Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

L’image au service des stratégies emblématiques: Élites seigneuriales et bourgeoises

Dalles gravées à effigies et sceaux équestres : le cas des Sainte-Aldegonde de Saint-Omer (xiiie siècle)

Sophie Lamadon-Barrère

Texte intégral

  • 1 X. Barrai. I Altet, « Les pavements en mosaïque romans », dans M.-C. Bardoz et D. Gaborit-Chopin (d (...)
  • 2 C. Norton, « Les carreaux de pavage en France au Moyen Age », Revue de l’Art, 63, 1984, p. 59-72.
  • 3 A. Grabar, Sculptures byzantines de Constantinople (IVe-Xe siècle), Paris, 1963.
  • 4 N. Reveyron, « Décor d’incrustations et tendances antiquisantes dans l’architecture romane de la mo (...)
  • 5 N. Stratford, « A Romanesque Marble Altar-frontal in Beaune and Some Cîteaux Manuscripts », dans A. (...)
  • 6 S. Lamadon-Barrère, Les pavements à incrustation de la France du Nord (XIIe-XIVe siècle) : mise en (...)
  • 7 Des pavements à incrustation de la France du Nord ont été répertoriés dans les sites suivants : les (...)

1Les décors de sol sont, comme les sceaux, des domaines de l’histoire de l’art assez peu connus et étudiés. Pour introduire le sujet de cette communication, deux points essentiels doivent être précisés. Le premier point concerne les types de décors de sol. Au Moyen Âge, la mosaïque de pavement reste en usage jusqu’à la fin de l’époque romane1. À l’époque gothique, elle est remplacée progressivement par les carreaux en terre cuite vernissée. Cela tient, entre autres raisons, au succès de la technique de fabrication des carreaux qui étaient réalisés en série, sur de petits formats. Les dalles gravées et incrustées, sujets de la communication, apparaissent pendant cette période de transition, entre le XIIe et le XIIIe siècle. Leur usage disparaît progressivement au XIVe siècle, également concurrencé par les carreaux vernissés2. Le second point concerne la technique de l’incrustation de résines colorées dans la pierre. C’est un procédé décoratif peu courant, dont l’origine remonte à l’Antiquité et qui connut un renouveau dans l’art byzantin, surtout dans le bassin méditerranéen3. En France, trois foyers dans lesquels cette technique a été utilisée pour des décors de sol, des éléments de mobilier liturgique et sur des surfaces murales ont été identifiés. Le premier foyer est la région lyonnaise qui a fait l’objet d’une étude de Nicolas Reveyron en 20004 ; le deuxième est la Bourgogne, étudié par Neil Stratford5, et le troisième est le nord de la France sur lequel portent nos recherches6. Dans le Nord, treize sites parmi lesquels les cathédrales d’Arras, de Thérouanne et de Tournai ont été repérés (un seul pavement en Angleterre, dans la Trinity Chapel de la cathédrale de Canterbury)7. La présente communication porte sur le pavement de l’ancienne collégiale de Saint-Omer, devenue cathédrale Notre-Dame en 1559, et plus précisément sur les dalles gravées à effigies et sceaux équestres : le cas des Sainte-Aldegonde de Saint-Omer (XIIIe siècle).

  • 8 J. Thiébaut, Le Nord gothique, Paris, 2007, p. 375-389.

2Le pavement de l’ancienne collégiale Notre-Dame de Saint-Omer a été réalisé au cours de la première moitié du XIIIe siècle, lors de la première grande campagne de construction du chœur et d’une partie du transept de l'édifice gothique8. Aujourd’hui, les restes de ce pavement sont dispersés dans l’édifice (chapelle de Saint-Omer, chapelle du Sacré-Cœur, mur de clôture du chœur, bas-côté nord) et dans les collections du musée de l'hôtel Sandelin de Saint-Omer. L’iconographie de ce pavement s’inspire de la mosaïque de pavement médiévale : un calendrier avec les signes du zodiaque et les travaux des champs, les arts libéraux, des fables, des animaux et des monstres composites sont représentés. La particularité de ce pavement est la représentation de personnalités laïques de Saint-Omer, en qualité de donateurs. C’est le cas des Sainte-Aldegonde, mayeurs et échevins de la ville dont les effigies s’apparentent au type équestre bien connu de l’art sigillaire. Cela pose d’emblée la question des sources de ces images choisies par ces patriciens pour paraître dans la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer.

3L’emplacement d’origine de ces dalles n’est pas connu mais on sait quelles se trouvaient dans le pavement du transept nord dans les années 1830, lorsque les autorités et notamment Ludovic Vitet se sont inquiétés de leur sort. Elles furent restaurées et accrochées sur les murs de la chapelle de Saint-Omer, puis à nouveau déposées en 1880 et replacées dans le dallage de la chapelle du Sacré-Cœur, avec d’autres dalles nouvellement restaurées, où elles se trouvent toujours actuellement.

