Version classiqueVersion mobile

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

2. Conceptualisation de l’image sigillaire

Mandement de Dieu, lettres du diable

Parodies littéraires et représentations de chartes fictives dans les œuvres d’Eustache Deschamps et d’Henri de Ferrières

Inès Villela-Petit

Texte intégral

1Plusieurs textes littéraires du XIVe siècle sont construits comme des chartes fictives, notamment certaines ballades d’Eustache Deschamps et des passages des Livres du roi Modus et de la reine Ratio d’Henri de Ferrières. Ils décalquent le formulaire diplomatique pour un usage expressif et humoristique. Dans quelques manuscrits, le jeu mimétique est poussé plus loin puisque ces textes sont présentés sous forme de chartes peintes, scellées de leur sceau. C’est ici l’occasion d’étudier ces représentations de sceaux dans l’enluminure, témoins de la place du sceau dans la culture visuelle des auteurs et des artistes médiévaux ; l’occasion aussi d’examiner les informations qu’ils nous apportent sur les sigillants : Dieu et le diable !

2De toute la production artistique du Moyen Âge occidental, deux catégories d’œuvres nous sont parvenues en très grand nombre, d’une part les sceaux, de l’autre les enluminures. Leur meilleure préservation, comparée à tant de peintures sur bois, de tentures, d’objets d’orfèvrerie ou de sculptures qui ne semblent pas avoir survécu dans les mêmes proportions aux aléas de l’Histoire, tient pour partie à un trait qui leur est commun : leur étroite association à l’écrit. Le respect dont bénéficie le texte écrit depuis l’époque médiévale jusqu’à nos jours a permis de préserver les images qui lui étaient directement associées, à savoir l’empreinte sigillaire qui valide les chartes conservées dans les archives, l’enluminure qui illustre les codices conservés dans les bibliothèques.

  • 1 Voir aussi I. Villela-Petit, « Les techniques de moulage des sceaux du XVe au XIXe siècle », Biblio (...)

3Cependant, le grand nombre des sceaux subsistants tient aussi à l’abondance d’une production et d’un usage qui, à l’âge gothique, s’étendit à toutes les catégories de la société. Ces empreintes par milliers, mais aussi les matrices qu’on redécouvre, témoignent encore à quel point le sceau fut un objet familier. En tant que tel, il était inévitable qu’il trouve sa place dans l’imaginaire de l’homme médiéval, ce que laissent deviner maintes falsifications, parodies et représentations en des contextes variés1. Les enluminures, notamment, fournissent un riche corpus de représentations de sceaux dans un contexte narratif qui se veut aussi contexte social de leur usage. Je me propose donc dans un premier temps d’examiner non pas des sceaux mais un échantillon d’images de sceaux choisies dans des manuscrits enluminés de la Bibliothèque nationale de France (BnF), tous parisiens ou de la France du Nord entre la fin du XIIIe et le début du XVe siècle.

4Je commencerai par une Bible historiale enluminée à Saint-Omer dans le courant du XIVe siècle (BnF, fr. 152) qui contient plusieurs représentations de chartes scellées. Au folio 126v, le roi David remet à son capitaine Urie, l’époux infortuné de Bethsabée, la lettre qui le perdra : « …David écrivit à Joab une lettre qu’il lui fit remettre par Urie (ill. 1). Il y écrivait ceci : ‘Place Urie au plus fort du combat, et retirez-vous derrière lui afin qu’il soit atteint et qu’il meure’«  (II Samuel 11, 14-15). La missive est montrée dépliée, des lignes et des pointillés restituant l’idée d’un texte, tandis que le doigt levé du roi insiste sur son contenu fatal qui prime ici sur le respect de la chronologie de l’action et la logique du drame qui voudrait la remise à Urie d’une lettre close. Un sceau ou bulle de couleur gris foncé sur une languette de parchemin vient renforcer la solennité de l’acte et par conséquent la dramaticité de la scène dont, significativement, le sceau occupe le centre.

