Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Les sceaux et les matrices de sceaux trouvés dans les tombes médiévales

Elżbieta Dąbrowska

Texte intégral

1Les dépôts funéraires dans les tombes médiévales furent longtemps considérés comme les indices certains, soit du paganisme, soit du christianisme du défunt. Les faits sont en réalité plus complexes car il existe très peu de cas où une telle interprétation du mobilier funéraire s’avère fiable. Au Moyen Âge, on plaçait dans les tombes des rois et des reines, des prêtres, des évêques et des abbés et même des dignitaires laïques - outre des vêtements et des divers insignes – des textes et certains objets, à savoir des sceaux et des matrices de sceaux ainsi que des bulles pontificales.

2L’étude, fondée sur les sources textuelles et l’archéologie du mobilier sépulcral, vise à établir l’histoire des rites funéraires concernant la déposition de sceaux et de matrices de sceaux dans les tombes. Les sources sont hétérogènes et fournissent une information disparate. Les investigations portant sur les tombes des « personnes de qualité », sont peu nombreuses et, pour la plupart, ont été effectuées dans les siècles passés, ce qui signifie, le plus souvent, une exploration d’amateur et une description incomplète. La destruction des sanctuaires et des monuments funéraires ainsi que la dispersion du mobilier funéraire sont la cause de nombreuses ignorances. Il faut donc souligner l’existence de plusieurs lacunes, mais l’absence de renseignements concernant certains objets de tombes ne signifie pas que ceux-ci ne s’y trouvaient pas. Cela indique seulement que les fouilleurs les considéraient comme dépourvus d’intérêt ou encore qu’ils ne les avaient pas remarqués.

3À l’encontre des idées reçues, les sceaux et les matrices de sceaux furent rarement déposés dans les tombes. On en connaît a peine plus d’une vingtaine dans lesquelles furent trouvés ces types d’objets : il s’agit de sépultures, datables du XIIe au XIVe siècle, mises à jour en France, en Italie, en Allemagne, en Autriche, en Pologne, en Angleterre et en Scandinavie. Dans la plupart des cas, la dépose funéraire d’un sceau relève de l’intention d’identifier le défunt. Toutefois, plusieurs textes témoignent de l’obligation de détruire les sceaux des dignitaires laïques ou ecclésiastiques au moment de leur décès ; l’enfouissement d’un sceau dans une tombe pourrait ainsi être tenu pour un acte de destruction.

  • 1 M. Kazanski, P Périn, « Le mobilier funéraire de la tombe de Childeric Ier. Études de la question (...)
  • 2 P. Périn, « Le mobilier funéraire de la tombe d’Arégonde », dans Rome et les barbares, la naissanc (...)
  • 3 H. Roosens, A. Geubel, « Un anneau sigillaire mérovingien », Revue du Nord, 70, 1988, no 276, p. 9 (...)
  • 4 Hadjadj, Bagues…, op. cit., p. 346-396.
  • 5 M. Deloche, Étude historique et archéologique sur les anneaux sigillaires et autres des premiers s (...)
  • 6 Hadjadj, Bagues…, op. cit., no 293, p. 253-254.

4Une première question se pose à propos des origines de l'inhumation des matrices de sceaux. Peut-on ainsi considérer les anneaux sigillaires, déposés à l’aube du Moyen Âge, dans les tombes des rois barbares et des rois mérovingiens, au même titre que les matrices de sceaux ? Parmi ces derniers, il faut en mentionner trois, tous en or : l’anneau trouvé dans la tombe de Childéric Ier, (456-481/482) à Tournai, portant l'inscription childerici regis1, l’anneau de la reine Arégonde (511-562), femme de Clotaire Ier, gravé de son nom et du monogramme regine (ill. 1)2 et enfin une bague munie d’un disque mobile, considérée comme l’anneau sigillaire du roi Clovis II (639-657), conservée dans une collection particulière et dont la provenance suscite les doutes3. Pour d’autres anneaux sigillaires des époques mérovingienne et carolingienne, le contexte archéologique et historique n’est malheureusement pas connu4 : par exemple, l’anneau d’or portant l’inscription « guiidulcii », datable, sans véritables preuves, du VIe siècle5, et un autre anneau de la fin du VIe et du début du VIIe siècle, trouvé à Paris et gravé du nom (in) gundis6.

  • 7 Saint Augustin, « Epistola ad Victorinum », dans Patrologia Latina, 33, col. 226 no LIX.
  • 8 Selon Deloche (Étude…, op. cit., p. 311. note 1) cette lettre a été écrite entre 507 et 520.

5Nous ne sommes pas sûr qu’il s’agisse là d’anneaux sigillaires ou encore de simples bagues nominatives. Néanmoins certains d’entre eux portent une légende rétrograde, ainsi que la lettre s, abréviation de Signum. Nous ne connaissons en effet aucune empreinte de ces sceaux et les textes restent muets à propos des anneaux princiers. Toutefois, ces derniers nous livrent trois témoignages concernant le scellement de documents épiscopaux par des anneaux sigillaires. Saint Augustin en terminant sa lettre adressée à Victorien la scelle avec son anneau : Hanc epistolam signatam misi annule qui exprimit faciem hominis attendentis in latus7. Saint Avit évêque de Vienne (495-vers 520), dans sa lettre adressée à son frère Apollinaire, évêque de Valence (453-520)8, demande que l’anneau qu’on a promis de lui offrir, soit orné de deux disques placés à l’opposé. Un de ces disques doit être perpendiculaire et muni de pierres semi-précieuses, l’autre devra porter son monogramme, accompagné de son nom, afin qu’on puisse le lire :

  • 9 Avitus Viennensis episcopus Appolinari episcopi, Epistola LXXVIII, dans Patrologia Latina, 59, col. (...)

