Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

La sigillographie : une science faite pour les historiens de l’art

Clément Blanc-Riehl

Texte intégral

  • 1 4e série, t. 5, p. 120-176.

1« Pour moi, je me renferme dans la sigillographie et mon rôle se borne à décrire ce que je vois ». C’est à Germain Demay que l'on doit cet acte de foi archivistique faussement modeste figurant dans l’introduction de la première étude synthétique, élaborée à partir du corpus auquel il travaille depuis alors vingt ans. Publié une première fois dans les Mémoires des Antiquaires de France en 18741, puis à nouveau sous la forme d’un tiré à part en 1885, Costume de guerre et d'apparat d'après les sceaux du Moyen Âge correspond à la seconde phase de la carrière de l’auteur, moment de la reconnaissance où, coup sur coup, il publie les inventaires des sceaux de Flandre (1873), d’Artois et de Picardie (1877), de Normandie (1881), de la collection Clairambault (1885-1886) et une dizaine d’études spécifiques culminant en 1880 avec son monumental Costume d’après les sceaux du Moyen Âge. Durant cette période, Demay se fit le promoteur de la science dont il avait patiemment rassemblé le corpus, au prix d’un travail dont on a du mal aujourd’hui à mesurer l’ampleur et les difficultés. Les fruits qu’il récolte alors et qu’il est un des rares à cueillir, il les exploite pour mettre au point une forme très particulière d’érudition décrivant un certain nombre de phénomènes historiques, à travers le prisme de leurs représentations sigillaires.

  • 2 A. Lallemand pour lequel on trouvera une courte notice rédigée par Léon de Laborde dans la préface (...)
  • 3 Au moment même où Douët d’Arcq s’attachait à décrire et publier les moulages que l’on avait rassem (...)

2Demay doit sa carrière moins à sa connaissance de l’art de la sculpture – pour lequel son seul titre de gloire est d’avoir côtoyé, d’assez près il est vrai, le grand Barye –, qu’à l’aide généreuse d’un compatriote devenu, après 1848, garde général des Archives, François-Armand de Chabrier. Surqualifié pour exercer une activité que l’on avait confiée au début des années 1840 à un simple commis d’ordre2, mais très peu familier des sciences historiques, notre sculpteur devint le collaborateur et en quelque sorte l’élève de Louis-Claude Douët d’Arcq duquel il apprit son nouveau métier d’archiviste, tant et si bien qu’en 1860 c’est à lui que furent confiées les « missions sigillographiques »3. Durant ces voyages en province, il entra en relation non seulement avec les archivistes départementaux, mais aussi avec tout ce que l’érudition locale comptait alors de savants, personnages de plus ou moins grand relief, tous peu ou prou sigillographes ou du moins collectionneurs de matrices et de sceaux.

3En mettant fin aux campagnes de collecte de moulages, la guerre de 1870, ne brisa pas l’élan sigillographique, ni la carrière de Germain Demay. Aux Archives nationales, la décennie 1870 fut une période de mise en ordre, durant laquelle on publia beaucoup et où l’on enrichit la réflexion théorique initiée au début des années 1860.

  • 4 C. Blanc-Riehl, « Les prémices de la sigillographie française » Bulletin de liaison des sociétés s (...)

4Nous avons eu récemment l’occasion de mettre en relief les limites de la méthode sigillographique mise au point dans les années 1850-18604 : le corpus sigillographique pensé alors comme un corpus de référence, permettait de dater, par comparaison, un certain nombre de pratiques. La constitution de ces vastes collections d’empreintes, dont on documentait mollement les caractères externes et les documents auxquels ils étaient liés, aboutit à couper de manière insidieuse le sceau de son contexte diplomatique. Qu’on ne s’y trompe pas, il s’agissait moins d’un défaut de méthode que d’une volonté claire de considérer les sceaux de manière autonome en dehors du cadre des études diplomatiques. Dans les années 1850-1860, le corpus sigillographique a été rassemblé pour les images dont les sceaux sont les supports, afin d’établir une documentation de type archéologique, propre à une histoire fabriquée à partir de matériaux non textuels.

