Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

L’image au service des stratégies emblématiques: Élites seigneuriales et bourgeoises

L’hérédité des matrices de sceaux princiers au xiie siècle, entre conscience lignagère et discours politique

Jean-François Nieus

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir la mise au point de B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi. Métamorphoses sigillaires en Europe mé (...)
  • 2 J. Cherry, « The breaking of seals », dans M. Andersen et G. Tegner (éd.), Middelalderlige seglstam (...)

1Signe d’identité et d’autorité personnelles par excellence, la matrice d’un sceau perdait nécessairement sa valeur et sa raison d’être dès l’instant où son propriétaire rendait l’âme. Que devenait-elle ensuite ? Était-elle toujours vouée à disparaître avec celui qu'elle avait accompagné sa vie durant ? Cette problématique trop longtemps négligée commence tout doucement à retenir l’attention des historiens sigillographes, mais pas encore au point de conduire à une révision des manuels. Le seul acquis nouveau concerne l’inhumation de matrices sigillaires dans les tombes : la rareté persistante des trouvailles archéologiques trahit le caractère marginal de cette pratique, contrairement à ce que certaines découvertes spectaculaires avaient suggéré1. Pour le reste, l’opinion classique selon laquelle il aurait été de règle d’annuler les sceaux devenus obsolètes (par la mort de leur possesseur ou pour quelqu’autre raison) en les détruisant afin d’éviter toute manipulation frauduleuse est encore ancrée dans toutes les têtes. Elle semble d’ailleurs étayée par de nombreux témoignages textuels et matériels qui font état de sceaux brisés, limés ou fondus, tels que ceux collectés par J. Cherry pour la France et l’Angleterre2.

  • 3 B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., surtout p. 349-358.
  • 4 W. Ewald, Siegelkunde, München-Berlin, 1914, p. 111-116 ; H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehrefü (...)
  • 5 T. Diederich, « Nachgravur, Umgravur, Nachschnitt und Neuschnitt. Beobachtungen an Dürener und ande (...)

2Des alternatives à l’élimination pure et simple ont pourtant existé. Dans un article récent, B. Bedos-Rezak attire l’attention sur le destin particulier des sceaux des évêques de Durham au XIVe siècle, qui étaient métamorphosés en pièces d’orfèvreries inscrites au nom du prélat défunt pour être offertes à la cathédrale3. Cet usage apparemment isolé représente en fait une voie moyenne entre le bris de la matrice et une autre pratique avérée, à savoir sa récupération sans altération ou presque de sa matérialité. En effet, comme l’avaient déjà fait remarquer W. Ewald et H. Bresslau, il n’est pas rare, surtout au bas Moyen Âge, de rencontrer des sceaux rangés dans le « trésor » de la famille ou de l’institution à laquelle appartenait le sigillant disparu, voire tout bonnement réutilisés par le (ou les) successeur(s) de ce dernier, en totale contradiction avec le caractère personnel de ces insignes4. De telles réutilisations s’observent un peu partout en Occident à la fin de la période médiévale, parmi les différentes catégories de sigillants ; elles surviennent aussi bien chez les papes et dans le haut clergé que parmi les souverains et les princes laïques, comme si aucune autorité n’avait observé une attitude constante en ce domaine à travers les siècles. D’un point de vue technique, le « recyclage » était facilité par la possibilité, étudiée par T. Diederich sur la base d’exemples rhénans, de retoucher les motifs gravés de la matrice, en particulier la légende dont elle était porteuse5.

  • 6 M. Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, 1981, p. 40.
  • 7 M. Fabre, Sceau médiéval. Analyse d’une pratique culturelle, Paris, 2001, p. 183-184.

3Toutefois, en l’absence de travaux sur la question, les sigillographes ont bien du mal à prendre la mesure du phénomène. Dans son fascicule de la Typologie des sources du Moyen Age occidental, M. Pastoureau admet que la destruction des matrices « est loin d’être un usage général », mais ne peut livrer d’informations précises sur les remplois ; tout au plus suggère-t-il que l’habitude de détruire les sceaux se renforce au bas Moyen Âge pour les personnages de haut de rang6. Plus récemment, dans un chapitre consacré aux modalités d’annulation des sceaux, M. Fabre aboutit à la conclusion qu’avant le bas Moyen Âge, « on ne sait pas s’il est régulièrement donné au sceau une fin symbolique à la disparition du sigillant […] ou bien s’il est aussi courant de simplement remiser l’objet, le fondre ou l’actualiser. Probablement les dispositions varient-elles selon le rang social et l’étendue du pouvoir du sigillant ou, de façon plus prosaïque, selon le matériau de la matrice ». Le même auteur estime comme M. Pastoureau que les destructions des sceaux sont plus fréquentes aux XIVe et XVe siècles, mais ajoute qu’on assiste en même temps à une banalisation des remplois de matrices7.

  • 8 M. Fabre, tout en évoquant à demi-mot l’éventualité d’une « raison (…) politique » des remplois, pr (...)
  • 9 Mentionnons ici encore B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., p. 337-358.

4Devant une telle obscurité, il n’est pas étonnant que personne n’ait vraiment réfléchi aux possibles significations de ce dernier usage aux yeux des contemporains. Les érudits qui l’ont rencontré au détour de leurs recherches se sont contentés d’explications rapides, d’ordre économique (souci d’épargner le coût élevé de la fabrication d’un nouveau sceau) ou simplement pratique (moyen de se doter rapidement et sans effort d’un outil de validation)8. Mais ces interprétations toutes pragmatiques pèchent manifestement par anachronisme. Le sceau médiéval, faut-il le rappeler, est investi d’une telle charge symbolique que toute manipulation dont il fait l’objet, y compris son éventuelle transformation ou destruction, résulte d’un choix mûrement réfléchi et revêt un sens délibéré9. Un acte aussi saisissant que l’appropriation du signe identitaire le plus explicite d’un individu par un autre, fût-il son successeur direct, n’est-il pas a fortiori porteur d’un message que l’historien devrait pouvoir décrypter ?

  • 10 Les premiers résultats de cette recherche, fondés sur un corpus plus restreint, ont déjà fait l’obj (...)
  • 11 W. Ewald, Siegelkunde, op. cit., p. 112 ; H. Bresslau, Handbuchder Urkundenlehre…, op. cit., p. 555 (...)
  • 12 M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Age. T. 2 : Les sceaux des rois et de régence, Paris, (...)

5C’est ce que j’entends montrer dans ces pages, à travers l’analyse d’un groupe de remplois observés dans la haute et moyenne aristocratie laïque au XIIe siècle10. Ces remplois de l’âge féodal viennent s’intercaler entre ceux qu’on connaissait déjà parmi les pouvoirs civils. Antérieurs aux réutilisations attestées chez certains souverains (empereur et roi d’Angleterre en particulier) et princes territoriaux du bas Moyen Âge, ils esquissent une continuité avec les antécédents prestigieux signalés dans l’Empire naissant des IXe-Xe siècles : le sceau de Louis le Germanique (840-876) a été réutilisé par son fils Louis III le Jeune (876-882) et son petit-fils Louis IV l’Enfant (900-911) ; l’empereur Otton II (973-983) a fait usage durant tout son règne de l’un des sceaux en majesté de son père Otton Ier (936-973)11. On se gardera cependant de prêter à ces remplois impériaux une valeur d’exemple, compte tenu du hiatus de deux siècles qui les sépare de l’apparition des tout premiers sceaux princiers et, plus tard, seigneuriaux. À cet égard, un autre précédent mérite plus d’attention : à l’entame de son règne, le jeune roi de France Philippe Ier (1060-1108) a récupéré la matrice de son père Henri Ier (1031-1060)12. J’y reviendrai en temps voulu.

Présentation du corpus

6En la quasi-absence de textes documentant le phénomène au Moyen Âge central, la détection des remplois de matrice sigillaire repose logiquement sur la « collation » des insignes utilisés tour à tour par les représentants successifs d’une même lignée ou d’un même fief. Il faut donc disposer de séries aussi complètes que possibles, idéalement rassemblées en catalogues critiques par sigillants. Cette condition, remplie pour les sceaux des souverains, ne l’est en revanche que très inégalement pour ceux des princes et – pis encore – des barons. Les inventaires français issus des grandes campagnes de moulage du XIXe siècle se révèlent ici d’un secours fort réduit, car ils offrent rarement la suite continue des premiers sceaux employés par les membres d’un lignage, et sont évidemment dépourvus des clichés photographiques indispensables au diagnostic. L’état des lieux, mené au départ de trop rares catalogues par sigillants, malaisément complété par des rapprochements ponctuels, ne prétend pas à l’exhaustivité.

  • 13 R. Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, 2 t. en 3 vol., Bruxell (...)
  • 14 Voir W. Ewald et E. Meyer-Wurmbach, Rheinische Siegel. T. 6 : Siegel der Grafen und Herzoge von Jül (...)

