Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

L’image au service des stratégies emblématiques: Élites seigneuriales et bourgeoises

Art du sceau et stratégies emblématiques

Christiane Van den Bergen-Pantens

Texte intégral

1L’étude des sceaux, de leurs légendes et de leurs matrices, a le plus souvent été envisagée comme science auxilliaire de l’histoire et commentée essentiellement par des historiens férus de diplomatique. En effet, comme expression directe entre le sigillant et la décision qu’il confirme, cette marque d’identification personnelle ou officielle localise un document dans l’espace et dans le temps et permet de cerner au-delà du message qu’il clôt et qu’il valide le contexte historique et mental dans lequel il est rédigé. Le sceau présente pour le chercheur des qualités exceptionnelles de fiabilité et de précision.

2Matières des sceaux ou des matrices, modes d’apposition et formes, dimensions, type de représentations, sont autant de sujets soulevés lors de leurs examens. En ce qui concerne l’héraldique et la généalogie, les sceaux mieux que les armoriaux représentent les sources les plus crédibles pour établir la filiation des personnes et l’identification de leurs armoiries.

3On s’interroge souvent sur le nombre de sceaux conservés par rapport à ceux utilisés à l’origine. On estime leur nombre à quelques trois millions en Europe mais ce chiffre est évidemment aléatoire ; il ne peut prendre en compte les accidents de parcours, les pertes, les destructions, les matrices encore enfouies ou les sceaux conservés dans les collections privées ; s’y ajoute le manque de moyens mis en œuvre pour compléter les inventaires inachevés mais surtout pour publier les inventaires de nombreux chartriers qui en sont encore dépourvus et qui contiennent des milliers d’actes scellés : dès lors pour affiner cette évaluation, ce champ de recherche doit encore être largement défriché tant pour le Moyen Âge que pour les périodes postérieures.

4Le sujet est d’autant plus important que de par leur matière même, la majorité des sceaux sont friables ; ils sont souvent conservés dans de mauvaises conditions ou attaqués par des micro-organismes qui finissent par les détruire. Inventorier ces témoins fragiles, s’efforcer de les sauvegarder par tous les moyens (dessins, photos, moulages, numérisation, protection adéquate et restaurations ponctuelles), sont autant d’impératifs qui nécessitent une volonté politique et des moyens financiers néanmoins indispensables si l’on veut transmettre aux générations futures le message du passé et surtout ouvrir à un public plus large de chercheurs de nouvelles perspectives de réflexions qui jusqu’à présent n’ont pas été suffisamment exploitées.

5En effet, l’étude des sceaux peut être abordée sous différentes facettes :

  • Leur nombre, que le dépouillement des archives relevant les droits de sceaux, les dépenses de papier, de cire, la destination des documents, le rythme du travail du personnel de chancellerie permettraient d’estimer mieux.
  • Le rôle plus ou moins actif des graveurs de sceaux ou du sigillant dans le choix des modèles proposés et les messages qu’ils peuvent véhiculer ; tributaires de la tradition familiale ou des conventions les sceaux sont aussi, comme les sigillants mêmes, influencés par la mode du temps, par les courants artistiques de l’époque ; matrices et empreintes peuvent donc être mises en rapport des domaines contemporains tels que l’architecture, la peinture, la miniature, la numismatique. L’intervention des historiens de l’art est alors indispensable pour replacer le plus largement possible ces petits objets dans un contexte artistique général.

6Enfin, il convient aussi d’aborder un domaine plus insidieux, celui des faux. Après avoir chanté les louanges de la fiabilité des sceaux, on ne pouvait passer sous silence les cas de faussaires qui ont œuvré de tous temps pour des motifs divers. Le XIXe siècle a vu s’amplifier la fabrication de fausses matrices, de surmoulages ou de collectionneurs de sceaux détachés. Là aussi l’expertise des historiens et celle des historiens de l’art sont complémentaires.

  • 1 C. Lapaire, « L’orientation des recherches dans le domaine des sceaux en Suisse », Archivum herald (...)