Signatorium igitur quod pietas vestra non tam promittere quam offerre dignata est, in hunc modum fieri volo. Annulo ferreo et ad modum tenui, velut concurrentibus in se delphinulis concluendo, sigilli duplicis forma geminis cardinulis inseratur. Quae, ut libueri vicissim, seu latitabunda, seu publica, obtutibus intuentium alterna vernantis lapilli vel electri pallentis fronte mutetur […] Si quaeras quid insculpendum sigillo signum monogrammatis mei per gyrum scripti nominis legatur indicio9.

6Enfin, que les documents aient été scellés par des évêques au moyen de leur anneau est confirmé dans une lettre de Clovis Ier, en 511 :

  • 10 F. vMaassen (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Concilia aevi Merovingici [511-695], Berlin, 189 (...)

De his qui in pace nostra tam clerici quam laïci subrepti fuerint, si veraciter cognoscitis, vestras epistolas de annulo vestro infra signatas si ad nos omnimodis dirigatis, et a parte nostra praeceptionem latam noveritis firmandam 10 .

  • 11 A. Lièger, R. Marguet, J. Guillaume, « Sépultures mérovingiennes de l’abbaye de Saint-Evre à Toul (...)
  • 12 Eutulanus ou Eudila est attesté avec exactitude en 614, cf. C. de Clercq (ed.), Concilia Galiae II (...)
  • 13 E. Dąbrowska, « La tombe de l’évêque A… et la sépulture ecclésiastique à Limoges », Bulletin de la (...)
  • 14 E. Chartraire, « Insignes épiscopaux et fragments de vêtements liturgiques provenant des sépulture (...)

7On peut aussi mentionner trois anneaux sigillaires trouvés dans des tombes épiscopales : une bague en argent doré à double chaton, porte, gravé sur le premier, le monogramme déchiffré endulus et, sur l'autre, un buste d’homme de profil. Elle fut découverte à l’emplacement de l’abbaye Saint-Evre à Toul (tombe no 1)11 et attribuée au treizième évêque de Toul, Eutulanus ou Eudila (vers 600-622)12. Un anneau d’or, découvert dans une tombe (no S14) à l’église Saint-Martial de Limoges et daté entre le VIIe et le IXe siècle, est muni de deux disques, dont un porte le monogramme ‘A’13. En 1742, on découvrit, dans la cathédrale de Sens, une bague en or munie de deux disques, dont l’un était gravé d’une croix et l’autre portait un monogramme déchiffré ataldus, ce qui a permis de l'attribuer a l’archevêque Atalde, mort en 93314. Toutefois, la lecture de l’inscription et l’attribution de la bague sénonaise suscitent certains doutes.

  • 15 W. Jung (dir.), 1 000 Jahre Mainzer Dom, (975-1975), catalogue d’exposition, Mainz, 1975, no 30, f (...)
  • 16 W. Ewald, Siegelkunde, Darmstadt, 1978, p. 113.
  • 17 E. Gellenius, De admiranda, sacra et civili magnitudine Coloniae Claudine Agrippinensis Augustae U (...)

8Dès la fin de l'époque carolingienne, le haut clergé cesse d’utiliser des anneaux sigillaires, pour les remplacer par des sceaux. On ne peut considérer comme tel la bague trouvée dans la tombe de l’archevêque de Mayence, mort en 1031, parce que les lettres de l’inscription + aribo archieps. ne sont pas gravées à l’envers et que la convexité de la pierre en exclue son utilisation comme sceau15 De même, on ne peut reconnaître, avec Ewald, comme anneau sigillaire la bague, aujourd’hui perdue, provenant de la tombe de l’archevêque de Cologne Pilgrim16 La description détaillée de l’ouverture de cette tombe faite en 1643, par Egidius Gellenius, mentionne seulement : annuler aureus insculper legebatur PILGRIMUS ARCHEPISCOPUS (un anneau d’or gravé sur lequel on lisait Pilgrimus archevêque), mais elle n’indique pas si cette inscription était placée à l’intérieur ou à l’extérieur du jonc17.

  • 18 Dom Germain Poirier, « Rapport sur l’exhumation des corps royaux à Saint-Denis en 1793 » dans A. B (...)
  • 19 S. Rouillard, Histoire de Melun, Paris, 1628, p. 368-369.
  • 20 A. Erlande-Brandenburg, Le roi est mort, étude sur les funérailles et les tombeaux de rois de Fran (...)
  • 21 Supra note 18.
  • 22 A. France-Lanord, « La tombe de Philippe Premier à Saint-Benoît-sur-Loire », Archéologie Médiévale (...)

9L’emploi de sceaux se répandit au XIIe siècle et au même moment les matrices des sceaux apparaissaient dans les tombes. Dans le cadre de nos recherches, nous sommes parvenue à répertorier sept matrices de sceaux déposées auprès de défunts dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Trois de ces matrices, en alliage natif d’or et d’argent, proviennent de sépultures de souverains français. La matrice de sceau de Constance de Castille, femme de Louis VII (†1160) portant l’inscription + sigillum regine constantine, fut retrouvée lors la destruction de sa tombe à l’abbaye Saint-Denis en 1793 (ill. 2a)18 On trouva également une matrice de sceau dans la tombe de Louis VII (†1180) à l’abbaye de Barbeau19 Une troisième matrice royale, portant la légende + elisabez. dei gratia francorum regina, fut découverte en 1857 par Viollet-le-Duc dans la tombe d’Isabelle de Hainaut (†1190), épouse de Philippe Auguste, à Notre-Dame à Paris (ill. 2b)20 La violation de sépultures royales pendant la Révolution rend impossible le contrôle de la présence de sceaux dans les autres tombes capétiennes et la relation de Dom Germain Poirier sur l’exhumation des corps royaux à l’abbaye Saint-Denis par les révolutionnaires en 1793 ne peut servir pour argument comme constatation de leur absence21. La seule tombe royale restée intacte, celle de Philippe Ier (†1108) dans l'abbatiale de Saint-Benoît sur Loire, et qui a fait l’objet d’une étude très poussée, ne contenait aucune matrice de sceau22. Néanmoins, il faut souligner que le roi fut enterré sans ses insignes, en signe d’humilité.