  • 9 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame (anciennement collégiale Saint-Omer), chapelle du Sacré- (...)
  • 10 A. Thérin, « Notre-Dame de Saint-Omer », Annuaire du diocèse d’Arras pour 1876, Arras, 1875, p. 212 (...)
  • 11 E. Wallet, Description du pavé de l’ancienne cathédrale de Saint-Omer consistant en dalles gravées (...)
  • 12 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, dalle à effigie de Gilles de Sa (...)

4Les dalles mesurent chacune 150 cm de côté et sont de forme losangée. Inscrits sur la diagonale, les Sainte-Aldegonde, en gentilshommes, sont à cheval et arborent leurs armoiries. Leurs têtes sont coiffées de couronnes de fleurs. Les chevaux harnachés et bridés ne portent pas de selle mais une couverture étroite marquée des armoiries. Sur la première (ill. 1), le fond est presque neutre, à l’exception d’un arbre stylisé dans la partie inférieure et de trois feuilles pédiculées. La dédicace en latin s’inscrit entre deux filets parallèles qui encadrent l’image centrale : + fvlcofili’. iohannis : de s/aii ncta : aldegvnde/dedit. istv : lapidem/beato audoma//ro (Foulque fils de Jean de Sainte-Aldegonde a donné cette pierre à saint Orner)9. Cette inscription indique de suite qu’il ne s’agit pas d’une pierre tombale mais bien d’un acte d’évergétisme. On note qu’à la manière des sceaux, le début de l’inscription est placé au-dessus de la tête. Foulque est vêtu d’un manteau dont la partie inférieure forme un amas de tissus. Il porte un écu et un penon losangé. Les résines ont été restaurées au XIXe siècle10, mais Emmanuel Wallet, auteur d’une monographie sur le pavement de Saint-Omer (1847), indique quelles étaient, à l’origine, de teinte brune11. En considérant que la pierre de couleur jaunâtre correspond à l’or, nous pouvons proposer que ces armoiries étaient losangées d’or et de gueules ( ?). Sur la seconde dalle (ill. 2), plus abîmée que la précédente, le fond est garni d’enroulements de rinceaux végétaux. Gilles porte un manteau dont la partie inférieure pend sans mouvement, de manière stéréotypée, à la grande différence de celui de Foulque, ce qui traduit ici, peut-être, l’intervention d’une autre main. Il présente également ses armoiries qui sont : de gueules fretté d’or à huit cotices entrelacées et semées de quartefeuilles d’or. L’inscription indique : egidius : filiv [fvlcon ?]is/d//e : sanctaalde/[gv]nde : dedit : istvm lapide/m in : honore bea//ti audomari12 (Gilles, fils de [Foulque] de Sainte-Aldegonde, dédit cette pierre en l’honneur de saint Orner).

  • 13 Sur les Sainte-Aldegonde, voir A. Derville, sous la dir., Histoire de Saint-Omer, Lille, 1981, et G (...)
  • 14 Derville, Histoire de Saint-Omer..., op. cit., p. 93-110.
  • 15 Coolen, « Les Sainte-Aldegonde... », art. cit., p. 598.
  • 16 C. Lesage, « L’église cistercienne de Clairmarais (Pas-de-Calais) après 1789 », Bulletin de la Comm (...)
  • 17 L. Deschamps de Pas et A. Hermand, Histoire sigillaire de Saint-Omer, Paris, 1860, p. 39.
  • 18 G. Demay, Inventaire des sceaux de l’Artois et de la Picardie, Paris, 1877, p. 132, no 1218.
  • 19 J. De Pas, « Liste des membres de l’échevinage de Saint-Omer, 1144-1790 », Mémoires de la Société d (...)
  • 20 Derville, Histoire de Saint-Omer..., op. cit., p. 59.

5La famille des Sainte-Aldegonde, qui n’a pas de parenté avec la sainte Aldegonde et l’abbaye du même nom à Maubeuge, était l’une des plus puissantes de Saint-Omer au XIIIe siècle13. Plusieurs de ces membres étaient marchands, importateurs de laines, grands propriétaires fonciers et dirigeants de la ville au titre d’échevins et souvent même de mayeurs. Saint-Omer était administrée par un collège échevinal, autorisé par les comtes de Flandre et par un châtelain de la famille de Saint-Omer. En 1127, le comte de Flandre Guillaume Cliton avait attribué à ces échevins de grands privilèges, parmi lesquels, l’autonomie financière et judiciaire14. Foulque et Gilles de Sainte-Aldegonde sont bien connus dans les textes. Dans le premier quart du XIIIe siècle, Foulque est un personnage important. Il est doyen de la hanse en 1240. Il possède beaucoup de biens et échange des maisons avec le chapitre de Saint-Omer. Dans un acte de 1221-1222, il achète à Guillaume V, châtelain de Saint-Omer, un pré situé hors les murs avec sa seigneurie et ses rentes15. Généreux donateur, il concède, vers 1235-1240, une carrière de pierre à l’abbaye cistercienne de Clairmarais16. Gilles de Sainte-Aldegonde scelle deux actes concernant l’échange d’un jardin en 123017 et en 124818. Il est mayeur en 1251 et assiste à la reconnaissance des reliques de saint Orner à la collégiale19. S’ils sont très puissants, Foulque et Gilles n’en sont pas pour autant nobles. C’est un certain Jean de Sainte-Aldegonde, bien plus tard, qui le deviendra par mariage à la fin du XIIIe siècle. Il fonde la Chartreuse du Val Sainte-Aldegonde et se met au service des comtes d’Artois et de Flandre20. Mais faut-il s’étonner de l’usage d’un type équestre par des bourgeois ?