7Pour la zone géographique ici envisagée, à savoir en gros l’ancien espace lotharingien ainsi que le nord et l’est de la France (Picardie, Champagne, Lorraine), le principal instrument disponible est le catalogue des sceaux des princes territoriaux « belges » établi par R. Laurent. Ce modèle du genre permet de repérer quatre reprises de sceau d’un principat à l’autre. Trois se sont produites au XIIe siècle : elles concernent les comtes Conrad Ier (1059-1086) et Conrad II (1129-1136) de Luxembourg, les ducs Godefroid Ier (1095-1139), Godefroid II (1139-1142) et Godefroid III (1142-1190) de Basse-Lotharingie – bientôt Brabant –, ainsi que les comtes Baudouin IV (c. 1125-1171) et Baudouin V (1171-1195) de Hainaut (ill. 1 à 3). La quatrième s’est produite chez les comtes de Namur dans la première moitié du XIVe siècle13. Enfin, pour compléter l’apport du travail de R. Laurent, il y a lieu de signaler un autre remploi attesté sur le flanc oriental de la Basse-Lotharingie, dans le comté de Juliers. Il ressort en effet de l’inventaire des sceaux de Rhénanie réalisé par W. Ewald que le comte Guillaume IV (1219-1278) a repris la matrice de son prédécesseur Guillaume III (1208-1219) - qui était elle-même, notons-le, une stricte copie à l’identique du premier sceau connu des comtes de Juliers, celui de Guillaume II de Heimbach (1182-1207) (ill. 4)14.

Tableau récapitulatif des remplois étudiés

Tableau récapitulatif des remplois étudiés
  • 15 J.-F. Nieus, Les chartes des comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècles), Turnhout, 2008, p. 63, no 1-2 (...)
  • 16 C. Brunel, Recueil des actes des comtes de Pontieu (1026-1279), Paris, 1930, p. LXXV-LXXIX. La matr (...)
  • 17 AN, sc/P 40 ; P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 62 (et planche XLII, no 279).
  • 18 Amiens, Archives départementales de la Somme, 13 H 6 (abbaye du Gard), no 6. Les sceaux numérisés d (...)

8Pour la France du Nord, il faut se contenter d’observations moins méthodiques. Hasard ou coïncidence, les deux catalogues de sceaux comtaux actuellement disponibles pour la région, annexés l’un au recueil des chartes des comtes de Ponthieu, l’autre à celui des actes des comtes de Saint-Pol, font chacun état de remplois avérés. La matrice du comte de Saint-Pol Hugues III Candavène (1112/15-1144/45) a été remployée par son fils Enguerran (1144/45-1164), qui en a fait changer la légende à son nom (ill. 6)15. Quant aux comtes de Ponthieu, leurs réutilisations en cascade en font un cas de figure particulièrement spectaculaire : la vieille matrice du comte Gui Ier (1053-1100) est restée en service jusqu’au début du XIIIe siècle, successivement réutilisée par son arrière-petit-fils Gui II (c. 1127-1147) puis, moyennant correction de la légende, par Jean Ier (1147-1191) et Guillaume II (1191-1221) (ill. 5)16 ! Il y a tout lieu de croire que d’autres familles nobles de l’Artois et de la Picardie ont usé du même procédé que ces comtes de second rang. Néanmoins, pour l’instant, je n’ai pu le mettre en évidence que chez les seigneurs de Picquigny, vidames des évêques d’Amiens : le sceau équestre à la lance de Gérard II (1186/89-1192), catalogué par G. Demay et épinglé comme une « survivance » par P. Bony17, est en réalité celui de son père Gérard Ier (1122/1126-1178), dont une belle empreinte datée de 1154 a été numérisée par les Archives départementales de la Somme (ill. 7)18.

  • 19 P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 23-24 (et planches IV et VI, no 15 et 26).
  • 20 Paris, BNF, ms lat. 5441, II, p. 137 (reproductions : ibid., planche IV, no 15 ; Ch. Métais, Marmou (...)
  • 21 P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 29.
  • 22 J.-L. Chassel, « L’évolution de l’armement et les armoiries », dans J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et (...)
  • 23 AN, sc/Ch 264 (moulage photographié dans J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux…, op. cit (...)
  • 24 La numérotation et la chronologie des Clarembaud de Chappes ont été entièrement revues, voici peu, (...)
  • 25 Voir Th. Evergates, The aristocracy in the county of Champagne, 1100-1300, Philadelphie, 2007, p. 2 (...)

9L’espace bléso-champenois apparaît également concerné. Au niveau princier, tout d’abord, les spécialistes ont déjà remarqué la concordance de type entre le sceau du comte Étienne-Henri de Blois et de Meaux (1089-1102) et celui de son fils Thibaud, comte de Blois et de Meaux (1102-1152) puis de Champagne (1125-1152), sans toutefois avancer l’hypothèse d’une identité de matrice19. Le doute est certes permis : l’insigne d’Étienne-Henri n’étant connu qu’à travers un dessin réalisé pour Gaignières (ill. 8)20, la ressemblance constatée pourrait également résulter d’une fabrication à l’identique, autre pratique attestée en milieu princier au XIIe siècle (songeons par exemple au sceau double du roi Henri II, servilement imité en 1151 de celui créé pour son père Geoffroy Plantagenêt21). Un remploi pur et simple est toutefois très probable, compte tenu, entre autres, du fait que Thibaud était enfant à la mort de son prédécesseur : nous allons voir que les minorités ont été des moments particulièrement propices à la réutilisation des matrices sigillaires. Un deuxième cas champenois me semble devoir être signalé, cette fois dans les rangs de la moyenne aristocratie. Le sceau équestre de Clarembaud V de Chappes (c. 1172-1204), dont J.-L. Chassel a déjà fait observer que le cavalier porte un équipement devenu obsolète en 120022, date des premières empreintes conservées23, dénote plus globalement un style archaïque qui rappelle assez les productions du deuxième tiers du XIIe siècle (ill. 9). Peut-être conviendrait-il dès lors d’en attribuer la paternité à Clarembaud IV (c. 1145-c. 1172), voire, à la rigueur, à Clarembaud III (c. 1135-c. 1145) ou Clarembaud II (c. 1110-c. 1135)24, dont on sait qu’ils furent parmi les premiers barons champenois à user d’un sceau25. Hélas, l’activité sigillaire de ces trois dynastes semble n’avoir laissé aucune trace.

  • 26 E. Des Robert, Catalogue des sceaux des archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, 1982 (...)
  • 27 La chronologie d’Hugues Ier a été rectifiée par M. Parisse, « Les sépultures comtales en Lorraine a (...)
  • 28 L’écu figuré sur la matrice utilisée par Hugues II comporte en effet une barre, correspondant sans (...)
  • 29 E. Des Robert, Catalogue des sceaux… Meurthe-et-Moselle, op. cit., no 196 ; voir aussi Id., « Les s (...)

10Enfin, un cas de figure similaire au précédent se rencontre dans la Lorraine voisine, chez les possesseurs du petit comté de Vaudémont. Jusqu’en 1198 au moins, le comte Hugues II (c. 1188-1242) a fait usage d’un sceau équestre à la lance d’allure désuète, difficilement imputable au savoir-faire d’un graveur de la fin du XIIe siècle (ill. 10)26. Il faut derechef se demander si la matrice utilisée par Hugues II n’est pas, en réalité, celle de son grand-père homonyme Hugues Ier (c. 1120-c. 1154)27, éventuellement augmentée d’un emblème héraldique28. La preuve irréfutable fait ici encore défaut, mais on observera qu’Hugues II a par la suite renoncé à cette matrice vieillie au profit d’une nouvelle, à la pointe de la mode celle-là, qu’on découvre appendue à une charte de 121229. Sans doute le décalage était-il devenu trop grand entre le style de l’objet et les codes esthétiques en vigueur au début du XIIIe siècle.

11Ces dossiers champenois et lorrain montrent à quel point l’enquête peut être délicate, en particulier lorsqu’elle repose sur des dessins de sceaux disparus ou, pis, sur des critères purement stylistiques. Mais ils laissent aussi entrevoir la possibilité, très réelle à mon avis, d’identifier encore beaucoup d’autres remplois au sein des familles aristocratiques du Moyen Âge central. Les progrès seront toutefois conditionnés par la multiplication future des catalogues raisonnés et des corpus photographiques accessibles aux chercheurs.

  • 30 Voir en particulier O. Posse, Die Lehre von Privaturkunden, op. cit., p. 131-132, et les autres tra (...)
  • 31 Sceaux catalogués par G. Sello, « Die Siegel der Markgrafen von Brandenburg askanischen Stammes », (...)
  • 32 Ce remploi a échappé à G. Sello, mais pas à H. Bier, « Die Entwicklung der Siegeltypen der Markgraf (...)
  • 33 G. Sello, « Die Siegel der Markgrafen von Brandenburg… », art. cit., p. 295, signale une charte d’O (...)

