Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Radiographie, scanner et sigillographie

Philippe Jacquet

Testo integrale

  • 1 Je tiens à remercier les docteurs Jean-Marc Levaillant et Jean-Michel Matrand qui m’ont ouvert l’a (...)

1L’étude de la fixation des liens – lacs de soie, bande de parchemin, courroie de cuir – à l’empreinte de cire est souvent négligée faute de moyens1. Cela peut avoir des conséquences sur les techniques de restauration, qui résultent d’un processus de réflexion autour du sceau, objet souvent unique. Mener à bien une intervention demande la connaissance et la compréhension générales de la sigillographie, mais également une connaissance technique des constituants et des pratiques d’élaboration d’un sceau, en fonction des époques et des régions. Ainsi, le restaurateur peut se constituer une bibliothèque mentale et pratique dont il fait usage dans sa pratique quotidienne.

  • 2 Voir dans le numéro 2 de la revue Techné (1995), « Autoportrait d’un laboratoire – Le Laboratoire (...)

2L’observation à l’œil nu ou sous loupe binoculaire d’empreintes cassées ou lacunaires ne permet qu’une analyse superficielle de la structure et la construction d’un sceau. Les informations ainsi recueillies ne sont d’ailleurs bien souvent transmises qu’oralement, sans être réellement documentées ou appuyées sur une étude rigoureuse de la structure interne des cires ; d’où une vision partielle et insuffisante de la matérialité de l’objet. Dans ce contexte, on comprend la « révolution » que constitue l’usage de la radiographie, utilisée, depuis de nombreuses années, dans le domaine de l’étude et de la restauration des peintures et des sculptures2, mais malheureusement encore trop exceptionnel, dans le domaine de l’art sigillaire. En effet, la radiographie permet d’observer des empreintes en parfait état et de dévoiler, en entrant dans la matière, les structures intimes de l’objet et finalement de le comprendre de façon plus complète.

  • 3 Les valeurs (moyennes) utilisées pour les radiographies sont de 45 kV et 4 à 8 mAs selon les cires

3Notre atelier utilise cette technique depuis 2002, avec le concours du Dr Marc Levaillant. Après quelques tâtonnements, nous avons établi, de façon empirique, valeurs et protocoles de travail. Deux clichés de l’objet sont réalisés3, l’un de face, l’autre de profil, et immédiatement lus pour être éventuellement complétés ; l’analyse complète se faisant en atelier. Les techniques numériques permettent de mesurer et de filtrer certaines valeurs, afin de faciliter l’exploitation des données recueillies (ill. 1). Dans certains cas, nous avons eu recours au scanner avec le Docteur Jean-Michel Matrand pour comprendre l’organisation de certaines structures, grâce aux reconstructions en 3D.

4Les informations ainsi obtenues sont de plusieurs ordres. La qualité des cires, leurs impuretés, leurs différences de colorants apparaissent à l’image. Les failles, les plans d’assemblage, les manques et les compléments sont tout aussi lisibles. Néanmoins l’information la plus spectaculaire est souvent le trajet des liens dans la cire et la méthode d’inclusion choisie.

  • 4 Auxerre, Archives départementales de l’Yonne (dorénavant AD89), fonds du clergé régulier, série H (...)
  • 5 AD89, série H 608, charte de 1190.

5Le cas des sceaux de Guy de Noyers, archevêque de Sens (1176-1193), est très représentatif de l’évolution technique causée par l’apparition du contre-sceau. Dans une empreinte datée de11844, les queues de parchemin sont parfaitement rectilignes (ill. 2), ce qui semblerait permettre un décollement « facile » de la face pour un usage frauduleux ; alors qu’en 1190 au plus tard5, l’ondulation des liens (ill. 3), induite par l’utilisation du contre-sceau, complique la manipulation frauduleuse de la cire au point de la rendre presque impossible.

  • 6 AD 63, 1 Hps 19, acte de 1230.
  • 7 AD89, série H 608, charte de 1190.
  • 8 AD89, série H 706 – 3, charte de 1152.
  • 9 Un acte récemment retrouvé par J.-L. Benoit montre que cette variante a été la première méthode ut (...)