  • 5 Paris, Archives nationales de France, AB XVIII 2 (pièces diverses).

5Pour assurer des fondements théoriques solides à la science qu’on se proposait de mettre au point, on fit appel à Jules Quicherat, alors professeur de diplomatique à l’École des chartes. Celui-ci remit en 1851 au garde général des Archives un rapport sur l’utilité de ce rassemblement, résumé selon une formulation très claire : « Les sceaux ont une valeur diplomatique et une valeur archéologique, selon qu’on les considère comme des marques d’authenticité appliquées aux actes et titres, ou qu’on les examine en eux-mêmes soit sous le rapport de l’art dont ils sont le produit, soit à cause des figures dont ils sont chargés »5. À bien y regarder, les arguments illustrant le premier axe d’étude font bien piètre figure face à la litanie de ceux portés à l’appui du second (cf. annexes). Le texte squelettique de Jules Quicherat sera mis en chair par Léon de Laborde, directeur des Archives impériales depuis 1857, dans la longue préface à l’inventaire des sceaux des Archives, véritable manifeste de la nouvelle science où sont reprises et développées point par point les idées de 1851.

  • 6 J.-P. Babelon, Centenaire du Musée de l’histoire de France. L'œuvre du marquis de Laborde aux Arch (...)

6Grand publiciste de son activité débordante, Léon de Laborde avait besoin d’objets et voulait un musée ; il en eut deux : le Musée français et le musée sigillographique6. En 1867, après de longs atermoiements les deux nouvelles galeries furent inaugurées. Installées au rez-de-chaussée de l’hôtel de Soubise, les collections de moulages bénéficiaient d’un catalogue mettant en relief dans un ambitieux plan de classement par producteurs – qui permit la mise au point d’un des premiers essais de classification sociale universelle – les images que le catalogue seul ne permettait pas de décrire très finement. Mais encore fallait-il venir à Paris. Les limites d un outil papier sans illustration, présentant de courtes descriptions textuelles, rendaient son utilisation par les historiens de l’art d’autant plus problématique qu’au même moment paraissaient les premiers recueils illustrés. Le marquis de Laborde, très au fait des questions photographiques en refusant de manière catégorique le recours à tout autre procédé, avait lui-même rendu les sceaux quasiment invisibles. Dans les faits, les trois volumes de l’inventaire dirigés par Douët d’Arcq, qui avaient été tirés à très peu d’exemplaires, étaient fort chers et d’un maniement problématique (seule l’héraldique était indexée) et rendaient nécessaire la commande de moulages. Pour palier cet inconvénient majeur qui obérait grandement la possibilité d’atteindre les buts fixés par Quicherat, Léon de Laborde eut l’idée tout à fait neuve d’un Atlas des sceaux, outils qui malheureusement ne vit pas le jour. Il s’agissait de fournir à ceux qui en faisaient la commande une fiche sur laquelle figurait le contenu de la notice de l’inventaire accompagnée d’une photographie du moulage. Cet outil documentaire aurait permis, selon des modes d’indexation très nombreux, de constituer des albums spécifiques illustrant tel ou tel aspect du corpus.

  • 7 Revue des Deux Mondes, 1874, XLIXe année, t. V, p. 889-928.
  • 8 J. Quicherat, Histoire du costume en France depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du XV (...)
  • 9 Notons, à cet égard combien Quicherat, ne suivra pas les recommandations qu’il donnait vingt ans p (...)
  • 10 Ce faisant, Demay fait mine d’oublier le décalage existant entre la source qu’il exploite et la pr (...)

