no 487 (mai 1322), Guillaume Julien ; col. 908, no 5452 (juin 1324), les frères Pierre et Jean de Montpellier pour les sceaux de Charles IV, lors de son avènement ; col. 1298, no 7921 (juin 1325), Jean de Tournai, graveur du grand sceau de Charles IV.

3 D. Gaborit-Chopin, dans D. Gaborit-Chopin et alii, L’art au temps des rois maudits. Philippe le Bel et ses fils 1285-1328, catalogue d’exposition (Paris, Grand-Palais), Paris, 1998, p. 180, 189-190, 206-217.

4 L. Douët dArcq, Collection des sceaux [des Archives de l’Empire], 3 vol., Paris, 1863-1868., III, p. 464, no 11386 (moulage ANF, sc/D 11 386). J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne médiévale, catalogue d’exposition (Joinville, Troyes, Châlons, Reims, Château-Thierry, 2003-2005), Paris, 2003, p. 50, fig. 41.

5 Paris, ANF, Trésor des chartes, Champagne, J 202, no 44 (et non no 40, comme indiqué dans l’ouvrage de Douët d’Arcq), Vincennes, juillet 1336 : sceau en navette de cire rouge (85 mm) sur lacs de soie rouge et verte. Merci à Ghislain Brunei pour avoir eu la gentillesse de vérifier la cote et le contenu du document, ainsi que pour nous avoir signalé une autre empreinte, encore accompagnée du sceau de Philippe d’Évreux, appendue à une copie du même acte (mêmes lieu et date), charte J 202, no 42 ; cire rouge pour les deux sceaux sur lacs de soie rouge et verte. Cette deuxième empreinte comporte plus de manques dans la figure et la légende.

6 Le comté d’Angoulême était accompagné d’une rente de 15 000 livres, vite jugée trop faible par Jeanne et son époux Philippe d’Évreux, cf. P. Le Brasseur, Histoire civile et ecclésiastique du comté d’Evreux, Paris, 1722, Preuves, p. 34-38, en particulier p. 35. Cette donation est confirmée et augmentée par Charles IV en 1325 puis 1327, cf. ibidem, p. 46 (1325),48-49 (1327) ; R. Cazelles, La société et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, p. 206.

7 Cazelles, La société et la crise de la royauté.op. cit., p. 205-208.

8 Pampelune, Archivo general de Navarra, I-898 caj. 6.97 (1329), voir F. MenéndezPidal de Navascués, Sellos medievales de Navarra. Estudio y corpus descriptive, Pamplona, 1995, no 1/51 ; M.-A. Nielen, Corpus des sceaux français du Moyen Age. T. III, Les sceaux des reines et des enfants de France, Paris (à paraître), no 96. Mes plus vifs remerciements à MarieAdélaïde Nielen pour m’avoir communiqué, avant parution, la notice qu'elle consacre aux sceaux de Jeanne II de Navarre et m’avoir autorisé à en faire état (courriels du 10 mars 2010).

9 Sceau : entre deux grènetis, chacun d’entre eux flanqué de deux minces filets, ioh(ann)a : regis : francie : filia : [deigr(aci)a] r[egin]a/nava[rre : ebroycen(sis) : (et) : a(n)g] olismen(sis) : co(m)itissa ; pour la restitution complète de la légende, voir, MenéndezPidal, no 1/51. Contre-sceau : entre un grènetis souligné d’un mince filet extérieur et un filet, +(con)tra : s’ioh(ann)e : regine : navarre :co(m)itisse : ebroycen(sis) », cf. Nielen, Corpus... Les sceaux de reines..., op. cit., no 96bis.

10 . Je remercie Jean-Luc Chassel pour m’avoir éclairé sur le sens de lecture des écus et son interprétation.

11 L’empreinte du premier est appendue à un document de 1344, et celle du second à un autre de 1345, cf. Nielen, Corpus... Les sceaux de reines..., op. cit., nos 97-98.

