Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

L’image au service des stratégies emblématiques: Élites seigneuriales et bourgeoises

Le sceau et la devise à la fin du Moyen Âge : une nouvelle identité sigillaire ?

L’exemple de la Navarre

Laurent Hablot

Texte intégral

1Vers le milieu du XIVe siècle, un nouveau système emblématique se développe dans les milieux de cours européens. Aux côtés des armoiries, des cimiers et des supports apparaissent de nouveaux signes destinés à identifier les puissants : les devises, composées d’un signe figuré (la devise stricto sensu), parfois associée, à une sentence, le mot, à des couleurs et à un monogramme. Le sceau constitue un des principaux vecteurs de ce qui peut être qualifié de nouvelle mode emblématique.

  • 1 M. Pastoureau, « Les sceaux », dans C. Prigent (dir.), Art et société en France au XVe siècle, Pari (...)

2L’intérêt de la sigillographie comme science auxiliaire de l’histoire est depuis longtemps confirmé. Abondamment conservés, les sceaux, à la fois objets et images, ont pour avantage de fournir des renseignements précis, datés et localisés. Leur usage par l’ensemble de la société médiévale, dans la totalité de l’Europe chrétienne, permet des études comparatives approfondies. Garantie de confiance, véritable signature, le sceau est la trace visible d’une personne et se doit d’intégrer des éléments d’identification qui situent l’individu dans un groupe social et familial ou qui attestent d’une fonction et d’une qualité. L’emblématique, quelle que soit sa forme, est donc depuis toujours associée à ce support. Beaucoup plus souple et moins conservateur que le type monétaire, le sceau évolue avec les modes et se situe parfois à l’origine des innovations artistiques. Du fait de son caractère mobile, ce support constitue un relais essentiel pour les nouvelles créations graphiques et emblématiques reprises plus tard sur des supports variés. Son déclin, amorcé, en France notamment, à partir du milieu du XVe siècle, concerne finalement moins les princes et les institutions que les personnes de qualité plus modeste qui ont désormais recours au notaire1. Son impact emblématique demeure donc relativement limité. Même si les graveurs de sceaux restent peu connus, ils appartiennent, pour les créations soignées qui nous concernent, au monde des orfèvres très au fait des modes en général et de celle des devises en particulier. Compte tenu de ces diverses qualités, le sceau va, progressivement mais très largement, intégrer les devises dans son décor et reste, jusqu’à la fin de notre période, une source essentielle pour la connaissance de ce système emblématique, ses mises en forme, sa diffusion et ses fonctions.

3Avant que la devise ne constitue un système emblématique à part entière, une phase de transition assez longue développe les signes extérieurs à l’écu, qualifiés ici d’éléments para-héraldiques, qui viennent compléter les armoiries. Mieux qu’aucune autre source, le sceau permet d’observer ces signes avant-coureurs de la devise, animaux, lettres, cimiers, intailles, figures semées, qui replacent cette emblématique nouvelle dans un système sémiologique à long terme et confirment que les devises ne sont pas une création ex-nihilo mais bien le fruit d’une lente évolution.

  • 2 Elément ornemental et emblématique composé du heaume et de ses ornements : lambrequins, tortil et c (...)
  • 3 M. Prinet, « L’origine du type de sceau à l’écu timbré », Bulletin de la société archéologique, 191 (...)

4Ce support souligne encore que la fonction de ces signes est de compléter le propos du blason. Le sceau armorié, bien que nominatif par sa légende et singularisé par le signe d’identité qui y figure, renvoie avant tout à la fonction et au lignage connectés à un espace sur lequel s’exercent des droits, plutôt qu’à la personne. C’est d’abord en tant que titulaire d’une charge que le sigillant valide tel ou tel acte au moyen d’une empreinte sur la cire. Cette priorité donnée à la fonction est progressivement corrigée par la multiplication des éléments emblématiques externes à l’écu ou à la figure principale (figure équestre ou prince en pied, en majesté) qui singularisent le discours iconographique. Ces signes se renouvellent à mesure que les modes en diffusent le modèle et en épuisent le sens : ainsi quand le sceau armorié est devenu un type courant qui ne distingue plus spécifiquement l’identité nobiliaire, le rôle du timbre2 devient essentiel pour insister sur l’identité chevaleresque du sigillant et le distinguer dans son lignage par l’usage d’un cimier singulier. A ce système de l’écu timbré, devenu à son tour un type sigillaire figé et partagé par tous3, s’ajoutent les supports ou tenants, figures emblématiques et symboliques portant l’écu, puis bientôt, exceptionnellement, les cris de guerre, plus couramment les chiffres – monogrammes composés de lettres –, les devises et les mots qui parsèment plus ou moins librement le champ du sceau et reflètent, aux côtés du sigillant-fonction désigné par son titre et ses armoiries, le sigillant-personne singularisé par ses propres emblèmes. Les sceaux à usage privé des Grands – signet et sceau du secret – se contentent d’ailleurs souvent de la seule emblématique nouvelle qui apparaît alors comme le véritable reflet de l’action personnelle. Le sceau fait donc figure de relais essentiel dans la construction du discours iconographique de l’identité.

  • 4 Une approche plus large de cette question a été ébauchée dans le cadre de ma thèse (Poitiers, 2001) (...)
  • 5 F. Menendez Pidal de Navascués, Heraldica medieval espanola. T. I : La casa real de Leon y Castilla (...)

5Faute de pouvoir suivre ici ces questions sur l’ensemble comparé du corpus sigillaire européen conservé4, les sceaux de membres de la maison de Navarre offriront un champ de recherche et d’analyse très pertinent pour cette approche. La Navarre est à cette période un carrefour d’influences. Liée à la cour française par ses origines et ses possessions normandes, elle se trouve également en contact avec le royaume d’Angleterre du fait de ses alliances politiques et du rôle stratégique de la place de Cherbourg tandis que son assise pyrénéenne la tourne vers l’espace ibérique. Les sceaux de ses rois, de ses princes et de ses seigneurs constituent donc un reflet précis des modes et des usages d’une grande partie des cours européennes entre le XIVe siècle et le début du XVIe siècle. Grâce à l’actuelle vitalité des travaux héraldiques, sigillographiques et historiques qui en éclairent la connaissance5, la Navarre reflète donc avec précision les données du problème.

Les figures para-héraldiques sur les sceaux de Navarre

  • 6 Menendez Pidal, Sellos, op. cit. (désormais Nav, sc/), no 1/3.

