Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Les sceaux médiévaux au xviie siècle : les dessins de sceaux dans la collection Gaignières (1642-1715)

Anne Ritz-Guilbert

Texte intégral

1Pour quiconque étudie les sceaux, qu’il soit spécialiste de diplomatique, d’héraldique ou encore historien de l’art, la reproduction graphique de l’objet apparaît d’emblée suspecte. Peut-on vraiment se fier à un dessin de sceau pour asseoir une thèse scientifique ? Le problème de la fidélité de la reproduction par rapport à l’original est évidemment primordiale et la perte considérable du matériel sigillographique au cours des siècles oblige le spécialiste qui a recours aux dessins à prendre position par rapport à cette question.

2Je ne prétends pas dans cette communication y répondre d’une façon tranchée, mais j’aimerais soulever des pistes d’analyses et montrer, en particulier, l’intérêt de considérer le dessin de sceau non pas isolément, uniquement comme le substitut d’un maillon manquant a une problématique, mais au sein de la collection auquel il appartient, soumis aux choix d’un individu, à ses méthodes d’investigation, d’acquisition, de reproduction et de classement. La collection Gaignières, de par son ampleur, s’avère être un remarquable laboratoire d’observations et d’analyses pour cette démonstration.

3Je ne m’attarderai pas sur la biographie de François-Roger de Gaignières. L’historiographie retient que ce contemporain de Louis XIV, ayant servi toute sa vie la famille de Guise, était peu fortuné, qu’il entretenait un important réseau de relations savantes et mondaines et que, mu par une passion dévorante pour l’histoire de la monarchie française, il avait, sur près d’un demi-siècle, amassé une collection considérable sur des monuments en grande partie « de basse époque », période encore très méprisée par ses contemporains.

4Chez notre antiquaire, la copie textuelle ou la reproduction graphique d’œuvres originales sur papier ou vélin joue un rôle essentiel. Accompagné de son valet de chambre Barthélemy Rémy, excellent paléographe, et de son dessinateur Louis Boudan, Gaignières va parcourir la France du Nord afin de reproduire des chartes, des obituaires et d’autres textes fondamentaux, faire le relevé de tombeaux, d’épitaphes, de vues topographiques, de vitraux, de tapisseries, d’objets d’art, de portraits et bien évidemment de sceaux.

5Comment s’organise cette masse documentaire rassemblée par Gaignières dans son cabinet ? Il est malaisé de répondre aujourd’hui à cette question tant la collection depuis la mort de l’érudit en 1715 a subi d’aléas, en dépit des précautions que Gaignières avait cru prendre en offrant sa collection au roi de France dès 1711. Je ne reviendrai pas sur l’histoire de l’inexorable dispersion de la collection. Aujourd’hui, d’une part, elle se partage pour l’essentiel entre les départements des Estampes et des Manuscrits de la BnF et, en raison d’un vol commis en 1784, de la Bibliothèque Bodléienne à Oxford ; d’autre part au Département des manuscrits, elle a été divisée dès le XVIIIe s. entre les fonds français, latins et pièces originales. Nous devons enfin à l’indélicatesse de Pierre de Clairambault, généalogiste du roi, en charge de la collection à la mort de l’antiquaire, et passionné lui aussi de généalogie et d’histoire monarchique, de trouver des pièces Gaignières dans le fonds Clairambault.

  • 1 A. Ritz-Guilbert, « La collection Gaignières : méthodes et finalités », Bulletin monumental, 166-4, (...)

6Malgré les pertes et l’éclatement de la collection, les conclusions que j’ai pu tirées d’une étude réalisée sur les dessins de tombeaux1, m’amène à proposer comme hypothèse de travail un schéma pyramidal, résumant l’organisation de ce qu’a pu être la collection au temps de Gaignières.

  • 2 Il reste environ la moitié des 2407 pièces répertoriées dans l’inventaire de 1711.

