Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Conclusions

De la mer du Nord à la mer Baltique : représentations, contacts, échanges

Stéphane Lebecq

Texte intégral

1Comment n’avoir pas été frappé par l’éventail, presque la pulvérisation, des questions qui ont été soulevées à l’occasion de cet atelier ? Non seulement elles se sont inscrites dans une envergure chronologique qui, des invasions à la fin du XVe siècle, embrasse tout le Moyen Âge, mais elles ont mobilisé un éventail de sources, qui, loin de se limiter aux seules sources écrites, ont à l’occasion sollicité la fouille archéologique, la numismatique, la cartographie. On pourra cependant regretter que toutes les communications n’aient pas franchi l’Elbe (pour s’inscrire dans le vaste projet de recherche « Gentes trans Albiam », dont se réclame notre atelier), ni les détroits des Belts et du Sund (pour répondre au titre annoncé de ces journées, qui devaient s’entendre « de la Mer du Nord à la mer Baltique »), et que la question des échanges culturels ou matériels entre le bassin de la mer du Nord et celui de la Baltique (et inversement) aient si peu retenu l’attention des intervenants. Si on attend de celui qui fait les conclusions qu’il jette les passerelles entre le monde de la mer du Nord et celui de la mer de l’Est, c’est lui demander quasiment l’impossible, s’il se doit en priorité de dresser le bilan de ces trois journées – un bilan qui sera envisagé sous trois titres successifs : représentations et identités ; mers du Nord, mers de contact ; structures et mutations des systèmes d’échanges.

Représentations et identités

2Je parlerai ici des mers du Nord et de leurs populations riveraines, en m’attardant sur les sources et leurs différents angles de vue, en particulier sur la façon dont elles perçoivent les espaces maritimes et littoraux et dont elles se représentent les sociétés qui leur sont associées.

3Que la mer soit a priori un monde autre, cela n’a rien d’étonnant, surtout quand il s’agit de la mer Baltique vue par les cartographes méditerranéens (italiens ou catalans) du second Moyen Age dans leurs mappae mundi et autres portulans. On nous a montré comment les principales sources d’information dont les hommes du Moyen Âge ont disposé sur les mondes nordiques ont été longtemps limitées aux traités des géographes et cosmographes antiques (entre autres Pomponius Mella, Ptolémée) ; et comment, en dépit du renouveau des échanges entre la Méditerranée et le grand Nord perceptible à partir du XIIe siècle, les choses ne se sont pas vraiment arrangées du fait du ceinturage de la Baltique par les Hanséates qui en refusaient l’accès aux étrangers. Du coup, les mers du Nord et leurs terres bordières sont restées pour les cartographes du Midi terrae et maria incognita – un peu comme elles l’avaient été pour Virgile, dont l’aphorisme présentant les Morins du pas de Calais comme des extremi hommes (Enéide, VIII 727) devint un lieu commun de la géographie et de l’ethnographie antique et médiévale. C’est assurément la même distance, la même incompréhension qu’exprime Fra Mauro de Venise au XVe siècle, quand il dit de la Baltique qu’on n’y utilise ni cartes ni compas mais seulement des sondes pour mesurer la profondeur de l’eau ! Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les fleuves y aient été représentés comme parallèles et non perpendiculaires à la mer, suivant une tradition dont on peut se demander si elle ne remonte pas à la table de Peutinger, cette carte itinéraire romaine des environs de 400 dont ne nous est parvenue qu’une ultime copie du XVe siècle, qui étire interminablement d’est en ouest les mers, les routes et les fleuves qui limitaient ou traversaient l’Empire !

4Un bel exemple nous a été présenté de cette ignorance craintive que les Occidentaux ont longtemps exprimée à l’égard de l’extrême Orient baltique, c’est celui de la Livonie, dont le nom – à l’origine celui d’un peuple – apparut au tournant du XIIe et du XIIIe siècle pour désigner l’ensemble constitué par les actuelles Estonie et Lettonie. En dépit des informations de plus en plus circonstanciées qui, dès le XIIIe siècle, leur ont été données sur cette terre, certes marécageuse et forestière mais non dépourvue d’îlots de fertilité, ils n’ont cessé de la considérer comme « l’extrémité de l’Europe » (Albert le Grand, au XIIIe siècle) ou comme « la dernière province des chrétiens » (l’Italien Piccolomini, futur pape Pie II, au XVe siècle) – de quoi décourager définitivement le maître allemand Henri de Langerstein de rejoindre en 1383 l’évêché qui lui était promis dans l’île d’Ösel (aujourd’hui Saaremaa, en Estonie).