6Ces premières constatations ont été confirmées par l’étude d’autres sceaux de la série H des Archives de l’Yonne. Ces sceaux ont révélé des structures assez élaborées concernant le passage et le pliage des liens dans la cire. La première de ces dispositions, la plus simple et probablement utilisée très largement et sur une longue période, car on en trouve trace en Auvergne jusqu’au début XIIIe siècle6 est constituée d’une simple boucle remontée vers le haut du sceau, ne laissant pas de sortie apparente des queues de parchemin, à l’exemple du sceau d’Henri le Sanglier archevêque de Sens7 (ill. 4). L’aspect volontaire de ce pliage ne fait aucun doute puisqu’une boule de cire a été insérée dans le repli au moment de la réalisation du sceau. Les variantes sont nombreuses et se multiplient en utilisant le même principe de boucles ou de plis noyés dans la cire, indétectables lorsque le sceau est en bon état, comme celui d’Henri de Carenthie, évêque de Troyes8 (ill. 5). L’insertion d’une languette de parchemin perpendiculaire à la double queue est parfois utilisée comme variante, méthode que l’on retrouvera jusqu’au XIVe siècle ou une languette de parchemin semble systématiquement nouée avec les cordelettes et noyée dans la cire des sceaux de la Cour de Montferrand.9

  • 10 AD89, série H 706 – 3, charte de 1152.
  • 11 AD89, série H 706 – 7, charte de 1161.

7Un sommet est atteint avec le sceau d’Hugues de Toucy, archevêque de Sens de 1142 à 1168, qui utilise toutes les méthodes évoquées ici10 (ill. 6). Il va même jusqu’à cumuler, en une seule empreinte, trois techniques. Dans cette empreinte11, d’une complexité exceptionnelle (ill. 7a-7d), les queues de parchemin suivent l’axe vertical du sceau, en y entrant pliées suivant le même axe, pour se déplier à hauteur du premier tiers, dans un nœud légèrement décalé. À la sortie de celui-ci, la queue inférieure sort directement de la cire, alors que la queue supérieure est repliée deux fois et tenue par une « boule » de cire au moment de la fabrication du sceau.

  • 12 Cette méthode de sécurisation par plis multiples connaît des résurgences à la fin du XIIIe siècle (...)

8L’emploi récurrent de ces méthodes de pliages pose la question de l'utilité de celles-ci, en raison de la faiblesse indéniable du dispositif. En effet, les liens vont jusqu’à occuper 30 % du volume du sceau et, en certains points, l’épaisseur de la cire peut descendre à un millimètre environ. Ce constat montre, d’une part, que l’on connaît bien, dès cette époque, la capacité de la cire à adhérer au lien et qu’on en maîtrise parfaitement la technique ; de l’autre, que l’on n’hésite pas à faire usage d’une technique qui peut se révéler à l’usage d’une extrême fragilité. Les raisons d’un tel usage résident sans aucun doute dans le fait que cette disposition empêche, à froid ou à chaud, de séparer l’empreinte faciale du sceau sans la léser. Ainsi cela rend impossible le transfert du sceau sur un acte frauduleux et assure, par voie de conséquence, la sincérité de l’acte et l’intégrité du système document/sceau. Ces pliages sont une garantie de l’authenticité du sceau. Il s’avère que toutes les empreintes étudiées, présentant ces dispositions, précèdent l’apparition du contre-sceau. Avec la création de ce dernier, les techniques de plis dans les cires disparaissent quasi immédiatement. Il est ainsi probable que l’adoption de l’ensemble sceau/contre-sceau, pourtant plus onéreux, a été suscitée par les nouvelles possibilités qu’il offrait (message identitaire supplémentaire, séparation des matrices, usage de liens différents) tout en assurant la fonction d’inviolabilité auparavant assurée par des techniques de ligatures complexes, mais fragilisant l’empreinte12.

Vrai-Faux ou Faux-Vrai ?

9La radiographie peut aussi apporter sa contribution dans l’étude des forgeries, c’est-à-dire des faux, par la mise en évidence des couches de cire et les éventuelles manipulations qu’elles ont subies et la mise en évidence des passages de liens. Trois cas peuvent illustrer cette démarche.

