Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Matrices de sceaux : copies, imitations, faux ou pastiches

Dominique Delgrange

Texte intégral

  • 1 Le cas des sceaux ou cachets d’offices ou d’administrations, fort nombreux et produits en série à (...)
  • 2 La question des copies et des faux nous est apparue en examinant des ensembles de matrices de scea (...)

1Chaque matrice de sceau, outil servant à imprimer un type en relief sur un matériau malléable, est un objet original, unique, en principe1. Les collections publiques ou privées contiennent cependant des pièces qui s’avèrent être des copies, parfois des inventions ou pastiches2. Ces imitations se rencontrent également sur le marché des antiquités.

  • 3 Le 24 septembre 2008, à Drouot-Paris, un ensemble de plus de 380 matrices de sceaux (vente Libert) (...)

2Des pièces provenant d’anciennes collections apparaissent dans des catalogues de ventes, à la vitrine de magasins d’antiquités où l’authentique côtoie la copie3. Aujourd’hui, avec les sites de ventes en ligne, on voit de nombreux objets proposés à un public de plus en plus large. Des matrices de sceaux anciennes, souvent découvertes lors de fouilles au « détecteur », émergent dans les listes de vente, mais également des copies de matrices, sans aucune garantie pour l’acheteur éventuel. Offertes à l'achat par le système d’enchères sur « internet » ou en vente publique, les matrices de sceaux atteignent des prix de plus en plus élevés, même pour des types courants ou médiocres. Une copie moderne peut même être revendue avec profit.

3La fabrication de nombreuses copies mérite sans doute qu’on y prête attention, ne serait-ce que pour conférer un statut spécial à ces objets lorsqu'ils sont conservés dans les collections publiques. Mais quelle est l’ampleur de ce phénomène ?

  • 4 A. Lecoyde la Marche, les sceaux, Paris, 1889, p. 74-75 ; E. Boutaric, « Bulletin mensuel de l’Aca (...)
  • 5 Épigraphie du Pas-de-Calais, tome V, fasc. ibis, Laval, 1932, p. 315.

4En 1889, Albert Lecoy de La Marche reprend les remarques d’Edgard Boutaric et de Germain Demay et insiste sur le caractère frauduleux de la plupart des reproductions4. Dans les années 1930, Justin Deschamps de Pas et Roger Rodière rédigent les articles concernant Saint-Omer dans l'Epigraphie du Pas-de-Calais et attribuent à la Société de sphragistique, présidée par Arthur Forgeais, la responsabilité d’avoir « inondé […] les musées et les collections particulières […] de fâcheux surmoulages »5. Cependant, le phénomène des copies ne touchait pas que la France et les amateurs eux-mêmes, hors de l’activité de la Société de sphragistique, avaient été les premiers à faire circuler des reproductions.

  • 6 M. Pastoureau, Vrai ou faux, Copier, imiter, falsifier, catalogue d’exposition (Paris, Bibliothèqu (...)
  • 7 A. Martini, « Praesentes litteras fecimus sigilli nostri appensione muniri », dans R. L. Rosaia, M (...)
  • 8 John Cherry indique que : « There are many suspect or false matrices in the British Museum, but th (...)

5La collection de matrices de sceaux des Archives nationales comprend un certain nombre de copies et celle de la Bibliothèque nationale de France compterait, d’après Michel Pastoureau, environ 40 % de faux et copies6. Le catalogue des matrices des Archives générales du Royaume, à Bruxelles, publié par René Laurent, révèle un certain nombre de pastiches et quelques copies. Pour sa part, Aldo Martini avance la proportion de 50 % de copies pour environ 50 000 matrices repérées7. L’inventaire des matrices fausses ou imitées dans les collections publiques françaises reste encore à faire et, semble-t-il, également pour d’autres pays8.

6Comment reconnaître une copie ? Qu’est-ce qui caractérise un faux, sinon qu’il a été produit dans le but de tromper ? Certains faux ne deviennent-ils pas, à leur tour, des œuvres intéressantes et originales ? Pourquoi et depuis quand autant de copies ? Voilà autant de questions que soulève l’étude sigillographique. Certes, la plupart de ces reproductions ont été réalisées pour diffuser et faire circuler l’image d’objets à une époque où la photographie n’en était qu’à ses balbutiements, mais elles étaient aussi destinées à être possédées et montrées pour le plaisir, à la place d’un original, exactement comme pour une fonte artistique d’après Barye ou David d’Angers. Ainsi, nous avons essayé de classer les copies de matrices selon leur usage (tableau 1).

Fausses matrices anciennes, avant le xix e siècle

  • 9 F. Eygun (Sigillographie du Poitou, Poitiers, 1938, p. 77-81) fait connaître plusieurs cas à l’épo (...)
  • 10 John Cherry (lettre du 20 mars 2001) base son explication sur un article de Stuart Rigold : « Two (...)
  • 11 Tonnachy, Catalogue…, op. cit., no 752.

7La fabrication et l’usage de fausses matrices sont déjà signalés au Moyen Âge. Elles étaient utilisées comme des originaux, en apposant des empreintes de cire sur des documents contrefaits9. Cependant, on retrouve aussi parmi les anciennes matrices médiévales des exemplaires rigoureusement semblables, il ne s’agit pas dans ce cas de faux, mais de ce que John Cherry nomme « seal die known as banal type »10. Ce sont des matrices gravées à l’avance et destinées à une clientèle pressée ou peu sensible à l’originalité de l’objet. Deux matrices anglaises de petits « sceaux de chasse » tout à fait semblables et portant la légende « sohou », avec pour type un oiseau rapace fondant sur un lièvre, illustrent parfaitement cette pratique (ill. 1 et 2)11.

  • 12 Jean De Launay, pseudo baron, généalogiste et faussaire, cf. L. Galesloot, les frères De Launay, l (...)
  • 13 Jean De Launay fut condamné et exécuté à Tournai en mai 1687. Les Mémoires de Mathieu Moléédités p (...)

8Aux XVIe et XVIIe siècles, des faussaires ont fait graver, pour les besoins de leur activité, des copies exactes de matrices officielles. Ils donnaient ainsi à leurs productions un caractère encore plus authentique. On connaît l’histoire des frères Pierre-Albert et Jean de Launay qui n’hésitèrent pas à faire appel à des artisans graveurs et même aux tailleurs de sceaux officiels12. Cette pratique n’était pas sans risque et amenait régulièrement les escrocs sur le gibet13 !

  • 14 R. Laurent, Cl. Roelandt, Inventaire des collections de matrices de sceaux des Archives générales (...)
  • 15 La crédulité des amateurs est parfois étonnante. On se souvient des faux manuscrits historiques ve (...)

9Un autre type de faux anciens correspond aux pièces gravées, inventées de toutes pièces, constructions ou pastiches, restituant l’image présumée d’un sceau ancien ayant appartenu à un personnage historique14. Il s’agit dans ce cas d un objet de curiosité, une œuvre destinée à un cabinet de « raretés ». Néanmoins, la crédulité des amateurs et des collectionneurs n'avait pas plus de limite que l’audace déployée par les faussaires. Le pastiche le plus invraisemblable pouvait passer pour authentique15.

Les copies

  • 16 Toni Diederich (« Nachgravur, Umgravur, Nachschnitt und Neuschnitt », dans Dürener Geschitblätter,(...)
  • 17 Le prix atteint actuellement par les matrices est un indicateur. Une matrice médiévale d’un person (...)

10Le XIXe siècle a été friand de reproductions imitant les objets anciens : meubles, armures et armes médiévales étaient commandés par des amateurs. Les sceaux-matrices n’ont pas échappé pas à cette vague d’intérêt16. L’actuel engouement pour les matrices anciennes proposées par les antiquaires et les vendeurs, qui entraîne une hausse des prix, va peut-être relancer la fabrication artisanale de copies17.

  • 18 M. Pastoureau, les sceaux, (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36), Turnhout, 1981, p. (...)

11Dans les années 1850, en France, la Société de sphragistique d’Arthur Forgeais proposait à ses membres des copies de matrices de sceaux. Celles-ci étaient heureusement poinçonnées d’une marque « AF/SS » (Arthur Forgeais - Société de Sphragistique) ou « SSP » (Société de sphragistique, Paris), empêchant de les confondre avec des pièces originales18 (ill. 5). Les procédés photographiques n’étant qu’à leurs débuts, la circulation de copies moulées répondait certes à un besoin de communication et de circulation de l’information. La plupart des collections du XIXe siècle contiennent, dans une plus ou moins grande proportion, des surmoulages de sceaux ou des copies fournies par un autre collectionneur. Cependant, ces reproductions se sont répandu ensuite sur le marché des curiosités et antiquités avec d’autant plus de facilité qu’elles n’étaient pas marquées.

  • 19 Il s’agit de la matrice décrite par M. Pastoureau (voir ci-dessus, note 14)
  • 20 A. Hermand, « Notice historique sur Watten », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie (...)
  • 21 O. DeWree, Les sceaux des comtes de Flandre, Bruges, 1641, pl. 11.
  • 22 J. Chappee, Les sceaux du Cogner, Le Mans, 1940, no 9.

12Des érudits, dotés d’une aptitude à la mystification, ont-ils été alors les « inventeurs » de fausses matrices de sceaux ? En 1837, on découvre dans le canal situé près de Watten, dans le Nord, une matrice du sceau du comte de Flandre Philippe d’Alsace19. Cette pièce est aussitôt décrite par Alexandre Hermand qui croit y reconnaître une matrice originale20. En la comparant à la gravure ancienne publiée par Olivier De Wree21, il observe plusieurs différences qu’il explique par la détérioration de l’empreinte ayant servi de modèle à l’érudit du XVIIe siècle : tête de face, cheval au galop, umbo sur le bouclier, éperon. Le lieu de la pseudo-trouvaille, Watten, n’est pas anodin, il est situé sur un des itinéraires suivis par les comtes Thierry et Philippe d’Alsace. Cette matrice fut ensuite communiquée à Germain Demay par Albert Legrand à Saint-Omer, puis passa dans la collection de l’archéologue Victor Gay avant d’aboutir dans celle de Jean Chappée22. Il fallut attendre plusieurs années pour que le caractère suspect et la fraude a l’érudition soient détectés. Pourtant, la légende de la matrice prétendument découverte à Watten porte flandere alors que, sur les sceaux de Philippe d’Alsace, elle s’écrit flandrie. Avons-nous affaire ici au cas le plus ancien et le mieux documenté de fabrication d’un pastiche ou production d’une pseudo-matrice destinée à un public d’historiens ?