  • 21 Sceau de Louis, futur Louis VIII, fils de Philippe Auguste, cf. M. Pastoureau, Traité d’héraldique,(...)
  • 22 Thibaud IV, comte de Champagne, 1er sceau, empreinte de 1226, Paris, Archives nationales de France (...)
  • 23 L’usage des grandes protections pour le cheval apparaît vers 1240 ; J.-L. Chassel, « L’évolution de (...)
  • 24 Sceau de Jean de Dampierre en 1273, ANF, sc/Ch. 369, cf. Sceaux et usages de sceaux..., cat. cit., (...)
  • 25 Sceau d’Alix de Montmorency, dame de Rozoy-sur-Serre et de Chaumont-Porcien, femme de Roger de Rozo (...)
  • 26 Matrice du second grand sceau de la ville de Saint-Omer, type du XIIIe siècle, Saint-Omer, Musée de (...)
  • 27 Recensement effectué par Marc Gil (communication orale), à partir de Bedos[-Rezak], Corpus des scea (...)
  • 28 ANF, sc Ch 369, cf. sceaux et usages de sceaux..., op. cit., fig. 156.

6L’allure générale de ces deux cavaliers évoque les sceaux équestres des premières décennies du XIIIe siècle. Parmi les nombreux exemples, le sceau de Louis VIII21 et le premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (ill. 3)22 peuvent être cités. Les couvertures étroites sur lesquelles les Sainte-Aldegonde sont assis correspondent, en effet, à celles de Louis VIII et de Thibaut IV. Elles témoignent d’une période antérieure au développement des grandes protections du cheval qui s’opère à partir des années 124023 Les écus révèlent ici une étape intermédiaire entre la forme en toupie et celle du XIIIe siècle, puisqu’ici les bords sont arrondis pour Gilles et à arêtes vives pour Foulque. La représentation du cavalier sans arme trouve un écho dans les sceaux influencés par la vie de cour tel celui de Jean de Dampierre, en 127324 et même de sigillant féminin comme celui d’Alix de Montmorency, en 124825. Parfois les échevins non nobles ont privilégié la représentation de la collégialité échevinale, ce qu’illustre le sceau de la ville de Saint-Omer au XIIIe siècle (ill. 4)26. La représentation à cheval des Sainte-Aldegonde et des autres bourgeois audomarois sur les plaques de Saint-Omer correspond à une iconographie bien établie pour les sceaux de villes du nord de la France, plus précisément en Picardie, le long de la vallée de la Somme, en Ponthieu, autour de Montreuil et Abbeville, et en Artois, Arrageois, Douaisis et jusqu’au Boulonnais (ill. 6)27. Plus au sud, il faut également noter le cas du sceau personnalisé d’Anseri, maire de Bar-sur-Aube en Champagne (ill. 5)28.

  • 29 Sceaux successifs de Gilles de Sainte-Aldegonde, le premier appendu à un acte de 1230 (ANF, sc A121 (...)

7Cependant, le cas des Sainte-Aldegonde est bien différent. Foulque et Gilles ne représentent pas leur cité ou leur fonction communale mais bien leur propre personne et leur famille. De quel modèle iconographique a pu s’inspirer le créateur des plaques commandées par les deux Sainte-Aldegonde ? Si aucune empreinte du sceau de Foulque n’a pu être repérée jusqu’à présent, deux appartenant à Gilles sont répertoriées dans l’Inventaire des sceaux de l’Artois de Demay. Datées de 1230 (ill. 7) et 124829 (fig. 8), elles sont de type héraldique.

8Si les armoiries des sceaux successifs de Gilles sont bien celles gravées sur sa dalle, il paraît évident que le modèle de celle-ci ne vient pas des sceaux connus du commanditaire. Les autres donateurs laïcs des pavements de l’ancienne collégiale n’ont-ils pas usé, pour leur part, de modèles sigillaires pour leurs images ? »

  • 30 Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, fragment de dalle de Daniel Longu et sa femme, fin XIIe sièc (...)
  • 31 Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, fragment de dalle de Simon, fin du XIIe siècle, provenant de (...)
  • 32 Pastoureau, Traité..., op. cit., p. 52.