5Il se trouve que dans l’image en miniature, le seul mode d’authentification aisément représentable est bel et bien le sceau. Le sceau est donc image et signe dans l’image, alors que le texte des chartes est rarement évoqué, tout au plus par quelques traits de plume, comme au folio 133 du même manuscrit où le roi David ordonne un recensement (le texte est rendu à l’encre rouge). Une charte scellée se réduit donc à un rectangle blanc et un rond de couleur plaqué ou pendant, par exemple au folio 249v de la Bible historiale, pour l’histoire d’Esther et Assuérus, ou au folio 352 montrant les envoyés de Judas Macchabée à Rome, qui sont autant d’exemples d’une projection des usages médiévaux sur l’histoire biblique.

6Cependant, un aspect premier du sceau, à savoir l’empreinte, l’image même dont il est porteur, est quasi absent de la représentation. Au contraire de leurs modèles, ces représentations de sceaux ne fournissent donc aucune information sur le sigillant. De la même manière, lors même que la lettre est dépliée ou déroulée, son contenu essentiel, le texte, n’est pas légible. Même dans une image saturée de textes et de couleurs où la charte broche sur des phylactères inscrits comme cette scène de la célèbre Vie de saint Denis parisienne de 1317 (BnF, fr. 2091, folio 117 : L’empereur Domitien recevant les messagers des pontifes), l’idée d’acte officiel prime sur son contenu (ill. 2).

7Bien sûr, ces caractéristiques procèdent d’abord des dimensions très réduites des missives représentées dans les enluminures, détail modeste dans des images d’un format déjà limité. Mais elles impliquent un glissement de sens. Les sceaux représentés dans l’enluminure n’y ont pas leur fonction première de signe d’identité, mais une fonction plus générique de marqueur visuel de l’autorité qui donne son caractère officiel à la lettre représentée, ou même de simple attribut de la lettre même qui contribue à l’identifier comme telle. On peut donc considérer ces images imparfaites de sceaux comme des évocations plutôt que représentations à proprement parler. L’idée de sceau prime ici sur la fidélité de la représentation. Ces sceaux font signe, parmi d’autres, dans l’image enluminée.

8L’absence de restitution d’un contenu textuel déchiffrable connaît quelques exceptions, ainsi dans une Chanson d’Antioche artésane de la fin du XIIIe siècle (BnF, fr. 786, folio 189v : Le roi Baudouin envoyant un messager), qui, curieuse formule, substitue au texte proprement dit un abécédaire. Le sceau ici est très effacé. Quelque chose de plus élaboré se rencontre ponctuellement dans des Vies des saints enluminées par Jeanne et Richard de Montbaston dans le second quart du XIVe siècle (BnF, fr. 185, folio 201). L’institution des quatre jeûnes de l’année par le pape saint Calixte Ier est une scène où la charte prend un relief tout particulier (ill. 3). En ce cas, le mot Jejunium indiquant le thème de la constitution papale est bien lisible et le sceau ou bulle rouge crucigère au centre de l’image particulièrement imposant. Là encore, la gestuelle met le sceau en valeur.

9Mais le sceau est surtout un élément constitutif et presque obligé d’une scène-type très fréquente dans l’illustration des textes historiques : la réception ou l’envoi de messagers porteurs de lettres, dont on peut citer d’autres exemples. La composition la plus courante est illustrée par une Bible historiale enluminée vers 1320 par le Maître de Jean de Papeleu (BnF, fr. 157, folio 145 v : Ptolémée VI recevant une lettre). Un messager, portant chapeau de voyageur et gourde au côté, s’agenouille devant le souverain pour lui délivrer le message dont il est porteur (ill. 4). La lettre est scellée d’argent sur queue de parchemin. De même, dans une autre Bible historiale (BnF, fr. 162, folio 155 : Le messager des Macchabées, fol. 268v : Saint Jacques et un messager, etc.), le schéma général varie peu. Cette scène se rencontre à maintes reprises, notamment dans les manuscrits des Grandes Chroniques de France, par exemple BnF, fr. 73, folio 171 v : La reine Edwige recevant des messagers.