7Comme fondement de la pyramide, outre les originaux que Gaignières possédait, telles les Petites Heures du duc de Berry ou le Portrait de Jean le Bon, unique rescapé de la grande vente organisée par Clairambaut en 1717, nous comptons sa bibliothèque de 2910 imprimés, en grande partie vendue elle aussi, et un ensemble impressionnant de 2 407 recueils manuscrits2 constitués par Gaignières lui-même sur l’histoire ecclésiastique et nobiliaire. Nous y trouvons par exemple des séries de recueils consacrés aux évêchés, aux abbayes, aux ordres de chevalerie, etc. Ces recueils, tous conservés au Département des manuscrits, rassemblent, nous le verrons, différentes sources de façon systématique, suivant un plan préétabli de recherche. On y découvre aussi bien des copies textuelles d’actes et de titres que des dessins esquissés ou mis au net. Ce socle constitue la base érudite et scientifique de la collection. Ce sont à la fois les preuves et les outils de travail.

  • 3 H. Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières, Paris, 1891.

8La partie intermédiaire est constituée des portefeuilles de dessins conservés aux Estampes et à Oxford. Ce sont les vues topographiques et les relevés de tombeaux que tous les médiévistes connaissent bien, surtout depuis la parution en 1891 du catalogue d’Henri Bouchot3. Il est fréquent que les planches de tombeaux possèdent déjà leur double dans les recueils. Cependant les dessins procèdent alors d’un système de classement différent. Un tombeau d’évêque, par exemple, s’il figure dans les recueils au sein de son évêché, côtoiera dans les portefeuilles les autres monuments funéraires de l’église où il a été enterré.

9Au sommet de la pyramide : les portefeuilles de Modes, ouvrage de « vulgarisation » d’une histoire de France en portraits et en costumes, qui assurèrent le succès de Gaignières de son vivant et pour des décennies. Dans ces portefeuilles, classées chronologiquement, nous trouvons les figures des rois et de leurs sujets en buste ou en pieds, des reproductions de tableaux, vitraux ou manuscrits mettant en scène monarques et autres héros. Gaignières y utilise le matériel déjà rassemblé dans son cabinet. En effet, il insère dans les Modes des reproductions de ses propres originaux, tel le portrait de Jean le Bon par exemple, ou fait transformer par Boudan les gisants de ses planches tombeaux en personnages vivants.

10Cette organisation de la collection avec ses différents classements nous fait prendre conscience d’un usage de la copie poussé à l'extrême : un même monument peut servir plusieurs fois dans des buts divers et variés.

11Les sceaux, nous le verrons, n’échappent pas à ce procédé. Où sont-ils dans la collection Gaignières ? Quelques-uns, mais ils sont rares, apparaissent dans les Modes, en complément d’une figure. Le plus souvent, ils s’insèrent au fil des actes recopiés dans les recueils conservés aux manuscrits.

  • 4 Paris, BnF, ms. lat. 5185 I.

12Prenons l’exemple d’un des recueils consacrés à l’évêché de Chartres4. Il s’agit pour l’antiquaire de dépouiller les armoires du chartrier du chapitre de Notre-Dame classées par paroisses. L’érudit commence par dresser la liste de toutes ces paroisses (ill. 1). Cette liste est numérotée puis cochée et annotée au fur à mesure du dépouillement. Dans la marge gauche, les mentions abrégées « sc, sc dessiné, sc fait », montrent que les sceaux ont fait l’objet d’un relevé systématique. Dans le corps du volume, Gaignières reprend chaque rubrique correspondant à une division avec son numéro, recopiant alors les actes successivement. Dans le cas présent, Gaignières a retranscrit lui-même l’acte en dessinant un croquis succinct du sceau où Boudan viendra plus tard coller le dessin mis au net par-dessus (ill. 2). Quel que soit le type de recueil, les sceaux mis au net par Boudan sont toujours reproduits sur des petits papiers collés. Gaignières est d’une grande précision. Il indique systématiquement la couleur de la cire et comment le sceau est appendu à l’acte : « Cire blanche sur cordon vair ».