9Deux dalles provenant de l’édifice roman représentent des laïcs. Sur la première, Daniel Longu et sa femme sont agenouillés (ill. 9)30. Leurs mains exagérément longues traduisent la prière ou la donation. Il n’y a pas ici de lien apparent avec l’art sigillaire. Sur la seconde, un autre donateur, Simon, est agenouillé et présente son écu de gueule à chef d’or et à trois fleurs de lis d’or en pointe (ill. 10)31. Le style de cette dalle suggère des liens avec les productions mosanes du troisième quart du XIIe siècle mais l’usage de brisures apparaissant à partir des années 1180-1190 indique une date plus récente, la fin du XIIe siècle32. L’usage du médaillon sur lequel figure l’inscription n’est pas sans évoquer la légende identifiant le sigillant mais les références à des modèles sigillaires apparaissent plus nettement sur les dalles contemporaines de celles des Sainte-Aldegonde.

  • 33 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, Dalle à effigie du fils de Guil (...)
  • 34 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, Dalle à effigie de Nicolas Wass (...)
  • 35 Dalles à sujet guerrier, Wallet, Description..., op. cit., pl. I.
  • 36 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, mur oriental du croisillon nord, première moitié du XII (...)
  • 37 Deschamps de Pas et Hermand, Histoire…, op. cit., pl. VI, no 25.

10D’autres échevins de Saint-Omer affichent également de manière ostentatoire leur réussite sociale. Les Wasselin, pourtant non nobles, ont choisi une représentation de type équestre, analogue à celle des Sainte-Aldegonde. Le premier, fils de Guillaume Wasselin (ill. 11)33 et le second Nicolas, fils de Guillaume Wasselin (ill. 12)34 présentent leurs armoiries à trois massacres de cerf. Les résines ont été restaurées. La teinte d’origine n’est pas connue. Au même titre que celle des Sainte-Aldegonde, les membres de cette famille figurent parmi les chanoines de Notre-Dame et les échevins de la ville de Saint-Omer. Mais aucun sceau n’a été repéré. Trois autres dalles dérivant du type équestre ont été relevées par Emmanuel Wallet en 1847 (ill. 13)35. Il en signale une qu’il identifie comme étant à l’effigie du comte de Flandre (ill. 13, no 7), et deux autres représentant des cavaliers non identifiés (ill. 13, no 3 et 6). Enfin, accrochée au mur oriental du bras nord du transept, une dalle est ornée d’un écu à la fasce, entouré de l’inscription scutum willemi castellani(écu de Guillaume châtelain). Un pigment rouge recouvre l’écu (ill. 14). Compte tenu du fait qu’il est très peu probable que la pièce soit de la même couleur que le champ, Il est possible que ce pigment, à moins d’une restauration moderne, soit l’ancienne couche préparatoire ou assiette destinée à recevoir la couleur définitive du champ et celle (métal ?) de la fasce36. Cet écu correspond aux armoiries des châtelains de Saint-Omer (ill. 15) et compte tenu de l’époque de réalisation du pavement, à Guillaume V, châtelain entre 1192 et 124437, dont les armoiries étaient d’azur à fasce d’or. Guillaume V choisit de se faire représenter par ses armoiries et non en chevalier comme les Wasselin et les Sainte-Aldegonde. N’avait-il pas les subsides nécessaires pour s’offrir une dalle de type équestre, ce qu’indique la vente de plusieurs de ces biens à Foulque de Sainte-Aldegonde, ou les armoiries seules suffisaient-elles à le représenter dans la collégiale ?

  • 38 C. de Mérindol, « Emblématique et carreaux de pavement à l’époque médiévale », Revue française d’hé (...)
  • 39 W. Sauerländer, « Die Naumburger Stifterfiguren Ruckblick und Fragen », dans du même, Cathedrals an (...)
  • 40 L. Tréhou, Obituaire du chapitre collégial de Saint-Omer de 1501, édition et commentaires, Mémoire (...)

11Ces exemples de donateurs témoignent du succès des images sigillaires dans la première moitié du XIIIe siècle. L’image ici n’a pas la valeur juridique du sceau, mais utilisée sur un support différent, des dalles à effigie en l’occurrence, elle devient un archétype de la représentation d’un individu dans un contexte social. Au moment où les Sainte-Aldegonde font graver leurs effigies, les bourgeois aspirent au mode de vie de la noblesse. Il semble que le choix du type équestre témoigne d’une volonté affichée d’apparaître tels les membres des grandes lignées avec lesquelles ils rivalisent dans les domaines politiques et financiers. Le cas des dalles à effigies de Saint-Omer paraît unique. D’après nos recherches, aucun autre laïc représenté à cheval n’apparaît dans les décors de sol au XIIIe siècle. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les pavements en terres cuites vernissées présentent un plus grand nombre de sujets liés à la vie de cour. Le mode de représentation n’est plus le même. Le procédé de fabrication des carreaux vernissés, de petite taille et reproductibles en série, n’autorise plus le développement de grands sujets comme le permettaient les dalles incrustées. Sont alors représentées des scènes de chasse, des têtes de roi et de reine. Parmi ces sujets, les figures inspirées de l’art sigillaire et de l’héraldique qui permettent d’identifier le commanditaire connaissent un franc succès38. Dans le domaine de la sculpture, un parallèle avec les statues du chœur de la cathédrale de Naumburg mérite d’être souligné. Même s’il n’y a pas de lien avec l’art sigillaire, sur ces statues réalisées au milieu du XIIIe siècle, des laïcs sont représentés en pied et portant leurs armoiries. Willibald Sauerländer a mis en relation leur présence avec le développement de la liturgie funéraire39. À l’ancienne collégiale Saint-Omer, les Sainte-Aldegonde sont présents dans les obituaires40, ce qui pourrait expliquer, en partie, la représentation de ces personnalités dans la collégiale.