6Bien avant la naissance des armoiries, des figures pré-héraldiques décorent le sceau sans s’inscrire dans le cadre précis d’un écu, c’est le cas par exemple du contre-sceau employé par le roi Sanche VII de Navarre entre 1196 et 1214 et sur lequel figure un aigle éployé6. Quelques décennies plus tard, les empreintes conservées des sceaux des rois de Navarre permettent de saisir les prémices du renouvellement emblématique des derniers siècles du Moyen Âge. La richesse de leur création sigillaire tient d’ailleurs en partie de l’héritage champenois.

  • 7 Contre-sceau de Blanche de Navarre, comtesse de Champagne, veuve du comte Thibaud III (en 1210), ha (...)
  • 8 Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (en 1226). Une intaille (une Victoi (...)
  • 9 Contre-sceau armorial du second sceau de Thibaud IV. Armes de Champagne accostées d’une intaille et (...)
  • 10 Sceau de Marguerite de Bourbon (en 1255). Nav, sc/1/188.
  • 11 Contre-sceau de Thibaud IV de Champagne, roi de Navarre (en 1247). Diam 39 mm. Moulage, ANF, sc/D 1 (...)
  • 12 On le trouve par exemple sur un contre-sceau de 1369, où Jean Ier d’Armagnac porte le heaume cimé d (...)
  • 13 Sur les nuances de fonction entre ces différents signes écrits et sonores et leur utilisation dans (...)

7En effet, les comtes de Champagne se distinguent souvent de leurs contemporains par l’usage de sceaux à la décoration riche et originale. Dès le début du XIIIe siècle, ils recourent à des registres de signes variés qui prolongent très tôt le discours héraldique par d’autres éléments identitaires tels que la mention du cri, l’emploi d’intailles, la figuration de supports. C’est notamment le cas du célèbre cri de guerre « Passavant le meillor », qui apparaît la première fois sur le contre-sceau de Blanche de Navarre († 1229)7. Il se retrouve à l’identique en 1226, puis légèrement modifié, sur le contre-sceau du second et troisième sceau de Thibaud IV alias Thibaud Ier de Navarre († 1253)8, comte palatin de Champagne et de Brie, puis roi de Navarre, entre 1233 et 1251 : « Passe avant là Thiébaut9 (ill. 1). Il est encore présent sur le sceau armorial de son épouse Marguerite de Bourbon de 125510. Thibaud V (†270) le fait lui aussi figurer sur son contresceau11. Assez exceptionnelle, cette mention sigillaire du cri ne se retrouve que sur de très rares sceaux seigneuriaux12. Elle annonce l’apparition des mots emblématiques sur ce support une centaine d’années plus tard13.

  • 14 Nav, sc/1/5 (sceau équestre et intaille au centaure), 1/6 (contre-sceau avec la Victoire), 1/8 (con (...)
  • 15 Sceau des foires de Champagne et de Brie. Diam 67 mm. Moulage, ANF, sc/F 4891. Sur les intailles da (...)

8L’ajout d’empreintes d’intailles ou de camés antiques semble avoir été surtout le fait de Thibaud IV qui en décore son sceau équestre, ses contre-sceaux, ses signets14, mode qui se retrouve sur le sceau des foires de Champagne en 1267 émis par Thibaud V15.

  • 16 Face armoriale du sceau biface de Thibaud V, comte palatin de Champagne et de Brie. Diam. 101 mm. O (...)
  • 17 Nav, sc/1/15 (sceau secret équestre de Thibaud V, 1267).
  • 18 Nav, sc/1/12 (sceau biface de Thibaud V entre 1259 et 1270) et 1/16 (sceau équestre d’Henri, comte (...)

9Les ornements proprement para-héraldiques (cimier et support) se manifestent dans ce corpus dès le milieu du XIIIe siècle. Ainsi Thibaud V qui retient pour supports deux lions affrontés autour des armes de Champagne sur son sceau biface de roi de Navarre et de comte de Champagne (1257-1270)16 (ill. 2) et sème le champ de son sceau secret de molettes17. C’est encore sous son règne qu’apparaissent les premiers éléments de cimiers. Thibaud V adopte ainsi la couronne sur le sommet de son heaume cylindrique tandis que son frère Henri († 274), encore comte de Rosnay, retient comme cimier une bannière aux armes de Champagne avant d’adopter à son tour la couronne18.

L’apport des Capétiens

  • 19 M. Pastoureau, « Le roi des lis », dans M. Dalas, Corpus de sceaux français du Moyen Age. T. II : L (...)
  • 20 Sur le bestiaire des Capétiens voit M. Dalas, « Le bestiaire sigillaire des Capétiens au Moyen Âge  (...)
  • 21 Nav, sc/1/25 (Philippe, roi de Navarre entre 1284 et 1285), 1/31 (Philippe, roi de France, signet a (...)
  • 22 Nav, sc/1/32 (sceau Louis X le Hutin en 1304). Il sera imité dans cette pratique par sa belle-soeur (...)
  • 23 M. Dalas Corpus de sceauxfrançais du Moyen Age. T. II : Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1 (...)
  • 24 . Dal, no 100 et 100bis
  • 25 . Pour Louis X : Nav, sc/1/34 (en 1314-1315), et 1/376 (en 1316) ; pour Philippe V : Nav, sc 1/42 ( (...)

10Mais le grand essor dans ce domaine semble davantage être lié, après l’union en 1284 de Jeanne de Navarre et de Philippe le Bel, à la transmission du royaume aux Capétiens dont l’emblématique connaît un important renouvellement dans les dernières décennies du XIVe siècle. L’utilisation dynastique continue des armoiries aux lis, ou l’impossibilité de surbriser à l’infini celles des différentes branches, impose à ce lignage de trouver d’autres formules pour conserver leur caractère personnel aux armoiries de chaque membre. A mesure que les armes du roi deviennent davantage celles de sa fonction et celles de son royaume que son propre emblème, différentes catégories de signes se développent pour tenter de singulariser l’expression héraldique personnelle. Comme le relève M. Pastoureau, ce processus, d’abord timide en raison du potentiel religieux et politique de la fleur de lis qu’il convient d’exploiter au maximum, s’accélère très nettement après la canonisation de saint Louis en 129719. Ce nouvel atout dynastique et monarchique, en parallèle avec l’évolution des modes et des mentalités, libère véritablement les pratiques emblématiques des Capétiens qui puisent alors dans un registre plus large, exploitant notamment les figures du bestiaire, pour composer leurs cimiers et les supports de leurs armes aux lis20. Philippe le Bel, du vivant de son père, prolonge sur son sceau équestre l’usage du heaume couronné. Il introduit aussi celui du signet emblématique non armorial en adoptant un petit sceau au lion passant dans un trilobe21. Ses fils poursuivent ces innovations. Louis X († 1316) se conforme au goût nouveau pour la lettre en utilisant un sceau à son initiale L (ill. 3)22. Les modes de représentation changent avec les frères de ce dernier, qui se singularisent du lignage par des choix emblématiques personnels dans leurs cimiers, sans doute en lien avec leurs apanages. Philippe V le Long (†1322) fait représenter sur son sceau équestre et contre-sceau un cimier au griffon entre deux fanons et adopte le type à l’écu penché timbré, résumé de la figure équestre (ill. 4)23. Charles IV le Bel († 1328) quant à lui retient comme cimier un sagittaire entre deux fanons et deux lions pour supports24. Philippe le Long, alias Philippe II de Navarre, et Charles le Bel, alias Charles Ier, initient également d’originales compositions armoriales sur leurs contre-sceaux armoriaux où l’écu de France se pose sur une résille de chaînes pommelées évoquant les armes de Navarre25.