  • 13 Ad89, série H 710, charte de 1148, cf. A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, Paris, 19 (...)

10Le sceau de l’abbé Herbert de Saint-Pierre-le-Vif, apposé à une charte de 1148, a été décrit par Auguste Coulon13. Il s’agit en fait du sceau de son prédécesseur Guérin dont on a utilisé la matrice après son décès, comme le précise l’acte lui-même, écrit partiellement sur le dos du parchemin, ce qui est inhabituel. L’observation directe de l’empreinte montre une cire dont l’assemblage n’est pas rigoureux. La première radiographie laisse même penser que le sceau a été coupé en son épaisseur et reconstitué. En fait, la lecture des images scanner invalide la première hypothèse et montre une cassure suivant l’axe du lien et un décollement anormal des couches de cire (ill. 8-10). Si la forgerie est avérée, elle a été réalisée de façon opportuniste en utilisant un sceau dont la face se décollait naturellement, en cassant son berceau pour ré-assembler l’ensemble au document qui nous est parvenu.

  • 14 Chaumont, Archives départementales de la Haute-Marne, série 24 H 1, charte du XIIIe siècle, fausse (...)

11Le cas de l’empreinte de Robert, évêque de Langres, est lui totalement différent. Elle a été appendue à un acte resté très célèbre en matière de diplomatique, comme l’a rappelé Jean-Luc Chassel ; célébrité due au denier attaché en lieu et place du second sceau, mais aussi et surtout au fait que le document auquel ce sceau est appendu est une forgerie, tant dans la forme que dans le contenu14. Ce faux, forgé par les moines Saint-Bénigne de Dijon au profit de leur l’abbaye, remonte certainement aux années 1230. Cependant, si l’acte est un faux, le sceau semble authentique : il a été décrit et dessiné plusieurs fois sur des chartes aujourd’hui descellées, échappant ainsi à toute critique d’authenticité. La question non résolue est alors d’identifier la méthode de fabrication utilisée par les faussaires. L’analyse radiographique du sceau lève toute ambiguïté en montrant un sceau dont les caractéristiques techniques relèvent d’une fabrication normale, voire soignée (ill. 11). Aucune trace de coupe ou d’assemblage n’est visible dans la cire qui est de plus d’une densité normale et régulière avec une charge cohérente pour les sceaux de l’époque. Le passage de la double queue de parchemin épouse parfaitement la surface de liaison des couches supérieures et inférieures. La troisième couche à l’arrière du sceau destinée à parfaire l’ensemble, est, elle aussi conforme à l’habitude. Ce constat valide donc l’hypothèse de l’usage d’une fausse matrice réalisée par les moines de Sainte-Bénigne qui ne pouvaient disposer, plus d’un siècle après, de la matrice de l’évêque Robert.

  • 15 AD89, série H 675, charte vers 1153.

12À son entrée en atelier, le sceau de Bernard de Clairvaux détenu par les Archives de l’Yonne15 présentait un simple décollement de l’arrière de la cuvette, mais la radiographie initiale montrait parallèlement une boucle suspecte (ill. 12). Le second sceau appendu au document, et appartenant à l’abbé de Valuisant, est d’une autre cire et attaché différemment au document. Bien qu’aucune suspicion ne plane sur cet acte, une exploration plus complète a été effectuée. L’analyse du sceau de l’abbé de Valuisant ne révèle aucune anomalie, en revanche l’empreinte de Bernard de Clairvaux est construite autour d’un passage de liens inédit. Après plusieurs clichés, suivis d’une reconstruction numérique (ill. 13), il a été mis en évidence un nœud sous forme d’une double boucle plate qui occupe environ 30 % de la surface de jonction des couches de cire, nœud qui exclut avec quasi-certitude l’intervention d’un faussaire. Ce dernier n’aurait pas pris le risque de fragiliser sa forgerie par une manipulation trop complexe.