  • 23 A. W. Franks, « Compte-rendu des séances », Proceedings of the Society of Antiquaries, 1re série, (...)
  • 24 H. SyerCuming, « Forged matrices of ancient Seals », Journal of the British Archeological Associat (...)
  • 25 Bruxelles, Archives Générales du Royaume (désormais AGR), collection de matrices, 248. Laurent et (...)

13En Angleterre, dans les années 1850, on assiste à l’apparition de matrices de sceaux gravées dans la pierre de jais. Le modèle pour leur fabrication était fourni par la matrice d’Osbert de Hilton, déposée au Musée de Whitby23. L’intrépide imagination des faussaires anglais de l’époque a produit l’anneau sigillaire en plomb de l’impératrice Julia Mamaea († 235), ceux en pierre de jais des empereurs Constance Chlore († 306) et Magnus Maximus (383-388), le sceau équestre du roi Richard Ier d’Angleterre, avec la mention « Dieu et mon Droit ». Afin de rendre la « découverte » plus crédible, on a parfois ajouté des monnaies antiques qui, selon les indications des « inventeurs », auraient été mises au jour en même temps que les matrices. Ces sceaux sont aussitôt achetés par des amateurs abusés24. La matrice en ivoire du sceau de Dagobert, entrée dans les collections des Archives générales du Royaume à Bruxelles, relève vraisemblablement du même processus25.

  • 26 Cité par Laurent, Inventaire des collections de matrices…, op. cit., p. xiv.
  • 27 D. (peut-être J. J. Dugnoille), « Mélanges », Revue de numismatique belge, 3e série, IV, 1860, p.  (...)
  • 28 Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges, I/2, Bruxelles, 1993, p. 475.
  • 29 Ibidem, note 34.

14Le phénomène des imitations prit une telle importance, qu’en 1854 et en 1860, la Revue de numismatique belge avertissait ses lecteurs et les amateurs de sceaux anciens que les copies, souvent vendues comme vraies, étaient de plus en plus nombreuses. Afin de les faire passer pour des pièces originales, des officines n’hésitaient d’ailleurs pas à leur faire subir un traitement chimique pour leur donner une patine, un aspect ancien et authentique26. Un véritable commerce lucratif s’était développé, de nombreuses matrices venant alors enrichir les collections d’amateurs abusés. Le second avertissement, paru en 1860 dans la même revue belge, ne livre toujours pas de nom, l’auteur de l’article se bornant à mentionner « une officine bien connue »27. Le nom d’un auteur de matrices copiées a pu néanmoins être relevé dans la littérature sigillographique : Henri Gomand, « commis à la faïencerie Boch à Septfontaines-lez-Luxembourg » dans les années 1845 à 185328. Il exerçait ses talents de mouleur pour tirer des empreintes d’après les sceaux conservés dans les archives luxembourgeoises, restituant parfois les légendes ou des éléments manquants. Il réalisait aussi des reproductions de matrices de sceaux, non signées, non marquées, et de fait considérées comme des pièces authentiques par des antiquaires peu regardants. La confusion s’installe dès lors que ces objets sont publiés sans avertissement29.

  • 30 L’histoire de la collection de matrices d’Auguste Preux a été retracée par Marc Crucifix lors de l (...)
  • 31 Douai, AM, dossier 1S70/4 (ancienne cote « Bibliothèque » 1499/4) : journal des achats de matrices (...)
  • 32 G. Grange a fourni des moulages à Bosredon, l’auteur de la Sigillographie de l'Ancienne Auvergne, (...)
  • 33 Société savante du nord de la France fondée en 1853. Sous l’impulsion de son président Edmond de C (...)
  • 34 Paris, Archives nationales de France (désormais ANF), F. 4 029 et Matrice (Mat.) 992.

15Un commencement de liste indiquant des antiquaires, des « officines » et des artisans coutumiers de ces pratiques pourrait être établi à partir d’un document manuscrit datant de la même période. Il s’agit du journal du magistrat Auguste Preux (1822-1879). Cet érudit et collectionneur douaisien s’intéressait aux sceaux et aux matrices, tenant méticuleusement un journal de ses acquisitions, par achats ou échanges, et des pièces sorties. Les noms des vendeurs et des acquéreurs y étaient indiqués30. En regard de certains achats, Preux inscrivait le nombre de faux ou copies qui lui avaient été cédés dans un lot, parvenant parfois à rabattre le prix demandé par l’antiquaire. On y remarque plusieurs mentions de matrices douteuses : une galvanoplastie en 1878 dans la collection Gerardin de Sézanne, quatre faux achetés dans la vente Olivier à Bruxelles en décembre 1874, deux autres provenant d’une vente à Gand en juillet 1875. Les noms de marchands d’antiquités y apparaissent également : F. Barjot, 25 rue de la Pépinière à Paris, qui vend à Auguste Preux pour des sommes relativement élevées plusieurs matrices, qui aujourd’hui s’avèrent être des faux31 (20 à 100 francs-or) ; Lemestayer-Masselin à Paris. Enfin, un autre fournisseur de Preux, le numismate belge Van Peteghem, installé à Paris, lui signalera Grange, à Clermont-Ferrand, et Garapond, autre marchand, comme étant des fournisseurs de copies32. Dans cette liste, apparaît, également, le nom d’Henri Arnould-Detournay, archéologue et historien de la ville d’Estaires (Nord), membre, comme Preux et Forgeais, du Comité Flamand de France33. Cet érudit a laissé des copies de matrices, conservées aujourd’hui aux Archives nationales et dont certains originaux appartiennent à la collection Preux, à l’exemple du sceau de la ville de Merville (ill. 3)34.

  • 35 A. Preux, « Lettre à Monsieur Decoster… », Revue de numismatique belge, 3e série, 4, 1860, p. 331.
  • 36 A. Preux, « extrait des procès-verbaux, séance du 17 janvier 1870 », Bulletin de la Commission his (...)

16Preux était très attentif à la question des imitations. Ainsi, dans un article paru en 1860 dans la Revue de numismatique belge35, il nous confirme que des copies étaient bien destinées à un public d’amateurs. Ces reproductions « par le moulage […] pour de nouveaux confrères » concernaient médailles et sceaux anciens. Il ne s’agit donc pas de faux, au moins dans un premier temps, mais rien n’a pu empêcher que quelques années plus tard ces reproductions puissent être cédées comme authentiques, le vendeur préférant se taire et laisser croire à un original, et l’acheteur ne disposant pas de connaissances suffisantes pour déceler la supercherie. Preux renouvelle ses avertissements en 1870, auprès de ses collègues de la Commission historique du Nord, et confirme l’existence d’ateliers de faussaires à Paris et à Bruxelles, tout en demeurant aussi discret à propos des noms que l’auteur de l’article paru dix ans plus tôt dans la revue belge36. La méthode proposée par Preux pour distinguer le vrai de la copie ne repose que sur le coup d’œil et l’observation minutieuse, en particulier dans le cas des sceaux « très importants ». Que faut-il comprendre ici ? Le collectionneur évoque-t-il l’importance du sigillant plutôt que le format du sceau ? Encore que les dimensions du sceau vont de pair avec le rang social du commanditaire. Malgré toutes ces recommandations, Preux acheta quelques fausses matrices dans les lots fournis par l’antiquaire parisien F. Barjot et d’autres marchands. Cependant, la collection Preux contient également les originaux de matrices qui furent copiées et dont on peut retrouver des exemplaires conservés dans d’autres fonds ou apparaissant dans des ventes publiques (cf. tableau 2).

Fabrication des copies et des faux

Moulage

  • 37 Le « collyrion », résine composée à partir de poix, goudron, cristal en poudre, cire et mastic, se (...)
  • 38 Ewald, « Siegelmissbrauch », art. cit. p. 12.
  • 39 Pastoureau, les sceaux…, op. cit., p. 45.

17Des copies de matrices, réalisées par moulage, sont déjà mentionnées à l’époque romaine37. Au cours du Moyen Âge, les faussaires utilisent des moules réalisés à partir d’argile et de soufre38. Au XIXe siècle, les copies sont en général moulées d’après un original, matrice ou empreinte de sceau. Il s’ensuit un rétreint39 provoqué par la fonte selon le procédé de la cire perdue, pour un seul exemplaire, ou par le moulage, pour un tirage en série. Une légère diminution des dimensions ainsi qu’un affaiblissement des reliefs peuvent être alors observés. Les caractères des lettres n’offrent plus la même profondeur et les creux sont moins marqués que sur les originaux façonnés par le ciseau ou le poinçon du graveur.

Taille ou finition au burin

  • 40 Y. Metman, « La taille directe des sceaux-matrices. Heurs et malheurs des graveurs de sceaux », da (...)
  • 41 Galesloot, Les frères De Launay…, op. cit. : le faussaire Jean De Launay, condamne à mort par contu (...)
  • 42 Un agrandissement de la photographie montre que, contrairement à ce que Fourez avait observé, les (...)

18Les faussaires qui fabriquaient des faux documents apposaient sur ceux-ci des sceaux contrefaits afin de donner à l’ensemble toutes les caractéristiques du vrai. Les matrices qu’ils utilisaient étaient taillées au burin ou plus souvent retouchées au ciseau sur un modèle fondu d’après le moulage d’une empreinte originale40. Au XVIIe siècle, afin de donner plus d’authenticité à ses productions de faux actes, Jean de Launay avait fait réaliser des matrices contrefaites et en « grand nombre […] telles que celles des rois d’Espagne, d’Angleterre, du duc de Saxe, des villes de Londres, Bruxelles, Liège, Tournay, Lille & autres… »41. La plupart furent saisies avec ses registres et les faux documents, mais certaines pièces passèrent dans les mains de personnes privées et on connaît une matrice en laiton qui restitue le grand sceau de la ville de Tournai vers 138042. L’exécution de cette pièce (ill. 9) est remarquable, même si certains détails infimes ne concordent pas exactement et si le diamètre est inférieur de deux millimètres à celui de la matrice originale (75 mm). L’artisan travaillant pour le faussaire a reproduit l’original avec une telle habileté que des empreintes réalisées à partir de cet objet pouvaient aisément faire illusion.

  • 43 La matrice originale décrite aurait été vue par J. Rouyer, « Recherches historiques sur le Chapitr (...)
  • 44 A. Petit, « Histoire du monastère de Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois », Recueils des travaux de la (...)

