Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

La numérisation de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du royaume de Belgique

Marc Libert

Anmerkungen des Autors

Au printemps 2011, les Archives générales du royaume, fidèles au projet décrit ici par M. Libert, ont procédé à la mise en ligne de 7000 premiers clichés ; sur le site http://ach.be

Volltext

Historique

  • 1 « Pinchart Alexandre », dans H. Coppens, R. Laurent (dir.), Les Archives de l’État en Belgique. 179 (...)
  • 2 R. Laurent, « La conservation des sceaux aux Archives de l’État en Belgique » (Réunion du Comité in (...)
  • 3 R. Laurent, La conservation..., op.cit., p. 1,3.

1L’atelier de moulages des sceaux des Archives générales du Royaume (AGR) fut créé en 1864. Il fut installé au Musée royal d’Antiquités, d’Armures et d’Artillerie (les actuels Musées royaux d’Art et d’Histoire), mais placé sous la direction d’Alexandre Pinchart, chef de section aux Archives générales du Royaume1. Ce dernier dépouilla les fonds d’archives des dépôts des Archives de l’État mais également ceux des villes, d’institutions religieuses et de bienfaisance à la recherche de sceaux antérieurs à 1500 et susceptibles d’être moulés2. À son décès, en 1884, il avait effectué des relevés de plus de 100 000 sceaux et la collection comptait près de 20 000 moulages3.

  • 4 D. Brouwers (dir.), Les Archives de l’État en Belgique de 1930 à 1936, Tongres, 1937, p. 91.

2Il semble que ce soit l’exiguïté des locaux des AGR qui ait empêché que la collection y soit installée lors de sa création. Le même problème de manque de place se posa à l’administration du Musée d’Antiquités au début des années 1890. Ce dernier ne possédait en outre dans ses rangs aucun spécialiste capable de valoriser la collection. L’archiviste général Piot obtint donc son transfert en 1892. Le déménagement effectif n’eut lieu que deux ans plus tard4.

  • 5 L’atelier de moulages fut définitivement fermé en 1994, mais il avait dans les faits déjà cessé ses (...)

3On avait moulé un peu moins de 20 000 sceaux entre 1864 et 1884, mais on en moula à peine plus de 18000 entre 1885 et 19895. Par comparaison, le rythme des moulages était d’environ 900 par an entre 1864 et 1884 et de moins de 200 par an durant les cent années qui suivirent.

  • 6 A. Scufflaire, « L’atelier de restauration des Archives générales du Royaume à Bruxelles » Archives (...)

4Plusieurs explications justifient ce décalage important. L’atelier connut plusieurs phases de net ralentissement de ses activités. À la mort de Pinchart par exemple, l’atelier resta inactif durant environ 10 années jusqu’à son déménagement aux AGR. Les deux guerres mondiales et les années qui les suivirent furent des périodes où le manque de matières premières empêcha également la poursuite des activités de l’atelier. Ce dernier connut également de récurrents problèmes de manque de personnel. Les conditions de travail furent aussi extrêmement difficiles durant des décennies6. Après la seconde Guerre mondiale, il faudra ainsi attendre 1972 pour que, à l’instar des autres ateliers des AGR, l’atelier de sigillographie soit hébergé dans des locaux adaptés à ses besoins.

  • 7 Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces. Rapport annuel 1969, Bruxel (...)

5La reproduction de copies pour la vente a également véritablement empêché un accroissement substantiel de la collection. Entre 1969 et 1985 par exemple on dénombre 2963 nouveaux moulages dans la collection et dans le même temps on vendit 161 304 copies7. Durant cette période, le nombre de moulages représente moins de 2 % du nombre de copies réalisées. Il serait pourtant aussi curieux qu’inutile de critiquer la politique suivie alors. Elle était en effet motivée par une demande de copies très importante émanant du public et par une volonté d’augmenter la dotation de l’institution en générant des revenus propres.

  • 8 Le Centre auxiliaire n’exista que quelques années. R. Laurent, La conservation..., op.cit., p. 3.