13Extraite des Pièces originales, une quittance de Pierre Bragier permet de comparer plus précisément acte original et copie de la main de Barthélémy Rémy avec le dessin de sceau de Boudan (ill. 3-4). On comprend que ce qui retient l'attention de Gaignières n’est pas la reproduction in extenso de l’acte (le texte copié est tronqué) mais les noms de famille des protagonistes. Rémy, par un procédé graphique, fait ressortir les éléments importants : « Bragier, 1449 ». Et c’est avec un grand souci d’exactitude qu’il reproduit la signature. Boudan, quant à lui, dessine le sceau respectant les dimensions, Rémy a pris soin de noter « sceau en cire rouge sur queue de parchemin ». Si l’intégrité de l’acte en lui-même ne semble pas fondamentale, en revanche les éléments d’authentification (signature, sceau) apparaissent essentiels.

14Même dans ses croquis aide-mémoire, parfois plus que succincts, Gaignières, soucieux d’exactitude, prend la peine de signaler que l’original est « de la même hauteur » ou « légèrement plus petit » (ill. 6). À côté de certains sceaux, il précise aussi l’existence d’un doublon, « dessiné aux évêques » par exemple (ill. 5). Il suffit alors de se reporter au recueil consacré aux évêques de Chartres pour reconnaître effectivement le même sceau relevé. Ainsi, comme pour les tombeaux, les dessins de sceaux sont reproduits plusieurs fois dans un souci de classement différent : armoire de titres du chapitre évêques. La méthode de Gaignières avec la mention systématique des sources et les renvois d’un recueil à l’autre est d’une efficacité remarquable. Il faut d’ailleurs reconnaître que sans ces petites notes marginales, la collection Gaignières ne serait pour nous, aujourd’hui, qu’un gigantesque amas de papier.

15Prenons maintenant l’exemple du sceau d’un seigneur de la première moitié du XIIIe siècle, celui de Jean de Braine, jeune frère de Robert III de Dreux, comte de Vienne et de Mâcon par son mariage avec Alix de Bourgogne en 1224. Dans l’état actuel de ma recherche, j’ai répertorié pas moins de quatre dessins de son sceau : deux croquis de Gaignières lui-même et deux mises au net par Boudan (ill. 6-9).

16Le premier sceau, mis au net sur un papier collé, authentifie un acte de janvier 1230. Il est inséré dans un recueil du fonds Clairambault intitulé Recueil d’extraits de titres originaux, tirés de divers endroits et rangés par ordre chronologique depuis l’année 802 jusqu’à 1389 (ill. 8). Pour constituer ce volume, Clairambault s’est largement servi dans la collection Gaignières ; il est malheureusement impossible aujourd’hui de savoir à partir de quel recueil initial il a emprunté cette pièce. Quoi qu’il en soit, comme à son habitude, Gaignières a noté d’où provenait l’acte : « Titre de l’abbaye de Longpont, layette 3 ». Reportons-nous donc au recueil consacré à l’abbaye de Longpont. Cette fois il s’agit, appendu au même acte de janvier 1230, d’un simple croquis du sceau (ill. 6).

17Si l’on compare les deux, nous notons déjà une différence majeure : le croquis fait état d’une cassure. Il semble bien que Boudan, qui a corrigé les proportions du contre-sceau comme le préconisait Gaignières, s’est inspiré d’une autre empreinte, moins abîmée, pour sa mise au net.

18Il y a une forte probabilité pour que Jean de Braine figure dans les actes rattachés à l’abbaye Saint-Yved de Braine, nécropole de la famille de Dreux. Effectivement, son sceau y apparaît à deux reprises : un croquis inséré dans une liste de noms (ill. 7) et un dessin mis au net authentifiant un acte de 1238 (ill. 9).

19Comparons donc les quatre reproductions en notre possession. Nous pourrions exclure d’emblée le croquis, non rattaché à un acte (ill. 7), mais il est toutefois intéressant de noter que Gaignières y a restitué en entier un élément que l’œil en principe ne peut pas voir sur le sceau : les chevrons chargeant les armoiries (ailleurs on n’en voit que la moitié). L’intérêt héraldique des sceaux pour notre antiquaire ne fait aucun doute ; ni du reste l’utilité pour l’héraldiste d’aujourd’hui, de consulter ces dessins, même parfois réduits à de rapides croquis : ils sont parfois porteurs d’éléments à jamais disparus.