7En conclusion, inventorier, regrouper les sceaux et matrices par classes de sigillants, selon leurs époques, leurs genres et leurs thèmes, encourager leurs publications et surtout ouvrir le domaine aux investigateurs les plus divers, ce que Claude Lapaire souhaitait déjà en 19651, reste d’actualité.

8Il était donc particulièrement bienvenu qu’un colloque de portée internationale envisage ces problèmes dans leur globalité et que les sceaux, indépendamment de leur intérêt diplomatique indéniable, soient aussi considérés comme le reflet d’une réalité culturelle. Soutenus par les instances académiques de Lille et de Paris, les enseignants-chercheurs Marc Gil et Jean-Luc Chassel, responsables scientifiques du colloque international « Pourquoi les sceaux ? La sigillographie enjeu de l’histoire de l’art  » ainsi que de l’exposition « Empreintes et matrices. Les sceaux du patrimoines historique du Nord, XIIe-XVIIe siècle  » qui complétait le programme, ont œuvré avec compétence, dynamisme et enthousiasme pour faire passer ce message et mettre les intervenants issus de diverses disciplines face à de nouvelles perspectives d’études qui sont autant de nouveaux défis.

  • 2 H. J. E. van Beuningen, A. M. Koldeweij, D. Kicken (éd.), Heilig en profaan 2. 1200 laatmiddeleeuw (...)
  • 3 T. de Raadt, Les sceaux armoriés des Pays-Bas et des pays avoisinants, Bruxelles, 1897 (réédition, (...)
  • 4 A. Pinchart, Recherches sur la vie et les travaux des graveurs de médailles, de sceaux et de monna (...)
  • 5 É. Poncelet, « Sceaux et armoiries des villes, communes et juridictions du Hainaut ancien et moder (...)
  • 6 P. deGhellynck-Vakrnewijck, Sceaux et armoiries des villes, communes, échevinages, châtellenies, m (...)
  • 7 Bibliographie générale publiée dans C. de Moreau de Gerbehaye et A. Vanrie (éd.) « Marques d’authe (...)

9Des moyens techniques permettent actuellement de détecter des matrices enfouies et soulèvent par la même occasion les problèmes que ce type d’investigation suppose. Ils ont été résolus aux Pays-Bas, où initiatives privées et surveillance de l’État combinées harmonieusement donnent lieu à la publication régulière de milliers d’affiquets religieux et profanes mis à jour2. La radiographie des tranches des sceaux pendants ou plaqués permet de déceler les moyens employés par le sigillant pour déjouer le remploi abusif des empreintes. On fait aussi appel à la numérisation : la collection de quelques 38 000 empreintes de sceaux des Archives générales du Royaume à Bruxelles sera accessible sur Internet à partir de 2011. Les Archives départementales du Nord, en partenariat avec l’Université Lille 3, s’apprêtent à numériser 10 000 empreintes, datées et localisées. Aux archives municipales de Douai, la numérisation des pièces est en cours. Cette généreuse diffusion du savoir suppose l’appui de la politique scientifique, des moyens financiers et matériels, un personnel compétent, et tout d’abord une série de travaux préparatoires systématiques parmi lesquels les indispensables inventaires de sceaux. En Belgique, on retiendra principalement les « Sceaux armoriés des Pays-Bas et des pays avoisinants » de Théodore de Raadt3, les publications d’Alexandre Pinchart sur les graveurs de sceaux, de monnaies et de médailles4, les relevés de sceaux de Edouard Poncelet5, de Philippe de Ghellynck-Vaernewijck6 et ceux dressés récemment par René Laurent7.

  • 8 R. Laurent et C. Roelandt, Les échevins de Bruxelles (1150-1500) ; leurs sceaux (1239-1500), Bruxe (...)