10La présence du sceau dans l’image est parfois voulue par une mention dans le texte même qu’elle illustre et qui comporte en quelque sorte une annonce de sceau. Ainsi dans cette scène du Lancelot où le roi Arthur est abusé par la demoiselle Elice (Arsenal, ms. 3479, folio 580), je cite : « Si en traist unes lettres pendans a un seel d’or, et la damoiselle bailla les lettres au roy et li dit : Sire, faites ces lettres ainsi comme je vous ai devisié… » (ill. 5). Cachetée et authentifiée par son sceau (jaune ici), la lettre reçue est un ressort du roman qui annonce de nouveaux rebondissements dans l’action.

11Par rapport à la réalité du sceau, la couleur de son image enluminée peut aussi faire écart, comme on l’a vu avec ces sceaux peints d’argent, dont on ne sait s’ils cherchent à rendre une bulle de métal ou si la couleur est ici purement décorative. Alors que dans la pratique quotidienne, la couleur de l’empreinte sigillaire varie : cire au naturel, cire rouge, cire verte, empreintes bicolores, et finit par traduire une hiérarchie dans la solennité des actes, dans l’enluminure le sceau est plus fréquemment rouge, et le rouge la couleur le plus souvent associée à la représentation de sceaux, quelque soit la nature du document qu’ils valident. Telles sont les lettres de défi du manuscrit des Chroniques de Froissart BnF, fr. 2675, au folio 47 : Philippe VI de Valois recevant l’évêque de Lincoln porteur du défi d’Édouard III (ill 6) : « comment le roy d’angleterre comme vicaire de l’empereur envoia l’evesque de lincolle à paris pour deffier le roy de france et aussi firent ces grans seigneurs d’alemaingne » ; et au folio 60 : « comment le conte de hainault envoia desfier son oncle le roy de france par l’abbe de crespi qui fist son messaige bien et à point ».

  • 2 I. Villela-Petit, « Historié de blanc et de noir : la tradition du « portrait d’encre » dans l’enlu (...)

12Si nous avons remarqué plus haut quelques bulles d’or et d’argent, le sceau comme signe dans l’image est généralement un sceau rouge. Il a d’ailleurs la particularité de conserver sa couleur jusque dans les enluminures traitées en grisaille, particularité qu’il partage avec quelques matières à forte charge symbolique comme le sang des blessures dans les scènes de combat. Ainsi dans un Tristan du début du XVe siècle (BnF, fr. 100, folio 390 : Arthur et Lancelot recevant la messagère de Tristan), enluminé dans l’ensemble suivant cette technique qui tend au monochrome, les lettres néanmoins sont cachetées de rouge. Ou encore dans l’exemplaire des Grandes Chroniques de France de Charles V (BnF, fr. 2813, folio 105v : Le messager de l’empereur byzantin), ici enluminé de gris et or, où le sceau focalise l’attention et impose sa couleur : rouge, malgré le parti de grisaille (ill. 7). Comme le rouge du sang, le rouge de la cire s’impose donc à l’image avec assez de force pour faire rupture avec l’esthétique du noir et blanc, et comme passer outre. Comme si, même dans ces scènes « historiées de noir et blanc », il ne pouvait y avoir de sceau que rouge2. Cela laisse aussi à penser que la couleur est nécessaire à l’identification du sceau comme tel et à sa pleine efficience comme signe.

13Les représentations de sceaux examinées jusqu’ici reflétaient peu ou prou une pratique sociale établie, mais il existe aussi un usage parodique et distancié de l’image du sceau qui rejoint l’emploi parodique du formulaire des chartes dans les textes littéraires. L’enlumineur d’un exemplaire du Renart le Nouvel de Jacquemart Gielée de la fin du XIIIe siècle (BnF, fr. 1581, folio 34) s’est montré fidèle au texte dans la représentation de Renard et des messagers des dames (ill. 8) : « Si ke les III dames renvoient Renart unes letres », mais pour ce faire il lui a fallu rendre visible ce qui n’était qu’implicite dans ce passage : les lettres sont ostensiblement scellées, ce qui ajoute à l’humour de la scène.

  • 3 Marquis Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud (éd.), Œuvres complètes d'Eustache Deschamps, Paris, 1 (...)