20Le deuxième croquis du sceau authentifiant l'acte de 1230 suffit à nous apprendre l’essentiel sur la forme ronde du sceau, le type équestre, la légende presqu’intégrale et sa mise en forme (ill. 6). Il respecte en effet les césures exigées par la présence du heaume, de l’épée et des pattes antérieures du cheval. En l’absence de tout autre témoin, ce croquis, comme beaucoup d’autres, mériterait donc qu’on s’y attarde. Dans le cas présent, il témoigne en outre de l’état de conservation au XVIIe siècle du sceau appendu à la charte. Il montre enfin un louable souci archéologique de la part de Gaignières. Cependant le sceau mis au net par Boudan pour authentifier ce même acte, à partir d’une empreinte mieux conservée, nous oblige à nuancer cette vision par trop optimiste : le sceau dessiné n’est pas forcément celui qui est matériellement appendu à l’acte.

21L’examen critique des deux dessins mis au net par Boudan est également riche d’enseignement (ill. 8-9). L’aspect général des deux sceaux est similaire, leur taille identique. Pourtant une observation fine montre que le sceau de Longpont est plus détaillé que celui de Saint-Yved de Braine. La jambe du cavalier par exemple est d’aspect lisse sur l’un, tandis qu'elle est couverte d’une armure sur l’autre. Les grelots qui ornent le cheval du sceau de Longpont sont absents sur celui de Saint-Yved. Enfin, si l'erreur dans la légende du sceau de Longpont n’avait pas été signalée au crayon, probablement par Boudan lui-même, la comparaison entre nos deux dessins nous aurait permis de la déceler : le mot Comitis aurait dû effectivement être abrégé, tandis que le mot Johannis au contre-sceau doit s’écrire avec un seul A. L’importance d’une étude critique entre les différents dessins n’est par conséquent plus à démontrer.

  • 5 Pierre Bony note la souplesse du vêtement du sceau de Jean de Braine comme un élément remarquable d (...)

22Nous avons la chance de posséder aux Archives nationales, un moulage du sceau de Jean de Braine appendu à une charte de 1233 (ill. 10). Le sceau de Longpont est somme toute assez fidèle à l’original : Boudan, bien plus que pour le dessin de Saint-Yved, raide et statique, suggère habilement ici la souplesse du bliaud flottant5. Les détails comme les grelots du cheval, la texture des éléments de l’armure sont bien rendus, de même que les volumes, par un travail d’ombrage. Néanmoins, les historiens de l’art pourraient-ils se contenter des dessins de sceaux de la collection Gaignières pour définir le style de l’orfèvre du XIIIe siècle qui a gravé la matrice ? Certainement pas car, il faut bien l’admettre, le style de Boudan, reconnaissable entre tous, masque fortement le style de l’original.

  • 6 J. Roman, « Les dessins de sceaux de la collection Gaignères à la Bibliothèque nationale », Extrait (...)
  • 7 Paris, BnF, mss. Clair. 306, 3116, 632, 640, 995, 1083, 1099, 1105, 1108, 1156, 1183, 1206, 1226, 1 (...)

23À combien estime-t-on le nombre de dessins de sceaux réunis par Gaignières dans sa collection ? Joseph Roman6, à qui l’on doit la seule publication sur le sujet, répertorie, en 1910, 3131 dessins, uniquement des mis au net, disséminés dans 69 recueils. Le savant sigillographe, bien qu’il prétende être exhaustif, est certainement très loin du compte. D’une part, le fonds Clairambault est totalement passé sous silence. Or pour le seul ms. Clairambault 306, où figure le sceau de Jean de Braine, nous pouvons déjà compter 19 sceaux mis au net supplémentaires. Un premier sondage, dont je suis redevable à François Avril, qui recense une quinzaine de manuscrits7 empruntant des dessins de sceaux à Gaignières, laisse présager certainement plus d’une centaine d’additions.