12Reste, naturellement, la question de savoir si d’autres régions de l’Occident ont connu le phénomène. Il faut pour l’instant se contenter d’un début de réponse, limité aux principautés de l’Empire autres que lotharingiennes. Les remplois dont l’érudition allemande a pu faire état au sein de la haute et moyenne aristocratie de l’Empire sont tous tardifs30, mais suffisamment nombreux pour suggérer que l’usage avait des racines anciennes. On en voudra pour preuve le splendide exemple fourni par les sceaux des margraves de Brandebourg. Ceux-ci arborent tous, sans variations ou presque, le curieux type pédestre de guerre à la lance adopté par le fondateur de la Marche brandebourgeoise, Albert l’Ours (1150-1170)31. Si le fils de celui-ci, Otton Ier (1170-1184), semble s’être contenté de copier à l’identique la troisième matrice paternelle, son petit-fils Otton II (1184-1205) a directement fait usage, pendant une dizaine d’années, de la dernière matrice gravée pour Otton Ier32. Les remplois seront dès lors coutumiers dans la famille jusqu’à la fin du XIIIe siècle : le dernier sceau d’Otton II paraît avoir été successivement repris par son frère Albert II (1205-1220), son neveu Otton III (1220-1267) et son petit-neveu Otton V le Long (1268-1298)33 ; en ligne johannique, l’insigne gravé pour le co-margrave Jean Ier (1220-1266), frère d’Otton III, servira aussi à son fils Jean II (1267-1281). Les remplois de matrices princières furent donc une réalité d’un bout à l’autre de l’Empire dès le XIIe siècle. Dans quelles proportions ? Il est impossible d’en juger.

Conscience lignagère et discours politique

13En dépit du petit nombre de cas dont il se compose pour l’instant, le corpus de remplois présenté ci-dessus n’en est pas moins cohérent et significatif. Indiscutablement, il témoigne d’une pratique récurrente au sein de la haute aristocratie entre Seine et Rhin tout au long du XIIe siècle. Les grands princes territoriaux semblent avoir donné l’exemple, mais ils ont été rapidement imités par des comtes de second rang ; et si les seigneurs non titrés paraissent en retard, c’est surtout en raison de la chronologie plus récente de l’apparition des sceaux au niveau seigneurial. La réutilisation de la matrice d’un prédécesseur disparu semble donc avoir été un procédé bien accepté parmi l’élite séculière à l’époque où l’usage du sceau se généralisait en son sein. Reste à en comprendre les motivations. Comme je l’ai déjà suggéré, il est hautement improbable que le souci d’épargner le coût de fabrication d’une nouvelle matrice, ou d’éviter les tracasseries pratiques liées à cette tâche, ait animé des aristocrates de haut rang qui accordaient la plus grande attention à cet objet de prestige matérialisant leur autorité et exprimant leurs ambitions. On postulera plutôt que le remploi d’un sceau préexistant, loin de toute idée de recyclage ou d’expédient, était un acte de communication symbolique investi d’une signification bien particulière. Pour l’interpréter de façon satisfaisante, il convient de s’intéresser tant à la personnalité des propriétaires originels des sceaux qu’aux circonstances précises dans lesquelles ces derniers ont fait l’objet d’un remploi.

  • 34 M. Marque, Autorité publique et conscience dynastique : études sur les représentations du pouvoir p (...)
  • 35 Sur les origines du comté de Luxembourg, outre la thèse de M. Margue, voir H. Renn, Das erste Luxem (...)
  • 36 E. Prarond, Les comtes de Ponthieu : Gui Ier, 1053-1100, Paris, 1900 ; P. Bauduin, La première Norm (...)
  • 37 Sur la carrière de Godefroid Ier et la formation du duché de Brabant, voir P. Bonenfant et A.-M. Bo (...)
  • 38 À propos de la carrière de Baudouin IV, voir M. Bruwier, « Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire au (...)
  • 39 Le parcours d’Hugues III est analysé par J.-F. Nieus, Un pouvoir comtal entre France et Flandre : S (...)

14À l’évidence, les sigillants originels apparaissent pour la plupart comme des figures majeures de l’histoire des principautés et des familles auxquelles ils sont liés. Ayant souvent bénéficié d’une très longue carrière (un demi-siècle dans plusieurs cas), ils ont joué un rôle prépondérant dans la construction ou l’affermissement de leur assise territoriale, ainsi que dans le positionnement de leur lignage sur la scène politique et aristocratique. Ainsi, le comte de Luxembourg Conrad Ier, dont le sceau a été remis en service par le petit-fils Conrad II en 1129, plus de quarante ans après sa mort, peut-il être décrit comme le « ‘fondateur’ du comté et du lignage »34 : c’est lui qui a orienté les ambitions de sa famille vers le territoire luxembourgeois, qui a donné à celui-ci son visage de principauté centrée sur le château éponyme, et finalement pris le titre de « comte de Luxembourg » que ses prédécesseurs ne portaient pas encore35. Une autre figure du XIe siècle, le comte de Ponthieu Gui Ier, dont l’insigne sera repris par l'arrière-petit-fils homonyme à la même époque, se distingue quant à lui par la consolidation d’une création territoriale préexistante : avec habileté, il a assuré la pérennité de ce qui n’était au milieu du XIe siècle qu’un fragile comté de frontière pratiquement broyé par la puissance normande ; en 1098, au soir d’un long principat auréolé de prestige, c’est à lui que reviendra l’honneur d’adouber le futur roi de France Louis VI36. Des observations similaires peuvent être formulées à propos des deux princes lotharingiens de la première moitié du XIIe siècle qui ont vu leur matrice sigillaire remployée par leur successeur direct. Le comte de Louvain Godefroid Ier, en particulier, a joué un rôle crucial dans la formation territoriale et politique du futur Brabant, en obtenant en 1106 le titre ducal de Basse-Lotharingie (auquel était notamment lié le contrôle de la vaste marche d’Anvers) et en parvenant à imposer le principe de sa transmission héréditaire37. Son voisin Baudouin IV, comte de Hainaut, laissait aussi derrière lui un bilan des plus honorables : grâce à sa politique matrimoniale réussie, son fils Baudouin V était assuré de recueillir un jour le comté de Namur et le comté de Flandre ; sur le plan intérieur, il avait affermi l’emprise comtale sur l’aristocratie hainuyère et bâti un réseau de châteaux protégeant les points stratégiques de la principauté38. Même constat enfin, à échelle réduite, à propos du comte de Saint-Pol Hugues III Candavène, qui a brillamment réussi, au cours d’une carrière fulgurante marquée par des conquêtes territoriales, à inscrire la modeste seigneurie frontalière héritée de ses ancêtres sur la carte politique du nord de la France39.

  • 40 Comme le suggère très justement M. Margue, Autorité publique…, op. cit., t. 2, p. 282.

15De par leur action et leur personnalité affirmée, les détenteurs primitifs des matrices ont indiscutablement marqué leurs contemporains et laissé un souvenir durable dans la mémoire collective. Cette observation nous met sur la piste d’une première signification possible des remplois. Reprendre le sceau d’un père ou d’un aïeul au vécu prestigieux, c’était probablement, avant toute chose, une manière très parlante de célébrer sa mémoire et de cultiver la « conscience dynastique » qui s’élaborait alors dans toutes les maisons princières et seigneuriales. Il faut ici souligner que le sceau réutilisé n’est pas toujours celui du prédécesseur direct, mais éventuellement celui d’un grand-père ou d’un arrière-grand-père. Ceci veut dire que les matrices sorties de l’usage pouvaient échapper à la destruction sur plusieurs générations et s’accumuler ainsi dans le trésor familial, donnant aux nouveaux chefs de lignage la possibilité d’effectuer un choix parmi une série d’insignes ancestraux. La palme revient à la matrice sigillaire de Conrad Ier de Luxembourg, qui a dormi dans le trésor comtal pendant les quarante-trois années des principats cumulés d’Henri III (1086-1096) et Guillaume Ier (1096-1129), pour être ensuite remise à l’honneur par Conrad Ier La préservation de cette matrice à la mort de Conrad Ier, le souvenir persistant dont elle a été entourée jusqu’à Conrad II, puis enfin sa récupération par ce dernier, sont autant de preuves que le sceau d’un prince disparu pouvait se transformer en instrument de commémoration dynastique. Les remplois peuvent d’ailleurs être mis en relation avec d’autres aspects de la symbolique lignagère, comme les pratiques anthroponymiques et funéraires40. Ce n’est pas par hasard, ni par convenance pratique (puisqu’il était facile de retoucher une légende), que l’emprunt du sceau d’un parent défunt va souvent de pair avec la reprise de son nom : outre Conrad Ier et Conrad II, Gui Ier et Gui II de Ponthieu en sont un bon exemple.

16Dans le prolongement de ces réflexions, il est permis de suggérer que la dimension purement commémorative se doublait d’une perspective plus « utilitaire », faisant du remploi un moyen d’accaparer symboliquement le capital de prestige associé à un prédécesseur estimé. Comment, en effet, ne pas imaginer que les vieilles matrices sigillaires précieusement conservées dans le trésor familial étaient regardées comme des espèces de reliques profanes, imprégnées des vertus qui avaient été celles de leur propriétaire ? Peut-être le nouveau sigillant, en s’appropriant l’une d’elles pour son propre usage, parfois au prix d’une substitution du nom inscrit dans la légende, espérait-il se sentir investi des qualités de celui qu’il remplaçait, ou du moins bénéficier de sa protection posthume.