13En conclusion, l’ensemble de ces investigations montre l’intérêt et l’ampleur de champs de recherche encore inexplorés et parfois négligés. L’usage novateur de la radiographie pour l’histoire des techniques et des arts au Moyen Âge, qui est déjà une réalité dans le domaine de la peinture et de la sculpture, permet, par l’analyse de l’organisation de la matière cireuse et de la manière de nouer les attaches dans la cire, d’éliminer ou de valider une hypothèse. De même, il apporte à l’historien et l’historien de l’art des éléments d’analyse et de connaissances complémentaires, pour l’étude de l’art sigillaire au XIIe siècle ; un siècle que l’on peut qualifier d’époque laboratoire, au cours de laquelle matières et techniques évoluent fortement. Il convient d’investir ces champs de recherche, d’accumuler et diversifier les observations et s’approprier les nouveaux outils de recherche, pour que le chercheur puisse aussi s’appuyer sur la connaissance de la technique du sceau et de ses conséquences.

Illustrations

Ill. 1 - Sceau d’Alix de Mortagne en 1261 (Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 12 H 15 – 344), original et radiographies face et profil. Passage du lien avec un nœud central et lecture des couches de cire sur le profil (clichés Dr Levaillant).

Ill. 2 - Sceau de Guy de Noyers, archevêque de Sens (1184), sur double queue de parchemin sans contresceau (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 608). Visualisation des liens radiographie face et profil. (clichés Dr Levaillant)

Ill. 3 – Sceau de Guy de Noyers, archevêque de Sens (1190), sur double queue de parchemin avec contresceau (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 608). Visualisation des liens radiographie face et profil (cliché Dr Levaillant).

Ill. 4 - Sceau de Henri Sanglier archevêque de Sens, vers 1140 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 2). Boucle simple incluse dans la cire. Radiographie du profil et détail en fausses couleurs (Cliché Dr Levaillant).

Ill. 5 - Sceau d’Henri de Carinthie, évêque de Troyes, 1152 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706, pièce 3). Boucle simple dont une queue de bouche dans le quadrant haut gauche de la cuvette, l’autre restant incluse dans la cire (Cliché Dr Levaillant)

Ill. 6 - Sceau de Hugues de Toucy, archevêque de Sens, 1152 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 3). Cuir double, les liens sont pliés deux fois et légèrement décalés pour ne pas interférer entre eux et conserver une épaisseur raisonnable à l’empreinte (Cliché Dr Levaillant)

Ill. 7a-7d Sceau de Hugues de Toucy, archevêque de Sens, 1161 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 7)
a. Visualisation du nœud et de la pastille de cire posé à la construction. Scanner X. Vue frontale (Cliché Dr Levaillant).
b. Visualisation du nœud et des plis de la queue supérieure en partie basse. Scanner X. Vue sommitale (Cliché Dr Matrand).
c. Coupe du nœud. Scanner X, vue axiale (Dr Matrand).
d. Coupe de la pastille de cire. Scanner X, vue axiale (Cliché Dr Matrand).

Ill. 8 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne H 710). Visualisation en 3D du passage des cordelettes avec le nœud central. Scanner X. (Dr Matrand)

Ill. 9 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 710). La cassure suivant l’axe du sceau est visible en partie supérieure et masquée par les cordelettes en partie inférieure. Scanner X. Vue frontale (Dr Matrand).

Ill. 10 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 710). Coupe au niveau du nœud, les cassures sont surlignées en rouge. Scanner X. Vue axiale (Dr Matrand).

Ill. 11 - Sceau de Robert, évêque de Langres, « en 1104 » (Chaumont, Archives départementales de la Haute-Marne, 24 H 1). Coupe scanner et visualisation 3D de la double queue de Parchemin (clichés Dr Matrand).

Ill. 12 - Sceau de Bernard de Clairvaux, 1153 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 675). Visualisation de la double boucle des cordelettes. Chaque brin passe par l’intérieur de la boucle opposée. Scanner X. Extrait des images de reconstruction (Clichés Dr Matrand).

Ill. 13 - Sceau de Hugues de Toucy archevêque de Sens, 1167 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 1461 – 3). Visualisation en 3D de l’entrelacement des queues de parchemin. Scanner X (Dr Matrand).