10Outre les collections d’originaux, les empreintes peuvent aussi subsister grâce aux dessins ; ceux de Gaignières (1642-1715) sont particulièrement nombreux ; en ce qui concerne la Belgique, la publication des dessins de sceaux de nos princes par Olivier de Vree ne doit plus être présentée ; moins connues sont les copies exécutées en 1608 à l’abbaye St-Michel d’Anvers par l’envoyé des Archiducs, Antoine de Succa (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. II 1862, f° 76-82) ou les centaines de sceaux armoriés médiévaux dessinés d’après les originaux et dispersés dans le fonds Houwaert (Bruxelles, KBR, Cabinet des manuscrits). Leur étude et leur publication par M. Laurent est un bel exercice de critique historique et artistique pour les échevins de Bruxelles8. Enfin, il ne faut pas oublier les planches qui accompagnent les volumes de Th. de Raadt précité, mais qui ne reproduisent que les armoiries des sigillants.

  • 9 L. Bouly de Lesdain, « Notes sur quelques changements d’armoiries aux XIIe et XIIIe siècles », Arc (...)

11Le sceau identifie aussi une famille et ses membres mais sans afficher nécéssairement d’uniformité ; L. Bouly de Lesdain9 en soulignait les changements observés chez le même sigillant (par exemple avant et après son adoubement) ; de même, un meuble héraldique n’est ni héréditaire ni fixé : par ex. le trescheur porté par les premiers seigneurs de Gavre (seconde moitié XIIe siècle) et abandonné par eux, est adopté un siècle plus tard par la branche cadette des Gavre-Escornaix.

  • 10 Jean-François Nieus s’est aussi intéressé aux sceaux des souverains et de la très haute aristocrat (...)

12Jean-François Nieus approfondit le cas de Hugues III Candavène, comte de Saint-Pol († 145), qui adopte à titre personnel le surnom et l’emblème parlant des gerbes. Elles figurent sur ses monnaies ; son fils Enguerrand s’identifie à la forte image paternelle en remployant la matrice du sceau de Hugues III et en y faisant surgraver une légende à son propre nom ; détail que L. Bouly de Lesdain n’avait pas remarqué10. Les descendants privilégient aussi la présence de gerbes, emblèmes parlants, sur leurs sceaux ou contre-sceaux de pair avec des aigles ou des lions. La gerbe des Candavène passera du statut d’emblème personnel à celui de meuble héraldique familial.

  • 11 M. Stourdza-Saucesti, « A propos des armoiries des Corvin de Hunedoara en Transylvanie », Archivum (...)

13Un autre cas d’emblème parlant est celui du corbeau : à l’origine symbole du pays valaque et de ses premiers souverains (monnaies et sceaux), les seigneurs de Hunyad l’adoptent comme meuble héraldique. L’empereur Sigismond confirme ce blason le 18 octobre 1409 pour Voicu, père de Janos Hunyade. Ce dernier, considéré par le roi Ladislas V comme le rempart de la nation en guerre avec les Ottomans, se voit octroyer en 1453 par le souverain une augmentation d’armoiries : écartelés aux 1 et 4, d’un lion rampant soutenant une couronne de la dextre, aux 2 et 3, d’un corbeau tenant un anneau d’or dans le bec. Ceci n’empêchera pas le bénéficiaire de sceller aussi du seul emblème familial (1456) ; son fils, le célèbre Mathias Corvin, roi de Hongrie de 1458 à 1490, mènera le pays à l’apogée au plan culturel et l’emblème ancestral du corbeau à l’anneau d’or répandu sous toutes les formes d’art et figurant en cœur de ses armoiries, le fera passer à la postérité sous le nom de Corvin11.

  • 12 P. Ganz, « Die Abzeichen der Ritterorden », Archives héraldiques suisses, 1905, p. 28-37, p. 52-67 (...)
  • 13 Laurent Hablot a soutenu une thèse sur l’emblématique princière et ses déclinaisons (mots, devises (...)

14La littérature concernant l’emblématique est abondante et attire les chercheurs qui l’inscrivent dans le champ de l’histoire des mentalités. Après le dénombrement important d’emblèmes fourni par P. Ganz12, Laurent Hablot a approfondi l’étude de leur prolifération au cours du Moyen Âge finissant sous un jour sociologique et artistique13. Son propos suscite aussi la réflexion suivante :

  • 14 Plusieurs exemples : Savoie, présence de deux nœuds de Savoie accostant les armes timbrées d’Amédé (...)

