Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Les sceaux médiévaux des Archives départementales de l’Orne

De la conservation à la sigillographie

Jean-Pascal Foucher et Nathalie Barré

Texte intégral

1Comme la plupart des services d’Archives départementales, les Archives de l’Orne, à Alençon, conservent de très nombreux sceaux et ont fait le constat de la nécessité d’une opération de conservation préventive et curative. Bien que cela ne fût ni prévu ni souhaité au départ, cette opération a conduit à un travail de sigillographie de fond, indispensable à la mise en valeur de ce patrimoine archivistique.

2La présente communication entend donner le compte-rendu d une expérience et illustrer la complexité de la gestion des collections sigillographiques : aspects matériels de conservation, aspects descriptifs, problème d’accessibilité des documents à tous les publics, interprétation historique, travail scientifique nécessaire à la transmission des connaissances.

3L’investissement humain et financier s’est révélé très lourd par rapport à ce que représentent les documents scellés au sein de l’ensemble des collections, le risque étant notamment que cet investissement soit fait au détriment d’autres missions, comme celle du traitement de séries anciennes qui sont en jachère, mais ne présentent pas, il est vrai, contrairement aux chartes scellées, de risque de pertes irrémédiables. L’effort est apparu néanmoins légitime au regard des progrès accomplis tant sur le plan de la conservation que sur le plan des connaissances historiques.

Dénombrement du corpus

4Dans l’Orne comme dans les autres départements normands, nous disposons de l'Inventaire des sceaux de la Normandie, publié par Germain Demay en 1881, qui inventorie 225 sceaux ornais, dont certains, oubliés ou disparus, ne sont déjà plus signalés dans l’inventaire sommaire de la série H (archives du clergé régulier), rédigé entre 1891 et 1903. L’auteur de cet inventaire indique le nombre de sceaux pour chaque liasse. L’addition se monte à 862 sceaux. Mais certains de ces sceaux n’existent plus, d’autres présents dans la liasse n’étaient pas signalés ; en outre, la distinction n’a pas été faite entre sceaux médiévaux et modernes, entre sceaux et cachets.

5Les sondages réalisés dans les autres séries, série G (clergé séculier), et série H dépôt (archives hospitalières) ont été peu concluants : celles-ci conservent tout au plus quelques dizaines de sceaux médiévaux, très disséminés.

6Un recensement des sceaux réalisé en 1994, bien que non totalement fiable, a fourni une base quantitative plus précise de 964 sceaux et 9 bulles pour la série H.

Caractérisation du corpus

7S’il n’est pas aussi volumineux que ceux d’autres services d’archives, en particulier dans le nord de la France, ce corpus reste de taille honorable et présente une singularité importante : outre quelques sceaux de rois, de grands feudataires, de membres de l’aristocratie régionale et locale, outre quelques sceaux d’archevêques et d’évêques, de rares sceaux d’abbayes et prieurés, d’un nombre appréciable de sceaux de juridictions laïques, y sont très représentés les sceaux dits d’hommes libres ou de paysans, déjà signalés par Demay. La très large diffusion de l’usage du sceau dans la validation des chartes est une particularité de l’histoire normande. Bien que de facture plutôt fruste, ces sceaux d’hommes libres et de paysans présentent un très grand intérêt pour l’histoire sociale et juridique et, par l’abondance des motifs géométriques et végétaux qu’ils utilisent dans leur décor, ils offrent un riche terrain pour l’étude des signes d’identité, emblèmes et symboles, au Moyen Âge en Normandie (ill. 2-4).

Conservation

8L’état de conservation des sceaux, la présence des documents scellés sans protection au milieu des liasses, le stockage en vrac, dans des boîtes d’archives, de documents scellés restaurés ont amené à envisager à la fois un programme de restauration des sceaux et une opération de reconditionnement systématique des documents scellés. Ce projet, qui devait initialement n’être qu’une opération curative et de conservation préventive, a pris un développement qu’il était difficile de mesurer au départ.