6Le souhait de doter le service éducatif de l’institution d’empreintes en terre cuites naturelles dès le début des années 1960 sous l’impulsion de l’archiviste général Sabbe et surtout la création en 1985 d’un Centre des sciences auxiliaires de l’Histoire sous la houlette de René Laurent expliquent aussi le faible accroissement de la collection. La charge de travail que le développement de ces deux activités a engendrée explique également les modestes accroissements de la collection depuis le début des années 1960. Malheureusement, la disparition de ces deux services8 n’a pas permis d’assister à l’inversement de tendance que l’on aurait pu espérer et a au contraire certainement contribué à la mise en sommeil de l’atelier de sigillographie.

Heurts et malheurs de la collection

  • 9 D. Van Overstraeten, « Chartes anciennes et technologies nouvelles. L’archivage sur CD-ROM du chart (...)

7La léthargie dans laquelle tout le service des sceaux va végéter durant près de vingt années, entre 1989 et 2005, est surtout due à un manque de moyens et à un manque de soutien évident de la part de la direction de l’institution. Deux projets ont pourtant marqué cette période. Entre 1993 et 1995, René Laurent, Daniel Van Overstraeten et Emmanuel Bodart, ont édité le Chartrier des comtes de Namur sur vidéodisque9. Ce projet tournera malheureusement court, faute d’une diffusion efficace, et la qualité des photos numériques réalisées alors rend aujourd’hui toute récupération des données tout à fait impossible. Le vidéodisque est actuellement uniquement consultable sur un vieil ordinateur dans la salle de lecture des Archives de l’État à Namur.

  • 10 Cet ouvrage est heureusement enfin disponible à la vente aux AGR à un prix raisonnable. R. Laurent (...)

8En 1996, René Laurent obtint le transfert de la collection des matrices de la Bibliothèque royale aux AGR. L’année suivante, il publia avec Claude Roelandt l’inventaire de ces deux collections dans un ouvrage aussi onéreux que peu longtemps disponible sur le marché10.

9Les conditions matérielles dans lesquelles la collection va être conservée seront difficiles. La collection sera déménagée dans un sous-sol au tournant des années 1990. Dix ans plus tard, des inondations abîmeront irrémédiablement les armoires sur mesures achetées au début des années 1970. Le 18 septembre 2008, j’ai constaté des infiltrations importantes dans un des deux locaux de stockage. L’origine des fuites a été identifiée et des travaux effectués les 16 et 17 octobre suivants ; mais cet incident n’a fait que confirmer la nécessité de déménager la collection dans un lieu plus approprié. La collection des matrices fut déménagée avant la fin de l’année 2008 et un reconditionnement complet fut envisagé dès l’année suivante. De même, si les moyens budgétaires le permettent, un déménagement de la collection des moulages pourra être opéré dans le courant de l’année 2009.

État de la collection

  • 11 R. Laurent, La conservation…, op. cit., p. 19-20.
  • 12 Idem, p. 108-109.
  • 13 R. Laurent, Les sceaux des Princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, Bruxelles, Thèse de doc (...)

10La collection compte 37 859 moulages (ill. 1). Elle est essentiellement composée de sceaux conservés dans des fonds d’archives belges (publics ou privés), mais elle comprend également près de 1 300 moulages dont les originaux sont conservés au Grand-duché de Luxembourg, un peu plus de 300 moulages issus de fonds conservés en France et plus de 2 000 moulages de matrices de sceaux11. La richesse de la collection réside également dans le fait qu'elle comprend des moulages dont les empreintes originales ont aujourd’hui disparu. Je veux parler de moulages provenant essentiellement de chartriers d’institutions religieuses hainuyères dont les originaux ont été détruits lors de bombardements en mai 1940. On peut en évaluer l’importance à environ 2000 pièces12. En outre, on peut considérer que plus de 10 % des originaux qui ont été moulés au XIXe siècle sont aujourd’hui dégradés ou ont disparu13.