  • 26 Voir sur le sujet M.-L. Surget, « Les armes d’Évreux-Navarre dans les miniatures des Grandes chroni (...)

11Quand la couronne de Navarre se transmet par l’intermédiaire de Jeanne II († 1349), fille de Louis X, à la maison d’Évreux issue de Louis d’Évreux, fils de Philippe III le Hardi, les ornements extérieurs sont donc d’usage courant. Son époux, Philippe d’Évreux († 1343), alias Philippe III de Navarre, adopte sur son sceau biface de 1329-1340 – le premier sceau royal à porter les armes écartelées Évreux-Navarre26 – une représentation équestre très soignée, inspirée du grand sceau biface de Jacques Ier comme roi d’Aragon (sceau de majesté et titulature royale) et comte de Barcelone (sceau équestre et titulature comtale). Un même cimier – un lion assis dans un vol – se retrouve alors sur son heaume et sur la têtière de sa monture caparaçonnée. Le motif du cimier se fixe toutefois sur son second sceau et sur un sceau armorial du type à l’écu timbré – pour ce que permettent d’en connaître les empreintes conservées très détériorées – en une cuve peut-être armoriale que conserveront ses successeurs.

L’apparition des devises princières

  • 27 F. Menendez Pidal de Navascués, « Le deuxième sceau de majesté de Charles II de Navarre. Histoire d (...)

12Les premières devises proprement dites vont venir compléter ce discours sous le règne de Charles II († 1387). Ce souverain prolonge lui aussi les pratiques aragonaises et emploie, entre son avènement en 1349 et 1384, un sceau biface avec à l’avers un sceau de majesté et au revers un sceau équestre (ill. 5 et 6). Mais le sens du double sceau est ici perdu puisque les deux légendes le qualifient de roi27. Le sceau de majesté est d’ailleurs souvent validé par un contre-sceau et non plus par le sceau équestre. Au droit, le roi trône en majesté devant un dais et un pavillon aux armes. Deux éléments singuliers doivent être signalés : le type spécifique du trône et la présence du lévrier. Charles II repose en effet sur une chaise constituée de deux hommes sauvages s’appuyant sur des lions, figure qui n’est pas sans relation avec le trône aux aigles du sceau de Jean le Bon mais qui hérite aussi directement, avec un retard certain, des sceaux de Pierre IV d’Aragon et Jacques III de Majorque montrant eux aussi des hommes sauvages terrassant des lions. Deux lévriers courants, placés symétriquement au bord du dais sur le champ et distingués, tant par leur taille réduite hors des proportions des autres éléments que par leur position verticale, attirent le regard. Au revers apparaît une figure équestre aux armes (de type anglo-français id est vue côté droit du cavalier) sur laquelle Charles II adopte définitivement le cimier avec la cuve armoriée contenant un plumail de paon peut-être déjà retenu par Philippe III en 1340. Un lévrier, proportionné cette fois, court sous le cheval, à l’image des chiens courants que l’on peut observer sur certains sceaux équestre de chasse.

  • 28 Nav, sc/1/64.
  • 29 Nav, sc/1/67.
  • 30 Nav, sc/1/68.
  • 31 Nav, sc/
  • 32 Nav, sc/1/74.

13À ce grand sceau de majesté sont fréquemment apposés différents contresceaux dont celui connu entre 1355 et 1385 où se retrouvent, autour de l’écu, le lévrier assis et le lion associé à l’homme sauvage28. Parallèlement à ce scellement de prestige, Charles II utilise différents sceaux secrets : l’un entre 1358 et 1365 qui fait soutenir l’écu par un lévrier et un lion29, l’autre employé entre 1371 et 1386 fait apparaître deux lévriers couchés sous des guérites architecturées et un écu posé sur deux lions et surmonté par deux aigles butinant un lis30. Lévriers et hommes sauvages se retrouvent encore sur le premier sceau de grande absence (1361-1379)31. Entre 1385 et sa mort en 1387, Charles II adopte un nouveau grand sceau biface dont il confie la réalisation à un graveur strasbourgeois, Concelin Blanc, installé à Saragosse au service du roi d’Aragon, Pierre IV, beau-frère de Charles II. Seulement deux empreintes ont été conservées32. Elles montrent clairement l’influence aragonaise dans l’adoption d’un frontispice gothique retenu dans les sceaux des rois d’Aragon entre 1340 et 1390. Deux lévriers abrités sous des guérites veillent le prince en majesté.

14L’ensemble de ces empreintes, complétées par ses signets où apparaissent couronne, croissant et tau, souligne l’apparition de nouveaux registres de signes para-héraldiques plus ou moins signifiants et parfois occasionnels. Différentes sources, notamment comptables, viennent relayer la lecture de ces signes et permettent d’isoler ceux qui détiennent une véritable portée emblématique quand les autres se contentent d’une fonction symbolique.

  • 33 Les premières figures assimilables à des devises étaient apparues au début du XIVe siècle sur les s (...)
  • 34 Ainsi le duc Louis II de Bourbon († 1410) – qui emploie le cerf sur un sceau de 1367 (ANF, sc/B32), (...)
  • 35 On notera notamment la similitude entre le sceau équestre de Charles II et ceux de son beau-frère J (...)
  • 36 Nav, sc/1/226.
  • 37 Pour une analyse symbolique récente de cette figure voir Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy (...)