9Depuis le début des années soixante-dix, les documents scellés sont conservés dans des boîtes archives, dites boîtes cauchard, sans aucune protection (ill. 1). Qu’ils soient scellés ou non, les documents sont regroupés en articles archivistiques en fonction de l’objet du documenter, au sein des cartons, chaque article est isolé du suivant par une simple chemise en papier kraft. Outre le fait que ces conditionnements, datant de plusieurs décennies, ne présentent pas les propriétés chimiques adéquates, ils offrent une protection très limitée contre les risques d’altération mécanique : la pression peut être forte sur les sceaux dans des cartons tassés et les chutes sont à craindre avec des chemises sans rabats.

Ill. 1. Liasses de série H comportant des documents scellés, dans leur conditionnement des années 1970.

10Chaque époque a expérimenté des méthodes de protection des sceaux : nous conservons de beaux exemples de valves de parchemin cousues entre elles, de fils d’étoupe recouverts de papier cousu ou simplement plié. L’époque contemporaine n’a pas été en reste et ses solutions ne se sont pas montrées les moins nocives : l’usage de coton hydrophile, de pochettes en feutrine ou en velours avec une fermeture par lanière ou par pression, n’est pas si ancien et présente de sérieux inconvénients sur le plan chimique et physique.

11Les altérations visibles sur les sceaux ne sont certes pas toutes imputables aux archivistes et aux chercheurs. Beaucoup de sceaux ont été détruits avant même d’entrer dans un service d’archives, d’autres sont arrivés en très mauvais état. Mais nous avons la chance de conserver des tirages faits par Demay à partir de ses moules conservés aux Archives nationales de France et, pour quelques dizaines de sceaux, nous avons pu comparer l’état vers 1879 à l’état actuel, lorsqu’ils ont survécu. Cette comparaison montre que les sceaux se sont nettement dégradés depuis le XIXe siècle, y compris depuis leur mise en carton. Du fond de très nombreuses boîtes ont été retirées des miettes de cire provenant indiscutablement des sceaux pendants. Les miettes de cire ont été regroupées lorsque cela est apparu possible avec le document scellé d’origine (ill. 2), ou alors rangées dans une boîte de conservation portant les cotes extrêmes de la boîte dans laquelle les miettes ont été trouvées. Elles sont examinées lorsque les sceaux contenus dans le carton sont soumis au restaurateur.

Ill. 2. Sceau brisé dans un carton

Restauration

12Face à cette situation, nous avons réfléchi à la mise en place d’un programme de restauration des sceaux présentant des signes de grande fragilité et des risques manifestes de perte de matière. Un sondage a fait apparaître qu’un sceau sur deux nécessitait une restauration. Un budget exceptionnel de 40 000,00 euros sur quatre ans, à raison de 10 000,00 euros par an, a été donc sollicité et obtenu de la collectivité pour la restauration des sceaux, en arguant de la spécificité du fonds et de son intérêt historique et symbolique (ill. 3). Pour diverses raisons, ce programme n’a pu être réalisé au rythme souhaité, ce qui finalement a présenté plus d’avantages que d’inconvénients.

13Le choix des sceaux à restaurer a été resserré au fil des années pour se concentrer sur des sceaux vraiment en péril, dans le souci de limiter le plus possible l’intervention du restaurateur. Ce choix de l’intervention minimale était possible dès lors qu’il était établi que les documents scellés ne seraient plus communiqués au public et que leur consultation se ferait au moyen d’images numériques.

Ill. 3. Vente par Pierre L’Eschacier, Jeanne sa femme et Ameline sœur de Jeanne, 1290 n. st. (Alençon, Archives départementales de l’Orne, H 694).

14Ce principe a également orienté la recherche de solutions de conditionnement. Afin d’assurer des conditions de conservation satisfaisantes aux documents scellés, nous avons examiné différentes solutions proposées par les restaurateurs et par les fournisseurs de matériels de conservation et celles mises en œuvre dans d’autres services d’archives.