5À vrai dire, même pour les auteurs du Nord, par exemple pour les hagiographes qui se plaisaient à la peupler de monstres marins, la mer n’était pas seulement un monde autre, elle pouvait devenir le monde de l’Autre. En même temps, les vies de saints – je pense en particulier à celles qui exaltent les vertus de moines anglo-saxons comme Cuthbert ou Guthlac – permettaient de valoriser leurs héros en montrant leur capacité à dominer l’altérité et à vivre en harmonie avec les animaux marins les plus inattendus, comme l’homme avait vécu en harmonie avec la faune sauvage avant le Péché. Et si dans les Gesta Danorum, écrits vers 1200 par un auteur aussi pétri de culture classique que Saxo Grammaticus, on croise encore des monstres surgis des profondeurs, le regard que celui-ci jette sur la Baltique est un regard de plus en plus apaisé au fur et à mesure que la dynastie des Valdemar confirme son emprise sur la mer de l’Est, qui devient un peu le mare nostrum des Danois, voire, comme il nous a été dit dans un superbe jeu de mots, leur « mer-patrie ».

6Sans doute le poids de l’héritage classique qu’on a vu si prégnant dans l’approche des géographes, cartographes et chronographes médiévaux a-t-il été tout aussi déterminant dans le regard que les auteurs du premier Moyen Âge ont porté dans leurs « récits d’origines » sur les éventuels mouvements de peuples qui ont animé les mers du Nord à l’époque dite migratoire. Ainsi nous a-t-il été dit que le choix de l’appellation d’Angles plutôt que de Saxons par Bède le Vénérable fut déterminé, non par le sentiment qu’il avait de son ascendance « angle » comme je l’ai toujours pensé, mais par le relais (tout culturel et livresque) de Procope et de Grégoire le Grand. Le mot a-t-il été, avant que Bède n’en cristallise le sens comme celui du peuple germanique qui a principalement occupé l’est de la Grande-Bretagne, employé comme un presque synonyme de « Saxons » ? La question a été posée. Mais n’oublions pas que les auteurs insulaires de la période migratoire ou du très haut Moyen Âge qui, tel Gildas, ne connaissaient que les Saxons, s’inscrivaient dans la tradition des auteurs de la latinité tardive, comme Ammien Marcellin ou Sidoine Apollinaire, pour qui les pirates venus de la mer qui infestaient les côtes de la Grande-Bretagne et de la Gaule étaient toujours qualifiés de Saxons. En tout cas, quelles que soient les motivations du choix de Bède en faveur de l’ethnonyme de la gens Anglorum, tout le monde sera d’accord pour dire que c’est lui qui en a fait la fortune.

7Or, c’est bien dans un milieu géographiquement défini par Bède comme un milieu « angle » ou « anglien » que se sont épanouies les cultures maritimes de l’Angleterre orientale, celles qu’on nous a invités à découvrir, grâce à un solide argumentaire archéologique, en particulier dans les régions de l’estuaire de la Humber et dans les marais du Fenland bordiers du Wash. Il nous a été montré que la singularité qui caractérise ces cultures n’était pas seulement celle d’un milieu ouvert par la mer sur l’extérieur, et fragmenté par l’eau et les marais omniprésents en de multiples îlots de peuplement, mais qu'elle était aussi celle des habitants et de toute la société littorale, à tout le moins jusqu’au IXe siècle. Dès que ces populations avaient accès à la mer et à ses sources d’approvisionnement, elles semblent avoir bénéficié d’un standard de vie nettement plus élevé que les populations de l’intérieur : les produits qu’on croyait importés par des marchands pour l’usage quasi exclusif des élites sociales vivant dans les villes et autres sites centraux de l’hinterland y étaient en fait largement redistribués, et des individus qui sans doute ne vivaient que du commerce et de la transformation des produits de la mer ou importés de l’outre-mer étaient armés et se déplaçaient à cheval – ce qui eût constitué dans l’hinterland des signes extérieurs d’appartenance aux élites sociales ! Peut-être est-ce ainsi qu’ils colportaient leurs marchandises à l’intérieur des terres, où leur caractère d’étranger était tel que, partout où ils allaient, ils devaient signaler leur arrivée en agitant une cloche ou en soufflant dans une corne.