15Si l’aigle et l’homme sauvage remplissent un rôle difficile à déterminer mais intermédiaire entre le support héraldique et la devise, le lévrier peut assurément être interprété comme la devise de Charles II, c’est-à-dire une figure emblématique automatiquement associée à ce prince, lui servant de signe de reconnaissance et d’identité, supportant un discours symbolique reflet de ses propres aspirations et partageable avec ses fidèles. Son apparition sur le sceau est très précoce par rapport aux autres princes européens33 mais sa mise en forme spécifique, qui le distingue de tout support héraldique, fait du grand sceau de Charles II un prototype bientôt imité par ses parents, princes français34 ou bretons35. Ce lévrier est d’ailleurs partagé par ses sœurs Blanche, reine de France et Agnès, comtesse de Foix, sur leurs sceaux36. Peut-être inspiré par une proximité phonétique entre les termes Evreux et Lévrier-lebrel, il est un symbole de fidélité à son maître. Idée bien mal incarnée du point de vue de la vassalité due au roi de France mais qui reste une possible évocation des nouveaux liens qui unissent Charles II à ses partisans37 !

16Mais ce n’est véritablement qu’avec son fils Charles III que cette figure et le système emblématique et identitaire auquel elle se rattache prennent toute leur ampleur sigillaire et politique.

La diffusion du système, les sceaux de Charles III

  • 38 Nav, sc/1/76.
  • 39 Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit., p. 480.
  • 40 Nav, sc/1/77.
  • 41 Menendez Pidal, « Le deuxième sceau de majesté... », art. cit., p. 196.

17Le premier sceau connu de Charles, prince héritier de Navarre, daté de 1378, laisse déjà apparaître le lévrier38. C’est l’animal emblématique à travers lequel le roi se projette à son tour et se fait identifier comme en témoignent par exemple les dons de lévriers qui lui sont fait par ses alliées39. Cet animal se retrouve, avec l’aigle, sur un sceau du secret entre 1378 et 138740 et sur le grand sceau biface qu’à son avènement, Charles III reprend à son père et qui n’a que été réalisé que deux ans plus tôt41. Le roi le confie pourtant en 1387 à un orfèvre, Johanin Boneau, pour y « mettre différence ». Pour cent sous, l’artisan y ajoute des lettres KR sur les côtés en guise de « marque secrète » mais conserve la devise devenue signe dynastique.

  • 42 Nav, sc/1/78.
  • 43 Nav, sc/1/91.
  • 44 Nav, sc/1/92.
  • 45 Nav, sc/1/88.
  • 46 Nav, sc/1/140.
  • 47 Hablot, La devise, op. cit., « Devisier » en annexe, et Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy  (...)
  • 48 Nav, sc/1/173.

18Le lévrier occupe une place essentielle sur le grand sceau en pied où le prince est accosté par deux lévrier chargés, l’un de sa bannière aux armes, l'autre coiffé de son cimier au plumail42. Ce modèle est évidemment inspiré du grand sceau en pied de Jean de Berry où cygne et ours portent pareillement la panoplie militaire du prince. Cette figure emblématique, redevenu signe de fidélité au maître pour Charles III, tout dévoué à Charles VI, est progressivement complétée vers 1390 par d’autres devises : le nœud en trèfle, le châtaignier (feuille et fruit) et le mot « Bonne foy ». Cette sentence était apparue pour la première fois sous la forme bona fides sur un signet employé entre 1399 et 141743 et le nœud en trèfle était déjà observable sur un signet employé depuis 140544 et sur le contre-sceau du grand sceau en absence sous la forme d’un trèfle en bâton écôté45 (ill. 7). Le châtaignier, déjà visible – a priori sans fonction emblématique – sur le sceau royal pour la ville d’Estella dès 137646, ne se retrouve pas sur les sceaux royaux avant le règne de Blanche de Navarre mais de très nombreuses autres sources, y compris sigillaires, l’attestent comme devise de Charles III47. Lévrier et châtaignier apparaissent également dans le décor du grand sceau de la cour de Navarre48.

  • 49 Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit.

19Le châtaignier est le reflet probable d’une dévotion à l’immaculée Conception et du soutien à son dogme, encouragé par l’entourage franciscain et aragonais du roi, comme l’a récemment démontré Maria Narbona Carceles49. Le nœud en trèfle, peut-être inspiré d’un sceau de Jeanne de France, sa mère, est une évocation de la Trinité, officiellement fêtée depuis 1331 seulement et déjà évoquée dans la mutation héraldique des armes de France vers 1375. Le mot « Bonne foy », expression du concept de droit romain bona fides, s’associe parfaitement aux trois figures : la fidélité du lévrier, le foi en la conception immaculée de la Vierge ou dans le dogme nicéen.

  • 50 F. Menendez Pidal a relevé d’ailleurs un questionnement contemporain sur la capacité du sceau secre (...)

20Relayées par les productions artistiques du règne de Charles III, ces figures emblématiques se retrouvent partout depuis les palais du prince jusqu’au décor de son orfèvrerie en passant par les broderies des livrées de ses courtisans. À l’instar des devises des princes du temps, elles sont le reflet de son programme politique et de ses aspirations religieuses. A ce titre le prince qu’elles donnent à voir sur le sceau est bien plus dévoilé que ses prédécesseurs. Cette expression identitaire semble s’inscrire dans le processus de double corporalité appliqué aux souverains du temps et qui va de pair avec celui de la naissance de l’État. Une évolution qui transparaît dans le changement de dénomination du grand sceau devenu « grant sieillo de la Chancelleria » qui marque une distinction de plus en plus nette entre les sceaux des institutions et les sceaux personnels du roi50.

Les emblèmes du roi sur les sceaux des proches, parents, bâtards et officiers

  • 51 C’est par exemple le cas de la famille de Laire qui fourni cinq chambellans aux ducs d’Orléans et i (...)

21Ces signes identitaires qui désignent Charles III sont associés, via leurs sceaux, à l’emblématique des proches de la Couronne. Parents, bâtards, alliés ou fidèles qui lui sont attachés dans le cadre de son ordre du Lévrier blanc. Sans qu’il soit besoin de numerus clausus ou d’assemblées annuelle, les membres de cette confraternité aulique affichent, par le partage des devises du prince qu’ils servent, la fidélité qu’ils lui concèdent. Il n’est donc pas surprenant de retrouver sur les sceaux de plusieurs seigneurs navarrais lévriers, châtaignier et mot emblématique. Cette pratique n’est d’ailleurs pas propre à la Navarre. Au tournant du XIVe siècle, plusieurs sociétés chevaleresques concèdent ce privilège à leurs membres51.

  • 52 M. Narbona Carcèles, « Les bâtards royaux et la nouvelle noblesse en Navarre (fin XIVe-début XVe si (...)
  • 53 Menendez Pidal, « Le deuxième sceau de majesté... », art. cit., p. 196.
  • 54 Nav, sc/2/1321 (1392-1430).
  • 55 Nav, sc/2/1331 (1393-1404).
  • 56 Ramos Aguirre, « Cimeras, colores, divisas », art. cit., p. 370.
  • 57 Nav, sc/2/534.
  • 58 Godefroi, Nav, sc/1/252 (1412-1425), et Lancelot, 1/250 (1407-1414).
  • 59 Nav, sc/1/245 (1405).