  • 14 R. Laurent, « La collection sigillographique des Archives générales du Royaume et les sceaux des in (...)

11La collection comprend en outre 1756 matrices originales et plusieurs milliers de sceaux détachés et d’empreintes en cire à cacheter14.

Ill. 1 - Aperçu des armoires de conservation de la collection de moulages des AGR

12Des études prospectives permettent de penser qu’au moins 10 000 nouveaux moulages pourraient encore être exécutés au départ des chartriers conservés dans les différents dépôts des Archives de l’État. L’atelier de restauration des AGR nouvellement remis en fonction ne comprend cependant que deux restaurateurs dont les tâches principales consistent à traiter les sceaux abîmés mais aussi et surtout les documents sur papier et sur parchemin qui leur sont envoyés par l’ensemble des dépôts des Archives de l’État. Dans ces conditions, il est illusoire d’espérer pouvoir assister prochainement à une relance d’une politique de moulage digne de ce nom. L’on devrait tout au plus pouvoir procéder à de nouvelles réalisations des moulages manquants dans la collection.

Le projet de numérisation de la collection

  • 15 P. Génard, Compte rendu des travaux du congrès tenu à Anvers les 28-30 septembre 1885 sous la direc (...)

13Le souci de valoriser la collection de moulages n’est pas neuf. Dès 1885, des souhaits furent émis en vue d’en publier un inventaire15. En 1905, l’archiviste général Gaillard appelait même de ses vœux un inventaire doté de photos.

14En 2006, l’archiviste général Karel Velle fit prendre des contacts avec une société privée pour la conclusion éventuelle d’un partenariat pour numériser la collection. L’offre remise en avril de la même année s’avéra trop coûteuse et incomplète et la piste fut abandonnée.

15Entré en fonction à la tête du service en décembre 2006, je remis un projet complet qui reçut l’approbation de Karel Velle en octobre 2007.

16Ce projet vise à rencontrer les principaux objectifs suivants :

  1. Le nettoyage, l’entretien et le récolement de la collection. Cette opération comprend le nettoyage des moulages pour les prises de vue et un enregistrement systématique des lacunes. Pour les 3 000 premiers moulages photographiés, on compte 6 moulages perdus, soit 0,2 %. Si l’on extrapole ce résultat à l’ensemble de la collection, on peut considérer qu’il faut s’attendre à environ 76 moulages manquants. Ce travail est réalisé par les deux restaurateurs de l’atelier.

  2. L’encodage des fiches descriptives. L’encodage est réalisé par 4 gestionnaires de collection et relu par 4 archivistes (avec l’aide exceptionnelle de René Laurent).

  3. La numérisation de la collection, au moyen d’un appareil photo professionnel. Les images sont enregistrées en format.tiff pour leur conservation. Elles sont ensuite retravaillées (redressées, inversées, contrastes ajustés) et compressées en format.jpeg pour leur diffusion sur Internet. Ce travail est effectué par un photographe.

  4. La mise au point d’un module de présentation sur Internet. Ce travail est réalisé par le service numérisation de l’institution.

  5. Éventuellement le moulage de nouvelles empreintes.

17Six éléments constituent les points forts du projet :

  1. La réalisation intégrale du projet en interne permet d’opérer une économie budgétaire substantielle.

  2. L’ensemble des opérations va permettre de rassembler les deux tiers des agents du service autour d’un projet mobilisateur à long terme.

  3. Le projet devrait durer huit ans. Une première publication sur Internet devrait avoir lieu durant le premier semestre 2009. Elle présentera un lot de 5 000 photos et descriptions. Une mise à jour sera effectuée tous les 1 000 clichés, soit un rythme de cinq mises à jours annuelles.

  4. Dans un premier temps, les descriptions ne seront disponibles qu’en français (langue utilisée sur les fiches), mais le produit fini sera quadrilingue (français, néerlandais, allemand et anglais) de manière à toucher un public international le plus large possible.