19Les matrices destinées à satisfaire la curiosité des amateurs de sceaux du XIXe siècle sont souvent produites par le même procédé de la fonte retouchée au burin. Une copie de la matrice du chapitre de Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys, conservée dans la collection Preux, présente un listel circulaire séparant le type de la légende qui n’a pas été gravé profondément. Cette matrice provient certainement d’une cire ayant servi de moule, le tirage ayant été ensuite retouché43. Des copies du sceau de Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois (ill. 6, 7 et 8), portant la légende + sigillvm sancti arnvlfi. DeCrispeio et signalées dans la collection Auguste Preux (CPD 899) et par Demay (F 7 388 et N 3 002), montrent des différences qui expliquent leur réalisation. Un exemplaire appartenant, au milieu du XIXe siècle, à l’abbé Tournus, curé de Thorigny (Seine-et-Marne), avait été publié une première fois au début des années 1850, par la société de sphragistique d’Arthur Forgeais44. Cette pseudo-matrice est décrite comme étant en cuivre rouge, munie d’un appendice de préhension anormalement haut, avec anneau, son revers bombé comme les exemplaires du Musée de Rouen (N 3 002) et de la collection Preux. Les lettres « C » adoptent également une curieuse forme carrée. Ces copies ont probablement été réalisées par fonte, puis sur-gravées ; celle en cuivre rouge de l’abbé Tournus faisant partie du nombre. Cette curieuse petite série de copies montre une fois de plus que des copies de matrices étaient déjà réalisées avant les années 1850.

Galvanoplastie

20La technique de reproduction par électrolyse (procédé Ruolz-Christofle), mise au point dans les années 1840 et utilisée en particulier pour la dorure ou l’argenture, permettait la reproduction d’objets métalliques. Le métal transporté d’une électrode à l’autre et qui se dépose sur un moule « positif » en gutta-percha est pur, sans alliage. Le cuivre rouge est utilisé pour reproduire les matrices. La copie rend souvent un aspect granuleux, surtout lorsqu’on tente d’accélérer le processus. Si le dépôt de métal est pratiqué rapidement, sans trop de soin, on obtient en effet une surface inégale, couverte de « bulles ». Par ailleurs, la reproduction de l’appendice de préhension est assez compliquée à mettre en œuvre. Les matrices sortent donc du moule sans cet appendice, quelques traits de lime tirés au dos de la matrice permettront de faire croire que l’anneau ou la douille auraient été arasés !

Comment reconnaître une copie de matrice ?

La documentation existante

  • 45 La datation des matrices du sceau et du contre-sceau en argent (61 x 50 mm.), au type de saint Den (...)
  • 46 Diederich, Mittelalterliche Siegelstempel..op. cit., p. 122.

21La première démarche est de tenter de vérifier si le sceau original existe et s’il a été répertorié dans la littérature sigillographique45. La confrontation d’une empreinte ancienne sur un acte avec sa matrice n’est pas toujours facile, cependant les faussaires ont souvent travaillé d’après des cires originales46.

  • 47 Les inventaires des sceaux de Germain Demay (Flandre, Artois, Picardie, Normandie) mentionnent plu (...)

22Il faut d’abord tenter de repérer d’autres matrices, d’autres copies, ou mieux des empreintes, grâce, en particulier, aux répertoires et inventaires déjà publiés47. Nous présentons ici une esquisse de cette démarche (tableau 2). La comparaison des dimensions fournit également des indices, comme le diamètre mesuré dans la bordure pour les sceaux circulaires ou la largeur et la hauteur pour les sceaux en navette. Comme nous avons pu le constater à plusieurs reprises, la copie par moulage entraîne une diminution des cotes d’environ 3 % par rapport à l’original. Mais dans certains cas le rétrécissement paraît plus faible.

Le métal employé

  • 48 Grâce aux analyses spectrales pratiquées par le Bundesanstalt fur Materialprüfung in Berlin (Insti (...)
  • 49 Information de Jeanne Echinard (Beauvais, IRAP). Nous avons prolongé la discussion entamée sur ce (...)

23L’analyse physique du métal dans lequel la matrice a été réalisée permet de confirmer une datation et de lever des doutes. Les techniques de vérification des métaux demeurent d’une utilisation confidentielle. Ainsi, en Allemagne, Toni Diederich a fait procéder à une analyse en laboratoire d’un fragment de matrice48. L’opération a confirmé les suspicions qu’avait Wilhelm Ewald, en 1931, à propos de l’authenticité de la matrice du grand sceau de la ville de Cologne. Des nouveaux procédés doivent permettre une analyse spectrographique sans prélèvement de métal49.

  • 50 E. Theodore, « A propos des sceaux des filles de joie », Bulletin des procès-verbaux des séances d (...)

24La plupart des matrices de sceaux authentiques ont été fabriquées à partir d’un alliage cuivreux, généralement du laiton de couleur jaune. L’utilisation de cuivre rouge constitue un indice pour repérer certaines copies. Nous avons déjà abordé cet aspect avec le cas des pseudo-matrices du sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois. Emile Théodore avait décrit, en 1926, une petite matrice de sceau suspecte portant la légende : « Jehan il me arde »50. Cette pièce en cuivre, que nous avons eu en main, est munie d’une prise en forme de petit bouton sphérique en laiton jaune, fixé au dos par une soudure ou brasure, qui paraît très douteuse.

  • 51 Information communiquée par Jeanne Echinard (IRAP, juillet 2008).

25Par ailleurs, des procédés d’analyse scientifique permettant d’attribuer une date aux traces d’oxydation et aux effets de « patine » existent pour les objets provenant de fouille archéologiques mais ces techniques ne sont pas encore couramment employées51.

  • 52 V. Gay, Glossaire archéologique, Paris, 1928, 2, p. 334-335.
  • 53 T. Waldman, « Sigillum sancti Dionysi », art. cit.

26Les sceaux-matrices en argent sont rares. Les mentions d’archives qui les signalent sont plus courantes que les matrices encore conservées52 et l’authenticité de certaines de ces dernières est problématique53. Jusqu’au XVIIe siècle, période où l’exploitation des mines américaines apporta en grande quantité ce métal sur le marché européen et où sa valeur relative par rapport à l’or déclina, l’argent est un métal précieux qui est récupéré et fondu pour fabriquer d’autres objets de prestige. La survivance de matrices médiévales en argent (en vermeil ou en or), qui n’ont pas été détruites ni cancellées, ne s’explique que par les rares cas où le hasard a joué un rôle : perte ou oubli. Si elles n’avaient pas été saisies par les Confédérés suisses en 1476, les matrices des sceaux de Charles le Téméraire et de son demi-frère Antoine de Bourgogne auraient certainement disparu, fondues à la fin de leur période d’usage (changement de titulature, modification des armoiries ou du cimier, décès du personnage).

  • 54 Des éléments de littérature sigillographique ont paru dans les Procès-verbaux de la Commission dép (...)

27Les très rares matrices en argent datant d’avant le XVIIe siècle doivent donc être regardées avec une attention toute particulière. Le cas de la matrice du sceau de Gaillefontaine dans la collection Preux à Douai (CPD 760) fournit un bon exemple. En effectuant le travail d’inventaire de cette collection, nous avons recueilli une autre mention de cette matrice en argent, aux armes d’Orléans-Longueville. Elle est signalée par Germain Demay dans « sceaux de la Picardie » paru en 1875 d’après les moulages du sceau et du contre-sceau fournis par Mathon (P 838 et P 839). Faute de pouvoir procéder à une analyse métallurgique, nous avons dû nous satisfaire de nos observations. Bien que semblant être taillée avec précision, cette matrice nous paraissait douteuse. Les premiers indices dont nous disposions étaient fournis par l’examen visuel, un simple faisceau d’impressions. La prise ouvragée, en forme d’arceau rabattable, paraissait presque trop belle pour un sceau utilisé par un simple officier d’une vicomté. L’empreinte des Archives nationales, faite d’après la matrice communiquée par Mathon, ne montre pas de stries re-gravés sous la couronne. Pourquoi le contre-sceau aurait-il été séparé du sceau et pourquoi Mathon aurait cédé ces pièces après les avoir communiqué à Demay ? Nos impressions premières ont alors été confirmées par les communications et les publications présentant la découverte et le devenir de ces matrices54. La matrice en argent de la collection Preux est une copie bien faite. L’original, muni de sa chaîne et du contre-sceau, était déjà au Musée de Neufchâtel-en-Braye, lorsque Preux acheta la copie que l’antiquaire parisien F. Barjot lui présenta comme authentique !

Type et légende

  • 55 Diederich, Nachgravur, Umgravur…, op. cit., p. 204 : « so fehlt in dem modernen Nachschnitt diese c (...)

28Le type et la légende peuvent comporter des différences avec l’original. Le copieur a parfois dû réinterpréter les lacunes ou le relief écrasé d’un sceau endommagé. La comparaison des éléments du décor, des vêtements ou de la scène représentée avec des types originaux est particulièrement intéressante. Le faussaire n’a pas toujours traduit ou compris ce qu’il devait représenter. Les plis des vêtements, les montants des chaises, les fleurs dans les écoinçons, n’ont pas le « coup de patte » du tailleur de sceaux du Moyen Âge et les gestes des personnages sont parfois mal interprétés55.

Déformations

  • 56 Laurent, Roelandt, Inventaire des collections…, op. cit., no 909 : sceau de Jean, fils du comte de (...)

29Les copies tirées d’après une empreinte en cire traduisent fréquemment les déformations subies par le sceau original avant l’opération de moulage56. Le champ n’est pas souvent aussi lisse et aussi plan que celui d’une matrice originale pour laquelle le graveur a soigneusement poli la surface du métal recevant le type, avant de porter les coups de ciseaux. De plus le moulage provoque des bulles ou effets de « bouillon » au moment de la fonte. Les tirages réalisés par galvanoplastie sont souvent sans appendice de préhension et leur flan granuleux montre des petites aspérités visibles à la loupe.

Appendices de préhension

  • 57 Diederich, Mittelalterliche Siegelstempel, art. cit., p. 125.
  • 58 La matrice (copie) du sceau de l’Ordre des frères mineurs près la Curie romaine, (ancienne collect (...)
  • 59 Alors que la matrice originale du sceau de Tournai, taillée vers 1380, possède une prise décorée, (...)
  • 60 Il m’a été possible de confronter les sceaux à douille des villes d’Hasnon (CPD 758), Merville (CP (...)