7En 1874, le successeur de Léon de Laborde, Alfred Maury, dans un long article de synthèse anachroniquement titré Une nouvelle science auxiliaire de l’histoire7, marqua un intérêt renouvelé pour les sceaux. Emboîtant ses pas dans ceux de son supérieur, Germain Demay publia les inventaires dont nous avons parlé plus haut ainsi que quatre études monographiques, mettant en musique, sans doute pour la première fois, la partition de Jules Quicherat. À vrai dire, l'Histoire du costume d’après les sceaux de Germain Demay, considérée alors comme son chef-d'œuvre, est avec le recul d’un intérêt tout relatif. La comparaison avec l'Histoire du costume en France de Jules Quicherat8, ainsi qu’avec les articles du dictionnaire de Violletle-Duc consacrés à ce sujet, est édifiante. Les travaux de ces deux derniers auteurs font appel à toutes les sources figurées à leur disposition : livres peints, peintures, sculptures et objets d’art tandis que Germain Demay ne convoque que le corpus des sceaux9. C’est que, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, le sigillographe s’attache moins à retracer l’histoire du costume qu’à donner aux historiens qui s’y vouent des jalons chronologiques sûrs. Son histoire du costume est une histoire étalonnée grâce à la riche documentation datée des sceaux10.

  • 11 Cette collection, constituée de moulages pris sur les sceaux des Archives nationales, au milieu de (...)
  • 12 M. Prinet, « La collection de sceaux exposée au Trocadéro », dans La Correspondance historique et (...)
  • 13 Sigillographie du Périgord, Périgueux, 1880 ; Sigillographie du Bas-Limousin, Brive, 1886 ; Répert (...)
  • 14 J. Roman, Sigillographie du diocèse de Gap, Paris-Grenoble, 1870 ; Sigillographie du diocèse d’Emb (...)
  • 15 J. Roman, Inventaire des sceaux de la collection de Pièces originales du Cabinet des titres à la B (...)

8À l’extrême fin du XIXe siècle, alors que depuis longtemps déjà les moulages de la collection Depaulis ont quitté la salle des Modèles de l’École des Beaux-Arts11, alors qu’aux Archives mêmes seule une sélection de moulages est présentée au public, dans un article paru dans La Correspondance historique et archéologique, Max Prinet déplora combien « la ferveur qui s’est manifestée chez nous pour l’étude des sceaux, il y a environ un demi-siècle, et qui a fait éclore, à cette époque, nombre d’œuvres importantes, paraît s’être rapidement refroidie »12. Jugement fort injuste, l’auteur semblant ignorer le travail de Germain Demay à peine sorti des presses de l’Imprimerie nationale, mais surtout, parce que ne prenant pas en compte l’intérêt que continue de susciter chez un certain nombre de savants la question de la publication des sources sigillaires. Durant ces années en effet, un érudit comme Philippe de Bosredon publie différentes études sur la sigillographie du centre de la France, ainsi que le premier corpus des sceaux des rois, des reines de France et des princes et des princesses13. Un historien amateur, Jules Roman, s’intéresse non seulement à la sigillographie dauphinoise14, mais poursuit l’énorme travail de Germain Demay à la Bibliothèque nationale15 et publie, en 1912, son Manuel de sigillographie française, ouvrage de vulgarisation prenant la suite de Les sceaux de Lecoy de La Marche, publié à Paris en 1889.

9Du côté des Archives, il faut attendre 1912, pour voir la publication de l'Inventaire des sceaux de la Bourgogne d’Auguste Coulon, fruit de deux ans de prospection dans les dépôts publics et privés des départements formant l’ancienne Bourgogne. Alors qu’Auguste Coulon suit de très près la méthode Douët d’Arcq-Demay, les travaux de Bosredon et de Roman ne sont pas tout à fait établis grâce à elle. Mis à part l’inventaire des Pièces originales, classé par ordre alphabétique des sigillants, ces inventaires infléchissent très nettement la discipline vers la constitution de corpus régionaux dont les éléments sont puisés à des sources très diverses, qu’elles soient imprimées ou inédites, locales ou parisiennes.

  • 16 Il semble bien que l’administration entendit la critique de Prinet : dans les années 1910, profita (...)