15Si l’on s’en tenait au thème du colloque et que l’on privilégiait la présence de devises ou d’emblèmes dans les sceaux et non ailleurs sous quelques formes que ce soit, on pourrait nous semble-t-il départager plus clairement leur importance respective et différencier la devise occasionnelle, insigne d’amitié ou choix d’un moment, marque d’un groupement amical ou d’un soutien politique, et l’insigne officiel, celui d’un ordre de chevalerie par exemple dont la présence sur une empreinte pourrait être un élément signifiant qui éviterait la confusion des genres. Car contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces emblèmes apparaissent rarement dans les sceaux, parfois dans les contre-sceaux de ces sigillants pourtant férus de symboles14. Leurs relevés systématiques dans les sceaux, monnaies et médailles, qui conforteraient cette constatation, est loin d’être entrepris. La généalogie des sigillants est indispensable pour appuyer les résultats.

  • 15 Le cimier, mythologie, rituel, parenté, des origines au XVIe siècle, Académie internationale d’hér (...)

16En revanche, nous pensons que l’étude des cimiers présents dans les sceaux armoriés relève plutôt du domaine héraldique ; présentés en 198915, leurs liens ou leurs identifications avec les devises sont certainement des objets de recherches passionnantes mais particulièrement délicates comme la communication suivante le prouve.

  • 16 G. Croenen, « Familie en Macht. De familie Berthout en de Brabantse Adel, Université catholique de (...)

17Le travail monumental que Gotfried Croenen a entrepris pour la prestigieuse famille des Berthout met en effet en pratique ce qui a été dit précédemment16 ; la publication des 353 actes qui la concerne a été le fruit d’un dépouillement spectaculaire et minutieux de plus de 1800 chartes et autres documents ; grâce à quoi, un canevas chronologique sûr a servi d’assise aux généalogies des trois branches issues de l’ancêtre commun Wouter (I) Berthout (†1180) ; sur 109 membres identifiés 67 possèdent un ou plusieurs sceaux, éventuellement des contre-sceaux et des armoiries timbrées ou non, dont plus de 290 impressions nous sont parvenues.

18Le reportage photographique que G. Croenen a publié permet de suivre leur évolution matérielle ; parallèlement, il replace les sigillants dans leur contexte historique et social et offre au duché de Brabant une étude digne de lui.

Notes

1 C. Lapaire, « L’orientation des recherches dans le domaine des sceaux en Suisse », Archivum heraldicum, 1965, p. 18-29.

2 H. J. E. van Beuningen, A. M. Koldeweij, D. Kicken (éd.), Heilig en profaan 2. 1200 laatmiddeleeuwse insignes uit openbare en particuliere collecties (Rotterdam Papers 12), Cothen, 2001 (compte rendu dans Scriptorium, 2005, BC no 135).

3 T. de Raadt, Les sceaux armoriés des Pays-Bas et des pays avoisinants, Bruxelles, 1897 (réédition, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 1999).

4 A. Pinchart, Recherches sur la vie et les travaux des graveurs de médailles, de sceaux et de monnaies des Pays-Bas, Bruxelles, 1858. Les travaux de Pinchart, entre autres chercheurs, publiés dans la Revue de numismatique et de sigillographie belge sont maintenant disponibles sur le site de la Société royale de numismatique belge : http://www.numisbel.be/inhoudstafel.htm.

5 É. Poncelet, « Sceaux et armoiries des villes, communes et juridictions du Hainaut ancien et moderne. Sceaux communaux conservés aux archives de l’état à Mons », Annales du Cercle archéologique de Mons, 23 1904, p. 129-240 ; 24, 1905, p. 112-304 ; 25, 1906, p. 160-336 ; 26, 1907, p. 160-263 ; 28 (supplément), 1909, p. 17-147.

6 P. deGhellynck-Vakrnewijck, Sceaux et armoiries des villes, communes, échevinages, châtellenies, métiers et seigneureries de la Flandre ancienne et moderne, Paris 1935

7 Bibliographie générale publiée dans C. de Moreau de Gerbehaye et A. Vanrie (éd.) « Marques d’authenticité et sigillographie. Recueil d’articles publiés en hommage à René Laurent, Archives et Bibliothèques de Belgique, numéro spécial 79, Bruxelles, 2006.