30C’est l’observation de la prise ou appendice de préhension qui offre des indices immédiatement probants57 (pl. I-II). Le copieur ne disposant que de la face correspondant au type, livre une pièce dont la prise n’est pas restituée. Souvent, pour donner à la pièce failure d’une matrice pouvant servir, il invente une arête, une douille, un anneau. Cette prise inventée ne correspond pas aux habitudes et aux techniques de fabrication d’une époque ancienne58. Le faussaire, certainement pressé, n’a besoin que du type pour tirer des empreintes, il ne reconstitue pas avec exactitude les éléments de l’appendice de préhension59, ce qui l’obligerait à faire un moule plus compliqué et à passer plus de temps dans l’exécution. Le revendeur peu scrupuleux se contente du niveau de qualité admis habituellement par une clientèle peu regardante et ne souhaite pas que la pièce coûte trop cher à fabriquer. Quand il est possible de confronter la copie avec l’original, il apparaît immédiatement que les détails de fabrication et les défauts n’ont pas été reportés sur la copie60. Jusque vers la fin du XIIIe siècle les matrices sont munies d’un simple anneau fixé déporté sur le haut du type, cet anneau est décalé sur le dos, posé sur une arête vers la fin du XIIIe siècle. Les prises en forme de corolle ou de balustre apparaissent au cours du XIVe siècle, employées surtout sur les sceaux de petit et de moyen format. Dans les dernières années du XVe siècle, on utilise parfois une plaque adoptant la forme d’une demi-lune repliable, montée sur une charnière. Les douilles de matrices destinées à produire des cachets, à partir du XVIe siècle, d’abord assez massives, suivent une évolution qui amène à l'amincissement de la section et du diamètre du manche. Enfin, certaines imitations ont été remontées sur des anciennes prises. Dans ce cas, la superposition des deux éléments est assez visible, l’opération ayant généralement laissé des traces de soudure.

  • 61 Grâce à la collection de matrices d’Auguste Preux (1200 pièces), nous pouvons avoir un bon aperçu (...)
  • 62 François Eygun, Sigillographie…, op. cit.

31Les « prises » des matrices de sceaux, c’est-à-dire les anneaux de suspension, les appendices de préhension, les arêtes dorsales et les manches, méritent donc un examen attentif. Leurs caractéristiques, une fois répertoriées, offriront des renseignements autorisant la datation, même approximative, ainsi que des indices permettant de distinguer les copies des pièces authentiques. Les matrices ont été conservées ou sont retrouvées hors de leur contexte et séparées depuis longtemps des documents quelles ont servi à sceller. Ce sont souvent des objets « orphelins ». Il ne sera possible d’établir une typologie exacte, permettant des datations précises, que lorsqu’une vaste série de matrices aura pu être rapprochée des empreintes. Cela annonce un travail de longue haleine. En passant en revue les familles de prises rencontrées, en classant la collection de matrices d’Auguste Preux61, en observant plusieurs matrices aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale de France, aux Archives générales du Royaume à Bruxelles ou dans diverses collections privées, il est possible d’ajouter de nouvelles mentions aux indications de François Eygun62 et proposées par le Vocabulaire international de la sigillographie, indiquées ici par l’abréviation (VIS).

32Durant ce que l’on pourrait appeler la première période d’utilisation de la matrice de sceau métallique en Europe occidentale, vers le XIIe siècle, on utilise des matrices plates (VIS 125, Eygun, p. 38, ill. II), de forme ronde (pl. I, no 1), ou « ogivale - pointue ou cornue », (pl. I, no 2), en forme de « navette », munies d’un anneau fixé sur le côté, l’axe du trou parallèle au plan de la matrice. Cet appendice est destiné à faire passer une chaînette ou un lacet permettant de porter la matrice sur soi ou à la tenir dans une bourse de transport ou de rangement. L’anneau sert également de prise, facilitant le décollage de la matrice de l’empreinte en cire. La marque de la base de l’anneau, enfoncée dans la cire, en forme une « gouttière », se remarque sur les sceaux de cette période.

  • 63 Observation faite par Monsieur le docteur Michel Toulemont, membre de la Société française d’héral (...)
  • 64 Voir deux matrices de ce type dans A. Blanchet, collection sigillographique de Mrs. Gustave Schlum (...)

33Au cours de la période suivante, au XIIIe siècle, l’anneau de suspension est déplacé et posé sur le dos de la matrice, en haut du type (pl. I, no 3). La marque faite par l’écrasement de l’anneau ne se voit d’ailleurs plus sur les empreintes. Il est possible alors de détacher la matrice de la cire en pinçant l’anneau entre le pouce et l’index. Le Vocabulaire international de la sigillographie ne fait pas de distinction avec la catégorie précédente. Avant le milieu du XIIIe siècle, l’anneau est fixé sur un renfort, une arête dorsale (pl. I, no 4) traversant diamétralement la matrice (VIS 144). Cette disposition se retrouve sur les sceaux de petit format comme sur les plus larges63. Le dos de la matrice ne porte pas d’autre élément que l’arête et l’anneau. Cependant certains sceaux italiens possèdent un décor en relief montrant des rameaux ou des feuilles (pl. I, no 5)64.

34Plus rares sont les matrices de sceaux bifaces munies de tenons et œillets (VIS 126), les matrices divisées (VIS 129) et les matrices composées (VIS 130). Il faut peut-être considérer avec une certaine prudence les matrices bifaces semblant dater du XIIIe siècle, car elle ne semblent pas correspondre aux techniques employées alors pour sceller.

35Les matrices doubles (pl. I, no 6 ; VIS 132 ; Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Médailles, MMA 23) portent les types d’un sceau et d’un contre-sceau, gravés dans le métal aux deux extrémités d un manche. Elles se rencontrent plus fréquemment que les matrices divisées et composées. Les plus anciennes datent peut-être du milieu du XIVe siècle. Plus tard, les deux matrices sont placées sur un manche en bois tourné, de section plus mince (pl. I, no 7).

36A partir de la fin du XIIIe siècle, un nouveau type de prise est utilisé, apportant une nouvelle solution aux opérations de détachement de l’empreinte. L’anneau est placé au sommet d’un appendice en forme de corolle, conique ou pyramidale, à six ou huit pans (pl. I, no 8 ; VIS, 127 ; Eygun, XX-XIVe siècle). Ce changement de forme permet de décorer les côtés de la pyramide, par des traits gravés ou des bourrelets saillants et de placer l’anneau sur un polylobe ajouré tout à fait dans le goût des ornementations gothiques (pl. I, no 9 ; Eygun, XXXIII-XVe siècle). Des réalisations plus sobres, souvent terminées par un triangle, un trèfle percé (pl. I, no 10) ou un losange (pl. I, no 11) qui remplacent le polylobe, paraissent plus tardives et dater du XVIe siècle.

  • 65 A. Guesnon, Sigillographie de la ville d’Arras, Paris-Arras, 1865, no 347, p. 47, pl. XXX, no 4bis(...)

37Les matrices de moyen format, d’un diamètre supérieur à trente millimètres, portent encore une arête dorsale et le décor en est assez soigné (Pl. I, nos 12-13 ; Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Médailles, MMA 67 et 24). Vers le début du XVIe siècle, les appendices de préhension sont fabriqués de manière assez rudimentaire : la corolle, l’arête ou l’équerre ne portent plus aucun décor, preuve que l’on accorde souvent plus d’importance au type gravé sur le flan qu'au décor de la prise (pl. I, no 14 ; Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Médailles, MMA46, matrice portant la date 1514). Les appendices de préhension qu’il est possible de classer dans la catégorie des « balustres plates » (pl. I, no 15) ou les pattes taillées à l’équerre au dos de la matrice semblent apparaître sur les matrices rondes au XVIe siècle et continuer au siècle suivant. Les prises ou appendices en forme de « bouton », avec leur anneau grossièrement réalisé, correspondent encore à la même large période d’utilisation (pl. I, no 16). Une de ces matrices « bouton » à anneau a servi à sceller un document à Arras en 1696 (CPD 257)65.

38C’est du milieu du XVe siècle que semblent dater les premières matrices à prise repliable (pl. I, no 17 ; VIS 144b). Une plaquette en forme de demi-lune, percée et fixée au dos de la matrice par une charnière, peut se rabattre sur un côté. Ainsi, la matrice n’offre plus cette partie saillante pouvant être gênante ou fragile lorsqu’on la porte sur soi. La demi-lune repliable est dotée d’un trou ou d’un anneau, permettant le passage d’un lacet ou d’une chaînette. Elle porte parfois un décor gravé ou ajouré, rarement en relief. Les appendices de préhension des matrices destinées à des personnages de haut rang sont fabriquées avec un souci du détail et avec grande minutie. Ces objets sont très rares et peu d’exemplaires ont été conservés. La matrice du sceau d’Antoine, grand-bâtard de Bourgogne conservé au Landesmuseum de Zurich constitue un des meilleurs exemples (pl. I, no 18).

39Vers la fin du XVe siècle, apparaît un nouveau mode d’utilisation des sceaux. L’empreinte en relief est portée sur du papier humide, avant d’être posée sur la cire. Cette technique, le cachet, entraîne un retour au sceau plaqué, elle est utilisée pour authentifier un document et fermer les plis. Il est nécessaire d’exercer une pression plus forte pour bien marquer le type sur le support. On remarque, d’ailleurs, en examinant les documents du XVIe siècle que cette opération est délicate et de nombreuses empreintes de cachets sur papier sont souvent mal marquées, floues ou tréflées. Ces matrices sont lourdes, elles sont réalisées en métal tourné : l’une des extrémités porte le type en creux et l’autre est constituée par une large poignée (pl. I, no 19) destinée à être bien tenue dans le creux de la main, afin d’imprimer avec force. Dans la collection Preux, des matrices de type héraldique de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe sont munies de ces manches massifs, du même métal que le type (CPD 133).

40C’est peut-être au cours du XVIIe siècle que le manche en métal va céder la place au manche en bois tourné fixé dans une douille cylindrique portant le type gravé (VIS 151). D’abord assez lourde et massive (pl. I, no 20), la prise en bois s’affine et le diamètre de la douille, posée sur un flan débordant, se rétrécit pour adopter, au début du XIXe siècle, la forme plus étroite d’une base de colonnette élancée. Ces « cachets » sont de format réduit pour les cachets de particuliers, un peu plus large et munis d’un manche plus fort et rustique pour les cachets et sceaux d’administration, ceux-ci étant destinés à une utilisation plus intensive.

41On peut remarquer, dans la collection Preux, un ancien sceau en forme de navette, datant probablement du XIIIe siècle (CPD 434), sur lequel un manche de bois, en forme de fémur, a été fixé anciennement (pl. I, no 21). Cet assemblage répondait certainement à l’usage du « cachet » et permettait d’appliquer l’empreinte avec plus de force et éviter de frapper la matrice, ce qui aurait provoqué des fentes ou un éclatement du métal.

42Dans certains cas la douille est remplacée par une soie pointue emmanchée dans une poignée en bois (VIS 150). Ce mode de fixation est utilisé pour les « fers » servant à imprimer le décor des plats de reliures, mais pas uniquement (pl. I, no 22).