14De façon plus explicite, mais sans illustration correspondante, l’œuvre poétique d’Eustache Deschamps (1346-1407) comporte plusieurs parodies de chartes et commissions3, comme la charte de la prétendue confrérie des Fumeux dont l’auteur se voulait chancelier (ballade 813). Voici un extrait avec l’annonce de sceau :

15Charte MCCCXCVIII, dite Charte des fumeux (9 décembre 1368) :

Jehan Fumée, par la grace du monde
Ou tous baras et tricherie habonde
Empereres et sires des Fumeux,
Et palatins des Merencolieux,
À tous baillis, prevosts et seneschaulx,
Dus, contes, princes, tresoriers, mareschaulx,
Gardes de villes, de pors et de passaiges,
Aux admiraulx qui gardent les rivaiges,
Au Connestable et a tous les sergens
De nostre empire et a tous lieutenens ;
Semblablement, a tous noz justiciers,
Auxquelz ces lettres s’adreceront premiers,
Et a chascun d’eulx en division,
Amoue, salut avec dilection !
Il est venu a nostre congnoissance…
[…]
Pour quoy, nous, Eustace Morel,
Afin que ce soit ferme chose,
Et que nulz contredire n’ose
Nostre ordonnance, avons fait mettre
Nostre grant seel en ceste lettre,
Qui fut donnée en nostre chambre
Le IXe jour de décembre,
L’an mil CCC.LX et huit,
Une grant chandoille en la nuit,
Et le tiers an de nostre empire,
Qui chascun jour se mue en pire.

16De même, telle Commission d’un chien, charte MCCCXCIX :

Eustace, empereur des Fumeux,
À nostre amé Robin le Queux
Salut ! Nous avons entendu
Qu’un chien…
[…]
Donné soubz nostre seel a Fymes.
Point là, Rochet, cy faillent rymes.

  • 4 G. Hasenhor et M. Zinc (éd. revue et corrigée par), Dictionnaire des Lettres françaises, Le Moyen  (...)

17Ou encore, la Charte des bons enfans de Vertus en Champaigne (août 1372), MCCCC, etc. Dans ces œuvres, l’annonce de sceau fait partie du formulaire détourné et contribue à l’effet comique, mais l’absence de représentation, l’absence d’image de sceau donc, en fait un élément mineur et relativement pauvre du processus de transposition parodique en comparaison de la suscription, de la notification ou de la date. La mention de sceau a plus de force cependant dans un texte comme la Mors de la Pomme, petit poème anonyme en forme de sermon du début du XVe siècle4 puisqu’elle a son importance dans l’argument du texte. L’Ange remet à la Mort trois flèches et un mandement muni du sceau de Dieu dans lequel Celui-ci fait savoir à tous qu’il donne à la Mort les pleins pouvoirs comme son sergent criminel.

  • 5 G. Tilander (éd.), Les Livres du Roy Modus et de la Royne Ratio, Paris, 1932.

18L’annonce du sceau de Dieu se retrouve dans les Livres du roi Modus et de la reine Ratio d’Henri de Ferrières, composés entre 1354 et 1377, plus précisément dans sa seconde partie, le Songe de pestilence5. Modus et Ratio s’étant plaints devant Dieu des méfaits de Satan dans le monde, ce dernier est convoqué devant le tribunal céleste par le biais d’un mandement en bonne et due forme. Le même Satan produit des lettres pour instituer plu sieurs démons comme ses fondés de pouvoir. Le texte est assorti dès l’origine d’un programme d’illustration détaillé comme le montre l’exemplaire de dédicace au roi Charles V daté de 1379 (BnF, fr. 12 399), programme qui sera reproduit dans les manuscrits successifs (BnF, fr. 1297, fr. 1302, fr. 1298, etc.), jusqu’à l’édition imprimée de Neyret à Chambéry en 1486, qui est ornée de bois gravés.

  • 6 Chap. 146, p. 23.