  • 23 L. Palustre, « L’ancienne cathédrale de Rennes, son état au milieu du XVIIIe siècle, d’après des d (...)
  • 24 H. Vetters, G. Trathnigg, « Vörbericht über die Ausgrabungen im Salzburger Dom », Mitteilungen der (...)
  • 25 E. Corroyer, Description de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords, Paris, 1877, p. 126-12 (...)

10Il faut également signaler la déposition de matrices de sceaux dans des tombes du haut clergé de la deuxième moitié du XIIe siècle. Les trois tombes épiscopales, découvertes en 1756 dans la cathédrale de Rennes, nous ont livré trois matrices de sceaux en « métal rouge » (cuivre, bronze, laiton ?) portant la représentation des évêques dans leurs costumes pontificaux entourée des légendes : sigillum alani rhedonensis episcopi pour l’évêque Alain Ier (†1157), s. steph(ani) r(h) ed(onensis) ep(iscopi). et regisa(ngli) ae. capellani pour Étienne de Fougères (†1178) et Sigillum Herberti Redonensis Episcopi pour Herbert Ier (†1198)23. De même, la tombe de l’archevêque de Salzbourg Eberhard Ier (t 1164), enterré dans sa cathédrale, contenait la matrice de bronze de son sceau gravée de l’inscription : eberhardus. dei. gratia salzburg(EN)Sis har [c] hiep[pisco] p(u)s (ill. 3)24. On peut aussi supposer que l’anneau anépigraphique muni d’un disque gravé deux colombes buvant dans une vasque, trouvée dans la tombe de Robert de Torigny abbé de Mont Saint Michel (†1186), pouvait servir à celui-ci de sceau25

  • 26 Die Zeit der Staufer… cat. cit., I, p. 67-68, no 101-102, fig. 96-97.
  • 27 H. E. Kubach, A. Verbeck, Romanische Baukunst an Rhein und Mass, Berlin, 1976, p. 533.
  • 28 R. Favreau (éd.), Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, vol. 8, Paris, 1982, no 27, p. 6 (...)

11Pour les siècles suivants, on peut mentionner deux matrices de sceaux trouvées dans la tombe de Nicolas (Nils) Ier, évêque de Schleswig (†1233/1234) : la grande matrice inscrite nicolaus : dei : gratia : slewicensis : episcopus +, et la matrice du contre-sceau, da miched(omi) ne norim me [?]. norim te26. Les cachets d’Arnold II, archevêque de Cologne (†1156)27, et de Bertrand de Miremont, évêque de Comminges (†1286)28, retrouvés dans leur tombe, ont également été signalés, mais je n’ai pas réussi à vérifier s’il s’agit des sceaux ou des matrices de sceau.

  • 29 T. Meier, Die Archäologie des mittelalterlichen Königsgrabes im christlichen Europa, Stuttgart, 20 (...)
  • 30 M. Walicki, Sztuka polska przedromańska i romańska do schytku XIII wieku, Varsovie, 1971, p. 790, (...)
  • 31 K. Bogacka, Insygnia biskupie w Polsce. Pierscień, pektoral, infuta XI-XVIII w., Varsovie, 2008, p (...)
  • 32 W. Semkowicz, Paleografia łacińska, Cracovie, 2002.
  • 33 R. Kautzsch, Der Dom zu Worms, Berlin, Deutsche Verein für Kunstwissenchaft, 1938, p. 355.
  • 34 S. de Ricci, Catalogue of a collection of ancient rings formed by last E. Guilhou, Paris, 1912, no(...)
  • 35 Gallia Christiana, vol. 12, Ecclesia Autissiodorensis, Paris, 1770, col. 312-330.