10La critique de Prinet n’en demeure pas moins d’une certaine acuité, dès lors qu'elle s’attarde à une méthode ne permettant pas d’appréhender la richesse iconographique du corpus sigillaire. À cet égard, l’année 1898 est pour lui l’occasion de se réjouir de la réouverture du musée sigillographique des Archives nationales, mais aussi de l’enrichissement de la collection réunie sept ans plus tôt au palais du Trocadéro. Dans cette institution imaginée au tout début des années 1880 par Viollet-le-Duc, figurait depuis 1891 une série de moulages de sceaux relativement restreinte qui, sous l’impulsion d’Edmond Haraucourt, monta à près de deux mille cinq cents numéros. Cette exposition permanente, composée d’une sélection de moulages des Archives nationales mais établie selon des critères particuliers, permettait d’illustrer « l’art des graveurs de sceaux ». Définitivement détachés de leur contexte diplomatique, ces derniers étaient, de manière plus poussée encore, considérés pour leur seule valeur de témoignage artistique. Malgré ce changement d’optique, le classement adopté sur la colline de Chaillot suivait à la lettre l’ordre sociologique imaginé par Douët d’Arcq. Max Prinet, qui aurait préféré que l’on adoptât un classement par types iconographiques dans lequel on eût présenté les moulages dans l’ordre chronologique, pointe de manière très sensible l’opposition entre deux méthodes. Vu de haut, on ne peut que souscrire à la critique de l’auteur, dans l’optique comparatiste qui est la sienne ; de plus près, force est de constater combien la méthode archivistique, qui procède de la logique imparable prévalant à la publication des sources, s’avère mal adaptée pour atteindre les objectifs après lesquels les sigillographes courent depuis un demi-siècle16.

  • 17 Tout au long de sa carrière, Auguste Coulon produisit un nombre impressionnant de tables, de liste (...)

11Travailleurs infatigables, producteur prolifique de petits et de grands instruments de recherche17, Auguste Coulon est un archiviste à la fois attaché à la méthode sigillographique, inventée dans l’institution à laquelle il consacra toute sa longue carrière – il est nommé au service des Sceaux en 1900 et prendra sa retraite en 1934 – mais aussi critique à son égard. Ainsi, si dans son Inventaire des sceaux de la Bourgogne, il reprend la structuration sociale des inventaires précédents, il s’empresse de spécifier dans sa préface combien il lui semble « indispensable de donner des descriptions plus détaillées, de n’y rien omettre de ces caractéristiques qui permettront de distinguer des sceaux pareils à première vue » et ajoute, au sujet des types iconographiques, « quoi de plus vague que ces termes ? ».

  • 18 L’échec de la publication de l’inventaire des sceaux de Champagne, dont la récolte a été commencée (...)

12Malgré cette prise de conscience, malgré les quelques planches héliographiques qui complètent la publication, malgré l’ambition de modernisation de l’outil, l'Inventaire des sceaux de la Bourgogne est aussi malcommode que ceux publiés avant lui. De plus le faible nombre de sceaux mis au jour pour une province dont on pouvait attendre bien plus de richesses sigillaires – faiblesse que Coulon ne pouvait ignorer – marque véritablement la fin d’une époque18.

13Le renouveau de la méthode d’analyse est annoncé dès la fin des années 1930 par la publication de la Sigillographie du Poitou de François Eygun, corpus régional alimenté à toutes les sources sigillographiques alors à la disposition de l’auteur. L’origine du projet remonte à la thèse qu’Eygun soutint à l’École des chartes en 1926 : Catalogue des sceaux du Poitou jusqu’en 1515, et qu’il reprit au début des années 1930, en vue de l’obtention d’un doctorat. Publié en 1938, l’ouvrage ne renie pas une méthode éprouvée dans ce qu'elle a de structurant : le plan méthodique de type sociologique. Séparant clercs et laïcs, celui-ci est néanmoins considérablement simplifié, du fait même de son cadre géographique réduit. Mais là où ce travail innove le plus, c’est, d’une part, dans sa couverture photographique extensive – tous les numéros sont reproduits, il est vrai selon un système de planches très denses assez malcommode – et, d’autre part, par les longs essais formant la première partie.