43Des matrices de cachets « germaniques » provenant d’Allemagne, de Suisse ou du nord des Pays-Bas, souvent destinées à produire des empreintes de petit format (de 10 à moins de 30 mm.), sont également produites à partir d’une même pièce de métal pour la partie supportant le type et pour le manche. Les matrices de cette catégorie étaient encore employées au début du XXe siècle en Allemagne (pl. I, no 23).

44La matrice de cachet est un objet personnel, porté constamment par son utilisateur, quelquefois sur une bague. Celles de cette catégorie, dans la collection Preux, montrent des chiffres marchands pour type. La « châtelaine », petit bijou ou pendentif réalisé en métal précieux, argent ou or, apparaît vers la fin du XVIIe siècle et les arceaux qui forment la prise suivent les tendances des modes : « régence », « rocaille » puis « Louis XVI » (pl. I, no 24, 25). La collection Preux possède plusieurs « châtelaines » au décor héraldique provenant certainement du même atelier (CPD 87, 95 et 320). Elles ont été achetées chez le même fournisseur, Édouard, brocanteur à Arras, et sont gravées sur la même base de prise, une lyre, dans le goût de la fin du XVIIIe siècle. Le travail de taille et le dessin des écus et des meubles ne sont ni très élégants ni très précis et apparaissent comme ayant été réalisés par la même main.

45La matrice biface ou triface (VIS 131) est une variante de la châtelaine. Un arceau décoré, en forme d’étrier, porte un axe sur lequel tourne le bloc à deux ou à trois faces (pl. I, no 26). Un petit verrou bloque la matrice sur un des trois types pendant l’opération d’écrasement de la cire. Ces matrices à plusieurs faces, datant le plus souvent du XVIIIe siècle, portent un décor d’armoiries simples ou aux écus d’alliance, plus tard une devise ou un emblème.

46La collection Preux révèle d’autres formes de supports pour les matrices de sceaux et de cachets, des bagues au chaton gravé avec des emblèmes personnels ou des marques de marchands (pl. I, no 27) et plusieurs curiosités : la matrice ancienne, du XIVe siècle posée sur un manche en bois, évoquée plus haut, une matrice gravée sur l’extrémité plate d’un sifflet de chasse en argent (CPD 737, pl. I, no 28), une matrice gravée sur un porte-mine en acier (CPD 463), sur des étuis à cire (CPD 461, 462, 471). Une autre matrice en forme de corolle révèle une technique de fabrication. Il s’agit du sceau d’un simple particulier, Jan Desobry (CPD 951). La base de cette pièce est creuse (pl. I, no 29), le type est gravé sur le flan, une simple rondelle métallique a été sertie dans la prise, deux trous provoqués par la corrosion, dans le type et dans le cône, laissent voir une cavité. Ainsi, on peut croire qu’un artisan pouvait graver à plat, plus rapidement ou plus facilement avant de l’enchâsser dans la prise ? S’agit-il du sceau destiné à un client pressé, peu regardant ou peu fortuné ?

  • 66 Douai, AM, Ms. 1S/70, Journal des achats d'Auguste Preux.

47La plupart des matrices de sceaux conservées dans des collections sont intactes, si on admet que l’absence du manche en bois des matrices à douille n’affecte pas l’état de la pièce. Cependant, on rencontre assez souvent des appendices de préhension mutilés, des anneaux brisés, des colonnettes cassées, les charnières arrachées, les douilles ou les balustres parfois sciées ou limées. Les traces de soudure d’une ancienne douille ou les coups de lime ayant fait disparaître l’arête dorsale subsistent souvent au dos de la matrice. Ces pièces sont à coup sûr entrées en l’état dans les collections ; les amateurs et érudits accordant plus d’importance au type du sceau qu’à l’état de conservation de la matrice. Les prix payés par Auguste Preux pour acquérir des nouvelles pièces sont la preuve qu’il donnait la même valeur aux objets abîmés ou intacts66.

  • 67 Diederich, Mittelalterliches Siegelstempel, art. cit., p. 125 : « Ein wichtiges Kriterium ist die B (...)
  • 68 Deux pièces considérées comme authentiques par Preux (CPD 926 et 899) se révèlent fausses, car ell (...)

48Il faut examiner avec plus d’attention les matrices ne portant pas les marques d’une ancienne monture, manche ou prise. L’ancien appendice a pu être limé avec soin, par exemple pour entrer plus facilement dans les tiroirs d’un médailler ou pour être présenté dans un cadre. Néanmoins, une matrice sans traces au dos est souvent une copie obtenue par fonte ou par galvanoplastie sur laquelle on s’est contenté de reproduire le type, sans se préoccuper de la prise. Les artisans ou les faussaires qui créent une matrice en creux, à partir d’une empreinte en cire, ne connaissent pas les caractéristiques de la prise. Ils inventent donc une forme qui ne concorde généralement pas avec la période, le type et l’utilisation du sceau original67. Ainsi, l’arête placée sur le dos de la matrice copiée est souvent trop fine, parfois soudée et non taillée dans la masse. Certains anneaux sont posés à plat alors que, sur les matrices anciennes, il est à l’équerre par rapport au flan68. Il arrive également que l’on emploie le cuivre pour fabriquer les copies de matrices médiévales au lieu du laiton, mais également que le fabriquant de la copie ou l’antiquaire qui en fait négoce porte des coups destinés à cacher les défauts de fonte ou à « faire ancien », perçant l’arête dorsale de plus de trous qu’il n’en faut pour passer un lacet, un seul suffit ! La prise en compte des moindres détails de fabrication de la prise s ajoute aux remarques que l’on peut faire en notant les défauts de fonte, la mollesse du dessin ou la mesure du rétreint provoqué lors de la fonte pour diagnostiquer une copie.

  • 69 La copie de la matrice est en cuivre rouge, recouverte d’une patine factice, sans la marque en for (...)

49Si ce sont les sceaux de grand format, d’une dimension supérieure à 40 millimètres, qui ont surtout attiré les fabricants de copies, on peut remarquer que des matrices de taille réduite ou de personnages inconnus ont également donné lieu à des contrefaçons. La fausse matrice d’Estienne Maictre, conservée au Musée du Berry à Bourges69 (ill. 10-11) et celle de Renaud de Créquy (CPD 512 et lot no 384 de la vente Libert à Paris-Drouot, 24 septembre 2008) illustrent bien cette question.

50En guise de conclusion et pour résumer notre propos, il apparaît que les copies de matrices de sceaux se présentent à nous selon trois catégories :

51Les matrices dont le caractère copié est facilement décelable. Dans ce cas, une ou deux « irrégularités » sont immédiatement observées : le type reproduit sans soin, les bouillons de fonte, la prise « aberrante », de forme moderne, mal fabriquée ou soudée au dos, le métal non conforme, la patine artificielle ou récente.

52Viennent ensuite les pièces qui demandent un examen très attentif et le recoupement de plusieurs observations, car le travail du copieur a été plus soigné, prenant la peine de réaliser la prise avec plus de soin, en particulier en retaillant au burin la légende et le type.

53Enfin certaines matrices demeurent problématiques, les avis des experts étant partagés. Faute de documentation rétablissant avec précision l'histoire et la localisation de l’original ou de résultats précis d’analyses de l’oxydation, de la composition du métal, la question est difficile à résoudre.

Tableau 1. Authentique, copie, pastiche, faux ?
(Essai de classement des matrices pour sceaux et cachets selon leur usage et leur mode de fabrication)

Classement

Période

Mode de reproduction

Usage

Utilisateurs

Original, « matrice originale ».

Taille directe

Apposer un sceau

Sigillants

Sceau banal, fabriqué en nombre

Moyen Âge

Fonte et taille directe

Apposer un sceau

Sigillants pressés ou peur regardants

Originaux « en série »

Depuis le XVIe s.

A partir d'un coin- maître

Sceller un document

Offices, communautés

Copie – « Nachschnitt »

Moyen Âge et période moderne

Taille directe, dessin inspiré d'un type ancien

Apposer un sceau, remplacer un exemplaire usé ou disparu

Communautés

Imitation

XIXe s

Fonte, puis taille directe

Objet reproduit avec réalisme

Collectionneurs

Reproduction

XIXe s

Moulage ou galvanoplastie, tirage en série (VIS 115)

Communication du type, essai d'atelier

Érudits, spécialistes, collectionneurs, amateurs

Pastiche

XIXe- XXe s

Moulage, puis Gravure (VIS 114)

Création d'un objet « ancien » n'ayant jamais existé

Collectionneur, curieux, amateurs

Fausse matrice moulée

Antiquité, moyen Âge, époque moderne

Moulage dans une résine ou un plâtre à partir d'une empreinte

Fabriquer des empreintes pour les apposer sur des documents contrefaits

Faussaires

Fausse matrice

Moyen Âge, XVIe s. et XVIIe s.

Fonte puis taille directe (VIS 113)

Utiliser des matrice contrefaites pour sceller, donnant toutes les apparences de l'authentique à des documents faux

Faussaires

Faux

XIXe et XXe s

Fonte, retouches gravées (VIS 113)

Revendre un objet avec profit en le faisant passer pour authentique

Marchands

1. « Nachschnitt » ou « gravure postérieure » selon Diederich.
2. Ces deux types de faux se distinguent par leur mode de fabrication et la matière utilisée.

Tableau 2. Copies et originaux : quelques exemples

Copies repérées

Originaux

Jean, fils du co1me de Bar

AGR 440 ; Lille. Collection privée ;
ANF. Mat. 353 (XIXe s.)

Imitations d'après une empreinte en cire.
Original, fin du XIIIe siècle

Morchipont (sceau échevinal)

Collection Justin de Pas,
Coll. Dr J. Gros, Boulogne.
Coll. Privée, Lille.
Paris, Vente Libert, 2008, lot 85.

Original : CPD 762

Gaillefontaine

CPD 760. matrice du sceau aux causes (sans contre- sceau).

CPD 838, conservé avec sa chaine et la matrice du contresceau.

Sceau du secret de Charles, duc de Bourgogne : (1467-1477

CPD

Original aux archives de la ville de Lucerne.

Étienne Maictre

Bourges, Musée du Berry

CPD 568

Montroeul-sur-la-Hayne, en Belgique (F, 4039)

AGR no 139 (ex BR 935)

CPD 1012 et F 4039

Hôpital Saint Nicolas de Montreuil-sur-Mer

Plusieurs copies connues, l'une d'entre elles venant de passer en vente à Paris, catalogue Libert, 2008, lot 223

Original CPD 755 et F 7560.

Hasnon, échevinage

ANF, deux exemplaires. Mat. 359 et 991

CPD 758 et F 3970-71

Abbaye de Saint-Arnould à Crépy-en-Valois

CPD 899 et F 7388, N 3002 ; plusieurs copies connues dont une au Musée des Antiquités de Rouen (N 3002)

Matrice originale non retrouvée. Les copies semblent avoir été fabriquées à partir d'une empreinte en cire, D 9397

Tournai, échevinage

Imitation faite pour Jean De Launay († 1687), aujourd'hui dans une collection privée.