15Il était évident que les documents scellés (ill. 3-4) devaient être conservés à plat, isolés, sans superposition, sans pression sur le sceau, que leur manipulation devait se faire sans contact direct avec le document, que le document et le sceau devaient être maintenus latéralement ; il a semblé préférable que le parchemin soit maintenu a minima en épaisseur, mais non contraint, et que le sceau ne soit pas logé dans une découpe en creux rendant délicate sa préhension. Il était impossible, avec un budget annuel de conditionnement de 35 000,00 euros pour l’ensemble du service, d’investir dans des conditionnements unitaires sur catalogue ou dans des boîtes entoilées, ni de soumettre systématiquement les documents à un restaurateur.

Ill. 4. Chartes des donations d’Adam Muschet aux chapelains de Great Peatlinger (Angleterre), relevant de l’abbaye de Saint-Evroult, XIIIe s. (Alençon, Archives départementales de l’Orne, H 917 et 918). Ces deux articles contiennent huit empreintes d’un même sceau, utilisant trois couleurs de cire différentes pour des actes de nature juridique équivalente.

16Le modèle de conditionnement retenu s’inspire en partie de solutions observées et les adapte à nos objectifs. L’enveloppe extérieure est une boîte en polypropylène pouvant contenir de 3 à 4 plateaux en polypropylène de hauteurs différentes en fonction de la hauteur des sceaux à protéger, conçus spécialement à notre demande par la société Arden Plast, qui les fait figurer désormais sur son catalogue de produits. Le matériau a été retenu pour ses qualités chimiques, sa légèreté, sa rigidité et son coût avantageux.

Ill. 5. Prototype de boîte en polypropylène et des plateaux intermédiaires.

17Le plateau en polypropylène reçoit un carton de conservation léger dont la découpe épouse les encoches du plateau ; les rebords du plateau servent de support au plateau supérieur (ill. 5). Les parchemins sont maintenus dans les trois dimensions par des bandes de papier japon collées en biais à chaque coin. Ce papier, très souple et léger, ne fait courir aucun risque d’altération au parchemin. Les sceaux sont maintenus par des bandelettes de papier de conservation collées en arc de cercle, adaptées au diamètre et aux irrégularités du sceau et des attaches (ill. 6). La souplesse de ces bandelettes, le fait quelles ne sont pas fixées sur toute leur longueur leur permettent de jouer le rôle d’amortisseur en cas de choc. Une mousse de conservation est ajoutée sous le sceau pour limiter la dureté du contact avec le carton. Après l’avoir envisagé, nous avons renoncé, pour des questions de volume, donc de coût, à conserver côte à côte dans ces mêmes boîtes les documents scellés et les autres appartenant à la même cote. Il est donc devenu nécessaire de gérer des localisations séparées.

Ill. 6. Essai de conditionnement de documents scellés. Les coins en carton rigide encadrant les documents ont été remplacés par des bandes de papier japon.

Numerisation

18De même, il est apparu impossible de numériser la totalité des liasses, qui nécessitent une préparation longue et un traitement très délicat incompatibles avec les priorités de numérisation du service. Nous avons donc décidé de numériser les seuls documents scellés, en interne, pour limiter les risques liés au transport et aux manipulations. La numérisation est réalisée soit par scanner à plat soit avec le ban de reproduction du laboratoire de photographie, à raison d’une vue recto et d’une vue verso du document dans son ensemble, davantage en cas de plis, et d’un recto et d un verso pour chacun des sceaux. Chaque document scellé fait l’objet d’au moins 8 images numériques, 4 en TIFF, 4 compressées en JPEG.