  • 41 Ne font exception que les sceaux de Godefroid Ier de Brabant, Baudouin IV de Hainaut et Guillaume I (...)
  • 42 Cf. M. Marque, Autorité publique…, op. cit., t. 2, p. 281-282. L’objet était aussi novateur par son (...)
  • 43 P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie… », art. cit., p. 1131-11 (...)
  • 44 J.-E Nieus, Un pouvoir comtal…, op. rit., p. 128-134 ; id., « L’avoine des Candavène. Retour sur l’ (...)

17Les sceaux eux-mêmes, au demeurant, présentent des spécificités qui ont pu elles aussi motiver leur réutilisation. Tout d’abord, dans la majorité des cas, il s’agit du plus ancien sceau documenté pour les lignages concernés41. Bien sûr, il n’est jamais exclu que des sceaux antérieurs aient disparu, mais la chronologie du premier insigne conservé laisse généralement croire qu’il est bel et bien un « Ursiegel » familial. Il arrive ensuite que le texte ou les motifs gravés sur la matrice soient également porteurs d’innovations significatives. La nouvelle titulature adoptée par Conrad Ier, comes de Luccelemburc, apparaît pour la première fois en 1083 sur la légende de son sceau42. De même celui de Godefroid Ier affiche-t-il avec emphase le titre ducal acquis en 1106 (gratia Dei ducis Lotheringie) et conservé par la suite malgré la concurrence acharnée des comtes de Limbourg43. On trouve aussi, sur le champ du sceau d’Hugues III de Saint-Pol, la première représentation des gerbes d’avoine qui deviendront les armoiries parlantes des Candavène (« champ d’avoine » en picard). Ce surnom et cet emblème, à l’origine adoptés par Hugues III à titre personnel, se sont mués en symboles familiaux par la volonté de ses successeurs, fort soucieux de marcher dans les pas de ce brillant aïeul44. Dans ce cas comme dans les précédents, le sens du remploi sigillaire découle en partie du message délivré par l’objet lui-même.

  • 45 Assez logiquement, ce contexte local nous échappe dans les entités de moindre importance : seigneur (...)

18À côté de ces enjeux dynastiques et mémoriels, des motivations d’un autre ordre se font jour à l’examen des circonstances dans lesquelles les héritiers d’une principauté ou d’une seigneurie ont décidé de se servir de la matrice d’un prédécesseur. Constat crucial : à une ou deux exceptions près, dans tous les cas où le contexte de la succession est un tant soit peu documenté et élucidé par les historiens45, on découvre que la transmission du pouvoir a été perturbée, ou sérieusement menacée de l’être, en raison de difficultés liées à la situation du nouveau prince et/ou de complications politiques d’ordre intérieur ou extérieur.

  • 46 K. A. LoPrete, Adela of Blois : countess and lord (c. 1067-1137), Dublin, 2007, p. 549-549-550 ; W.(...)
  • 47 K. H. Thompson, « William Talvas, count of Ponthieu, and the politics of the AngloNorman realm », d (...)
  • 48 Voir deux actes de 1147 mettant en scène « la comtesse Ide et son fils Jean » : AD 80, 30 H 2 (cart (...)
  • 49 M. Dalas, Corpus… T. 1 : Les sceaux des rois et de régence, op. cit., p. 141-142, et, dans le même (...)
  • 50 R. Laurent, Les sceaux des princes…, op. cit., t. 1/II, p. 258-259, no 3-4.
  • 51 R.-H. Bautier, « Le sceau royal dans la France médiévale… », art. cit., p. 32.

19Le cas de figure le plus manifeste, le plus fréquent aussi, est celui où l’héritier accède au pouvoir alors qu’il n’est pas encore en âge de porter les armes et de gouverner : la liste des nouveaux sigillants comprend au moins cinq individus encore mineurs au début de leur carrière. La minorité de Thibaud II de Blois-Meaux et de Champagne comme celle de Guillaume IV de Juliers sont des faits avérés, et les historiens du duché de Brabant admettent aujourd’hui celle du jeune Godefroid III au moment de la disparition prématurée de Godefroid II46. Il semble aussi, selon l’hypothèse de K. Thompson, que Gui II n’avait pas encore atteint l’âge de quinze ans autour de 1127, quand son père lui a officiellement abandonné l’administration du comté de Ponthieu47. De surcroît, toujours en Ponthieu, les actes de la pratique révèlent que Jean Ier n’était qu’un enfant en bas âge confié à la tutelle de sa mère lorsque son père, le même Gui II, a trouvé la mort au cours de la deuxième croisade48. C’est enfin le moment de revenir sur le précédent royal évoqué en introduction. Le remploi du sceau du roi de France Henri Ier s’est en effet produit dans des circonstances identiques : à la mort du souverain, l’héritier de la couronne, Philippe, n’avait pas encore huit ans. Celui-ci, ou plutôt la reine mère Anne de Kiev, a alors récupéré la matrice paternelle et confié à un graveur habile le soin de substituer le nom Philippus à Henricus dans la légende. Le jeune roi utilisera cette matrice actualisée jusqu’à sa majorité, et s’en fera ensuite confectionner une nouvelle49 – tout comme le duc Godefroid III, entré dans l’âge adulte, finira par se doter d’un sceau personnel, qu’il utilisera durant quelques années aux côtés de celui de son grand-père50. R.-H. Bautier a interprété l’exemple royal (unique dans l’histoire capétienne) comme un expédient facile51. Il est pourtant évident qu’aux yeux de l’entourage de Philippe Ier, cette manière de procéder, certes commode sur un plan pratique, offrait beaucoup plus fondamentalement l’avantage de manifester la continuité politique et la légitimité du pouvoir incarné par le garçonnet. Elle plaçait en quelque sorte les actes du souverain mineur sous la protection posthume du roi Henri, dont la figure sigillaire était connue de tous. La solution identique adoptée quelques décennies plus tard par Adèle de Blois, veuve du comte Étienne-Henri, puis dans la suite du XIIe siècle par les tuteurs des héritiers du comté de Ponthieu, du duché de Brabant et du comté de Juliers, doit être interprétée de la même façon : l’emploi de la matrice d’un prédécesseur inscrivait symboliquement le temps de la minorité dans le prolongement du principat achevé, en attendant que le nouveau titulaire puisse être adoubé et gouverner en son nom personnel, éventuellement pourvu d’un sceau équestre de guerre fabriqué pour lui.

  • 52 Voir surtout P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie… », art. cit (...)
  • 53 J.-F. Nieus, Un pouvoir comtal…, op. cit., p. 74-94.

20En dehors du problème des minorités, ou parallèlement à lui, les remplois ont parfois lieu quand la succession est contestée de l’extérieur, par des voisins concurrents des nouveaux venus ou par leurs seigneurs féodaux. Ainsi, en 1139, la réutilisation de la matrice de Godefroid Ier de Louvain, celle qui portait la légende gratia Dei ducis Lotheringie, a-t-elle pris place dans le contexte de la lutte acharnée que la maison de Louvain et les comtes de Limbourg se livraient depuis plusieurs années pour l’appropriation du titre ducal de Basse-Lotharingie. Ce titre, Godefroid Ier en avait été dépossédé par le roi Lothaire III au profit de Waleran de Limbourg à partir de 1128. Il avait toutefois continué à s’en prévaloir jusqu’à sa mort, entre autres en conservant sa matrice sigillaire, et avait même revendiqué explicitement son hérédité en conférant la qualité de dux iunior à son fils. Juste après sa mort, un accord fut conclu avec le roi Conrad III, qui donna sa fille en mariage à Godefroid II et lui attribua définitivement la dignité ducale. Le successeur de Waleran de Limbourg se rebellera contre cette décision, avant d’être contraint à la soumission en 114152. Dans ces conditions, la transmission de la matrice ducale apparaît comme un acte politique extrêmement significatif : de même que Godefroid Ier avait délivré un message sans ambiguïté en s’obstinant à garder son sceau gravé au nom du duc de Lotharingie après sa destitution, Godefroid II, au moment le plus critique de l’affaire, proclamait sa qualité d’héritier légitime du titre lotharingien en perpétuant l’usage de l’insigne paternel. Un second exemple est fourni par le remploi attesté dans le comté de Saint-Pol. Toutes proportions gardées, le contexte dans lequel le comte Enguerran a choisi, en 1144 ou 1145, de reprendre le sceau de son défunt père Hugues III Candavène n’est pas sans ressemblance avec la succession brabançonne de 1139. Le nouveau comte arrivait au pouvoir après un long principat singulièrement animé, au cours duquel Hugues III s’était à plusieurs reprises heurté de front aux puissants comtes de Flandre. Le règlement de la succession est mal documenté, mais on devine que pour assurer sa position et conserver certains fiefs, Enguerran fut obligé de composer avec le comte Thierry d’Alsace et de renoncer aux conquêtes les plus contestables de son père. Il dut en outre abandonner la moitié méridionale du territoire saint-polois à un frère cadet, peut-être encore sous la pression de Thierry53. Ici aussi, par conséquent, le remploi sigillaire participe d’un processus d’affirmation de la légitimité de la succession et de la continuité du pouvoir à l’issue d’un principat déterminant, dont le bilan suscitait la convoitise et le mécontentement.