8En tout cas, mobilité caractérisée par les voyages outre-mer autant que par les contacts avec l’arrière-pays, prospérité partagée, fluidité sociale, voilà ce qui faisait la singularité des sociétés littorales, et pas seulement dans l’est de l’Angleterre. Car ce fut sans doute aussi le cas dans les plaines du Hampshire autour de Hamwich/Southampton, dans les habitats sur buttes des côtes de Frise (où ont été découvertes les plus grandes quantités d’or et d’argent qu’aient jamais recelées les niveaux carolingiens du continent !), ou dans les contrées littorales de la Flandre à venir entre Canche et Escaut, où, comme il nous a été dit, « les places centrales [de Walcheren, Iserae Portus, Quentovic, en attendant Montreuil ou surtout Anvers] étaient indissociables des contrées environnantes », et où la prospérité engendrée par les ports paraît avoir profité à tous les sites secondaires. Voilà qui confirme l’idée que les milieux littoraux, ceux du Nord en tout cas, étaient des milieux singuliers, non seulement aux yeux des cartographes et auteurs du Moyen Âge héritiers de la littérature antique, mais aussi aux yeux des archéologues d’aujourd’hui – une singularité qui est naturellement liée aux contacts multiples que ces milieux avaient avec la mer.

Mers du Nord, mers de contacts

9Il faut dire, sans doute, que nul milieu ne connut autant de brassage de populations que le milieu maritime et littoral. Car tout au long de nos journées nous avons assisté à l’incessant mouvement des hommes, au multiple transport de biens, et à l’échange de toutes sortes de modèles culturels.

10Parmi les mouvements d’hommes (je ne reviendrai pas sur la question débattue des migrations du Ve siècle), ce sont ceux des gens d’Église qui sont les mieux documentés par nos sources, singulièrement par l’hagiographie, qui les saisit le plus souvent dans l’exercice de leurs fonctions. Leurs mouvements étaient motivés par toutes sortes d’intentions, qui faisaient d’eux des « passeurs » par excellence – pérégrination solitaire ou missionnaire, charges pastorales, études et formation spirituelle, initiation à des formes différentes d’organisation ecclésiale, recours à Rome... Ainsi a-t-on vu Wilfrid aller d’Angleterre à Rome via la Frise pour défendre les intérêts de son siège d’York, et revenir dans sa patrie pour assurer le triomphe du modèle ecclésial romain. Ainsi a-t-on vu Willibrord naviguer de l’Angleterre à l’Irlande, de l’Irlande à la Frise, de la Frise au Danemark, pour évangéliser et créer des églises placées d’emblée sous l’autorité de Rome. Ainsi a-t-on vu Anschaire ou Ansgar se rendre de sa Picardie natale (de Corbie) à la haute Weser (à Corvey), puis de la cour carolingienne au Danemark, et de celui-ci à la Suède, pour des campagnes missionnaires qui servaient éventuellement de couverture à des missions d’un autre ordre, mobilisant des réseaux qui n’étaient pas que marchands, mais aussi politiques, ecclésiaux, aristocratiques. Ainsi a-t-on vu Ealdred, évêque de Worcester puis archevêque de York de 1061 à 1069, faire, lui aussi, le voyage de Rome – décidément une spécialité anglo-saxonne ! –, celui de Terre sainte, et tant d’autres encore.

11Certains de ces dignitaires ecclésiastiques se voyaient confier, à l’instar des grands laïques, des missions diplomatiques officielles ou officieuses, comme on l’a vu implicitement dans les « dessous » des missions d’Ansgar, ou comme on l’a vu explicitement dans les voyages d’Ealdred en Flandre, en Hongrie ou surtout dans l’Empire, où le prélat anglo-saxon trouva le modèle de « l’évêque impérial » qui allait inspirer ses postures politique et sociale de « prince-évêque » – le seul du genre qu’ait connu l’Angleterre.