14À côté de longs développements abordant, en détail, les aspects juridiques et diplomatiques des sceaux, sujets canoniques de la discipline, Eygun consacre un texte particulier à l’art et les sceaux, texte qui demeure à bien des égards exemplaire. Partant de l’étude des sceaux épiscopaux, dont il repère l’évolution du type iconographique, l’auteur mène à bout une étude comparative, replaçant les sceaux dans la production artistique du Poitou médiéval dont ils sont l’émanation au même titre que n’importe quelle forme d’art. Mais au-delà, « contextualisés », les sceaux permettent de suivre d’assez près la vie de formes autonomes aux forts accents locaux, tout comme l’introduction de formes exogènes venues du Nord. La vivacité d’un art à la diffusion rapide et fluide, permet de suivre assez précisément la progression de formes que les autres arts figuratifs mettent plus de temps à traduire. Cette approche nouvelle à l’époque, dont nous résumons mal la richesse en germe, est complétée par le chapitre traitant de l’archéologie et les sceaux, pour lequel l’auteur développe, de manière articulée, les axes d’études tracés par Quicherat quatre-vingts ans plus tôt.

  • 19 Depuis les années 1920, les deux érudits sont en contact très réguliers, comme en témoigne leur co (...)

15La réduction du corpus étudié à un territoire relativement restreint, l’immersion de l’art sigillaire dans le vaste cadre de la production artistique d’une époque, la diversité des centres d’intérêt d’un auteur archiviste, archéologue et historien de l’art, aboutissent à une synthèse élaborée sans esprit de système. Considérés pour eux-mêmes, pour les images dont ils sont les vecteurs, pour les formes dont ils sont les marqueurs, les sceaux ne sont cependant pas envisagés en dehors de tout contexte diplomatique. La vivacité de l’analyse de François Eygun est bien loin de l’aride compilation des sources à laquelle se livre encore dans les années 1930 Auguste Coulon, mais l’une se nourrit de l’autre19.

16Au vu de ce qui se fera au début de la période qui suit la Seconde Guerre mondiale, période dépassant largement le cadre que nous nous sommes fixé, l’analyse novatrice de François Eygun n’a guère trouvé d’écho chez les historiens de l’art ni même, d’ailleurs, du côté des sigillographes, dont les travaux ne dépassent alors que rarement la cadre d’études de cas. Il faut dire que du côté de l’institution qui a la garde des riches fonds sigillographiques, l’offre demeure en tous points comparable à ce qu'elle était au moment de la publication de l'Inventaire des sceaux de la Bourgogne en 1912. À cet égard, lorsque paraît, en 1955, le Guide des sources de l’histoire de l’art de Mireille Rambaud, il est tout à fait symptomatique que le chapitre consacré aux sceaux se résume à une longue citation de la préface que Léon de Laborde donna, un siècle plus tôt, aux volumes de l’inventaire de Douët d’Arcq.

17Constituées, dès l’origine, dans l’objectif de former une science auxiliaire de l’histoire grâce à sa riche documentation iconographique datée, les collections sigillographiques avaient été organisées selon des principes de classement originaux, dans une institution qui n’avait que rarement l’occasion de traiter des objets et, qui plus est, des objets porteurs d’images. L’effort intellectuel et technique fut considérable : en quelques décennies on mit au point les fondements d’une science à laquelle on fixa des objectifs ambitieux, on moula d’énormes quantités d’objets originaux que l’on classa méthodiquement. Mais dès le début, ce magnifique corpus fut en quelque sorte victime de l’ambition qui avait prévalu à sa formation. On s’épuisa à rassembler des collections que l’on voulait extensives, à les décrire selon une méthode contraignante, on produisit des outils dont l’érudition n’est pas critiquable mais qui, peu ou pas illustrés, ne correspondirent rapidement plus à une histoire des formes, dont le développement coïncide historiquement avec l’apparition et la diffusion à grande échelle de la documentation photographique. Dans la première moitié du XXe siècle, le travail de François Eygun est un hapax dont la qualité tient plus au savoir protéiforme d’un auteur spécialiste d’un territoire politique cohérent, qu’à un aggiornamento de la méthode sigillographique. Aux Archives nationales,2 il faudra attendre le début des années 1980 pour voir le lancement de corpus sigillographiques abondamment illustrés qui, concomitamment à la rénovation de la méthode d’analyse et à la multiplication des axes d’études, relancèrent l’intérêt des historiens de l’art pour un si beau champ d’étude.