12Dès le début du XIIIe siècle, on a pu observer plus fréquemment l’emploi de matrices de sceaux et d’anneaux sigillaires dans les différentes classes sociales particulièrement chez les chevaliers mais aussi chez les bourgeois et les paysans aisés. Cependant, à l’exception de la Scandinavie29, les trouvailles dans les tombes sont rares, et les tombes royales et princières n’ont pas révélé de bagues cachets. Leur utilisation par les prélats est rare ; citons, néanmoins, l’anneau sigillaire de l’évêque Boguchwal II ou III, décédé en 1253 ou 1264 (deux prélats portant le même prénom se succèdent) enterré dans la cathédrale de Poznan en Pologne30. Cet anneau porte, en ovale : s(igillum) goguphali ep(iscop) i pozn(aniensi) et sur son champ une croix pattée sise sur une barre horizontale se terminant par deux montants verticaux. Ce dessin ne peut être lu comme des armoiries mais plutôt comme un signe. Certains auteurs ont voulu le voir comme la représentation d’Hetoimasia – c’est-à-dire un trône portant la croix triomphale symbole du Christ (ill. 4)31. On ne connaît aucun sceau tiré de cette matrice. La seule bague qui puisse lui être comparée est une trouvaille isolée, faite près de Kalisz en Pologne. Elle porte dans son champ une petite croix pâtée qui prolonge vers le haut la barre centrale d’un motif qui s’interprète soit comme la lettre ω, soit comme une ancre de marine, signifiant l’espoir du salut. Autour de la croix, l’inscription non inversée † annulus svant est attribué à Świętopełk I, prince de Poméranie, décédé en 1266 (ill. 5)32. Par ailleurs, un anneau muni d’une intaille sur pierre rouge, représentant un chevalier avec l’inscription Secretum Meum, fut trouvé dans la sépulture d’Eckard von Ders, évêque de Worms mort en 140533, et, En 1937, une bague en or muni d’un cabochon de rubis et portant l’inscription : + secretu(m) . petri . autis(siodori) . epi(scopi), passa dans le commerce d’art parisien34. S’il ne s’agit pas là d’un pastiche moderne, cette bague provient vraisemblablement d'une tombe et aurait pu appartenir à l'un des huit évêques d’Auxerre portant ce nom entre 1296 et 1473. Les deux premiers ont été transférés sur autre siège épiscopal, cinq enterrés dans la cathédrale d’Auxerre et le dernier dans le chœur de Notre-Dame de Paris35.

  • 36 F. Baudry (abbé), « Fouilles archéologiques du Bernard (Vendée) », Annuaire départemental de la So (...)
  • 37 M. Barrère et M. Rey-Delqué (dir.), Archéologie et vie quotidienne aux XIIIe et XIVe siècles en Mi (...)
  • 38 F. Wiggert, « Uber die Begräbnisse des Erzbischöfe im Dom zu Magdebourg », Geschchts-Blätter für S (...)
  • 39 E. Møller, E. Nyborg, « Ribe Domkirke », dans Danmarks Kirker, Copenhague, 1979-1983, vol. 1-2, p. (...)

13On peut citer encore les trouvailles de matrices de sceaux dans les tombes de doyens, comme Guillaume de la Peyratte, doyen de Talmond, inhumé à Bernard en Vendée (XIIIe siècle)36, et de prieurs, par exemple celui du prieuré de Notre-Dame de Pinel près de Toulouse (XIVe siècle)37. Enfin, il faut mentionner la découverte surprenante de cinq fragments de matrices de sceaux et de deux bagues, auprès du corps de l'archevêque de Magdeburg, Otto von Hessen, décédé en 1361 et enterré dans sa cathédrale. Malheureusement, la description de l’ouverture de sa tombe en 1831 est peu détaillée et les objets en question sont vaguement décrits38. De même, les plaques d’identification posées à la fin du XIIe siècle dans les tombes des premiers évêques de Ribe au Danemark, ont la forme d’un sceau39.

  • 40 C. Urseau, « L’anneau découvert dans le tombeau d’Ulger évêque d’Angers », Comptes rendus de l’Aca (...)

14Les découvertes des sceaux dans les tombes, étant donne la fragilité de la cire, sont presque inexistantes dans leurs inventaires. Seuls les sceaux sur métal, c’est-à-dire les bulles, nous sont parvenus. À ma connaissance, le seul sceau épiscopal sur plomb fut trouve dans la tombe de l'évêque Ulger (†1148/1149) à Angers40. Toutefois, on cite plusieurs cas de déposition de bulles pontificales dans les tombes de souverains et de dignitaires ecclésiastiques et laïques.

  • 41 On peut seulement citer quelques matrices de sceaux trouvées dans les tombes anonymes situées dans (...)
  • 42 J J. Veeckman, « Post-medieval mortuary practices in Antwerp (Belgium) », dans G. De Boes et F. Ve (...)
  • 43 A. Milin, Voyage dans les Départements du Midi de la France, Paris, 1807, 2, p. 294, d’après T. Mi (...)

15En conclusion, nous pouvons simplement affirmer que l'usage de la déposition du sceau ou de la matrice du sceau d’un défunt auprès son corps ne repose sur aucune règle et fut, on peut même le dire, éphémère. Cette pratique existe à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle en France, en Italie, en Allemagne, en Autriche, en Pologne et en Scandinavie ; aucune découverte cependant provenant des sépultures de dignitaires ecclésiastiques et laïques en Angleterre41, jusqu’à présent. L’inhumation des matrices de sceaux se prolonge jusqu’au XVIe siècle, période pour laquelle on fait encore quelques trouvailles isolées42. Cependant, nous n’arrivons pas à montrer la poursuite de cette coutume dans un évêché donné ou pour toute une dynastie. Ainsi, la destruction de l’ancienne cathédrale de Rennes nous empêche de connaître l’inventaire des tombes épiscopales, à l’exception des trois découvertes citées plus haut. Il paraît impossible, également, de prouver la continuité entre les inhumations de l’anneau sigillaire chez les souverains mérovingiens et celles des matrices de sceau chez les rois de France de la deuxième moitié du XIIe siècle. Tirer des exemples analysés précédemment une règle générale pour les périodes précédentes paraît difficile. De plus, nous n’avons aucun témoignage de la pratique de cet usage pour les sépultures royales à l’échelle de l’Europe médiévale, à l’exception notable de petites matrices de sceaux en cuivre doré de Charles II d’Anjou, roi de Sicile et de Jérusalem (†1309), trouvée dans sa sépulture au couvent des dominicaines à Aix-en-Provence43.

  • 44 Erlande Brandenburg, Le roi est mort… op. cit., p. 42.