22Cet usage se retrouve notamment sur les sceaux des bâtards de la maison de Navarre. À double titre, d’abord comme parents, membre du lignage, ensuite comme principaux officiers de la couronne et fidèles de Charles III, ils sont conduits à partager l’emblématique du roi. Maria Narbona Carceles a très récemment démontré le rôle joué par cette parenté illégitime dans la constitution d’une haute noblesse navarraise dotée d’offices de cour jusque là inexistants52. À la suite de concessions héraldiques attestées et de partages emblématiques plus tacites, les bâtards de Navarre sont progressivement assimilés par leurs armes et devises au lignage royal, bénéficiant parfois des mêmes artistes que leurs parents légitimes pour la gravure de leurs sceaux – ainsi le sceau de Charles de Beaumont aussi créé par Concelin Blanc en 138553. Leurs devises en revanche ne portent plus la même fonction identitaire et leur message ne vaut d’abord que dans la soumission honorable et la fidélité au prince. Ainsi, Beltran Enriquez de Laccara54, descendant d’Henri de Champagne et d’une dame de Laccara, chambellan de Charles III, et son cousin Martin55, capitaine de Cherbourg, portent à partir des années 1395 sur le sceau le lévrier, l’homme sauvage et le châtaigner. Ce partage emblématique fait suite à une concession de Charles III, stipulant qu’il souhaite que ceux du lignage royal puissent ainsi se reconnaître56. Charles de Beaumont, fils naturel de l’infant Louis, comte de Beaumont, Alferez de Navarre, châtelain de Saint-Jean-pied-de-Port, qui utilise dès 1381 le lévrier casqué du cimier au plumait puis, entre 1391 et 1432, le lévrier assis, le mot bonne foy et la branche de châtaignier57 (ill. 8), à l’instar de Godefroi de Navarre, et Lancelot de Navarre, fils naturel de Charles III58 et de Lionel de Navarre, fils naturel de Charles II, vicomte de Muruzabal en 140759.

  • 60 Nav, sc/2/1828 (1405-1427).
  • 61 Nav, sc/2/188 (1405-1412).
  • 62 M. de Riquer, Heraldica Catalana des de l’Any 1150 al 1550, vol. II, Barcelone, 1983, p. 469.
  • 63 Nav, sc/1/1335.

23Cette emblématique est même partagée hors du lignage sur le support sigillaire avec les officiers de la cour de Navarre et quelques alliées dont les relations au prince ne sont pas toujours aisées à établir. Les exemples sont nombreux parmi lesquels on peut citer Michel Garcia de Olloqui, receveur du trésor général de Navarre, qui emploie les feuilles de châtaignier dans le champ de son sceau60, comme Juan Amauri, maître d’hôtel du roi61 ; Guillaume Raimond de Montcada, chevalier catalan (1449), sur le sceau duquel apparaissent les lévriers et le mot bona fe62 ; Gauberto de Lagantru, huissier d’armes, dont l’écu est supporté par un lévrier assis coiffé d’un heaume ayant pour cimier un lévrier assis63.

  • 64 Nav, sc/1/234.
  • 65 Nav, sc/1/235.
  • 66 Libro de Arantos, Manchester, J. Rylands Lib., ms. Lat. 28, f° 1 29, v. 1416.

24Ces associations emblématiques ne sont pas retenues en revanche par le frère du roi Charles III, Pierre de Mortain, dont l’emblématique sigillaire mérite pourtant d’être mentionnée. Après avoir partagé l’identité sigillaire de son père (lion aigle, homme sauvage), le prince se dissocie de son frère et crée sa propre image emblématique, sur ses sceaux au moins, avec la figure de la figue qui sème le champ de son sceau équestre64 et constitue même le cadre de ses armes sur le contre-sceau (ill. 9 et 10)65. Ce qui ne l’empêche apparemment pas de partager tout de même la devise du châtaignier puisqu’elle se retrouve dans l’emblématique de son épouse Catherine d’Alençon qui, une fois veuve, épouse à Ingoldstadt Louis le Barbu, duc de Bavière, frère de la reine Isabeau66.

L’emblématique du roi noble, un héritage

25Ces différents exemples confirment la diffusion de la devise chez les principaux personnages du royaume avec une particularité dans le fait que les devises reprises sont celles du roi. Cette pratique souligne les différentes fonctions de la devise, signe personnel du prince, signe de clientèle et marque de légitimité. Recoupées, les informations livrées par ces sceaux permettent aussi d’établir les dates d’adoption des différentes devises de Charles III concédées à ses parents.

  • 67 Nav, sc/1/173.

26Sous Charles III, le type du sceau et du contre-sceau de la cour de Navarre se fixe avec un grand sceau utilisé jusque vers 1499, figurant un ange tenant les armes Évreux/Navarre accostées de deux lévriers assis sur des branches de châtaignier et appuyées sur deux lions. Le contre-sceau reprend les mêmes éléments67.

  • 68 Nav, sc/1/101.

27La période du règne de Charles III semble décisive pour les types sigillaires et les devises. Ses successeurs conservent son emblématique et réemploient un grand nombre de ses sceaux. Les nouvelles créations de sa fille Blanche (†1441) et de son époux Jean II d’Aragon (†1479), celles de leur fils Charles de Viane (†1461), celles d’Eléonore d’Aragon (†1479) et de son petit-fils François Phébus (†1483), celles de Catherine de Foix (†1517) et de son époux Jean d’Albret, intègrent toutes les lévriers comme supports de leurs armes68.

Reflet d’une nouvelle identité ?

28Que nous apprennent ces nouvelles pratiques sigillaires de l’identité révélée par le sceau princier à la fin du Moyen Âge ? Comme le montre cette analyse de la sigillographie d’un royaume central, c’est surtout entre la seconde moitié du XIVe siècle et le premier tiers du XVe siècle que la devise apparaît sur les sceaux. Les constats que l’on peut en dégager se vérifient dans l’ensemble des autres cours européennes et dans d’autres principautés assurant la liaison entre différentes influences.