Original en argent de la fin XIVe siècle, conservé à Tournai

Concordat de 1516 (Léon X et François Ier)

CPD 782. Plusieurs variantes de ce pastiche sont connues (BNF, Cabinet des Médailles ; AN, S 5926, 5882 ; Musée du Louvre collection Revoli ; AGR no 801)

Plusieurs pastiches ou inventions, l'original est une bulle.

Robin Le Mahieu

CPD 926 et F 7650, collection du Musée de Boulogne-sur-Mer

Pastiche, type même de la matrice « forgée » (VIS 114)

Ste Anne et St Joachim

CPD 122

AGR 612

Tournai, St Nicolas

CPD 253

AGR, BR 370

Antoine, grand bâtard Bourgogne, après 1456

Plusieurs copies repérées : Amiens, Musée de Picardie, no 40 ; Collection du Dr J. Gros à Boulogne-sur-Mer ; Berry (Gandilhon, Inventaire des sceaux-matrices…, op. cit., p. 9, no 15) et Paris, vente Libert, 2008, lot 216.

Zurich, Antoine, Landesmuseum, original en vermeil, DEP 400 – COL. 3254.

Renaud de Créquy

CPO 512. Autre copie, Paris, vente Libert, 2008, lot 384.

sceau de Béziers utilisé en 1303 ? (BEDOS, « corpus des sceaux… des villes », no 125)

ANF. collection de matrices Mat. 846 et 1193

Dijon, premier grand sceau, BEDOS, no 244.

ANF, collection de matrices. Mat. 845

BNF, Cabinet des médailles ?

Planche I. Types de prises ou appendices de préhension

Planche I. Types de prises ou appendices de préhension

Planche II. Copies de matrices, prises ou appendices de préhension typiques Tentative de classement du plus simple (1) au plus élaboré (7). Dans la plupart des cas la prise ne concorde pas avec le style du type.

1. Absence de prise : on pourrait croire que la prise a été limée, arasée.
2. Picot ou “téton” avec arête : à quoi peut servir ce type de montage ?
3. Arête “aberrante” : la cornière ne correspond pas à “l’ergonomie” des matrices.
4. Arête et anneau, percé ou plein et “fer à repasser” : souvent en désaccord avec le style du type.
5. Douille : des défauts de fonte ou de montage sont à rechercher.
6. Charnière : parfois inopérante.
7. Re-création d’une prise : plus difficile à détecter, mais ici encore la prise est en désaccord avec le type.

Illustrations

Ill.1 et 2 - Deux matrices au même type banal, « de chasse » (Angleterre, XIVe siècle).
1. d’après Tonnachy, Catalogue of Seal Dies, no 752
2. Collection particulière, Lille.
Même légende, cri « sohou », et même motif, un rapace serrant un lièvre dans ses griffes.

Ill. 3 et 4 - Matrice de sceau de la ville de Merville, Original, Douai, collection Preux (CPD 964). La douille (Ill. 4) est percée pour permettre le passage d’une clavette, la matrice porte encore des traces de dorure. Ces détails ne se retrouvent pas sur la copie, moulage au relief affaibli, avec douille, provenant d’Henry Arnould Detournay
(Paris, ANF, collection de matrices, Mat. 992).

Ill. 5 - Matrices marquées du poinçon « A. F. ». Poinçon signalant les productions de la « Société de sphragistique »
d’Arthur Forgeais. Milieu du XIXe siècle (Paris, ANF, service des sceaux, collection de matrices).

Ill. 6-6 bis et 7 - Trois matrices contrefaites du sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois, 6-6bis.
Douai, collection Preux, (CPD 899) ; Musée de Rouen (N, 3002). Types regravés à partir d’une empreinte originale (sc/D 9397, appendue à un acte daté de 1315). Les matrices sont en cuivre rouge, la forme de Panneau est inhabituelle, les légendes et la représentation de l’abbé assis ont été regravées. L’anneau montre bien que ces copies sortent du même moule malgré quelques différences dans la gravure (absence de manipule sur le bras à la main bénissante).

Ill. 8 - Gravure du sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois.
d’après une publication de la Société de sphragistique d’Arthur Forgeais (1854, tome III, 1854-55, p. 216).

Ill. 8bis - Sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois.
moulage (sc/D 9397) d’après l’empreinte de 1315.

Ill. 9 - Matrice contrefaite du sceau de l’échevinage de Tournai, réalisée pour le faussaire Jean de Launay vers 1670.
collection particulière.

Ill. 10 - Matrice originale de sceau d’Étienne Maictre.
(Douai, collection Preux, CPD 568).

Ill. 10bis - Matrice originale de sceau d’Étienne Maictre.
(Douai, collection Preux, CPD 568), détail montrant la marque poinçonnée sur le rebord, indiquant le haut de la matrice.

Ill. 11 - Copie de la matrice d’Étienne Maictre.
Ø 31 mm. (Musée du Berry à Bourges, inv. 1865-306-0018, Don Descolombiers).

Notes

1 Le cas des sceaux ou cachets d’offices ou d’administrations, fort nombreux et produits en série à partir du XVIIe siècle, ne relève pas du phénomène de la copie, il en va de même des matrices « banales » datant du bas Moyen Âge, voir aux notes 10 et 11. Le vocabulaire international de la sigillographie (Rome, 1990, p. 102-103) fait la distinction entre les matrices fausses (112), les matrices forgées (113) et les matrices surmoulées (115).

2 La question des copies et des faux nous est apparue en examinant des ensembles de matrices de sceaux dans plusieurs collections publiques et privées et plus particulièrement en effectuant l’inventaire de la collection donnée par Auguste Preux († 1879) à Douai, sa ville natale (voir notes 30-31). Pour leur aide précieuse apportée dans le cadre de cette étude, nos plus vifs remerciements à : Pascale Breemersch (Douai, Archives municipales, directrice), Ines Villela-Petit (Paris, Cabinet des Médailles), Jeanne Echinard (Beauvais, IRAP), Laurence Lyncée (Rouen, Musée des Antiquités), Béatrice de Chancel et Jehan-Louis Roche (Bourges, Musée du Berry), Vincent Doom (Archives départementales de l’Eure, directeur), Jean-Luc Chassel (Paris, Société française d’héraldique et de sigillographie), Clément Blanc (Paris, Archives Nationales, Service des sceaux), John Cherry (Londres, British Museum, Conservateur honoraire), Marc Gil (Université Lille 3), Marc Libert (Bruxelles, Archives Générales du Royaume), Christophe Maneuvrier, (Université de Caen), Michel Tomasek, Dr Michel Toulemont (Sauxillanges), Dr Hartmut Zoche (Fribourg-en-Brisgau), Jean-Paul Ghoris (Lille) et Claude Roelandt (Bruxelles).

3 Le 24 septembre 2008, à Drouot-Paris, un ensemble de plus de 380 matrices de sceaux (vente Libert), contenant plusieurs imitations ou faux, a été proposé à la vente. Certains exemplaires sont immédiatement reconnaissables et les plus beaux « faux » ont atteint les plus hauts prix !

4 A. Lecoyde la Marche, les sceaux, Paris, 1889, p. 74-75 ; E. Boutaric, « Bulletin mensuel de l’Académie des inscriptions et des lettres et de la société des Antiquaires de France, janvier 1861, p. 169.

5 Épigraphie du Pas-de-Calais, tome V, fasc. ibis, Laval, 1932, p. 315.

6 M. Pastoureau, Vrai ou faux, Copier, imiter, falsifier, catalogue d’exposition (Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Médailles), Paris, 1988. L’inventaire de cette collection demeure à établir.

7 A. Martini, « Praesentes litteras fecimus sigilli nostri appensione muniri », dans R. L. Rosaia, M. Ratti, E. Capellini et alii, Les sceaux, empreintes du pouvoir Paris, 2001, p. 48.

8 John Cherry indique que : « There are many suspect or false matrices in the British Museum, but there is no list of them or publication. There is also very little published on false matrices apart from the note in Tonnochy that you already know » (échange de renseignements avec l’auteur).

9 F. Eygun (Sigillographie du Poitou, Poitiers, 1938, p. 77-81) fait connaître plusieurs cas à l’époque médiévale. Un registre aux rémissions du XIVe siècle (Lille, Archives départementales du Nord (désormais AD 59), cote B 1681, f. 110 v, décembre 1392) signale le cas de Guillaume De Le Horst, dit Lallemant, chevalier, condamné à la prison pour avoir fait « faire un scel escartelé des armes de Bourgoigne » ; A. B. Tonnochy (Catalogue of British Seal-dies in the British Museum, Londres, 1952, p. xlv) mentionne plusieurs affaires de contrefaçons de matrices de sceaux en Angleterre (Londres, Durham, etc), en 1176, 1307. Toni Diederich (« Mittelalterliche Siegelstempel des Rheinlandes… », dans Middelarderlige seglstamper i Norden, Rosklide (DK), 2002, p. 117, p. 124 et suivantes) expose plusieurs cas de copies et falsifications de matrices de sceaux.

10 John Cherry (lettre du 20 mars 2001) base son explication sur un article de Stuart Rigold : « Two common species of médieval seal matrix », Antiquaries Journal, no 77, Londres, 1977, p. 324-328.

11 Tonnachy, Catalogue…, op. cit., no 752.

12 Jean De Launay, pseudo baron, généalogiste et faussaire, cf. L. Galesloot, les frères De Launay, l’histoire de leurs procès…, Bruxelles, 1868, et plus récemment, P. de Ghellinck-Vaernewyck, DU danger d’être faussaire au XVIIe siècle, Publications de la Société royale d’histoire et d’archéologie de Tournai, I, 1984. Voir également nos articles dans Votre généalogie, nos13-15 (juin-novembre 2006). Au milieu du XVIIe siècle, à Bruxelles, les faussaires Pierre et Jean De Launay ont fait graver des matrices contrefaites, en particulier par le tailleur de sceaux « officiel » J. Caluwart (cf. Galesloot, op. cit., p. 74 et p. 97).

13 Jean De Launay fut condamné et exécuté à Tournai en mai 1687. Les Mémoires de Mathieu Moléédités par A. Champollion-Figeac (Paris, 1856, p. 300), signalent le procès d’un certain Manchon, auteur de faux sceaux, jugé à Paris. A. Chassant et F. Delbarre, Dictionnaire de sigillographie pratique…, Paris, 1860, p. 93, citent le cas de Larondelle et son complice, pendus le 11 juillet 1584 à Paris, devant l’hôtel de Bourbon, pour avoir gravé et utilisé de fausses matrices de sceaux de la Chancellerie du roi, abusant même le chancelier et les secrétaires d’Etat.

