Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

L’image au service des stratégies emblématiques: Élites seigneuriales et bourgeoises

Sceaux, monnaie et discours urbain dans l’Aquitaine des Plantagenêt1

Robert A. Maxwell

Texto completo

  • 1 Cet article reproduit pour l’essentiel le texte présenté au colloque. Que les organisateurs M. Gil (...)
  • 2 Depuis l’étude de G. Beech, (Une société rurale dans la France du Moyen Age : la Gâtine poitevine (...)
  • 3 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Ms. Lat. 5443, Historiae Regalis Abbatiae Sancti Ju (...)
  • 4 B. Bedos-Rezak, « Signes et insignes du pouvoir royal et seigneurial au Moyen Âge : le témoignage (...)

1En 1218, Hugues seigneur de Parthenay (1183-†1218) et son fils Guillaume octroyèrent des terres tenues au Château-Bourdin, un village sis à quelques kilomètres au sud de leur ville, à l’abbaye Saint-Julien de Tours et sa dépendance Notre-Dame de Château-Bourdin2. Pour conclure l’acte, père et fils ont tous les deux apposé leur sceau.3 Le sceau d’Hugues montre une image peu commune, un homme chevauchant un lion (ill. 1-2). L’iconographie rappelle celle de Samson ou David, héros bibliques ayant chacun d’eux lutté contre un lion. L’autre sceau, celui de Guillaume, montre un cavalier sur fond végétal (ill. 3-4). Autant l’iconographie du premier était inhabituelle dans le domaine sigillographique, autant la seconde est banale. La figure équestre, comme l’ont bien montré les études de Brigitte Bedos-Rezak, se retrouve à la fois sur les sceaux royaux, princiers ou de la haute noblesse4 et sur ceux de la nouvelle classe montante des chevaliers aux XIIe et XIIIe siècles, des petits seigneurs affichant leurs ambitions.

  • 5 Voir Beech, Une société rurale…, op. cit. ; B. Ledain, Histoire de la ville de Parthenay, de ses a (...)
  • 6 Selon Beech (Une société rurale…, op. cit., p. 133-136), le premier castrum à été érigé en fief de (...)
  • 7 Sur la topographie de Parthenay, depuis les origines de la ville, voir M. Cavaillès et N. Lecomte (...)

2Une telle image convenait parfaitement aux seigneurs de Parthenay. La ville comptait parmi les plus importantes d’Aquitaine5. Au XIIe siècle, c’était un lieu de bataille et un pôle stratégique pour Guillaume IX d’Aquitaine, Henri II d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, et Philippe Auguste, qui ont tous œuvré à mettre Parthenay dans leur camp respectif. Ses débuts furent pourtant très modestes. Peu après l’An Mil, la zone comprise entre Poitiers et l’océan n’était qu’une étendue de terre inexploitée. Parthenay, au centre de cette zone, était simplement constituée d’une petite fortification, une motte construite autour de 1020, soit par les comtes de Poitou, soit par les comtes d’Anjou ; les documents sont muets sur ce point6. Quoi qu’il en soit, les gardiens de ce site, qualifiés de simples custodes, ne restaient fidèles ni à l’un ni à l’autre suzerain, choisissant leur camp selon les circonstances et souvent préférant jouer les comtes l’un contre l’autre, ce qui leur a rapidement valu une certaine renommée. S’étant hissés au niveau des plus puissants châtelains du Poitou, ils se mirent vite à s’appeler dominus de Parthenay ; autrement dit, avant 1050 le custos était devenu seigneur, jouissant de droits de succession et de justice. Les seigneurs de Parthenay entreprirent la construction d’une ville autour de leur château, fondant des églises, établissant des marchés et octroyant des terres à quelques abbayes d’importance extra-régionale (La Chaise-Dieu, Cormery…) pour l’établissement de bourgs et de prieurés. Au début du XIIIe siècle, Parthenay comptait cinq faubourgs et pouvait se vanter d’une dizaine d’églises, toutes construites entre 1050 et 12007.

  • 8 G. Duby, « Situation de la noblesse en France au début du XIIIe siècle » (orig. 1969), et « Remarq (...)

3Cette montée en puissance se raconte de plusieurs manières à travers les sceaux des seigneurs. On pourrait dire, par exemple, que l’usage de la figure équestre par les seigneurs de Parthenay à partir des années 1210 – une iconographie si répandue dans les rangs des élites et d’ailleurs conservée par les seigneurs de Parthenay jusqu’à la fin du Moyen Âge – signalait l’arrivée de cette famille dans le paysage aristocratique. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, l’aristocratie vivait une profonde transformation, analysée, dès 1969, par Georges Duby et révisée depuis par d’autres chercheurs, selon laquelle les anciens petits seigneurs – les cavaliers et ex-custodes, par exemple – infiltraient les hauts rangs et ont ainsi transformé la composition de l’aristocratie8. L’emploi d’une iconographie équestre partagée avec tout grand seigneur français représente donc l’assimilation de la famille de Parthenay à la haute aristocratie, annonçant sa parenté avec le reste de la noblesse de France. Encore plus intéressant pour notre propos reste le sceau d’Hugues dont l’iconographie inhabituelle nous renseigne sur l’ascendance rêvée de la famille de Parthenay. Elle permet de comprendre, d’une part, le « making-of », ou l’auto-élaboration d’une famille qui aspire au monde courtois et, de l’autre, la façon dont les sceaux et les monnaies projettent ces aspirations et une identité seigneuriale toute à la fois réelle et imaginée. Les sceaux ont aidé avant tout ces seigneurs à « rédiger » en quelque sorte leur propre histoire.

  • 9 Sur les comtes de Guînes, voir L. Shopkow, Lambert of Ardres : The History of the Counts of Guines (...)
  • 10 J.-G. Gouttebroze, « Henri II Plantagenêt, patron des historiographes anglo-normands de langue d’o (...)
  • 11 L. Halphen et R. Poupardin (éd.), Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, (...)