19S’il n’y a point d’image sigillaire sur les images de sceaux enluminées ordinaires, l’illustration du Livre du roi Modus prévoit, elle, une figuration détaillée de deux sceaux, puisque le texte du mandement de Dieu et celui des lettres du diable sont mis en scène pour livrer au lecteur des sortes de fac-similés des originaux issus de la chancellerie céleste et de celle des Enfers. Le premier acte, daté du 3 mai 1342, fut confié à Diligence qui, faisant ici fonction de messager, avait reçu mission d’ajourner le diable à comparaître sous trois jours. Il s’agit d’une lettre du Christ à Satan et ses suppôts (folio 107v)6 :

« À tous les comdampnés des légions infernaus qui ches presentes lettres verront ou orront [Notification avec adresse collective], Nous le Roy des Chieux et Empereeur et Createur de tout le monde [Suscription avec mention des titres, mais où l’on notera l’absence du nom et de la formule de dévotion habituelle aux actes royaux du type : Ph(ilippus), Dei gr(ati)a Franc(orum) et Navarre rex…, et pour cause, l’invocation à Dieu est superflue puisque c’est Lui qui parle !], [Suit le dispositif :] Avons donné et donnons plain pouair et mandement especial a notre amé sergeant Diligence de aller par tout le monde sous le szodeacre faire ajournemens, un ou plusieurs, dont il sera requis, et assigner jour ou jours pardevant nous ou nos deputés, Et pour faire tous expiés de justise dont il lui appara par lettres obligatoires ou par le reconnoissant de partie, Et pour faire tout cheu que bon sergant peust et doit faire, [et la clause injonctive] Mandons et commandons a tous que a lui entendent et obéissent et li donnent consail, confort et aide, se mestier en a et il les en requiert. [Puis la corroboration probatoire avec annonce de sceau] En tesmoing de che, a la requeste de nostre fille Ratio, li avon donné chez lettres pendantes selleez de nostre grant seel, [Enfin la date] qui furent faites en l’incarnation de nostre Filz mil CCC XLII le tiers jour de mai. »

20Dans l’exemplaire de Charles V, cet acte de la chancellerie céleste a l’aspect d’un mandement sur simple queue de parchemin (ill. 10). Bien qu’il s’inscrive dans un cadre d’or bruni agrémenté de brins de vignetures à la manière des autres encadrements d’enluminures du manuscrit et même si les hastes de la première ligne de texte débordant du cadre contredisent l’effet de trompe-l'œil, il dessine cependant les contours d’un parchemin diplomatique. L’acte, comme l’annonce son texte, est scellé du sceau de l’autorité émettrice, le Roi des Cieux en personne. Un tel document invite à étudier les us et coutumes diplomatiques de la chancellerie divine vers 1342, qui, mais doit-on s’en étonner, sont assez proches de ceux de la chancellerie du roi de France… Il nous donne surtout un précieux témoin de l’image sigillaire de Dieu.

21Sur un simple mandement, on s’attend à trouver un sceau de cire jaune. Cependant, l’enlumineur a préféré le peindre d’or en sorte qu’on ne sait s’il faut y voir sceau de cire au naturel ou bulle d’or à la manière des bulles pontificales. Ce « grand sceau » rond est, comme on s’y attend, un sceau de majesté puisque le sigillant, Dieu, est représenté assis, de face, couronné et tenant le globe en main gauche, à l’instar des sceaux de souverains terrestres comme celui d'Édouard III d’Angleterre (sceau de cire verte sur lacs de soie appendue à une lettre de défi du 27 juillet 1340 au roi de France Philippe VI de Valois), à ceci près toutefois que Dieu bénit de la main droite au lieu de tenir un sceptre, ce qui rappelle plutôt les sceaux épiscopaux. La légende, qui le désigne comme « Le. Roy des. Chieux, Empereeur », est en français, comme le texte de l’acte et l’ensemble de l’œuvre d’Henri de Ferrières, mais s’écarte de ce fait des pratiques sigillaires des chancelleries princières de ce temps qui usent du latin. Mais l’écart le plus flagrant avec les empreintes sigillaires est la polychromie de ce sceau divin. Contrastant avec la monochromie des empreintes de cire teintées dans la masse, la majesté divine sur fond d’or est drapée de bleu et de rouge vif. La représentation du sceau de Dieu dans le manuscrit apparaît ainsi comme une composition intermédiaire entre image sigillaire et enluminure, les couleurs de l’enlumineur prenant le pas sur la restitution fidèle d’une empreinte ou bulle. Mais il est vrai qu’il s’agit d’un sceau divin…

  • 7 Chap. 161, p. 62-63.