Note

1 Je tiens à remercier les docteurs Jean-Marc Levaillant et Jean-Michel Matrand qui m’ont ouvert l’accès aux techniques radiographiques, avec enthousiasme et bienveillance. Je remercie également Messieurs Daniel Guerin et François Petrazoller, respectivement directeur des Archives de l’Yonne et de la Haute-Marne, qui m’ont permis de faire cette recherche.

2 Voir dans le numéro 2 de la revue Techné (1995), « Autoportrait d’un laboratoire – Le Laboratoire de recherche des musées de France », les chapitres consacrés à « la Révolution de l’image » ; J.-Y. Dupouy (Laboratoire de Recherche des Musées de France), « Les rayons X et l’étude des œuvres d’art », Journal de physique IV, Colloque C4, supplément au Journal de Physique III, volume VI, juillet 1996, p. 791-808.

3 Les valeurs (moyennes) utilisées pour les radiographies sont de 45 kV et 4 à 8 mAs selon les cires.

4 Auxerre, Archives départementales de l’Yonne (dorénavant AD89), fonds du clergé régulier, série H 608, charte datée de 1184.

5 AD89, série H 608, charte de 1190.

6 AD 63, 1 Hps 19, acte de 1230.

7 AD89, série H 608, charte de 1190.

8 AD89, série H 706 – 3, charte de 1152.

9 Un acte récemment retrouvé par J.-L. Benoit montre que cette variante a été la première méthode utilisée par Hugues de Toucy mais aucune cire complète de ce type n’a pu être retrouvée et explorée (AD 89, série H, acte de 1145).

10 AD89, série H 706 – 3, charte de 1152.

11 AD89, série H 706 – 7, charte de 1161.

12 Cette méthode de sécurisation par plis multiples connaît des résurgences à la fin du XIIIe siècle et au cours du XIVe. Il est difficile pour l’instant de les comprendre faute d’études complètes.

13 Ad89, série H 710, charte de 1148, cf. A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, Paris, 1912, no 1441.

14 Chaumont, Archives départementales de la Haute-Marne, série 24 H 1, charte du XIIIe siècle, faussement datée de 1104 ; cf. J.-L. Chassel « L’apparition du sceau dans les actes de la chancellerie de Langres au XIe siècle ». 1285-1985 : Autour du 7e centenaire du rattachement de la Champagne à la France. La future Haute-Marne du XIe au XV siècle [actes de colloque, Chaumont, juillet 1985], Les Cahiers haut-marnais, no 167, 1986, p. 77-95 ; IDEM, « L’essor du sceau au XIe siècle », dans Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 221-234, ici, p. 224. Précision de Jean-Luc Chassel (entretien oral) : « La charte de l’évêque Robert de Langres au profit de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon au sujet de la chapelle du château de Nogent-en-Bassigny, conservée aux Archives départementales de la Haute-Marne (24H 1), est un document tout à fait remarquable. Non datée, mais relative à des événements qui se seraient produits vers 1104, elle est validée non seulement par le sceau de l’évêque mais aussi par un denier de Troyes, appendu par un petit cordon, que le comte de Champagne Hugues Ier est censé avoir utilisé en l’absence de son sceau. Cette particularité a fait la célébrité de l’acte, cité dans bon nombre de traités de diplomatique médiévale. Cependant, l’acte est un faux dont la valeur historique est très particulière puisque le sceau épiscopal de cire rougeâtre qui y est apposé semble quant à lui parfaitement authentique ! ».