4Le XIe et surtout le XIIe siècle ont été les siècles d’un renouveau dans le domaine de l’Histoire : les chroniques, annales, épopées, et poèmes historiques se sont alors multipliés comme jamais auparavant. Dans ce contexte, l’histoire des familles et leur généalogie ont joué un rôle important. Il en est allé ainsi, entre autres, des diverses généalogies des comtes de Flandre, de l’histoire de comtes de Guînes, la généalogie des comtes de Vendôme9. Certains récits se déroulent autour d’événements liés à un lignage particulier, ou, par exemple, transforment un ancêtre en acteur dans une histoire ancienne, comme dans les romans sur la Grèce antique (le Roman de Troie, le Roman d’Enéas…). Ce fut le cas des Plantagenêt, dont l’intérêt avéré pour l’histoire a donné un coup de pouce important à cette production littéraire. Les œuvres de Wace (le Roman de Brut, vers 1155, et le Roman de Roue, vers 1160), et de Benoît de Saint-Maure (sa Chronique des ducs de Normandie, vers 1170-1200), parmi d’autres, ont été élaborés sous l’égide d’Henri II et mettent en scène les Plantagenêt dans les aventures du roi Arthur, le lignage de Troie, et d’autres récits à la fois historiques et fantastiques10. Dans ce domaine, les ancêtres angevins d’Henri II ont montré la voie : les Angevins eux-mêmes commanditèrent la rédaction de plusieurs chroniques, certaines dotées d’une orientation fortement généalogique11.

  • 12 Il y a des exceptions, par exemple les généalogies des vicomtes de Comborn, de Ventadour, de Turen (...)

5Ces textes traitent le plus souvent des plus hauts rangs de la société (rois ou ducs), tandis que les récits relatant la geste de familles de moindre statut sont beaucoup plus rares12. Il n’est alors pas surprenant qu’aucune chronique de l’époque ne vante les faits des Parthenay. Cependant, il ne faudrait pas croire qu’ils étaient pour autant exclus de la nouvelle floraison historique. Quoique les « humbles » seigneurs de Parthenay, comme les autres seigneurs de villes castrates en Aquitaine, n’aient guère participé à la création de telles œuvres historiques, n’étant ni commanditaires, ni acteurs principaux dans ces récits, ils trouvaient d’autres moyens de mettre en valeur (ou même d’inventer) leur appartenance à un lignage de distinction. Et ceci à travers les sceaux, par exemple.

  • 13 Ce seau est connu uniquement par des reproductions tardives, par exemple, Paris, BNF Ms. Lat. 5480 (...)
  • 14 Eygun, Sigillographie du Poitou., op. cit.

6Les deux sceaux apposés à la charte de 1218 citée plus haut représentent une croisée de chemins dans l’histoire sigillographique des Parthenay. Tandis que celui d’Hugues rappelle le passé, celui de Guillaume, avec la figure équestre, est tourné vers l’avenir. Le sceau d’Hugues, représentant le dompteur de lion, n’est pas le premier sceau de ce type chez les Parthenay, puisqu’il s’agit d’un remploi d’un motif jadis employé sur le sceau de son père, Guillaume III [IV] (vers 1159-1182), en circulation déjà dans les années 1170 (ill. 5)13. Le sceau de Guillaume était sans doute le premier sceau du clan des Parthenay. On peut d’ailleurs considérer que c’est une date assez précoce pour l’emploi d’un sceau par un modeste seigneur en Aquitaine, car seulement quatre ou cinq seigneurs possédaient des sceaux au milieu du siècle14. Aimery Ier de Châtellerault dont le sceau (vers 1109) adopte l’iconographie équestre commune aux plus hauts rangs de l’aristocratie fut le premier de la région (ill. 6). Son sceau fait écho à celui contemporain du duc Guillaume IX d’Aquitaine (ill. 7). Comme l’usage précoce du sceau, le choix du motif peut s’expliquer par la position de ce seigneur, puisque Châtellerault était une vicomté et non pas un simple castrum, comme Parthenay. De ce fait, on pourrait même dire que l’emploi d’un sceau par les seigneurs de Parthenay dès les années 1170 relève d’une certaine prétention, et marque un geste en phase avec les ambitions affichées de cette famille de parvenus qui était le clan des Parthenay.

7Outre la précocité de l’usage du sceau par le seigneur de Parthenay, le motif est également signifiant. Le dompteur de lion est unique en France comme motif sigillographique ; quasiment tous les sceaux employés par les seigneurs du même rang à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle figurent un cavalier équestre. À la même époque, les sceaux des seigneurs de domaines voisins, comme celui de Thouars, figurent ce même motif (ill. 8). Typiquement, de tels sceaux révèlent l’identité du possesseur principalement grâce à leur inscription et leur blason gravé sur le verso, et éventuellement aussi par leur style ou leur qualité. Pour les Parthenay, leur sceau les identifiait également par la singularité du motif.

8Ce sceau des années 1170 transmettait encore quelque chose en plus : une historicité très particulière. En regardant de plus près, on voit que le dompteur de lion est coiffé d’une mitre cornue : l’homme est donc un évêque. Un motif complémentaire accompagne le sceau d’Hugues, sur lequel on trouve un bâton épiscopal (ill. 1-2 et 5). Mitre et bâton ne peuvent se référer qu’à un ancêtre d’Hugues et de Guillaume, un certain Joscelin, seigneur de Parthenay au XIe siècle mais qui est resté dans les mémoires en tant qu’archevêque de Bordeaux († 1086). Cette figure de prélat, aux allures de Samson et David chevauchant le lion, rattache ainsi à l’histoire biblique cet ancêtre et les actes qui ont valu à Joscelin une renommée certaine, notamment ses luttes contre l’hérésie diffusée par Bérenger de Tours et ses menaces d’excommunication du duc Guillaume VIII d’Aquitaine, fidèle de Bérenger. À travers cette iconographie, les grands actes de l’ancêtre sont dans un rapport typologique avec des épisodes de triomphe tirés de la Bible et, en employant ce motif pour son sceau, le premier des Parthenay, Guillaume III [IV] entre dans un rapport associatif et commémoratif avec son parent mort plus de cent ans auparavant.

  • 15 Guillaume II (vers 1120-1159), le premier à signer avec ce nom, employait Archepiscopus comme nom (...)