  5. Le traitement des images va permettre de présenter une reproduction des moulages. Elle permettra aussi, grâce à une inversion, de proposer une reconstitution du sceau (plus lisible).

  6. La numérisation de la collection jouera également un rôle de copie de substitution qui nous permettra de retirer les moulages de la consultation en salle de lecture (sauf exceptions).

18Démarré en juin 2008, on comptait déjà en octobre plus de 3 000 clichés et plus de 5 000 fiches avaient déjà été encodées. Par ailleurs, l’élaboration de la présentation sur Internet va bon train.

Présentation du module sur internet

19Le chercheur aura accès à une page spécialement dédiée du site Internet des AGR où une introduction lui permettra de connaître le contenu et l’historique du projet. Un vade-mecum lui indiquera également comment effectuer ses recherches. Ces dernières se feront au moyen du moteur de recherche commun à l’ensemble du site. Le chercheur accoutumé pourra donc directement accéder au moteur de recherche sans devoir passer par la page de présentation. Il sera possible d’effectuer une recherche à partir du numéro du moulage, du nom du sigillant, de sa fonction, d’un nom de lieu ou d’une date.

20Le résultat de la recherche sera signalé en surbrillance dans la liste des moulages apparaissant à l’écran (ill. 2).

Ill. 2 : Résultat d’une recherche effectuée sur le nom « Hardi »

21Un double-clic de souris sur la référence qui apparaîtra en surbrillance permettra d’avoir accès à un écran reprenant la description et une image du moulage souhaité (ill. 3). Les descriptions sont celles reprises sur les fiches manuscrites complétées au fur et à mesure de la fabrication des moulages. Elles peuvent comprendre les informations suivantes : nom, prénom et fonction du sigillant, date de l’acte, référence du fonds dans lequel l’acte est conservé. Le souci de réaliser cet ambitieux projet dans un délai raisonnable, nous a amené à écarter la possibilité de compléter les informations que l’on aurait pu espérer trouver. Les descriptions ne comprendront donc pas d’information typologique (type de sceau, taille...). Cependant, chaque photo comprendra une échelle graduée qui permettra au chercheur de connaître la taille du moulage qu’il consultera à l’écran. Enfin, les premiers objets de la collection ayant été moulés il y a plus de 140 ans, il n’est pas rare que les références proposées ne soient plus d’actualité. Certains fonds étaient ainsi conservés dans un dépôt au moment de la prise du moulage et se trouvent aujourd’hui dans un autre dépôt. Dans ce cas, la référence au dépôt de conservation actuel de l’original sera corrigée, mais le manque de temps ne permettra pas d’effectuer une rectification jusqu’à la cote du document concerné. S’il souhaite alors consulter le document auquel le sceau est attaché, le chercheur aura le loisir de contacter le service responsable de la collection des moulages de sceaux (il s’agit de la section 4 des AGR) ou le dépôt dans lequel le fonds est conservé.

  • 16 R. Laurent, Inventaire de la collection…, op. cit. ; R. Laurent, Inventaire de la collection de mou (...)

22La description comprend également la référence de l’inventaire dans lequel le moulage est décrit. Seuls les deux mille premiers moulages de la collection ont fait l’objet d’un inventoriage publié16. La précision des descriptions y est sensiblement plus élaborée que celle que l’on rencontre dans les fiches manuscrites.

Ill. 3 - Exemple de la fiche descriptive du moulage d’un sceau de Philippe le Hardi

23Pour améliorer le confort de lecture, l’image pourra être agrandie (Ill. 4).

Ill. 4 - Agrandissement du moulage de Philippe le Hardi

24Il sera également possible de consulter une image inversée du moulage qui correspondra à une reconstitution de l’empreinte de sceau même (Ill. 5). Cette image pourra également être agrandie.

Ill. 5 - Image inversée du moulage du sceau de Philippe le Hardi

Conclusion

  • 17 http://www.menestrel.fr. Le site a été mis à jour en décembre 2007. (Site consulté le 25/09/2008).
  • 18 Par exemple, le beau cas des Archives départementales de l’Aube dont le confort de consultation n’a (...)