15 AD89, série H 675, charte vers 1153.

Indice delle illustrazioni

Legenda Ill. 1 - Sceau d’Alix de Mortagne en 1261 (Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 12 H 15 – 344), original et radiographies face et profil. Passage du lien avec un nœud central et lecture des couches de cire sur le profil (clichés Dr Levaillant).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-1.jpg
File image/jpeg, 163k
Legenda Ill. 2 - Sceau de Guy de Noyers, archevêque de Sens (1184), sur double queue de parchemin sans contresceau (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 608). Visualisation des liens radiographie face et profil. (clichés Dr Levaillant)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-2.jpg
File image/jpeg, 74k
Legenda Ill. 3 – Sceau de Guy de Noyers, archevêque de Sens (1190), sur double queue de parchemin avec contresceau (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 608). Visualisation des liens radiographie face et profil (cliché Dr Levaillant).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-3.jpg
File image/jpeg, 74k
Legenda Ill. 4 - Sceau de Henri Sanglier archevêque de Sens, vers 1140 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 2). Boucle simple incluse dans la cire. Radiographie du profil et détail en fausses couleurs (Cliché Dr Levaillant).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-4.jpg
File image/jpeg, 121k
Legenda Ill. 5 - Sceau d’Henri de Carinthie, évêque de Troyes, 1152 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706, pièce 3). Boucle simple dont une queue de bouche dans le quadrant haut gauche de la cuvette, l’autre restant incluse dans la cire (Cliché Dr Levaillant)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-5.jpg
File image/jpeg, 94k
Legenda Ill. 6 - Sceau de Hugues de Toucy, archevêque de Sens, 1152 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 3). Cuir double, les liens sont pliés deux fois et légèrement décalés pour ne pas interférer entre eux et conserver une épaisseur raisonnable à l’empreinte (Cliché Dr Levaillant)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-6.jpg
File image/jpeg, 80k
Legenda Ill. 7a-7d Sceau de Hugues de Toucy, archevêque de Sens, 1161 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 706 – 7)a. Visualisation du nœud et de la pastille de cire posé à la construction. Scanner X. Vue frontale (Cliché Dr Levaillant).b. Visualisation du nœud et des plis de la queue supérieure en partie basse. Scanner X. Vue sommitale (Cliché Dr Matrand).c. Coupe du nœud. Scanner X, vue axiale (Dr Matrand).d. Coupe de la pastille de cire. Scanner X, vue axiale (Cliché Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-7.jpg
File image/jpeg, 191k
Legenda Ill. 8 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne H 710). Visualisation en 3D du passage des cordelettes avec le nœud central. Scanner X. (Dr Matrand)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-8.jpg
File image/jpeg, 69k
Legenda Ill. 9 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 710). La cassure suivant l’axe du sceau est visible en partie supérieure et masquée par les cordelettes en partie inférieure. Scanner X. Vue frontale (Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-9.jpg
File image/jpeg, 63k
Legenda Ill. 10 - Sceau de Herbert abbé de Saint-Pierre-le-Vif, 1148 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 710). Coupe au niveau du nœud, les cassures sont surlignées en rouge. Scanner X. Vue axiale (Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-10.jpg
File image/jpeg, 63k
Legenda Ill. 11 - Sceau de Robert, évêque de Langres, « en 1104 » (Chaumont, Archives départementales de la Haute-Marne, 24 H 1). Coupe scanner et visualisation 3D de la double queue de Parchemin (clichés Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-11.jpg
File image/jpeg, 88k
Legenda Ill. 12 - Sceau de Bernard de Clairvaux, 1153 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 675). Visualisation de la double boucle des cordelettes. Chaque brin passe par l’intérieur de la boucle opposée. Scanner X. Extrait des images de reconstruction (Clichés Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-12.jpg
File image/jpeg, 79k
Legenda Ill. 13 - Sceau de Hugues de Toucy archevêque de Sens, 1167 (Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 1461 – 3). Visualisation en 3D de l’entrelacement des queues de parchemin. Scanner X (Dr Matrand).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2869/img-13.jpg
File image/jpeg, 80k

Autore

Restaurateur sigillaire. Il a obtenu le Prix des métiers d’art en 1998 catégorie Restauration et le Prix Heilbronn 2005 pour l’inventaire des sceaux du fonds des Chalon (Jura, coll. privée) et leur restauration. Son entreprise Scel Art a été labellisée Entreprise du patrimoine vivant en 2008. Il collabore avec le Centre Ernest-Babelon (Iramat-UMR 5060 CNRS-Orléans) sur l’étude des colorants des sceaux. De 2003 à 2007, il a procédé à l’étude radiologique des sceaux du XIIe siècle. Depuis 2007, ses recherches portent sur la fabrication et la fixation des sceaux plaqués entre le VIIIe et le XIe siècle. Il développe, par ailleurs, depuis 2008, des outils d’imagerie 3D appliqués à la sigillographie.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540