16Dans quel but fut pratiquée l’inhumation des sceaux et des matrices de sceau auprès des défunts ? Dans la plupart des cas, la dépose funéraire d’un sceau relève de l’intention d’identifier le mort. Néanmoins, la comparaison de quelques centaines de tables et de lames en plomb, provenant de l’Europe entière, déposées dans les sépultures des souverains et des dignitaires ecclésiastiques et laïques, inscrites de leurs noms entre le XIe et XIVe siècle, et les matrices de sceaux répertoriées ici, soulignent le caractère éphémère et isolé de cet usage. L’enfouissement d’un sceau dans une tombe pourrait-il être tenu alors pour un acte de destruction ? L'absence de témoignages écrits nous laisse dans l'ignorance la plus complète. En effet, on hésitait, à juste titre, à déposer dans une tombe un objet qui, s’il était dérobé, aurait permis d’authentifier un acte. Cette crainte était d’ailleurs justifiée par le pullulement des faux actes et le grand nombre de violations de sépultures44.

  • 45 M. Pastoureau, les sceaux, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36), p.  (...)
  • 46 Vita sancti Brunonis archiepiscopi Coloniensis auctore Ruotgero, dans H. Kallfelz (éd.), Vitae quor (...)
  • 47 R. Fawtier, « Ce qu’il advenait des sceaux de la couronne de France à la mort du roi de France », (...)

17Néanmoins, plusieurs textes témoignent de l’obligation de détruire les sceaux des dignitaires laïques ou ecclésiastiques au moment de leur décès45. On peut également citer des legs de matrices de sceaux aux communes monastiques, probablement dans un but caritatif. L'archevêque de Cologne Bruno cède, par son testament de 1022, sa matrice de sceau et scutulam graecam à l'abbaye Saint-Pantaléon à Cologne46. Les sœurs de la léproserie de La Saussaie-lès-Villejuif, près de Paris, reçurent du roi Philippe Auguste le privilège de récupérer, après la mort du souverain, toute la cire de sceaux apposés au bas des lettres reçues de lui (omnem ceram in qua littere ad nos veniunt). Par la suite, jouant sur le double sens du mot sigillum signifiant à la fois sceau et matrice de sceau, elles s’approprièrent, pour quelques dizaines années, le droit de recevoir la matrice en or du roi défunt, préalablement brisée47. Un document de 1255, provenant de l’abbaye bénédictine à Montivilliers, mentionne l’obligation de détruire le sceau de l’abbesse défunte avant élection de la nouvelle :

  • 48 Paris, AN, J 345 no 143, voir L. Douët d’Arcq, Inventaire de la collection de la collection des sc (...)

Quia vero non consuevimus habere sigillum, imo semper sigillo nostre abbatisse utimur ; sigillum dicte M. antequam fraction fuisset, una cum sigillo decani nostri presentibus litteris apponi fecilmus 48 .

18Le coutumier de l’abbaye anglaise de Saint Albans recommande de détruire le grand et le petit sceau de l’abbé après sa mort :

  • 49 W. Dugdale, Monasticon Anglicanum, Londres, 1819, II, p. 236, no XXIV.

Defuncto abbate, pront mos exigit nostri monasterii, sigillum ejus magnum in quondam locuto reponendum est, cum sigillo commuai signabitur custodiendum usque in diem sepulturae suae. Quo quidem die coram omni populo ; post missam majorem ante altareproferendum est cum martello confrigendum 49 .

  • 50 M. Baugarten, « Das päpstliche Siegelamt bein Tode und nach Neuwahl des Papstes », Römische Quarta (...)
  • 51 C. Bertelli, « Traversie della tomba di Clement IV », Paragone, 20, 1969, p. 53-63, ici p. 53.
  • 52 Ewald, Siegelkunde…, op. cit., p. 106-112.
  • 53 L’inhumation de matrices de sceaux à Byzance et en Ruthénie doit être traitée séparément. On peut (...)

19L’écrasement des matrices de sceaux pontificales est pratiqué à Rome, depuis une époque reculée et jusqu’à nos jours50. Dans la tombe du pape Clément IV (1265-1268), à Viterbe, on a trouvé son petit sceau en cire, mais pas la matrice51. Depuis le XIVe siècle, les témoignages de destruction des matrices se multiplient. Nous les trouvons dans les textes concernant les funérailles des souverains et des dignitaires, en France, en Angleterre, en Allemagne et en Silésie52. Cela confirme bien que l’inhumation des matrices de sceaux fut une pratique éphémère et limitée. Cet usage, dont l’origine demeure inconnue, apparaît à l’époque mérovingienne et se répand vraiment dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Son aire géographique est relativement large et embrasse presque toute l’Europe latine53.

  • 54 E. Dąbrowska (avec la contribution de F. Comte), « Un rite funéraire peu connu : le dépôt de bulle (...)
  • 55 Pendant les fouilles entreprises dans l’église abbatiale à Souvigny, on trouva récemment dans les (...)
  • 56 Durant les dernières années, on signala en Angleterre les nombreuses découvertes de bulles pontifi (...)

20En 1993, avec François Comte, nous avions publié un article sur le dépôt des bulles pontificales dans les tombes54. Nous limiterons donc ici à un court résumé de nos résultats. À l’heure actuelle, nous connaissons dix-neuf tombes contenant vingt-et-une bulles pontificales mises à jour sur les territoires des provinces ecclésiastiques françaises (France, Suisse), ainsi qu’en Angleterre, auxquelles s’ajoutent deux bulles trouvées dans la sépulture de la reine Hedwige d’Anjou dans la cathédrale de Cracovie en Pologne55. Hormis, la bulle d’Eugène III à Lescar, qui est atypique ou fausse, toutes les autres bulles ont été frappées dans une fourchette chronologique d’un siècle et demi, entre 1305 et 1458 (ill. 6). Sur les dix-neuf tombes, neuf ont été identifiées. Toutes, à l’exception de celle d’Hedwige d’Anjou, contiennent la dépouille d’ecclésiastiques – archevêques, évêques, chanoines et abbés, décédés aux XIVe et XVe siècles56. Ces bulles peuvent être considérées comme des bulles de désignation – établissant la fonction et le pouvoir du défunt – ou encore des bulles d’indulgences.