25Il existe aujourd’hui quelques projets sigillographiques consultables sur Internet. Le site de médiévistes Ménestrel propose une sélection intéressante de 25 sites (d’archives et de bibliothèques en France et à l’étranger, d’académies, d’universités, de sociétés savantes, de sites professionnels et personnels)17. La majorité d’entre eux ont une vocation documentaire (dossiers pédagogiques par exemple) ou bibliographique. Certains proposent la mise en ligne de charniers18.

  • 19 http://database.aiepberoun.cz/pecete/. (Site consulté le 25/09/2008)

26Le projet mené à bien par les archives nationales de la République tchèque, au début des années 2000, propose une base de données descriptive extrêmement détaillée de près de 38 000 sceaux antérieurs à 1526. Certaines descriptions sont reliées à une photo. Le seul inconvénient de ce projet réside dans le fait que sa consultation est rendue extrêmement difficile pour l’utilisateur qui ne domine pas la langue tchèque19.

  • 20 http://www.culture.gouv.ft/documentation/archim/sceauxdebourgogne.htm. (Site consulté le 25/09/2008

27Tous ces projets ne concernent pour autant que la mise en ligne d’empreintes de sceaux et seul le service des sceaux des Archives nationales a entamé la diffusion des moulages de Bourgogne via la base Archim20. Malheureusement ce projet entamé en 2001 n’a jamais pu être terminé.

28Le projet mis en place aux AGR parvient à mettre à profit l’expérience de ces trop rares prédécesseurs en corrigeant les imperfections éventuelles que l’on pouvait y relever et en exploitant au mieux les possibilités techniques actuelles. Il a surtout l’ambition de rendre aux AGR sa juste place dans l’espace sigillographique européen et de relancer l’activité de l’atelier de restauration et de moulage de sceaux trop longtemps délaissé.

Anmerkungen

1 « Pinchart Alexandre », dans H. Coppens, R. Laurent (dir.), Les Archives de l’État en Belgique. 1796-1996. Historique de l’Institution et Répertoire bio-bibliographique des Archivistes, Bruxelles, 1996, p. 507.

2 R. Laurent, « La conservation des sceaux aux Archives de l’État en Belgique » (Réunion du Comité international de sigillographie, Paris, 5 octobre 1994), Comptes rendus des missions scientifiques 1994/2, Bruxelles, AGR, 1995, p. 1.

3 R. Laurent, La conservation..., op.cit., p. 1,3.

4 D. Brouwers (dir.), Les Archives de l’État en Belgique de 1930 à 1936, Tongres, 1937, p. 91.

5 L’atelier de moulages fut définitivement fermé en 1994, mais il avait dans les faits déjà cessé ses activités dès 1989. R. Laurent, Inventaire de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du Royaume. I. Moulages no 1 à 1000, Bruxelles, 2003, p. 14.

6 A. Scufflaire, « L’atelier de restauration des Archives générales du Royaume à Bruxelles » Archives et Bibliothèques de Belgique (ABB), Bruxelles, 1976, 47, p. 25-30.

7 Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces. Rapport annuel 1969, Bruxelles, 1970, p. 48 ; Rapport annuel 1970, Bruxelles, 1971, p. 69 ; Rapport annuel 1971, Bruxelles, 1972, p. 27 ; Rapport annuel 1972, Bruxelles, 1973, p. 27 ; Rapport annuel 1974, Bruxelles, 1975, p. 190 ; Rapport annuel 1975, Bruxelles, 1976, p. 202 ; Rapport annuel 1976, Bruxelles, 1977, p. 194 ; Rapport annuel 1977, Bruxelles, 1978, p. 192 ; Rapport annuel 1979, Bruxelles, 1980, p. 193 ; Rapport annuel 1980, Bruxelles, 1981, p. 210 ; Rapport annuel 1981, Bruxelles, 1982, p. 219 ; Rapport annuel 1982, Bruxelles, 1983, p. 207 ; Rapport annuel 1983, Bruxelles, 1984, p. 220 ; Rapport annuel 1984, Bruxelles, 1985, p. 242 ; Rapport annuel 1985, Bruxelles, 1986, p. 234 ; Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in depronvinciën. Jaarverslag 1973, Bruxelles, 1974, p. 34.