8 R. Laurent et C. Roelandt, Les échevins de Bruxelles (1150-1500) ; leurs sceaux (1239-1500), Bruxelles, Archives générales du royaume, 2010, 3 tomes.

9 L. Bouly de Lesdain, « Notes sur quelques changements d’armoiries aux XIIe et XIIIe siècles », Archives héraldiques suisses, 1899-1900, p. 79-82 et 106-116.

10 Jean-François Nieus s’est aussi intéressé aux sceaux des souverains et de la très haute aristocratie ; le remploi de matrices d’un ascendant est moins rare qu’on ne le pense et cet « emprunt » légitime leur accès au pouvoir et confirme leur volonté de continuité, cf. « Les remplois de sceaux princiers en Lotharingie au XIIe siècle : pragmatisme ou propagande politique ? » dans Marques d’authenticité et sigillographie..., op. cit., p. 47-57 ; « Quand le sceau devient attribut dynastique et territorial. Les cas de transmission héréditaire des premières matrices pondères », dans le présent volume.

11 M. Stourdza-Saucesti, « A propos des armoiries des Corvin de Hunedoara en Transylvanie », Archivum heraldicum, 1976, p. 8-11, I. Bertényi, « Das Wappen von Janos Hunyadi aus dem Jahre 1453 », Archivum heraldicum, 1985, p. 9-12.

12 P. Ganz, « Die Abzeichen der Ritterorden », Archives héraldiques suisses, 1905, p. 28-37, p. 52-67 ; p. 134-140 ; 1906, p. 16-25.

13 Laurent Hablot a soutenu une thèse sur l’emblématique princière et ses déclinaisons (mots, devises, emblèmes, couleurs...) et ses rapports avec la littérature. On lui doit, entre autres, « Les signes de l’entente : le rôle des devises et des ordres dans les relations diplomatiques entre les ducs de Bourgogne et les princes étrangers de 1380 à 1477 », Revue du Nord, t. 84, 1984, p. 319-341 et, dans le présent volume, « Le sceau et la devise à la fin du moyen âge, une nouvelle identité sigillaire ? ».