  • 54 Une hypothèse complémentaire peut également être formulée. Au vu des maigres données disponibles, e (...)
  • 55 Sur tout ceci, voir les recherches approfondies de K. H. LoPrete, Adela of Blois…, op. cit., surtou (...)
  • 56 Ibid., p. 445-447 et 534.
  • 57 Apparemment, aucune empreinte tirée du sceau de Thibaud II avant 1125 n’est conservée. Les empreint (...)

21L’évocation du partage du comté de Saint-Pol nous mène enfin vers un troisième et dernier registre de contextes successoraux délicats, où l’enjeu de la symbolique sigillaire consisterait plus spécialement à mettre en valeur un héritier privilégié et, le cas échéant, son rapport préférentiel avec un territoire donné. D’un point de vue interne, la succession d’Hugues III de Saint-Pol s’est soldée par un partage égalitaire entre ses deux premiers fils, à ceci près que le plus âgé recueillait seul le titre comtal (avec le castrum de Saint-Pol et le territoire primitif du comté). Peut-être Enguerran a-t-il également voulu, en s’appropriant le symbole du pouvoir comtal qui lui venait de son père, rappeler cette supériorité de statut quelque peu bafouée sur le terrain54. Mais c’est surtout chez les Thibaudiens que cette idée d’héritier privilégié s’exprime à travers le remploi du sceau paternel. On sait en effet que Thibaud II, en plus d’être mineur à la mort de son père Étienne-Henri en 1102, n’était nullement son successeur désigné, puisqu’il avait un frère plus âgé que lui, à savoir Guillaume de Sully. Les historiens ont longtemps considéré que Guillaume souffrait d’une déficience mentale, mais il faut nuancer cette explication, car, comme l’a montré K. A. LoPrete, le jeune homme a dans un premier temps aidé sa mère Adèle de Blois à gouverner les états de son père, et même porté le titre comtal jusqu’en 1105. Il semblerait qu’il se soit effacé de son plein gré vers 1107 pour laisser la place à son frère Thibaud fraîchement adoubé, que la toute-puissante comtesse estimait plus doué pour le rude métier de prince55. Le sceau d’Étienne-Henri, utilisé par Adèle elle-même après le départ de son époux en croisade56, a sans doute été transmis à son deuxième fils vers cette époque pour officialiser publiquement - par le biais d’une cérémonie organisée autour de l’objet ? – cette surprenante modification de la succession comtale. Thibaud fera preuve d’un attachement compréhensible pour ce sceau, qu’il conservera lors de son accession au comté de Champagne en 1125, en prenant soin d’y introduire son nouveau titre de « comte palatin »57.

  • 58 K. H. Thompson, « William Talvas, count of Ponthieu », art. cit., p. 172-173.
  • 59 C. Brunel, Recueil des actes des comtes de Pontieu…, op. cit., p. LXXVII-LXXVIII : quatorze utilisa (...)

22Dans le dernier exemple sur lequel je m’arrêterai, celui du Ponthieu, la transmission du sceau ancien n’est pas liée à un arbitrage entre héritiers, mais à un partage, entre père et fils cette fois, du commandement exercé sur plusieurs grands fiefs. Dans les années 1120, le comte Guillaume Ier Talvas possédait à la fois le comté de Ponthieu, qui lui venait de sa mère Agnès, fille de Gui Ier, et le vaste patrimoine normand de la famille de Montgomery-Bellême, hérité de son père Robert de Bellême. Toutefois, ces possessions normandes lui avaient été confisquées en 1112 suite à la capture de son père par le roi Henri Ier, pour ne lui être restituées qu’en partie sept ans plus tard. En 1127 vraisemblablement, pour ne pas être obligé d’apporter son soutien à Louis VI qui voulait imposer Guillaume Cliton, fils de Robert Courteheuse, à la tête du comté de Flandre, et risquer ainsi de compromettre ses fragiles intérêts normands, Guillaume décida de renoncer à ses terres picardes au profit de son fils Gui58. Pour réussir, cette stratégie politique devait faire croire à un vrai transfert de pouvoir aux mains d’un adolescent âgé de treize ans tout au plus. On peut penser que le vénérable insigne de Gui Ier, sorti du trésor comtal pour être remis en grande pompe au jeune Gui II, a été l’un des instruments de cet effort de propagande. En tout cas, il circonscrivait opportunément l’autorité du fils de Guillaume Talvas dans les limites du Ponthieu des origines, en renvoyant à l’époque antérieure à l’arrivée des Bellême dans la région. Sa seconde vie allait durer près d’un siècle. Vingt ans plus tard, en effet, quand Gui II est mort en croisade, le vieux Guillaume et sa belle-fille Ide, mère et tutrice du petit comte Jean, ont veillé à lui transmettre le sceau de son arrière-arrière-grand-père, modifié pour porter son nom. De même, lorsque Jean disparaîtra à son tour en Orient après quarante-cinq années de principat, son fils Guillaume II héritera de lui l’insigne désormais centenaire. Guillaume II passera commande d’une nouvelle matrice avant 1198, mais il semble lui avoir toujours préféré celle de son ancêtre, dont il usera jusqu’à sa mort en 122159. De signe d’identité personnelle, le sceau équestre de Gui Ier s’est donc progressivement transformé en un extraordinaire attribut dynastique et territorial, qui a matérialisé durant un siècle le pouvoir légitime sur le comté de Ponthieu. C’est sans doute un cas unique en son genre dans la sigillographie princière.

Conclusion

  • 60 Voir F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le XIIe et le XIIIe siècle », d (...)
  • 61 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, c. 177 et 215, éd. L. Vanderkindere, La chronique de Gisle (...)

23La pratique consistant à détruire les sceaux sortis d’usage n’est jamais devenue une règle intangible au Moyen Âge. Une enquête sur ses origines révélerait peut-être qu'elle n’existait tout simplement pas avant la « révolution documentaire » de la fin du XIIe siècle et le grand regain de la preuve écrite qui caractérise cette période charnière60. À tout le moins, il est permis de croire que jusqu’en 1200, voire peut-être bien au-delà, le choix de conserver une matrice dans un « trésor » ou d’en prolonger l’utilisation jouissait du même bien-fondé coutumier que le choix de l’invalider en la brisant. Cette souplesse était certainement de mise chez les seigneurs laïques, qui découvraient l’art de sceller aux XIe-XIIe siècles et n’avaient donc pas d’habitudes véritables en la matière. Le témoignage bien informé de Gislebert de Mons, chancelier et biographe du comte Baudouin V de Hainaut, est à cet égard révélateur : évoquant les sceaux successifs de son maître, Gislebert montre comment celui-ci a jonglé avec les attitudes possibles envers ses matrices périmées au gré des circonstances de son principal ; et s’il laisse à un moment donné entendre que l’élimination était préférable, c’est plus en référence au contexte politique de l’heure qu’en vertu d’un principe général de précaution61.

  • 62 J. Cherry, « The breaking of seals », art. cit., p. 82-83 ; B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », (...)

24Briser, remiser, réutiliser (ou inhumer, surcharger, transformer, copier…) : chacun de ces traitements – dont il serait intéressant d’affiner la typologie – revêtait une signification spécifique et était donc soigneusement sélectionné en fonction du message que les circonstances imposaient de diffuser. La destruction d’une matrice, qui met radicalement fin à son pouvoir symbolique, est synonyme de rupture. Mise en scène dans un cadre public, elle frappe puissamment les imaginations. Lorsque le roi de France Louis IX convoque le vicomte de Béziers Raymond Trencavel, vaincu et dépossédé, pour qu’il casse son ancien sceau en sa présence, ou lorsque son homologue anglais Henri III, renonçant à ses titres français après le traité de Paris, fait spontanément de même avec son propre insigne, la connotation du geste n’échappe à personne62. On peut se demander si, dans de nombreux contextes moins dramatiques et célèbres, la décision de briser le sceau d’un prédécesseur n’a pas été motivée par un certain souci d’afficher une distance par rapport à ce dernier, qu’il fût un ennemi déclaré, une figure déshonorée ou simplement un parent trop éloigné.

  • 63 Exemples dans W. Ewald, Siegelkunde, op. cit., p. 112, note 3 ; M. Fabre, Sceau médiéval…, op. cit,(...)

25À quatre reprises dans le corpus étudié, le remploi a eu lieu après une période de repos de la matrice. Cet élément plaide en faveur de l’idée selon laquelle les nobles conservaient volontiers les sceaux de leurs aïeux. Il est certes impossible d’évaluer la fréquence de ces rangements, puisque les trésors mobiliers médiévaux ont presque tous disparu, mais il ne faut pas négliger les textes qui font état de la présence de séries de sceaux anciens dans des trésors de familles royales ou princières, de maisons religieuses ou de villes63. L’attraction naturellement exercée au Moyen Âge par les objets investis d’une valeur symbolique suffit à expliquer ce réflexe, qui a peut-être longtemps prévalu sur le principe de précaution censé avoir favorisé la destruction des matrices. La signification de la démarche est évidente, singulièrement en milieu aristocratique : les matrices des ancêtres, pieusement gardées avec d’autres objets précieux, étaient devenues des lieux de mémoire au service de la conscience dynastique.