19Afin de permettre un accès aisé à l’ensemble de la cote – qu’il s’agisse des images numériques accessibles par la base de données dotée d un visualiseur ou des documents non scellés en original – et afin de gérer deux localisations différentes pour les originaux scellés et non scellés, il a été nécessaire de numéroter l’ensemble des documents contenus dans les liasses où figure au moins un sceau. Il fallait en effet disposer d’un identifiant propre à chaque document figurant dans la liasse contenant au moins un document scellé. Les documents ont été numérotés dans l’ordre de leur apparition au cours de l’analyse de chaque liasse recensée dans l’inventaire imprimé du XIXe siècle. Or comme on le sait, les inventaires sommaires n’analysent pièce à pièce qu’une partie de la liasse. Il a donc fallu relier les analyses aux documents concernés, donc les lire, les numéroter dans l’ordre de l’inventaire, puis numéroter à la suite les documents non inventoriés et analyser ceux d’entre eux qui portaient un ou plusieurs sceaux. C’est ainsi que, pour mener à bien une opération de pure conservation préventive, un important travail archivistique et sigillographique a dû être effectué.

Un deuxième temps : le travail d’inventaire

20Cette réflexion a conduit à proposer la réalisation d’un inventaire sous forme de base de données informatique en collaboration avec des étudiants de master I de l’université de Caen-Basse-Normandie, travaillant sous la direction du professeur Véronique Gazeau. Le travail en collaboration avec l’université de Caen s’est imposé comme une évidence. Les Archives départementales de l’Orne avaient déjà noué des collaborations scientifiques avec le CRAHAM (Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales). Trois étudiants ont choisi de réaliser un mémoire portant sur les sceaux ornais : Pierrick Brizard, en 2004-2005, sur les sceaux du fonds de l’abbaye Saint-Evroult (ill. 4) ; Henry Compan-La Fontaine, en 2005-2006, sur les sceaux du fonds de l’abbaye de Val-Dieu, et Paul-Henri Lécuyer, en 2006-2007, sur les sceaux du fonds de l’abbaye de Silly-en-Gouffern.

21Les sujets de master devaient satisfaire à une double exigence historique et archivistique. Le travail effectué a donc répondu à la tradition historique de mise à disposition des sources et aussi au besoin d’un instrument de recherche incluant des données matérielles sur le support. Il est également apparu nécessaire que les sujets soient suffisamment cadrés pour éviter un travail trop laborieux et non maîtrisable par les étudiants dans le temps imparti à un master I. C’est pourquoi il a été choisi de concentrer l’étude sur le corpus de sceaux conservés dans un fonds d’archives particulier, en l’occurrence un fonds d’abbaye. De plus, le travail devait porter en priorité sur les sceaux pendants du Moyen Âge (s’intéresser aux sceaux plaqués de l’époque moderne aurait exigé trop de temps).

22Malgré ces restrictions, les corpus concernés étaient importants : il a été relevé 387 sceaux pour l’abbaye de Saint-Évroult, 352 pour celle du Val-Dieu et 198 pour celle de Silly. Il existe cependant une grande disparité entre les corpus. Si le fonds de Saint-Évroult (ill. 4) est très riche en sceaux de « paysans », celui de Silly se distingue par l’importance de ses sceaux de châtellenie, tandis que le fonds du Val-Dieu conserve une centaine de sceaux présents mais non exploitables du fait de la dégradation de la cire ou de l’empreinte.

23Pour l’analyse des documents scellés, il est immédiatement apparu indispensable de fournir aux étudiants une grille de description normalisée. La rédaction de cette fiche descriptive a été réalisée à l’automne 2004 en s’inspirant du travail effectué aux Archives communales de Douai quelques années auparavant. Cette fiche a été légèrement modifiée l’année suivante après la parution de l’instruction DITN/RES/2005/03 de la Direction des Archives de France sur la description des collections sigillographiques, à la rédaction de laquelle les Archives communales de Douai ont participé.

24L’inventaire informatisé devait prendre en compte plusieurs exigences pratiques : avoir toutes les fonctionnalités d’une base de données, offrir la possibilité d’associer la description du sceau à son image numérique, pouvoir intégrer les analyses à terme dans notre logiciel de gestion des archives Gaia, permettre à l’étudiant de fournir aisément une version papier de l’inventaire dans son mémoire de master. Le choix s’est porté donc sur une base de données Works qui présente tous ces avantages.