22Un peu plus loin dans le Livre du roi Modus figure une procuration de Lucifer à ses suppôts, elle aussi scellée (folio 120)7 : « Nous Lucifer, le tres puisant en toutes mauvestiés, le Prinche des prinches mausveullans de toutes bonnes euvres, Roy d’Enfer, Souverain des comdannés du chiel, de l’air, de l’eaue, de la terre [Suscription avec nom, qualités et titres, mais bien sûr dépourvue de formule de dévotion], [Notification avec adresse universelle (l’adresse placée après la suscription dénote une infériorité hiérarchique) :] Faisons savoir à tous cheulz qui ches lettres verront ou orront, que nous faisons et establisons [Ici l’exposé et dispositif], insetituons pour nous et en nostre non, et pour tous les infernaus, nos proculleurs generaux et chertains messages especiaux, c’estasavoir Sathan, Berzebus, Demon, Leviaton, Amodus, Behemoth [la clause injonctive désigne les officiers concernés au premier chef], tous ensembles et chascun pour le tout, et leur donnon pouair, auctorité et mandement especial, a eus et a chascun d’eulz, de composer pour eulz et en leurs nons devant Dieu le Pere ou le Filz ou le Saint Esperit, et de commenchier ou deffendre toutes manieres de causes et querelles et ycelles poursuir et mener affin, de pourposer, de respondre, de repliquier, dupliquier, tripliquier, de jurer, de parjurer et generalment de faire en toutes choses comme je feroie ou faire pourroie, se present y estoie ou mes subgiés les infernaus. [Puis vient la corroboration probatoire avec annonce de sceau] En tesmoing de laquelle chose nous avon scellés ces lettres du grant seel de nostre Puis d’Enfer, [enfin la date] qui furent faites après nostre grant tourment que Dieu osta de nos prisons Adam M.CCC »

23Ces lettres scellées d’un sceau pendant présentent un plus grand degré de solennité que le mandement divin sur simple queue (ill. 11-12). Le sceau, aujourd’hui terni et assombri par l’oxydation du métal, est en fait peint d’argent, peut-être dans l’idée d’imiter une bulle de plomb, mais aussi pour répondre au sceau d’or de Dieu, les deux métaux formant dès lors dans le manuscrit un couple de contraires. Sur ce grand scel du Puits d’Enfer, ou « Seel Lucifer, mau Roy de l’Abisme d’Enfer » comme le dit sa légende, le sigillant est représenté en majesté dans toute sa noirceur, mais l’altération de l’image rend la lecture du portrait difficile. A dire vrai, toutes les copies de cette procuration du diable dans les différents exemplaires des Livres du roi Modus que j’ai eu l’occasion de consulter, présentent invariablement une altération sévère de l’image démoniaque ou du moins de son visage, ce qui révèle une altération volontaire par les premiers lecteurs du texte sans doute par superstition et dans l’intention d’éviter le mauvais œil. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à beaucoup d’autres représentations de démons dans l’enluminure et dans les autres arts dont les yeux sont effacés d’une manière ou d’une autre. Mais de ce fait, la corroboration apportée à l’acte par le sceau de Lucifer est comme invalidée par la destruction de son image.