9L’inscription sur le sceau de Guillaume, sigillvm willelmi archiepiscopi, donne encore plus de poids à l’aspect généalogique (ill. 5). Elle qualifie Guillaume d’archevêque, bien que le castrum de Parthenay ne soit évidemment pas un archevêché. Cependant cette phrase trace une ligne directe, généalogique entre l’archevêque Joscelin et son descendant. Bien qu’insolite, le nom employé par Guillaume pour son sceau – déjà adopté par son père pour signer des chartes à partir des années 1140 – fut d’ailleurs repris par ses successeurs, s’appelant dans les chartes comme sur les sceaux Archepiscopus ou « Larchevêque » dans la langue vulgaire (ill. 1-2)15. Dans le même ordre d’idée, il est étrange que le sceau de Guillaume exclut le nom de famille coutumier de « Parthenay ». Il était d’usage parmi les custodes d’ajouter à leur nom chrétien la toponymie du castrum dont ils avaient la charge. Les custodes n’avaient pas, rappelons-nous, de droit de succession ; ils étaient nommés par leur souverain et un castrum pouvait changer de famille d’une génération à l’autre. Cependant, au cours du XIIe siècle, de plus en plus de châtelains comme les Parthenay ont gagné ou se sont vus attribuer le droit de succession. Le castrum devient alors le chef-lieu du domaine seigneurial et la maison seigneuriale s’identifie – et se voit identifier par leurs pairs – de plus en plus au castrum.

  • 16 Beech, Une société rurale…, op. cit., p. 62.

10Pourquoi donc Guillaume s’est-il affranchi de cette coutume de se faire appeler par la toponymie de son château ? On peut simplement hasarder une réponse. Peut-être le surnom « Parthenay » (c’est-à-dire « Guillaume de Parthenay » ou « Willelmus Parteniaci »), était-il gênant puisqu’il rappelait sans merci les origines modestes de la famille. Le fait que Guillaume, à la même époque, ait cessé de mettre le mot custos à côté de son nom dans les chartes, s’appelant désormais dominus, n’est sans doute pas anodin16.

  • 17 Henricus, filius Gaufredi Plantagenest, comitis Andegavensis, relaté par Geoffroy de Vigeois, dans (...)
  • 18 Aurell, L’empire des Plantagenêt…, op. cit., p. 15.

11Si le nom de « Parthenay » était propre à rappeler les origines modestes de la famille, le surnom « Larchevêque » produisait l’effet opposé. En tant que surnom, « Larchevêque » ressemblait aux sobriquets qui embellissaient les noms des plus grands personnages, voire même des souverains légendaires. Des cognomina fantaisistes étaient courants chez les Plantagenêt et chez leurs prédécesseurs les Angevins (Foulques Nerra, Geoffroy le Barbu, Guillaume Fier-à-bras…). Dans les années 1 110, le comte d’Anjou Geoffroy mettait en rapport son nom avec le « genêt », d’où le surnom « Plantagenêt »17. Le nom Plantagenêt tomba dans l’oubli après la mort de Geoffroy pour être ressuscité seulement à la fin du XIIe siècle par Richard Cœur de Lion. Certains spécialistes expliquent la présence d’une plante sur son sceau (vers 1180-1190) par ce surnom (ill. 9)18. Un symbole du passé familial pouvait ainsi être repris pour son propre emblème, exactement comme le dompteur de lion coiffé d’une mitre.

  • 19 P. Poeyd’Avant, Monnaies féodales de France, 4 vol., Paris, 1852-1862, 1, p. 200-206.
  • 20 O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 2 vol., Paris, 1972, 1, p. 353-356.
  • 21 Seuls deux successeurs ont porté le nom Foulques (Foulques IV, mort en 1109, et Foulques V, mort e (...)

12La monnaie pouvait servir au même but chez les Plantagenêt, comme on le voit déjà chez leur ancêtre angevin Foulques Nerra. Des pièces de monnaie frappées vers l’An Mil figuraient le monogramme fvlco, suivi par la légende gratia dei comes/andecavis/civitas (ill. 10)19. Olivier Guillot a montré que cette phrase constitue une reprise flagrante des mots employés par le roi Eudes pour ses monnaies frappées au IXe siècle et dans laquelle Foulques a remplacé rex par comes. Quoi qu’il en soit, les successeurs de Foulques ont soigneusement gardé ce modèle, l’apposant sur leurs monnaies comme sur leurs chartes20. Encore plus inhabituel, les successeurs de Foulques – qu’ils s’appelaient Foulques ou non – ont aussi conservé le monogramme de leur ancêtre sur leurs monnaies, ayant tout de même remplacé le nom de Foulque par le leur dans la légende qui entoure le monogramme21. C’est comme si le monogramme de l’un était devenu le blason des autres. De ce fait, l’emploi du monogramme de Foulques a eu l’effet de valider et même valoriser sa mémoire pour la postérité et d’en faire un emblème familial.

  • 22 Bloch, Etymologies and Genealogies…, op. cit., p. 75-83 ; G. Duby et J. Le Goff (éd.), Famille et (...)
  • 23 Voir, par exemple, la création de légendes autour de l’Angevin Geoffrey Grisegonelle dans F. Lot, (...)
  • 24 Vers la fin de sa vie, Foulques Nerra était toujours en conflit avec son fils et successeur, Geoff (...)
  • 25 Aurell, L’empire des Plantagenêt…, op. cit., p. 45-53 ; Bloch, Etymologies and Genealogies,..,op. (...)
  • 26 Gerald of Wales [Giraud deBarri], Concerning the Instruction of Princes,]. Stevenson (trad. et éd. (...)