Illustrations

Ill. 1 - Anneau sigillaire d’Arégonde, trouve dans sa tombe à Saint-Denis.
Paris, Musée du Louvre, no inv. 87432.

Ill. 2a - Matrice du sceau de Constance de Castille (†1160), trouvée dans sa tombe à Saint Denis.
Paris, Cabinet de Médailles, Bibliothèque Nationale de France.

Ill. 2b - Matrice du sceau d’Isabelle de Hainaut (†1190) trouvée dans sa tombe à Notre Dame de Paris.
Londres, British Museum, no inv. 1970, 9-4, 1.

Ill. 3 - Matrice du sceau d’Eberhard I er (†1164) archevêque de Salzburg, trouvée dans sa tombe dans la cathédrale de Salzbourg.
Salzbourg, Museum Carolina Augusteum, no inv. 213/58.

Ill. 4 - Anneau sigillaire de Boguchwal II (†1253) ou de Boguchwal III (†1263/1264) évêques de Poznań trouvé dans une tombe dans la cathédrale de Poznań.
Poznań, Muzeum Narodowe no dep. IAE PAN 938/d.

Ill. 5 - Anneau sigillaire du duc de Poméranie Świȩtopełk (†1266), trouvaille fortuite à Korzecznik près de Kalisz.
Kraków, Muzeum Narodowe.

Ill. 6 - Bulle pontificale d’Innocent IV (1353-1362) trouvée dans la tombe de Guillaume II de Melun (†1376), archevêque de Sens, enterré dans sa cathédrale.
Musée de Sens.

Notes

1 M. Kazanski, P Périn, « Le mobilier funéraire de la tombe de Childeric Ier. Études de la question et perspectives », Revue archéologique de Picardie, no 3-4, 1988, p. 13-38.

2 P. Périn, « Le mobilier funéraire de la tombe d’Arégonde », dans Rome et les barbares, la naissance d’un nouveau monde, J.-J. Aillagon (éd.), catalogue d’exposition, Venise, 2008, no V5, p. 432-435 ; R. Hadjadj, Bagues mérovingiennes : Gaule du Nord, Paris, 2007, no 355, p. 286.

3 H. Roosens, A. Geubel, « Un anneau sigillaire mérovingien », Revue du Nord, 70, 1988, no 276, p. 99-106 ; Hadjadj, Bagues…, op. cit., p. 84.

4 Hadjadj, Bagues…, op. cit., p. 346-396.

5 M. Deloche, Étude historique et archéologique sur les anneaux sigillaires et autres des premiers siècles du, Paris, 1900, no CCXCII p. 338-339.

6 Hadjadj, Bagues…, op. cit., no 293, p. 253-254.

7 Saint Augustin, « Epistola ad Victorinum », dans Patrologia Latina, 33, col. 226 no LIX.

8 Selon Deloche (Étude…, op. cit., p. 311. note 1) cette lettre a été écrite entre 507 et 520.

9 Avitus Viennensis episcopus Appolinari episcopi, Epistola LXXVIII, dans Patrologia Latina, 59, col. 280-281. Voir aussi : R.-H. Bautier, « Le cheminement du sceau et de la bulle de l’époque mésopotamienne au XIIIe siècle occidental », Revue française d'héraldique et de sigillographie, fasc. 54-59, 1984-1989, p. 41-84, ici p. 52.

10 F. vMaassen (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Concilia aevi Merovingici [511-695], Berlin, 1893 (réediton 1989), p. 1, no 1, Epistola Clodovici regis ad episcopos, poest bellum Gothicum scripta.

11 A. Lièger, R. Marguet, J. Guillaume, « Sépultures mérovingiennes de l’abbaye de Saint-Evre à Toul (Meurthe-et-Moselle) », Revue archéologique de l’Est, 35, 1994, p. 304, 315-316, fig. 4, 9 et 9 ; Hadjadj, Bagues… op. cit., no 195, p. 199.

12 Eutulanus ou Eudila est attesté avec exactitude en 614, cf. C. de Clercq (ed.), Concilia Galiae II, A. 511-A. 695, Turnhout, 1963 (Corpus Christianorum, series latina t. CXLVIIIA), p. 206, 282 ; voir aussi, N. Gauthier (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, I, Province ecclésiastique de Trèves (Belgica Prima), Paris, 1986, p. 59 « Toul ».

13 E. Dąbrowska, « La tombe de l’évêque A… et la sépulture ecclésiastique à Limoges », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 2000, p. 248-264.

14 E. Chartraire, « Insignes épiscopaux et fragments de vêtements liturgiques provenant des sépultures d’archevêques de Sens, conservés au trésor de la cathédrale de Sens », Bulletin archéologique du Comité du travaux historiques et scientifiques, 1918, p. 46-47.

15 W. Jung (dir.), 1 000 Jahre Mainzer Dom, (975-1975), catalogue d’exposition, Mainz, 1975, no 30, fig. 32 p. 286.

16 W. Ewald, Siegelkunde, Darmstadt, 1978, p. 113.

17 E. Gellenius, De admiranda, sacra et civili magnitudine Coloniae Claudine Agrippinensis Augustae Uliorum Urbis, Coloniae Agrippine [Cologne], 1645, p 303.