  • 41 X. Barral I Altet, « L’Occident médiéval et l’Islam », dans C. Bertelli (éd.), Les mosaïques, Paris (...)
  • 42 C. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois (...)
  • 43 J.-L. Liez, « L’art du sceau », dans Sceaux et usages de sceaux..., op. cit., p. 31-35 ; M. Pastour (...)
  • 44 Marc Gil a récemment mis en évidence des liens stylistiques entre les productions sculptées, enlumi (...)

12Du point de vue technique, il semble que les contraintes de la taille en réserve utilisée pour les dalles incrustées engendrent les mêmes problématiques que celles des sceaux et de leur matrice dans le processus de fabrication des images. Or, au XIIIe siècle, les conditions de travail des graveurs de sceaux sont floues, en outre, aucune source relative à la commande et à la réalisation des dalles incrustées n’a été identifiée. Dans la mise en œuvre des décors de sol, Xavier Barrai I Altet a montré la participation de plusieurs corps de métiers. En Italie, à la fin du XIIIe siècle, les peintres Cimabue et Jacopo Torriti fournissent des cartons et réalisent eux-mêmes les sinopia des mosaïques des églises de Rome et de Toscane41. En France, pour le pavement du château d’Hesdin en 1390, à la demande de Philippe le Hardi, le peintre Melchior Broederlam dessine des motifs sur les carreaux réalisés au préalable par un tuilier42. Les dalles incrustées de Notre-Dame présentent des liens stylistiques importants avec les œuvres enluminées et orfévrées produites dans le milieu local et la qualité des images, telles celle de Foulque de Sainte-Aldegonde, ne laisse pas de doute possible quant à la réalisation d’un dessin préparatoire, peut être par un peintre. L’existence de carton ou de dessin préparatoire a aussi été suggérée, par Jean-Luc Liez notamment, pour la réalisation des matrices de sceaux43. S’il est impossible de préciser davantage les conditions de la fabrication de ces images, elles fournissent toutefois un exemple supplémentaire d’échanges culturels et artistiques dans un milieu précis44.

  • 45 M. Pastoureau, « Le sceau, un document à nul autre pareil » dans Sceaux et usages de sceaux..., op. (...)
  • 46 M. Gil et L. Nys, Saint-Omer gothique. Les arts figuratifs à Saint-Omer 1250-1550, Valenciennes, 20 (...)
  • 47 L. Deschamps de Pas, Les cérémonies religieuses dans la collégiale de Saint-Omer, examen d’un ritue (...)

13Pour conclure, il semble bien que l’image sigillaire a servi de modèle ou de référence à ces échevins. Quelle meilleure image, en effet, que celle d’un homme à cheval arborant fièrement ses armoiries pour figurer un homme au sommet de sa fortune et de sa réussite ? Selon Michel Pastoureau « Le sceau a valeur de symbole, il représente le corps du propriétaire quand il est absent »45. Cette citation nous incite à proposer un parallèle entre la fonction représentative du sceau et la fonction représentative de cette dalle dans l’édifice. Durant la première moitié du XIIIe siècle, la collégiale Notre-Dame est en reconstruction. Le pape Honorius III incite au culte de saint Orner par l’attribution d’indulgences46. Au même moment, les chanoines commandent le cénotaphe du saint qui, comme l’indique un missel en usage à la collégiale, se trouvait dans une des chapelles absidiales47. À la manière des ex-voto et des graffitis sur les murs d’églises, des épitaphes sur les pierres tombales ou encore des inscriptions nominales sur les autels, ces images des grandes familles audomaroises, inspirées de l’art sigillaire témoignent de la volonté forte de paraître et de s’inscrire durablement dans l’espace sacré de la collégiale au XIIIe siècle.

Illustrations

Ill. 1 - Dalle à effigie de Foulque de Sainte-Aldegonde, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.

Ill. 2 - Dalle à effigie de Gilles de Sainte-Aldegonde, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.

Ill. 3 - Premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne, (1226), AN, sc/S 2055-2055bis (moulage).

Ill. 4 - Matrice du second grand sceau de la ville de Saint-Omer (type du XIIIe siècle), Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, Inv. 2277bis.2.

Ill. 5 - Sceau d’Anseri, Maire de Bar-sur-Aube, AN Ch. 732 (moulage).

Ill. 6 - Sceau de la commune de Frévent, (s.d.), Paris, AN, sc/A 1042 (moulage).

Ill. 7 - Sceau de Gilles de Sainte-Aldegonde, en 1230, Paris, AN, sc/A 1218 (moulage).

Ill. 8 - Sceau de Gilles de Sainte-Aldegonde, en 1248, Paris, AN, sc/A 1219 (moulage).