13Ainsi que nous l’avons dit précédemment, l’intérêt pour la généalogie et pour la place de l’individu dans la longue histoire familiale était très présent dans les esprits au XIIe siècle22. On s’intéressait aux origines de grandes familles, et aux gestes légendaires qui ont fait leur renommée23. Épopées et chroniques contribuaient à diffuser ces histoires bien sûr, mais des conflits de succession pouvaient aussi attirer l’attention sur l’histoire d’un lignage. Ce genre de conflits touchait sans cesse les élites de la région, y compris, parmi les comtes d’Anjou et les premières générations des Plantagenêt, Foulques Nerra et Geoffroy Martel24. C’est pourtant surtout au XIIe siècle que de tels déboires familiaux devinrent la matière première de légendes épiques, remplissant les colonnes des chroniques et des récits généalogiques, ainsi que des romans et des épopées25. Les disputes de succession, disaient les auteurs, n’étaient pas le fruit du hasard mais venaient d’un lignage troublé, et souvent troublé par des histoires d’inceste ou d’adultère. On n’a qu’à se référer à certains chapitres du De instructione principis sur les Plantagenêt pour s’en percevoir. « Comment – interrogeait Giraud de Barri – veut-on qu’une race bénie soit née d’une famille avec tant d’unions honteuses ? »26.

  • 27 Par exemple, le cas des vicomtes de Comborn, de Ventadour, de Turenne et de Limoges, cités plus ha (...)

14En plus des grands de l’aristocratie, tels les Plantagenêt ou les Angevins, des seigneurs de moindre renommée s’intéressent aussi à leur lignage27. Les Parthenay ne font pas exception, à en juger par les sceaux. Des questions de succession ont même jeté une lumière peu flatteuse sur les Parthenay à la fin du XIe siècle. Avant sa mort, le seigneur Joscelin, archevêque de Bordeaux déjà cité, a désigné son plus jeune frère Ebbon comme successeur, aux dépens de son autre frère Gelduin, son successeur légitime. Peu après la mort de Joscelin, les deux frères se sont mis à se disputer la succession, un désaccord familial qui les a amenés à un affrontement mortel, quand Ebbon, en 1093, a tué son rival de frère.

  • 28 Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 191-194.
  • 29 Coudrette, Le Roman de Mélusine, L. Harf-Lancner (trad. et com.), Paris, 1993.

15Comme les Angevins et Plantagenêts, les Parthenay pouvaient se vanter, eux aussi, d’origines légendaires. En effet, c’est à cette époque que l’histoire de Mélusine est née, la femme-sirène devenue la mère de plusieurs familles de custodes, y compris celle du fondateur de Parthenay28. Les familles des Parthenay, des Lusignan et d’autres en étaient très fières, à en juger par les récits plus tardifs. Vers 1400, le seigneur de Parthenay lui-même commanda une version versifiée au poète Coudrette, qui prit soin de louer le lignage de son commanditaire29.

16Quand finalement Guillaume de Parthenay au XIIe siècle s’est approprié le titre de Joscelin pour s’appeler Larchevêque, il a peut-être souhaité valider en quelque sorte le choix successoral de son grand-oncle qui, par la promotion de Ebbon, a bafoué l’ordre de succession normal. En mettant en valeur l’autorité épiscopale de Joscelin et donc ses capacités de décision, le choix du cognomen était peut-être destiné à jeter le voile sur un épisode peu glorieux. Cela dit, l’adoption du nom « Larchevêque » pouvait aussi relever d’un souhait inverse : l’intérêt nouveau pour Joscelin pouvait braquer l’attention sur la vieille querelle familiale, lui donnant peut-être encore plus d’importance. Un tel résultat n’était sans doute pas pour déplaire. À une époque ou tant d’histoires, de légendes et de ragots circulaient sur le compte des ducs d’Aquitaine, le clan des Parthenay pouvait se sentir plus ou moins l’égal de la haute noblesse. Il y avait quelque chose d’intrinsèquement noble dans ces histoires de querelles familiales et d’origines. Seules les grandes familles attiraient la malédiction et la gloire. En invoquant Joscelin, les sceaux des Parthenay ont fait mieux que commémorer un ancêtre, ils ont proclamé haut et fort que leur famille avait, elle aussi, une histoire, un passé.

17La signification du sceau de Guillaume, avec ses rappels historiques et généalogiques, s’entremêle avec l’histoire du lieu lui-même, la ville castrale. Bien que les castra, devenus nombreux en Aquitaine, ressemblaient de plus en plus à de grandes villes comme Poitiers, Saintes et Angoulême, ils sont restés à part. Parce qu’ils étaient moins étendus en superficie, moins peuplés et possédaient une activité commerciale moindre, ils se situaient en dessous de grandes agglomérations telles les villes épiscopales ou comtales. Ils n’avaient ni le poids institutionnel, ni l’autorité religieuse pour concurrencer les civitates. Celles-ci jouissaient d’ailleurs d’un riche passé, remontant aux origines de la Gaule chrétienne. Les villes épiscopales et comtales se sont enorgueillies de l’ancienneté de leurs constructions, souvent bâties sur les ruines romaines, ou bien d’un grand fondateur légendaire. Les castra, en revanche, construits au XIe siècle pour la plupart d’entre eux, ne jouissaient pas d’une histoire riche : nés pour des raisons de défense, implantés sur des terroirs récemment défrichés, et tenus à l’origine par de simples vassaux qui ne jouissaient pas de droits seigneuriaux. Aucun castrum ne pouvait prétendre à un passé aussi vénérable que celui des civitates, malgré leur essor démographique, leurs seigneurs qui se sont approprié de plus en plus le pouvoir et toutes les constructions importantes d’églises et de fortifications au cours du XIIe siècle.

18Il se peut que l’importance des sceaux se trouve là : l’adoption d’un cognomen inventé, l’inclusion de la coiffe épiscopale sur un personnage qui, par ses gestes, rappelle les légendes d’héros bibliques, et l’exclusion du cognomen habituel, ressemblent tous aux actes et aux stratagèmes employés par les rois et les ducs d’Aquitaine. À travers leurs sceaux les Parthenay souhaitaient annoncer leur arrivée sur la scène politique et sociale d’Aquitaine en s’appropriant les codes culturels qui étaient autrefois hors de leur portée.

  • 30 R. Hajdu, « Castles, Castellans, and the Structure of Politics in Poitou, 1152-1271 », Journal of (...)
  • 31 G. Duby, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles » (ori (...)