Annexes

Annexe. Rapport de Jules Quicherat (avril 1851). Archives nationales, ABXVIII 2 (pièces diverses)

« L’utilité d’une collection d’empreintes de sceaux se fonde sur autant de raisons qu’il y a de circonstances à remarquer dans l’espèce de monuments dont elle doit se composer.

Les sceaux ont une valeur diplomatique et une valeur archéologique, selon qu’on les considère comme des marques d’authenticité appliquées aux actes et titres, ou qu’on les examine en eux-mêmes, soit sous le rapport de l’art dont ils sont les produits, soit à cause des figures dont ils sont chargés. Au point de vue diplomatique, la collection d’empreintes sera :

1er Un asile où iront se placer, sous une forme impérissable, des monuments précieux dont la présence fait une partie de la vertu des actes, mais dont la matière est si fragile que l’action du temps et les déplacements continuels, auxquels ils sont exposés, doivent faire prévoir, pour un terme plus ou moins éloigné, leur destruction totale.

2e Un répertoire où la critique aura la faculté d’aller chercher des points de comparaison, dans le cas où se produiraient, à l’avenir, d’anciens titres scellés sur l’authenticité desquels on pût concevoir des doutes.

3e Une exhibition synoptique au moyen de laquelle les personnes, qui se livrent à l’étude des chartes, pourront s’inscrire d’une manière facile et prompte dans une partie de cette étude, pour laquelle les traités spéciaux sont des guides insuffisants au point de vue archéologique.

La collection des empreintes sera un musée, où toutes les pièces auront l’inestimable avantage de porter en elles l’indication du temps ou du lieu où elles ont été exécutées.

Par conséquent, la série des cadres montrera, par elle-même, l’histoire de la gravure au Moyen Âge, quels que soient les pays et les époques où on a excellé dans cet art, quels reliefs on a su donner à la forme, quel degré de netteté et de fini on est parvenu à obtenir.

Par conséquent encore, on aura, dans la réunion, de tant de types une mine inépuisable de données positives, soit pour connaître la forme de certains objets à des époques déterminées, soit pour résoudre l’âge ou le sens de figurations analogues rendues par la peinture ou par la sculpture.

Et il n’est pas une seule branche de nos antiquités qui n’ait à profiter d’une pareille source d’informations, car les sceaux fournissent des renseignements :

1er Sur l’iconographie sacrée, par la représentation de la Divinité en ses diverses hypostases ; par celle de la Vierge et des Saints, patrons des villes et des communautés ; par celle de certaines scènes religieuses, à la mémoire desquelles s’est attachée particulièrement la dévotion de tel ou tel lieu.

2e Sur le costume, par la représentation des rois, princes, dames, chevaliers, ecclésiastiques, de tout rang et de toutes professions, figurés en pied, à cheval ou assis avec les marques extérieures de leur dignité spirituelle et temporelle.

3e Sur la symbolique, par le choix des signes conventionnels introduits souvent dans la composition du type pour lui faire exprimer certaines circonstances d’un ordre tout métaphysique.

4e Sur le style décoratif de chaque époque, par le détail de tous ornements qui accompagnent le type et qui appartiennent à un système général, appliqué simultanément à tous les genres d’ouvrages de métaux.

5e Sur l’état ancien de l’industrie, par la représentation des outils et ustensiles figurés comme attributs des métiers.

6e Sur l’ancien aspect des villes, par la représentation d’édifices dont les uns n’existent plus, dont les autres ont été défigurés par des restaurations postérieures.