26La réutilisation pure et simple des matrices fut apparemment moins habituelle, sans pour autant avoir été aussi rare et marginale que l’historiographie l’a longtemps fait accroire. Il est vrai que cette pratique transcendait spectaculairement la valeur personnelle de l’insigne sigillaire. À ce titre, elle frappait sans doute les contemporains autant (plus devrais-je dire !) qu'elle intrigue aujourd’hui l’historien sigillographe. Comme la destruction d’un sceau, elle se prêtait à merveille au rituel : on imagine sans peine le rôle qu'elle pouvait tenir dans une cérémonie de passation de pouvoir ou d’installation d’un nouveau prince. Je serais d’ailleurs enclin à penser que les copies de matrice à l’identique (un procédé qui ne facilitait pas forcément la tâche du graveur) ont parfois eu pour but de pallier une destruction hâtive du modèle, dans des contextes où il fallait justement tout mettre en œuvre pour démontrer la légitimité de la succession. Vraie ou simulée, en effet, la matrice ancienne ramenée à la vie par son nouvel utilisateur se transformait en un formidable instrument de célébration du lignage, et par la même occasion en signe éloquent de l’authenticité du pouvoir revendiqué par son détenteur.

Illustrations

27Crédits : 1, 2 et 3. Clichés tirés de R. Laurent, Les sceaux…, op. cit., t. 2, pl. 234, fig. 3/1 ; pl. 91, fig. 3/4 ; pl. 165, fig. 5/1 – 4. Tiré de W. Ewald, Rheinische Siegel…, op. cit., t. 6, pl. 1, no 3 – 5. Cliché Canterbury-Cathedral Archive – 6. Cliché Archives départementales du Nord – 7. Cliché Archives départementales de la Somme – 8. Cliché tiré de P. Bony, Un siècle de sceaux…, op. cit., pl. 4, no 15 – 9. Cliché tiré de J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux…, op. cit., p. 108, fig. 109 – 10. Cliché Archives départementales de l’Aube.

Ill. 1 - Sceau de Conrad II, comte de Luxembourg (le 30 mai 1135) ; repris de Conrad Ier
Original, Ø 60 mm BnF, ms lat. 9267, no 49

Ill. 2 - Sceau de Godefroid Ier, duc de Basse-Lotharingie (en [1106-1139]) ; sera repris par Godefroid II et III
Gravure du XVIIe s., ø 80 mm

Ill. 3 - Troisième sceau de Baudouin IV, comte de Hainaut (en 1164) ; sera repris par Baudouin V
Moulage, ø 65 mm, en cuvette AGR, sc/13 222

Ill. 4 - Premier sceau de Guillaume IV, comte de Juliers (en avril 1237) ; repris de Guillaume III
Original, ø 80 mm Düsseldorf, Hauptstaatsarchiv, Heisterbach, no 31

Ill. 5 - Sceau de Jean Ier, comte de Ponthieu (en [1171-1191]) ; repris de Gui Ier et II, légende modifiée
Original, ø 83 mm Canterbury, Cathedral Archives, DCc, ChAnt, F 131

Ill. 6 - Sceau d’Enguerran, comte de Saint-Pol (en [1146-1164]) ; repris d’Hugues III, légende modifiée
Original, ø 60 mm Lille, AD59, 27 H 16, no 202

Ill. 7 - Sceau de Gérard Ier, seigneur de Picquigny (en 1154) ; sera repris par Gérard II
Original, ø 48 mm Amiens, AD80, 13 H 6, no 6

Ill. 8 - Sceau d’Étienne-Henri, comte de Blois et de Meaux (en 1095) ; sera repris par Thibaud II, légende modifiée
Dessin du XVIIe s., ø 55 mm

Ill. 9 - Sceau de Clarembaud V, seigneur de Chappes (en 1200) ; repris de Clarembaud IV ?
Moulage, ø 64 mm ANF, sc/Ch 264

Ill. 10 - Premier sceau d’Hugues II, comte de Vaudémont (en1198) ; repris d’Hugues Ier ?
Original, ø 70 mm Troyes, AD10, 3 H 106

Notes

1 Voir la mise au point de B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi. Métamorphoses sigillaires en Europe médiévale », Cahiers de civilisation médiévale, 49, 2006, p. 337-358, ici p. 346-347.

2 J. Cherry, « The breaking of seals », dans M. Andersen et G. Tegner (éd.), Middelalderlige seglstamper i Norden, Roskilde, 2002, p. 81-96.

3 B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., surtout p. 349-358.

4 W. Ewald, Siegelkunde, München-Berlin, 1914, p. 111-116 ; H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehrefür Deutschland undItalien, t. 2, Leipzig, 1931, p. 555-557 ; de même, avant eux, O. Posse, Die Lehre von Privaturkunden, Leipzig, 1887, p. 131-132.

5 T. Diederich, « Nachgravur, Umgravur, Nachschnitt und Neuschnitt. Beobachtungen an Dürener und anderen rheinischen Siegelstempeln », Dürener Geschichtsblätter. Mitteilungen des Dürener Geschichtsvereins, 84, 1997, Festschrift zum 100jährigen Jubiläum am 18. November 1997, p. 185-215, surtout p. 187-198. L’auteur fait une distinction entre les ajouts (« Nachgravur ») et les modifications d’éléments (« Umgravur ») sur une matrice préexistante, ainsi qu’entre les renouvellements de matrices « à l’identique » (« Nachschnitt ») et ceux qui ne tiennent pas compte du motif antérieur (« Neuschnitt »). Voir aussi, pour des études de cas, F. Menéndez Pidal de Navascués, « Le deuxième sceau de majesté de Charles II de Navarre. Histoire d’une matrice deux fois regravée », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 64, 1994, p. 195-203, et E. Bergendahl Hohler, « The re-engraved matrix ; bishop versus chapter in Nidaros around 1300 », dans N. Adams, J. Cherry et J. Robinson (éd.), Good impressions. Image and authority in medieval seals, London, 2008, p. 77-80.

6 M. Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, 1981, p. 40.

7 M. Fabre, Sceau médiéval. Analyse d’une pratique culturelle, Paris, 2001, p. 183-184.

8 M. Fabre, tout en évoquant à demi-mot l’éventualité d’une « raison (…) politique » des remplois, préfère elle aussi les imputer au « pragmatisme d’une époque, d’un milieu », à une « raison (…) simplement utilitaire » (ibid., p. 184).

9 Mentionnons ici encore B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., p. 337-358.

10 Les premiers résultats de cette recherche, fondés sur un corpus plus restreint, ont déjà fait l’objet d’une présentation succincte : J.-F. Nieus, « Les remplois de sceaux princiers en Lotharingie au XIIe siècle : pragmatisme ou propagande dynastique ? », dans C. de Moreau de Gerbehaye et A. Vanrie (éd.), Marques d'authenticité et sigillographie. Recueil d’articles publiés en hommage à René Laurent, Bruxelles, 2006, p. 47-58.

11 W. Ewald, Siegelkunde, op. cit., p. 112 ; H. Bresslau, Handbuchder Urkundenlehre…, op. cit., p. 555-556 ; H. Keller, « Ottonische Herrschersiegel. Beobachtungen und Fragen zu Gestalt und Aussage und zur Funktion im historischen Kontext », dans K. Krimm et J. Herwig (éd.), Bild und Geschichte. Studien zur politischen Ikonographie. Festschrift für Hansmartin Schwarzmaier zum fünfundsechzigsten Geburtstag, Sigmaringen, 1997, p. 3-51 (repris dans H. Keller, Ottonische Konigsherrschaft. Organisation und Legitimation königlicher Macht, Darmstadt, 2002, p. 131-166, ici p. 136).

12 M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Age. T. 2 : Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991, p. 141-142.

13 R. Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, 2 t. en 3 vol., Bruxelles, 1993, t. 1/1, p. 135 ; t. 1/II, p. 476-477, no 1 et 3 (Luxembourg), p. 258-259, no 3-4 (Brabant), et p. 358-359, no 5 et 7 (Hainaut).

14 Voir W. Ewald et E. Meyer-Wurmbach, Rheinische Siegel. T. 6 : Siegel der Grafen und Herzoge von Jülich, Berg, Kleve, Herrn von Heinsberg. Textband, Bonn, 1963, p. 1, no 1-3. Le remploi concerne également le contre-sceau armorié de Guillaume III.

15 J.-F. Nieus, Les chartes des comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècles), Turnhout, 2008, p. 63, no 1-2 (et p. 77, ill. 1-2).

16 C. Brunel, Recueil des actes des comtes de Pontieu (1026-1279), Paris, 1930, p. LXXV-LXXIX. La matrice employée par Gui Ier n’est documentée que par le biais d’un croquis sommaire, qui restitue cependant assez bien ses traits les plus caractéristiques (position de la lance et du bouclier, etc.). De plus, le motif et le style de la matrice attestée par les empreintes ultérieures dénotent une parenté flagrante avec le sceau équestre de Guillaume le Conquérant en tant que duc de Normandie (voir P. Bony, Un siècle de sceaux figurés (1135-1235). Le sceau image de la personne en France d'Oïl, Angleterre, Écosse et pays de Lorraine, Paris, 2002, planche III, no 12).