19De plus en plus, les châtelains, autrefois négligeables, se sont imposés dans le paysage d’Aquitaine, un élan qui a finalement pris une telle ampleur que ces mêmes seigneurs ont fini par rivaliser avec leurs suzerains : ni les Plantagenêt, ni les Capétiens ne pouvaient plus faire abstraction des Parthenay et cela valait également pour les seigneurs de Thouars, Lusignan, et Mauléon, et quelques autres encore (ill. 11). Comme l’a montré Robert Hadju, les seigneurs de ces petites villes contrôlaient en effet toute la partie nord de l’Aquitaine à partir des années 115030. Cette montée en puissance, aussi importante soit-elle, ne pouvait pas pour autant compenser la naissance, les origines de ces petits seigneurs. Les rangs les plus hauts étaient réservés à ceux nés d’un grand lignage, dont les ancêtres s’étaient distingués. Cependant, les études fondatrices de Georges Duby et celles d’autres chercheurs depuis ont montré que la classe des chevaliers a imposé une réorganisation du monde aristocratique31. En tant que seigneurs jouissant du pouvoir banal et en tant que bâtisseurs de villes et de domaines seigneuriaux, ces anciens custodes se sont appropriés également les symboles qui étaient traditionnellement l’apanage de la noblesse, et parmi ceux-ci les sceaux.

  • 32 Le rapport a été noté par F. Eygun, « Un thème iconographique commun aux églises romanes de Parthe (...)
  • 33 La bibliographie est abondante. Pour un survol des perspectives, voir : l’article « Cavaliers au p (...)
  • 34 K. Ambrose, « Samson, David, or Hercules ? Ambiguous Identities in Some Romanesque Sculptures of L (...)

20À Parthenay, le poids politique exprimé par les sceaux s’entremêlait inextricablement à la ville. Lorsque le dompteur de lion, mitre, est apparu sur le sceau de Guillaume III [IV] dans les années 1170, le sceau est devenu un instrument d’histoire, établissant un lien entre le passé monumental de la ville et le présent. En effet, le motif de l’homme chevauchant un lion était apparu, une cinquantaine d’années auparavant, sur la façade de Saint-Pierre de Parthenay-le-Vieux (ill. 12), église fondée par les deux frères Ebbon et Gelduin en 1092, juste avant leur dispute mortelle32. Cette sculpture monumentale fait pendant à celle d’un cavalier terrassant un petit personnage par terre, et que l’on identifie traditionnellement soit à l’Église triomphante, soit à Constantin ou Charlemagne, ou même avec le fondateur de l’église, le seigneur de Parthenay33. Quelle que soit l’identification du chevalier, le motif du dompteur de lion sur la façade d’une église est naturellement associé aux héros bibliques Samson et/ou David, la distinction visuelle entre les deux étant souvent assez confuse34. Le sceau de Guillaume a donc repris le motif, tout en ajoutant d’autres symboles – la coiffe et l’inscription – qui ont transformé de fait le dompteur de lion en une figure rappelant l’archevêque Joscelin.

  • 35 Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 144-49 ; 201-205.

21Comme sujet d’une sculpture monumentale, le dompteur de lion était extrêmement rare en Aquitaine ; à notre connaissance il n’en existe que trois. Curieusement, un deuxième exemple se trouve également à Parthenay, sur la façade de l’église Notre-Dame-de-la-Couldre, vers 1160-1170 (ill. 13). Très abîmé aujourd’hui mais bien visible sur des gravures du XIXe siècle, le dompteur de lion y fait encore pendant à une figure équestre. L’église Notre-Dame-de-la-Couldre, peut-être fondée par les seigneurs de Parthenay au début du XIIe siècle, fut érigée à l’intérieur de la citadelle, dans la ville haute, près du château seigneurial, mais hors de l’enceinte de ce dernier35. Il n’est peut-être pas anodin que le sceau de Guillaume III [IV] date également des années 1170, au moment même où le motif fait son apparition sur la façade de Notre-Dame. De l’autre côté, il reprend un motif qui était devenu un symbole de la ville, puisqu’il a été répété deux fois sur ses églises. Le sceau a donc associé les signes et le nom de l’ancêtre avec une image urbaine, l’emblème en quelque sorte de la ville.

22Pour revenir aux images qui ont introduit notre propos, quand le sceau d’Hugues est apparu avec le sceau équestre de son fils Guillaume IV [V], les deux empreintes de cire, apposées, côte à côte, au bas de la charte de 1218, rappelaient le couple de sculpture en façade des deux églises principales de Parthenay. L’association du motif équestre, utilisé par d’innombrables nobles pour leur sceau, à la figure inhabituelle de Samson, est une allusion évidente à la spécificité monumentale de Parthenay. Aucune autre église d’Aquitaine ne réunit ces deux images sculptées. Les sceaux d’Hugues et Guillaume de Parthenay invoquent les signes distinctifs de l’urbanisme parthenaisien pour créer un emblème familial également identificatoire, rappelant ainsi que l’autorité du clan s’enracine dans la matérialité du castrum lui-même. Le pouvoir d’un ancien custos devenu dominus relevait, après tout, de sa ville castrale. Le sceau des Parthenay, en ressuscitant un ancêtre, en glorifiant les actes de bravoure passés de la famille et en reproduisant les monuments symboles de leur ascendant urbain, projette l’identité particulière – et noble – des Parthenay. Les seigneurs de Parthenay ne disposaient peut-être pas d’écrivains de cour comme Wace ou encore de chroniqueurs couchant leur histoire familiale sous la forme d’une épopée historique, mais grâce à leurs sceaux, ils ont gravé leur histoire passée, présente et future dans la cire.