14 R. Laurent, Cl. Roelandt, Inventaire des collections de matrices de sceaux des Archives générales du Royaume et de la Bibliothèque royale, Bruxelles, 1997 : no 1, Sceau de Dagobert, roi des Francs (en ivoire) ; no 122, Magistrat de Saint-Pierre de Maestricht (taillé dans un silex). Le même auteur (Sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, tome I/1, Bruxelles, 1993, p. 149), rend compte de ses doutes à propos de la matrice de Baudouin V, comte de Flandre (Copenhague, Musée national de Danemark). Lecoyde laMarche (Les sceaux…, op. cit., p. 75) rappelle la tromperie dont avait été victime Mabillon, publiant, dans De re diplomatica, un faux sceau de Hugues Capet. Pastoureau (Vrai ou faux.cat. cit.) met bien en lumière la gravure aproximative du prétendu sceau de Philippe d’Alsace, comte de Flandre.

15 La crédulité des amateurs est parfois étonnante. On se souvient des faux manuscrits historiques vendus au mathématicien Michel Chasles !

16 Toni Diederich (« Nachgravur, Umgravur, Nachschnitt und Neuschnitt », dans Dürener Geschitblätter, Düren, 1997, p. 204-206) a présenté les cas des matrices d’Aix-laChapelle et de la ville de Goch, copiées au XXe siècle.

17 Le prix atteint actuellement par les matrices est un indicateur. Une matrice médiévale d’un personnage inconnu se négocie autour de 300 à 400 euros sur les sites de vente en ligne. Il y a une quinzaine d’années, des antiquaires proposaient le même type d’objet l’équivalent de 55 à 150 euros. D’après les indications fournies par les fiches et manuscrits d’Auguste Preux (Douai, archives municipales, 1 S 70 [désormais Douai AM]), ces matrices étaient payées entre 2 et 4 francs-or vers 1875.

18 M. Pastoureau, les sceaux, (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36), Turnhout, 1981, p. 45. Communication (mai 2007) de Clément Blanc-Riehl (Paris, Archives nationales, Service des sceaux) ; M. Fabre, sceau médiéval, Paris, 2000, p. 204.

19 Il s’agit de la matrice décrite par M. Pastoureau (voir ci-dessus, note 14)

20 A. Hermand, « Notice historique sur Watten », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1837, p. 54-197, ici p. 81 et note 2) ne précise pas les conditions de la découverte de cette bizarre matrice « en cuivre ». G. Demay, Inventaire des sceaux de l’Artois, Paris, 1877, p. 9, no 51 ; Laurent, Sceaux des princes…, op. cit., p. 156, no 16, note 91. La publication de cette pseudo-découverte, assortie d’un dessin ne restituant pas tous les détails, pose la question de la fiabilité de certaines communications du XIXe siècle. Voir aussi aux notes 43 et 44 : a-t-on vu le vrai sceau de Crépy-en-Valois et d’Aire sur-la Lys ? Ou des forgeries ?

21 O. DeWree, Les sceaux des comtes de Flandre, Bruges, 1641, pl. 11.

22 J. Chappee, Les sceaux du Cogner, Le Mans, 1940, no 9.

23 A. W. Franks, « Compte-rendu des séances », Proceedings of the Society of Antiquaries, 1re série, vol. 4, 1859, p. 247.

24 H. SyerCuming, « Forged matrices of ancient Seals », Journal of the British Archeological Association, 1858, p. 353-355.

25 Bruxelles, Archives Générales du Royaume (désormais AGR), collection de matrices, 248. Laurent et Roelandt, Inventaire des collections de matrices. op. cit., no 1.

26 Cité par Laurent, Inventaire des collections de matrices…, op. cit., p. xiv.

27 D. (peut-être J. J. Dugnoille), « Mélanges », Revue de numismatique belge, 3e série, IV, 1860, p. 213.

28 Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges, I/2, Bruxelles, 1993, p. 475.

29 Ibidem, note 34.

30 L’histoire de la collection de matrices d’Auguste Preux a été retracée par Marc Crucifix lors de la journée sigillographique (Douai, 21 septembre 2002). Un bref compte-rendu en a été fait dans la Revue belge de Numismatique, 149, 2003, p. 303.

31 Douai, AM, dossier 1S70/4 (ancienne cote « Bibliothèque » 1499/4) : journal des achats de matrices de sceaux d’Auguste Preux entre 1848 et 1879. Ce document, qui a servi a établir l’inventaire de la collection de matrices, contient de nombreuses informations à propos de l’évolution de l’ensemble et du réseau des amateurs et érudits au milieu du XIXe siècle. L’inventaire de la collection (1200 pièces) est déposé sous forme de tapuscrit au Service des sceaux des Archives nationales à Paris et aux archives municipales de Douai. Les pièces de cette collection signalées dans le présent article sont indiquées par l’abréviation CPD (Collection Preux, Douai), suivie du numéro d’inventaire.

32 G. Grange a fourni des moulages à Bosredon, l’auteur de la Sigillographie de l'Ancienne Auvergne, cf. M. Toulemont, Musée du Ranquet, sceaux-matrices et empreintes, Clermont-Ferrand, 1979, p. 30.

33 Société savante du nord de la France fondée en 1853. Sous l’impulsion de son président Edmond de Coussemaker, le Comité (CFF) avait, dès 1860, organisé un premier recensement des sceaux de la Flandre (BCCF, II, Lille, 1862, p. 9). Plusieurs érudits spécialisés dans le domaine des monnaies, médailles ou des sceaux, rejoignirent le CFF dans les années 1860 : Alexandre Pinchart, archiviste à Bruxelles, Deschamps de Pas, ingénieur des ponts et chaussées à Saint-Omer, Félix Devigne de Gand, Edouard Van Hende, auteur de la Numismatique lilloise, Louis Dancoisne, Auguste Preux, etc. D. Delgrange, « Le Comité Flamand de France et la sigillographie », Annales du Comité Flamand de France, 65, 2007-8, p. 21 à 23.

34 Paris, Archives nationales de France (désormais ANF), F. 4 029 et Matrice (Mat.) 992.

35 A. Preux, « Lettre à Monsieur Decoster… », Revue de numismatique belge, 3e série, 4, 1860, p. 331.

36 A. Preux, « extrait des procès-verbaux, séance du 17 janvier 1870 », Bulletin de la Commission historique du Nord, 11, 1870, p. 350. Compte-rendu de la réunion tenue à Douai le 17 janvier 1870. Preux signale aux amateurs et au public qu’un « commerce de sceaux falsifiés et contrefaits […] s’exerce maintenant sur une vaste échelle. À Lille, paraît se trouver un dépôt de ces contrefaçons ; les ateliers sont à Paris et à Bruxelles ».

37 Le « collyrion », résine composée à partir de poix, goudron, cristal en poudre, cire et mastic, servait à réaliser des moules copiant le type des sceaux en les imprimant en creux. Dès que le « collyrion » portant l’empreinte est sec, le faussaire peut briser le sceau pour ouvrir les tablettes, lire le texte inscrit, puis refermer et apposer un nouveau sceau copié grâce à la matrice provisoire (W. Ewald, « Siegelmissbrauch und Siegelfälschung im Mittelalter », dans Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst », Trèves, 1911, p. 11, d’après l’auteur latin Lucien).

38 Ewald, « Siegelmissbrauch », art. cit. p. 12.

39 Pastoureau, les sceaux…, op. cit., p. 45.

40 Y. Metman, « La taille directe des sceaux-matrices. Heurs et malheurs des graveurs de sceaux », dans Les graveurs d’acier et la médaille de l’Antiquité à nos jours, catalogue d’exposition (ouvrage collectif), Paris, 1971, p. 267-291.

41 Galesloot, Les frères De Launay…, op. cit. : le faussaire Jean De Launay, condamne à mort par contumace à Bruxelles en 1673, s’installa a Tournai, ville devenue française en 1667. Il continua à produire des actes falsifiés. Après des démêlés avec la justice française, il fut condamné à avoir le poing coupé. Il fit appel du jugement, mais la sentence fut aggravée et il fut exécuté le 17 mai 1687 à Tournai.

42 Un agrandissement de la photographie montre que, contrairement à ce que Fourez avait observé, les grènetis placés dans les deux cercles concentriques entourant le champ avaient bien été reproduits par le graveur et les tours figurant sur les bannières avaient bien été interprétées comme des croix ou quartefeuilles. La fausse matrice n'aurait pas été saisie lors de l’arrestation du faussaire en septembre 1686 ; elle est réapparue au milieu du XXe siècle dans la collection Willy Herseens à Boechout - Lierre (B) ; a ensuite appartenu à Jacques Durenne, habitant à Mouscron qui m’avait permis de la photographier ; après son décès cette pièce est sans doute revenue à l’un de ses héritiers. Nous ignorons où cette matrice est désormais conservée ; cf. L. Fourez, « Matrices en argent du grand sceau et du contre-sceau de la ville de Tournai », Revue belge de numismatique, 98, 1952, p. 83-90.

43 La matrice originale décrite aurait été vue par J. Rouyer, « Recherches historiques sur le Chapitre de Saint-Pierre d’Aire », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 10, II, 1860, p. 80, 81. D’après cet auteur, elle était conservée par l’administration communale. Malgré nos recherches, elle n’a pas encore pu être retrouvée.

44 A. Petit, « Histoire du monastère de Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois », Recueils des travaux de la société de sphragistique, 3, 1854-55, p. 216.

45 La datation des matrices du sceau et du contre-sceau en argent (61 x 50 mm.), au type de saint Denis (ANF, Mat. 420), est remise en cause par plusieurs observations portant sur le style des lettres, le dessin du type et sur l’absence de sceaux sur des documents anciens provenant de la matrice examinée (Thomas. G. Waldman, « Sigillum sancti Dionysi archiepiscopi, la fabrication d’une légende », Bibliothèque de l’école des Chartes, 164, p. 352). Nous avons pu observer, avec Clément Blanc (ANF, Service des sceaux), que la chaîne avec ses manilles ornées de trilobes percés était ancienne, datant peut-être du XVe siècle. Ces deux matrices sont peut-être ce que Toni Diederich appelle des « Nachschnitte », datant du XVIIe siècle. Inspirées du type médiéval elles étaient destinées à remplacer un original trop usé ou perdu.