18 Dom Germain Poirier, « Rapport sur l’exhumation des corps royaux à Saint-Denis en 1793 » dans A. Boureau, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français XVe-XVIIIe siècle, Paris, 2000, p. 73-91

19 S. Rouillard, Histoire de Melun, Paris, 1628, p. 368-369.

20 A. Erlande-Brandenburg, Le roi est mort, étude sur les funérailles et les tombeaux de rois de France jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Genève, 1975, p. 42-43.

21 Supra note 18.

22 A. France-Lanord, « La tombe de Philippe Premier à Saint-Benoît-sur-Loire », Archéologie Médiévale, 22, 1992, p. 367-392.

23 L. Palustre, « L’ancienne cathédrale de Rennes, son état au milieu du XVIIIe siècle, d’après des documents inédits », Bulletin Monumental, 49, 1883, p. 615-617.

24 H. Vetters, G. Trathnigg, « Vörbericht über die Ausgrabungen im Salzburger Dom », Mitteilungen der Gesellschaft für Salzburger Landeskunde, 98, 1958, p. 267-278, ici p. 273, fig. 17 ; Die Zeit der Staufer, Catalogue d’exposition (Württembergisches Landesmuseum), Stuttgart, 1977, I, p. 62-63, no 93, fig. 88 ; H. Glaser (éd.) Wittelsbach und Bayern, catalogue d’exposition, Munich, 1980, I, p. 70-71, no 81 avec illustration.

25 E. Corroyer, Description de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords, Paris, 1877, p. 126-129.

26 Die Zeit der Staufer… cat. cit., I, p. 67-68, no 101-102, fig. 96-97.

27 H. E. Kubach, A. Verbeck, Romanische Baukunst an Rhein und Mass, Berlin, 1976, p. 533.

28 R. Favreau (éd.), Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, vol. 8, Paris, 1982, no 27, p. 64.

29 T. Meier, Die Archäologie des mittelalterlichen Königsgrabes im christlichen Europa, Stuttgart, 2002, p. 208-210.

30 M. Walicki, Sztuka polska przedromańska i romańska do schytku XIII wieku, Varsovie, 1971, p. 790, fig. 1112.

31 K. Bogacka, Insygnia biskupie w Polsce. Pierscień, pektoral, infuta XI-XVIII w., Varsovie, 2008, p. 88.

32 W. Semkowicz, Paleografia łacińska, Cracovie, 2002.

33 R. Kautzsch, Der Dom zu Worms, Berlin, Deutsche Verein für Kunstwissenchaft, 1938, p. 355.

34 S. de Ricci, Catalogue of a collection of ancient rings formed by last E. Guilhou, Paris, 1912, no 1102, p. 132 ; Superb collection of rings of the dark ages, the middle ages, the Renaissance and modern times [catalogue de la vente Guilhou] le 9-12 novembre 1937, s.l., 1937, no 601, p. 135 ; pl. XX.

35 Gallia Christiana, vol. 12, Ecclesia Autissiodorensis, Paris, 1770, col. 312-330.

36 F. Baudry (abbé), « Fouilles archéologiques du Bernard (Vendée) », Annuaire départemental de la Société d’émulation de la Vendée, 8, 1861-1862, p. 98-118, ici p. 114, pl. III, fig. 4.

37 M. Barrère et M. Rey-Delqué (dir.), Archéologie et vie quotidienne aux XIIIe et XIVe siècles en Midi-Pyrénées, catalogue d’exposition (Toulouse, musée des Augustins), Toulouse, 1990, no 68, p. 115.

38 F. Wiggert, « Uber die Begräbnisse des Erzbischöfe im Dom zu Magdebourg », Geschchts-Blätter für Stadt und Land Magdeburg, 2, 1867, p. 201-202.

39 E. Møller, E. Nyborg, « Ribe Domkirke », dans Danmarks Kirker, Copenhague, 1979-1983, vol. 1-2, p. 114 et vol. 7-8, p. 527 ; E. Skov, « Naestved grǻbrǿdrekloster », Nationalmuseets Arbejdsmarkt, 1959, p. 66, fig. 7.

40 C. Urseau, « L’anneau découvert dans le tombeau d’Ulger évêque d’Angers », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, no 24, 1896, p. 411-412.

41 On peut seulement citer quelques matrices de sceaux trouvées dans les tombes anonymes situées dans les différents prieurés comme St. Grégory à Canterbury, St. Cathreine à Lincoln (R. Gilchrist, B. Sloane, Requiem The medieval monastic Cemetery in Britain, London, Museum of London Archaeology Service, 2005, p. 176-177). L’empreinte en cire du sceau de l’hôpital San Spirito à Rome trouvée dans une tombe anonyme à Hulton Abbey doit être considérée comme une enseigne du pèlerinage (W. D. Klemperer, N Boothroyd, Excavations at Hulton Abbey, Staffordshire 1987-1994, The Society for medieval Archaeology, Monograph 21, 2004, p. 155-156, fig. 6, 2, 7).

42 J J. Veeckman, « Post-medieval mortuary practices in Antwerp (Belgium) », dans G. De Boes et F. Verhaeghe (éd.), Urbanism in Medieval Europe. Papers of the Medieval Europe Brugge 1997, vol. II, Death and Burial in Medieval Europe, Zellik, 1997, p. 71-75, ici p. 73.

43 A. Milin, Voyage dans les Départements du Midi de la France, Paris, 1807, 2, p. 294, d’après T. Michalsky, Memoria und Repräsentation. Die Grabmäler des Könighauses Anjou in Italien, Gottingen, 2000, p. 271-277.