Ill. 9 - Dalle de Daniel Longu et sa femme provenant de l’ancienne collégiale Saint-Omer, fin du XIIe siècle, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin (© musée de l’hôtel Sandelin).

Ill. 10 - Dalle de Simon provenant de l’ancienne collégiale Saint-Omer, fin du XIIe siècle, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin (© musée de l’hôtel Sandelin).

Ill. 11 - Dalle à effigie du fils de Guillaume Wasselin, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.

Ill. 12 - Dalle à effigie de Nicolas Wasselin, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, Église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.

Ill. 13 - Dalles à sujets équestres, d’après Wallet, Description..., op. cit., pl. I.

Ill. 14 - Dalle aux armoiries d’un châtelain de Saint-Omer (Guillaume V ?), 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, Église Notre-Dame, mur oriental du bras nord du transept.

Ill. 15 - Sceau de Guillaume V, châtelain de Saint-Omer de 1192 à 1244, d’après Hermand, Histoire sigillaire..., op. cit., pl. VI, no 25.

Notes

1 X. Barrai. I Altet, « Les pavements en mosaïque romans », dans M.-C. Bardoz et D. Gaborit-Chopin (dir.), La France romane, au temps des premiers capétiens (987-1152), catalogue d’exposition (Paris, Musée du Louvre), Paris, 2005, p. 27-30 ; C. Sapin (éd.), Le décor retrouvé à Saint-Philibert de Tournus : regards sur la mosaïque médiévale, Actes du colloque du Centre international d’études romanes (Auxerre, 2003), Tournus, 2004.

2 C. Norton, « Les carreaux de pavage en France au Moyen Age », Revue de l’Art, 63, 1984, p. 59-72.

3 A. Grabar, Sculptures byzantines de Constantinople (IVe-Xe siècle), Paris, 1963.

4 N. Reveyron, « Décor d’incrustations et tendances antiquisantes dans l’architecture romane de la moyenne vallée du Rhône », Gesta, XXXIX/1, 2000, p. 24-42.

5 N. Stratford, « A Romanesque Marble Altar-frontal in Beaune and Some Cîteaux Manuscripts », dans A. Borg et A. Martindale (éd.), The Vanishing Past : Studies of Medieval Art, Liturgy and Metrology Presented to Christopher Hohler, Oxford, 1981 (British Archaeological Reports, International Series, 3), p. 223-239.

6 S. Lamadon-Barrère, Les pavements à incrustation de la France du Nord (XIIe-XIVe siècle) : mise en oeuvre et place dans le décor de l’édifice religieux, 5 volumes, thèse de doctorat, Université Lille 3, 2009.

7 Des pavements à incrustation de la France du Nord ont été répertoriés dans les sites suivants : les anciennes cathédrales détruites d’Arras et de Thérouanne, les cathédrales de Tournai et de Canterbury, l’ancienne collégiale Saint-Omer, devenue en 1559, la cathédrale Notre-Dame du nouveau diocèse de Saint-Omer, après la destruction de la ville de Thérouanne, siège de l’ancien évêché ; les collégiales Saint-Martin d’Ypres et Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys, les abbatiales détruites de Saint-Rotrude d’Andres, d’Ham-en-Artois, du Mont-Saint-Eloi et de Saint-Bertin de Saint-Omer, l’église de Blaringhem et le château de la Motte-aux-Bois.

8 J. Thiébaut, Le Nord gothique, Paris, 2007, p. 375-389.

9 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame (anciennement collégiale Saint-Omer), chapelle du Sacré-Cœur, dalle à effigie de Foulque de Sainte-Aldegonde.

10 A. Thérin, « Notre-Dame de Saint-Omer », Annuaire du diocèse d’Arras pour 1876, Arras, 1875, p. 212-221, ici p. 216.

11 E. Wallet, Description du pavé de l’ancienne cathédrale de Saint-Omer consistant en dalles gravées et incrustées de mastic de couleurs variées, Douai-Saint-Omer, 1847, p. 26.

12 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, dalle à effigie de Gilles de Sainte-Aldegonde.

13 Sur les Sainte-Aldegonde, voir A. Derville, sous la dir., Histoire de Saint-Omer, Lille, 1981, et G. Coolen, « Les Sainte-Aldegonde, grands bourgeois de Saint-Omer au XIIe, XIIIe et XIVe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, XIX, juin 1962, p. 577-608.

14 Derville, Histoire de Saint-Omer..., op. cit., p. 93-110.

15 Coolen, « Les Sainte-Aldegonde... », art. cit., p. 598.

16 C. Lesage, « L’église cistercienne de Clairmarais (Pas-de-Calais) après 1789 », Bulletin de la Commission d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, XVI, 1998, p. 147-209 ; sur l’abbaye, voir également, H. de Laplane, Les abbés de Clairmarais, Saint-Omer, 1868, p. 171.