12 F. Baron, « Les statuettes de la chapelle dite ‘de Navarre’ à Notre-Dame de Mantes », Bulletin de la Société Nationale des antiquaires de France, séance du 19 novembre, 1997, p. 266-274 ; eadem, dans L’art au temps des rois maudits..., cat. cit., p. 77-78, cat. 77.

13 La France de saint Louis, catalogue d’exposition (collectif), Paris, 1970, p. 34-35, cat. 29 ; P. Bony, Un siècle de sceaux figurés (1135-1235), Paris, 2002, p. 102-103, pl. LXXXV, fig. 560.

14 Le but de la jeune reine était sans doute de faire de son sceau le pendant du premier sceau de majesté de son époux Louis IX, mais également de se démarquer de sa belle-mère Blanche de Castille, en distinguant son sceau de celui de cette dernière. La figure sous arcade trouve des précédents au début du XIIIe siècle dans les sceaux de la famille anglo-normande des Beaumont-Leicester, revêtant pour Pierre Bony une dimension emblématique du parti des « teneurs de châteaux », en révolte contre le roi Jean sans Terre, voir R Bony, « Les sceaux des deux sœurs de Beaumont-Leicester, Amincie et Marguerite, au début du XIIIe siècle », Revue française d'héraldique et de sigillographie, 60-61, 1990-1991, p. 31-47 ; du même, Un siècle de sceaux..., op. cit., p. 89-90, et pl. LXX, fig. 470 et 471 ; M. GIL, « L’art sigillaire se prête-t-il à la production d’images allégoriques ? », dans C. Heck (éd.), L’allégorie dans l’art du Moyen Age. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations, actes du colloque du RILMA (Paris, 2010), Turnhout (à paraître en 2011).

15 M. Gil, « Sceaux de reines et de princesses de France à l’époque gothique (XIIIe-XIVe siècle) : La figure féminine dans une niche, essai de typologie », communication donnée lors de la journée d’étude organisée par Jacques Dubois (Utm-Framespa-Terrae) : La sculpture médiévale : questions et méthodes, Université Toulouse 2-Le Mirail, 4 avril 2008.

16 Par exemple les vitraux légendaires de Saint Louis ou d’Édouard le confesseur de la Trinité de Fécamp (vers 1310), les deux verrières des Saints Marcellin et Maurice (baie 7, v. 1310) de la cathédrale de Rouen ou les trois de la Crucifixion (v. 1395-1305) du chœur l’ancienne collégiale Saint-Pierre-ès-Liens de Mussy-sur-Seine en Champagne, cf. J. Lafond, « Le vitrail du XIVe siècle en France. Étude historique et descriptive », dans L. Lefrançois-Pillon et J. Lafond, L'art du XIV siècle en France. Paris, 1954, p. 189-190 et pl. XXXVIII, p. 200 et pl. XLII ; C. Lautier, « Les vitraux », dans L’art au temps des rois maudits..., cat. cit., p. 377-393, ici, p. 377, 379-380, fig. 1 et 5.

17 R. Recht (dir.), Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, catalogue d’exposition (Strasbourg, Musée d’art moderne), Strasbourg, 1989, p. 293-305.

18 Par exemple, Cambrai, Bibliothèque municipale, ms. 153, Missel à l’usage de Cambrai, (début du XIVe siècle), f. 112r, voir A. von Euw, « L’enluminure », dans V. Huchard et alii, Un trésor gothique. La châsse de Nivelles, catalogue d’exposition (Paris, Musée de Cluny), Paris, 1996, p. 261-274, ici p. 266-267, et cat. 51-53, p. 378-385.

19 P. Lorentz, « Pour une évaluation de Paris comme foyer artistique (XIIIe-XVe siècles) », dans M.-C. Chaudonneret (éd.), Les artistes étrangers à Paris de la fin du Moyen Âge aux années 1920, actes de journées d’études (Paris, 2005), Paris, 2007, p. 13-31, ici, p. 17-18 et 25-26.