Illustrations

Ill. 1 - Sceau d’Hugues Larchevêque (vers 1210 ?), Angers, Archives départementales de Maine-et-Loire, (original) (charte non cotée) (cliché de l’auteur)

Ill. 2 - Sceau d’Hugues Larchevêque (vers 1210 ?), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, Poitiers, 1938, fig. 533

Ill. 3 - Sceau de Guillaume IV [V] Larchevêque (en 1225). Paris, Archives nationales, J. 350 no 2 (original) (cliché de l’auteur)

Ill. 4 - Dessin du sceau de Guillaume IV [V] Larchevêque (en 1226). Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. 5449, p. 37 (cliché : BNF)

Ill. 5 - Dessin du sceau de Guillaume III [IV] Larchevêque (vers 1170-80 ?). Paris Bibliothèque nationale de France, Ms. Lat. 5480, p. 357 (cliché : BNF)

Ill. 6 - Sceau d’Aimery I er de Châtellerault (vers 1109). Archives nationales, sc/S 3108 (moulage), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 207

Ill. 7 - Sceau de Guillaume IX d’Aquitaine (en 1107). Archives départementales de la Vienne, sceaux, no 125 (original), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 1

Ill. 8 - Sceau de Hugues I er de Thouars (en 1227). Paris, Archives nationales, J. 373 no 4 (original), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 631

Ill. 9 - Sceau de Richard I er roi d’Angleterre. Rouen, Archives départementales de la Seine-Maritime, G. 4484 (original) (cliché : AD72)

Ill. 10 - Monnaie de Foulques Nerra (recto et verso). Dessin, d’après Poeyd’Avant, Monnaies féodales de France, Paris, 1852-62, 1, p. 198

Ill. 11 - Plan des grandes seigneuries en Aquitaine du nord d’après R. Hajdu, « Castles, Castellans, and the Structure of Politics in Poitou, 1152-1271 », Journal of Medieval History, 4, 1978.

Ill. 12 - Parthenay (Deux-Sèvres), Façade de Saint-Pierre de Parthenay-le-Vieux (cliché de l’auteur)

Ill. 13 - Parthenay (Deux-Sèvres), Dessin de la façade de Notre-Dame-de-la-Couldre (figure équestre à gauche, dompteur de lion à droite), d’après B. Ledain, La Gâtine historique et monumentale, Paris, 1876.

Notas

1 Cet article reproduit pour l’essentiel le texte présenté au colloque. Que les organisateurs M. Gil et J.-L. Chassel trouvent ici l’expression de ma gratitude pour leur accueil chaleureux à Lille et pour leur assistance dans la correction du texte français. Certaines idées présentées ici sont développées plus longuement dans mon étude sur la ville de Parthenay : The Art of Medieval Urbanism : Parthenay in Romanesque Aquitaine, University Park, 2007.

2 Depuis l’étude de G. Beech, (Une société rurale dans la France du Moyen Age : la Gâtine poitevine au XIe et XIIe siècles (éd. revue et augmentée), Parthenay, 1997 (Baltimore, 1964 pour l’éd. originale), p. 59-60 et 62), il convient de voir seulement deux seigneurs du nom de Guillaume au XIIe siècle, contrairement à une tradition qui remonte au XIXe siècle qui en comptait trois. Selon la numérotation de Beech, il s’agit ici donc de Guillaume IV (1218-1243). Je me conforme à cette même numérotation ici, avec la numérotation ancienne en crochets, et dans mon étude, Art of Medieval Urbanism…, οp. cit., p. 308 note 77.

3 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Ms. Lat. 5443, Historiae Regalis Abbatiae Sancti Juliani Turonensis (Roger de Gaignières), p. 61, qui reproduit des dessins de chaque sceau. Outre les dessins de Gaignières, les sceaux nous sont connus par d’autres témoignages : Une empreinte du sceau d’Hugues est conservée aux Archives départementales de Maine-et-Loire (Angers), sceau détaché et non-inventorié, reproduit ici comme ill. 1. Selon F. Eygun (Sigillographie du Poitou jusqu'en 1515, Poitiers, 1938, p. 236 et ill. 533), ce même sceau se trouvait jadis sous la côte Valette, fen. LV, liasse I no 3, no 726. Eygun reproduit aussi le sceau de Guillaume, tiré d’une charte de 1225, conservée à Paris, aux Archives nationales, J. 350, no 2 ; voir ci-dessous et ill. 3. Le même sceau est dessiné dans un autre recueil de Gaignières (BNF, Ms. Lat. 5449, Chartularium Monasterii Sancti Jovini de Marnis, in dioecesi Pictaviensi, p. 37) relatif à une charte de 1226.

4 B. Bedos-Rezak, « Signes et insignes du pouvoir royal et seigneurial au Moyen Âge : le témoignage des sceaux » (orig. 1984) et « The Social Implications of the Art of Chivalry : The Sigillographic Evidence (France 1050-1250) » (orig. 1986) dans Eadem, Form and Order in Medieval France : Studies in Social and Quantitative Sigillography, Aldershot, 1993 (Variorum Reprints), p. 47-62 et 1-31, respectivement.

5 Voir Beech, Une société rurale…, op. cit. ; B. Ledain, Histoire de la ville de Parthenay, de ses anciens seigneurs et de la Gâtine du Poitou, Paris, 1858.

6 Selon Beech (Une société rurale…, op. cit., p. 133-136), le premier castrum à été érigé en fief des comtes d’Anjou.

7 Sur la topographie de Parthenay, depuis les origines de la ville, voir M. Cavaillès et N. Lecomte (éd.), Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : Parthenay, Paris, 2000.

8 G. Duby, « Situation de la noblesse en France au début du XIIIe siècle » (orig. 1969), et « Remarques sur la littérature généalogique en France aux XIe et XIIe siècles » (orig. 1967), dans du même, Hommes et structures du Moyen Age, Paris-La Haye, 1973, p. 343-352 et p. 287-298, respectivement.

9 Sur les comtes de Guînes, voir L. Shopkow, Lambert of Ardres : The History of the Counts of Guines and Lords of Ardres, Philadelphia, 2001 ; C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres : essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, 2000, p. 85-94 et passim ; R. H. Bloch, Etymologies and Genealogies : A Literary Anthropology of the French Middle Ages, Chicago, 1983.