17 L. Deschamps de Pas et A. Hermand, Histoire sigillaire de Saint-Omer, Paris, 1860, p. 39.

18 G. Demay, Inventaire des sceaux de l’Artois et de la Picardie, Paris, 1877, p. 132, no 1218.

19 J. De Pas, « Liste des membres de l’échevinage de Saint-Omer, 1144-1790 », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, XXVIII, Saint-Omer, 1906-1907, p. 1-348, ici p. 5.

20 Derville, Histoire de Saint-Omer..., op. cit., p. 59.

21 Sceau de Louis, futur Louis VIII, fils de Philippe Auguste, cf. M. Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, 2003 (1re éd. 1979), fig. 18.

22 Thibaud IV, comte de Champagne, 1er sceau, empreinte de 1226, Paris, Archives nationales de France (désormais ANF), collection supplément, collection Anatole de Barthélemy, 2055-2055bis ; J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux, images de la Champagne médiévale, catalogue d’exposition (Joinville-Châlons-en-Champagne-Reims-Troyes, 2003-2004), Paris, 2003, fig. 135.

23 L’usage des grandes protections pour le cheval apparaît vers 1240 ; J.-L. Chassel, « L’évolution de l’armement et des armoiries », dans Sceaux et usages de sceaux..., cat. cit., p. 117-121 (ici p. 119).

24 Sceau de Jean de Dampierre en 1273, ANF, sc/Ch. 369, cf. Sceaux et usages de sceaux..., cat. cit., fig. 128.

25 Sceau d’Alix de Montmorency, dame de Rozoy-sur-Serre et de Chaumont-Porcien, femme de Roger de Rozoy en 1248, ANF, sc/D 3455, cf. Sceaux et usages de sceaux..., cat. cit., fig. 131.

26 Matrice du second grand sceau de la ville de Saint-Omer, type du XIIIe siècle, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin, Inv. 2277bis.2 ; B. Bedos[-Rezak], Corpus des sceaux français, I, Les sceaux des villes, Paris, 1980, fig. 629 ; sur cette question voir en dernier, L. Chassel et P.-A. Flandrin-Bléty, « La représentation du pouvoir délibératif sur les sceaux des villes au Moyen Âge », dans Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle). Entre puissance et négociation : État, ville, finances. Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière (Paris, 2008), à paraître.

27 Recensement effectué par Marc Gil (communication orale), à partir de Bedos[-Rezak], Corpus des sceaux de villes..., op. cit. : Sceaux avec cavalier seul, sans arme ou tenant un bâton ou une baguette de roseau, trente et une occurrences (Picardie - Aisne, Oise, Somme ; Ponthieu - Somme et Pas-de-Calais ; Artois - Pas-de-Calais et Nord) ; une autre pour Mantes-la-Jolie (domaine royal) et une pour Mutzig (Alsace), enfin sept occurrences éparpillées dans le sud-ouest, depuis La Rochelle jusqu’à Béziers : anciens comtés de Poitiers, de Toulouse et de Foix. À noter également, l’image du cavalier accompagné d’hommes en armes à pied ; sept occurrences en Artois et Somme.

28 ANF, sc Ch 369, cf. sceaux et usages de sceaux..., op. cit., fig. 156.

29 Sceaux successifs de Gilles de Sainte-Aldegonde, le premier appendu à un acte de 1230 (ANF, sc A1218), et le second à un autre de 1248 (A 1219). Nos vifs remerciements à Ambre Debruyne-Vilain pour les clichés des ill. 6 à 8, provenant des moulages des Archives nationales à Paris.

30 Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, fragment de dalle de Daniel Longu et sa femme, fin XIIe siècle, provenant de l’ancienne cathédrale Notre-Dame (auparavant collégiale Saint-Omer).

31 Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, fragment de dalle de Simon, fin du XIIe siècle, provenant de l’ancienne cathédrale Notre-Dame (auparavant collégiale Saint-Omer).

32 Pastoureau, Traité..., op. cit., p. 52.

33 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, Dalle à effigie du fils de Guillaume Wasselin, 1re moitié du XIIIe siècle : [ ?] s : uvillelmlvvas/seli//ni : dedit : istvm : lapi/dem : ad : honorem : beati audom/ari epscopie.

34 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur, Dalle à effigie de Nicolas Wasselin, 1re moitié du XIIIe siècle, + nicholavs : filivs//vvi/llelmi : wasselini de/dedit : istvm lapidem : ad hono/rem : sancti audomari.

35 Dalles à sujet guerrier, Wallet, Description..., op. cit., pl. I.

36 Saint-Omer, ancienne cathédrale Notre-Dame, mur oriental du croisillon nord, première moitié du XIIIe siècle.

37 Deschamps de Pas et Hermand, Histoire…, op. cit., pl. VI, no 25.

38 C. de Mérindol, « Emblématique et carreaux de pavement à l’époque médiévale », Revue française d’héraldique et de sigillographie, LXXVI, 2006, p. 29-52.

39 W. Sauerländer, « Die Naumburger Stifterfiguren Ruckblick und Fragen », dans du même, Cathedrals and Sculptures, 2000, 2, p. 593-711, ici p. 645-647.

40 L. Tréhou, Obituaire du chapitre collégial de Saint-Omer de 1501, édition et commentaires, Mémoire de DEA, Université Lille 3, 2001.