20 A. von Euw, « L’enluminure », dans Huchard et alii, Un trésor gothique..., cat. cit., p. 267 ; D. Gaborit-Chopin, « Orfèvrerie, émaillerie », dans L’art au temps des rois maudits..., cat. cit., p. 179-183, ici p. 179-180 ; eadem, « Orfèvres et émailleurs parisiens au XIVe siècle », dans C. Arminjon et A. Erlande-Brandenburg (éd.), Les orfèvres français sous l’Ancien régime, actes de colloque (Nantes, 1 989), Paris, 1994, p. 29-35.

21 M. Pastoureau, « L’effervescence emblématique et les origines héraldiques du portrait au XIV siècle », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1985, séance du 29 mai, p. 108-115, ici, p. 109.

22 À identifier peut-être avec Richard de Verdun, le gendre de Maître Honoré, cf. J. Diamond Udovitch, The Papeleu Master : a Parisian Manuscript Illuminator of Early Fourtheenth Century, thèse (PhD), Institute of Fine Arts, New York University, 1979 ; F. Avril, L’enluminure du XIVe siècle à la cour de France, Paris, 1978, p. 11-12 ; du même, dans F. Baron et alii, Les fastes du gothique. le siècle de Charles V, catalogue d’exposition, Paris, 1981, p. 283-284, cat. 228-229.

23 Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 284-286, cat. 230-231.

24 M. Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, Paris, 1997 (pr l’éd. fr.), p. 188-189, ill. 72.

25 Paris, BnF, ms. fr. 146, f. 36v, cf. Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 285-286, cat. 231, avec ill.

26 Les Fastes du gothique..., cat. cit., p. 289-291, cat. 235-237.

27 K. Morand, Jean Pucelle, Oxford, 1962 ; M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry : the Late Fourteenth Century and the Patronage of the Duke, 2 vol. , Londres-New York, 1967, I, p. 19 et s. ; Avril, L’enluminure du XIVe siècle, op. cit., p. 14-21 ; C. Sterling, La peinture médiévale à Paris 1300-1500,I, Paris, 1987, p. 67-103 ; K. Pyun et A. Russakoff (éd.), Jean Pucelle, a Medieval Artist : Innovation and Collaboration in Manuscript Painting, Turnhout (à paraître en 2011).

28 P.-Y. Le Pogam, « La matrice du grand sceau de l’Hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins par Jean Pucelle », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, séance du 19 janvier 1994, p. 33-49 ; M. GIL, « Jean Pucelle and the Parisian Seals-Engravers and Goldsmiths », dans Pyun et Russakoff (éd.), Jean Pucelle, a Medieval Artist..., op. cit.

29 F. Baron, « Enlumineurs, peintres et sculpteurs parisiens des XIVe et XVe siècles d’après les archives de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 6, 1970, p. 78-115, ici, p. 79.

30 Rome, Bibl. vaticane, ms. Cod. Urb. Lat. 603, cf. Morand, Jean Pucelle..., op. cit., p. 47-48, no 13, pl. III, XXXIc, XXXIIc ; Avril, L’enluminure du XIVe siècle..., op. cit., p. 17-18, ill. III ; Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 80-81.

31 En dernier lieu, Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 81-83 ; M. Pippal, « Die Maestà von Massa Marittima und Pucelles ‘italienische reise’zur frage des künstlerischen austausches zwischen Paris und Siena im zweiten jahrzehnt des 14. jahrhunderts », Wiener Jahrbuchfür künstgeschichte, vol. 46/47, 1993/94, p. 557-568 ; V. M. Schmidt, « Northern artists and Italian art during the late Middle Ages : Jean Pucelle and the Limbourg brothers reconsidered », dans V. M. Schmidt, G. J. van der Sman, M. Vecchi, J. VAN Waadenoijen (éd.), Italy and the Low Countries. Artistic Relations : the Fifteenth Century, Florence, 1999, p. 21-38, ici p. 21-28.