  • 8 Roman, « Les dessins... », art. cit., p. 24-25.
  • 9 Paris, BnF, mss. fr. 22 288 (ducs de Bourbon), 22450 (Anjou), 24921 (sceaux lorrains), N.a.f. 3108, (...)
  • 10 Paris, BnF, ms. Clair. 1032, p. 351.

24Joseph Roman juge d’autre part, que seul « un petit nombre de dessins de sceaux provenant de Gaignères se sont égarés dans les 3 100 volumes qui composent le fonds des Pièces originales du Cabinet des titres »8. Un dépouillement systématique de ce fonds généalogique corrigerait indubitablement cette affirmation. Sur 30 volumes déjà consultés, 20 contiennent des sceaux Gaignières. Le seul ms. PO 358 consacre à la famille de Blainville ne recense pas moins de 6 exemples très soignés. Enfin, les fonds latin et français abritent encore bien des volumes remplis de sceaux ignorés par Roman9. Le recueil consacré au chapitre de Chartres et à ses armoires par exemple, omis par le savant, contient 113 dessins de sceaux mis au net, et je ne compte pas les croquis succincts. La présence de sceaux dans ce recueil était pourtant mentionnée dans l’inventaire de la collection Gaignières dressé par Clairambault en 1711 : « Portefeuille dos rouge, in fol, rempli de titres, sceaux, etc., du chapitre de Chartres »10. J’ignore encore le nombre exact de recueils oubliés par Roman, mais la liste s’allonge à mesure du dépouillement entrepris.

  • 11 Roman, « Les dessins... », art. cit., p. 7.
  • 12 Idem, p. 4
  • 13 Paris, B.n.F., ms. fr. 2848, cf. E. Brown et M. Dickman Orth, « Jean du Tiller et les illustrations (...)

25Dans sa monographie sur les dessins de sceaux de la collection Gaignières, outre un répertoire et un index très utile par noms de famille, Joseph Roman met en évidence les étapes de la réalisation des dessins, évoquant croquis et mis au net sur papier collé, et tire quelques conclusions sur la collection. Si j’adhère à ses remarques sur le style de Boudan : « copies serviles et à peu près exemptes d’interprétation », « main un peu lourde »11, je ne souscris aucunement à l’affirmation selon laquelle Gaignières s’intéressait aux sceaux dans le but précis d’étudier le costume et l’armement12. Les exemples que j’ai montrés jusqu’ici démentent totalement cette thèse. Les sceaux isolés sont, contrairement à ce que dit Roman, très rares. En outre, s’il fallait chercher dans le recueil des « Modes », une quelconque preuve de la théorie de Roman, nous ne pourrions citer qu’un seul exemple où Gaignières, comme l’avait fait avant lui Jean Du Tillet pour son Histoire de France13, transforme un sceau en planche portrait-costume. Il s’agit de celui d’Agnès de Baudement, dame de Braine, épouse de Robert Ier comte de Dreux (ill. 11). Sous la figure, réinterprétée par Boudan, d’une femme en pied vêtue d’une robe à très longues manches, la légende précise en effet : « Cette figure est tirée de son sceau qui est à une donation qu'elle et son mary firent en 1158 à l’Abbaye Saint-Yved de Braine ». Le recueil Gaignières consacré à l’abbaye renferme encore la copie de cet acte de 1158, scellé en cire jaune (ill. 12). Cette idée totalement fausse, selon laquelle Gaignières aurait surtout été préoccupé par les costumes, est ancienne. Le succès des Recueils de Modes avec portraits et costumes n’y est pas étranger. Les Modes ont indubitablement contribué à éclipser de bonne heure la partie érudite de la collection, où les dessins de sceaux, de la même façon que dans les cartulaires médiévaux, servent surtout à authentifier les copies d’actes.