14 Plusieurs exemples : Savoie, présence de deux nœuds de Savoie accostant les armes timbrées d’Amédée VIII sur le contre-sceau de son grand sceau équestre (1408) dans S. Ricci (dir.), Il sigillo nella storia e nella cultura, catalogue d’exposition (Venise, Musée Correr), Rome, 1985, no 51 p. 60 ; L. C. Gentile, Riti ed emblemi. Processi di rappresentatione del potere principesco in area subalpina (XIII-XVI secc.), Turin, 2008, ill. II : Corti e principi Piemonte e Savoia.
Milan. Les Visconti et Sforza sont connus pour avoir utilisé de multiples devises, voir C. Maspoli, « Arme e impresse viscontee sforzesche Ms. Trivulziano n. 1390 », Archivum heraldicum, 1996, p. 132-157 ; 1997, p. 27-38. (Nouvelle édition : Stemmario Trivulziano, Milan, 2000) ; la colombe essorante apparaît sur le contre-sceau de Maximilien Sforza, duc de Milan ; G. Cambin « Le Rotele Milanesi.. 1478 », Société suisse d’Héraldique, 1987, p. 122-123, 208-218. ; G. C. Bascape, Insegne e simboli, Rome, 1983, p. 87.
Anjou. Abondance d’emblèmes aussi chez le roi René d’Anjou, voir C. de Mérindol, Le roi René, (1409-1480), décoration de ses chapelles et demeures, catalogue d’exposition (Musée des monuments français, Palais de Chaillot, 1981), Paris, 1981, p. 16 no 28 ; du même, Le roi René et la seconde maison d’Anjou : emblématique, art, histoire, Paris, 1986. On trouve relativement peu d’emblèmes dans ses sceaux, plus souvent sur les contre-sceaux (le casque taré de face, timbré avec les lambrequins en forme d’ailes de dragon (1472) pl. LI, no 217 ; les voiles de navire seules sur le contre-sceau pl. XXVII, no 106, de même que sur son sceau de majesté avec la devise « en dieu en soit », pl. XXVI, no 96 et 98 ; le paternostre (1478) pl. 28, no 126 ; le croissant figurant dans le sceau de l’ordre du Croissant (1448) pl. XLIII, no 183 ; les bâtons écotés, contre-sceau sur une quittance du 20 mars 1462 accompagnant l’écu à 5 quartiers couronné).
Empire. I. Takâcs (dir.), Sigismundus rex et imperator, Kunst und Kultur zur Zeit Sigismunds von Luxemburg, 1387-1437/art et culture au temps de Sigismond de Luxembourg, 1387-1437, catalogue d’exposition (Budapest, Szépművészeti Múzeum, et Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art, 2006), Budapest-Luxemburg, 2006, p. 337, acte de fondation de l’ordre de Saint-Georges avec sceau de l’ordre à l’effigie du saint cavalier terrassant le dragon (24. 04. 1326) ; le sceau de l’ordre du dragon a disparu de l’acte de fondation.
Bretagne. La Bretagne au temps des ducs, 1491-1991, catalogue d’exposition (Abbaye de Daoulas et Musée Dobrée, 1991-1992), Nantes, 1991, p. 51 : Sceau équestre du duc Jean IV de Bretagne (24.02.1387), avec contre-sceau et signet. Sur celui-ci figure l’hermine au naturel et la devise « A ma vie », devise de l’ordre. Les hermines figurent aussi sur le sceau de majesté de Jean V de Bretagne (7. 2.1407) et sur le contre-sceau.
La Toison d’or. R. Laurent, « Les sources : Sigillographie. Les sceaux de l’ordre », dans P. Cockshaw et C. Van denBergen-Pantens (dir.) L’ordre de la Toison d'or de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505), idéal ou reflet d’une société ? Bruxelles, 1996, p. 24-30 ; Des particuliers, par exemple, Jean de Montgomery († 1448), dont les sceaux de 1428 et 1431 présentent ses armes timbrées accostées de deux ceintures et leurs contre-sceaux une seule, voir D. L. Galbreath, « La devise de Jean de Montgomery », Archives héraldiques suisses, 1949, p. 104-105.

15 Le cimier, mythologie, rituel, parenté, des origines au XVIe siècle, Académie internationale d’héraldique, Actes du 6e colloque international d’héraldique (La Petite-Pierre, 1989), Bruxelles, 1990. J. C. Loutsch (« Le cimier au dragon et la légende de Mélusine », Le cimier, mythologie, rituel, parenté, des origines au XVIe siècle, Académie internationale d’héraldique, Actes du 6e colloque international d’héraldique (La Petite-Pierre, 1989), Bruxelles, 1990, p. 181-204, ici p. 195) dresse le lien généalogique qui unit Florent Berthout, sire de Malines († 1331) à la maison de Brabant ce qu’évoque son cimier au dragon.

16 G. Croenen, « Familie en Macht. De familie Berthout en de Brabantse Adel, Université catholique de Louvain, Universteit Leuven, 2003 ; dumême, De oorkonden van de familie Berthout, 1212-1425, Bruxelles, 2006 (Commission royale d’Histoire, 4°, Académie royale de Belgique).

Auteur

Archiviste et historienne, est administrateur au Centre international de codicologie ASBL (CIC) - Bibliothèque royale de Belgique (groupe de contact FNRS, Codicologie), et au Conseil d’administration du centre d’études des manuscrits (CEM), dont le but principal est la publication de la revue Scriptorium et du Bulletin codicologique. Dans le cadre des activités de la Bibliothèque royale, elle a été commissaire de plusieurs expositions sur l’héraldique. Elle est membre de plusieurs institutions nationales et internationales d’héraldiques, de sigillographie et d’archéologie, depuis 1988. Elle a édité les Armoiries communales en Belgique. Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, I-II (Bruxelles, 2002) et prépare, avec Michel Popoff (Académie internationale d’héraldique), l’édition d’un armorial de poche de la fin du XIVe siècle.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540