29L’apparition des devises permet assurément au sceau d’en dire davantage sur celui qu’il est chargé de représenter. Elles participent de ces moyens d’expression qui permettent d’illustrer telle ou telle facette de l’identité du prince comme les armoiries, les intailles, les cris, les chiffres, les supports, le cimier, le portrait. Signes que la médaille réunira en partie sur un support unique quelques décennies plus tard. La devise apparaît donc comme le prolongement des tentatives d’emblématiques individualisantes pourtant sans cesse ré-accaparées ou imitées par le groupe, comme le cimier ou les supports, l’usage d’intailles, preuve que le besoin d’individualiser n’est pas encore une réalité exclusive du temps. En un sens les devises ne réussissent pas plus que les autres signes présents sur le sceau à faire naître durablement l’individu. Après le cimier au plumail, l’aigle et le sauvage, c’est au tour du lévrier puis du châtaignier et du mot « Bonne foy » de devenir marques lignagères chez les Navarre, outils de reconnaissance pour leurs bâtards et leur pouvoir, outil de désignation et de distinction honorable chez leurs familiers. Toutefois, comme l’illustraient déjà l’usage d’intailles antiques à la fin du XIIe siècle, l’apparition de nouveaux signes hors du registre héraldique révèle que le prince du XVe siècle livre à travers son sceau – instrument de son pouvoir – sa façon personnelle d’incarner une fonction devenue impérissable à travers un programme politique, un réseau de fidélité, une dévotion novatrice exposés à tous ceux capables de les percevoir.

Illustrations

Ill. 1 - Intaille et cri de guerre des comtes de Champagne Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (1226). hauteur 46 mm. Moulage, ANF, sc/St 2055bis et original ANF, J427, n° l 12 (coll. Anatole de Barthélemy)

Ill. 2 - Les lions, supports des armes de Champagne Revers du sceau de Thibaud V, roi de Navarre et comte de Champagne (1257). diam. 103 mm. Original, AD51, 2 G 988/1

Ill. 3 - L’initiale, une nouvelle figure sigillaire Sceau à initiale de Louis X (1304). diam. 20 mm. Moulage, ANF, sc/D 188.

Ill. 5 - 6 - Sceau biface de Charles II, roi de Navarre Avers, diam. 90 mm. Moulage, ANF, sc/D11388
Revers, diam. 90 mm. Original, AHN, vac. 128

Ill. 4 - Synthèse de la figure équestre de guerre et précurseur du type à l’écu penché timbré
Sceau (détail) et contre sceau Philippe V le Long.
diam. 30 mm. Moulage, ANF, sc/D 1080-1080bis

Ill. 7 - La devise du nœud en trèfle de Charles III, roi de Navarre Contre-sceau du sceau de grande absence de Charles III (1409). diam. 34 mm. Moulage d’après l’original, ANF, sc/D1 1391bis.

Ill. 8 - Le partage des devises royales : lévrier, feuille de châtaignier et mot BONNE FOY Sceau de Charles de Beaumont (en 1422). diam. 36 mm. Original, AGN, XXXIV-688 caj. 121.50 I (1422) Pl.

Ill. 9 - 10 - La devise de la figue dans les sceaux de Pierre de Mortain Sceau et contre-sceau de Pierre de Navarre, comte de Mortain (en 1404) Sceau, diam. 80 mm. Moulage, ANF, sc/D901
Contre-sceau (en 1404), diam. 25 mm. Moulage, ANF, sc/D901bis.

Notes

1 M. Pastoureau, « Les sceaux », dans C. Prigent (dir.), Art et société en France au XVe siècle, Paris, 1999, p. 392-395.

2 Elément ornemental et emblématique composé du heaume et de ses ornements : lambrequins, tortil et cimier (décor emblématique du timbre).

3 M. Prinet, « L’origine du type de sceau à l’écu timbré », Bulletin de la société archéologique, 1910, n. p.

4 Une approche plus large de cette question a été ébauchée dans le cadre de ma thèse (Poitiers, 2001) : La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir (à paraître). Y sont développés, les exemples des maisons de Savoie, de Bretagne, de Valois et de Bourbon.

5 F. Menendez Pidal de Navascués, Heraldica medieval espanola. T. I : La casa real de Leon y Castilla, Madrid, 1982 ; Los emblemas heraldicos, una interpretacion historica, Madrid, 1993 ; « Le deuxième sceau de majesté de Charles II de Navarre », Revue française d'héraldique et de sigillographie, 64, 1994, p. 195-203 ; F. Menendez Pidal, M. Ramos Aguirre et E. Ochoa de Olza, Sellos medievales de Navarra, Pampelune, 1995 ; F. Menendez Pidal et J. Martinez de Aguirre, Emblemas heraldicos en el arte medieval navarro, Pampelune, 1996. M. Ramos Aguirre, « Decoracion emblematica », dans La Catedral de Pamphna, 1394-1994, Pampelune, 1994, p. 375-391 ; « Cimeras, colores, divisas », dans Signes de identitad historica para Navarra, Pampelune, 1996, p. 361-374 ; « Ornamentos paraheraldicos de la casa real de Navarra : la cimera », Anales de la real academia matritense de Heraldica y genealogia III, 1994-1995, Madrid, 1996, p. 116 et s. ; « Los oficiales de armas en la corte de Navarra », Tercer congreso general de historia de Navarra. Pamphna, 20-23 septembres 1994, édition CD-Rom, Pampelune, 1998. M. Narbona-Carceles, « Le roi de la bonne foi. Charles II le Noble et les devises des Navarre-Évreux au XVe siècle », D. Turrel et alii, Signes et couleurs des identités politiques, Rennes, 2008, p. 477-509. J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne médiévale, Paris, 2003. J.-L. Chassel (dir.), Les sceaux, sources de l’histoire médiévale en Champagne, Paris, 2007.

6 Menendez Pidal, Sellos, op. cit. (désormais Nav, sc/), no 1/3.

7 Contre-sceau de Blanche de Navarre, comtesse de Champagne, veuve du comte Thibaud III (en 1210), hauteur 83 mm. Moulage : ANF, sc/D 571. Sur les sceaux des comtes de Champagne, voir la thèse d’A. Baudin, Emblématique et pouvoir en Champagne. Les sceaux des comtes de Champagne et de leur entourage (fin du XIe-début du XIVe siècle), université Paris I Panthéon-Sorbonne, décembre 2009.

8 Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (en 1226). Une intaille (une Victoire ailée et un génie entourant un trophée) et le cri. Hauteur. 46 mm. Moulage, ANF, scSt 2055bis (collection Anatole de Barthélemy).

9 Contre-sceau armorial du second sceau de Thibaud IV. Armes de Champagne accostées d’une intaille et d’un camé. Diamètre 44 mm. Empreinte. Madrid, Archivo Historico Nacional (désormais AHN), vac. 113.

10 Sceau de Marguerite de Bourbon (en 1255). Nav, sc/1/188.

11 Contre-sceau de Thibaud IV de Champagne, roi de Navarre (en 1247). Diam 39 mm. Moulage, ANF, sc/D 11375bis, et Nav, sc/1/14 (1253-1255).