26La publication entre 1729 et 1733 des Monumens de la monarchie française par Bernard de Montfaucon a contribué à renforcer ce malentendu. Le grand bénédictin puise en effet une partie de ses illustrations dans les Modes, préférant les figures rendues vivantes aux monuments originaux. Agnès de Braine figure en bonne place aux côtés de Louis le Jeune et de Geoffroy Plantagenet (ill. 13). Joseph Roman, probablement influencé par des ouvrages récents, tel celui de Germain Demay en 1880 sur Le costume au Moyen Age d’après les sceaux, prolonge et renforce ce malentendu.

  • 14 Paris, BnF, ms. Clair. 1032, no 2982, p. 577.

27En réalité, Gaignières se rattache pleinement aux pratiques de ses contemporains. Lorsqu’André Du Chesne, en 1631, offre aux lecteurs quelques spécimens sigillographiques dans son Histoire généalogique de la maison royale de Dreux, les sceaux gravés viennent à la suite des actes qu’ils authentifiaient, au sein du chapitre des « Preuves ». Quant à Olivier de Wree, qui publie en 1641 Les sceaux des comtes de Flandre - dont Gaignières possédait un exemplaire14 - même s’il préfère une mise en page différente sous forme de planches, un système de renvoi rattache toujours le ou les sceaux à l’acte auquel ils étaient appendus.

28Les sceaux, en tant que garant de l’authenticité des actes, sont au cœur des préoccupations des érudits du XVIIe siècle, férus d’histoire de la monarchie. L’appel pionnier au recensement des sceaux que lance De Wree à la fin de son volume sur les sceaux des comtes de Flandre est à ce titre explicite :

  • 15 O. de Wree, Les sceaux des comtes de Flandre, Bruges, 1641.

« À la noblesse. Messieurs, principalement vous qui estes issus, soit par naissance legitime ou autre, de la Très noble maison de Flandre, et ceux aussi qui y sont, ou ont esté, alliés ; si vous avez quelques Chartres ou Patentes, données par vos ancestres, pour preuve de vostre famille ; et qui n’ont esté publiées par les seigneurs Aubert le Mire, et André du Chesne : je vous prie de me les vouloir communiquer, pour vostre proufit : affin que je les puisse donner au jour, par mon livre deuxiesme, que j’ay prest et espère de publier l’esté qui vient. Car je suis déliberé de ne rien dire, qui ne soit prouvé ou par sceaux, ou par chartres authentiques ; ou, du moins, par tesmoingnage des Autheurs, qui ont vescu du temps, que se passa ce qui sera proposé. Adieu »15

29Cependant, chez Gaignières, le sceau, certes garant de l’authenticité des preuves, se charge aussi des préoccupations prosopographiques de l’antiquaire : le dessin du sceau côtoyant dans un même recueil une copie du portrait de son propriétaire ou le relevé de sa plate-tombe, avec effigie, armes et épitaphe, se transforme en un matériel à la fois généalogique, anthroponymique, toponymique, héraldique et iconographique.

  • 16 Douet d’Arcq (no 1015), qui l’appelle par erreur Agnès de Garlande, première femme de Robert de Dre (...)
  • 17 F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Poitiers, 1938, p. 25-26.

30J’espère avoir donné quelques clefs pour l’étude et l’interprétation des dessins de sceaux de la collection Gaignières, en analysant leur place au sein de la collection, une collection ayant son organisation propre et ses systèmes de classements. J’espère avoir mis en valeur la nécessité d’une véritable étude critique des différents exemplaires d’un même sceau et l’importance qu’il y a à ne pas négliger les croquis rapides de l'antiquaire. Pour ceux qui douteraient encore de l’intérêt des dessins de sceaux de la collection Gaignières, examinons le moulage du sceau conservé aux Archives nationales d’Agnès de Braine16 (ill. 14). L’état de conservation est tel que seul le dessin peut encore nous renseigner. Depuis le XVIIe siècle, les empreintes de sceau se sont largement détériorées ou ont disparu. Si l’on en croit l’étude de François Eygun, consacrée aux sceaux médiévaux du Poitou17, le nombre d’empreintes conservées à l’époque de Gaignières était environ cinq fois plus élevé que vers 1930 ! Et qu’en est-il aujourd’hui par rapport à 1930 ?