17 AN, sc/P 40 ; P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 62 (et planche XLII, no 279).

18 Amiens, Archives départementales de la Somme, 13 H 6 (abbaye du Gard), no 6. Les sceaux numérisés de la Somme sont à présent accessibles en ligne : http://public2.cg80.fr/cindocweb_ARC/(consulté le 12 août 2008). Picquigny : France, dép. Somme, arr. Amiens, ch.-l. cant.

19 P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 23-24 (et planches IV et VI, no 15 et 26).

20 Paris, BNF, ms lat. 5441, II, p. 137 (reproductions : ibid., planche IV, no 15 ; Ch. Métais, Marmoutier. Cartulaire blésois, Chartres-Blois, 1889-1891, planche XI, no 3).

21 P. Bony, Un siècle de sceaux figurés…, op. cit., p. 29.

22 J.-L. Chassel, « L’évolution de l’armement et les armoiries », dans J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne médiévale, Paris, 2003, p. 117-121, ici p. 117.

23 AN, sc/Ch 264 (moulage photographié dans J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usages de sceaux…, op. cit., p. 108, fig. 109). Photographie en ligne d’une empreinte : http://www.archives-aube.com/archives/index_archives.htm, consulté le 12 août 2008 (Troyes, Archives départementales de l’Aube, 3 H 943 ; acte de Clarembaud V pour Clairvaux, 1200). Chappes : France, dép. Aube, arr. et cant. Bar-sur-Seine.

24 La numérotation et la chronologie des Clarembaud de Chappes ont été entièrement revues, voici peu, par É. de Saint-Phalle, « Les seigneurs de Chappes aux XIe et XIIe siècles », Mémoires de la société académique de l’Aube, 131, 2007, p. 31-65.

25 Voir Th. Evergates, The aristocracy in the county of Champagne, 1100-1300, Philadelphie, 2007, p. 29 et 282, note 177. L’auteur signale une charte scellée par Clarembaud II ou III dans les années 1130 : Ch. Lalore et L. Pigeotte, Cartulaire de l’abbaye de Montiéramey, Paris-Troyes, 1890, p. 46-47, no 27.

26 E. Des Robert, Catalogue des sceaux des archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, 1982-1993, no 195 ; AN, sc/Ch 129 ; voir aussi E. Des Robert, « Les sceaux laïcs du XIIe siècle aux Archives de Meurthe-et-Moselle », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1950, p. 203-209, ici p. 205, no IX. Photographie en ligne : http://www.archives-aube.com/archives/index_archives.htm (AD 10, 3 H 106 ; acte d’Hugues II pour l’abbaye de Clairvaux, 1198).

27 La chronologie d’Hugues Ier a été rectifiée par M. Parisse, « Les sépultures comtales en Lorraine au Moyen Âge (Bar, Salm, Vaudémont) », dans M. Margue (éd.), Sépulture, mort et représentation du pouvoir au Moyen Age/Tod, Grabmal und Herrschaftsrepräsentation im Mittelalter. Actes des 11es journées lotharingiennes, 26-29 septembre 2000, Luxembourg, 2006, p. 541-550, ici p. 549.

28 L’écu figuré sur la matrice utilisée par Hugues II comporte en effet une barre, correspondant sans doute à une bande lorraine ou au burelé des Vaudémont. Or, la présence d’une telle pièce héraldique en Lorraine dès le milieu du XIIe siècle est difficilement concevable. Hugues II l’aurait donc ajoutée. Je dois ces observations à Jean-Christophe Blanchard (université Nancy 2), qui achève en ce moment une étude sur les armoiries des Vaudémont.

29 E. Des Robert, Catalogue des sceaux… Meurthe-et-Moselle, op. cit., no 196 ; voir aussi Id., « Les sceaux laïcs du XIIe siècle… », art. cit., p. 205-206, no X. Une reproduction photographique se trouve dans M. François, Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, 1935, 1e planche hors texte.

30 Voir en particulier O. Posse, Die Lehre von Privaturkunden, op. cit., p. 131-132, et les autres travaux anciens auxquels renvoie H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre…, op. cit., p. 556, note 2.

31 Sceaux catalogués par G. Sello, « Die Siegel der Markgrafen von Brandenburg askanischen Stammes », Märkische Forschungen, 20, 1887, p. 263-300. N’ayant sans doute pas travaillé avec des photographies, l’auteur hésite à reconnaître des remplois parmi les types qu’il s’efforce de classer, en particulier ceux du XIIe siècle, attestés par des empreintes usées ou fragmentaires. Il est pourtant sensible à la question : « Die interessante Frage von der Vererbung von Siegelstempeln überhaupt verdient eingehender untersucht zu werden » (p. 288, note 2).

32 Ce remploi a échappé à G. Sello, mais pas à H. Bier, « Die Entwicklung der Siegeltypen der Markgrafen und Kurfürsten von Brandenburg », dans E. Kittel (éd.), Brandenburgische Siegel und Wappen. Festschrift des Vereins fur Geschichte der Mark Brandenburgzur Feier des hundertjährigen Bestehens, 1837-1937, Berlin, 1937, p. 14-33, ici p. 17. On peut en vérifier la réalité au départ des photographies d’actes d’Otton Ier et Otton II mises en ligne par le « Forschungsinstitut Lichtbildarchiv älterer Orginalurkunden bis 1250 » de l’université de Marbourg (http://lba.hist.uni-marburg.de/lba/pages/).

33 G. Sello, « Die Siegel der Markgrafen von Brandenburg… », art. cit., p. 295, signale une charte d’Otton III (17 novembre 1264) dont le scellement est annoncé comme suit : sigillo nostro et sigillo Johannis filii nostri senioris, similiter et Ottonis filii nostri, qui propter nominis similitudinem nostro sigillo utitur. Père et fils ont donc partagé la même matrice pendant quelques années !

34 M. Marque, Autorité publique et conscience dynastique : études sur les représentations du pouvoir princier entre Meuse et Moselle. Les origines du comté de Luxembourg (Xe-début XIIe siècle), thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles, 1999, t. 2, p. 282.

35 Sur les origines du comté de Luxembourg, outre la thèse de M. Margue, voir H. Renn, Das erste Luxemburger Grafenhaus (963-1136), Bonn, 1941 ; M. Twellenkamp, « Das Haus der Luxemburger », dans S. Weinfurter et H. Kluger (éd.), Die Salier und das Reich. T. 1 : Salier, Adel undReichsverfassung, Sigmaringen, 1991, p. 475-502 ; M. Marque, « Du château à la ville : les origines », dans G. Trausch (dir.), La ville de Luxembourg. Du château des comtes à la métropole européenne, Antwerpen, 1994, p. 47-60 ; ID., « Du comté à l’Empire : origines et épanouissement du Luxembourg », dans G. Trausch (dir.), Histoire du Luxembourg : le destin européen d’un « petit pays », Toulouse, 2002, p. 67-147.

36 E. Prarond, Les comtes de Ponthieu : Gui Ier, 1053-1100, Paris, 1900 ; P. Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la Haute-Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, 2004, p. 305-318 ; É. Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, p. 39-42.

37 Sur la carrière de Godefroid Ier et la formation du duché de Brabant, voir P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant », Revue belge de philologie et d’histoire, 46, 1968, p. 1129-1165, surtout p. 1131-1147, et la synthèse de A.-J. Bijsterveld et D. Guilardian, « La formation du duché (843-1106) », dans R. Van Uytven (dir.), Histoire du Brabant, du duché à nos jours, Zwolle, 2004, p. 41-63.

38 À propos de la carrière de Baudouin IV, voir M. Bruwier, « Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire au XIIe siècle », dans Annales du XXXVIe congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Gand, 12-15 avril 1955, Gent, 1956, p. 207-226 ; Th. de Hemptinne, « Vlaanderen en Henegouwen onder de erfgenamen van de Boudewijns, 1070-1244 », dans Algemenegeschiedenis der Nederlanden, t. 2, Haarlem, 1982, p. 372-398, ici p. 389-390 ; M. de Waha, « La marche impériale de Namur-Luxembourg. Vicissitudes d’un concept géo-politique de 1150 à 1300 », dans M. Margue (dir.), Ermesinde et l’affranchissement de la ville de Luxembourg. Études sur la femme, le pouvoir et la ville au XIIIe siècle, Luxembourg, 1994, p. 91-159, ici p. 96-108.

39 Le parcours d’Hugues III est analysé par J.-F. Nieus, Un pouvoir comtal entre France et Flandre : Saint-Pol, 1000-1300, Bruxelles, 2005, p. 74-94.

40 Comme le suggère très justement M. Margue, Autorité publique…, op. cit., t. 2, p. 282.

41 Ne font exception que les sceaux de Godefroid Ier de Brabant, Baudouin IV de Hainaut et Guillaume III de Juliers (lequel est toutefois une copie du « Ursiegel » de Guillaume II).