25Le travail d’inventaire ainsi réalisé présente comme dans tout projet des avantages et des inconvénients. Du point de vue de l’archiviste, le résultat est considérable. La connaissance des collections s’en est trouvée grandement enrichie. Les bases de données des trois corpus étudiés ont permis de sélectionner des documents à restaurer ainsi que de repérer les sceaux à présenter lors de l’exposition Preuves de Cire (voir infra et ill. 7). Toutefois, si ces outils sont précieux, ils sont encore difficilement présentables au grand public. En effet, mettre en ligne de telles informations nécessite un lourd travail de vérification systématique de chaque fiche descriptive et nous n’avons encore pu contrôler toutes les données.

26Du point de vue historique, les différents mémoires de master ont permis de mieux cerner dans le temps la pratique sigillaire normande selon deux axes : l’usage du sceau par toutes les couches sociales en Normandie et l’apparition des sceaux de juridiction. En Normandie, quel que soit son sexe ou son statut social, chacun pouvait sceller un acte entre le XIIIe et le début du XIVe siècle. Ainsi, il existe une catégorie bien particulière de sceaux normands appelée « sceaux de paysans », que l’on rencontre également dans le Perche. Bien que souvent les actes ne mentionnent pas la qualité du sigillant, il semble bien s’agir néanmoins « d’hommes libres vivant de l’agriculture ». Les « sceaux de paysans » se caractérisent par un usage indifférencié de la couleur, l’impossibilité de déterminer la qualité du sigillant à partir de la forme, la taille ou l’iconographie du sceau, ainsi que l’absence de lien visible entre les sceaux des membres d’une même famille. Si quelques sceaux de type « paysans » existent dès le début du XIIIe siècle, leur usage devient de plus en plus fréquent autour de 1260. Les travaux ont également permis de souligner l’importance de l’usage du sceau par les femmes, en raison du droit coutumier normand, et l’absence de rapport entre la forme du sceau et le sexe du sigillant : l’homme et la femme usent indifféremment d’un sceau rond ou en navette. Le développement de l’usage des sceaux de juridiction vers 1315 correspond à la disparition progressive dans les sources des sceaux dits « de paysans » et, de manière globale, à la raréfaction de l’usage du sceau en dehors de la haute aristocratie et du haut clergé.

27La constatation s’est rapidement imposée qu’il fallait approfondir les travaux historiques notamment sur la transition entre le sceau personnel et le sceau de juridiction. L’étude de l’usage des sceaux de juridiction présente également un intérêt en termes de géographie historique afin d’affiner nos connaissances sur les frontières des différentes juridictions normandes. Surtout, il est vite apparu qu’une approche scientifique cohérente du sujet nécessitait de s’intéresser à la personnalité juridique et sociale de tous les sigillants, pas seulement ceux dont on conserve encore le sceau. C’est ce qu’a fait Paul-Henri Lécuyer dans son master II intitulé : Étude des actes scellés (ou ayant été scellés) provenant du fonds de Silly en Gouffern 1151-1350. Il a étudié 673 chartes ayant été scellées.

28D’un besoin matériel de conservation, le traitement des documents scellés des Archives de l’Orne est ainsi devenu une mécanique assez complexe, qui compte de nombreuses étapes de traitement décomposées de la sorte :

  • L’archiviste effectue le repérage des sceaux, l’analyse du document, l’inventaire du sceau et la saisie des données dans la base documentaire

  • Le responsable de la conservation, en liaison avec l’archiviste et le restaurateur, détermine les sceaux à restaurer et le protocole de restauration.

  • Le restaurateur photographie l’état du sceau avant restauration et le restaure.

  • Le photographe effectue sur le ban de reproduction une photographie recto et verso du document dans son ensemble et une photographie détaillée recto et verso de chacun des sceaux.

  • L’archiviste détermine avec le relieur le positionnement des sceaux sur la planche de conditionnement.

  • Le relieur assure la fabrication des planches et la mise en place des sceaux.

  • Le gestionnaire d’images numériques charge les images sur le serveur et organise l’accès aux images à partir de la base de données.