12 On le trouve par exemple sur un contre-sceau de 1369, où Jean Ier d’Armagnac porte le heaume cimé du panache de plumes et accompagné d’un mot ou cri de guerre : armaignac. Un signet de 1373 reprend la même emblématique. T. Woodcock cite l’exemple exceptionnel du sceau de John de Byron, daté de 1293, qui figure son cri « Crede Byron ! » (T. Woodcock et J. M. Robinson, The Oxford Guide to heraldry, Oxford, 1988, p. 112).

13 Sur les nuances de fonction entre ces différents signes écrits et sonores et leur utilisation dans l’emblématique médiévale voir L. Hablot « Les cris écrits. L’apparition des cris, mots emblématiques et sentences dans l’héraldique médiévale, un regard sur la voix et l’écrit », Pris-ma, t. XXIII, no 45-46, janvier décembre 2007, La voix et l’écrit, p. 22-52.

14 Nav, sc/1/5 (sceau équestre et intaille au centaure), 1/6 (contre-sceau avec la Victoire), 1/8 (contre-sceau avec trois empreintes d’intailles), 1/10 (contre-sceau armorial accosté de deux intailles), 1/11 (signet attribué avec intaille d’un trifront).

15 Sceau des foires de Champagne et de Brie. Diam 67 mm. Moulage, ANF, sc/F 4891. Sur les intailles dans les sceaux voir J.-L. Chassel, « De la diplomatique à la glyptique : notes sur l’usage des intailles sigillaires au Moyen Age », dans Retour aux sources. Textes et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 43-53, et A. Baudin, « Les intailles dans les sceaux de la maison de Blois-Champagne aux XIIe-XIIIe siècles : d’une pratique raffinée à un phénomène de mode », dans J.-L. Chassel (dir.), Les sceaux, sources de l’histoire..., op. cit., p. 117-123 et planches.

16 Face armoriale du sceau biface de Thibaud V, comte palatin de Champagne et de Brie. Diam. 101 mm. Original, AD51, 2 G 988/1 ; moulage ANF, sc/Ch 6-6bis. Ces deux lions encadrant les armes comtales ne sont pas rappeler les montants de la chaise curule ou trône de Dagobert du sceau royal.

17 Nav, sc/1/15 (sceau secret équestre de Thibaud V, 1267).

18 Nav, sc/1/12 (sceau biface de Thibaud V entre 1259 et 1270) et 1/16 (sceau équestre d’Henri, comte de Rosnay en 1269), 1/19 (sceau équestre d’Henri Ier, roi de Navarre entre 1271 et 1274).

19 M. Pastoureau, « Le roi des lis », dans M. Dalas, Corpus de sceaux français du Moyen Age. T. II : Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991, p. 35-48.

20 Sur le bestiaire des Capétiens voit M. Dalas, « Le bestiaire sigillaire des Capétiens au Moyen Âge », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 54-59, 1984-1989, p. 111-120.

21 Nav, sc/1/25 (Philippe, roi de Navarre entre 1284 et 1285), 1/31 (Philippe, roi de France, signet avec un lion dans un trilobe en 1312).

22 Nav, sc/1/32 (sceau Louis X le Hutin en 1304). Il sera imité dans cette pratique par sa belle-soeur Jeanne d’Artois, épouse de Philippe V (Nav, sc/1/197), Jeanne de France, épouse de Charles II (Nav, sc/1/204) ou encore Blanche de Navarre, épouse de Philippe VI de Valois (Nav, sc/1/223).

23 M. Dalas Corpus de sceauxfrançais du Moyen Age. T. II : Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991 (désormais Dal), sceaux no 94 et 94bis

24 . Dal, no 100 et 100bis

25 . Pour Louis X : Nav, sc/1/34 (en 1314-1315), et 1/376 (en 1316) ; pour Philippe V : Nav, sc 1/42 (en 1316-1322) et pour Charles IV : Nav, sc/1/47, 1/49 et 1/50.

26 Voir sur le sujet M.-L. Surget, « Les armes d’Évreux-Navarre dans les miniatures des Grandes chroniques de France et des Chroniques de Froissart », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 76, 2006, p. 97-125.

27 F. Menendez Pidal de Navascués, « Le deuxième sceau de majesté de Charles II de Navarre. Histoire d’une matrice deux fois regravée », art. cit., p. 195-203.

28 Nav, sc/1/64.

29 Nav, sc/1/67.

30 Nav, sc/1/68.

31 Nav, sc/

32 Nav, sc/1/74.

33 Les premières figures assimilables à des devises étaient apparues au début du XIVe siècle sur les sceaux comme par exemple avec le cygne des Bohun et des Tony. Mais elles jouent davantage un rôle totémique qu’emblématique. L. Hablot, « Animal emblème, animal de légende, le cygne, une devise princière à la fin du Moyen Âge », Histoire de l’Art, 49, novembre 2001, p. 51-64.

34 Ainsi le duc Louis II de Bourbon († 1410) – qui emploie le cerf sur un sceau de 1367 (ANF, sc/B32), le dauphin sur des sceaux de 1360 et 1393 (AN, sc/St II270, en 1360, et D453) et surtout sur son sceau en pied (ANF, sc/D 452, en 1394) – emploie vers 1380-1395 la devise de la colonne, le mot « Allen » associé à l’ordre de l’Écu d’or, fondé par le duc en 1367, et l’écu confondu avec celui de Bourbon, tandis que le champ du même sceau est semé de soleils flamboyants, devise alors employée par le jeune roi Charles VI. Louis II de Bourbon n’est pas une exception puisque les autres princes des fleurs de lys utilisent eux aussi à la même époque des sceaux marqués de leurs devises. Dès 1365 Jean de Berry avait placé sur un sceau sa devise de l’ours et son mot « Le temps venra » (Paris, ANF, J 166, no 132), emblématique qu’il complète avec le cygne sur son sceau en pied à partir de 1377 (ANF, sc/D 421, en 1379). Louis d’Anjou intègre également sa devise de l’aigle sur son sceau secret en 1365 (ANF, sc/D 342, en 1370) et sur son sceau en pied en 1381 (ANF, sc/Depaulis 1782). Philippe le Hardi place son chiffre P sur plusieurs contre-sceaux dès 1389 que complète sa devise du chardon sur son sceau équestre utilisé entre 1402 et 1404 (ANF, sc/D 476, et contre-sceau du sceau équestre de 1389, D 479 ; voir aussi R. Laurent, Les Sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, Bruxelles, 1993, no 6 (1389-1396) et 8 (1396-1402), avec le chardon, planche 318).