10 J.-G. Gouttebroze, « Henri II Plantagenêt, patron des historiographes anglo-normands de langue d’oïl », dans G. Cesbron (éd.), La littérature angevine médiévale, Angers, 1981, p. 91-105 ; P. Johanek, « Kônig Arthur und die Plantagenets. Über den Zusammenhang von Historiographie und höfischer Epik in mittelalterlicher Propaganda », Frühmittelaterliche Studien, 21, 1987, p. 346-389 ; A. Chauou, L’idéologie Plantagenêt. Royauté arthurienne et monarchie politique dans l’espace Plantagenêt (XIIe-XIIIe siècles), Rennes, 2001, p. 51-56 et 171.

11 L. Halphen et R. Poupardin (éd.), Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, Paris, 1913 ; P. Marchegay et É. Mabille (éd.), Chroniques d’Anjou, Paris, 1856.

12 Il y a des exceptions, par exemple les généalogies des vicomtes de Comborn, de Ventadour, de Turenne et de Limoges incluses dans la Chronique de Geoffroy de Vigeois, Ex chronico Gaufredi Coenobitae, L. Delisle (éd.), Paris, 1877 (Recueil des historiens des Gaules et de la France, 12), p. 422-425.

13 Ce seau est connu uniquement par des reproductions tardives, par exemple, Paris, BNF Ms. Lat. 5480, Chartularium Monasterii Fontis-Ebraldi, in dioecesi Pictaviensi (Roger de Gaignières), p. 357.

14 Eygun, Sigillographie du Poitou., op. cit.

15 Guillaume II (vers 1120-1159), le premier à signer avec ce nom, employait Archepiscopus comme nom de famille, mais, au début, il a précisé sa relation avec le vrai archepiscopus, Joscelin, donnant des formules telles : Guillelmus nepotis archiepiscopi. Très vite cette signature s’est transformée en Guillelmus Archiepiscopus dominus Parteniacensis. Voir Beech, Une société rurale…, op. cit., p. 62 note 70 : « En dépit du fait que ce titre était tout à fait inapproprié, il semble que la plupart des contemporains aient été impressionnés par sa nouveauté et des moines copistes prirent soin d’enregistrer le titre complet – Guillelmus Archiepiscopus dominus Parteniacensis – dans leurs chartes. »

16 Beech, Une société rurale…, op. cit., p. 62.

17 Henricus, filius Gaufredi Plantagenest, comitis Andegavensis, relaté par Geoffroy de Vigeois, dans sa chronique (Delisle éd.), Ex chronico Gaufredi…, op. cit., p. 438 ; et « Gisfrei, son frère, que l’on clamout ‘Plante Genest’, qui mult amout bois e forest », dans Wace, Roman de Rou, éd. par A. J. Holden, Paris, 1970-1973, 2, p. 266 (vers 10 269-10 270), les deux références sont tirées de M. Aurell, L’empire des Plantagenêt, 1154-1224, Paris, 2003, p. 15.

18 Aurell, L’empire des Plantagenêt…, op. cit., p. 15.

19 P. Poeyd’Avant, Monnaies féodales de France, 4 vol., Paris, 1852-1862, 1, p. 200-206.

20 O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 2 vol., Paris, 1972, 1, p. 353-356.

21 Seuls deux successeurs ont porté le nom Foulques (Foulques IV, mort en 1109, et Foulques V, mort en 1143), pour qui l’emploi du nom ne posait aucun problème.

22 Bloch, Etymologies and Genealogies…, op. cit., p. 75-83 ; G. Duby et J. Le Goff (éd.), Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome, 1977 ; J. Freed, « Artistic and Literary Representations of Family Consciousness », dans G. Althoff et alii (éd.), Medieval Concepts of the Past : Ritual, Memory, Historiography, Cambridge, 2002, p. 233-252.

23 Voir, par exemple, la création de légendes autour de l’Angevin Geoffrey Grisegonelle dans F. Lot, « Geoffroy Grisegonelle dans l’épopée », Romania, 19, 1890, p. 377-393, et plus généralement, J. Dunbabin, « Discovering a Past for the French Aristocracy », dans P. Magdalino (éd.), The Perception of the Past in Twelfth-Century Europe, London, 1992, p. 1-14.

24 Vers la fin de sa vie, Foulques Nerra était toujours en conflit avec son fils et successeur, Geoffroy Martel. Les successeurs de Geoffroy Martel se sont disputés à leur tour, une dispute qui a vu Geoffroy le Barbu emprisonné pendant plus de vingt ans par son frère cadet, Foulques le Réchin. Ensuite, le fils de Foulques le Réchin, Geoffroy IV Martel, s’est retourné contre son père et semble avoir été tué lors du siège de Candes en 1106. L’histoire des comtes de Poitou n’est pas moins marquée par de telles disputes, voir Aurell, L’empire des Plantagenêt…, op. cit., p. 45.

25 Aurell, L’empire des Plantagenêt…, op. cit., p. 45-53 ; Bloch, Etymologies and Genealogies,..,op. cit., p. 79-87, 93-108. Pour son expression dans un roman contemporain, voir D. Kelly, « Guerre et parenté dans le Roman de Troie », dans E. Baumgartner et alii (éd.), Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen âge, Paris, 1997, p. 53-72.

26 Gerald of Wales [Giraud deBarri], Concerning the Instruction of Princes,]. Stevenson (trad. et éd.), Lampeter, 1858 (réédition 1991), L. III, ch. 27 ; voir aussi L. II, ch. 1-4. Sur les ragots qui circulaient sur le compte de la mère d’Henri II, Mathilde, voir G. Lecuppre, « L’empereur, l’imposteur et la rumeur ; Henri V ou l’échec d’une ‘réhabilitation’ », Cahiers de civilisation médiévale, 42, 1999, p. 189-197, en particulier p. 195-196.

27 Par exemple, le cas des vicomtes de Comborn, de Ventadour, de Turenne et de Limoges, cités plus haut, Geoffroy DE Vigeois, EX chronico Gaufredi…, op. cit.

28 Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 191-194.

29 Coudrette, Le Roman de Mélusine, L. Harf-Lancner (trad. et com.), Paris, 1993.

30 R. Hajdu, « Castles, Castellans, and the Structure of Politics in Poitou, 1152-1271 », Journal of Medieval History, 4, 1978, p. 27-53 ; du même, A History of the Nobility of Poitou, 1150-1270, Thèse de doctorat (PhD), Princeton University, 1972.