24Les deux actes s’inscrivent dans une séquence narrative qui, à travers les dialogues entre les différents personnages et allégories du Livre de Pestilence mène au jugement de Satan (ill. 13). Ils sont mis en scène et en image dans les différents manuscrits enluminés de ce texte avec quelques nuances dans la représentation ou la couleur mais d’une manière dans l’ensemble très fidèle au prototype, ainsi le BnF, fr. 1297, du 1er quart du XVe siècle, au folio 104v : Lettre du Christ à Satan, et au fol. 116v : Lettre de Lucifer à ses suppôts ; le BnF, fr. 1302, du 1er quart du XVe siècle, dont la rognure excessive a fait perdre le sceau de Dieu, mais qui conserve celui de Satan au folio 118 : Lettre de Lucifer à ses suppôts ; etc. Seul le manuscrit le plus tardif de notre corpus, le BnF, fr. 1298, du troisième quart du XVe siècle, montre une évolution significative dans l’image du sceau (ill. 14-15). Celle-ci s’écarte alors davantage d’un rendu illusionniste des empreintes par l’abandon de la légende, la couleur (le sceau de Dieu est sur fond bleu, celui du diable orangé) et la recherche d’illusionnisme spatial dans la mise en page du trône de Dieu. L’image peinte reprend ses droits et s’affranchit définitivement du modèle sigillaire.

25Au terme de cet exposé, il faut souligner l’écart irréductible entre le sceau et sa représentation enluminée. Le rendu n’est jamais poussé très loin, comme si une simple évocation du sceau suffisait au propos. Ancré dans les pratiques quotidiennes et l’imaginaire collectif, le sceau se prête au jeu parodique dans la littérature et dans l’art qui dotent volontiers de sceaux toutes sortes de personnages et en font un élément expressif. Mais, comme le montre la comparaison entre Eustache Deschamps et Henri de Ferrières, le jeu est d’autant plus riche qu’il y a représentation et non simple annonce de sceau. Le sceau reste avant tout image.

  • 8 Paris, BnF, n.a.lat. 2597, Charte (Zamora, 1172), pièce 3 : Sceau de Ferdinand II de Léon ; n.a.lat (...)

26Pour finir, j’attirerai l’attention sur un autre type d’image sigillaire enluminée, issu d’un tout autre domaine géographique, puisqu’il s’agit de chartes espagnoles illustrées. Par une sorte de tautologie, certaines chartes royales des XIIe et XIIIe siècles comportent à la fois un sceau et une représentation de sceau, ainsi d’un acte de Ferdinand II de Léon, et on pourrait aussi citer des actes d’Alphonse X et de Sanche IV de Castille, aujourd’hui privés de leur empreinte8. Mais ceci est un autre sujet.

Illustrations

Ill. 1 - Bible historiale (Saint-Omer, XIVe siècle) : Le roi David remettant à Urie la lettre qui le perdra. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 152, f. 126v.

Ill. 2 - Vie de saint Denis (Paris, 1317) : L’empereur Domitien recevant les messagers des pontifes. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2091, f. 117.

Ill. 3 - Vies de saints (Paris, v. 1340) : Le pape saint Calixte instituant les jeûnes. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 185, f. 201.

Ill. 4 - Bible historiale (Paris, v. 1320) : Le roi Ptolémée VI recevant un messager. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 157, f. 145v.

Ill. 5 - Lancelot (Paris, vers 1405) : Le roi Arthur abusé par la demoiselle Elice. Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 3479, f. 580.

Ill. 6 - Chroniques de Froissait (Paris, vers 1430-40) : Philippe VI de Valois recevant l’évêque de Lincoln. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2675, f. 47.

Ill. 7 - Chroniques de France de Charles V (Paris, v. 1375-80) : Le messager de l’empereur byzantin. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2813, f. 105v.

Ill. 8 - Renart le Nouvel (Nord de la France, fin XIIIe siècle) : Renard et les messagers des dames. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 1581, f. 34.

Ill. 9 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : La reine Ratio accusant Satan. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12 399, f. 104.

Ill. 10 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Mandement de Dieu. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12399, f. 107v.

Ill. 11 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Procuration de Lucifer. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12 399, f. 120.

Ill. 11-12 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : détail des illustrations 10 et 11.
A. le sceau-bulle d’or de Dieu ; B. le sceau-bulle de plomb de Lucifer.

Ill. 13 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Jugement de Satan. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12399, f. 128

Ill. 14 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1er quart du XVe siècle) : Mandement de Dieu. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 1294

Ill. 15 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1er quart du XVe siècle) Procuration de Lucifer. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr.

Notes

1 Voir aussi I. Villela-Petit, « Les techniques de moulage des sceaux du XVe au XIXe siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, 152-2, 1994, p. 511-520.