41 X. Barral I Altet, « L’Occident médiéval et l’Islam », dans C. Bertelli (éd.), Les mosaïques, Paris, 1993, p. 165-224, ici p. 170-171.

42 C. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois et le Hainaut avant le XVe siècle, 2 vol., Lille, 1886, II, p. 683.

43 J.-L. Liez, « L’art du sceau », dans Sceaux et usages de sceaux..., op. cit., p. 31-35 ; M. Pastoureau, « Les graveurs de sceaux et la création emblématique », dans X. Barral I Altet (éd.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Age, I, Les Hommes, Actes du colloque (Rennes, 1983), Paris, 1986, p. 515-522, ici p. 517.

44 Marc Gil a récemment mis en évidence des liens stylistiques entre les productions sculptées, enluminées et sigillaires dans le Nord de la France autour de 1200, cf. M. Gil, « Quo in testimonio imaginem meam apposui. Notes sur le goût de l’antique et le style 1200 dans les sceaux du Nord de la France », dans C. Moreau de Gerbehaye et A. Vanrie (éd.), Marques d'authenticité et sigillographie, Recueil d’articles publiés en hommage à René Laurent, Archives et Bibliothèques de Belgique, no spécial 79, Bruxelles, 2006, p. 67-94.

45 M. Pastoureau, « Le sceau, un document à nul autre pareil » dans Sceaux et usages de sceaux..., op. cit., p. 13-16, ici p. 13 ; du même, « Les sceaux et la fonction sociale des images », dans J. Baschet et J.-C. Schmitt (éd.), L’image, Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Actes du 6th International Workshop on Medieval Societies (Erice, Sicile, 1992), Paris, 1996, p. 275-308.

46 M. Gil et L. Nys, Saint-Omer gothique. Les arts figuratifs à Saint-Omer 1250-1550, Valenciennes, 2004, p. 40.

47 L. Deschamps de Pas, Les cérémonies religieuses dans la collégiale de Saint-Omer, examen d’un rituel manuscrit de cette église, Saint-Omer, 1886 (extrait des Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 20), p. 13-14.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Dalle à effigie de Foulque de Sainte-Aldegonde, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Ill. 2 - Dalle à effigie de Gilles de Sainte-Aldegonde, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 3 - Premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne, (1226), AN, sc/S 2055-2055bis (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Ill. 4 - Matrice du second grand sceau de la ville de Saint-Omer (type du XIIIe siècle), Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin, Inv. 2277bis.2.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 5 - Sceau d’Anseri, Maire de Bar-sur-Aube, AN Ch. 732 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Ill. 6 - Sceau de la commune de Frévent, (s.d.), Paris, AN, sc/A 1042 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 7 - Sceau de Gilles de Sainte-Aldegonde, en 1230, Paris, AN, sc/A 1218 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 8 - Sceau de Gilles de Sainte-Aldegonde, en 1248, Paris, AN, sc/A 1219 (moulage).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 9 - Dalle de Daniel Longu et sa femme provenant de l’ancienne collégiale Saint-Omer, fin du XIIe siècle, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin (© musée de l’hôtel Sandelin).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Ill. 10 - Dalle de Simon provenant de l’ancienne collégiale Saint-Omer, fin du XIIe siècle, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin (© musée de l’hôtel Sandelin).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 11 - Dalle à effigie du fils de Guillaume Wasselin, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Ill. 12 - Dalle à effigie de Nicolas Wasselin, 150 x 150 cm, 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, Église Notre-Dame, chapelle du Sacré-Cœur.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Ill. 13 - Dalles à sujets équestres, d’après Wallet, Description..., op. cit., pl. I.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Ill. 14 - Dalle aux armoiries d’un châtelain de Saint-Omer (Guillaume V ?), 1re moitié du XIIIe siècle, Saint-Omer, Église Notre-Dame, mur oriental du bras nord du transept.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. 15 - Sceau de Guillaume V, châtelain de Saint-Omer de 1192 à 1244, d’après Hermand, Histoire sigillaire..., op. cit., pl. VI, no 25.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2892/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Docteur en histoire de l’art médiéval, est assistante qualifiée du patrimoine de la ville de Saint-Omer et chargée de mission dans le cadre de la préfiguration de « Saint-Omer, Pays d’art et d’histoire ». Sa thèse a porté sur Les pavements à incrustation des églises de la France du Nord, XIIe -XIVe siècles (Université Lille 3, 2009). Parmi ses publications récentes : « Le Maître de Saint-Augustin et le scriptorium de l’abbaye Sainte-Rictrude de Marchiennes de 1150 à 1175 », Les Amis de Douai, 14 (2002, n° 3, 6-9) ; « Les images du calendrier dans les dalles incrustées de Notre-Dame de Saint-Omer : nouvelles perspectives », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie (2008, 53-79) ; « Sculptures et dalles incisées », dans Jeanne de Constantinople, Princesse de Flandre et de Hainaut, catalogue d’exposition (Paris, 2009, 231-242).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540