7e Sur le blason, dont les premiers essais ont été conservés exclusivement par les sceaux, de sorte qu’en comparant ces monuments primitifs avec ceux des époques subséquentes, on voit les principes héraldiques se constituer et ou bien les pièces d’armoiries se transformer, tantôt par l’ignorance des artistes, tantôt par la fantaisie des familles.

8e Sur une branche importante de l’épigraphie, par les devises qui accompagnent souvent les emblèmes ou figures du type, surtout dans les contre-sceaux.

9e Enfin, sur la paléographie, par la forme des caractères avec lesquels sont gravées les légendes et devises.

Il faut noter encore que la collection des empreintes fournira un supplément précieux à la glyptique grecque et romaine, à cause des pierres antiques qui ont quelques fois servi de sceaux et de contre-sceaux au Moyen Âge ».

Notes

1 4e série, t. 5, p. 120-176.

2 A. Lallemand pour lequel on trouvera une courte notice rédigée par Léon de Laborde dans la préface de la Collection de sceaux des Archives de l'Empire (t. 1, 1863, p. 28, n. 1).

3 Au moment même où Douët d’Arcq s’attachait à décrire et publier les moulages que l’on avait rassemblés depuis le début des années 1840, Demay fut charge de l'exploration des dépôts publics et privés de l’Ile-de-France, de la Normandie, de la Flandre, de l'Artois et de la Picardie, afin de constituer, selon un terme paradoxalement optimiste fixé à un siècle, la collection sigillographique la plus complète qui soit. En sept ans, par périodes plus ou moins longues, il se consacra à cette double tache manuelle et intellectuelle. Puis par la force des événements de 1870, il revint aux Archives nationales où il fut nommé archiviste. Il devint ensuite sous-chef de la section historique (1878), et enfin chef de cette section à la disparition de Douer d’Arcq en 1882.

4 C. Blanc-Riehl, « Les prémices de la sigillographie française » Bulletin de liaison des sociétés savantes. Héraldique, sigillographie et sociétés savantes, no 21, mars 2007, p. 6-8.

5 Paris, Archives nationales de France, AB XVIII 2 (pièces diverses).

6 J.-P. Babelon, Centenaire du Musée de l’histoire de France. L'œuvre du marquis de Laborde aux Archives nationales, Paris, 1968, et A. James-Sarazin, « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante », dans B. Delmas et C. Nougaret (textes réunis par), Archives et Nation dans l’Europe du XIXe siècle, actes du colloque organisé par l’École nationale des chartes (2001), Paris, 2004, p. 215-233.

7 Revue des Deux Mondes, 1874, XLIXe année, t. V, p. 889-928.

8 J. Quicherat, Histoire du costume en France depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, contenant 483 gravures dessinées sur bois d’après les documents authentiques, Paris, 1874.

9 Notons, à cet égard combien Quicherat, ne suivra pas les recommandations qu’il donnait vingt ans plus tôt : rares sont les sceaux étudiés et reproduits dans sa monographie.

10 Ce faisant, Demay fait mine d’oublier le décalage existant entre la source qu’il exploite et la pratique dont il retrace l’évolution : l’acte donne très précisément la date de l’utilisation d’une matrice et non pas celle de sa gravure. Car, mis à part un petit nombre de matrices dont la fabrication coïncide avec l’accession à une fonction, dans l’immense majorité des cas, l’utilisation de celle-ci peut durer un temps plus ou moins long, pouvant excéder plusieurs décennies. Ce simple fait ne permet pas de saisir, dans toute sa vivacité, un phénomène soumis à une évolution nécessairement plus rapide, même si les modes vestimentaires médiévales suivaient des variations plus longues que de nos jours, du moins pour la grande majorité des groupes sociaux.

11 Cette collection, constituée de moulages pris sur les sceaux des Archives nationales, au milieu des années 1830, par le médailleur Depaulis, avait été donnée par son créateur à cette institution au début des années 1840. La collection fut versée en 1914 au service des Sceaux des Archives nationales.

12 M. Prinet, « La collection de sceaux exposée au Trocadéro », dans La Correspondance historique et archéologique, no 60, 5e année [25 décembre 1898], Paris, 1898.