46 Diederich, Mittelalterliche Siegelstempel..op. cit., p. 122.

47 Les inventaires des sceaux de Germain Demay (Flandre, Artois, Picardie, Normandie) mentionnent plusieurs matrices se retrouvant en plusieurs exemplaires : échevinage d’Hasnon ; abbaye Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois ; hôpital Saint-Nicolas de Montreuilsur-mer ; ville de Montroeul-sur-la-Hayne (Belgique).

48 Grâce aux analyses spectrales pratiquées par le Bundesanstalt fur Materialprüfung in Berlin (Institut fédéral d’essai des matériaux), le dr. Otto Wagner a pu déterminer que le métal employé pour la fabrication de la matrice était moderne, cf. Diederich, Mittelalterliche Siegelstempel…, op. cit., p. 117 et 125.

49 Information de Jeanne Echinard (Beauvais, IRAP). Nous avons prolongé la discussion entamée sur ce sujet avec Philippe Jacquet lors du Colloque de Lille. Un essai de faisabilité pourrait être techniquement envisageable.

50 E. Theodore, « A propos des sceaux des filles de joie », Bulletin des procès-verbaux des séances de la Société de numismatique du Nord de la France, extrait du tome 78 de la Revue belge de Numismatique, Bruxelles, 1926, p. 206-211. Cette matrice est réapparue en 2000, à l’occasion de la vente de la collection Théodore (Lille, Mercier, 1er octobre 2000, lot 81, adjugé 2 700 francs plus les frais).

51 Information communiquée par Jeanne Echinard (IRAP, juillet 2008).

52 V. Gay, Glossaire archéologique, Paris, 1928, 2, p. 334-335.

53 T. Waldman, « Sigillum sancti Dionysi », art. cit.

54 Des éléments de littérature sigillographique ont paru dans les Procès-verbaux de la Commission départementale des Antiquités de la Seine-inférieure, 2, 1849-1866, et dans le Bulletin de la Commission des Antiquités de Seine-Maritime, 25, 1964-1965, p. 35 (indication de Christophe Maneuvrier).

55 Diederich, Nachgravur, Umgravur…, op. cit., p. 204 : « so fehlt in dem modernen Nachschnitt diese charakterische Handbewegung. Der Verfertiger des modernen Produktes hat also den tieferen Sinn der in dem alten Sekretsiegel dargestelleten Szene nicht erkannt ».

56 Laurent, Roelandt, Inventaire des collections…, op. cit., no 909 : sceau de Jean, fils du comte de Bar.

57 Diederich, Mittelalterliche Siegelstempel, art. cit., p. 125.

58 La matrice (copie) du sceau de l’Ordre des frères mineurs près la Curie romaine, (ancienne collection Auguste Preux) présente un appendice de préhension (douille ovale) ne répondant pas aux caractéristiques habituelles.

59 Alors que la matrice originale du sceau de Tournai, taillée vers 1380, possède une prise décorée, la fausse en laiton faite pour Jean De Launay ne possède qu’une simple arête, voir Fourez, Matrices en argent du grand sceau, art. cit., p. 83-90, et mes propres observations de cette pièce lorsqu’elle était en possession de Jacques Durenne à Mouscron (Belgique).

60 Il m’a été possible de confronter les sceaux à douille des villes d’Hasnon (CPD 758), Merville (CPD 964), de l’évêque Boyer (CPD 771) avec leurs copies conservées au service des sceaux des Archives nationales de France. La gravure des originaux est bien plus nette que celle des copies et les douilles, plus travaillées et mieux finies, possèdent des détails typiques : trous de clavette, cassures d’usage et parfois des traces de dorure. La copie de la matrice d’Étienne Maictre (original CPD 568), conservée au Musée du Berry, est munie d’une prise imitant une charnière dans laquelle la « demi-lune » repliable ne peut pas être fixée. Elle ne possède pas non plus la marque poinçonnée en forme d’étoile indiquant le haut du sceau (indications fournies par M. Jehan-Louis Roche, Bourges, Musée du Berry).

61 Grâce à la collection de matrices d’Auguste Preux (1200 pièces), nous pouvons avoir un bon aperçu des nombreuses variantes de prises et modes de préhension, depuis la période médiévale jusqu’au XIXe siècle, que l’on pourrait comparer et classer avec celles des autres collections.

62 François Eygun, Sigillographie…, op. cit.

63 Observation faite par Monsieur le docteur Michel Toulemont, membre de la Société française d’héraldique et de sigillographie. La matrice de sceau de l’abbaye de Mont-Saint-Martin sur l’Escaut, conservée au Musée des Beaux Arts de Lille et provenant de la collection Victor Delattre, no 115 (et auparavant dans la collection Preux), a servi à sceller un acte daté de février 1300 (AD59, 3 H 14/172, cf. moulage Demay ANF, sc/F 6779) et plus anciennement en 1226, si on en croit le relevé de sceaux fait par l’abbé Mutte de Cambrai et dessiné par Antoine Taisne au XVIIIe siècle (Cambrai, Bibliothèque municipale, Ms. 1050). Sa prise correspond à la catégorie que nous signalons ici, anneau sur une arête. Selon toute vraisemblance, la matrice a été taillée au cours du XIIIe siècle.

64 Voir deux matrices de ce type dans A. Blanchet, collection sigillographique de Mrs. Gustave Schlumberger et A. Blanchet, Paris, 1914, nos 402 et 456. On peut également observer une de ces matrices dans la collection Preux (CPD 139).

65 A. Guesnon, Sigillographie de la ville d’Arras, Paris-Arras, 1865, no 347, p. 47, pl. XXX, no 4bis ; cf. moulage de Demay, F 3852, qui ne signale pas la référence à Guesnon.

66 Douai, AM, Ms. 1S/70, Journal des achats d'Auguste Preux.

67 Diederich, Mittelalterliches Siegelstempel, art. cit., p. 125 : « Ein wichtiges Kriterium ist die Behandlung des Rückseite des Typars. Fehlt es hier an den nötigen Sorgfall und weist die Handhabe kein Loch zum Anketten auf, so spricht dies für die Unechtheit als die Echheit des Stempels ».

68 Deux pièces considérées comme authentiques par Preux (CPD 926 et 899) se révèlent fausses, car elles sont en cuivre et possèdent des prises « aberrantes ».

69 La copie de la matrice est en cuivre rouge, recouverte d’une patine factice, sans la marque en forme d’étoile poinçonnée sur le rebord qui signale le haut de l’empreinte. Cette pièce, considérée comme originale dans la publication de la société historique du Cher (Bourges, 1884), p. 350, no 15, a été décrite par René Gandilhon (Inventaire des sceaux - matrices… du Cher, Bourges 1937, p. 53, no 16. L’attache de charnière, placée pour reproduire le même détail que celui de l’original, est inopérante (information de Jehan-Louis Roche - Bourges, Musée du Berry). On observe également que le relief de la matrice de Douai est plus net et bien marqué, le coup sous la balance se retrouve sur l’original et sur la copie.

Table des illustrations

Titre Planche I. Types de prises ou appendices de préhension
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-1.jpg
Fichier image/, 278k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-2.jpg
Fichier image/, 46k
Légende Ill.1 et 2 - Deux matrices au même type banal, « de chasse » (Angleterre, XIVe siècle). 1. d’après Tonnachy, Catalogue of Seal Dies, no 7522. Collection particulière, Lille.Même légende, cri « sohou », et même motif, un rapace serrant un lièvre dans ses griffes.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-3.jpg
Fichier image/, 155k
Légende Ill. 3 et 4 - Matrice de sceau de la ville de Merville, Original, Douai, collection Preux (CPD 964). La douille (Ill. 4) est percée pour permettre le passage d’une clavette, la matrice porte encore des traces de dorure. Ces détails ne se retrouvent pas sur la copie, moulage au relief affaibli, avec douille, provenant d’Henry Arnould Detournay (Paris, ANF, collection de matrices, Mat. 992).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-4.jpg
Fichier image/, 123k
Légende Ill. 5 - Matrices marquées du poinçon « A. F. ». Poinçon signalant les productions de la « Société de sphragistique » d’Arthur Forgeais. Milieu du XIXe siècle (Paris, ANF, service des sceaux, collection de matrices).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-5.jpg
Fichier image/, 100k
Légende Ill. 6-6 bis et 7 - Trois matrices contrefaites du sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois, 6-6bis. Douai, collection Preux, (CPD 899) ; Musée de Rouen (N, 3002). Types regravés à partir d’une empreinte originale (sc/D 9397, appendue à un acte daté de 1315). Les matrices sont en cuivre rouge, la forme de Panneau est inhabituelle, les légendes et la représentation de l’abbé assis ont été regravées. L’anneau montre bien que ces copies sortent du même moule malgré quelques différences dans la gravure (absence de manipule sur le bras à la main bénissante).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-6.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Ill. 8 - Gravure du sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois. d’après une publication de la Société de sphragistique d’Arthur Forgeais (1854, tome III, 1854-55, p. 216).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-7.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Ill. 8bis - Sceau de Saint-Arnould de Crépy-en-Valois. moulage (sc/D 9397) d’après l’empreinte de 1315.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-8.jpg
Fichier image/, 116k
Légende Ill. 9 - Matrice contrefaite du sceau de l’échevinage de Tournai, réalisée pour le faussaire Jean de Launay vers 1670. collection particulière.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-9.jpg
Fichier image/, 177k
Légende Ill. 10 - Matrice originale de sceau d’Étienne Maictre. (Douai, collection Preux, CPD 568).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-10.jpg
Fichier image/, 109k
Légende Ill. 10bis - Matrice originale de sceau d’Étienne Maictre. (Douai, collection Preux, CPD 568), détail montrant la marque poinçonnée sur le rebord, indiquant le haut de la matrice.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-11.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Ill. 11 - Copie de la matrice d’Étienne Maictre. Ø 31 mm. (Musée du Berry à Bourges, inv. 1865-306-0018, Don Descolombiers).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2867/img-12.jpg
Fichier image/, 97k

Auteur

Membre et administrateur du Comité flamand de France, membre de la Commission historique du Nord et membre correspondant de la Commission d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais. Parmi ses nombreuses études sur la sigillographe, la numismatique et l’héraldique : « L’atelier monétaire d’Arras de 1582 à 1640 » (Mém. Com. d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 1988, 1991) ; « Utilisation des jetons de compte (XVe-XVIIe s.) », Congrès international de numismatique (Bruxelles 1991) ; Inventaire des matrices de sceaux de la collection Preux (Douai, Archives municipales) ; « Sceaux inédits d’Artois et de Flandre » (Bulletin et Annales du Comité flamand de France, plusieurs parutions depuis 1992). Il est l’initiateur du site Sigilloweb, qui propose des informations sigillographiques, des relevés de sceaux et de cachets inédits, pour la France du Nord et la Belgique.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540