12Mais ce qu’on a entrevu, aussi, c’est la mobilité de tout un chacun, comme ces pèlerins qui ont ramené des reliques ou des insignes de sanctuaires qu’on a retrouvés, nombreux, dans les fouilles des sites portuaires de Pologne (Szczecin, Gdansk ou Elbląg), mais aussi dans leur hinterland (Torun, Wroclaw, Cracovie), et qui prouvent la fréquentation de Saint-Jacques-de-Compostelle, d’Aix-la-Chapelle, de Cologne et de Rome – par des routes qu’on peut, certes, imaginer en l’occurrence plus terrestres que maritimes ; ou comme ces marchands, qu’on a entraperçus tout au long de la route Scandinave aux côtés d’Ansgar, ou encore, aidés de leurs esclaves, à la remontée du Rhin dans la passe de Saint-Goar, voire jusque dans leurs tombes, quand ils y ont été enterrés avec leurs outils de travail, notamment leurs balances. Mais c’est surtout à travers l’échange de biens matériels qu’on a perçu l’importance de leur activité et de leur rayonnement – des biens matériels qui peuvent être lourds de signification sociale quand il s’agit des esclaves et des monnaies, dont le trafic pouvait au demeurant être interdépendant, s’il est avéré que les nombreux dirhems trouvés à Gotland étaient le produit du commerce des esclaves fait avec l’Orient musulman, et que c’est le commerce des esclaves qui a permis d’alimenter en argent l’atelier monétaire de Prague aux Xe-XIe siècles.

13L’esclave était le produit d’une contrainte physique (selon saint Augustin ou Alcuin, il pouvait être tout simplement celui à qui on avait laissé la vie, et qui payait de son statut servile la mansuétude dont il avait bénéficié), et il devenait éventuellement un produit commercial. Or l’« esclave-marchandise », celui qui en tout cas faisait l’objet d’un commerce dans les mers du Nord, était relativement rare, à la différence des « asservis de l’intérieur » qu’étaient les mancipia et autres servi ; et il n’a souvent été qu’une marchandise de luxe, en particulier produite par les guerres ou par les raids conduits à cette fin aux marges septentrionale et orientale de l’Occident, par exemple aux dépends des Slaves dont le nom allait, dès le Xe siècle, donner dans toutes les langues européennes le mot « esclave », et qui étaient principalement destinés à un marché extérieur, celui de la Méditerranée. On nous a montré l’importance que ce commerce des « slaves-esclaves » revêtait à Prague – la Prague de Boleslas Ier qu’Ibrâhîm ibn Ya‘qûb visita au milieu du Xe siècle, ou celle de son lointain successeur Ladislas Ier dont le chroniqueur Cosmas de Prague nous dit qu’il racheta aux Juifs des esclaves chrétiens au début du XIIe siècle.

14Quant à la monnaie, on a vu son usage se répandre peu à peu du Nord-Ouest de l’Europe vers la Scandinavie et vers les nouveaux royaumes d’Europe centrale. On a vu d’abord comment, dans l’Est de l’Angleterre, elle témoigne dès le VIIe siècle d’échanges avec un continent qui va de la Frise au Danemark ; puis comment son usage s’est diffusé dans l’Europe centrale des Xe-XIe siècles : ainsi en Bohême, où la monnaie métallique s’est substituée à l’usage comme standard d’échange de ces morceaux de tissus qu’on a qualifiés de « mouchoirs », et s’est d’abord répandue sous la forme de pièces fragmentées – signes, tout comme dans la Scandinavie contemporaine et au même titre que les balances qui y ont été retrouvées, d’une économie pré-monétaire –, avant que les princes de Bohême ne prissent l’initiative, peu après le milieu du Xe siècle, de frapper leurs propres monnaies. Dès les Xe-XIe siècles, celles-ci commenceraient à être diffusées à l’extérieur, avant tout en Pologne, mais aussi (à un moindre degré) en Scandinavie et dans les plaines russes. Mais les monnaies de Bohême trouvées hors de Bohême restent tout compte fait peu nombreuses, comparées aux premières frappes hongroises qui remontent au roi Étienne (1001-1038), et dont certaines, frappées à la légende de RESLAVVA CIVITAS (peut-être Bratislava), s’inspirent du type carolingien du temple. La répartition des trésors et des trouvailles isolées suggère qu’elles se sont d’abord disséminées le long des vallées de l’Oder et de la Vistule, puis que, atteignant la Baltique, elles ont pris la direction de la Suède via la plaque-tournante de Gotland, où on les a retrouvées en grandes quantités...