42 Cf. M. Marque, Autorité publique…, op. cit., t. 2, p. 281-282. L’objet était aussi novateur par son motif : du type équestre à l’épée, il serait le premier de son espèce dans l’Empire, où les comtes de Luxembourg l’ont peut-être introduit (cf. ibid., p. 379-384, et id., « Du château à la ville… », p. 56).

43 P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie… », art. cit., p. 1131-1147.

44 J.-E Nieus, Un pouvoir comtal…, op. rit., p. 128-134 ; id., « L’avoine des Candavène. Retour sur l’emblème des comtes de Saint-Pol et la naissance des armoiries », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel-und Wappenkunde, 52, 2006, p. 191-212.

45 Assez logiquement, ce contexte local nous échappe dans les entités de moindre importance : seigneurie de Picquigny, seigneurie de Chappes, comté de Vaudémont.

46 K. A. LoPrete, Adela of Blois : countess and lord (c. 1067-1137), Dublin, 2007, p. 549-549-550 ; W. Herborn, art. « Wilhelm IV, Gf. von Jülich », dans Lexikon des Mittelalters, t. 9, München, 1998, col. 148 ; P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie… », art. cit., p. 1148-1151, suivis par P. Avonds, « Brabant en Limburg, 1100-1403 », dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, op. cit., p. 452-482, ici p. 452-453.

47 K. H. Thompson, « William Talvas, count of Ponthieu, and the politics of the AngloNorman realm », dans D. Bates et A. Curry (éd.), England and Normandy in the Middle Ages, London, 1994, p. 169-184, ici p. 172-173.

48 Voir deux actes de 1147 mettant en scène « la comtesse Ide et son fils Jean » : AD 80, 30 H 2 (cartulaire de Valloires), p. 31 ; C. Brunel, Recueil des actes des comtes de Pontieu…, op. cit., p. 78-79, no 52 (sous la date de 1154, qui doit être corrigée).

49 M. Dalas, Corpus… T. 1 : Les sceaux des rois et de régence, op. cit., p. 141-142, et, dans le même ouvrage, le commentaire de R.-H. Bautier, « Le sceau royal dans la France médiévale et le mécanisme du scellage des actes », p. 15-34, ici p. 32.

50 R. Laurent, Les sceaux des princes…, op. cit., t. 1/II, p. 258-259, no 3-4.

51 R.-H. Bautier, « Le sceau royal dans la France médiévale… », art. cit., p. 32.

52 Voir surtout P. Bonenfant et A.-M. Bonenfant-Feytmans, « Du duché de Basse-Lotharingie… », art. cit., p. 1141-1147.

53 J.-F. Nieus, Un pouvoir comtal…, op. cit., p. 74-94.

54 Une hypothèse complémentaire peut également être formulée. Au vu des maigres données disponibles, et compte tenu des éléments sigillographiques ici discutés, il faut envisager la possibilité (trop vite écartée, peut-être, ibid., p. 144-145, notice no 13) que le fils aîné d’Hugues III Candavène soit en réalité non pas Enguerran, mais un autre de ses fils appelé Hugues, qui s’efface de la documentation très peu de temps avant sa mort (on voit encore cet Hugues souscrire un acte, seul à ses côtés, en 1143/44). Les raisons de la disparition de ce possible fils aîné sont inconnues : décès prématuré ou mise à l’écart ? Le second scénario n’est pas inconcevable : un texte prête à Hugues le surnom Havet, c’est-à-dire « crochet », ce qui pourrait être une allusion à une quelconque inaptitude physique (éventuellement liée à la lèpre, si le personnage ne fait qu’un avec le dénommé Hugo de Sancto Paulo qui dirigeait l’ordre de Saint-Lazare au milieu du XIIe siècle). S’il y a du vrai dans ces suppositions, la signification ultime du remploi opéré par Enguerran serait étonnamment proche, nous allons le voir, de celle qui se cache derrière la réutilisation du sceau d’Étienne-Henri de Blois-Meaux par son deuxième fils Thibaud.

55 Sur tout ceci, voir les recherches approfondies de K. H. LoPrete, Adela of Blois…, op. cit., surtout p. 152-153 et 212-219.

56 Ibid., p. 445-447 et 534.

57 Apparemment, aucune empreinte tirée du sceau de Thibaud II avant 1125 n’est conservée. Les empreintes postérieures laissent toutefois deviner une opération de regravure : les dernières lettres du mot sigillum, qui ont été ajoutées pour résoudre l’abréviation originelle sigill’, affichent un plus gros module que les autres.

58 K. H. Thompson, « William Talvas, count of Ponthieu », art. cit., p. 172-173.

59 C. Brunel, Recueil des actes des comtes de Pontieu…, op. cit., p. LXXVII-LXXVIII : quatorze utilisations de la matrice de Gui Ier sont attestées entre 1195 et 1220 (au relevé de C. Brunel, il faut ajouter un autre emploi en 1212 : Troyes, AD10, 3 H 725), contre seulement quatre utilisations de la nouvelle matrice entre 1198 et 1220.

60 Voir F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le XIIe et le XIIIe siècle », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p. 33-50. Il est significatif que les plus anciens exemples de bris de matrice recensés par J. Cherry, « The breaking of seals », art. cit., p. 81-96, ne soient pas antérieurs à cette époque.

61 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, c. 177 et 215, éd. L. Vanderkindere, La chronique de Gislebert de Mons, Bruxelles, 1904, p. 262-263 et 298-299. Pour une analyse plus fouillée, voir J.-F. Nieus, « Les remplois de sceaux princiers… », art. cit, p. 53-56.

62 J. Cherry, « The breaking of seals », art. cit., p. 82-83 ; B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., p. 340-341 ; L. Macé, « Par le tranchant, la rave et l’hermine. Pouvoir et patronyme : les sceaux des Trencavel (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, 51, 2008, p. 105-128, ici p. 122-123 et 128.

63 Exemples dans W. Ewald, Siegelkunde, op. cit., p. 112, note 3 ; M. Fabre, Sceau médiéval…, op. cit, p. 191-193 ; B. Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi… », art. cit., p. 342-343.

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif des remplois étudiés
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Ill. 1 - Sceau de Conrad II, comte de Luxembourg (le 30 mai 1135) ; repris de Conrad IerOriginal, Ø 60 mm BnF, ms lat. 9267, no 49
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Ill. 2 - Sceau de Godefroid Ier, duc de Basse-Lotharingie (en [1106-1139]) ; sera repris par Godefroid II et IIIGravure du XVIIe s., ø 80 mm
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Ill. 3 - Troisième sceau de Baudouin IV, comte de Hainaut (en 1164) ; sera repris par Baudouin VMoulage, ø 65 mm, en cuvette AGR, sc/13 222
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 4 - Premier sceau de Guillaume IV, comte de Juliers (en avril 1237) ; repris de Guillaume IIIOriginal, ø 80 mm Düsseldorf, Hauptstaatsarchiv, Heisterbach, no 31
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 5 - Sceau de Jean Ier, comte de Ponthieu (en [1171-1191]) ; repris de Gui Ier et II, légende modifiéeOriginal, ø 83 mm Canterbury, Cathedral Archives, DCc, ChAnt, F 131
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 6 - Sceau d’Enguerran, comte de Saint-Pol (en [1146-1164]) ; repris d’Hugues III, légende modifiéeOriginal, ø 60 mm Lille, AD59, 27 H 16, no 202
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 7 - Sceau de Gérard Ier, seigneur de Picquigny (en 1154) ; sera repris par Gérard IIOriginal, ø 48 mm Amiens, AD80, 13 H 6, no 6
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Ill. 8 - Sceau d’Étienne-Henri, comte de Blois et de Meaux (en 1095) ; sera repris par Thibaud II, légende modifiéeDessin du XVIIe s., ø 55 mm
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Ill. 9 - Sceau de Clarembaud V, seigneur de Chappes (en 1200) ; repris de Clarembaud IV ?Moulage, ø 64 mm ANF, sc/Ch 264
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Ill. 10 - Premier sceau d’Hugues II, comte de Vaudémont (en1198) ; repris d’Hugues Ier ?Original, ø 70 mm Troyes, AD10, 3 H 106
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2890/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteur

Chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique et, par ailleurs, professeur d’histoire médiévale et co-directeur du groupe de recherche interdisciplinaire « Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) ; également, fondateur du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF), et secrétaire de rédaction de la revue Le Moyen Âge. Spécialiste des structures sociopolitiques et institutionnelles du Moyen Âge central, il étudie les réalités et représentations des pouvoirs princiers, comtaux et seigneuriaux dans le nord de la France et les anciens Pays-Bas. Actuellement, ses travaux portent plus particulièrement sur les pratiques de l’écrit documentaire aux niveaux « infra-princiers » de la hiérarchie aristocratique. Parmi ses publications récentes : (dir.), Le vassal, le fief et l’écrit. Pratiques d’écriture et enjeux documentaires dans le champ de la féodalité (XIe-XVe s.) (Louvain-la-Neuve, 2007) ; Les chartes de comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècles) (Turnhout, 2008).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540