44 Erlande Brandenburg, Le roi est mort… op. cit., p. 42.

45 M. Pastoureau, les sceaux, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36), p. 39-40.

46 Vita sancti Brunonis archiepiscopi Coloniensis auctore Ruotgero, dans H. Kallfelz (éd.), Vitae quorundam episcoporum saeculorum X, XI, XII, Darmstadt, 1973, p. 256.

47 R. Fawtier, « Ce qu’il advenait des sceaux de la couronne de France à la mort du roi de France », Comptes rendus de l’Académie de Inscriptions et Belles-Lettres, 1938, p. 522-530.

48 Paris, AN, J 345 no 143, voir L. Douët d’Arcq, Inventaire de la collection de la collection des sceaux des Archives de l’Empire, Paris, 3 vol., 1863-1866, I, p. XXXIV.

49 W. Dugdale, Monasticon Anglicanum, Londres, 1819, II, p. 236, no XXIV.

50 M. Baugarten, « Das päpstliche Siegelamt bein Tode und nach Neuwahl des Papstes », Römische Quartalschift für christliche Altertumskunde und für Kirchenzechichte, 21, 1907, p. 32-42.

51 C. Bertelli, « Traversie della tomba di Clement IV », Paragone, 20, 1969, p. 53-63, ici p. 53.

52 Ewald, Siegelkunde…, op. cit., p. 106-112.

53 L’inhumation de matrices de sceaux à Byzance et en Ruthénie doit être traitée séparément. On peut seulement signaler la présence d’une matrice de sceau anépigraphique dans la tombe masculine (no 61/1) à Shestovitsy, près de Chernigov, de la seconde moitié du Xe siècle, cf. J. Shepard, « A Cone-seal from Shestovitsy », Byzantion, 56, 1986, p. 252-274.

54 E. Dąbrowska (avec la contribution de F. Comte), « Un rite funéraire peu connu : le dépôt de bulles pontificales dans les tombes ecclésiastiques (XIVe-XVe siècles), Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1993, p. 209-223 ; E. Dąbrowska, « Passeport pour l’au-delà. Essai sur la mentalité médiévale », Le Moyen Âge, 2005-2, p. 334-336.

55 Pendant les fouilles entreprises dans l’église abbatiale à Souvigny, on trouva récemment dans les tombes deux bulles pontificales des papes Grégoire XI et Clément VII. Information de Mme Pascale Chevalier professeur à l’université de Clermont-Ferrand.

56 Durant les dernières années, on signala en Angleterre les nombreuses découvertes de bulles pontificales en plomb provenant des sépultures de personnages ecclésiastiques et laïques (R. Gilchrist, B. Sloane, Requiem…, op. cit., p. 94-96). Toutefois, il faut se demander, si ces bulles provenaient vraiment de la chancellerie pontificale et si elles étaient attachées au document.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - Anneau sigillaire d’Arégonde, trouve dans sa tombe à Saint-Denis. Paris, Musée du Louvre, no inv. 87432.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-1.jpg
Fichier image/, 156k
Légende Ill. 2a - Matrice du sceau de Constance de Castille (†1160), trouvée dans sa tombe à Saint Denis. Paris, Cabinet de Médailles, Bibliothèque Nationale de France.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-2.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Ill. 2b - Matrice du sceau d’Isabelle de Hainaut (†1190) trouvée dans sa tombe à Notre Dame de Paris. Londres, British Museum, no inv. 1970, 9-4, 1.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-3.jpg
Fichier image/, 149k
Légende Ill. 3 - Matrice du sceau d’Eberhard I er (†1164) archevêque de Salzburg, trouvée dans sa tombe dans la cathédrale de Salzbourg. Salzbourg, Museum Carolina Augusteum, no inv. 213/58.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-4.jpg
Fichier image/, 144k
Légende Ill. 4 - Anneau sigillaire de Boguchwal II (†1253) ou de Boguchwal III (†1263/1264) évêques de Poznań trouvé dans une tombe dans la cathédrale de Poznań. Poznań, Muzeum Narodowe no dep. IAE PAN 938/d.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-5.jpg
Fichier image/, 109k
Légende Ill. 5 - Anneau sigillaire du duc de Poméranie Świȩtopełk (†1266), trouvaille fortuite à Korzecznik près de Kalisz. Kraków, Muzeum Narodowe.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-6.jpg
Fichier image/, 95k
Légende Ill. 6 - Bulle pontificale d’Innocent IV (1353-1362) trouvée dans la tombe de Guillaume II de Melun (†1376), archevêque de Sens, enterré dans sa cathédrale. Musée de Sens.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2863/img-7.jpg
Fichier image/, 83k

Auteur

Docteur en histoire et archéologie et maître de recherches à l’Institut d’Archéologie et d’Ethnologie à Varsovie (1973-1981), a intégré, en 1981, le Centre national de la recherche scientifique, groupe Topographie chrétienne des cites de la Gaule et collaboré au Corpus des émaux méridionaux (CNRS-INHA). Parmi ses travaux récents : « Passeport pour l’au-delà. Essai sur la mentalité médiévale », Le Moyen Age, 2005/2, 313-337 ; « Le tau, un attribut ou un insigne liturgique ? », Acta archeologica Academiae scientarum hungaricae, 58, 2007, 341-363 ; avec G. François, « La diffusion de l’Oeuvre de Limoges à l’Est de l’Europe médiévale », Questiones Medii Aevi novae, 14, 2009, 287-306 ; « Les crosses », dans Corpus des émaux méridionaux, vol. II (sous presse).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540