32 Paris, BnF, ms lat. 10 483-10 484, cf. Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 70-87, no 9.

33 Paris, BnF, ms lat. 11 935, cf. Avril, dans L'art au temps des rois maudits..., cat. cit., p. 290-291, cat. 195.

34 New York, The Metropolitan Museum of Art, The Cloisters Collection, Acc. 54.1.2, cf Avril, dans Baron et alii, Les Fastes du Gothique, cat. cit., p. 292-293, cat. 239, Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 88-99, no 10.

35 Paris, BnF, ms n.a.fr. 24 541, vers 1330-1335, cf. Avril, dans Les Fastes du Gothique..., cat. cit., p. 296, cat. 241 ; Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 101-103, no 11.

36 L. Freeman Sandler, « Jean Pucelle and the Lost Miniatures of the Belleville Breviary », The Art Bulletin, 66, 1984, p. 73-96.

37 Paris, BnF, m. n.a.lat. 3145, vers 1336 ? cf. Avril, dans Les Fastes du Gothique..., cat. cit., p. 312-314, cat. 265 ; Sterling, La peinture médiévale, op. cit., p. 104-107, no 12.

38 Sur Jean Le Noir, en dernier lieu, F. Avril, « Jean Le Noir », dans F. Avril, L. Dunlop ET B. Yapp, Les Petites Heures de Jean, duc de Berry : [fac-similé du manuscrit Latin 18014 conservé à la Bibliothèque nationale, Paris], Introduction au manuscrit lat. 18 014 de la Bibliothèque nationale, 2 vol. , Paris-Lucerne, 1989, vol. I, p. 96-109.

39 Avril, L’enluminure du XIVe siècle..., op. cit., pl. 9.

40 Ibidem, pl. 3.

41 Londres, British Library, ms Yates Thompson 13, f. 60, cf. A. Rudloff Stanton, The Queen Mary Psalter. A Study of Affect and Audience, Philadelphie, 2001, p. 196-204, fig. 77B ; eadem, « Isabelle of France and her Manuscripts », dans K. Nolan (éd.), Capetian Women, New York-Palgrave, 2003, p. 225-252, ici p. 229, 242-245.

42 Sterling, La peinture médiévale..., op. cit., p. 87, fig. 39.

43 Stanton, The Queen Mary Psalter..., op. cit., p. 199.

44 Sceau en navette (95 mm), appendu à l’acte de fondation du collège d’Autun (Paris, rue Saint-André-des-Arts), daté du château de Montsault, près d’Avignon, le 1er août 1341, Paris, ANF, série M. (moulage sc/D 6180) ; légende : sigillum petri dei gracia tituli sancti clementip(res)b(it)eri cardinalis.

45 En dernier lieu K. Gould, « Jean Pucelle and the Northern Gothic Art : New Evidence from Strasbourg Cathedral », The Art Bulletin, 74-1, mars 1992, p. 51-74, ici p. 65-71, fig. 19-22.

46 Sceau en navette (115 mm), appendu au contrat de mariage de Philippe, fils du duc de Bourgogne, avec Marguerite de France, comtesse de Flandre, 21 mars 1356, Paris, ANF, Trésor des chartes, J 250, no 11 (moulage ANF, sc/D 166).

47 T.A. Heslop, dans J. Alexander et P. Binski (éd.), Age of Chilvary. Art in Plantagenet England 1200-1400, catalogue d’exposition (Londres, Royal Academy of Art), Londres 1987, p. 496, cat. 675.

48 D. Gaborit-Chopin, « Les collections d’orfèvrerie des princes français au milieu du XIVe siècle d’après les comptes et inventaires », », dans (collectif) Art, objets d’art, collections. Etudes sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance, sur l’histoire du goût et des collections : hommage à Hubert Landais, Paris, 1987, p. 46-52 ; E. Taburet-Delahaye (dir.), Paris 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue d’exposition (Paris, Musée du Louvre), Paris, 2004, p. 165-166.