13 Sigillographie du Périgord, Périgueux, 1880 ; Sigillographie du Bas-Limousin, Brive, 1886 ; Répertoire des sceaux des rois et des reines de France et des princes et princesses des trois races royales françaises, Périgueux, 1893 ; Sigillographie de l’ancienne Auvergne, Brive, 1995.

14 J. Roman, Sigillographie du diocèse de Gap, Paris-Grenoble, 1870 ; Sigillographie du diocèse d’Embrun, Paris-Grenoble, 1873 ; Sigillographie des gouverneurs du Dauphiné, Paris, 1888 ; Id., Description des sceaux des familles seigneuriales du Dauphiné, Grenoble, 1913

15 J. Roman, Inventaire des sceaux de la collection de Pièces originales du Cabinet des titres à la Bibliothèque nationale, t. I, Paris, 1899. Les deux tomes suivants ne furent pas publiés, ils figurent néanmoins sous forme manuscrite au service des Sceaux des Archives nationales.

16 Il semble bien que l’administration entendit la critique de Prinet : dans les années 1910, profitant de la transformation du rez-de-chaussée de l’hôtel de Soubise en salle de lecture, on installa, dans la salle des gardes du premier étage, une collection réduite d’empreintes. Auguste Coulon justifia cette décision par la remarque désabusée selon laquelle les séries de sceaux « lassaient vite l’attention du visiteur qui, après quelques coups d’œil, gagnait hâtivement la porte ». On réduisit donc de manière drastique le nombre des empreintes, pour n’en exposer qu’une sélection, classée selon le plan sigillographique canonique ; mais à côté, on prit soin de suivre le principe énoncé par Max Prinet. On présenta dans trois vitrines une série méthodique d’empreintes, organisées selon la typologie iconographique et ordonnée chronologiquement. En 1916, Auguste Coulon fit paraître Le service sigillographique et les collections d’empreintes de sceaux des Archives nationales suivi du catalogue du Musée sigillographique, premier catalogue décrivant la sélection de moulages exposés au public. Reprenant le topos de la destruction définitive des sources, selon un terme plus ou moins court que seul le moulage pourrait sauver, Coulon égrène les arguments ressassés depuis les années 1850, sur l’utilité archéologique de la publication des sources sigillaires, résumés dans cette assertion : « comparés d’abord entre eux [les sceaux], puis à tout ce qu’ont pu produire les arts au Moyen Âge, ils deviennent pour elle [l’archéologie] un moyen de contrôle des plus sûrs, un instrument de critique des plus précieux. »

17 Tout au long de sa carrière, Auguste Coulon produisit un nombre impressionnant de tables, de listes, d’inventaires spéciaux, de fichiers et autres tableaux de concordance, dans l’immense majorité des cas, demeurés manuscrits et, il faut bien le reconnaître, un peu brouillons.

18 L’échec de la publication de l’inventaire des sceaux de Champagne, dont la récolte a été commencée dès après la Grande Guerre et la parution enterrée sous la Seconde, sonne le glas des missions sigillographique. Le rêve de rassembler à Paris la collection la plus complète d’empreintes de sceaux qui soit, prit alors fin.

19 Depuis les années 1920, les deux érudits sont en contact très réguliers, comme en témoigne leur correspondance conservée au service des Sceaux.

Auteur

Responsable du Service des sceaux des Archives nationales de France, après avoir suivi des études d’Histoire de l’Art (Université d’Aix-en-Provence et Rome), puis être entré au musée du Louvre comme chargé de mission à la Commission du récolement des dépôts d’œuvres d’art (département des Objets d’Art). Principal auteur des notices de la collection dite « Supplément », il est en charge, depuis, du traitement documentaire d’un certain nombre de collections inédites, comme récemment la collection « Lorraine ». Parallèlement son intérêt s’est porté vers l’histoire de la sigillographie à travers la formation des collections de moulages et la mise au point des inventaires de sceaux. Actuellement, il s’attache à la publication de la riche collection de matrices de sceaux des Archives nationales.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540