35 On notera notamment la similitude entre le sceau équestre de Charles II et ceux de son beau-frère Jean IV (sceau équestre avec hermine courant sur la croupière du cheval) et de son neveu Jean V (sceau de majesté avec hermine et mot a ma vie de part et d’autre du dais). Sur les sceaux des ducs de Bretagne voir E. Lefort des Ylouses, « Les ducs de Bretagne et le sceau de majesté », RFHS, t. 65, 1995, p. 69-80. La mise en scène des devises de Jean de Berry sur son sceau en pied n’est sans doute pas sans lien avec le modèle proposé par Charles II.

36 Nav, sc/1/226.

37 Pour une analyse symbolique récente de cette figure voir Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit., p. 479-485. Dans l’Enfer de Dante, le lévrier est alors un symbole christique vainqueur de I’antéchrist, ce que souligne encore sa couleur blanche dans l’emblématique navarraise. Pour Charles II, il est peut être encore une allusion à la légende du saint Lévrier Guinefort lui aussi accusé injustement d’avoir blessé l’enfant au berceau alors même qu’il tentait de le protéger. J.-C. Schmitt, Le saint Lévrier : Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle, Paris, 1979.

38 Nav, sc/1/76.

39 Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit., p. 480.

40 Nav, sc/1/77.

41 Menendez Pidal, « Le deuxième sceau de majesté... », art. cit., p. 196.

42 Nav, sc/1/78.

43 Nav, sc/1/91.

44 Nav, sc/1/92.

45 Nav, sc/1/88.

46 Nav, sc/1/140.

47 Hablot, La devise, op. cit., « Devisier » en annexe, et Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit.

48 Nav, sc/1/173.

49 Narbona Carceles, « Le roi de la bonne foy », art. cit.

50 F. Menendez Pidal a relevé d’ailleurs un questionnement contemporain sur la capacité du sceau secret à se substituer au grand sceau : Menendez Pidal, « Le deuxième sceau de majesté... », art. cit., p. 196 et s.

51 C’est par exemple le cas de la famille de Laire qui fourni cinq chambellans aux ducs d’Orléans et intègre dans ses sceaux la devise du Camail (G. Demay, « Note sur l’ordre du Camail ou du Porc-Epic », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1875, p. 71-75). Par exemple, le sceau de Guillaume de Laire, seigneur de Cornillon, gouverneur du Dauphiné et chambellan de Charles VI et de Louis d’Orléans, daté de 1408, le représente en pied tenant les armes du Dauphiné, accosté de ses armes cimées et portant le collier du Camail (Paris, BNF, Titres scellés de la collection Clairambault, no 63, sceaux de membres de la famille de Laire, 1403-1422). Celui de 1411 figure ses armes accostées du collier du Camail (L. Galbreath et L. Jéquier, Manuel du blason, Lausanne, 1977, fig. 945).

52 M. Narbona Carcèles, « Les bâtards royaux et la nouvelle noblesse en Navarre (fin XIVe-début XVe siècle) », dans les actes du colloque La bâtardise et l'exercice du pouvoir, Liège, à paraître.

53 Menendez Pidal, « Le deuxième sceau de majesté... », art. cit., p. 196.

54 Nav, sc/2/1321 (1392-1430).

55 Nav, sc/2/1331 (1393-1404).

56 Ramos Aguirre, « Cimeras, colores, divisas », art. cit., p. 370.

57 Nav, sc/2/534.

58 Godefroi, Nav, sc/1/252 (1412-1425), et Lancelot, 1/250 (1407-1414).

59 Nav, sc/1/245 (1405).

60 Nav, sc/2/1828 (1405-1427).

61 Nav, sc/2/188 (1405-1412).

62 M. de Riquer, Heraldica Catalana des de l’Any 1150 al 1550, vol. II, Barcelone, 1983, p. 469.

63 Nav, sc/1/1335.

64 Nav, sc/1/234.

65 Nav, sc/1/235.

66 Libro de Arantos, Manchester, J. Rylands Lib., ms. Lat. 28, f° 1 29, v. 1416.

67 Nav, sc/1/173.

68 Nav, sc/1/101.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Intaille et cri de guerre des comtes de Champagne Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (1226). hauteur 46 mm. Moulage, ANF, sc/St 2055bis et original ANF, J427, n° l 12 (coll. Anatole de Barthélemy)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Ill. 2 - Les lions, supports des armes de Champagne Revers du sceau de Thibaud V, roi de Navarre et comte de Champagne (1257). diam. 103 mm. Original, AD51, 2 G 988/1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Ill. 3 - L’initiale, une nouvelle figure sigillaire Sceau à initiale de Louis X (1304). diam. 20 mm. Moulage, ANF, sc/D 188.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 5 - 6 - Sceau biface de Charles II, roi de Navarre Avers, diam. 90 mm. Moulage, ANF, sc/D11388Revers, diam. 90 mm. Original, AHN, vac. 128
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 4 - Synthèse de la figure équestre de guerre et précurseur du type à l’écu penché timbréSceau (détail) et contre sceau Philippe V le Long. diam. 30 mm. Moulage, ANF, sc/D 1080-1080bis
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Ill. 7 - La devise du nœud en trèfle de Charles III, roi de Navarre Contre-sceau du sceau de grande absence de Charles III (1409). diam. 34 mm. Moulage d’après l’original, ANF, sc/D1 1391bis.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Ill. 8 - Le partage des devises royales : lévrier, feuille de châtaignier et mot BONNE FOY Sceau de Charles de Beaumont (en 1422). diam. 36 mm. Original, AGN, XXXIV-688 caj. 121.50 I (1422) Pl.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 9 - 10 - La devise de la figue dans les sceaux de Pierre de Mortain Sceau et contre-sceau de Pierre de Navarre, comte de Mortain (en 1404) Sceau, diam. 80 mm. Moulage, ANF, sc/D901Contre-sceau (en 1404), diam. 25 mm. Moulage, ANF, sc/D901bis.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Maître de conférences en Histoire médiévale (Université de Poitiers). Spécialiste de l’emblématique princière en Europe à la fin du Moyen Âge, Ses travaux portent sur les signes d’identité, leurs usages et leurs fonctions dans la société médiévale, autour notamment des questions du droit héraldique et de l’analyse de différents systèmes de représentation : cimier, signes de reconnaissance militaire, insignes de fonction et de pouvoir. Parmi ses publications récentes : (éd.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Rennes, 2008 ; « « Sens dessubz dessous ». Le Blason de la trahison au Moyen Âge », dans, M. Billoré & M. Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge (Rennes, 2009, 331-347) ; La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. L’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Âge (Turnhout, à paraître).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540