8 Le Centre auxiliaire n’exista que quelques années. R. Laurent, La conservation..., op.cit., p. 3.

9 D. Van Overstraeten, « Chartes anciennes et technologies nouvelles. L’archivage sur CD-ROM du chartrier des comtes de Namur », Annales de la Société archéologique de Namur, Namur, t. 69, 1995, p. 395-419 ; D. Van Overstraeten, « Le CD-ROM au service du patrimoine archivistique. À propos d’une réalisation des Archives de l’État à Namur », ABB, t. 66, 1995, p. 289-292 ; E. Bodart, « Le CD-Rom Chartrier des Comtes de Namur : cas unique de numérisation d’un fonds de documents scellés conservé en Belgique », Le Médiéviste et l’ordinateur. Histoire médiévale, informatique et nouvelles technologies, 40, 2001.

10 Cet ouvrage est heureusement enfin disponible à la vente aux AGR à un prix raisonnable. R. Laurent et C. Roelandt, Inventaire des collections de matrice de sceaux des Archives générales du Royaume et de la Bibliothèque royale, Bruxelles, 1997.

11 R. Laurent, La conservation…, op. cit., p. 19-20.

12 Idem, p. 108-109.

13 R. Laurent, Les sceaux des Princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, Bruxelles, Thèse de doctorat inédite, Université libre de Bruxelles, 1990, t. I/1, p. 6.

14 R. Laurent, « La collection sigillographique des Archives générales du Royaume et les sceaux des institutions ecclésiastiques hainuyères », VIe congrès de l’association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique et LVIIe congrès de la fédération des cercles archéologiques et d’histoire de Belgique, avec la collaboration du centre Hannonia, (Mons, 2000), dans Actes du Congrès de Mons organisé par les sociétés d’histoire et d’archéologie de Mons, Saint-Ghislain et Soignies, Mons, 2002, t. IV, p. 1105-1120, ici p. 1107.

15 P. Génard, Compte rendu des travaux du congrès tenu à Anvers les 28-30 septembre 1885 sous la direction l’Académie d’Archéologie de Belgique (Annales de la Fédération archéologique et historique de Belgique, I), Anvers, 1886, p. 103.

16 R. Laurent, Inventaire de la collection…, op. cit. ; R. Laurent, Inventaire de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du Royaume, I, moulages no 1001 à 2000, Bruxelles, 2005.

17 http://www.menestrel.fr. Le site a été mis à jour en décembre 2007. (Site consulté le 25/09/2008).

18 Par exemple, le beau cas des Archives départementales de l’Aube dont le confort de consultation n’a d’égal que la grande qualité des descriptions et des images. http://www.archives-aube.com. (Site consulté le 25/09/2008)

19 http://database.aiepberoun.cz/pecete/. (Site consulté le 25/09/2008)

20 http://www.culture.gouv.ft/documentation/archim/sceauxdebourgogne.htm. (Site consulté le 25/09/2008)

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Ill. 1 - Aperçu des armoires de conservation de la collection de moulages des AGR
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2874/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift Ill. 2 : Résultat d’une recherche effectuée sur le nom « Hardi »
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2874/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 272k
Bildunterschrift Ill. 3 - Exemple de la fiche descriptive du moulage d’un sceau de Philippe le Hardi
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2874/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Bildunterschrift Ill. 4 - Agrandissement du moulage de Philippe le Hardi
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2874/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Bildunterschrift Ill. 5 - Image inversée du moulage du sceau de Philippe le Hardi
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2874/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 164k

Autor

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540