15J’ai déjà rappelé la formidable diffusion des insignes de pèlerinage ; on n’en finirait pas d’évoquer les multiples « produits culturels » qui ont voyagé et qui ont été vecteurs de cultes, de modes, et même parfois de modèles comportementaux – certains matériellement palpables comme le chandelier de bronze monumental de Kołobrzeg venu de Lübeck, d’autres moins visibles ou moins évidents, comme le culte de tel ou tel saint, comme telle pratique sociale, ou comme tel modèle littéraire. Ainsi a-t-on vu comment la présence viking dans l’Angleterre des Xe et XIe siècles – une présence agressive et épisodique dans le Sud, enracinée et structurante dans l’Est et le Nord – a pu revitaliser la « culture du hall », familière aux anciens Anglo-Saxons et aux auditeurs privilégiés du poème Beowulf, et comment les auteurs du Sud britannique (ainsi l’auteur de la version E de la Chronique Anglo-Saxonne) ou du continent (ainsi Thietmar de Merseburg) ont été amenés à rejeter certaines des pratiques rituelles qui lui étaient associées, comme le jet d’os et de boisson sur une victime désignée, surtout quand cette victime n’était rien moins que l’archevêque de Canterbury. On nous a aussi invités à faire le trajet en sens inverse, je veux dire de l’Occident à la Scandinavie, pour suivre à la trace la diffusion de la littérature courtoise et des valeurs qu'elle véhiculait, d’abord du continent à l’Angleterre, ensuite de l’Angleterre au Nord britannique, enfin de la Grande-Bretagne à la Norvège, amenant un roi comme Hakon Hakonarson (1217-1263), qui en a fait traduire un important florilège, à prétendre rivaliser en courtoisie avec leurs initiateurs occidentaux.

Des réseaux d’échanges informels du premier Moyen Âge à la structuration de l’échange au second Moyen Âge

16Au début furent les contacts diffus, informels, qu’on perçoit dans la Manche et au sud de la mer du Nord, et qui ont abouti à la diffusion du matériel que nous ont présentée les archéologues, et qui ne doit peut-être rien à ce que nous appelons commerce. Quelle est, en effet, la signification en termes d’échanges d’un objet de type dit « franc » découvert dans le sud de l’Angleterre, ou d’un objet de type dit « anglo-saxon » découvert dans le nord de la France ? Plus précisément, le matériel dit franc découvert dans les tombes du VIe siècle fouillées dans les nécropoles du Sud-Est du Kent (comme Dover-Buckland, Mill Hill, Finglesham ou Sarre) est-il le produit de flux migratoires ? de diffusion de modes, en particulier vestimentaires ? d’échanges (par exemple matrimonial, ou plus largement compétitif) entre les élites ? ou de commerce à proprement parler ? La réponse peut dépendre de la singularité de telle tombe par rapport aux autres, et du nombre d’objets importés, ou réputés importés, qu’on y a trouvés.

17Ce qui est sûr, c’est que ces objets ont emprunté des routes, en particulier des lignes de navigation dont le tracé a pu être déterminé par l’usage que les peuples marins ont fait des courants de surface les mieux adaptés à leurs embarcations. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles la géographie des têtes de lignes de navigation, autant dire des ports, si elle n’est pas tout à fait discordante par rapport au legs de l’Antiquité (Nantes, Rouen, Londres, Eboracum – la future York –, qui avaient été d’importantes cités ouvertes sur la mer, reprirent du service au tournant du VIe et du VIIe siècle), a en partie changé, du fait de la promotion de nouveaux ports, ces emporia apparus aux VIIe-VIIIe siècles qui ont été évoqués dans de nombreuses communications. Il a en effet été plusieurs fois question de Hamwich, de Quentovic, de Walcheren/Domburg, de Dorestad..., puis de ces ports qui, aux VIIIe et IXe siècles, se sont multipliés plus à l’est, en Scandinavie (Ribe, Haithabu, Birka) et tout au long de la côte méridionale de la Baltique, peuplée de Slaves et de Baltes, depuis Gross Strömkendorf (probablement la Reric des sources écrites) jusqu’à Staraja Ladoga, en passant par Wolin, Menzlin, Iumne, Truso/Elbląg.