2 I. Villela-Petit, « Historié de blanc et de noir : la tradition du « portrait d’encre » dans l’enluminure parisienne des XIVe-XVe siècle », dans M. Boudon-Machuel, P. Charron et M. Brock (éd.), Les rapports des arts monochromes à la couleur, actes du colloque de juin 2009 au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, Turnhout, 2011 (à paraître).

3 Marquis Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud (éd.), Œuvres complètes d'Eustache Deschamps, Paris, 1878-1904.

4 G. Hasenhor et M. Zinc (éd. revue et corrigée par), Dictionnaire des Lettres françaises, Le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 1027-1028 ; J. M. Paquette, Poèmes de la Mort, de Turold à Villon, Paris, 1979, p. 225-249.

5 G. Tilander (éd.), Les Livres du Roy Modus et de la Royne Ratio, Paris, 1932.

6 Chap. 146, p. 23.

7 Chap. 161, p. 62-63.

8 Paris, BnF, n.a.lat. 2597, Charte (Zamora, 1172), pièce 3 : Sceau de Ferdinand II de Léon ; n.a.lat. 1980, Cartulaire de Burgos, fol. 34v : Sceau d’Alphonse X de Castille ; n.a.lat. 2462, Charte (1292-1295), pièce 18 : Sceau de Sanche IV de Castille…

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Bible historiale (Saint-Omer, XIVe siècle) : Le roi David remettant à Urie la lettre qui le perdra. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 152, f. 126v.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 2 - Vie de saint Denis (Paris, 1317) : L’empereur Domitien recevant les messagers des pontifes. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2091, f. 117.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 3 - Vies de saints (Paris, v. 1340) : Le pape saint Calixte instituant les jeûnes. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 185, f. 201.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Ill. 4 - Bible historiale (Paris, v. 1320) : Le roi Ptolémée VI recevant un messager. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 157, f. 145v.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Ill. 5 - Lancelot (Paris, vers 1405) : Le roi Arthur abusé par la demoiselle Elice. Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 3479, f. 580.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Ill. 6 - Chroniques de Froissait (Paris, vers 1430-40) : Philippe VI de Valois recevant l’évêque de Lincoln. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2675, f. 47.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Ill. 7 - Chroniques de France de Charles V (Paris, v. 1375-80) : Le messager de l’empereur byzantin. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 2813, f. 105v.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Ill. 8 - Renart le Nouvel (Nord de la France, fin XIIIe siècle) : Renard et les messagers des dames. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 1581, f. 34.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Ill. 9 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : La reine Ratio accusant Satan. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12 399, f. 104.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Ill. 10 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Mandement de Dieu. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12399, f. 107v.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Ill. 11 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Procuration de Lucifer. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12 399, f. 120.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Ill. 11-12 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : détail des illustrations 10 et 11.A. le sceau-bulle d’or de Dieu ; B. le sceau-bulle de plomb de Lucifer.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 13 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1379) : Jugement de Satan. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 12399, f. 128
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Ill. 14 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1er quart du XVe siècle) : Mandement de Dieu. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 1294
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Ill. 15 - Livres du roi Modus et de la reine Ratio (Paris, 1er quart du XVe siècle) Procuration de Lucifer. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2882/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

Auteur

Archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, est conservatrice au cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France. Elle a publié deux livres : Le Bréviaire de Châteauroux (Paris, 2003) et Le Gothique international : L’Art en France au temps de Charles VI (Paris, 2004), et une cinquantaine d’articles principalement dans les domaines de l’enluminure et de la peinture médiévales, des recueils de recettes techniques et de la couleur. Elle a aussi contribué à L’Art du Moyen Age en France (Paris, 2010), aux catalogues Paris 1400 — Les arts sous Charles VI (1380-1422) (Paris, Musée du Louvre, 2004) et France 1500 : Entre Moyen Age et Renaissance (Paris, Grand Palais, 2011), et a été commissaire de l’exposition « 1204, la quatrième croisade : éclats d’empires » (Paris, Musée du Cabinet des Médailles, 2005).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search