31 G. Duby, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles » (orig. 1967), réédité dans Hommes et structures…, op. cit., p. 267-286 ; du même, « Situation de la noblesse », art. cit. ; J. Martindale, « The French Aristocracy in the Early Middle Ages : A Reappraisal » (orig. 1977), dans du même, Status, Authority and Regional Power : Aquitaine and France, 9th to 12th Centuries, Aldershot, 1997 (Variorum Reprints), p. 5-45 ; Dunbabin, « Discovering a Past… », art. cit., p. 1-14. Voir également les remarques générales dans T. Bisson, « Nobility and Family in Medieval France : A Review Essay », French Historical Studies, 16, 1990, p. 597-613.

32 Le rapport a été noté par F. Eygun, « Un thème iconographique commun aux églises romanes de Parthenay et aux sceaux des seigneurs », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 45, 1927, p. 387-390. Sur l’église, voir Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 84-119.

33 La bibliographie est abondante. Pour un survol des perspectives, voir : l’article « Cavaliers au portail des églises », dans F. Cabrol et H. Leclercq (éd.), Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, 1925, 2, 2e partie, col. 2690-2700 ; P. Gabet, « L’image équestre en France médiévale », Thèse de doctorat, Université Lille 3, 1980 ; R. Crozet, « Nouvelles remarques sur les cavaliers sculptés ou peints dans les églises romanes », Cahiers de civilisation médiévale, 1, 1958, p. 27-36. Voir aussi les propositions de A. Tcherikover, « Concerning Angoulême, Riders and the Art of the Gregorian Reform », Art History, 13, 1990, p. 425-457 ; C. Andrault-Schmitt, « Le ‘cavalier Constantin’ : une image polysémique de Rome dans l’Aquitaine du XIIe siècle », Méditerranées. Revue de l’association Méditerranées, 28, 2001, p. 129-153 ; Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 113-119, 198-206.

34 K. Ambrose, « Samson, David, or Hercules ? Ambiguous Identities in Some Romanesque Sculptures of Lion Fighters », Konsthistorisk Tidskrift, 74, 2005, p. 131-147.

35 Maxwell, Art of Medieval Urbanism…, op. cit., p. 144-49 ; 201-205.

Índice de ilustraciones

Leyenda Ill. 1 - Sceau d’Hugues Larchevêque (vers 1210 ?), Angers, Archives départementales de Maine-et-Loire, (original) (charte non cotée) (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-1.jpg
Archivo image/, 60k
Leyenda Ill. 2 - Sceau d’Hugues Larchevêque (vers 1210 ?), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, Poitiers, 1938, fig. 533
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-2.jpg
Archivo image/, 95k
Leyenda Ill. 3 - Sceau de Guillaume IV [V] Larchevêque (en 1225). Paris, Archives nationales, J. 350 no 2 (original) (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-3.jpg
Archivo image/, 75k
Leyenda Ill. 4 - Dessin du sceau de Guillaume IV [V] Larchevêque (en 1226). Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. 5449, p. 37 (cliché : BNF)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-4.jpg
Archivo image/, 162k
Leyenda Ill. 5 - Dessin du sceau de Guillaume III [IV] Larchevêque (vers 1170-80 ?). Paris Bibliothèque nationale de France, Ms. Lat. 5480, p. 357 (cliché : BNF)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-5.jpg
Archivo image/, 106k
Leyenda Ill. 6 - Sceau d’Aimery I er de Châtellerault (vers 1109). Archives nationales, sc/S 3108 (moulage), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 207
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-6.jpg
Archivo image/, 75k
Leyenda Ill. 7 - Sceau de Guillaume IX d’Aquitaine (en 1107). Archives départementales de la Vienne, sceaux, no 125 (original), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 1
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-7.jpg
Archivo image/, 76k
Leyenda Ill. 8 - Sceau de Hugues I er de Thouars (en 1227). Paris, Archives nationales, J. 373 no 4 (original), d’après Eygun, Sigillographie du Poitou, fig. 631
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-8.jpg
Archivo image/, 76k
Leyenda Ill. 9 - Sceau de Richard I er roi d’Angleterre. Rouen, Archives départementales de la Seine-Maritime, G. 4484 (original) (cliché : AD72)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-9.jpg
Archivo image/, 98k
Leyenda Ill. 10 - Monnaie de Foulques Nerra (recto et verso). Dessin, d’après Poeyd’Avant, Monnaies féodales de France, Paris, 1852-62, 1, p. 198
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-10.jpg
Archivo image/, 154k
Leyenda Ill. 11 - Plan des grandes seigneuries en Aquitaine du nord d’après R. Hajdu, « Castles, Castellans, and the Structure of Politics in Poitou, 1152-1271 », Journal of Medieval History, 4, 1978.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-11.jpg
Archivo image/, 273k
Leyenda Ill. 12 - Parthenay (Deux-Sèvres), Façade de Saint-Pierre de Parthenay-le-Vieux (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-12.jpg
Archivo image/, 258k
Leyenda Ill. 13 - Parthenay (Deux-Sèvres), Dessin de la façade de Notre-Dame-de-la-Couldre (figure équestre à gauche, dompteur de lion à droite), d’après B. Ledain, La Gâtine historique et monumentale, Paris, 1876.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2896/img-13.jpg
Archivo image/, 269k

Autor

Professeur associé d’histoire de l’art (Université de Pennsylvanie), après avoir été boursier de la J. Paul Getty Foundation, chercheur invité à l’Institut national d’histoire de l’art (Paris) et professeur invité à l’université Johns Hopkins. Il a publié The Art of Medieval Urbanism : Parthenay in Romanesque Aquitaine (University Park, 2007) ; Representing History, 900-1300 : Art, Music, History (University Park, 2010) et co-éditeur avec K. Ambrose, Current Directions in Romanesque Sculpture Studies (Turnhout, 2010). Ses recherches actuelles sur les enluminures dans les manuscrits historiques à l’époque romane ont déjà donné lieu à plusieurs articles sur le sujet, et le dernier, portant sur les chartes aux enluminures doit paraître prochainement dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540