18Pour moi, l’émergence de ces places, qui coïncide avec la multiplication de la frappe monétaire, est le signe de l’émergence d’une économie véritablement commerciale, qui tranche avec les échanges informels évoqués plus haut. On a tiré le maximum qu’on pouvait tirer de sources rares et peu bavardes pour faire vivre ces places, en évoquer la société cosmopolite et nous dire les difficultés de communication linguistique auxquelles leurs populations étaient confrontées, par exemple à Birka, où les envoyés du roi, ou son préfet Herigar, servaient d’interprètes. Au point qu’on a pu parler de Méditerranée septentrionale, ou encore de « commonwealth », pour qualifier les régions bordières de la mer du Nord, en particulier dans le Nord britannique et dans les archipels écossais où des populations de culture et de langues brittoniques, germaniques (occidentales et Scandinaves) et latino-romanes (en particulier anglo-normandes) pouvaient dialoguer, et où, exemple parmi d’autres, le vocabulaire d’origine norroise a peu à peu trouvé sa place jusque dans les registres de taxation des ports de l’ancien Danelaw pour qualifier les bois, les poissons, ou les mammifères marins.

19En tout cas, le réseau des emporia, dont le commerce frison (et accessoirement anglo-saxon, franc ou celte) fut la première force structurante, a sans doute, passé le temps de la thalassocratie viking, préparé le terrain à la Hanse. D’une certaine manière, Lübeck (fondée en deux temps, en 1143 puis 1 152) a pris le relais de Haithabu comme port intermédiaire entre une mer et l’autre ; Gotland (avec Visby) a pris le relais de Birka ; Cologne puis Bruges ont pris le relais de Dorestad ; et la Medieval London a pris le relais la Dark Age London.

20Si, pour le très haut Moyen Âge, on n’était pas sûr des modalités de transfert des biens matériels (commerce ou échanges informels ?), il est clair qu’avec la Hanse allemande des XIIe-XIVe siècles, on avait désormais affaire à une économie commerciale, puisque la Hanse était par définition une confédération de villes marchandes. Ont été en particulier récapitulés les multiples trafics alimentés par le commerce hanséatique dont on a retrouvé la trace en Pologne : céréales, sel, fourrures, céramiques, pots d’étain parfois venus de très loin, ambre (dont on a noté qu’on en avait aussi retrouvé à Prague), bois... tous produits d’un commerce de type « colonial », puisqu’il apparaît que la plupart des produits bruts provenaient du Nord, et que c’étaient toujours des produits plus ou moins ouvrés qui provenaient du Sud ou de l’Ouest.

21Conséquence caractéristique d’une expansion de type colonial, la présence allemande en Baltique a dynamisé la fondation de villes nouvelles de droit allemand, ainsi à Szczecin, à Gdansk, ou à Elbląg, qui ont fait l’objet des fouilles importantes dont il a été question plus haut ; et elle a, à partir du modèle de Hambourg qui fut dotée d’une Neustadt par Frédéric Barberousse en 1188, doublé nombre de noyaux urbains anciens (en fait relativement anciens) par la création de villes neuves, comme à Rostock ou à Stralsund, qui, à terme, fusionneraient ou non avec la Altstadt. C’est par l’intermédiaire de ces villes, multipliées dans les contrées littorales et plus spécialement au fond des estuaires de fleuves tels que l’Elbe, l’Oder ou la Vistule, que les États médiévaux de l’hinterland ont pu se connecter sur les mers du Nord. Même les royaumes de Bohême et de Hongrie, si éloignés pourtant des horizons maritimes de l’Europe septentrionale, ont pu ainsi communiquer avec la mer et ses multiples trafics – ce qui, nous a-t-il été dit, a pu jouer un rôle décisif dans le décollage de la Bohême sous la dynastie des Přemyslides.

22Pouvait-on rendre meilleur hommage au dynamisme de l’économie maritime ? Et mieux montrer l’importance des enjeux politiques, sociaux et culturels – je cite ici l’intitulé même de nos journées d’études – des « contacts, communications et commerce entre mer du Nord et mer Baltique au Moyen Âge » ? Merci à tous ceux qui ont contribué au débat, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il a été foisonnant !

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search