Conclusion

29Si la phase d’inventaire et de reconditionnement systématique des documents scellés a été différée en raison de la difficulté à coordonner les différentes interventions, les premiers enseignements de l’inventaire des sceaux et les différentes phases de leur traitement intellectuel ont fait l’objet d’une exposition Preuves de cire. Sceaux des Archives départementales de l’Orne (XIIe-XVe siècle), présentée par le Conseil général de l’Orne (Alençon, Archives départementales), du 29 avril au 28 juin 2008 (ill. 7). En outre, l’état matériel de certaines empreintes a conduit à s’interroger sur la composition des cires, question encore non suffisamment étudiée en dépit de son intérêt pour la restauration, pour la conservation des sceaux et pour l’histoire économique et matérielle. Notamment, nos connaissances sur les additifs ajoutés pour colorer la cire sont encore minces. Une première analyse des charges minérales a été réalisée sur sceaux blancs et verts. D’autres analyses plus poussées permettraient certainement de nous éclairer sur la composition des cires et éventuellement les causes de détérioration.

30Les premières études réalisées sur le corpus des sceaux et sur les sigillants a également montré la nécessité d’étendre les recherches, afin de mieux caractériser la diffusion sociale et géographique de l’usage du sceau et de préciser les conditions du passage des sceaux personnels aux sceaux de juridictions. Le développement des études de sigillographie à l’université de Caen, auquel les Archives de l’Orne ont contribué, devrait fournir de nouveaux éléments de connaissance dans les prochaines années.

Ill. 7. Un panneau de l’exposition Preuves de cire. Sceaux des Archives départementales de L'Orne (XIIe-XVe siècle), présentée par le Conseil général de l’Orne (Alençon, Archives départementales, 29 avril-28 juin 2008).

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Liasses de série H comportant des documents scellés, dans leur conditionnement des années 1970.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 2. Sceau brisé dans un carton
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Ill. 3. Vente par Pierre L’Eschacier, Jeanne sa femme et Ameline sœur de Jeanne, 1290 n. st. (Alençon, Archives départementales de l’Orne, H 694).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Ill. 4. Chartes des donations d’Adam Muschet aux chapelains de Great Peatlinger (Angleterre), relevant de l’abbaye de Saint-Evroult, XIIIe s. (Alençon, Archives départementales de l’Orne, H 917 et 918). Ces deux articles contiennent huit empreintes d’un même sceau, utilisant trois couleurs de cire différentes pour des actes de nature juridique équivalente.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 5. Prototype de boîte en polypropylène et des plateaux intermédiaires.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Ill. 6. Essai de conditionnement de documents scellés. Les coins en carton rigide encadrant les documents ont été remplacés par des bandes de papier japon.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 7. Un panneau de l’exposition Preuves de cire. Sceaux des Archives départementales de L'Orne (XIIe-XVe siècle), présentée par le Conseil général de l’Orne (Alençon, Archives départementales, 29 avril-28 juin 2008).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2871/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteurs

Archiviste paléographe diplômé de l’École nationale des Chartes (1995), est Directeur des Archives départementales de l’Orne depuis 1996.

Historienne et archiviste (Universités Lille 3 et Lyon 3), est responsable des Archives municipales de Tourcoing, depuis 2007, après avoir débuté sa carrière aux Archives départementales de l’Orne (Services du public et des Archives anciennes). Parmi ses travaux récents sur la sigillographie : « Sainte-Croix de Cambrai, un chapitre collégial sous contrôle, XIe -XIIIe siècles », dans, Les collégiales et la ville dans la province ecclésiastique de Reims, IXe-XVIe siècles, actes du colloque de Beauvais (2009) (Université Jules-Verne, Amiens, 2011) ; « Chancellerie épiscopale, chancellerie canoniale : unicité ou pluralité des institutions à Cambrai au XIIe siècle » dans, Chancellerie princière et scriptoria dans les anciens Pays-Bas, Xe -XVe siècles, actes du colloque du 175e anniversaire de la Commission royale d’Histoire (2009), à paraître.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540