49 Les fastes du gothique..., cat. cit., p. 236-238, cat. 191.

50 Paris 1400. Les arts sous Charles VI..., cat. cit., p. 167-169, cat. 88.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Contre-sceau de Jeanne de France, reine de Navarre, (Empreinte de 1336). Paris, AN, J 212 no 44.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Ill. 2 - Chasse de Sainte Gertrude, médaillon d’un des tympans, émail de plique (Paris, v. 1290). Nivelles, Trésor de la collégiale Sainte-Gertrude.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Ill. 3a-b - Sceau de Jeanne de France, reine de Navarre (Empreinte del336), vue de face (3a) et rasante (3b). Paris, AN, J 212 no 44.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Ill. 4 - Sceau de Marguerite de Bourgogne (Empreinte de 1292), veuve en 1285 de Charles I er d’Anjou, roi de Jérusalem et de Sicile. Paris, AN, sc/D 11766 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Ill. 5 - Sceau de Catherine de Courtenay, impératrice de Constantinople (Empreinte de 1303), 2 e femme de Charles I er de Valois. Paris, AN, sc/D 11830 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Ill. 6 - Gisant de Clémence de Hongrie (vers 1328). Saint-Denis, cathédrale.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Ill. 7 - Effigies de Jeanne de France, reine de Navarre (gauche), et de Marie de Brabant, reine de France (droite), vers 1328. Mantes-la-Ville, église Notre-Dame, chapelle dite de Navarre.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Ill. 8 - Sceau de la reine Jeanne d’Evreux (Empreinte de 1349), 3 e femme de Charles IV. Paris, AN, sc/D. 161 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Ill. 9 - Bible historiale de Guiard des Moulins, (Paris, vers 1320-1330). Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 8, f. 1, détail du frontispice.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Ill. 10 - Schema de construction du sceau de Jeanne de France, reine de Navarre.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Ill. 11 - Jean Pucelle, Bréviaire de Belleville. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. 10483, f° 6, le mois de Novembre, détail de la marge supérieure.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Ill. 12 - Jean le Noir, Heures de Jeanne de France, reine de Navarre Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. n. a. lat. 3145, f° 7, le mois d’août, détail de la marge supérieure.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Ill. 13 - Jean le noir, Heures de Jeanne II de France, reine de Navarre. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. n. a. lat. 3145, f° 39r, Annonciation.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Ill. 14 - Heures Taymouth. Londres, British Library, Ms. Yates Thompson 13, f. 60, Annonciation.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Ill. 15 - Sceau de Pierre Bertrand, Cardinal de Saint-Clément (Empreinte de 1341). Paris, AN, M. 80 no 1.2.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Ill. 16 - Second sceau de Richard de Bury, évêque de Durham (Empreinte de ca. 1334-1335). Durham, The Dean and Chapter of Durham, no 3.9 Pont 6a.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2914/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art médiéval (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS, UMR 8529 IRHiS), est spécialiste des arts figurés et des métiers du livre. Il a publié le Catalogue des livres de dévotion manuscrits et imprimés (XIIe -XVIe siècles) de la Bibliothèque municipale de Lille (Villeneuve d’Ascq, 2006) et, avec Ludovic Nys, Saint-Omer gothique (Valenciennes, 2004). Collaborations récentes : co-commissariat, de l’exposition Matrices et empreintes. Le patrimoine historique et artistique du Nord, XLIe -XVIIIe siècle Lille, Palais des Beaux-Arts, 2008 ; plusieurs chapitres (peintures, sculptures) dans A. Magnien (dir.), Saint-Riquier, une grande abbaye bénédictine (Paris, 2009) ; « Jean Pucelle and the Parisian Seals-Engravers and Goldsmiths », dans K. Pyun, A. Russakoff (éd.), Jean Pucelle, a Medieval Artist : Innovation and collaboration in Manuscript Painting (Turnhout, à paraître).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540