Illustrations

Ill. 1 - Recueil de Gaignières consacré à l’évêché de Chartres
Paris, BnF, ms. lat., 5185 I, p. A.

Ill. 2 - Recueil de Gaignières consacré à l’évêché de Chartres. Dessin de sceau au bas de la copie abrégé de l’acte
Paris, BnF, ms. lat., 5185 I, p. 6.

Ill. 3 - Quittance originale de Pierre Bragier, accompagnée de sa signature et de son sceau (1449)
Paris, BnF, PO 491, pièce 4.

Ill. 4 - Copie par Barthélémy Rémy d’une quittance de Pierre Bragier (cf. ill. 3), dessin du cachet par Boudan
Paris, BnF, PO 491, pièce 8.

Ill. 5 - Dessin des sceau et contre-sceau de Jacques, abbé de Sainte Colombe, à Sens (avec renvoi dans la marge à un doublon dans le Recueil des évêques de Chartes)
Paris, BnF, ms. Lat. 5185 I, p. 74.

Ill. 6 - Croquis des sceau et contre-sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon (1230 janvier) par Gaignières (Abbaye de Longpont)
Paris, BnF, ms. Lat. 5470, p. 79.

Ill. 7 - Croquis de sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon (1230 janvier) par Gaignières (Abbaye Saint-Yved de Braine)
Paris, BnF, ms. Lat. 5470, p. 20.

Ill. 8 - Dessin, mis au net par Boudan, des sceau et contre-sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon
Titre de l’Abbaye de Longpont, Layette 3 (1230, janvier). Paris, BnF, ms. Clair. 306, p. 159.

Ill. 9 - Dessin, mis au net par Boudan, des sceaux et contre-sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon
(Abbaye Saint-Yved de Braine, acte d’avril 1238) Paris, BnF, ms. Lat., 5479, p. 52.

Ill. 10 - Moulage du sceau de Jean de Braine Charte de 1233
Paris, Archives nationales, cc/D 504.

Ill. 11 - Portrait d’Agnès de Baudement, comtesse de Braine, d’après son sceau (dessin de Boudan)
Paris, BnF, Est., Oa 9 rés. fol. 37.

Ill. 12 - Sceaux de Robert de Dreux et d’Agnès de Baudemont (Abbaye Saint-Yved de Braine)
Paris, BnF, ms. Lat. 5479, p. 39.

Ill. 13 - Bernard de Montfauçon, Les monumens de la Monarchie françoise, Paris, 1729, t. II, p. 72.

Ill. 14 - Moulage du sceau d’Agnès de Baudement, comtesse de Braine (1184)
Paris, Archives nationales, sc/D 1015

Notes

1 A. Ritz-Guilbert, « La collection Gaignières : méthodes et finalités », Bulletin monumental, 166-4, 2008, p. 315-338.

2 Il reste environ la moitié des 2407 pièces répertoriées dans l’inventaire de 1711.

3 H. Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières, Paris, 1891.

4 Paris, BnF, ms. lat. 5185 I.

5 Pierre Bony note la souplesse du vêtement du sceau de Jean de Braine comme un élément remarquable dans l’évolution chronologique des sceaux seigneuriaux entre 1200 et 1225. cf. P. BONY, Un siècle de sceaux figurés (1135-1235), Paris, 2002, p. 87.

6 J. Roman, « Les dessins de sceaux de la collection Gaignères à la Bibliothèque nationale », Extrait des Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, LXIX, 1910.

7 Paris, BnF, mss. Clair. 306, 3116, 632, 640, 995, 1083, 1099, 1105, 1108, 1156, 1183, 1206, 1226, 1313.

8 Roman, « Les dessins... », art. cit., p. 24-25.

9 Paris, BnF, mss. fr. 22 288 (ducs de Bourbon), 22450 (Anjou), 24921 (sceaux lorrains), N.a.f. 3108, lat. 5185 I (évêché de Chartres).

