Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art

 | 
Jean-Luc Chassel
, 
Marc Gil Chassel

1. De l’inventeur au chercheur

Du sceau à la signature électronique

Rosine Cleyet-Michaud

Texte intégral

1L’archiviste que je suis, confrontée à la problématique de la signature électronique, a l’habitude de dire que, pour comprendre ce qu’il en est exactement, il convient de nous référer à la pratique médiévale du sceau.

2Beaucoup de points communs entre le sceau et la signature électronique en effet :

  • leur raison d être d'abord à savoir l'authentification des actes
  • le caractère unique de la matrice, placée sous la sauvegarde d’un garde des sceaux ou, dans le cas de la signature électronique et dans notre jargon actuel, d’un tiers archiveur.

3De nombreuses différences toutefois que ce colloque va faire éclater, notamment la stratégie emblématique à la base de la conception graphique du sceau et sa transformation, au moins pour certains d entre eux, en objet d’art. Ce n’est certes pas le cas de la signature électronique, assemblage totalement aléatoire de chiffres virtuels.

4Un autre point commun : les difficultés que nous rencontrons pour en assurer la conservation à long terme. À ce jour je doute fort que nous puissions conserver indéfiniment les signatures électroniques et me réjouis qu’il y ait d’autres moyens d’authentifier les actes sur support numérique.

5Quant aux sceaux, nous savons bien que les matrices sont très loin d’avoir été sauvegardées. Et la conservation materielle des empreintes pose de réels problèmes dans la mesure où elles sont intrinsèquement liées à des documents écrits. Impossible d’accepter avec sérénité une conservation du sceau isolé du document auquel il était attaché et de le traiter comme un objet d’art (à l’exemple de ce qui se passe dans les musées mais aussi dans certains services d’archives, comme aux Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone). La plupart des conservateurs d’archives ne peuvent s’y résoudre même s’ils sont conscients que les conditions de conservation de leurs documents scellées sont très mauvaises. Et je peux dire que c est le cas, sauf exception, aux Archives départementales du Nord ou la tradition veut que nous conservions plus de 10 000 empreintes de sceaux.

6Ce sont ces mauvaises conditions de conservation et aussi la fragilité des empreintes qui sont cause de leur dégradation : dans ce cas la restauration vient heureusement à notre secours. Leur communication aux chercheurs est une autre cause de dégradation : dans ce cas ce sont les techniques de reproduction, du dessin au moulage et, maintenant, à la numérisation, qui résolvent bien des problèmes.

Auteur

Conservateur général du patrimoine, est directrice des Archives départementales du Nord depuis 2001, après avoir débuté sa carrière comme conservateur des Archives du Loiret (1971), puis dirigé celles des Alpes-Maritimes (1978) et celles de Loire-Atlantique (1992), avant d’occuper le poste de Conservateur général chargé du service technique de la direction des Archives de France (1995). Elle est, par ailleurs, présidente du Comité sur l’Evaluation des documents d’archives (CAP) du Conseil international des Archives, depuis 2000.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540