10 Paris, BnF, ms. Clair. 1032, p. 351.

11 Roman, « Les dessins... », art. cit., p. 7.

12 Idem, p. 4

13 Paris, B.n.F., ms. fr. 2848, cf. E. Brown et M. Dickman Orth, « Jean du Tiller et les illustrations du grand Recueil des roys », Revue de l'Art, no 115, 1997, p. 7-24.

14 Paris, BnF, ms. Clair. 1032, no 2982, p. 577.

15 O. de Wree, Les sceaux des comtes de Flandre, Bruges, 1641.

16 Douet d’Arcq (no 1015), qui l’appelle par erreur Agnès de Garlande, première femme de Robert de Dreux. Celui-ci épousa en troisième noce Agnès, comtesse de Braine, dont il adopta les armoiries (1152).

17 F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Poitiers, 1938, p. 25-26.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Recueil de Gaignières consacré à l’évêché de ChartresParis, BnF, ms. lat., 5185 I, p. A.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Ill. 2 - Recueil de Gaignières consacré à l’évêché de Chartres. Dessin de sceau au bas de la copie abrégé de l’acteParis, BnF, ms. lat., 5185 I, p. 6.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Ill. 3 - Quittance originale de Pierre Bragier, accompagnée de sa signature et de son sceau (1449)Paris, BnF, PO 491, pièce 4.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Ill. 4 - Copie par Barthélémy Rémy d’une quittance de Pierre Bragier (cf. ill. 3), dessin du cachet par BoudanParis, BnF, PO 491, pièce 8.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Ill. 5 - Dessin des sceau et contre-sceau de Jacques, abbé de Sainte Colombe, à Sens (avec renvoi dans la marge à un doublon dans le Recueil des évêques de Chartes)Paris, BnF, ms. Lat. 5185 I, p. 74.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Ill. 6 - Croquis des sceau et contre-sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon (1230 janvier) par Gaignières (Abbaye de Longpont)Paris, BnF, ms. Lat. 5470, p. 79.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 7 - Croquis de sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon (1230 janvier) par Gaignières (Abbaye Saint-Yved de Braine)Paris, BnF, ms. Lat. 5470, p. 20.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Ill. 8 - Dessin, mis au net par Boudan, des sceau et contre-sceau de Jean de Braine, comte de MâconTitre de l’Abbaye de Longpont, Layette 3 (1230, janvier). Paris, BnF, ms. Clair. 306, p. 159.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Ill. 9 - Dessin, mis au net par Boudan, des sceaux et contre-sceau de Jean de Braine, comte de Mâcon(Abbaye Saint-Yved de Braine, acte d’avril 1238) Paris, BnF, ms. Lat., 5479, p. 52.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 10 - Moulage du sceau de Jean de Braine Charte de 1233Paris, Archives nationales, cc/D 504.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Ill. 11 - Portrait d’Agnès de Baudement, comtesse de Braine, d’après son sceau (dessin de Boudan)Paris, BnF, Est., Oa 9 rés. fol. 37.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. 12 - Sceaux de Robert de Dreux et d’Agnès de Baudemont (Abbaye Saint-Yved de Braine)Paris, BnF, ms. Lat. 5479, p. 39.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 13 - Bernard de Montfauçon, Les monumens de la Monarchie françoise, Paris, 1729, t. II, p. 72.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Ill. 14 - Moulage du sceau d’Agnès de Baudement, comtesse de Braine (1184)Paris, Archives nationales, sc/D 1015
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2865/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Docteur en histoire de l’art, est chargée de mission auprès de la direction des études de l’École du Louvre et de conférences à l’Ecole pratique des hautes études (enseignement sur la collection de l’érudit et antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières). Spécialiste de l’histoire de l’enluminure médiévale, elle a publié de nombreuses études sur ce sujet, notamment, Des drôleries gothiques au bestiaire de Pisanello. Le Bréviaire de Marie de Savoie, collection « L’Art et l’essai » (Paris, 2010), ouvrage sur l’enluminure lombarde de la première moitié du XVe siècle, et, avec Caroline Heid-Guillaume, le Catalogue des manuscrits médiévaux de Chambéry (Turnhout, 1998).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540